AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 premier de la journée - rp léo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: premier de la journée - rp léo   Ven 6 Avr 2018 - 17:14

L'horloge affichait à peine 8h ce matin que l'alarme se faisait retentir. Je cherchais à tâtons le bouton arrêt, désespérément. Samedi matin, un peu trop tôt pour exister si vous voulez mon avis. Hier soir, je suis sortie prendre quelques verres dans un petit bar près de la plage... et je suis rentrée malheureusement un peu plus tard que ce que j'avais envisagé. Meh. Au final, on a qu'une vie à vivre! Vaut mieux en profiter avant que le temps ne nous la dérobe.

Je revêtis une paire de jeans légèrement troués qui trainait sur le coin du fauteuil ainsi qu'un simple t-shit blanc.. Ça fera l'affaire, aujourd'hui. J'attrapais au passage une paire de vans tout à fait décontractée avant de franchir le pas de la porte.

La boutique de surf que je possédais était ouverte tous les jours de la semaine. Du lundi au dimanche. J'avais l'habitude d'y travailler seule en variant les horaires. Depuis quelques mois, j'ai ressenti le besoin d'engager un employé temporaire. Un jeune adolescent tout à fait charmant avec une énorme passion pour le surf. Nous nous étions entendus sur des horaires fixes : je travaillais toute la semaine et il prenait le relai le weekend. Cela me permettait de profiter un peu de la vie tandis qu'il acquérait de l'expérience. Sa principale tâche au courant du weekend était de s'assurer que les locations de surfs étaient en ordre. Pas super compliquer, mais il s'agissait d'un travail qui demandait de l'organisation. La semaine dernière, il était venu me voir presque en tremblant de peur pour me demander congé. C'était craquant à voir. Évidemment, j'ai accepté.

La boutique ouvrait à 9h00 le weekend. Je terminais à peine de placer les maillots de bain en vente sur les étagères que la porte s'ouvrit. La sonnerie avisant qu'un client était dans la boutique retentit. Je me retournais vers la porte, sourire aux lèvres, feintant d'être prête à recevoir mon premier client de la journée. En réalité, j'étais claquée et j'aurais préféré dormir. Il faut ce qu'il faut lorsque l'on est propriétaire. Hey souriais-je. Qu'est-ce que je peux faire pour toi aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Lun 9 Avr 2018 - 18:23

Tombé du lit, l’expression était faible. Voir le bel Emerson se pointer dans une boutique dès neuf heure du matin un samedi ça relevait du miracle, surtout en ce moment, il vivait plus la nuit que le jour, si vous comprenez ce que je veux dire. Mais ce matin il devait avoir son fils, il était prévu qu’il vienne le chercher tôt pour libérer son ex qui partait en week-end. Enfin qui devait partir. Parce qu’elle lui avait téléphoné vers huit heure pour lui annoncer que Jonah avait de la fièvre et qu’elle annulait sa sortie pour le garder avec elle. Outre le fait qu’il s’était levé pour rien, même, pour aller plus loin, qu’il avait décliné une invitation à une soirée hier pour être capable de se lever ce matin, il était plutôt abattu parce que ça voulait dire qu’il ne verrait pas son fils, qu’il devrait attendre le week-end suivant pour le retrouver. Son petit garçon qui lui manquait déjà bien trop, il allait se languir de lui un peu plus. Ca n’allait pas aider son moral cette histoire. Enfin, pour chasser ses idées tristes et quitte à être levé, il avait troqué son jean pour un short de bain et était allé sur la plage. Il avait foulé le sable jusqu’à la boutique de Violet, remarquant qu’il y avait de la lumière et du mouvement à l’intérieur. Un peu au hasard, il était entré, faisant tinter la joyeuse petite clochette. Il aimait bien cet endroit, en fidèle client depuis son ouverture, il y trouvait du bon matériel et de bons conseils, Violet avait toujours le sourire et ce n’était pas négligeable. Avec le temps ils étaient devenus bons amis, partageant l’amour de la vague, entre autre. Salut Violet ! Il s’approcha d’elle pour passer derrière le comptoir, de cette façon il pouvait la serrer doucement contre lui. Il rendit son sourire à celle dont l’éternelle bonne humeur était communicative. J’abuserais sûrement en te proposant d’aller te jeter à l’eau avec moi ce matin… Tu peux fermer la boutique pour une heure ? Les vagues sont super bonnes ce matin et la plage est à nous ! Il tentait, même s’il se doutait que ce serait peut-être difficile pour la commerçante de quitter son échoppe. Au pire il lui louerait juste une planche pour aller tout seul s’amuser dans les vagues.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 10 Avr 2018 - 0:45

J’avais ouvert ma boutique à Bowen il y a 6 ans. Je me baladais sur la plage, une belle journée ensoleillée. Les vagues frappaient la baie. Étrangement, il n’y avait aucune autre boutique de surf dans les environs de Horseshoe Bay. La pensée de chevaucher les vagues me titillait l’esprit. À l’époque, je ne pensais pas m’installer pour de longues années. Cette pensée avait provoqué en moi un nouveau besoin. J’avais besoin de changement. Avant Bowen, j’ai vécu un peu partout. De tous les endroits où j’ai habité, Hawaï demeurait mon favori. Je me levais le matin et j’enfourchais ma planche accompagnée de Paolo, mon instructeur/ami. Je voyais le potentiel de la ville, mais surtout j’avais besoin de me poser un peu. Depuis mon départ de New York, je cherchais mon identité. Je l’avais trouvé ici, à Bowen.

Être propriétaire signifie beaucoup de travail, mais aussi beaucoup de belles rencontres. J’avais la chance de contribuer au bonheur de plusieurs surfeurs et amateurs qui ne souhaitaient que se laisser bercer par les vagues. L’une d’elles venait de passer le pas de la porte. Un sentiment de soulagement s’empara de moi. Mon sauveur, pensais-je. Sauveur de la pénible journée qui m’attendait.

Léo avait été l’un de mes premiers client lorsque la boutique a ouvert ses portes. Il était, depuis, mon client le plus régulier. Outre sa présence et son support constants dans ma vie professionnelle, il occupait maintenant une grande place dans ma vie personnelle. Avec le temps, nous étions devenus de bons amis. J’appréciais toujours ses visites inattendues. Comment vas-tu ? Lui glissais-je à l’oreille alors que ses bras s’enroulaient autour de ma taille. J’étais heureuse de le voir surgir à la boutique sans avertir. Ce n’est pas l’envie qui manque…. Il va sans dire que j’aurais préféré partager cette belle journée avec lui. Je jetais un coup d’oeil par la fenêtre : la mer semblait m’appeler. Prends la planche de ton choix. J’enfile mon maillot et je te rejoins!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 10 Avr 2018 - 21:13

On le voyait souvent dans l'eau, à chaque fois qu'il en avait l'occasion, quand il n'était pas à vadrouiller en pleine nature ou à l'autre bout du monde, on trouvait Léo sur la plage. Depuis tout petit, comme un bon australien qu'il était, il profitait des joies de l'océan, rarement sur une serviette à se faire bronzer, plus à courir sur la plage, à se baigner avec une bande de copains ou à dompter les vagues sur une planche de surf. Pour cette dernière activité il n'était pas mauvais, il n'avait pas tellement de mérite, ses parents lui avaient payé des cours dès son plus jeun âge alors ça aidait beaucoup. Et il fallait dire qu'il adorait ça, au moins quand il partait à l'assaut de l'océan il ne pouvait penser à rien d'autre et ça lui faisait un bien fou de se focaliser sur une seule chose, lui qui avait tendance à plutôt s'éparpiller. Il possédait bien sa propre planche, depuis le temps, mais il aimait venir chercher du petit matériel chez Violet, même tester de nouvelles planches qu'elle louait. En fait il aimait surtout cet endroit, la simplicité qui s'en dégageait, la compagnie de la jeune femme aussi. Voilà pourquoi il s'y rendait régulièrement quand il était à Bowen, parfois juste pour discuter. Ce matin il n'avait pas de but précis mais la brise légère et le ressasse des vagues avaient été comme une évidence, il devait se jeter à l'eau et autant que ce soit avec Violet, si elle acceptait. Ca va ! Il lui sourit doucement en relâchant son étreinte, il n'allait pas lui faire l'étalage de tous ses petits soucis, il n'était pas d'humeur à se plaindre ce matin. Et toi ? Tu as de petits yeux. Il haussa un sourcil, madame faisait la fête le vendredi soir ?! En même temps, si tel était le cas elle aurait bien raison, lui-même aurait fait la même chose s'il n'avait pas eu à se lever pour récupérer son fils. Léo fit sa proposition à Violet, une petite moue de gamin coupable aux bord des lèvres, c'était du cinéma et il voyait qu'elle hésitait déjà. Il haussa les épaules. L'eau à l'air bonne en plus... Et elle craqua. Un sourire triomphant aux lèvres, le barbu à qui on ne pouvait rien refuser déambulait déjà entre les planches pour en choisir une. Tu n'as pas engagé un stagiaire pour ne pas avoir à travailler les samedis ? Il choisit une planche qu'il décrocha avec soin et puis attendit que Violet soit prête.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mer 11 Avr 2018 - 20:06

Le secret du succès de la boutique ne résultait pas de la marchandise que je vendais, de la localisation de la boutique sur la plage ou même des heures d'ouverture. Il se trouvait au fin fond de mon coeur. J'avais eu un coup de foudre pour cet endroit, qui se voulait être un vieux restaurant abandonné quand je l'avais trouvé. Il était en vente depuis des mois, mais personne ne voyait son potentiel. Excepté moi. Et c'était tout à fait moi. Bien évidemment, j'ai eu droit à plusieurs surprises en achetant la propriété : des problèmes de tuyauterie, des parquets à remplacer, beaucoup de trous à boucher... Mais au final, j'avais su transformer cet endroit en un lieu de prédilection pour les surfeurs du coin, sans aucune vantardise. J'étais aussi, heureusement pour moi, la première et la seule boutique de ce genre à Bowen. J'avais tout donné pour que mon projet fonctionne. Je m'étais un peu perdu aussi, par le fait même. Je ne prenais plus le temps de surfer autant qu'avant ou de marcher sur la plage. Voilà pourquoi j'adorais les visites de Léo. Elles étaient comme un répit à mes journées folles. Son étreinte terminée, ses yeux scrutant mon visage, je me senti tout à coup coupable comme une adolescente qui cachait quelque chose à ses parents. Je ne pouvais rien lui cacher, ni même à personne d'ailleurs... J'étais un livre ouvert! Ouais.. dis-je en fronçant le nez légèrement. Un peu trop même. Et ça n'en valait même pas le coup, pour tout dire. Je secouais la tête en repensant à la soirée d'hier. Ah, oubli tout ça! Je n'ai même plus envie d'y penser. Et je ne veux surtout pas te casser les oreilles avec mes périples.

Ce sont ses yeux piteux et son air charmant qui m’ont convaincu. Comme toujours, il faut le dire. Léo n'avait pas besoin d'être très insistant pour me convaincre. Elle l'invita donc à prendre la planche de son choix, sur son bras bien entendu. J'ai commandé plusieurs nouveaux modèles. J'aimerais que tu me dises ce que tu en penses.

J'attrapais mon sac de survies que je laissais toujours à la boutique. Il y avait à l'intérieur tout article pouvant me servir en cas de catastrophe. Des produits féminins, des vêtements de rechange, mais surtout un maillot toujours prêt à m'accompagner dans mes plonges imprévues. Si lui criais-je de l'arrière-boutique où j'enfilais mon ensemble. Il avait besoin de se faire remplacer aujourd'hui et comme on est que deux à bosser ici... Je surgis dans la boutique, revêtue de mon maillot et un ruban pour les cheveux à la main. J'ai toujours travaillé les samedis, alors.. lui dis-je en relevant mes cheveux dans un genre de chignon décousu. T'es prêt ?

J'attrapais une plage au hasard et je laissais Léo passer devant moi. J'écrivis De retour dans une heure sur un bout de papier que je collais sur la porte de la boutique. En route vers la mer, nos pieds sur le sable chaud, je me tournais vers mon acolyte. Hey, Léo, ce n'est pas ce weekend que tu devais voir ton fils?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 17 Avr 2018 - 19:02

Il aurait été bien incapable de tenir un commerce, Léo, rester derrière un comptoir à attendre le client, très peu pour lui. Il avait besoin de bouger, de s’évader, de changer d’horizons quand il en avait besoin. Sûrement que sa situation de départ avait beaucoup aidé dans son choix de métier. De pars sa naissance il savait qu’il ne serait jamais dans le besoin, son compte en banque bien garni depuis ses premiers jours et jusqu’à la fin s’il ne faisait pas trop d’excès, avaient permis d’ouvrir bien des possibles. Il pouvait se permettre le luxe de ne pas gagner d’argent durant quelques mois sans que ça lui porte préjudice. Pourtant il était travailleur et vivre de ses rantes n’était pas dans sa nature. Mais en bon rêveur, il avait besoin d’espace, en enfant capricieux il n’avait pas envie d’avoir un chef au dessus de lui pour lui dire quoi faire. Et surtout l’artiste qu’il était avait ce besoin constant de créer, de se réinventer, de découvrir encore et toujours. Voilà pourquoi il était devenu photographe, c’était le métier parfait pour allier tous ses besoins. Son job faisait de lui un homme riche, financièrement mais surtout humainement, ce qui comptait le plus pour lui. L’appel de l’océan c’était autre chose, c’était un besoin de se sentir vivant, humain, si petit face à l’immensité de cette étendue d’eau, de garder les pieds sur terre. Il avait l’amour de l’eau en héritage, lui qui avait grandi en bord de mer, les souvenirs de châteaux de sables et de roulades avec les copains, quand il était enfant, de soirées au coin du feu en écoutant les vagues quand il était ado, de premiers baisers derrières les rochers et des premiers pas de son fils dans l’eau avec ses éclats de rire qui se perdaient dans le vent. Cette histoire avec l’océan s’écrivait depuis toujours, il aurait tant de choses à raconter et tellement d’autres à vivre. Il savait qu’il ne pourrait jamais vivre totalement loin de l’eau, ça finirait par lui manquer. Le surf c’était un passe temps, une passion comme une autre, un sport qu’il aimait pratiquer depuis longtemps et il était content d’avoir trouvé en Violet une amie avec qui partager ces moments quand elle en avait la possibilité. Il sourit en coin lorsqu’elle avoua, il avait vu juste, elle était sorti hier soir. Loin de lui l’idée de la juger, elle avait bien raison de s’amuser la jolie américaine. Pourtant sa réflexion révéla notre homme qu’elle ne s’était peut-être pas tant amusée que ça. La prochaine fois tu m'appelleras, je te montrerais comment où et comment s’amuser à Bowen ! Il afficha un sourire lumineux, il connaissait cette ville comme sa poche et le monde de la nuit n’avait aucun secret pour lui. Violet avait proposé à Léo de tester une de ses nouvelles planches, une aubaine pour celui qui adorait la nouveauté et même s’il avait son matériel attitré, la planche avec laquelle il se sentait le plus à l’aise, il n’était pas contre changer de temps en temps. Il en choisit une avec un design coloré et une allure profilée, il verrait bien ce qu’elle donnerait dans l’eau. Du fond de sa boutique, la jeune femme appris à Léo que son stagiaire était en congé exceptionnel, voilà pourquoi elle était seule aujourd’hui. Ouais, enfin ça ne fait pas de mal de lever le pieds quelques fois. De s’octroyer un vrai week-end, une grasse mat'. Mais il comprenait bien qu’elle doive faire tourner son commerce, c’était le propre de son métier. Je suis prêt ! Il avait sa planche à la main et son maillot déjà sur lui, il n’avait besoin de rien d’autre. Le sable chauffait déjà et cette sensation était agréable, plus tard dans la journée il serait brûlant, voilà pourquoi Léo adorait venir sur la plage le matin. Si. Il est malade, Billie le garde tout le week-end donc. Il haussa les épaules avec une moue déçue, évidemment que son gamin allait lui manquer, il aurait préféré fouler la plage avec lui, mais il comprenait que son ex ait préféré le garder près d’elle.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Lun 30 Avr 2018 - 19:04

La grasse matinée, je ne connaissais pas vraiment cela. Adolescente, j'étais forcée de pratiquer, au minimum, une activité extrascolaire en plus de devoir performer en classe. Bien évidemment, ces activités avaient toutes tendances à se retrouver le samedi matin, très tôt. En fait, on aurait cru qu'il s'agissait d'une conspiration pour empêcher les jeunes de rester au lit trop longtemps. J'ai suivi des cours de tout ce qui est possible jusqu'à l'obtention de mon diplôme. Puis, j'ai fait l'école de commerce dans le but de poursuivre la direction de l'entreprise familiale. Chose qui, au final, ne sera jamais arrivée. Heureusement, mes études en commerce m'auront été utiles pour autre chose. Ceci dit, j'ai toujours connu des weekends chargés et peu reposants. Entre les activités extrascolaires, les évènements familiaux et les études, il me restait peu de temps libre. Cela m'avait bâti une certaine routine que j'avais conservée. Même lorsque j'étais en repos, je ne pouvais m'empêcher d'ouvrir les yeux comme des ressorts lorsque le soleil pointait le bout de son nez. Bien évidemment, je me permettais quelques journées de repos lorsque je fêtais un peu. Mais, il va sans dire que cela dérogeait de mon habituelle routine. Comme j'avais l'habitude de travailler le weekend, j'avais l'habitude d'être parfois fatiguée. Par contre, depuis que j'avais engagé un employé pour m'aider à la boutique, je m'étais laissé un peu aller. Ma routine semblait s'être échappée. Promis, poussin, la prochaine fois je t'appellerai! Et c'était une promesse qui allait être tenue. Mais pas demain, non. Je devais d'abord retrouver un semblant de forme avant de partir à nouveau sur la rumba. M'ouais, mais la boutique doit aussi rouler! Sans elle, je ne suis rien. ajoutais-je rapidement. Et, effectivement, sans elle je n'étais rien. Je n'avais rien d'autre que cette boutique et une petite maison près de la plage.

Le sable commençait déjà à être chaud, signe que la journée s'annonçait d'une canicule surprenante pour la saison. Les journées aussi chaudes auraient dû être loin derrière nous. La mer, non loin, d'un bleu turquoise, miroitait sous les rayons chauds du soleil. Quelle belle journée pour surfer, surtout en si bonne compagnie. La mer était calme, seules les vagues l'agitaient. Personne ni s'y retrouvait, pas même les touristes. L'heure ou la saison en était la cause, mais je serais prête à miser sur la première option. Alors que nous avancions sur la plage, près du bord de la mer, Léo me confia ce qui semblait le tracasser depuis tout à l'heure. Mince! Ça tombe bien mal, dis donc. je partageais donc sa moue déçue. Et si je lui cuisinais une soupe!? Tu pourrais aller le réconforter avec un film après notre petite escapade en mer, non ? dis-je en lui serrant le bras, toute souriante face à ce que je croyais être une bonne idée. Bon, je ne connaissais pas bien Billie. En fait, je ne me souvenais même pas l'avoir déjà croisé. Mais, elle ne pourrait certainement pas refuser à un papa de venir s'occuper de son enfant malade. Surtout lorsqu'un film et une soupe étaient en jeu! Viens, je sens les vagues arriver! lui dis-je donc de sorte à lui changer un peu les idées. Rapidement, je mis ma planche à l'eau. Elle était bonne et rafraichissante. Je pagayais en profitant du soleil qui plombait sur ma peau claire.

__________________________


❝ i will be right by your side❞ if i can't find the cure, i'll fix you with my love. no matter what you know, i'll fix you with my love. and if you say you're okay, i'm gonna heal you anyway. promise I'll always be there, promise i'll be the cure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Jeu 3 Mai 2018 - 23:40

Il en avait fait des fermetures de boite de nuit à l’aube, des inaugurations de bar et des soirées dans les endroits les plus branchés de la ville. Léo était connu comme étant un vrai fêtard, surtout lorsqu’il était plus jeune, il aimait autant les soirées entre copain plus intimistes que se déhancher sur une piste de danse, du moment qu’il y soit avec les bonnes personnes pour s’amuser et qu’il y avait du bon whisky. Aujourd’hui encore, alors qu’il était père de famille, il savait s’amuser, il s’était assagi durant quelques temps mais depuis plusieurs mois il sortait à nouveau. Sûrement trop, parfois il vivait dans l’excès et il était actuellement dans ce genre de période. Incapable de rester seul chez lui à broyer du noir. Il avait tellement de choses en tête et malheureusement pas que des choses positives, loin de là. Celle qui prenait le plus de place c’était Grace et l’impression d’un immense gâchis lorsqu’il pensait à leur histoire et l’état dans lequel il était depuis leur rupture. Le plus difficile c’était le manque, qu’il tentait de combler de façon bien mauvaises et peu efficaces finalement. Il roula des yeux lorsque Violet l’appela poussin, elle lui avait déjà raconté l’anecdote disant qu’elle avait possédé un poussin nommé Léo, rien que l’idée d’avoir un poussin lui semblait grotesque, cet animal avait dû devenir un poulet qui avait probablement terminé au four. Jamais il n’avait osé lui faire part de sa théorie, qu’il trouvait pourtant drôle mais qui pourrait sembler plutôt cruel et gâcher ses souvenirs d’enfance selon comme elle voyait les choses. J’espère bien, on n’a jamais fait la fête ensemble, c’est presque un comble. Même s’il n’était pas convaincu de vouloir qu’elle le voit totalement saoul, enfin c’était une autre histoire. Il hocha la tête, ne trouvant rien à redire à ce qu’elle venait de répondre, en effet, elle devait faire marcher sa boutique et il venait l’en empêcher. Bien qu’il ne se sente pas coupable du tout !
Léo et les femmes de sa vie, toute une histoire, tout un désastre. Billie en était l’une des preuves les plus brillantes. Cette fille qui n’était qu’une aventure pour oublier une autre femme et avec qui il avait eu un enfant non désiré. Cette fille dont il était tombé amoureux sans jamais vouloir se l’avouer, pire, en refusant catégoriquement cette idée alors qu’elle était totalement éprise de lui. Celle à qui il avait fait tant de mal en lui faisant miroiter qu’ils pourraient être heureux ensemble, être une vraie famille. Mais qu’il avait trahi à la première occasion et pas des moindres, avec une certaine Grace. En d’autres termes, la pauvre Billie n’avait aucune chance face à la blonde de ses rêves. Pourtant durant des mois durant, des années même, elles était resté ici, à Bowen, auprès de lui dans le simple but de ne pas le séparer de son fils, elle avait fait passer le bonheur de cet enfant et de son père avant elle-même et c’était parfaitement louable. Léo s’en voulait beaucoup d’avoir fait tant de peine à la mère de son fils et ce fut presque avec soulagement qu’il avait appris qu’elle retournait vivre à Brisbane, sa ville natale. Après tout elle avait le droit de se donner une chance aussi, elle avait droit au bonheur tout simplement et il était convaincu qu’elle ne le trouverait pas ici. Surtout qu’en parfait homme possessif, même s’il n’attendait plus rien de leur histoire, Léo n’aurait pas supporté de la voir avec un autre homme que lui. Il offrit un mince sourire à Violet, il était persuadé qu’elle savait que John ne vivait donc plus ici. Billie est reparti vivre à Brisbane, ça fait quelques mois à présent. Je ne vois John que toutes les deux semaines. Mais merci, c’est une douce attention. Ils arrivaient aux pieds des vagues et déjà l’écume venait leur chatouiller les orteils, Léo adorait cette sensation. Je le verrais sur Skype un peu plus tard ! Il cherchait à voir le positif dans cette situation, de toute façon il ne pouvait rien y faire alors autant ne pas trop s’en chagriner, l’essentiel c’était le bien de son fils. Il hocha la tête. Je n’attends que ça ! Et puis il suivit la surfeuse qui se jetait déjà dans les vagues sans craindre leur fraîcheur. Il en fit de même avec beaucoup de joie.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Lun 7 Mai 2018 - 4:56

Bien évidemment, j'avais eu des phases où je me retrouvais dans les boites de nuit à danser toute la nuit jusqu'à ce que mes escarpins me torturent trop les pieds. Il m'était même déjà arrivé de les retirer pour pouvoir profiter encore un peu de la piste de danse. Avec les années, je m'étais simplement rendu compte que j'étais plus du genre bière sur un terrasse plutôt que bourrée dans un night club. Puis, je ne me faisais plus jeune jeune alors que la trentaine approchait à grands pas. L'année fatidique, celle que j'aurais repoussée encore de plusieurs années. Pourtant, l'idée de sortir faire la tournée de quelques bars avec Léo me parlait. Alors il faudra remédier à ça. Une soirée arrosée est de mise. Je me retenais de l'appeler à nouveau poussin, sachant pertinemment que cela l'irritait. Je le faisais surtout pour le taquiner, car il n'aimait pas cette marque d'attention. Je pense même qu'il n'aimait pas les poussins, point. Le premier Léo de ma vie avait été un poussin. Petite, je l'avais adopté pour ma fête. J'étais cet enfant un peu étrange qui avait une obsession sur un animal peu commun. Après tout, des poussins de compagnie ça ne courrait pas les rues, mais plutôt les poulaillers. Mon poussin, il avait fini par devenir une poule et je l'aimais tout autant, mais mes parents en avaient un peu assez de ramasser derrière lui. Un jour, en rentrant de l'école, il avait disparu. On m'avait dit qu'il devait aller dans un élevage de poule pour apprendre à pondre des oeufs et pour donner, éventuellement, des poussins à d'autres enfants. C'est tout de même avec le coeur brisé que j'acceptais le départ de Léo. Arrivé à Bowen, Léopold, fut l'un des premiers à entrer dans ma vie. Il ne le savait peut-être pas, mais il avait mis un baume sur mon coeur de par son simple prénom. J'en remerciais d'ailleurs ces parents.

Léo me raconta la triste raison pour laquelle il était finalement venu me visiter ce matin plutôt que de faire des activités pères-fils en cette belle journée ensoleillée. Les engagements familiaux, je ne connaissais pas vraiment ça. En fait, j'avais oublié ce que c'était puisque je n'en avais pas eu depuis plus de six ans maintenant. Mais je pouvais très bien me mettre dans sa peau et comprendre sa peine. Dans sa situation, j'aurais fait exactement la même chose : affronter les vagues pour oublier. C'est vraiment dommage! Alors, si je comprends bien, je suis un peu ton rebound !? dis-je pour détendre l'atmosphère en riant. Même si je l'étais, je ne pouvais lui en vouloir. Après tout, les amis servent à être présents dans des moments comme ceux-ci. J'ait pour dicton que la meilleure thérapie au monde est d'affronter les vagues. Tu te sentiras nettement mieux après avoir gouté à l'eau salé.

Nous nous étions jetés à l'eau, planche à la main, pour pratiquer ensemble le sport traditionnel de la région. Sport que nous avions pris l'habitude de faire ensemble, depuis plusieurs années. Léo était doué, bien plus que moi. Il avait cette aisance sur les vagues que je ne pourrais jamais avoir. Il avait également beaucoup plus d'années de pratique derrière la cravate. J'avais appris le surf sept ans plus tôt et bien que j'apprenais vite, j'avais encore certaines lacunes. L'eau était bonne et rafraichissante, tant que nous n'avions pas besoin de combinaison. J'avais surfé des eaux glaciales où les combinaisons étaient de mise. À Bowen, le courant était chaud. La première vague arriva, je l'attendais avec impatience. Lorsqu'elle passa sous ma planche, je me mis en position accroupie pour être en mesure de me lever. Une fois debout, il ne me restait qu'à me laisser guider par le courant.

__________________________


❝ i will be right by your side❞ if i can't find the cure, i'll fix you with my love. no matter what you know, i'll fix you with my love. and if you say you're okay, i'm gonna heal you anyway. promise I'll always be there, promise i'll be the cure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 29 Mai 2018 - 13:05

Léo n’avait rien contre les poussins, non, d’ailleurs il apprenait à les apprécier réellement depuis qu’il faisait la tournée des zoos et autres fermes avec son fils pour lui faire découvrir les animaux. John avait une passion pour tout animal à plumes et les poussins, jaunes et rapides lui plaisaient beaucoup. Alors évidemment le papa qu’il était craquait devant la bouille de son fils qui s’émerveillait devant toute chose. Mais lui, personnellement, il était relativement indifférent à cet animal. En réalité le fait que Violet lui donne ce petit surnom, plutôt affectueux finalement, ne lui déplaisait pas plus que ça, il avait trouvé son histoire plutôt touchante, en un sens, quand elle la lui avait raconté et c'était toujours agréable de savoir que par son simple prénom elle s’était pris d’affection pour lui. Et puis c’était toujours mieux qu’une insulte, mais il perdait grandement en charisme à se faire appeler poussin et rien que pour ça il se permettait de rouler des yeux ! Lui n’était pas vraiment amateur d’animaux, il n’avait pas d’affection particulière pour les bêtes. Cela ne l’empêchait pas d’avoir des yeux d’enfants lorsqu’il admirait les animaux sauvages dans la savane ou dans tout autre élément naturel lors de ses voyages. Ou bien d’apprécier les animaux de ses proches, il était notamment assez complice avec Poe, le chien de Woody quand il le voyait. Mais chez les autres c’était bien, pas chez lui. Viendrait peut-être le jour où son fils voudrait avoir une compagnie, un lapin, un chat ou un chien et Léo espérait qu’il le demanderait plus à sa mère qu’à lui.
Les vagues étaient une bonne thérapie, un bon moyen de se vider la tête. Pour Léo il y en avait beaucoup, le simple fait de se retrouver à l’extérieur, au grand air, lui faisait toujours beaucoup de bien, il aimait les grands espaces et la solitude qu’ils offraient, c’était sa façon de se ressourcer, ça l’avait toujours été. Il partait souvent à l’autre bout du monde mais rester à Bowen et contempler l’océan, ou se jeter dedans était tout aussi bien, il l’oubliait parfois. Mais ce matin il comptait bien profiter de l’eau salée et la compagnie de Violet aiderait à ce qu’il se sente encore mieux. Tu n’es pas vraiment un second choix, tu sais que je ne prévois jamais beaucoup à l’avance. Il aurait été possible qu’on passe te faire un coucou avec Jonah s’il était venu ! Et puis dans tous les cas le photographe savait que la jeune femme ne lui en tiendrait pas rigueur. Je vais suivre ton dicton alors. Il lui sourit à pleine dents avant de se jeter à l’eau. La sensation de fraîcheur l’envahi et avec elle un bien-être immédiat. Violet se sous-estimait, elle n’était pas plus mauvaise que lui, peut-être que Léo avait plus de pratique qu’elle mais pour une citadine comme elle, l’américaine n’avait pas à rougir de sa technique. Dès la première vague elle se mis en position, le barbu, n’était pas prêt, il avait bien trop de choses en tête pour être si rapidement dans le bain alors il l’observa, son aisance, elle était gracieuse sur l’eau, lui ne l’était certainement pas autant. La prochaine vague fut pour lui et ils continuèrent comme cela durant de longues minutes, une heure peut-être, ils perdirent vite la notion du temps. Finalement, tous deux épuisés et vidés, ils remontèrent sur la plage. Léo se sentait bien mieux, convaincu que son idée de venir ici était la meilleure. Il s’allongea sur le sable et profita des rayons du soleil qui le réchauffaient. C’est bête, je parcours le monde alors qu’on est bien ici. Et toi tu as tout quitté pour arriver sur cette plage. Tu te plais à Bowen ? Ca ne te manque pas New-York ? J’aime bien cette ville. Il y avait fait quelques séjours et il était toujours étourdi par cette ville qui ne dormait jamais.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 26 Juin 2018 - 5:32

Léo, le poussin, ça avait été un peu son réconfort dans la grande ville qu'était New York. Une grande ville telle que la grosse pomme ça lui fichait la trouille bien qu'elle ne l'avait jamais montré à personne, comme quoi que ce soit d'ailleurs. Léo l'avait aidé à travers ses journées grises, ses moments d'hésitation, ses colères et ses peines. Elle aurait pu demander un chien, un chat, un lapin, un hamster, un poisson rouge à la limite, mais Violet avait supplié ses parents de lui acheter un poussin. Personne n'avait de poussin, alors que les autres animaux étaient trop habituels. Et Léo, elle l'avait aimé plus que n'importe quel autre animal de compagnie. Lorsqu'il était parti, bien trop gros pour vivre encore plus longtemps dans leur appartement huppé des grandes avenues New Yorkais, poussin devenu poulet, elle avait pleuré toutes les larmes de son corps. Violet avait perdu son meilleur ami. Personne n'avait pu comprendre la peine qui entourait cet évènement, la croyant folle de pleurer pour un poussin. Il était plus que cela à ses yeux. Il avait marqué sa vie. Le surf avait remplacé cette perte qui, malgré les années qui s'étaient écoulées entre le départ de Léo et la découverte de sa nouvelle passion. Puis, une fois arrivée dans la petite ville de Bowen, petite ville qui lui changeait bien de ce qu'elle était habituée de fréquenter, Léo, l'humain, avait en quelque sorte remplacé le poussin perdu. Il était devenu, par défaut et contre lui, son souvenir le plus proche de ce qui était autrefois son meilleur ami. Il avait remplacé l'être jaune qui lui avait été arraché. C'était en quelque sorte une des raisons pour lesquelles Violet s'était bien vite attaché à lui. Elle avait un sentiment d'appartenance envers son prénom. Bien rapidement, ils s'étaient liés d'amitié et aujourd'hui Violet ne s'imaginait pas vivre à Bowen sans le compter dans ses amis. Et pour l'embêter, elle s'amusait à le surnommer Poussin, en l'honneur de son Léo bien à elle.
Pour détendre l'atmosphère, Violet avait affirmée à la blague d'être sa roue de secours. Ce à quoi Léo, l'humain, s'empressa de répondre. Violet lui souris tendrement. Elle le savait bien. Et si le contraire avait été envisageable, Violet n'en aurait pas été fâché. Ils avaient pris, au cours des années, cette habitude de surfer ensemble un peu à l'improviste, lorsqu'ils en avaient le temps, mais surtout lorsqu'il en avait le temps. L'Américaine était presque toujours à sa boutique, un peu trop disponible pour affronter les vagues, alors il était devenu un peu leur routine de surfer sans vraiment l'avoir prévu. Et il fallait avouer qu'il s'agissait de loin des plus belles sorties en mer. Jonah, petit coeur d'amour ! Qu'est-ce qu'il doit avoir grandi depuis la dernière fois. J'ai bien hâte de pouvoir l'initier, lui aussi, au gout des vagues. À l'approche de la trentaine, les enfants lui faisaient un drôle d'effet. Léo et Lily étaient tous deux parents, ce qui donnait parfois à la presque trentenaire l'envie, elle aussi, de fonder une partie de sa famille. Évidemment, Violet se résignait rapidement à cette idée folle, son mode de vie ne lui permettant pas de fonder une quelconque famille pour le moment. Elle était donc la tatie gâteau des enfants de ses amis, s'amusant beaucoup trop à les gâter.
Sans crier garde, Violet s'était jeté à la mer, affrontant les premières vagues. Dans un maillot, mi-sportif, mi-tendance d'une compagnie québécoise qu'elle adorait, June Swimwear, elle s'était d'abord allongée sur la planche en pagayant jusqu'à l'atteinte de la première montée. Puis, munie d'une grâce exemplaire, elle s'était élancée, se relevant d'un coup pour conquérir la vague. Elle était loin d'être une professionnelle, pratiquant ce sport bien plus pour le plaisir que pour le mérite. Léo, lui, était bien plus doué qu'elle. Il avait baigné dans ces eaux depuis sa tendre enfance ce qui lui avait permis d'avoir ce sport dans le sang. Pas comme Violet qui se l'était approprié des années plus tard. Ils continuèrent ainsi durant de longues minutes, se partageant les vagues. Violet tombait parfois à l'eau, perdant l'équilibre, et ils partageaient ensemble des rires entre les plonges. Épuisés, mais surtout rassasiés, ils s'étaient assis sur la plage, les vagues chatouillant leurs pieds. On dit que le bonheur des uns fait le malheur des autres, Léo. Alors que tout le monde se plait à New York, moi... je ne m'y sentais pas à ma place. Les gens me trouvent folle de m'être installée ici, dans un trou à ras comme ils aiment bien l'appeler pour me taquiner. Je préfère la simplicité de la mer à la complexité de la grande ville. Elle songea un instant avant de poursuivre. Je crois que tu t'y plairais, là-bas. Mais, je pense aussi que tu t'ennuierais de Bowen et de son calme. Il y a une raison, autre que ton fils, qui te retient ici. Autrement, tu serais déjà bien loin, et ce pour bien plus longtemps que le temps d'un voyage.

__________________________


❝ i will be right by your side❞ if i can't find the cure, i'll fix you with my love. no matter what you know, i'll fix you with my love. and if you say you're okay, i'm gonna heal you anyway. promise I'll always be there, promise i'll be the cure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 7 Aoû 2018 - 9:16

Léo avait toujours adoré voyager, ce n’était un secret pour personne. Mais depuis la naissance de son fils il avait freiné sa frénésie, il comptait bien moins de milles à son actif qu’à l’accoutumée à tel point qu’on avait failli lui retirer sa carte privilège la dernière fois qu’il avait réservé un voyage. Il n’avait plus vraiment les mêmes priorités, il partait toujours, mais moins loin ou moins longtemps, il ne voulait pas être trop éloigné de son fils. Il voulait le voir grandir, ne pas manquer ses premiers pas ou toutes ses premières fois si magiques. Déjà qu’il vivait séparé de lui la moitié du temps, s’il passait l’autre au bout du monde il ne le connaîtrait même pas. Il avait hâte que Jonah grandisse, qu’il soit capable de comprendre les choses de la vie, de s’émerveiller devant le monde et à ce moment là il l'emmènerait avec lui, ensemble ils voyageraient. Il lui ferait découvrir toute la beauté de notre planète, il lui apprendrait à s’émouvoir et à réfléchir, à prendre conscience de certaines choses et à en relativiser d’autres. Léo rêvait de faire de son garçon un mini globe-trotteur, en espérant que son ex soit du même avis que lui ! Il aimera voyager c’est certain. Un jour il partira avec moi. Violet avait son âge, à peu près, cet âge auquel les femmes songent sérieusement à avoir des enfants, il ne lui avait jamais posé la question sur son désir à elle, il savait qu’elle n’avait personne dans sa vie, personne de sérieux du moins, personne avec qui construire ce genre de projet. Et même si lui avait eu son fils sans que ce soit prévu, dans une relation plus que bancale, il ne lui souhaitait pars ce genre d’histoire là, il était d’avis que c’était toujours mieux de faire naître un enfant dans un foyer soudé et heureux.
Après quelques longues minutes à dompter les vagues, la mer eut finalement raison des deux intrépides, épuisés, ils regagnèrent le sable, heureux de l’effort accompli, d’avoir profité de l’eau en deux privilégiés puisqu’ils étaient toujours seuls sur cette plage aux premières heures de la journée. C’est sur que Bowen est un trou ! Mais pas un trou à rat… Enfin j’imagine que rien n’est comparable à New-York… Mais on n’est pas si mal ici donc je te comprends, même si je n’arrive pas vraiment à imaginer comment un jour tu t’es dit que tu t’installerais ici ! J’veux dire, moi je suis d’ici, alors ça me convient. Mais franchement, il y a de bien plus belles plages que celle de Bowen, j’en suis conscient. Les paroles suivantes de Violet résonnèrent en Léo et lui pincèrent le cœur. Evidemment que s’il restait ici c’était à cause de sa famille, de ses amis et aussi surtout de son fils, même s’il était parti à Brisbane. Mais toutes ces raisons n’étaient pas suffisante, elle avait raison. Il aurait dû s’enfuir depuis longtemps, prendre un avion sans retour pour faire le tour du monde, quelques mois, quelques années, c’était certainement son plus grand rêve. Mais s’il prenait ce vol alors il abandonnerait totalement toute chance de retrouver Grace et c’était finalement cette seule raison, ce fol espoir, qui le retenait ici. J’aime être partout et nulle part à la fois. Je m’ennuie vite quand je reste quelque part et ce serait sûrement pareil pour New-York… peut-être que ça arriverait moins vite qu’à Bowen, il y a tant à voir, en fait j’en sais rien. Mais j’peux pas partir. Je dois voir grandir mon fils. Il reposa son regard sur l’horizon, cet infini qui lui tendait les bras et qui le faisait rêver. Il y a une fille. Tu vois, LA fille. J’peux pas tout plaquer si je pense à elle tout le temps, je reviendrais toujours, juste parce qu’on ne sait jamais… Il suffirait qu’elle veuille me redonner une chance. Ils n’avaient jamais parlé de ça, Violet ne savait rien des histoires de Léo. Parce qu’en temps normal c’était bien plus simple de parler de tout mais pas de ça. Ce matin pourtant, à mi-mot, il révélait enfin ce qu’elle semblait déjà savoir, elle qui semblait si perspicace.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 3591
ici depuis : 05/04/2018
crédits : lux aeterna
double-compte : zara & blanche
statut : la violence ♥
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Ven 17 Aoû 2018 - 3:42

Avec les années, il avait été facile pour Violet et Léo de devenir amis puisqu'ils partageaient plusieurs passions communes notamment le surf et les voyages. Dans le premier cas, leur passion commune les avait rapprochés, on pourrait même dire qu'elle avait créé leur amitié qui n'avait que des bases professionnelles à leur début. Dans le second cas, on ne pouvait dire qu'ils avaient exactement la même vision des voyages. Violet avait longtemps voulu faire le tour du monde pour soulager son mal intérieur, voguer un peu partout sans réellement savoir où elle allait se poser avant de finalement savoir ce qu'elle avait envie de faire de sa vie, au désarroi de ses parents qui auraient tellement souhaité que leur fille suivent leurs pas dans le monde de l'art. Violet, l'art, elle n'y accordait pas autant d'importances que ses parents. Elle avait appris le piano et la guitare, avait une voix mélodieuse, certes, et cette discipline ferait toujours un peu partie de sa vie, mais jamais au détriment de ses réelles envies. Et ses envies, c'était de découvrir où le monde pouvait la mener, elle, toute seule, jusqu'à trouver sa voie. Sa voie, elle l'avait finalement trouvé à Bowen en s'ouvrant sa boutique. Et lorsqu'il était question de Jonah, il valait sans dire qu'il partagerait ces deux passions avec son père, lui qui baignait dedans depuis si longtemps. Lorsque Léo parlait de son fils, tout son visage s'illuminait. Presque comme un homme amoureux, c'était la meilleure comparaison que Violet pouvait faire. Il l'aimait, c'était évident, et il souhaitait faire de son mieux pour être le meilleur père qu'il soit, c'était honorable. La commerçante, ne faisant désormais plus attention à l'heure qu'il était ni même le temps qu'elle avait passé hors de la boutique, sourit à son ami. Il n'aura pas vraiment d'autres choix, en fait, la pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre. Elle le disait surtout à la blague, alors qu'elle ne pensait pas réellement que les enfants étaient la copie conforme de leurs parents. Violet ne l'était pas du tout. Elle avait eu besoin de changement alors que ces parents, natifs de la grosse pomme, n'avaient pas ressenti le besoin de s'établir ailleurs. Puis, il était rassurant de se dire que chacun d'entre nous, humains parsemant la planète, avait ce petit quelque chose de différent qui rendait ce monde si beau et unique. Si les êtres humains étaient tous pareils, dieu ciel que la vie serait ennuyeuse.
L'Américaine écouta son ami lui parler la vision de sa ville, toujours aussi dubitatif sur les raisons qui avaient poussé Violet à s'installer ici. Je peut toujours déménager ma boutique dans un autre pays, si je t'embête à ce point. Répondit-elle à la blague, sachant très bien qu'il ne le disait pas dans ce sens. Violet haussa quelque peu les épaules, comme si elle ne savait pas vraiment quoi répondre à l'homme qui ne pouvait comparer la grande ville à Bowen. J'ai vu la boutique... Ou du moins, le local complètement délabré qu'il était avant que ce soit la boutique, et je suis tombée amoureuse. C'est un ensemble, Léo... Je ne me suis jamais sentie comme chez moi, nulle part, même sur les plus belles plages.. Et des plages, elle en avait fait lors de son tour du monde expéditif avant de se retrouver en Australie. ..Mais ici, ça respire la maison. C'est comme si j'y étais née. La grande ville était impressionnante et parfois il est vrai que les cafés et les boutiques des grandes avenues lui manquaient légèrement, mais elle préférait d'autant plus la vie qu'elle menait ici. Puis, au fil des années, elle avait appris à se forger sa propre petite vie, avec des amis qui représentaient sa famille. C'est bien tout ce qui lui importait. Et c'était ce qui retenait aussi le beau brun dans cette ville où, il fallait l'avouer, il n'y avait pas grand-chose à faire. Violet avait visé juste, droit dans le mile sans le vouloir. Assis tous les deux dans le sable, les vagues qui chatouillaient leurs orteils, Léo lui confessa ce qui le retenait ici, outre son fils, outre son métier, outre ses amis. Il y avait cette fille qui lui était impossible de se sortir de la tête. Qu'est-ce que tu lui as fait à cette fille pour qu'elle risque de ne pas vouloir t'accorder une seconde chance ? Lui avait-elle demandé, regardant l'homme plutôt que l'horizon.

__________________________


❝ i will be right by your side❞ if i can't find the cure, i'll fix you with my love. no matter what you know, i'll fix you with my love. and if you say you're okay, i'm gonna heal you anyway. promise I'll always be there, promise i'll be the cure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 5409
ici depuis : 19/03/2013
crédits : ©schizophrenic
double-compte : Samuel & Terrence
statut : Pourquoi croise-t-on des milliers de personnes et ne s'éprend-on que d'une seule ?
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   Mar 11 Sep 2018 - 11:20

La réflexion de Violet fit écho en Léo d’une façon bien étrange, certainement bien loin de ce qui était attendu. Il lui revint en mémoire une remarque de son père, exactement la même, mais dite de façon mauvaise et fière, le jour où Léo était venu le confronter au sujet de sa sœur cachée. Le jeune Emerson avait toujours plus ou moins soupçonné son père d’être infidèle à sa mère, surtout depuis qu’il était lui-même devenu adulte et qu’il était capable de remarquer le comportement qu’il avait envers les autres femmes, Peter était un séducteur et il refusait qu’on lui résiste, dans tous les domaines, quitte à employer des méthodes musclées. Un jour Maxine s’était présenté à la porte de Léo et depuis cet instant, il avait une sœur, il n’en voulait pas à sa cadette, bien au contraire et même si celle-ci était reparti depuis, ils gardaient un contact régulier et il était prévu que Léo lui rende visite d’ici peu. Lui, le fils unique qui avait toujours manqué de cette fraternité, se sentait chanceux d’avoir rencontré cette sœur dont il ne connaissait pas l’existence. Mais il avait malgré tout confronté son père, parce qu’il refusait le fait que celui-ci trompe sa mère, qu’il leur cache des choses aussi énormes que celle-ci, qu’il abandonne un enfant également, parce qu’il avait abandonné Maxine et sa mère en toute conscience juste pour étouffer l’affaire de son infidélité. Ce jour là Peter l’avait accueilli avec cet air froid et hautain qui le caractérisait tant et il avait envoyé à son fils la somme de toutes ses erreurs d’hommes. Ses multiples relations sans lendemain, l’avortement présumé de Blanche, la naissance de John alors qu’il avait refusé catégoriquement d’entendre parler de cet enfant au départ. Toutes ces fois où il avait tenté de se caser, de construire quelque chose avec une fille avant de flancher pour une autre. Il lui avait énuméré tout ça, avec un calme olympien, avant de lui affirmer qu’il n'était donc pas meilleur que lui, qu’il n’avait aucune leçon à recevoir d’un autre coureur de jupons et que donc, la pomme ne tombait jamais loin de l’arbre. Cette réflexion de trop avait mis Léo dans une rage monstre, lui qui détestait son père et son côté manipulateur, lui qui avait tout fait, toute sa vie, pour lui ressembler le moins possible, il s’était rendu compte, de cette façon violente, qu’il lui ressemblait bien plus que ce qu’il voulait et que certaines choses ne changeraient jamais. Il lui restait à espérer que son fils, Jonah, réussirait à être meilleur que ses aînés, il le lui souhaitait sincèrement.
Si Léo était surpris par le choix de Violet et pas forcément convaincu que la vie à Bowen soit plus intéressante que celle à New-York, il pouvait tout à fait comprendre cette envie qu’elle avait eu de tout quitter, elle avait eu ce courage là, celui que lui n’avait pas et il l’admirait beaucoup. Il haussa les épaules, l’air faussement détaché. Non, tu peux rester un peu, ça ira. Puis il rit doucement. T’es bête ! C’était agréable de l’écouter parler, parce qu’elle semblait passionnée, elle vibrait pour cette bicoque qui, elle avait raison, avait tout d’un taudis au départ, mais elle en avait vu le potentiel et c’était une chance, pour cette ruine laissée à l’abandon depuis des années. Une chance pour elle aussi, certainement, qui avait trouvé grâce à sa boutique, une façon de se construire et de s’épanouir. C’est bien que tu en ais fait une boutique, ça manquait à Bowen, celles du centre-ville sont sans âme, sans charme, tout le contraire de la tienne. Il la serra contre lui de ses grands bras tendres et amicaux. On t’accepte comme si tu étais née ici, tu sais. Pour beaucoup d’entre nous la plage ne serait pas la même sans t’y voir avec tes planches et ton sourire. Depuis les quelques années qu’elle était ici, Violet avait du en voir passer, des surfeurs et Léo, bien que totalement amateur, aimait sa présence sur cette plage et dans cette ville, pour lui elle était devenue une figure emblématique de cette vie australienne simple où on allait au rythme des vagues et de ce que la marée apportait de bon.
Si la blonde le regardait, Léo, lui, fuyait son regard, il était doué pour complimenter les autres, pour les charmer ou trouver les bons mots au moment opportun, mais lorsqu’il s’agissait de parler de lui c’était bien plus difficile. Je n’ai rien fait de spécial, en fait. C’est peut-être juste une histoire de timing. Il repensait à cette conversation qu’il avait eu avec Lily à ce sujet, à son conseil, d’arrêter de courir et de laisser le temps au temps, elle avait certainement raison. Il regarda sa montre. J’ai déjà largement abusé de ton temps. Je vais te laisser ouvrir ta boutique. Peut-être qu’il fuyait simplement cette conversation avec Violet ou qu’il ne voulait sincèrement pas abuser de son temps, peut-être un peu des deux, mais il sentait qu’il était temps de la quitter pour aujourd’hui. Et puis il devait prendre des nouvelles de son fils.

__________________________


Think I want it to stay
A look in somebody's eyes to light up the skies. To open the world and send it reeling. A voice that says, I'll be here and you'll be alright. I don't care if I know just where I will go. 'Cause all that I need is this crazy feeling ››› alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: premier de la journée - rp léo   

Revenir en haut Aller en bas
 
premier de la journée - rp léo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: eastern district :: horseshoe bay-
Sauter vers:  
circus of horrors !
Le mois de novembre arrive à grand pas et avec lui, l'horreur pour le printemps. Un cirque itinérant s'est installé non loin de Bowen, pas très loin du terrain abandonné. N'hésitez pas à y faire un petit tour et avoir la peur de votre vie !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES