AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce jeudi 31 octobre à 18h, venez embarquer dans un merveilleux bateau de croisière pour une soirée inoubliable ! Une soirée qui s'annonce amusante, frissonnante et même ... terrifiiaaante ! » rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.

Partagez
 

 Fed my heart on ancient light + Olivia

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Olivia Carteret
me, myself & i
Olivia Carteret
MESSAGES : 404
ICI DEPUIS : 23/04/2016
CRÉDITS : ava : eyliam. ; gif : tumblr ; signa : astra
COMPTES : Swan Karev-Keynes.
STATUT : Veuve depuis mi 2018. Aurait préféré que s'y accole l'adjectif « noire », vue la honte infligée par l'origine du trépas de feu son mari (asphixié lors d'un jeu érotique BDSM avec un prostitué). Amoureuse mal aimante, dont le coeur appartient toujours à son premier amour.
bowenien
MessageSujet: Re: Fed my heart on ancient light + Olivia   Fed my heart on ancient light + Olivia - Page 2 EmptySam 23 Mar 2019 - 0:48

Je ne veux pas la facilité, non. J’te veux toi. Il se trompait quand il pensait que ces mots n'avaient aucun effet sur notre duchesse. Non contents de l'arrêter dans sa sortie classieuse, ils avaient fait rater quelques battements à son cœur sec. Elle pouvait presque en entendre le froissement, semblable à du papier que l'on tente de chiffonner. Olivia était seulement très douée pour prétendre, pour jouer. Même si, entre eux, cela n'avait jamais été le simple jeu que cela aurait dû être. Aussi lui renvoya-t-elle la vision de son profil au sourcil simplement haussé. Désinvolte. Bientôt, son visage suivit le mouvement de la silhouette de l'homme, sa main qui vint se poser sur la porte. Le rempart. Il ne voulait pas qu'elle s'en aille. Le contraire l'aurait étonné, après une telle déclaration. Ma mère est morte, il y a trois mois. Aucun Carteret n’a daigné se présenter aux funérailles sur l’île. Bien que cette révélation la peina profondément pour lui - mais aussi un peu pour elle, car elle avait eu de la tendresse pour cette femme -, elle n'eut pas le bon goût d'en paraître offusquée. « Évidemment que non. Mais je suis certaine qu'ils ont fait envoyer une couronne de fleurs aussi splendide que chère. » Certainement pas la réplique qu'il avait envie d'entendre, aussi honnête soit-elle malgré le cynisme. C'était ainsi qu'elle dissimulait son trouble car ... Nul n'avait cru bon de l'informer du décès de Madame Pohl. Jusqu'ici, elle l'ignorait. Exemple criant du respect et de l'empathie, de la reconnaissance, dont sa chère famille pouvait faire preuve. Elle aurait pu le lui dire. Avouer qu'elle ne savait pas, tout simplement. Sinon, bien sûr qu'elle se serait déplacée. Par respect. Par amour, aussi. Mais à quoi bon ? Tout comme les héros de ses romans, elle adorait se draper dans sa robe de méchante de l'histoire.

Samuel avait donc un frère. Ce vaudeville aurait beaucoup diverti les Carteret - et, sans doute, eut le mérite de gagner leur intérêt. En Australie ? Il y a une destination. Son instinct ne lui avait pas fait défaut. Comme si elle avait senti, dans l'attitude de son ancien amant, qu'il était sur le départ. Qu'il voulait fuir. Certainement parce que ce mode de voyage, elle ne le connaissait que trop bien. Alors je fais quoi ? J’te propose de venir avec moi ? De tout plaquer pour me suivre ? Moi, le palefrenier ? Tu ferais cette connerie là ? « Oui. » La réponse sonnait avec une telle évidence que presque, elle semblait lui demander pourquoi lui, posait une question aussi stupide. A nouveau, elle voulait l'interroger : pourquoi ne l'aurait-elle pas fait ?. Cela n'aurait pas eu de sens. Tout comme ce qu'il y avait entre eux, quoi que cela ait été, quoi que ce soit encore. A nouveau, elle se retrouva soumise à l'étau confortable de la silhouette de l'écrivain, le bois de la porte heurtant son dos. Mais Olivia n'était pas de ces femmes qui plient ou ploient. « Pour me faire manger par le grand méchant loup, mère-grand. » répliqua-t-elle de ce ton entre malice et bravade, bas, si bas, caressant les tympans de son interlocuteur. L'adulte enfantine, qui s'amusait d'un rien. Surtout de l'autre. « Tu sais pourquoi, Sam. » reprit-elle cependant avec un peu plus de sérieux, presque agacée. A nouveau, elle le repoussa. « Je prendrais nos billets en business. Le vol sera long, jusqu'au bout du monde. » Où elle le suivrait, donc. Sans même se poser de questions. Un instant plus tard, le battant se refermait doucement derrière la silhouette élancée de la jeune femme à la jupe déchirée et aux joues rosies par l'excitation. Au bout du monde.

__________________________


 
 
as it's called again.
The cave. ☽ It's empty in the valley of your heart. The sun, it rises slowly as you walk away from all the fears and all the faults you've left behind.
Revenir en haut Aller en bas
 
Fed my heart on ancient light + Olivia
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: stories have been told-
Sauter vers: