AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 please don't let me down (violence)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyMar 16 Oct 2018 - 22:41

L'avion à peine posé, Violet pensait déjà à ses retrouvailles avec Terrence. En réalité, il n'y avait pas un instant où ses pensées ne s'étaient pas dirigées vers l'homme, elle se sentait d'ailleurs coupable envers Liam à cet effet. Incapable de réellement chasser son amant de son esprit, il l'avait hanté toute la semaine. Évidemment, elle avait fait bon voyage dans l'endroit par excellence pour préserver sa jeunesse éternelle. Liam avait eu une excellente idée en l'amenant à Disney, mais le timing, lui, n'avait pas joué en la faveur de la surfeuse qui entendait résonner les dernières paroles que son amant lui avant adressée avant son départ. Il l'aimait. C'était clair. Du moins, s'il ne l'aimait pas, Violet n'avait rien compris à son message. Une semaine sans lui, c'était long. Terriblement long. Et c'était suffisant pour que le vent tourne et que les choses changent en sa défaveur. Peut-être avait-il pris le temps nécessaire pour réfléchir et finalement venir à la conclusion que leur histoire était trop complexe pour lui. Cette idée effrayait l'Américaine, à présent plus fébrile de retrouver les bras de celui qu'elle aimait. Ils s'étaient quittés sagement, encore des non-dits en l'air, et elle ne savait point comment le retrouver. Violet se disait que son cœur saurait parler à la place de sa tête lorsqu'elle croiserait le bleu de ses yeux. La commerçante remercia son ami pour l'agréable séjour et s'empressa de prendre le premier taxi en direction de la maison. Elle n'avait pas pris la peine d'expliquer les raisons de son départ hâtif, mais il fallait être idiot pour ne pas comprendre. D'ailleurs, Liam lui avait implorer ne plus prononcer le nom de Terrence en sa présence, ni même d'évoquer le moindre détail de leur relation. Égoïstement, il préférait éviter de savoir ce que sa meilleure amie vivait plutôt que d'accepter la relation qu'elle pourrait entretenir avec le militaire. Violet n'avait pas beaucoup d'amies, mis à part Lily qui avait pas mal plus de choses à penser que les relations amoureuses de la commerçante, les bras remplis par un enfant. Elle tut donc sa destination après l'avoir chaudement remercié pour son cadeau, un des plus beaux qu'elle avait reçu. Le plus beau demeurait quand même ses bracelets qu'elle portait encore fièrement au poignet et le bouquet de fleurs qu'elle avait fait sécher, de l'homme qu'elle s'apprêtait à revoir.
À peine arrivé à la maison, elle était déjà repartie laissant derrière elle ses bagages et son passeport. Et sans s'annoncer, elle prit la route vers la caravane de Terrence. Il était tard, sa montre affichait près de vingt-et-une heure, heure de Bowen, elle se doutait bien qu'elle le trouverait à la maison, lui qui était plus matinal qu'oiseau de nuit. Pour elle, pour revoir celle à qui il avait fait une déclaration démonstrative de son amour, il ferait certainement une exception. Alors elle s'était dirigée chez lui sans l'avertir à l'avance, et arrivée devant la porte elle figea. Terrifiée à l'idée qu'il ne l'a désir plus autant qu'avant. Meurtrie par les pensées qu'il pourrait réaliser ne pas l'aimer autant finalement. Lumière ouverte dans ce qui lui servait de salon, Violet se sentit d'abord rassurer de le savoir à la maison. Puis, l'image de le savoir avec une autre lui traversa l'esprit. Sacrilège. Et si elle avait mieux fait de s'annoncer avant de débarquer chez lui à l'improviste ? La blonde reprit son calme, soupirant un bon pour pour se donner du courage et toqua à la porte. Pas un bruit, pas un son. Elle se dandinait sur ses jambes, stressée qu'il ne lui ouvre pas la porte. Elle toqua à nouveau. Toujours rien. Déçue, Violet rebroussa chemin, tournant les talons vers le sentier qui lui permettait de quitter sa demeure. Il ne voulait plus d'elle, il avait pris sa décision finale.
L'Américaine emprunta le chemin qui l'a mènerait à la maison lorsqu'elle aperçut, au loin, une ombre assise dans le sable qui semblait appartenir à notre homme accompagné de Stan. Violet se surprit à sourire pour elle même, visiblement soulagée qu'il soit seul et que son absence de réponse résultait du fait qu'il n'était pas à l'intérieur. Sa promenade nocturne pour permettre à Stan de faire ses besoins, juste avant d'aller dormir, voilà ce dont il s'agissait. La blonde s'avança vers lui, tâchant de ne pas faire de bruit, mais elle fut vite démasquée par la bête qui avait reconnu son odeur. Il agitait la queue en la regardant, sans aucun doute heureux de la voir. Violet grattait sa tête affectueusement. Salut mon beau! Terrence s'était retourné vers elle observant sans doute la voix familière qu'il avait reconnu, Violet lui adressa un sourire. Surprise? Dit-elle en grimaçant, sonnant comme un questionnement plus qu'une affrimation, déçue que Stan ait gâché sa surprise, mais tout de même heureuse de le voir. Elle s'avança timidement vers lui, les mains tremblantes, les jambes molles. Ce qu'il était beau, la lueur de la nuit qui reflétait sur son visage endurcie par la vie. Tu m'as manqué... Avoua-t-elle beaucoup trop honnête avec lui, comme si la vague de leur dernière discussion n'était pas encore repartie. Elle espérait qu'il lui réponde à la positive, sans quoi elle ne savait pas comment elle réagirait.


Dernière édition par J. Violet Cox le Ven 19 Oct 2018 - 4:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyJeu 18 Oct 2018 - 8:05

Une semaine. C’était long et court en même temps. Une semaine à penser à elle, sans réellement le vouloir, à se demander ce qu’elle faisait, si elle s’amusait, si elle passait du bon temps avec son ancien mec, une semaine à se ronger les sangs… Non. En vérité ça n’avait pas été ça. Il avait pensé à Violet, surtout les premiers jours, surtout à cause de leur dernière rencontre et des choses qui avaient été dites. Mais finalement il avait continué sa vie, se levant chaque matin, s’occupant de Stan, de sa boutique, foulant sa plage, comme il le faisait habituellement. En fin de compte il n’avait rien changé à ses habitudes et la vie avait repris son cours, sans qu’il s'inquiète trop, sans qu’il trouve les journées trop longues. Il se couchait chaque soir avec la satisfaction d’avoir fait ce qu’il aimait et de ne pas avoir gaspillé son temps. C’était peut-être à ce moment là que le manque se faisait présent, avant d’aller se coucher, alors qu’il fumait sa dernière clope sur le perron de son foyer, il pensait à elle, en regardant le ciel, en écoutant les vagues se briser sur le sable. Et puis il allait se coucher et dormait du sommeil du juste. Terrence avait toujours été un homme indépendant, il n’avait pas besoin d’une femme pour avoir une vie équilibrée et remplie. Puis il était en paix avec lui-même, elle connaissait les vérités le concernant, elle savait à peu près tout à présent. Et elle avait promis de revenir, alors il n’y avait rien à faire de plus, mis  part voir ce qu’il allait se passer, ça ne servait à rien de se faire un sang d’encre, ça ne changerait rien, autant être patient et la patience il connaissait, c’était sa vertu principale, celle qui agaçait tant l’américaine. Cette semaine il en avait tout de même profité pour avancer dans un projet qui lui tenait à cœur et qui était délicat. Il avait étudié ses finances et quel moyen de pression il avait pour pouvoir arrêter son trafic d’arme, seul dernier fil qui le retenait prisonnier de son passé et qui risquait de tout faire foirer s’il souhaitait réellement continuer avec Violet. Ou avec toute autre fille en fait. Il n’avait pas beaucoup de marge de manœuvre et celle-ci serait compliquée. Mais il devait essayer. En plus, depuis la visite du psychopathe asiatique dans sa boutique, il n’avait pas eu d’autre client de ce genre, peut-être que le commerce du crime était en déclin, c’était là sa chance. Il allait tout rendre, il allait se libérer et se sentir enfin léger, lesté de ce poids qui pesait si lourd sur sa conscience. Il espérait bien qu’à la fin de l’année ce soit de l’histoire ancienne et il pourrait être enfin, réellement, un commerçant honnête comme les autre. Ce soir il avait la tête pleine, la fin de semaine était chargée et sa balade nocturne avec Stan lui fit le plus grand bien. Ils foulèrent le sable, comme seuls au monde à cette heure avancée, le chien s’ébroua comme pour se vider de sa journée lui aussi, avant une nuit réparatrice et son maître, malheureusement incapable de courir avec lui, s’était assis pour observer son ombre dans la nuit. L’animal s’était habitué au handicap de son propriétaire et il n’en demandait jamais trop, il avait appris son rythme et il était docile, jamais il ne s’éloignait trop, il semblait le comprendre, c’était aussi pour ça que Terrence aimait tellement cette bête, son ami, son compagnon d’infortune, tous les deux blessés, tous les deux rescapés. Il n’entendit pas les pas feutré derrière lui, jusqu’à ce que Stan donne l’alerte, le chien avait des sens bien plus aiguisés que les siens. Kelly s’était alors retourné tranquillement pour observer à qui Stan allait faire la fête et un sourire se dessina sur ses lèvres quand il reconnut la voix de Violet qui saluait l’animal. Elle était revenue. Depuis combien de temps il l’ignorait, mais elle lui était revenu à lui et c’était là le principal. Il était habitué à la pénombre et put alors apprécier le sourire que la belle lui offrait à la seule lueur de pleine lune. Heureux. Et surpris également, oui, il devait bien l’avouer. Il ne s’attendait pas à une telle visite à cette heure là. Il ne cachait plus ses sentiments, à présent qu’il s’était avoué ce qu’il ressentait pour elle et qu’il le lui avait confié également. Il se leva pour faire les quelques pas qui les séparaient encore et puis attrapa Violet par la taille pour l’attirer contre lui et l’embrasser. Ce fut sa réponse, elle comprendrait aisément qu’elle lui avait manqué également, il s’en rendait compte à ce moment là. Sa présence lui avait manqué, son sourire mutin et le goût de ses lèvres. A la fin de ce baiser il la lâcha pour la laisser respirer et l’observer silencieusement. Tu as l’air épuisée. Tu viens d’arriver ? Elle semblait un peu déphasée pour tout avouer, malgré ce sourire qui ne semblait pas vouloir la quitter, ses petits yeux trahissaient sa fatigue.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyVen 19 Oct 2018 - 6:35

Avait-elle déjà été amoureuse ? Oui, évidemment. Elle avait aimé, elle avait su donner son coeur à des hommes, Violet. Elle avait aussi su aimer charnellement, sans sentiments. Elle avait aimé, un peu et beaucoup, fervente de ses émotions fortes qui chamboulaient un corps tout en son entier. Mais, avait-elle déjà aimé ainsi ? Non. Ce qu'elle ressentait n'avait rien d'habituel, rien de connu. Il la transformait, Violet, qui en la présence de Terrence perdait ses moyens, sans réponses de son corps et de ses pensées. Et pourtant, elle l'avait croisé chaque jour de sa vie durant les quatre dernières années sans avoir ce sentiment qu'il lui fallait sa présence pour respirer sans obstacle. Comme si le soir où ils s'étaient trouvés, toute son âme avait été possédée. Elle ne se ressemblait pas, elle qui n'avait jamais eu besoin d'un homme pour vivre. Elle faisait sa vie, un peu comme elle l'entendait, sans attente qu'un prince charmant ne vienne la sauver des griffes du dragon. Elle avait toujours su combattre les dangers, fièrement et de façon solitaire, de sa tête forte. Et voilà qu'aujourd'hui, elle avait besoin de le savoir dans sa vie pour avancer. Alors qu'il lui avait avoué ses sentiments, qu'il avait été honnête avec elle, Violet n'avait su quoi lui répondre. Figée par la peur que ses sentiments, exposés au grand jour, ne les blessent. Ils étaient forts, ils maintenaient son coeur en vie, battant continuellement en pensant à son visage, mais trop fragile pour risquer de tout perdre. Parce qu'être amoureux, ce n'était pas suffisant. Il fallait aussi vouloir accepter les sentiments et tout ce qui venait avec ces derniers : les peurs, les craintes, le quotidien, la routine. Rien n'était quotidien, rien n'était routinier pour eux. Ils n'avaient pas leurs habitudes, ils ne s'étaient pas charmés comme les gens ordinaires. Au contraire, ils s'étaient tombés dessus le soir d'une tempête, charmés par l'attraction de leur corps. Que savait-il d'elle ? Que savait-elle de lui ? Encore aujourd'hui, elle risquait d'en apprendre sur la boite à surprise qu'était l'homme. Et depuis qu'il était entré dans sa vie, Violet se couchait chaque soir en se demandant que pouvait-il bien faire, avec qui et comment. Elle n'était pas dupe, ils ne s'étaient rien promis. Relation naissante, ils n'avaient pas exploré les modalités de leur attirance. Elle ne pourrait lui en vouloir de profiter de sa vie. Or, ce soir, présentée comme un cheveu sur la soupe, elle se demanda si elle avait eu une bonne idée. Ce n'était pas de la jalousie, bien loin de là, c'était sa façon de se protéger contre quelque chose qu'elle ne connaissait pas. Jamais son coeur n’avait autant battu pour quelqu'un. Jamais ses joues ne s'étaient empourprées ainsi devant un homme. Jamais son corps n'avait été en manque comme elle l'était. Elle se protégeait, elle et son coeur fragile, elle et sa peur qu'il disparaisse aussi vite qu'il s'était installé dans sa vie. Lui, de qui, elle ne savait pas grand-chose finalement. Lui, de qui, elle pensait avoir tracé un portrait, mais qui pourtant ne collait pas au moule. Et c'était bien ça qu'elle aimait chez lui : il ne collait pas au moule. Il n'était pas comme les autres. Il la remettait en question. Il ne la tannait pas de la platitude d'une relation ordinaire. Il la mettait au défi constamment, contre elle, mais aussi contre lui. Contre sa vie en entier. Et le retrouver lui tardait, retrouver ses bras, mais aussi ses repères. Parce qu'elle se sentait totalement désorientée, là, maintenant, debout devant la porte de sa caravane, sans aucun bruit pour témoigner sa présence. Elle pensait l'avoir échappé, la commerçante, et elle s'apprêtait à partir, quand au loin des ombrages se dessinaient témoignant sa présence, soulagée de le retrouver enfin. De dos, les cheveux qui volaient dans la brise légère de la nuit de Bowen, il ne la vit pas, il ne l'entendit pas. Si ce n'avait pas été de son compagnon, Violet aurait pu observer l'homme durant de longues minutes sans qu'il ne dénote sa présence, absorbé par l'océan. À quoi pouvait-il bien penser ? La blonde ne lui poserait pas la question, ayant pris le temps de renoncer à sa curiosité malsaine pour quelque temps. Son voyage avait eu du bon, après tout, lui permettant de réaliser que chaque fois qu'elle frôlait les flammes, elle finissait par s'y brûler, prise à son propre jeu à défaut d'avoir été trop gourmande. La lune réfléchissait sur la mer, mais aussi sur le visage de Terrence qui affichait, bien différent de leur passé, un sourire. Un soulagement de la voir. Elle lui avait promis. Elle lui était revenue. Il était tard, il aurait eu toutes les raisons du monde de lui réprimer sa visite sans annonce, et pourtant il décrétant son bonheur de la voir, présente, sur son bout de plage. L'homme se leva et de sa démarche boiteuse il brisa les quelques mètres qui les séparaient, distance qui lui semblait si grande, pour venir poser chaleureusement un baiser sur ses lèvres et tout le corps de l'Américaine sembla revivre. Lèvres plaquées sur celle du militaire, Violet pressa tout son corps contre le sien, sa poitrine s'écrasant contre la sienne, leur coeur battant au même rythme dans une symphonie qu'elle ne soupçonnait pas possible d'exister. Leurs corps s'étaient emboités naturellement, comme les pièces d'un puzzle, sans avoir à les forcer, sans avoir à chercher. Ils étaient là, faits pour être assemblés, fous de ne pas succomber. Terrence finit par laisser son amante reprendre son souffle, mettant fin à leurs douces retrouvailles. Il la regardait, l'observait, silencieusement, alors qu'elle peinait à respirer normalement, le coeur agité. La fatigue de son visage se faisait sentir, 16 494 kilomètres plus tard, vingt heures de vol ressenties. Il s'était éloigné d'elle pour mieux l'observer, la forçant à décoller son corps du sien comme une réprimendation : la sensation de son corps contre elle lui manquait déjà. Violet hocha la tête, frottant ses mains moites sur ses jeans, fébrile comme au premier jour. Je le suis, avoua-t-elle presque soulagée de l'adresser. Elle était épuisée, lessivée, et sa seule motivation à tenir debout résultait du bleu océan des yeux de l'homme qui se tenait devant elle. La voyageuse se demandait d'ailleurs comment ses jambes pouvaient encore la supporter, le corps humain étant doté d'une force incroyable. L'avion s'est posée il y a à peine quelques heures. Preuve irréfutable que son premier réflexe avait été de se ruer chez lui, le retrouver, tel que promis. Et malgré tout, malgré al fatigue, malgré la fébrilité qui n'avait pas lieu d'être, son sourire contagieux demeurait pendu à ses lèvres, impossible de faire autrement en sa présence. Je te l'avais promis, Terrence, prononça-t-elle en s'avançant à nouveau vers lui. Je t'avais promis que je reviendrais. Violet posa un main dans les cheveux de l'homme, les caressant au passage de sa nuque à la cime de sa tête, l'autre se posa sur sa joue. Et je tiens toujours mes promesses. Elle souriait, empruntant les paroles qu'il lui avait autrefois dites, amusée par la référence qu'elle venait d'utiliser. Ils n'avaient besoin que d'eux pour créer le monde, à la lueur de la lune qui les illuminait, seuls sur la plage. Stan s'était assis, sagement, en attende de son maître qui ne disait rien, regardant celle qui lui était revenue droit dans les yeux. Le temps s'était figé, il n'existait qu'eux, seuls dans leur idylle paradisiaque de s'être enfin retrouvés. Comment vas-tu ?

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyLun 22 Oct 2018 - 14:23

Ces retrouvailles à la faveur de la lune étaient délicieuses, elles auraient presque fait oublier toutes les disputes, tous les conflits, toute la complexité de la relation qui unissait Violet et Terrence. Elles étaient la preuve de tout l’attachement qu’ils avaient l’un pour l’autre, malgré la difficulté. Et c’était déjà beaucoup, peut-être le principal, peut-être la preuve qu’ils pourraient y arriver tous les deux. Durant leur dernière rencontre beaucoup de choses avaient été dites, surtout de la part de notre homme, il lui avait confié beaucoup de secrets et éclaircit les principales zones d’ombres, risquant de perdre toute la confiance de la douce américaine. Et pour terminer quand il pensait qu’il n’avait plus rien à perdre, il avoua qu’il l’aimait réellement. C’était un peu la dernière chance qu’il avait, enfin ce qu’il pensait. Parce malgré ses craintes et ses doutes, il était bien la première personne qu’elle était venu chercher à sa sortie de l’avion, preuve qu’elle semblait avoir accepté son passé et qu’elle était prête à aborder le futur. Terrence ne cachait pas son plaisir, pour une fois démonstratif, il l’embrassait sans retenue, en sa seule présence il semblait être un tout autre homme que celui qu’il était au tout début ou celui qu’il montrait devant d’autres, lui toujours tout en retenue, toujours si fier, ce soir il faisait tomber les barrières face à celle qu’il aimait. Il n’allait pas aller jusqu’à hurler de joie ou la faire tournoyer dans les airs comme on pouvait le voir parfois, il restait cet homme discret et posé, mais on pouvait malgré tout remarquer de réels progrès. S’il  pensait qu’elle ne lui avait pas manqué, ou du moins s’il avait cru pouvoir se passer de sa présence plutôt facilement, il comprenait en fait qu’il avait vécu cette semaine dans un état fébrile, enchaînant les projets comme pour mieux s’occuper l’esprit, fumant clope sur clope comme pour s’occuper les mains, elle lui avait bel et bien manqué puisqu’à présent qu’elle était là il sentait qu’il respirait mieux, comme sans cette chape de plomb qui lui pesait sur le cœur ces derniers jours sans qu’il s’en rende vraiment compte. A peine quelques courtes heures qu’elle était rentrée et déjà elle se jetait dans ses bras, c’était si bon de se sentir aimé, surtout pour un homme qui n’avait pas connu l’affection jusqu’à présent. Alors il souriait, il ne pouvait s’en empêcher, il devait avoir l’air crétin mais il s’en moquait, il souriait parce qu’elle était là, dans ses bras à lui. Oui tu l’avais promis mais… Mais elle ne lui laissa pas le loisir de continuer, toute réponse était inutile et obsolète face à ses mots à elle, face à la caresse de ses mains qui couraient dans ses cheveux et sur son visage, tant de douceur pour un homme qui ne connaissait pas, ça n’avait pas de prix. Ces derniers mots elle les les lui avait emprunté, à lui qui ne savait pourtant pas si bien parler que ça, mais à croire qu’ils l’avaient tout de même marqué. C’est la sagesse qui parle. Ses cheveux aux mèches dorées volaient dans la nuit et il déposa alors ses deux grandes mains sur son visage, le lui dégageant pour qu’il ait tout le loisir de pouvoir la regarder, sans un mot durant quelques minutes, il la dévisageait, il photographiait mentalement ce visage qui lui inspirait tant de douceur, s’autorisant à être heureux et à vouloir y croire. Se promettant aussi, secrètement, de tout faire pour qu’elle ne souffre pas de l’homme qu’elle avait choisi, se promettant donc de tout arrêter de son trafic au plus tôt, pour pouvoir enfin l’aimer sans plus devoir s’en cacher et la laisser faire de même en toute liberté. Oui ça va. Elle avait brisé le silence et Terrence se rendait compte qu’il était tard. Il retira ses mains de son visage pour entourer ses épaules. Ne restons pas là, viens, je vais te faire quelque chose à manger, j’imagine que tu n’as pas pensé à te nourrir en arrivant. Tu dois être morte de faim. Toujours prévenant, il l’invitait à partager sa soirée, de toute façon, à présent qu’elle était revenue il comptait bien ne pas la laisser filer pour ce soir, ils devaient se retrouver. Ils marchèrent bras dessus bras dessous les quelques mètres qui les séparaient de son antre, Stan sur les talons qui n'attendait qu’une chose, pouvoir se coucher sur sa couverture en cette fin de journée. Lui avait déjà mangé, mais il lui restait quelques légumes et du tofu qu’il entreprit de faire revenir sur le feu. Tu veux une bière ou tu es trop épuisée ? J’ai du jus de fruit si tu préfères. Et il lui servit ce qu’elle avait demandé. Tu as fait bon voyage ? Kelly ne comptait pas lui poser de questions trop personnelles, il n’avait pas spécialement envie d’entendre le récit de son séjour avec son ex, qui était aussi son ennemi à lui. Mais la politesse voulait qu’il s’intéresse à elle malgré tout et il la connaissait, elle aimait discuter, peut-être avait-elle envie de partager un peu de sa semaine avec lui.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyMer 24 Oct 2018 - 21:13

Il n'y avait rien d'habituel dans cette soirée, mis à part le bruit des vagues qui se fracassaient contre le sable et qui étaient, depuis toujours, leur trame de fond. Disputes, querelles, rapprochements, douceurs, intimités, découvertes, l'océan avait teinté chaque étape de leur relation menant, jusqu'ici, à l'obtention de ce qui semblait être la vérité. Du moins, le début. Sans aucun filtre restant, Terrence était désormais honnête avec elle, ce que Violet lui avait toujours reproché. Et à présent, c'était elle qui ne pouvait pas l'être. Du moins, pas aussi ouvertement que lui. Il lui avait avoué, aussi maladroitement que possible, ce qui définissait l'homme, ses sentiments ce à quoi Violet avait été incapable de répondre. Elle l'aimait, ça oui, tout son corps s'animait au simple fait de penser aux sentiments qu'il avait créés chez la commerçante. Pourquoi donc l'avouer devrait être si douloureux ? Peut-être qu'une partie d'elle cachait encore une réticence, comme pour protéger son coeur de ce qui pourrait lui arriver. Peut-être, alors, que les paroles de Liam avaient fait écho dans sa tête, jusqu'à atteindre son coeur, et qu'à présent elle se méfiait de tomber trop facilement pour l'ex-militaire. Peut-être que, finalement, quand l'amour était réellement ressenti, il se faisait plus ardu de laisser parler son coeur que lorsque les sentiments ne sont pas, à proprement dit, de l'amour. La jeune femme ignorait l'explication plausible à son manque de parole, elle qui aimait pourtant parler, mais comme un morceau de métal attiré vers l'aimant, elle s'était dirigée sans vraiment attendre vers la caravane qu'elle connaissait bien à présent, sans se poser plus de questions. Elle s'en était assez posé toute la semaine, ce soir, elle tenterait de vivre le moment présent. Certaines concernant sa peur irréaliste d'avouer ses sentiments, d'autres les aveux que le trentenaire lui avait faits sur son jeune passé. Ce n'était pas que la belle avait à accepter le passer de Terrence, mais plutôt qu'elle s'y était fait à l'idée. Elle ne pouvait le changer, ni maintenant ni avant. Tout ce qui lui restait à faire pour, au moins, avoir la chance de le garder prisonnier de son coeur était de construire autour de l'homme qu'il était à présent devenu, loin de ce qui le définissait auparavant. Parce qu'il l'avait dit lui-même : cet homme était naïf et il n'existait plus. Aujourd'hui, devant elle, sous les reflets angéliques de la lune et le son des vagues formant une écume tout près d'eux, Violet avait le nouveau Terrence. Le Terrence qui tentait sa chance. Le Terrence qui était heureux de la retrouver. Le Terrence qui ne se cachait plus derrière son air crispé et froid. À présent, il lui souriait de toutes ses dents, affichant une douceur à son visage autrefois marqué par l'amertume de la vie. Il était impossible de ne pas répondre à cette expression à la fois rieuse et séduisante. Violet l'aimait avec sa sévérité, mais aussi avec la douce liberté qu'il s'accordait ce soir à la regarder et à exprimer sans se cacher ce qu'il ressentait. Il était beau à voir et, machinalement, comme le destin le voulait, le chemin de ses bras fut retrouvé. Et à cet instant, elle avait envie que le temps s'arrête pour toute l'éternité, qu'il puisse respirer de la simplicité de leurs retrouvailles qui, inévitablement, finirait par s'estomper pour laisser place à de nouvelles embuches. Entre eux, rien n'était facile, mais cette soirée était la leur, rien ne pouvait entraver le bonheur de leur réunion. Violet se laissait bercer par la brise de fin de soirée et le son des paroles du militaire qui jouaient comme une musique à ses oreilles. Elle semblait à présent être la mélodie de leur rencontre, elle avait envie qu'il la fasse chanter, qu'il la fasse résonner et qu'ils se perdent dans l'acoustique de leur jonction. J'ai pris de la sagesse, tu sais, j'ai maintenant trente ans. Avec une douceur dans la voix, elle tâcha de lui rappeler qu'aujourd'hui, elle avait trente ans et des poussières. La sagesse, elle la connaissait un peu plus qu'avant. Surtout parce qu'elle avait fait le deuil des vérités qui l'avaient blessée. Violet demeurait fragile quant à son passé, mais elle tentait de se tenir droite et de construire avec ce qu'il avait décidé de lui donner. Quand ses mains se posèrent sur le visage de la blonde, sa peau se réchauffa. Ses joues, à présent rougies, étaient mieux sous la douceur de ses doigts. Deux grandes mains fortes qui appliquaient peu de tension, parce qu'il tenait à elle, qui entourait tout son visage et deux grands yeux qui l'observaient sous toutes ses coutures, comme s'il s'agissait de leur dernier instant ensemble. Hypnotisée par son regard, Violet le bougeait pas d'un pas dans un silence qu'elle finit par briser, beaucoup trop impatiente de lui parler. Incapable de prendre le temps de le laisser l'observer comme si sa vie en dépendait, parce que ça lui donnait l'impression qu'il voulait la quitter. Qu'il ne serait pas en mesure de l'aimer autant qu'il lui avait dit, avant son départ. C'était instinctif, par précaution, mais parler l'empêchait de réfléchir aux choses qui pouvaient être blessantes. Ses deux grands mains se décolèrent de son visage pour venir entourer les épaules de la blonde dans une étreinte qui lui fit du bien, alors qu'ils enchaînèrent le pas vers la lueur de la caravane, Stan à leur trousse, visiblement épuisée de sa journée. Timidement, Violet secoua la tête. C'était bien vrai, elle n'avait pas pensé à se nourrir. Ni même à quoi que ce soit, pour être exacte. Tout ce dont elle enviait avait été de se ruer dans les bras de l'homme pour apaiser le battement irrégulier de son coeur. Dans un rythme régulier, leurs pas qui avançaient en même temps, ils s'étaient dirigés dans la maison. Stan avait trouvé réconfort sur sa couverture, fermant presque déjà les yeux, alors que Violet, elle, s'était assise sur l'ottoman qui était habillé du parka qu'elle avait, la dernière fois, mis sur ses épaules pour se réchauffer. Elle était morte de faim, il avait bien raison, mais elle ne s'en était pas vraiment rendu compte jusqu'à maintenant. Il la connaissait presque mieux qu'elle-même, alors qu'elle perdait la tête quand il était question de lui. Les premiers effluves de son repas improvisé de restants se firent ressentir dans la petite pièce, Violet ferma les yeux pour en apprécier leur odeur juste avant de répondre à son amant qui l'observait, d'où il se tenait. Une bière, c'est parfait, merci. Les yeux toujours fermés, elle sentait les petites graines de fatigue se semer dans son corps, prêtes à fleurir, mais la question de Terrence raviva son énergie pour quelques instants. C'était merveilleux, vraiment, commença-t-elle par lui avouer, en attrapant la bière qu'il venait de lui servir, laissant échapper un sourire reconnaissant. Elle prit une gorgée avant de poursuivre. Disney, c'est magique. Il faut absolument que j'y retourne. Elle plongea son regard dans le sien, bière à la main, puis se leva de son assise pour venir le rejoindre près du plan de travail. Elle déposa sa boisson, légère pause qu'il lui fallait pour poursuivre. Néanmoins, je ne te raconterai pas ce qu'il s'est passé là-bas, avec lui. Simplement parce que je sais que tu ne veux pas vraiment le savoir. Je te raconterai tout ce que tu veux entendre, Terrence, mais pas ça, finit-elle par lui avouer en posa sa main contre le dos de l'homme. Doucement, elle lui caressa la colonne vertébrale de haut en bas, jusqu'à atteindre les coutures de son t-shirt. Violet passa ses doigts fins sous le bout de tissus pour poursuivre ses caresses sur la peau nue du commerçant. Peau à peau. J'espère sincèrement qu'un jour vous serez en mesure de communiquer... Parce que je dois avouer que c'est légèrement épuisant de devoir gérer ce que l'un et l'autre désir... C'était aux demandes de Liam qu'elle faisait d'autant plus référence, lui qui souhaitait à présent éviter tout sujet de conversation qui pouvait le mener vers Terrence. Filtrer ce qu'elle avait à dire, tant à lui qu'au militaire, était fatigant.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyLun 29 Oct 2018 - 15:40

Violet n’avait rien répondu quand Terrence lui avait déclaré son amour, c’est vrai. Mais il n’attendait rien de sa part à ce moment là. Lui-même ne pensait pas le lui dire comme ça, de but en blanc, ce soir là, après lui avoir déballé tout ce qu’elle ignorait de sa vie. Il n’avait rien programmé, il ne réfléchissait pas, c’était un fait, un de ses traits de caractère, mais d’autant plus en la présence de cette fille, il était en roue libre, se laissant guider parce qu’il ressentait plus que par sa raison, depuis le départ. Sa conscience lui avait pourtant dit de fuir, de s’éviter des ennuis en se lançant dans une relation avec son ancienne ennemie jurée, mais il n’avait rien écouté. Le fait est qu’il en avait marre de tout contrôler tout le temps, sa vie n’était faite que de ça, il ne s’autorisait pas de surprises pour ne pas compliquer davantage les choses, pour ne pas s’attirer plus d’ennuies que ce qu’il avait déjà, il se faisait petit, discret, pour ne pas attirer les curieux. Mais avec Violet il avait envie d’être libre, de faire ce qu’il voulait, il voulait l’embrasser sur la plage, il voulait lui tenir la main dans la rue, il ne voulait pas se cacher. Pour une fois il était heureux et il avait envie que ça se voit. Étrangement les choses allaient beaucoup mieux dans sa vie depuis qu’elle y était entrée, il se levait le matin avec un sourire plus large, il abordait les gens avec bienveillance, la bonne humeur contagieuse de l’américaine semblait déteindre sur lui. Et puis au delà de ça la vie semblait enfin lui sourire, alors qu’il n’avait jamais été épargné, sa fille avait renoué le contact avec lui, les choses tournaient en sa faveur. Peut-être avait-il enfin fini de payer pour ses erreurs de jeunesse et qu’on allait le laisser en paix. Il ne restait plus que son commerce d’armes, il serait un homme libre lorsqu’il arrêterait définitivement. Alors que la blonde n’ait pas répondu à sa déclaration était le cadet de se soucis et puis mieux que des mots enflammés c’était ses lèvres qu’elle embrassait ce soir et c’était dans ses bras qu’elle était venue se réfugier, il n’en fallait pas plus à notre barbu. De toute façon il ne savait jamais où se mettre quand on le complimentait ou quand on parlait d’affection, incapable de recevoir les attentions des autres, trop gêné, trop gauche alors oui, c’était mieux comme ça.
Une fois dans la caravane, Terrence entrepris, comme à son habitude, de prendre les choses en main, il commençait à connaître la demoiselle et savait qu’elle n’aurait pas mangé alors il allait s’occuper d’elle, il allait prendre soin d’elle, au moins pour ce soir, puisqu’elle l’y autorisait. Au delà de son caractère bourru de façade, il était le genre d’homme doté d’une bienveillance inattendue, il savait faire plaisir aux autres, à force de les écouter il était capable de surprendre par sa douceur et sa dévotion, il donnait, beaucoup, bien plus qu’il n’était capable de recevoir, c’était un fait. Peut-être était-ce cette qualité qui faisait de lui un bon commerçant, dans son travail il était excellent conseiller et finalement ses proches en bénéficiaient également. Il lui servit sa bière et s’en ouvrit une en même temps, tout en continuant de faire réchauffer le dîner. Il l’avait questionné sur son séjour, un moyen de faire la conversation comme un autre, même s’il n’était pas vraiment intéressé par l’idée de connaître les détails de son voyage. Il lâcha un demi sourire lorsqu’elle avoua avoir passé quelques jours merveilleux. Merveilleux… Pourrait-il un jour lui offrir ce genre de cadeau ? Dirait-elle un jour qu’un moment passé à ses côtés était merveilleux ? Il n’était pas doué pour les surprises, il ne savait pas vraiment faire dans le romantisme. Et au delà de ça, il ne savait pas s’il pourrait un jour avoir un lien aussi fort que celui qui semblait unir Violet et Liam. Il ne pouvait leur en vouloir, ni à son ami perdu ni à celle qu’il aimait, ils avaient un passé, une histoire, un amour plus ou moins fort mais une amitié visiblement solide. Et même si ça le mettait sur les nerfs qu’elle ait choisi ce gars là parmis tous pour être son ami, même s’il n’était pas certain de pouvoir un jour rivaliser avec ce qui les liait, il n’avait rien à en dire, ça ne le regardait pas. Il posa l’assiette devant la blonde, avec des couverts. Mais elle se leva pour venir le rejoindre. Alors qu’il allait déposer les ustensils dans l’évier, il lui fit face pour l’écouter, s’appuyant contre le meuble face à elle, attrapant sa bière. Tu l’as dit, je n’ai pas envie de l’entendre. Il serra la mâchoire, preuve que malgré sa joie de la retrouver, l’idée de ce voyage le contrariait un peu, il était mauvais pour dissimuler les chose. Et il s’en voulait, son mauvais caractère pourrait encore une fois les mener à la dispute alors qu’il n’en avait aucune envie ce soir. Violet tentait d’apaiser le feu qui brûlait en Terrence, la colère qui montait en lui, celle qu’il contenait si mal. Par ses caresses si douces, elle lui arracha un sourire puis un soupire. Tu n’as pas à gérer ce genre de choses, ni à te mettre entre nous, ce n’est pas ton conflit. Il déposa un baiser sur ses lèvres. Puis s’approcha de son oreille. Et puis qu’il tente de nous éloigner, toi et moi… s’il essaye de te faire croire quoi que ce soit me concernant, il aura affaire à moi, que tu le veuilles ou non. Kelly n’était pourtant pas violent, loin de là, mais l’attitude de Liam envers lui le faisait sortir de ses gonds. Vas manger avant que ce soit froid. Ils auraient tout le temps pour la tendresse, toute la nuit, si elle voulait bien rester.



__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyVen 2 Nov 2018 - 6:09

L'amour. Un drôle de ressentiment. Lorsqu'il arrive, c'est malgré soi, malgré l'envie de ressentir les palpitations intensives de son coeur tenter de rompre sa cage thoracique avant de laisser son esprit s'évanouir dans un nuage de papillons formés tout bas, dans le ventre. Malgré les envies, malgré les besoins. On ne le choisit pas, c'est lui qui fait le choix de s'y installer, ou pas. C'est lui qui dicte les pensées et les agissements. C'est lui qui rend aveugle, naïf, parfois stupide. C'est lui qui désigne le destin, sainement ou pas. Dans tous les cas, ce sentiment est tout sauf un choix délibéré. L'avouer, c'est accepter d'être vulnérable aux yeux de l'être choisi par son coeur. C'est accepter de se mettre à nu, de montrer les parties les plus intimes de sa personne, au-delà de l'anatomie corporelle, jusqu'au plus secret des recoins de son être et d'accepter d'être observé sous tous les angles possibles. C'est vouloir être touché, physiquement et mentalement, mais aussi émotionnellement. C'est d'accepter le risque d'être blessé, d'être déçue, d'être épris de ressentiments que l'on croyait impossible. De ressentir des émotions que l'on ignorait l'existence. C'est s'avouer vaincu par le destin. C'est admettre qu'on ne peut vivre sans l'autre, que toute la terre arrête de tourner s'il n'est pas là, même si la vie continue d'avancer. C'est de laisser tomber les barrières. Depuis le tout début, depuis qu'ils s'étaient rapprochés, depuis que Violet avait laissé la chance au militaire d'entrer dans sa vie, de briser les barrières des dissensions qui s'étaient dressées entre eux, la blonde avait souhaité le moment où, finalement, les peurs et les cachettes seraient vaincues par l'envie de profiter de ce qu'ils ressentaient mutuellement l'un pour l'autre. De laisser les vagues les guider, comme lorsqu'ils les affrontaient sur leur planche et qu'ils ne pensaient pas trop à ce qu'ils avaient à faire. Parce qu'au final, ils se laissaient porter là où les poussées les guideraient. Et maintenant qu'elle avait ce qu'elle voulait, qu'elle eût fait face à un Terrence honnête, ouvert et expressif, c'était elle qui s'était rétractée. Parce qu'elle ne voulait pas souffrir. Parce qu'elle ne voulait pas avoir mal. Parce qu'elle était apeurée de la suite des choses. Parce qu'elle ne voulait blesser personne, ni lui ni Liam, par des choix qu'elle pourrait faire. Parce qu'elle se posait, définitivement, trop de questions. Des questions qui n'avaient pas vraiment lieu d'être. Elle l'aimait. Violet était profondément, assurément, définitivement, passionnément, inlassablement amoureuse de l'homme qui se tenait devant elle. Toute sa vie, jusqu'à aujourd'hui, elle s'était protégée de lui, de leurs disputes qui ne faisaient que les détruire à petit feu. Elle n'en avait plus la force, elle ne voulait plus se protéger. Elle voulait laisser tomber le bouclier qui l'encerclait, retrouver les bras de l'homme qui faisait battre son coeur et d'envoyer paître les gens qui ne croiraient pas en eux. Elle regrettait d'avoir maintenu le silence, de peur de dire quelque chose de trop, alors que le moment avait été propice pour lui avouer, elle aussi, ses sentiments. Mais Violet était partie, promettant de revenir et c'était ce qu'elle avait fait. Elle était revenue. Aussitôt arrivée, aussitôt revenue vers lui. Comme quoi, elle ne pouvait se passer du commerçant qui, jusqu'aujourd'hui, ne lui avait fait de cadeau. Il avait été dur avec elle, froid, distant, mais invraisemblablement Violet avait su voir le bon en lui. Au travers de toutes les parcelles de ses défauts qu'il avait tenté de lui montrer, de la toile qu'il avait voulu peindre de lui-même. La blonde avait sur voir le bon. Le vrai. Et c'était pour ça qu'elle était là. Malgré les disputes. Malgré les secrets. Elle était revenue. Bien évidemment, elle savait que la suite des choses n'aurait rien de facile et que, malgré eux, les habitudes de confrontations referaient surface - ils n'y pouvaient rien, l'électricité entre eux était plus forte que tout. Mais ce soir, seulement ce soir, Violet souhaitait mettre l'animosité de côté et savourer leurs retrouvailles parfaitement imparfaites.
Il s'occupait donc d'elle, comme il en avait l'habitude. Elle qui perdait la raison quand elle se mettait à penser à lui. Terrence était attentionné, il réchauffait sur la cuisinière ce qui lui restait de son repas pour le bien de sa douce. Sa douce, qui, ne l'avait pas vraiment lâché des yeux, excepté pour les reposer quelques secondes avant d'être interpelée par une question qui la surprit. Si elle commençait à ressentir la fatigue causée par le décalage horaire, la peur de sommeil et les heures d'avion parcouru, Violet n'en ressentait à présent plus les effets. Injectée à la caféine de son interrogation, clairement destinée simplement pour faire la conversation, elle avait répondu du mieux qu'elle le pouvait. Sans cachette, sans mensonge. Honnêtement, à la lueur de leur relation. Elle ne lui avait jamais menti, depuis le tout début Violet avait été vrai. Avec ses sentiments, avec ses envies, avec ses besoins et avec les réponses qu'elle lui avait données. Aujourd'hui n'était pas l'exception à la règle. Alors qu'elle lui répondit à l'affirmative, sans lui cacher que l'endroit était magnifique et qu'une nouvelle visite s'y imposait, elle vit son regard s'assombrir. Elle sentit la tension tenter de se frayer, à nouveau, un chemin entre eux. Ce voyage n'avait rien de bon pour les deux amants, créant plus de différents que de points en communs. Ils n'avait pas eu la chance, eux, de passer ce genre de temps de qualité ensemble, loin des yeux des gens qu'ils connaissaient, loin de leur retour, de s'évader et de ne vivre que pour être heureux. Elle pouvait comprendre le pincement au coeur qui s'affichait dans le sourire pincé de l'homme, mélanger aux amertumes qu'il ressentait face à son ancien ami. Terrence n'était pas entouré de luxe. Il vivait dans une petite caravane modeste, située près de la mer, seul, avec son chien. Il travaillait, à peu près tous les jours de la semaine, du matin au soir. Il ne s'accordait pas vraiment de vacances, rares sont les fois où Violet l'avait vu fermé boutique. Sur ce point, ils étaient similaires. Elle ne savait pas s'il avait déjà voyagé, mis à part ses missions militaires qui l'avaient forcé à quitter sa petite ville natale. Et, même si ce n'était pas le cas... Violet s'en moquait. Elle ne l'aimait pas parce qu'il la gavait de présents ou de soirées luxueuses, parce qu'ils la couvraient de diamants et de paillettes, parce qu'il lui décrochait la lune. Lorsque la belle sous-entendit Liam et son absence de détails sur leur escapade, elle sentit la tension monter d'un cran de plus. C'était inévitable. Je ne t'en dirai pas plus, conclue-t-elle en soutenant son regard pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas à s'en faire. Je n'ai jamais voulu te mettre dans cette position. La blonde baissa les yeux rapidement, avant de poursuivre le chemin que ses doigts avaient emprunté dans son dos. La dernière chose que Violet espérait, c'est qu'il pensait qu'elle ait fait exprès pour le rendre jaloux. Elle n'avait aucune idée que son meilleur ami était, à ce jour, le pire ennemi de son amant. Ironiquement, elle n'avait pas choisi la situation. Liam ne lui en avait jamais parlé, au même titre que Terrence ne lui en avait jamais glissé un mot. Il avait fallu une soirée, un anniversaire, pour réaliser à quel point le monde, mais surtout Bowen, était petit. La vie les avait mis sur leur route, à tous et à chacun, pour une raison. Il ne fallait que la découvrir. Violet arrêta ses caresses au soupire de son homme, avant qu'il ne pose ses lèvres sur les siennes. Elles étaient douces et se voulaient rassurantes, mais la blonde commençait à le connaitre. Il était furieux. Pas contre elle, heureusement, mais contre la situation. Mais quand te mettras-tu dans la tête que ce qui t'implique, maintenant, ça m'implique aussi ? Elle cherchait son regard. Ton conflit, c'est aussi les miens! Mon meilleur ami et l'homme que j'aime ne peuvent pas être dans la même pièce sans s'envoyer balader... Ça me concerne autant que toi! Voilà. Elle l'avait fait. Maladroitement, à son tour, elle avait mis des mots sur ce qu'elle ressentait pour lui. Violet venait de dire à voix haute qu'elle l'aimait, lui et tous ses défauts. Elle se tut, l'écoutant poursuivre son discours sans rajouter un mot. Ses paroles ne lui firent pas plaisir, elle prit une inspiration avant de se détacher de lui, brisant la proximité qu'ils avaient. Tu ne feras rien du tout, Terrence. Violet soupira bruyamment. Je ne veux pas de ce genre de choses dans ma vie, compris ? C'était tout sauf une question. Violet était ferme. Et même si son appétit avait désormais disparu, elle prit place à la table pour s'attarder au repas qu'il avait pris la peine de lui préparer.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyLun 5 Nov 2018 - 20:10

Il y avait beaucoup de violence en Terrence, un combat intérieur, un sentiment d’injustice qu’il ressentait depuis toujours, une rage contre la vie qui ne l’épargnait jamais, qui l’égratignait petit à petit, chaque jour un peu plus comme si sa peine n’était pas suffisamment lourde à porter. Il était en colère, contre beaucoup de choses, pour lui-même et pour les autres, dans une vie rêvée il aurait pu être justicier, celui qui combat les forts pour rendre aux faibles, pour équilibrer la balance. Mais on était bien loin de cette fiction, puisque dans sa vie, la vraie, celle dans laquelle il se levait chaque matin, il vendait des armes aux méchants pour qu’ils puissent vaquer à leur guise à leurs occupations, il entretenait le commerce du crime, belle démonstration de super-héro Kelly ! Alors même s’il n’était pas fier de ce complément de travail, même s’il en avait honte, c’était une partie de lui, pas la plus reluisante. Pourtant lui-même n’avait jamais pointé un pistolet sur personne depuis qu’il avait rendu son arme de service, il avait bien ses quelques flingues planqués chez lui et dans son atelier mais ceux-là n’avaient jamais servi et il comptait bien ne jamais avoir à les sortir de leurs cachettes. Il détestait la violence, en vérité, il ne se battait pas, ou bien seulement contre lui-même, c’était un combat bien différent donc. Jamais il ne sortait les poings, partisan de l’idée qu’on pouvait régler tous les conflits en parlementant, enfin c’était un principe, parce que dans la pratique il évitait simplement les problèmes et quand certains arrivaient tout de même à se frayer un chemin, il préférait faire ce qu’il faisait de mieux, ne rien dire, de son air bourru et froid, son caractère taiseux dans toute sa splendeur, il était si doué pour les silences. Et si cela agaçait ses éventuels adversaires, lui, au fond, ça l’amusait presque, du moins il n’en avait rien à faire. Il ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il s’était battu, ça devait dater de sa jeunesse, d’une histoire idiote avec sûrement un peu trop d’alcool dans le sang, depuis il avait mûri, depuis il avait changé. Pourtant sa rivalité avec Liam semblait faire ressortir ses vieux démons et celui qui semblait si sage, si imperturbable d’ordinaire, n’était plus lorsqu’il s’agissait de cet homme surgit de son passé. Le problème dans tout ça c’était un peu toujours la même chose, toujours le même problème qui rendait les hommes stupides depuis la nuit des temps, une femme, entre deux hommes. Et pas n’importe quelle femme, celle pour qui le coeur de notre homme soit disant si froid se réchauffait, celle qui le rendait bête, qui le rendait beau, qui le rendait faible, tout à la fois. Celle qu’il aimait depuis longtemps sans s’en rendre compte et à qui il s’était enfin ouvert. Son ennemie mythique, devenue son obsession à présent. Terrence aurait préféré qu’elle se trouve pas prise entre leurs querelles, entre leur animosité qui, malheureusement à cause d’elle, n’allait pas s’arranger parce que s’il ne voulait pas se l’avouer, il était bel et bien jaloux de leur passé et de la relation qui unissait toujours Liam et Violet et ça allait obligatoirement peser son poid dans la balance. Il n’avait pas pensé une seconde que la belle tente de le rendre jaloux avec son ancien meilleur ami, mais ne pouvait ignorer cette boule de rage qui montait en lui quand il pensait à eux deux. Je t’arrête tout de suite, mes histoires restent les miennes et les tiennes ne me concernent pas non plus. Il se montrait ferme sur ce pointe, obtu même, fidèle à son caractère, son amour pour Cox ne l’avait pas tellement changé, pas tant radouci que ça. Et son inquiétude à elle, même si elle le touchait, même si elle témoignait de toute son affection, n’y changeait rien. Et même sa déclaration d’amour lancée à la volée ne l’amadouerait pas, Terrence n’avait pas sa réputation d’ours mal léché pour rien. On était fâchés bien avant toi et ne cherches pas à arranger les choses par toi-même. On ne s’est pas parlé durant des années, ça ne s’efface pas avec un joli sourire et une tournée de rhum. Clairement la soirée tournait mal, les retrouvailles chaleureuses n’avaient duré que le temps de leur étreinte sur la plage, à présent ils étaient tendus, aucun des deux ne semblant vouloir lâcher du lest. Je n’ai pas dit que j’allais le frapper, ni même le provoquer. Je dis juste que s’il m’attaque je ne me laisserais pas faire. Il semble avoir tellement à me reprocher, autant de choses que j’ignore, j’ai le droit de me défendre. Il revendiquait son droit à ne pas se laisser dépasser par son passé, à faire entre sa voix et à rendre les coups, si besoin. Liam était tout aussi sanguin que lui alors ne nous voilons pas la face, leurs échanges pourraient être musclés. Evidemment que Violet avait perdu l’appétit, Terrence le comprenait bien, mais elle eut la correction de s’attabler malgré tout, une acalmie dans la tempête, occasion pour le barbu de boire quelques gorgées de sa bière, il se posa juste à côté d’elle, l’observant en coin, dans le froid qui avait envahi cette pièce, seul les ronflements de Stan brisaient le silence entre les deux amants. Quelques secondes, puis un sourire se dessina au coin des lèvres de Kelly. Alors tu m’aimes ? Tu n’as pas idée de la connerie que tu fais… Il était à demi sérieux, sachant à quel point il était difficile à cerner donc, à aimer. Mais son visage se tourna vers l’américaine, fendu d’un sourire qui ne cachait rien de sa joie.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyVen 9 Nov 2018 - 16:46

L'avion à peine posé, Violet rêvassait déjà de retrouver les bras de son amant. Si la belle se voulait honnête avec elle même, il aurait fallu qu'elle admette qu'en réalité, bien avant de se poser dans l'avion, entre le hublot et Liam, cette pensée lui avait traversé l'esprit. Les circonstances en avaient fait le choix, laissant leur relation sur un fil de fer fragile juste avant son départ. Comment ne pas vouloir retourner vite au quotidien alors qu'à la maison, seule, était resté un homme obstiné à croire que l'amour n'existait plus qui venait de lui avouer ses sentiments ? C'était bien ça, en réalité, qui la motiva à prendre la poudre d'escampette, à déposer simplement ses bagages et à se ruer chez lui sans même réfléchir. Et maintenant qu'elle y était, maintenant qu'ils s'étaient retrouvés et que l'incendie qui brûlait dans son ventre s'était éteint par la douceur de ses lèvres et la chaleur réconfortante de ses bras, maintenant que le calme était revenu, les deux amants retrouvaient l'animosité qu'ils connaissaient un peu trop bien. Et ce malgré eux. Leurs retrouvailles se seraient passée d'une tout autre façon si son départ, à la base, n'avait pas été engendré par une personne que le militaire ne supportait pas, ni de près ni de loin. Et leurs disputes s'étaient remises entre eux, sans vraiment leur laisser le temps de respirer. Une violence inexplicable. Ils s'étaient mis à nouveau dans leur rôle habituel, comme si avouer que le calme s'était immiscé entre eux était inconcevable. Comme si arrêter les querelles faisait mourir ce qui les unissait. Pourtant, tout au fond d'elle, alors que Terrence exposait ses faits, Violet sentait la peine la voiler. Pourquoi fallait-il qu'ils agissent encore comme des enfants se disputant pour la dernière part de gâteau alors que, visiblement, ils n'étaient pas en mesure de vivre l'un sans l'autre. Que sa présence donnait à la belle une raison de respirer librement et de maintenir ce sourire niais qu'elle avait en permanence dans le visage, jaugé que pour lui. Ce sourire, elle ne l'avait plus à présent, écoutant ce que le commerçant avait à lui dire. Elle ne souriait plus, le regard ombragé avec l'impression que chaque fois qu'ils faisaient un pas vers l'avant Terrence se sentait obligé de faire marche arrière. Mes histoires restent les miennes et les tiennes ne me concernent pas non plus. Violet baissa les yeux, incapable de le regarder tellement la déception l'avait envahie à ce moment. Inconsciemment, elle savait que sa relation avec Terrence, si relation naitrait de tout ça, n'allait pas être évidente; ils rencontreraient beaucoup d'embuches avant de s'avouer complètement vaincus. Mais la belle ne s'était pas imaginé ce genre de scénario, à son retour de voyage, après qu'il lui ait avoué ses sentiments. Après qu'elle lui ait avoué, elle aussi, ce qu'elle ressentait envers lui. S'il voulait qu'ils en restent là, que leurs soucis n'appartiennent qu'à eux, alors elle le ferait. Tristement, elle s'y conformerait. Mais alors, il ne pourrait lui en vouloir de les avoir gardés pour elle. Paradoxalement, bâtir quelque chose à deux, s'était aussi de former une équipe, d'affronter à deux les difficultés de la vie. Et clairement, Terrence n'en était pas là. Violet venait de recevoir une claque au visage, réalisant que les mots ne sont que des mots et que, au final, il n'était pas si prêt que ça à laisser entrer quelqu'un dans son existence. Elle le respectait, certes, mais elle ne cachait point sa déception. Je ne cherche pas et ne chercherai pas à arranger les choses entre vous. Ça vous appartient répondit-elle sur le même ton qu'il avait emprunté : avec fermeté et sévérité. Le reste du discours de Terrence irrita encore plus Violet, sous-entendant son anniversaire. La soirée avait mal tourné, alors que la belle célébrait son entrée dans la trentaine. Il avait du culot de remettre sur le tapis cette soirée. Violet soupira lourdement, espérant être en mesure de se calmer alors qu'elle sentait l'irritation vouloir faire surface au plein jour, agressant des paroles peu harmonieuses à l'homme. Ses intentions furent lasses, elle s'était déjà emballée et voilà qu'elle répondait à la pique lancée droit sur sa personne. Et une déclaration d'amour n'efface pas non plus ce qu'il s'est passé ce soir-là. Les regards, les commentaires, les piques lancées, mais aussi le baiser que l'homme avait échangé avec une autre; toutes ses choses qui n'avaient pas vraiment été accordées une fois la soirée terminée. Violet laissa échapper un nouveau soupire, déjà lassée de la discussion qui ne menait nulle part. Aucun des deux ne s'avouerait vaincu aussi facilement. T'es pas possible... Se contenta-t-elle de rajouter, alors qu'elle prenait place à la table, l'appétit violemment coupée. Le plat sentait bon, Terrence était d'ailleurs un bon cuisinier, mais il trouvait difficilement le chemin de ses lèvres. Violet avait du mal à en apprécier les saveurs, perdues un peu dans ses ressentiments. Elle le fit tout de même, s'accordant des bouchées lui permettant de maintenir une nouvelle distance face à la situation. La bouche pleine, il était impossible de répliquer à toute éventuelle pique lancée par l'homme. Faussement plus calme, il vint s'assoir près d'elle, sa bière froide toujours à la main, sans vraiment la regarder. C'était tant mieux, parce que Violet ne le regardait pas non plus. Le froid s'était installé entre eux, encore, et elle reprenait tout juste ses esprits. Puis, sans aviser, Terrence brisa le silence en revenant sur la déclaration de la blonde, celle qu'elle avait faite un peu sans s'en rendre compte. Et c'est alors, juste à ce moment, qu'il osa tourner son visage vers elle, sourire aux lèvres. Violet, elle, sourit en coin, pas encore assez prête pour lui sourire pleinement. À demi sérieuse, même ton qu'il avait utilisé, elle ajouta : Je sais pertinemment ce que je fais. accompagné d'un clin d'oeil coquin. Elle reposa les coudes sur la table, s'avançant un peu le corps vers l'homme pour approcher son visage près du sien. Trop près. Leur nez pouvait presque se toucher, mais elle restait figée là. Elle mordillait sa lèvre inférieure, le regard joueur. Alors, comment va Anna ? S'enquit-elle, essayant d'être le plus sérieuse possible, alors que, véritablement, elle ne la mentionnait que pour titiller son amant. Ils n'en avaient pas parlé, de ce baiser, et même s'il l'avait énervé le soir de son anniversaire, elle était soulagée de ne pas les avoir trouvé dans leurs bras mutuels en voulait lui faire une surprise ce soir.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyLun 12 Nov 2018 - 16:03

Etait-il possible d’aimer quelqu’un et d’être en même temps continuellement en conflit avec cette personne ? La réponse était oui, définitivement oui, concernant Terrence ça ne faisait aucun doute, il avait besoin de Violet, il ne pouvait aller contre ce sentiment, contre la chaleur qu’il ressentait lorsqu’elle était près de lui. Mais il ne pouvait pas non plus aller contre sa nature, tempétueuse, qui imposait ses principes et son mauvais caractère. Il pouvait l’aimer et ne pas aller dans son sens pour autant, ne faire aucune concession, ou si peu, aux yeux de l’américaine. Ainsi il comprenait bien qu’il l’aimait de cette façon depuis des années déjà, sans jamais se l’être avoué, à l’époque seulement c’était la colère et l’animosité qui parlait avant la douceur alors il ne s’était laissé aucune chance de comprendre qu’il était amoureux d’elle. A présent qu’il l’avait compris et qu’il acceptait que cet amour prenne le dessus, il se sentait mieux, apaisé, mais il ne changeait pas de comportement pour autant, quitte à déstabiliser sa maîtresse et à s’en attirer les foudres. Probablement que Cox n’avait pas vu les choses venir de cette façon, elle avait peut-être cru qu’en lui déclarant sa flamme il allait s’apaiser, s’adoucir, changer pour que les choses se construisent doucement entre eux. Et c’était plus ou moins son but, mais il était incapable de devenir un autre homme simplement pour ses beaux yeux. S’il devait changer, ça prendrait du temps et il espérait aussi que Violet n’allait pas changer à cause de lui, c’était de cette fille passionnée et douce, tendre et chiante à la fois qu’il était épris, pas d’une pâle copie, il voulait l’aimer elle, avec son caractère et ses manies, avec son affection qui prenait parfois trop de place, sa curiosité intarissable et ses grands principes qui l’exaspéraient parfois. Peut-être était-ce son expérience de la vie, sa maturité en approchant la quarantaine qui le faisait penser ainsi mais il avait compris depuis bien longtemps qu’il était égoïste de vouloir changer quelqu’un par amour, il était d’avis qu’il fallait du temps pour s’apprivoiser, se comprendre et s’accepter tel que l’on était. Mais si Violet ne partageait pas son point de vu alors les choses se compliqueraient, peut-être n’arriveraient-ils donc pas à s’accorder seul le temps le leur dirait. Bien. Il était satisfait de sa réponse, même s’il doutait qu’elle arrive réellement à se contenir quant à cette histoire entre les deux hommes de sa vie. Je ne veux rien effacer. Piqué au vif, il comprenait qu’elle pensait que sa déclaration l’autre soir n’avait été adressée que dans le but de l’apaiser. C’était faux, totalement faux, s’il le lui avait dit c’est parce qu’il le pensait, il n’était pas de ces charmeurs de bas étage qui balançaient des “je t’aime” à tout va juste pour amadouer les filles, ce genre de paroles là il l’économisait bien volontiers.
Il leur fallut quelques minutes pour se dérider à nouveau, histoire de faire un peu retomber la tension. Terrence était d’humeur badine, à remettre sa déclaration à elle sur le tapis, comme ça, l’air de rien. Il avait réussi son effet, sans s’avouer totalement vaincue, la belle ne put retenir un sourire en coin, c’était une petite victoire. Oh oui, elle savait ce qu’elle faisait, le brun n’en doutait pas une seconde. Alors qu’elle s’approcha de lui, assez pour qu’il redécouvrir toute les pépites dorée qui parsemaient ses iris ou qu’il sente son souffle réchauffer son visage. Il savait aussi qu’elle ne s’avancerait pas d’un millimètre de plus, joueuse, elle testait sa résistance, mais c’était mal le connaître, des tentations il en avait eu et beaucoup auxquelles il avait dû se battre pour ne pas céder, il ne perdrait pas à ce jeu là. Anna ? Aussi près que ça elle remarqua sûrement la surprise passer dans les yeux de son amant. Il ne savait absolument pas de qui Violet parlait, loin de penser à cette fille qui l’avait embrassé sur la plage l’autre soir. Il ne connaissait même pas son prénom, à la surfeuse blonde. Il lui fallut quelques secondes alors pour comprendre où elle voulait en venir. Et seulement à ce moment là il arqua un sourcil, sans bouger. Elle va bien. Elle est passé à la boutique il y a deux jours. C’est drôle, elle m’a demandé comment tu allais. Il la fixa d’un oeil rieur. Tu n’es pas jalouse, Cox. Si ? Mais il avait déjà sa réponse à cette question, il l’avait bien vu l’autre soir sur la plage.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyMer 14 Nov 2018 - 22:17

Il était réellement, vraisemblablement, véritablement, possible d'aimer tant que son coeur se déchire entre la douceur et les querelles. Cet état avait un mot, un simple nom bien distinct : violence. La violence de leur amour qui découlait sur la violence de leur incapacité à changer complètement l'un envers l'autre. Toujours là à se piquer, à chercher des problèmes où en réalité il n'y en avait pas vraiment. Ils étaient heureux de se revoir, sans aucun doute à lire leurs expressions faciales loin d'être discrète. Mais, armés d'une force plus tenace que leurs deux sales caractères, ils combattaient toujours les simples réactions, trouvant plus facilement le chemin vers la complexité. Comme toute l'essence de leur relation, à vrai dire. Dès le tout début, alors qu'il s'était présenté à la boutique, lui déclarant presque la guerre, la maudissant d'avoir eu la brillante idée d'ouvrir une boutique, elle aussi, sur le bord de la mer. La condamnant irrémédiablement au rôle de l'ennemie jurée, sans même apprendre à la connaitre un peu. Sans même prendre le temps de comprendre que ses intentions, depuis le début, n'avaient jamais été de prendre sa place. Ils auraient pu convenir de termes à leur relation d'affaires qui conformaient aux intérêts des deux partis et, tels des adultes, agir comme de bons commerçants. Inlassablement, ils se disputaient sur des détails qui importaient peu, au final, pour le simple but de se détester. Se détester tellement, qu'au final, à force de combattre ce qui était le plus redoutable, ils avaient fini par tomber amoureux. Bien trop amoureux, même. Tellement, qu'aujourd'hui, vivre l'un sans l'autre en était presque inconcevable. De ses attaches fusionnelles, un peu trop violentes, qui ne peuvent être brisées. Ils étaient tout sauf simples, ensemble, alors que dans leur vie respective tout était le contraire. Comme si l’assemblage de deux âmes trop similaires formait un tout autre résultat que celui prédit dans les faits. Elle qui pensait qu'une fois leurs sentiments adressés, une fois honnête l'un envers l'autre, les choses finiraient par s'emboiter l'une dans l'autre jusqu'à former le tout, tout en simplicité, qu'ils étaient destinés à créer. Et pourtant, ce soir, une fois de plus, elle avait la preuve que le caractère de l'homme ne pouvait être dompté aussi facilement. Était-il normal que cela l'excitait ? N'importe qu'elle autre fille aurait pu se montrer défensive, vouloir tout arrêter et reprendre sa route seule plutôt que d'accepter les froideurs de son amant, pourtant Violet ne semblait pas vouloir reculer. Au contraire, malgré son besoin de lui tenir tête et sa répartie, elle cachait au fond d'elle une part de son coeur qui était, de plus en plus, charmé de lui. Terrence n'avait rien de facile. Il était impossible à percer, impossible à atteindre, trop fort et trop fier pour que quiconque n'aille le dessus sur lui, et elle aimait ça. Il était un défi pour elle et la récompense, à la ligne d'arrivée, résultait en toutes ces fois où malgré sa sévérité il avait laissé paraitre des douceurs dans ses agissements. Ses fois où il l'a prenaient dans ses bras, où il posait ses lèvres contre les siennes et qu'il plongeait ses azurs dans ses yeux. Plus il la confrontait, plus elle avait besoin de lui. Plus elle sentait le feu monter. Plus elle n'avait qu'une envie, pas très catholique, de lui montrer ce qu'il déclenchait chez elle. Leur animosité, origine de leur amour, en était le coupable. Entre eux, il était bien vrai que l'amour après les disputent étaient meilleur. Violet ne souhaitait pas le changer, loin de là, c'était de cet homme borné et obstiné qu'elle était tombée amoureuse. La blonde voyait bien les efforts qu'il avait faits pour se rendre jusqu'à une déclaration d'amour. Terrence en était bien loin, le premier soir qu'ils s'étaient liés intimement, incapable de prédire où leur relation les mènerait et, seulement si, relation il y allait à s'en découler. S'ils faisaient des flammèches et peut-être même des explosions, déjà, de quoi serait parsemé leur futur ?
À sa réponse, Violet fronça des sourcils, déjà exaspérée de la situation. S'il pouvait se rattraper à cet instant présent, Terrence avait manqué le bateau. Il était, d'ailleurs, déjà parti bien loin en mer sans l'intention de faire demi-tour pour le chercher. C'était sa faute, complètement la faute de la belle blonde, tout ce qui s'était passé était de son ressort. Elle lui avait lancé un défi et piégée à son propre jeu elle fut forcée de le regarder en embrasser une autre. Au fond, elle savait bien qu'elle ne pouvait pas lui en vouloir, mais c'était plus fort que la raison. Les artifices refaisaient surface, impossible de maintenir une simplicité. À quoi bon, quand la complexité est bien plus évidente ? Il n'effacerait rien de sa soirée d'anniversaire et, à défaut de répliquer, Violet se distança. De l'air, elle en avait besoin pour mieux respirer au travers de sa frustration. C'était bien ça, exactement ça, que cette fille de la plage avait tenté de faire. Et sinon, la belle ne comprenait pas ses actions. Violet tentait de rester calme, d'éviter de s'emporter sous les tensions laissées en l'air. Peine perdue. À demi calme, elle s'était approchée de son amant, l'air joueuse, presque pour le toucher, presque pour l'embrasser. Ce n'était pas gagné d'avance, malheureusement pour lui, elle n'était pas d'humeur complètement aux douceurs, bien que l'expression de son caractère d'ours mal léché lui avait laissé un fond d'envie d'exploration vers ce qui pourrait être leur nouvelle intimité. En substitution, elle était aguicheuse se pendant presque à ses lèvres invoquant de son prénom au mauvais souvenir du passé. Anna. Elle n'avait aucune importance aux yeux de l'homme, visiblement, il cherchait de ses perles bleues qui s'agitaient de gauche à droite à savoir de qui sa belle lui parlait. Puis, il comprit. Et, joueur à son tour, il répliqua de sa répartie légendaire. Violet lui sourit faussement, la colère dans les yeux mais la douceur au visage. Ah géniale. Tu l'embrasseras la prochaine fois qu'elle passe à la boutique de ma part, tu veux bien ? C'était méchant, cruel voir, enfantin même. C'était Violet, fâchée, un peu contre lui, beaucoup contre elle. Et déçue. Et un peu blessée. Loin d'être trahie, mais avec le sentiment de s'être fait jouer le soir de son propre anniversaire, alors que la soirée aurait dû être mémorable à la positive. Moi, jalouse ? Pffff ! Mensonge qu'elle rétorqua en secouant la tête et en s'enfourchant une gorgée de bière, un peu comme si l'excuse de la gorge pleine lui interdisait d'en ajouter plus. C'était faux. Complètement faux. La discussion ne se terminait pas là. Était-elle jalouse ? Pas spécialement. Pas en temps normal. Mais, entre eux, rien n'était normal. Ils ne s'y connaissaient pas en normalité. Tout pouvait basculer. Violet n'aimait pas particulièrement le sentiment qu'elle avait lorsqu'elle pensait à leur relation, le sentiment que tout pourrait s'écrouler à la moindre erreur. Que quelqu'un puisse venir saccager les efforts qu'ils avaient faits, les progrès des derniers mois. T'façon, tu aimerais trop ça. Ça t'enflerais un peu trop la tête, à mon avis. Si elle paraissait détachée, elle ne l'était point en réalité. Pourtant, elle n'en laissait paraitre aucun indice.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyDim 25 Nov 2018 - 23:09

Si vous voulez la vérité, sachez que Terrence n’avait aucune idée de ce que pouvait signifier ce baiser que cette fille lui avait donné. Ni des paroles qu’elle avait prononcé juste après. La vérité aussi c’était que leurs lèvres s’étaient à peine effleurés, que lui n’avait rien ressenti de spécial quand l’intrépide Anna s’était serrée furtivement contre lui. Il avait été surpris, flatté peut-être un peu, dans sa fierté d’homme, mais rien de plus. Il n’avait pas non plus été gêné par ce geste, simplement parce qu’il savait qu’il ne signifiait rien, ni pour elle ni pour lui, c’était juste un jeu auquel elle avait voulu jouer, un jeu puéril. Le malaise était arrivé après, lorsqu’il avait croisé le regard assassin de Violet, lorsqu’il avait saisi que la blonde avait tout vu et interprété les choses bien à sa façon. Non, pour l’instant il était loin de remercier la surfeuse pour son baiser, celui-ci avait bien plus compliqué les choses que pimenter sa relation naissante avec Cox. Pour le moment elle lui en voulait, encore et sa jalousie semblait prendre une ampleur bien trop importante. Il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, il n’était pas meilleur qu’elle sur ce sujet, jaloux comme un poux de Liam avec qui elle avait partagé un bout de son histoire et de qui elle était encore très proche aujourd’hui, assez proche pour partir à l’autre bout du monde durant quelques jours. Mais Kelly, à l’inverse de la blonde, préférait ne rien savoir plutôt que de l’écouter lui raconter à quel point elle s’était amusé avec un autre. Et pas n’importe quel autre. On pouvait dire que pour l’instant rien n’était monotone dans leur relation, ils avaient de nombreux désaccords, comme ils avaient toujours eu, finalement, dès le départ ils s’étaient disputé pour tout et rien, se cherchant l’un l’autre, tirant la couverture à eux pour mieux embêter l’autre et au fond, pour mieux se retrouver. Ils se disputaient au sujet de leur commerce, de gamineries diverses. A présent Turner était l’un des principaux sujets de discordes, peut-être le plus épineux puisqu’ils avaient réussi à passer au dessus des histoires de prison de Terrence. Il y avait donc Liam et puis la possessivité de Violet envers son amant, telle une lionne, elle ne laisserait aucune autre fille s’approcher de lui, sous menace de sortir les crocs. Je n’y manquerais pas ! Elle le provoquait et lui répondait sans ciller. Si Violet cherchait à déstabiliser Terrence, elle aurait bien du mal sur ce terrain là. Alors qu’elle semblait bouillir de rage, malgré son visage faussement souriant, ses yeux lançaient des éclairs, le barbu, lui, restait impassible, il était impossible de savoir s’il était sérieux ou non. En vrai il n’avait jamais revu cette fille, sauf aperçu sur la plage alors qu’elle s’adonnait à leur passion commune, mais c’était tout, il n'avait aucune intention de la revoir, néanmoins, si elle venait à sa boutique comme elle l'avait déjà fait, pour discuter surf ou tout autre chose, il ne la congédierait pas simplement parce que Violet ne l'aimait pas. Tout comme lui n'avait rien à dire des fréquentations de la belle, ils avaient chacun leur vie et l'autre devait le respecter. Si, tu l’es. Il s’approcha d’elle, ce n’était pas bien difficile, ils étaient déjà très proches, proximité qu’elle avait créé en cherchant à se jouer de lui, pourtant à présent c’était lui qui s’amusait, il avait toutes les cartes en main alors il en profitait, finissant par l’attraper par la taille. Tu es terriblement jalouse et je t’avoue que ça me plait. Sans qu’elle ait le temps de réfléchir, Violet se retrouva assise sur les cuisses de Kelly qui la fixait avec un désir non dissimulé. Ce n’est pas pour mon égo, là dessus tu te trompe, je n’ai pas besoin d’avoir toutes les filles à mes pieds, une seule me suffit et je l’ai devant moi. Et puis tu es diablement sexy quand tu es en colère. Si Violet repoussait à nouveau Terrence, là elle le frusterait, il en avait assez de leurs chamailleries qui ne menaient à rien. Même s’il en était le premier déclencheur, il savait qu’ils s’aimaient, ils n’étaient plus des gamins, ils n’avaient pas besoin de compliquer les choses, ils savaient ce qu’ils voulaient, lui le savait parfaitement en tout cas. La vie elle-même était déjà bien trop difficile, semée d'embûches alors si au moins l’amour pouvait être simple ça lui faciliterait bien les choses. Il caressa les cheveux de celle pour laquelle il brûlait, son corps chaud contre lui était bien trop tentant alors au diable Liam ou bien Anna, ce soir il n’y avait qu’eux et ils ne s’étaient pas vu depuis des jours, ils avaient du temps à rattraper.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyMer 28 Nov 2018 - 6:50

Terrence l'exaspérait. Il l'énervait. Il était là, planté devant elle, sans possibilité de déceler ce que son visage cachait. Il se montrait impartial, glacial, sans signe de ses réactions. Violet, elle, était expressive. Elle l'avait toujours été, c'était dans sa personnalité. On pouvait lire sur son visage toute la jalousie que contenait son corps. Elle en était verte, loin d'en être son habitude. Jamais elle ne se comparait aux autres filles, parce qu'elle était croyante que chacune était magnifique à sa propre façon. Mais ce soir, elle était telle une lionne ne qui défend son mâle. Et les répliques de Terrence alimentaient ses réactions. Calme, droit comme une barre, il lui donnait exactement ce qui fallait à la belle pour jubiler encore plus de cette jalousie. Combien de fois était-elle allée à la boutique ? S'étaient-ils revus depuis son départ pour Disney ? Tous ces questionnements étaient malsains. Violet le savait bien. Ça ne lui ressemblait pas. Et pourtant, c'était ce qui se bousculait dans sa tête : des questions ridicules de gamine trop jalouse. Terrence n'était pas comme les autres. Il était difficile à cerner, sa carapace endurcie était solide, impossible à transpercer avec ses méthodes habituelles, il la rendait folle. Violet ne savait plus comment se comporter. Tous ses repères s'envolaient, ne collant pas à la personne que Kelly était. Et c'était bien pour ça que la blonde ne se faisait soudainement plus confiance. Il n'était pas vraiment à elle. Ils ne s'étaient rien promis. Elle ne distinguait pas ce qu'ils étaient, ce qu'ils voulaient, il lui avait avoué son amour, certes, mais depuis ils ne s'étaient pas vraiment parlé. Puis, cet amour, elle n'avait pas pu être explorée. Entre leur millionième dispute et son départ, ils avaient à peine eu le temps d'assimiler la déclaration. Et puis il y avait eu les aveux, les secrets finalement mis à jour : la prison, Lena, son passé amoureux. Toutes ces choses qui avaient dressé des barrières entre eux maintenant exposées qui valsaient dans la tête de la commerçante. À la réponse de l'homme, Violet roula des yeux préférant se taire plutôt qu'alimenter un nouveau débat. Elle n'aimait pas cette fille, un point c'est tout, Terrence ne lui ferait pas changer d'avis. Serait-elle monstrueuse avec cette dernière ? Jamais. Mais elle avait tout de même la liberté de la détester au plus profond d'elle même, un peu comme son amant le faisait avec Liam. À chacun son ennemi. La différence étant que, par chance, Liam ne représentait aucune menace pour Terrence. Leur histoire était bien loin d'être encore sur les rails. Leur passé amoureux était enfoui, enterré loin dans sa mémoire. Anna, quant à elle, n'avait rien de Violet. Elle était ce genre de filles, un peu trop fêtard, blonde et élancée, sans envie de sérieux. Dans les faits, elles étaient tout le contraire. Violet n'avait rien à craindre. Et elle le savait. Mais c'était plus fort qu'elle, elle la détestait. Peut-être que c'était parce qu'elle s'était fait prendre à son jeu, peut-être que c'était parce qu'elle avait osé embrasser l'homme qu'elle aimait le soir de son trentième anniversaire, peut-être que c'était parce qu'il ne l'avait pas confronté sur les détails de ce baiser. Elle n'en savait rien. C'était ainsi. À prendre ou à laisser. Elle n'allait rien dire sur les fréquentations de l'homme, femme ou homme, mais elle n'allait pas pour autant accepter de se faire jouer. C'était bien ça, le problème. Ils n'avaient pas été explicites de leurs intentions. Finalement, elle ne le connaissait pas si bien que ça, Terrence. Et elle n'accepterait pas de se faire trahir par lui, Liam se ferait bien trop une joie de lui rappeler. Non, je ne le suis pas! Répondait-elle presque vexée. Ce n'était pas elle. Elle n'était pas jalouse. Elle était amoureuse, oui, mais pas jalouse. Elle n'était pas possessive. Terrence s'était rapproché d'elle, encore plus qu'elle ne l'était déjà. Le même visage imperceptible d'émotion. Ça lui plaisait donc, sa jalousie? C'était à ne rien y comprendre. Mais violet n'eut pas le temps d'y réfléchir qu'il l'agrippa par la taille, la forçant a l'enjamber pour s'assoir sur ses cuisses. Son envie était visiblement perceptible, Violet pouvait bien le sentir. Son regard était enfin doux, fiévreux de sa douce. Violet eut soudainement chaud, une chaleur qui transposa son être en entier.  Elle entrait dans son jeu, finalement satisfaite qu'il aime sa jalousie. Je peux être plus souvent en colère, si c'est ce que ça te prend pour me trouver sexy. Je suis certaine que j'en trouverais le moyen. Elle souriait, la plaisanterie teintant son discours, ses mains voyageant contre les cuisses de l'homme, son souffle près de son visage. Je crois que c'est le premier compliment que tu me fais, Kelly. Rappelle-moi de marquer le calendrier ! Dans cette blague, il y avait une vérité. Rares étaient les compliments qu'il lui faisait, trop habitués à se reprocher des stupidités. Il l'a trouvait sexy, peut-être même séduisante, et ça plaisait à l'américaine. Ses lèvres s'approchèrent de celles du militaire, dangereusement proche. T'as pas d'autres compliments à me faire ? Souffla-t-elle contre sa peau, ses cuisses se pressant contre celles de son amant pour faire augmenter la tension.  S'il pensait gagner aussi facilement, il ne savait donc pas encore à qui il avait à faire. Violet était impitoyable à ce jeu là. Elle avait craqué une fois, depuis elle se laissait languir. Heureusement, elle ne l'avait pas repoussé. Elle était d'humeur coquine.


Dernière édition par J. Violet Cox le Mer 5 Déc 2018 - 4:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence Kelly
MESSAGES : 586
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Saaya
COMPTES : Léo, Elijah, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
please don't let me down (violence) Empty
adm h
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyLun 3 Déc 2018 - 23:24

Si Violet s’inquiétait de la fidélité de Terrence, elle n’avait pas vraiment à s’en faire. Le surfeur n’avait pas de réputation de coureur, beaucoup le voyaient d’ailleurs comme un célibataire endurci depuis des années. Il sortait peu, il n’était pas considéré comme un fêtard et encore moins un homme à femmes. On lui avait connu quelques histoires, mais rien de vraiment notable, il savait se faire discret. Et puis il n’aimait pas forcément ça, enchaîner les conquêtes, il n’avait jamais été comme ça. Pas forcément non plus à attendre la bonne, celle avec laquelle il ferait toute sa vie. En fait il se laissait porter, tout simplement, il ne se posait pas de questions, la vie ferait son oeuvre et s’il devait finir seul, il se dirait que c’était comme ça, un point c’est tout. Alors que Violet se rassure, ce n’était pas cette Anna qui allait le faire changer de ce qu’il était. Néanmoins il n’était pas contre un peu de cette jalousie qui faisait rougir ses joues et briller ses yeux d’une lueure qu’il interprétait à sa façon, il laissait de côté toute tension conflictuelle pour se laisser prendre par l’envie de jouer avec ses nerfs, pour la faire rougir davantage et laisser une chaleur nouvelle l’envahir peu à peu. Elle rétorquait ne pas être jalouse et Terrence n’en doutait pas, en temps normal Cox ne devait pas être si possessive, mais entre eux rien n’était normal, ils avaient cette relation peu conventionnelle, loin des amours habituels, ils étaient possédés par quelque chose qui les consumait. Au départ, Kelly avait cru que cette passion allait les couler par le fond, mais peu à peu il comprenait que quelque chose de bien pourrait en ressortir, qu’ensemble ils pourraient être heureux. Alors pourquoi se faire la guerre quand on pouvait faire quelque chose de nettement plus agréable. L’amour, nourrit par cette tension qui les traversait depuis leurs retrouvailles. Assise sur les genoux de Terrence, Violet capitulait, charmée par celui qui semblait souvent sans coeur et qui pourtant n’avait d’yeux que pour elle. Oh je n’en doute pas, je sais que tu as des ressources auxquelles je ne m’attends pas ! Elle roucoulait contre son oreille alors qu’il laissait ses mains caresser sa nuque, descendre sur ses épaules jusqu’à la naissance de sa poitrine, il eut l’impression de sentir son coeur s’accélérer sous ses doigts et cette idée lui plut beaucoup. Fébrile, il lui sourit, amusé par sa réflexion. Ne t’y habitues pas trop, je ne suis pas connu pour ma générosité en matière de compliments. Bien meilleur pour les démonstrations physiques que pour les grandes déclarations, Terrence ne donnait pas beaucoup de compliments, il la trouvait pourtant sublime, intelligente, surprenante à bien des égards et terriblement séduisante, mais il se trouvait toujours idiot lorsqu’il complimentait, il ne savait pas y faire. Pour être honnête, il admirait même ceux qui étaient doués avec les mots, se pensant toujours aussi mauvais parleur que la première fois qu’il avait dû se mettre à nu devant elle. C’était quelque chose que de mettre des mots sur ses émotions, il ne savait pas bien le faire, ou maladroitement. Il préférait l’embrasser, l’étreindre, lui faire l’amour toute une nuit de la façon la plus tendre, ça valait pour lui la plus belle des déclarations. Mais les femmes en voulaient toujours plus, c’était bien connu. Violet avait approché ses lèvres si près de celles de Terrence qu’elles en devenaient encore plus désirables, mais elle ne combla pas le vide, se faisant languir comme elle savait si bien le faire, c’était une sorte de jeu entre eux, à celui qui craquerait le premier, pourtant ils connaissaient et attendaient tous les deux l’issu de cette joute accessoire. C’était leur parade à eux, leurs préliminaires, avant de se laisser emporter. Il bascula la tête en arrière, quand on disait que les femmes en demandaient toujours plus. Violet… Tu es… tu es un monstre. Après un soupire il se redressa, la fixant l'oeil brillant de désir. Laisse-moi te montrer, laisse-moi te complimenter à ma façon, tu verras qu’elle n’est pas moins agréable que les douceurs que tu attends. Il l’entoura de ses bras et la serra contre lui, ce fut lui qui craqua le premier, tant pis pour sa fierté, qu’elle jubile, il s’en moquait, il la voulait. Ses lèvres se pressèrent contre celle de la belle américaine et il l’embrassa avec toute la fougue qu’il retenait depuis qu’ils avaient commencé ce petit jeu.


__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars,e ven if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violet Cox
Violet Cox
MESSAGES : 4507
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) emy
COMPTES : blanche + cleo + bella + brooke
STATUT : la violence ♥ terrence
please don't let me down (violence) Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) EmptyMar 4 Déc 2018 - 6:41

Violet et Liam avait formé un couple. Jadis, elle se croyait amoureuse. Fervente de ce sentiment au grand A, elle voulait y croire. Les choses s'étaient avérées différentes. Au travers des années, l'Américaine avait compris la distinction subtile entre l'attachement et l'amour, sentiments parfois confondus. Avec Liam, c'était de l'affection. Une attirance physique, certes, des besoins charnels, mais surtout un attachement unique qui les retenait l'un à l'autre. Mais, à ce jour, il était impossible de parler d'amour. D'amour vrai. D'amour pur. Ce sentiment, il n'arrive pas comme ça, sans crier gare. La blonde le comprenait alors que ses yeux croisaient ceux de celui pour qui son coeur battait si fort. Elle avait compris les nuances de l'amour, celui qui se développait à petit feu, lentement, mais qui frappait fort quand il décidait de s'installer, de se loger dans deux cœurs faits pour s'unir l'un à l'autre. L'amour qu'elle portait pour Terrence, elle n'avait rien d'habituel. Ils n'avaient rien d'habituel. Il l'a transformait, la transposait en une personne qu'elle ne connaissait pas. Cet amour, il était unique. Il avait frappé fort. Et maintenant qu'il était dit, explicitement, qu'ils avaient mis des mots sur ce que leurs cœurs se criaient, il était là pour de bon. Prêt à rester. Il menaçait de prendre plus d'ampleur, encore plus d'espace dans leurs têtes. Ils se connaissaient comme des ennemies, maintenant ils apprenaient à se connaître comme des amoureux. Deux âmes qui ne croyaient pas possible de s'unir, ironiquement, ne luttaient désormais plus contre leur destin. Le destin avait choisi pour eux. Terrence était secret. Discret, elle n'avait jamais entendu de rumeurs sur sa vie amoureuse. Évidemment, depuis qu'ils se connaissaient, elle l'avait vu ici et là au bras de conquêtes, elles étaient rares, mais pas inexistantes. Il semblait tant à l'opposé de l'amour, presque comme immunisé contre ce dernier. Violet ne pouvait même pas dire à quand remontait la dernière relation de l'homme, question qu'elle ne lui avait étrangement pas posée lors de ses interrogatoires. Puis, finalement, elle ne voulait peut-être pas réellement le savoir, la belle blonde. Garder la magie de son jardin secret lui permettait de mieux en apprécier les surprises du caractère pas encore totalement compris du commerçant. Celui que la surfeuse découvrait depuis cet instant où il lui avait avoué ses sentiments. Elle l'aimait. Oh ce qu'elle l'aimait. Il était tout ce dont elle avait désiré, sans même le savoir. Cette Anna, sortie de nulle part pour leur mettre des bâtons dans les roues, n'avait encore rien vu de la commerçante. S'il fallait qu'elle s'y en approche, elle aurait certainement à faire à la terreur de Violet. Douce en apparence, elle savait défendre son territoire. Et son Terrence, par la même occasion, parce que depuis le début de cette soirée, depuis qu'elle lui avait décrit le sens de son amour, elle avait décidé que plus rien ne se mettrait entre eux. Même pas sa jalousie de gamine envers une sulfureuse amatrice du sport qu'ils avaient en commun.
L'homme était détestable. C'était à croire qu'il faisait exprès pour lui faire perdre la tête. Comme s'il calculait chaque action, chaque parole pour jouer avec les pauvres nerfs d'une Violet perdue, prise au piège dans ce tourbillon qu'était leur amour. Il se jouait d'elle, visiblement, et il en appréciait les effets. Rouge de colère, la blonde se faisait avoir dans son jeu, mené en bateau par Terrence qui en était le capitaine. Il l'a regardait, les yeux brillants, et à cet instant rien n'aurait pu être plus clair : le bonheur, c'était ça. C'était les disputes, les accrochages, mais aussi mes moments de tendresses qu'ils avaient. C'était son sourire en coin et ses yeux rieurs quand il l'a trouvait ridiculement attirante. C'était sa peau qui s'enflammait chaque fois qu'il la touchait. C'était ses mains contre la nuque de la blonde qui créait des chocs électriques dans son bas ventre alors qu'elle lui susurrait à l'oreille ce qui était maintenant pour eux leur normalité. Ils ne pourraient arrêter de se chercher des ennuis, de s'embêter pour s'énerver et attendre de voir qui serait le premier à craquer. Leur relation, c'était ça, et au final, Violet n'en demandait pas mieux. Le bonheur, c'était d'être dans cette minuscule caravane, mais de voir son coeur de remplir d'un immense sentiment d'être à la maison, près de lui, peu importe où ils étaient. Elle n'avait pas besoin de richesse ou de voyage pour l'aimer. Elle n'avait besoin que de lui, tout son être et rien d'autre.
Alors qu'ils se cherchaient à nouveau, testant encore une fois leurs limites respectives, Violet accorda à l'homme un clin d'œil sans subtilité. Les voilà repartis dans leur dualité, confrontation qui s'était rapidement installée entre eux. Les mains de l'homme s'emportèrent descendant de la nuque dénudée de l'Américaine vers la naissance de sa poitrine. Sa peau se hérissa, créant sous les doigts de l'homme des frisons que lui seul pouvait instaurer. Les yeux de Violet se fermèrent l'instant d'une seconde, avant de s'ouvrir à nouveau pour faire face à son regard et son sourire presque amusé. Terrence était assurément attiré par la commerçante, il n'y avait aucun doute, mais tout l'éloge dont il s'en faisait lui était encore inconnu. Pas même pour mes beaux yeux ? lui lança-t-elle en papillonnant ses longs cils dans un geste séducteur, accordant une référence aux paroles qu'il avait lui-même déjà employées auparavant. Violet commençait à le connaître. Elle ne le changerait pas en un claquement de doigts impatient, Terrence n'avait rien du grand romantique. Incapable de parler avec des mots, il se montrait plus habile avec les gestes. Et même si Violet en aurait voulu plus, à cet instant, elle se contenta de le regarder mi-déçue, mi-satisfaite. Plus sérieuse, posant ses mains contre les joues de son amant, Violet sondait son regard. De quoi as-tu peur, Kelly? Qu'est-ce qui l'empêchait de se laisser complètement aller avec elle ? Sa maladresse, dont il avait fait preuve par moment, n'avait rien de rebutant. Bien au contraire, elle était séduisante. Violet ne demandait pas plus que son imparfaite façon de lui parler, de lui ouvrir son coeur. Pas plus ni moins. Mais il n'était pas de son avis, repoussant la tête vers l'arrière dans un soupir qui arracha une moue triste à la surfeuse alors qu'il la décrivait de monstre. Faussement vexée, elle le regardait avec de la confrontation dans les yeux.  Et toi, tu es le diable! Décréta-t-elle en croisant les bras contre sa poitrine à demi-exposée dans son débardeur. Le regard de Terrence exprimait son désir qu'il savait bien mal contenter. Violet, toujours joueuse, le confrontait du regard. Parfois, les gestes ne suffisent pas mon cher. Mais il craqua avant même de lui répondre, pressant ses lèvres et son corps contre celle de la commerçante avec toute la fougue qu'il contenait. Violet laissa échapper un gémissement de désir. Elle le voulait. Tout en entier. Pour elle. Toute la nuit s'il le fallait. Elle avait envie de lui, de son corps, de son être, tant pis pour les compliments. Elle était sienne, elle voulait qu'il la domine, qu'il l'habite, qu'il s'approprie son corps comme il le savait si bien. Le souvenir de leurs étreintes passées était moins, beaucoup trop loin. Il fallait y remédier. Elle le voulait. Là, tout de suite. Maintenant. Sans attendre. Le jeu avait assez duré. Essoufflée par leur baiser charnel, leurs corps encore pressés l'un à l'autre, ses cuisses qui ne cessaient de se resserrer contre la taille de l'homme sous le désir qui l'envahissait, Violet laissa une invitation teintée sa penser, lèvres encore plaquées. Je te veux. J'ai envie de toi, Terrence. Maintenant.. Son corps brûlait de désir pour cet homme, en s'agrippant à sa peau elle échappa des mots plus lourds que sa déclaration précédente. Je t'aime, Kelly. Je me fiche du reste. Fais-moi tienne. Tant pis pour les dégâts, elle les rattraperait plus tard. Pour le moment, elle ne voulait que retrouver la chaleur qui lui avait manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
please don't let me down (violence) Empty
MessageSujet: Re: please don't let me down (violence)   please don't let me down (violence) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
please don't let me down (violence)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: stories have been told-
Sauter vers: