It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 what a life, when you can't even roll the dice (cleo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
animatrice
avatar

Cleo Donnelly

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES: irlandaise et fière de l'être, elle fêtera la st patrick comme il se doit avec bière et tenue traditionnelle. c'est une fille qui aime danser, capable de chanter, mais qui ne le fera qu'après s'être assurée qu'elle est seule et que personne ne pourra la juger. certains disent de cleo qu'elle est drôle, amusante par sa maladresse, attachante par sa façon de parler parfois peu cohérente. elle est mignonne, oui, mais ça n'empêche qu'elle a un très mauvais caractère parce que cleo, she can't deal with her emotions. trop triste, trop heureuse, trop en colère, capable de passer de l'ange au démon en seulement quelques secondes. elle cache également une grande souffrance, la perte de son frère qui a crée en elle un vide qu'elle se sent incapable de remplir.
ABOUT MEMESSAGES : 367
ICI DEPUIS : 23/03/2017
CRÉDITS : ultraviolences & alaska
DOUBLE-COMPTE : alfie, théia, oscar & milo
STATUT : oh dear, sometimes you fall in love with the wrong person
MessageSujet: Re: what a life, when you can't even roll the dice (cleo)   Mar 25 Juil - 14:34

En quittant l'Irlande, Cleo s'est pendant longtemps considérée comme une sorte de monstre sans coeur. Elle avait laissé derrière elle un fiancé qui l'aimait, un homme dont elle brisait les projets de famille, de maison, plusieurs années de vie auxquelles elle venait de mettre feu et qu'il ne pouvait que regarder s'envoler en fumée. Elle avait abandonné sa famille, ses parents, toute les personnes qui attendaient dans la chapelle de la voir franchir les portes, vêtue de sa jolie robe. Sauf qu'elle n'était finalement jamais entrée. Elle ne s'était pas mariée, n'avait pas dit à son fiancé qu'elle l'aimait, ne l'avait pas embrassé sous les applaudissements de leurs proches. Dans le taxi menant à l'aéroport, elle avait tant pleuré qu'elle en avait totalement ruiné son maquillage. Sa robe était foutue, déchirée à force de marcher dessus, salie par la boue et les graviers. Et même si le temps a réussi à balayer ses peines, elle n'a jamais eu l'impression d'avoir fait quelque chose de bien depuis lors. Aider Naveen, c'était un peu comme s'aider elle-même. Elle s'était trouvée un nouveau but dans sa nouvelle vie, une façon de se prouver que oui, elle était capable d'accomplir quelque chose de mieux que de briser le coeur d'un homme. « Non c'est vrai, ça ne sert à rien d'aller aussi loin. Dis-toi simplement que demain je serai là, et répète ça tous les jours. » Parce qu'elle s'est engagée à lui venir en aide, matériellement comme psychologiquement. Et peut-être qu'un jour les rôles s'inverseront, qu'ils arriveront à être assez proches que pour que Naveen puisse prendre le rôle de celui qui écoute. Suite à son exclamation sur la distance de son pays natal avec l'Australie, Cleo hoche pensivement la tête et sourit doucement, le regard perdu dans le vide. « Oui, c'est si loin et pourtant, je serais tout-à-fait capable de prendre le premier avion en cas d'urgence. » Elle dit ça et pourtant, Cleo ne l'a jamais fait. Un an qu'elle n'a plus de nouvelle de personnes autres que ses parents, déçus de son acte jugé impulsif. Un an qu'elle n'a plus vue les collines, l'océan, qu'elle n'a plus senti le vent froid qu'elle a appris à aimer soulever ses cheveux et se faufiler dans sa nuque. Elle reporte à nouveau son attention sur lui. « Et bien, je suis ravie de te l'avoir fait connaître. » Son sourire se fait plus grand et plus sincère. Elle porte son café jusqu'à ses lèvres et se réchauffe avec, même si il ne fait pas froid. Alors que son regard se porte sans le vouloir sur la tasse de Naveen, elle réalise que celle-ci est vide. « Tu veux quelque chose d'autre, ou tu es prêt à découvrir Bowen ? » lui demande-t-elle, les yeux brillants.

__________________________

the wicked get no rest. Δ Got so much to lose, Got so much to prove, God, don't let me lose my mind. Trouble on my left, Trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Naveen Arslanian

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: cleo (the savior) -
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 84
ICI DEPUIS : 14/05/2017
CRÉDITS : BONNIE.
DOUBLE-COMPTE : nelligan & woody & lennox & isaiah & maxence & concho & august
STATUT : veuf. père qui n'a plus d'enfants.
MessageSujet: Re: what a life, when you can't even roll the dice (cleo)   Mar 25 Juil - 23:22

La reformulation de Cleo redonnait complètement un sens à sa promesse d’un peu plus tôt. Dit de cette manière-là, Naveen avait davantage de facilité à comprendre qu’elle était là pour rester, qu’elle n’était pas prête à le laisser à lui-même face à ce monde totalement inconnu. Prendre la vie au jour le jour, se répéter qu’à chaque lendemain, Cleo serait là. À l’attendre, aux aguets face aux besoins de l’homme, face à ses inquiétudes ou ses appréhensions. Dans un an, ou trois ans même, Naveen allait sans doute se retrouver dérouté plus d’une fois. Déboussolé, égaré. La route qu’il venait d’emprunter en était une sinueuse, peu éclairée, mal indiquée. Sortir des sentiers battus pourrait arriver plus rapidement que prévu, même sans le vouloir. Une main qui transperce le brouillard pour venir attraper la sienne ne serait jamais de refus. Un sourire se dessina donc sur le visage du syrien alors qu’il réalisait qu’il y avait vraiment quelqu’un maintenant, dans ce monde, qui avait ses intérêts à cœur. Qui voulait qu’il réussisse à s’en sortir. Quelqu’un pour qui il n’était pas qu’un cas parmi des milliards, un numéro de dossier à rapidement reléguer à un autre. « Ça me semble déjà plus réalisable, pour moi. » Il hocha la tête sans perdre son mince sourire. « J’avoue qu’avec la guerre, j’ai appris à ne pas penser trop loin, parce qu’il n’y avait rien de plus incertain que demain. Pour chacun d’entre nous. Alors prendre la vie au jour le jour, c’est la formule qui me convient le mieux maintenant. » Dit-il en buvant l’une des toutes dernières gorgées de son café épicé. « C’est rassurant de savoir que j’aurai quelqu’un pour m’accompagner. » De pas en pas, de jour en jour. Lui aussi avait cet espoir qu’il puisse à son tour servir de phare dans la nuit pour Cleo. Qu’il puisse lui tendre une main tout aussi réconfortante que la sienne, et arriver à l’écouter, à la rassurer, à lui rendre la pareille. Elle aurait tant fait pour lui, la moindre des choses était qu’il puisse être une épaule sur laquelle elle s’autoriserait à pleurer. Probablement pas bientôt, peut-être même pas dans un futur proche, mais à un moment ou à un autre, Naveen espérait être pour elle bien plus que le réfugié qu’elle avait sauvé du vide, du silence. Déjà, plutôt que de parler de lui comme s’il était le centre de l’univers alors que c’était bien loin d’être le cas, le syrien se concentra sur la jeune femme, sur son passé, sur son histoire. Tout le monde en avait une, colorée de différents tons et couleurs, animée de différentes formes. « Es-tu retournée, depuis que tu es ici ? » Naveen ignorait si lui retournerait un jour en Syrie. Cela dépendrait sans doute de l’avenir-même de son pays natal. Qui sait, dans dix ou vingt ans, de quoi aurait l’air Alep ? Seul le temps le dirait. Ce temps qui semblait maintenant figé pour Naveen, incapable d’avancer sans constamment tourner la tête derrière lui. Il termina son café, et à peine un instant plus tard, Cleo le remarqua sans doute puisqu’elle lui demanda s’il désirait autre chose, ou s’il était prêt à découvrir Bowen. À vrai dire, il mourrait de faim, mais il préférait attendre d’avoir son propre argent à dépenser, ce que le gouvernement avait sans doute prévu pour une base d’ici à ce qu’il se trouve un emploi. « Je suis prêt. » Déclara-t-il donc, posant ses paumes sur la table, se donnant une poussée pour se lever par le fait-même. Il ignorait s’ils commenceraient par chez lui, ou par d’autres endroits à connaître avant de repartir complètement à zéro.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
animatrice
avatar

Cleo Donnelly

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES: irlandaise et fière de l'être, elle fêtera la st patrick comme il se doit avec bière et tenue traditionnelle. c'est une fille qui aime danser, capable de chanter, mais qui ne le fera qu'après s'être assurée qu'elle est seule et que personne ne pourra la juger. certains disent de cleo qu'elle est drôle, amusante par sa maladresse, attachante par sa façon de parler parfois peu cohérente. elle est mignonne, oui, mais ça n'empêche qu'elle a un très mauvais caractère parce que cleo, she can't deal with her emotions. trop triste, trop heureuse, trop en colère, capable de passer de l'ange au démon en seulement quelques secondes. elle cache également une grande souffrance, la perte de son frère qui a crée en elle un vide qu'elle se sent incapable de remplir.
ABOUT MEMESSAGES : 367
ICI DEPUIS : 23/03/2017
CRÉDITS : ultraviolences & alaska
DOUBLE-COMPTE : alfie, théia, oscar & milo
STATUT : oh dear, sometimes you fall in love with the wrong person
MessageSujet: Re: what a life, when you can't even roll the dice (cleo)   Mer 2 Aoû - 11:01

Une ville inconnue peut être vaste, impressionnante même. Il est facile de s'y perdre, surtout lorsqu'on possède un sens de l'orientation aussi peu développé que Cleo. Les rues sont nouvelles, les magasins n'ont rien de familier, tous les repères sont à refaire. Plus aucun souvenir ne la liait et ne le lie aujourd'hui à un quelconque lieu parmi les nombreux composants Bowen. Si il est déjà difficile de se retrouver dans une nouvelle ville, Cleo n'ose pas imaginer ce que cela doit être que de s'en sortir dans une nouvelle vie. C'est encore plus vaste, encore plus impressionnant. Comme si il n'était plus lui-même, ou qu'il venait soudainement de voler la vie d'un autre en abandonnant la sienne derrière lui. Elle ne peut pas comprendre ce qu'il ressent, n'a qu'une idée abstraite de ce que lui vit concrètement. Mais au moins, elle peut essayer d'imaginer. Bien qu'il soit à peine visible, le faible sourire de Naveen arrive une nouvelle fois à lui réchauffer le coeur. Mentalement, Cleo se promet à elle-même qu'un jour, elle arrivera à ramener un semblant de bonne humeur sur ces traits fatigués. « Alors on va faire comme ça, carpe diem. » Elle baisse les yeux vers ses mains et aimerait poser la sienne sur l'une d'elles. Un geste chaleureux, rassurant, un signe de présence et la promesse que quoi qu'il arrive, elle sera là. Sauf qu'elle ne fait rien. Elle ne veut pas le brusquer, ni même entrer dans son espace vital. Bien vite, elle relève les yeux pour croiser son regard. La conversation cesse de tourner autour de lui pour se focaliser cette fois sur elle, sur son pays qu'elle a aussi quitté mais dans des circonstances bien moins graves que les siennes. Elle qui pensait autre fois avoir connu l'enfer, l'histoire de Naveen a rapidement fait relativiser Cleo quant-à son propre récit. Au final, elle préférerait annuler une centaine de mariages que de se retrouver au centre d'une guerre civile. Malgré tout, la question qu'il lui pose lui noue l'estomac. « Non, » souffle-t-elle. « J'aimerais beaucoup mais... c'est compliqué. Je pense que beaucoup de personnes n'ont pas envie de me voir revenir. » Elle hausse les épaules comme si rien de tout cela n'avait d'importance alors qu'au fond d'elle, Cleo a le coeur brisé de se savoir si rejetée de son chez soi, même par ses propres amis. Ils ne comprenaient pas un an plus tôt, elle ne voit pas pourquoi ils comprendraient aujourd'hui. Plus tard sûrement, elle prendra un ticket d'avion sur un coup de tête et débarquera sans prévenir dans sa maison familiale, celle où elle a grandi. Elle le fera parce qu'ils lui manqueront trop, parce que son amour pour eux aura enfin réussi à dépasser ses peurs. Préférant ne plus penser à tout ça, elle évoque l'idée de découvrir Bowen et Naveen lui annonce être prêt avant de se lever. Elle pose quelques pièces sur la table avant de se lever à son tour et de quitter le café. « Et si on allait découvrir ce fameux appartement qu'Ikea comblera ? » lui demande-t-elle avec un sourire amusé, marchant jusqu'à sa voiture.

__________________________

the wicked get no rest. Δ Got so much to lose, Got so much to prove, God, don't let me lose my mind. Trouble on my left, Trouble on my right, I've been facing trouble almost all my life.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
avatar

Naveen Arslanian

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: cleo (the savior) -
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 84
ICI DEPUIS : 14/05/2017
CRÉDITS : BONNIE.
DOUBLE-COMPTE : nelligan & woody & lennox & isaiah & maxence & concho & august
STATUT : veuf. père qui n'a plus d'enfants.
MessageSujet: Re: what a life, when you can't even roll the dice (cleo)   Ven 11 Aoû - 0:26

Carpe diem, un aphorisme que Naveen avait entendu à maintes reprises dans les livres, dans les films, et qu'il n'avait jamais pu s'approprier. Pourtant, au beau milieu d'une guerre civile, il aurait été facile de croire que n'importe qui aurait suivi ce principe de vivre le jour présent puisque rien n'était plus incertain que demain. Malheureusement, lorsque ledit moment présent n'en est qu'un de souffrance, difficile de prétendre pouvoir en profiter. Naveen ne saisissait pas le présent, non, il le subissait. Pendant toutes ces années de guerre, il avait souhaité que le soleil se lève sur un ciel qui ne serait pas baigné de la couleur du sang, il avait souhaité qu'un nouveau jour naisse enfin. Différent du présent dans lequel il étouffait. Tout autre que cette vie de crainte qu'il avait toujours connue. Carpe diem. Peut-être pourrait-il enfin le faire sien. Le syrien hocha la tête avec un sourire, comme pour souligner cette entente, acquiescer à cette décision peut-être futile pour certains, mais importante et symbolique pour lui. Son premier pas vers l'avant fut de sortir la tête de son propre nombril et de s'ouvrir aux autres, et cet autre qu'il avait pour le moment, c'était Cleo. Il avait depuis des mois raconté son récit aux bénévoles en Jordanie ou encore aux autorités frontalières, il avait passé ses nuits à revivre des moments cauchemardesques de son propre parcours. Maintenant, il désirait entendre d'autres histoires, d'autres paroles. Pourtant, ce n'était pas forcément plus heureux que ce que lui aurait pu raconter. L'histoire de Cleo semblait lourde de chagrins, de regrets même. Il se sentait bien coupable d'avoir ainsi pénétré son monde privé. « Je ne voulais pas raviver de douloureux souvenirs. » Déclara-t-il d'abord. Il savait ce que c'était que de tourner soi-même le couteau dans la plaie en se remémorant des images bouleversantes, en verbalisant ces dernières. Cela les rendait plus vraies, plus réelles. Plus difficiles à encaisser. « Mais si jamais tu as besoin de parler, je serai là. » Aujourd'hui, et demain. Et probablement toutes les autres journées et années à venir, aussi. Tout comme Cleo le serait pour lui. Puisqu'ils avaient alors tous les deux terminé leurs consommations, Cleo proposa d'aller découvrir l'appartement qui appartiendrait bientôt à Naveen, qui lui offrirait une certaine liberté qu'il n'avait plus depuis si longtemps maintenant. Le syrien prit une grande inspiration avant de se lever. « Le grand moment. » Déclara-t-il avec anxiété et hâte. Ils retournèrent à la voiture de la jeune femme et, après avoir vérifié les adresses et le trajet, elle se rendit jusqu'à l'endroit en question. Une fois sur place, ils se retrouvèrent devant un grand immeuble, avec des balcons alignés les uns aux autres sur la façade principale. Tout en bas, une seule porte principale. « Nous y sommes ? » Demanda-t-il avec une pointe d'appréhension. Ils y étaient. Finalement, après ce long périple, Naveen y était. Ils débarquèrent et rentrèrent dans l'immeuble, après que Cleo ait pu en ouvrir la porte avec une clé qui lui avait été remise, et ils montèrent au troisième étage, au numéro indiqué sur les papiers. 307. Numéro devant lequel Naveen s'arrêta, droit comme un piquet, fixant les chiffre sans trop les voir tellement son coeur qui battait trop vite prenait toute la place.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: what a life, when you can't even roll the dice (cleo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
what a life, when you can't even roll the dice (cleo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: WE STAY IN TOUCH :: explore the past-
Sauter vers:  
la croisière s'amuse !
Si vous rêvez d'évasion alors, cette croisière est faite pour vous. Ici, vous retrouverez tout ce dont on peut rêver : bar open, piscine, mur d'escalade, casino, gym, restaurants, spas, massages, etc.
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
BAL MISS & MISTER BOWEN
les scénarios attendus