AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Jerilas) you can trust me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: (Jerilas) you can trust me.   Mer 31 Mai 2017 - 17:44

you can trust me
Jeremy & Lilas
Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.

Je regarde la coiffeuse, sceptique. Jeremy allait sans doute me tuer pour avoir autant fait couper mes cheveux. Mais j’avais besoin de changement. Je me suis donc rendue sur un coup de tête chez le coiffeur pour qu’il coupe les pointes. Si bien que ces derniers m’arrivaient juste en-dessous des épaules et qu’ils étaient raides. C’est la première fois que j’avais les cheveux aussi lisses. Je m’amusai à les boucler pour me donner un air plus ravageur. Et il faut le reconnaitre : dans les séries, les méchantes ont les cheveux bouclés. Et comme je ne suis pas franchement quelqu’un de sympathique. Je quitte donc le salon pour consulter mes messages. Ma mère encore et encore qui me suppliait de revenir en France pour terminer ce qu’on n’avait pas eu le temps de commencer. Sauf que je ne peux pas. Ma vie est ici en Australie avec Jeremy. Je prends donc mon téléphone pour composer le numéro de mon petit-ami qui n’a pas donné signe de vie depuis ces derniers temps. Entre la venue d’Eibell chez moi et le fait que Jeremy soit aux abonnés absents depuis que je lui ai donné cette fichue clé. Je m’impatiente avant de tomber sur sa messagerie. « Salut c’est moi. Tu sais ta copine ! T’as exactement jusque ce soir pour débarquer et m’expliquer ce qu’il se passe sinon c’est moi qui viens et tu ne vas pas apprécier. » Vlan. Douceur, gentillesse, patience. Oui. On y croit. Je referme le téléphone avant de rentrer chez moi et de congédier la baby-sitter. J’allais me faire larguer. Sans aucun doute. Je prends Mélodie dans mes bras pour la bercer avant de sentir l’anxiété me ronger. Je serre donc les dents avant de la reposer dans son parc. Je fixe mon plâtre qui est toujours à mob bras avant d’attraper mon maudit téléphone et de le lancer contre le mur. Le mobile s’explose au contact du mur et atterrit en mille morceaux sur le sol. Je continue de le piétiner lorsque j’entends la clé dans la serrure. J’attrape donc la télécommande pour cette fois-ci, la lancer en direction du nouveau venu. J’avais dépassé le stade de la fureur. Je n’avais pas eu de nouvelles depuis le gala. Depuis ce foutu gala. « Tiens, tiens on dirait que quelqu’un s’est souvenu qu’il avait une copine, fis-je en serrant les dents. » Je ne m’approche pas de lui. Je me contente de le fixer avant de croiser les bras sur ma poitrine. « Si t’es venu me larguer, fais ça vite ! Sinon, t’as exactement CINQ SECONDES pour m’expliquer ce qu’il se passe. » Je crois que jamais, il ne m’avait vu aussi furieuse contre lui. Il faut dire que maintenant que j’avais des sentiments pour lui, tout était devenu compliqué. Mais bordel, nous étions en couple et nous pouvions tout nous dire. Même si cette fois-ci, je n’étais pas certaine d’apprécier ses révélations.


Made by Neon Demon

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Ven 2 Juin 2017 - 8:56

« Salut c’est moi. Tu sais ta copine ! T’as exactement jusque ce soir pour débarquer et m’expliquer ce qu’il se passe sinon c’est moi qui viens et tu ne vas pas apprécier. » Mon torse se soulève alors que je prend une inspiration profonde, mon portable toujours dans les mains. J'ignorais vraiment ce qui n'allait pas chez moi. Ou peut-être qu'en faite si, je le savais parfaitement bien. Clair comme de l'eau de roche. J'étais un connard, un enfoiré, seulement bon à faire souffrir les gens qui lui sont proches. Dès que les choses allaient bien, je me débrouillais pour tout foutre en l'air encore et encore. Je posais violement mon téléphone sur le canapé avant de me lever. Je faisais les cents pas chez moi, dans mon salon, comme un lion enfermé dans sa cage. Je venais alors taper de mon poing contre mur en hurlant de rage. Lilas était tout. La seule à m'accepter comme je suis, à être assez dingue pour me vouloir moi, sans m'obliger à changer qui j'étais. Et moi ? Je ne trouve rien d'autre à faire que de faire silence radio alors qu'elle m'a donnée la clef de son appartement en lui cachant des choses. Je me cache et lui mens alors qu'elle a tout les droits d'attendre certaines chose de ma part. Je ne suis qu'un lâche. Je me donne des grands airs mais en fin de compte ce n'est finalement qu'une façade. Tout mon bras irradie de douleur mais je ne bronche pas. Je me laisse glisser au sol, les mains dans mes cheveux. La respiration saccadée, je cherche encore et encore une manière d'annoncer à Lilas ce que moi-même j'avais encore du mal à croire. J'étais le père d'un adolescent de quinze ans. Je ris nerveusement. Moi, père d'un gamin déjà grand. Bien sur l'envie de fonder une famille était présente même si je refusais de me l'avouer mais je n"aurais jamais imaginer que cela se passerait comme ça. Avoir un fils avec une femme avec qui j'avais couché quinze ans auparavement.  Encore une fois, la vie, le destin semblait bien s'amuser à mes dépend. Tout ça va partir en vrille. Je connais Lilas. Il y a peu de chance qu'elle soit ravie de la nouvelle. Je me sentirais même chanceux si je m'en sors vivant. Son message était clair. J'allais morfler. Il ne me restait qu'a savoir jusqu'à quel point. Je n'avais de toute façon pas beaucoup d'option. Soit j'y allais et j'affrontais Lilas et son feu ardant, soit elle débarquerait ici, défoncerait ma porte avant de me défoncer à mon tour. Si je voulais avoir une chance de la garder, d'atténuer les choses, je devais aller la voir. Je bouge mes doigts. Rien de casser. Je me relève, glisse mes doigts dans mes cheveux pour les discipliner. J'allais dans le meuble de l'entrer et en sortit le trousseau de clefs que m'avait donner Lilas. Je refermais mes doigts sur les petits bouts de métal avant de quitter mon appartement.
Le trajet jusqu'à chez Lilas se fit dans un espèce de brouillard. Je cherchais comment lui dire même si au final, je doutais qu'il y est un moyen moins brutal pour ce que j'allais lui annoncer. Je me garais et allais jusqu'à sa porte. Une fois devant, je me figeais quelques secondes. Je plongeais alors la main dans ma poche pour en sortir les clefs. Allez Strauss, il est temps d'assumer tes conneries. Elle le mérite. Je glissais la clef dans la serrure et j'ouvris alors la porte, juste assez pour rentrer. J'ai à peine le temps de refermer qu'une télécommande vient taper contre mon épaule. Ok. Je suis dans la merde. Je range les clefs et m'approche doucement. « Tiens, tiens on dirait que quelqu’un s’est souvenu qu’il avait une copine. " Je la regarde. Elle est si belle, même aussi furieuse qu'elle soit maintenant. Elle m'a manquée. Je vois du coin de l'oeil les débris de ce qui avait du être un téléphone, son téléphone. « Si t’es venu me larguer, fais ça vite ! Sinon, t’as exactement CINQ SECONDES pour m’expliquer ce qu’il se passe. » Je fronce les sourcils. " Te larguer ? Mais je ... " Je ferme les yeux, une main sur mon front. Je prend une inspiration. " Ecoutes ... Tu voulais que je vienne, que je te dise tout. Je suis là d'accord. " Dis-je, prudemment, marchant comme sur des oeufs. Elle était furieuse, et nos forts caractères respectifs ne faisaient jamais bon ménage. " Je suis désolé ok ? J'enchaine les conneries. A chaque fois que je te vois, j'ai l'impression que je te dois des excuses. C'est plus fort que moi et c'est minable." Je soupire et recommence à faire les cents pas, signe de stress et d'émotion chez moi. Je m'approchais légèrement d'elle. " Je ne compte pas te larguer, tu n'a rien fais. C'est surement toi d'ailleurs qui voudra me laisser tomber. Pourquoi tu penses ça ? " Lui demandais-je. Peut-être par ce que tu ne lui a pas donné de nouvelle depuis un moment ? Connard. L'équilibre entre Lilas et moi était fragile même si on tenait clairement beaucoup l'un a l'autre et un rien pouvait tout faire basculer. Et ce rien était souvent de mon fait. Malheureusement.  Je m'approchais de Mélodie et venais caresser sa petite main quelques secondes. Je me tournais ensuite vers Lilas. Mes cinq secondes s'égrainaient vite. " |b]J'ai un fils. De quinze ans. [/b]" Lui dis-je, droit dans les yeux. J'aurais pu faire mieux mais elle voulait savoir et maintenant elle savait. " Eibell, sa mère ... C'est une femme que j'ai connu il y a longtemps. Il y a jamais eu grand chose entre nous. Enfin je ... C'était sympa mais ça n'avait rien a voir avec ce qu'il y a entre nous deux. Elle ne compte et n'a jamais compter. " Me dépêchais-je, d'enchainer avant que la tempête ne se déchaine. " Elle est venue au club un soir et elle m'a annoncée que j'avais un gosse. Un ado. " Je ris, tellement cela me semblait étrange. " Pendant tout ce temps, avant toi, j'avais l'impression d'être seul, de ne compter que sur moi et sur ma soeur. Et maintenant ? Qu'est ce que ça change que je sois père ? Mon fils a quinze ans, il n'a pas besoin de moi, un père qu'il ne connaît pas et ne sera jamais tel qu'il l'a imaginé. " Je secoue la tête. " Je sais que j'aurais pas du faire silence radio comme je l'ai fais mais j'avais besoin d'éclaircir mes idées, seul. Ce qui est idiot puisque rien n'est réglé, au contraire et que la seule personne qui peut m'aider c'est toi. "

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Mar 6 Juin 2017 - 14:43

you can trust me
Jeremy & Lilas
Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.

Je l’ai toujours dit à qui voulait l’entendre. Je ne suis pas gentille comme fille. Je n’irai pas jusqu’à dire que j’étais monstrueuse mais j’ai énormément de caractère. Tandis que je me regarde dans le miroir, ma nouvelle coupe de cheveux ne fait qu’accentuer ce trait de caractère. Volcanique. Mauvaise. Un dragon. Sauf qu’on n’apprivoise pas un dragon. Depuis que je suis maman, j’ai dû regarder pas mal de dessins-animés et je ne suis pas comme Krokmou. Je suis plutôt comme Drogo, le plus grand dragon de Daenerys. Pourtant j’attends patiemment de sauter sur ma proie. Lorsque j’entends la clé dans la serrure, je sais que c’est Jeremy. Il n’y a que lui qui à la clé. Je jette un regard à la dérobée avant de jeter une télécommande. Bonjour Jeremy, bienvenue. Le regard que je lui lance est tout sauf sympathique. Je prends place contre la baie vitrée de manière nonchalante avant de croiser les bras sur ma poitrine. Sur la défensive. Parée à attaquer. D’ailleurs, je plisse un peu le regard tandis que je lui lance mon venin à la figure. « Te larguer ? Mais je… » Choisis bien tes mots mon gars car sinon je te saute à la gorge. « Ecoutes ... Tu voulais que je vienne, que je te dise tout. Je suis là d'accord. » Un grondement sourd monte dans ma gorge pour toute réponse. Avais-je vraiment le choix ? C’est vrai que j’aurai pu aller chez lui pour le défoncer mais j’avais la flemme de chercher une baby-sitter. « Je suis désolé ok ? J'enchaine les conneries. A chaque fois que je te vois, j'ai l'impression que je te dois des excuses. C'est plus fort que moi et c'est minable. » Je confirme d’un mouvement de tête toujours aussi tendue. Je pense que je ne suis pas prête à lâcher le morceau tant qu’il ne m’aura pas tout dit. Mon visage se ferme un peu plus au fur et à mesure qu’il prend la parole. Je sens que je ne vais pas apprécier. « Je ne compte pas te larguer, tu n'a rien fais. C'est surement toi d'ailleurs qui voudras me laisser tomber. Pourquoi tu penses ça ? » Mes yeux se plissent un peu tandis qu’il me pose la question. Je décide donc de prendre la parole pour la première fois depuis plusieurs minutes. « Accouche Strauss, ce que je pense n’est pas la question. » Je peux sentir sa nervosité. Je pourrais compatir mais encore une fois, ça ne fait pas partie de mes compétences. Les miennes sont un peu plus violentes que la compassion. C’est pour les faibles. La seule fois où j’ai compati en ce qui concerne le malheur d’autrui c’était avec Conchobàhr. Mon ex meilleur-ami et on voit comme ça s’est terminé. Certes, il avait fait ma fête d’anniversaire avec Oscar mais les méchancetés du gala restaient en mémoire. Blessée par deux hommes en peu de temps, well Bowen ne me réussissait pas. « J'ai un fils. De quinze ans. » Je n’écarquille pas les yeux de surprise, je ne fais rien. Je reste stoïque comme une statue. Effectivement, l’air australien n’était pas mon fort. Je réfléchis mentalement à faire mes valises tandis que Jeremy continue ses explications. « Eibell, sa mère ... C'est une femme que j'ai connu il y a longtemps. Il y a jamais eu grand-chose entre nous. Enfin je ... C'était sympa mais ça n'avait rien à voir avec ce qu'il y a entre nous deux. Elle ne compte et n'a jamais compter. » EIBELL ? EIBELL ? MON AMIE EIBELL ? ESPECE DE… Là, je commence à voir rouge. Sérieusement. Je sens la colère qui monte en moi et j’attrape le premier objet qui est à ma portée pour le jeter près de la tête de Jeremy contre le mur. C’est parti ! « Je sais qui est Eibell espèce d’imbécile. » Une blonde. J’éclate de rire –jaune- pour passer une main sur mon visage. J’allais enchainer tandis qu’il me coupe la parole. De mieux en mieux. Je fouille donc dans mon paquet de cigarettes pour en sortir une. Je me la mets dans le bec tandis que Jeremy continue son monologue. « Elle est venue au club un soir et elle m'a annoncée que j'avais un gosse. Un ado. » Connasse. Elle, je la trouve, je la défonce. De un. Pauvre gamin, il n’y est pour rien dans l’histoire et il se retrouve avec une mère débile et un père qui se comporte comme un vrai con. « Pendant tout ce temps, avant toi, j'avais l'impression d'être seul, de ne compter que sur moi et sur ma soeur. Et maintenant ? Qu'est ce que ça change que je sois père ? Mon fils a quinze ans, il n'a pas besoin de moi, un père qu'il ne connaît pas et ne sera jamais tel qu'il l'a imaginé. » Et l’award du connard de l’année revient à Jeremy Strauss. Je pourrais l’applaudir pour cet élan de paternité. « Je sais que j'aurais pas dû faire silence radio comme je l'ai fait mais j'avais besoin d'éclaircir mes idées, seul. Ce qui est idiot puisque rien n'est réglé, au contraire et que la seule personne qui peut m'aider c'est toi. » Là, j’applaudis avant de m’éloigner de Mélodie pour allumer ma cigarette. « T’aurais dû avoir le boward du connard de l’année, toi. » Autant ne pas y aller avec des pincettes. Ce n’est pas tellement mon genre de toute façon. « Alors, on résume la situation : il y a quinze ans t’as couché avec une connasse de blonde que t’as engrossé et qui revient comme une fleur pour te dire que t’es papa mais comme t’es un putain de lâche, tu veux pas prendre la responsabilité d’un enfant… J’ai bien résumé ? » Je m’assois sur un siège avant de croiser les jambes pour tirer sur ma cigarette. « Par-dessus le marché, tu es en couple avec une femme belle et intelligente maman d’une petite de quelques mois qui risquerait de t’appeler papa dans un futur prochain parce que tu es la seule figure paternelle qu’elle connaisse. » Nouvelle latte. Je passe une main dans mes cheveux nouvellement raccourcis avant de regarder en l’air. Le pire, c’est que j’étais calme. Pour une fois. « Eh bien pour un mec qui peut prendre ses responsabilités, t’as fait fort. » Je fais une mine faussement surprise. Ah le sarcasme, ma plus vieille arme. « Que t’ais un gamin, t’as eu une vie avant moi, je suis d’accord. Après tout, faut bien coucher avec des brouillons avant d’avoir la perfection. Après tout, je suis déjà mère, pourquoi pas belle-mère à l’âge de vingt-cinq ans mais que tu prennes pas tes responsabilités… T’as peut-être raison, je devrais rompre avec toi. » Il suffit que je dise ça pour que la petite se mette à hurler. Putain, ses dents. « Calme-la, j’ai besoin de prendre l’air. Comporte-toi en ADULTE RESPONSABLE POUR UNE FOIS DANS TA PUTAIN DE VIE, JEREMY. » Puis sur ses mots, je sors sur le balcon pour m’allumer une autre cigarette que je fume tranquille pour réfléchir à la marche à suivre. Il n’y en avait pas. J’étais complètement paumée. Foutus sentiments à la con.


Made by Neon Demon

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Sam 10 Juin 2017 - 11:09

Quand j'incère la clef dans la serrure, je me prépare mentalement à m'en prendre pleins la gueule et plus encore. Merci Lilas et son tempérament volcanique. En temps normal j'adore ça, mais les choses changent quand il est redirigeait vers moi. A peine suis-je entre que je suis accueillis par une télécommande volante venant m'agresser. Cela commence bien ... Je suis directement dans le bain. Elle est en rogne et ne se calmera pas facilement, avec des mots doux et de la fumée. Je suis dans la merde jusqu'au cou et ça continue de monter. Elle ne tarde pas à me balancer son venin. J'en prend pour mon grade sans brocher. Quand elle m'en laisse placer une, j'essaye d'apaiser les choses en m'excusant comme je peux, c'est à dire plus que piètrement ce qui n'arrange pas mes affaires. Non, je ne compte pas la larguer. C'est elle qui s'en ira quand elle saura tout. Elle a l'air prête à me sauter dessus en quelques secondes. Elle balaye ma tentative d'excuser d'un hochement de tête qui confirme mes dires : je suis tout simplement minable à tout ce truc de relation. Je lui assure que je ne vais pas la larguer et lui demande pourquoi elle pensait ça. « Accouche Strauss, ce que je pense n’est pas la question. » Je fronce les sourcils. Elle ne répond pas à la question mais je ne suis pas en mesure d'exiger quoi que ce soit. Je soupire. Elle ne laissera rien passer. Ca va partir en vrille. Je le sens dans l'air électrique entre nous. Je me confesse alors, lui révélant ce que je lui ai cacher. Son manque de réaction me fout les jetons. Elle va me défoncer et je ne pourrais que m'en prendre à moi. Quand j'en termine, je manque de me prendre une nouvelle fois un truc dans la gueule.  « Je sais qui est Eibell espèce d’imbécile. » Elle se met alors à rire. Vous savez le genre de rire un peu flippant dans le mauvais film d'horreur. Encaissant, je m'empresse de continuer mes explications. Je lui raconte ma  discussion avec Eibell et mon ressenti. Cette nouvelle a bouleversée toute ma vie. Je continue de parler alors qu'elle se sort une cigarette. J'ai un fils de quinze ans. Autan dire qu'il n'aura bientôt plus besoin de moi et que je doute qu'il m'accueille à bras ouvert dans sa vie, surtout qu'il finira par être déçu, comme toutes les personnes assez dingues pour m'approcher de trop près. Je suis perdu et m'être mis à dos la seule personne avec qui j'aurais voulu en parler ne m'aide pas. Quand je finis, elle m'applaudis. Elle s'éloigne de sa fille pour allumer sa clope. « T’aurais dû avoir le boward du connard de l’année, toi. » Allez prend toi ça dans ta gueule Strauss. " Putain, mais tu crois que c'est facile comme situation ?! " Balançais-je en glissant mes doigts dans mes cheveux. « Alors, on résume la situation il y a quinze ans t’as couché avec une connasse de blonde que t’as engrossé et qui revient comme une fleur pour te dire que t’es papa mais comme t’es un putain de lâche, tu veux pas prendre la responsabilité d’un enfant… J’ai bien résumé ? » Fulmine t-elle avant de s'assoir en croisant ses longues jambes pour fumer. " J'ai jamais dis que j'assumerais pas bordel ! Je dis juste que la situation est un foutoire monstre et que, quoi que je fasse, ça n'effacera pas les quinze années où je n'étais pas présent dans sa vie. C'est un ado, il est probable qu'il ne voudra rien avoir affaire avec un père qui débarque comme une fleur dans sa vie. " Je soupire, essayant de garder un calme relatif. Si je m'emportais aussi, ça ne servirait à rien. « Par-dessus le marché, tu es en couple avec une femme belle et intelligente maman d’une petite de quelques mois qui risquerait de t’appeler papa dans un futur prochain parce que tu es la seule figure paternelle qu’elle connaisse. » Enchaine Lilas. Je la regarde, tendu, au fond du trous mais tentant de garder la tête hors de l'eau. Je la regarde, luttant contre l'envie de m'approcher. Elle ne me laisserait pas faire. " Je sais la chance que j'ai. J'avais aucune idée que mon passé viendrait menacer ce que toi et moi on essaye de construire. " Elle tire une nouvelle fois sur sa clope avant de passer une main dans ses cheveux. Elle les a coupés. Elle est belle. Cela lui allait bien même si il est vrai que sa crinières rousse me rendait dingue. Elle est calme. Trop calme. Cela n'annoncer rien de bon. « Que t’ais un gamin, t’as eu une vie avant moi, je suis d’accord. Après tout, faut bien coucher avec des brouillons avant d’avoir la perfection. Après tout, je suis déjà mère, pourquoi pas belle-mère à l’âge de vingt-cinq ans mais que tu prennes pas tes responsabilités… T’as peut-être raison, je devrais rompre avec toi. » Et voilà, la menace était lancée. Je m'y attendais mais la sensation de me prendre une claque est belle et bien là. Si extérieurement je ne montre pas grand chose, à l'intérieur, c'est un feu ardent qui se déchaine. Je secoue la tête, je ne voyais pas ce que je pouvais bien dire de plus. Si ce n'est qu'encore une fois, j'avais tout gâcher. A peine  Lilas avait-elle finit, que la petite se mit à pleurer à chaude larme. « Calme-la, j’ai besoin de prendre l’air. Comporte-toi en ADULTE RESPONSABLE POUR UNE FOIS DANS TA PUTAIN DE VIE, JEREMY. » Je la regarde aller sur le balcon, fermant ma gueule. Ouais, j'ai putain de déconné sur ce coup là. Il faut que je sache quoi faire et vite. La situation ne pourrait pas être pire. Je regarde Lilas fumer quelques secondes avant de m'approcher de la petite en pleurs. Je me penche et la sors de son parc pour la prendre contre moi. Son petit corps tremble alors qu'elle pleure encore. Je fais des pas, la berçant en même temps. Je fais mon maximum pour m'apaiser, seule condition si je veux arriver à la calmer. Je soupire en la serrant dans mes bras. Il nous faut quelques minutes à l'un comme à l'autre pour nous calmer. Je me retournais alors vers le balcon ou était toujours Lilas. J'allais la rejoindre, Mélodie dans mes bras. " Je suis vraiment désolé bébé ... J'aurais du t'en parler avant, te mettre au courant de suite mais je ... Enfin tu peux comprendre que c'est une situation compliqué à géré pour moi ? " Soufflais-je en essayant de capter son attention même si elle continuait à m'ignorer royalement. " J'ai eu peur par ce que soyons honnête, qu'est ce que je peux lui apporter de bon à ce gosse ? Je ne suis pas quelqu'un de bien. C'est mon fils et bien sur que j'aurais envie de le connaître, mais est ce que je suis prêt ? J'en sais foutrement rien et j'ai pas le droit de merder encore. Pas quand c'est aussi important. "

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Lun 19 Juin 2017 - 2:26

you can trust me
Jeremy & Lilas
Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.

Je ne suis pas la plus douce des personnes. Je le sais bien. Je suis sexy, autoritaire, tête brûlée et je me considère comme une bonne mère. Alors tandis que je fais face à Jeremy, je jette de temps à autre des coups d’œil à Mélodie qui est dans son parc et nous regarde tour à tour. Je l’invite à s’expliquer car une telle absence, il doit y avoir un loup derrière. J’adopte tout de suite une attitude hostile. Appuyée contre la grande baie vitrée, les bras croisés. Il faut dire que ma nouvelle coiffure me donnait un air un peu plus rigide qu’auparavant où je faisais largement plus jeune. Je redresse le menton avant de hausser un sourcil. « Putain, mais tu crois que c'est facile comme situation ?! » Je fais claquer ma langue d’un mouvement sonore avant de vite résumer la situation à ma manière. Nous n’étions que deux cons bornés mais à l’heure actuelle, mon esprit était tourné vers ce gamin qui n’avait rien demandé à personne. Après tout, belle-mère, il fallait s’y attendre. Mais avec Eibell ? J’ai une mine de dégoût avant de le regarder. Non mais il couchait réellement avec tout ce qu’il bouge. « Rassure-moi t’as pas mis Sawyer enceinte aussi ? » D’ailleurs, il faudrait que je pense à faire un test aussi. On ne sait jamais. Enfin quoique tomber enceinte, je pourrais le foutre dans les dents de cette connasse de blonde. Et avec un grand crochet du droit par la même occasion. J’allais la défoncer. Je fulminai carrément sous ma petite tête rousse. Bougeant d’un pied à un autre. « J'ai jamais dit que j'assumerais pas bordel ! Je dis juste que la situation est un foutoir monstre et que, quoi que je fasse, ça n'effacera pas les quinze années où je n'étais pas présent dans sa vie. C'est un ado, il est probable qu'il ne voudra rien avoir affaire avec un père qui débarque comme une fleur dans sa vie. » Je voudrais le gifler à l’instant précis. Mais le regard que je lui lance en dit long. Je pense qu’il valait mieux qu’il se la ferme. « Qu’est-ce que t’en sais ? Hurlai-je bien malgré moi, viens pas me parler de paternité alors que t’as deux femmes dans cette pièce qui n’ont pas de père. J’ai grandi sans présence masculine avec une psychopathe qui m’a élevée comme une sociopathe. » Là, je hurlai carrément. Mes mains se sont mises à trembler et je devais me contenir pour ne pas tout casser dans cet appartement. Le pire, c’est que lui est calme. Putain mais hurle, fais quelque chose Strauss. Quoique… Non vaut mieux pas. « Je sais la chance que j'ai. J'avais aucune idée que mon passé viendrait menacer ce que toi et moi on essaye de construire. » Je lève les yeux au ciel. Foutue dramaqueen de merde ! « Je savais que tirais plus vite que ton ombre. Je t’ai accepté en sachant très bien que t’avais sans doute un ou deux enfants illégitimes dans la nature. Mais avec cette chose… Je coucherai plus avec toi avant que tu ne te sois fait dépister. » Le pire était qu’Eibell était mon amie. Elle était venue chez moi récemment tout sourire. Alors qu’elle a un gosse. Avec mon mec. AVEC MON MEC. Je lui lance un truc dans la figure avant de sortir en claquant la porte sur le balcon. J’allume une clope avant de me poser. Mais je ne tiens pas en place. Je me relève donc pour attraper le pot de fleurs le plus près et le balancer à travers la terrasse. Il atterrit avec fracas contre le mur et se brise en mille morceaux. Jeremy ne tarde pas à me rejoindre mais au niveau de ma santé mentale, ça a empiré. Heureusement qu’il a mon bébé dans les bras. « Je suis vraiment désolé bébé ... J'aurais dû t'en parler avant, te mettre au courant de suite mais je ... Enfin tu peux comprendre que c'est une situation compliqué à gérer pour moi ? » Je fais une grimace comme pour lui dire que je comprenais ouais. J’étais enceinte y’a encore quelques mois. « J'ai eu peur par ce que soyons honnête, qu'est ce que je peux lui apporter de bon à ce gosse ? Je ne suis pas quelqu'un de bien. C'est mon fils et bien sur que j'aurais envie de le connaître, mais est ce que je suis prêt ? J'en sais foutrement rien et j'ai pas le droit de merder encore. Pas quand c'est aussi important. » Je lui en collerai bien une mais je me retiens. J’enfonce mes mains dans mes poches avant le fixer. « Arrête de dire des conneries. Tu lui apprendras à se palucher et au moins il verra des filles à poil tout le temps. Ça lui évitera de les traiter comme des objets. Et t’es pas un raté. Cesse de dire ce genre de choses car sinon j’vais avoir envie de te tabasser. » Je m’approche de lui pour caresser son visage, inspirant longuement. « Regarde comme elle est calme dans tes bras. Profites-en car tu vas devoir l’élever quand je serai en taule parce que je vais buter cette pute! J’te jure que si tu la regardes, je te crève les yeux ; touche la, même pour faire la bise et je te coupe les mains ; ose pensé qu’elle est belle ou autre chose, je t’arrache le pénis et je te le fais manger. »


Made by Neon Demon

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Mer 21 Juin 2017 - 10:35

Lilas m’en voulait et elle savait très bien comment me le faire comprendre. Hostile, elle me montre dès que je franchis la porte d’entrée que j’ai merdé, qu’elle m’en veut et qu’elle ne me laissera rien passer. Je ne peux pas l’en blâmer. J’ai le sentiment que, dernièrement, je n’ai fais que m’excuser auprès d’elle. C’est d’ailleurs l’une des seule personne avec qui je m’abaisse à faire ça : m’excuser. Avant elle, je me fichais de tout et de tout le monde, ou presque. Elle me traite de connard. Je n’ai jamais douté d’en être un, c’est elle qui ne s’en était pas encore rendue compte, ou ne voulait pas s’en rendre compte. J’ai une plutôt bonne idée je crois de qui je suis. Je sais en tous cas avec certitude ce que je suis pas : un homme bien. Elle m’en veut mais je voudrais seulement une minutes qu’elle voit les choses de mon côté. La situation n’est pas facile à avaler. C’est même plus difficile que je ne pourrais jamais l’avouer. « Rassure-moi t’as pas mis Sawyer enceinte aussi ? » Et dans ta gueule une nouvelle fois Strauss. Je serre les poings. « T’es sérieuse là ? » Lançais-je. Me renvoyer ça à la figure n’était en aucun cas fair-play. On peut me faire passer pour qui on veut mais depuis que Lilas est revenue, qu’elle et moi sommes ensemble, j’ai fais beaucoup d’effort. Je n’avais plus eu de contact avec la blonde depuis des lustres, quand à Zelda, nos chemins ne s’était plus recroisés depuis longtemps. « Ne mélanges pas tout. Eibell, c’était il y a quinze ans bordel. Je t’ai jamais trompé. Jamais. » Je voulais bien avoir plus de défauts que de qualités mais je ne la laisserais pas imaginé n’importe quoi. Elle fulminait. Sa chevelure rousse amplifiant l’effet. L’ambiance était électrique. J’essayais de garder mon calme, de lui faire comprendre mon point de vu sur ce qui m’arriver. Elle me pensait incapable d’assumer. La n’était pas la question. Le fait est qu’on m’avait privé de ma paternité, que mon fils de quinze ans n’avait aucune idée de qui j’étais. Quel image pouvait-il bien avoir de moi ? Sûrement pas une très glorieuse en tous cas. Et ses années perdues, je ne pourrais jamais, quoi que je fasse, les effacés et les rattrapés. « Qu’est-ce que t’en sais ? » Hurle t-elle. Je la regarde, surpris et légèrement effrayée de voir sa réaction et de voir jusqu’ou elle allait aller. Je m’attendais au pire. La mienne me surprend aussi mais c’est que je sais que si je m’emporte à mon tour, des choses seront dites et des choses seront faite qu’on regretterait tout les deux plus tard. « Viens pas me parler de paternité alors que t’as deux femmes dans cette pièce qui n’ont pas de père. J’ai grandi sans présence masculine avec une psychopathe qui m’a élevée comme une sociopathe. » Je baisse la tête quelques secondes, bouillant d’émotion, de rage et d’épuisement. Je glisse mes mains sur mon visage avant de lever les mains devant moi. « C’est bon … Je suis désolé. Tu sais que j’ai rien à voir avec vos pères, encore moins avec le miens ... » C’était presque une supplication. J’avais besoin qu’au moins une personne au monde sache vraiment qui j’étais et m’aime pour ça. Sinon autant me flinguer pour abréger le tout. Je sais quelle est ma chance d’avoir Lilas dans ma vie, même si notre relation n’a rien  d’ordinaire. Mais nous ne sommes pas ordinaire. Ensemble nous sommes extraordinaires, passionnels, impulsifs mais c’est nous. Simplement nous. Je n’avais pas envie de tous gâcher ni que mon passé balaye tout les efforts que j’ai fais et tous ce que j’essaye de construire. « Je savais que tirais plus vite que ton ombre. Je t’ai accepté en sachant très bien que t’avais sans doute un ou deux enfants illégitimes dans la nature. » Je la regardais. What ? « Mais avec cette chose… Je coucherai plus avec toi avant que tu ne te sois fait dépister. » Je réprimais avec difficulté un sourire. Cela ne ferait qu'empirer les choses. J’avais autant envie de rire à ses paroles que de me jeter à ses pieds pour la supplier de me comprendre et de me pardonner. J’allais lui dire que je ferais absolument tout ce qu’elle voudrait mais elle s'éclipse sur le balcon, m'empressant de m'occuper de Mélodie qui pleure. Je ne suis pas fou, alors je ne la rejoins pas et vais prendre la petite dans mes bras. Elle comme moi somme à bout. Je passe quelques minutes a faire les cents pas, la petite dans mes bras. Quelques minutes, c'est ce qu'ils nous faut à elle comme moi pour nous calmés, pour nous apaisés. Prudent, je décide de rejoindre Lilas sur le balcon. Je m'excuse et tente une nouvelle fois de lui faire comprendre mon point de vu sur la situation. Je suppose qu'elle est maintenant plus réceptive puisqu'elle ne ma virer ou gifler. Je crois surtout que je peux remercié Mélodie. « Arrête de dire des conneries. Tu lui apprendras à se palucher et au moins il verra des filles à poil tout le temps. Ça lui évitera de les traiter comme des objets. " Je secoue la tête. " Le père de l'année." Lançais-je ironiquement. " Et t’es pas un raté. Cesse de dire ce genre de choses car sinon j’vais avoir envie de te tabasser. » Je la regarde. J'aimerais la croire, lui dire qu'elle a raison, que je pense la même chose mais cela serait mentir. " J'ai pourtant le sentiment d'en être un de râté ... " Dis-je en soupirant. " C'est plus fort que moi. Dès qu'il m'arrive quelque chose de bien, je suis incapable de me dire que je le mérite et je fais tout foiré. " Lui dis-je en la regardant. Je m'approche d'elle en venant glisser ma main libre dans ses cheveux de feu que j'aimais tant même si il était plus court à présent. " Pardon d'être un enfoiré de première. " Soufflais-je en un esquissant un pauvre sourire d'excuse. Lui mentir, lui faire du mal était vraiment la dernière chose que je voulais. J'avais déjà fais tellement d'effort, pour elle. Elle vint plus vers moi, glissant ses doigts sur mon visage. Je ferme les yeux quelques secondes, mon cœur s'emballant. Je les rouvre et la contemple avec toute l'adoration qu'elle méritait. « Regarde comme elle est calme dans tes bras. Profites-en car tu vas devoir l’élever quand je serai en taule parce que je vais buter cette pute! J’te jure que si tu la regardes, je te crève les yeux ; touche la, même pour faire la bise et je te coupe les mains ; ose pensé qu’elle est belle ou autre chose, je t’arrache le pénis et je te le fais manger. » J'éclate de rire. Je hoche la tête. " Me voilà prévenu mais tu n'aura pas besoin de faire tout ça. Aucune autre femme ne compte plus que toi pour moi. " Lui dis-je, sincère. Même si c'était difficile pour moi, il fallait que je commence à me dévoiler sans avoir peur. " Enfin si, il y en a une autre ... " Commençais-je avant de rire en voyant sa réaction. " Rengaine tes armes, je parle de ta fille. " Je me penche vers elle et l'embrasse longuement, avec ardeur.

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Lun 31 Juil 2017 - 21:14

you can trust me
Jeremy & Lilas
Quand on a trouvé le grand amour on ne le lâche plus, même lorsque l’objet de tout vos désirs vous supplie d’abandonner.

Je ne suis pas du genre à pardonner, à passer outre les petites frasques de mon mec. Jeremy m’avait demandée d’être patiente et je pense en avoir fait preuve. Enfin, assez en ce qui me concerne. Je me contente donc d’être droite comme un –i en le fixant. Si je lui en voulais : on parlait d’Eibell. Eibell, mon amie que j’ai encore vu récemment et qui était au courant que je vivais une relation avec Jeremy. Eibell qui était blonde. Je ne peux donc m’empêcher de lancer une remarque sarcastique tout en lui lançant un regard noir. « T’es sérieuse là ? » Je hausse un sourcil avant d’incliner doucement la tête vers le bas. « Qu’est-ce que tu fous avec moi, Strauss ? T’aimes les blondes et je ne suis pas blonde ! Je les hais, tu devrais le savoir, non ? » Après tout, le père de ma fille était partie avec une blonde. Il m’avait quitté du jour au lendemain pour cette pétasse de naine péroxidée. Je suis même certaine que ça n’en est pas vraiment une. Je tente de chercher dans ma mémoire si j’avais des blondes autre qu’Eibell dans ma vie mais rien. Le néant. « Ne mélanges pas tout. Eibell, c’était il y a quinze ans bordel. Je t’ai jamais trompé. Jamais. » J’éclate de rire. Manquerait plus que ça. « T’as intérêt sinon je snip snip les couilles. » En disant tout ça, je fais le mouvement du ciseau. Après tout, j’avais été très claire là-dessus. Pour ma part, le sexe ne m’a jamais grandement intéressé. Ce n’est qu’au contact de Jeremy que mes pulsions sont revenues. Sinon, j’en aurai rien eu à faire. Je me suis mise avec lui parce que ça me coûtait de l’admettre mais j’étais plus ou moins tombée amoureuse de lui. Alors j’explose comme une bombe à retardement. Je lui sors ses quatre vérités. Il ne pouvait pas laisser ce gamin sans père. Et si le gamin voulait le connaitre ? « C’est bon … Je suis désolé. Tu sais que j’ai rien à voir avec vos pères, encore moins avec le miens ... » Je peux sentir la détresse dans sa voix. S’il n’avait pas fait le con et n’avait pas fait le mort pendant une semaine. Je pense que j’aurai pu le prendre dans mes bras. Mais à la place, je reste debout. Mes yeux font l’aller-retour entre lui et Mélodie. Mère en surveillance, au cas où. « T’as beau gérer un réseau de drogues ou une boite où des nanas se foutent à poil à longueur de temps, t’es un mec plutôt pas mal. Du moins quand t’es présent. Donc, je ne vois pas pourquoi tu ne serai pas un bon père. » Qu’en savait-il d’ailleurs ? Je balaie tout d’un revers de la main avant une énième mise en garde pour m’eclipser sur le balcon. Je sors une cigarette que je fume lentement en réfléchissant. Je réfléchis au fait que je vais 1. Exploser Eibell. 2. Marquer mieux mon territoire sur mon mec. 3. Sans doute partir au vert quelques temps pour réfléchir au futur de notre relation. Je ne tarde pas à être rejointe par Jeremy. Avec Mélodie. Je tourne la tête vers eux pour les regarder. Tableau. " J'ai pourtant le sentiment d'en être un de râté ... " Je le fixe. J’ai limite envie de lever les yeux au ciel. " C'est plus fort que moi. Dès qu'il m'arrive quelque chose de bien, je suis incapable de me dire que je le mérite et je fais tout foirer. " Il s’approche et glisse sa main dans mes cheveux. Je ferme un moment les yeux. " Pardon d'être un enfoiré de première. " Je secoue la tête. « Si j’avais pas des sentiments pour toi, crois-moi tu serais par-dessus ce balcon. » Autant être honnête après tout. On a dépassé le stade du je fais semblant ou je joue avec les sentiments de l’autre. Je m’approche pour caresser doucement son visage avant de déposer un baiser sur le front de Mélodie. " Me voilà prévenu mais tu n'auras pas besoin de faire tout ça. Aucune autre femme ne compte plus que toi pour moi. " Je crois que je pourrais ronronner de plaisir. Je lui fais mon sourire le plus éblouissant. " Enfin si, il y en a une autre ... " Je fronce les sourcils un moment avant de reculer d’un pas. " Rengaine tes armes, je parle de ta fille. " Alors, j’éclate de rire. Je me remets devant lui pour prendre son visage à deux mains et déposer mes lèvres sur les siennes. D’abord timidement puis le feu qui me consume reprend le dessus. Je romps l’échange pour passer une main dans ma nuque. « Est-ce que ça veut dire que t’es amoureux de moi, Strauss ? » Un petit sourire amusé naît sur mon visage. « Tu sais que j’voulais m’en aller. Genre faire ma valise et tout. J’ai déjà commencé d’ailleurs. J’ai un truc à faire en France. Tu veux venir avec moi ? »


Made by Neon Demon

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Lun 7 Aoû 2017 - 16:08

Elle me pensait distributeur de gosse ? Sérieusement ? « Qu'est-ce que tu fous avec moi, Strauss ? T’aimes les blondes et je ne suis pas blonde ! Je les hais, tu devrais le savoir, non ? » Je secoue la tête. Encore cette histoire. Oh ça oui je sais qu'elle les déteste et je sais pourquoi. " Ce que je fou avec toi ? je suis avec toi par ce que j'en ai envie et que personne n'a la place que tu as dans ma vie. Blonde, brune, chauve, je m'en balance tant que toi tu veux être avec moi. Fais moi confiance et plus important, arrêtes de douter de toi, de ce que tu peux avoir ou pas. " Ses peurs, son insécurité était compréhensible mais je n'irais nul part, pire je n'en avais même pas envie. Lilas avait occultée toutes les autres femmes, qu'elle le veuille ou non. Avoir découvert que j'avais un fils avec Eibell, un fils de quinze avait remis en perspective beaucoup de chose dans ma vie mais les sentiments que j'avais pour Lilas n'en faisait pas partie. Eibell faisait partit de mon passé. Je peux même pas dire qu'elle est comptait vraiment, entre nous cela n'a été qu'une nuit il y a quinze ans. Lilas était mon présent et je l'espérais, mon futur si j'arrivais à arrêter les conneries et les faux-pas. Je ne l'avais pas trompé et je ne le ferais jamais. Elle éclate de rire et je comprend son message avant même qu'elle ne parle. Je n'ai pas intérêt de rompre cette promesse.  « T’as intérêt sinon je snip snip les couilles. » Me menace t-elle en mimant avec ses mains le mouvement d'un ciseau en action. Je roule des yeux bien que je suis à peu près sur qu'elle puisse mettre ses menaces à exécution si je déconne trop.
Je tentais alors de lui faire comprendre mon point du vu sur la situation. J'étais convaincu de ne rien avoir de bon à apporter à ce fils de quinze ans qui doit probablement me détester de toute façon. Sa vive réaction ne tarda pas. Et je ne pu que m'excuser. Elle comme Mélodie n'avait pas de père et je crois que finalement, elles auraient surement voulu avoir un père imparfait que pas de père du tout. Je crois que j'avais surtout peur d'être comme mon propre père. J'aurais tout donner pour ne pas avoir de père plutôt que d'avoir celui-là. Cette haine de mon père embrouillé, je crois, mon jugement. « T’as beau gérer un réseau de drogues ou une boite où des nanas se foutent à poil à longueur de temps, t’es un mec plutôt pas mal. Du moins quand t’es présent. Donc, je ne vois pas pourquoi tu ne serai pas un bon père. » Je baisse les yeux, bien moins confiant qu'elle sur mes capacité. Je prenais une grande inspiration, la regardant. " Tu le crois vraiment ? Promet moi de ne pas me laisser faire de connerie d'accord ? Je ... " Je glissais une main dans mes cheveux. " Je refuse d'être comme mon père. Je ne veux pas que mon enfant me déteste et souffre par ma faute. Enfin ça c'est si il veut me connaître, ce dont je doute. " Je soupirais, bien trop de questions et d'incertitude m'embrouillant l'esprit.
Je me retrouve seul dans le salon, avec la petite qui pleure. Lilas est sur le balcon. Je sais que je dois lui donner du temps. Un pauvre pot de fleur fait les frais de sa colère bouillonnante même si on pourrait la croire calme. Je me penche et prend Mélodie dans mes bras pour qu'elle se calme. Je finis par la rejoindre sur le balcon, Mélodie maintenant apaisée dans mes bras. Je m'excuse une énième fois auprès d'elle et lui avoue toute mes peurs, mes interrogations, mes incertitudes. Je sais que si je veux faire ça comme il faut, je vais avoir besoin d'elle, comme toujours même si je ne m'en rend pas toujours compte. J'ai le sentiment qu'il n'y a qu'auprès d'elle que j'arrêterais de gâcher toutes les belles qui passent sur mon chemin. Je m'approche d'elle, glisse ma mains dans ses cheveux. Je suis certain d'une chose : je ne la mérites pas, pas encore. Je suis un enfoiré en repentance. Elle secoue la tête. « Si j’avais pas des sentiments pour toi, crois-moi tu serais par-dessus ce balcon. » Je pouffe légèrement. " Je sais que j'ai de la chance que tu tiennes à moi. " Un sourire narquois apparaît sur mes lèvres. Elle s'approche de moi et mon coeur s'apaise enfin quand elle caresse mon visage. Je ferme les yeux quelques secondes. Quand je l'ai rouvre, elle embrasse sa fille dans mes bras. Elle porte mon attention sur la petite, étrangement calme dans mes bras. Un flot de menace sort de ses lèvres et moi je ne pense qu'à ma chance de l'avoir, ma chance de l'aimer. Car oui, je l'aime. Faire semblant serait idiot. Elle parle de faire de la taule, de tuer Eibell, je s'en prendre encore à mes attribues. Je lui rassure en lui assurant qu'elle n'a rien a craindre. Eibell ne m'intéresse pas. Elle est seulement la mère de mon fils. Je devrais la côtoyer mais ça s'arrête là. Il n'y a que ma rousse qui compte. Elle sourit de toute ses dents. Elle était si belle. Par ce que je serais toujours moi, je la taquine, jouant avec son caractère jaloux. Elle se tend contre moi avant de vouloir s'écarter, je la retiens en lui disant que la seule autre présence féminine de ma vie c'est ça fille. Elle éclate de rire et je l'observe. Ouais, je crois que le bonheur correspond bien à ça. Elle revient contre moi et m'embrasse. Le baiser est d'abord tendre, chaste puis de plus en plus fiévreux. « Est-ce que ça veut dire que t’es amoureux de moi, Strauss ? |/i]» Elle sourit, amusée. Je la regarde, souriant moi aussi. " Peut-être bien mais bon, ça serais niais de le dire, et nous ne sommes pas niais, n'est ce pas ? " Je ris avant de plonger mes yeux dans les siens. " Et toi ? Est ce que tu m'aimes malgré tout les défauts que j'ai ? Malgré toutes les conneries que j'ai faite et que je ferais encore ? " Lui demandais-je, me fichant pas mal d'être niais pour le coup. « [i]Tu sais que j’voulais m’en aller. Genre faire ma valise et tout. J’ai déjà commencé d’ailleurs. J’ai un truc à faire en France. Tu veux venir avec moi ? » Mon coeur se serre à l'idée que j'aurais pu me retrouver seul. Je la regarde et hoche la tête. La boite comme mes gars peuvent bien se passer de moi quelques jours et je ne compte de toute façon pas laisser partir Lilas toute seule. " D'accord. Allons en France. Tu n'es même pas obliger de me dire pourquoi tu dois y aller. Je te suis sans problème. "

HJ : voilà meuf ! J'espère que je suis pas trop rouiller et que ça te convient

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Lun 21 Aoû 2017 - 19:48

C’est vrai qu’il a totalement raison. Arrête de douter de toi, Martin. Je secoue ma sublime chevelure rousse pour me souvenir que je suis une bombe. Une vraie bombe. Et je n’ai que vingt-cinq ans. Eibell est plus vieille. Elle est limite défraichie et blonde en plus. « Tu sais que si ça dure nous deux, tu devras m’en faire un, un jour, Strauss. » Je penche la tête sur le côté avec mon sourire le plus machiavélique. De jeune femme sournoise qui sait que tôt ou tard, je ne laisserai pas Mélodie être enfant unique. Et comme la castration chimique était une option pour le père de cette dernière, il allait de soi que je voyais Jeremy comme le père de mon futur enfant. Et puis s’il avait sa beauté et mon intelligence, ce gosse serait parfait. Sauf que ses deux parents finiraient sans aucun doute en prison. Je ris alors en le regardant avant d’imiter les ciseaux. Je suis toujours en colère contre lui mais disons que ses foutus sentiments à la con. Je devrais être une sociopathe de haut niveau. DE HAUT NIVEAU BORDEL. Sherlock ne tombe pas amoureux. Et moi, non plus. Je sens que sous cette jolie petite tête, il y a un cerveau de surdouée qui fume. Je regarde un moment Jeremy et je le vois si démuni face à moi. Je pourrais sentir mon cœur de glace et de biatch qui fond au fur et à mesure qu’il me parle et se confie sur sa récente paternité. D’un gamin de quinze ans. De quinze ans. Soit dix ans de moins que moi. Et qui a une petite sœur qui n’a même pas un an. Quasiment. Ils n’ont pas le même sang, heureusement. Eibell, je vais t’arracher tes extensions décolorées. « Si tu fais une connerie, je te tue. » J’avais dit ça le plus sérieusement du monde avant d’esquisser un sourire en coin. « Je te découpe en morceaux et je te donne à manger aux tortues de mer. » J’éclate de rire tandis qu’il glisse une main dans mes cheveux. Je me sens fondre un peu plus. Je lui souris. « Bien sûr qu’il voudra te connaitre. Tu seras un père exceptionnel. Et en plus, il aura pas besoin de payer pour voir une nana à poil. » Je lui glisse un petit clin d’œil. Ça pourrait déranger les nanas que leur mec gère un réseau de drogues et un club de strip-tease mais je savais que j’étais la meilleure. Parce qu’on voit rarement des jambes de cette taille sur une femme. Je sors donc fumer une cigarette car fumer devant un enfant ça craint un max et de balancer le fauteuil. Mais je ne tarde pas à être rejointe par Jeremy avec ma fille dans les bras. Il revient vers moi avec mon bébé dans ses bras. C’est une très belle scène. Tenir à lui ? J’éclate de rire, c’est un euphémisme. Nous avons beau avoir dix ans d’écart, on se comprenait parfaitement. Je caresse du bout des doigts son sublime visage avant de me pencher pour embrasser la tête de Mélodie. Je décide donc de l’embrasser avant de rester contre lui et Mélodie, tout sourire. J’éclate de rire à sa réponse. Bien sûr qu’il était amoureux. Je caresse doucement son torse. « Si mon cœur, nous le sommes malheureusement. » Dégoulinant d’amour serait plus exact. Mais toujours awesome. Un peu comme Barney et Robin. Sauf qu’on ne divorcera pas dans cinq ans. « Bien sûr que je t’aime Jeremy. » Voilà, c’est dit. « Sinon, je t’aurai fait passer par-dessus le bord de mon balcon. » Je me penche à nouveau pour l’embrasser. Puis, je me mets à réfléchir. Je devais aller en France. « Je dois revenir à la vie. Rien que ça. Va falloir d’habituer à m’appeler Amélia et non plus Lilas. » Je fais les gros yeux avant de me sentir rougir. J’appréhendai beaucoup ce voyage.

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Jeu 24 Aoû 2017 - 11:13

Lilas semblait douter constamment de moi et plus encore d'elle-même. Je ne lui en avais pourtant aucune raison. Si Eibell m'avait cacher que j'avais un fils, je n'étais pas responsable et elle ne serait jamais que la mère de mon fils, aucun sentiment n'entrait en jeu. Les seuls sentiments que j'epprouvais été pour la rousse devant moi. Elle devait donc ne plus douter. « Tu sais que si ça dure nous deux, tu devras m’en faire un, un jour, Strauss. »  Me dit Lilas, sa tête penchait sur le côté en me regardant avec un sourire machiavélique. Je la regardais, amusé. " Tu fais donc des projets d'avenir avec moi, Martin ? Intéressant. " Lui dis-je en la regardant dans les yeux, taquin, comme toujours. Il était vrai que depuis que Lilas était dans ma vie, faire des projets n'était plus aussi effrayant qu'avant. Ma vie n'avait jamais été assez stable pour que je puisse me le permettre mais depuis quelques temps en semblait prendre la bonne voie.
Ëtre père me faisait peur. J'avais passé quinze ans sans savoir. Mon fils ne savait rien de moi. Comment tout cela pourrait bien se passer ? Malgré la confiance que Lilas semblait avoir en moi, je ne pouvais m'empêcher de douter d'être à la hauteur. Je n'avais eu aucun modèle de père acceptable. Le miens était une véritable piece of shit et j'avais peur d'un peu trop lui ressembler malgré moi. Lilas allait devoir m'aider. Je refusais de devenir comme mon père. « Si tu fais une connerie, je te tue. » Me dit-elle sérieusement avant qu'un sourire perçe aux coins de ses lèvres. « Je te découpe en morceaux et je te donne à manger aux tortues de mer. » Me prévient-elle alors que je plonge ma main dans les flammes ardente que sont ses cheveux. « Bien sûr qu’il voudra te connaitre. Tu seras un père exceptionnel. Et en plus, il aura pas besoin de payer pour voir une nana à poil. » Je ris en secouant la tête. Son assurance me donne un peu d'espoir. " Je ne suis pas sur que cela suffise à faire de moi le père de l'année mais c'est peut-être encourageant. " M'esclaffais-je.
Lilas sort sur le balçon pour fumer evacuer sa colère. Après un moment, je la rejoins avec la bouille d'ange de Mélodie. S'en suis un moment véritablement niais, ce dont je ne nous croyais pas capable. « Si mon cœur, nous le sommes malheureusement. » J'affiche un sourire en la regardant. « Bien sûr que je t’aime Jeremy. » Mon coeur se gonfle par son aveu. Et que je le veuille ou non, je l'aime aussi. « Sinon, je t’aurai fait passer par-dessus le bord de mon balcon. » Je hoche la tête amusé. " Ouais. A moins que cela soit ta façon de me dire que tu m'aimes ? Avec toi, qui peut savoir vraiment n'est ce pas ? " Je ris et la regarde dans les yeux. " Je t'aime aussi. " Je lui fais un clin d'oeil. Elle se penche alors pour m'embrasser et tout revient à sa place maintenant qu'elle ne m'en veut plus.
Elle me parla alors de son projet d'alle en France et même si beaucoup de chose me retienne en ville comme le club et mon reseau, j'accepte d'aller avec elle dans son pays d'origine et je le suis sans même vouloir savoir ce qu'elle va y faire. Je la suivrais n'importe ou les yeux fermés. « Je dois revenir à la vie. Rien que ça. Va falloir d’habituer à m’appeler Amélia et non plus Lilas. » Elle rougit un peu et je sais que même si elle ne le dira pas, elle appéhende beaucoup ce voyage qui l'attend. Je glisse ma main sur sa joue. Je prend une inspiration et lui souris. " Très bien Amélia. Faisons ça ensemble d'accord ? " Lui dis-je en plongeant mes yeux dans les siens.

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

A. Lilas Martin

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 708
ICI DEPUIS : 21/12/2016
CRÉDITS : primbird (avatar) ziggy stardust (signature) entre deux mondes (crackship)
DOUBLE-COMPTE : ginger squad (Ruby & Lou), sexy psy (Cassie)
STATUT : enceinte de Jeremy et passablement folle (de lui et d'esprit).
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Mar 5 Sep 2017 - 20:42

Je me retiens de le cogner avec véhémence mais disons qu’il valait mieux que je reste sage. Je le fixe donc tandis qu’il me demande si je compte faire des projets d’avenir avec lui. Ce qui est vrai. Je compte faire des projets d’avenir avec lui. « Ouais. Faut qu’on se reproduise, je suis un génie et t’es beau. Donc notre gamin sera intelligent et beau. » Je lui fais mon sourire le plus machiavélique avant de battre des cils comme une biche. Comme seule, Lilas Martin savait le faire. Par contre pour le mariage, on repassera. Je ne suis pas comme Lily. Passer devant le curé, je me sentirai mal en sachant que Jeremy gère son réseau de drogues et que je suis une hackeuse. Un couple de psychopathes inconscients. « Si j’ai réussi à être en couple avec toi alors que tu vois des femmes à poil toute la journée, je pense qu’il pourra apprécier son père. Je me demande juste s’il est aussi canon que toi histoire de voir ton patrimoine génétique. » Je fais mine de réfléchir avant de lui sourire à nouveau.

Je sors fumer une cigarette pour être vite rejointe par Jeremy avec Mélodie dans les bras. Je fonds donc comme neige au soleil avant d’embrasser les mains de ma petite fille. « Nan les gens que j’aime, je les cogne. Et ceux que j’aime pas je les tue. » Comme Eibell. Rien que de penser à cette pute, j’en ai le regard qui s’assombrit mais le je t’aime de Jeremy me fait me calmer un peu. « En même temps comment ne pas m’aimer, je suis géniale. » Puis comme une femme normale, je décide de l’inviter à venir avec moi. « Bon on s’envoie en l’air et on fait nos bagages ou l’inverse ? »

__________________________




« moon of my life »
Il était une fille tout en talon aiguille. Et cœur de cactus. Il était un homme horloge . Qui se déréglait par amour. Comme toujours  ©️ BIZZLE.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 290
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   Ven 6 Oct 2017 - 11:08

« Ouais. Faut qu’on se reproduise, je suis un génie et t’es beau. Donc notre gamin sera intelligent et beau. » Je la regarde me faire son sourire le plus vil et machiavélique accentuait par ses battements de cils sulfureux. Je lui souris en coin. Ainsi, elle veut une progéniture avec moi. C’est bon à savoir. J’en serais vraiment heureux même si j’ignore encore quel genre de père je serais. J’ai toujours voulu une famille à moi, car la mienne n’était pas à la hauteur. Je sais déjà quel genre de père ne veux pas être? un père comme le miens. Aussi fort que ma volonté soit, j'ai peur de finalement être comme lui même si je sais que Lilas ne me laissera certainement pas faire.  « On se reproduira. Compte la dessus. Je serais ravis d’apporter un peu de mon sex-appeal à ce gosse. » Lui dis-je avant de lui faire un clin d’œil. Que ce soit pour ce futur bébé ou bien mon fils adolescent. J’ai beau donner le change, ce que pense de moi les gens que j’aime, ça compte beaucoup. Alors oui, j’ai peur de lui faire face pour affronter sa colère, sa rancœur. J’étais loin d’être le père idéal, ni même un homme bien. J’avais des progrès à faire, des choses à apprendre. « Si j’ai réussi à être en couple avec toi alors que tu vois des femmes à poil toute la journée, je pense qu’il pourra apprécier son père. Je me demande juste s’il est aussi canon que toi histoire de voir ton patrimoine génétique. » Je levais les yeux en l'air avant de les reposés, reconnaissant sur la belle en face de moi. Elle finit par me sourire. " J'espère que tu pourras te faire ta propre idée bientôt. " Soupirais-je en venant glissait une main sur ma barbe. Sous ses airs taquins, Lilas avait su m'apaiser et me redonner confiance. Bien sur, je sais que les choses ne seraient pas facile mais j'étais au moins maintenant convaincue qu'il y avait une chance que ça se passer bien, si je fais les efforts qu'il faut.

Je finis par rejoindre ma belle sur le balcon avec la petite dans les bras. Evidement, elle menace une nouvelle fois mes attribue et j'en viens à lui faire par de ma théorie comme quoi cela pourrait bien être sa manière de me dire qu'elle m'aime. « Nan les gens que j’aime, je les cogne. Et ceux que j’aime pas je les tue. » Me répond t-elle après avoir embrasser sa petite fille. « En même temps comment ne pas m’aimer, je suis géniale. » Je souris, amusé, avant d'hocher la tête. " C'est vrai. Prend quand même pas la grosse tête mon cœur. " Je ris en venant l'embrasser encore et toujours. Elle finit par m'inviter en France alors qu'elle doit y faire quelque chose d'important, pour elle, pour sa famille. Elle doit redevenir Amélia. J'ignore encore les conséquences que cela aura mais j'accepte de la suivre. Je suppose qu'elle aura besoin de moi, de mon soutien même si elle ne le dira jamais clairement. « Bon on s’envoie en l’air et on fait nos bagages ou l’inverse ? » Je la regarde, les yeux brûlant du désir que j'ai dès que je pose mes yeux sur elle. Mes lèvres s'étirent en coin. " Est-tu vraiment entrain de me poser la question ? " Lui demandais-je, sachant déjà que j'allais appréciais sa répartie et qu nos sacs ne seront fait que bien plus tard.

HJ : On clôture là meuf ? :calinhug;

__________________________


jerilas
mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: (Jerilas) you can trust me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Jerilas) you can trust me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: southern district :: appartements-
Sauter vers:  
all i want for christmas is you !
Le mois de décembre arrive maintenant à grands pas ! Afin de permettre aux habitants de se mettre dans l'esprit du temps des Fêtes, Le Maire les a convié sur la place pour des activités que vous rêvez de découvrir !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
les scénarios attendus