AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 constantly on the run, but we are not getting home (andy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bowenien
avatar

Lila Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 64
ICI DEPUIS : 21/08/2017
CRÉDITS : on applaudit justine
DOUBLE-COMPTE : evie
MessageSujet: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Mar 22 Aoû 2017 - 22:26

Lila avait réfléchi mille fois avant de se rendre chez Andreas ce soir là. Elle avait décidé de se pointer devant sa porte, sans prévenir, avec autant de surprise que celle qu'il avait laissée en s'échappant à Bowen. La plaie n'était toujours pas refermée et la jeune femme espérait ce soir que son frère daignerait s'expliquer. Elle n'avait pas fait le voyage pour rien et avait également des confidences à lui faire. Ces retrouvailles n'allaient forcément pas être les plus belles, et Lila aurait voulu qu'il se remette en question et rentre à la maison. Mais Andreas était comme ça, aussi intrépide que sa soeur et il n'avait visiblement pas eu peur de tout laisser derrière lui et tirer un trait sur tous les moments qu'ils avaient partagés à Oslo. Malgré tout, il restait son frère et Lila s'interdisait de le détester. Son départ n'était pas la raison de sa frustration. Si Andreas l'avait prévenue avant qu'il ne soit trop tard, elle aurait pu le soutenir et le raisonner. C'était son rôle de soeur, après tout. Mais cela n'aurait peut-être pas été suffisant compte tenu de ce que vivait Andreas, à l'époque où il était encore sur le sol norvégien. Son père n'était pas des plus tendres avec lui depuis son coming out. Il était devenu, pour ainsi dire, absolument dépourvu de sympathie auprès d'Andreas. Quel genre de personne était monsieur Eriksen pour rejeter son fils d'une telle façon ? En 2016, Lila n'aurait jamais imaginé que son père soit si fermé d'esprit et lui en voulait, à lui aussi. Elle lui en voulait de traiter son fils comme un moins que rien, et de l'avoir poussé à partir pour Bowen. Et en venant à Bowen pour rejoindre son frère, elle allait aussi pouvoir souffler et se changer les idées. Ce soir là, donc, elle hésita longuement à toquer à la porte, le regard dans le vide. C'était la quatrième fois qu'elle venait, et la première qu'elle allait enfin prendre son courage à deux mains. Elle hésita quelques secondes de plus. 1, 2, 3... Et cette fois fut la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3462
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Jeu 24 Aoû 2017 - 19:45

lila ∞ andreas
Andreas avait encore un peu de mal à réaliser qu’il habitait ici. Avec Lennox. Il fallait être honnête : cet endroit était beaucoup trop beau, beaucoup trop grand pour sons seul salaire d’ambulancier. Alors souvent il culpabilisait un peu. Lennox avait très vite tenu à leur ouvrir un compte commun, parce qu’il savait qu’Andreas avait un peu de mal à gérer les fins de mois. Même s’ils avaient dit « plus de secret » l’ambulancier n’avait pas pu s’empêcher de se garder un compte en solo, où il mettait parfois un peu d’argent de côté. Ca n’avait rien de bizarre ou de méchant, ce n’était même pas pour prévoir une éventuelle séparation, mais il lui était impossible de ponctionner de l’argent dans leur compte commun pour faire un cadeau à Lennox. Ca revenait à lui dire « donne-moi de l’argent pour que je te fasse un cadeau », comme le ferait un gosse pour la fête des mères. De quoi se prendre un gros coup dans la fierté.
Et à vrai dire, heureusement qu’il l’avait, ce compte… Andreas avait fait une folie dernièrement, le genre d’achat compulsif qu’il nous arrivait souvent de regretter ensuite. Une… bague. Pour Lennox. Il n’avait pas l’intention de lui demander sa main tout de suite mais il avait littéralement craqué en passant devant la boutique, sur ce bijou absolument magnifique. Andreas aurait fini par lui acheter une bague de toute façon, autant l’avoir près de lui dès maintenant, au moins personne ne lui volerait la bague parfaite.

Aujourd’hui c’était congé. Et comme d’habitude, à la place de profiter de ce temps libre pour voir ses amis, faire des activités, Andreas restait à la maison. Il était rentré tard dans la nuit à cause d’une urgence, un accident de la route, et était levé depuis assez peu de temps. De quoi lui retirer toute son envie d’avoir une vie sociale, lui qui voulait pourtant faire des efforts.
Et visiblement, quand il n’allait pas jusqu’à la vie sociale, c’était la vie sociale qui venait jusqu’à lui ! En effet, quelqu’un frappa à la porte. Andreas n’attendait personne, mais il y avait de grandes chances pour que ce soit Collin ou un autre de ses amis, venus le tirer de son glandage intense. Intrigué, Andreas se releva pour aller ouvrir.

… Lila. S’était-il téléporté comme par magie jusqu’à Oslo ? Etait-il en train de dormir et donc de rêver ? Il la regarda quelques secondes, un air totalement con sur le visage. « L… Lila ? Tu… Waw… Hey viens là ! » Il allait peut-être se prendre une baffe mais ça faisait tellement longtemps qu’il ne l’avait pas vue, alors Andy l’attira contre lui et la prit dans ses bras. Il n’arrivait pas à y croire. Elle était là. Pour l’engueuler, peut-être… Sa sœur tout contre lui, il se sentait bizarre. Comme enfin complet. Désormais toutes les conditions étaient réunies pour son bonheur. « Qu’est-ce que tu viens faire par ici… ? » Parce que mine de rien ça l’inquiétait tout de même. Il la relâcha doucement et la laissa rentrer, refermant la porte derrière elle.
Code by Silver Lungs

__________________________



Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Lila Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 64
ICI DEPUIS : 21/08/2017
CRÉDITS : on applaudit justine
DOUBLE-COMPTE : evie
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Jeu 24 Aoû 2017 - 23:40

Un an. Il avait fallu un an à l'adolescente pour préparer son départ, nécessitant certains sacrifices: elle avait perdu la motivation au lycée - préférant s'impliquer activement dans la recherche d'un logement à Bowen - s'était éloignée de ses amis - qui de toute façon n'étaient pas très importants à ses yeux -, enfin ; elle s'était enfermée dans sa bulle, essayant d'ignorer ce qui se disait à la maison à propos d'Andreas. Son départ avait fait un choc au sein de la famille. Lila, brisée par l'absence de son aîné, s'était forgée une carapace, ne laissant aucune émotion transparaitre, notamment quand elle entendait son père pestiférer. Pour elle, rien ne comptait plus que de retrouver son grand-frère. Jusqu'aux évènements, elle n'avait pas forcément réalisé ce qu'il représentait dans sa vie. En vérité, il était pour elle le grand-frère dont tout le monde rêverait, elle veillait toujours à ce qu'il aille bien, et c'était réciproque. Ils avaient toujours fait les quatre cents coups ensemble, et personne n'aurait imaginé une telle séparation. Pendant un an, elle avait été embarquée dans un périple qui paraissait sans fin. Andreas avait pourtant essayé de la joindre les premières fois, mais Lila était trop faible pour entendre quoi que ce soit venant de lui. Ironique quand on voit ce qu'elle avait été capable de faire pour le rejoindre ce soir là. Un jour, lorsqu'elle daigna enfin répondre à l'appel, elle lui annonça implicitement les plans de sa venue à Bowen. Elle lui parla d'un certain jeune homme australien, de quelques années plus âgé, qui n'était pas contre le fait de la rencontrer. Andreas, ne faisant que son rôle de frère protecteur, lui avait conseillé dit de s'occuper d'elle, de sa vie d'adulte qui venait de commencer, plutôt que d'aller se perdre dans les bras d'un inconnu à des milliers de kilomètres du foyer familial. Pourtant, elle était là, Lila. Elle avait dû s'armer de beaucoup de courage et de patience pour en arriver là. I'm not ready for that, jeez. Elle poussa un long soupir. C'est alors que la porte s'ouvrit. Elle put saisir l'air décontenancé d'Andreas. C'était évident. Le moment était presque improbable, étourdissant. Même si Andreas était le plus surpris des deux, Lila ne sut contenir les sanglots. Puis il la serra soudain dans les bras, comme ça, sans qu'elle y ait été préparée. Cette sensation était tellement lointaine jusqu'à maintenant. La rancœur ne put l'empêcher de répondre à l'étreinte, le serrant aussi fort que possible. Elle étendit les doigts "comme des racines ou des lianes pour irriguer d'amour, pour sentir cette vie" (Gilles Legardinier). Elle ne voulait pas en perdre une miette. Mais elle revint à la raison et recula d'un pas pour le regarder. « Je crois qu'on a des choses à se dire... » souffla-t-elle, en prenant un ton sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3462
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Sam 26 Aoû 2017 - 18:14

lila ∞ andreas
Ils avaient effectivement beaucoup de choses à se dire, tous les deux. Andreas n’avait pas tellement eu l’occasion de se faire pardonner son départ – était-il pardonnable, d’ailleurs ? Il avait certes laissé de nombreux sms, de nombreux messages sur le répondeur de sa sœur, mais elle n’y avait jamais répondu. Jusqu’à il y a peu, quand, déjà persuadé qu’elle ne répondrait encore une fois pas, il avait retenté son coup. La conversation avait été courte, Andy s’était excusé plusieurs fois et au terme de cet échange, il n’avait pas su dire si sa sœur lui en voulait toujours ou non. Probablement que oui, du coup… Elle avait parlé d’un homme, un australien, et… Merde, était-il con au point de n’avoir pas su faire le rapprochement ? Il aurait totalement pu se douter de la venue de Lila. Le fait qu’elle réponde enfin, qu’elle lui parle de ce type… Maintenant que ça lui revenait en tête, ça semblait évident. Et pourtant il n’y avait pas songé une seule seconde ! Peut-être parce qu’Andreas, même si ça ne se remarquait pas toujours, n’était pas un type très malin. Peut-être parce qu’il déconnectait son cerveau quand il n’était pas au boulot. Il n’avait jamais été très futé, toujours très nul pour deviner les choses, alors ce genre de sous-entendus… Il n’y avait qu’avec Lennox que ça marchait bien, parce qu’il commençait à le connaître par cœur, lui et ses réactions. Mais prévoir que sa sœur ferait tout ce chemin, presque un an plus tard, ça lui avait paru impensable, alors non, il n’avait pas fait le rapprochement. Il fallait dire, pour sa défense, que Lila était plutôt du genre imprévisible. Andreas se serait fait du mal à imaginer une telle venue pour qu’au final il ne se passe rien.
Du haut de ses dix-neuf ans, elle lui faisait presque peur. C’est qu’elle en imposait malgré son âge ! Andreas savait qu’il avait pas mal de choses à se reprocher et qu’elle n’allait probablement pas se gêner. Malgré ça… Il ne pouvait pas s’empêcher de sourire comme un idiot. Elle était là. Lila ne pourrait pas lui en vouloir éternellement, il le savait, elle finirait par craquer. Il la ferait craquer ! Elle avait accepté son étreinte, c’était déjà un bon point. « Probablement oui. » répondit-il avec un peu de mal, toujours sur le cul. Il se décala pour la laisser passer et ferma la porte derrière sa sœur. Il l’entraîna dans le salon – salon qui n’était pas encore totalement le sien, même s’il y avait ajouté sa touche personnelle. « Vas-y, assieds-toi. Tu… tu veux boire un truc ? » De l’eau fraîche, ça pourrait ne leur faire que du bien. De toute façon il n’y avait pas grand-chose d’autre ici, à part du jus de fruits. Pour garder Lennox loin de toute tentation. Il apporta deux verres et une grande carafe qu’il déposa sur la table basse, venant ensuite s’asseoir près d’elle. Mais pas trop près non plus. On ne pouvait pas passer un an loin de l’autre sans qu’il n’y ait une certaine distance, au début… En fait Andreas n’osait pas. Il vivrait mal le rejet de sa sœur, autant attendre de briser la glace. « Je suis content de… pouvoir te dire en face que je suis désolé. Avant que tu me dises quoique ce soit, sache que tu m’as vraiment manqué. Te voir ici c’est juste… j’ai du mal à y croire. » Il lui tendit son bras. « Tu me pinces pour voir si c’est vrai ? J’suis sûr que t’attends que ça, de me frapper ! » Et elle avait le droit, il comprendrait.
Code by Silver Lungs

__________________________



Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Lila Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 64
ICI DEPUIS : 21/08/2017
CRÉDITS : on applaudit justine
DOUBLE-COMPTE : evie
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Sam 26 Aoû 2017 - 19:19

En effet, Lila était du genre imprévisible. Elle prenait ses décisions sur des coups de tête et il était difficile de lui mettre des barrières. Lila, elle avait la tête sur les épaules et refusait qu'on lui dicte ses actions. A Bowen, elle avait ainsi la chance d'être autonome et de faire ce que bon lui semblait. Du haut de ses dix-neuf ans, elle cherchait déjà à agir comme une adulte alors que c'était encore une enfant dans sa tête. C'est cela qui la rendait attachante. Elle avait plein de rêves dans la tête, et ce soir là, l'un d'eux se réalisa. Comme quoi, avec un peu de bonne volonté, tout est possible. Ses parents ont essayé de la retenir, mais elle n'en a fait qu'à sa tête. Elle n'était pas pressée de rentrer à la maison, et de replonger dans cette lassante routine. Ici, beaucoup de rebondissements l'attendaient. Tous ces moments, bons ou mauvais, allaient l'aider à évoluer et à forger sa petite personne. Le fait de revoir Andreas lui permettrait de voir à quel point on peut changer, et progresser dans la vie. Parce que maintenant, il avait une maison - qu'il partageait sûrement avec un autre homme -, et était sûrement plus épanoui qu'à Oslo. A cause du père Eriksen, il avait dû se poser beaucoup de questions sur lui-même et s'installer à Bowen lui avait permis de laisser les problèmes derrière lui pour prendre un nouveau départ. Si Lila avait une raison de faire comme lui, elle n'hésiterait pas à tout claquer. Elle n'avait pas grand chose à perdre, de toute façon. Elle aimait sa famille, mais il était temps de sortir de son cocon pour devenir une femme. Lila, elle aspirait comme tout le monde à être heureuse, gagner ce qu'il faut avec un emploi stable, vivre dans un environnement qui lui plait aux côtés d'une famille soudée et aimante. Le destin s'en chargerait bien assez vite. Andreas la laissa passer, l'invitant à prendre place sur le canapé et à boire quelque chose. Elle tâta le canapé avec ses petites mains et examina les meubles, la déco, les recoins de la maison, tout le luxe qu'Andreas avait pu s'offrir. Lila était fière de lui, en quelque sorte, de savoir qu'il se débrouillait bien ici. Un petit coup d'œil par-ci, par-là, jusqu'à ce que son regard croise à nouveau celui du beau brun. Les paroles qui suivirent lui réchauffèrent le cœur. Lila sut que ces dernières étaient sincères. « Toi aussi, petit con. » Puis il lui tendit le bras, pour faire un test de réalité. Lila lui asséna un franc coup de poing sur l'épaule, ce fut plus fort qu'elle. Mais le but n'était pas de lui faire mal, vous savez, on fait souvent ça entre frère et sœur. « Ca faisait un an que je préparais ça, un an Andy. Dire que je viens là alors que toi, t'es parti... c'était l'horreur à la maison. Puis papa m'a avoué des trucs. » Elle déglutit puis marqua une pause, remarquant l'air d'Andreas, toujours aussi stupéfait.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
avatar

Andreas Eriksen

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 3462
ICI DEPUIS : 09/10/2016
CRÉDITS : cosmic light
DOUBLE-COMPTE : Devan & Dan.
STATUT : Propriété de M. Nowakowski.
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   Dim 3 Sep 2017 - 23:56

lila ∞ andreas
Le verbe « pincer » ne devait pas avoir la même signification pour l’un et l’autre des Eriksen… On ne dirait pas comme ça mais la jeune femme avait tout de même un peu de force et il ne s’était pas attendu à un coup aussi violent ! Mais il ne pouvait pas lui en vouloir… Elle devait avoir tellement de rancœur envers lui que ce coup de poing pouvait la soulager un peu. Et il le méritait clairement. « Hey t’as pris de la force dis donc ! Tu m’as presque fait mal. » Fierté masculine, il n’avouerait pas que sa petite sœur lui avait effectivement fait mal sur le coup. Ils avaient l’habitude de se chamailler assez souvent, une habitude qui manquait vraiment à Andreas. Il espérait pouvoir retrouver rapidement cette complicité qu’ils avaient toujours eue.
Il aurait voulu ne pas avoir à parler de leur père. Lila avait plusieurs fois tenté de les réconcilier mais Andreas ne lui pardonnait pas son attitude homophobe. Il mettait presque sa rupture sur son dos – parce qu’il était plus facile d’accuser quelqu’un d’autre que de réaliser ses propres erreurs. Mais Lila, elle, lui parlait toujours… Et probablement qu’en un an il s’en était passé des choses. Andy était bien loin d’imaginer que leur père était malade – même s’il l’avait peut-être souhaité une ou deux fois. Oui, ça n’était pas gentil, c’était même contraire à son métier d’ambulancier, lui qui sauvait des gens… Mais sous le coup de la colère parfois, il nous venait des pensées sombres. Des choses qu’on ne pensait pas sincèrement – on saurait difficilement dire si c’était le cas ici ou non. Son visage se referma un peu. Qu’est-ce qu’il avait encore fait ? Il se redressa doucement et se frotta la nuque. Ne pas s’énerver. L’écouter jusqu’au bout, peu importe ce qu’elle allait lui annoncer. « Il t’a avoué quoi ? » A en voir sa tête, il n’y avait pas que du positif…
Code by Silver Lungs

__________________________



Wise men say only fools rush in. But I can't help falling in love with you. Shall I stay? Would it be a sin if I can't help falling in love with you? Like a river flows surely to the see. Darling, so it goes some things are meant to be. Take my hand, take my whole life, too... For I can't help falling in love with you — Can't help falling in love, Elvis Presley.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: constantly on the run, but we are not getting home (andy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
constantly on the run, but we are not getting home (andy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: southern district :: maisons-
Sauter vers:  
la nuit de l'horreur
Pour la saison d'Halloween, la ville se fait une beauté, un petit village est installé en dehors de la ville, passez-y faire un tour.
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
le recensement
les scénarios attendus

les scénarios attendus