AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 31 Oct 2018 - 9:59

Elle aurait aimé vivre dans un cocon avec Niels qui les enfermerait dans un univers où la douleur n'existerait plus, où ils seraient protégés de n'importe quel ouragan qui s’abattrait sur eux pour semer leur destruction. C'était comme si leur déchirement était programmé, que ce n'était toujours qu'une question de temps entre eux avant qu'ils ne se brisent en mille morceaux, et qu'ils ne reviennent vers l'un et l'autre pour recoller tout ce qui était tombé sur le sol jusqu'à la nouvelle cassure. Le feu bouillonnant de leur relation était indomptable et s'il était vivifiant, c'était aussi un catalyseur, amenant rapidement leurs ailes liées à brûler. A chaque fois qu'il s'envolait de sa vie, elle tombait. Elle se souvenait de ce soir où elle avait croisé le regard de Milo. Elle avait simplement eu besoin de ressentir autre chose que de la peine, et il semblait qu'à bien des égards, le brun ait pu inscrire de légers sourires sur ses lèvres plissées par le désespoir. Elle n'avait jamais cherché à le remplacer, parce que c'était impossible et elle le savait bien. Elle avait juste voulu qu'on vienne rallumer la flamme qui dans ses iris le temps d'une soirée, dans un simple instinct de survie, parce que sans Niels, tout était éteint. Elle le désirait pour l'éternité, se rendant compte que chaque nouvelle rupture était de plus en plus compliqué à gérer puisqu'elle l'aimait de plus en plus à mesure qu'elle le découvrait.

Aelya tentait de le rassurer, de le conseiller comme elle le pouvait, comprenant que Niels tenait à Milo, et que c'était son rôle de le pousser vers lui parce que la vie était bien trop courte pour laisser des histoires détruire de belles relations. Elle lui donnait quand même raison sur la manière bizarre que prendrait leur rencontre à tous les trois, sachant que Niels verrait ce qu'il voudrait voir sur le moment. Elle hocha lentement la tête, réfléchissant à ses mots, concentrée.

- Je resterais collée à toi, et je te ferai l'amour devant lui si y'a que ça,
plaisanta-t-elle pour le détendre. Si jamais tu pètes un câble, faut que tu penses à tout ce que je t'ai dit, à tout ce que je dis qu'à toi. J'aime que toi, et je t'ai choisi toi, pas Milo, ajouta-t-elle pour qu'il s'imprègne de ses mots.

Peut-être qu'elle aurait pu tomber dans les bras de Milo plusieurs fois de suite si elle n'avait jamais eu Niels dans la tête, mais le fait est que le brun rythmait sa vie et qu'elle ne pouvait pas fonctionner autrement.

- Tu perds rien à lui parler bébé, il savait pas que j'étais à toi,
l'encouragea-t-elle en déposant un baiser sur sa joue.

Elle espérait qu'il allait le faire et qu'ils allaient pouvoir renouer le contact même si ça semblait un peu compromis pour le moment. Quelque part, Milo se retrouvait dans la même galère que ce qu'Aelya avait connu, alors elle ne pouvait que lui faire réaliser à quel point que oui, c'était tordu, mais que c'était surtout involontaire. Aelya le regardait lui faire face, son regard glissant un peu partout sur lui comme pour imprimer son être dans son esprit avant qu'elle fonde contre ses lèvres pour lui délivrer de l'affection. Elle sourit tendrement quand il murmura qu'il était heureux avec elle, sentant son coeur fondre devant la chaleur qui la gagnait.

Elle frémit au contact de ses mains dans le bas de son dos, hochant la tête de manière amusée à sa question.

- Je voulais pas le dire parce que j'te fais trop de compliments en ce moment, mais oui,
rigola-t-elle. Y'a que toi qui me fait rêver à chaque fois que tu poses tes mains sur moi, murmura-t-elle en laissant glisser ses doigts le long de son torse.

Aelya voulait lui faire comprendre qu'elle avait pu avoir plusieurs amants, mais que cela n'égalerait jamais ce qu'elle avait avec Niels.

Ses lèvres s'entrechoquèrent avec les siennes dans un baiser enflammé dont elle savourait la ferveur et les frissons que ça lui provoquait dans tout le corps. Elle avait du mal à détacher son regard de son corps, de son visage, complètement subjuguée par tout ce qu'il représentait. Elle se laissa quand même entraîner contre lui où elle put sentir ses mains doucement masser son corps, et le bien-être ne tarda pas à s'inviter en elle.

- Dis moi pas que si t'es aussi bon en massage, c'est parce que t'en as déjà fait à d'autres filles...
lança-t-elle sur un ton taquin.

Elle soupira de plaisir, fermant les yeux, tandis que ses mains faisaient des aller-retour sur ses jambes.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 31 Oct 2018 - 13:32

C'était probablement de la folie de vouloir encore une fois essayer de sauver leur relation, de tenter d'éloigner ce destin qui voulait à tout prix avoir raison d'eux. Mais Niels était incapable de laisser ça arriver, et sûrement qu'il continuerait de se tuer à la tâche s'il le fallait, afin de préserver leur relation du carnage. Il n'avait pas envie de penser que ces moments étaient éphémères, parce-qu'ils avaient pourtant ce goût d'éternité, d'infini, comme si rien ne pouvait entacher ce qu'ils étaient en train de vivre, comme si rien ne pouvait ralentir cet amour qu'ils consumaient sans retenue. Alors, il voulait simplement arrêter de réfléchir, désirant juste profiter de ces quelques instants où seul le sourire qui était ancré sur les lèvres de la brune lui importait. Même cette conversation qui avait pourtant été le déclencheur de leur séparation ne venait pas gâcher leur complicité. Il avait simplement abordé ce sujet et ces questions qui lui brûlaient les lèvres, qu'il n'avait eu de cesse de se demander encore et encore, sachant pertinemment qu'il ne serait tranquille qu'une fois qu'ils auraient tous les deux vidé leur sac. Niels se sentait bien plus rassuré à présent, comprenant qu'Aelya avait cherché à s'évader le temps d'une nuit, pour apaiser son esprit tourmenté par la rupture qu'ils avaient du faire face. Et c'était sûrement qu'une question de malchance si elle avait croisé le chemin de Milo cette nuit-ci, parce-que de son côté, il avait dû aussi se perdre dans d'autres bras sauf que lui, il avait eu la chance de ne pas rencontrer une connaissance d'Aelya. Quoiqu'il en soit, il semblait montrer sa volonté de faire table rase de cette histoire, qui l'avait déjà bien trop épuisé ces derniers mois. Il esquissa un faible sourire à ses mots qui l'amusaient, laissant la légèreté reprendre le cours de leur conversation. « Je te banderai les yeux aussi, comme ça je serais certain de pas devenir fou si vous vous regardez. » Ajouta-t-il, sur le même ton qu'elle avant de hocher doucement la tête à sa remarque, dont il discernait la sincérité. « Je sais bébé. T'as choisi le plus instable, ça se comprend. » Souffla-t-il, en lui adressant un sourire amusé, appréciant ce qu'elle faisait pour lui afin de le rassurer. Évidemment qu'il avait angoissé à l'idée qu'elle ait pu tomber sous le charme de son meilleur ami, c'était assez légitime pour le coup. Parce-qu'au-délà de partager les mêmes passions, Milo avait une vie bien plus stable que Niels, gérant à la perfection tout ce qu'il entreprenait sans qu'il n'ait besoin de partir à la dérive pour arriver à ses fins. Il hocha finalement la tête à ses derniers mots qui le poussaient à reprendre contact avec le brun, frémissant au contact de ses lèvres contre sa joue avant de reprendre rapidement son air taquin. Il fit mine d'être déçu du fait qu'elle ait voulu le préserver de tous les compliments qu'elle pouvait lui faire, avant de rire à son tour à ses mots. « Moi je pense que tu devrais continuer à m'en faire, on n'en a jamais assez tu sais... » Dit-il, feignant l'innocence avant de resserrer son étreinte autour d'elle, ses mains remontant le long de sa colonne vertébrale avant qu'il ne succombe à l'appel de ses lèvres qu'il caressa avec ferveur. Il n'en avait jamais assez de son contact, de ce qu'elle provoquait en lui à chaque fois qu'elle posait ses yeux sur son corps, ressentant cette attirance qui faisait écho à la sienne. Après avoir repris sa position, il laissa ses mains se balader sur son corps dans le désir de lui procurer cette même sensation de relâchement, souriant aux mots qu'elle lui lança. « Bébé, pour être bon, faut bien s'être entraîné... » S'amusa-t-il, une pointe de malice perceptible dans son ton. Il décala légèrement quelques mèches de cheveux qui entravaient sa nuque, laissant ses lèvres l'effleurer pour déposer un baiser à la base de ses cheveux. Ses mains continuèrent leur parcours, glissant jusqu'à son ventre, puis descendant lentement vers le bas de son corps avant de dériver au dernier moment sur sa hanche. « Va falloir que tu m'arrêtes... Je serais capable de rester tout le séjour ici, à m'occuper de toi. » Murmura-t-il à son oreille, se rapprochant d'elle jusqu'à ce que son torse ne vienne se coller à son dos. « Et c'est clairement pas raisonnable. » Il ajouta, enroulant son autre bras autour d'elle.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 31 Oct 2018 - 15:46

Aelya n'avait jamais autant fait d'effort pour préserver ses relations humaines de la déchéance. Elle n'avait jamais été très combattive pour tout ce qui concernait le rapport aux autres. En même temps, elle ne s'était jamais franchement attachée à quelqu'un, alors les âmes passaient dans sa vie pour la quitter, et souvent, ça ne lui provoquait pas beaucoup de sensations. Elle avait très vite compris que la meilleure tactique pour éviter les abandons, c'était tout simplement de se barricader. Ca avait plutôt bien marché jusque là, jusqu'à Niels. Elle ne savait pas pourquoi le processus avait disjoncté, mais cette défaillance l'avait laissé entrer à l'intérieur d'elle. Peut-être qu'elle n'aurait jamais du croiser son regard et donc qu'elle aurait pu se préserver de la douleur que ça impliquait d'aimer de cette manière. Et en même temps, elle savait que si elle voulait éviter de souffrir, elle arrêtait tout simplement de vivre, préférant la survie, et clairement, depuis qu'elle était avec Niels, elle vivait.

Cette histoire avec Milo l'avait sevré quelque part, de son envie de se perdre dans des étreintes qui pourraient lui donner un peu de chaleur quand il faisait si froid à l'intérieur en l'absence de l'homme qu'elle aimait. Parce qu'elle avait réalisé que personne ne pouvait remplacer Niels, ni faire revenir le soleil dans son ciel pluvieux. Elle avait eu beau tenter de tromper son corps, celui-ci n'était pas dupe, ne répondant positivement qu'aux caresses du brun, marqué pour toujours par son contact.

Le ton s'était voulu plus léger en abordant le sujet de son meilleure ami, et Aelya leva les yeux au ciel en secouant la tête légèrement, amusée par son idée.

- Le pire c'est que même comme ça tu serais capable de trouver autre chose,
soupira-t-elle, feignant l'agacement. En plus, je peux pas regarder les autres comme je te regarde toi, tu devrais t'en rendre compte, ajouta-t-elle tendrement.

Elle prit un air faussement surpris et déçu à sa remarque, usant de l'humour.

- Ah. Donc ça confirme bien que je fais jamais les bons choix en te choisissant toi et pas Milo. C'était sympa notre relation, mais je pense que ce serait bien qu'on reste amis, tu vois, parce que faut que je me trouve une stabilité au moins une fois dans ma vie,
avança-t-elle d'un air taquin.

Elle s'amusa à mordiller sa nuque avant d'ajouter :

- Continue d'être ce que t'es mon amour. C'est pour ça que je suis avec toi.


Elle était bien évidemment au courant que Niels n'était pas un modèle de stabilité, et si elle devrait en effet, plutôt tendre vers une vie plus calme pour se tenir à distance de tout ce qui pouvait la faire chuter, elle choisirait Niels à chaque fois, comme une évidence, persuadée qu'il était fait pour être avec elle et qu'ils pouvaient battir une histoire solide ensemble même si elle était souvent bancale.

Alors qu'il s'était décalé pour lui faire face, elle l'avait cherché de manière joueuse encore une fois, désirant laisser de côté toutes les choses qui avaient envenimés leur relation, souriant à sa réponse.

- Moi c'est de toi que j'en ai jamais assez,
lâcha-t-elle d'une voix plus enjôleuse, son regard hypnotisé par ses lèvres.

Elle ressentit des milliers de frissons lui parcourir l'échine alors qu'il laissait glisser ses doigts dans son dos avant de lui offrir un baiser, auquel elle répondit sans ménagement, expulsant le désir qui ne faisait que croitre à son contact, à la vue de son corps près du sien. Elle s'était prêtée au jeu, se positionnant contre lui, savourant chaque sensation que ses mains lui apportaient quand il jouait avec ses muscles.

Elle soupira en faisant mine d'être énervée par sa réponse, sachant pertinemment qu'il aimait la taquiner pour faire sortir sa jalousie.

- T'aurais pu t'entrainer sur moi,
râla-t-elle.

Elle sentait sa respiration s'activer sous l'effet de ses lèvres qu'elle percevait au niveau sa nuque, avant de savourer le trajet de ses mains qui glissaient doucement sur son corps, lui provoquant un raz-de-marée de désir dans toutes ses cellules. Elle se mordit la lèvre à ses paroles, tentant vainement de résister à l'appel de son corps alors qu'elle s'était blottie contre lui.

- Qui a dit qu'on était raisonnables ?
Demanda-t-elle, une pointe d'amusement dans la voix.

Elle se détacha de son emprise pour venir à califourchon sur lui, frôlant légèrement ses lèvres pour animer son désir.

- Si tu savais tout ce que tu me provoques quand tu t'occupes de moi... Quand tu caresses ma peau... Ou que tu m'embrasses...
Susurra-t-elle d'une voix suave, en déviant son visage vers son cou où elle déposa des baisers.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 31 Oct 2018 - 18:13

Il n'y avait pas de mots assez forts pour décrire la façon dont Niels était prêt à se battre pour garder Aelya à ses côtés, même si d'autres hommes étaient sûrement capables de lui apporter plus de stabilité qu'il ne pourrait jamais le faire. Il était au moins convaincu que ceux-là ne pourraient jamais l'aimer comme lui le faisait. Parce-que Niels admettait sans broncher qu'il était bourré de défauts et loin d'être le partenaire parfait, mais ce dont il était sûr, c'était qu'il était le seul capable de l'aimer comme il se le devait et il continuerait toute sa vie à le prouver. S'il avait bien un talent, c'était celui-ci. Alors, jouer au bouclier toute sa vie pour éloigner les âmes qui s'approcheraient d'un peu trop près de l'amour de sa vie, ce n'était pas ce qui le dérangeait. Il le ferait, tous les jours de sa vie s'il le devait, parce-qu'il savait qu'Aelya était unique et qu'il ne pourrait jamais retrouver quelqu'un comme elle autre part, dans un autre monde ou même une autre dimension. Il la voulait elle. Ses mots lui avaient prouvé qu'il serait toujours celui sur lequel elle jetterait son dévolu, et ça lui réchauffait le cœur de comprendre qu'ils partageaient la même passion l'un pour l'autre. C'était sans doute la raison pour laquelle ils étaient encore debout, main dans la main, avec sans doute un peu plus de craintes en eux, mais toujours bel-et-bien ensemble. Il avait souri à sa remarque concernant Milo, bien d'accord avec ce qu'elle avançait. « J'essaye de protéger mon trésor, ça se comprend non ? » Ajouta-t-il, un sourire malicieux flottant sur ses lèvres. Il haussa les sourcils à ses mots suivants, s'approchant de ses lèvres pour lui voler un baiser vif. « Alors tu aurais du te rendre compte que je regardais pas ma collègue comme je peux te regarder toi... » Souffla-t-il, de manière joueuse, renvoyant la balle dans son camp avec amusement. Il prit une mine boudeuse à ce qu'elle ajouta, comprenant qu'il détestait entendre ce genre de tournure de phrases venant d'elle bien qu'il savait qu'elle ne faisait que de le taquiner. « Toi et moi, amis. Ça sonnera jamais juste. » Dit-il, en secouant légèrement la tête de gauche à droite, avant de sourire en la regardant mordiller son cou. Niels savait bien qu'elle l'avait choisi pour celui qu'il était, et que c'était justement sa particularité qui avait semblablement attiré son âme vers la sienne. Il ne comptait pas être un autre, se donner un semblant de stabilité qu'il n'arriverait jamais à tenir le connaissant. Il continuerait comme il l'avait toujours fait, sans se soucier de ce qui pourrait lui arriver, parce-qu'il n'avait jamais été question de planifier les choses. Il lui adressa un tendre sourire à ses mots doux, avant de se détacher d'elle pour lui faire face, laissant cette tension palpable les envelopper et réchauffer leurs corps désireux de se retrouver tandis que leurs lèvres s'étaient retrouvées. L'une de ses mains s'était glissée contre son ventre, lui délivrant des caresses qu'il prolongeait jusqu'au bas de son corps dans le désir d'alimenter leur attirance mutuelle. « J'ai commencé l'entrainement bien avant de te connaître bébé. » Se risqua-t-il à dire, d'un air amusé, continuant de venir déposer une lignée de baisers dans sa nuque tandis qu'il s'affairait à accentuer ses caresses. Il sentit son sang bouillonner aux mots qu'elle prononça, la regardant venir contre lui alors qu'il sentait la flamme du désir brûler dans son bas ventre. Rapidement, ses mains retrouvèrent ses hanches, glissant jusque sa chute de reins avec envie. « J'arrêterais jamais de vouloir te provoquer toutes ces choses... » Souffla-t-il, de manière bien plus profonde avant de soupirer en sentant ses lèvres retrouver son cou, se sentant crouler sous l'effet qu'elle lui procurait et qui se faisait de moins en moins discret vers le bas de son corps. Il se mordit la lèvre, accrochant le regard d'Aelya. « J'suis pas sûr qu'elle apprécierait si on le faisait dans son jacuzzi. » Dit-il, prenant cet air à la fois désolé et amusé, avant de venir s'emparer de ses lèvres, incapable de résister à leur appel. « J'ai trop envie de toi bébé... » Souffla-t-il, ne parvenant plus à gérer ses envies, ses mains glissant de part et d'autre de son bassin pour l'approcher au plus près de lui, là où son désir était brûlant.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 31 Oct 2018 - 20:45

Aelya aurait attendu toute sa vie pour le voir revenir dans sa vie, jusqu'au dernier battement de son cœur, s'accrochant à ce mince espoir qu'ils puissent faire renaître leur histoire là où elle s'était arrêtée. Elle n'avait jamais voulu se faire à l'idée que tout ce qu'ils avaient construits ensemble pouvait se résumer à une seule dispute, celle de trop, mais qui était dérisoire devant les sentiments qu'ils se vouaient l'un à l'autre. Elle n'avait pas pu attendre plus longtemps pour lui signifier son envie de se lier à lui de manière officielle, même si elle avait désiré y aller doucement. Ce n'était pas eux. Ils étaient faits pour griller les étapes, pour les faire exploser, dans le seul but de se laisser enivrer plus rapidement possible par leur amour mutuel. Elle ne le regrettait pas finalement, se rendant compte que si elle avait eu peur de retomber de haut, elle ne pouvait en réalité pas tomber plus bas, et que depuis qu'elle était de nouveau en couple avec lui, elle ne faisait que de remonter la pente. Elle sentait une douce chaleur étreindre son cœur à ses mots doux, ne se lassant jamais de l'entendre dire des choses comme ça.

- Quand tu me dis des choses comme ça, tu peux me bander les yeux quand tu veux, sourit-elle de manière amusée, caressant son dos.

Elle répondit à son baiser avant de continuer de sentir cette chaleur se déverser en elle à sa réponse qui la rassurait même si le vrai problème n'était pas Niels mais plutôt sa collègue.

- C'est différent, Milo il retentera pas de m'approcher parce qu'il a des comptes à te rendre. Ta collègue, elle en a pas forcément à me rendre, donc je crois que j'aurais jamais confiance en elle ni en aucune femme qui t'approches de toute façon, grimaça-t-elle.

Elle l'avait taquiné, faisant mine qu'ils étaient bien mieux dans une relation amicale même si ces mots sonnaient toujours bizarres entre eux. Ils avaient dans tous les cas dépassés un stade bien trop avancé dans leurs sentiments pour un jour espérer être amis. Aelya savait qu'elle ne serait jamais prête à ça même si au départ, pour l'éloigner, elle avait tenté d'y croire, en vain.

- C'est vrai que ça ferait bizarre de te faire la bise plutôt que de t'embrasser, imagina-t-elle, troublée.

Elle n'aurait jamais pu nouer un lien platonique avec Niels, elle le savait. Parce qu'il l'attirait trop, à tous les niveaux. Elle ne se pensait même pas capable de tenir ses distances en s'imaginant qu'il aurait pu trouver une autre femme. Ça aurait été compliqué de lui résister. En laissant ses lèvres entrer en contact avec les siennes, elle n'avait pas pu refuser de laisser ses mains la toucher, bien trop accro à toutes ses sensations dont elle se délectait. Son corps augmentait en température à mesure qu'il parsemait sa peau de caresses appuyées, sentant une tension croître à l'intérieur de son bassin quand il s'en approchait. Elle lâcha un petit rire à sa remarque, secouant la tête comme pour refuser cette idée qu'il puisse avoir pu donner de la tendresse à quelqu'un d'autre.

- Je peux rien te dire là-dessus, profites-en. Dans tous les cas, on partage le même entraînement. Et je crois que je suis sur entraînée, lâcha-t-elle de manière nonchalante, l'air de rien, tout ça pour lui rendre la pareille.

Elle n'avait sans doute jamais délivré autant de caresses, autant d'attentions à un autre homme, Niels était le seul à avoir ce privilège sans même le demander. Son cœur semblait vouloir s'échapper de sa poitrine sous l'effet de ses mains baladeuses, de ses lèvres sur sa peau réchauffée par son désir brûlant. Elle lui avait fait face, venant tout près de lui, prenant appuie sur le rebord alors qu'elle s'amusait à le tenter, ayant une folle envie de lui céder tout de suite alors qu'elle frémissait en percevant ses mains sur ses courbes. Elle avait sourit en coin à sa remarque, satisfaite qu'il puisse vouloir d'elle comme elle le voulait. Ses lèvres avaient rejoints son cou pour lui délivrer des baisers fiévreux qui trahissaient ses intentions.

- Elle est pas censée le savoir... Ajouta-t-elle de manière malicieuse.

Elle noua ses bras autour de sa nuque alors que ses lèvres rejoignirent les siennes pour lui offrir un baiser passionné dont le rythme rendait sa respiration superficielle. Elle put s'apercevoir de son désir quand il l'approcha au plus près de lui, ce qui avait le don de faire jaillir le sien qui devenait incontrôlable.

- Je te veux tout de suite, souffla-t-elle, haletante, presque dans une supplication.

Son bassin au plus près du sien, elle bougea lentement pour le laisser entrer en elle, écrasant un soupir contre ses lèvres avant de coller son front au sien avant de se mouvoir contre son corps.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 1 Nov 2018 - 2:43

Encore une fois, Niels avait laissé son impulsivité l'emporter, ne lui laissant aucune possibilité de réfléchir calmement à la décision qu'il prenait. Et lorsqu'il était rentré chez lui, juste après leur séparation, il avait compris qu'il avait merdé, qu'il n'aurait jamais dû lui balancer tout ce qu'il lui avait dit ce soir-là, sans mesurer le poids de ses mots. Le sentiment de trahison avait anesthésié tout l'amour qu'il ressentait pour elle, lui faisait oublier tout ce qu'ils avaient pu partager, et l'obligeant à effacer les premières lettres des messages qu'il avait commencé à lui écrire, et qu'il n'avait jamais pu lui envoyer. C'était sûrement sa fierté qui en avait aussi pris un coup, lui crachant au visage cette image d'homme trompé qu'il ne parvenait pas à supporter. Sauf que ça n'avait jamais été le cas et il l'avait finalement compris. Il n'avait jamais été question d'infidélité, ou même de désir de lui faire du mal, Aelya était parvenue à lui faire comprendre que tout ça ne se serait jamais déroulé si elle avait seulement su la relation entre les deux hommes. Et il la croyait, conscient que ça avait bien plus de sens que tout ce qu'il avait pu s'imaginer. « J'le ferai... dans d'autres circonstances. » S'amusa-t-il, arquant un sourcil malicieux et joueur, ne manquant jamais de lui faire comprendre qu'il avait toujours des idées assez explicites lorsqu'il s'agissait d'elle. « En même temps, vu comment tu lui as parlé, c'est clair qu'elle peut pas avoir de comptes à te rendre. » Pouffa-t-il, se remémorant leur échange assez houleux. « C'est de moi dont tu dois avoir confiance, les autres on s'en fout. » Ajouta-t-il finalement, d'une voix tendre, comme pour lui signifier qu'elle n'aurait jamais à craindre la présence d'autres femmes puisque Niels ne pourrait jamais se laisser tenter par elles, bien trop accro et occupé par la seule femme qu'il souhaitait aimer. Pendant une seconde, il s'était remémoré les mots que lui avait dit Aelya lorsqu'il s'était pointé devant chez elle pour lui avouer tout ce qu'il avait sur le cœur, se rappelant du fait qu'elle avait évoqué une possible amitié entre eux, dont l'idée l'avait d'ailleurs de suite rebuté, bien conscient que ce genre de relation ne marcherait jamais entre eux. Il sourit à ses mots qui le laissaient dubitatif, se rapprochant légèrement de son visage. « On peut essayer si tu veux... » Dit-il avec malice, approchant ses lèvres de sa joue pour l'embrasser, souhaitant en faire de même avec l'autre avant d'effleurer ses lèvres et de les presser doucement contre les siennes. « Nan j'avais raison, ça marcherait pas. » Souffla-t-il, le regard joueur, sous-entendant que ses lèvres demanderaient toujours les siennes, surtout s'ils devaient réduire la distance entre leurs visages pour se saluer. « Du coup, j'te propose qu'on reste ensemble jusqu'à la fin, ça te va ? Au moins on aura pas à se poser trop de questions. » Ajouta-t-il, lui adressant un sourire à la fois amusé et tendre. C'était le genre de scénario qu'il voulait voir se réaliser, ne souhaitant plus s'imaginer sans elle, surtout lorsqu'il parvenait à ressentir cette chaleur s'insinuer en lui en même temps que ses mains lui délivraient de l'affection qui prenait vie sous la forme de caresses, jouant à s'arrêter juste avant les frontières de son désir qu'il parvenait à sentir. Il fit mine d'être vexé à ses mots, détachant ses mains d'elle alors qu'il comprenait qu'elle faisait tout pour se venger gentiment de lui. « Tu vois, c'est exactement le genre de choses que tu peux passer sous silence pour le coup. » Râla-t-il, détestant savoir que ses mains avaient pu caresser d'autres peaux, persuadé que ses doigts n'étaient faits que pour glisser sur la sienne qui se mourrait sans son contact. L'ambiance était montée d'un cran entre eux alors qu'Aelya s'était retournée pour lui faire face, prenant place sur lui, dans une position qui ne pouvait qu'attiser son désir pourtant déjà bien présent. Ses mains s'étaient permises de la maintenir contre lui, alors qu'il avait fermé les yeux lorsque ses lèvres s'étaient frayées un chemin jusque dans son cou, lui provoquant quelques soupirs qu'il tentait de contrôler. Il ancra son regard au sien à sa réponse, percevant le jeu entre eux, juste avant que leurs lèvres n'échangent un baiser enivré, passionné, à l'image du feu qu'ils n'avaient de cesse d'alimenter et qui commençait sérieusement à avoir raison d'eux. Il lui mordit la lèvre dans un élan plus sauvage lorsqu'elle lui souffla ces derniers mots traduisant son envie, un gémissement s'échappant plus bruyamment de ses lèvres lorsqu'elle le laissa pénétrer en elle. « Tu peux pas imaginer à quel point j'adore te voir comme ça. » Murmura-t-il, son front collé au sien, alors qu'il appréciait chacun de ses mouvements sur lui, lui faisant comprendre qu'il croulait sous le plaisir lorsqu'elle prenait le contrôle. Il plaqua ses mains contre son bassin, venant les faire glisser jusque sa chute de reins avant d'exercer une légère pression sur sa cambrure pour lui provoquer plus de sensations. « Je te veux tellement, ça me rend dingue. » Il souffla, tendant les muscles sous l'effet du plaisir qui le foudroyait, accompagnant les mouvements lents et sensuels entre leurs bassins respectifs, tendant la nuque pour atteindre son cou où il s'empara de sa peau, lui laissant des traces de sa passion pour elle.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 1 Nov 2018 - 11:04

Si au début, elle avait pensé perdre son identité au milieu des sentiments qui naissaient dans le creux de son coeur qui avait hiberné toute sa vie, elle s'était vite rendue compte qu'elle en avait trouvé une, ou plutôt qu'elle s'était tout simplement trouvée. Elle avait toujours pensé qu'elle était dépourvue de capacité à aimer, tout ça parce qu'elle n'en avait eu d'abord jamais eu envie. En réalité, son coeur attendait simplement la bonne personne pour s'ouvrir et sortir de son coma. Aelya se sentait vivante depuis qu'elle savait que son destin était étroitement lié à celui de Niels. Elle n'avait plus envie de perdre cette sensation, de rompre ses liens fermement attachés à l'amour de sa vie. En le voyant prendre ses distances à cause de cette nuit d'égarement avec Milo, elle s'était détestée, errant dans un trou noir où la lumière n'avait pas pu percer l'obscurité environnante où seul Niels aurait pu venir la délivrer. Elle comprenait que leur jalousie gagnait du terrain, avançant en même temps que la passion qui les enivrait.

Aelya acquiesça, un air espiègle ancré sur le visage à l'entente de ses mots qui lui donnaient quelques idées, déclenchant une vive bouffée de chaleur. Elle était pour le coup assez d'accord avec lui sur la façon dont elle s'était conduite avec sa collègue. En même temps, ce n'était même pas étonnant vu les films qu'elle avait crée dans sa tête. Dans ces moments, sa réflexion et son calme étaient tous les deux sur off, laissant la possibilité à son instinct de parler plus rapidement et plus fort.

- Je te fais confiance, mais j'arrive pas à me raisonner à ce sujet. Faudrait que je vienne à moins t'aimer, peut-être que ça pourrait marcher sur mon envie de te garder pour moi,
lança-t-elle d'un air malicieux.

Et encore, elle était persuadée que même en l'aimant moins, ce qui était déjà inconcevable, elle aurait toujours cette tempête de jalousie prête à jaillir de ses entrailles pour ravager les âmes alentours, perdant totalement le contrôle sur les limites à ne pas dépasser. Aelya n'en avait jamais vraiment eu de limites. Elle connaissait simplement le tout ou rien. C'était surement pour ça qu'elle ne pouvait même pas concevoir l'idée d'une amitié avec Niels. Sans émettre le fait qu'elle n'avait jamais eu envie de le voir autrement que comme son amant et son petit ami, elle n'aurait jamais pu se tenir à une distance cordiale sans crouler sous l'envie de dévorer ses lèvres. Elle avait légèrement froncer les sourcils, curieuse, à l'écoute de sa remarque, avant de le voir s'approcher de ses joues pour lui délivrer de chastes baisers l'une après l'autre, souriant contre ses lèvres alors qu'il revint la revigorer avec leur contact.

- C'est égoïste, mais je pense que j'aurais été capable de te tenter même si t'avais été en couple avec quelqu'un d'autre,
avoua-t-elle, se mordant la lèvre, entre la gène et l'amusement.

Elle ne voulait faire que ça pour le restant de ses jours, attirer Niels vers elle, tout contre elle où elle pouvait sentir son coeur battre au rythme du sien.

- Ca me semble être une bonne idée
, accepta-t-elle en souriant, exaltée par l'espoir qui s'insinuait dans ses veines.

Aelya sentait la chaleur de ses mains sur sa peau qui s'enflammait à chacune de ses caresses, tentant de dissimuler la jalousie qui s'imprégnait d'elle quand il s'amusa à la taquiner. Comme sa meilleure défense restait l'attaque, elle lui avait malicieusement porté les mêmes coups.

- Ouais. Je te le fais pas dire,
lâcha-t-elle, laissant son ton traduire le fait qu'il devrait s'appliquer ses propres mots.

La brune s'était rapidement laissée tenter à venir contre lui, plantant son regard brillant d'envie dans le sien, dévorant sa peau avec ses lèvres affamées de sa douceur, son coeur battant la chamade en entendant leur respiration devenir plus bruyante, se sentant défaillir sous la pression de ses mains qu'il avait posé sur son corps, animant le désir qui ne pouvait plus s'arrêter d'augmenter. Alors qu'il l'avait attiré dans un baiser passionné, elle s'était laissée porter par la ferveur de son amour qui semblait les envelopper dans leur univers qu'il partageait en commun, que rien ni personne ne pouvait détruire. L'envie de ne faire qu'un avec lui se fit urgente quand elle le vit attraper sa lèvre de manière fiévreuse, et elle n'attendit pas une minute de plus pour lui donner la permission de percer son âme dont lui seul avait les clefs, s’imprégnant de cette lueur si affectueuse qu'elle trouvait dans son regard alors qu'ils échangèrent des souffles brûlants de plaisir.

- Tu peux pas t'imaginer à quel point tu me fais tout le temps envie...
Avoua-t-elle contre ses lèvres.

Elle ondulait contre lui, ses mains glissant contre son torse, sentant le plaisir la percuter de plein fouet alors que la chaleur ne faisait que de grimper dans la pièce aux lumières tamisées. Elle lâcha un échapper un gémissement quand il vint doucement presser le bas de son dos entre ses mains, ne pouvant s'empêcher de retenir la passion qui implosait à l'intérieur.

- Bébé... Je t'aime,
souffla-t-elle, encadrant son visage pour l'embrasser.

Elle ferma les yeux, le laissant parcourir son cou de baisers tandis que sa main vint se loger dans ses cheveux qu'elle caressait, accentuant les mouvements contre lui pour lui décrocher plus de plaisir, l'esprit en ébullition sous l'extase qu'elle ressentait alors qu'elle réprimait ses soupirs indiscrets.

- Fais moi crier mon amour,
susurra-t-elle à son oreille pour attiser d'autant plus son désir.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 1 Nov 2018 - 21:50

Il n'avait plus envie de redevenir l'homme qu'il était avant de connaître Aelya, parce-qu'il se rendait bien compte que la vie qu'il avait mené n'avait en réalité eu aucun intérêt, qu'il avait simplement erré sans le moindre but tout en pensant qu'il se satisfaisait de ça. Mais la vérité était qu'il ne s'était jamais senti aussi vivant que depuis qu'il connaissait la brune, et c'était probablement aussi parce-qu'il avait côtoyé la mort de près à quelques reprises. Mais ce n'était pas la seule raison. Aelya faisait naître des sensations vivifiantes en lui, en parvenant à toucher son âme et son cœur, en lui faisant comprendre qu'il était lui aussi doué de sentiments à chaque fois qu'elle posait son regard sur lui. Il ne s'était jamais trouvé particulièrement talentueux dans un domaine, mais il commençait sérieusement à penser qu'il excellait lorsqu'il s'agissait de l'aimer elle. Et comme c'était l'activité qu'il voulait continuer à faire jusqu'à la fin de ses jours, ça l'arrangeait plutôt bien. Quoiqu'il en soit, Niels savait que leur relation continuerait de grandir, même à travers les embûches et les souffrances qui se dresseraient devant eux, et que leur amour continuerait d'exister et de s'intensifier un peu plus chaque jour, comme une vague inarrêtable et indomptable. Ils avaient prouvé qu'ils étaient capables de surmonter les épreuves, même si certaines d'entre elles s'étaient avérées bien plus coriaces que ce qu'ils ne l'auraient pensé. Niels avait en confiance en eux, confiance en la force de leur relation. Il avait froncé les sourcils à sa remarque, secouant immédiatement la tête de gauche à droite comme pour lui montrer qu'il était hors de question qu'elle en vienne à moins l'aimer pour calmer sa jalousie. « T'as pas intérêt. J'préfère encore que tu continues à faire des scandales avec toutes mes collègues en plein milieu de l'hôpital. » Dit-il, l'air de rien, s'amusant de leur conversation. S'il y avait bien quelque chose qu'il ne voudrait jamais qu'elle ne change, c'était évidemment sa manière de l'aimer et de le lui montrer. Il ne pourrait jamais se lasser de ses mots doux qu'elle lui susurrait à l'oreille lorsqu'ils se retrouvaient après une journée où le manque s'était infiltré dans sa peau. Alors, il était d'autant plus clair qu'envisager une relation amicale avec sa petite-amie était tout simplement impossible. Parce-qu'elle lui manquerait trop, et qu'il serait incapable de gérer les limites qu'ils devraient s'imposer en tant qu'amis. Il s'était amusé avec son imagination, avant de finir contre ses lèvres, lui montrant qu'il n'y avait pas d'autre option possible que celle où ils restaient des amants. « T'aurais pas eu besoin de faire grand chose, j'suis sûr que j'aurais été le mec le plus infidèle au monde si ça avait été le cas. » Soupira-t-il, se rendant avec amusement à l'évidence que son corps ne souhaitait que le sien, et que ses lèvres se retrouveraient bien perdues si elles devaient en embrasser des autres. Il lui adressa un clin d’œil à sa réponse, satisfait de leur accord commun pour rester ensemble et continuer d'envoyer valser le reste du monde. Ses mains continuant leur périple sur son corps, il s'était amusé à lui lancer quelques remarques, l'air de rien, dans le simple but d'éveiller sa jalousie et bien évidemment, Aelya ne s'était pas gênée pour lui renvoyer la pareille avec habilité. Il pouffa à ses mots, comprenant qu'il avait bien mérité son sort et que pour le coup, la brune avait bien retourné la situation. Son corps s'était mis à réagir un peu plus intensément aux gestes et aux mots de la brune, lui donnant soudainement bien plus chaud, comme si une délicieuse brûlure s'était répandue dans tout son organisme. Sa respiration s'était écrasée contre la sienne au moment où ils se donnèrent l'un à l'autre, laissant des gémissements de plaisir s'envoler dans la pièce réchauffée par la passion de leur échange. Il retrouva ses yeux un instant, brûlants de désir pour elle avant que ses lèvres ne viennent une nouvelle fois lui demander un baiser. « Moi aussi mon amour. » Souffla-t-il, sentant le plaisir se déverser dans ses veines à une allure qui ne lui laissait aucune possibilité de lui échapper. Ses lèvres effleuraient avec lenteur la peau de son cou, remontant jusqu'à sa mâchoire, puis glissant jusqu'à son oreille où il s'amusa avec son lobe au même moment où elle lui demanda de lui donner du plaisir. Il se mordit la lèvre, se sentant frémir de la tête au pied sous l'effet dingue qu'elle lui faisait. Dans un élan passionné, il agrippa ses hanches avec plus de ferveur, laissant son bassin percuter le sien de manière plus intense, plus rapide, augmentant soudainement la cadence de ses mouvements avec l'espoir qu'il arriverait à la faire succomber au plaisir. « Laisse-toi aller bébé... » Souffla-t-il, tout près de son oreille, d'une voix fiévreuse, qui trahissait sa volonté de la voir s'abandonner complètement à lui. Il continua d'augmenter le rythme de ses coups de rein, se délectant de la chaleur de son corps qu'il parcourait avec ses lèvres, jusqu'à s'adonner au plaisir ultime, laissant un long gémissement s'échapper de ses lèvres avant de l'éteindre contre les lèvres d'Aelya, ses bras venant enlacer son corps contre le sien pour laisser la fougue de leurs ébats redescendre de manière plus tendre.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 1 Nov 2018 - 22:45

C'était quelque chose qu'elle savait qu'elle devait contrôler, sa jalousie. Mais c'était le seul point noir dans l'amour qui l'animait à Niels, ce besoin viscéral, indispensable, de vouloir posséder son âme pour elle seule. Ce n'était pas tant ce besoin de le vouloir qui lui attirait des problèmes, mais plus les réactions qui en étaient associées. Ce défaut les amenait toujours à vaquer dans des extrêmes qui pouvaient écorcher la tendresse de leur relation. Et c'était aussi pour ça que Niels avait pris la décision de s'éloigner d'Aelya, tandis qu'elle s'était battue pour lui prouver que cette histoire n'était rien comparée à la leur. Pourtant, elle savait à l'intérieur que si elle s'était soudainement sentie abandonnée, lâchée dans ce monde pour recommencer à errer seule, elle aurait sans aucun doute eu la même réaction si Niels s'était amusé avec une amie, ou connaissance à elle et qu'il aurait passé ce détail sous silence avant qu'elle ne l'apprenne de manière abrupte. Il n'y avait aucun remède qui pouvait canaliser sa jalousie parce que c'était tout simplement lié aux sentiments amoureux qu'elle possédait et qui n'auraient aucune fin. Elle s'amusa de sa réaction, hochant la tête de manière satisfaite à ses mots.

- J'espérais que tu dises ça. Parce que j'adore faire des scandales. Ça me défoule en plus, haussa-t-elle les épaules, prenant un air nonchalant.

Elle se fichait bien de savoir ce que pensait sa collègue de sa personne même si elle était consciente de sa réaction dysproportionnée. Seul l'avis de son petit ami comptait parce que tout ce qu'elle faisait était pour lui. D'ailleurs, elle n'aurait pas vraiment de morale concernant ses actes si c'était pour récupérer Niels des bras d'une autre femme. Elle se battrait toujours et pour toujours juste pour que ses lèvres ne retrouvent les siennes. Elle lâcha un petit rire à sa réponse qui l'air de rien la rassurait, parce qu'elle aurait évidemment réagit de la même manière si les rôles étaient inversés.

- Tant que tu laisses ta potentielle infidélité pour les autres et que tu gardes ta fidélité pour moi, tu fais ce que tu veux, répondit-elle, amusée.

La question ne se poserait sûrement jamais parce qu'il était hors de question qu'un jour, Niels vienne à se balader main dans la main avec une autre femme. Elle ne laisserait pas ça arriver. C'était trop déjà à imaginer, alors à vivre.

Aelya s'était laissée aller dans une étreinte brûlante alors que leurs mains s'étaient amusées à parsemer leurs peaux de caresses, leurs lèvres de baisers, permettant de dire les mots qui étaient superficiels, incorrects même, parce que rien ne pouvait être assez juste pour décrire les émotions qu'il lui provoquait alors que la passion lui dévorait le cœur. Elle désirait le garder dans le creux de son âme quand il s'invita à l'intérieur de son corps, où il ne pouvait pas être plus proche d'elle.

Elle lui avait fait part de l'amour qui explosait dans chacune de ses cellules, voulant qu'il s'en imprégne à son tour, pour que cette affection ne vienne à réparer les fissures de leur relation. Elle soupirait sous l'effet du plaisir entraîné par leurs ondulations, la respiration devenant de plus en plus haletante à la sensation de ses lèvres remontant de son cou à sa mâchoire en passant par son lobe. Elle laissa échapper un gémissement alors qu'elle avait attisé la flamme de son désir, logeant sa tête dans son cou où son souffle se percutait. Aelya se sentit défaillir à ses mots, frissonnant à chaque coup de rein qu'elle pouvait percevoir, enroulant ses bras autour de sa nuque où elle laissa échapper des soupirs de plus en plus bruyants, laissant résonner son prénom dans la pièce, entrecoupant ces mots en mordillant son cou afin de lui laisser une trace. Elle s'abandonna complètement à son plaisir qui lui soutira un énième soupir indiscret alors que son corps et son esprit entrèrent dans une transe qui s'apparentait au nirvana.

Aelya ferma les yeux, détendue, retrouvant le contact tendre de ses lèvres où leurs respirations encore hachées s'entrechoquaient. Sa peau semblait hypersensible quand il noua ses bras autour d'elle.

- Tu m'as achevé bébé, souffla-t-elle avec un léger sourire. Ça a du bon de voyager avec toi, ajouta-t-elle, amusée.

Elle déposa un vif baiser dans son cou, avant de se positionner à côté de lui pour le regarder.

- Dommage qu'on ait pas de jacuzzi, j'ai adoré, avoua-t-elle, joueuse.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 2 Nov 2018 - 3:00

Tout avait toujours été trop fort entre eux, et ce depuis le début de leur relation, lorsqu'ils avaient commencé à sortir ensemble, et qu'ils avaient du affronter les premiers effets de la jalousie sur leurs corps. Niels se rappelait très bien de toutes les émotions qui l'avaient traversé pour la première fois, ressentant cette soudaine envie d'éloigner tous ceux qui s'approchaient de sa petite-amie d'un peu trop près, désirant leur faire savoir qu'elle était entièrement à lui et qu'ils n'avaient pas intérêt à tenter de se l'approprier. Et c'était aussi la raison pour laquelle Niels était souvent rentré le visage en sang, après en être venu aux mains avec des types qui avaient laissé leur regard un peu trop traîner sur celle qu'il voulait garder pour lui. C'était quelque chose qu'il n'avait jamais su contrôler et il était bien placé pour savoir qu'Aelya était atteinte de la même maladie, celle qui rendait fou quand ils pensaient un peu trop au danger constant qui les entourait et qui menaçait de les séparer. Pour autant, Niels avait toujours voué une confiance aveugle en la brune, convaincu qu'elle ne dépasserait jamais les limites, sûrement parce-qu'il savait qu'elle le respectait trop pour ça. Il sourit à sa remarque, faisant mine d'être exaspéré par son tempérament de feu alors qu'en réalité, c'était l'une des premières choses qui l'avait attiré vers elle. « Ça m'étonne pas de toi, j'crois que ça se saura toujours quand t'es dans les parages. » Remarqua-t-il, amusé, bien conscient qu'ils n'arrivaient jamais à faire dans la discrétion parce-que très souvent, ce genre d'histoires finissait toujours par exploser. « Mais bon, je crois que j'ai pas trop le droit de te faire la morale sur ça. » Admit-il, un sourire en coin, en faisant écho à sa fâcheuse tendance de vouloir faire parler ses poings lorsque sa jalousie prenait le contrôle. Encore une fois, c'était quelque chose qu'il ne pouvait pas contrôler, conscient qu'il ne pourrait jamais rester calme si on menaçait sa relation avec Aelya. « Ok je note. » Répondit-il, en faisant semblant de prendre en considération sa remarque comme si un jour il pouvait se retrouver en couple avec une autre alors qu'il était mal à l'aise rien que d'y songer. Même en se forçant, il ne parvenait pas à s'imaginer aimer quelqu'un d'autre qu'Aelya, comme si son corps et son cœur étaient incapables de répondre positivement à une autre personne qu'elle. C'était tout bonnement impossible. Et d'ailleurs, ça se traduisait assez bien dans la manière qu'il avait de lui faire l'amour, se perdant avec délectation dans la passion de leur échange qui encore une fois, se voulait unique, fort mais surtout authentique. La sincérité émanait de leur étreinte, alors que leurs yeux s'accrochaient de temps à autre, percevant cette même lueur dans le regard de l'autre qui n'avait de cesse de briller un peu plus fort au fur et à mesure que le plaisir les emportait. Son cœur battait à lui rompre les côtes alors qu'il avait atteint le paroxysme du plaisir, peinant à retrouver un semblant de souffle qui s'était d'ailleurs mêlé à celui d'Aelya dans un baiser qui ne laissait aucun doute quant à l'ampleur de l'amour qu'il avait pour elle. Il avait passé ses mains autour d'elle, la resserrant contre lui pour continuer à savourer la chaleur humide de son corps. « J'étais censé être fatigué. » S'amusa-t-il, laissant comprendre qu'il serait toujours prêt à s'envoyer en l'air avec elle même si l'épuisement se déversait dans ses veines. « J'suis content que tu le remarques. » Ajouta-t-il avec un regard malicieux lorsqu'elle déclara qu'il y avait des avantages de voyager avec lui. « Et c'est qu'un avant-goût en plus. » Souffla-t-il, pensant à tout ce qu'il voulait partager avec elle, à tous les endroits qu'il rêvait de lui faire découvrir. Il frissonna à son baiser, la laissant se détacher de lui avant de poser son regard sur elle. « Si c'est que ça, je veux bien travailler un peu plus pour t'en acheter un... J'sais pas trop où est-ce qu'on va le mettre mais ça peut se faire. » Dit-il, en lâchant un léger rire. « On peut continuer à faire des découvertes ensemble... J'ai vu qu'il y avait une table de billard dans la salle d'à-côté. » Dit-il, d'une voix charmeuse, continuant avec amusement leur petit jeu de séduction qui ne prenait jamais fin.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 2 Nov 2018 - 10:15

Elle avait longtemps cru que l'amour était quelque chose de surfait, de ridicule, préférant le tourner en dérision plutôt que de s'y intéresser tant en réalité, elle en avait eu peur, chassant chaque sentiment qui s'apparentait à de l'affection dès qu'ils s’immisçaient en elle. Mais ça avait été plus fort que tout avec Niels, elle n'avait pas pu s'empêcher de continuer à valser avec le danger de tomber sous son charme pour de vrai, de manière irréversible. Elle n'avait jamais été jalouse avec d'autres personnes, parce qu'elle n'était jamais partie du principe qu'elle appartiendrait un jour à quelqu'un et que quelqu'un serait à elle en retour. Elle s'était confortée dans l'idée qu'elle resterait un électron libre sans aucune chaîne et elle se voyait maintenant liée à un cœur qui ne lui inspirait que la liberté. Elle sourit à sa remarque, amusée par cette image qu'il dépeignait d'elle parce qu'il n'avait part tort. Aelya faisait rarement dans la finesse quand elle voulait montrer ce qu'elle pensait. Ils se ressemblaient sur ce point. Partout où ils passaient, il y avait toujours une chance qu'ils ne viennent à semer le bazar.

- Vu comme tu me ressembles, t'as le droit de me faire la morale sur rien, en fait,
répondit-elle, fière.

Ils s'accompagnaient toujours dans leurs dérives et même s'ils se voyaient plonger, ils y allaient quand même. Quand la machine était en marche, il n'y avait pas grand chose qui pouvait arrêter Aelya, et c'était le cas dans pratiquement tous les domaines, surtout quand ça touchait Niels. Elle se donnait à corps perdu dans cette relation abîmée par le trop plein d'amour qu'elle régurgitait. Plus ils se séparaient, plus elle avait l'impression de s'accrocher à lui, dans le désir de resserrer d'autant plus les liens qui les unissaient pour qu'ils les retiennent de refaire les mêmes erreurs. Elle acquiesça à sa remarque, un air joueur sur le visage alors qu'elle se prenait à imaginer Niels dans les bras d'une autre, chose qui n'était pas compliquée à concevoir dans son esprit puisqu'il avait été habité par une multitude de films dans ce genre il y a peu. Et tous lui avait donné la nausée. Elle se fichait de passer pour quelqu'un d'égoïste sans morale, parce qu'il n'y avait déjà aucun sens de la raison dans l'amour qu'elle lui portait.

Elle tentait de lui faire percevoir à quel point la passion qui l'animait était puissante, sans limite, dépassant tout ce qu'elle pensait savoir des sentiments amoureux qui battaient dans son coeur au bord de l'implosion sous l'effet de leur étreinte enflammée, de ses mains et de ses lèvres qui parcouraient sa peau. Plus rien d'autre n'existait, juste eux logés dans leur bulle de bien-être où ils étaient protégés par le tumulte de leur quotidien, comme si le temps de quelques minutes, la vie leur laissait une sorte de répit, leur permettant d'oublier tous les regrets ou remords et de simplement s'abandonner à ce qui comptait vraiment, eux. La chaleur de cet amour traversait ses pores, cherchant à envelopper le corps de Niels qu'elle parsemait de caresses et de baisers pour lui donner toute l'attention qu'il méritait et qu'il était le seul à pouvoir recevoir de sa personne avant d'atteindre le sommet de son plaisir qui la laissa hors d'haleine. Blottie contre lui, elle fit glisser ses mains autour de son torse tandis que son souffle cherchait le sien pour s'apaiser. Elle lâcha un petit rire à sa réponse, consciente qu'elle arrivait toujours d'une manière ou d'une autre à le tenir éveillé.

- C'est fou l'énergie qu'on peut trouver pour ça...
Lança-t-elle d'un air amusé.

Le feu qui se déversait en elle était bien trop animé pour la laisser se reposer quand elle le sentait grandir en elle. Elle sourit tendrement à sa remarque, caressant sa joue du bout de ses doigts.

- Je ferai tout avec toi,
avoua-t-elle.

Parce qu'il était hors de question qu'elle fasse ça avec quelqu'un d'autre, c'était comme une promesse qu'elle se faisait. Elle ne voulait partager ce genre de moments qu'avec lui. En se détachant doucement de lui, elle fit mine de réfléchir, un air joueur sur le visage suite à sa remarque.

- J'ai ma petite idée... Tes voisins n'y verraient surement aucun inconvénient à ce qu'on casse le mur pour agrandir la salle de bain,
ajouta-t-elle en rigolant. Mais je t'avoue que je préfère t'avoir pour moi que te voir travailler encore plus pour une baignoire avec des bulles en fait.

Niels passait avant tout bonheur matériel, elle n'avait besoin de que de lui. Elle avait sourit en coin à sa proposition, hochant la tête avant de lui voler un dernier baiser pour sortir du jacuzzi.

- Viens... On va partir en exploration,
s'amusa-t-elle en nouant une serviette autour d'elle.

Elle s'éclipsa pour enfiler ses sous-vêtements histoire d'avoir quelque chose sur elle, puis pris sa main pour rejoindre la salle de jeux.

- Montre-moi comment ça marche,
demanda-t-elle d'une voix joueuse.

En réalité, elle savait exactement dans quoi elle s'embarquait, elle avait simplement envie de le voir s'approcher dans son dos, guidant ses mouvements pour qu'elle réussisse à taper dans les boules de billard.




__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 2 Nov 2018 - 18:27

Son destin, il ne l'avait jamais imaginé de la sorte, étroitement lié à celui d'une autre âme qui l'avait charmé, au point où il n'était désormais plus capable de s'imaginer vivre un seul jour loin d'elle. Aelya représentait tout ce qu'il voulait, et quelque part, elle était tout ce qu'il avait toujours voulu sans s'en rendre compte. Parce-qu'il s'était mis en tête qu'il continuerait de batifoler jusqu'à la fin de sa vie, alors qu'en réalité, son cœur avait cherché de l'attention dans certaines étreintes, sans jamais réussir à être totalement comblé. Puis Aelya était arrivée et l'avait bouleversé, sur tous les plans. Il s'était accroché à elle dés leurs premières embrassades, comprenant qu'elle parvenait à le toucher là où les autres avaient échoué, se butant à un mur imperturbable. Et finalement, il s'était vite aperçu qu'ils étaient les mêmes sur le plan sentimental, incapables de se projeter dans ce genre de relation sans ressentir la peur de l'abandon, quelque chose qu'ils avaient déjà tous les deux connus. Cette crainte, Niels avait voulu lui montrer qu'il la surpasserait, seulement et uniquement pour elle, comme s'il savait qu'elle méritait qu'il repousse ses angoisses, et quelque part, il aurait été incapable de la laisser filer aussi facilement dans les bras d'un autre. Il sourit à sa remarque, haussant les sourcils en apercevant sa mine fière. « C'est dommage du coup... parce-que ça veut dire que toi non plus t'as plus rien le droit de me dire. » Ajouta-t-il, en lui adressant un regard joueur, bien conscient qu'elle serait toujours obligée de tenter de le canaliser dans certaines situations, notamment quand son impulsivité parlait à sa place. De toute façon, même sans ça, ils ne parviendraient jamais à changer, parce-qu'ils avaient été conçus comme ça et que cette relation était bien trop précieuse à leurs yeux pour laisser quiconque s'en approcher de trop près. Niels ne voulait plus devoir subir une nouvelle séparation, il savait qu'il ne pourrait pas s'en remettre cette fois-ci, parce-qu'il était amoureux d'elle au point où ça le détruirait, rien que de penser qu'il n'y aurait plus d'espoir de la reconquérir. Pourtant, il savait que rien n'était acquis, l'expérience lui avait montré qu'ils restaient tout de même sur une marche bancale, que tout ne tenait visiblement qu'à un fil. Mais dans les étreintes qu'ils partageaient, son seul objectif était de lui prouver qu'ils étaient bien plus forts à deux, lorsque leurs âmes se rejoignaient, formant ce cocon intouchable autour de leurs deux corps qui prenait de plus en plus de place. Il voulait qu'elle imprime sur sa peau chacune de ses caresses, de ses baisers, chaque regard qu'il lui accordait, afin qu'elle puisse se rappeler à chaque moment de doute de tout cet amour qu'il lui vouait et qu'elle était la seul à pouvoir recevoir. Sa peau avait frissonné à ses dernières caresses contre son torse, ses lèvres se mouvant tendrement contre les siennes tandis que le feu s'atténuait lentement, faisant redescendre l'urgence dont ils avaient été victimes. « Je te le fais pas dire. » S'amusa-t-il, toujours surpris par les forces qu'il parvenait à puiser en lui à chaque fois qu'il devait se lier de manière charnelle à Aelya. « Même si j'étais au bord de la mort ça m'empêcherait pas de te faire l'amour. » Avoua-t-il, d'une voix empreinte de malice et de défi. Il sourit tendrement à ses mots, adorant penser qu'ils avaient encore une tonne de choses à découvrir ensemble et qu'elle continuerait de le suivre partout où il irait. Il lâcha un léger rire à sa remarque concernant le jacuzzi, s'imaginant le bordel monstre qu'ils créeraient en voulant l'installer. « Non absolument pas, surtout qu'ils nous adorent ces voisins. » Ajouta-t-il ironiquement, en pensant à toutes ces fois où ils avaient dû troubler leur tranquillité à travers les murs de leur chambre. « J'suis sûr qu'on pourrait très bien se contenter de la douche. » Remarqua-t-il, un sourire en coin sur les lèvres. De toute façon, il savait qu'il était capable de lui faire l'amour dans n'importe quel endroit possible et imaginable. Tant que leurs corps se retrouvaient, ça lui était complètement égal de savoir dans quel lieu ils allaient se perdre l'un dans l'autre. Le regard joueur, il la suivit hors du jacuzzi, nouant à son tour une serviette autour de sa taille avant de simplement remettre son jean sur lui, attrapant la main de sa petite-amie qui l'amena dans la salle de jeux. Il sourit à sa demande, attrapant une des queues de billard accrochées au mur, avant de revenir vers Aelya, se plaçant derrière elle en collant son torse contre son dos. « Prends la comme ça. » Lui dit-il, l'aidant à placer ses mains sur l'objet, avant de poser une main sur son dos pour qu'elle se penche à hauteur de la table. « Tu dois essayer de savoir où est-ce que tu vas taper. » Souffla-t-il près de son oreille alors qu'il se pencha pour retrouver son contact, une de ses mains s'appuyant contre la table, l'autre glissant contre le bassin d'Aelya, entrant dans un jeu de séduction où il savait qu'il se perdrait. « T'as plus qu'à tirer maintenant. » Dit-il, en voyant qu'elle était bien placée pour effectuer le coup, sa main glissant contre son bras.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 2 Nov 2018 - 22:58

Elle réalisait qu'elle n'aurait jamais eu besoin de drogues, de thérapie, d'enfermement s'il était resté auprès d'elle, parce qu'elle savait que Niels était le seul remède dont elle avait besoin. Tant qu'il serait à ses côtés, elle pourrait tenir la tête hors de l'eau parce qu'il agissait comme une bouée de sauvetage avec elle. À ses côtés, la vie semblait moins rude. Ou alors, c'était parce qu'ils la traversaient ensemble qu'elle trouvait son quotidien moins contraignant. Dans tous les cas, ça semblait bien marcher. Elle était clean depuis qu'ils s'étaient tous les deux promis d'arrêter en retentant de ressortir ensemble. Elle avait l'impression de se donner une autre chance à elle également, celle d'être heureuse naturellement et non artificiellement. Elle secoua la tête, amusée par son habilité à toujours retourner ses mots en sa faveur.

- Nan, pour toi c'est différent. T'es l'exception dans cette histoire. Parce que si je te laissais faire, ce serait un carnage des fois. Autant pour les autres je m'en fou, mais pour toi non, ajouta-t-elle tendrement.

Parce qu'elle savait qu'il pouvait devenir violent physiquement avec les autres hommes, surtout quand il avait un peu d'alcool dans le sang, amenant les coups à partir trop rapidement. Souvent, ça partait de rien et ça se terminait avec du sang tâchant son visage et ses vêtements. Ses mains réparatrices trouvaient toujours le chemin vers ses plaies afin de les apaiser, dans un naturel qui l'avait toujours étonnée, elle qui n'avait jamais su comment prendre soin des choses qu'elle avait entre les doigts pour éviter de les briser. Pourtant quand elle laissait glisser son amour sur son corps, elle avait l'impression de créer quelque chose avec lui, se délectant de cette proximité qui ne faisait que de lui rendre la confiance qu'elle avait en eux. Elle était persuadée qu'ils pouvaient y arriver, à se garder pour l'éternité, parce qu'Aelya retrouverait toujours Niels, comme si elle saurait discerner sa silhouette au milieu d'une foule, au milieu de l'obscurité ou même les yeux fermés, se référant seulement à sa voix qui avait le don d'activer les battements de son cœur. Il répondrait simplement au sien. Chaque attention qu'elle lui portait n'était donnée à personne d'autre, comme si elles étaient créées spécialement pour qu'il vienne les recevoir. Elle voyait dans leur étreinte  une manière de lui offrir ce qu'elle ne pouvait pas faire autrement. Elle lui avait confié son âme, son cœur, son corps, et il n'y avait pas de choses plus importantes qu'elle pouvait encore lui donner.

Redescendant du septième ciel pour venir se blottir dans le nuage que représentaient les bras aimants de Niels, elle avait sourit à ses mots, amusée par leur intensité.

- J'en doute pas. Même si tu sais très bien que je préférerais te préserver sur ce coup, répondit-elle tendrement.

Sa santé passerait toujours avant, parce qu'elle ne pourrait jamais accepter d'aggraver son état de n'importe quelle manière. Parce qu'elle avait toujours cette folle envie de continuer à enchaîner les tempêtes et le beau temps avec lui afin de faire perdurer leur duo si spécial et si unique. Elle rigola quand elle pensait aux voisins de Niels qui devaient les maudire au plus haut point, alors qu'il ironisa à leur sujet. Elle noua ses doigts aux siens avant de déposer un baiser sur sa main.

- Tu sais quoi ? De toute façon la question se posera plus au bout d'un moment parce que si on essaye de rester un peu plus longtemps ensemble, du genre plus que deux mois, on pourra carrément se prendre une maison à nous deux. Je pourrai économiser, toi aussi, et on aura plus de compte à rendre à personne, sourit-elle, enjouée.

Elle aimait cette idée qui animait un espoir en plus dans sa tête, sur lequel elle aimerait bien s'accrocher jusqu'à y parvenir si elle se laissait la chance de le concrétiser. Elle s'était redressée pour continuer leur visite, désireuse qu'il vienne s'approcher de son corps pour lui expliquer comment bien tirer dans les boules de billard. Elle se prêta au jeu, le laissant effleurer son dos et ses bras en tentant de lui expliquer les choses.

Heureusement qu'elle se débrouillait, sinon, elle savait qu'elle n'aurait pas pu se concentrer assez fort avec la tension qu'il exerçait sur elle alors qu'elle sentait son souffle tout près d'elle. Un sourire en coin, elle se cambra légèrement et sensuellement contre son torse pendant qu'il lui avait demandé de se focaliser sur l'endroit où elle devait taper.

Elle tira, touchant la cible qui se répercuta sur une autre avant de tomber à l'intérieur du trou. Elle fit exprès de faire le tour pour plonger sa main là où la boule était tombée, faisant face à Niels qui avait une belle vue sur son décolleté, avant de revenir près de lui, hissant légèrement le bas de son corps pour balancer la boule au milieu des autres sur la table, afin de mettre en valeur ses courbes devant ses yeux. Elle se retourna suite à ça, captant son regard.

- Je me débrouille bien ? Demanda-t-elle, joueuse. En tout cas, t'es un bon prof, le complimenta-t-elle, le regard allumé.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 3 Nov 2018 - 6:48

Niels savait qu'il n'était pas guéri de cette culpabilité qui lui rongeait encore les entrailles, celle d'avoir choisi de mettre précipitamment un terme à leur relation. Le pire dans toute cette histoire, c'était de comprendre qu'au-delà d'avoir lui-même entrepris une véritable descente aux Enfers, il avait aussi mis la vie d'Aelya en danger. Parce-que comme lui, elle avait du faire taire sa peine et sa souffrance comme elle l'avait pu, à travers les aides chimiques dans lesquelles elle s'était réfugiée. Pourtant, il aurait dû se douter qu'ils n'avaient jamais été doués lorsqu'il s'agissait de se guérir tout seul, bien au courant qu'ils choisissaient toujours la facilité et donc les solutions les moins judicieuses pour eux. Niels n'accepterait jamais l'idée qu'elle puisse volontairement se faire du mal, même sans s'en rendre compte, et sûrement qu'il aurait couru vers elle s'il avait su qu'elle avait plongé comme lui dans un monde bien plus sombre, là où il n'y avait pas d'issue pour eux s'ils se retrouvaient l'un sans l'autre. Il savait qu'ils avaient dépassé ce stade aujourd'hui, qu'ils étaient arrivés ensemble à surmonter leurs craintes, mais cette culpabilité était toujours présente quelque part en lui, sans qu'il ne puisse s'en débarrasser complètement, même avec les paroles rassurantes de sa petite-amie. Il s'était amusé des paroles d'Aelya qui laissaient son côté protecteur ressurgir, secouant la tête de droite à gauche, un sourire ornant ses lèvres. « J'ai bien l'impression que tu lâcheras pas l'affaire. » Dit-il, en faisant semblant de se plaindre alors qu'en réalité, il adorait sa façon de vouloir toujours le protéger des autres et de lui-même. « Mais j'continue à croire que t'as oublié les fois où tu t'es pas montrée hyper tendre non plus. » Ajouta-t-il, l'air de rien, songeant à ces soirées où Aelya n'avait pas non plus su gérer ses nerfs vis-à-vis d'autres femmes, comme lors de cette fameuse nuit au club où tout avait dégénéré avec une autre danseuse, nuit qui marqua d'ailleurs le début des emmerdes pour eux. Finalement, Niels était persuadé qu'ils se complémentaient à ce niveau-là, parce-que même s'ils n'usaient pas tout le temps de leurs propres conseils, ils arrivaient quand même à s'apaiser l'un et l'autre, trouvant toujours les mots justes pour éviter que les situations ne tournent au drame. Et même lorsque ça arrivait, le brun savait que les mains de sa petite-amie seraient toujours présentes pour faire arrêter les saignements et inonder sa peau de caresses réparatrices. Finalement, Aelya resterait toujours le meilleur remède aux maux qu'il pouvait se causer. Son coeur s'était mis à retrouver un rythme un peu moins déchaîné au fur et à mesure que la tension redescendait, leur offrant cet instant de tendresse ultime où il l'avait rapproché contre lui, dans l'étreinte de ses bras. Il sourit à ses mots qui visaient à le préserver, déposant un baiser sur sa tempe avant qu'ils n'imaginent la réaction de ses voisins avec amusement. Il la laissa prendre sa main, la regardant avec tendresse lorsqu'elle reprit la parole. « Alors, tu veux toujours vivre avec moi ? » Demanda-t-il, le regard illuminé par ses mots. « J'attends que ça. Et j'pense qu'eux aussi sont pressés que ça se fasse. » S'amusa-t-il, laissant défiler ces images dans sa tête où ils ne seraient qu'à deux, dans leur propre cocon, là où ils ne vivraient que pour eux deux, sans se soucier de ce que pourraient en penser les autres. « J'aime pas vivre sans toi mon amour, j'ai envie qu'on ait notre propre chez-nous et j'ferai tout pour que ça se concrétise. » Ajouta-t-il, ne la lâchant pas du regard, resserrant son étreinte autour de ses doigts toujours noués aux siens. Après être sorti du jacuzzi, Niels avait suivi sa petite-amie près de la table de billard, se laissant complètement embarquer dans le petit jeu auquel il prenait son rôle à coeur. Bien évidemment qu'il savait qu'elle n'avait pas besoin de lui pour réussir ses coups, mais ça l'arrangeait bien de faire comme si ses conseils pouvaient lui apporter, lui permettant au moins de venir coller son corps contre le sien, toujours désireux de sentir sa chaleur contre lui. Il la regarda tirer, observant la boule finir son parcours dans le trou alors que ses yeux furent attirés par la silhouette d'Aelya lorsque celle-ci se déplaça pour récupérer la boule. Sentant une violente chaleur s'insinuer en lui, il se mordit la lèvre, incapable de détourner son regard de la vue qu'elle lui offrait sur son corps. Il haussa les sourcils à ses mots, cillant des yeux pour ne pas paraître complètement subjugué par elle même si c'était évidemment le cas. « Tu te débrouilles plus que bien. » Répondit-il, en hochant la tête, ses pupilles dilatées par le désir qu'elle faisait naître en lui. « T'es surtout une élève... remarquable. » Il ajouta, s'amusant du double-sens de sa remarque, faisant glisser ses yeux sur elle dans la seconde d'après, abasourdi par sa beauté. « T'as déjà fait l'amour sur une table de billard ? » Demanda-t-il, du tac-au-tac, un sourire en coin venant s'imprimer sur ses lèvres. Il laissa planer quelques secondes de silence avant de répondre avant qu'elle ne puisse ouvrir la bouche : « Parce-que j'trouve ça complètement cliché. » Puis il se retourna, se penchant pour jouer son coup à son tour, ne ratant pas le coup, amusé par la tournure que prenaient les évènements.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 3 Nov 2018 - 12:04

Il était vrai qu'en mettant Niels en avant sur le fait qu'il s'attirait toujours des ennuis, elle en oubliait sa manière de s'en procurer même si c'était souvent moins sanglant de son côté, ça n'en était pas moins problématique. Elle se couperait en quatre pour les beaux yeux de son petit ami et couperait en quatre quiconque se dresserait sur son chemin pour leur barrer la route vers l'évolution de leur relation. C'était eux avant tout et si elle n'était pas la plus démonstrative sur ses émotions, fallait croire qu'elle n'avait aucun mal à montrer qu'elle était liée de manière profonde à Niels. D'ailleurs, cette façon de fonctionner s'était imposée bien avant qu'ils ne soient ensemble officiellement. Elle avait haussé les épaules à sa remarque, un sourire amusé sur les lèvres.

- C'était trois fois rien comparé à toi, à part le fait que je suis allée en prison, mais je suis jamais rentrée couverte de sang, se justifia-t-elle en renvoyant Niels dans des états pas possibles. En même temps, je fais que de protéger mon trésor, ajouta-t-elle tendrement, reprenant les mots qu'il avait dits plus tôt.

Elle aurait sans doute préféré porter le fardeau de la douleur à sa place même si elle savait que quelque part, il choisissait de se mettre dans des situations foireuses par fierté et sans réfléchir aux conséquences. Elle ne pourrait jamais s'empêcher de s'inquiéter pour lui et sa fâcheuse tendance à se mettre en danger même s'ils partageaient ce mode de vie tous les deux. Aelya savait qu'ils étaient insupportables quand ils s'y mettaient mais elle était amoureuse de leur relation pour cette raison aussi, s'attachant à l'intensité et à la spontanéité de leurs actions qui n'étaient jamais menées autrement que par l'amour. Elle s'était pris à imaginer une vie à deux sous le toit d'une maison, loin des autres qui voulaient nuire à leur liberté, suivant la seule règle qu'ils s'étaient toujours imposés : rester ensemble pour l'éternité. Aelya aimait savoir qu'elle allait vieillir avec lui, assumer les aléas de la vie dans le creux de son âme meurtri que Niels saurait toujours apaiser. Le regard attendri se réfugiant dans le sien, elle avait hoché la tête à sa question, lui indiquant son envie de partager sa vie de manière intime et quotidienne. Son cœur s'activa à ses mots qui confirmèrent son envie réciproque de s'installer avec elle.

- Je pense qu'ils sont tellement désespérés qu'ils seraient prêts à nous avancer les frais d'une maison à l'autre bout du monde pour ne plus entendre parler de nous, plaisanta-t-elle. Je veux qu'on reprenne là où on s'est arrêtés bébé. Je veux pas gâcher une seconde de ma vie sans que tu sois à mes côtés. Je peux commencer par venir chez toi et un jour, on habitera vraiment dans notre maison à tous les deux, sourit-elle tendrement en regardant leurs mains liées.

Au travers la passion destructrice régnait une tendresse réparatrice, qui embaumait son corps de chaleur alors que ces images d'un avenir au ciel éclairci défilaient dans sa tête, avec la seule envie de les voir se concrétiser. Quittant l'eau brûlante du jacuzzi, elle s'était rendue avec lui devant la table de billard où elle fit exprès de le tenter encore une fois en usant du charme de ses courbes pour le faire défaillir. Aelya aimait jouer les élèves avec lui, accro au contact de ses mains sur son corps. Le regardant avec envie, elle avait sourit de manière fière et satisfaite à ses remarques qui ne laissaient aucun doute sur l'attraction qu'il y avait entre eux.

- J'avoue que je dirais jamais non à ce que tu me montres comment faire, tu sais toujours comment m'aider à donner le meilleur de moi-même. Et j'adore ça, me donner pour toi, avoua-t-elle le ton emplit de sous entendus.

Elle lâcha un petit rire à sa remarque qui fit suite à sa question avant qu'elle ne puisse répondre, se délectant de la vision qu'elle avait de lui. Elle vint en face de lui, se penchant pour tirer dans une boule qui vint en entrer une autre, le regard malicieux.

- J'ai jamais fait l'amour sur une table de billard si tu veux savoir. Parce que même si c'est cliché, j'attendais le bon partenaire pour me faire vibrer, dans tous les sens du terme, ajouta-t-elle, d'une voix séductrice.

Elle jouait sur la distance de leurs deux corps qui se faisaient face pour animer la tension entre eux. Elle laissa parcourir ses doigts sur le bois vernis avant de venir les passer dans ses cheveux pour les faire glisser le long de sa poitrine, l'air de rien.

- À toi, dit-elle, joueuse.





__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    

Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: en australie-
Sauter vers:  
circus of horrors !
Le mois de novembre arrive à grand pas et avec lui, l'horreur pour le printemps. Un cirque itinérant s'est installé non loin de Bowen, pas très loin du terrain abandonné. N'hésitez pas à y faire un petit tour et avoir la peur de votre vie !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES