AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 may + the worst things in life come free to us.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 10:32

maybelle lily goodwin

➳ me, myself & i
NOM ‹ Goodwin. Ce nom représentait beaucoup pour elle autrefois mais aujourd’hui, c’est juste un patronyme parmi tant d’autres. Elle aimerait pouvoir s’appeler autrement pour être honnête mais le nom, c’est comme la famille… On ne le choisit pas, on le subit. PRÉNOM ‹ Maybelle, mais vous pouvez l’appeler May. ÂGE ‹ 24 ans.  
NATIONALITÉ ‹ Australienne. JOB/ETUDE ‹  Elle donne des cours de danse à des enfants et des adolescents. Parallèlement à cela, elle a créé sa propre compagnie de danse et monte des spectacles. STATUT ‹ Célibataire. Elle n'a pas énormément d'expérience à ce niveau-là. En fait, elle n'a eu qu'un seul véritable petit-ami et on ne peut pas dire que cette histoire ait été un conte de fée... Bien au contraire. Elle a mis beaucoup de temps à s'en remettre et elle ne se sent pas prête à retenter de se mettre en couple pour l'instant. SEXUALITÉ ‹ Hétérosexuelle. SITUATION FINANCIÈRE ‹ Après quelques années de galère, elle parvient enfin à vivre sans se priver. GROUPE ‹ Autumn. AVATAR ‹ Perrie Edwards.

➳ and more..
Maybelle est passionnée de danse depuis son plus jeune âge. Elle a commencé à en faire à l'âge de quatre ans mais a été contrainte d'arrêter douze ans plus tard. Après avoir mis sa passion entre parenthèse pendant quelques années, elle a décidé de s'y remettre il y a trois ans. Aujourd'hui, elle gagne sa vie grâce à la danse - et il n'y a rien de mieux que de vivre de sa passion. Son départ précipité pour Sydney, à l'âge de seize ans, l'a contrainte à abandonner ses études. Elle n'a jamais terminé le lycée et n'a aucun diplôme, ce qui la complexe beaucoup. Elle est loin d'être idiote et s'intéresse à de nombreux sujets mais pour elle, rien ne vaut la reconnaissance d'un diplôme. Elle joue de la guitare et du piano. Elle chante un peu, aussi. Elle ne se considère pas spécialement douée mais faire de la musique l'aide à se détendre. Elle avait même monté un groupe avec l'un de ses meilleurs amis, il y a quelques années. Depuis qu'elle a quitté le domicile familial, il y a quatre ans, elle a toujours vécu en colocation. Elle n'aime pas la solitude et est persuadée qu'elle déprimerait sévèrement si elle se retrouvait toute seule. Elle préfère regarder des films que de suivre des séries. En fait, elle a du mal à être assidue. Elle regarde quelques épisodes mais elle oublie toujours (ou n'a pas le temps) de suivre la suite et au final, quand elle se rend compte qu'elle a trois saisons de retard, elle est découragée par le nombre d'épisodes qu'elle a à rattraper et abandonne... Elle n'est inscrite sur aucun réseau social. Elle est un peu contre le principe, en fait... L'idée qu'on puisse tout savoir sur tout le monde en temps réel l'effraie un peu.  Si elle a été élevée dans un environnement où la religion avait une place très importante, elle a depuis perdu la foi. Elle se considère comme athée et n'a pas mis les pieds dans une église depuis des années.  Durant son temps libre, elle est bénévole dans une association qui lutte contre le harcèlement scolaire. C'est une cause qui lui tient vraiment à cœur. Elle a un chat noir qui s'appelle Cactus.


AUSTRALIENNE
24 ANS
PROF DE DANSE
CÉLIBATAIRE
PERRIE EDWARDS
AUTUMN
WOLFGANG
tell me more about your story

the hardest thing in this world is to live in it.

BOWEN, 2009. Mes parents étaient tranquillement installés dans le salon, regardant un documentaire quelconque qui semblait les captiver. Je ne savais pas si le moment était bien choisi pour leur faire part de la nouvelle mais en y réfléchissant bien, il n'y avait aucun bon moment pour annoncer ce genre de chose... Je devais leur dire la vérité tôt ou tard et plus j'attendais, plus les choses se compliqueraient. Inspirant un bon coup pour me donner du courage, j'entrais à mon tour dans la pièce et me postais devant le téléviseur. « Est-ce que je peux vous parler ? » Mon air grave les interpella et mon père éteignit immédiatement la télévision. Voilà quelques semaines qu'il ne m'adressait plus vraiment la parole et ce que j'avais à leur dire n'arrangerait pas les choses. Les secondes passaient à une vitesse folle alors que je cherchais les bons mots. Je décidais finalement de ne pas y aller par quatre chemins. Il n'y avait aucun moyen de les ménager, de toute façon. « Je… Je suis enceinte. », déclarais-je soudainement. Ils ne réagirent pas de tout de suite, attendant probablement que je me mette à rire en leur disant que ce n'était qu'une mauvaise blague. Puis, après une poignée de secondes, mon père se leva et son visage habituellement doux se mua en une expression de colère que je n’avais jamais vue auparavant. J'appréhendais la suite mais je ne pouvais plus reculer.« Maybelle… Mais… Nous ne savions même pas que tu avais un petit-ami ! », s’exclama ma mère, visiblement chamboulée. Le pire restait à venir et je devais m’armer de courage pour continuer à tout leur raconter. « Je n’en ai pas, Maman. » Je pouvais lire l’incompréhension sur son visage et je me détestais de lui infliger cela. « Comment ça ? Qu’est-ce que… Oh mon Dieu. Tu as été... » Elle ne termina pas sa phrase et porta une main à sa bouche d'un air horrifié, éclatant en sanglots. Je devinais sans mal ce qu'elle imaginait et je m'en voulais de leur infliger cela. Comment pouvais-je faire autant de mal à mes parents ?  « Non ! Non, Maman, je… Je n’ai pas été violée, d’accord ? », tentais-je de la rassurer. Mon père planta son regard froid dans le mien. « Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Qui est le père ? » Je baissais machinalement la tête, trop honteuse pour soutenir son regard. « Je n’en sais rien » J'avais murmuré cela le plus doucement possible, comme si atténuer ma voix pouvait rendre la nouvelle moins difficile à avaler. Ce qui était une connerie monumentale, évidemment. Mon père avait très bien entendu et ma réponse l'avait heurté de plein fouet.  « Bon sang, Maybelle ! Comment est-ce possible ? » De mémoire, je ne l’avais jamais vu aussi furieux au cours des seize dernières années. « Tu vas te décider à nous raconter ce qu’il s’est passé oui ou non ? », s’écria-t-il avec impatience. Ma mère sursauta et tenta de le calmer. Elle répétait qu’il ne fallait pas me brusquer, que ça ne devait pas être facile pour moi non plus… Et je ne pouvais qu'approuver ces propos : ce jour était le pire de toute mon existence. Lèvres pincées, j'entrepris de leur raconter ce qu'il s'était passé d'une voix hésitante. « C’était… À la fête où je suis allée, il y a quelques semaines... » Il me coupa la parole sans me laisser terminer ma phrase. « Celle où nous t’avions formellement interdit d’aller ? » Un simple hochement de tête lui confirma qu’il avait vu juste et je continuais mon récit, toujours incapable de les regarder. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé… J’ai bu quelques verres et… » Il m’interrompit une fois de plus, la voix remplie de reproche. « Tu es en train de nous dire que tu étais ivre et qu'un parfait inconnu t'as mise enceinte pendant une fête où tu es allée sans avoir notre permission ? » Même si c'était un bon résumé de ce qu'il s'était passé, la façon dont il le disait me donnait l'impression d'être l'une de ces filles dépravées qui enchaînaient les verres aussi vite que les garçons. Mon père me méprisait. Il me méprisait autant qu'il méprisait toutes mes camarades de classe aux mœurs un peu trop légères à son goût. J'étais devenue tout ce qu'il détestait. À cet instant précis, j'aurais aimé mourir plutôt que de devoir terminer cette conversation. Je savais que tout allait changer après cela - et je n'y étais clairement pas préparée.

BOWEN, 2013 ~ Assise sur mon lit, je regardais les enfants des voisins jouer par la fenêtre. Même si j’étais incapable de l’avouer à voix haute, cette vision m'était insupportable. Chacun de leurs éclats de rire me transperçait le cœur à la manière d'un couteau acéré, chacun de leurs sourires restait gravé dans ma mémoire pour me rappeler ce que j'avais perdu. Constater que d’anciennes blessures ne sont toujours pas refermées et qu’elles font toujours aussi mal n’est jamais agréable et si je n'avais pas appris à contrôler mes sentiments, je me serais certainement mise à pleurer sans retenue. « Maybelle ? » Sortant de mes pensées, je m'arrachais à cette contemplation douce-amère pour me préparer à affronter mon père. « Je suis là, Papa », annonçais-je en haussant légèrement la voix pour me faire entendre. Il ne tarda pas à pousser la porte de ma chambre, son regard glacial rencontrant le mien. « Nous n’allons pas tarder à y aller. » Sa voix ne trahissait aucune émotion et ce ton implacable me déstabilisait toujours autant. Nous avions toujours été proches, voir notre relation se dégrader de jour en jour était la pire des sentences qui puisse m'être réservée. « D’accord, j’arrive », dis-je timidement en me levant sans plus attendre. Il haussa un sourcil, visiblement surpris par ma réponse. « Non, Maybelle. » L’entendre prononcer mon prénom me faisait froid dans le dos. Voilà des années qu’il ne m’appelait plus May mais Maybelle, comme pour renforcer les barrières qu’il avait érigées entre nous. « Tu ne viens pas avec nous », poursuivit-il sans me laisser le temps de protester. « Je venais juste te prévenir, pour que tu ne nous cherches pas. » J’ignorais pourquoi il m’interdisait de les accompagner mais j’étais dévastée. « Mais... Pourquoi ? Ella va chanter son premier solo, c’est important que je sois là ! » Il se mit à rire. Un rire sarcastique qui me glaça le sang. « Te laisser pénétrer dans une Église avec nous après tout ce que tu as fait ? Le simple fait que tu l’envisages me déçoit. » Je baissais honteusement la tête. Voilà que je le décevais une fois de plus. Je n’étais plus sa petite fille adorée. L’amour qu’il me portait s’était changé en mépris et la fierté en déception. J'étais persuadée qu'au fond de lui, il y a bien longtemps qu'il ne me considérait plus comme sa fille. Incapable de répondre quoi que ce soit, je restais là, fixant le sol sans oser croiser son regard.  « Alors, vous venez ? On va finir par être en retard ! » Ella était entrée dans ma chambre sans prendre la peine de frapper, avec son entrain habituel. Elle était surexcitée à l’idée de chanter en solo devant toute la paroisse et je lui avais promis que je serai là pour l’encourager. Ma petite sœur comptait beaucoup pour moi et je ne voulais pas la décevoir comme j’avais déçu mes parents. Elle était trop petite pour comprendre ce que nous avions traversé et de ce fait, son regard sur moi n'avait pas changé. « Maybelle ne va pas venir, ma chérie. Elle a des choses plus importantes à faire. » Je ne savais pas ce qui était le pire : écouter mon père me décrédibiliser devant l’une des personnes que j’aimais le plus au monde ou voir des larmes envahir les jolis yeux de ma sœur par ma faute. « Mais tu avais promis ! », s’écria-t-elle sans prendre la peine de masquer sa colère. « Pourquoi tu ne veux plus venir ? » Impassible devant le chagrin de sa fille cadette, mon père ne se radoucit pas une seule seconde. « Ta sœur est plus âgée que toi, Ella. Aller voir des gamins chanter des textes faisant l'éloge de Dieu ne l'intéresse plus. Elle préfère faire la fête avec ses copines et multiplier les excès, c'est bien plus valorisant qu'être une jeune fille saine et sérieuse. » Je soupirais doucement. S'il cherchait à me faire perdre la raison, il était sur la bonne voie. Je ne supportais plus ses attaques continuelles, ses critiques à peine masquées, ces sermons incessants. Une fois. Ce n'était arrivé qu'une seule et unique fois. « Tu vas me le faire payer longtemps ? » Il me dévisagea quelques secondes puis se tourna vers ma sœur. « Va voir Maman pour qu'elle t'aide à finir de te préparer. J'arrive dans une minute. » Comprenant que la situation était grave, ma petite sœur sortit sans se faire prier pour me laisser seule en tête-à-tête avec mon père. J'appréhendais cette confrontation mais elle était nécessaire. Cela ne pouvait plus durer. « Je ne te fais rien payer, Maybelle. Je constate simplement que tu as changé et cela m’attriste de me dire que ma fille est devenue une jeune femme délurée qui ne pense qu’à boire et à faire la fête. » Ses mots faisaient encore plus mal que des coups mais je les encaissais sans rien dire. Je savais que rien ne pourrait changer l’opinion qu’il avait de moi mais je tenais quand même à rétablir la vérité. « Qui ne pense qu’à boire et à faire la fête ? Ne fais pas comme si j’étais devenue une junkie dépravée ou je ne sais quoi, ce n'est arrivé qu'une fois ! Une seule fois, Papa. Je ne pense pas que cela fasse de moi une fille de mauvaise vie », me défendais-je avec vigueur. Il me toisa pendant quelques secondes, comme s’il cherchait les mots les plus cruels possibles pour terminer de m’achever. « C’est à croire qu’une seule fois suffit pour foutre sa vie en l’air », persifla-t-il. J'avais envie de pleurer mais je parvenais à garder le contrôle sur mes émotions. Ces trois dernières années m’avaient permis de m’endurcir, de devenir une jeune femme forte… En apparence, du moins. « J’y vais, ta mère et ta sœur m’attendent. Et moi, je n’aime pas décevoir les gens que j’aime. » Plongée dans un mutisme douloureux, je le regardais quitter ma chambre sans chercher à me défendre. Je savais que c'était perdu d'avance de toute façon. Je n'avais plus aucun intérêt à ses yeux depuis que j'avais fait le mur pour aller à cette fête. Une soirée. Il avait fallu d'une seule petite soirée pour que toute ma vie bascule. J'avais tout perdu, d'une certaine manière. Mon fils, que je ne verrais jamais grandir, et ma famille, qui ne me pardonnerait jamais ce que j'avais fait. J'étais seule et je ne pouvais parler de cette histoire à personne. Je n’avais pas eu le choix quant à l’avenir de ce bébé : mon père était bien trop croyant pour me laisser avorter et ma mère reconnaissant sans mal que j’étais incapable d’assumer un enfant à mon âge. Alors ils ont décidé qu’il serait mieux pour tout le monde (enfin, surtout pour eux) de le faire adopter par une famille aimante et responsable. Une famille qui désirait réellement avoir un enfant, une famille parfaite comme on en voit dans les films. Mon père ne voulait pas que ma grossesse se sache. Lui qui donnait toujours des conseils à tout le monde sur l'éducation de leurs enfants et qui se vantait d'avoir deux filles parfaitement équilibrées serait passé pour un parfait idiot, et c'était au-dessus de ses forces. Devenir la risée du quartier ne faisait pas partie de ses plans. J’ai donc quitté Bowen pour Sydney, où j’ai vécu avec ma tante pendant plus d’un an. Mes parents ont trouvé une excuse bidon pour justifier mon départ soudain et bizarrement, personne n’a posé de questions. Quand je suis revenue, c’était comme si rien n’avait changé. J’ai retrouvé mes parents, ma petite sœur, la maison où j’avais grandi, mes amis d’enfance… Et la vie a repris son cours comme si tout cela n’avait été qu’un mauvais rêve. Nous n’abordions jamais le sujet. Avec le temps, cette histoire s’était glissée dans le tiroir « secret de famille honteux qu’on veut oublier et qu’on passe sous silence dans l’espoir qu’il disparaisse au fin fond de notre mémoire » - et c’était sûrement mieux comme ça. Malgré tout, je ne parvenais pas à tourner la page. J'étais rongée par la culpabilité, hanté par l'image de mon fils - du moins celle que j'imaginais - qui me réveillait à chaque fois que je parvenais à trouver le sommeil. Je me disais que là, quelque part, mon petit garçon était élevé par des gens que je ne connaissais pas et ça me faisait mal d'y penser. J'avais l'impression que je ne parviendrai jamais à me remettre de tout cela.


BOWEN, 2017 ~ « Tu veux pas venir à la maison demain ? Papa est pas là ce week-end, ce serait l'occasion qu'on puisse se voir ! Maman serait super contente ! » Je soupirais doucement. Depuis que mon père m'avait jetée dehors, je ne voyais que rarement ma mère et ma petite sœur. Nos relations étaient distantes parce que mon père, en sa toute-puissance, avait décrété que je n'avais plus ma place dans la maison familiale. Et personne n'avait osé lui tenir tête, comme d'habitude. Il dictait les ordres, nous les exécutions sans broncher. C'était comme ça que ça avait toujours fonctionné chez les Goodwin. Mon père et moi ne nous étions pas adressés la parole depuis près de quatre ans et au final, ça ne me manquait pas. Au départ, le voir tourner la tête quand je le croisais par hasard dans le rue me blessait mais j'avais appris à vivre avec. On se faisait à tout, même au pire. C'était juste une question d'habitude. « C'est pas une bonne idée, Ella... Imagine qu'il rentre plus tôt que prévu pour je ne sais quelle raison, il va péter un câble s'il me trouve tranquillement assise dans le salon. Je préfère pas. » Même si nous nous parlions par téléphone et que je ne pouvais pas voir sa réaction, je savais qu'elle ne comprendrait pas. Qu'elle penserait que je m'éloignais d'elle volontairement, que je ne voulais pas la voir. Elle ne savait rien des raisons pour lesquelles mon père ne me parlait plus. Elle ne savait toujours pas pourquoi j'étais partie un an à Sydney, quelques années plus tôt. Elle ne savait rien de ma grossesse ni de l'humiliation qu'avait ressenti mon père face à toute cette histoire. Et au final, je crois que c'était mieux comme cela. Je préférais qu'elle me déteste en pensant que je ne voulais plus la voir plutôt qu'elle me juge en apprenant la vérité. Après un court silence, la voix de ma sœur se fit à nouveau entendre. « Pourquoi vous voulez rien me dire ? C'est si grave que ça ? » Avec l'éloignement, j'oubliais parfois qu'Ella était devenue une jeune adulte et qu'il était normal qu'elle se pose des questions. Seulement, je n'étais pas en mesure d'y répondre. Si j'avais appris à vivre avec tout cela, je n'aimais pas en parler pour autant.« Non, c'est... C'est rien, Ella. C'est une vieille histoire entre Papa et moi. C'est pas grave. » Cette vieille histoire me hantait toujours mais le temps avait fait son oeuvre et j'arrivais à vivre avec. J'étais finalement parvenue à tourner la page. Et si je pensais toujours à cet enfant, mon enfant, que je ne verrais probablement jamais, j'avais réussi à faire en sorte que toute ma vie ne tourne plus autour de la culpabilité que je ressentais. J'avais avancé. Cela n'avait pas été facile, j'étais passée plus d'une fois près de l'implosion, mais j'avais réussi à reprendre le contrôle de ma vie. J'avais un boulot qui me plaisait, un appartement dans lequel je me sentais bien et j'étais bien entourée. J'avais finalement trouvé mon équilibre. « Okay... » Elle soupira d'un air las puis changea totalement de sujet de conversation, consciente qu'elle n'obtiendrait aucun aveu de ma part. « Faut que je te laisse. Je te rappelle dans la semaine, d'accord ? Prends soin de toi. » Elle raccrocha subitement et je compris sans mal que mon père devait être dans les parages. Il veillait soigneusement à ce que ma sœur et ma mère n'aient plus aucun contact avec moi. Je pense qu'il rêvait que je quitte Bowen pour être tranquille et pouvoir m'oublier réellement, comme si je n'avais jamais existé. Mais cette ville, c'était ma ville et je ne comptais pas partir de si tôt.

AND BEHIND THE COMPUTER...
PRÉNOM ‹ Laurie. AGE ‹ 27 ans. Je sais, j'suis vieille  :50: COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM? ‹ Je m'y suis inscrite en 2012 (je crois) et je ne l'ai jamais oublié  HA COMMENT LE TROUVES-TU? ‹ Tellement pourri que j'ai eu envie d'avoir un dc, dis donc  pfiou  PRÉSENCE ‹ Je devrais faire genre je suis raisonnable et dire 2 à 3j/semaine mais on sait tous que c'est faux parce que je passe ma vie sur le forum :14:  SCÉNARIO/INVENTE ‹ Inventé ! DOUBLE-COMPTE ‹ Bonnie Rockwell, la coiffeuse mignonne. DANS LE CAS OÙ VOTRE COMPTE SOIT SUPPRIMÉ, ACCEPTEREZ-VOUS QUE VOTRE PERSONNAGE DEVIENNE UN SCÉNARIO ? (le choix pourra être modifié) ‹ 1) Je serai pas supprimée  Yo  et 2) Désolée mais non parce que May, c'est mon bébé un peu  ohh  AUTRE CHOSE? ‹ JE VOUS AIME  ohh.

Code:
<b>PERRIE EDWARDS</b> ∞ maybelle goodwin.


Dernière édition par Maybelle Goodwin le Sam 20 Mai 2017 - 12:58, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Bessie Baratti

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Lorenzo-Maddie-Tom-Lola-Jillian-Devan-Ruby-Woody- Quinn-
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1004
ICI DEPUIS : 01/10/2016
CRÉDITS : angie ou tag ou moi meme (je debute :/)
DOUBLE-COMPTE : Eibell; marc-aurele; thomas
STATUT : celibataire ou en couple ce n'est qu'un terme pour definir une situation x
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 10:33

Rebienvenue

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Life could'nt be more complicated
I guess being  diabolical has it perks
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 10:48

Bonjour Mademoiselle Goodwin :42:

Tu sais déjà à quel point je suis contente de la voir de nouveau ici love u. Il me tarde de relire ta fiche :11: :10:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 10:50

Ce pseudo aha #gravityfalls
Perrie est super cute :11: bon retour :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 10:56

Bessie - Merci :11:

Gwenichou (c'est affectueux comme surnom ok ? :14:) - Bonjour, Monsieur Callaway What a Face Merciii :11: J'ai trop hâte de refaire du Maylian, je les aime d'amour tous les deux **

Sophie -

:14: :14: :14: :14:
Pour ma défense, je connaissais pas encore Gravity Falls la première fois que j'ai créé Maybelle aha Mais la comparaison est plutôt cool pervers Merci en tout cas :11: :11:


Dernière édition par Maybelle Goodwin le Ven 19 Mai 2017 - 12:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 450
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : lux aeterna ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 11:35

Rebienvenue par ici love u

__________________________


   
   
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 11:49

(re) bienvenue guapa I love you
Revenir en haut Aller en bas
adm f
avatar

Lily-Anaëlle Malinowski

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: léo (meilleur ami) ⋄ nelligan (the one who came back to me) ⋄ milo (con) ⋄ woody (coup d'un soir) ⋄ perry (connaissance) ⋄ sara (cousine) ⋄ nevaeh (celle qui la protège) ⋄ ally (meilleure amie) ⋄ concho (grand-frère) ⋄ axten (nounou & grand frère) ⋄ isaiah (celui qui veut la faire planer) ⋄ levi (l'espion qui bosse pour son père) ⋄ you ?
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 7062
ICI DEPUIS : 01/04/2013
CRÉDITS : moonlight
DOUBLE-COMPTE : tiffany, xavier cj, sunny, maxwell, lorenzo, adrian.
STATUT : married to the one that she always loved, and Lexi's mom.
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 12:01

Ouiiii je suis tellement contente, j'ai l'impression de vivre un flashback de 3 ans en arrière et c'est juste génial :07:
Bon retour avec ce perso Laurie :coeur:

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It's love Yes, all we're looking for is love from someone else A look in somebody's eyes To light up the skies To open the world and send it reeling A voice that says, I'll be here And you'll be alright —
city of stars
(lions' tears.)
Revenir en haut Aller en bas
http://emydca.tumblr.com/
grand kangou
avatar

Fleur Delacroix

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Concho + Lily + Léo + Jim + Tahlia + Maxwell + Marc-Aurèle + Noah + August et bien d'autres.
ANECDOTES: atteinte d’un cancer ‹ amoureuse de Maxwell ‹ passionnée de littérature et d'histoire ‹ est timide et sait qu'elle a un gros travail à faire sur elle-même ‹ très expressive ‹ adore offrir des cadeaux à ses proches ‹ sa plus grande peur est d'être abandonnée ‹ fille d’un papa et une maman gay
ABOUT MEMESSAGES : 1966
ICI DEPUIS : 20/01/2017
CRÉDITS : coeurdecitron
DOUBLE-COMPTE : son imbécile de cousin, Arthur et Naomi la maman au tempérament de feu
STATUT : « leurs chemins ne se quitteront plus » (fleurwell)
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 12:09

maybelle goodwin re-bienvenue chaton love u

__________________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~
Alors j'ai épousé ma plume. Pour affronter les tempêtes et repousser la brume. Y'en a qu'une et elle m'absorbe. Comme la goutte d'encre sur laquelle j'mets l'accent.
 
BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 12:13

Merci Charley I love you

Merciii Emy, je suis trop contente que tu sois contente :11: Je t'avoue que j'ai l'impression d'être de nouveau en 2013 aussi et j'me rends compte que Maybelle m'a vraiment manqué, ça fait du bien de pouvoir la rejouer comme avant ohh Tu me garderas des p'tits liens avec tes persos, hein ? :39:

Et Anne, merci mon p'tit chat :11: Je viendrai te demander un lien aussi aha
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Devan Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 6367
ICI DEPUIS : 22/07/2016
CRÉDITS : Tag
DOUBLE-COMPTE : Andreas et Dan.
STATUT : C'est très bizarre, mais en couple.
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 12:19

Rebienvenue. :coeur:

__________________________



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
It was a big big world, but we thought we were bigger pushing each other to the limits, we were learning quicker by eleven smoking herb and drinking burning liquor. Never rich so we were out to make that steady figure — 7 years, Lukas Graham.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Fleur Delacroix

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Concho + Lily + Léo + Jim + Tahlia + Maxwell + Marc-Aurèle + Noah + August et bien d'autres.
ANECDOTES: atteinte d’un cancer ‹ amoureuse de Maxwell ‹ passionnée de littérature et d'histoire ‹ est timide et sait qu'elle a un gros travail à faire sur elle-même ‹ très expressive ‹ adore offrir des cadeaux à ses proches ‹ sa plus grande peur est d'être abandonnée ‹ fille d’un papa et une maman gay
ABOUT MEMESSAGES : 1966
ICI DEPUIS : 20/01/2017
CRÉDITS : coeurdecitron
DOUBLE-COMPTE : son imbécile de cousin, Arthur et Naomi la maman au tempérament de feu
STATUT : « leurs chemins ne se quitteront plus » (fleurwell)
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 13:13

Bien entendu, c'est une ÉVIDENCE, voyons

__________________________

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
~
Alors j'ai épousé ma plume. Pour affronter les tempêtes et repousser la brume. Y'en a qu'une et elle m'absorbe. Comme la goutte d'encre sur laquelle j'mets l'accent.
 
BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Callie I. Hogan

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES: ‹ née à Londres ‹ avait un frère jumeau qui est décédé dans un accident de voiture alors qu'elle n'a pas eu de séquelle visible ‹ a une cicatrice sur la tête, reste d'un ciseau enfoncé par son frère quand ils étaient petits ‹ adore manger chinois et les éclairs au chocolat ‹ a un golden retriever d'un an adopté en arrivant à Bowen ‹ sa couleur préférée est le vert ‹ est terrifiée par la voiture depuis l'accident ‹ se déplace uniquement à vélo ‹ passionnée de livres ‹ tient un blog littéraire
ABOUT MEMESSAGES : 1474
ICI DEPUIS : 25/08/2016
CRÉDITS : lempicka
DOUBLE-COMPTE : le sexy lieutenant Jayson & la sulfureuse Eleanor
STATUT : avec Jake, c'est le bonheur, il l'aide à surmonter ses montagnes et rend sa vie plus belle, que demander de plus ?
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 14:27

Rebienvenue ! :11:
Je crois que j'ai aussi connu Maybelle quand j'étais sur rétro il y a quelques années ! :coeur: (d'ailleurs j'avais aussi rp avec toi quand tu avais Julie ! ohh ça rajeunit pas :14:)

__________________________

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Crois en ce qui compte le plus pour toi


    deux mondes, une seule famille. Les mots ne sèchent pas les pleurs, les mots ne réparent pas les coeurs, le rêve s'endort mais pas l'espoir. Laisse ton coeur et le destin guider toutes ces vies. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

J. Eilynn Standford

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Jackson . Marc-Auréle . Xavier . Jeff . Collin . Bessie . Lilas . Clea . Jade . Tahlia .
ANECDOTES: Jade c'est le prénom de ta mère. Prénom que t'a donné ton père quand tu as poussé ton 1er crie alors que ta mère poussait son dernier soupir. Eilynn c'est le prénom qu'ils t'avaient choisi, mais qui a pris la 2ème place. Jusqu'à ce que tu décides du contraire ‹ Au départ tu as été élevé par tes 3 frères ainés, ton père pouvait à peine te regarder tout ce qu'il voyait c'était sa défunte femme. Tu as vite compris que si tu voulais exister au milieu de ces 4 hommes il faudrait que tu oublies d'être une fille ‹ Tes copines jouaient à la poupée toi tu préfèrais te battre avec les petits caïds du quartier. Combien de fois tu es rentrée avec un œil au beurre noir et la lèvre entaillée. Un moyen aussi de faire oublier à ton père cette ressemblance trop présente ‹ A la maison toutes les tâches étaient partagées, s'il fallait mettre les mains dans le cambouis tu le faisais comme tes frangins faisaient la vaisselle et la poussière. Et au final tu préférais les tâches masculines aux tâches disons plus féminines ‹ Tu as plus souvent porté des pantalons que des robes. Mais tu aimais parfois en glisser une sur ta peau, juste pour voir à quoi tu ressemblais. Dans ce cas tu te cachais des hommes de la maison pour l'essayer. Tu ne voulais pas qu'ils voient la femme en toi. La peur du rejet ‹ Ne pas avoir peur, ne pas pleurer, foncer tête baisser, ne pas tendre l'autre joue, rester fier, ne pas baisser les bras, ton père t'a marteler ses mots jour après jour comme il l'a fait avec tes frères. Si bien que tu ignores quand tes dernières larmes ont envahi tes yeux. Quand à la peur elle glisse sur toi comme les goutes de pluie ‹ Tu adores jouer aux cartes, tes frères t'ont tout appris sur le poker, même tricher. Tu adores mettre les mains dans le cambouis les moteurs de voiture n'ont plus trop de secret pour toi. Tu as eu bien plus de mal à apprendre les bases du maquillage qu'à scier une planche ou planter un clou ‹ L'Amérique c'est tes racines, ton sang, tes tripes, pourtant il y a dix ans tu as choisi d'en partir pour pouvoir vivre et exister vraiment. Si tu étais restée à Baton Rouge tu n'aurais jamais découvert la vraie Eilynn celle que tu es aujourd'hui même si la Eilynn de Baton Rouge coule encore dans tes veines ‹ Tu n'as pas ta langue dans ta poche, les mots tu aimes jouer avec. Si cela ne convient pas et bien c'est pareil. Avec toi ça passe ou ça casse. Les gens qui te mettent sur ton chemin n'ont qu'à bien se tenir, sinon tu les écrases. Les mecs comme les filles, on t'aime ou on te déteste. Enfin on te déteste souvent. Ou on t'aime pour ton joli petit cul ‹ Tu as quand même une part de sensibilité mais ça peu de personne l'on vu, tu montres rarement ce côté de ta personnalité, pour toi c'est une faiblesse et un enfin une Standford n'a pas le droit d'être faible. Ni même d'être une femme parfois ‹ Tu portes 3 belles cicatrises sur ton corps, une au niveau de l'épaule, une au bas de tes reins, et une au creux de ta cuisse. Elles sont comme des trophées mais peu de gens connaissent leur histoire. ‹
ABOUT MEMESSAGES : 1735
ICI DEPUIS : 28/03/2017
CRÉDITS : Alinoé(vava) Ingrid (gif Jeilynn)
DOUBLE-COMPTE : Daemon Macintosh & Kida Cunningan.
STATUT : amoureuse et heureuse de se laisser prendre à l'ivresse que ce sentiment éveille en elle.
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 14:48

Re bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite de ta fiche. :panda: :38: alfie

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jade Eilynn Standford
"Je t'emmène où je vis. Loin des villes et des routes. Tu trouveras sans doute. Ce qui te ressemblera. On fera, c'est promis. Le meilleur sans doute. On finira nos nuits, nos lendemains toi contre moi." Patrick Fiori
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar

Invité

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   Ven 19 Mai 2017 - 14:52

Re bienvenue :07: :07: :07: J'adore ton pseudo ♥️
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: may + the worst things in life come free to us.   

Revenir en haut Aller en bas
 
may + the worst things in life come free to us.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: PLAYGROUND  :: stories have been told :: fiches de présentation-
Sauter vers:  
retour vers le futur
Qui n'a jamais rêvé de faire un bond dans le futur pour connaître son avenir ou pour tout autre chose ? Allez, avouez-le ! Et bien, à Bowen, c'est désormais possible !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
le recensement
les scénarios attendus

les scénarios attendus