Partagez | 
 

 you’re my only one way (léo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
adm h
avatar

Léo Emerson

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Andrea ♦ Zéphyr ♦ Maxine ♦ lennox ♦ Grace ♦ Liam ♦ Lily ♦ Woody ♦ ...
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 4226
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©blondie
DOUBLE-COMPTE : Sara & Jackson
STATUT : Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau, j'peux pas mieux dire, il fait très beau !
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   Mar 14 Fév 2017 - 20:03

 

But love the one you hold
And I'll be your goal
To have and to hold
A lover of the lights



Elle semblait sûre d’elle concernant le fait qu’il allait apprécier de s’ennuyer avec en sa compagnie et Léo ne trouva rien à en redire alors il sourit et piqua un bisou dans ses cheveux dorés, respirant son parfum, s’attardant dans leur douceur, sur la partie de sa joue qui n’était pas mangée par la barbe, juste parce que c’était bon de la sentir contre lui. L’alcool donnait de l’assurance à la jolie prude, elle lui donnait un peu plus de piquant, de spontanéité, ce soir elle était légère et notre homme en fut d’autant plus séduit, il avait vite oublié les peurs qu’il avait eu en découvrant une Grace ivre à sa porte, après tout, elle était adulte, libre, du moment qu’elle ne faisait pas n’importe quoi dans cet état, finalement ça lui était plutôt bénéfique, à lui, parce que c’était à sa porte qu’elle était venu frapper, même saoule, elle se rappelait de lui. Moi ? Alcoolique ?! Il s’en serait étranglé. Ca n’est pas parce que j’aime goûter à tous les alcools du monde, comme tu dis, que je suis alcoolique ma belle, c’est être amateur, nuance. Moi je n’arrive pas totalement saoul à ta porte ! Qu’il affirmait non sans sous entendus. Pourtant il mentait presque, n’avait-il pas erré dans les rues de Bowen à seulement quelques semaines de là, juste avant de partir en voyage, n’avait-il pas fortement songé à venir se réfugier chez Grace ? Au lieu de ça il avait terminé au sous-sol d’un immeuble, dans une soirée de combat illégal pour une fin de soirée surréaliste. Mais ça il ne s’en était pas vanté auprès de la belle, plutôt mourir que d’avouer qu’il pouvait se mettre dans des états pitoyables. Et puis elle l’avait déjà vu d’ailleurs, en Afrique, lors du mariage où il avait très nettement dépassé les bornes avec elle en la forçant presque à se donner à lui alors qu’elle n’en avait aucune envie. Il pouvait avoir l’alcool mauvais, Léo, quand il buvait trop il ne savait pas se contenir et concernant Grace il résistait difficilement à la tentation de son corps, c’était d’ailleurs la raison pour laquelle il n’avait pas fini chez elle le soir où il avait préféré se battre, parce que le peu de conscience qu’il lui restait à ce moment là lui dictait de ne pas trop la pousser dans ses retranchements. Fut un temps où Léo avait bien failli sombrer dans une forme d’alcoolisme, lorsqu’il avait perdu sa fiancée et qu’il s’était enfuit en Thaïlande, là-bas il avait bu plus que de raison, il s’était saoulé presque nuits et jours pour tenter d’effacer sa peine et son désespoir, il en était devenu pitoyable, il était descendu bien bas… mais c’était une autre époque. il n’avait pas vraiment guéri de sa perte, mais il avait appris à vivre avec, à avancer, parce qu’il était vivant et qu’à vingt-cinq ans on n’avait pas le droit de se détruire et de tout gâcher. Non, Einstein, il n’y a pas que la couleur qui change ! Et du rosé ça n’est pas un mélange de blanc et de rouge non plus ! J’ai tout à t’apprendre ma parole… Il se ferait un plaisir de parfaire son éducation œnologue et spiritueux. Même s’il doutait qu’elle ait vraiment envie d’apprendre, il comprenait que Grace semblait vouloir boire pour tester ses limites ou parce qu’elle était trop gentille et qu’elle ne refusait pas un verre, ni le second, mais au final elle n’appréciait même pas l’expérience, c’était plutôt dommage si vous vouliez son avis. Pourquoi ils ne t’aimeraient pas ? Tu es douce, curieuse, intéressante même si tu penses le contraire. Il n’y a aucune raison qu’ils ne t’aiment pas. Mais là n’était pas la question puisque d’un côté ou d’un autre ils mettraient du temps à se rencontrer. Le seule membre de sa famille que Grace avait eu le loisir de voir c’était son fils au final, le plus important, d'ailleurs. Ce ne furent que quelques fois, parce qu’il évitait autant que possible pour ne pas trop froisser Andréa, c’était bête, parce que s’il était amené à rester avec la sainte, son ex devrait bien s’y faire et il n’allait pas écarter Jonathan de sa vie. La réflexion suivante laissa Léo perplexe, il n’avait pas pensé à ça. Il n’avait pas du tout honte de Grace, bien au contraire, mais peut-être que son attitude le laissait croire et si tel était le cas c’était une erreur, il ne voulait surtout pas qu’elle pense quelque chose pareil. Je n’ai pas honte de toi. J’n’ai pas peur non plus… enfin je ne crois pas. J’ai juste envie de te garder pour moi… je crois C’était difficile à expliquer et ça ne paraissait peut-être pas crédible à ses yeux. Pourtant elle ne semblait pas tellement s’en formaliser puisqu’elle vint l’embrasser tendrement. Ah oui, tu es curieuse ? Curieuse jusqu’où ? Et curieuse de quoi ? Déjà il se rapprochait d’elle pour goûter à nouveau ses lèvres, elles avaient l’odeur du vin et c’était enivrant. Il aurait bien continué mais s’en empêcha, il faisait attention à elle, l’alcool commençait doucement à lui monter à la tête, la fatigue et le décalage horaire ne faisaient pas bon ménage avec le vin, aussi bon soit-il. D’ailleurs son verre était vide à présent. Je vais me resservir, tu veux un autre verre ? Demanda-t-il alors qu’il se levait déjà, il attrapa la bouteille pour venir se rasseoir auprès de Grace, il resservit les verres, distrait par la belle derrière lui.


__________________________


come out of the woods
Nous sommes bien différentes pourtant... Elle a peur de son ombre, je m'assois dessus. Elle ne dit jamais ce qu'elle a sur le coeur, je dis tout ce que je pense. Elle n'aime pas sortir, je n'aime pas rentrer. Elle ne sait pas s'amuser, je ne sais pas me coucher. Elle ne s'enerve jamais, je pète les plombs... elle a besoin de moi et moi j'ai besoin d'elle› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
adm f
avatar

Grace Darwin

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Alfie ✣ Annushka ✣ Blake ✣ Chase ✣ Jackson ✣ Jeremy ✣ Jordan ✣ Jude ✣ Léo ✣ Lily-Anaëlle ✣ Nevaeh ✣ Sacha ✣ Sunny ✣ Xavier
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1047
ICI DEPUIS : 22/04/2016
CRÉDITS : Lolita Lempicka
DOUBLE-COMPTE : aino ɤ andeana ɤ kaeko
STATUT : i guess that's what you people call love. (léo)
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   Jeu 16 Fév 2017 - 1:30

Alcoolique ou amateur, si les mots changeaient, Grace n’y voyait rien parce qu’ils semblaient tous avoir le même goût avec d’autres plus supportable à boire que d’autres, certes, mais elle n’y connaissait rien puis elle buvait ce qu’on lui donnait. Elle était toujours aussi nulle pour connaître les noms de quoi elle buvait, même si elle retenait quelques boissons uniquement grâce aux bouteilles et du coup, ce qu’il y avait écrit dessus. Peut-être que c’était mieux pour elle d’en savoir le moins sur ce qu’elle faisait, comme ça elle regrettait moins d’infliger ça à son corps. Comme pour la drogue, elle se doutait de ce qu’il pourrait y arriver, mais pas complètement, parce qu’elle préférait fermer les yeux sur tout ce qui était mauvais sur ce lui apportait du bien. « Un amateur … oui. Un amateur. » Elle restait le fixé quelques secondes avec un large sourire aux lèvres. « De toute façon, si tu venais chez moi bourré, mes colocataires se poseraient aussi des questions ! » En fait, elle n’en savait rien, elle ne voulait pas savoir ce qu’ils pensaient d’elle parce qu’elle préférait rien savoir sur ce sujet encore une fois. Ils pensaient tous, de toute manière, que Grace était une bonne personne, ce qui n’était pas faux dans un sens. Mais elle devait bien être la seule à être bloqué dans cette situation, elle avait bien trop peur de ce que les gens penseraient si elle faisait quelque chose qu’elle n’avait pas l’habitude de faire. Toujours dans un problème continuel, elle trouvait toujours quelque chose la bloquait, des portes qu’elle n’arrivait pas à ouvrir pour enfin arriver à la liberté qu’elle voulait se donner. Parce qu’elle avait cette impression qu’elle ne pouvait pas se la donner toute seule, qu’elle devait forcément avoir l’avis des autres. Chaque mot qu’elle pourrait entendre d’un autre et qui lui conviendrait pas ferait fermer une porte et elle resterait bloquée dans ce système pour toujours. Qu'importe, ce soir elle n'en avait pas conscience de ce que Léo pouvait penser d'elle, parce qu'elle se disait qu'il ne pourrait pas penser à mal de toute manière, elle s'était dirigée vers ses bras, pas ceux d'un autre. « Oh bah … j'avais oublié l'existence du rosé de toute manière. » Elle riait en le regardant avec un semblant d'yeux innocents pour mieux faire passer cet oubli. « Ravie d'être ton élève alors … on comment quand !? » Même si elle ne prenait pas ça au sérieux, ça serait toujours amusant de voir ce qu'il pensait de différent chez chaque alcool qu'il voulait lui montrer. Même si ce soir, il ne voudrait sans doute ne lui présenter aucun vu son état à elle. En tout cas, si le cas inverse s'était passé, elle ne lui aurait rien servi de plus. « Parce que je suis une coincée ? » Elle relevait une nouvelle fois les yeux vers lui avant d'hausser les épaules. « J'ai cru comprendre que les gens comme moi se faisaient appeler comme ça. » Et c'était plutôt vague cette description d'elle-même, mais au fond, elle savait que tout le monde pensait la même chose d'elle puis même si c'était péjoratif, elle ne pouvait pas cacher ce qu'elle était vraiment. « Mais merci pour les compliments. » Disait-elle doucement dans un léger sourire, ça, ça avait le don de la toucher dans le bon sens, même si elle ne savait pas s'il pensait vraiment qu'elle était intéressante ou s'il le disait parce qu'il fallait bien trouver des qualités pour la décrire à sa famille. « Je vois, tu es égoïste. » Une nouvelle fois, elle plaisantait, même si elle pouvait vraiment le prendre comme ça, mais elle ne comprendrait que trop bien le pourquoi il ne voulait pas la présenter à sa famille. Du moins, de son côté, elle se disait que chez elle ça serait mal vu qu'elle vienne le présenter, parce qu'il avait déjà eu un enfant hors mariage lui, que ses parents auraient peur de ce qu'il pourrait faire à leur fille. Même s'ils n'en avaient peut-être plus rien à faire d'elle, qu'ils s'en préoccupaient moins depuis qu'elle était partie ou peut-être l'inverse, ils se demandaient peut-être ce qu'elle devenait cette blonde-ci, parce qu'elle ne donnait plus beaucoup de nouvelles, parce qu'elle avait peur de les voir pour qu'ils voient ce qu'elle devenait. Une mère voyait tout chez son enfant et Grace avait peur qu'elle voit que clochait quelque chose chez elle. « Je parle de curiosité envers ta famille. » Ou peut-être autre chose, après tout, les pensées fusaient dans son esprit sans qu'elle puisse assimiler une. Elle disait ce qu'elle pensait sur l'instant. « Je crois. » Lorsqu'il se levait, la blonde restait fixé son verre, comme s'il y avait quelque chose d'intéressant dans celui-ci. « Euh … pourquoi pas ! » Elle ne savait pas dire non de toute façon, puis elle ne savait pas quand il fallait s'arrêter, possiblement depuis longtemps maintenant. Elle approchait ses doigts de son verre pour le tapoter de ses ongles, comme pour pouvoir presser Léo. Quand il revenu à côté d'elle, elle ne pu s'empêcher de le dévorer des yeux et elle s'y plaisait insister du regard. Elle ne se lassait pas de lui. Puis puisqu'elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, elle reprise la parole. « Mh ... tu … tu n'as rien d'autre à me raconter, alors ?! Je suis un peu déçue … j'étais venue pour me divertir, moi. » Ça c'était plus simple à dire qu'avouer qu'elle mourrait d'envie de mettre ces verres au loin pour pouvoir se remparer de ses lèvres, de lui.  

__________________________

favorite sin ♒︎ Because i do everything i can. Because i will become stronger. You must watch me.
© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Léo Emerson

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Andrea ♦ Zéphyr ♦ Maxine ♦ lennox ♦ Grace ♦ Liam ♦ Lily ♦ Woody ♦ ...
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 4226
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©blondie
DOUBLE-COMPTE : Sara & Jackson
STATUT : Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau, j'peux pas mieux dire, il fait très beau !
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   Ven 17 Fév 2017 - 9:50

 

But love the one you hold
And I'll be your goal
To have and to hold
A lover of the lights



La réponse de Grace était plutôt logique, bien que Léo ne soit pas si sûr que ses colocataires réagissent mal, connaissant Nevaeh, elle se moquerait simplement de lui et ça durerait des jours au journal, rien que pour cette raison d’ailleurs, il ne valait mieux pas qu’il se montre devant la brunette totalement saoul et donc qu’il aille frapper à la porte de Grace dans cet état. La blonde semblait d’ailleurs encore assoiffée, vu sa réponse qui provoqua une petite moue dubitative chez notre homme. Je pense qu’on commencera un autre soir, pour l’instant on se contentera du vin qui est ouvert et ça sera suffisant. Elle avait déjà bien assez bu, déjà elle risquait de s’écrouler dans son salon et ensuite elle ne profiterait pas du tout de ce qu’il pourrait bien vouloir lui apprendre. En plus lui n’était pas vraiment d’humeur à jouer le professeur ce soir, même si elle semblait bien se moquer de son état de fatigue, pour tout dire elle n’avait même rien remarqué. Si Grace était une fille coincée ? Par certains aspects, c’était certain, mais Léo ne la voyait pas de cette façon. Fut une époque, celle où il l’avait rencontré pour la première fois, où elle l’avait repoussé alors qu’elle semblait déjà bien intéressée par lui, là oui, il avait jugé qu’elle était une allumeuse trop coincée pour se sortir le balai qu’elle avait dans les fesses et s’autoriser à profiter un peu. Mais à cette période il était jeune et trop gamin, trop imbu de lui-même aussi pour penser qu’une fille aux abois puisse daigner le rejeter, avouons-le, il était con, tout simplement. Il ne savait pas qu’elle était une fervente catholique, une nonne même, il n’avait pas cherché à comprendre, tout simplement. Aujourd’hui il savait, il avait mûrit, il était moins obtus et il avait pris du recul sur cette histoire. Avec les années il avait fini par la voir autrement, Grace, à la mettre presque sur un piédestal, il comprenait son détachement de l’époque, il l’acceptait même. Et il ne la trouvait plus coincée, du moins il voyait ça différemment. Il trouvait sa réserve adorable, il savait pourquoi elle fuyait, pourquoi elle hésitait parfois, pourquoi elle n’était pas comme les autres et c’était ce qui l’attirait chez elle. Et puis depuis quelques mois elle se montrait bien plus ouverte envers lui et le monde qui l’entourait, elle faisait des efforts considérables, c’était donc tout le contraire de l’attitude d’une coincée pour lui. Et là, ce soir, c’était presque l'apothéose, qu’elle se montre à lui dans un état proche du pitoyable, du moins ce qui aurait été pitoyable aux yeux de l’ancienne Grace, on pouvait presque dire qu’il était fier d’elle, du chemin parcouru. Et puis finalement il l’aimait comme ça, cette fille, fragile et hésitante, curieuse mais pas trop téméraire, amoureuse de lui dans tous les cas. Rien à voir avec le fait que tu sois coincée non. Et puis arrête d’écouter l’avis des autres, tu es toi-même et je t’aime comme ça. Voilà, c’était dit, passé presque comme une lettre à la poste, à son tour il venait d’avouer qu’il l’aimait, l’air de rien. Il joua un instant avec ses mèches de cheveux qui le chatouillaient, en même temps qu’il cherchait à lui expliquer pourquoi il n’avait pas honte d’elle. Il s’exprima de façon maladroite mais ça semblait suffire à la belle, alors il sourit comme désolé. Oui, j’suis égoïste, d’une certaine façon. Laisse-moi l’être encore un peu… Il était trop tôt, il n’était pas prêt, il aurait bien gardé son secret encore longtemps, toujours, même, dans l’idéal. Même s’il savait que c’était utopique et qu’à terme ils finiraient par s’étouffer et peut-être se lasser à rester enfermés sur eux-même. Mais ce soir il l’avait encore rien que pour lui et c’était plutôt pas mal. Après s’être laissé embrasser, Grace ressenti le besoin de se justifier sur sa curiosité, ce qui fit sourire le barbu. Tu crois ?! Tu as tout le temps d’y penser de toute façon ! Répondit-il alors qu’il se levait déjà pour aller chercher la bouteille. La tête lui tournait un peu, lui qui tenait pourtant bien la distance avec l’alcool, il se sentait pourtant glisser doucement vers un début d'ébriété et pourtant il se resservit, c’était bête, mais peut-être qu'inconsciemment il voulait se mettre au même niveau que la blonde, sentir cette euphorie dans laquelle elle semblait être, avec son sourire béat toujours vissé aux lèvres. Il remarquait ses regards appuyés, à quel point elle le mangeait des yeux, il ne pouvait pas s’en plaindre, c’était toujours agréable, surtout venant d’elle, qu’il ne se cachait pas pour reluquer allègrement la plupart du temps, après tout c’était sa copine, s’il ne le faisait pas avec elle il finirait par devenir aveugle le pauvre. Et puis ce soir elle était différente, affriolante avec sa robe légère et son air audacieux Mais ça n’était pas dans les habitudes de Grace que de lui lancer des œillades pareil, peut-être était-ce enfin cette invitation à aller plus loin, celle qu’il attendait sagement depuis des mois, c’était difficile à déchiffrer, elle ne disait rien et puis gardait ses mains pour elle. Ne nous soumets pas à la tentation… Il repensait à ce vers en la regardant, tout en aillant envie d’envoyer promener ces paroles d’évangile que lui n’avait jamais voulu suivre. Il resservit leurs verres et lui tendit le sien. J’aurais plein de choses à te dire. Mais je ne suis pas certain que ce soit ce que tu es venu chercher ce soir. N’est-ce pas ? Il but une gorgée puis reposa son verre sur la table pour pouvoir l’embrasser à nouveau, il savait qu’elle ne le repousserait pas mais qu’elle n’osait pas, elle, se montrer trop tactile, alors il fit le travail, celui de se rapprocher d’elle, physiquement, de combler cet espace entre eux qui semblait à chaque fois créer un vide qui leur donnait froid, il voulait se réchauffer auprès d’elle et balayait d’un coup les questions qu’il se posait trop. Il ne la brusquait pas, parce qu’il ne voulait pas profiter d’une fille qui n’avait pas la totale possession de son esprit, alors si elle voulait le repousser, si elle avait le moindre signe de recule, il la laisserait tranquille, il avait appris de ses erreurs passées avec elle. Mais c’était tellement agréable de sentir qu’elle lâchait enfin prise.


__________________________


come out of the woods
Nous sommes bien différentes pourtant... Elle a peur de son ombre, je m'assois dessus. Elle ne dit jamais ce qu'elle a sur le coeur, je dis tout ce que je pense. Elle n'aime pas sortir, je n'aime pas rentrer. Elle ne sait pas s'amuser, je ne sais pas me coucher. Elle ne s'enerve jamais, je pète les plombs... elle a besoin de moi et moi j'ai besoin d'elle› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
adm f
avatar

Grace Darwin

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Alfie ✣ Annushka ✣ Blake ✣ Chase ✣ Jackson ✣ Jeremy ✣ Jordan ✣ Jude ✣ Léo ✣ Lily-Anaëlle ✣ Nevaeh ✣ Sacha ✣ Sunny ✣ Xavier
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1047
ICI DEPUIS : 22/04/2016
CRÉDITS : Lolita Lempicka
DOUBLE-COMPTE : aino ɤ andeana ɤ kaeko
STATUT : i guess that's what you people call love. (léo)
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   Jeu 23 Fév 2017 - 12:28

Ses joues s'empourprent à l'idée qu'il lui dise qu'il l'aimait, elle ne sait pas si elle se fait des idées ou non, mais ça lui réchauffe le cœur bien plus que l'alcool. Elle s'imagine un tas de choses, rien que de se sentir aimer lui fait un bien fou, c'était un sentiment bien qu'étrange de l'entendre dire, au fond. Peut-être qu'il ne parlait que du fait qu'elle ait un caractère qu'il l'aimait, que ce n'était pas la personne qu'elle était dans sa globalité, elle ne savait pas vraiment comment l'interpréter, mais ce n'était que plus agréable que de prendre que celui qui l'avantageait. Pourtant, elle ne relevait rien qu'un beau sourire qui édifiait ses fossettes, jamais elle ne dirait quelque chose dessus parce qu'elle gâcherait tout. « Oui … je sais. » Mais l'avis des autres comptaient bien trop pour elle, parce qu'elle se sentait affectée à chaque fois qu'elle pouvait entendre son prénom, parce qu'elle avait l'impression qu'il n'y avait rien à relever de bien chez-elle. Grace n'était pas comme les autres et même si elle tentait naïvement les imiter, elle n'y parvenait pas totalement, sa débauche se limitait parce qu'elle n'arrivait pas à aller trop loin même si c'est ce qu'elle voulait de base. « Je crois être égoïste aussi. » Le présenter à ses parents était une bien trop grande épreuve de toute façon, parce qu'il avait commis bien trop de péchés, qu'il en était sans doute un à lui-même et puis qu'elle aurait l'air d'une adolescente présentant son premier copain. Ça n'avait pas vraiment de sens et elle préférait éviter le malaise pour tout le monde. Et ce monde pouvait attendre encore un peu pour qu'ils osent faire un pas en avant. Même si elle n'avait plus vraiment toute sa tête à cause de l'alcool qui empoisonnait un peu plus son organisme, elle le voulait que pour lui ce soir. Du moins elle voulait être avec lui. Une nouvelle fois, la sensation de se perdre dans la conversation l'arrachait de son nuage de pensée. De réfléchir à quoi ? De quoi elle était curieuse ? La blonde n'en savait rien, curieuse de tout ce qu'il pouvait lui offrir dans ses dires, dans ses gestes. Alors, peut-être que oui, finalement, elle avait tout le temps de penser de quoi elle était réellement curieuse. Quand il revenu s'installer au près d'elle, elle ne pu s'empêcher de le dévorer du regard, elle ne savait pas vraiment quoi penser sur l'instant, parce que tout défilait promptement dans son esprit. Lui, elle avait de la chance de l'avoir. Lui devait faire envie bien plus d'une femme et elle, elle était jalouse de ces pensées-ci. Peut-être parce au final, il lui faisait envie à elle aussi, sauf que tout la retenait et lui finirait par la lâcher à cause de ça. La blonde s'empêchait de penser plus, il fallait qu'elle parle, qu'elle fasse quelque chose pour ne surtout pas penser. Mais comme il lisait, à travers ses yeux, son esprit, il s'approchait d'elle, comblant le vide pour venir s'emparer de ses lèvres. « Je ne suis venue pour rien de précis. » Parce que c'était vers lui qu'elle se dirigeait toujours, visiblement. Parce que c'était lui qu'elle aimait et qu'elle avait envie de finir sa soirée à ses côtés plutôt qu'ailleurs. Elle déliait une nouvelle fois leurs lèvres, buvant une gorgée avant de poser son verre à son tour et se perdre de nouveau avec Léo. Elle faisait taire son cerveau pour ne laisser que son cœur s'exprimer. La main effleurait sa peau avant de se glisser dans ses cheveux. Elle préférait que sa douceur l'emporte sur ses gestes maladroits, que lui ne se dise pas qu'elle faisait ça uniquement à cause de l'alcool qu'elle avait dans le sang, puis surtout, qu'ils voulaient venir au même point.

__________________________

favorite sin ♒︎ Because i do everything i can. Because i will become stronger. You must watch me.
© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Léo Emerson

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Andrea ♦ Zéphyr ♦ Maxine ♦ lennox ♦ Grace ♦ Liam ♦ Lily ♦ Woody ♦ ...
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 4226
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©blondie
DOUBLE-COMPTE : Sara & Jackson
STATUT : Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau, j'peux pas mieux dire, il fait très beau !
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   Jeu 23 Fév 2017 - 17:54

 

I want you more than I ever wanted
Than I ever needed
Anyone I ever knew
I love you more than ever



Ils avaient cette façon de s’aimer presque pudique, sa façon à elle. Léo était de ceux qui pouvaient crier leur amour sur tous les toits, exhiber sa trouvaille un peu comme un trophée. Et généralement les femmes aimaient ça, se sentir adorées. Pas Grace. Et il acceptait ça. A son contact il changeait petit à petit, il apprenait la douceur, la patience et la simplicité. Il ne pouvait pas la montrer au monde, ça la ferait fuir et puis il n’en avait pas envie, tout simplement. Il découvrait une nouvelle façon d’aimer et ça n’était pas pour lui déplaire. Elle ne releva pas sa déclaration et c’était très bien comme ça, il savait qu’elle avait entendu et puis lui ne la vit pas rougir parce qu’elle avait la tête posée contre son épaule mais il ne chercha pas à voir sa réaction. Il sourit doucement. Alors on va l’être encore un peu et les autres on s’en fou. Qu’il affirmait avec son franc parler teinté d’humour. En vérité ils se mentaient à eux-même, sans s’en rendre compte, puisqu’ils étaient allé tous les deux au mariage de Lily et Nelligan et personne n’avait manqué leur complicité. Mais ça n’était pas pareil, se montrer devant des amis et devant la famille, les présentations officielles c’était autre chose, quelque chose de bien trop sérieux. De toute façon là n’était pas la question, chaque chose en son temps, pour l’instant Léo comptait bien terminer cette bouteille qu’il tenait à la main, ça l’aidait à calmer son envie irrépressible de faire une bêtise avec Grace. Il allait lui parler de son voyage, de la France, en long et en large, comme ça il ne penserait pas trop et elle n’oserait pas l’interrompre, elle l’écouterait même si ça l’ennuyait mais au moins ça lui éviterait de croiser son regard et de s’attarder sur ses lèvres, c’était le plan, jusqu’à ce qu’elle s’endorme et qu’il la porte jusqu’à la chambre pour une nuit réparatrice. Le lendemain serait un autre jour et la belle aurait retrouvé ses idées claires. C’était un plan parfait oui. Le problème c’était son regard, à elle, qui se faisait trop appuyé, et qu’il ne pouvait éviter, c’était le genre de regard qu’il connaissait trop et sur lequel il ne se serait pas défilé s’il s’était agit d’une autre que Grace, à une autre époque. Il se serait posé bien moins de question et il aurait laissé libre court à leurs envies, sans aucun état d’âme. Sauf que Grace n’était pas comme les autres, elle n’était sûrement pas consciente de ces œillades qu’elle lui lançait, de l’effet qu’elles avaient sur notre homme, il se faisait naïf sur ce point, pensant qu’elle était parfaitement innocente. Pourtant tout dans les gestes de la blonde était empreint d’une sensualité nouvelle, sa façon de boire son verre sans le quitter des yeux, de s’approcher de lui et de lui dérober ses lèvres. Et même si elle disait n’être venu pour rien, la façon dont elle passait la main dans sa tignasse tout en se rapprochant encore de lui se voulait, elle, totalement claire. Pris au dépourvu, Léo s’éloigna de sa tentatrice, le temps de respirer, de reprendre ses esprits. Attends, j’veux pas… Il attrapa son verre fébrilement et en but une longue gorgée avant de glisser son regard sur Grace qui semblait perdue. Il soupira doucement, il se posait probablement trop de questions, plus qu’il ne s’en était jamais posé dans une situation pareille où tous les signaux étaient pourtant verts. Il lâcha son verre une nouvelle fois et chercha à se lever en lui tournant le dos pour faire taire ses doutes et ses envies d’homme, il était nerveux comme un gamin qui découvrait l’amour. J’suis fatigué. C’était un mensonge, il savait que même si elle partait maintenant il n’arriverait plus à trouver le sommeil. Une nouvelle fois Grace le retint, sans rien dire, juste en se levant sur ses talons et l’attrapant par le bras. Sûrement qu’elle avait compris, il n’était pas difficile à déchiffrer. La gorge sèche Léo se retourna alors, les yeux plissés, le regard fiévreux, elle, l'insolente avait un sourire indéchiffrable sur les lèvres. Il s’approcha donc, scrutant chaque parcelle de son visage, ses cheveux, dans lesquels il passa une main hésitante, il observa ses doigts glisser le long de sa nuque comme s'ils ne lui appartenaient pas et retourner sur ses lèvres qu’il dessina doucement, alors qu’il commençait à sourire à son tour, à se détendre enfin. Et puis il l’embrassa, laissant exploser toute tension. Sa main descendit lentement le long de son corps qu’il sentit frémir sur son passage, il s’empara de sa main à elle et l’entraîna vers sa chambre, il resterait conventionnel ce soir, c’était plus sage que de la plaquer sur le canapé ou contre un mur. Même s’il se retournait presque à chaque pas pour l’embrasser, elle riait, s’amusait elle aussi à picorer sa peau, comme si elle était parfaitement à l’aise avec l’exercice et c’était diablement bon. Une fois dans la chambre, Léo prit le temps de faire glisser la robe de Grace sur le sol, le temps pour elle d’avoir une ultime échappatoire si elle le souhaitait. Mais elle ne fuit pas, au contraire. Cette nuit fut douce, parfaite en tout point, notre homme n’avait pas droit à l’erreur et il fit tout ce qu’il pouvait pour que sa belle prenne le plus de plaisir possible, pour qu’elle ne regrette pas plus tard de lui avoir accordé sa confiance et sa première nuit. Grace s’endormit rapidement, Léo ne ferma pas l’oeil, il passa un moment à observer sa poitrine se lever au rythme de sa respiration, il veillait sur elle. Ce ne fut qu’au petit matin qu’il s’écroula d’épuisement, il dormit d’un sommeil léger et peuplé de cauchemars, c’était souvent le cas quand il revenait de voyage. Il fut le premier réveillé, ce n’était pas vraiment la grasse mâtiné à laquelle il avait rêvé en rentrant chez lui. Après s’être assuré que Grace dormait toujours à points fermés il se décida à se lever pour préparer le petit déjeuner, avalant au passage un premier expresso pour se mettre les idées en place. Une odeur agréable parfumait toute la cuisine, le café finissait de passer et les œufs étaient presque prêts lorsqu’il entendit du bruit derrière lui.  


__________________________


come out of the woods
Nous sommes bien différentes pourtant... Elle a peur de son ombre, je m'assois dessus. Elle ne dit jamais ce qu'elle a sur le coeur, je dis tout ce que je pense. Elle n'aime pas sortir, je n'aime pas rentrer. Elle ne sait pas s'amuser, je ne sais pas me coucher. Elle ne s'enerve jamais, je pète les plombs... elle a besoin de moi et moi j'ai besoin d'elle› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: you’re my only one way (léo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
you’re my only one way (léo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: southern district :: maisons-
Sauter vers:  
la croisière s'amuse !
Si vous rêvez d'évasion alors, cette croisière est faite pour vous. Ici, vous retrouverez tout ce dont on peut rêver : bar open, piscine, mur d'escalade, casino, gym, restaurants, spas, massages, etc.
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
changement de version
recensement
les scénarios attendus