AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 23 Nov 2018 - 23:03

C'était bien trop insupportable de s'imaginer devoir se retrouver loin d'elle pendant un temps indéterminé, surtout si ce n'était pas eux qui avaient décidé de cette séparation. Il avait envie de croire qu'il pourrait tenir le coup si jamais ça devait arriver, et pourtant il savait que chaque jour sans elle serait une torture, parce-qu'il n'avait jamais été question de passer une seule journée loin de celle qu'il aimait. Il avait envie d'être avec elle, uniquement et seulement ça, pour le restant de ses jours, comme si c'était le seul objectif qu'il avait et qui lui resterait en tête. Semble-t-il qu'il avait compris la leçon depuis leur dernière rupture, comprenant qu'il ne serait jamais capable de tolérer la distance, comme si son corps entier refusait l'absence d'Aelya, lui rendant le quotidien insupportable. Il n'avait jamais expérimenté quelque chose d'aussi fort que la façon dont il l'aimait, se sentant prêt à surmonter l'impossible pour la retrouver et la protéger, quand bien même ça nécessitait parfois à ce qu'il repousse les limites du raisonnable. De toute façon, Niels n'avait jamais été familier avec la sagesse et il comprenait parfaitement que ce n'était pas demain que ça changerait, surtout qu'il avait trouvé en Aelya l'alliée parfaite pour continuer sur cette lancée. Il s'amusa de sa réponse qui décrivait d'ailleurs plutôt bien la façon avec laquelle ils comptaient gérer les choses si le pire devait arriver. « J'suis sûr que tu serais capable de m'allumer avec des lettres en plus. J'ai pas tellement envie de mourir de frustration finalement. » Dit-il, amusé, pointant du doigt le fait qu'Aelya n'avait certainement aucune limite lorsqu'il s'agissait d'égayer son désir. Il roula des yeux à ses mots, conscient qu'il devrait commencer par ça et tenter d'être un peu moins impulsif lorsqu'il s'agissait d'elle. Et c'était loin d'être gagné. « Ouais pt'être. » Lâcha-t-il, haussant les épaules avec cette nonchalance qu'on lui connaissait, finissant par s'endormir avec l'avoir embrassé une dernière fois, se réveillant après avoir regagné l'énergie dont il avait manqué ces dernières semaines. Son cœur s'était activé en retrouvant sa chaleur contre lui, ne tardant pas à lui réclamer des baisers, souriant en voyant ses lèvres faire des aller-retours rapides contre les siennes. « Tu serais presque en train de devenir raisonnable. Fais gaffe. » S'amusa-t-il, conscient que s'il y avait bien un adjectif qui ne lui correspondait pas, c'était bien celui-ci. Avec malice, il s'était joué de la tension qui imprégnait déjà la pièce, la manipulant à sa guise de manière espiègle. Il plissa les yeux à sa remarque, faisant mine d'être vexé qu'elle puisse remettre en question sa cuisine. « T'en seras toute aussi accro. » Ajouta-t-il, une lueur joueuse traversant ses iris. Il vint la rejoindre à table, souriant en la regardant avaler sa première bouchée, flatté par ses compliments. « Je t'ai dit que j'étais un homme à marier, t'en doutes encore ? » Ajouta-t-il avant de lâcher un léger rire, amenant à son tour sa crêpe à ses lèvres. « Moi je te trouve douée dans beaucoup de domaines... » Souffla-t-il, soutenant son regard avant de dévier ses yeux vers le sol lorsqu'il sentit la jambe d'Aelya venir contre lui, remontant dangereusement jusqu'à son bas ventre. Il sourit, secouant la tête de gauche à droite en comprenant qu'elle se vengeait de lui et qu'elle arrivait toujours très bien à lui rendre la pareille. Il mit sa main sur sa jambe, la déviant légèrement en sentant le désir se diffuser en lui. « T'es vraiment pas cool avec moi... » Lâcha-t-il, en faisant mine de se plaindre, conscient qu'il l'avait bien mérité. « Tu m'as pas dit que tu voulais surfer ? On peut faire ça aujourd'hui, ça va me faire du bien un peu d'eau froide en plus. » Dit-il, en faisant référence à ce désir qu'elle avait éveillé en lui faisant du pied sans la moindre gêne.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 24 Nov 2018 - 10:01

Elle n'avait jamais connu de peines de coeur, jusqu'à celles qui l'avaient éraflé quand elle s'était mis à s'enticher de Niels. Elle avait erré tout ce temps comme une âme dépravée au milieu des flammes du danger, sans partenaire fixe pour la rassurer, pour couvrir d'affection son être en perdition. Elle se rendait bien compte qu'elle était passée à côté de sa vie en évitant de s'attacher, tout ça pour éviter de souffrir. Aelya avait finalement décider de prendre ce risque pour cet homme dont elle s'était éprise, et elle en avait payé le prix. Ca faisait mal d'aimer, mais c'était encore pire de rester éloignée. Elle donnerait son âme au diable pour se lover dans ses bras le temps d'une éternité, de manière illimité sans se soucier des problèmes qui les feraient toujours galérer. Si elle pouvait être persuadée que les fêlures entraînées les ramèneraient constamment vers leur chemin lié, elle s’inquiéterait bien moins, laissant sa confiance prendre le dessus sur son instinct. Elle savait qu'elle tomberait pour ses beaux yeux, elle se sentait amoureuse à chaque seconde qui s'écoulaient et qui l'invitaient à faire abstraction de la réalité parfois immonde pour retrouver leur monde. Aelya sourit à sa remarque, imaginant les mots brûlants qu'elle pouvait inscrire sur les lettres pour éveiller la fièvre dans son être.

- Je joindrais des photos aussi, je fais jamais les choses à moitié,
avoua-t-elle malicieusement.

Il la connaissait bien, surement mieux qu'elle le faisait envers sa propre personne dont elle avait toujours tenter de se détacher tant elle s'était mis à se détester. Elle n'avait pas envie d'en arriver là avec Niels, elle voulait le voir, continuer à susurrer des mots réparateurs pour venir soigner les blessures de son âme parfois envahie par la noirceur. Elle était faite pour se fondre en lui et la distance éveillait une angoisse sourde qui ne trouvait aucun autre remède que la promesse de perdurer à ses côtés. Après une nuit mouvementée qui s'était finalement finie dans une accalmie provoquée par la ferveur de la tendresse qu'ils se donnaient sans compter, Aelya s'était laissée aller dans un sommeil bercé de rêves, tentant de tenir à distance les démons qui désiraient s'insurger dans son esprit pour semer le chaos et réveiller la peur de se voir violemment arrachée de Niels. Elle n'avait pas attendu plus longtemps avant de le chercher au travers des immenses pièces de la villa, ressentant déjà le manque lui brûler la peau. Enlacée contre lui, elle avait rit à sa réponse qui laissait entendre qu'elle devenait plus sage.

- Je veux bien prendre des cours particuliers avec celui qui peut me faire éviter de devenir chiante et ennuyeuse,
répondit-elle, les yeux joueurs.

Elle n'avait jamais été posée et n'avait jamais été dotée d'une grande patience qui lui permettait d'avoir du recul sur ce qu'elle faisait. Ca lui allait comme ça, elle ne voulait pas changer, sachant pertinemment que Niels l'aimait comme elle était. Remarquant qu'il avait cuisiner pour eux deux, elle sourit à ses mots.

- C'est possible, j'suis déjà accro à tout ce que t'es t'façon,
haussa-t-elle les épaules, prenant un air nonchalant.

Elle s'en amusait, mais elle se voyait touchée par le nombre de ses attentions qui ne faisaient que prendre leur ascension. Goutant à sa préparation, elle avait hoché la tête, amusée par sa réplique.

- J'avoue que j'en doute de moins en moins. Tu m'énerves à tout savoir bien faire,
ragea-t-elle sur le ton de l'humour.

Un sourire enjôleur égaya ses lèvres alors qu'il la complimenta en retour, au même moment où sa jambe entama un trajet le long de la sienne pour le tourmenter. Un air innocent parvint sur ses traits lorsqu'il admit qu'elle abusait.

- Je vois pas de quoi tu parles. J'suis sage pour une fois.


Elle ne pût s'empêcher de rire légèrement quand il fit le lien entre l'eau froide et le désir qui réchauffait ses cellules.

- Ca me va ! Je vais essayer de pas trop t'intimider parce que je sais que tu te donnes beaucoup de mal pour arriver à mon niveau... Se vanta-t-elle en plaisantant.

