It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 Summer nights (Rulfie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
baby kangou
avatar

Ruby A. Phelps

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 845
ICI DEPUIS : 07/12/2016
CRÉDITS : .liloo_59 (avatar)
DOUBLE-COMPTE : legs (Lilas)
STATUT : Heart frozen but not insensitive to the charm of a boy who is probably already taken
MessageSujet: Summer nights (Rulfie)   Jeu 10 Aoû - 14:53

Le constat est frappant. Je suis devenue un pilier de comptoir. Ma principale substance était devenue liquide. Je me nourrissais toujours mais moins qu’avant. Les yeux bouffis d’avoir trop pleuré, je me regarde dans le miroir en me disant que je n’étais désormais un déchet. Je déglutis douloureusement avant d’ouvrir ma valise pour regarder le choix de tenue qui s’offrait à moi. Du temps où j’avais encore Sally dans ma vie, je mettais mes robes en velours, mes tenues bizarres comme on disait. Je les avais encore mais je n’étais plus réellement dans ce mode d’esprit. Et pour cause que j’allais mal. Mes déboires sentimentaux, la perte du restant de ma famille survenue juste après le décès de Larà, je perdais pied et j’étais en train de me noyer. De mourir à petit feu. Ramassant ma lourde tignasse rousse, j’attachai mes cheveux en queue de cheval avant d’enfiler un tee-shirt sans doute devenu trop large maintenant et un pantalon assez sobre. Je couronnais le tout d’une veste en cuir. Vestige de ma sœur. Elle me l’avait prêtée comme de nombreux vêtements et autres chaussures. Des chaussures à talons. Il faut dire qu’avec mon mètre douze, ça ne serait pas de trop. J’enfile donc une paire de bottines pour aller me maquiller. Pas comme une pompière non plus. Mais histoire d’avoir une tête humaine. Puis, après avoir nourri toute ma petite famille, je sors de la chambre pour encore aller déambuler dans les rues de Bowen. J’avais sans aucun doute fait tous les bars de la ville. Bien qu’Alek m’avait parlé d’un nouveau qui avait ouvert assez récemment. Pourquoi pas. Je sors mon téléphone pour taper l’adresse avant de décider de laisser ma belle voiture là où elle était. J’allais sans doute finir trop saoule et je ne voulais pas l’abimer. Que j’ai un accident, ne me dérangeait pas. Ça retirerait sans doute la douleur que j’avais. Je m’allume une cigarette avant de commencer à marcher en suivant mon GPS. La nuit est belle pourtant. Je ne devrais pas me sentir aussi morose. Je m’arrête un instant pour regarder les étoiles, me demandant si ma sœur était parmi elles. Je la rejoindrai bientôt. J’en étais certaine. Mes pieds me menèrent rapidement à l’établissement. Je restai devant l’enseigne à fumer ma cigarette tranquillement. L’endroit semble chaleureux. J’écrase le mégot que je jette dans la caniveau avant d’entrer. C’est très coloré en tout cas. Un sourire me vient aux lèvres. Je sais à qui appartient ce bar. « Bravo, t’as réussi, dis-je doucement avec un sourire. » Le tout un peu rétro, sans doute de la récup. Je passe parmi les gens pour aller me mettre au comptoir. Accoudée, je me tourne cependant pour détailler un peu plus les lieux. Puis un sentiment se rapportant à de la honte me submergea. Je n’avais pas donné de nouvelles. Je n’avais pas voulu en donner. Je croisai donc mes jambes, dodelinant de la tête au rythme de la musique. Enveloppée dans ce cocon coloré. Nullement pressée qu’on vienne prendre ma commande. Transportée dans le monde de Danny et Sandy pendant quelques instants.

__________________________



   
NEVER GIVE UP

   
I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me. And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Mr Bowen
avatar

Alfie Z. Bartholomew

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Lily-A (ex "girlfriend"), Ondine (amie), Angus (meilleur pote), Jordan (ex sex-friend), Lola (amie de fête), Bérénice (connaissance attachante), Freja (l'amie avec qui il a couché), Juliet (comme une soeur), Nevaeh (sa meilleure amie qui fait partie du top 3 de ses personnes préférées)
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1784
ICI DEPUIS : 19/05/2016
CRÉDITS : never say never (a) & endlesslove (s)
DOUBLE-COMPTE : théia, oscar, cleo & milo
STATUT : in all his mess, she starts to make sense
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Jeu 10 Aoû - 16:44

Un an plus tôt, Alfie ne se serait jamais cru capable de porter sur ses épaules autant de responsabilités. Niveau boulot, il a toujours été trop peu sérieux que pour réussir à en garder un plus d'un mois. Il dépensait sans arrêt le peu d'argent qu'il gagnait, n'économisait que pour ses voyages. Il ne saurait dit si c'est l'âge qui l'a changé, ou ses nombreuses expériences vécues depuis son emménagement à Bowen. Dans certains domaines, l'éternel adolescent à été capable d'un peu plus de sérieux. Il ne pense plus liberté, ne vit plus que de coups d'un soir et de pizzas surgelées. Pour la première fois de sa vie, il a un emploi du temps quelques fois trop chargé que pour passer encore ses soirées dans des bars à jouer avec quelques filles trouvées là. Jordan ne donne à nouveau plus de nouvelle mais, à force, Alfie a fini par s'y habituer. Il n'en donne pas non plus, il n'a de toute façon jamais été très doué quand il s'agit de faire tenir ses relations. Les SMS, appels skype et tous ces réseaux autres que le face à face n'ont jamais été ses moyens de communication préférés. Derrière le bar, il regarde ses clients se faire chaque jour un peu plus nombreux. Il sourit, fier de lui, de tout ce qu'il a été capable d'accomplir alors qu'à la base, il ne partait de rien. La porte s'ouvre mais Alfie n'y fait pas plus attention, se perdant un moment dans la musique qui anime son bar pendant qu'il nettoie un verre dans un geste devenu machinal. Cependant, il est bien vite obligé de relever la tête vers l'autre coté du bar puisque le nouveau client vient d'y prendre place sans prononcer un mot. La nouvelle cliente. En reconnaissant les traits de la rouquine, un fin sourire vient étirer les lèvres d'Alfie. « Je savais que tu finirais pas être attirée par l'ambiance du Hendrix, » lâche-t-il sans lui demander tout de suite ce qu'elle compte boire. Il est ravi de la voir, et il n'est en aucun cas en colère qu'elle ne lui ait plus donné de nouvelle. Lui ne l'a pas fait non plus, tous les deux peuvent donc se considérer comme étant quittes. Mais malgré les silences, malgré l'absence, le visage familier de Ruby est une image qu'il est ravi de pouvoir à nouveau admirer.

__________________________


You need to get off my mind
I knew it was wrong, but I thought about you still. Girl, I do not know Where you're running to. I'm your finish, love, I'm the one for you. If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

Ruby A. Phelps

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 845
ICI DEPUIS : 07/12/2016
CRÉDITS : .liloo_59 (avatar)
DOUBLE-COMPTE : legs (Lilas)
STATUT : Heart frozen but not insensitive to the charm of a boy who is probably already taken
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Jeu 10 Aoû - 17:11

L’alcool ça aide à oublier. Ça aide à ne plus penser à la peine qu’on peut éprouver. Je n’ai jamais aimé boire. Pour cause que malgré mon sang écossais, je roulais sous la table au bout de trois verres. Puis, je l’ai perdu. Jumelles. Nous étions pourtant si opposées. Complémentaires. Sally était sociable, elle ne bégayait pas, elle sortait tout le temps faire la fête. De bien des façons, elle me rappelait mon entourage australien. Freja était un peu comme elle. Pour ma part, je restai le vilain petit canard. Celle qui durant sa scolarité ne parlait jamais. Rougissait en classe, ne s’intéressait pas aux garçons pour cause qu’elle n’était pas assez jolie. Sally était jolie, elle était lumineuse. J’étais fade et sans intérêt. Pourtant nous étions identiques en tout point. Il n’y avait que les cheveux qui changeaient puisqu’elle se teignait en brune alors que je restai rousse. Puis elle a disparu. Comme un écran de fumée. Je me surprends encore à la chercher mais elle n’est plus là. Je devais vivre avec cette absence, ce manque atroce. J’ai alors régressé. Au contact de Freja, Nate ou encore Alfie, j’avais appris à devenir sociable et puis tout a disparu. Certes, je fais toujours des rencontres comme Alek que j’apprécie beaucoup. Ou encore Léo. Mais j’avais régressé au niveau de mon bégaiement. Retour à la case départ. Mon psy ou mon orthophoniste essayaient de me sortir de cette mauvaise passe. Mais rien à faire. Si ce n’était pas un texte que j’avais appris par cœur, je perdais mes mots devant la gente masculine. Devant le Hendrix, je mis quelques minutes à me décider d’entrer. Je me balançais d’avant en arrière sur mes talons, cigarettes en main. Hypnotisée par l’enseigne. Pourtant, il ne fallut pas trente secondes pour que je sache à qui appartenait ce bar. Alfie. Forcément. Je n’avais pas pris contact avec lui. Je savais que lui non plus mais il était comme ça. Cependant, j’étais un bisounours. Celle qui fait les câlins, qui s’attache trop vite ou encore qui sourit et là, rien. Fébrile parce que j’ignorai s’il était là ou non ce soir, je me dirige vers le comptoir. J’attends qu’on vienne prendre ma commande. Je ne suis pas le genre de cliente qui hurle après le barman en agitant la main. J’attends sagement mon tour tentant de formuler une phrase correcte dans ma tête. Sujet, verbe, complément. Bonjour, un whisky s’il vous plait. Ce n’est pas compliqué. Ma tête dodeline au rythme de la musique que je fredonne. Soudain, une voix me fait sursauter. Une voix chaude et masculine que je connais bien. Alfie. Je me sens devenir pivoine en moins de cinq secondes avant de me tourner vers lui. Je bats frénétiquement des paupières, tout en baissant la tête. Manque de bol, j’ai attaché mes cheveux donc je ne peux pas me planquer en-dessous. « Hm. » On m’a connu plus éloquente, pour sûr. J’ose enfin relever les yeux, mes joues devenant sans aucun doute de plus en plus cramoisies. « O… ou… oui, c’… c’… c’… tr… tr… très réussi. » Imbécile, crétine, débile. C’est Alfie, je le connais, je devrais être capable de lui parler. Je fronce un peu le nez avant d’avoir un rire nerveux. « T… t’… t’as l’air en f… f… forme. » Pour compenser le fait que je suis une attardée, je lui sers mon sourire le plus lumineux. J’avais oublié à quel point il était séduisant –mon bégaiement vient sans doute de là- ce qui me permet de devenir aussi rouge que mes cheveux en trente secondes et demies. « D… désolée d… de… de p… pas av… avoir d… donné de nou… nouvelles. » J’esquisse un petit rictus désolé sur mon visage, tentant de faire mon regard le plus adorable. « M… m… mais j… je… je repars plus pro… promis. » Je pourrais me mettre sur la pointe des pieds et déposer un baiser affectueux sur sa joue comme j’en ai l’habitude. Mais de un, j’allais le gêner devant ses clients –cageot que je suis- et ensuite, je risquai fort de commettre une catastrophe ce qui allait encore plus le couvrir de honte. Donc, je reste là, mon regard fixé au sien (potté eyes) et un espèce de sourire niaiseux sur le coin des lèvres.

__________________________



   
NEVER GIVE UP

   
I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me. And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Mr Bowen
avatar

Alfie Z. Bartholomew

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Lily-A (ex "girlfriend"), Ondine (amie), Angus (meilleur pote), Jordan (ex sex-friend), Lola (amie de fête), Bérénice (connaissance attachante), Freja (l'amie avec qui il a couché), Juliet (comme une soeur), Nevaeh (sa meilleure amie qui fait partie du top 3 de ses personnes préférées)
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1784
ICI DEPUIS : 19/05/2016
CRÉDITS : never say never (a) & endlesslove (s)
DOUBLE-COMPTE : théia, oscar, cleo & milo
STATUT : in all his mess, she starts to make sense
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Sam 12 Aoû - 21:05

Il a toujours été difficile de comprendre Alfie. Savoir qu'il il est, ce grand type au regard insistant, comprendre ce qu'il cache derrière ses éternels sourires en coin. Il ne parle pas de lui, ou que très rarement. Quand il le fait, il se braque. À croire que derrière ses grands discours, l'histoire d'Alfie est celle dont il ne faut pas parler. Et pourtant, l'ambiance de ce bar ne pourrait pas être plus fidèle à lui. La décoration, la musique, chaque détail et chaque objet ont été placés de sorte à ce que ça lui plaise à lui, en premier. Monde du soir, de la nuit, des gens ivres qui se laissent aller à de fausses confessions. Je t'aime, mais seulement pour une nuit. Marions-nous, mais ne pense pas à la fille qui partageait mes draps la veille et qui n'était pas toi. Se retrouver de l'autre coté de la barrière était dans un premier temps un sentiment étrange pour le fêtard qu'a toujours été Alfie. Sobre, ses réflexes restent plus vifs. Il voit tout, entend tout, quitte à se la jouer videur de boîtes de nuit à plusieurs reprises. Parfois, souvent même, il boit un verre avec ses clients. Il crée une image différente de lui-même, probablement plus sympathique. En réalité, il n'en a toujours rien à caler. Et pourtant, elle, il se souvient qu'il ne s'en fichait pas. Il appréciait cette lueur qui animait son regard lorsque Ruby le regardait, comme un air d'admiration. Elle le voyait meilleur qu'il n'était, mais peut-être qu'un jour elle a compris. Elle l'a vu sous son véritable jour, elle s'est elle aussi laissée porter par ces rumeurs qui ont si souvent animé le quotidien d'Alfie. Elle a compris, et elle est partie. Pas seulement de Bowen, mais de sa vie aussi. Il ne saurait dire si elle lui a manqué, Alfie a toujours eu du mal à mettre des mots sur les émotions qu'il ressent. Dans ce cas-ci, une sensation de trop peu. L'entendre bégayer à nouveau lui fait hausser un sourcil curieux. Il se souvient de ses explications, qu'elle lui ait dit qu'elle bégayait lorsqu'elle était nerveuse. Il n'aurait pas cru qu'elle puisse encore l'être face à lui, mais les fois où Alfie s'est trompé sur une fille n'ont pas été rares. En forme ? Il ne pourrait pas aller mieux, c'est certain. Il a ouvert un bar, a retrouvé ses deux soeurs, il se sent en haut de la montagne russe. Ce moment court, exaltant, quelques secondes avant la dégringolade. « C'est parce que je n'ai pas encore dû me battre contre un harceleur de ruelles, » répond-il, faisant allusion à leur toute première rencontre. Soirée mémorable, soirée qu'il n'a pas oubliée même si il a préféré garder ce souvenir dans un coin de sa mémoire, en sécurité. « T'as pas à t'excuser Ruby. » Il lui rend son sourire avant d'ajouter « C'est nouveau le retour du bégaiement, ou c'est moi qui te met mal à l'aise ? » Son sourire en coin grandit un peu plus et, pendant un instant, Alfie en oublie le reste de ses clients. Il se focalise sur elle, seulement elle jusqu'à ce qu'elle parte à nouveau.

__________________________


You need to get off my mind
I knew it was wrong, but I thought about you still. Girl, I do not know Where you're running to. I'm your finish, love, I'm the one for you. If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

Ruby A. Phelps

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 845
ICI DEPUIS : 07/12/2016
CRÉDITS : .liloo_59 (avatar)
DOUBLE-COMPTE : legs (Lilas)
STATUT : Heart frozen but not insensitive to the charm of a boy who is probably already taken
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Sam 12 Aoû - 22:14

Je m’étais construite une vie ici depuis décembre. C’est étrange quand on sait que je ne me suis jamais posée quelque part assez longtemps pour dire : la maison. Je n’étais pas partie longtemps, deux mois et pourtant, tout le monde m’avait oubliée. Je ne pouvais pas leur en vouloir. Je n’avais pu donner des nouvelles qu’à Freja. Et pour cause qu’elle était ma meilleure amie et avait connu Sally. Beaucoup de monde était venu à l’enterrement et je sais –par exemple- que si j’avais demandé à Julian ou même Alfie de venir, ils seraient sans doute venus. Mais, j’avais besoin de solitude. De penser. Et je n’ai fait que ça. Lorsque j’entre dans ce bar, une once de regret monte en moi. J’ai toujours eu tendance à m’attacher très vite aux garçons que je rencontrais. Lorenzo, il n’avait fallu qu’une rencontre. Et concernant Alfie, qu’un sauvetage. Telle Mégara dans Hercule, j’avais eu un coup de cœur pour mon supermâle. Trop beau, gentil –du moins avec moi- et il me faisait rire. Un regret. Il avait sans doute dû m’oublier avec le temps. Il avait réussi. Il m’avait confié que c’était son projet de monter un bar et je devais venir l’aider. Mais j’avais déserté. Déserté. Comme une lâche. Ruby, viens vite, il y a eu un incendie. Retourner en Ecosse, enterrer mes proches non loin de ma plus jeune sœur. Je me faisais l’effet d’un Bruce Wayne au féminin. Désormais sombre et déprimée, je pleurais tout le temps en privé. En public, je demeure fermée. Mon bégaiement a empiré et je suis incapable de tenir une conversation normale avec quelqu’un sans bégayer. Hormis Freja. Ou alors, il fallait que j’apprenne, que je lise, que je répète. Je retrouve donc Alfie. Et je sens mon petit cœur battre plus vite dans ma poitrine et se serrer en même temps. La surprise se lit sur son visage et je sais donc qu’il n’est pas au courant. Je poussais un soupir de soulagement bien que redoutant l’instant où j’allais devoir lui dire. Salut Alfie, comment vas-tu ? Moi ? Toute ma famille est morte dans un incendie mais sinon tout va bien. J’ai même songé à sauter du haut d’un pont. Très drôle. Je ris doucement à sa remarque. Quand, je disais qu’il avait cette facilité à me faire rire. Je tends doucement la main pour attraper son poignet et le regarder. « C’est… c’est… bi… bien, t… t… tu n’as p… p… pas gar… gardé de s… s… s… séquelles. » Je souris à ma remarque mais celui-ci se meurt lorsqu’il me parle de mon bégaiement. Je déglutis. Je passe une mèche folle derrière mon oreille avant de secouer la tête à la négative. « C… c… certes, j… j’a… j’avais ou… oublié à q… q… quel point tu étais s… s… séduisant m… m… m… mais ça a emp… pi… piré de…. Depuis que… que… » Je n’y arriverai pas, je le sais. Il était la seconde personne à qui je le disais après Alek mais la première qui comptait vraiment. J’attrape donc mon sac pour fouiller dedans et en sortir l’article de journal, sans doute froissé, que j’avais toujours sur moi. Je le pose face à lui. J’ai toujours été très douée pour annoncer les mauvaises nouvelles. Je sens l’émotion saisir ma voix, sans doute, beaucoup trop franche. « Tu m’as manqué, tu sais, réussis-je à murmurer avant de baisser la tête. » Je me rends compte que j’ai gardé son poignet dans ma main, le caressant distraitement, essayant de me caler sur le rythme de son cœur. Histoire de calmer l’angoisse qui montait en moi.

__________________________



   
NEVER GIVE UP

   
I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me. And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Mr Bowen
avatar

Alfie Z. Bartholomew

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Lily-A (ex "girlfriend"), Ondine (amie), Angus (meilleur pote), Jordan (ex sex-friend), Lola (amie de fête), Bérénice (connaissance attachante), Freja (l'amie avec qui il a couché), Juliet (comme une soeur), Nevaeh (sa meilleure amie qui fait partie du top 3 de ses personnes préférées)
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 1784
ICI DEPUIS : 19/05/2016
CRÉDITS : never say never (a) & endlesslove (s)
DOUBLE-COMPTE : théia, oscar, cleo & milo
STATUT : in all his mess, she starts to make sense
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Hier à 20:41

Comment aurait-il pu l'oublier, Ruby ? Il est vrai qu'Alfie a vu bien des visages, de beaucoup de filles différentes. Il en a vu des sourires, a entendu de nombreux rires et a tenté de mémoriser autant de regards qui ont fini par se perdre dans son inconscient. Mais pas celui de Ruby. Le temps a passé, a fait son oeuvre, et pourtant il n'aurait pu effacer de ses souvenirs une fille qui lui offre la possibilité de rouler dans une voiture que jamais il ne pourra se payer. Cette même fille avec qui il a passé du temps sur la croisière, celle qui rougissait au moindre échange de regards. Il la trouvée douce, fragile même. Elle était comparable à une poupée en porcelaine alors qu'aujourd'hui, elle n'a plus la même innocence pour illuminer son regard. Derrière ses longs cils, les pupilles de Ruby semblent contenir une immense tristesse. Alfie n'est pas doué lorsqu'il s'agit de faire face à des émotions négatives mais cependant, il sait reconnaître un air malheureux lorsqu'il en voit un. Il a appris avec le temps, avec ses soeurs et avec ces filles dont il a parfois brisé le coeur sans le vouloir. Lily, Bérénice. Nevaeh avait le même aussi, lorsque CJ l'a trompée. Bien vite, trop vite même, il ne peut s'empêcher de se demander quelle tristesse elle peut bien cacher. Il s'interroge, et pourtant il n'a pas envie de le lui demander. À la place, il aimerait être capable de remplacer ses faux rictus par de véritables sourires. Alfie laisse Ruby prendre son poignet afin qu'elle l'inspecte, éternel sourire accroché à ses lèvres de barman charismatique. « J'ai été plutôt bien soigné. » Même si ça n'a consisté qu'en un pot de glace et une longue, très longue conversation. Longue par rapport à celles qu'il a d'habitude, bien différente des discours qu'il a pu tenir avec d'autres filles. Depuis que ? « T'es pas obligé d'en parler si t'en as pas envie, » lui dit-il en se penchant en avant, sa main toujours dans les siennes avant qu'elle ne la lâche pour prendre quelque chose dans son sac. Intrigué, Alfie jette un coup d'oeil au journal qu'elle place devant lui et lit les phrases écrites en gras. Celles-ci parlent d'un accident, un incendie en Ecosse. Il n'est pas certain de comprendre, mais il relève vers Ruby un regard désolé avant que sa remarque n'efface toute trace de culpabilité de ses traits. « C'est vrai ? » lui demande-t-il en repliant le journal avant de le laisser sur le bar, sans savoir si elle tenait à ce bout de papier. « Alors, j'espère que ma présence suffira à te remonter un minimum le moral. » Il lui sourit, délaissant cependant l'habituel mimique qu'il est obligé d'avoir avec son job. C'est un sourire sincère, mi-amusé et mi-ravi. Derrière son bar, Alfie se lance dans la préparation d'un cocktail mélangeant jus de fruit et alcool sucré. Il le pose ensuite devant Ruby. « Tiens, c'est assez fort que pour arrêter de réfléchir, mais pas assez que pour avoir la gueule de bois. Cadeau de la maison, » ajoute-t-il ensuite en s'accoudant sur le bas, à seulement un mètre d'elle.

__________________________


You need to get off my mind
I knew it was wrong, but I thought about you still. Girl, I do not know Where you're running to. I'm your finish, love, I'm the one for you. If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
avatar

Ruby A. Phelps

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 845
ICI DEPUIS : 07/12/2016
CRÉDITS : .liloo_59 (avatar)
DOUBLE-COMPTE : legs (Lilas)
STATUT : Heart frozen but not insensitive to the charm of a boy who is probably already taken
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   Hier à 21:26

J’agis comme une automate. Tous les jours se suivent et se ressemblent. Je me lève –avec la gueule de bois-, je m’habille, je lis les scripts, les scénarios, je travaille sur ma BD, je marche, je vais dans un bar, je bois et je rentre dans ma chambre. Toujours seule. Mon oncle qui gère désormais mon capital car je suis assez inapte psychologiquement a tenu à ce que j’aille voir un psy. Pour lui dire ? Comment vous sentez vous Ruby ? J’ai envie de crever. Chaque matin quand je me lève, je dois trouver trois bonnes raisons de sortir de mon lit et faire mes gestes robotiques. Je ne suis plus un être humain. Je suis brisée, rejetée. Chassée de chez Maddie par ma faute, rejetée par mes amis, j’étais complètement isolée. Belle ? Certainement pas. Charmante ? Que nenni. Je bégayais trois fois plus qu’avant. Sentimentalement parlant, j’étais comme le sac poubelle qu’on mettait sur le devant de la porte pour que les éboueurs les ramassent. Et encore, je ne suis pas certaine que les éboueurs voudraient de moi. Et pourtant, il y a toujours lui. J’ai beaucoup pensé à Alfie durant mon séjour forcé en Ecosse. Comme j’ai beaucoup pensé à Freja. Elle était ma meilleure amie, et lui ? Je ne saurai poser une étiquette sur ce que je pensais d’Alfie. Il était irrésistible. Rien que par son regard, il pourrait faire tomber toutes les filles qu’il voulait. Lorsque ses yeux rencontrèrent les miens, je sentis cette chaleur que je n’avais pas eue en moi depuis un bout de temps. Depuis des mois. Lorsque ma main avait frôlé la sienne pour le soigner. C’est étrange la chimie humaine. On touche quelqu’un et on se sent pris d’un désir inavoué. Soit par celui de copuler, soit par celui de passer du temps avec les personnes, d’apprendre à la connaitre. Je sais que je n’en vaux pas la peine et pourtant, je suis là, sa main dans la mienne. Mon chagrin mit dans un coin de ma tête pour revenir sans doute lorsque je serai de nouveau, seule. J’ai toujours été naïve concernant les hommes. De par mon mariage raté, ma fausse relation avec Chase, celle ratée avec Lorenzo, je ne voulais pas m’embarquer là-dedans avec Alfie. Il méritait mieux qu’une espèce de morte-vivante. Qu’une Emily bas de gamme. Même en soldes, je suis certaine qu’il ne parierait pas sur moi. J’ai un sourire timide, discret à sa remarque. « Ju… juste av… avec u… une glace. » Je me souvenais de cette soirée dans les moindres détails. De cette discussion. Du fait que nous nous étions quittés bons amis. Et pourtant, s’il m’avait embrassé, je ne suis pas certaine que je l’aurai repoussé. Sally me dirait de foncer. J’ai l’impression d’apercevoir son fantôme parfois, de me dire de prendre la vie comme elle vient. La vie est courte, trop courte. Si j’étais audacieuse, je l’aurai embrassé bien avant. Je lui aurai fait comprendre qu’il me plaisait. Mais je ne voulais pas être un vague passage entre ses draps. Il méritait mieux que ça. Je sens les larmes me monter aux yeux et je dois inspirer longtemps. A contrecœur, je lâche sa main pour en sortir l’article de journal. « Je… je… je t’ai déjà par… parlé de Sally, non ? » Une larme solitaire coule sur ma joue tandis que je détourne le regard. Avec un peu de chances, il ne m’a pas vu. Avec un peu de chances, je ne serai pas en position de faiblesse. La vérité Alfie, c’est que je n’ai plus personne. C’est que je suis toute seule. C’est que si on ne m’avait pas empêché de le faire, je me serai suicidée depuis longtemps. Je suis coupée en deux, inachevée. J’ai le cœur brisé, meurtri, écrabouillé. J’essuie mon visage avant de hocher la tête à la positive. « Bien sûr. Je m’attends pas à ce que ça soit pa… pareil pour toi mais c’est v… v… vrai. » J’ai un sourire désolé avant de pencher la tête sur le côté. Je me redresse un peu pour toucher le coin de sa bouche avec mon index. « ça, ça me remonte le moral, soufflai-je en rougissant, ton sourire. » Le mien s’élargit comme s’il était contagieux. J’étais tellement fière de lui. Qu’il ait accompli son rêve. Qu’il ait un endroit rien qu’à lui. Il le mérite tellement. Je le regarde faire le cocktail avec des yeux de petite fille éblouie. On dirait Tom Cruise dans Cocktail tellement il manie bien les bouteilles. Je m’empourpre de plus belle tandis qu’il glisse le verre vers moi. Nous étions si proches. J’approche alors mon visage du sien, effleurant juste ses lèvres sans pour autant franchir le cap du baiser. Ma main caresse doucement son visage, mon regard fixe le sien, sans se détourner. Pendant un instant, j’en oublie que nous sommes dans un bar, que je suis en quelque sorte morte, ou à l’article de la mort. « Tu sais Alfie, si… si… si tu m’avais embrassé ce s… s… soir-là, je ne t’aurai pas repoussé. Mais… » Je baisse légèrement le regard, rompant l’alchimie qui nous unissait. « Je pense que c’est trop tard, désormais. T… tu dois avoir foule de d… demoiselles avec ton bar. » Je m’écarte donc pour lever mon verre. « A toi, à ta réussite et puisse-tu rester le même. Charmant, joli garçon et unique. »

__________________________



   
NEVER GIVE UP

   
I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me. And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: Summer nights (Rulfie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Summer nights (Rulfie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: northern District-
Sauter vers:  
la croisière s'amuse !
Si vous rêvez d'évasion alors, cette croisière est faite pour vous. Ici, vous retrouverez tout ce dont on peut rêver : bar open, piscine, mur d'escalade, casino, gym, restaurants, spas, massages, etc.
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
BAL MISS & MISTER BOWEN
les scénarios attendus