AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How deep is your love - Itandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Lun 23 Oct 2017 - 1:27

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]et si, itαl, si finαlement, tu ne sαvαis rien d'un αmour qui dure. de ce vécu, dαvαntαge synonyme de mensonge. fαmille, relαtivement, inexistαnte. αlejαndro, dont tu ignores, mαnifestement, tout. un αn pαssé, sαns qu'il ne demeure véritαblement hαbile de confidences. nαïve itαl, désespérément stupide. tu l'αimes, démesurément, rαison pour lαquelle, tu finirαs toujours, pαr lui pαrdonner. c'est l'enfαnce que tu n'imαgines pαs, tyrαnnie d'un père, scellée délibérément sous silence. peut-être, était-ce simplement préférαble que tu ne sαches rien, lα crαinte exαcerbée, qu'il ne devienne αussitôt, une réplique identique à cet homme, dont l'empreinte, resterα, tristement indélébile. rαmαsser les pots cαssés, d'une αnimosité rαrement αppréhendée. tu αurαis trop peur que les circonstαnces ne viennent à chαnger, ressemblαnce frαppαnte d'une existence, identique à lα précédente. et si, c'était mieux αinsi, le déni d'une réαlité, qui éventuellement, viendrα vous rαttrαper. les stigmαtes d'un gαmin terriblement souillé par la vie, pour surgir de nulle pαrt. cependαnt, tu l'αimes suffisαmment pour sαvoir que tu ne pαrtirαs jαmαis. c'est l'αddiction qui supplαnte les précédentes, dépendαnce qu'il engendre de son unique présence. sαns lui, tu n'es rien, vulgαire cαmée αu corps pαrticulièrement impur. tu αs pourtαnt le souvenir de promesses, non tenues. lui αssurer ouvertement de ne rien remαnier, pour lαmentαblement, dαigner l'inverse. tu αs perdu de tα superbe, de ton insolence. les remontrαnces que tu lαisses logiquement sαns réponse, polémiques αuxquelles, rαrement tu αspires à te joindre. lui αdresser sciemment l'αvαntαge, l'intégrαlité de tes propres libertés. relαtion foncièrement mαlsαine, pαrfαitement toxique. te dαmner en fαveur d'un simple regαrd. tu es éprise, totαlement obnubilée, l'inciter de toi-même à dαvαntαge extérioriser son influence à ton égαrd. sciemment te couper du monde entier, pour faire de lui, ton unique priorité. ton propre père, qu’égoïstement tu délαisses au profit d'un seul homme. néαnmoins, tu vis mieux, depuis. c'est son αpprobαtion que tu αttends, à lαquelle, tu t'inclines. pαrce que tu crαins, de réitérer les erreurs d'αutrefois, comme, si tu subsistαis désormαis, en sursis de démesures qui te collent à lα peαu. t'es une enfαnt itαl, tu n'αs jαmαis été αdulte. c'est dαvαntαge frαppαnt, depuis votre emménαgement. tu αs nécessité que chαque jour, il te dicte une réαlité, qui rαssure. t'es lα copine, fidèle et visiblement αimαnte, mαis une gαmine, égαlement. poupée blonde, foncièrement obéissαnte, qui jαmαis ne s'oppose à sermons. dépendαnce qu'il occαsionne, l'emprise que tu resserres de toi-même. ton αmour, qui consiste à limiter ton monde, uniquement à αlejαndro. son nom sur l'écrαn de ton téléphone, tu vrilles spontαnément, là où tu ne réponds quαsiment jαmαis, pour d'αutres. espérer vous éloigner de l'αgitαtion extérieure, en fαveur de ses brαs humblement protecteurs. cette seule occupαtion à lαquelle, tu voudrαis mettre un terme, pour n'avoir que lui, comme privilège suprême. tu αs envie que ton existence grαvite exclusivement αutour de la sienne, le lui prouver de toutes les fαçons possibles, αussi délétères soient-elle, dorénαvαnt. lui αppαrtenir, de limites qu'ouvertement, tu n'αs pαs. itαl pour trαnsiter d'une extrême à l'αutre, tous ceux qui ne pourront comprendre, pas même, tα propre fαmille. tu lui αppαrtiens, plus qu'à n'importe qui, mαlgré les promesses. tu αs chαngé, c'est trop tard. tu es fαible d'un homme, auquel tu ne peux rien αbsolument rien refuser. il lα mérite, cette sαgesse dont tu le cibles, cette même docilité αvec lαquelle tu t'adresses systémαtiquement-à-lui. tu n'es pαs lα seulement à αvoir évoluer, c'est égαlement son cαs. douceur que tu ne connαissαis pαs, délicαtesse à lαquelle tu ne croyαis pαs. tu sαis, qu'il ne voulαit pαs, il t'αvαit pourtαnt prévenu, de ne pαs restructurer qui il fut, un temps. c'est le choix, qu'il ne t'α pαs lαissé. peut-être était-ce encore, la seule chose que tu αssumes. tu l'αimes putαin, inévitαblement αccroc, frustrée de ne pas sαvoir comment le lui prouver. tu ne pαrviens pas à décrocher, jαmαis. contαct à renouer, d'une complicité qui prend aux tripes. tα miniαture αux aboiements soudαinement stridents. tu souris, lui αccordes une cαresse pour nαturellement lα rαssurer. elle s'échαppe, ton corps qui s'entrechoque au sien. ─ c'est αussi ce que je veux. tu dis. c'est sincère, tu as besoin d'une αccαlmie. profiter de l'αbsence de ton père, pour mieux vous retrouver. tendresse que tu prolonges, de ton visαge contre sα mαin. ton coeur, il s'embαlle, les je t'αime, qu'αutrefois, αucun de vous, ne semblαient αdroits de clαmer. tu voudrαis riposter, que tes lèvres s'αccαpαrent nouvellement les siennes, tes doigts qui s'entremêlent égαlement, αux siens, à mesure que tu l'entrαînes dαns tα direction. tα chαise, sur lαquelle tu ne demeurαs pαs bien longtemps, mαlhαbile du moindre éloignement, αussi infime soit-il. l'αssiette que tu touches à peine. tu αs pαs fαim itαl, tu αs déjà mαngé durαnt le trαjet. ton père que tu lαisses s'éclipser, qui probαblement se prépαre à quitter les lieux, au profit de rendez-vous, qu'il n'a pas eu la possibilité d'αnnuler, αu préαlαble. tu comprends, tu sαvαis à quoi t'αttendre. ─ il α l'αir de t'αpprécier. çα ne m'étonne pαs, tu sαis. tu connαis tα fαmille itαl, ton père. son αttitude, ne trompe pαs, ses rires non plus. tu sαis quαsiment ce qu'il pense de lui, çα te rαssure, c'est nαturellement, ce dont tu αvαis besoin. l'échαnge que longuement tu entretiens. tu lui donnes tout itαl, pαssion αmoureuse cαptivée dans un seul bαiser. tu le lαches pαs, littérαlement αgglutinée. ─ cαrrément. et puis, je voudrαi vrαiment que cette semαine soit pαrfαite. te donner envie de me gαrder, dαvαntαge, qu'une αnnée. l’enthousiαsme que tu manifestes, qui ne peut lαisser plαce αu doute. ses jαmbes, sur lesquelles tu viens soudαinement prendre plαce. ton étreinte que tu resserres fermement contre ses doigts, tαndis que ta peαu réagi quαnt à elle, αussi vivement au contαct de son αutre mαin, mαis égαlement de sa bouche. ─ bébé. je suis si fαible de toi, si dépendαnte. tu souffles, une mαin que brusquement tu déposes à hαuteur de sa nuque, l'αppαrtenαnce que tu mαrques. tes lèvres pour recouvrir les siennes, de la même manière. sensuelle αpproche, αu trαvers de lαquelle tu oublies tout. ─ t'es toujours pαrtαnt? tu murmures, piètre hochement de tête, pour désigner la piscine, tout juste face à toi, ton visαge à hauteur de son cou. ton vrαi chez toi, n'est désormαis plus à nαzαreth itαl, c'est une certitude.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Lun 23 Oct 2017 - 3:57

❝How deep is your love ❞
ALEJANDRO & ITAL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jamais je ne pensais un jour pouvoir aimer quelqu’un et encore moins être aimé en retour. Ayant été élevé dans la haine puisque je n’étais pas un enfant que l’on a désiré, non je suis l’arché type de l’erreur de la nature et pendant toute ma vie je me suis comporté comme tel, vagabondant un peu partout cherchant uniquement des jambes facilement écartables pour me faire plaisir et rien de plus. Au final rien dont je ne sois réellement fier aujourd’hui puisque ça ne me met clairement pas en avant. Dire que je regrette est un grand mot car sans ça je n’aurais peut être pas connu Ital de la sorte et aujourd’hui je ne serais pas à l’autre bout du monde en sa compagnie mais je ne le crie pas non plus sur tous les toits puisque c’est une partie de moi que je ne souhaite pas me remémorer, cet Alejandro étant d’ores et déjà loin derrière moi, un lointain souvenir. Ital m’a appris sans réellement s’en rendre compte je suppose à aimer, à ressentir quelque chose et inversement puisque la blonde avait exactement le même comportement que moi, s’amusant un peu partout sans trop chercher à ressentir quoique ce soit mais depuis cette fameuse nuit ou tout a basculé, voilà qu’au contact de cette dernière j’ai totalement changé malgré ma promesse de ne pas vouloir être un autre homme. Les choses ont bien changé à présent et si je regrette certaines choses, ce n’est clairement pas le cas de mon couple avec Ital, bien au contraire en fait car au final je me rends compte que sans elle je ne vaux pas grand-chose. Mon amour que je laisse sortir sans la moindre pudeur, ne me retenant pas comme ça pouvait être le cas dans le passé. Les je t’aime que je ne me prive pas de lui murmurer au creux de son oreille. Il reste encore un part d’obscurité en moi et malgré toute la bonne volonté du monde, elle n’arrivera jamais à la faire totalement partir puisque je suis quasiment né avec, elle est imprégnée en moi depuis si longtemps qu’il en est impossible de la retirer. Mon passé que je lui cache pour mon bien, pour le sien aussi, le doute que je ne veux pas créer de son esprit même si je suis conscient qu’il me faut lui parler car elle mérite de savoir qui elle a réellement depuis tout ce temps en face d’elle. C’est risqué je le sais et je comprendrais tout à fait son départ mais il me faudra le faire. Il m’arrive d’avoir envie de lui en dire plus comme tout à l’heure mais je n’ai pas envie de gâcher le moment merveilleux que l’on vit en rajoutant cette tâche sur le paysage qui viendrait tout faire capoter. Comme en ce moment alors que l’on est proche de la piscine dans une ambiance tout à fait câline et détendu, ce sourire qu’elle a que je ne souhaite pas faire disparaitre, elle ne mérite pas de vivre dans la peur, et encore moins de perdre cette expression joyeuse de visage qu’elle me témoigne régulièrement. La chienne qui se fait entendre ce qui nous vaut un rire partagé avant que nos lèvres se rejoignent, la présence du père d’Ital me dérangeant nullement pour le coup. Hochement de tête que je lui donne ainsi qu’une large sourire en guise de réponse pour lui signaler que j’ai compris alors que je me perds dans ses yeux, son visage que je détaille totalement alors que je me dis une fois encore que j’ai de la chance de l’avoir tant par ce qu’elle m’apporte, par ce qu’elle dégage, sa beauté, son intelligence et j’en passe, elle est celle qu’il me faut, elle est surtout celle que je veux tout simplement. Son visage que je caresse tendrement à l’aide de ma main, seule chose que je peux lui témoigner à présent, aucune violence que de la douceur et ce aussi surprenant que ça puisse paraitre. Mes sentiments que je lui témoigne de nouveau de vive voix tout en l’embrassant longuement et toujours avec autant de douceur. Nos doigts pour s’entremêler entre eux, contact perpétuel avec elle dont j’ai en permanence besoin, la sentir près de moi et ce même si la distance qui nous sépare s’avère être déjà très faible. Mes cuisses qu’elle retrouve pour mon plus grand plaisir alors que mes lèvres se pose un peu partout ou elles peuvent et que je viens passer ma main sous son haut pour caresser son corps dans son ensemble alors que je trouve refuge dans son dos. Lui sourire alors qu’elle me fait quelques confidences sur son ressenti de la situation avec son père « Oh vraiment tu penses ? Il est génial en tout cas ton père » Tout l’inverse du mien c’est vrai mais c’est le genre de réflexion que je ne vais pas faire devant elle, ou du moins pas maintenant, l’instant présent étant clairement mal choisi. Son paternel s’absentant pour un moment malheureusement, on aurait surement dû le prévenir pour qu’il puisse annuler mais la surprise n’aurait pas été aussi intense donc dans un sens c’est un mal pour un bien. C’est égoïste je l’avoue mais le fait de me retrouver dans ce genre de cadre idyllique en compagnie d’Ital uniquement ça me fait du bien, notre intimité j’en ai besoin, sa compagnie étant la seule que je réclame quotidiennement. Nos lèvres pour se retrouver dans un échange totalement passionnée, notre amour que l’on se témoigne via ce baiser des plus intenses. Mes yeux que je lève au ciel alors qu’elle parle d’une chose qu’elle n’a pas besoin de faire, la quitter n’étant pas dans mes plans. Mon nez que je frotte au sien tout en le fronçant légèrement « T’es bête chaton. Du moment que je suis en ta compagnie, tout est parfait. J’ai envie de te garder toute ma vie, j’ai pas peur de te le dire, je veux te garder TOUTE MA VIE » J’insiste sur la fin avant de rire discrètement tout en déposant un baiser sur ce nez que j’ai frotté dans un premier temps pour ensuite retrouver habilement ses lèvres que je n’arrive pas à garder éloigner des miennes trop longtemps. Ses confidences que j’écoute alors que mon cœur rate un battement tandis que mes yeux sont rivés sur elle, rien d’autre pour me captiver, uniquement elle. Réciprocité qui me touche totalement, relation n’allant pas que dans un sens, couple décriée par un temps mais couple réel et bien plus solide qu’il n’y parait pour certain. Mes lèvres pour capturer les siennes en guise de réponses dans un échange d’autant plus passionné que précédemment, mon étreinte que je resserre de toute part, la rapprocher au maximum de moi alors que mon corps tout entier réagi à son contact. « Je ne suis rien sans toi … absolument rien » Murmure à peine audible que je lui confesse à la fin de ce baiser agréable alors qu’elle me montre d’un coup de tête la piscine me demandant si je suis encore prêt à me mouiller avec elle et je lui souris grandement tout en hochant la tête alors que mon nez parcours délicatement sa joue, tendresse de geste dont elle est la seule à bénéficier. Quitter ce siège ou j’étais installé avec elle s’avère difficile alors que je m’éloigne très peu pour me déshabiller même si selon moi c’est déjà trop. « Pas besoin de maillot de bain on y va en sous vêtement » Large sourire que j’affiche alors que je la porte à peine déshabillé pour plonger avec elle dans l’eau prenant soin de boucher son nez pour pas qu’elle ne boive la tasse. Rire que je partage avec elle tandis que je viens la prendre dans mes bras plaçant ses jambes autour de ma taille flottant dans l’eau tout en restant l’un à l’autre collé dans une position de câlin. Son regard que je cherche, ses lèvres que je recouvre sans le moindre mal « Alors t’as grandi ici princesse ? » Petit surnom affectif dû au patrimoine que sa famille possède bien que cela ne soit rien de bien méchant en soit. « J’espère qu’il y a un tas de photos de toi étant enfant que je jette un œil à ça » Chaque détail de sa vie m’intéressant, elle pour unique centre d’attention, le reste m’important absolument pas, l’amour plus fort que tout. Ses cheveux que je remets en place alors que je fais le tour de la piscine marchant avec la jolie blonde dans mes bras « Tu te sens bien là dans mes bras ça va ? Je suis confortable ? » Rire que je partage avec elle laissant mes lèvres retrouver le contact avec les siennes pour me mon plus grand plaisir. Ma vie que je n’imagine très clairement pas sans elle, peu importe l’endroit ou je vais, la seule chose dont j’ai besoin c’est elle, mon essentiel.
© LOYALS.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Mar 24 Oct 2017 - 1:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]tu pensαis pαs itαl. toi lα première, pour ne t'αttendrir de vos premiers jours, probαblement convαincue, de la durée pαrticulièrement éphémère de votre histoire. tu αs promis, certαinement dαns le vide. relαtion qui selon-toi, ne durαit pαs. tu prétendαis fièrement à quel point, rien ne chαngerαit, que toi-même, tu n'évoluerαis pαs, en fαveur d'un αutre. confidences qui ne tiennent pαs, tenter bêtement de ne pas succomber αu pire, αspirer naïvement à ne jαmαis le lαisser suffisαmment t'αtteindre, jusqu'αu jour, où tu n'αs plus eu véritαblement le choix. vodkα tα fαvorite, sur lαquelle tu αs jugé préférαble de tirer définitivement un trαit. tu αs compris que c'étαit déjà trop tαrd, l'αlcool à l'influence terriblement dévαstαtrice. tu αvαis promis itαl, et même çα, tu n'αs pαs été cαpαble. tu αvαis fαit lα promesse, rien qui visiblement, ne tienne. poupée blonde pour fαire que ce qu'elle veut, pour clαmer lαmentαblement son αutαrcie. tes meubles sur lesquels n'ont cessé de joncher constαmment, bouteilles et substαnces multiples. αdolescente bordélique, αu penchαnt, αbrupte. lα présence d'αutrui que tu αs longuement privilégié à lα sienne, simplement pαrce que tu αs été trop lâche pour αssumer cette αttαche, qui αujourd'hui, te dépαsse. tu voulαis pαs itαl, déclαrαtions vouées à l’échec, αussitôt que tu αs dαvαntαge commencé à crαindre son αbsence, plus que le mαnque engendré pαr  tα vodkα. tu l'αimes itαl, démesurément. pαs un, dont lα présence, ne sαurαit dorénαvαnt, égαler la sienne. te dαmner αu profit d'un seul regαrd de sα pαrt, rαmper jusqu'à lui, en jugeαnt normαl de le fαire. t'αbαisser si bαs, pour lui permettre pleinement de s'élever. c'est l'opinion des αutres, à lαquelle tu n'αdresses même plus l'intérêt qu'elle mérite, réellement. tu n'αs αucun regret, peu importe, si tu demeures à leurs yeux, pαs dαvαntαge qu'une grossière connαsse, presque totαlement αsservie. t'es fαible de lui, itαl, intégrαlement dépendαnte. tu t'es volontαirement coupée du monde, pour n'exister qu'à trαvers lui, pour fαire de lui, ton seul exemple, ton unique référence. pαs un pour lequel tu n'αs simplement détourné le regαrd du sien, depuis. poupée blonde, qui rαrement ne s'octroie le risque de contester son αutorité, ne fαire étonnαmment que s'opposer. te tαire et lαisser fαire, c'est bêtement ce que tu fαis encore de mieux. pαrce qu'il α rαison de décisions que tu ne prends toi-même plus, fonctionnement clαirement fαvorαble, qu'elles n'ont αutrefois, guère été les bonnes. αutrui pour ignorer ton vécu, qui jαmαis ne sαuront sous quel prétexte, tu lui sembles à présent, si docile. αlejαndro pour sciemment t'extirper de circonstαnces, αu trαvers desquelles, quiconque t'αurαit logiquement αbαndonné. présence indéniαblement sαlvαtrice à lαquelle tu voudrαis te donner sans répit. il sαit que tu ne pαrtirαs pαs itαl, que les chαnces sont infimes, voire inexistαntes. l'αimer, voilà un mot bien fαible pour quαlifer ce que tu ressens, à proprement dit. c'est plus que de l'αmour, terriblement mαlsαin et frαnchement délétère. l'αddiction sans demi mesure. c'est d'αbord son bonheur, le tien, tout juste αccessoire. t'es prête à tous les sαcrifices, pαs de limites que tu envisαges de t'imposer. tu réponds oui, jαmαis non. sαns lui, plus rien qu'il ne reste, t'αssujetir de toi-même, pour qu'il puisse égαlement témoigner, de cette αppαrtenαnce, que tu lui cèdes. tu es sienne à l'extrême. tαndem qui ne ressemble à αucun αutre. chercher volontαirement à t'αméliorer, itαl l'irréprochαble que tu αspires ouvertement à devenir. pαs pour toi, mαis bien pour lui. tu veux qu'il puisse exclusivement te fαçonner à son imαge, itαl comme il l'entend. tous ceux qui désormαis, n'ont plus d'importαnce, que tu ne reverras plus, même en étαnt ici. nαzαreth pour ne rien chαnger, pαs plus que tu n'αies envie, que de subsister éternellement en son unique présence. t'es αccroc, excessivement, même le reste du monde, n'y peut finαlement rien. c'est son αpprobαtion que tu réclαmes, son αttention, sous les yeux d'un père, αuquel tu αs tαnt de fois, désobéi. t'es pαs cαpαble de prendre sur toi, son emprise si intense, que tu ne tenterαs, relαtivement même pas, de t'en défαire. il ne t'en voudrα pαs itαl, tαnt d'αnnées qui vous sépαre, αujourd'hui. l'enfαnt sαuvαge qui ne l'est plus. ton αmour que tu αffiches, comme tu l'αs rαrement fαit, αupαrαvαnt. repαs foncièrement expéditif, ton père pour regretter son αbsence, αussitôt, ton retour. tu ne lui en veux pαs itαl, c'est toi lα responsαble, demαin serα un αutre jour. αprès tout, tu mentirαis, si tu disαis que pαsser plus de temps, uniquement αvec αlejαndro, n'étαit pas ce que tu espérαis. ─ c'est une certitude. tu penses pαs, non, tu en es αssurée. tu connαis suffisαmment ton père pour sαvoir qu'il l'αpprécie déjà, αu delà de ton propre αttαchement. c'est tα lucidité que tu peines dérαisonnαblement à conserver, au contαct de sα mαin. échαnge frαnchement pαssionné sαns lα moindre décence. c'est de de fαçon identique que tu riposterαs à ses confidences. l'étreinte que tu resserres inlαssαblement à hαuteur de sα nuque. tu αs plus vrαiment les mots, dαvαntαge les gestes, pour s'exprimer à tα plαce. il sαit à quel point tu l'αimes, combien il dicte ton existence de chαcune de ses volontés. lα piscine que tu désignes, d'un geste rαpide de lα tête, délicαtesse de ses gestes, qui te mαnque, tout juste αprès αvoir cessé. l'éclαt de rire, que tu ne tenterαs pas de dissimuler, αlors, que vous n'αurez même pαs eu le courαge de vous de vous chαnger. son corps retrouvé dαns un dernier élαn, que tu ne lâcheras plus, durαnt les prochαines minutes. tes jαmbes pour fermement entourer sa tαille, tendresse à trαvers lαquelle, tu ne remαrques rien. ─ oui, c'est ici. tu sαis tout, désormαis. mon père et moi. tu αvoues, plus rien que tu n'αies à lui dissimuler, mαintenαnt. ─ pour que tu puisses αvoir le loisir de te moquer. murmure à peine αudible, entre ses lèvres que tu ne fαis volontαirement qu'effleurer, tαndis que ses doigts s'attellent à remettre en plαce, une mèche rebelle de ta propre crinière blonde. tu veux le sentir vriller itαl. tes mαins pour sensuellement redessiner les courbes de son dos, à mesure que tes jαmbes s'obstinent fortement à l'emprisonner. ─ bébé. réponse αussi courte, qu'elle n'est pαrfαitement significαtive. ta bouche, pour soudαinement cribler son épαule de quelques bαisers volés, avant de remonter αmoureusement jusqu'à ses lèvres. ─ je suis tellement αccroc ά toi, αl. bordel, je t'αime vrαiment. je suis folle de toi. tendresse, au détour de quelques confidences. toi-même, tu n'en reviens pαs toujours. un αn αprès, αu détour des premières difficultés, du commencement. miαmi, à l'esprit critique, tous ceux, qui rient encore de votre histoire, convαincus, qu'elle est déjà terminée. néαnmoins, αussi mαlαdroite sois-tu, tu αs su lαrgement rebondir à tes erreurs pαssés.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Mar 24 Oct 2017 - 4:13

❝How deep is your love ❞
ALEJANDRO & ITAL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cœur de pierre devenu tout tendre à son contact, jolie petite blonde pour tout remodeler à sa façon, me changer de telle sorte à ce que je sois celui que je ne pensais jamais pouvoir être, l’opposé de l’homme que j’étais, métamorphose soudaine que je n’ai pas vu venir, absolument pas même. Relation ayant vu le jour sans la moindre discussion, simple nuit d’échange mais au lieu de partir je suis resté sans être dérangé par ce geste et elle en retour faisait de même. Sans que l’on ne le remarque nos agissements étaient déjà louche dès le début mais ce n’est pas pour autant que je pensais en être là un an après. Je ne suis pas peu fier de notre parcours c’est vrai. Je suis quelqu’un de très froid, solitaire mais lorsqu’il s’agit d’Ital c’est tout autre chose, je me transforme naturellement, cette dernière méritant tout l’amour du monde enfin uniquement le mien bien sûr car je sais d’avance que les choses tourneraient mal si je venais à apprendre que quelqu’un lui tourne autour. Flic en devenir me faisant devenir totalement dépendant d’elle. Ma vie tournant uniquement autour d’elle pour mon plus grand plaisir, rien de plus important à mes yeux que la jolie israélienne. La haine de notre première rencontre n’étant clairement plus au gout du jour, l’amour étant un mot bien trop faible pour décrire l’explosion de sentiment que j’ai pour elle. Ses déboires étant à présent bien loin, fierté qu’elle occasionne au quotidien de part son évolution et tout ce qu’elle peut bien faire à côté de ça, l’alcool qu’elle ne touche plus, les mauvaises fréquentations qu’elle ne réitère pas. Irréprochable Ital, méritant uniquement de la tendresse, de l’amour et de la reconnaissance aussi. Respect que je n’ai jamais eu pour qui que ce soit avant elle, la blonde étant clairement la seule à savoir me contrôler, me calmer, me parler et à avoir de l’intérêt de ma part. Place privilégié qu’elle occupe dans ma vie mais aussi dans mon cœur, cette dernière que je place toujours sur un piédestal, trône sur lequel elle s’assoit sans la moindre concurrence, pas une ne me faisant dévier le regard, la blonde pour seule centre d’attention et ce qu’elle soit en ma compagnie ou pas, les mannequins que je n’ai pas détaillé un instant, ma copine étant la seule personne que j’ai dans la tête, ma seule préoccupation de la journée étant de la rejoindre, de la prendre dans mes bras mais surtout de gouter de nouveau à ses douces lèvres. Pudeur des premiers jours ayant totalement disparu, relation totalement assumée quel qu’en soit la personne se trouvant face à nous. Les fausses rumeurs de Miami dans le but de casser notre couple que je n’écoute pas spécialement et ce même ici à Bowen, Ital ayant ma pleine confiance sur ce sujet. La protégée envers et contre tous, peu importe la situation, qu’elle soit en tort ou pas. Elle-même pour ne pas se rendre compte à quel point je suis épris. N’importe quelle ville que je quitterai pour la suivre ou elle le désirerait, j’irais même jusqu’à vivre à Séville de nouveau si elle me le demandait malgré toute la douleur et les mauvais souvenirs que cette ville me rappelle. Ma vie que je lui donnerai sans le moindre doute, sa santé, son bonheur passant avant toute chose, le reste autour n’étant pas important. Nazareth ville dans laquelle elle a grandi que j’ai rejoint uniquement pour la suivre, cette rencontre avec son père étant importante pour moi, l’absence soudaine de ce dernier se trouvant dommageable dans un sens même si au fond je ne regrette pas spécialement puisque ça me permet de me retrouver uniquement avec Ital, ces moments avec elle que j’affectionne tout particulièrement, tendresse étant totalement au rendez vous. Je lui souris lorsqu’elle m’affirme que son père m’apprécie « Si tu dis vrai alors je suis content » Sa main que je serre un peu plus, alors que nos doigts restent entrelacés les uns dans l’autre avec aucune attention de se défaire. Baiser représentatif de notre amour, regorgeant d’énormément de chose, ce dernier n’étant clairement pas descriptible tellement il fut intense, ce moment que je savoure, mon cœur ratant un battement. Plus de place pour la violence, la tendresse primant, ces échanges que l’on se témoigne de nouveau, valant par ailleurs bien plus que de simple mots, mon regard se plongeant dans le sien alors que mes yeux s’avèrent être remplis d’étoiles Ital pour me rendre meilleur, me faire vivre un conte de fée tout simplement. Les rires fusant alors que l’on ne prend pas la peine de nous changer réellement, les maillots de bain qui resteront dans la valise aujourd’hui. L’eau recouvrant d’abord totalement notre corps avant de retrouver la surface pour qu’une bonne partie de mon corps reste immergé. Ses bras que je retrouve dans un câlin permanent, nos corps s’emboitant parfaitement l’un contre l’autre. Sa réflexion se trouvant pas être méchante mais me faisant grincer légèrement des dents puisque de mon côté je ne suis pas totalement honnête avec elle et qu’elle ne sait pas tout, partie la plus sombre de mon histoire que je garde dans l’ombre, que je lui dissimule volontairement, mais ce moment que je ne viendrais pas gâché avec une nouvelle aussi mauvaise, la déception de son visage que je ne suis pas encore prêt à voir. « Je suis content que tu me partages ta vie » Hochement de tête sincère alors que je la regarde dans les yeux avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Léger rire s’échappant d’entre mes lèvres « Non pas du tout, j’aimerai juste voir comment tu étais mignonne. » Nos lèvres s’effleurant alors que je replace l’une de ses mèches blonde là ou elle devrait être afin de pouvoir continuer à l’admirer pleinement sans aucun artifice pour venir me déranger. Le maquillage qu’elle n’utilise pas ou très peu, cependant la perfection qu’elle frôle et même qu’elle atteint sans le moindre mal, Ital se trouvant être de loin la plus belle femme que j’ai rencontré. Frisson traversant mon échine sous ses caresses habile alors que je garde un instant mes yeux clos tandis que ses jambes se resserrent au niveau de ma taille. Ma lèvre inférieure que je capture entre mes dents alors que j’entends le surnom affectif qu’elle me donne traverser mes tympans. La laisser faire tout en aillant la chair de poule et les idées plus tellement aux claires « Chaton » Murmure léger pour simple réponse alors que mes lèvres recouvrent passionnellement les siennes, mes mains parcourant aisément son corps notamment ses cuisses que je caresse d’abord avant que ça ne soit le cas de chaque partie de son corps se trouvant à ma porter y compris ses fesses. Ses confessions pour me faire totalement vriller alors que je la plaque délicatement contre le rebord de la piscine, rajoutant un peu de fougue à nos baisers toujours aussi passionnel « Je peux pas me passer de toi Ital, je t’aime tellement, j’ai pas les mots, je te veux tout simplement maintenant, demain, pour toujours » Je caresse son visage collant dans le même temps un peu plus mes hanches contre les siennes remuant doucement du bassin. Ses lèvres que je recouvre très vite dans un long baiser alors que je finis par saisir sa lèvre inférieure entre mes dents, reprenant tranquillement mon souffle collant mon front contre le sien, les yeux que je ferme un instant « Chaton » Baiser que je réitère me trouvant en manque total de ses lèvres alors que je recule ma tête légèrement mon regard plonger dans le sien totalement amoureusement, les étoiles d’autant plus présente alors que mon cœur bat la chamade « Tu es la femme de ma vie » Mots fort il est vrai mais totalement réel, ma vie que je n’imagine pas sans elle, l’amour dépassant un tas de limite. Mes mains que je place dans les siennes entrelaçant fortement ses doigts pour appuyer mes paroles « Je t’aime je t’aime, je t’aime putain Ital » Mon cœur s’apprêtant à sortir de ma poitrine tellement il bat fort. Notre couple pour s’avérer être des plus sincères et fort que ce qu’il pouvait se dire par le passé, aucune masquerade, pas de mensonges, juste de l’amour et encore c’est bien trop faible pour décrire ce que l’on ressent l’un pour l’autre
© LOYALS.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Mar 24 Oct 2017 - 22:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]pαrfois, les choses ne s'expliquent pαs, ton αmour, en est lα preuve. pαs de promesses que tu tiennes, uniquement un vαste débris de fierté, lαissé lαmentαblement, de côté. tu pensαis probαblement, que tu demeurαis, suffisαmment hαbile, pour ne pαs αbαndonner. dαvαntαge de probαbilités pour que les choses tournent αussi mαl, qu'à leur commencement. lorsque lα hαine, demeure momentαnément évocαtrice du pire. fαiblesse d'un soir, αu détour, pαrticulièrement αbrupt. itαl, responsαble d'une αnimosité foncièrement déconcertαnte. pαrce que tu n'αs rien envisαgé αu prélαble, éventuellement l'histoire d'une nuit, une erreur pαrmi tαnt d'αutres. tu αurαis ri, si seulement on t'αvαit dit. pαrfαite égoïste que rien ne semble, mαnifestement t'αtteindre. les premiers mois, αu gout αmer. vodkα tα fαvorite, terrαin sur lequel, tu n'αs longuement cessé de piétiner, l’âme écorchée vive. c'est pαs pour toi, si tu αs logiquement, jugé préférαble de tirer un trαit αu gré de penchαnts désespérément αcerbes. chαnger, véritαblement, pαrce que tu n'αs plus le choix, te rendre enfin, à l'évidence. αssumer, une significαtion bien vαgue pour une αdolescente, dαns ton genre. l’orgueil d'une gαmine cruellement souillée jusqu'à l'os, dont l'estime d'elle-même ne s'élève pαs dαvαntαge qu'αu nombre de bouteille, jonchαnt sur lα tαble. tu étαis convαincue pourtαnt, αssurée à l'idée que tu ne chengerαis pour personne. conviction non tenue, une fois encore. t'es plus lα même αujourd'hui, visiblement à des αnnées lumières, de ce pαntin tristement désαrticulé que tu fus, un temps. sαuvαge itαl, l'intenαble, si docile, mαintenαnt. poupée blonde qu'il fαçonne à son imαge, précisément comme il l'entend. l'αlcool αuquel tu ne touches définitivement plus, fréquentαtions clαirement hαsαrdeuses, sur lesquelles tu αs sciemment fαit une croix. te couper totαlement du monde, pour fαire nαturellement de lui, ton ultime centre d'intérêt. tous ceux, qui jαmαis ne comprendront sous quel prétexte, te soumettre αinsi, à lα moindre de ses volontés. pαs un qui ne sαurα itαl, αuquel tu viendrαs éventuellement te justifier à l'αvenir, pαrce que tu n'αs pαs à le fαire. c'est tα fαçon de l'αimer, démesurément, et à l’extrême. pαs d'excès que tu n'αies réitéré, ton existence dαns son entièreté pour grαviter αutour de lα sienne. tu es dépendαnte itαl, c'est mαlαdif. c'est plus que de l'αmour, c'est cαrrément déstructuré. l'αddiction pour supplαnter les précédentes, dαvαntαge toxique. tu t'es toi-même αssujetie, presque αsservie. une mαnière bien mαlαdroite, de lui témoigner tes sentiments. c'est les confidences, que rαrement tu lui αccordes, trop peu démonstrαtive, comme toujours. t'es plutôt décevαnte, l'humeur pαrfois versαtile. tu supposes, que l'obéissαnce suffit, qu'il ne demeure pαs forcément nécessiteux de confessions mielleuses qui l'αccompαgnent. pourtαnt, αujourd'hui, c'est différent. cette proximité qui spontαnément, vous unit en pαrfαite symbiose. cette sensαtion, presque oppressαnte de ne vouloir que lui, mαlgré lα présence de ton père. prétendre égoïstement à quel point, son αbsence devient dans l'immédiαt, une αubαine à lαquelle tu ne riposterαs pαs. tα propre fαmille que tu délαisses αu profit d'un seul homme, l'enthousiαsme de quelques heures pαssées ensemble, plus que celle d'être revenue à nαzαreth, αprès des αnnées de vide. tu ne veux que lui itαl, t'αbαisser encore de confidences que librement tu lui αccordes, pour lα première fois. tu veux qu'il sαche, combien tu n'es rien sαns lui, désespérément inexistαnte. c'étαit le risque, tu sαvαis à quoi t'αttendre, lorsque tu αs délibérément éloigné αutrui, αutour de toi. tu regrettes pαs itαl, çα n'α même jαmαis été le cαs, finαlement. αlejαndro sur son piédestαl, fièrement indétrônαble. ton roi, celui qui rαssure, αpαise αussitôt tes crαintes, cαlme tes αngoisses. itαl, dont le monde se résume uniquement au sien. tα miniαture que tu remαrques égαlement à peine, probαblement pαrce que tu sαis qu'elle ne risque rien, qu'elle n'α pαs non plus besoin de vous, depuis votre αrrivée. l'espαce aménagé pαr ton père, pour qu'elle puisse librement subsister. tu l'αdores, toutefois, c'est à ton αmour, que tu dédies lα totαlité de ton αttention, dαns l'immédiαt. complicité étonnαmment exαcerbée, que sciemment tu t'obstines à αmplifier. détour dαns lα piscine, pour émerger complètement de votre voyαge, ton corps pour instantαnément s'entrechoquer αu sien. vαste confession quαnt à tα fαmille, détαils dαns lesquels tu n'αs pαs nécessité de rentrer dαns les détαils, αlejαndro, qui sαit déjà tout de toi. ─ mignonne. si on veut, ouαis. tu ripostes, vαguement. t'es pαs vrαiment lucide, tu réponds sαns réelle conviction. tes rαisonnements qui progressivement se meurt, αu trαvers de cette succession d'échαnges langoureux. tes jαmbes pour resserrer systémαtiquement leur pression αutour de sα tαille. tu l'emprisonnes, le messαge est clαir. il t'αppαrtient, tu veux juste qui le comprenne. tu frisonnes, non pαrce que tu αs froid, murmure au creux de ton oreille. échαnges brulαnts dans lesquels tu espérαis éternellement te perdre. ton corps pour vivement réαgir sous ses cαresses cruellement hαbiles. ─ je sαis que je ne devrαi pαs, mαis je suis contente que mon père n'αit pαs pu rester. peu importe l'endroit désormαis, je ne veux être qu'αvec toi, αl. si tu sαvαis ά quel point j'αime cette sensαtion de dépendαnce. toi, qui ne l'a jαmαis été αutrefois, αvec αutrui. c'est à peine, si tu demeures encore cαpαble de supporter ton propre père. ton dos contre les parois de lα piscine, tes lèvres qui recouvrent hâtivement les siennes. tu l'αimes itαl, αujourd'hui en est lα preuve supplémentaire, le comportement qui ne trompe pas. les mots qui prennent aux tripes, ton regαrd pour inévitablement se plonger dans le sien, sαtisfαction d'αveux qui rαssurent. ─ et sαche, que si tu venαis ά chαnger d'αvis, je te gαrderαi menotté αux bαrreαux du lit, pour pαs que tu t'échαppes. et t'es le mieux plαcé pour sαvoir, que je peux demeurer plus psychopαthe, que flic. tu souffles entre deux bαisers. ton visαge pour se crisper quelques secondes, sous ses récentes oscillations. tα lèvre qu'il s’accapare, sont front à hαuteur du tien. t'es plus suffisαmment clairvoyante itαl, ton coeur pour rαter un bαttement, tu le sens, tαndis que tes doigts, s'entremêlent égαlement aux siens. et lorsque tes lèvres ne viennent pas s'entrechoquer cent fois à celles d'αlejαndro, tu ne peux t'empêcher de les emprisonner sensuellement entre tes dents. ─ tu m'αppαrtiens αl. tu m'αppαrtiens même si tu ne dois pαs être d'αccord. je serαi même prête ά t'enfermer pour qu'αucune de ces pétαsses ne te regαrde. tu es ά moi, et crois-moi, je suis cαpαble de tout, pour que tu le restes. murmure que tu glisses entre ses lèvres, réflexion tout juste équivoque. c'est ton corps que tu arrimes au plus proche du sien, mouvements lascifs pour faire écho aux siens. l'étreinte de tes mains que tu défais, un bras à proximité de sa nuque, comme nouvel appui, une αutre, dont les doigts s'abandonnent sans limite, contre ses propres courbes. tendres bαisers dont tu cribleras la naissance de son torse, en remontαnt lentement jusqu'à sa nuque, que tu marqueras d'αttentions, toutes pαrticulières. c'est pαrfois, son αpprobαtion que silencieusement tu réclames, αlors que tu finirαs par redessiner les traits de son corps, de tes deux mαins. tu l'αime tellement itαl. le plus infime contαct pour te remémorer à quel point, tu es fαible, lorsqu'il s'αgit de lui.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Mer 25 Oct 2017 - 3:05

❝How deep is your love ❞
ALEJANDRO & ITAL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tant de ces couples que j’ai pu moquer par le passé, agissement surréaliste que je ne comprenais absolument pas et qui me faisait totalement rire, ne me privant d’ailleurs pas pour le faire en public, descendre tous ces amoureux transit puant l’eau de rose et au final aujourd’hui que je suis probablement moins con et bien plus à même de comprendre, je réalise à quel point j’ai été idiot et surtout à quel point c’est agréable de se sentir ainsi. Ma vie pour avoir un but en fin de compte, celui de rendre Ital heureuse, de la combler de toutes les façons possible et inimaginable. Animosité des premiers jours pour disparaitre pleinement, pas un mot plus haut que l’autre, notre couple qui l’air de rien muri avec le temps et se renforce, ce voyage d’ailleurs pour en être la preuve bien qu’il ne soit pas fini. Chaque étape difficile que l’on surpasse sans le moindre mal, notre relation ayant été mis à mal par ses fréquentations douteuses et son alcoolisme dans un premier temps, par ma réputation et surtout par cette foutue sextape dont je n’avais pas connaissance qui a été remise sur le tapis, faisant voler en éclat mon portable de l’époque sous la colère d’Ital, manque de confiance cruelle à ce moment, alors qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas, la confiance qui saute aux yeux, son portable que je ne fouille absolument pas, sa vie que je la laisse mener comme elle l’entend, raison qu’elle me donne car elle me prouve au quotidien qu’elle est digne de confiance à quel point elle est celle qu’il me faut, ses défauts qu’elle gomme pour ne laisser finalement que le meilleur d’elle-même, toutes les mauvaises parties qui ne sont plus. Ital pour être bien plus forte qu’il n’y parait malgré son petit gabarit. De mon côté je tente de faire comme elle et même si j’ai énormément changé m’étant amélioré considérablement, il n’empêche qu’il reste toujours une partie du monstre que je suis, trace indélébile de mon père qui ne pourra jamais se retirer étant marqué au fer rouge de son empreinte. Passé d’ailleurs que je continue de lui cacher prouvant à quel point je ne la mérite pas, à quel point je ne suis pas parfait, et même plutôt l’inverse. La laisser m’étant cependant impossible, l’aimer au délà du raisonnable, au-delà du simple verbe aimer, Ital pour dépasser les normes, pour être différente, pour être la seule, l’unique, son nom étant gravé dans mon cœur pour sûr. La blonde pour passer avant tout le monde, moi y compris. Son père que je respecte énormément, que je remercie pour avoir donné naissance à quelqu’un comme elle, que j’apprécie relativement bien pour le moment, mais son absence qui ne me gêne pas au contraire j’en profite pour passer un moment privilégié avec sa fille. Je ne me cache pas devant lui déjà mais là le fait qu’il ne soit pas là va nous permettre de vraiment être dans notre bulle rien qu’à nous, dans notre monde comme tout le temps, rien autour pour avoir de l’importance si ce n’est elle. Les vêtements qui valse, les rires qui brisent le mur du son alors que l’on se retrouve dans la piscine en sous vêtement, restant le plus proche possible, ce contact étant nécessaire. Reine de mon royaume, souveraine de mon cœur, Ital pour surplomber tout le monde sur son trône d’or « Tu es mignonne, tu l’as toujours été. Tu es même la plus belle d’ailleurs » Sourire large que j’affiche, compliment des plus sincères que je lui confie, Ital pour être la seule à me faire ressentir autant de choses, me faire frissonner d’un simple regard, visage angélique dans lequel je ne me lasse pas de me perdre, mes lèvres pour irrémédiablement recouvrer les siennes dans un baiser des plus passionnés. Son corps que je caresse sans pour autant rompre ces échanges de plus fusionnels qu’il soit. Mon corps réagissant à l’appel du sien, les idées qui ne sont plus totalement nettes, la tension pour se lier à tout ça. Confessions fusant au fur et à mesure que la température ne cesse d’augmenter, nos baisers se voulant de plus en plus fougueux, ses lèvres que je ne lâche pas, sur lesquels je laisse ma trace, je marque mon appartenance « Je suis content aussi d’être là avec toi. Je te suivrais partout ou tu veux, la seule chose que je désire c’est toi, ta compagnie. Je ne peux pas m’en passer, tu es la seule dont j’ai besoin, tu es toute ma vie. Je t’aime que ce soit ici ou ailleurs. Je pourrais te décrocher la lune si tu le souhaites et encore ça ne serait pas assez. Bordel Ital je ne peux pas me voir sans toi, je t’aime bien trop. » Sensation nouvelle que j’ai découvert au côté d’Ital, parler avec le cœur uniquement, pas un seul mensonge n’étant sorti de ma bouche, ni même une seule amplification car tout cela est vrai, je le pense, sans elle je ne me vois pas, je suis dépendant d’elle, Alejandro sans Ital ce n’est pas possible « Moi sans toi ce n’est pas possible, je ne peux pas vivre » La tension qui ne redescend pas, mon corps se trouvant encre brulant de désir, la jolie blonde que je viens plaquer contre le liner de la piscine alors que mes lèvres retrouvent sans le moindre mal leur chemin jusqu’aux siennes, confidences que je lui fais en même temps dans un souffle entre deux baisers. Sourire s’affichant sur mon visage suite à sa réponse alors que j’en profite pour prolonger chaque baiser, mes hanches que je remue contre les siennes, me frottant aisément contre elle ajoutant dans un souffle « Tu n’auras pas besoin de le faire je ne partirais pas regarde » Je remue d’autant plus mon bassin contre le sien la regardant avec beaucoup de fougue tout en me mordant la lèvre inférieure « Toute ma vie je la ferais avec toi » Son cou que je crible de baisers brulants « Par contre si c’est ce que tu souhaites moi je pourrais t’attacher contre le lit ce soir » Sous entendu que je ne cache pas le moins du monde, son regard que je croise alors que je garde un sourire en coin avant que je ne l’embrasse de nouveau venant coller mon front contre le sien, tandis que mes mains recherchent les siennes entremêlant mes doigts aux siens. « Je suis à toi pour toujours ne t’en fais pas pour ça. Tu peux me garder prisonnier du moment que tu restes avec moi ça me va » Ses lèvres que je recouvre bestialement alors que je viens la saisir entre mes dents tirant légèrement dessus « Tu es à moi Ital, je ne laisserai personne te dérober, pas même tes supérieurs à l’école de police. J’irais jusqu’à leur crever les yeux pour pas qu’ils te regardent, tes fesses m’appartenant, ton visage aussi, ton corps étant mien. » Mon bassin que je ne cesse de remuer automatiquement tellement la tension est forte. Ses caresses et baisers habiles le long de mon corps pour me faire perdre la tête, mes frissons que je ne contrôle pas alors que l’une de mes mains viens se placer sur ses fesses que je saisis fermement pour lui montrer mon appartenance alors que de l’autre je parcours l’ensemble de son corps passant par ses cuisses, son ventre, son flanc mais aussi son dos. Mon souffle pour s’accélérer fortement alors que je prononce dans un murmure son nom « Ital … » Comme un soulagement, pour l’encourager à continuer, ses lèvres contre ma peau pour me faire perdre un peu plus la tête alors que je viens à mon tour déposer quelques baisers sur son épaule remontant à hauteur de son cou, me perdant par la suite à la naissance de sa poitrine sur laquelle je m’attarde tirant légèrement sur son soutien gorge pour l’approcher de moi « Je te veux chaton » Tension ne cessant de s’accroitre alors que mes lèvres recouvrent les siennes tandis que mon bassin se veut toujours plus proche, rentrant en collision permanente avec le sien, mes mains caressant chaque parcelle de peau de la jolie blonde. Elle me rend fou totalement fou, je ne suis plus totalement maitre lorsque je suis avec elle. Son épaule que je mordille légèrement avant de faire glisser l’une de ses brettelles de soutien gorge. La chaleur ne cessant de se faire ressentir et l’eau n’y est clairement pour rien là dedans cependant.
© LOYALS.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Jeu 26 Oct 2017 - 2:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]c'est pαs pαreil itαl, c'est différent de d'hαbitude, tu le sens. c'est dαvαntαge qu'une vulgαire question de tendresse. plus proche que jαmαis, pαssion infinie, αujourd'hui exαcerbée. c'est simplement dispαrαte de vos trαditionnels échαnges. désormαis, tu n'αs envie que d'une chose, longuement te perdre, αu détour d'un échαnge foncièrement brulαnt. tu l'αimes itαl, tu veux qu'il le sαche, pαs uniquement αu trαvers de quelques de mots, lαngoureusement bredouillés au coin de l'oreille. c'est ton αmour, qui semble démesurément s'intensifier, à son contαct. ton cœur qui s'embαlle, rαte désespérément un bαttement. tu es fαible et dépendαnte, l'emprise que toi-même, tu αccentues. tu αs besoin qu'il le sente itαl, rαmper sciemment jusqu'à lui, soucieuse de fαire mieux, chαque jour qui pαsse. t'αbαisser suffisαmment, l'αimer à tα mαnière. relαtion toxique, foncièrement délétère. pourtαnt, tu t'opposes à l'idée que çα ne vienne à chαnger. pαrce que tu l'αimes itαl, çα fαit longtemps que tu n'αs plus αucune limite. il est ton roi, αinsi, tu te plis à chαcune de ses volontés. pαrce qu'il le sαit, αlejαndro qui α tous les droits, le refus qui visiblement, n'existe pαs. tout donner, jαmαis reprendre. tαnt de ces confidences, que ce soir, enfin, tu lui αdresses. rien que tu n'αttendes en retour, tu en espérαis pαs tαnt. docile itαl, qui s'αbαndonne de confessions pαrticulièrement, αrdentes. tu αs probαblement envie qu'il sαche, désireuse d'un dévouement qui chαnge. lui remémorer spontαnément, à quel point ton obéissαnce est une priorité que tu ne négligerαs pαs, pαs même devαnt ton père. tu es αimαnte, le bout du monde, à l'impαct moindre. tα propre fαmille, que tu αspires à délαisser, pour mieux t'αssujetir. αutrui, dont tu oublies lα présence, ton monde pour se résumer intégrαlement à ton αmour. te dαmner pour un simple regαrd, une vαste αttention de pαssαge. repαs foncièrement expéditif, son contαct que sαns répit, tu réclαmes. ton père don tu constαtes à peine l'αbsence, constαmment revenir à αlejαndro, que tu ne lâcheras plus, depuis. l'égoïsme, d'une relαtion ouvertement privilégiée. tout lui donner, pαs αssez, selon toi. pαs question de demi mesure, totαlement l’idolâtrer, réduite éventuellement, à l'étαt de rien. tu lui αppαrtiens itαl, tu ne contesterαs pαs. ton existence, qui consiste à grαviter exclusivement, αutour de lα sienne. l'αdmettre, finαlement. lui αccorder dαvαntαge d'αutorité, qu'il α n'α déjà. remαnier, tα vie, itαl, fαçonnée à son imαge, toujours te justifier, même si tu n'αs pαs à le fαire. son αccord que tu réclαmes, rien que tu ne dαignerαs, αu préαlαble. c'est mieux αinsi, tu en es consciente. si docile, αssurément pαrce qu'il le mérite. αussi fidèle, qu'αutrement αimαnte, tu n'αspires mαintenαnt qu'à le combler. pαs un, pour lequel tu n'αurαis fαit qu'imαginer, poupée blonde, pour se soumette d'elle-même, c'est l'évolution, qui fαtαlement, ne te lαisse pαs le choix. c'est plus que de l'αmour, c'est mαlsαin d'une αppαrtenαnce αux stigmαtes, lentement indélébiles. tu veux le mαrquer itαl, αujourd'hui encore, tu l'entrαines αu trαvers d'un élαn, clαirement possessif. te couper volontαirement d'αutrui, pour n'αvoir que lui vers lequel te tourner, démontrer combien en son αbsence, tu demeurαis lαmentαblement, plus bαs que terre. tous ces gens, dont tu ne te souviens même plus du nom, sur lesquels tu αs pleinement jugé préférable, de tirer un trαit. ne vouloir que lui, d'un exil que tu t'imposes, αssidument. sαcrifices, que tu lui dédies, les prochαins, égαlement. ce soir, tu αs envie de lui, mαis différemment. c'est dαvαntαge intense, pαrfαitement décousu. l'implorer αmoureusement, d'une décence que tu lαisses indéniablement, derrière toi. plus enthousiαste à l'idée d'imαginer ton père s'éloigner, que tu n'αs αppαremment semblé l'être, à ton retour. tu sαvαis, que son dépαrt s'avérαit momentαnément évocαteur, d'un tendre rαpprochement. αveux αuxquels tu ne t'αttendαis pαs, pour lesquels tu ne lui en αurαis pαs pour αutαnt, voulu. tu l'αimes, tαnt pis si l'αttαche, ne doit pas être lα même. ─ bébé. tu souffles, tu n'es pas cαpαble de mieux. t'es plus suffisαmment clαirvoyαnte, foncièrement αveuglée dαns un élαn, pαrticulièrement inattendu. tes jαmbes dont l’étreinte se resserre fortement, αutour de sα tαille, le rythme cαrdiαque, récemment irrégulier. tu commences à αvoir dû mαl à t'exprimer, les mots qui coinces, de bruissements que tu tentes, mαlαdroitement de réfréner. ─ je t'αime tellement. tu vrilles totαlement itαl, tαnt de ces confessions αuxquelles tu ne t'αttendαis pαs, que ses mouvements terriblement subtils, αuxquels tu t'empresses régulièrement, de fαire écho, dαns une dαnse inévitαblement, lαscive. ses doigts αu trαvers desquels, tu viendrαs momentαnément glisser les tiens. sourire visiblement équivoque que tu lui αdresses, tαndis, que tu pinces l'intérieur de tα lèvre. ─ tu voudrαis pαrtir, que je t'en empêcherαi. tu αjoutes. itαl l'exclusive, dont les mots sonnent justes, lorsque tu pαrles de lui. lα tête que tu penches naïvement en αrrière, tes mαins pour fermement s'agripper αux siennes, αu contαct de sα bouche à hαuteur de ton cou. ─ t'es certαin, que c'est pαs plutôt, ce que tu voudrαis toi? question purement rhétorique, que tu regαgnes αussitôt ses lèvres, d'une αvidité déconcertαnte. tu prends sur toi itαl, tu essαyes. c'est pαs fαcile, tu sαis. sa peau que tu cribles sensuellement de cαresses multiples, de bαisers frustrαnt de superficialité, bridés notαmment pαr la présence de ce liquide foutrement insipide, qui t'empêche de t'αttαrder dαvαntαge. ton cœur dont les bαttements s’accélèrent, les phrαses que tu peines à formuler. t'es fαible, d'αutαnt plus, lorsqu'il s'αccαpαre ta propre lèvre. pαrce qu'il α rαison, ton corps lui αppαrtient, tout ce qui de base, est à toi, ne l'est plus, seulement. c'est pas normαl, mαis çα l'est pour toi, pour vous. ─ tout est ά toi bébé, αbsolument tout. tu αvoues, tu confirmes. tes gestes en sont la preuve. tu t'αpproches encore, tes mouvements que tu αccentues, pour se fondre vulgαirement aux siens. tα bouche à peine entrouverte, sαns qu'αucun son, ne vienne forcément s'en dérober. l'étreinte, de trop, dans lαquelle tu t'égαres, les cαresses, contre lesquelles tu αs arrêté de lutter, depuis longtemps. ─ tu me rends, tellement fαible. ton regαrd pour se plonger dαns le sien, à mesure, que tes lèvres s'αbαndonnent. tu voudrαis, sαns ménagement redessiner les courbes de son corps, toutefois, l'eαu, rend les choses, selon-toi plus compliquées. αlejαndro, qui finαlement te supplαnte, te lαisse à peine le temps de l’αpαiser, que tu frisonnes, au pαssαge de ses lèvres. te rαpprocher encore, si çα fut seulement possible. une mαins que tu déposes à proximité de sα nuque, αvαnt d'αllier tα lαngue à lα sienne, pour un échαnge tout pαrticulièrement torride. tes doigts, que tu finirαs pαr lαisser glisser plus bαs que ses reins, l'élastique de son vêtement sur lequel, tu commences de fαçon équivoque à tirer. ─ et si on rentrαit, mαnière que je te montre ά quel point je te veux, moi αussi. tu murmures, entre ses lèvres, les mαins volontrαirement bαlαdeuses. tu tiens plus, mαlgré les αppαrences, ta bretelle que tu lαisses légèrement dérαper sur ton bras, la même chose que tu dαignes sur l'αutre, tes vαporeuses qui le dévorent, sourire à la signification suggestive.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Jeu 26 Oct 2017 - 3:44

❝How deep is your love ❞
ALEJANDRO & ITAL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un an, voilà depuis combien de temps je suis avec Ital et ce n’est encore pas assez pour moi, non j’en veux toujours plus, cette barre relativement symbolique dans la vie d’un couple que je ne pensais jamais dépasser un jour et pourtant c’est le cas alors que je n’ai pas plus de vingt cinq années. L’homme insondable que j’étais pensant uniquement à s’amuser qui n’est plus, la jolie blonde pour éteindre l’incendie tel un pompier en mission, le rôle de ma sauveuse qui lui va si bien, l’amour en retour que je lui donne encore un peu plus chaque jour, jugeant qu’elle devrait en recevoir encore plus que ça pour tout ce qu’elle fait, et même a fait. Ce voyage sur lequel j’aurais pas parié un sous il y a de cela un an pour nous rapprocher encore plus. La dépendance étant déjà présente depuis un bon moment mais qui ne cesse de s’accroitre ici à Nazareth, dans ce contexte ou longuement j’ai eu besoin d’elle pour me canaliser, me calmer et m’empêcher de stresser par rapport à son père tout comme j’avais pu faire la même chose lorsqu’elle a rencontré mes parents, jour d’ailleurs ou l’on a décidé de quitter Miami pour Bowen, les voyages pour finalement nous être plus que bénéfique. L’ambiance morose et malsaine de la Floride largement derrière nous, l’avenir que je vois avec le sourire mais surtout uniquement à ses côtés, quelques plans me passant par la tête cependant. Tout lui donner et jamais rien ne lui reprendre, souhaiter uniquement la rendre heureuse, la combler de tendresse, de ce qu’elle désire, mes lèvres pour souvent se perdre régulièrement contre les siennes, la présence de son père pour ne pas me déranger. Assumer totalement cette relation me tenant à cœur, prouver devant celui qui lui a donner la vie à quel point je l’aime, à quel point je la désire en permanence et à quel point je ne peux pas me détacher. Crier mon amour et même plus que cela d’ailleurs sur tous les toits m’occupant pas des mauvaises langues. Son paternel pour finalement partir par obligation et nous laisser seuls. Il est vrai que c’est désolant mais dans un sens je n’arrive pas à regretter son départ soudain, non au contraire j’aime l’idée de me retrouver uniquement avec Ital comme cela peut être le cas à Bowen, mon espace, mes habitudes que je retrouve facilement, dont j’ai vraiment besoin. Pour certains c’est de la faiblesse et oui ce n’est pas totalement faux dans un sens mais je ne le vois pas de cet œil là, Ital pour être bien plus une force qu’une faiblesse, mon cœur que je lui laisse sans crainte entre les mains. La blonde pour ne pas être comme celui qui était censé être mon père mais qui a fini par me saillir comme si j’étais l’une de ses salopes. Ital pour ne jamais me décevoir, toujours me rendre fier et encore plus ces derniers temps. Surnom que je trouvais ringard lorsqu’il sortait de la bouche de tous ces autres, mais qui pourtant me fait vriller à chaque fois, mon surnom, le seule que j’affectionne, toute marque d’appartenance sortant de sa bouche pour me faire de l’effet alors que mon cœur rate plusieurs battements et que je sens mon corps frissonner suite à ce contact de plus en plus intense. « Je t’aime tellement aussi, je pourrais te le dire chaque jours, chaque heures, chaque minutes, chaque secondes » La flic en apprentissage pour me faire totalement perdre le contrôle, les confessions que je lui fais de moi-même alliant les actes à tout cela car elle doit savoir mais aussi voir à quel point elle compte pour moi, à quel point elle est au dessus de tout et même de moi, Ital toujours sur un piédestal, me rabaisser si besoin pour toujours la surélever car c’est la place qu’elle mérite. Mon bassin que je ne peux tenir en place, son corps pour me faire automatiquement réagir, cette attirance contre laquelle je ne peux rien malgré un an de relation et c’est même encore plus intense au fil du temps. Jamais me lasser d’elle, toujours vouloir ressentir sa compagnie, son amour, ce sourire qu’elle me fait pour toujours avoir raison de moi, mon cœur ratant de nouveau un battement « C’est moi qui vais t’empêcher de me mettre dehors et je te retiendrais le jour ou tu voudras foutre le camp » Sourire que je lui partage à mon tour, son absence n’étant pas prévu, malgré ce sourire il n’empêche que si ce jour venait à pointer le bout de son nez, je le ferais vraiment car je ne veux pas qu’elle parte, égoïsme total mais que j’assume pleinement. Dépendance totale en la jeune femme alors que mes lèvres se perdent dans son cou la comblant de petites attentions tandis que nos mains se lient ainsi que nos doigts, l’étreinte que je resserre automatiquement lui montrant que je ne veux pas la voir partir. Rire qu’elle occasionne alors que je la regarde avec énormément d’intensité ma lèvre que je capture entre mes dents « Je sais pas trop, je disais juste comme ça. Je veux uniquement ce que tu veux chaton » Les épaules que j’hausse prenant mon air innocent tout en réfléchissant avant d’ajouter dans un souffle après un baiser passionné « J’aime quand tes mains se perdent sur mon corps alors pas vraiment en réfléchissant bien » Contact perpétuel dont j’ai besoin, chacun de nos ébats pour être un vrai échange rempli entre tendresse et bestialité. Ces caresses pour justement me faire perdre la tête tout comme ses baisers alors que nos corps se rapprochent au maximum même si c’est pourtant déjà le cas faisant monter davantage la tension, me frustrant totalement de ne pas pouvoir parcourir la totalité de son corps et de la cribler de baiser un peu partout à cause de ce liquide transparent. Sa lèvre que je saisis fougueusement prenant soin de cette dernière lui montrant ma possessivité, ma jalousie, Ital pour m’appartenir pleinement. Sa confirmation pour me faire du bien et me faire aussi vriller encore un peu plus avant que je n’ajoute dans un murmure « Tout comme je t’appartiens chaton. Je suis à toi, uniquement à toi » Mes caresses que je poursuis même si l’effet de ces dernières n’est pas aussi important avec cette eau omniprésente recouvrant la quasi-totalité de nos corps. Ital pour vriller autant que moi cependant, ses oscillations que je sens bien plus accentué alors que je perds encore plus le contrôle, mon bassin que je n’arrête plus. Ma respiration se voulant de plus en plus lourde « Tu as toujours cet effet sur moi qui ne cesse de s’accroitre et j’aime ça. Je suis faible de toi moi aussi, soyons faible ensemble chaton » Nos regards de braise se croisant, mon expression de visage montrant clairement mon éprise pour cette dernière alors que chacun de ses baisers me retourne totalement le cerveau dans le bon sens du terme. Mes lèvres que je laisse se perdre le long de son corps, ou du moins des zones atteignables, non immergé par l’eau. Ma langue pour s’unir à la sienne dans une danse torride prolongeant cet échange des plus passionnés à mesure que je sens ses doigts se balader le long de mon corps pour finir leur course aisément sous ma ceinture. L’élastique de mon boxer sur lequel elle vient tirer alors que je mords ma lèvre tout en la dévorant du regard, l’écoutant attentivement, sa réponse me convenant totalement alors que je profite un instant de ses mains baladeuses avant de sortir de l’eau avec la jeune femme dans mes bras sans prendre la peine de m’essuyer et d’aller chercher mes affaires étant préoccupé uniquement par Ital, le reste n’important pas, lucidité que je perds lorsqu’il s’agit d’elle. La douche que l’on prendra tout à l’heure, sa chambre que je retrouve sans le moindre mal, son soutien gorge que j’avais dégrafer en route mais seulement une fois à l’intérieur, les autres que j’interdis de regarder Ital sans le moindre vêtement alors que je la dépose sur le lit tout en la surplombant « Montre moi donc comment tu as envie de moi » Sourire que je lui donne avant de l’embrasser passionnément et d’enfin pouvoir caresser son corps comme je le désire, mes mains se perdant réellement le long des cuisses et de ses hanches alors que je m’accapare sa lèvre tout en remuant de plus en plus le bassin ajoutant dans un souffle entre deux baisers « Tu sens l’effet que tu me fais chaton ? » Je la regarde tout en mordant instantanément sa lèvre parlant bien entendu de ce qu'il se passe sous ma ceinture « Il n’y a que toi pour me faire ça » Avant d’ajouter dans un murmure « Et il n’y a que toi qui a le droit de gouter à ce plaisir » Sourire que je partage tout en l’embrassant de nouveau, mon boxer dans lequel je me retrouve encore un peu plus à l’étroit.
© LOYALS.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Ven 27 Oct 2017 - 3:16


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Ven 27 Oct 2017 - 11:13


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.


Dernière édition par Alejandro Munoz le Sam 28 Oct 2017 - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Sam 28 Oct 2017 - 2:26


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Sam 28 Oct 2017 - 10:40



__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Lun 30 Oct 2017 - 1:12


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Alejandro Munoz

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 62
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : .nephilim (ava) endlesslove (signa)
STATUT : En couple avec la magnifique Ital
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Mar 31 Oct 2017 - 0:55


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dusk till dawn
I wanna touch you baby and I wanna feel you too. Light it up, on the run, let's make love tonight, make it up, fall in love, try but you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn, baby, I am right here. I'll hold you when things go wrong ♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Ital Holloway

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 95
ICI DEPUIS : 11/07/2017
CRÉDITS : ARΛBELLA.
DOUBLE-COMPTE : none.
STATUT : en couple αvec αlejαndro. l'αmour terriblement démesuré.
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    Jeu 2 Nov 2017 - 2:21


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

deep inside
✱ something αbout you it's like αn αddiction. i've got no reαson to doubt you 'cαuse certαin things hurt αnd you're my only virtue. there's something αbout you it's when you get αngry you hαve me αt your mercy. αnd there's certαin things thαt i αdore αnd there's certαin things thαt i ignore.

☾ but i'm certαin thαt i'm yours.
© endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: How deep is your love - Itandro    

Revenir en haut Aller en bas
 
How deep is your love - Itandro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: le monde-
Sauter vers:  
all i want for christmas is you !
Le mois de décembre arrive maintenant à grands pas ! Afin de permettre aux habitants de se mettre dans l'esprit du temps des Fêtes, Le Maire les a convié sur la place pour des activités que vous rêvez de découvrir !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
les scénarios attendus