Elle sourit, soudainement excitée par l'idée qu'il puisse lui apprendre de nouvelles choses.

- J'adore quand t'es mon prof, t'es tellement sexy. Tu pourrais pas arrêter d'être parfait le temps d'une minute ? Y'a quoi que tu sais pas faire, en fait ?


__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 24 Nov 2018 - 18:19

Il n'avait aucune idée de la façon avec laquelle il aurait continué à faire défiler les jours s'il n'avait pas croisé le chemin d'Aelya. En vérité, il n'avait pas tellement envie d'y penser, parce-qu'il avait vraiment l'impression d'avoir perdu son temps durant toutes ces années où il avait refusé la moindre attache. Peut-être qu'il aurait continué à se complaire dans sa routine destructrice et insensée, ou peut-être même qu'il aurait fini par se lasser de Bowen, pliant bagages pour aller s'exiler ailleurs. C'était tout lui, ça. Trouvant son bonheur quelque part avant de se rendre compte que ça n'était plus suffisant, se rendant compte qu'il avait épuisé toutes les ressources qui l'avaient rendu vivant. Sauf que maintenant, il avait trouvé une source inépuisable, la seule avec laquelle il se droguerait jour et nuit, complètement addict à tout ce qu'elle lui procurait. Il n'avait plus aucune raison de vouloir s'échapper maintenant qu'Aelya faisait partie de sa vie et qu'ils étaient ensemble, parcourant la même route. Et il avait compris qu'elle rendait son quotidien bien plus lumineux, admettant aisément qu'il n'aurait jamais pu arriver à ce degré de bonheur par lui-même, bien que c'était ce qu'il avait voulu se faire croire pendant un bon moment. Il n'avait aucune envie que ça s'arrête maintenant, ni jamais. « Tu risques surtout de faire profiter les autres si tu fais ça... » Parce-qu'elle savait autant que lui que le courrier était contrôlé dans ce genre d'endroit, et certainement qu'on le priverait de ce genre de clichés si c'était découvert. Quoiqu'il en soit, il n'avait pas tellement envie de se poser ce genre de questions maintenant, alors qu'ils étaient encore ensemble, et prêts à le rester. Le lit avait beau être ridiculement grand, il était resté collé à elle toute la nuit, rassuré par sa chaleur et bercé par sa respiration. Il voulait passer le reste de ses nuits comme ça, prêt d'elle, sans jamais avoir à se demander si c'était la dernière. Il s'était gentiment moqué d'elle au réveil, la taquinant sur cette gueule de bois qu'elle devait subir. « Tu seras jamais chiante et ennuyeuse, que tu sois plus sage ou non, ça changera rien au fait que tu resteras un vrai démon. » Dit-il, joueur, lui faisant comprendre que ce n'était certainement pas ce qui le dérangeait parce-qu'il avait toujours craqué pour sa personnalité explosive. Il sourit fièrement à ses mots, s'amusant de sa nonchalance avant de la rejoindre, prenant place en face d'elle. Il haussa les épaules à son tour, prenant cet air innocent lorsqu'elle fit mine d'être exaspérée par sa polyvalence. « Je note, la prochaine fois, je me contenterai de rester au lit et de nous laisser mourir de faim. » Ajouta-t-il, sur le ton de l'humour avant de se voir à son tour piégé par le jeu de sa petite-amie, l'obligeant à se redresser sur sa chaise pour éviter de se laisser happer par ce désir qui lui ouvrait les bras. Il plissa les yeux, comme s'il la suspectait de vouloir jouer avec lui, laissant un rire lui échapper à sa remarque suivante. « Ça serait pas malin de ma part de te montrer tous les mauvais côtés maintenant. J'préfère que tu les découvres par toi-même. » Dit-il, avec malice, sous-entendant le fait qu'il était bourré de défauts, usant de cette stratégie pour qu'elle puisse continuer de rester avec lui. « Du coup... faudrait qu'on reste ensemble encore un bon moment, j'espère que t'es pas contre l'idée. » Demanda-t-il, faisant mine de laisser penser que l'option contraire était envisageable alors qu'évidemment, elle ne l'était pas. « Ça me dérange pas d'être le prof d'une élève comme toi. Même si techniquement, c'est pas hyper raisonnable qu'on entretienne une liaison comme ça. » Remarqua-t-il, lui adressant un clin d’œil, détaillant ses traits avec ce regard subjugué qui ne le quittait jamais lorsqu'il posait ses yeux sur elle. « Finis tranquillement, je vais aller préparer les planches. » Dit-il, se redressant de sa chaise avant de déposer un baiser sur sa tempe et de partir à la recherche des planches qu'il avait entrevu dans une des pièces de la maison, entreposant le tout sur la terrasse qui faisait face à l'océan.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 24 Nov 2018 - 21:42

Ca n'avait pas été l'envie qui lui avait manqué, que de partir loin de Bowen pour de bon, pour de vrai, afin de refaire sa vie comme elle aurait pu l'imaginer si son passé ne l'avait pas retenu enchaînée à cette ville qui ne lui avait au final jamais rien inspirée. Parce qu'il y avait eu trop de douleurs, trop de rancœurs qui avaient encrassés les rouages de son cœur brisé. Maintenant, Bowen lui paraissait plus beau depuis qu'elle se perdait au travers des rues avec Niels, redécouvrant les lieux qu'elle avait toujours rejeté à cause du souvenir de ses épreuves. Il semblait qu'il avait réussi à changer son regard par la création de nouvelles images qui étaient maintenant teintées de couleurs vives et réchauffées par la chaleur de leurs sourires. C'était comme si partout où elle pouvait aller avec lui, le monde lui semblait devenir une place moins hostile.

- Ce qui me gênerait le plus c'est pas tant que les autres me matent, parce que ça arrive tous les jours au club, mais plus que ça n'arrive jamais à destination, avoua-t-elle en plissant les lèvres, perplexe. Dans tous les cas, je trouverai toujours le moyen de te tenter, même si t'es pas avec moi, t'inquiètes pas, ajouta-t-elle de manière joueuse.

Elle était toujours inspirée quand il s'agissait de séduire Niels, de le faire craquer même si ça impliquait de défier la raison et les règles qu'on pouvait leur imposer. À chaque fois qu'ils avaient du se tenir à carreaux pour leur bien être, ils décidaient d'en faire qu'à leur tête, préférant prendre le risque d'aggraver leur situation plutôt que de ressentir la frustration. Quand elle parcourait l'immensité de la villa, elle se revoyait, quelques années plus tôt dans sa maison qui tombait en ruine, à rêver de pouvoir un jour errer dans un espace aussi grand. Elle se rendait compte aujourd'hui que la distance amenée par les murs trop éloignés influencaient encore plus son envie de rester accrochée à lui, ce qu'elle avait fait quand le sommeil l'avait gagné. Elle avait sourit fièrement à sa remarque.

- Je pourrai jamais être un ange avec toi, c'est raté, ajouta-t-elle, feignant la déception.

Si elle avait voulu se remettre dans le droit chemin, éviter le danger, ce n'était définitivement pas Niels qu'elle aurait dû croiser. Elle ne regrettait rien, parce qu'au moins avec lui, elle pouvait s'autoriser à laisser parler sa vraie personnalité.

- Je me sens tiraillée là. Me nourrir de crêpes ou mourir de faim et espérer me nourrir de toi, le choix est trop dur, s'amusa-t-elle.

Elle n'était pas très exigeante quand Niels était dans tous les cas de la partie. Aelya avait tenté de le pousser à bout par pure provocation avant de se faire violence pour s'arrêter sur sa lancée qui était simplement faite pour riposter. Elle l'écouta se justifier, amusée par sa manière d'expliquer les choses. Parce qu'elle le connaissait par cœur, qu'il s'agisse de ses côtés lumineux comme ceux un peu plus sombres, et elle était amoureuse de tout ce qu'elle pouvait voir chez lui.

- Je suis pas contre l'idée, ce serait dommage de s'arrêter avant d'en savoir plus sur toi, répondit-elle, espiègle. Pour faire passer tes mauvais côtés, tu pourras toujours cuisiner pour te rattraper, rigola-t-elle.

Elle était enjouée à l'idée de surfer avec lui, d'expérimenter de nouvelles choses toujours plus enivrantes. Elle se mordit la lèvre inférieure à ses mots, captant son regard au même moment.

- C'est vrai qu'on est tellement raisonnables que ça nous aurait jamais effleuré l'esprit. Et on aurait pas du tout succombé, c'est tellement pas notre genre, ironisa-t-elle.

Elle hocha la tête à ses mots avant qu'il ne quitte la pièce pour préparer leur séance de surf, terminant d'avaler son repas avant de débarrasser la table pour partir enfiler son maillot de bain. Elle prit le temps de finir sa préparation dans la salle de bain, passant en même temps quelques coups dans ses cheveux. Elle revint trouver Niels, un sourire accroché aux lèvres.

- Je suis prête ! Par quoi on commence ? C'est la première fois que je suis docile avec un prof, profites-en, lança-t-elle d'un air taquin.


__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 24 Nov 2018 - 22:54

Il aimait savoir qu'ils créaient de nouveaux souvenirs tous les deux, qu'ils réécrivaient une histoire ensemble, la leur. Et le plus beau dans tout ça, c'était qu'elle était assez forte pour remplacer les images sombres que leur passé leur avait laissé, sans leur laisser le moindre répit. Il se doutait bien qu'Aelya avait en du voir des horreurs, qu'elle avait du composer avec ses tourments pendant un bon moment et c'était sûrement la raison pour laquelle Niels avait besoin de savoir qu'il pouvait l'apaiser, pour que dans ses bras, elle parvienne à oublier ses souvenirs les plus lourds et qu'elle ne se concentre uniquement sur ce qu'ils construisaient ensemble. Parce-que c'était exactement ce qu'elle parvenait à faire avec lui, peut-être même sans s'en rendre compte. A travers son regard et l'amour qu'elle lui prodiguait, Niels oubliait toute douleur, tout regret, comprenant que tout ce qu'il avait toujours voulu se trouvait devant ses yeux ébahis. « Moi ça me gênerait, t'es qu'à moi. Et j'devrais être le seul à pouvoir profiter de la vue de ton corps. » Râla-t-il, en imaginant que des clichés peu chastes de sa petite-amie tomberaient entre les mains d'autres hommes. Il finit par sourire à sa remarque suivant, hochant la tête, pas franchement étonné de savoir qu'elle parviendrait toujours à insuffler du désir dans son corps, même à distance. Ils étaient toujours sur la même longueur d'onde lorsqu'il s'agissait de faire parler leurs corps qui ne demandaient qu'à se retrouver, à ne faire qu'un. « T'as pas à en être un. J'aime bien aussi quand t'es terrible... » Souffla-t-il, sur un ton charmeur, glissant ses doigts en dessous du t-shirt qu'elle portait alors qu'elle était toujours contre lui, effleurant son dos. Il aimait celle qu'elle était et ne changerait pour rien au monde un seul trait de sa personnalité qui avait fait qu'il était tombé amoureux d'elle. Il répondit à son sourire, amusé par ce jeu qu'ils avaient instauré et qui renforçait leur complicité indéfectible. Il haussa les épaules à ce qu'elle ajouta, riant à son tour. « J'te trouve hyper exigeante, fallait me dire que c'était le prix à payer pour espérer t'avoir. » Ajouta-t-il, en roulant des yeux, faisant mine de regretter ses choix pour s'attirer les foudres de sa petite-amie. Son regard vrilla sur ses lèvres un instant aux mots qu'elle ajouta, arquant un sourcil en maintenant son regard. « Vraiment pas notre genre... » Répéta-t-il après elle, sentant la tension s'intensifier, juste avant qu'il ne finisse rapidement son assiette, se levant ensuite pour aller préparer le matériel de surf, nettoyant les planches et faisant le nécessaire pour qu'elles soient prêtes à être utilisées. Il s'était lui aussi débarrassé de son jean pour enfiler un short, finissant de se préparer avant de retourner sur la terrasse pour attendre Aelya. Il sourit en la voyant revenir vers lui, faisant glisser ses yeux sur elle, la trouvant encore une fois à couper le souffle. « Toi tu me donnes envie de pas l'être par contre... » S'amusa-t-il, tendant la nuque pour déposer ses lèvres contre sa joue avant de prendre sa planche pour la lui tendre. « On peut aller se jeter à l'eau. » Il lui adressa un sourire avant d'avancer vers la plage qu'il atteignit au bout de quelques mètres, sa planche sous le bras. « Ça a l'air calme, c'est mieux pour une première fois. » Remarqua-t-il, observant l'océan. « Une fois que t'es sur l'eau, allongée sur ta planche, le plus dur ça va être d'apprendre à te redresser dessus. » Ajouta-t-il, prenant son rôle à cœur, tentant de la guider alors qu'il entra dans l'eau, sa peau rapidement refroidie. « J'ai rien dit... le plus dur, c'est déjà de rentrer dans l'eau. » Rigola-t-il, lui faisant signe de le suivre.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 25 Nov 2018 - 10:35

Aelya savait que même en prison, Niels préférait ne pas obtenir de photos d'elle plutôt que de prendre le risque d'en avoir et qu'on vienne à le lui piquer. Elle comprenait largement cette pensée, parce qu'elle aurait évidemment réagi de la même manière. Si elle était déjà jalouse quand ils étaient ensemble, il fallait sans doute s'imaginer que ce défaut prendrait de l'ampleur si on les séparait parce leur imagination n'avait aucune limite, à l'image de leur amour. Elle avait beau constater tous ses marques d'affection et sa fidélité, elle n'arrivait pas à calmer l'angoisse qui sommeillait en elle vis-à-vis du fait qu'il pouvait toujours se voir charmé par quelqu'un d'autre.

- T'es déjà le seul à pouvoir le voir quand tu veux, et à le toucher de cette manière. Les autres voient pas tout ce que toi tu peux voir, ça t'es réservé, le rassura-t-elle, enjoleuse.

Elle n'aurait jamais pensé un jour de pouvoir dire ce genre de choses, de laisser entendre qu'elle appartenait à une seule et même personne et qu'en plus, elle adorait ça. Aelya aimait faire naître du désir et de la passion dans ses yeux, dans la volonté de toujours le faire craquer pour elle. C'était essentiel qu'elle puisse se sentir aimée par Niels, et c'était la seule chose qui comptait vraiment. Elle frémit au contact de ses doigts sous son t shirt, savourant la chaleur du désir se déverser dans ses veines.

- J'arrêterai jamais d'être terrible si c'est ce que t'aimes, répondit-elle, d'une voix suave.

Aelya pouvait laisser tomber le masque avec Niels, être ce qu'elle était réellement, sans craindre le rejet ou le jugement. C'était ce qui changeait de tous les contacts qu'elle avait pu avoir dans sa vie, parce qu'avec son petit-ami, elle ne jouait pas. Elle n'avait d'ailleurs jamais joué. Tout ce qu'elle avait ressenti dès le départ l'avait frappé de plein fouet, se développant au fil de leurs rendez vous, et elle n'avait pas pu dissimuler pendant bien longtemps les sentiments qui grandissaient à l'intérieur de son cœur. Elle lâcha un rire à sa remarque, secouant la tête de manière amusée devant ses reproches qu'il avait dit sur le ton de l'humour.

- Dis tout de suite que tu regrettes juste parce que je suis "un peu" exigeante en plus ! De toute façon même si tu regrettes c'est trop tard parce que moi, je te lâcherai plus, haussa-t-elle les épaules de manière fière.

La tension était montée une nouvelle fois entre eux alors qu'elle s'amusait de leur propension à laisser parler l'instinct en premier. Elle fondit sur ses lèvres après avoir remarqué que ses yeux fixaient les siennes avec attention, lui volant un baiser passionné. Quittant la cuisine pour enfiler un maillot de bain, elle revint vers Niels qui était dehors, où le soleil commençait déjà à lui brûler la peau. Elle sourit à sa remarque, flattée par son compliment alors qu'il vint déposer ses lèvres sur sa joue.

- Si t'arrives à m'apprendre à surfer un minimum, je peux toujours m'offrir comme récompense, lança-t-elle en se mordant la lèvre inférieure, charmeuse.

Elle hocha la tête à sa réplique, le suivant de près jusqu'à la plage après avoir pris sa planche. Elle écouta ses mots, tentant déjà d'imaginer comment elle pouvait se redresser sur la planche.

- Comment on fait pour se redresser sur la planche ? On se sert des mains, nan ? Et après le plus dur c'est en plus de pas faire basculer la planche pour ne pas tomber, ça va être chaud, lança-t-elle en souriant, amusée par le challenge.

Alors qu'elle entra dans l'eau avec lui, elle lâcha un petit rire à ce qu'il vint ajouter sur la température de l'eau, ses muscles se crispant d'un coup vis-à-vis de sa froideur. Elle tentait de s'en accommoder, laissant Niels lui passer devant. Se plaçant à califourchon sur sa planche lorsqu'ils avaient bien avancés pour constater qu'ils n'avaient plus pieds, elle laissa les ondulations de l'eau s'écraser sur sa peau.

- Vas-y bébé montre-moi je veux voir comment tu te débrouilles. Ça m'aidera à comprendre le principe, ajouta-t-elle, enjouée.

__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 25 Nov 2018 - 18:28

Les mots d'Aelya avaient beau être rassurants, Niels savait très bien que la menace pouvait surgir de n'importe où et surtout de n'importe qui. C'était sûrement pour cela qu'il était aussi possessif avec elle, parce-qu'il savait combien elle pouvait attiser le désir, il en était d'ailleurs la première victime et il refusait que d'autres puissent avoir le droit d'y succomber. Pour autant, il lui vouait une confiance aveugle, parce-qu'il savait qu'elle ne s'immiscerait jamais sur ce terrain-là, sur celui de l'infidélité qui ne pourrait avoir d'autre issue que celle d'une séparation définitive. Il en avait des haut-le-cœur rien que d'y penser, et heureusement pour lui, il savait qu'il n'aurait jamais à s'inquiéter à ce niveau-là. « Ils en voient déjà assez... » Répliqua-t-il, jaloux vis-à-vis de ses clients, avant de capter son regard à ce qu'elle ajouta ensuite. « Pour toujours ? » Demanda-t-il, presque innocemment, comme un gamin qui avait besoin d'être rassuré. En même temps, il avait jeté son dévolu sur une femme qui respirait la sensualité et dont la seule vue pouvait déclencher un véritable séisme. Pas étonnant qu'il soit inquiet. Il s'était rapproché d'elle, avec le désir de toucher sa peau qu'il trouvait déjà bien trop couverte, cachée sous ce t-shirt qui lui appartenait. Son regard s'alluma à ses mots et à son intonation qui parvenaient à le réchauffer, un sourire venant étirer le coin de ses lèvres. « N'arrête jamais d'être toi, c'est tout ce que je veux. » Souffla-t-il, laissant ses doigts glisser plus bas, vers sa chute de reins, tandis que son regard était toujours ancré au sien. Ils s'étaient trouvés avec leurs qualités et leurs défauts, et finalement, ils s'étaient aimés tel quel, alors il n'y avait aucune raison pour que les choses ne viennent à changer maintenant. Il fit semblant d'être désespéré au fait qu'elle ne veuille plus le lâcher, soupirant avant de reposer ses yeux sur elle. « Bon... ben je vais devoir faire avec alors. » Ajouta-t-il, faisant mine d'être déçu avant de rire légèrement, ne pouvant évidemment pas se plaindre du fait qu'elle veuille rester avec lui pour la vie. Il n'avait pas pu cacher son envie de retrouver ses lèvres, comprenant qu'il avait été pris en flagrant délit lorsqu'elle prit les devants, lui offrant un baiser auquel il répondit de la même façon, finissant par rompre cet échange fiévreux, pour déposer quelques baisers vifs sur ses lèvres. Prêt à prendre la route de la plage, il avait souri en la regardant revenir vers lui, la flattant sur son apparence avant de se voir réchauffé par sa réplique qui lui laissait imaginer la suite des évènements. « J'vais voir ce que je peux faire. » Répondit-il, amusé, laissant entendre qu'il donnerait le meilleur de lui-même pour lui apprendre le surf. Évidemment, ce n'était pas sa spécialité, lui qui était beaucoup plus à l'aise sur une planche qui roulait sur le goudron. Il hocha la tête à ses questions, conscient que l'exercice n'était pas des plus simples. « C'est ça, c'est l'occasion de faire travailler tes abdos. » Sourit-il, ne doutant absolument pas du fait qu'elle réussirait la manœuvre, elle qui entraînait son corps tous les jours. Il avança avec elle dans l'océan, pour se retrouver à une profondeur adéquate, leur permettant de choisir les vagues idéales. Il hocha positivement la tête à sa demande, avançant un peu plus, collé à sa planche et ramant pour prendre de la vitesse. Une fois son élan pris, il se releva au dernier moment, lorsque la vague le souleva, effectuant son virage contre l'eau avant de revenir vers Aelya une fois l'onde passée. « Essaye de mettre ton poids vers l'avant quand tu te relèves, ça sera plus facile pour prendre la vague. » Ajouta-t-il, s'installant de nouveau à califourchon sur la planche, tendant son bras pour rapprocher celle d'Aelya contre la sienne. « Mets-en moi plein la vue. » Sourit-il, malicieusement, tendant sa nuque vers elle pour lui demander un baiser avant qu'elle ne s'élance à son tour.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 25 Nov 2018 - 21:08

Les abandons qu'ils avaient subis avaient sans doute un peu trop abîmés leurs deux âmes décharnées. C'était une peur qui ne connaissait aucune once de raison, une incapacité constante de se voir rassurer pour de bon, quand bien même ils étaient ensemble, liés contre le monde. Elle était satisfaite d'être la seule à pouvoir le toucher de cette manière pour le combler de toute l'affection qui lui manquait, et qu'il méritait. Elle voulait lui faire comprendre par son regard qu'elle lui était destinée à vie, parce qu'elle ne voyait de toute façon pas comment il pouvait en être autrement. Elle sourit, amusée devant sa jalousie qu'il laissait exploser avant de hocher la tête, fondant devant la tendresse et l'innocence de sa question.

- Pour toujours si tu veux de moi toute ta vie, répondit-elle, attendrie, se mordant la lèvre inférieure de manière timide.

Elle ne savait pas ce que l'avenir leur réservait mais elle trouvait qu'ils se débrouillaient toujours bien pour se retrouver, pour s'aimer, eux qui n'avaient jamais expérimentés la tempête émotionnelle qui s'était abbatue sur eux pour les faire craquer sous le poids de l'attachement qu'ils se vouaient. Frémissant au contact de ses mains sur sa peau déjà en manque de lui, elle avait sourit, touchée et comblée par son désir.

- Tes désirs sont des ordres, murmura-t-elle d'une voix joueuse.

Tout ce qu'elle voulait, c'était de continuer à se perdre dans son étreinte qui savait toujours la réchauffer, et rien n'était impossible tant que l'espoir battait dans ses veines, lui donnant des ailes pour qu'elle puisse se réfugier dans les étoiles, là où la réalité ne pouvait plus les happer. Elle avait lâché un petit rire avant de lui taper amicalement l'épaule suite à sa remarque qu'il avait lancé avec humour. N'étant plus apte à garder ses distances avec ses lèvres qui l'appelaient sans cesse, elle lui avait donné un baiser fiévreux, enivré par le désir qui avait déjà envahi la pièce. Souriant de manière amusée quand il vint sceller ses lèvres sur les siennes vivement, elle se détacha de son emprise, pour qu'ils viennent tous les deux se préparer pour aller surfer, s'essayer à de nouvelles expériences pour Aelya. Alors qu'il l'avait complimenté sur son physique, elle lui avait donné un aperçu de ce qu'elle avait en tête, dans la volonté de le remercier de sa patience. Tout était toujours prétexte bien évidemment, mais elle aimait s'en amuser et les prendre au pied de la lettre. Elle lui envoya un clin d'œil entendu à sa réponse, avant de le suivre dans l'eau. Se renseignant sur la manière de procéder, elle avait hoché la tête à ce qu'il vint ajouter, grimaçant en sentant déjà ses abdominaux brûler.

- Tu vas m'achever, comme d'hab, ajouta-t-elle, espiègle en faisant référence à toutes les prouesses physiques qu'elle pouvait faire en sa présence.

Se plaçant au bon endroit pour prendre les vagues, elle l'avait laissé commencé pour s'imprégner de ses gestes qu'elle tentait d'assimiler alors qu'il chevauchait les vagues et sa planche d'une main de maître. Époustouflée par son niveau, elle ne pouvait que l'admirer.

- D'accord, je prends note, je vais essayer de le mettre en pratique. Mais quand c'est toi qui le fait ça a l'air simple c'est fou. T'es trop beau comme ça bébé, le complimenta-t-elle.

Elle le laissa approcher leurs deux planches avant d'encadrer son visage avec ses mains pour lui délivrer un long baiser, histoire de se donner du courage.

- Te moque pas trop si jamais, rigola-t-elle avant de tenter de se concentrer.

Son regard se focalisa sur les ondulations qui l'approchaient. Elle en choisit une silencieusement, ramant avec ses mains, le ventre contre sa planche, pour s'élancer sur la vague. Elle put se redresser sur sa planche, tentant de glisser sur l'eau avant de chuter par manque d'équilibre.

- Je sais c'est nul, se plaigna-t-elle.

Elle revint à ses côtés.

- À la fin de la journée j'y arriverai c'est sûr, faut que je te fasse honneur, avança-t-elle fièrement.

Elle s'élança de nouveau, ne lâchant pas son objectif. Elle put rester un peu plus longtemps sur sa planche avant de tomber une nouvelle fois.

- Faut que j'y arrive avant de me faire bouffer la jambe par un requin si possible, lança-t-elle, entre l'agacement et l'amusement.

__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 25 Nov 2018 - 23:17

Il n'avait pas besoin de lui expliquer l'inquiétude qu'il ressentait sans arrêt à l'idée de la perdre puisqu'il savait qu'elle partageait le même sentiment. C'était une angoisse profonde, ancrée dans ses entrailles, sûrement murie par leur passé houleux et leur tendance à tout faire exploser lorsque les choses finissaient par les dépasser. Il n'y avait qu'elle qui était capable de l'apaiser dans ces moments-là, et Niels savait que la seule chose dont il avait besoin était son regard et ses mots rassurants, ni plus ni moins. Elle détenait le secret pour caresser son âme, étant même la seule à l'avoir et à pouvoir s'en servir. Il hocha la tête à sa réplique, son cœur s'activant de manière bien plus rapide, comblé par la tendresse de leur échange qui ne laissait aucun doute sur leur envie de continuer ensemble, aussi longtemps qu'ils le pourraient. « C'est le cas. » Dit-il simplement, d'une voix douce et claire, sans la moindre hésitation. Parce-que s'il y avait bien une chose dont Niels était certain, c'était son désir de l'avoir elle, pour toujours, et il n'était plus question d'imaginer un avenir ou même un présent sans elle, qui n'aurait franchement aucun intérêt compte tenu du bonheur qu'elle parvenait à lui délivrer à chaque instant. Son sourire s'étira à ses mots, satisfait de savoir qu'elle comptait bien rester la même, qu'importe à quel point il continuerait de crouler sous le désir qu'elle insufflerait en lui, il savait qu'il n'y perdrait jamais goût. Tout comme ces baisers passionnés qu'elle lui donnait sans le prévenir, provoquant en lui un déferlement de chaleur s'insinuant dans ses veines, réchauffant chaque partie de son corps déjà foudroyé par cette tension perceptible qui s'opérait entre eux. Bien que l'envie ne lui manquait pas, Niels avait tout de même l'intention de lui apprendre le surf, comme il lui avait promis la veille. Après tout, ils avaient parcouru des kilomètres pour s'échapper de leur quotidien à Bowen, et même s'ils parvenaient toujours à s'enfermer dans leur univers dés que leurs corps se retrouvaient, Niels avait bien envie de pouvoir vivre de nouvelles expériences à ses côtés... Des expériences qui n'impliquaient pas seulement un lit défait. Il lâcha un léger rire à sa remarque, haussant les épaules en tentant de se dédouaner de ses responsabilités. « J'avoue que c'est pas tout le temps le cas, mais là, c'est toi qui l'as cherché quand même. » Remarqua-t-il, en faisant référence au fait qu'elle allait devoir y laisser de la sueur pour apprendre cette nouvelle activité. Il s'était appliqué à lui faire une petite démonstration, tentant d'être le plus juste possible dans ses gestes afin qu'elle s'en imprègne et qu'elle puisse les reproduire par la suite. Il sourit à ses mots qui le flattaient, l'égo soudainement bien regonflé. « Merci bébé, j'suis loin d'être un pro quand même. Mais j'devrais pouvoir t'apprendre deux ou trois bases. » Ajouta-t-il, en même temps qu'il revenait vers elle, profitant du baiser qu'elle lui offrit avant de lui lancer un regard serein, lui faisant comprendre qu'il savait qu'elle allait y arriver. « Moi ? Jamais. » Dit-il, espiègle, la regardant tenter de reproduire ses gestes, souriant en la voyant retomber à l'eau. « Tu peux pas tout réussir du premier coup, ré-essaye mon amour. » Lança-t-il, la soutenant, ses yeux ne la quittant pas alors qu'elle recommença une nouvelle fois. « Hey c'était pas mal ! Attends vraiment le dernier moment pour pousser sur tes bras. » La conseilla-t-il, enjoué à l'idée qu'elle parvienne à rester debout sur sa planche. Il rit à ses mots, hochant la tête. « Ouais ça m'arrangerait aussi, j'ai pas tellement envie de me battre avec un requin tu vois. » S'amusa-t-il, imaginant une scène des plus sanglantes se dérouler dans sa tête. « Et j'ai pas non plus envie que ça te donne l'occasion de prendre des cours particuliers avec un vrai surfeur. On les connaît ceux-là, ils sautent sur tout ce qui bouge. » Dit-il, d'un air faussement agacé, la poussant à retenter une nouvelle fois.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Lun 26 Nov 2018 - 14:51

La peur qu'elle ressentait constamment quand il s'agissait de leur relation ou de Niels était éreintante, vidant ses cellules pour ne laisser que le bruit des battements agités de son palpitant, qui semblait s'être réveillé d'une longue hibernation depuis leur rencontre. Elle n'avait plus envie de le voir retomber dans une latence morbide, attendant le choc qui le referait revenir à la vie. Elle avait simplement besoin de continuer à expérimenter toutes ces sensations nouvelles, ce panel de sentiments qui ne faisaient que de s'étendre à mesure de leurs échanges. Elle avait l'impression qu'elle ne pouvait plus profiter de la vie de manière solitaire maintenant qu'elle avait trouvé son partenaire, celui qui ne faisait que de la pousser à s'épanouir à ses côtés. Elle ne se lasserait jamais d'entendre ses mots, ceux qui confirmaient son envie de perdurer avec elle même si elle les connaissait, parce qu'à chaque fois qu'elle les entendait, elle ressentait toujours une vague de soulagement déferler dans ses veines. Aelya ne voulait pas s'imaginer qu'un jour le vent pouvait tourner à son désavantage, et regarder Niels prendre la fuite comme il avait pu le faire précédemment. Elle ne l'avait pas supporté, et elle savait qu'elle était complètement à la merci de la moindre écorchure qu'il pouvait inscrire sur son âme fragile sans faire attention. Elle ne savait pas comment se protéger de l'amour qu'elle possédait pour lui, et qui pouvait parfois la dévaster.

Elle se délectait de chaque geste affectueux qu'il lui offrait et qui ne faisait qu'accentuer la chute dans laquelle elle s'infiltrait à mesure que l'affection s'ouvrait sous ses pieds. Dans ces moments-là, elle réalisait qu'elle n'avait pas besoin de grand chose pour être heureuse, juste de lui, et de ces instants privilégiés où ils oubliaient leurs problèmes, leur permettant de se mettre au premier plan dans leur quotidien tumultueux. C'est pour ça qu'elle avait hâte d'apprendre encore de lui, de ses hobbies, dans le désir de partager une nouvelle chose avec l'homme qui la faisait vivre. Face à l'océan, elle avait lâché un petit rire à sa remarque qui n'était pas fausse.

- Je le fais surtout pour me faire remarquer, parce que j'aime bien attirer ton attention,
avoua-t-elle avec une moue amusée.

Il y avait trop de raisons qui la poussaient à repousser ses limites et à découvrir jusqu'où son corps pouvait aller mais il était vrai que Niels était l'une d'elle, parce que son avis et son regard sur elle étaient importants, motivants, exaltants. Laissant son regard trainer sur lui quand il se mit à surfer, elle se vit subjuguée par son niveau, ne pouvant s'empêcher de l'admirer lui qui savait la bouleverser sans faire trop d'efforts.

- T'es trop modeste aujourd'hui,
le taquina-t-elle.

Parce qu'elle trouvait qu'il se débrouillait plus que bien pour quelqu'un qui ne surfait pas tous les jours, parce que ça n'était pas sa spécialité. Après lui avoir donné un baiser, elle avait décidé de se lancer, tentant de se rappeler de ce qu'elle avait vu de son petit-ami. Elle leva les yeux au ciel devant son ton ironique et s'attaqua à une vague.  Son impatience la rendait soudainement frustrée, parce qu'elle aimait réussir rapidement les choses, surtout celles qui demandaient le plus d'apprentissage. Elle se voyait quand même touchée par les encouragements de Niels. Elle hocha la tête, déterminée, et se relança une nouvelle fois. Elle commençait à prendre ses marques même si c'était un exercice plus que compliqué.

- Mais c'est super dur d'attendre le dernier moment quand je me fais en même temps pousser par les vagues, soupira-t-elle, agacée. J'ai plus de bras à force de me soulever, lâcha-t-elle avant de sourire de manière amusée.

Elle tentait de reprendre son souffle quelques instants histoire de laisser son corps se reposer avant de repartir sur une autre vague. Aelya rigola à sa réponse qui laissa des images plus que morbides dans sa tête.

- Nan, surtout que là ce serait pas la même morsure sur ton bras,
grimaça-t-elle.

Aelya secoua la tête de manière amusée lorsqu'elle l'entendit piquer les surfeurs sur leur conduite.

- Je veux personne d'autre que toi pour me donner des cours, parce que t'y arrives très bien, le complimenta-t-elle. Maintenant, si jamais je veux devenir pro dans ce domaine, parce qu'on sait jamais hein, je pourrais toujours aller voir d'autres types. Mais seulement si j'en ai besoin, bien sûr, parce que y'a surement des positions qu'ils peuvent m'apprendre, s'amusa-t-elle l'air de rien, en jouant sur les sous-entendus.

Avec un air joueur sur le visage, elle vint tendre sa nuque pour mordiller sa lèvre inférieure avant de s'élancer sur les vagues et elle put appliquer le conseil de Niels pour rester d'autant plus longtemps sur la planche, sans tomber.

- J'ai réussi ! Lança-t-elle, enjouée. C'est vraiment trop cool, le surf en fait ! Y'a vraiment que toi pour me faire réussir comme ça, ajouta-t-elle, satisfaite, en revenant vers lui.

__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 28 Nov 2018 - 23:28

Il voulait que chaque jour reste gravé dans sa mémoire, que leur quotidien soit constamment une aventure dans laquelle ils ne se consacraient qu'à eux-seuls et cet amour dont ils débordaient. Il ne voulait plus partir, ni être loin d'elle, parce-qu'il n'y avait qu'à ses côtés qu'il pouvait être entièrement lui, comme si son existence devenait caduque dés lors qu'il sentait qu'elle s'éloignait de lui. C'est dans ces moments qu'il comprenait qu'il n'y aurait jamais de vie sans elle, ressentant ce besoin de lui être totalement voué, corps et âme. Niels n'avait pourtant jamais été le type très attentionné, mais il fallait croire qu'Aelya l'avait fait changer, lui donnant l'envie de lui montrer ce qu'il était prêt à faire pour ses beaux yeux, comme s'il vivait à travers cette lueur brillante qui traversait ses iris, la même qu'il souhaitait faire perdurer le plus longtemps possible. Il voulait simplement qu'elle soit heureuse, avec lui, la faire profiter de ces moments d'accalmie où leur quotidien paraissait presque normal, sans noirceur, bien que ni l'un ni l'autre ne se laisserait embarquer dans cette illusion. Pour autant, c'était agréable de penser à autre chose qu'à ce destin qui voulait leur faire la peau, les emmenant constamment dans le fond du gouffre. Il avait souri à ses mots, amusé par leur sens. « C'est ce que j'ai pu comprendre... même si techniquement, t'as pas besoin de ça pour le faire. » Répondit-il, malicieusement, insistant sur le fait que ses pensées lui étaient sans cesse destinées, même lorsqu'elle n'était pas là. Il n'y avait pas un seul instant où son visage ne quittait son esprit et semble-t-il que c'était quelque chose avec laquelle il avait appris à fonctionner, ne l'étonnant même plus. Ça lui plaisait de savoir qu'il pouvait impressionner, surtout lorsque ça venait d'elle, se rendant compte qu'il n'y avait rien de plus flatteur qu'un compliment qui sortait de ses lèvres à elle. Il pouffa à ses mots, l'air amusé. « Je travaille sur mon égo, j'voudrais pas que tu penses que je me prends pour ce que je suis pas. » S'amusa-t-il, un air joueur sur le visage. C'était motivant de voir à quel point elle se donnait du mal pour réussir ce qu'il tentait de lui apprendre, voyant très bien qu'elle essayait d'appliquer à la lettre chacun de ses conseils. « Tu vas y arriver, tu me feras pas croire le contraire. » Répondit-il, voulait lui montrer qu'il ne doutait pas un seul instant de ses capacités physiques, bien que l'activité soit en effet éreintante. Il prit une mine boudeuse à ses mots, détestant déjà les images qu'il avait en tête et qui le rendaient fou de jalousie. « Tu me rendras jamais la vie facile toi, c'est pas possible. » Souffla-t-il, roulant des yeux avant de lâcher un léger rire en sentant Aelya venir lui mordre la lèvre, la suivant des yeux lorsqu'elle s'élança à nouveau. Il haussa les sourcils en la voyant tenir debout sur sa planche, lui offrant un sourire franc et enjoué. « T'es trop forte bébé. En plus, ce sport te va vraiment trop bien, j'serais presque en train de tomber sous ton charme là. » Dit-il, un air taquin sur le bout des lèvres, rapprochant à nouveau leurs planches respectives, ses yeux se posant tendrement sur elle. « Ça me donne pas du tout envie de rentrer tout ça. » Avoua-t-il, se sentant plus heureux que jamais, appréciant les moments qu'ils partageaient ensemble et grâce auxquels leur complicité ne faisait que mûrir. « A défaut de pouvoir partir plus longtemps pour l'instant, on pourrait s'organiser ce genre de weekend plus souvent, t'en penses quoi ? » Demanda-t-il, rêvant déjà de leur prochaine échappée.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 29 Nov 2018 - 15:33

Son existence n'était plus en latence depuis que Niels était venu casser cette décadence, y apportant assez de déchéance enivrante pour relancer le système qui s'était enroué, et qui s'était blessé dans ses propres rouages, ravage d'une vie cernée par le noir et l'obscurité. Il était fait pour elle, comme si ses pièces s'étaient faites aux siennes, comblant les trous qui l'empêchaient de fonctionner de manière sereine. Si elle avait pensé que c'était de la faiblesse, elle avait rapidement réalisé la mort lui tendait les bras, prête à faucher son âme altérée dès lors que son petit-ami s'évaporait de sa destinée. Il lui était impossible d'imaginer survivre sans le souffle qui provenait de ses poumons, et elle se rendait compte que même leurs démons s'alliaient dans la même union. On ne pouvait plus la contraindre de se défiler devant l'amour qui semblait lui être voué jusqu'à l'éternité. Jusqu'à la fin, et plus rien ne pouvait les arrêter maintenant qu'ils s'étaient retrouvés. Les problèmes pouvaient toujours continuer à se buter contre le rempart de leur affection, cette violente passion qui n'avait aucune destruction programmée. Elle sourit à sa remarque de manière fière, voulant lui montrer qu'elle désirait toujours le séduire malgré le fait qu'elle avait l'air de constamment lui plaire.

- Je peux pas m'empêcher de toujours vouloir te plaire, parce que toi tu me plais un peu trop, et je veux rejoindre ton niveau,
le complimenta-t-elle sincèrement.

Aelya voulait constamment l'attirer dans ses filets, même s'il y était déjà, comme si elle voulait que les lanières s'enroulent plusieurs fois autour de lui afin de s’enchevêtrer jusqu'à son coeur, qu'elle voulait protéger du froid de leur problèmes pour le renforcer. Il y aurait toujours des peines, il fallait faire avec, mais ils pouvaient toujours animer le bonheur pour détruire les doutes et les peurs qui essayeraient toujours de se frayer un chemin au travers de leur lien. Elle lâcha un petit rire à ses mots sur son égo, celui pour qui elle vouait une adoration et qui ne pouvait connaître aucune disparition.

- Le problème, c'est que t'as même pas besoin de jouer un rôle, t'en as jamais eu besoin pour m'impressionner,
soupira-t-elle, feignant l'agacement.

Quand elle laissa les vagues la porter, elle savait qu'elle ne le faisait pas que pour Niels mais aussi pour elle, dans le désir de se prouver qu'elle pouvait tout faire dès que la volonté s'y prêtait, elle qui avait toujours l'impression de tout foutre en l'air. Elle avait sourit à sa remarque qui lui donnait du courage, et qui lui donnait la motivation de toujours y croire. Alors, elle allait continuer jusqu'à ce qu'elle puisse y arriver. En revenant à sa hauteur, elle l'avait taquiné, le prenant à son propre jeu, et se voyait amusée par les mots qu'il lui avait signifié.

- J'ai vu que t'avais l'air d'être habitué à galérer, alors je te donne de la difficulté, sinon c'est pas drôle, et puis tu t'y retrouverais pas en plus, ça te ferait trop bizarre,
s'amusa-t-elle.

Elle s'était remise au travail, chevauchant les vagues en bataille avec la seule pensée de réussir. Concentrée, elle avait laissé son corps se débrouiller avec l'afflux de l'eau agitée, les conseils de Niels se balançant au travers de son esprit. Satisfaite d'avoir conquis sa volonté, elle était revenue à ses côtés, enjouée et exaltée, reconnaissante de voir qu'il avait pu la guider. Elle fronça les sourcils à sa remarque dont les derniers mots la laissèrent perplexe.

- "Presque entrain de tomber sous ton charme" ? Ah parce que tu veux dire que j'ai fait tout ça pour rien, parce que tu l'es toujours pas ? Ok, je retiens ! Lança-t-elle, une moue boudeuse sur le visage.

Aelya se laissa attirer vers lui, parce que de toute façon, quoi qu'elle pouvait montrer, elle était définitivement éprise de Niels.

- Me dis pas ça... Ca me fait déjà penser au retour,
se plaignit-t-elle.

Posant sa main sous sa mâchoire dans le but d'approcher son visage du sien, elle scella ses lèvres contre les siennes, lui offrant un baiser amoureux et tendre, à l'image de ce moment. Un leger sourire avait animé ses traits quand il laissa entendre de futurs projets.

- Si tu me promets de pas terminer en prison... Lâcha-t-elle d'une voix légère. Je te suivrai partout, et je veux vivre ça toute ma vie avec toi mon amour. Et puis... l'Australie c'est quand même grand l'air de rien, y'a d'autres villes à visiter, et y'a des îles en plus à côté, sourit-elle de manière espiègle.

Elle fit glisser une main le long de son torse humidifié par l'eau salée, ne lâchant pas son regard.

- T'as d'autres compétences que tu peux me montrer ? Parce que moi, à part t'aimer, je suis pas super douée dans grand chose, et même ça parfois je foire. Ah, si. Je gère aux jeux vidéos, je sais pas comment ça se fait, lança-t-elle en rigolant.

__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 29 Nov 2018 - 22:32

Elle était sa priorité, celle qui passerait toujours en premier, qu'importe la situation, qu'importe l'urgence. Il avait l'impression d'avoir déjà perdu trop de temps, tournant autour du pot alors que l'évidence se trouvait sous ses yeux depuis le premier jour. Il pouvait bien se proclamer l'homme le plus libre au monde, il avait pour autant vite compris qu'une vie sans l'amour qu'il ressentait au quotidien et qui l'emplissait de vie n'avait aucun intérêt. Finalement, peut-être qu'elle avait commencé là sa véritable aventure, dés lors que ses yeux avaient croisé ceux d'Aelya, comme l'élément déclencheur de l'histoire. Parce-qu'elle était foutrement belle leur histoire, même si elle était parsemée de zones plus sombres, là où le doute s'était installé un peu trop longtemps, assez pour les amener à la déchirure. Fort heureusement, ils s'étaient laissés guider par leur envie respective de retenter leur chance, repoussant leurs peurs de toutes leurs forces pour ne pas que tout finisse de manière parfaitement dramatique. Niels ne l'aurait jamais accepté, et probablement qu'il aurait attendu Aelya encore et encore, toute sa vie même, jusqu'à ce qu'elle soit prête à le pardonner. Il n'était plus question de devoir vivre un instant de sa vie sans elle, à se demander où elle était et ce qu'elle faisait, se laissant ronger par la peur de voir une autre âme parvenir à s'infiltrer en elle, jusqu'à effacer la sienne de son esprit. Aelya trouvait toujours les mots pour le flatter et le rassurer du fait qu'elle n'avait de yeux que pour lui, comme lui ne voyait qu'elle. « Continue alors... si t'as pas peur que je devienne complètement accro. Elle est dangereuse ta stratégie. » Dit-il, un air malicieux venant orner ses traits. Elle savait autant que lui qu'il était déjà complètement fou d'elle, au point où s'imaginer ne pas être avec elle le mettait presque mal à l'aise. Il ne voulait qu'elle, constamment, comprenant qu'elle était la seule pour qui il tomberait amoureux tous les jours. Il s'amusa du ton qu'elle employa, satisfait de voir qu'il parvenait encore à avoir cet effet sur elle. Il adorait savoir que ses yeux pouvaient pétiller lorsqu'ils se posaient sur lui, comme s'il voulait la rendre fière de l'avoir choisi, comme lui pouvait être fier de l'avoir dans sa vie. Il secoua légèrement la tête à ses propos, soupirant, cachant son amusement alors qu'elle trouvait toujours les mots justes pour se justifier. « Tu vas m'achever un de ces quatre. Et dire que j'aurais pu tomber sur une fille comme Anna... » Se risqua-t-il à dire, en évoquant sa collègue, attisant volontairement et de manière espiègle la jalousie de sa petite-amie. Il lâcha un rire à ce qu'elle ajouta ensuite, haussant les épaules pour se donner un air innocent. « Je te donne de la difficulté, sinon c'est pas drôle. » Répondit-il, reprenant ses mots avec adresse, laissant la lueur joueuse reprendre vie dans ses iris tandis qu'il parvint à réduire considérablement la distance entre eux, leurs planches maintenant collées l'une à l'autre. Il ferma les yeux en sentant ses lèvres rencontrer celles d'Aelya, se délectant de ce baiser amoureux dans lequel il lui traduisait toute son affection, jusqu'à ce qu'il finisse par se détacher d'elle, un faible sourire étirant ses lèvres. « Tu m'en demandes beaucoup. » Souffla-t-il, pointant du doigt sa fâcheuse tendance à s'emporter toujours trop rapidement. « Je veux juste qu'on soit ensemble. Que ce soit en Australie ou ailleurs, ça m'empêchera pas de t'aimer. » Dit-il tendrement et avec une sincérité aisément perceptible dans sa voix. Il tendit la nuque pour l'embrasser sur la joue, souriant à ses paroles. « J'crois qu'on a fait le tour des activités où j'suis pas trop mauvais. » Rit-il, secouant la tête à ce qu'elle ajouta. « T'es douée dans plus de choses que tu le crois et je dis pas ça juste parce-que t'es à moi. J'ai de la chance de t'avoir. » Il ajouta, d'une voix charmeuse, lui adressant un regard tendre. « T'es la partenaire idéale. » Il arqua un sourcil, repensant à toutes les aventures qu'ils avaient pu vivre ensemble, en aussi peu de temps, se rendant compte qu'il n'aurait jamais pu traverser certaines de ces épreuves sans elle.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1368
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Morrigan (av), Astra (sign), proserpine. & little liars (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 29 Nov 2018 - 23:37

Elle avait l'impression d'avoir appris à respirer avec Niels à ses côtés, et ici, loin de Bowen, c'était comme si elle se sentait loin des problèmes, même si l'air de rien, elle avait toujours ce sentiment d'insécurité à ce sujet, partant du principe que la vie ne leur laissait jamais de répit. Dans ce cadre idyllique, elle pouvait enfin se réjouir d'être ce qu'elle était, simplement un être qui s'était trouvé dans les yeux de celui qu'elle aimait. Parce qu'elle avait toujours été perdue sur son identité, et il semblait qu'elle ne savait se reconnaître que dans le miroir de ses iris, où l'espoir ne savait que miroiter de somptueux de rêves que leur séjour garderait secret, à l'abri des regards indiscrets.

- Pourquoi ça me ferait peur de te rendre complètement accro ? Demanda-t-elle de manière curieuse. J'aime vivre dans le danger, surtout si ça implique de t'avoir à mes côtés. La prise de risque vaut le coup, je me fais pas de doute là-dessus, ajouta-t-elle d'un air malicieux.

Parce que toutes ses tentatives qui résidaient dans le fait de s'enflammer au contact du danger s'étaient écrasées dans les braises de sa volonté damnée, mais quand il s'agissait de Niels, les brûlures ne lui faisaient pas peur, elle désirait même s'immoler dans le feu de leur passion qui ne connaissait aucune usure. Aelya leva les yeux au ciel quand elle entendit le prénom de sa collègue résonner jusqu'à ses tympans, dans le creux de son esprit baigné de jalousie, n'aimant pas l'idée qu'il avait désiré lui inscrire dans la tête en parlant d'elle.

- Tu veux que je te dise, t'as eu de la chance en fait de tomber sur moi. T'aurais été malheureux avec elle. Elle est trop... Normale, c'est trop cliché. Vu la taille de cette maison, t'aurais siroté des cocktail au milieu de soirées mondaines où t'aurais été obligé de t'inventer une vie pour te faire accepter. Et t'aurais fait partie du même cliché. Et c'est clair qu'on se serait jamais fréquenter, s'imagina-t-elle, amusée.

Elle savait qu'en réalité, elle aurait accepté Niels dans toutes les réalités parallèles possibles parce qu'il n'y avait aucune vie où elle ne voulait pas être avec lui. Aelya s'imaginait qu'ils auraient pu se rencontrer même s'ils avaient été en couple, parce qu'ils étaient tout simplement fait pour se trouver et que rien ne pouvait les empêcher. Pas même l'univers qui s'obstinait à les arracher l'un à l'autre. Elle lâcha un petit rire à sa phrase qu'il lui avait piqué de manière taquine, secouant la tête devant sa manière habile de se justifier. Liant ses lèvres aux siennes, elle s'était délectée de cette échange si simple et pourtant si profond, qui déterminait toute son affection. Détachant légèrement son emprise, elle avait sourit à ses mots, comprenant qu'il lui serait difficile de se soustraire à son impulsivité.

- Y'a aucune limite bébé tant qu'on croit en nous et qu'on le veut. On peut tout faire ensemble, emmène-moi où tu veux tant que je peux encore rêver avec toi, ajouta-t-elle, la voix pleine d'ambition.

Elle haussa un sourcil, les traits empreints de malice à sa déclaration.

- Je suis sûre que tu peux pas être mauvais, même dans les activités que tu connais pas. La seule chose où t'es mauvais toi, c'est quand t'es loin de moi... Répondit-elle tendrement.

Son cœur s'était mis à fondre sous la douce chaleur de ses mots réconfortants, ses compliments qui ne faisaient que de lui faire tourner la tête.

- Je compte bien garder cette place. Y'a aucune fille qui pourrait juste espérer t'avoir, je leur en laisserai pas l'occasion, répondit-elle avec un sourire espiègle. Ça m'a crevé bébé, je te propose qu'on rentre et qu'on finisse la journée à prendre soin l'un de l'autre... Parce que je sais que t'es tout courbaturé, se justifia-t-elle, amusée.

Ils avaient regagnés la plage avant de continuer à profiter jusqu'à la tombée de la nuit, où la fatigue avait fini par les terrasser, leur faisant oublier cette mauvaise passe qu'ils avaient vécus durant leur dernière soirée. Dans le creux de son étreinte, elle s'était laissée couler dans le flot du rêve, bercée par le son de sa respiration qui savait l'apaiser. Le soleil s'était levé, annonçant le départ proche vers Bowen. Elle ne voulait pas ouvrir les yeux, désirant se perdre dans ce dernier moment pour qu'ils ne les ramènent jamais vers leur quotidien.

__________________________

till death
Drink up with me now and forget all about, the pressure of days, do what I say. And I'll make you okay and drive them away, the images stuck in your head.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1156
ici depuis : 18/06/2018
crédits : ailahoz / HRSY. (sign)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 30 Nov 2018 - 1:13

Il voulait s'imprégner de chaque mot que ses lèvres soufflaient, leur ouvrant la porte pour qu'ils puissent se frayer un chemin jusqu'à son cœur, dans le désir de les ancrer à cet endroit pour l'éternité. Il avait longtemps pensé qu'il s'en était sorti et qu'il avait finalement trouvé le bonheur en s'échappant de sa ville natale. Sauf que maintenant qu'il expérimentait ses jours avec Aelya, il admettait très franchement que rien ne pouvait être égal à la lumière que la brune mettait dans sa vie, lui offrant même ce qui s'apparentait à un renouveau. Il voulait continuer sur cette lancée, prêt à se donner les moyens pour qu'ils puissent s'aimer comme ils souhaitaient le faire, sans mesure, sans limite. « Je peux vite devenir ingérable quand je commence à ressentir le manque... » Lui répondit-il, soutenant son regard dans lequel elle pourrait parfaitement lire ce qu'il tentait de lui dire, un sourire étirant le coin de ses lèvres, lui donnant un air malicieux. Ils avaient tous les deux ce penchant pour le risque, et semble-t-il que ce n'était pas demain la veille que la balance pencherait du côté raisonnable. Parce-que le danger avait toujours eu quelque chose d'attrayant, comprenant qu'à tout moment, ils pouvaient se brûler les ailes. Niels l'avait taquiné, remettant sur la table le sujet de sa collègue, s'amusant à faire semblant qu'elle aurait pu lui convenir. Il écouta ses mots, se faisant la réflexion que personne ne le connaissait autant qu'elle, ce qui appuyait encore un peu plus l'idée qu'ils étaient faits pour être ensemble. « Tu me connais trop bien, c'est presque flippant. » S'amusa-t-il, incapable de continuer le jeu qu'il avait voulu instaurer, parce-qu'Aelya l'avait pris à son propre piège. « Mais au fond, j'aurais été le même... on se serait trouvés. » Ajouta-t-il, d'une voix claire, comme s'il désirait lui montrer qu'ils n'auraient pas pu contrer cette évidence-là, persuadé que dans n'importe quel univers parallèle, ils auraient fini par se trouver. Il lui était tout bonnement impossible de penser qu'il aurait pu en être autrement, conscient que son corps était incapable de donner de l'affection à une autre, que ses lèvres se fondaient trop bien sur les siennes pour pouvoir en effleurer d'autres. C'était eux, et ça le serait toujours. Il sourit à ses mots dont la douceur était inégalable, hochant la tête pour confirmer leur projet d'évasion. « J'crois qu'on est mauvais tous les deux pour ça. » Dit-il doucement, voulant pointer la réciprocité des tourments sous lesquels ils croulaient lorsque la distance venait les envahir. Son cœur s'activa à ses mots qui lui prouvaient qu'elle se battrait pour le garder à vie, bien qu'en réalité, il n'y aurait jamais de compétition entre elle et d'autres femmes. Il soupira à ses mots, se prenant au jeu, juste dans l'espoir d'avoir toujours un peu plus d'attention de sa part. « T'as pas tort, c'est épuisant d'être prof en fait... Mes muscles ont besoin d'être détendus je crois. » Remarqua-t-il, sur un ton faussement innocent avant de la suivre jusqu'à la plage, profitant du reste de la journée avant de fermer les yeux à la nuit tombée. Il s'était réveillé après avoir profité de cette dernière nuit, collé à sa petite-amie, son bras l'entourant alors que son torse était contre son dos. Il s'étira discrètement puis s'approcha de sa nuque pour lui déposer un tendre baiser, voulant lui faire profiter d'un réveil en douceur. « Mon amour... » Souffla-t-il, laissant ses lèvres glisser plus bas, vers le creux de son cou. « J'sais que c'est tentant de rester au lit, mais faudrait pas qu'on loupe notre vol bébé. » Ajouta-t-il, continuant de lui délivrer de l'affection par ses lèvres et la pulpe de ses doigts qui étaient venus se réfugier sous son t-shirt, caressant sa peau avec délicatesse.

__________________________

proper dose- - after
the wreckage
tell me when the light goes out that even in the dark we will find a way out, tell me now 'cause i believe in something. i believe in us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    

Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: en australie-
Sauter vers:  
circus of horrors !
Le mois de novembre arrive à grand pas et avec lui, l'horreur pour le printemps. Un cirque itinérant s'est installé non loin de Bowen, pas très loin du terrain abandonné. N'hésitez pas à y faire un petit tour et avoir la peur de votre vie !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES