It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 it's not the time for telling tales on me (andreas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Jeu 11 Mai 2017 - 18:08

Hey babe. J’arriverai tard ce soir aussi, ne m’attends pas, je fais quelques heures supp. J’suis désolé, je t’aime..  Lennox laissa son téléphone portable retomber sur le divan à côté de lui et ferma les yeux. Son cœur s’était serré en lisant ce texto qui devenait bien trop fréquent depuis quelques jours. Il en connaîtrait les mots par cœur, à force, parce qu’il n’existait pas soixante façons de le lui dire, à Lennox, qu’il s’endormirait seul encore une nuit. Et si les premières fois il se plaisait bien à se dire que ça le réconforterait encore plus de sentir son homme se glisser sous les draps à côté de lui au beau milieu de la nuit et de pouvoir aller se blottir dans ses bras mi-éveillé, mi-endormi, à quelque part entre le rêve et la réalité, ce n’était plus le sentiment qu’il avait depuis quelques nuits. Lennox l’entendait entrer dans la chambre et la peur l’envahissait à chaque fois. La peur de sentir sur lui le parfum d’un autre homme, la peur que cette fois, il reste à l’autre bout du lit, laissant un océan de distance entre eux. La peur qu’Andreas ait trouvé meilleur ailleurs, et ce n’était pas une peur irrationnelle. Lennox savait qu’il était loin d’être le candidat idéal pour une relation douce, saine et belle. Andreas avait beau lui raconter le contraire depuis des mois maintenant, le notaire se replongeait si facilement dans l’insécurité. Le fait qu’il l’ait vu avec un autre homme, au centre commercial, deux jours plus tôt, n’aidait en rien. Il avait d’abord voulu à sa rencontre, prendre son courage à deux mains et se présenter, mais Lennox avait bien vite remarqué la complicité entre les deux hommes. Entre Andreas et cet autre homme. Leur proximité, aussi. Tout ce qu’il ne pouvait pas avoir avec Lennox, il l’avait sans doute avec lui. Et Lennox, lui, donnait à Andreas l’intimité, la sexualité, entre ces quatre murs devenus une prison. Ou alors Andreas était encore escorte, et cet homme était un client qui le rappelait, jour après jour, tombant toujours plus fou amoureux d’Andreas. Lui demandant toujours plus de son temps. Et comment l’en blâmer ? Lennox faisait pareil, mais sans l’argent, parce qu’il ne pensait pas avoir à le faire avec le norvégien. Il pensait que ce qu’il y avait entre eux était bien plus que ça. Mais comment savoir, maintenant …

Il se faisait tard, Lennox n’avait plus regardé l’heure depuis un moment. Il attendait, assis à la table. Après avoir regardé la télévision, après avoir regardé les nouvelles et après avoir fait quelques lectures pour se changer les idées, plus rien n’arrivait à le distraire suffisamment. Ses pensées se reportaient constamment à lui. Lui qui poussa enfin la porte, après des heures d’attente et d’angoisse qui avait forcé Lennox à lutter pour ne pas céder. Il arriva dans la grande pièce du logement, celle qui reliait toutes les autres l’une à l’autre, sans doute surpris d’y voir Lennox encore debout, sous le luminaire allumé au-dessus de la table. « Salut … » Il tenta de sourire, probablement en vain. « J’ai failli abandonner. » L’attente ? La lutte ? Eux ?

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Jeu 11 Mai 2017 - 22:03

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
Andreas était un homme comblé depuis qu’il sortait avec Lennox. C’était un homme charmant et qui semblait l’aimer profondément, honnêtement l’ambulancier ne demandait rien de plus. Il considérait avoir gagné le jackpot avec lui mais, parce qu’il y avait toujours un mais… Il était épuisé physiquement. Oh non, pas à cause de leurs nombreuses parties de jambes en l’air ô combien endiablées, il ne les mettrait de côté pour rien au monde ! Cependant Lennox avait voulu qu’il stoppe son deuxième métier, ce qui était assez légitime, mais ce qui le privait malgré tout d’un deuxième revenu dont il avait grandement besoin. D’abord, pour payer son loyer – même s’il vivait quasiment chez Lennox, à vrai dire. Puis ensuite pour gâter son homme. Parce qu’il voulait tout lui offrir, tout lui donner. Comme si son amour, pourtant très fort, n’était pas suffisant. Il savait que le notaire avait eu une vie difficile et il voulait que maintenant, il ne ressente qu’amour et émerveillement. Seulement, tout ça avait un prix. Les week-ends en amoureux, loin du monde. Une gourmette avec la date de leur premier baiser, et prochainement… un tatouage. Oui bon, je sais ce que vous allez dire, on ne se fait pas tatouer le nom d’une personne avec qui on sort ! Mais Andreas il s’en foutait de ça, il se foutait même du fait que le tatoueur l’ait un peu découragé de sauter le pas, il était persuadé qu’ils finiraient leur vie ensemble et ça lui paraissait la preuve d’amour ultime, peut-être même plus forte que le mariage. Peut-être parce que le mariage c’était beaucoup trop tôt, et qu’il avait donc dû calmer ses ardeurs… Mais voilà, tout ça valait beaucoup d’argent. Andreas ne voulait pas se priver de ce plaisir, car au fond, gâter Lennox le rendait lui-même complètement heureux. Il voulait voir des étoiles dans ses yeux tous les jours, autant que possible.
Bien sûr qu’il avait songé à reprendre son boulot d’escort. C’était tellement facile… Mais l’idée avait vite été écartée car il savait que ça ferait souffrir le notaire. Alors il avait tout misé sur l’hôpital et s’était mis à faire de plus en plus d’heures supplémentaires, à tel point que lorsqu’il rentrait chez lui – pour les rares fois où il rentrait chez lui – il se laissait tomber sur son lit et ne bougeait plus jusqu’au lendemain matin. Il sautait pas mal de repas, avait terriblement mal au dos, mais il avait un peu plus d’argent pour eux deux.

Il s’était plus ou moins douté que ça finirait par devenir un problème. Avec toutes les séries, tous les films qu’on voyait à la télé, il n’était pas rare qu’une infidélité ne commence comme ça… par des heures supplémentaires. Et il connaissait Lennox, il savait qu’il était du genre à vite s’emballer quand il s’agissait de se descendre lui-même en flèche. Alors croire qu’Andreas voyait quelqu’un d’autre, c’était comme du pain béni pour lui. Mais l’ambulancier avait voulu repousser les explications parce qu’avouer à son copain qu’on avait des problèmes d’argent alors que ce dernier passait la plupart du temps à nous héberger… Ca le faisait moyen. Andy voulait donner l’image d’un homme qui assure, qui n’avait pas de problèmes. Il l’avait dit, c’était lui qui gérait. Lennox n’avait plus qu’à se détendre tant il avait souffert dans sa vie. Probablement parce qu’il était le plus jeune et qu’il n’avait pas envie de ressembler à un gamin qui se fait entretenir par un homme plus âgé.

Pour ne pas changer aux autres nuits, il rentrait absolument crevé. Andreas n’avait qu’une seule hâte : se blottir contre l’homme de sa vie et profiter de sa journée de congé lendemain pour faire une grasse matinée amplement méritée. Cela dit il n’avait rien dit à Lennox pour lui faire la surprise !
Sauf qu’en rentrant, ce fut à son tour d’être surpris. Et pas forcément dans le bon sens du terme… En arrivant dans la cuisine, il trouva un Lennox toujours réveillé, et pas forcément très heureux de le voir. Eh merde. C’était le moment ? Le grand moment des explications ? Honnêtement Andreas n’en avait pas très envie… Il ne voulait que dormir, pour le coup. Mais il ne dit rien et se posa sur la chaise d’en face. Il n’osa pas l’embrasser pour le coup… Lennox semblait vraiment mal. Andy regarda vaguement l’heure sur sa montre et se frotta le visage en soupirant. « Salut… Il est tard, qu’est-ce que tu fais encore debout ? » Ca ne laissait présager absolument rien de bon. « Abandonner ? » Son premier réflexe fut de regarder s’il n’y avait pas de bouteille sur la table. Mais il culpabilisa immédiatement d’avoir pensé que peut-être, Lennox avait replongé… Finalement ça n’était peut-être pas plus mal qu’ils aient cette conversation maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. « Qu’est-ce que tu as failli abandonner, Lennox ? J’suis désolé d’être rentré si tard, mais je serais venu te rejoindre dans le lit tu sais bien… Est-ce que… y’a un problème ? Ca va pas ? » Même s’il avait l’impression de deviner le souci, il préférait que Lennox ne commence. Ca se trouve il se trompait complètement, en plus.
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Jeu 11 Mai 2017 - 23:03

Voyant sans doute tout le sérieux dans le regard de Lennox, et son incapacité à relâcher les muscles de son visage cette fois, chose qui arrivait pourtant automatiquement dès qu’il voyait Andreas, ce dernier vint s’asseoir en face de lui. Il tira la chaise tout juste à côté de la sienne et se posa dessus. Il consulta d’ailleurs sa montre, constatant l’heure que Lennox, lui, ignorait. Il n’en avait pas grand-chose à faire, surtout maintenant que le jeune homme était arrivé et qu’ils pourraient enfin parler. Certes, son cœur était en train de se déchaîner dans sa poitrine et il ne ménageait clairement pas son niveau d’anxiété en s’imaginant toutes sortes de scénarios tout d’un coup, mais au moins ils parleraient. Lennox avait juste trop peur de l’issue de cette conversation. Et si Andreas le laissait ? Et si la rupture se montrait imminente plus les mots franchiraient leurs lèvres ? Si Lennox n’avait pas encore rechuté malgré son envie pressante de s’alléger l’esprit, le départ d’Andreas serait certainement le coup fatal. « Je t’attendais. Je n’arrivais pas à m’endormir … » Lennox n’avait même pas essayé, pas cette fois-ci, mais il savait que ce n’était pas totalement un mensonge malgré tout. Même s’il avait été s’étendre, même s’il avait fermé les yeux et attendu, les heures auraient continué de défiler comme en ce moment sans pour autant qu’il ne s’envole vers le pays des rêves. Lennox n’arriverait plus à rêver tant qu’il ne savait pas si sa vie réelle était sur le point de se transformer en cauchemar. Quand Andreas releva le mot abandonner, le jeune homme garda le silence, voyant bien qu’il cherchait une quelconque preuve incriminante sur la table, près du lavabo. Mais aucune bouteille dans son champ de vision. Ni où que ce soit. Ce n’était pas ça. Andreas prit donc la parole de nouveau, comblant ce lourd silence. « J’ai faillai abandonner d’attendre, justement … J’ai failli abandonner mes efforts de m’faire croire que je n’avais besoin que de toi pour continuer à avancer. Pour survivre. » Il s’avança légèrement sur sa chaise, se penchant vers Andreas, parce que même s’il avait le cœur à l’envers, il avait besoin de conserver une certaine proximité avec lui. Comme pour s’accrocher à ce qui glisserait peut-être bientôt bien loin de lui. « Mais je n’ai besoin que de toi … que lorsque je n’ai aucun doute. Aucun doute sur nous, sur moi, sur notre amour … » Il baissa les yeux. « Et c’est pas le cas présentement, Andy. » Avoua-t-il d’une voix brisée, d’une voix attristée. « Où est-ce que t’es, réellement, quand tu fais toutes ces heures supplémentaires ? » Son regard remonta de nouveau vers Andreas, se plongeant dans le sien, tentant d’y lire la vérité. Peu importe à quel point elle lui ferait mal.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Jeu 11 Mai 2017 - 23:56

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
Andreas soupira. Il s'y attendait... Mais ça le blessait que Lennox l'accuse comme ça. Qu'il le croit capable une deuxième fois de le tromper. Il détourna le regard, tentant de garder son calme. Ça ne servait à rien la colère avec Lennox. Il avait juste besoin qu'on le rassure. Et pourtant ça faisait vraiment mal. " Tu n'as qu'à me le dire plus clairement si tu crois que je te trompe. " Car c'était bien de ça qu'il s'agissait. Mais pourquoi irait-il voir ailleurs ? Le notaire aurait sûrement plein d'hypothèses à ce sujet mais pour le jeune homme c'était juste impensable. Depuis qu'il sortait avec lui il se surprenait même à ne plus trouver d'homme aussi beau que Lennox. Même Collin qui était pourtant très canon - mais moins que le notaire aux yeux de Lennox, voilà tout.

" Quand je te dis que je fais des heures supplémentaires, j'en fais vraiment. Lennox, je... Tu peux pas juste me croire quand je te dis des choses ? Que tu ne crois pas mes compliments okay. Mais t'as pas le droit de mettre en doute mon amour. " Il était tellement fort ! Cette envie de brûler toutes les étapes et de partir vivre très loin avec lui à l'écart de tout. Sa seule compagnie lui suffisait et il lui semblait le lui montrer assez souvent. " J'essaie de te le prouver tous les jours. Avec des massages, des baisers, des cadeaux. Je t'encourage au quotidien, je me montre patient et je reste ici avec toi au lieu de te forcer à aller dehors. Tu crois vraiment que je ferais tout ça si j'étais pas aussi fou de toi ? " Un nouveau soupir. Andreas ne se sentait plus bien du tout maintenant, les disputes avec son homme le retournaient toujours violemment... Il était peut-être un peu brusque avec ses mots mais c'était pour lui faire comprendre le message - et aussi parce qu'il était vraiment fatigué par sa journée. " Je peux te demander pourquoi est-ce que tu t'es mis ça en tête d'un coup ? Oui peut-etre que je dois travailler beaucoup mais je ne gagne pas autant que toi. Ça me semble évident. Donc pour terminer : je passe mes heures supplémentaires à l'hôpital ou sur la route avec mon ambulance. " Il avait à peine sous-entendu son problème d'argent, n'étant pas franchement prêt à lui dire maintenant.
Andy attrapa doucement la main de Lennox et le regarda dans les yeux. " Je t'aime Lennox. Je n'aime que toi. Quel est le vrai problème ? "
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.


Dernière édition par Andreas Eriksen le Ven 12 Mai 2017 - 9:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Ven 12 Mai 2017 - 1:18

Lennox voyait bien qu’il faisait du mal à Andreas, mais dans une situation pareille, il était difficile de faire autrement. Qu’ils souffrent tous les deux ne signifiait pas qu’ils devaient balayer du revers de la main la source du problème. Au contraire, ils devaient en parler, même s’ils préféraient largement lorsqu’ils étaient sur leur nuage, loin des autres, loin des conflits. Lennox s’était promis de se battre pour cette relation, de faire de son mieux pour être à la hauteur, et ça passait par la communication. Il avait toujours eu du mal à exprimer ses émotions, à dire ce qui n’allait pas. Encore aujourd’hui, c’était bien maladroit, la preuve Andreas sentit directement qu’il l’attaquait. Sans doute était-ce le cas, aussi. Il n’avait pas pris le temps de se fermer les yeux un moment et de penser au fait que peut-être, oui peut-être, Andreas lui disait la vérité. Pendant toutes ces heures debout à attendre, Lennox n’avait effectivement vu que le noir. Comme toujours. « J’ai simplement posé une question. C’est toi qui sautes à cette conclusion. » Ce qui lui faisait encore plus peur, d’ailleurs. Parce que si cela était la première chose à laquelle songeait Andreas, était-ce parce que c’était bel et bien ce qu’il cachait, ce qu’il avait à se reprocher ? Évidemment, en pensant de cette façon, Lennox tentait de se déculpabiliser, parce qu’il était évident que c’était ce que le notaire avait sous-entendu. N’importe qui l’aurait déduit, fautif ou pas.

Andreas justifia alors ses heures supplémentaires, tentant de lui faire comprendre que c’était réellement ce que c’était, que ça ne cachait rien d’autre. Sa culpabilité monta en flèche quand Andreas lui rappela qu’il le couvrait de petites attentions et de cadeaux pour lui prouver qu’il l’aimait. Lennox haussa les épaules, bien trop enfoncé dans cet horrible scénario qu’il s’était créé de toute pièce dans sa tête pour en ressortir aussi facilement. Il n’oublierait jamais les rires d’Andreas avec cet autre homme. « Je sais pas, je sais plus, Andy … J’sais tellement pas quoi en penser que je me dis que si tu me couvres autant d’attentions c’est peut-être parce que tu veux que j’me rende compte de rien, justement … » Ouch. Il y allait fort, Lennox, et même si ça ne se voulait pas méchant, même si son but n’était pas de blesser Andreas, c’était cruel de penser de telles choses. Lui qui l’aimait tellement, lui qui se dévouait à leur relation et qui faisait tout pour que Lennox soit heureux, ce dernier lui remettait en pleine face que ce n’était que mensonges à ses yeux. Il ne le pensait pas, pas vraiment, mais les images gravées dans sa mémoire et toutes ces nuits récentes sans s’endormir dans ses bras avaient réussi à le rendre aussi confus. Perdu. Le norvégien lui demanda alors pourquoi il s’était mis toutes ces horribles choses en tête, tout d’un coup. Ce qui se passait réellement. En l’entendant dire qu’il l’aimait, que lui, Lennox craqua. Les larmes montèrent et il posa sa tête dans sa main, son coude appuyé sur la table. Fronçant les sourcils pour que ses yeux contiennent ses pleurs, il lui dit : « Je t’ai vu, avec cet homme au centre commercial … J’ai vu à quel point vous étiez proches, heureux. Tout ce que je te donne pas en public, en fait. Et ne crois pas que je ne comprends pas tes raisons … Je les comprends, Andy, que trop bien d’ailleurs. Mais j’ai tellement peur de te perdre … » Il s’essuya rapidement les yeux avant de relever le regard vers lui. « J’veux juste savoir qui c’est … Un client ? Un amant ? » Le deuxième serait sans doute pire que le premier, mais dans les deux cas, Andreas lui mentait.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Ven 12 Mai 2017 - 9:14

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
Andreas n’en revenait pas : il n’aurait jamais cru que tous ses efforts envers Lennox lui reviendraient en pleine gueule comme argument de sa trahison. Que devait-il en conclure ? Qu’il devait se comporter comme un goujat pour ne plus éveiller les soupçons ? Lennox avait besoin d’être constamment rassuré, c’était bien pour ça qu’il était autant aux petits soins avec lui, peut-être n’aurait-il pas été si présent avec quelqu’un d’autre. Il fallait savoir s’adapter à la personne qui se trouvait en face de nous, et il pensait l’avoir fait. D’autant que ça lui faisait vraiment plaisir de lui faire plaisir. Alors du coup, et même s’il voulait absolument rester calme pour cette discussion car il se savait à moitié en tort, il commençait un peu à s’agacer. « Ca veut dire quoi ça ? C’est un message subliminal pour me dire que je te colle trop ? Faut me le dire hein, y’a pas de souci. » Si, il y avait un souci. Andreas ne se voyait plus faire autrement et même s’il voulait calmer ses ardeurs, il avait très envie de s’occuper encore et toujours de Lennox. Mais si ce dernier en venait à douter à cause de ça… autant arrêter.

Lennox y vint finalement. Il aurait vu Andreas avec un homme au centre commercial et c’est à ce moment-là qu’il avait commencé à douter. Fatigué, il dût fouiller dans sa mémoire pour retrouver sa sortie avec Collin… eh merde. Collin, c’était son meilleur ami. Mais il avait un peu oublié d’en parler à Lennox, il semblerait donc que ce soit l’occasion pour lui de le faire. Malgré tout ça il était vraiment déçu que Lennox le pense capable de faire ça et ne manqua pas de le faire remarquer. « Au bout d’un moment c’est la deuxième fois que tu penses que je te trompe. Alors effectivement j’ai peut-être merdé, mais si tu m’accuses tous les trois jours ça peut finir par poser problème également. Parce que je te le répète : je n’ai besoin que de toi. Ouais, c’est un peu lourd qu’on s’cache. Mais je m’en fous, je respecte, je t’attends, on y va à ton rythme. Je t’aime et c’est tout ce qui compte. » Il soupira doucement. Maintenant, il fallait parler de Collin. Mais c’était franchement probable que Lennox ne le croit pas. « Ce gars s’appelle Collin. Et c’est… mon meilleur ami, c’est tout. Puisque je n’ai absolument rien à me reprocher, tu peux lire nos messages, je peux te donner son adresse, tu en feras ce que tu veux. Le seul truc… Ouais, j’ai peut-être oublié de le mentionner. Mais j’avais peur que tu te montes la tête parce qu’il est loin d’être moche, que tu te compares avec lui et je voulais pas ça. Avant on se voyait tout le temps lui et moi, maintenant c’est plutôt rare. Mais j’m’en fous parce que le temps que je passe pas avec lui, je le passe avec toi. Et ça me va très bien comme ça. » Son meilleur ami lui manquait un peu parfois et il culpabilisait mais d’un autre côté il chérissait tant le temps passé avec Lennox ! Il sonda Lennox pour essayer de voir s’il le croyait ou non. Difficile à dire. « Et non, je n’suis plus escort-boy. Pourquoi tu crois qu’il me faut des heures supplémentaires ? »
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Dim 14 Mai 2017 - 2:22

En prononçant ces mots cruels, Lennox savait qu’il blesserait Andreas, et pourtant ça avait été plus fort que lui. Il avait ce besoin pressant de se faire rassurer et ce, à tous les niveaux. Alors même s’il avait besoin de soulever l’impensable pour en avoir le cœur net, alors il le faisait. En amour, le notaire était capable de tout. Aux deux extrêmes. Le norvégien ne tarda pas à devenir agacé, à hausser le ton de sa voix malgré qu’ils eussent tous les deux gardé le calme jusqu’à maintenant. « Non, Andy tu me colles pas trop, tu sais à quel point j’ai besoin de ça … besoin de toi. Mais … j’sais pas … j’me dis que j’mérite tellement pas autant d’attentions que justement, ça cache peut-être quelque chose. Tu me caches peut-être quelque chose … » Et évidemment, à force de ne parler qu’à demi-mot, Andreas en vint à demander directement ce qui se passait réellement. L’un comme l’autre savait que ça ne sortait pas de nulle part comme Lennox le prétendait jusqu’à maintenant. Il y avait bien un élément déclencheur à tous ces doutes. Cet homme au centre commercial. Le notaire ne tourna pas autour du pot plus longtemps, ça ne servirait à rien d’autre que de mettre davantage d’huile sur le feu de plus en plus menaçant. Malgré qu’il sache maintenant le fond de l’histoire, Andreas ne se radoucit pas pour autant, et Lennox ne pouvait lui en vouloir. Plus Andy parlait, plus Lennox se rendait compte de son erreur. Et c’était un flagrant manque de confiance envers son amoureux qu’il venait de lui témoigner, là. En sortiraient-ils indemnes ? Collin, qu’il s’appelait, cet homme. Et quand l’ambulancier releva le fait qu’il le lui avait caché parce qu’il était loin d’être moche et qu’il avait peur que Lennox s’en soucie, cela le blessa énormément. Il baissa les yeux, se reculant légèrement dans sa chaise. « T’as pas à me protéger comme ça de mes propres pensées. Tu vois où ça nous mène … » Andreas, les comparait-il, tous les deux ? Collin versus Lennox ? Parce que s’il avait pensé que Lennox le ferait, peut-être était parce que lui aussi l’avait fait avant. Il soupira. « Il ne s’est jamais rien passé entre vous ? Même avant ? » Demanda Lennox. Il croirait sa réponse, il n’avait pas besoin de se mettre à épier ses messages, même si ça le rassurerait sans doute, il ne voulait pas tomber aussi bas. C’aurait été son genre, avant, mais il voulait changer. Pour Andy et pour lui. Quand le norvégien releva que s’il faisait des heures supplémentaires, c’était justement parce qu’il n’était plus escort-boy, Lennox se sentit une fois de plus coupable. « Je t’ai déjà dit que je pouvais t’aider, Andy … Ne te pousse pas à bout juste pour ta fierté. Laisse-moi t’aider je t’en prie. » Dit-il en s’avançant de nouveau vers lui, même si la confusion ne s’était pas encore dissipée.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Dim 14 Mai 2017 - 12:33

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
Il était franchement difficile de se disputer avec Lennox. Leur relation était forte, passionnelle, et c’était au final assez rare qu’ils en viennent là. En général, Andreas essayait de couper court au problème en s’excusant tout de suite, ou en dissipant le malentendu. Il avait tellement peur que Lennox ne se sente mal à cause de ça, qu’il en vienne à se faire d’autres idées, qu’il broie du noir, qu’il rechute. Mais ce soir il était incapable de simplement s’excuser. Ils devaient parler en adultes car c’est ce qu’ils étaient. Malgré tout, il se promit de ne pas partir en claquant la porte, de ne pas fuir en lui laissant ses doutes mais de bel et bien clore la dispute avant d’aller dormir. Sinon Lennox allait ruminer, cogiter, Andreas aussi, et le réveil serait terrible. Ne jamais s’endormir fâché… Surtout quand son homme avait quelques tendances paranoïaques – fortement rattachées au fait qu’il se détestait lui-même. Quoique cette fois, puisqu’il avait vu Collin, il s’appuyait sur quelque chose de concret et c’était même normal qu’il se pose des questions. Un peu moins de l’accuser directement, par contre. « Si je m’occupe de toi, c’est simplement parce que j’en ai envie Lennox. Est-ce que c’est venu subitement ? Non, je fais ça depuis le début. Ca m’a pas pris d’un coup parce que je culpabilisais de quelque chose. » C’était selon lui un bon argument en sa faveur. Effectivement, s’il s’était mis tout d’un coup à lui offrir tout un tas de petites attentions alors qu’avant il s’occupait à peine de lui, c’aurait été inquiétant. Alors que là, c’était juste habituel et par pur plaisir. Existait-il sur Terre quelque chose de mieux que le sourire de Lennox ? Probablement pas. Alors il faisait tout chaque jour pour l’obtenir.

Le protéger était le mot juste. Andreas avait voulu anticiper les pensées noires de Lennox s’il lui avait parlé de Collin et peut-être avait-il eu tort. Mais encore une fois il n’avait fait ça que dans l’intérêt de Lennox et de leur couple, rien d’autre ! En plus, Collin était quelqu’un d’adorable et ils se seraient sûrement bien entendu tous les deux. Mais c’était plus facile de présenter son homme aux filles de son entourage qu’à Collin, voilà tout. Surtout quand on connaissait Lennox… Et puis le policier avait une petite rancœur à cause du fait qu’ils ne se voient plus avec Andy, alors l’ambulancier avait eu peur que ça se passe mal. « Désolé. Je me suis dit… que j’avais encore un peu de temps avant de te parler de lui. Y’avait peu de chance que tu nous croises, on se voit presque pas en ce moment. Il est flic et il a aussi beaucoup de boulot. » Il haussa les épaules, poussant un petit soupir. La question de Lennox était prévisible et cette fois il choisit de ne pas s’en offusquer. Il allait se contenter de lui répondre calmement et de le rassurer. « Il ne s’est rien passé entre nous et il ne se passera jamais rien. Je l’ai rencontré ici et tu sais, à mon arrivée, toi et moi on s’est rencontrés assez vite. Je n’ai plus vu que toi très rapidement. » Hop, un petit compliment au cas où. « Et puis il préfère les filles. Paraît même qu’il commence à saisir pourquoi j’aime tant être amoureux. » C’était sa confidence de la dernière fois même s’ils n’avaient pas bien eu le temps d’en parler. « Amoureux de toi, en passant, si jamais il faut encore le préciser. Bien sûr je veux que tu le rencontres et j’aurais fini par te le présenter. Mais très sincèrement, si je t’avais parlé de lui, t’aurais pas commencé à psychoter ? Et ça aurait été pire en le voyant. » Mais encore une fois, il reconnaissait son erreur. Il avait juste voulu accorder un peu de répit au pauvre Lennox. « La soirée au restaurant était déjà assez stressante pour toi… »

Puis ils en vinrent finalement à parler d’argent. Andreas eut un mouvement de recul, une légère grimace sur le visage. Il ne voulait pas se faire entretenir par le notaire, c’était catégorique. Déjà qu’il ne payait plus vraiment les courses ou quoi depuis qu’il passait sa vie chez Lennox. « Je n’ai pas besoin que tu m’aides. Pas pour ça en tout cas. Je gère. Okay ? Je suis plus un gamin et je dois être capable de me débrouiller tout seul. J’aimerais bien arrêter tout ça pour passer plus de temps avec toi mais je sais que ma fierté ne le supporterait pas. »
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Lun 15 Mai 2017 - 0:47

La dernière chose que Lennox désirait était qu’Andreas reparte chez lui ce soir, le laissant seul ici, tourmenté par les paroles qu’ils se seraient dites. Ce ne serait bon ni pour l’un ni pour l’autre et le trentenaire ne se faisait pas assez confiance pour croire que la fin de sa nuit se passerait bien si son homme quittait dans une colère qu’il ne lui aurait jamais vue. Juste présentement, cette simple dispute, était la première dans ce genre. La première qui soit sérieuse et qui puisse laisser des marques. Bien sûr, il y avait eu cette première fois au chalet au bord du lac, mais ils avaient bien rapidement passé par-dessus, ils ne s’étaient rien dit qu’ils regretteraient par la suite. Là, c’était différent, et les paroles cruelles de Lennox sortaient d’entre ses lèvres sans qu’il ne les pèse au préalable, et plus le temps passait, plus il se maudissait de ne pas avoir laissé ça passer. Sa foutue jalousie qui refaisait toujours surface allait les pousser au bord du ravin. « Tu as raison … Ça fait partie de toi, je ne t’ai jamais connu autrement … C’est juste que … » Et c’est là qu’il lui parla de cet homme avec qui il l’avait vu au centre commercial. Si ça n’avait été que des petites attentions et du temps supplémentaire, Lennox n’aurait sans doute jamais eu autant d’inquiétudes par rapport aux sentiments d’Andreas. Probablement ne seraient-ils pas en train de se disputer présentement. Mais il les avait vus, ensemble, et ça avait réveillé en lui des doutes profonds qu’il n’avait pas su taire. Il devenait paranoïaque, s’imaginant qu’à chaque fois qu’Andreas ne rentrait pas à l’heure habituel, c’était parce qu’il allait le rejoindre dans un bar, endroit maintenant interdit pour Lennox et lui. Le trentenaire avait trop d’interdits, en raison de son passé des plus complexes. Aux yeux du notaire, cela justifiait tous les comportements d’Andreas, et pourtant ce dernier ne voulait rien entendre. Parce qu’il l’aimait lui. Andreas aimait Lennox, et personne d’autre, même pas pour une simple attirance physique. Il faudrait que ça lui rentre dans la tête, un jour ou l’autre. Qu’il cesse de constamment douter. « Il préfère les filles ? » Demanda Lennox, se raidissant de nouveau, même si sa voix était demeurée plus douce cette fois. On voyait bien dans son non-verbal que cette déclaration ne le réjouissait pas vraiment. Quand il avait su qu’il s’agissait du meilleur ami de l’ambulancier, il avait pu se détendre un peu, mais de savoir que ce meilleur ami pourrait voir Andreas d’une autre façon le replongeait dans l’inquiétude. « J’aurais peut-être psychoté, comme tu le dis … » Et le choix de mot ne sonnait pas comme une douce musique aux oreilles de Lennox. « … mais c’aurait probablement été moins pire que là, alors que tu me l’as caché. » Dit-il. Une fois la question de Collin réglée, les deux hommes parlèrent des problèmes d’argent d’Andreas. Malgré que Lennox offre encore une fois son aide, le norvégien refusait catégoriquement son aide. Le tout couronné d’une légère grimace. « T’as pas besoin de te montrer fier avec moi, Andy ! On est une équipe, pas vrai ? C’est ça être en couple, non ? J’ai tout cet argent en trop à moi et y’a toi qui en arrache à côté, comment tu penses que je me sens ? J’supporte pas de te voir bosser aussi dur alors que je sais que je peux y faire quelque chose ! » Insista-t-il encore.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Mer 17 Mai 2017 - 0:26

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
Andreas savait pertinemment que le choix des mots était primordial quand il s’agissait de parler avec Lennox. Ce dernier avait vite fait de les retourner contre lui, ou bien de les interpréter d’une façon dont lui seul avait le secret. Mais en même temps, il n’allait pas lui dire que son meilleur ami était hétéro alors que ça n’était pas le cas ; il aggraverait à coup sûr son cas. En plus, Andreas avait un petit doute là-dessus, il lui semblait que Collin était effectivement bisexuel mais il ne lui avait encore jamais parlé de garçon, alors c’était un peu passé à la trappe. Il aimait les femmes, c’était sûr. Pour le reste… il faudrait peut-être lui redemander à l’occasion. Et c’était bien la preuve qu’Andy ne s’intéressait pas à lui autrement que de façon amicale ! Sinon il se serait effectivement inquiété de savoir s’il aimait les hommes ou pas. Plus qu’à voir si cette argumentation serait suffisante pour Lennox ou non… « Je t’avoue que je ne sais plus exactement s’il aime aussi les hommes ou non… Je dois pas être un ami hyper à l’écoute, mais je sais qu’il aime les filles. Après, qu’il aime aussi les hommes ou pas je dois te dire que je m’en fous totalement, parce qu’il ne m’intéresse pas. C’est un garçon très sympa, vraiment tu pourrais l’apprécier, mais j’suis bien avec toi alors non il ne m’intéresse pas. Et je te vois venir… » Il fallait toujours prévoir, avec Lennox ! « Ne me demande pas si, dans le cas où ne nous sortirions pas ensemble, je pourrais essayer de le draguer ou de coucher avec lui. Premièrement parce que je n’ai pas envie une seule seconde d’imaginer ma vie sans toi, et ensuite parce qu’on s’en fout. Il est clairement pas moche, j’vais pas te prendre pour un con en te disant qu’il l’est, mais c’est juste un ami. » C’était risqué de lui dire qu’il trouvait Collin mignon, mais Lennox le trouvait aussi mignon sinon ça ne lui poserait probablement pas autant de problèmes. Ils étaient en couple, malgré tout ils avaient le droit de rester objectifs et de ne pas trouver le monde entier laid, sans pour autant avoir de l’attirance ou quoique ce soit.
Andy soupira doucement. Dans peu de temps ses yeux se fermeraient tout seul… Mais ils devaient régler ça avant d’aller dormir. « Ecoute, j’suis désolé. J’ai vraiment pas pensé à mal en faisant ça. Je te promets que… ça ne se reproduira plus. Je ne te cacherai plus jamais rien. » Promesse fortement difficile à tenir, il allait essayer de l’honorer. « Si en échange tu arrêtes de croire que je vais te tromper à la moindre occasion. J’ai pas envie de me dire qu’à chaque fois que je vais parler à un autre homme, tu vas être en train de souffrir. Et puis… c’est vexant. Je t’aime. Toi. Tes qualités, tes défauts, ton corps, toi. Et je te le prouverai autant que possible. »

Accepter son argent ça aurait pu être considéré comme une preuve d’amour. Mais là c’était un peu trop lui demander. Il était forcément touché que Lennox veuille l’aider mais il voulait juste s’en sortir par lui-même, comme il faisait depuis un moment maintenant. « J’ai pas vraiment envie de rentrer dans le cliché du je sors avec un mec plus âgé pour sa thune tu vois ? Je le montre moins que toi, mais moi aussi parfois j’ai peur d’affronter le regard des autres. Et puis… j’ai pas envie qu’un jour tu te mettes à penser que tu me manques juste parce que tu me donnes de l’argent. C’est pas sain j’trouve. C’est pas comme si on vivait ensemble ou qu’on avait un budget commun tu vois ? Je peux essayer d’y réfléchir, et c’est vraiment gentil de le proposer mais si on pouvait se débrouiller autrement, ça m’arrangerait. » Il se frotta la nuque. « Bon… ça te dérange pas si on continue cette conversation dans le lit ? J’me suis tué le dos aujourd’hui. »
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Mer 24 Mai 2017 - 14:15

Là, les paroles d’Andreas surent réellement le réconforter. Ou plutôt le rassurer. Parce que s’il ignorait à ce point les préférences de Collin en matière d’attirance et d’amour, alors cela signifiait qu’il ne s’était jamais vraiment attardé à ce détail. Alors à moins qu’il soit en train de lui mentir pour éviter la dispute, ce que Lennox ne voulait tout simplement pas croire, le notaire n’avait pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là. Tous ces scénarios qu’il voyait et revoyait dans sa tête étaient une invention de sa jalousie maladive, et il pouvait maintenant les envoyer valser. Il allait devoir se faire à l’idée que son homme avait le droit d’avoir des amis, peu importe le sexe de ceux-ci. Après tout, Lennox lui-même avait autant d’amis de sexe féminin que de sexe masculin. Est-ce qu’Andreas était en train de lui faire des crises de panique et de jalousie à tout bout de champ, de peur de se faire jeter, de peur d’être trompé ? Non. Tout ça, c’était entre les deux oreilles de Lennox, et il allait sérieusement devoir y faire quelque chose. « D’accord, je te crois alors. Merci de ta sincérité, Andy. C’est important pour moi … » Il lui sourit. Même si le fait de savoir que son amoureux trouvait ce Collin attirant ne le réjouissait pas, il ne devait pas accrocher à ces seules paroles. Elles étaient les seules, dans tout le lot, qui l’agaçaient. Tous les autres mots le confortaient, l’apaisaient. Il espérait qu’Andreas saurait lui pardonner, de son côté, de tous ses doutes et de ces remises en question constantes. Ce devait être difficile, pour lui, de vivre avec le trentenaire. Si en plus de sa dépression il devait gérer sa jalousie, il finirait par baisser les bras – même s’il disait le contraire, pour le moment. D’ailleurs, l’ambulancier profita de cette trêve pour lui demander d’arrêter, en échange de son honnêteté à lui, de se montrer paranoïaque à chaque fois qu’il le voyait avec quelqu’un d’autre. « Je vais essayer, Andy, je te le promets. Je travaille fort là-dessus, je te jure … Mais je préfère quand même t’en parler, quand ça m’arrive, si tu veux bien … juste parce que je sais que si je garde mes doutes pour moi, ils grandiront et … et je ne veux pas en arriver là. » Ni Andreas ni Lennox ne le voudraient, d’ailleurs, parce que lorsque le notaire laissait ses peurs le consumer, il se perdait parmi ses démons. Rechuter était la dernière chose qu’il voulait présentement, pas alors qu’il effleurait le bonheur du bout de ses doigts fatigués.

Concernant l’argent, Lennox se montrait bien plus insistant, tout simplement parce qu’il ne supportait pas l’idée d’être plein aux as alors que l’homme qu’il aimait passait des heures et des heures à bosser pour parvenir à la fin du mois. C’était insupportable, et ils seraient tous les deux gagnants de ce que Lennox offrait. Plus de temps ensemble. La justification d’Andreas le blessait, même s’il comprenait son point de vue, ça le blessait. « Personne n’a besoin de savoir que je t’aide, Andy. C’est pas moi qui ira le crier à tout le monde, tu le sais bien ça … » Oh, oui, Lennox savait se montrer discret. Parfois trop, au point où on l’oubliait. « Je ne penserai pas ça … C’est moi qui offre, pas toi qui demande. » Cependant, il voyait bien que là-dessus, le norvégien ne démordait pas. Il soupira donc, et hocha la tête quand l’homme proposa de poursuivre cette conversation dans le lit. « Oui, je suis désolé de te tenir éveillé. Allons-y … » Souffla-t-il, allant porter son verre d’eau à la cuisine avant de fermer toutes les lumières et de rejoindre Andreas à la chambre. Il se déshabilla, ne gardant que ses sous-vêtements, et se glissa sous les draps, rejoignant le corps de son homme. « Comment a été ta journée ? » Demanda-t-il, avec l’espoir de mettre ça derrière eux même si, inévitablement, ils en garderaient pendant un moment encore l’amertume, le mauvais souvenir.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Jeu 25 Mai 2017 - 20:04

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
« Bien sûr, je veux que tu m’en parles quand tu doutes. Quand t’as peur. Et de mon côté j’essaierais de faire la même chose. » Lui aussi il avait des doutes, lui aussi il se faisait des films parfois. Il n’était pas impossible qu’il aille voir Lennox après l’avoir vu parler avec un homme un peu trop mignon, ou même une femme d’ailleurs ! La communication c’était très important. C’est un peu ce que Lennox faisait ce soir, après l’avoir attendu toute la soirée, plutôt que de lui hurler dessus et de le quitter. Mais ça n’était pas encore la bonne manière de communiquer, car il pensait déjà connaître les réponses. Parce qu’il avait accusé plutôt que de poser des questions totalement neutres, et non pas orientées vers une réponse ou une autre. « Mais il faut absolument qu’on trouve un autre moyen de parler de tout ça. Je veux bien que tu me poses la question, mais s’il te plaît, ne te mets pas dans des états comme ça tant que tu n’as pas eu la réponse… D’accord ? Ca risque d’être fatigant pour toi. » Et totalement inutile surtout. C’était bien l’inconvénient de se faire des films… c’était rarement rationnel et le plus souvent dévastateur.

Andreas soupira doucement. L’argent avait été un sujet délicat entre eux dès le début. Il était vrai que l’aide de Lennox leur permettrait de passer plus de temps ensemble mais Andreas devrait alors refuser à son plus grand plaisir : le gâter. Hors de question d’inviter Lennox au restaurant avec l’argent de Lennox lui-même, ou bien de lui préparer un week-end surprise payé de sa poche. Et c’était peut-être ce qui l’ennuyait le plus là-dedans, avec le fait que sa fierté en prendrait un coup. « Moi je le saurais. C’est déjà beaucoup. » Cette fois il ne refusa pas totalement parce qu’il voyait bien que le notaire était déterminé. Mais il n’acceptait pas non plus. Andy allait réfléchir…
Il soupira de soulagement lorsque Lennox accepta qu’ils aillent dans la chambre pour continuer la conversation – ou en commencer une autre, pourquoi pas. Nouveau soupir quand il put s’allonger dans le lit et que son homme vint se mettre dans ses bras. Il avait continuellement peur de perdre Lennox. Qu’il décide d’arrêter leur relation parce qu’il n’arrive pas à l’assumer, qu’il essaie encore une fois de mettre fin à ses jours, qu’il retombe dans l’alcool, que quelqu’un d’autre ne ravisse son cœur… Tant de possibilités. Andreas n’était pleinement rassuré que lorsque le soir, ils se couchaient ensemble. Lorsque leurs souffles diminuaient lentement mais sûrement pour rejoindre ensemble le monde des rêves.

Il commença à caresser doucement le bras de son amoureux, fermant les yeux. Il était vraiment fatigué… Et à ce rythme-là, il ne tarderait pas à s’endormir. « Crevante. On a eu pas mal d’interventions aujourd’hui… Et pas que des bonnes nouvelles. » Il haussa les épaules. Andreas ne se ferait jamais vraiment aux décès, pourtant c’était une grande partie de son métier. Mais il sauvait aussi des vies, et ça valait tout l’or du monde. J’ai beaucoup pensé à un certain brun, d’ailleurs. Je me demande s’il pensait à moi lui aussi. » Il tourna la tête vers Lennox et lui sourit doucement. Bien sûr qu’il s’agissait du notaire ! Toutes ses pensées allaient en sa direction. « Et toi alors ? Ca a été ? Si on oublie cette soirée, bien entendu… »
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Dim 4 Juin 2017 - 22:45

Lennox hocha la tête. Il avait eu vachement de la chance de tomber sur un homme aussi compréhensif qu’Andreas. En même temps, il aurait dû s’en douter. Dès leur première rencontre, il avait vu le norvégien sous ce jour, et ce malgré l’immense panique qui habitait le notaire. Ils avaient été tous les deux prévenus de qui l’autre était, ce jour-là. Lennox, l’angoissé. Andreas, la bonté. Deux personnalités tellement différentes et pourtant, ils filaient le parfait bonheur … quand le trentenaire ne laissait pas les nuages assombrir ce qui brillait pourtant de mille feux. « D’accord. Ce n’était pas dans mes intentions de t’accuser, loin de là … Je m’excuse, ça sort souvent tout de travers … » Surtout quand il passait des jours à ruminer et à passer et repasser l’éventuelle conversation dans sa tête. Au final, les mots s’emmêlaient et il s’enfonçait. Tant que eux ne s’enfonçaient pas, c’était l’important, mais il ferait tous les efforts possibles pour leur faciliter la tâche. « J’essaierai de ne pas me mettre dans des états, mais tu me connais … j’ai bien du mal à rationaliser, à contrôler mes émotions. » Lennox ressentait tout, trop fort. Il avait longtemps pensé avoir une maladie mentale, quelque chose qui expliquerait ses humeurs et pourtant, mis à part la dysthymie qui n’expliquait que son constant sentiment de dépression, Lennox n’avait aucune réponse pour le reste. Il était comme ça, voilà tout. Mais c’était lourd et difficile, d’être lui.

Concernant les questions d’argent, Lennox avait cette fois des réponses, mais pas celles qu’il aurait voulu entendre. Avec Lou, c’était plus facile, il pouvait la gâter comme il l’entendait – il lui avait d’ailleurs acheté un piano qui valait des milliers de dollars. Andreas n’acceptait pas aussi facilement la grande générosité de Lennox, et ça pouvait parfois lui faire de la peine. Il aurait tellement voulu l’aider, le soulager de ce poids-là qui était loin d’en être un pour lui. Le trentenaire soupira donc face à ce refus. « Si tu changes d’idée, si tu n’t’en sors plus … promets-moi de ne pas hésiter à m’en parler. La proposition sera toujours là. » Il sourit. Ce n’était pas une bataille qu’il gagnerait, mais Lennox ne cherchait pas la victoire sur tous les fronts, loin de là. Rien que d’être avec Andreas le comblait, alors il ne laisserait pas ce détail les détruire.

Les deux hommes montèrent à l’étage pour rejoindre le lit, dans la chambre à coucher de Lennox. Malgré cette conversation tendue, le notaire n’hésita pas à aller se coller au norvégien. Parce qu’il en avait besoin. Parce qu’autrement, son cœur se serrerait et il ne trouverait jamais sommeil. À force de vivre avec ses fréquentes crises d’angoisse, Lennox avait appris à ne pas s’endormir avec un tel sentiment, parce qu’il se réveillerait assurément au beau milieu de la nuit avec cette sensation désagréable de ne plus pouvoir respirer. De ne plus avoir le contrôle sur quoi que ce soit, pas même son corps. Lennox ferma donc les yeux, tout de suite rassuré, quand les doigts de son amoureux caressèrent son bras. Il changea complètement de sujet, parlant plutôt de la journée de l’ambulancier. Il l’écouta en caressant doucement sa joue, sa barbe, ne répondant rien face à ces mauvaises nouvelles. C’était une partie du métier de l’homme, une partie que Lennox avait lui aussi dans le sien, en quelque sorte, quand il recevait les proches des gens décédés, pour la lecture des testaments. « Il pensait à toi aussi … » Sans doute plus que de raison, d’ailleurs. Lennox pensait constamment à Andreas, au point où ça en devenait déconcertant. Il haussa doucement les épaules quand l’homme lui renvoya la question initiale. « Rien de spécial. » Comme toujours. « J’avais surtout hâte de rentrer et de te retrouver. » Et ça ne s’était pas passé comme il l’aurait voulu, il avait dû attendre quelques heures de plus, mais maintenant tout allait mieux. « Tu sais … » Il hésita un moment, baissant les yeux, réfléchissant à son approche, avant de relever les yeux vers Andy. « Pas que j’aie envie de nous relancer sur une discussion pareille alors qu’on va bientôt dormir mais … je repense à ce que t’as dit et … enfin, je … » S’il avait pu faire marche arrière, là, Lennox l’aurait fait. Juste parce qu’il avait peur de la réaction d’Andreas. « Tu passes pas mal de temps ici, et quand t’es pas là c’est trop grand, trop vide … si au moins y’avait tes trucs, tes effets personnels, pour marquer ta présence même dans ton absence … » Et voilà qu’il passait par quatre chemins plutôt que d’aller droit au but. « C’que je veux dire c’est que … si tu voulais emménager ici, je … je serais plutôt content. » Voilà, l’idée était lancée, comme ça, comme une bombe avant que Morphée ne tende ses bras.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3402
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Dim 4 Juin 2017 - 23:36

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
lennox ∞ andreas
« Si tu voulais emménager ici, je … je serais plutôt content. » La respiration d’Andreas se coupa un court instant et ses yeux s’écarquillèrent d’un coup. Mon dieu. Mon dieu. Bordel. Emménager. Avec Lennox. Vivre tous les deux. Cette demande lui fit le même effet qu’une demande en mariage. Et même si ça n’était pas bien de comparer, ça lui faisait carrément plus d’effet que lorsque son ex lui avait proposé la même chose. Lennox c’était l’homme de sa vie, il en était complètement persuadé. D’ailleurs, il en avait parlé avec Daemon il y a peu, lui indiquant ô combien il pouvait être fou de lui. Rencontre qu’il n’avait pas encore mentionnée à Lennox d’ailleurs puisqu’elle s’était déroulée tout juste aujourd’hui, entre deux interventions. Muet depuis plusieurs secondes déjà, il se redressa doucement afin de pouvoir regarder le notaire dans les yeux. Il attendait une réponse sous peu au risque de se mettre à regretter sa proposition, ce qui était tout à fait normal. Andreas avait juste été un peu pris de court et un peu choqué que cette idée soit si vite prononcée mais c’était agréable de voir que le brun faisait autant de projets que lui. Ils allaient vite, oui, mais ils y allaient ensemble. Alors pourquoi se priver ? « Waw je… l’avais pas vraiment vu venir en fait. Mais je… » S’il faisait un peu poireauter Lennox ? D’accord, peut-être… Parce qu’au fond il connaissait sa réponse, depuis très longtemps déjà. Il sourit doucement, se pencha pour lui voler un baiser passionné. Puis, contre ses lèvres, il murmura : « Oui. Je veux vivre avec toi. Je veux tout faire avec toi… » Et peu importait ce qu’en diraient les autres, même si Lennox n’assumerait probablement pas cette proposition avant un moment.

Andreas se sentirait probablement coupable à un moment ou à un autre de prendre la place de Lou, ou même de quitter ses colocataires actuels. Mais il voulait vivre sa relation à fond et ne pas se mettre de barrière. Vivre ensemble c’était juste le meilleur moyen pour apprendre à se faire confiance et passer le plus de temps possible rien que tous les deux. Ca ferait assurément beaucoup de bien à Lennox – et à Andy aussi, bien sûr !
Les yeux brillants, il finit toutefois par froncer les sourcils. « Hey… attends un peu, toi ! Vivre ensemble, ça veut dire loyer en commun, dépenses en commun, comptes… en commun ? » Il lui lança un regard accusateur. « Tu viens pas genre de trouver l’astuce parfaite pour que j’accepte ton aide financière ? » Ca allait être difficile de lui dire non maintenant… Mais au lieu de se fâcher Andreas se mit plutôt à rire. « T’es pas croyable… mais c’est vraiment trop mignon. » Il l’embrassa alors encore une fois, puis une autre… Son mal de dos s’étant soudainement évaporé ! « J’dois avouer que tout ça, ça me donne envie de te faire l’amour comme un fou… » murmura-t-il en caressant distraitement son torse.
Code by Silver Lungs

__________________________



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Lennox Nowakowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: andreas ♠ daemon ♠ devan ♠ effy ♠ léo ♠ siam ♠ cj ♠ xavier ♠ aisling ♠ aino ♠ andeana ♠ collin ♠
ANECDOTES: I don't like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there's comfort in the panic. And I drive myself crazy thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy because I can’t escape the gravity. I'm holding on, why is everything so heavy ? Holding on, so much more than I can carry. I keep dragging around what's bringing me down, if I just let go, I'd be set free. Why is everything so heavy ?
ABOUT MEMESSAGES : 1300
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : ♠ faust & signature par bat'phanie
DOUBLE-COMPTE : ♠ nelligan & woody & isaiah & maxence & concho & august & naveen
STATUT : ♠ prends mon corps contre ton corps, prends mon âme retiens-la bien
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   Lun 19 Juin 2017 - 1:32

C’était comme si tout le reste de la soirée venait de s’envoler dans l’oubli, de s’évaporer vers un passé auquel ils ne chercheraient pas à s’accrocher. Cette seule demande de la part de Lennox venait de leur ouvrir une porte qu’ils ne pensaient certainement pas franchir cette nuit, et pourtant, les voilà qui semblaient prêts à mettre un pied devant l’autre pour s’ouvrir à ce tout nouveau monde à deux qui les attendait. Pourtant, avant que ce sentiment n’envahisse également Lennox, il y avait bel et bien eu de longues secondes d’hésitation et de confusion dans son esprit. Andreas le fixait, dans le silence le plus lourd jamais entendu, ses lèvres entrouvertes et sa respiration presque imperceptible. Comme si les mots de Lennox l’avaient achevé. Le notaire n’imaginait même pas à quel point, au contraire, il venait de lui donner vie. Et enfin, Andreas répondit. D’abord dessinant sa surprise, ses paroles se frayèrent enfin leur chemin jusqu’à l’acceptation de la proposition. Ses lèvres, elles, s’étaient faufilées jusqu’à celles du trentenaire. Un sourire niais et soulagé anima enfin le visage de Lennox qui était auparavant dur comme pierre, sans doute pour se protéger dans l’éventualité d’un refus justifié sur lequel il n’aurait pas eu le droit d’argumenter. Heureusement, ce n’en était rien. Heureusement, la réponse était celle à laquelle il avait tant de fois rêvée. « C’pas marrant d’me faire poireauter comme ça ! » Lâcha finalement Lennox en secouant la tête, surpris qu’Andreas ait osé une telle attitude alors qu’il savait fort bien que son amoureux aurait pu se liquéfier sous ses yeux. Cette fois il pouvait bien en rire, puisqu’au final, aucune malheureuse nouvelle se s’était trouvée au bout de l’attente.

Après quelques minutes dans les bras l’un de l’autre, à savourer ce moment de parfaite union, Andreas fit enfin le lien entre leur précédente conversation ainsi que la proposition de Lennox. Sous son regard accusateur, le trentenaire ne put s’empêcher de faire une moue à la fois désolée, à la fois prise la main dans le sac. « Je te promets que c’était dans mes plans de te le demander bientôt … mais c’est vrai que tu m’as ouvert la porte en grand et ça a peut-être accéléré le processus … » Il sourit. « C’est pas moi qui s’en plaindra. » Après tout, Lennox était prêt à passer cette étape-là depuis bien longtemps. C’était assez paradoxal quand on savait qu’il n’était pourtant pas encore à l’aise d’être vu en public avec Andreas. Pour lui, la logique était totalement là. Il allait bientôt se rendre compte que cet emménagement à deux allait le projeter à cent milles à l’heure dans cette relation, et qu’il n’aurait plus moyen de mettre les freins face aux autres. « Ne te retiens pas … » Murmura Lennox dans l’oreille de son amant alors que ce dernier mentionnait sa soudaine envie de lui faire l’amour, de l’aimer comme un fou sous les draps, pendant que le reste de la ville était endormie depuis bien longtemps maintenant. Avec toute cette excitation, autant celle provenant de son cœur que de son sexe, Lennox se doutait bien que leur nuit à eux serait bien courte. Tant pis. Ils en auraient des milliers d’autres.

__________________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
i've been hearing symphonies
life was stringing me along, then you came and you cut me loose. was solo singing on my own, now I can't find the key without you. ▬ i'm sorry if it's all too much, every day you're here, I'm healing. I was running out of luck, I never thought I'd find this feeling.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: it's not the time for telling tales on me (andreas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
it's not the time for telling tales on me (andreas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: PLAYGROUND  :: stories have been told-
Sauter vers:  
retour vers le futur
Qui n'a jamais rêvé de faire un bond dans le futur pour connaître son avenir ou pour tout autre chose ? Allez, avouez-le ! Et bien, à Bowen, c'est désormais possible !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
LES AA GAMES
recensement du mois d'août
les scénarios attendus