AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes sur à l'ancienne. :siva:

Partagez | 
 

 Chuis bouréééé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Chuis bouréééé   Jeu 12 Oct 2017 - 20:39

Naaan … Arrête … Ce … Moi … Qui … Paye ! … Il insistait ! Il pouvait au moins payer un ou deux verres à la sœur d'un de ses meilleurs amis ! Sans la moindre mauvaise intention derrière évidemment ! De toute façon il avait déjà une chérie. Qui n'avait pu être présente malheureusement. Il avait traîné avec un de ses potes avant de repasser par ce bar. Il avait eu, plus tôt dans la journée, un shooting photo. Qui c'était réellement bien passé. Il s'était fait pas mal d'argent et avait re-signé pour un autre d'ici deux semaines. Autrement dit, il comptait un peu profiter. Ce soir là et du lendemain certainement. Avant de se remettre plus sérieusement à la muscu et à la diète pour être beau. Profiter mais pas abuser ! Il ne ferait pas de concours du plus gros mangeur. A moins que l'aliment en question ne soit du céleri. Mais bonjour l’indigestion. Il ne buvait plus d'alcool mais il s'était pour la peine laissé tenter. Si le médecin lui avait conseillé de ne pas trop boire car cela pourrait freiner son réapprentissage, il s'était maintenant fait une raison. Il ne parlerait plus comme avant. Et c'était pas un verre de vin, ou plusieurs, qui changerait ou empirerait la donne. Il avait donc commencé par une bière. Puis une deuxième. Discutant tranquillement avec Aino. Qui l'avait d'abord servi avant de passer de l'autre côté du bar. Son service était terminé mais elle avait vraisemblablement envie de rester un peu. Pour le plus grand bonheur de Jim car sans quoi, il serait sûrement retourné chez lui. Tu … Conseiller … Quoi … Maintenant ? … Je … Plus … Vouloir … Bière … En tant que barman, ou plutôt barwoman, elle devait avoir ses petites préférences. La jeune femme était vachement différente de son frère. Tant physiquement que mentalement. Maxwell aurait été là à dire à Jim que deux bières c'était déjà très bien. Aino ne ferait sans doute pas autant de « manière ». Et … Ce … Quoi … Ton … Prochain … Tatouage … Alors ?? … Elle en possédait déjà pas mal et elle était probablement devenu accro. Une autre différence marquante avec son frère. Jim ne s'imaginait tellement pas Maxwell avoir un tatouage. Je … Réchéflir … M'en … Faire … Un … Mais … Pas … Tout … Suite … … Photographe … Gueuler … Sinon … Selon lui, il avait encore quelques mois à faire dans le métier. Après quoi il pourrait manger autant de gâteaux qu'il voudrait. Et trouver un autre job, accessoirement …
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Ven 13 Oct 2017 - 1:51

Remplir, poser, laver des verres, c'était comme ça que l'argent s'amassait dans le coffre, que les pourboires se dirigeaient vers mes poches. Je n'étais pas ici parce que je me plaisais, je ne faisais pas ce boulot parce que parler aux gens me faisaient du bien, voir des nouvelles têtes pour écouter parler de leur vie sans que je puisse sortir un mot, barmaid improvisée psychologue pour les clients de la nuit qui avaient perdus espoir. Je n'étais derrière ce comptoir que pour me remplir les poches, pouvoir payer ma maison et accessoirement payer ma nourriture et celle de mon frère, aussi pour rénover la voiture qui m'avait lâché, peut-être penser un jour à changer de portable, parce que je n'arrivais plus à m'y repérer avec mes messages. Les gens devaient presque signer leurs prénoms en bas des messages, comme des vieux, en 2017. Je finissais par servir un des amis de mon frère, je ne lui avais jamais réellement parlé, je ne l'avais qu'entrevu lorsqu'il passait voir Maxwell et je déguerpissais rapidement après son arrivée pour ne pas m'incruster dans l'équipe de mon frère. Il ne manquerait plus que je fasse partie de sa bande, que ses amis se pensent les miens. Parce que malgré le nombre de connaissance que j'avais, le nombre d'amis que je disais posséder, je n'étais plus parlante que ça, il fallait plus supporter mon caractère qu'autre chose. Lorsque la fin de mon service sonnait, je me pressais pour repartir aux vestiaires pour chercher mes quelques affaires, ma veste et un sac à main. Je décidais de retourner auprès de Jim, par curiosité, parce qu'il ne m'avait jamais semblé l'avoir vu avec un verre d'alcool en main, je ne l'avais jamais vu dans un bar dans plus pour se bourrer la gueule ou fêter quelque chose. Lorsqu'il me demandait d'être sa conseillère sur l'alcool je grimaçais. « Prends du rhum. » Je riais en le regardant. « Je sers de l'alcool toute la journée, je crois en faire une overdose rien qu'à en voir. J'suis la pire conseillère que tu puisses avoir ce soir alors prend ce qu'il te plaît. » Pour une fille qui détestait j'avais la parole aisée sur ces mots, je pense même avoir battu mon record de parole d'affilé sur tout un service. Bien que celui-ci était terminé. « J'en sais rien, pas certain que j'en refasse un jour. » Par manque de moyen, par manque d'inspiration, parce que j'aimais bien l'emplacement de mes tatouages et que pour l'instant, ces dessins comblaient mon corps. J'avais des tatouages honteux, enfin plutôt un, je ne sais même pas ce qu'il m'a poussé à le faire. « Je refais un tatouage si tu le fais avec moi. » J'esquissais un sourire en coin de lèvres. Quand il me disait que son photographe ne serait pas content, je haussais les épaules, je ne connaissais pas ce smiley et je n'avais pas envie de le connaître, j'avais déjà prétexter être une miss un jour sous le compte d'un pari et ça m'avait suffit. « Quel rabat-joie ces photographes. Puis je connais un endroit où tu peux te faire tatouer sans qu'il puisse le voir. » J'arquais un sourcil avant de retenir un rire en imaginant la séance de tatouage. « Niveau douleur sur la … l'engin, je pense mettre ça au maximum. » J'essayais de contrôler un minimum mes mots, pour ne pas qu'il se plaigne un jour que la sœur de son pote était trop vulgaire.

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Sam 14 Oct 2017 - 16:18

Du rhum hein ? Parfait ! Bon à vrai dire il aurait dit oui à n'importe quoi. Il n'était pas spécialement difficile en matière d'alcool ou de cocktail. Bien que cela faisait maintenant un moment qu'il n'avait plus vraiment bu. Il avait ses petites préférences, comme tout le monde, et le rhum conviendrait parfaitement. Quoique ! Aino n'avait pas l'air sûre d'elle. Une barmaid qui ne s'y connaissait pas en alcool ? Non pas vraiment, plutôt un léger ras-le-bol. Ah … Ouais ? … Elle devait pourtant bien conseiller les clients. Mais là, elle n'était plus serveuse et était en train de parler à un « ami ». Une connaissance disons plutôt. Je … Prendre … Rhum … Quand … Même … Il attrapa la carte, y jeta un rapide coup d’œil. Mojito, trop classique. Cuba Libre pas vraiment envie. Et là, paf ! Oooh ! … Un … Zoombiiiie ! … Il hocha de la tête. Sûr de lui. Peut-être qu'il changerait d'avis plus tard quand la boisson lui aurait retourné la tête. Mélange de rhum, de liqueur, de jus d'ananas et d'autres choses. A voir comment était les doses et si le nom était évocateur. Et … Toi … Du … Coup ? … Il appela le collègue d'Aino et ils purent alors commander leur boisson. Pendant ce temps Jim réengagea la conversation. Aino devait posséder de nombreux tatouages. Un style qui lui allait vraiment bien. Et encore, il ne les avait pas tous vu. Et à vrai dire il ne voulait pas forcément tous les voir non plus. Sans connaître les parties de son corps sur lesquelles elle avait pu en faire … Elle se contentait pour l'instant de ceux qu'elle avait. Bien que ! Elle était partante si Jim l'était ! Et peut-être n'était-ce pas qu'une simple plaisanterie. Oh … Je … Vois … ! … Ce … Pas … Tomber … Dans … Oreille … D'un … Sourd … … Tu … Entendre … A … Nouveau … Parler … Moi … Alors … … Il … Intérêt … Tu … Pas … Te … Défiler ! … Il lui adressa alors un sourire en coin un peu plus prononcé. Drôle d'idée d'aller se faire tatouer avec une presque inconnue. Le jour où cela se ferait, si cela se ferait, il se voyait déjà se faire engueuler par Maxwell. Qui engueulerait sa sœur aussi, pensant que c'était l'idée de la jeune femme. Mais pour l'instant, hors de question avec le mannequinat. Bien que certains portaient des tatouages. Au pire, il demanderait l'avis des photographes. Ou alors ! Aino avait une idée toute particulière d'un endroit que l'on ne verrait pas devant les objectifs. Il ouvrit un peu plus grand les yeux. Reprenant ensuite un sourire plus … coquin ? Un tatouage qui devait clairement s'apparenter à une séance de torture. Je … Comprendre … Maintenant … Pourquoi … Tu … Vouloir … M'accompagner … Au … Tatouage ! … Il rigola. Ce n'était pas exactement ce qu'elle avait dit mais qu'importe. Et puis Jim l'avait compris dans ce sens. Mais … Je … Eviter … Hein ! … Il avait repris un visage un peu plus sérieux. Il fallait vraiment ne pas être très bien dans sa tête pour faire un tatouage à cet endroit. Et si Ingrid découvrait le tatouage alors qu'ils commenceraient à se faire des câlins, elle sursauterait sans aucun doute jusqu'au plafond. Mais … … Il hésita juste une seconde. Mais se lança. Tu … En … Avoir … Sur … Des … Endroits … … Par-ti-cu-liers … Toi ? … Bien fort indiscret le Jim ! Mais il avait déjà plus ou moins cerné la jeune femme. Ce n'était pas comme s'il posait ce genre de question à une fille comme Fleur. Alors là, bonjour les joues qui s'empourpraient et les bafouillements !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Sam 14 Oct 2017 - 22:48

C'était peut-être la question que l'on me posait le plus souvent, après celle de savoir comment j'allais depuis la mort de ma grand-mère pour les gens qui ont des années de retard. Savoir l'alcool que les autres devaient prendre, conseiller, je n'en savais rien, je ne consommais pas et je ne suis pas censée connaître leur goût, de mes connaissances, mes amis et mes ennemis, de puis ma mémoire me faisait rapidement défaut puisque j'en servais toute la journée et que les visages se mélangeait. J'avais même tendance à mal regarder les personnes qui ne disaient de les servir ‘comme la dernière fois'. Pour lui répondre, je faisais une liste aléatoire et je tirais au sort. Rhum. Il en faisait ce qu'il en voulait de cette information, ce nom sorti de nulle part, je répondais simplement à sa question, argumentant derrière que l'alcool je ne pouvais plus en voir. Ce qui était à moitié vrai, parce que dès que je pouvais en boire, je ne m'en privais pas, surtout quand je devais faire la fête. Dans les bars, puisque c'était payant, même dans celui où je travaillais, ces salauds, je me limitais parce que je n'avais pas vraiment d'argent et que je ne voulais pas que mes pourboires enrichissent les caisses. « Bon choix ! » Lorsqu'il me demandait ce que je voulais, j'hésitais deux secondes. « Pour rester dans ton thème de nom glauque, je vais prendre un Bloody Mary. » Peut-être qu'il n'avait pas choisi sa boisson pour son nom, qu'il aimait vraiment ça et je pouvais comprendre, c'était toujours mieux que ce que j'avais pris. Mais ça m'amusait, bien que sur mon visage ne s'affichait qu'un léger sourire, comme toujours. J'avais déjà eu le temps de me concentrer sur la manière dont les alcools se créaient, ces mélanges étranges que les gens semblaient pourtant apprécier. Dont moi. « Jamais je me défilerais pour ça ! » Je lui lançais un clin d’œil, quand il s’agissait de tatouage, même les plus stupides m’allaient et ça ne pouvait jamais être pire que les personnes qui se faisaient tatouer le nom de leur compagnon, des tickets de caisse du mcdo suite à des paris ratés, des visages foiré dont la planète entière se moquait par la suite. Après tout, je m’étais fait tatouée mon surnom sur l’avant-bras, alors je n’étais plus à ça près. « Et je pense que j’entendrais parler de toi avant même de faire le tatouage, de toute façon. » Puisqu’il était un bon ami à mon frère, même si celui-ci ne me disait pas tout, parce que j’m’en foutais royalement parfois, j’étais quand même au courant de quand il allait voir ses amis. Pas toujours, mais souvent. Je donnais une idée à Jim d’endroit où il pourrait se faire tatouer sans se faire engueuler par ses photographes et sa dernière parole me fit pouffer de rire. « Merde, je suis si prévisible. J’allais même me proposer pour te tatouer ! » Pas vraiment. Même si devenir tatoueuse était une idée qui me traversait souvent l’idée, devoir tatouer cette zone était plutôt étrange. « Trop dommage, ta copine aurait pu trouver ça tellement sexy. » Dans un autre monde, elle pourrait ! « Tu devrais même te faire tatouer son nom à cet endroit, si tu veux mon avis sincère. » Le combo le plus horrible. La conversation continuait sur le même sujet, ce qui ne me déplaisait pas, j’aimais beaucoup parler de tatouage parce que ça représentait un art à part entière dans ma tête, c’était aussi pourquoi j’en avais sur le corps. « Euh … ouais il me semble. » Avouais-je en réfléchissant un peu mieux. « J’ai genre un ‘b’ sur l’aine, c’est le tatouage donc je suis le moins fière, mais j’étais bourrée, donc ça explique des choses. Mais c’est tout, les tatouages sur le cul et le reste, ça ne m’intéresse pas. » Et en plus, je n’avais pas de quoi me faire tatouer cette lettre, sauf si mon amie qui l’avait fait lors d’une soirée avait des pensées prémonitoires pour tatouer la lettre du premier amour que j’avais pu avoir. Ark, horrible. Je ne voulais vraiment pas lui donner cette signification. Je lui avais montré rapidement l’endroit avec mes doigts pour le situer, mais jamais je ne comptais lui montrer, parce que ça porterait trop à confusion pour les sains d’esprits qui se trouvaient dans ce bar et pas sûre que lui aussi veuille le voir. Ça m’arrangeait presque. Je me concentrais sur les boissons qui arrivèrent, pour ne pas penser à ce connard. « Cheers. »

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Dim 15 Oct 2017 - 16:05

Aino approuva ! Bien ! Il n'avait jamais goûté de « Zombie ». Il ne serait probablement pas déçu. Pour un premier cocktail bien alcoolisé depuis bientôt un an il allait s'en souvenir c'était certain. La jeune femme rejoignit Jim dans ses idées de bizarreries et de noms de cocktail plutôt spécial. Bloody Mary. Ca faisait froid dans le dos ! Oh oh ! … Je … Espère … Il … Pas … Avoir … Trop … Cocktail … Dans … Le … Genre … Ou … On … Devoir … Tout … Goûter … Et … Je … Pas … Donner … Cher … Mon … Etat … Après ! … Au moins, il était conscient qu'il allait être d'ici peu dans un état de sobriété « relativement » avancé. Quoiqu'il s'arrêtait à sa limite. Sans doute … Aino n'avait pas l'air du genre à freiner les envies de n'importe qui. Dans la limite du raisonnable bien entendu. Il devait maintenant compter sur elle pour qu'elle soit raisonnable de son côté. Au vu du style de la blonde, ce n'était pas gagné … Et ce n'était pas un préjugé parce qu'elle portait des tatouages. D'ailleurs, le mannequin comptait bien craquer un de ces quatre. Et ce n'est pas madame Eklund qui allait l'en empêcher ! Bien au contraire. Elle craquerait même à son tour en l'accompagnant. Je … Me … Doute … Se phrase suivante le surprit un peu. Ils se connaissaient à peine et Aino semblait … vouloir ré-entendre parler de lui ? Et pas forcément à cause, ou grâce à, ce tatouage. Il se faisait peut-être des idées. Et puis avec Maxwell dans leur vie, ils se reverraient sûrement à l'occasion. Il décida donc de plaisanter. Pas … Entendre … Du … Mal … Je … Espère … Il se permit un petit sourire. A priori, personne ne devait dire du mal du beau blond. Il était relativement sympa avec tout le monde. Et jamais dans sa vie il n'avait été quelqu'un de méchant ou d'un peu connard. Un tatouage pour le mannequin donc ! Mais où ça ? Sur le … la … l'endroit sensible selon Aino. Si Fleur entendait parler sa belle-sœur ! Et voila qu'elle en rajoutait en plus ! Ah … Ouais … Carrément ! … … Je … Réfléchir … La … Question … Alors … Il se montrait taquin mais ne savait tout de même pas trop sur quel pied danser. Allait-il trop loin ? A vrai dire il appréciait les petites discussions de ce genre mais maintenant qu'il avait Ingrid … C'était peut-être déplacé. Il devrait, là aussi, se fixer quelques limites. Mais non la situation était parfaitement claire vu qu'Aino mentionna la belle blonde du mannequin. Il éclata de rire à la proposition Alors là ! Si … Par … Sexy … Tu … Entendre … Qu'elle … Sauter … Et … Faire … La … Grimace … Et … Me … Traiter … De … Fou … Alors … Tu … Avoir … Raison … Il continua de rire. Mais … Je … Prendre … Ton … Avis … Sincère … En … Considération … Un nouveau sourire et un « non » de la tête. Celle-là, on ne lui avait jamais faite ! Mais si Aino pensait à ce genre de choses, c'était peut-être qu'elle avait des tatouages plus ou moins bien placés ? Oui ! « Genre un b » ? Kézako ? Il éviterait de demander … En tout cas, la jeune femme n'avait pas peur des mots. On … Jamais … Prendre … Bonne … Décision … Quand … On … Etre … Bourré … … Heureusement … Il … Pas … Se … Voir … Ce … Pu … Etre … Pire … … Et … Pas … Compter … Me … Faire … Sur … Fesses … Non … Plus … … Sauf … Si … Tu … Trouver … Ca … Sin-cè-re-ment … Sexy ! Il pouffa de rire alors que les boissons arrivèrent. L'heure de trinquer ! Maintenant que son service était terminé, Aino pouvait elle aussi se laisser aller. Chee-eers. Il sirota une gorgée de son Zombie et l'alcool lui monta directement à la tête. Un bail qu'il n'avait plus bu de la sorte et ça se sentait ! Peut-être qu'il avait visé trop fort. Dis … Il attendit qu'elle finisse de boire car il avait question disons … particulière. Je … Me … Demander … Euh … … Quand … Un … Homme … Euh … Faire … Tatouage … La … Il montra la bosse de son pantalon. Tu … Croire … Il … Devoir … Euh … Etre … Il ferma alors le poing, avant-bras vers le haut. « La trique », « la gaule ». Des expressions il devait en exister des milliers. Pourtant Jim se contenta de ce simple geste. Aino devait de toute évidence avoir bien compris …
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Lun 16 Oct 2017 - 0:00

J'arquais un sourcil à sa remarque sur les cocktails, tous les tester ? J'en avais pas les moyens, mais je serais prête à me creuser les poches pour pouvoir voir un des meilleurs amis de mon frère se bourrer la gueule. Surtout Jim, en fait, puisqu'il m'amusait déjà de base, avec de l'alcool dans le sang, ça ne pouvait qu'être meilleur. « Si tu savais … enfin, je suis certaine que tu vas te défiler parce que tu ne voudras pas finir ivre. » Je levais les yeux au ciel, c'était comme un semblant de défi que je lui donnais. Et même s'il avait un sens malsain ce défi, parce qu'il s'agissait de la santé d'un autre je ne culpabilisais pas, s'il finissait par tomber par terre je ne le serais pas honteuse non plus. Je serais plus le genre de personne à rire face à la situation et le refaire tomber quand il retournerait sur ses pattes. Ce n'était que lorsque j'étais derrière le comptoir que je pouvais me le permettre, de faire n'importe quoi, ne pas me soucier des personnes. Une fois que je me retrouvais à servir des verres, je devais faire plus attention, me montrer responsable, arrêter les gens quand ils me demandaient trop de boissons, qu'ils peinaient à me le demander, même. Ça me brisait le cœur, parfois, de ne plus pouvoirs les servir, parce que ça voulait dire que j'allais moins empocher de pourboires parce que vexés, généralement, ils allaient voir ailleurs en lâchant des insultes grasses. « Je crois que tu ne resterais plus longtemps son ami si tu l'entendais parler. » J'essayais de garder un air sérieux, avant d'esquisser un sourire. Maxwell était le dernier à vouloir dire du mal de ses amis, surtout de Jim, les fois où j'ai entendu parler de lui m'a fait penser qu'il était loin d'être détestable. La conversation tournait autour des tatouages, plutôt autour d'un endroit en particulier. « Oh, tu ne regretterais pas. » Devoir tatouer la bite d'un ami de mon frère serait bien la dernière chose que je ferais de ma vie. Ou alors, je pourrais écrire le prénom de Maxwell, en long. Ça, ça serait drôle et tentant. Je finissais par lui parler de sa compagne, qu'elle serait heureuse de voir son homme se balader avec un magnifique tatouage à cet endroit du corps. « Elle sauterait peut-être … mais sur toi. » L'image me venait en tête. J'essayais de me retenir de rire, en vain. Mais cette conversation était si drôle, elle ne menait nulle part et laissait mon imagination vaguer dans des situations stupides. « Ravie que tu prennes mon avis en considération. » Quand il me demandait si j'avais des tatouages à des endroits osés, je lui répondais pour mon histoire de lettre ‘b'. Je ne savais pas d'où ça venait, je savais juste que je m'étais réveillée un matin avec cette chose sur le bas-ventre et que j'avais trouvée ça si drôle que je n'ai jamais pensé le recouvrir. Sinon mes tatouages étaient plutôt bien situation, on pouvait tous les entre-voir. « Ben, il est tellement calligraphier ce ‘b' qu'on ne distingue presque pas que c'est une lettre. Enfin, c'est bizarre, le mieux serait que je te le montre. » Mais ça n'arriverait pas, sauf si un jour il me croise sur la plage, alors il pourrait le voir. « Puis je préfère l'avoir ici, que l'avoir sur la tête ! » Jamais plus, je n'aurais trouvé de boulot et d'amis en fait. Ma vie sociale serait réduite à néant pour une blague trop bizarre. Mais aujourd'hui les gens se faisaient tatouer des mots sur le crâne, alors peut-être qu'avec le temps, je me serais faite une place. Je trinquais avec lui, avant de boire une gorgée de mon alcool-jus-de-tomate. Littéralement une entrée se trouvait dans mon verre. Je tournais mes yeux vers Jim quand il commençait son explication, je fronçais les sourcils avant de comprendre où il voulait en venir. « Ooooh ! » Je faisais mine de réfléchir, d'ailleurs c'était une bonne question. « Tu sais, il y a des gens qui prennent du plaisir à avoir mal, alors sans doute qu'eux, ils l'ont, ouais. Puis pour les autres, ils ne doivent pas bander bien longtemps. » Je l'avais sans doute dit trop fort, parce que je sentais des regards sur mon dos et quand je tournais la tête pour fusiller du regard les gens, je pouvais bien remarquer, qu'ils me regardaient. Bien sûr, ce n'était pas tout le bar, je n'hurlais jamais pour rien, mais une petite partie des gens assis pas loin de nous avaient eu le droit à un magnifique bout de notre conversation. « Moi je me demande après combien de temps ils peuvent baiser ! » Parce qu'il fallait toujours prendre soin de ses tatouages, mais est-ce qu'à cet endroit-ci, il y avait une restriction avec les rapports ? « L'autre jour par accident, j'ai vu des infections sur des tatouages, sur internet. Et … rien qu'à imaginer une infection à cet endroit, c'est ... ark ... gerbant. » Une grimace frappait mon visage, c’était horrible. Déjà voir des images d’infections c’était une action dégueulasse en soit. « Bref, on devrait peut-être changer de sujet ... » De quoi on pouvait bien parler après des conversations pareilles ? J'en sais rien. J'voulais simplement radier les visions d'horreur qui allaient me hanter.

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Lun 16 Oct 2017 - 20:31

Raisonnable ? Ce mot, Aino ne devait absolument pas le connaître. Et Jim, tout imbécile qu'il était, était bien d'humeur à relever le défi. Ca allait être beau à voir … Rira … Bien … Qui … Rira … Le … Dernier … Il accrocha un instant le regard de la demoiselle. S'il avait eu son verre à ce moment là, il aurait sûrement but une grosse gorgée. Voir cul-sec ! Par principe. Des défis débiles de bourrés il en avait fait et relevé quelques uns il y a longtemps. Il fallait maintenant voir s'il n'avait pas perdu la main. Finalement, elle avait peut-être raison, peut-être qu'elle entendrait parler de lui très vite. Plus vite que pour aller refaire son probable tatouage. Peut-être qu'il lui enverrait un message du lendemain. La nature de ce message était encore à définir. Un truc sympa, des excuses, un truc moins sympa, un nouveau défi, ou tout simplement des nouvelles. Il était beaucoup trop tôt pour le dire. Mais une chose était sûre, Maxwell n'avait pas du casser du sucre sur le dos de Jim. Il n'était pas comme ça. Et … Je … Croire … Tu … Etre … Mauvaise … Menteuse … Il n'avait jamais vraiment discuté de sa sœur avec son ami. Il ne savait pas vraiment quelle était la nature de leur relation. Et il se posait encore plus la question maintenant qu'il voyait leurs différences. Aino parlait-elle de tatouage sur l'engin lorsqu'elle allait voir Fleur et son amoureux ? L'idée fit bien rire Jim. Alors là ! De quoi bannir la blonde de la vie des deux tourtereaux ! Il ne fallait pas être normal pour se faire tatouer là. Un dessin, une peinture pour une soirée oui ! D'ailleurs Jim garda cette idée en tête. Mais à vie ! Dieu non. De quoi faire sauter Ingrid. Et pas sur son mannequin non … Ola … Non non ! … Et … Puis … Je … Pas … Besoin … Ca … Pour … Elle … Me … Sauter … Dessus … Que de confidences ! D'ici deux heures, Aino serait au courant de toute la vie sexuelle du beau blond. Du « rock acrobatique » en passant par tout le reste. Et après Jim viendra faire le jaloux à cause de Woody alors que lui-même abusait un peu là. Ce … Tout … Normal … Elle était de tellement bon conseil … On pouvait tout de même lui faire confiance question tatouage. Car elle devait en posséder sur pas mal de parties de son corps. Dont un à l'aine. Un 'b'. Une superbe tatouage à priori. Qu'elle voulait montrer qui plus est. Oh … Bah … Ouais ! … Il se rendit compte que ce n'était peut-être pas une si bonne idée. Elle n'allait pas déboutonner son bas et écarter les cuisses, en tout bien tout honneur, au bar. Enfin … Pas … Maintenant … Pas … Ici … Je … Dire … Il fit un « non » de la tête. A l'aine, c'était certain que c'était plus facile à montrer que sur la joue. Un … Joli … 'B' … Sur … Le …Front … Non ? … Alors là ! De quoi faire fuir tout le monde. Et non il ne la mettait pas au défi ! Et l'empêcherait de faire une telle stupidité de toute façon. A moins qu'il ne soit trop ivre des causes de son zombie. Car ils trinquèrent tout deux. A quoi exactement ? A une discussion délirante et sans retenue. Une discussion alimentée par une question de Jim. Une question non pas pour plaisanter. D’ailleurs Aino y répondit sérieusement. Bien que sa réponse fit mi-rire, mi-grimacer le mannequin. Il allait rétorquer quelque chose quand la jeune femme se retourna. Visiblement, la discussion en dérangeait certains. Jim saisit l'opportunité et se rapprocha pour murmurer. Je … Croire … Tu … Vexer … Quelqu'un … … Monsieur … Sûrement … Etre … Un … Mou … Il se retint d'exploser de rire pour ne pas attirer l'attention un peu plus. La langue du jeune homme est bien déliée ce soir là. L'alcool peut-être. Et si on voulait espionner la discussion des deux, rire de leurs paroles, ou au contraire s'offusquer, il y avait encore de quoi faire ! Huuum … Bonne … Question … … Deux … Semaines … Tu … Crois ? … Une blague lui traversa la tête mais il la garda pour lui. La jugeant particulière. Aller s'imaginer un tatouage raté à cause d'une remise en selle trop rapide ! Jim Jim Jim … Idée bizarre tout comme la nouvelle remarque d'Aino. Une infection, qu'elle survienne d'un tatouage ou non, à cet endroit là, ou à l'équivalent féminin … Argh. Ouuh … Je … Pas … Imaginer … Non … Il répondit à sa grimace et hocha négativement de la tête. Il était temps de parler d'autres choses. Oui … Oui … Il reporta alors l'attention sur son cocktail. Prit la paille en bouche et but une bonne nouvelle gorgée. Avec la même conclusion qu'il était assez fort ce cocktail. Trouver un sujet donc ! Passer derrière ça, c'était difficile. Il regarda Aino, sourire aux lèvres. Ce … Pas … Evident … Hein ? … Aah si seulement elle n'avait pas parlé d'infection ! On … Devoir … Te … Dire … Souvent … Mais … … Ton … Frère … Et … Toi … Etre … Jour … Et … Nuit ! … Peut-être aussi qu'il « idéalisait » un peu trop Maxwell. A voir ce que la jeune femme en pensait !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Lun 23 Oct 2017 - 1:43

L'espoir de le voir bourré un jour devait plus réel. De toute manière, c'était ce soir ou jamais, parce qu'il était l'ami de mon frère et que je ne traînais pas avec eux, si j'étais revenue auprès de lui après mon service c'était parce qu'il était là, que je lui parlais avant de fuir le boulot et qu'il était seul. S'il était accompagné, je serais simplement rentré chez-moi parce que ça m'allait aussi bien, de quitter mon lieu de travail après avoir bossé pendant des heures. J'esquissais un léger sourire en coin, lui lançant un clin d'œil pour sa remarque. Maintenant, il n'y avait plus moyen de se défiler sinon il l'entendrait pendant des semaines, dès qu'il me verrait, qu'il était qu'un lâche qui ne savait pas tenir ses paris et comme d'habitude, exagérerais parce que c'est plus drôle. « Moi une menteuse ? » Je mettais une main sur mon buste, à l'endroit où se situait le cœur. « Je souffre vraiment, comment tu peux penser ça de moi, sérieusement !? » Je tournais les yeux, faisant un semblant de scène, avant de rire en retournant mon regard sur lui. Il avait bien raison de penser que j'étais une menteuse sur le coup, uniquement parce que j'aimais mettre mon frère dans la merde, mais que c'était difficile. Avec l'autre Eklund, c'est clairement plus facile, parce qu'il a pas un cœur en mousse et qu'il ne se fait pas des amis trop confiants. Ou alors, des amis avec un caractère trop gentil. Parce que je suis certaine que dans les alentours de Maxwell, il n'y avait que des petits cœurs baveux, tous fans des bisournours et licornes dégueulasses. L'image que j'avais d'eux n'était pas belle, mais ils étaient gentils, au moins. En l'écoutant parler, Jim, j'avais moins l'impression d'avoir affaire à un ami de mon frère, peut-être parce que j'imaginais mal avoir les conversations qu'on avait en sa compagnie. Peut-être parce que je pensais mon frère comme un petit homme prude, un enfant. Il ne l’était pas, d’ailleurs je lui disais assez souvent qu’il pouvait faire ses choses tout seul, mais il était mon petit frère. « Haaaan, je vois. Elle est plus du genre à te sauter dessus dès qu’elle te voit. Je conclus, c’est tout, t’en fais pas, j’le garde pour moi que vous êtes des chauds lapins. » Clairement rien ne me disait ça, j’interprétais mal la phrase volontairement, peut-être que c’était vrai. Peut-être qu’ils s’amusaient à chaque soir, chaque minute qu’ils se voyaient. Je fronçais les sourcils, imaginant Fleur et Maxwell faire de même, vision d’horreur. Les tatouages sur les endroits mal placés, cette conversation semblait plus nous passionner qu’on le disait et si je n’avais pas la chance de pouvoir me faire tatouer l’engin, j’avais quand même un tatouage plutôt mal placé. Ce n’était pas un endroit très gênant, c’était simplement un endroit où il fallait se dénudé un peu plus qu’à la normale pour le voir — ou vivre dans une époque où les jeans tailles baisses existent encore. « T’inquiète, je te le montrerais quand nous serrons qu’à deux. » Je secouais la tête, quand il disait qu’un joli ‘b’ sur le front serait pas mal. Jamais je ne céderais aux tatouages sur le visage, même pas bourrée, du moins je l’espérais. « Moi ? Jamais je n’aurais un ‘b’ sur le front et je crois que j’aurais tout fait pour le retirer si jamais c’était arrivé. Mais si tu aimes l’idée, je peux t’emmener en faire un. Tu seras canon, puis au moins, ta copine va pas crier en le voyant, cette fois. » Avec de la chance, je trouverais parmi nos phrases et idées stupides, une vraie idée de tatouage, qu’il pourrait se faire sans avoir peur de quoi que ce soit, de son photographe, de l’avis de sa copine. On finissait par trinquer avant de boire à nos boissons respectives sur le thème du sordide.

Je continuais de parler, répondre à ses questions des plus drôles, parler un peu trop fort pour des gens qui se mettaient à tourner du regard vers nous. Je fronçais des sourcils avant d’écouter Jim qui se rapprochait de moi pour me murmurer qu’un homme se sentait sans doute vexer. « Ouais ouais, mou. Il a surtout une  trop p’tite bite et y’a zéro moyen d’la tatouer. » Je tournais mon regard vers la personne en question, esquissant un plus large sourire qu’à mon habitude avant de garder mon attention vers Jim, pour que l’on puisse continuer notre conversation. « Deux semaines, peut-être bien, ouais ! » Et des images me revenaient en tête, des que je voulais effacer de ma mémoire mais c’était impossible. Ça partirait avec le temps, mais c’était encore trop récent. Des infections sur des tatouages, des infections tout court en fait. Gerbant. Je proposais de parler d’autre chose, du moins essayer, après ce que je venais de lui dire, ça devenait compliquer. Mais terminer la soirée sur  une conversation pareille c’était horrible. J’étais horrible. « Pas réellement, désolé. » Je lui offrais un sourire déformé, en levant les yeux au ciel. C’est pas au plafond que je trouverais quelque chose à dire, mais il reprenait, parlant de ma différence entre mon frère et moi. « Ah bah heureusement que nous sommes différents, sinon je serais déjà tombée amoureuse de toi et j't'aurais demandée de m'épouser d'ici la fin de la soirée. » Ces derniers temps, c'était ce que je pensais de mon frère, qui m'avait parlé d'épouser sa belle alors qu'ils n'étaient pas ensemble depuis plus d'un an, ça j'en étais certaine. Il ne m'avait pas donné de date, il ne m'avait pas donné tellement d'informations, peut-être parce que je m'étais emballée, que je ne voulais pas le voir se marier à une femme qu'il avait stalké, idéalisé. « Mais sinon, je ne crois pas qu'on me le dit souvent, parce que je ne traîne pas avec ses amis, à la limite j'ai ma famille qui me le rappelle. » Les trois Eklund, trois enfants totalement différents, on s'en demanderait presque si on faisait tous parti de la même famille. « Il est plus thé, petits biscuits et conversation soutenue ? C'est ça ? Ou alors c'est qu'il a zéro humour ? » Je riais, normalement c'était moi que l'on jugeait sans humour. C'était peut-être le boulot qui m'était monté à la tête et je déconnais complètement.

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Mar 24 Oct 2017 - 20:24

Il avait cru la vexer ! Ou pas. Si dès le début il s'était dit qu'elle faisait semblant, heureusement qu'elle avait rapidement re-retourner la tête vers lui en rigolant. Trois secondes de plus à jouer ce rôle qu'il se serait excusé auprès d'elle. Je … Voir … Tu … As … Talent … Actrice … Incroyable ! … Menteuse … Et … Bonne … Comédienne … … Tu … Etre … Parfaite … Pour … Faire … Cinéma … Toi ! … Il rigola à son tour. Elle avait un peu surjoué certes. Sans quoi Jim se serait empressé de dire « Oh pardon … Pardon ... ». Si Aino pensait un jour à une reconversion, la voila qui était toute trouvée. Ou pas. Une autre reconversion possible était le tatouage. Elle pourrait commencer par le beau blonde tiens. Bien qu'il aurait du mal à confier une telle responsabilité à une plus qu'amatrice. Encore plus s'il s'agissait de sa virilité !! Evidemment, jamais il ne se ferait un tatouage là. Un vrai tue-l'amour. Qui passerait à Ingrid l'envie de sauter sur son beau blond. Raah … Tu .. Abuses … Un … Peu … … Mais … Oui … Ce … Toujours … Etre … Très … Chaud … Et … Parfois … …. A-cro-ba-ti-que… Tous … Les … Deux … … On … Pas … Le … Crier … Partout … Mais … On … Pas … Le … Cacher … Non … Plus … Jim ne s'en était jamais caché non. Enfin il ne le disait pas non plus « comme ça » dans une simple conversation. Et avec certaines personnes, Fleur par exemple, il évitait clairement de dire qu'il aimait faire des folies. Avec d'autres, comme Aino, il n'avait pas à rougir. D'ailleurs la jeune femme parlait librement d'engin, de tatouage à l'aine qu'elle lui montrerait plus tard. Jim en déduisit qu'elle devait aussi s'amuser au lit. Ou ailleurs. Ouais … Ca … Marche … On se demande qu'elle était le plus bizarre. Qu'Aino et Jim semblaient l'un et l'autre intéressés par voir/montrer ce fameux tatouage ? Ou qu'il n'y avait aucune forme de sous-entendu là derrière ? Avec Ingrid, le mannequin se serait permis un ou deux mots bien placés. Pour le beau blond non plus il était hors de question de se faire un tatouage de la sorte. Ni sur l’entrejambe, ni sur le front ! Te … Folle ! … Continue … Me … Dire … Ca … Je … Plus … Te … Faire … Confiance … Moi … … N'empêche … Que … Pour … Faire … Une … Blague … Avec … Un … Faux … Tatou … Ce … Peut … Etre … Drôle ! … Un truc débile sur le front ou quelque chose de plus coquin au niveau du bassin. Ce qui le ramena à une idée de body painting qu'il avait eu envie de faire une fois. En vain. Il allait resoumettre l'idée ! La conversation des deux semblait perturber un homme. Si Jim n'était pas du genre à faire exprès d'être lourd juste pour emmerder les gens, il avait fort apprécié faire une petite blague sur le coup. Il se retint d'éclater de rie à la phrase de la jeune femme. Décidemment ! Il … Pas … Avoir … De .. Chance … Ce … Monsieur … … Et … Madame … Non … Plus … … Je … Espérer … Pour … Elle … Il … Etre … Au … Moins … De … Ses … Doigts … Et dire qu'il n'était pas encore bourré ! Ca allait être beau à voir. Bien que la discussion prenait des allures un peu particulière avec des infections et des délais d'attente pour des rapports après un tatouage. Jim en profita pour boire un coup. Difficile de parler d'autres choses. Mais ils y arrivèrent. Sacrées différences de caractères chez les Eklund tout de même. Aino se moqua même de son frère ! Elle exagérait ! Quoique. Jim se souvenait que le jeune homme lui avait dit être tombé amoureux des centaines de fois, ou presque. N'empêche qu'il avait lui aussi demandé très tôt la main de sa belle. Il restait tout de même comme flatté de la phrase de la barmaid. La … Soirée … Pas … Encore … Etre … Terminée ! … Je … Espère … Tu … Pas … Parler … Trop … Vite ! … Il rigola. Alors là ! Mais … Tu … Risques … Etre … Déçue … La … Réponse … Il fit un petit « non » de la tête avec un sourire en coin. Re-sirota son cocktail. S'il continuait comme ça, il serait probablement tellement « bien » qu'il pourrait dire oui l'imbécile … Les amis des uns n'étaient pas ceux des autres. Bien que Jim se serait bien vu autant complice avec Maxwell qu'avec sa sœur. Même s'il ne connaissait pas la jeune femme. Ouais … Je … Comprendre … Des styles différents, alors des connaissances différentes. Elle devait s'imaginer les amis de son frère comme étant comme lui. Peut-être qu'elle le trouvait bien plus « gnangnan » qu'il ne l'était réellement. Tout comme Maxwell avait dit trouver sa sœur un peu triste parfois. Alors que là, pour le mannequin, c'était bien le contraire. Heeeyy ! … Il … Avoir … De … L'humour ! … Même … Si … Ce … Pas … Le … Genre … A … Dire … Quelqu'un … Etre … Mou … Ou … En … Avoir … Une … Petite ! Pas du tout même. Et … Puis … Il … Etre … Très … Sympa ! …. Sa gentillesse, personne ne pouvait lui enlever. Enfin … Toi … Aussi … Tu … Etre … Vachement … Coool ! … Comme … Quoi … Vous … Avoir … Points … Communs …
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Ven 27 Oct 2017 - 22:02

Je me retenais de rire, c’était la première fois que l’on me disait que je pourrais faire du cinéma. Même sur le ton de l’humour, ça en restait surprenant. Tous les deux savions que le film dans lequel je jouerais ferait un flop, avant même sa réalisation. Il n’y avait qu’une fois que j’avais pu prétendre vouloir être connue, suite à un pari à faire la mannequin pour un concours ou je-ne-sais-quoi ; pire expérience de ma vie, j’avais ressentie comme la plus grande humiliation de l’histoire sur la gueule. Avec le recul, ça aurait pu être drôle, si je n’étais pas du genre à m’énerver pour rien, trop vite, trop souvent. Je faisais quand même un semblant de comédie à Jim, lui disant qu’il avait brisé mon cœur, ce qui était loin d’être le cas. Puis la conversation tournait, de l’actrice elle passait à la tatoueuse de bite, ou celle qui n’avait pas langue dans sa poche pour avoir ce genre de conversation avec un des amis de mon frère. Ne manquant pas de faire un commentaire sur la vie sexuelle de Jim, il rétorquait qu’il n’avait pas besoin de tatouage, qu’il n’avait besoin de rien en fait, pour que sa compagne lui saute dessus. « Des lapins acrobates. Je note, je note. » J’étais certaine que sa copine avait une gueule d’ange, c’était toujours celles-là qui semblaient plus imaginatives derrière leurs airs d’innocentes. À voir, à examiner. Je parlais de mon tatouage à l’aine, ce ‘b’ que j’avais reçue lors d’une soirée où j’étais déchirée, un tatouage dont j’avais oubliée l’existence trois minutes après me l’être faite tatouer. J’aurais pu avoir pleins de problèmes avec ce genre de soirée tatouage, mais j’avais eu l’heureuse chance d’être la première victime sur une dizaine. Le matériel était stérile pour moi, heureusement. « Ça vaaaa j’suis certaine que le prénom de ta copine commence par ‘b’ alors c’est pas si pire. Puis même si tu me dis ça, je suis certaine que ta confiance en moi est inouïe et éternelle. » Je lui lançais un clin d’œil, soufflant un léger rire. J’avais complètement oubliée son prénom, peut-être parce que je ne le connaissais pas, j’étais pas censée lui avoir parlé un jour, je crois. « Un faux tatouage … l’idée est excellente, je voudrais avoir des retours sur ça ! »

Nos regards se tournaient vers un homme qui semblait juger notre sujet de conversation, y'avait clairement pire. Je crois. Ce n'était pas comme si on préparait un attentat dans ce bar ou qu'on parlait de tuer une famille entière. Il n'avait clairement pas le droit légitime de tourner les yeux vers nous. « J'suis sûre qu'il n'est pas capable de se servir de ses doigts pour faire autre chose qu'agripper une bière, alors imagine-le donner du plaisir à quelqu'un d'autre. » Je secouais la tête de gauche à droite. « Non non, ce gars est certainement célibataire ! » Je faisais un tour de tabouret pour identifier les femelles qui se trouvaient aux alentours, si je l'avais dit assez fort, alors elles ne s'approcheraient pas de lui. Sauf s'il y avait une âme innocente qui ne pensait qu'au mental, pas au physique, pas à l'attraction sexuelle, rien. Et même ça, j'suis certaine que son niveau intellectuel est à chier. Nous finissions la conversation sur ce qui était gênante aux yeux des autres et sans doute à nos yeux vu comment je terminais celle-ci en parlant d'infection. Il était temps de passer à autre, arrêter de me laisser divaguer sur des choses qui allaient nous faire vomir. Pour relancer la conversation, ne pas nous laisser siroter nos cocktails de nos cotés en nous regardant dans le blanc des yeux, il parlait de mon frère, de moi, l'énorme différence que les gens pouvaient remarquer. « J'ai encore le temps de tomber amoureuse de toi, alors. » Je riais à cette pensée, je n'étais tombée amoureuse qu'une fois, du moins c'était ce que je croyais et ça avait mit un très long moment avant d'arriver, alors ce n'était pas maintenant que j'allais craquer pour quelqu'un, surtout avec les conversations qu'on avait. Elles n'étaient pas propices à faire tomber des cœurs. « Pfff, je savais que tu ne voulais pas de moi, de toute façon. »Je prenais un ton dramatique, essayant de grimacer sans réel succès. Maxwell était le genre de personne à tomber trop vite amoureux, à s'imaginer facilement une suite à une histoire qui ne devait durer que quelques semaines. J'étais certaine que chacune de ses histoires ne finissaient toujours pareilles dans sa tête et que la réalité était toute autre. Cette femme, Fleur. Un jour aussi elle l'abandonnerait ou lui se lasserait de sa présence. Si je n'avais rien contre ses copines, celle-ci, il envisageait de la marier et c'était là que ça me dérangeait. « Peut-être qu'on fait la remarque à Maxwell ceci-dit ! Moi j'suis un peu … enfin je ne parle pas beaucoup aux autres donc j'ai moins d'informations. » Surtout que de mon côté je m'installais une règle de ne pas parler aux potes de mon frère, mais lui ne le faisait sans doute pas, peut-être que lorsqu'il voyait mes amis, il allait parler avec eux. Qui sait. « M'ouais ouais. C'est une tapette, il a peur des mots ! » Je riais, n'y pensant pas sérieusement, de toute manière j'étais la seule à avoir le droit de dire des choses sur mon frère, les autres pouvaient aller se faire voir. « Ah oui, je ne doute pas de sa sympathie, il l'est sûrement plus que moi d'ailleurs. » J'étais la personne la plus froide de la famille, j'avais essayée de m'intégrer aux gens, mais je n'accrochais pas à tout le monde et eux n'essayaient pas de m'intégrer à l'époque, pour les deux petits frères c'était différent, ils avaient eu de la chance. « Pas certaine d'être cool, mais ouais je pense qu'on a quelques petits points communs. » Normal pour une famille, on avait grandi avec la même éducation et si nos chemins s'étaient séparés, il ne restait pas qu'au fond, on était un peu près pareil lui et moi. « T'as des frères et sœurs, toi ? » Je sirotais mon verre assez rapidement, je ne prenais jamais autant la parole normalement, pas que ça donnait soif, seulement que ça m’occupait le temps de l’occuper. « En fait … tu viens de Bowen ? » Parce que j’y connaissais pas grand-chose de sa personne.

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Sam 28 Oct 2017 - 21:16

Il éclata de rire. Cela les représentait bien finalement des lapins acrobates ! Ou pas. Leurs parties de jambes en l'air n'étaient plus aussi flamboyantes qu'au début. Même si elles le restaient plus que la moyenne. Bonjour … La … Ré-pu-ta-tion … Il y avait pire. Au moins ils ne couchaient qu'ensemble. Et mieux valait une relation comme celle-là plutôt qu'un ennui mortel au lit. De toute façon, si les câlins n'étaient pas satisfaisants, Jim et Ingrid ne seraient peut-être déjà plus ensemble. Pareil s'il revenait avec un tatouage sur l'engin ou au milieu du front. Ingrid n'apprécierait pas. Et l'inverse serait pareil. Imaginer Ingrid avec un tatouage juste au-dessus de l'entrejambe ? Oula noon … Raté … … Elle … S'appeler … Ingrid … … Il … Même … Pas … Avoir … De … 'b' … … Elle … Etre … Allemande … Détail à la con. Mais il l'avait dit sans réfléchir. Il leva les yeux au ciel pour la suite des mots d'Aino. Ef-fec-ti-ve-ment … Je … Pas … Savoir … Mentir … … Ma … Confiance … En … Toi … Etre … Infinie … Et … Pour … Toujours … Rien que ça ! Pourtant, elle venait d'avoir certains mots qui indiquaient qu'on pouvait douter d'elle. Comme ces idées de tatouage. Surtout qu'elle voulait les mettre en pratique elle-même ! Il aurait demandé un joli coeur qu'elle lui aurait fait un truc qui ressemblerait plus à une paire de fesse qu'autre chose. Bien que … Une paire de fesses au niveau de l'engin, cela peut avoir du sens … Mais non mais non ! Ou alors, un faux tatouage ! C'était une bonne idée oui. Il la garderait dans un coin de sa tête. Ooh … Mais … Avec … Plaisir ! … Elle serait la première au courant ! Peut-être pourrait-elle même aider Jim à le réaliser ? Enfin … Il poussait un peu là … Tu … Aimer … Un … Tatouage … Ou … Peinture … Comment … Toi ? … … Allez ! … … Dire … Deux … Premières … Choses … Te … Venir … En … Tête ! … Pas de 'b' et pas de 'Ingrid' par pitié. Il fallait faire preuve d'originalité ! Pas besoin d'un coup de pouce niveau sexe mais il était toujours friand de nouvelles expériences. Un coup de pouce, cet homme derrière en avait peut-être besoin. Un coup de pouce, des termes qui parlèrent à Jim. Disant que cet homme était peut-être doué de ses mains. Ou pas selon Aino. Vraiment, ils s'acharnaient sur ce pauvre type qui n'avait vraiment rien demandé. Au mauvais endroit, au mauvais moment. Sûrement … … Mais … Agripper … Une … Bouteille … Ce … Bien … Pour … Célibataire … Il mima le geste. Cela pouvait faire penser à autre chose qu'une prise en main d'une bouteille. Et Jim fit trois-quatre mouvements de bas en haut. Au cas où Aino ne comprenait pas. Bien que, à doucement connaître la jeune femme, le mannequin se doutait qu'elle voyait parfaitement. Ooooh ! Une idée traversa son esprit. Il se rapprocha un peu plus de la blonde pour murmurer. Il … Peut-être … Etre … Gai … S'il … Maîtriser … La … Branlette ! … Au moins, il ne pouvait plus y avoir de doutes … Dingue les conversations qu'ils avaient pour deux presque inconnus. Si Jim n'était pas avec Ingrid, il aurait peut-être même un peu insister sur certains sous-entendus. Et aurait peut-être répondu différemment à « la déclaration d'amour » d'Aino. Il secoua la tête de gauche à droite en souriant. Deux femmes qui seraient amoureuses de lui en même temps. Situation compliquée. Mais cela n'arriverait pas. Ou au moins pas avec la barmaid. Et comment annoncerait-il la nouvelle à Maxwell ? Lui qui n'était pas – du tout – comme sa sœur. Et oui, on devait lui dire qu'il y avait des différences assez marquantes. Aino avouait ne pas parler beaucoup ? Un joli mensonge. Tu … Pas … Parler … Toi ? … Depuis … Toute … A … L'heure … Je … Avoir … Discussion … I-ma-gi-naire … Alors ? … La … Vache … Ce … Fort … Le … Zombie ! … Il rigola et en rebut une gorgée pour le coup ! Parce qu'il appréciait énormément cette discussion ! Bien qu'il fallait rester raisonnable ! Maxwell une tapette ? Alors là. Non ! Mais elle était sa sœur, elle pouvait bien plaisanter. De … Ce … Que … Je … Voir … Tu … Etre … Sympathique … Et … Cool ! … Sauf … Avec … Monsieur … Derrière … Là … Il sourit. Aino pouvait d'ailleurs penser la même chose du beau blond. Parce qu'il se permettait rarement des remarques du genre. L'alcool déliait les langues. Et les cerveaux. Ou les emmêler plutôt … Il n'avait pas la chance d'avoir une fratrie. Ou peut-être avait-il des frères et sœurs biologiques. Il n'avait jamais cherché à savoir et s'en moquait totalement. Non … … Mes … Parents … Pas … Pouvoir … Avoir … D'enfants … … Je … Etre … Adopté … Il hocha doucement de la tête. Et … Ils … Pas … Adopter … Des … Autres … Enfants … … Je … Etre … Enfant … Unique … Ce n'était pas quelque chose qu'il disait souvent la première, ou seconde, fois qu'il parlait avec quelqu'un. Il faut dire que, adoptifs ou pas, ses parents restaient ses véritables et uniques parents. Je … Arriver … A … Bowen … Il … Avoir … Un … An … Peut-être … … Juste … Après … Mon … Accident … … Je … Tout … Suite … Aimer … La … Ville … … Et … Toi ? … Je … Oublier … Que … Me … Dire … Maxwell … Il vida alors son zombie. Qui lui montait de plus en plus à la tête. S'il essayait de se lever, nul doute que la terre tanguerait sous ses pieds. Et pourtant ! Bon ! … Et … Pour … La … Suite … Alors ? … Toujours … Du … Rhum ? …
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Jeu 2 Nov 2017 - 22:18

Je haussais les épaules en esquissant un sourire en coin, je ne faisais que donner des mots au résumé qu’il me faisait. Des lapins acrobates. Je le regardais une nouvelle fois, ne m’imaginant pas une seconde que mon frère pouvait traîner avec ce genre de personne, peut-être qu’il l’était aussi, mais ça ne me regardait pas et je ne voulais pas connaître son rythme, rien. Plus j’étais loin de ses affaires et mieux je me sentais, surtout lorsqu’il me parlait de sa Fleur, à chaque fois on revenait au même sujet et à chaque fois on changeait de conversation. « Ah ouais, même avec un accent dégueulasse, y’a pas moyen de ramener un ‘b’ dans son prénom. » Je grimaçais, répétant son prénom plusieurs fois avec des accents clichés que je connaissais, mais ça ne donnait rien. « … ‘Baby’ ? » Je levais mes mains en haussant une énième fois les épaules. Puis je m’arrêtais, trempant mes lèvres dans ma boisson pour passer à autre chose, des significations je pouvais en trouver une tonne. « Ouais, je préfère savoir ça ! » Une confiance inouïe,  qui pourrait réellement me donner ça ? Je préférais l’entendre et rigoler sur le sujet plutôt que le prendre sérieusement, parce qu’il n’était pas un ami proche de ma personne, plus de mon frère. Bien que l’avoir dans mon entourage serait rigolo, finalement, ce type n’était pas désagréable du tout et il acceptait de parler de tout. Même de tatouage sur les parties intimes, pour dire. Même si ce n’était pas mon sujet de conversation premier, que la conversation allait disparaître dans la nature après cette soirée, sans doute. J’espérais pour moi, qu’il ne raconte pas n’importe quoi à n’importe qui, dire que la femme Eklund était une personne qui aimait parler de bite, la réputation allait être moyenne. Elle n’était déjà pas haute, dès mon arrivée j’avais appris que j’étais nommée comme une des femmes les plus violentes de la ville ; génial. « Jim … les deux mots qui me viennent après cette conversation … tu sais forcément. » Je secouais la tête en le regardant, me retenant de glousser un peu trop fort. « Est-ce que ‘bite’ et ‘b’ te vont ? Ce sont les deux premiers mots qui me sont venus à l’esprit, j’te jure. » Je craquais en le regardant, imaginant un combo de ces deux tatouages sur son corps. « Tu ferais mieux de me reposer cette question à la fin si tu ne veux pas te retrouver avec une bite sur le front, sans mauvais jeux de mots. » Nos regards se tournaient vers un homme que l’on prenait en victime, sans doute plus moi que Jim, parce que je ne retenais pas mes mots, mais lui ne m’arrêtait pas, agrémentant même. J’éclatais de rire après sa dernière remarque, ces gestes bien trop explicites. Aucun moyen de rester discret pour maintenant, l’image que les gens de ce bar allaient avoir de nous deux allaient être horrible. Sauf que moi, ces gens-là me verraient à chaque fois alors que Jim n’était que de passage. « Trèèèès utile ! » Je passais une simple main sur mon menton quand il me disait que cet homme était sans doute gay, je ne pouvais pas le savoir en le regardant. Peut-être oui, je souriais à Jim en acquiesçant dans le silence. Suite à ça, la conclusion catastrophique que j’avais faite de cette conversation, nous venions à parler de Maxwell et moi, nos différences en tant que frère et sœur. On ne se ressemblait pas, malgré que nous avions grandi ensemble, qu’encore aujourd’hui on partageait la même maison, bien qu’il doit être venu ici suite à une inquiétude des parents. Lui était la petite fleur, moi j’étais la grosse brute. « Ça dépend en fait, je parle un peu plus depuis quelques temps parce que sinon on me fait des reproches, mais avant je ne parlais que très peu. Et encore aujourd'hui … enfin pas là maintenant … mais j'ai du mal à parler. » Je ne disais pas que c'était parce que les gens étaient chiants, parce que j'étais chiante et qu'il allait dire que c'était l'hôpital qui se foutait de la charité. « J'te signale que toi non plus t'as pas été cool avec lui ! » Je ne répondais pas au fait qu'il disait que j'étais sympathique et cool, parce que je n'avais pas l'habitude des compliments, du tout. Ça ne faisait que me gêner plus qu'autre chose et je pouvais vite ressembler à un enfant qui se cachait derrière les jambes sa mère, les joues rougies, sauf que là, je serais juste rouge parce que ma mère n'était pas présente. Pour arrêter de parler de moi, je posais des questions sur lui, parce que nous ne nous connaissions pas réellement, qu'à part s'être parfois parlé rapidement ou croiser, il n'y avait jamais eu de réelle conversation. Lorsqu'il me disait être adopté, ne pas avoir de frère ou sœur, je restais interdite quelque seconde, je ne savais pas si je devais avoir de la compassion ou non. « Tu devais largement les suffire ! Tu devais être un enfant insupportable j'imagine. » Avec l'humour, tout passait toujours mieux, du moins j'espérais qu'il n'allait pas se braquer. Il me répondait ensuite qu'il était là depuis un an, ça faisait quand même un bout de temps. Peut-être parce que je n'étais pas originaire d'ici et que tout me semblait une éternité quand j'étais loin de Perth. « Baaah, moi c'est un peu plus compliqué, parce que je venais relativement souvent et pour des durées bizarres, par exemple je venais ici pour trois mois et je repartais, puis ensuite je revenais pour une semaine, ect. » Je faisais une légère pause, le temps qu’il comprenne, même si je ne le prenais pas pour un con. Aussi pour retarder le moment de dire la vraie raison du qu’est-ce que je faisais là. « Puis j’suis arrivée ‘définitivement’ ici en janvier de l’année dernière, je crois parce que j’ai héritée d’une sorte de mini-manoir. » La question ne se posait même pas, j’étais certaine d’être présente depuis janvier, parce que ma grand-mère était morte en décembre et que ça avait été la perte la plus difficile à mes yeux. Puis je n’habitais pas réellement un manoir, mais une trop grande maison, avec des pièces vides et beaucoup trop d’espaces pour y vivre seule. « Mh, du rhum … alors je vais prendre … un hurricane ! » Au hasard, je savais juste que la couleur parfois pouvait s’apparenter au rouge et que ça collait dans le thème qu’on s’était faussement installé depuis le début. Je finissais ma boisson actuelle, pour ne pas avoir trente verres remplis à mes côtés, puis je tournais mon regard vers lui. « Et toi !? »

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Dim 5 Nov 2017 - 11:18

Il fit « non » de la tête. « Inbrid » ça sonnait bizarre. Ou comme si on avait le nez bouché. Il ne voulait pas que sa belle blonde soit synonyme de rhume ! … « Baby » ? Si Aino n'avait pas l'air convaincue, Jim acquiesça. Oui … Ce … Bien ! … Cela restait dans l'ordre du « mignon ». Peut-être même que c'était de là que venait le tatouage de la barmaid. Ou peut-être qu'il n'avait juste aucun sens. Qu'il avait fallu prendre une lettre au hasard et que c'était tombé sur 'b'. Ils blaguèrent sur la confiance, ou non, que Jim plaçait en celle qui deviendrait sans doute une amie des suites de cette soirée. De son point de vue du moins. Moi … Aussi ! … Jim faisait confiance à tout le monde. Ce qui n'était pas toujours une bonne chose. Mais il n'avait jamais eu à le regretter. Et il espérait que cela continue ! Et que la première personne à s'avérer être « manipulatrice » ou « méchante » avec lui ne serait pas celle située juste à côté de lui !! Alors là !! Bien qu'elle avait quelques mauvaises idées concernant un tatouage ! Jim devait faire attention. Il avançait en eaux troubles. Ou pas du tout … D'ailleurs il rigolait bien depuis le début. Et ce n'était pas près de s'arrêter. Car Aino allait répondre à sa dernière petite question. Qu'avait la barmaid en tête concernant des idées de tatouages ? Evidemment, après toute cette discussion, difficile de penser à autre chose qu'à cela. Il se pinça les lèvres et fit oui de la tête. Mais il voulait l'entendre et rire pardi ! Ce qu'il fit ! Ce qu'il fit encore plus après une énième remarque ô combien drôle de la blonde. « Une bite sur le front ». C'en était de trop. Il tapa, gentiment, du poing sur le bar en éclatant complètement de rire. Ce … Etre … Encore … Pire … A … La … Fin … Ouais ! … Bien qu'arrivé ce moment là, il ne se souviendrait plus de rien. Et … Vas … Y … Te … Gêne … Pas … Dire … J'ai … Une … Tête … De … Gland ! … Il n'en revenait toujours pas de cette conversation ! Je … Pas … Savoir … Si … Ce … Etre … Pire … Que … Avoir … Tête … De … Cul ! … Et il continua de rire. Qu'ils continuent comme ça et ils auraient bientôt finis de faire le tour du corps humain. En parlant de tête de cul, l'homme de derrière en avait une belle. Ou pas. Il ne semblait juste pas amusant. En même temps, les moqueries pleuvaient à son sujet. Bien qu'il ne devait pas les entendre. Jim aurait eu honte de lui. Jamais il n'avait autant parlé sur le dos de quelqu'un. Car oui, finalement, il y avait un peu de méchanceté. Mais cela avait le don de faire marrer Aino. Le mime de Jim était universel et sans équivoque. Grossier à souhait mais rigolo. Et c'est ainsi que s'arrêta le calvaire de ce brave homme. Après les tatouages, les moqueries et les infections, beurk, il était grand temps de passer à autre chose. Ils parlèrent d'eux. D'elle. Aino, celle qui n'était pas bavarde. Sauf que, pour Jim, elle n'avait pas sa langue dans sa poche. Oh ? … Ce … Con … Te … Reprocher … Ca … … Même … Si … Ce … Etre … Mieux … Tu … Parler … … Je … Aimer … Parler … Aux … Gens … Mais … S'ils … Pas … Me … Répondre … Je … Pas … Forcer … … En … Plus … Tu … Pas … Aimer … Conversation … Quand … Ce … Etre … Comme … Ca … En tout cas, elle n'avait pas l'air de se forcer pour Jim. Ou alors, elle était définitivement une actrice hors-pair. En plus d'être une femme vachement cool. Sauf avec ce gugusse derrière eux. Moi ?? … Il regarda la barmaid. Faussement ébahi, faussement choqué. Et fit « non » de son index. Que d'accusations ! Mais elle possédait des preuves … Les parents de Jim l'engueuleraient s'ils étaient là. Eux par contre seraient véritablement choqués d'entendre les mots de leur fils. Ils ne l'avaient pas élevés comme ça. Tu … Imaginer … Très … Mal ! … Je … Etre … Un … Petit … Ange ! … Tellement … Parfait … Ils … Pas … Besoin … Adopter … Un … Frère … Ou … Une … Soeur … Il avait fait ses bêtises comme n'importe qui. Mi-ange mi-diable plutôt. Et à vrai dire, il aurait été le plus heureux des petits garçons si ses parents lui avait annoncer l'arrivée d'un nouveau membre dans la famille. Mais maintenant, il était bien trop tard. Le mannequin s'interrogea sur la venue d'Aino à Bowen. Des allées et venues d'abord. Et un déposage définitif de valises ici-même. Ce … Parfois … Pas … Plus … Mal … … Mais … Je … Me … Rappeler … Maxwell … Me … Parler … Grande … Maison … Oui … …. Enfin … Je … Pas … Savoir … Plus … Il ne l'avait jamais visité. Ne savait même pas où elle se trouvait. Tu … Y … Habiter … Toujours … Toi ? … Car Maxwell, lui, vivait à présent chez Fleur. Jim comprenait mieux pourquoi ils avaient choisi cette option tous les deux plutôt que d'emménager chez les Eklund. Et puis bon, le jeune homme ne voulait peut-être pas de sa sœur aux côtés de sa chérie. Les verres furent vides. L'instant opportun pour les remplir ! Ou en commander de nouveaux. Ca tapait doucement dans le crâne du beau blond mais pas suffisamment pour s'arrêter là. Hurricane pour la barmaid. Allez … Je partir … Aussi … Là-dessus … Bonjour l'originalité. Ils commandèrent donc leur boisson. Qui arrivèrent assez rapidement. Il n'y avait pas encore énormément de monde au bar. Jim voulut demander à Aino ce qu'elle pensait de sa belle-sœur mais se ravisa. Il n'avait peut-être pas envie d'entendre « du mal » de son amie. Car oui, Fleur était pour lui une meilleure amie. Il n'allait pas s'engueuler après des discussions si amusantes ! Ce pas … Trop chiant … Parfois … Le boulot ? … Enfin … Tu devoir avoir … A-nec-dotes … Rigolotes non ? Les gens bourrés, ils faisaient parfois n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm f
avatar

Aino Eklund

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: aisling ɤ ciàran ɤ cj ɤ devan ɤ emrys ɤ freja ɤ gin ɤ howard ɤ isaiah ɤ liam ɤ lily-anaëlle ɤ lola ɤ malou ɤ maxence ɤ maxwell ɤ nelligan ɤ noam ɤ olivia ɤ sacha ɤ siam ɤ woody.
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 2539
ICI DEPUIS : 23/01/2016
CRÉDITS : mourning dove
DOUBLE-COMPTE : grace ɤ andeana ɤ jaeden ɤ anka
STATUT : leave me alone, i was alone anyway
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Jeu 9 Nov 2017 - 22:38

Deux mots pour un tatouage, l'idée n'était pas grande, celle que j'avais en tête. Parce qu'au site de notre conversation, les seuls mots qui venaient représentait bien tout ce qu'il avait été dit, tout ce que personne ne voulait se faire tatouer sur le front, sur les parties intimes, nulle part. Un ‘b' et une bite, le combo de l'horreur, celui qui pouvait repousser à vie des centaines de personnes, le dire à voix haute, imaginer cette idée était drôle, hilarant même. Mais se le faire tatouer ne pouvait qu'être que d'une tristesse, d'un dégoût. Même dans un élan de détresse personne n'aurait l'idée d'incruster ça dans sa peau, pour la vie. Parce que même moi, je n'assumerais pas d'aller voir un spécialiste dans le dé-tatouage avec ce genre de truc, devoir expliquer qu'est-ce que ça fait là et qu'est-ce que j'avais dans la tête pour l'avoir fait. « Tête de gland ou tête de cul … mh. » Je ne savais pas ce qui était le pire, voir ces images me redonnaient envie de rire, jusqu'à en avoir mal au bide et aux joues et me retenir de le faire revenait toujours à échec. « On devrait en faire un sondage de ça, parce que sérieusement, j'en sais trop rien. » Et comme si ça ne suffisait pas, toutes ces paroles qui ne cessaient de pleuvoir, l'homme qui se trouvait pas loin de nous, celui qui avait eu l'horreur de nous dévisager en prenait pour sa personne, j'étais assez bonne pour dire de la merde sur les gens. Sa vie sexuelle qu'on ne connaissait même pas y passait, le fait qu'il doit être en échec relationnel, qu'il devait avoir des trop petits doigts pour faire plaisir à n'importe qui, même pour se faire plaisir à lui-même. Cet homme ce soit ne représentait qu'un échec aux yeux de notre duo, mais c'est ce qui restait le plus drôle. Pour une personne comme moi qui ne le fait que très rarement, c'était apprécié de laisser son comportement de merde de côté. Je le ferais bien souvent, mais les gens avaient le don de m'agacer trop souvent, trop rapidement, même ceux avec qui je m'amusais me faisait toujours des coups dans le dos. Il n'y avait qu'à voir avec Siam comment c'était un échec, jouer d'elle pour finalement que l'histoire ne devienne plus amusante pour moi, mais qu'elle la devienne pour elle, qu'il n'y avait rien de pire. La conversation venait à changer totalement, plus moyen de revenir là-dessus avec la fin triomphale que je venais de lui offrir. Alors, on parlait famille, ce qui ne me dérangeait pas non plus, du moment que la conversation ne venait pas se centrer trop sur ma personne, qu'il ne soit pas non plus à aduler mon frère, pas parce que je ne l'aimais pas, j'y tenais à mon frère, uniquement parce que je ne voulais pas découvrir des choses et qu'en plus, quand je parlais de mes proches j'avais l'impression d'être une grand-mère qui parlait de ses petits-enfants. Horrible. On venait à parler du fait que j'étais plutôt silencieuse en temps normal, que limite quand je parlais il fallait que je sois avec des gens spécifiques. Et pourtant, aujourd'hui je montrais tout le contraire avec un homme qui m'était presque inconnu, je parlais bien avec Jim, je riais même, chose rare. Il devait être heureux d'avoir ce talent. Je hochais simplement la tête, c'était stupide de ne répondre que ça par ça, mais je ne savais pas réellement quoi dire de plus et ce n'était pas le genre de débat qui me plaisait. En espérant que ça ne le vexe pas de trop. Rapidement, pour faire passer ce silence que je lui avais offert comme réponse, je parlais de cet homme et du fait qu'il n'avait pas été gentil avec lui tout comme moi. Que nous étions tous les deux dans le même bateau. « Ouais tu as été horrible avec lui ! » Je balançais ma tête de gauche à droite lorsque lui faisait de même avec son doigt, cette bataille pouvait durer longtemps. « Tu ne m'aurais pas laissé seule le faire, de toute façon. » C'était mon unique excuse, je n'aurais jamais continué seule. Enfin peut-être que si, mais sur le moment je n'avais rien à lui reprocher, juste ses regards trop accrochés sur nous après une séance de rire. Jil me disait ne pas avoir de frère, ni de sœur, qu'il était l'enfant unique et un adopté en plus de ça, je restais quelques seconde muette avant de reprendre la parole, lui dire qu'il était seul parce qu'il devait être insupportable. Ce que j'estimais mieux de faire que le plaindre sur tout ça. « Ça c'est ce qu'ils essayent de te faire croire ! » Je faisais un geste pour lui dire de réfléchir là-dessus avant d'esquisser un sourire, je ne connaissais pas son enfance non plus, c'était un point d'interrogation plus énorme que sa personne en lui-même. Affaire à suivre, pour découvrir un peu la personne qu'il était maintenant parce que je suis certaine que je pouvais le qualifier d'autre chose que ‘drôle' uniquement. « Ouais, ma maison est beaucoup trop grande pour rien. » Trop d'espace, trop de pièces et à l'époque où j'étais seule, elles étaient vides. « Pourquoi … que moi ? Enfin oui, j'y habite toujours avec Maxwell et un autre type. » Maxwell était que peu présent, mais ce n'était pas prévu qu'il s'en aille, même s'il ne me faisait que parler de Fleur. « Est-ce que tu sais plus de choses que moi sur mon frère ? » Je riais doucement, cherchant la prochaine boisson que j'allais boire de la soirée, une chance que je n'avais plus de voiture à conduire. Hurricane, ça me semblait être bien pour du rhum et ça semblait être correct parce que Jim suivait le mouvement en prenant la même boisson que moi. Le barman qui suivait le service arrivait de nouveau devant nous alors que j'annonçais les deux boissons et le temps qu'il prépare et que ça arrive, Jim me demandait des anecdotes amusantes. « Ce n'est pas trop le métier que je voulais faire de base, alors je suppose que oui, c'est chiant. Mais je sais que je ne peux pas réellement avoir mieux alors je m'en contente. » Je n'allais pas cracher sur le seul boulot que je pouvais faire, je le faisais déjà assez comme ça, en fait, je ne voulais pas rajouter une couche. « Je … j'en sais rien, c'est toujours un peu la même chose, il faut gérer des débuts d'embrouilles, parfois y'a des gens qui essayent quelque chose en tentant de draguer. Puis pour le reste, je ne voudrais pas que tu aies une mauvaise image de moi. » Je riais en pensant aux assiettes que je pouvais mettre dans la tête de certaines personnes à l'époque où je faisais aussi serveuse, aux verres éclatés par terre et tout le reste, tous ces coups qui ont été fait sous les pulsions de colère que je pouvais avoir.

__________________________


TROUGH THE DARK TIMES
i was envious of other people's love, hung up on why i didn't have their lives. i blamed it on everybody else.
bat'phanie + faust
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
baby kangou
avatar

Jim Matthews

MORE
ABOUT MEMESSAGES : 509
ICI DEPUIS : 12/12/2016
CRÉDITS : Angie, Anne, Elie, Moi, ...
DOUBLE-COMPTE : Jake, Jeff, Jorge & Maddie
STATUT : Futur mari d'une belle blonde
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   Dim 12 Nov 2017 - 12:21

Mais quelle merveilleuse idée ! Une fois encore ! Je … Nous … Voir … Parfaitement … Dans … La … Rue … Avec … Feuille … Et … Stylo … Et … Poser … Sé-ri-eu-se-ment … « Plutôt … Tête … De … Cul … Ou … Tête … De … Gland ? » … Le mannequin rigola alors pendant quelques secondes. Franchement, ce serait un bon délire. Un jour peut-être ? Et en parlant de tête de gland, ils parlèrent du type derrière eux. Faisant preuve de beaucoup de méchanceté gratuite. Le zombie faisait perdre la tête à Jim. La bonne excuse … Ils continuèrent leurs allusions un petit moment. Enfin, c'était plus que de simples métaphores. Ils n'avaient pas peur des mots tous les deux. Et doucement, ils dérivèrent sur la femme qu'était Aino. Comment pouvait-on passer de l'un à l'autre ? Il faut dire qu'après les « infections », il fallait trouver de quoi parler d'autres choses. Ils n'avaient pas une conversation conventionnelle certes, mais là … Aino se décrivait d'une telle façon que Jim n'en revenait pas trop. Une légère sous-estime de soi-même peut-être ? Ou simplement qu'elle était différente ce soir là. Après tout, Jim ne la connaissait pas suffisamment pour juger si elle était dans le faux ou non. Sympa cette barmaid oui ! Enfin, pas avec tout le monde. Alors que le beau blond lui, il aimait tout le monde et ne se permettait jamaaiiss des réflexions du genre … Un air innocent, mais pas de quoi tromper la blonde. Dommage. Horrible, il l'avait été un peu quand même. Heureusement, il avait une excuse. Oui … Voilà ! … Je … Voir … Tu … Apprécier … Te … Moquer … De … Ce … Gentil … Monsieur … Alors … Je … Te … Donner … Une … Répartie … … Je … Etre … Qu'à … Ton … Service … Tu … Vois ! … Je … Pas … Penser … Ce … Que … Je … Dire … Le nouvel air innocent qu'il prit ne tromperait personne. En même temps, avec ce petit sourire en coin. Et puis comme il ne pensait pas ce qu'il disait … Une phrase qu'on pouvait réutiliser juste pour ce qu'il venait de dire tiens ! Un petit ange le Jim ! C'était ce que sa mère lui répétait tout le temps. Ou pas. Aino semblait avoir trouvé une réponse. Ses parents lui avaient dont menti tout au long de son enfance ! Hum hum … Ooh ?? … Et … Je … Me … Faire … Duper … Tout … Ce … Temps ! … Heu-reu-se-ment … Tu … Etre … Là ! … Après les idées de tatouages, la proposition qu'elle le fasse elle-même, elle n'arrêtait visiblement pas de lui rendre service ! Il faudrait la remercier d'ici la fin de la soirée. Hum hum … Jim demanda alors à la barmaid si elle y habitait dans cette maison elle ? Cette grande maison ! Ce ne devait pas être facile pour l'entretien. Jim avait la chance de ne pas trop faire le ménage, Josepha s'en occupait. Le mannequin réalisa alors qu'il avait peut-être fait une gaffe. Mais il était persuadé que Maxwell vivait chez Fleur maintenant. Il avançait en terrain miné. Euh … Sais … Pas … … Je … Croire … Il … Vivre … Chez … Fleur … En … Fait ! … Comme … Elle … Ne … Pas … Pouvoir … Vraiment … Etre … Seule … Il haussa les épaules. La maladie de la jeune femme avait sans doute forcer le fait que les deux amoureux vivaient maintenant ensemble mais un emménagement n'était jamais source de tristesse. Boissons, vide, et vu comme ils parlaient, il fallait bien recommander à boire au risque d'avoir la gorge desséchée. Hurricane ! Ce fut le choix des deux jeunes gens. Et ils reprirent leur conversation. Me doute … Tu vouloir … Faire quoi ? … Barmaid … Ce toujours être mieux … Que … Caissier … Ou … Travailler … Dans … Un Fast-food … Et encore, il y avait bien pire comme boulot. Elle ne devait pas voir des trucs très drôles tous les jours. Les bagarres, les mecs bourrés un peu trop lourd, … Les célibataires qui charmait la jolie serveuse … Aino devait bien leur claquer le bec à ceux-là tiens … Ou peut-être moins s'il s'agissait d'un bel homme. Il sourit grandement à sa dernière phrase. Elle n'allait pas s'en tirer comme ça ! Mais les boissons arrivèrent. Il remercia le barman et retourna le visage vers Aino, toujours en souriant. Tu pas … T'en … Tirer comme ça … Tu sais ? … Et oui, bizarrement, Jim enchaînait les mots plus rapidement … Et puis … Peut-être … Je déjà avoir … Pas bonne … Image … Il approcha la bouche de la paille du cocktail et le sirota. Le regard en coin dirigé vers la blonde. Alors ? … Tu leur réserver quoi … Les … Neuneus … Qui vouloir … Te draguer ? … Il était vraiment curieux. Les anecdotes devraient être drôles, et il avait envie de rire ! Encore.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: Chuis bouréééé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chuis bouréééé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: northern District :: le elm street-
Sauter vers:  
all i want for christmas is you !
Le mois de décembre arrive maintenant à grands pas ! Afin de permettre aux habitants de se mettre dans l'esprit du temps des Fêtes, Le Maire les a convié sur la place pour des activités que vous rêvez de découvrir !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
les scénarios attendus