AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
AuteurMessage
Niels Björk
Niels Björk
MESSAGES : 3508
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/aelya ♡ (av, crack sign) ; ethereals (sign), little liars (icons), ju ♡ (crack)
STATUT : i know there's nothing left to cling to but i’m still calling out your name (aelya)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyLun 10 Déc 2018 - 0:24

Niels n'avait jamais prétendu être quelqu'un de parfait, le genre de type qui répandait le bien autour de lui. Et d'ailleurs, on avait essayé un nombre incalculable de fois de lui faire comprendre qu'il n'était pas une bonne personne, en lui crachant au visage les erreurs qu'il avait commises dans le passé et qui l'avait conduites jusqu'ici. Aelya avait été la première personne qui ne l'avait pas jugé pour ce qu'il avait pu faire, lui laissant sa chance de montrer son vrai visage qu'il n'avait d'ailleurs pas tardé à lui dévoiler, incapable de jouer à être un autre lorsqu'elle était dans les parages. Elle avait tout de suite réussi à transpercer cette carapace, ne lui laissant pas d'autre choix que de lui montrer l'homme qu'il était au fond, bien plus vulnérable qu'il ne le prétendait. Son sourire s'était étiré à sa réponse, c'était sûrement le seul moment où il pouvait être satisfait qu'elle puisse échouer, souhaitant simplement la garder pour lui pour toujours. Aelya avait décidé de jouer avec sa patience, titillant sa jalousie de manière toujours très habile et subtile, le faisant rouler des yeux. « Tu vas finir par ne plus avoir tant de choix que ça si tu continues... » Râla-t-il, faisant mine de la menacer qu'il pourrait la priver de leurs moments juste par jalousie, bien qu'en réalité, il savait qu'il en était juste incapable. Leurs rapports occupaient une place plutôt importante dans leur relation, c'était peu de le dire, mais c'était sûrement parce-qu'ils avaient toujours besoin de se retrouver après des longues journées où ils devaient fonctionner l'un sans l'autre et notamment ces derniers jours, où ils avaient été séparés de force. Leur étreinte était le refuge le plus sûr au monde, là où Niels accepterait de se perdre jusqu'à la fin des temps. Il arqua un sourcil à sa réplique, partageant la même envie qu'elle. « Tu doutes de moi ? Si y'en a un qui doit craquer en premier, ça sera certainement pas moi. » S'amusa-t-il, la défiant du regard avec cette lueur joueuse qui ne le quittait jamais. Il savait qu'ils allaient galérer à réunir l'argent nécessaire pour payer l'intégralité de leurs frais, si bien qu'il avait déjà anticipé le fait qu'il devrait certainement avoir recours à des heures supplémentaires, ce qui ne manqua pas d'attirer l'attention de sa petite-amie. « Même après ce séjour tu la détestes toujours autant ? » S'amusa-t-il, en faisant référence à sa collègue. « Faut bien qu'on paye les factures bébé. Mais dis-toi que tous les soirs, j'serais encore plus impatient de te retrouver parce-que les journées seront interminables sans toi. » Ajouta-t-il, amoureusement, laissant sous-entendre que leurs retrouvailles risqueraient d'être encore plus explosives. Collé à elle, il sourit à ses mots, s'endormant plus rapidement qu'il ne l'aurait cru, rattrapant les insomnies de la prison. Il s'était mis à frissonner à ses baisers, tiré de son sommeil après quelques heures beaucoup trop courtes à son goût. « Ton mec est chiant, j'pensais que t'étais au courant de ça depuis le temps. » S'amusa-t-il, fièrement, plongeant son visage dans son cou pour l'embrasser à son tour, parsemant sa peau de baisers légers avant de remonter vers sa mâchoire. Une fois prêts, ils grimpèrent dans un taxi direction l'aéroport, Niels légèrement inquiet de savoir si cette fois-ci, ils pourraient décoller en toute tranquillité. Soulagé d'être enfin installé avec Aelya dans l'avion, le brun s'amusa de ses mots, faisant néanmoins mine d'être soucieux par la tonne de cartons qu'il s'apprêtait à porter. « Et moi j'ai pas un plus grand appart qu'il y a quelques mois. Ça veut dire qu'il va falloir que je bouge mon bordel pour te faire de la place... » Dit-il, feignant la déception pendant quelques secondes avant de lâcher un léger rire. Il avait évidemment un grand nombre d'affaires, que ce soit des skates, ou d'autres accessoires qui trainaient un peu partout, à droite et à gauche, et il savait qu'ils allaient devoir faire preuve d'un peu plus d'organisation pour créer leur propre cocon. « Ça va être bien mon amour, on va être bien. » Souffla-t-il, déposant tendrement ses lèvres sur sa joue, sa main rejoignant la sienne. Les heures défilèrent, leur laissant le temps de profiter de quelques moments d'accalmie avant l'emménagement qui promettait d'être physique. Descendant de l'avion, ils s'occupèrent de récupérer leurs valises avant de prendre la direction de l'appartement d'Aelya, y arrivant après quelques minutes de taxi. « J'pensais pas que Bowen me manquerait autant. » Dit-il, attendant que la brune ne déverrouille la porte.

__________________________



- it makes no sense without you -

 
these wounds won't seem to heal, this pain is just
too real. there's just too much that time cannot erase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Aelya Osborn
Aelya Osborn
MESSAGES : 3918
ICI DEPUIS : 25/05/2018
CRÉDITS : moi (av,crack,icons), old money. (sign).
STATUT : Elle n'avait pas peur de s'échapper, elle avait peur de ne pas le voir la rattraper. (Niels)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyLun 10 Déc 2018 - 13:24

Aelya avait l'impression que plus la distance était déchirante, plus intense était leur retrouvaille et plus grand était son amour, parce qu'il ne faisait que de prendre de l'ampleur à mesure que la vie tentait de les séparer, de les abîmer. Ce n'était pas la séparation qui pouvait annihiler ce qu'elle ressentait pour lui, bien au contraire, et ça ne faisait que renforcer leur lien déjà bien résistant, consistant, que personne n'était apte à détruire malgré toute la volonté qu'on pouvait puiser pour le faire. S'il lui avait été compliqué de s'imaginer lié à quelqu'un de manière officielle il y a quelques mois, il lui était maintenant très compliqué de se voir avec une autre personne que Niels, et surtout, il était maintenant impossible de s'imaginer seule dans sa tête alors que le célibat et son comportement volage avait toujours été ses marques de fabriques. Elle haussa les sourcils à sa remarque, prenant un air faussement surpris face à ses mots.

- Je veux pas prendre le risque de voir cette menace se réaliser, donc il se peut que je te choisisse finalement,
lança-t-elle, de manière nonchalante feignant l'indifférence.

Elle aimait donner l'impression qu'elle avait le choix, qu'elle était indépendante, mais au stade où elle en était, elle était complètement happée par l'envie de se fondre au corps de Niels durant toute sa vie, sans limite, ses cellules ayant besoin de se nourrir des siennes pour fonctionner. Elle aimait leur relation fusionnelle qui ne demandait qu'à continuer de s'étendre pour mieux les attacher ensemble. Aelya le regardait avec cette même lueur de défi dans les yeux, le prenant aux mots lorsqu'il vint la rassurer de manière joueuse.

- Parfait, parce que je craquerai pas non plus. C'est pas mal arrangeant vu comme ça, au moins on est sûrs de rester ensemble même dans la souffrance,
ajouta-t-elle malicieusement.

Ils traverseraient tout à deux, et Aelya ferait toujours en sorte de le soutenir, de le secourir même si ça signifiait de se laisser de côté et de prendre le risque de sombrer à son tour. Ils étaient doués pour se tirer des ténèbres comme pour s'y réfugier, et là, ils devaient payer les conséquences de leurs actes alors que les frais de leurs maladresses allaient sans doute être lourds. Mais Aelya avait confiance en eux, elle savait qu'ils pouvaient se sortir de toutes les galères tant qu'ils y croyaient et qu'ils s'accrochaient. Cependant, elle n'était toujours pas rassurée à l'idée de voir sa collègue le côtoyer, et c'était elle comme toutes ses collègues en vérité. Sa jalousie surgissait, dévorant son esprit d'images toxiques qu'elle ne voulait pas voir arriver.

- C'est plus fort que moi,
avoua-t-elle en soupirant.

Elle hocha faiblement la tête, tentant de s'imprégner de ses paroles qui la rassuraient mais qui la frustraient également.

- Ce sera long sans toi, tu vas trop me manquer, ça va être horrible. De toute façon, je serais bien obligée d'y passer aussi. Surement que tu seras déjà partis au travail que moi je serais toujours pas rentrée, lâcha-t-elle, réfléchissant aux longues heures qu'elle allait passer. Du coup vu comme ça bébé, je sais même pas si on se croisera. T'façon c'est pas comme si on avait le choix... Avança-t-elle, le regard perdu dans ses pensées.

Elle repensait à l'aigreur du manque qui avait acidifié le sang qui coulait dans ses veines, au fait qu'elle ne pouvait pas se contrôler quand il était loin d'elle, comme si ses nerfs devenaient à vifs, explosifs, sur le point de détruire tout ce qu'elle touchait. Aelya voulait profiter de son étreinte pour se ressourcer dans sa douceur, dans sa chaleur qui n'avait de cesse de l'apaiser, et c'était pour ça qu'elle peinait à dormir sans lui, ayant perdue l'habitude de la solitude. S'amusant de sa réaction au réveil, elle avait rit à sa remarque, le laissant poser ses mains sur son corps alors que ses lèvres rejoignirent son cou.

- T'es tellement chiant que ça me surprend à chaque fois en fait, t'es plein de surprises,
le taquina-t-elle, en nouant ses bras autour de sa nuque pour profiter des milliers de baisers qu'il lui offrit.

Après s'être préparés, ils s'étaient mis en route vers l'aéroport afin de rejoindre Bowen pour de vrai après toutes ses péripéties. Aelya tentait de ne garder que le meilleur de leur séjour dans son esprit, parce qu'elle avait passé un moment merveilleux avec son petit ami et qu'elle ne voulait pas le ternir avec des images qu'elle aurait bien désiré effacer de sa mémoire.

- Ca te fera pas de mal bébé, y'avait de toute façon trop de bazar dans ton appart'. Ca te permettra de mieux t'y retrouver,
lança-t-elle, amusée.

Elle avait hâte de voir ses affaires au milieu des siennes, cette symbolique qui représentait simplement l'officialisation de leur vie de couple. Elle sourit tendrement à ce qu'il vint ajouter, ne se faisant pas de soucis sur le principe qu'ils allaient former une harmonie parfaite dans leur univers partagé. Elle resserra l'étreinte de sa main dans la sienne, la caressant doucement.

- Je me vois plus vivre sans toi, je suis sûre que ça peut que bien se passer,
avoua-t-elle amoureusement.

Quelques temps plus tard, ils arrivèrent à destination, rejoignant la sortie de l'aéroport où elle pouvait aisément reconnaître la ville où elle avait grandit, rassurée à l'idée de rentrer chez elle. Prenant un taxi jusqu'à chez elle accompagné de son acolyte, elle s'était pressée d'entrer chez elle pour commencer à embarquer quelques affaires.

- Moi ce qui m'a surtout manqué, c'est notre vie à deux, répondit-elle en déposant un baiser sur sa joue après avoir ouvert la porte d'entrée.

Elle entra dans son logement, commençant à faire un état des lieux du regard pour savoir ce qu'elle embarquait. Elle se dirigea dans sa chambre, prenant quelques vêtements au passage qu'elle mit dans un carton et quelques objets éparpillés dans toutes les pièces. Elle arriva près de Niels, portant son attention sur lui.

- On pourra pas tout prendre d'un coup, mais je ferai ça sur la semaine selon mon emploi du temps. Ce serait bien que tu me redonnes ta clef aussi, ajouta-t-elle en attrapant sa main pour l'attirer contre elle.

__________________________

the drug in me is you.

he smiled, and there it was again, that aching pressure in her chest. love or a heart attack. kind of the same thing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t16966-poisonflower-instagram-d-aelya En ligne
Niels Björk
Niels Björk
MESSAGES : 3508
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/aelya ♡ (av, crack sign) ; ethereals (sign), little liars (icons), ju ♡ (crack)
STATUT : i know there's nothing left to cling to but i’m still calling out your name (aelya)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyLun 10 Déc 2018 - 21:41

Il n'y avait aucune fin qui soit à leur histoire, Niels en était intimement convaincu. Il le voyait bien lorsqu'elle apparaissait devant ses yeux que son cœur devenait soudainement plus agité, comme une réaction presque immédiate de son corps qui savait reconnaître la présence de l'amour de sa vie. Il l'aimait comme ça n'était pas permis, et c'était un sentiment plus que vivifiant, plus intense que tout ce qu'il avait connu jusque là, toutes émotions confondues. Il n'aurait jamais cru penser qu'il aurait un jour aimé la vie de couple, lui qui avait toujours eu un penchant pour les relations sans lendemain qu'il associait au meilleur moyen d'éviter les emmerdes. Il admettait volontiers qu'Aelya soit la meilleure chose qui lui soit tombée dessus, que leur relation, bien que parfois compliquée, lui apportait bien plus qu'il ne l'aurait jamais pensé. Il hocha la tête à sa réponse, plissant légèrement les yeux devant son semblant d'indifférence. « Il se peut ? Très bien. Je dormirai sur le canapé jusqu'à ce que tu aies fait ton choix final. » S'amusa-t-il, feignant de garder son sérieux même si son regard joueur ne pourrait pas échapper à Aelya. Il adorait ces défis qu'ils se lançaient, ceux qui avaient le goût de promesse, d'éternité, ceux qu'il comptait relever et tenir toute sa vie. « Deal. » Dit-il, malicieusement, comme s'il signait avec elle ce contrat qui stipulait qu'aucun d'entre eux ne se devait de rompre leur lien, qui de toute façon semblait intouchable. C'était de toute évidence ce qu'il souhaitait le plus au monde, rester son compagnon de vie, son acolyte, le choix de son cœur jusqu'à ce que la mort ne vienne les séparer. Niels était incapable de marcher sans elle, c'était quelque chose qu'il refusait de faire, comme si son corps ne pouvait plus suivre la cadence si elle n'était pas là pour lui montrer la marche à suivre. Il mentirait s'il affirmait qu'il n'aimait pas la savoir possessive, parce-qu'encore une fois, il aimait penser qu'elle pourrait se battre pour le garder dans sa vie, ce qui faisait évidemment écho à tout ce qu'il pourrait faire pour elle. « Tu veux que je te dise... A mon avis, tu l'as bien fait flipper la dernière fois. Ça va faire le tour de l'hôpital, et j'vais avoir l'image du mec qu'on n'a pas intérêt de toucher. T'as rien à craindre bébé. » Dit-il, un sourire amusé étirant ses lèvres, cherchant à la rassurer. Niels savait que les prochains jours seraient assez terribles pour eux, qui devraient subir l'éloignement à cause de leurs journées de boulot à rallonge, dans le but de rajouter quelques dollars dans leurs poches. Il soupira à son tour, le cœur serré, faisant glisser sa main autour d'elle comme pour profiter encore un peu de ces instants privilégiés avec elle. « Ça durera pas longtemps. Et puis, je ferai en sorte de te réchauffer les draps avant de partir... Mais je veux quand même qu'on garde nos week-end pour nous deux, j'pourrais pas tenir sinon. » Lâcha-t-il, plus tendrement, détestant déjà l'idée de devoir imaginer un planning pour pouvoir profiter de la présence de celle qu'il aimait. Le réveil fut bien plus difficile, mais comme à son habitude, Aelya parvenait toujours à le rendre plus tendre. Nouant ses bras autour de son corps, il sourit à ses mots, ses lèvres se nourrissant de sa peau sans la moindre retenue. « C'est pour ça que tu m'aimes. » Souffla-t-il, malicieusement, contre son cou, lui délivrant un dernier baiser avant de se préparer pour s'envoler vers Bowen. Il lâcha un léger rire à sa remarque sur l'état de son appartement, toujours impressionné par sa faculté à retourner la situation à son avantage. « J'suis pas sûr que de vivre ensemble va me faire changer mes habitudes. Ça va juste être un plus grand bordel. » S'amusa-t-il, presque réjoui à l'idée de savoir qu'ils entasseront leurs affaires ensemble, plus que pressé de voir son appartement s'imprégner de l'identité de sa petite-amie. Il joua avec ses doigts, le regard amoureux, lui adressant un sourire rassurant. Ils avaient tous les deux attendu ce moment trop longtemps pour qu'ils ne le laissent être gâché par quoique ce soit. Rejoignant son appartement, Niels se délecta de son baiser, s'affairant rapidement pour remplir les cartons d'Aelya, se faufilant dans l'ensemble des pièces pour embarquer les affaires dont elle aurait besoin. Il ne se posait plus aucune question, ne laissant aucune appréhension venir le perturber, laissant les images de leur précédente tentative de côté. Fermant l'un des cartons, il releva la tête en la voyant revenir vers lui, sa main rejoignant la sienne pour se rapprocher d'elle, tout près de ses lèvres qu'il détaillait une nouvelle fois. « Prends le temps qu'il te faut. » Dit-il, le regard brillant, passant sa main dans sa poche arrière pour attraper la clé qu'il avait sur lui, plus que satisfait de voir qu'elle lui revenait une nouvelle fois. « Je t'interdis de me la rendre. » Souffla-t-il malicieusement, avant de fondre sur ses lèvres qui l'appelaient toujours, ses mains glissant autour de sa taille pour l'avoir au plus près de lui. « Je vais commencer à descendre les cartons avant que je finisse par avoir envie de te déshabiller une dernière fois sur ce canapé. » Murmura-t-il, le ton joueur, l'embrassant une dernière fois avant de prendre deux cartons pour les descendre jusqu'à sa voiture qui n'avait pas bougé depuis leur départ à Sydney.

__________________________



- it makes no sense without you -

 
these wounds won't seem to heal, this pain is just
too real. there's just too much that time cannot erase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Aelya Osborn
Aelya Osborn
MESSAGES : 3918
ICI DEPUIS : 25/05/2018
CRÉDITS : moi (av,crack,icons), old money. (sign).
STATUT : Elle n'avait pas peur de s'échapper, elle avait peur de ne pas le voir la rattraper. (Niels)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyLun 10 Déc 2018 - 23:00

Il n'y avait aucune promesse qu'elle ne savait tenir si ce n'était celle de l'aimer toute sa vie. Parce que c'était ancré en elle, comme dans le ciel, où leur affection dansait au gré des tempêtes sans jamais s'effriter ou se plier sous le poids de l'adversité. Elle était sienne, reine dans son univers où elle voulait qu'il ne voit qu'elle, parce qu'elle avait besoin de lui, de sa vie pour espérer s'en sortir dans la sienne. Elle pouvait feindre l'indifférence mais ce sentiment n'avait plus aucune consistance quand il se percutait contre le regard perçant de Niels qui la lisait comme un livre ouvert. Elle le laissait entrer, s'insurger entre ses pages abîmées qu'il savait caresser pour qu'elle ne vienne à se tourner pour ne laisser que le meilleur apparaître, qui lui était entièrement réservé. Elle s'amusait de sa réaction à sa plaisanterie, imaginant la scène se dérouler dans son esprit.

- T'auras tout le temps de dormir sur le canapé quand on se prendra la tête dans notre appart', répondit-elle malicieusement en insistant sur les derniers mots.

Dire cette phrase l'animait d'engouement, comme si c'était un rêve qui devenait concret. Après tous les problèmes qui avaient menacés leur stabilité déjà bancale, elle avait l'impression que c'était une sorte d'équilibre qu'il pouvait toucher du doigt dans quelques heures, quand ils seront à Bowen. Elle planta son regard dans le sien quand il scella leur accord tacite, et pourtant écrit dans les étoiles parce qu'il n'y avait rien qui pouvait rompre cet espoir de pouvoir l'aimer avec pour seule fin, leur propre mort, et encore, elle était persuadée d'être apte à le couver d'attention même dans une autre vie.

Sa jalousie revenait au galop, comme si elle lui brûlait la peau quand elle songeait à ses collègues qui pouvaient lui tourner autour comme des vautours, elle qui s'évertuait à protéger ce qu'ils avaient construits dans le creux de leur amour. D'un sourire qui laissait paraître sa satisfaction lorsqu'il tenta de la rassurer, elle acquiesça, espérant qu'il puisse se soustraire aux regards que les femmes lui portaient.

- Ça paye de laisser éclater ma folie. Au moins, j'peux avoir une chose en moins à l'esprit. Mais bon, si jamais on m'oublie y'a pas de soucis je peux revenir pour remettre les pendules à l'heure, ça me gêne pas du tout, avoua-t-elle, amusée.

Elle n'était jamais assez fatiguée quand il s'agissait de montrer au monde entier que Niels lui appartenait. C'était sa manière de se rassurer, de pallier à la peur de le voir s'enfuir et qui ne répondait pas à la raison, mais seulement à son angoisse de l'abandon qui s'était fondu dans le sillon de son quotidien. Aelya peinait à imaginer la distance qui allait les étreindre à cause de leurs frais qu'ils devaient payer, tentant d'effacer le manque qui suintait déjà sur son corps alors qu'il était toujours là, à lui délivrer de l'affection et Aelya essayait de s'y accrocher, en faisant de même, laissant ses doigts parcourir sa peau qu'elle caressait de manière amoureuse.

- Si tu fais ça, tu vas encore plus me manquer, et je vais t'empêcher de repartir, avança-t-elle en soupirant contre lui. C'est clair que je ferai en sorte de rester là les week-ends, le plus possible, parce que les clients affluent plus en fin de semaine donc si je veux me faire plus d'argent, faudra que j'en fasse quelques uns... Mais je pourrais pas tenir non plus sans toi. Je vais te monopoliser quand j'aurais du temps, je te lâcherai plus, j'ai pas envie de passer plus de temps au boulot qu'avec toi, admit-elle.

S'endormant et se réveillant contre son petit ami, elle croulait sous la tendresse de ses baisers alors qu'un sourire amusé, accroché à ses lèvres s'était dessiné devant son comportement. Enroulant ses bras autour de sa nuque, elle avait tendrement répondu à son oreille :

- C'est pour ça que je t'aime.

Elle le trouvait parfait comme il était et chaque parcelle qu'elle découvrait la rendait de plus en plus amoureuse de lui. Dans l'avion, elle s'était laissée entraîner dans les songes de leur vie à deux, enjouée à l'idée de lier leur bazar ensemble.

- À l'image de notre vie, en fait, ça va pas nous choquer le bazar, l'inverse serait plus choquant nous connaissant, sourit-elle, espiègle.

Suite à la fin de leur vol, ils arrivèrent à Bowen pour gagner l'appartement d'Aelya où elle se motivait pour tenter de prendre le plus de choses possibles, même si en vérité il y avait bien trop pour s'imaginer faire son déménagement en une fois. Revenant vers Niels, elle l'attira contre elle, se nourrissant de sa présence le plus possible. Elle lui avait demandé sa clef, parce que cette fois c'était pour de vrai, n'ayant plus aucune envie de lui rendre.

- Jamais. Mais si un jour une idée dingue dans ce genre me traverse l'esprit, me laisse pas te la rendre, lança-t-elle amoureusement.

Elle scella ses lèvres aux siennes avant de lâcher un petit rire à sa remarque, nostalgique vis-à-vis de tous les moments qu'elle avait vécu dans son logement.

- On usera le tien maintenant, ajouta-t-elle, enjoleuse avant de le regarder partir.

Elle le suivit quelques secondes plus tard avec un premier carton, faisant des allers retours pour remplir le coffre de sa voiture et la banquette arrière.

- Je crois que le principal a été pris, affirma-t-elle en se ouvrant sa portière pour se ranger derrière son volant. J'ai oublié comme c'était chiant un déménagement.

Elle mit le contact, se dirigeant vers l'appartement de Niels. Aelya rangea pas mal de cartons dans l'ascenseur, amenant son petit ami dans l'espace restreint.

- Faut qu'on fasse une crémaillère bébé. Obligé. On sort les joints, l'alcool, et pleins d'autres trucs, proposa-t-elle, enjouée.

__________________________

the drug in me is you.

he smiled, and there it was again, that aching pressure in her chest. love or a heart attack. kind of the same thing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t16966-poisonflower-instagram-d-aelya En ligne
Niels Björk
Niels Björk
MESSAGES : 3508
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/aelya ♡ (av, crack sign) ; ethereals (sign), little liars (icons), ju ♡ (crack)
STATUT : i know there's nothing left to cling to but i’m still calling out your name (aelya)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyMar 11 Déc 2018 - 0:23

Vu sous cet angle, les disputes avaient presque quelque chose d'agréable, concrétisant leur projet de vivre ensemble pour de bon, bien qu'il était tout de même préférable qu'ils évitent de se prendre la tête. Ce qui était sûr, c'était que Niels était plus qu'excité à l'idée de voir Aelya entreposer ses affaires chez lui, prendre de la place dans ses armoires pour y inscrire sa présence, ayant hâte que ses draps se parfument de son odeur même si de toute évidence, elle y avait déjà laissé sa trace depuis un bon moment. Ça paraissait maintenant tout près d'eux, comme s'ils pouvaient atteindre leur objectif s'ils tendaient les doigts. « J'aurais tout le temps d'essayer de me faire pardonner aussi... et ça va dans les deux sens. » Dit-il, espiègle, pointant du doigt leur aisance lorsqu'il s'agissait de s'attirer l'un vers l'autre pour se réparer mutuellement, à travers des gestes et des mots toujours calibrés. Son cœur battait la chamade alors qu'ils évoquaient leur futur quotidien dans un même appartement, Niels ne pouvant pas se voir plus comblé que de savoir qu'il n'aurait plus à lui dire au revoir lorsqu'il quittait son appartement pour rejoindre le sien. C'était ce genre de petites choses, qui pouvaient paraître insignifiantes aux yeux des autres, mais qui avaient leur importance lorsqu'on connaissait l'attachement irraisonné qu'ils avaient l'un pour l'autre. Parce-que l'éloignement était toujours déchirant pour eux deux, leur donnant l'impression de perdre une partie d'eux-mêmes dés lors qu'ils devaient se quitter. Et Niels savait qu'il pourrait passer sa vie à la rassurer, pour lui faire entendre à quel point il ne voyait qu'elle, à quel point il pouvait l'aimer comme un fou si bien que les autres femmes avaient tendance à disparaître de son champ de vision. Il lâcha un léger rire à sa remarque, pouvant parfaitement la reconnaître derrière ces quelques mots. « T'es une terreur. Et j'adore ça... » Lâcha-t-il, d'une voix charmeuse et charmée, ne pouvant s'empêcher de la trouver incroyablement attirante lorsqu'elle se montrait jalouse vis-à-vis des autres, dégageant ce côté félin qui lui donnait littéralement le tournis. La distance reviendrait forcément les hanter dans quelques temps, ils l'avaient tous les deux compris lorsqu'ils avaient eu connaissance de la somme qu'ils allaient devoir à la justice. Les yeux rivés sur ses doigts qui dessinaient le contour de ses courbes, Niels sentit son cœur se serrer aux mots de sa petite-amie, comprenant qu'ils allaient devoir se débrouiller avec le peu de temps libre qu'ils auraient pour eux deux. « Tu me manques déjà... » Lâcha-t-il, dans un rire mélancolique. « J'serai jamais satisfait de te savoir loin de moi mon amour, mais on va faire de notre mieux... quitte à moins dormir pour t'attendre et pouvoir profiter un peu de toi. » Souffla-t-il, tentant déjà de trouver des solutions qui pourraient amoindrir la douleur provoquée par le manque, qu'il sentait déjà le ronger en profondeur. Il frissonna à ses mots d'une tendresse infinie et qui résonnaient comme une douce mélodie, se délectant de cet énième instant d'amour avant de rejoindre Bowen. Elle avait raison, ce n'était certainement pas eux qui mèneraient une vie parfaitement rangée, digne des couples les plus stables. A vrai dire, ça lui passait un peu par dessus la tête à Niels, il était convaincu qu'ils continueraient à se complaire dans cette vie-là, qu'ils avaient tous les deux choisi, continuant à être eux et à vivre comme ils l'entendaient. Arrivant dans son appartement, il fut plus que satisfait qu'Aelya lui demande la clé de son appartement, la même qu'il lui avait confié quelques mois auparavant avant que le destin n'en décide autrement. Il hocha la tête à ses mots, un petit sourire étirant ses lèvres. « Compte sur moi. » Souffla-t-il, juste avant d'échanger un baiser amoureux avec elle, scellant silencieusement le pacte qu'ils venaient d'établir. Sa remarque le fit sourire, appréciant sa vision des choses, avant qu'il ne charge la voiture de sa petite-amie, qui se retrouva d'ailleurs bientôt pleine à craquer de cartons et affaires en tout genre. « J'vois pas comment ça peut être que "le principal" bébé... » Dit-il, en faisant les gros yeux lorsqu'il tourna la tête derrière lui pour voir la montagne d'affaires qui se trouvaient dans la voiture. « J'arriverais jamais à comprendre les femmes. » S'amusa-t-il, attachant sa ceinture avant qu'elle ne démarre la voiture, souriant à ses mots concernant les joies du déménagement. Rapidement arrivés devant chez lui, Niels s'occupa de faire des aller-retours jusqu'à l'ascenseur, les bras chargés de cartons, montant par la suite à l'étage pour leur ouvrir la porte et commencer à entreposer les cartons dans l'appartement. « T'as encore de l'énergie pour faire la fête toi ? » Rit-il, fermant la porte derrière eux avant de se retourner vers sa petite-amie, faisant quelques pas vers elle. « Ça y est, j'ai le droit de me réjouir maintenant que t'es là ? » Dit-il, d'un air malicieux, sous-entendant que le destin ne pouvait plus rien contre eux maintenant qu'ils avaient passé cette étape. « Bienvenue à la maison. » Ajouta-t-il, avec cet air de gamin heureux sur le visage, ayant envie qu'elle puisse officiellement se sentir chez elle, chez eux, dans ce cocon qu'ils continueraient de bâtir du fruit de leur amour.

__________________________



- it makes no sense without you -

 
these wounds won't seem to heal, this pain is just
too real. there's just too much that time cannot erase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Aelya Osborn
Aelya Osborn
MESSAGES : 3918
ICI DEPUIS : 25/05/2018
CRÉDITS : moi (av,crack,icons), old money. (sign).
STATUT : Elle n'avait pas peur de s'échapper, elle avait peur de ne pas le voir la rattraper. (Niels)
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
grand kangou
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 EmptyMar 11 Déc 2018 - 12:28

C'était une sorte de revanche sur leur relation, que de pouvoir enfin se laisser aller à cette étape qui marquait un tournant, et pas des moindres, parce que si Aelya avait déjà vécu en colocation, elle ne l'avait jamais fait de manière plus intime avec un homme, elle qui pouvait déjà compter sur les doigts d'une main le nombre de petits amis qu'elle avait eu dans sa vie. Même si ça paraissait peu, Niels restait sa plus longue relation pour le moment, la plus tourmentée aussi, et la plus belle. Il n'y avait sans doute jamais de lumières scintillantes s'il n'y avait pas de ténèbres, et c'était comme ci au travers de leurs problèmes ils arrivaient à faire grandir cette flamme qui avait l'allure de l'éternité, parce qu'Aelya ne la laisserait jamais s'éteindre. Elle sourit à sa remarque, emballée par ses mots qui l'attendrissaient et l'amusaient.

- Tu laisserais une innocente jeune femme sans défense sur le canapé la nuit toute seule juste pour une dispute ? Tu m'auras surement pardonné avant même que je frôle le canapé parce que je sais user de mes arguments, ajouta-t-elle d'une voix enjôleuse.

Même dans les disputes, ils arrivaient toujours à se retrouver, à s'aimer, parce que c'était en eux, et qu'Aelya ne pouvait pas laisser la distance et le froid les anéantir. Et encore moins à cause d'une femme, parce que la brune les jugeait toutes comme des adversaires, des ennemies dès lorsqu'elles posaient un oeil un peu trop insistant sur Niels. Et il en fallait peu pour faire bouillir son sang, laissant peu de temps à la réflexion de faire son apparition. Ce n'était pas tant choquant, de toute façon, elle  agissait toujours avant de réfléchir, c'est ce qu'il lui apportait le plus de conséquences. Elle sourit en coin avant de lui envoyer un clin d'oeil suite à sa réponse, satisfaite qu'il puisse se complaire dans sa jalousie complètement désordonnée. Elle soupira tristement, pensant déjà la frustration qu'elle ressentait quand elle s'imaginait errer sans lui le temps qu'ils réunissent l'argent nécessaire. Elle caressa doucement sa joue, fondant devant la détermination qu'il montrait pour passer du temps avec elle.

- Je pense que je vais aussi devoir ponctionner mes heures de sommeil simplement pour rester plus longtemps avec toi. Parce que de toute façon... Je vais avoir du mal à dormir si je peux pas avoir ma dose de toi avant de fermer les yeux, avoua-t-elle tendrement.

La présence de Niels agissait sur elle comme un anxiolytique, apaisant l'agitation qui la tenait trop souvent éveillée quand elle s'endormait. C'était d'ailleurs pour ça que cette nuit l'avait rechargée, parce qu'il était de nouveau à ses côtés, et qu'elle espérait que cette fois-ci, ils n'allaient plus se lâcher. A l'intérieur de son appartement qu'elle éventrait pour ramener le plus d'affaires avec elle, elle s'était emparée de sa clef qui était maintenant la sienne, le signe de leur union. Elle avait sourit lorsqu'il vint lui faire la promesse de ne pas la laisser le lui rendre, parce qu'elle se connaissait assez pour savoir que sur un coup de nerf amené par l'impulsivité, tout était possible même si elle ne le désirait pas. Dans sa voiture, après avoir tout entreposé avec l'aide de son petit ami, elle tourna la tête dans sa direction, amusée par la vision qu'il avait quand il s'agissait d'embarquer des choses.

- Tu vas me dire que tu trouves que c'est beaucoup ça ?
Lança-t-elle en désignant ces cartons. Y'a vraiment que le strict minimum pour que je survive, s'amusa-t-elle.

Elle pouffa de rire à ce qu'il vint ajouter, secouant la tête en levant les yeux au ciel avant de démarrer la voiture pour se rendre à son appartement qui était maintenant le leur. Arrivant au pied de son immeuble elle déplaça chaque carton dans l'ascenseur pour les introduire à l'intérieur du logement.

- J'ai toujours de l'énergie pour faire la fête, 'fin on en reparlera après mes heures supp', répondit-elle en grimaçant.

Sentant la joie la gagner, elle se mordit la lèvre inférieure à ses mots, sur le point d'exploser. Elle hocha la tête, lui permettant de se réjouir sans crainte maintenant que l’emménagement était établis. Elle noua ses bras autour de sa nuque, amenant son visage contre le sien pour lui offrir un baiser amoureux et enjoué par ce nouveau chapitre de leur vie.

- Je t'aime,
ajouta-t-elle, les yeux brillants.

Elle était heureuse de pouvoir profiter de cette seconde chance avec lui, dans leur univers qui s'imprégnerait de leur affection mutuelle.

__________________________

the drug in me is you.

he smiled, and there it was again, that aching pressure in her chest. love or a heart attack. kind of the same thing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t16966-poisonflower-instagram-d-aelya En ligne
Contenu sponsorisé
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)  - Page 13 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)
Revenir en haut 
Page 13 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: stories have been told-
Sauter vers: