AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 10:20

Aelya se délectait de chaque moment qu'elle vivait avec Niels, avec cette impression que leur séparation n'avait pas entaché leur complicité qui ne faisait de croître de jour en jour. Elle tenait à leur retrouvaille journalière, passant chacun la nuit chez l'un ou chez l'autre, alors qu'elle se voyait comblée par la chaleur de son corps près du sien quand le sommeil l'appelait. Elle ne se sentait plus seule maintenant qu'elle avait retrouvé sa moitié, et elle se revigorait avec ses sourires, ses regards, dans la volonté d'imprimer chacun de ses traits à l'intérieur de sa rétine pour continuer à se faire éblouir par sa lumière.

Quand elle était arrivée chez elle, même si ça avait été dur, elle avait jeté toute la morphine qui traînait dans ses tiroirs, ses placards et même dans ses vêtements. Il l'avait fait pour elle, alors elle le faisait pour lui. Elle voulait que ça se passe bien et elle allait s'en donner les moyens. Les premiers jours de sevrage n'avaient pas été faciles. Elle avait eu l'impression que sa tête pesait une tonne, d'être fébrile, que son estomac se tordait sous l'effet du manque. Aelya avait pris sur elle, gardant en tête que la seule drogue dont elle avait besoin était avec elle chaque soir dans ses bras. Quelques jours plus tard, le mal était parti, la faisant souffler pour de vrai.

Depuis un certain temps, elle avait remarqué que Niels avait pris de la distance. Il rentrait plus tard, partait au travail plus tôt. Ils peinaient à se voir, même les week-ends. C'était à cet instant qu'elle réalisa que le sevrage de la morphine n'avait été qu'une partie de plaisir devant celui que lui imposait Niels. Il lui manquait atrocement, elle n'en avait jamais assez de sa présence. Pire encore, elle venait à s'imaginer qu'il passait peut être ces longues heures loin de sa personne pour retrouver une autre femme. Cette idée la revulsait. Elle n'avait pas envie d'y croire parce qu'elle lui faisait confiance mais la peur parlait plus fort, causant pas mal de tumulte dans sa tête où elle ne s'entendait même plus penser.

Elle regardait l'heure tourner, remarquant qu'il avait une heure de retard. Elle se mettait à faire les cents pas dans son appartement, l'esprit rongé par la crainte de se faire remplacer. Aelya l'avait appelé une dizaine de fois, sans réponse, dans le désir de savoir où il était et surtout avec qui.

La brune décida de se rendre sur son lieu de travail, et au milieu de la foule qui passait devant elle, Aelya le reconnut, discutant tranquillement avec une infirmière tandis qu'elle, elle bouillonnait d'inquiétude.

- Niels ! Lança-t-elle, en colère, en arrivant jusqu'à lui. Ça t'arrive de regarder ton portable des fois ? Et c'est qui, elle ? Demanda-t-elle, jalouse.

Aelya croisa les bras, toisant la jeune femme habillée en blanc, sur le point d'exploser.

- C'est pour elle que tu travailles si tard ? Je dérange peut être ? Non, faut me le dire parce que ça fait pas mal de temps que t'as l'air de tellement aimer ton boulot que je te vois plus, lâcha-t-elle, frustrée.

Même si elle ne le montrait pas pour se donner de la consistance, elle avait peur de s'écrouler en apprenant qu'il ne faisait pas que des heures supplémentaires quand il ne rentrait pas chez lui.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 14:17

Ces derniers temps avaient vraiment un goût de renouveau pour Niels, il sentait d'ailleurs qu'il commençait à se retrouver petit à petit, lui qui s'était totalement perdu pendant ces trois mois de séparation avec Aelya. Il ne pouvait pas être plus comblé que lorsqu'il la retrouvait après leurs boulots respectifs, après une longue journée où ses pensées n'avaient été destinées qu'à elle, désireux de lui montrer à quel point elle lui manquait lorsqu'ils n'étaient pas ensemble. Dés lors qu'il voyait l'horloge afficher l'heure de la fin de service d'Aelya, son cœur se mettait à battre plus fort, comme s'il savait que le moment de leurs retrouvailles étaient imminent et qu'il allait enfin pouvoir retrouver la chaleur de son corps près du sien. Il aurait aimé ne jamais avoir à la quitter, bien qu'ils passaient la plupart de leur temps libre ensemble, c'était comme si ça n'était jamais suffisant. Depuis l'autre nuit, il n'avait pas retouché à ses somnifères et il avait compris qu'Aelya s'était également débarrassée de sa morphine, comme ils se l'étaient promis. Niels était motivé à ne plus retomber dans cette routine destructrice, conscient que maintenant, ses nuits ne pouvaient être que tranquilles puisqu'il partageait ses draps avec celle qui avait le don de l'apaiser. Le manque ne pouvait pas se manifester lorsqu'elle venait se blottir contre lui et lui rappelait qu'elle l'aimait. Il comprenait que tout ce dont il avait toujours eu besoin se trouvait devant lui. Quelque part, il espérait avoir le même effet sur elle, afin de contrer le manque de la morphine qui pouvait se faire bien plus violent, tentant par tous les moyens de lui changer les idées, de lui prouver qu'il n'y avait qu'eux qui importaient et que leur bonheur à eux était bien réel. Il essayait de faire de son mieux pour éviter qu'elle replonge mais il avait l'impression qu'il n'en faisait pas assez. Puis un soir, une idée lui était passée par la tête alors qu'il attendait son retour, et très vite, il avait compris que ce genre de surprise pourrait lui plaire. Alors il s'était mis à faire plus d'heures que prévu pour pouvoir assumer financièrement le week-end qu'il voulait organiser hors de Bowen, rentrant plus tard le soir, acceptant même de travailler le week-end quand on lui en donnait l'occasion. Evidemment, il savait que ce train de vie l'obligeait à réduire son temps libre et donc le temps qu'il passait avec Aelya. Ça lui brisait le cœur de ne plus être autant disponible pour elle mais il savait pertinemment que c'était pour la bonne cause. Alors, il avait continué comme ça, pendant quelques semaines, tentant de se justifier auprès de sa petite-amie en prétextant des retards de paiement de facture qu'il devait vite résoudre. Ce soir, il était resté un peu plus tard que prévu, réglant les derniers préparatifs avec une collègue qui avait accepté de lui louer sa résidence à Sydney, qui offrait une vue imparable sur la plage jouxtante. Alors qu'il s'apprêtait à partir, il entendit son nom résonner du couloir d'en face, avant d'apercevoir Aelya venir dans sa direction. Il fronça les sourcils en entendant sa réaction, attrapant son portable dans sa poche pour comprendre qu'il avait en effet raté ses appels. « J'ai pas vu le temps passer, y'avait du boulot ce soir, c'est tout. » Répondit-il, lançant un regard appuyé à sa collègue pour qu'elle confirme ses dires. Il leva les yeux au ciel en percevant la jalousie de sa petite-amie et les mots qu'elle lui lança. « Aelya... arrête. C'est Anna, une collègue. » Sa collègue tendit sa main en direction d'Aelya, un sourire franc sur le visage pour tenter d'apaiser les tensions. « Enchantée Aelya. Je suis désolée, je voulais pas l'accaparer, on était justement en route pour les vestiaires. » Niels soupira discrètement, se rendant compte que ces mots pouvaient être mal interprétés par sa petite-amie. Il lui adressa un faible sourire, tentant de balayer la maladresse de sa collègue avant de se redresser. « J'vais me changer... tu veux venir, peut-être ? » Lança-t-il, comme s'il savait que la brune ne le laisserait certainement pas seul dans les vestiaires avec la-dite collègue, ne souhaitant pas attiser encore plus sa colère.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 15:00

Ces longs mois sans lui avaient creusé un vide tellement immense, que même les heures qu'ils passaient ensemble étaient insuffisantes aux vues du manque à combler. Elle avait besoin de lui constamment, en tout temps, ressentant une énorme tristesse l'envahir quand elle devait se résigner à le quitter pour rejoindre son travail. Elle passait ces heures à penser à lui, à ses lèvres sur les siennes qu'elle pouvait sentir, même à distance. Il était évident que même si son sevrage n'était pas simple à expérimenter, il était bien plus simple à des côtés. Elle tombait amoureuse de lui à chaque fois qu'il daignait poser son regard sur elle, c'était comme si l'amour qu'elle ressentait pour lui ne pouvait être arrêté.

Elle avait eu du mal à se faire à l'idée qu'il devait travailler plus, déjà qu'elle trouvait qu'il passait trop de temps loin d'elle, et elle peinait à croire qu'il s'agissait seulement d'un problème d'argent. Peut être parce que ce soit-disant problème était arrivé du jour au lendemain, et qu'il avait été plus que flou sur les raisons de son endettement. Il lui avait fait comprendre son envie de la tenir à distance de cette histoire et si Aelya avait comme d'habitude fait part d'un accord tacite pour ne pas le provoquer, elle ne restait pas pour autant les bras croisés. Elle avait réfléchi à diverses possibilités et la plus déchirante était celle qu'il la trompait. Ça arrangeait bien sa conscience qui s'évertuait depuis le début à lui faire entendre que Niels et elle n'étaient pas faits pour être ensemble. À chaque fois qu'ils se voyaient, elle lui posait l'air de rien des questions sur sa journée, ses collègues, laissant quelques fois ses yeux s'aventurer sur l'écran de son portable quand elle le voyait envoyer des sms.

Pour autant, à chaque fois qu'elle retirait ses vêtements, qu'elle faisait glisser ses lèvres dans son cou pour égayer son désir, elle ne sentait aucun autre parfum que le sien qu'elle connaissait par cœur. Elle ne savait pas ce qu'il cachait même si elle doutait qu'il n'y avait rien, se torturant l'esprit pour ne pas faire exploser sa frustration devant lui. Après tout, il avait déjà beaucoup à gérer quand on voyait à quel point leur séparation les avait tous les deux atteints, les plongeant dans un équilibre encore trop fragile pour tenter de nouvelles disputes.

Mais là, c'en était trop. Ça avait assez duré pour qu'elle ne puisse encore le supporter plus longuement. Elle n'avait jamais fait preuve de patience et elle restait quand même persuadée qu'elle n'aurait pas pu faire mieux que d'attendre des jours et des jours sans réponse, en feignant qu'elle acceptait son nouveau rythme de vie. Elle se pointa devant lui et cette femme qu'elle avait directement vu comme une menace sans lui laisser le temps de s'expliquer. Son sang ne fit qu'un tour quand elle perçut le regard que Niels avait échangé avec l'inconnue, se disant directement qu'ils partageaient le même secret.

La brune regarda la main de la jeune femme qui se présenta devant elle sans pour autant tendre la sienne. Elle n'allait pas sympathiser avec celle qu'elle détestait déjà sans même la connaître, surtout aux vues des mots qu'elle avait employé, réveillant le volcan qui sommeillait en elle. Elle rigola froidement, nerveusement, se retenant de laisser ses mains lui tordre le cou.

- Waw, à ce que je vois vous êtes beaucoup plus proches que je le pensais. Si je comprends bien, Niels, tes heures supp tu les passes à te "changer dans le vestiaires"? C'est vrai que... Quand votre travail est terminé vous êtes plus forcément tenus à aller dans des vestiaires séparés, lança-t-elle en regardant les deux tour à tour de manière suspicieuse.

Elle soupira en roulant des yeux devant les mots de son petit ami, décidant de ne pas lâcher l'affaire aussi facilement qu'il le voulait.

- T'es sérieux ? Je rencontre celle avec qui tu me trompes et tu me dis ça ? Demanda-t-elle, énervée. Oui pourquoi pas. Allons tous dans ces vestiaires et faisons un plan à trois ! Ajouta-t-elle de manière ironique.

Elle perdait son sang froid en imaginant l'homme de sa vie dans les bras de cette femme.

- Tu devrais partir. Genre, vite. Je suis pas d'humeur à discuter. Tu me diras, tu peux rester après tout t'es sur place si jamais il t'arriverait malheureusement un truc, la menaça-t-elle.

Elle n'avait pas envie de faire un scandale sur son lieu de travail mais c'était plus fort qu'elle.


__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 16:03

Il avait tenté d'être convaincant dans ses explications pourtant plus que bancales, mais il savait pertinemment qu'il avait toujours été misérable lorsqu'il s'agissait de dissimuler quelque chose à Aelya. Niels voyait bien qu'elle commençait d'ailleurs à perdre patience, parce-qu'il ne lui donnait aucune raison de son éloignement, si ce n'est cette piteuse excuse qu'il avait trouvé histoire de mettre fin à ses soupçons. Il avait compris qu'elle se doutait de quelque chose lorsqu'elle le bombardait de questions à chaque fois qu'il rentrait le soir, chose qu'elle faisait habituellement mais avec beaucoup moins d'insistance. Ses questions étaient plus précises, centrées sur ses collègues, comprenant qu'elle essayait de savoir s'il pouvait en voir une autre qu'elle lorsqu'il rentrait tard. Il avait beau détester l'idée qu'elle ait des soupçons sur sa fidélité, il tentait de ne pas le montrer, pour maintenir son plan à flot même si c'était plus que difficile de voir la brune douter de lui de la sorte, même lorsqu'il essayait de lui prouver qu'elle était la seule dans sa tête et dans son cœur dans sa manière de lui faire l'amour, lui confiant à chaque fois une partie de son âme dans leurs étreintes passionnées. Et malgré ses efforts, Aelya semblait de plus en plus impatiente, et Niels avait compris qu'il était temps que son manège prenne fin, ne supportant plus d'être aussi distant avec elle. Heureusement pour lui, la fin de semaine avait enfin montré le bout de son nez, et il était plus que satisfait d'avoir tenu tout ce temps sans craquer, sans donner le moindre indice à sa petite-amie sur ce qu'il tramait derrière son dos. Et si lui se voyait enfin soulagé d'avoir réussi à tout organiser à temps, ce n'était pas le cas d'Aelya qui était encore submergée par ces zones d'ombres, ce flou complet que Niels lui avait laissé. Il avait lancé un regard désolé à sa collègue qui en prenait littéralement plein la tête, se voyant menacée de près par la brune. Il soupira une nouvelle fois, percevant la panique et la nervosité dans les mots de sa petite-amie qui semblait perdre le contrôle de la situation. « Je... C'est pas ce que je voulais dire. On a fini le service, on allait se quitter. » Bredouilla sa collègue, embarrassée, essayant de se justifier sur la maladresse de ses mots. « Aelya, dis pas n'importe quoi... Tu sais très bien que je te trompe pas. » Ajouta-t-il, d'une voix plus assurée, maintenant le regard de sa petite-amie pour qu'elle se force au calme. « Oui, je vais y aller. Bon week-end Niels. » Il regarda sa collègue partir, lui adressant un faible sourire pour la remercier silencieusement de sa patience. Il reposa son regard sur Aelya, percevant encore la tension émaner de son corps. « Ça y est, t'as fini ? » Lança-t-il, arquant un sourcil, gardant cet air détaché et calme pour lui montrer que contrairement à elle, aucune panique ne s'était immiscée en lui. Il attrapa sa main, sans dire un mot, l'amenant avec lui jusqu'aux vestiaires pour aller chercher ses affaires dans son casier. « Tu sais très bien que les blondes c'est pas mon truc en plus... » Se risqua-t-il à dire, s'amusant intérieurement de la situation avant de retirer sa tenue de travail pour remettre ses vêtements. « Du coup, on peut rentrer tranquillement sans prendre le risque que t'assassines toutes mes collègues ? » Ajouta-t-il, se retournant vers sa petite-amie après avoir remis le cadenas au verrou de son casier.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 16:40

Aelya savait qu'il ne la trompait pas, peu de preuves allaient dans ce sens. Mais la peur engendrait des réactions irrationnelles qui animaient son angoisse de le perdre. Elle avait peur que le sort s'acharne encore une fois sur eux, sur leur équilibre instable et qu'à la fin, il ne reste que des regrets plantés dans leur cœur brisé. Elle ne voulait pas le laisser partir surtout pas si ça impliquait de le savoir avec une autre. Aelya n'avait pas envie d'imaginer le carnage que serait son quotidien si Niels décidait de prendre la fuite pour se blottir contre une âme moins tourmentée que la sienne. Parce qu'elle serait incapable de trouver une autre personne, elle le savait. Même si elle s'en donnait les moyens, même si elle cherchait, elle ne pourrait jamais effacer le fait qu'elle appartenait entièrement à Niels. À chaque étreinte qu'elle lui offrait, c'était toute sa personne qu'elle lui donnait, désirant lui faire comprendre à quel point son affection était puissante et sincère. Mais ça n'avait pas suffit. Il continuait à rentrer tard. Elle essayait de se raisonner, de se convaincre de l'invalidité de toutes les hypothèses folles qu'elle pouvait émettre sans pouvoir réellement apaiser son cœur qui battait la chamade sous l'effet de la jalousie. Et cette femme ne s'imaginait pas à quel point elle envenimait les choses avec ses mots qu'Aelya assimilait comme du poison.

La brune leva les yeux au ciel à sa remarque, comprenant qu'elle tentait de s'expliquer, soudainement intimidée par la présence agressive d'Aelya.

- Comment je peux m'en assurer quand tu rentres si tard et que tu pars si tôt ? Demanda-t-elle, croisant les bras en regardant Niels.

Elle peinait à retenir la colère qui jaillissait de toute part dans son corps sous l'effet des images d'infidélité qui lui passaient par la tête. Elle sourit sarcastiquement quand sa collègue décida de les laisser.

- T'approches plus de lui ! Lança-t-elle en la regardant partir, la mâchoire serrée.

Elle croisa les bras à sa remarque, bien décidée à lui montrer qu'elle n'était pas en accord avec le calme qu'il montrait avant de se faire tirer par la main pour rejoindre les vestiaires. Elle l'écoutait parler, tentant de s'imprégner de ses mots pour se rassurer.

- T'as sûrement déjà eu des conquêtes blondes au moins une fois, répondit-elle, agacée.

Elle s'approcha de lui, fronçant les sourcils à sa proposition qui montrait toujours autant de détachement face à la situation. Elle commençait à redescendre en pression, déduisant que s'il la trompait réellement, il ne serait pas aussi détendu.

- Alors si tu me trompes pas, tu fais quoi réellement ? Je t'avoue que j'ai des doutes sur ta sincérité vis à vis de tes problèmes d'argent. T'en as toujours eu et t'as jamais bossé autant.

Elle haussa les épaules, baissant les yeux devant la vulnérabilité qui s'infiltrait en elle.

- Tu me manques.


__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 17:37

Il aurait aimé qu'elle ne doute jamais de son amour, parce-qu'il était incapable de s'imaginer dans une autre étreinte que la leur, celle dans laquelle il se sentait vivre, y trouvant tout ce dont il aurait toujours besoin. Cependant, il savait bien qu'il aurait sûrement réagi de la même manière si elle avait laissé planer le doute comme il le faisait ces derniers temps, sans chercher à lui expliquer un peu plus en profondeur les raisons qui le poussaient à s'éloigner d'elle. En même temps, il avait vraiment envie de préserver l'effet de surprise, comme s'il vivait pour voir ses iris s'illuminer au moment où il lui annoncerait qu'il était temps qu'ils s'échappent quelques jours loin de leur quotidien, juste tous les deux. Alors, il était persuadé que ça valait le coup de faire attendre les choses, même si les derniers jours avaient été plus que longs lorsqu'il avait pu percevoir la tension imprégner les murs de leur chambre, refroidissant cette pièce qui était toujours habitée par la chaleur de leurs ébats et par la sincérité de leur amour. Plus que quelques heures, et il la retrouverait. Le brun soupira à sa remarque, fronçant légèrement les sourcils en comprenant que sa confiance envers lui s'avérait plus fragile qu'il ne l'aurait pensé. « Tu doutes de moi maintenant ? Bébé, tu le sais, j'ai pas besoin de te le prouver. » Finit-il par dire, appuyant son regard. Sa collègue avait certainement été surprise par cet élan de violence qui s’abattait sur elle, préférant s'en aller après avoir salué Niels qui lui adressa un regard reconnaissant pour avoir partagé le secret avec lui jusque la fin. Il hocha négativement la tête aux derniers mots que lui lança sa petite-amie, comprenant que sa jalousie explosait littéralement, avant de l'emmener avec lui vers les vestiaires. Il haussa les épaules nonchalamment à sa remarque, continuant à parfaire son côté détaché. « Ouais sûrement. » Lâcha-t-il, simplement, ne prenant pas le risque de croiser son regard qu'il savait déjà brûlant de jalousie. Il la sentit s'approcher de lui, au même moment où il rassembla ses affaires, ses yeux accrochant les siens. « J'ai une montagne de factures. J'sais pas ce que j'ai foutu ces derniers mois, j'ai merdé, comme d'habitude j'ai envie de dire. J'ai pas d'autres explications à te donner Aelya. » Il haussa les épaules, tentant de la convaincre de son mensonge au moins jusqu'à ce qu'ils arrivent chez elle, là où il comptait lui demander de préparer ses affaires pour qu'ils puissent s'envoler pour leur week-end. « Alors embrasse-moi. » Lui demanda-t-il, le cœur battant à l'idée de retrouver ses lèvres, juste avant que son portable ne se mette à sonner, rompant les prémices d'un tendre échange. « Bouge pas, j'en ai pour deux minutes. » Dit-il, en s'éclipsant après avoir regardé l'écran de son portable, comprenant qu'il s'agissait de sa collègue qui avait oublié de lui spécifier deux ou trois directives concernant la location. Il revint vers Aelya suite à ça, comprenant qu'il ne faisait que d'attiser ses doutes, son regard lui confirmant le fait qu'elle avait besoin d'explications. « Tu me suis et je te dirai ce qu'il se passe. » Lança-t-il, finalement, l'air concerné.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 18:28

Aelya n'avait pas envie de douter de lui mais en même temps, il faisait tout pour embrouiller son esprit quand elle désirait plus d'explications. Elle avait une grande confiance en lui, même si sa jalousie parlait toujours vite, devenant rapidement la raison de leurs disputes et de leurs séparations, parce que si elle savait qu'il n'était pas capable de lui faire ça, elle savait aussi qu'il pouvait trouver bien mieux qu'elle. Elle voulait faire des efforts, d'ailleurs, ils se traduisaient par le fait qu'elle avait quand même mis quelques jours avant de lui tomber dessus, tentant de prendre sur elle tandis que les flammes de sa possessivité lui brûlait la peau, brouillant sa vision d'une fumée épaisse et noire.

Elle avait haussé les épaules à sa remarque, plantant son regard dans le sien, essayant d'y trouver les réponses qu'elle cherchait puisqu'il n'avait toujours pas justifié ses actes de manière franches et précises. La brune sentait l'amertume la ronger alors qu'elle s'imaginait le pire, se perdant dans le flot agité de ses pensées qui se percutaient dans tous les recoins de son esprit, lui donnant presque mal à la tête. Alors qu'elle l'avait suivi dans les vestiaires, elle sentit ses muscles se tendre de nouveau quand elle perçut son ton nonchalant alors qu'elle s'inquiétait, angoissant à l'idée qu'il pouvait voir une autre femme.

- On dirait que tu t'en fous que ça puisse me faire du mal de t'imaginer avec quelqu'un d'autre. Franchement, son regard trompait pas, Niels. Donc ouais, ça me saoule. Comment tu veux que je me calme ? Demanda-t-elle, énervée et stressée.

Elle essaya de respirer afin de reprendre ses esprits pour ne pas que cette discussion ne vire au drame. Elle soupira en entendant son explication, parce qu'il n'y mettait toujours pas du sien pour la convaincre.

- Je vais essayer de croire à ça. Parce que si c'est vrai je vais t'aider et je vais moi aussi travailler plus pour toi. Je peux pas te laisser comme ça de toute façon, lâcha-t-elle en réfléchissant.

Aelya peinait toujours à s'imprégner de ses paroles, mais elle voulait cependant qu'il sache qu'elle serait toujours là pour le soutenir quand il en aurait besoin. Elle s'était livrée à lui, confiant le manque de sa présence qui la hantait tout le temps. Aelya rompit la distance qui les séparait pour tendre sa nuque afin de l'embrasser, ne pouvant résister à l'appel de ses lèvres. À peine eut-elle le temps de sentir la douceur du baiser qu'elle voulait lui offrir que celui-ci fut rapidement rompu par la sonnerie de son portable.

Ses doutes revinrent au galop quand elle le vit partir précipitamment en regardant l'écran de son téléphone. Son cœur battait vite sous la pression qu'il endurait. Elle fit les cents pas, passant ses mains dans ses cheveux nerveusement avec la seule envie de le planter là puisqu'il semblait jouer avec ses nerfs. C'était douloureux d'être piégée au milieu d'un jeu où elle pouvait tout perdre. Il revint quelques minutes plus tard, et Aelya perdait vraiment patience.

Son cœur loupa un battement à sa remarque, et elle ne savait pas du tout à quoi elle pouvait s'attendre soudainement.

- Si c'est pour me dire que t'es marié et père de deux enfants c'est pas la peine, lança-t-elle de manière nonchalante, essayant de garder le contrôle sur ses émotions explosives.

Elle rigolait presque intérieurement de cette image qui s'immiscait dans son esprit.

- Bon, vu que je veux savoir j'ai pas trop le choix. J'espère juste que je vais pas être déçue et tu vas pas m'annoncer quelque chose de grave... Ajouta-t-elle, en captant son regard, inquiète.

Entre sa jalousie et tous les problèmes qu'ils avaient connus, elle savait à quel point les choses pouvaient vite dégénérer.


__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 19:25

Niels savait que si elle avait pu, elle l'aurait étripé. Parce-qu'il agissait toujours de la même façon, avec cette nonchalance qui lui collait à la peau et dont il se servait afin d'arriver à ses fins. Quelque part, il s'en voulait d'agir de la sorte avec elle, de ne pas réussir à apaiser ses craintes simplement pour réussir à lui faire la surprise qu'il souhaitait. Parce-qu'il crevait d'envie de l'embrasser et lui dire qu'il avait fait tout ça pour elle, pour qu'ils puissent de nouveau se retrouver et passer enfin un moment ensemble, loin de leur routine habituelle. Seulement, il se doutait bien qu'après être passée par tous les états possibles et imaginables, la surprise ne pouvait être que décuplée. Et c'était son but. Alors, Niels continuait de faire comme si de rien n'était, ne s'inquiétant pas plus que ça des suspicions de sa petite-amie vis-à-vis de la relation qu'il entretenait avec sa collègue. Il avait brouillé les pistes, jouant sur ses habitudes à se retrouver toujours sur une marche bancale pendant les fins de mois pour cacher le fait qu'il économisait justement de l'argent pour payer les billets d'avion. Il fronça les sourcils à ses mots, tentant de se contenir pour ne pas lui balancer toute la vérité maintenant. « Mais je m'en fous pas Aelya. Elle est casée cette fille-là, y'aura jamais rien entre nous. J'suis qu'à toi, je sais pas comment te le dire autrement. » Ajouta-t-il, essayant de calmer les choses pour éviter que tout soit gâché par son comportement trop détaché. Il ré-affirma la raison pour laquelle il était si distant ces derniers temps, lui lançant un regard plus doux aux mots qu'elle lui répondit, son cœur se réchauffant devant sa manière de toujours vouloir lui venir en aide. « T'as pas besoin de travailler plus, j'vais réussir à m'en sortir. » Finit-il par dire, faisant glisser sa main sur sa joue juste avant que ses lèvres ne rencontrent les siennes pendant une fraction de seconde, faisant naître une frustration plus qu'importante en lui alors qu'il devait absolument répondre à l'appel téléphonique qu'il recevait. En revenant vers elle, il comprit que sa fuite avait réveillé les soupçons qu'il avait réussi à anesthésier pendant quelques minutes, comprenant qu'il était maintenant temps de lui révéler ce qu'il lui avait préparé. Il lâcha un rire mélangé à un soupir à sa réflexion, haussant les sourcils alors qu'il ne s'était certainement pas attendu à ce qu'on l'imagine dans ce genre de situation. « J'crois que c'est un peu moins dramatique que ça. » S'amusa-t-il, hochant la tête lorsqu'elle accepta finalement de le suivre. Lentement, il noua ses doigts aux siens, traversant les couloirs de l'hôpital pour arriver à la sortie où ils rejoignirent sa voiture. Pendant le trajet, il resta silencieux, jouant pendant ces dernières secondes sur la tension qu'il y avait encore entre eux, réjoui à l'idée qu'elle disparaîtrait au moment où il lui ferait comprendre qu'ils s'apprêtaient à partir. Il claqua la portière après s'être garé devant chez Aelya, attendant qu'elle n'ouvre la porte pour qu'ils puissent s'engouffrer dans l'appartement. Sentant son regard sur lui, il fit mine d'être embarrassé, faisant semblant de chercher ses mots. Puis lentement, il s'avança vers elle, sortant les billets d'avion qu'il avait dans sa poche, lui tendant pour qu'elle y jette un coup d'œil. « On va encore se contenter de l'Australie pour l'instant. » Souffla-t-il, lui adressant un sourire tendre. « J'suis nul pour les surprises, ça fait souvent plus de dégâts que prévu. J'suis désolé mon amour, mais il me fallait quelque chose pour qu'on puisse se retrouver. »

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 20:13

Aelya se sentait perdue, ne sachant comment prendre son attitude si détaché qui attisait encore plus de questions et de doutes. Elle aurait voulu avoir le fin mot de l'histoire tout de suite, même si ça pouvait la faire souffrir parce que rien n'était plus désagréable que d'être dans l'ignorance. C'était surtout parce qu'elle s'était fait trop de films, laissant son imagination débordante lui jouer des tours et s'amuser avec sa plus grande peur. Elle n'avait pu évaluer aucune preuve de sa tromperie mais c'était la seule solution à laquelle elle avait songé et donc, elle s'était laissée bercer par la douleur de le voir partir avec une autre. Aelya avait toujours pensé qu'elle ferait toujours passer son bonheur avant le sien mais elle avait quand même dû mal à imaginer qu'elle pouvait se satisfaire de son choix visant à être heureux avec quelqu'un d'autre. Il faudrait sûrement du temps même si elle savait qu'elle ne l'accepterait jamais. Parce que si Aelya appartenait à Niels, l'inverse était aussi vrai et elle désirait être la seule à faire battre son cœur jusqu'à ce que celui-ci ne vienne à succomber au côté du sien.

Elle hocha lentement la tête à ses mots, faisant valser son regard un peu partout, réfléchissant à la valeur de ses paroles qui résonnaient en elle. Aelya n'était pas forcément convaincue qu'une personne en couple ne puisse tout de même pas avoir envie d'aller voir ailleurs, bien au contraire même. C'était sans doute pour ça qu'elle n'avait jamais eu envie de se lier de manière symbolique à un autre être, persuadée qu'elle ne pouvait pas se contenter d'une seule et même personne tous les jours de sa vie. Et pourtant, c'était arrivé avec Niels. Elle ne voyait que lui, et ne voulait que lui. Fallait croire que si elle avait pensé ça, c'était seulement parce qu'elle n'avait jamais été amoureuse avant. Pour autant, elle sentait sa sincérité dans sa voix quand il tentait d'apaiser ses peurs, et ça suffisait à détendre ses muscles.

Même si quelques doutes subsistaient, son soutien était infaillible, et elle ne pouvait pas s'empêcher de le lui montrer.

- Dis moi si jamais t'y arrives pas, on peut y arriver ensemble... Souffla-t-elle, inquiète.

Ils étaient toujours tous les deux dans le même bateau, et si elle devait ne plus rentrer chez elle et passer ses heures de repos au travail, elle le ferait sans hésiter. Le climat s'était quelques peu réchauffé quand ses lèvres effleurèrent les siennes, avant que celui-ci ne vienne brusquement se refroidir devant la vague de doutes qui avaient resurgis à son départ. Sa mâchoire se crispa à son retour, réalisant à ses mots qu'il y avait bien des explications à tout ce cinéma. Elle avait maintenant peur de savoir la vérité même si elle était salvatrice.

Elle acquiesça à sa remarque qui la détendit légèrement, parce qu'il n'était pas question de tout ce qu'elle avait en tête. Elle se laissa attirer vers sa voiture en prenant sa main dans la sienne, ne pouvant parler pendant le trajet tant le stress la gagnait peu à peu, la bousculant de toute part dans son organisme.

Aelya reconnut son immeuble lorsqu'il se gara devant, se précipitant rapidement devant la porte de son logement pour avoir la réponse à sa question. Elle entra, puis fit volte face, attendant avec impatience son explication. La brune fronça les sourcils quand elle le vit s'avancer, les yeux rivés sur les feuilles qu'il sortit de sa poche. Elle les prit en main avant de rapidement déduire qu'il s'agissait de billet d'avion pour Sydney. Et là, tout se remettait en ordre dans sa tête. Elle redressa ses yeux vers lui, sous le choc d'une telle surprise qui la laissait sans voix.

- Bébé... Mais t'as vraiment travaillé plus pour nous payer un voyage ?  Demanda-t-elle, la voix tremblante d'émotion.

Elle se jeta dans ses bras pour l'enlacer amoureusement, déposant des baisers vifs et furtifs dans son cou, sur sa mâchoire avant de venir retrouver ses lèvres où elle s'y attarda plus longuement.

- C'est vraiment trop adorable, on m'a jamais fait un cadeau comme ça. Merci mon amour, souffla-t-elle, les yeux brillants d'émotion. T'as pris des risques quand même en me cachant ça, ajouta-t-elle, amusée. Je pouvais pas rêver mieux que t'avoir pour moi, sourit-elle tendrement.

Elle se détacha légèrement pour regarder l'heure de décollage sur les billets.

- Bon je vais vite préparer mes affaires, j'ai hâte, lança-t-elle en lui offrant un dernier baiser avant de s'éclipser dans sa chambre.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 21:42

Niels devait se faire violence pour ne pas céder à son regard suppliant, comprenant qu'elle avait besoin d'être rassurée parce-que son comportement ne parvenait pas à le faire. Il se détestait d'éveiller des émotions aussi négatives en elle alors que tout ce qu'il souhaitait, c'était de la rendre heureuse jusqu'à la fin des temps. Et c'était aussi la raison pour laquelle il avait eu envie de programmer ce séjour, parce-qu'il avait ce besoin viscéral de voir celle qu'il aimait rayonner après toutes les épreuves qu'ils avaient endurées ensemble. Il désirait lui montrer que son bien-être lui importait plus que tout, et qu'il était prêt à se tuer au travail si ça voulait dire qu'il ferait naître un sourire sur ses lèvres. Pour le moment, il faisait encore planer le doute, conscient que tout ce cirque prendrait bientôt fin et qu'il pourrait enfin arrêter de jouer à l'insensible. Il frémissait déjà à l'idée de les voir tous les deux dans l'avion, pendant quelques heures, se retrouvant comme il se le devait après ces quelques jours où Niels avait volontairement imposé de la distance entre eux, afin de récolter l'argent dont il aurait besoin. Il hocha finalement la tête à ses mots, ses yeux ne lâchant pas les siens. « Je le sais. » Murmura-t-il, lui lançant un regard appuyé, comme pour lui signifier qu'il était conscient qu'ils étaient bien plus forts ensemble et que ça serait toujours le cas. Le baiser qu'ils échangèrent n'était pas suffisant, réveillant une frustration qu'il avait du mal à réprimer. Niels mourrait déjà d'envie de retrouver son contact, parce-que même s'il était l'auteur de toute cette manigance, lui non plus n'en pouvait plus de devoir tenir ce secret. Il avait simplement besoin d'elle, de la retrouver pour de vrai, et il ne rêvait que de partir avec elle loin de cette ville pendant quelques jours. Il avait senti la tension imprégner la voiture, à l'image du silence qui s'était installé pendant le court trajet qui les menait jusqu'à chez elle. Puis enfin, il s'était livré, lui dévoilant les billets d'avion qu'elle prit entre ses mains, ses yeux rivés sur les traits de son visage. Son cœur s'emballa en apercevant sa réaction, l'émotion qui se dégageait de sa voix. « C'est pas grand chose, mais j'voulais marquer le coup. Parce-que j'en ai vraiment marre qu'on soit enfermés dans l'appart. » Dit-il, un faible sourire sur les lèvres. Son corps accepta la chaleur du sien lorsqu'elle se réfugia dans ses bras, ses mains venant se loger dans le creux de ses reins pour la rapprocher encore un peu plus de son cœur qui palpitait. Ses yeux se fermèrent au contact furtif de ses lèvres contre sa peau, un sourire amusé se dessinant au coin de ses lèvres avant qu'il ne réponde à son baiser, encadrant son visage de ses deux mains pour approfondir cet échange dont il était accro. « Tu mérites encore plus bébé, j'suis content que ça te fasse plaisir. » Il souffla à son tour, déposant encore quelques baisers rapides sur ses lèvres avant de rire à sa remarque. « Ouais je sais, tu m'as pas facilité la tâche en plus. J'en pouvais plus de tes interrogatoires. » La taquina-t-il, avant de sourire tendrement en la voyant se précipiter dans sa chambre pour préparer son sac. « Prends pas trop de vêtements, j'ai pas l'intention de les laisser sur toi... » Lança-t-il, d'une voix joueuse, s'occupant des derniers préparatifs, commandant un taxi pour l'aéroport. Il la vit revenir vers lui quelques minutes plus tard, se penchant vers elle pour déposer un baiser sur sa joue, le regard amoureux. « T'es prête ? Le taxi est en bas. »

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 28 Oct 2018 - 22:43

Elle avait décidé de lui donner le bénéfice du doute, même si celui-ci était plus que présent dans son esprit. Elle ressentait la crainte de le perdre encore une fois, comme si elle se préparait mentalement à voir son monde s'écrouler sans pouvoir rien y faire, comme à chaque fois qu'ils décidaient de se séparer. Elle ne pouvait pas se faire à cette idée même si elle s'imprégnait de plus en plus dans le creux de son cœur qui peinait à assumer la douleur déjà présente à l'intérieur de ses veines. Elle l'aimait, désespérément. Ça lui faisait faire n'importe quoi, mais elle s'en fichait, tant que lui était heureux et sain et sauf.

Elle n'avait aucun autre but que de faire naître une lueur de vie dans ses iris, et elle n'en pouvait plus de se voir éloignée de son objectif à cause de ses horaires. Aelya avait besoin de lui, et plus il quittait son lit tôt, plus elle ressentait l'envie de l'empêcher d'aller travailler, sentant sa peau frissonner sous l'effet des draps qui se refroidissaient, avec la seule envie que les heures ne passent vite pour le retrouver afin de se blottir contre son corps. Niels monopolisait toutes ses pensées, ses gestes, ses décisions, à tel point qu'elle avait tout simplement laissé son libre arbitre tournoyer autour de sa personne pour qu'elle puisse profiter de lui le plus possible, surtout ces derniers temps où leurs moments s'étaient vus écourter.

Les minutes qui séparaient l'hôpital de son logement avaient eu un goût d'éternité, où tous ses songes s'étaient balancés dans son esprit pour lui fournir une hypothèse probable. Elle tentait de s'empêcher de réfléchir, mais plus elle le faisait, plus elle pensait au pire même s'il lui avait signifié qu'il n'y avait rien de grave. En rentrant chez elle, jamais elle n'aurait pu s'attendre à ce qu'il lui avait annoncé. Elle s'était sentie défaillir sous le poids de l'émotion qui avait gagné chacune de ses cellules, sentant l'exaltation, l'amour et la tendresse l'envahir comme si une douce chaleur s'insinuait à l'intérieur de son corps. Aelya savait qu'aucun mot ne serait assez fort pour décrire tout ce qu'elle ressentait en cet instant, même si elle essaya de lui traduire à quel point elle était heureuse de cette surprise.

- C'est énorme pour moi. Déjà juste le fait que t'aies tout préparé et que t'as du me supporter pour faire ça, c'est beaucoup. Et moi aussi, je rêvais qu'on puisse s'échapper tous les deux, répondit-elle, comblée.

Elle n'avait pas attendu longtemps avant de fondre dans ses bras, ne ressentant plus aucune once d'inquiétude ou de doutes tourmenter son esprit. Aelya se laissait happer par toute l'affection qu'elle pouvait percevoir à travers son initiative. Ses lèvres avaient parsemés sa peau de baisers, prolongeant celui-ci contre ses lèvres où elle pouvait lui exprimer son bonheur. Apres avoir rompu délicatement ce contact, elle secoua la tête négativement en souriant à sa remarque.

- Je pouvais déjà pas mériter mieux que de t'avoir, et là, j'avoue que je m'attendais à tout mais pas à ça. T'es vraiment le meilleur, ajouta-t-elle amoureusement en répondant à ses baisers.

Elle lâcha un léger rire à sa remarque qui faisait référence à toutes les questions qu'elle avait pu lui poser dans le but de savoir s'il la trompait.

- En même temps... Tu sais que je t'aime trop et que je peux pas m'empêcher de me faire des films quand c'est toi, avoua-t-elle en de mordant la légère inférieure de manière innocente.

Alors qu'elle s'était détachée de son emprise pour préparer ses affaires, elle s'était retournée, lui offrant un clin d'œil suite au sous entendu qu'il venait d'émettre, impatiente de s'envoler avec lui. Elle s'attela rapidement à la tâche, ouvrant un grand sac où elle entreposa des vêtements, passant dans la salle de bain pour prendre quelques objets avant de revenir vers lui avec le sac fermé, le sourire aux lèvres, les yeux brillants d'excitation. Elle passa une main dans son dos lorsqu'il déposa un baiser sur sa joue afin de l'attirer dans son étreinte.

- Je suis plus que prête, ajouta-t-elle, exaltée.

Elle prit son sac, ouvrant la porte en attendant que Niels ne sorte pour la fermer à clef, descendant les quelques marches pour rejoindre le taxi. À l'intérieur, elle fit glisser ses doigts sur sa cuisse avant qu'ils ne viennent trouver sa main.

- Me refais plus jamais de frayeur comme ça. J'aurais pu faire un meurtre, souffla-t-elle amusée. Elle va me détester, ta collègue. Je suis habituée de toute façon, je pourrais jamais avoir une amitié avec une femme que tu connais je crois, haussa-t-elle les épaules.

Elle resserra l'étreinte autour de sa main, le regardant d'un air penaud pour se faire pardonner de sa réaction.

- Je suis désolée d'être insupportable. M'en veux pas mon amour.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Lun 29 Oct 2018 - 0:50

Il avait plus que hâte de voir sa réaction, de savoir s'il allait atteindre son objectif de voir ses iris s'illuminer à l'entente du fait qu'ils partiraient tous les deux pour Sydney dés ce soir. Il aurait très bien pu continuer à économiser pour l'emmener hors de l'Australie mais il savait très bien qu'il n'aurait pas tenu plus longtemps en feignant l'indifférence comme il l'avait fait et surtout, il se serait encore plus épuisé au travail sans savoir s'il parviendrait à avoir quelques jours de repos en plus. Il avait du choisir une destination qui leur permettrait de s'évader seulement un week-end, ce qui était déjà pas mal lorsqu'on savait le peu de temps qu'ils avaient pour eux en dehors du travail. Niels pouvait déjà prédire que ces jours avec Aelya auraient le goût du paradis, simplement parce-qu'il pourrait pleinement profiter de sa présence sans se soucier du fait qu'ils se verraient séparés dés le lendemain matin. C'était le genre d'occasion pour lui de lui montrer qu'elle représentait son monde, que sa vie tournait littéralement autour d'elle et qu'il ferait absolument tout pour que ça ne s'arrête jamais. Il l'aimait au-delà de toute raison et s'il avait déjà pu lui dire de nombreuses fois, Niels avait besoin de lui rappeler sans cesse, afin de faire disparaître le moindre doute qui puisse encore subsister. Parce-qu'il en avait clairement fait renaître, des doutes, en agissant comme il l'avait fait, en lui parlant à demi-mots, restant évasif à chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Surtout qu'il n'avait pas pour habitude de lui dissimuler des informations, donc le fait qu'il se comporte comme ça avait forcément semblé plus que suspect. Son cœur s'était mis à augmenter de rythme à mesure qu'ils s'approchaient de son bâtiment, Niels attendant le moment adéquat pour enfin lui révéler la surprise qu'il lui avait préparé. Son émotion avait le don de le bouleverser, lui faisant comprendre qu'il ne vivait que pour voir ce bonheur s'emparer de ses traits. « Ouais, j'crois que c'était la partie la plus délicate ça... d'avoir dû te supporter. » La taquina-t-il, ne pouvant garder son sérieux plus de deux secondes, finissant par lâcher un rire juste avant de profiter de ces quelques marques d'affection qu'elle lui donnait, se délectant de la douceur de ses lèvres sur sa peau. Il lui offrit un clin d’œil malicieux, satisfait que ses plans aient finalement marché, bien qu'ils auraient pu foirer à tout moment. « Faut bien l'être quand on est l'homme d'une femme aussi incroyable. » Ajouta-t-il, de son air flatteur. Il leva les yeux au ciel en souriant de manière amusée, faisant mine d'être désespéré. « C'est ce que j'ai vu, oui. Marié et père de deux enfants, t'as été loin quand même. » Rétorqua-t-il, s'approchant une dernière fois d'elle pour lui voler un baiser avant de la laisser se diriger vers sa chambre pour qu'elle puisse à son tour préparer ses affaires. Il avait entendu le klaxon du taxi retentir, comprenant qu'il était l'heure pour eux de se mettre en route. Il sourit aux mots de sa petite-amie, s'occupant de prendre son sac pour sortir du bâtiment avant de passer par sa voiture pour récupérer le sien et charger le tout dans le coffre du taxi. Il tourna la tête vers elle lorsqu'elle reprit la parole, laissant ses doigts jouer avec les siens. « T'aurais pu être plus tendre avec elle, c'est clair. » Répondit-il, amusé en se remémorant les mots qu'elle avait pu lui balancer. « T'inquiète pas, tu la détesteras moins quand t'auras vu l'endroit qu'elle nous a loué. » Dit-il, fièrement, faisant exprès de jouer sur l'excitation de découvrir leur refuge pour ces quelques jours. « Qu'est-ce qu'il faut pas faire pour te faire une surprise à toi... » Souffla-t-il, amusé par la tournure qu'avait pris toute cette histoire. « Ça fait rien, t'auras l'occasion de te faire pardonner. » Murmura-t-il en approchant ses lèvres de son oreille, comme s'il lui confiait un secret, avant de déposer un baiser contre sa nuque. Une fois arrivés à l'aéroport et avoir fait tout le nécessaire d'enregistrement, ils s'étaient dirigés vers la porte d'embarquement après avoir attendu quelques minutes, prenant place dans l'avion l'un à côté de l'autre. « Tu vas savoir te gérer si je parle aux hôtesses ? » Dit-il, d'un ton un brin moqueur, faisant tendrement glisser sa main sur sa cuisse.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Lun 29 Oct 2018 - 8:19

Aelya n'aurait jamais pensé un jour vivre autant de choses avec quelqu'un, surtout avec celui qu'elle considérerait aujourd'hui comme la personne la plus importante dans sa vie. Elle n'était plus seule dorénavant, marchant main dans la main avec Niels au travers des sentiers sinueux de leur relation, avec une folle envie de croquer dans chaque pomme qui se présenterait sur leur passage. Elle prenait le risque de se faire empoisonner en tout temps par la passion destructrice qui pouvait se déverser en elle rapidement mais quelque part, elle savait que ça valait le coup, qu'il valait le coup. Elle n'avait jamais douté de lui ni de tout ce qu'il pouvait lui faire ressentir parce que c'était trop gros pour l'enfermer dans un déni bien trop petit vis-à-vis de l'espace que requérait cet amour. Elle avait simplement essayé de le détester, persuadée que la haine pouvait être plus forte que tous ses sentiments amoureux réunis mais en réalité, il n'en était rien. C'était trop compliqué de haïr quelqu'un qu'on voulait aimer de tout son être. Aelya s'était donc fait à l'idée qu'elle passerait sa vie à le désirer à ses côtés parce que même s'ils étaient de nouveau ensemble, la moindre distance entre eux la déchirait, comme un poignard qui s'enfonçait lentement mais sûrement sous sa peau pour atteindre son cœur. Et lorsqu'il avait atteint son myocarde, la brune n'avait pas hésité à manifester sa douleur à Niels puisqu'il était le seul à pouvoir la débarrasser de ses maux grâce à ses mots.

Quand il lui annonça qu'ils s'envolaient pour Sydney, elle n'avait pu retenir sa joie en les imaginant tous les deux, se baladant sous le soleil australien comme si la vie ne les avait jamais mis à terre, dans le désir de savourer cette chance qu'ils avaient de s'aimer de cette manière. Elle lâcha un petit rire à sa remarque avant de mordiller son cou de manière joueuse, faisant mine de se venger.

Elle ne pouvait pas le contredire, sachant pertinemment qu'elle n'avait pas été facile à vivre ces derniers temps au vu du manque de sa présence qu'elle avait ressenti. Elle se sentit fondre à ses mots, touchée par toutes ces attentions qu'il lui délivrait.

- Je serais pas grand chose sans toi, tu sais, avoua-t-elle tendrement, en captant son regard.

Il était indispensable dans sa vie, comme s'il faisait partie des fondations de son univers tout entier et que sans lui, tout tombait en ruine. Elle sourit amusée en se rendant compte qu'en effet, elle était partie loin dans l'élaboration de ses films. Comme d'habitude.

- Ça aurait pu être possible vu le peu de temps que tu passais avec moi. Et puis, je sais que tu pourrais être un mari exemplaire. Un père, par contre, je sais pas trop je t'avoue, lança-t-elle en faisant mine de réfléchir, un air taquin sur le visage avant de l'embrasser.

Elle se dépêcha de préparer ses affaires, se retrouvant rapidement sur la banquette arrière du taxi, cherchant déjà le contact physique avec Niels. Elle plissa les lèvres à l'entente de ses mots qui réveillaient presque une certaine culpabilité puisque en définitif, c'était grâce à cette femme qu'ils pouvaient se retrouver.

- Si j'avais su que c'était en partie grâce à elle cette histoire, je l'aurais mieux traitée c'est clair.

Elle sourit, les yeux illuminés par l'excitation qu'il faisait naître intentionnellement.

- Je suis sûre que je vais aimer, je te fais confiance, répondit-elle, exaltée.

Aelya rigola à son ton qui se voulait faussement dépité, tendant sa nuque pour déposer un baiser sur sa joue. Elle frissona en sentant son souffle près de son oreille.

- Je crois savoir quoi faire pour me faire pardonner et j'ai hâte de pouvoir le faire... Murmura-t-elle, enjoleuse.

Arrivés à l'aéroport, ils passèrent toutes les étapes pour atteindre la porte d'embarquement de l'avion avant de s'asseoir côte-à-côte. Aelya leva les yeux au ciel à sa remarque avant de sourire.

- Je suis pas jalouse à ce point quand même, roula-t-elle des yeux, peu convaincue par sa remarque en y réfléchissant.

Elle fit glisser ses doigts sur son bras tendu près de sa cuisse afin de la caresser avant de penser à quelque chose.

- Tiens bébé, faut que je te le rende parce qu'il est à toi, avança-t-elle en décrochant son bracelet pour le remettre à son poignet.

Alors que l'avion décolla de Bowen, Aelya plaça sa tête sur son épaule et ferma les yeux, tentant de se reposer en écoutant sa respiration régulière.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Lun 29 Oct 2018 - 13:40

C'était sans doute encore trop tôt pour eux, puisqu'ils commençaient seulement à s'habituer à ce renouveau, à ce quotidien où ils appréhendaient de nouveau leur vie de couple. Mais Niels en avait plus qu'assez de devoir jauger la façon dont il la voulait alors qu'il l'aimait comme un fou, et que cet amour n'attendait que de lui être délivré. Il n'avait aucune envie de prendre son temps, et de toute façon, il en était incapable. Tout ce qu'il souhaitait, c'était de la rendre heureuse et il savait que la vie était cruelle avec eux, alors il préférait prendre les choses en main, afin de profiter de chaque seconde qu'il avait pour l'aimer. Il était conscient que ça n'était pas le voyage le plus extraordinaire de l'année, mais il avait fait de son mieux pour qu'ils puissent se dépayser le temps de quelques jours sans avoir à partir trop loin. Aelya savait très bien que pour l'instant, ni l'un ni l'autre n'avaient les moyens, ni le temps de pouvoir s'envoler sur un autre continent, bien que Niels s'impatientait de pouvoir parcourir le monde avec sa petite-amie. Son cœur s'était réchauffé après avoir subi pas mal de stress à l'idée que sa surprise ne tombe à l'eau, se délectant de la joie qu'il pouvait lire sur son visage à travers ce sourire dont il ne se lasserait jamais de regarder. C'était tout ce dont il avait besoin, et c'était aussi une manière de lui montrer combien il voulait s'impliquer dans leur relation, lui qui avait fait la plus grosse erreur de sa vie en rompant avec elle. C'était sûrement utopique, mais il espérait balayer ces images de sa tête pour ne laisser place qu'à ces instants précieux où leur amour mutuel planait au-dessus d'eux. Il sourit à ses mots, hochant la tête de gauche à droite en laissant sa main glisser contre sa joue. « Bien sûr que si, t'as pas l'air de te rendre compte à quel point t'es forte... rien que de devoir supporter mes surprises à l'organisation foireuse. » S'amusa-t-il, la regardant toujours aussi tendrement. Il ne put s'empêcher de rire à sa remarque suivante, ne pouvant être que d'accord avec elle. « Nan mais t'as raison de te poser des questions. J'sais déjà à peine me gérer, fous-moi un gosse dans les bras et c'est la catastrophe assurée. » Lança-t-il, s'amusant des images qu'il avait dans la tête et qui étaient loin de ressembler à l'avenir qu'il aurait envisagé. « T'as l'air hyper sûre de toi, par contre, en m'imaginant en époux exemplaire. C'est une tentative pour me passer la bague au doigt ? » La taquina-t-il, faisant mine de lui lancer un regard suspicieux avant de répondre à son baiser et de la laisser se préparer. Il sourit à ses remarques concernant sa collègue, se passant les scènes de leur confrontation dans son esprit en admettant qu'en effet, elle n'y avait pas été de main morte. Son cœur loupa un battement à sa remarque plus que tentante, conscient qu'Aelya jouait avec lui, le laissant seul avec son imagination débordante. Une fois installés dans l'avion, il laissa sa main retrouver son contact, comme par automatisme, souriant à sa réponse dont il n'était pas convaincu. « Non, t'as raison. Je sais que t'es hyper à l'aise quand j'suis entouré de femmes. » Dit-il, ironiquement, l'air de rien avant que son regard ne soit attiré par le bracelet qu'Aelya détacha de son poignet pour le mettre sur le sien. Il sourit à cette vision, sentant son cœur fondre en la voyant faire, tendant la nuque vers elle pour lui voler un baiser une fois qu'elle eut fini. « Merci bébé. » Souffla-t-il, avant de se caler contre le dossier pour espérer regagner ces quelques heures de sommeil qui lui manquaient, laissant ses doigts caresser lentement la cuisse de sa petite-amie jusqu'à ce qu'il ne ferme les yeux. Il fut réveillé par l'annonce de l'arrivée à Sydney quelques heures plus tard, tournant la tête pour déposer un baiser sur le front d'Aelya toujours calée contre son épaule. Il jeta un coup d’œil à son hublot pour se rendre compte qu'il était encore extrêmement tôt, et que l'aube n'était pas encore là. « C'est l'inconvénient des vols de nuit. » Dit-il, d'un air amusé, faisant référence à la fatigue qu'ils pouvaient ressentir après avoir passé une nuit plutôt courte. Dans sa tête, le timing était parfait, parce-qu'il savait exactement la vue que leur offrait la résidence et il ne pouvait qu'exulter en pensant qu'ils pourraient avoir la chance de voir le jour se lever progressivement de là où ils seraient.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Lun 29 Oct 2018 - 15:00

Elle n'était pas certaine de ce que leur réservait l'avenir mais elle était sûre de l'aimer dans n'importe quel univers où leur coeur pouvait aller, persuadée que même la mort n'arriverait pas à éteindre l'amour qui régnait dans son corps, et qui avait semblé en déclin lors de son absence. Elle était faite pour l'aimer dans son entièreté même si ça voulait souvent dire souffrir, et qu'elle en avait malheureusement fait les frais. Tant qu'elle l'aimait, il n'y avait aucun remède, aucune protection possible pour se protéger de la douleur qu'il pouvait immiscer en elle, et elle avait regretté de ne pas pouvoir le faire quand elle avait pensé qu'il la trompait. Elle s'attendait à repartir en arrière, six pieds sous terre où la seule lumière qui traverserait ses iris était celle de son Enfer personnel, si éloignée du paradis où s'était logée son âme pendant le temps de leurs retrouvailles. Elle avait eu l'impression qu'elle le perdait, angoissant à l'idée de le voir lui échapper encore une fois alors qu'elle s'était mise à nue pour l'avoir de nouveau dans sa vie, laissant toutes ses armures sur le bas côté pour révéler la vraie personne qu'elle était avec lui, et seulement avec lui. Et elle voulait continuer de se livrer à lui de cette manière pour toujours maintenant qu'elle savait de façon certaine qu'il avait envie de rester à elle et que ce qu'ils partageaient était réel.

Elle sourit en coin, amusée par sa remarque, frémissant au contact de sa main sur sa joue.

- C'est que j'aime chez toi, le fait que tout est toujours foireux,
le taquina-t-elle tendrement.

Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre, et si Niels pouvait parfois être maladroit dans sa manière de faire, fallait dire qu'Aelya était beaucoup trop réactive à la moindre chose qui se trouvait sur son passage. Ils possédaient les ingrédients parfaits pour exploser et causer pas mal de dégâts autour d'eux. Elle pouffa à ses mots, se rendant compte à quel point son esprit s'était échappé bien plus loin que les limites qu'elle pouvait autoriser.

- Le stress me fait délirer des fois... soupira-t-elle, feignant l'exaspération.

Elle haussa les sourcils à sa question, désirant laisser planer le doute pour s'en amuser.

- Bah disons que je me dis que tu me couvres d'affection et d'attention tout le temps, tu me fais vraiment trop bien l'amour et en plus de ça, t'es fidèle. Donc, qui ne voudrais pas t'épouser sérieusement ? Lança-t-elle, comme une évidence. Tu me fais trop de soucis, Niels, t'es trop parfait, soupira-t-elle, faisant mine d'être inquiète.

Elle avait l'impression qu'elle ne pourrait jamais rivaliser à côté de tout ce qu'il lui apportait au quotidien et cette initiative n'était qu'une chose de plus pour la faire réaliser qu'elle était vraiment allée loin avec sa collègue, et même avec lui. Pendant qu'elle s'était torturée l'esprit à se demander s'il la trompait, il lui avait préparé un voyage. Elle se sentait un peu idiote d'avoir agi de la sorte quand tout portait à croire que Niels ne serait jamais capable d'une telle chose. Alors qu'ils étaient dans l'avion, elle secoua la tête négativement de manière innocente, dans la volonté de défendre sa cause :

- Je suis jalouse qu'avec les femmes qui te veulent c'est différent. Et j'suis désolée de te dire que beaucoup d'entre elles te veulent, j'ai un don pour le savoir, suffit juste de regarder le regard qu'elles te lancent, sauf que y'a que moi qui ai le droit de te regarder comme ça, se justifia-t-elle, mi-sérieuse, mi-amusée.

En vérité, même si elle pouvait s'intéresser aux non-dits qu'un regard pouvait transmettre, elle mettait toutes les femmes dans le même sac, comme ça, elle savait qu'elle était tranquille à ce sujet. Niels lui appartenait, et elle comptait bien le faire savoir à tout le monde que ce soit via des marques qu'elle pouvait lui laisser ou par des objets personnels qu'elle désirait lui confier, comme son bracelet qui lui était toujours destiné. Elle lui avait sourit amoureusement, contente qu'il l'accepte de nouveau, avant de se blottir contre lui pour se reposer le temps du trajet.

Elle avait tenté de plonger dans le sommeil, mais celui-ci était relativement léger à cause de l'excitation qui emplissait son corps. Elle avait hâte d'attérir, de profiter avec lui. Aelya sentit ses lèvres contre son front et ouvrit les yeux pour lui sourire légèrement, remarquant par le hublot que le jour ne s'était pas encore levé.

- Je peux survivre, mais c'est bien parce que c'est toi,
plaisanta-t-elle.

L'avion se posa à Sydney, et Aelya regarda Niels avant de lui chuchoter à l'oreille :

- Dommage que t'es fatigué, on aurait pu s'amuser ce matin.


Elle fit glisser ses lèvres contre son cou qu'elle mordilla de manière amusée, tout ça pour attiser le petit jeu de séduction entre eux. Ils s'engouffrèrent dans l'aéroport, récupérant leurs sacs qui étaient dans la soute avant qu'Aelya ne reporte son attention sur lui.

- On fait quoi maintenant, bébé ?
Demanda-t-elle.


__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    

Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: en australie-
Sauter vers:  
circus of horrors !
Le mois de novembre arrive à grand pas et avec lui, l'horreur pour le printemps. Un cirque itinérant s'est installé non loin de Bowen, pas très loin du terrain abandonné. N'hésitez pas à y faire un petit tour et avoir la peur de votre vie !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES