AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mar 6 Nov 2018 - 23:11

Pendant quelques temps, elle s'était mis en tête qu'elle devait trouver une certaine stabilité dans sa vie dans le but d'arrêter de la faire plonger dans ses travers, mais en réalité, tout ça n'était pas elle. Aelya n'était pas faite pour vivre les choses de manière raisonnable, correcte, préférant la brûlure que lui laissait l'urgence sur la peau, cette même marque qui l'amenait à préfèrer le danger plutôt que la sécurité, à danser avec les limites, au bord du vide, s'amusant de la mortalité qui semblait lui donner une impression d'immortalité. C'était pour ça que l'amour qu'elle avait pour Niels était si vivifiant, parce qu'il était insensé, urgent et aussi dangereux que sécuritaire, parce qu'il représentait autant sa force que sa faiblesse, celui qui pouvait la soulever au dessus  des nuages comme la clouer dans les ténèbres.

Elle hocha lentement la tête à ses paroles, accrochant son regard avant de fondre sur des lèvres, le désir animant son organisme encore meurtri par son absence qui demeurait résiduelle, inscrivant le manque dans chaque cellule martelée par le goût de ses baisers brûlants. Elle déchaina sa passion sur son corps, avant de décider de gagner quelques heures de repos. Elle lâcha un petit rire à sa rétorque qui fit planer un vent de possessivité entre eux, ce sentiment si réciproquement éprouvé.

- Qu'avec toi, souffla-t-elle en captant son regard, une intense lumière illuminant ses iris.

Réfugiée dans ses bras qui formaient un étau chaud contre son corps, elle n'avait pas pu s'empêcher de se confier, laissant parler son cœur qui s'adressait au sien dans le but de le réparer. Elle frémissait au contact de ses doigts se baladant tendrement dans son dos, s'ajoutant au tumulte qui s'agitait en elle suite à ses mots.

- Je pourrais pas faire autrement que d'attendre, parce qu'on est pas faits pour se séparer bébé, répondit-elle avec douceur en caressant sa main.

Elle l'avait compris, à force de voir la distance gangrèner leur lien si puissant. Aelya se laissa glisser dans le rêve, là où elle savait qu'il n'y avait plus aucune chance que la vie ne vienne encore à les séparer, comme une promesse inespérée que leur relation puisse perdurer dans l'éternité. Ouvrant les paupières avant Niels, elle avait décidé de venir le réveiller dans une tendresse infinie, à l'image de tout ce qu'elle ressentait pour l'être qui rythmait sa vie. Aelya sourit légèrement à ses mots, continuant sur sa lancée de baisers.

- J'avais envie de te rappeler ce que t'as malheureusement évité depuis quelques temps, le taquina-t-elle.

Elle remonta lentement vers ses lèvres qu'elle caressa après avoir senti ses mains sur elle.

- Tout m'a manqué, avoua-t-elle en lui offrant un baiser vif.

Elle tourna la tête pour suivre son regard avant d'acquiescer à ses mots avec un sourire, constatant la chute progressive de la lumière du Soleil. Aelya se vit rapidement basculer sur le dos, amusée par le geste possessif de Niels en vue de leur soirée.

- Niels... Comment je vais faire pour ramener un mec ce soir ? Ça craint ! Lança-t-elle en feignant l'agacement dans le but de le charier. Du coup, tu me laisses le choix... Ajouta-t-elle avant d'inverser les positions pour dévorer sa peau qui se teinta d'un rouge sombre.

Elle prit ses mains dans les siennes pour le bloquer, lui déposant un autre suçon dans l'autre côté du cou.

- T'es plus que prêt maintenant,
souffla-t-elle, fière, lui mordillant la lèvre inférieure.

Elle se redressa rapidement d'un air amusé, le laissant avec ses marques pour se faufiler sous la douche après avoir retiré ses sous vêtements.

- Je t'attends, l'appela-t-elle, en se réfugiant sous la douche.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 7 Nov 2018 - 0:34

Niels ne doutait aucunement du fait qu'ils continueraient d'être eux-mêmes, de vivre la vie qui leur correspondait et qui semblait pourtant loin de l'idéal imaginé par l'opinion publique. Et c'était justement ce qui l'attirait, Niels, le fait d'être loin de toutes ces cases qu'on tenait à leur imposer et qui n'avaient jamais ressemblé à ce qu'ils imaginaient comme quotidien. Ils avaient leur vie en main, jouissant de cette liberté qu'ils chérissaient tant et qui était d'autant plus intense depuis qu'ils s'étaient trouvés. Ils avaient beau s'approcher dangereusement du fossé à chaque pas, Niels était persuadé que ce n'était certainement pas la raison qui les ferait se détourner de leur route boueuse. S'ils devaient tomber, ils seraient à deux, comme toujours. Mais il était convaincu qu'il resterait toujours un bout de leur histoire quelque part, un petit quelque chose auquel il pourrait toujours se rattacher, comme il l'avait toujours fait après leur séparation. Niels n'avait jamais voulu croire que c'était définitivement fini entre eux, parce-qu'il restait toujours sur sa faim, comme s'il avait toujours su qu'il avait encore beaucoup plus à lui donner. Il s'accrochait à elle au point où il ne pouvait entrevoir aucun autre objectif que celui de lui montrer qu'il lui était voué corps et âme et que rien ni personne ne pourrait changer cela. Il avait d'ailleurs répondu à son baiser, y insufflant plus d'ardeur pour lui faire comprendre qu'ils étaient sur la même longueur d'onde, que son désir ferait toujours écho au sien, qu'importe ce qu'il pouvait arriver. Il accrocha son regard à sa réponse, ses yeux allumés par cette satisfaction de savoir qu'Aelya n'était qu'à lui et qu'il serait le seul à profiter de son corps, comme elle serait la seule à posséder le sien. Sans doute qu'il aurait bien du mal aujourd'hui à s'imaginer entre les mains d'une autre femme, ou bien même ressentir des lèvres au goût différent contre les siennes, comme si toutes ces pensées n'avaient rien de justes dans son esprit. Il laissa un faible sourire étirer ses lèvres à ses mots qui lui caressaient le cœur, le gonflant d'espoir quant à leur avenir. « Nan, et on est vraiment trop cons de toujours chercher à le faire. » Répondit-il, pointant cette manie qu'ils avaient à toujours tout gâcher, lui le premier. Il sentit ses doigts caresser sa main, sa paume venant instinctivement contre la sienne, avant d'entrelacer leurs doigts ensemble. « Je vivrai pas sans toi. » Ajouta-t-il, bien plus tendrement, mais aussi d'un ton bien plus sûr, convaincu de ce qu'il avançait, comme un fait immuable, une règle à laquelle il ne pourrait pas déroger. En se réveillant, il avait trouvé Aelya sur lui, s'occupant tendrement de lui afin qu'il puisse ouvrir les yeux dans les meilleures conditions possibles. Il lâcha un léger rire à ses mots, conscient que sa prise de distance de ces derniers temps avait eu du mal à passer. « Tu fais bien alors, j'ai surtout pas envie de l'oublier. » Murmura-t-il, de son ton joueur, laissant ses mains rejoindre son bas-dos alors qu'il laissa ses lèvres se délecter de la douceur des siennes dans un baiser rapide. Et alors qu'il lui avait fait part de son envie de se préparer pour la soirée à venir, Niels avait bien vite cherché à laisser son empreinte dans le cou de sa petite-amie, s'amusant grandement de ces marques d'appartenance qui manquaient de discrétion. Il prit une mine faussement désolée à sa remarque, haussant les épaules. « Merde, j'avais complètement zappé... Ça craint complètement du coup, va falloir que tu rentres avec moi. » Lança-t-il, grimaçant légèrement avant de se sentir à son tour basculer dos contre le matelas, observant la mine joueuse de sa petite-amie avant que ses lèvres ne viennent s'occuper de lui. Il lâcha un rire, pris au piège sous son emprise à laquelle il ne se débattait pas, resserrant l'étreinte autour de ses doigts alors qu'il la sentit le parsemer de suçons dans tout le cou. Il secoua la tête à ses mots avec amusement, conscient qu'il devait avoir de belles marques. « On va dire que je l'ai mérité... » Il la regarda se lever, rejoignant la pièce adjacente avec ce sourire joueur sur les lèvres, l'entendant l'appeler à travers la pièce. Sans attendre, il se redressa à son tour pour entrer dans la salle de bain, observant son reflet à travers le miroir et les traces rougeâtres que son cou arborait. « Bébé, t'es pas humaine c'est pas possible... » Lâcha-t-il, constatant qu'elle n'y était pas allée de main morte, avant de la rejoindre sous la douche, appréciant la chaleur de l'eau sur son corps. « J'suis même pas sûr de pouvoir m'en débarrasser avant de reprendre le boulot. » Dit-il, faisant mine d'être exaspéré, alors qu'il savait qu'il avait bien mérité cette vengeance, surtout pour toutes les fois où il ne s'était pas gêné de la marquer de la même manière alors qu'elle devait se rendre au club le soir même. « T'as ruiné mes chances. » La taquina-t-il, une lueur provocante traversant ses iris.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 7 Nov 2018 - 11:56

Aelya désirait que ce week-end dure toute une vie, parce qu'elle aurait pu rester ici, perdue dans leur étreinte qui se réchauffait grâce à l'amour, et celui-ci se reflétait dans leurs yeux parsemés d'étoiles scintillantes, là où une multitude de sentiments s'agitaient ensemble. Elle l'aimait. Elle crevait d'affection pour tout ce qu'il représentait et elle s'attendait toujours à ne pas pouvoir l'aimer davantage tant la tendresse qu'elle avait pour lui était déjà bien trop puissante, et à chaque fois, elle se voyait troublée d'avoir encore autant de place dans son coeur pour laisser grandir sa passion. Fallait croire que son myocarde était un puits sans fond quand il s'agissait d'accueillir tout ce que Niels lui faisait ressentir et que ces mêmes sensations ne connaîtraient aucune limite.

Elle aurait pu expliquer pendant des heures à son psy tout ce qui la liait à son petit ami, mais elle avait très rapidement compris que personne ne pouvait imaginer l'intensité de leur lien. Ils seraient ensemble, dans la vie comme dans la mort, parce qu'il n'y avait aucune autre possibilité, leur destin était lié. Elle soupira tristement en hochant la tête à ses mots, ne pouvant le contredire à ce sujet car en effet, même si Aelya n'avait aucun doute sur le fait que Niels était son âme soeur, celui qui faisait battre son coeur, ils arrivaient toujours à laisser les ronces s'immiscer sur le chemin tortueux qu'ils empruntaient tous les deux, les faisant chuter, écorchant en même temps leur complicité. Sa main trouva la sienne alors qu'elle sentait une douce chaleur couvrir sa peau pour s'introduire dans ses veines.

- Je te laisserai pas vivre sans moi,
répondit-elle tendrement. En plus, tu sais pas t'assumer quand j'suis pas là, ajouta-t-elle d'un air taquin.

Si elle avait toujours mal supporté la solitude, c'était pire maintenant qu'elle fréquentait Niels. Elle ne savait plus s'en satisfaire, comme si elle avait perdu l'habitude et que maintenant, ce concept d'errer seule lui semblait inconnu et effrayant. Elle pouvait donc facilement comprendre la raison pour laquelle son petit ami se laissait vite entrainer dans les ténèbres, parce qu'il était plus que tentant d'y céder lorsque l'impression de n'avoir plus rien à perdre s'insurgeait. Après avoir fermé les yeux, elle donna quelques heures de repos à son corps endolori par la passion qui s'était enchevêtrée en elle lorsqu'elle avait retrouvé le contact de sa peau. Régénérée par son sommeil, elle s'était blottie contre Niels, redécouvrant avec douceur le goût de ce réveil qu'elle adorait lui offrir.

- J'ai surtout plus envie que tu recommences même si la surprise en valait le coup,
répondit-elle de manière amusée.

Elle caressa ses lèvres avec les siennes, frémissant à la sensation de ses mains au niveau du bas de son dos. Elle s'amusait de son envie de vouloir montrer à tout le monde qu'elle lui appartenait même si elle prenait du plaisir à s'offusquer pour le taquiner.

- Grosse déception. C'était pas prévu dans mes plans de rentrer avec toi en fait,
soupira-t-elle, faussement déçue.

Dans un geste rapide, elle se plaça au-dessus de lui dans la volonté de lui retourner cette marque, trouvant en réalité l'idée particulièrement bonne. Elle s'était légèrement décalée pour regarder son œuvre, peu satisfaite de la trop grande discrétion de cet unique suçon. Aelya continua donc sur sa lancée, souriant de manière joueuse alors que ses lèvres se délectaient de sa peau.

- Fallait pas commencer bébé,
souffla-t-elle d'un air taquin avant de rejoindre la salle de bain.

Elle se débarrassa du peu de vêtements qui lui restaient avant de s'immiscer sous l'eau chaude qu'elle avait actionné. La brune lâcha un petit rire à sa remarque.

- Je peux toujours t'en faire d'autres si t'aimes mes créations,
ajouta-t-elle sur un ton malicieux.

Alors que l'eau coulait sur sa peau, elle s'était retournée pour lui faire face, souriant à l'entente de ses plaintes.

- Oh c'est trop dommage, ta collègue pourrait voir que tu m'appartiens, c'est vrai que ça t'arranges pas, ironisa-t-elle.

Elle passa ses mains dans ses cheveux avant de hausser les épaules, une moue satisfaite sur le visage.

- Je ruinerai toujours tous tes plans, tu le sais bien. Je peux devenir sauvage si c'est pour te garder. Très sauvage, ajouta-t-elle le regard joueur, en se mordillant la lèvre inférieure. Tu vois, moi un petit coup de maquillage et on verra plus rien, le provoqua-t-elle en se passant du savon sur le corps.

Elle le regarda, un air de défi traversant ses iris.

- Tu m'aideras à choisir mes sous-vêtements et mes vêtements pour ce soir. Faut que je sois sexy.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Mer 7 Nov 2018 - 22:30

Il rêvait d'un monde où ils ne laisseraient pas les doutes venir s'immiscer entre eux, s'abattre violemment sur ce qu'ils fondaient avec leur amour mutuel et qui finissait souvent par se fracasser sur le sol. C'était une vision utopique, qui se construisait autour d'illusions qui ne verraient certainement jamais le jour, parce-qu'Aelya et Niels, ça avait toujours été à la fois facile et compliqué, une relation qui soufflait le chaud et le froid. Niels savait pourtant qu'Aelya était l'amour de sa vie et c'était quelque chose qu'il ressentait jusqu'au plus profond de lui, comme une évidence. Mais il savait aussi qu'il avait du mal à gérer la passion qui s'éprenait de lui lorsqu'il pensait à elle, et que c'était sans doute la raison pour laquelle il s'emportait très souvent lorsque ça la touchait directement. Il n'avait aucune envie qu'ils en viennent à se déchirer une nouvelle fois, parce-qu'il savait combien c'était difficile de faire renaître de l'espoir là où il n'y en avait presque plus. Alors, il avait conscience qu'il devrait faire des efforts pour éviter une nouvelle séparation qui lui serait sans doute fatale lorsqu'il y pensait, comme s'il lui était impossible d'imaginer ne serait-ce qu'un seul jour que son cœur ne battait plus pour lui. Son cœur s'accéléra à la douceur de ses mots, ses doigts jouant avec les siens alors que son contact insufflait de la chaleur à travers sa paume. « J'suis un déchet quand t'es pas là, ça fait peur à voir. » Ajouta-t-il, allant dans son sens, conscient qu'elle n'avait vraiment pas tort parce-qu'il était incapable de se prendre en main lorsqu'elle n'était pas là, se sentant crouler sous le poids de la peine de la savoir loin de lui. Il détestait l'idée qu'elle errait sans lui, quelque part, à se faire sans doute autant de mal que lui s'en faisait sans qu'il ne puisse intervenir. Il ne voulait pas d'une vie sans elle, considérant qu'il n'y avait aucun intérêt de vivre dans une telle solitude, comme s'il savait que toutes les âmes réunies sur cette Terre ne lui suffiraient jamais à combler le vide que lui laissait l'absence d'Aelya. Il profita de leur instant de tendresse, fondant devant la douceur dont elle usait pour le réveiller lentement. « La prochaine fois, je te préviendrai. Je crois que c'est plus prudent. » S'amusa-t-il, comprenant qu'il avait sans doute exagéré dans sa manière de faire, ce qui avait presque failli lui retomber dessus. Il se délecta de ses baisers, passant ses bras autour de son corps pour la sentir d'autant plus contre lui, souriant à sa remarque qui tentait de réveiller sa jalousie. « Faudra que tu te contentes de ça. » Dit-il, faisant mine d'être désolé en haussant les épaules, s'amusant de leur conversation. Aelya se précipita contre son cou pour lui rendre la pareille, ne se gênant absolument pas pour lui laisser des marques bien plus visibles, ne laissant aucun doute sur son appartenance. Amusé, il s'était faufilé sous la douche, retrouvant Aelya et son air à la fois taquin et fier. « Ça ira pour l'instant, je te dirai quand j'aurais retrouvé de la place sur ma peau. » Dit-il sur le même ton, roulant des yeux avec amusement, faisant allusion au fait que pour l'instant, il ne voyait vraiment pas comment elle pouvait lui rajouter des marques. Il pouffa à sa remarque concernant sa collègue, arquant un sourcil malicieux. « Elle pourrait surtout s'imaginer qu'on fait des trucs de fou au lit, ce qui est pas faux en soi... J'vais devenir son plus grand fantasme. » La taquina-t-il, prenant cet air faussement innocent avant de sourire à ses mots, ses yeux dérapant un instant sur cette lèvre qu'elle se mordillait et qui lui faisait beaucoup trop d'effet. « Je sais, j'en ai jamais douté... » Répondit-il, le regard allumé de cette flamme joueuse. « Dans ce cas-là, je resterai collé à  toi toute la soirée... C'est toi qui vois. » Ajouta-t-il, l'air de rien, levant la tête pour sentir l'eau couler sur son visage, passant ses mains savonneuses sur son corps. Il soupira à sa dernière remarque, la regardant un instant. « Tu veux vraiment que je finisse en sang ce soir... » Dit-il, laissant quelques secondes de silence s'écouler. « Bébé, tu serais même sexy dans une combinaison de ski. » Et c'était sérieusement ce qui ne le rassurait pas. Parce-qu'il savait bien que sa petite-amie pouvait attirer le regard, ce n'était franchement pas étonnant lorsqu'on voyait à quel point elle était envoûtante. Il était d'ailleurs le premier à être complètement subjugué par son charme, cette aura étourdissante qui accentuait la beauté et la sensualité de ses courbes avantageuses. Il se mordit légèrement la lèvre, faisant glisser ses yeux sur elle un instant. « Tu me rendras jamais la tâche facile tu sais. » Murmura-t-il, parcourant lentement son flanc de ses doigts, accrochant son regard au même moment. Il sourit, finissant de se rincer avant lui offrir un baiser rapide puis de sortir de la douche, nouant une serviette autour de sa taille pour se changer. Il enfila sa tenue, revenant en face du miroir pour repositionner quelques mèches de cheveux, se tournant vers Aelya lorsqu'il la vit revenir derrière lui. « Je pense que tu devrais mettre une tenue facile à enlever, sait-on jamais si j'ai trop envie de toi pendant la soirée. » S'amusa-t-il, gardant cet air détaché en croisant son regard dans le reflet du miroir.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 8 Nov 2018 - 0:05

Aelya comptait profiter de cette nouvelle chance qu'ils s'étaient accordés comme si demain, tout pouvait s'écrouler. Elle voulait tatouer ces moments dans le creux de son esprit pour qu'ils viennent la hanter pour le restant de ses jours, surtout lorsqu'on tenterait de la faire dévier du chemin qu'elle foulait avec Niels, se donnant l'opportunité de s'accrocher à ses souvenirs qui brillaient comme de l'or, illuminant les ténèbres qui leur tournaient autour. Il n'y avait que ça qui comptait vraiment, eux, lui, et le monde pouvait bien s'arrêter de fonctionner que son cœur à elle, continuerait de cogner dans sa poitrine. Une once d'inquiétude traversa ses iris à la pensée qu'il pouvait se détruire en son absence. Aelya s'était demandée à chaque minute de sa journée ce qu'il pouvait bien faire sans elle, avec qui, où et comment, se confrontant à ses propres peurs, comme celle de l'imaginer flirter avec une autre, celle de le voir mort pour n'importe quelle raison, celle de se voir oubliée sous le poids de ses tourments qui auraient eu raison de sa détermination à la garder dans sa tête.

- Mon amour... Je t'aurais jamais laissé sombrer comme ça. Y'a plus de raison maintenant, t'as ton infirmière personnelle, sourit-elle, amusée.

Ses mains étaient faites pour détruire, mais elle avait l'impression qu'elles étaient aussi conçus pour apaiser Niels, panser ses blessures physiques et morales, chose qu'elle ne pouvait faire avec personne d'autre. Ses lèvres étaient faites pour semer des maux mais elles étaient aussi douées pour délivrer de la tendresse, de la passion et toutes ces émotions qui laissaient son organisme en ébullition. Elles étaient conçues pour rencontrer les siennes, les caressant pour lui transmettre les effluves de son affection passionnelle.

- La prochaine fois, c'est moi qui te fait une surprise, murmura-t-elle sur un ton joueur en accrochant ses lèvres.

Alors qu'il vint au-dessus d'elle, Aelya put sentir la pression de ce baiser un peu trop appuyé dans son cou, se réjouissant à l'idée de porter un autre stigmate de son amour. Elle secoua la tête à sa rétorque quand elle laissa entendre son agacement surjoué, feignant le fait d'être blasée par l'idée de rentrer avec lui. C'était très peu probable qu'un jour cette réaction ne devienne réellement sentie. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle l'avait marqué à son tour, indiquant symboliquement aux autres qu'il était déjà retenu quelque part, et avec quelqu'un surtout. Sous l'eau  chaude, elle avait esquissé un léger sourire en coin à sa remarque.

- T'auras pas besoin de me le dire que je serais déjà sur toi, s'amusa-t-elle, désirant que sa trace ne disparaisse pas trop longtemps de sa peau.

Elle prit une moue faussement boudeuse quand il répondit de manière habile au sujet de sa collègue dans le but d'attiser sa jalousie.

- Je refuse de penser qu'on puisse utiliser mes suçons comme déclencheurs de fantasmes ! Au pire des cas, je peux toujours brûler cette maison, je connais l'adresse maintenant, je marquerais que t'es à moi dans les cendres, le message sera d'autant plus fort, haussa-t-elle les épaules. Je terminerai en prison encore une fois, mais j'ai l'habitude à force, qu'est ce que tu veux, lança-t-elle de manière détachée.

Elle continua à sauter les deux pieds joints dans ce jeu, s'amusant de leurs arguments, avant de capter son regard espiègle et de faire face à sa réponse qui l'air de rien, animait son envie de rester qu'avec lui.

- Je crois que j'ai pas le choix, tu peux pas te passer de moi. J'aime bien rendre service, c'est dans ma nature, répondit-elle, le regard allumé par le jeu, tentant de retourner la situation en sa faveur.

Elle ne faisait que ça, lui céder, parce qu'il représentait sa plus grande tentation et qu'elle ne pourrait jamais lui résister. Elle faisait croire que le regard des autres lui importaient mais en réalité, seul le sien l'était. Elle rigola à ses paroles, se délectant de ce compliment qu'il lui faisait.

- Et toi t'es toujours sexy aussi, même avec du sang sur le visage, même si j'ai pas envie qu'on t'abime, ajouta-t-elle, plongeant son regard dans le sien comme un avertissement.

Parce qu'elle le connaissait son Niels, à toujours laisser ses poings parler. Sentant les flammes dévorer son cœur tuméfié par la passion à la vue de ses lèvres si proches des siennes, de ses doigts sur sa peau, elle souffla profondément, tentant de reprendre ses esprits.

- Et pourtant je suis qu'à toi mon amour... Je les enleverai pour rien au monde ces marques, murmura-t-elle.

Aelya lui offrit un baiser furtif avant de se rincer pour le suivre hors de la douche, enroulant une serviette autour de son corps avant de s'en servir d'une autre pour sécher ses cheveux. Elle arriva quelques secondes plus tard dans la chambre en sous vêtements après les avoir choisi dans sa valise, posant quelques tenues sur le lit au passage. Elle sourit de manière enjoleuse en entendant sa remarque, désirant le prendre aux mots. Elle enfila une robe très près du corps, le détaillant à travers le miroir, en ne pouvant s'empêcher d'admirer sa beauté.

- Celle-ci, faudra juste que tu m'aides à la fermer jusqu'en haut, et à la descendre jusqu'en bas... Dit-elle d'une voix suave.

La brune se tourna, son dos lui faisant face, dévoilant ses courbes qui demandaient à n'être effleurées que par ses doigts.

- T'es tellement beau bébé. Laisse bien ton cou en évidence ce soir, j'ai pas confiance,admit-elle, méfiante.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 8 Nov 2018 - 19:41

Niels était conscient d'avoir frôlé la catastrophe, effleurant de trop près les ténèbres qui avaient menacé de l'engloutir. Il savait aussi qu'il n'aurait sans doute pas lutter contre eux, y trouvant même dedans un certain soulagement qu'il ne parvenait plus à avoir depuis qu'il n'était plus officiellement avec Aelya. Il avait espéré la revoir franchir le seuil de sa porte, comme lorsqu'elle débarquait chez lui après son service, se rappelant des douces sensations qui l'avaient effleuré à chaque fois qu'il l'avait vu revenir à lui. Il avait passé des heures à fixer la porte, se demandant si ça arriverait encore une fois, hanté par tous ces souvenirs qu'il refusait de lâcher et d'oublier. Parce-qu'elle lui avait manqué, à chaque minute, à chaque seconde, et il avait simplement été incapable de songer à autre chose qu'à cette absence qui lui laissait un trou béant à la place du cœur. S'il pensait avoir déjà surmonté énormément de difficultés, il avait compris que celle-ci s'avérait être bien plus forte que tout, bien plus éreintante aussi, au point où il avait songé à abandonner le combat. « T'es arrivée au bon moment. » Ajouta-t-il, simplement, ne souhaitant pas trop l'inquiéter bien qu'elle savait sûrement qu'il s'était laissé sombrer tout seul, sans faire le moindre effort pour tenter de s'en sortir. Parce-que lorsqu'il était revenu, il avait essayé de lui faire parvenir son appel à l'aide, à travers son regard meurtri, ses mots intenses et ce baiser qu'ils avaient échangé et qui lui avait certainement sauvé la vie. Aelya était son remède, la seule capable de le délivrer de ses souffrances et de ses démons, et il souhaitait qu'elle soit la seule à le faire à jamais. Son sourire s'étira alors que ses lèvres étaient toujours scotchées aux siennes, amusé par son envie de le surprendre à son tour. « Alors sois sympa, me fais pas de frayeur. » Souffla-t-il, parsemant ses lèvres de baisers vifs, avant de laisser sa passion pour elle se déchaîner, la rendant visible dans la peau de son cou. Son corps réchauffé par l'eau qui s'écoulait sur lui, il avait lâché un léger rire à sa remarque, comprenant qu'il ne resterait sans doute jamais très longtemps sans être marqué par les lèvres de sa petite-amie qui s'occupait de gérer correctement les rougeurs qu'elle lui laissait. Il secoua la tête, amusé par la façon dont elle avait prévu de se venger de sa collègue de travail, ne manquant pas d'imagination. « T'es toujours hyper inspirée pour marquer ton territoire, c'est impressionnant. » Pouffa-t-il, lui lançant un regard joueur. « Mais ça m'arrangerait si tu prenais pas le risque de te retrouver en taule. Parce-que j'serais obligé de faire les pires conneries pour essayer de te sortir de là. » Dit-il, l'air de rien, amusé par le plan d'évasion qu'il imaginait dans son esprit. D'ailleurs, les connaissant, ça ne serait franchement pas étonnant s'ils en arrivaient à élaborer un tel plan un jour, puisqu'ils n'étaient jamais capables de rester en place très longtemps. « Tu me rends trop faible, ça va plus là. » Dit-il en soupirant, voyant qu'elle s'en sortait toujours pour retourner la situation. Il ne s'était pas empêché de la complimenter, pour lui faire comprendre qu'elle avait toujours le même pouvoir sur lui qu'au premier jour, si ce n'est de manière encore plus intense. Il se mordit la lèvre une seconde, presque innocemment, comprenant à travers les paroles d'Aelya qu'il ferait mieux de tenter de contrôler son impulsivité ce soir. « Tu pourras toujours me réparer... T'es mon infirmière personnelle, non ? » Ajouta-t-il, avec malice, reprenant les mêmes mots qu'elle avait employés quelques instants plus tôt. Il s'était rapproché un peu plus d'elle, détaillant ses courbes avec ses doigts désireux de retrouver le contact chaud de sa peau, animant cette tension palpable qui les surplombait constamment. Son cœur se réchauffa à la tendresse de ses mots, fondant devant sa volonté de n'être qu'à lui. Il répondit à son baiser avant de se préparer, finissant derrière le miroir d'ajuster les derniers détails. Il l'observa lorsqu'elle revint vers lui, souriant à sa remarque qui éveillait soudainement son désir de lui enlever sa robe rapidement. Il se força au calme, venant derrière elle pour remonter lentement la fermeture de sa robe jusqu'en haut, faisant exprès de laisser traîner ses mains le long de ses courbes et d'approcher ses lèvres de sa nuque pour y déposer un baiser tendre. Il sourit à sa remarque puis prit ensuite sa main pour la retourner vers lui, afin de lui faire face, fasciné par elle. « T'es parfaite mon amour... C'est moi qui devrais me faire du souci. » Répondit-il, la regardant amoureusement. « Je vais essayer de pas trop faire attention aux autres mecs qui te materont. J'veux profiter avec toi. » Dit-il, sachant qu'il lui faudrait faire un effort monumental pour ne pas exploser devant les regards appuyés que lanceront certains hommes à sa perle rare, la convoitant bien plus qu'ils ne le devraient. « Dis-moi quand t'es prête bébé, je vais nous commander un taxi pour qu'ils nous déposent dans le centre de la ville. » Il lui adressa un sourire, se penchant vers elle pour lui voler un baiser avant de rejoindre la chambre, cherchant sur son portable les adresses où ils pourraient passer leur soirée.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 8 Nov 2018 - 20:59

Elle se laissait dériver sans lui, comme si elle perdait toute volonté de se battre contre les tempêtes qui s'abbataient sur elle, et qu'elle venait même à créer, dans l'espoir de ressentir quelque chose, tout, sauf du vide parce que rien n'était pire que de remarquer son souffle de vie s'évaporer de son organisme, cherchant désespérément à rejoindre celui de Niels. Elle ne s'y prenait jamais de la bonne manière, et ça ne suffisait jamais à accélérer les battements de son cœur pour la tenir en vie à l'intérieur. Sans lui, Aelya s'était comme retrouvée dans un état comateux, entre la vie et la mort, attendant que le quotidien ne vienne trancher son destin. Elle avait perçu la même chose chez Niels, ce même désespoir, dans l'attente de se voir délivrer du chaos dans lequel ils s'étaient tous les deux immiscés, dans une volonté de pouvoir continuer à exister alors qu'ils s'étaient juste tués à petit feu.

- J'aurais pu arriver plus tôt si je m'étais pas mis dans le même bazar que toi, soupira-t-elle tristement.

Elle culpabilisait à l'idée d'avoir été trop préoccupée par ses propres démons pour ne pas avoir pu le sauver des siens, parce qu'Aelya assumait toujours son rôle d'ange gardien avec lui même si ses ailes étaient coupées depuis bien longtemps. Elle sourit à sa remarque, faisant mine de réfléchir à ses dires.

- Qui sait ce qui se peut se passer, répondit-elle d'un air malicieux.

Elle laissait planer le doute quant à sa volonté de se venger même si elle ne ferait jamais rien dans le but de lui causer du tort. Elle voulait juste l'aimer, posséder son amour jusqu'à la fin des temps et elle avait inscrit ce fait sur sa peau quand bien même il était voué à disparaître avec le temps. Ce n'était sûrement pas le cas avec ses sentiments. Aelya désirait que tout le monde le comprenne et vienne à reculer devant l'intensité de la passion qui l'animait, regrettant que ce ne soit pas le cas, surtout avec les femmes qui venaient sur leur chemin. Elle hocha la tête fièrement à ses mots, avant de sourire en coin, joueuse, quand elle imaginait dans sa tête l'évasion qu'il pourrait lui préparer.

- Le pire c'est que je sais que t'en serais capable vu ce que t'as pu déjà faire pour moi. Mais avec notre poisse légendaire, on va juste s'attirer encore d'autres problèmes bien plus gros. Mais du coup, pour éviter ce genre d'ennuis, ce serait juste bien que personne t'approche.

C'était pas quelque chose qui lui déplairait même si ce n'était pas possible. Elle secoua la tête de manière amusée quand il admit qu'elle le rendait faible, parce qu'elle se retrouvait aussi dans la même situation, et comme lui, elle cherchait à en jouer. Aelya rigola quand elle comprit qu'il cherchait à éviter de promettre qu'il se tiendrait tranquille ce soir, avant de lever les yeux au ciel.

- Tu détournes mon côté protecteur à tes fins j'hallucine comme t'es vicieux, s'amusa-t-elle. En plus je peux même pas faire semblant de te refuser ça parce que c'est plus fort que moi, et tu le sais. Tu me fatigues mais je t'aime, admit-elle en lui offrant un baiser.

Alors qu'elle sentait ses doigts détailler sa peau, les siens ne pouvaient s'empêcher de faire de même, profitant de son corps tout près du sien pour savourer sa chaleur qui traversait ses pores pour enflammer son désir. En sortant de la douche, elle avait intégré les mots de son petit ami et avait choisi une robe en conséquence, juste pour lui signifier son envie de tester la passion qu'ils se donnaient mutuellement et qui n'avait aucun obstacle. Sa peau frissonna au contact de ses doigts dans son dos quand il remonta la fermeture de sa robe, désirant déjà le lui faire retirer alors que son regard se perdait dans son reflet qu'elle trouvait parfait. Lui faisant face, elle noua ses bras autour de son corps, séduite par l'homme qui se dressait devant elle.

- T'en es capable bébé. Regarde que moi ce soir. Et même si on me regarde, je m'en fou moi je vois que toi et ça sera toujours le cas. Si je me fais belle, c'est que pour toi, répondit-elle tendrement.

Elle savait que ce n'était pas toujours une bonne idée de sortir faire la fête ensemble, parce que lorsque l'alcool et la proximité de la foule s'en mêlait, tout était possible. Mais elle adorait s'amuser et tout simplement vivre à fond avec lui. Aelya répondit à son baiser en hochant la tête, s'accordant quelques minutes devant son miroir pour ajuster ses traits avec du maquillage, avant de mettre en place ses cheveux. La brune se rendit dans la chambre, regardant Niels avec un sourire enjoué.

- Je suis prête ! Y'a sûrement des endroits cools non dans le centre ? Moi t'façon je pourrais même aller dans un club echangiste tant que je suis avec toi... Nan. C'est pas vrai en fait. Je retire ce que j'ai dit, grimaça-t-elle de manière amusée.

Elle enfila ses chaussures, prête à partir alors que le taxi était en route.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Jeu 8 Nov 2018 - 23:29

Il ne pourrait jamais lui en vouloir de ne pas être revenue plus tôt, parce-qu'après tout, il l'avait bien mérité, son silence. C'était lui qui était parti, lui qui avait pris la décision de ne pas vouloir continuer leur relation alors il n'y avait aucune raison qu'elle puisse culpabiliser de ne pas avoir été là pour lui lorsqu'il n'avait pas daigné se retourner en franchissant le seuil de sa porte. C'était lui qu'on devait blâmer, pas elle. Et pourtant, Niels voyait à travers son regard qu'elle aurait aimé changer le cours des choses, qu'elle s'en voulait de ne pas avoir pu intervenir lorsqu'il se détruisait à petit feu. Il secoua la tête de gauche à droite, fronçant les sourcils, détestant savoir qu'elle avait pu se retrouver dans un état tout aussi lamentable que le sien. « Je t'en voudrais jamais pour ça. C'est moi qui aurais du prendre les bonnes décisions au bon moment. Mais on est ensemble maintenant, y'a que ça qui compte. » Ajouta-t-il, esquissant un faible sourire en espérant voir le sien renaître sur son visage qui était bien trop éblouissant pour que cette mine triste ne vienne s'y installer. Ils avaient compris qu'ils avaient tous les deux merdé pendant ces trois mois, c'était peu de le dire. Mais Niels n'avait plus envie de revenir sur cette période qui lui avait déjà laissé trop de marques, qui l'avait déjà bien trop éreinté pour qu'il ne la laisse encore l'atteindre alors qu'il avait retrouvé tout ce dont il avait besoin. Il s'était laissé aller à son imagination, réfléchissant aux surprises qu'elle pourrait lui faire et surtout à la manière dont elle s'y prendrait, ce qui l'inquiétait déjà un peu plus. Il lâcha un léger rire à sa remarque, comprenant qu'elle laissait volontairement planer le mystère comme il avait pu le faire. Quoiqu'il en soit, si ça signifiait qu'ils pourraient encore vivre des moments où ils ne se retrouvaient qu'à deux, complices comme jamais, il savait qu'il pourrait bien accepter n'importe quel type de sévisse de sa part. Il sourit à sa réponse concernant la malchance dont ils étaient très souvent victimes, amusé par son envie de le protéger de toutes les autres femmes qui tenteraient de s'immiscer entre eux. « Du coup, tu vas vraiment finir par m'attacher au lit. C'est un projet qu'on nourrit depuis pas mal de temps maintenant donc j'crois que ça serait bien de le concrétiser. » Dit-il, faisant mine de réfléchir comme si ça pouvait être la meilleure solution à leurs problèmes. Il prit une moue innocente à ses remarques, faisant semblant de ne pas faire exprès de toujours vouloir retourner la situation à son avantage. « J'vois pas de quoi tu parles. Je reprenais juste tes mots mon amour... » Dit-il, feignant l'innocence, souriant en sentant ses lèvres se poser sur les siennes, répondant tendrement à son baiser. « Tu trouveras pas plus chiant que moi... ni quelqu'un qui t'aime autant que moi. » Admit-il, fièrement, déposant ses lèvres au coin de ses lèvres de manière furtive mais tendre avant de finalement quitter la douche. Alors qu'il l'avait aidé à attacher sa robe, il s'était laissé à son envie de frôler ses courbes qui l'attiraient sans cesse, croisant quelques secondes son regard dans le reflet du miroir, coupable d'être pris en flagrant délit d'admiration devant elle. Il l'avait alors fait se retourner vers lui, ses yeux retrouvant instinctivement les siens alors que son coeur s'activa en sentant ses bras l'entourer. Il hocha lentement la tête à ses mots qui se voulaient rassurants, tentant de les imprimer un à un pour éviter de déraper lors de la soirée. « Je pourrais pas regarder quelqu'un d'autre que toi de toute façon, tu me fais rêver. » Ajouta-t-il, le regard amoureux, la laissant ensuite pour qu'elle puisse terminer de se préparer sans qu'il ne vienne toutes les cinq minutes lui réclamer de l'affection. En attendant, il trouva quelques bars et boîtes qui semblaient plutôt animés et dans lesquelles ils pourraient se laisser aller à leur activité favorite, celle qui impliquait de plonger dans les excès. Il releva les yeux de son portable lorsqu'il la vit revenir, souriant en la découvrant entièrement apprêtée, belle à en couper le souffle. Il lâcha un rire à sa proposition puis à son retrait plutôt express, haussant un sourcil malin. « Vraiment ? Dommage, j'suis sûr que ça aurait pu me plaire... » Répondit-il, feignant la déception. « J'ai trouvé des bars sympas dans le coin, je pense qu'on va pouvoir s'amuser comme on sait le faire. » Lança-t-il, d'un air malicieux et joueur, ses yeux trouvant la même excitation dans ceux de sa petite-amie qui savait exactement ce dont il parlait. Il prit sa main dans la sienne, quittant la maison qu'il referma derrière lui avant de monter avec elle dans le taxi qui venait tout juste d'arriver. Il laissa ses yeux se poser sur les différents paysages qui s'offraient à lui à mesure qu'ils se rapprochaient du centre, satisfait de pouvoir fouler les rues d'une ville qui leur était inconnue à tous les deux. « Bowen te manque pas trop ? » Dit-il avec un sourire amusé, en reprenant sa main une fois qu'ils eurent atteint leur destination, regardant autour de lui pour se rendre compte que cette ville-ci était bien plus peuplée, donc bien plus animée que ne l'était Bowen. « Viens, c'est ici. » Ajouta-t-il, attirant Aelya avec lui dans un bar déjà bondé de monde, se faufilant à travers la foule en prenant soin de ne pas quitter sa main pour rejoindre le comptoir. « J'ai l'impression qu'on est en retard par rapport à eux. » S'amusa-t-il, observant l'état des personnes autour de lui, qui avaient l'air déjà bien entamées niveau alcoolémie. « Qu'est-ce que tu veux boire bébé ? »

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Ven 9 Nov 2018 - 13:29

Elle savait qu'elle n'aurait jamais pu se remettre de sa disparition, et c'était surement ça qui la faisait culpabiliser. Parce qu'au lieu de faire parler son coeur, elle avait fait parler sa tête, s'obstinant à le repousser comme il l'avait fait, juste pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas un objet dont on se débarrassait avant de comprendre quand on en avait besoin, juste pour lui faire comprendre sa douleur et la fissure qu'il avait crée sous l'effet de l'usure. Sa fierté avait parlé, laissant ses sentiments sur le bas-côté pour ne pas se voir encore une fois brisée par leur intensité. Mais elle ne savait pas lui résister, alors elle avait cédé, sous le poids de son regard attristé, baigné dans l'amour qui semblait toujours lui être destinée. Aelya avait donc choisi de suivre cette lueur d'espoir qui tourbillonnait autour d'eux, leur promettant de les réunir s'ils décidaient de se tenir devant l'adversité, et la brune avait rapidement réalisé qu'elle n'était faite que pour ça, que pour protéger la flamme de leur relation qu'elle entretenait par la friction de ses mains rongées par la passion.

Aelya avait doucement hoché la tête à ses mots, plantant ses yeux sombrement illuminés dans les siens, son sourire se répercutant sur son visage qui s'anima. Ils étaient maintenant tous les deux conscients qu'ils ne pouvaient subsister l'un sans l'autre, qu'importe les choix qui s'imposaient à eux et qui les faisaient dévier pour séparer leur route, celle-ci arrivaient toujours à les réunir ensemble. Elle haussa les sourcils, amusée par sa réponse quand il parla des sévices qu'elle pouvait lui faire simplement pour le garder auprès d'elle.

- Je dois avouer que ça pourrait être un de mes fantasmes... Que de t'attacher au lit pendant que je m'occupe personnellement de toi,
lança-t-elle d'une voix enjoleuse. Et puis t'as raison, je vois pas d'autres solutions possibles à ce problème en plus.

Elle justifiait habilement son envie de faire des folies encore avec lui, de se laisser consumer par leur désir inarrêtable. Aelya rigola devant son air innocent alors qu'il savait très bien ce qu'il faisait. Elle savait que tous les mots qu'elle pouvait lui dire n'avait aucun poids quand son sang se mettait à bouillir, mais elle gardait toujours ce besoin de le préserver le plus possible. Elle fondait littéralement devant ses paroles douces qui activaient son rythme cardiaques.

- J'en doute pas, surtout pour le côté chiant,
le taquina-t-elle tendrement, savourant le baiser qu'il vint furtivement déposer sur ses lèvres.

Aelya laissa ses mains dessiner ses courbes en même temps qu'il remonta la fermeture de sa robe, satisfaite de se servir de ce prétexte pour le sentir contre elle, là où elle pouvait encore sentir sa peau contre la sienne. C'était dans ce genre de détail qu'elle comprenait qu'elle était complètement accro à lui, captant la même lueur de désir qu'elle avait dans le regard alors qu'il fixait son corps. En lui faisant face, elle avait fait exprès de le rassurer une nouvelle fois sur la sincérité de ses sentiments pour lui confirmer qu'il n'avait pas besoin de s'inquiéter. Elle fût touchée en plein coeur par sa réponse.

- Je compte bien continuer à le faire,
ajouta-t-elle avant de tendre sa nuque pour lui voler un tendre baiser.

Aelya continua à se préparer alors qu'il s'était éclipsé, revenant quelques minutes plus tard devant lui quand elle eut terminé. Elle s'était laissée aller à la plaisanterie avant de réfléchir quelques secondes aux mots qu'elle venait de sortir et qui allaient en tout point à l'encontre de sa possessivité. Elle secoua la tête en soupirant négativement, rejetant d'une traite cette phrase qui était sortie spontanément. La brune acquiesça de manière joueuse à ce qu'il vint ajouter, excitée à l'idée d'effleurer l'excès et la débauche qu'ils avaient l'habitude d'appréhender. La brune le suivit dans le taxi alors que ses yeux imprimaient chaque paysage qui défilait, désireuse d'en découvrir davantage à mesure qu'ils s'approchaient du coeur de la ville. Elle tourna son regard vers Niels alors qu'il lui demanda si Bowen lui manquait. La réponse était plutôt claire dans sa tête.

- Ca me fait vraiment du bien de sortir de cette ville. J'suis sure que Sydney aurait pu me plaire pour y vivre, admit-elle, le regard illuminé par toutes les choses qui passaient au travers des vitres. Ca te dit qu'on reste ici pour toujours ? Ajouta-t-elle, amusée.

Alors que la taxi s'arrêta devant un trottoir, elle en sortit, nouant ses doigts à ceux de son petit-ami alors qu'il la tira dans un bar bien animé où la musique, le bruit des verres et des voix s'entremêlaient. Aelya lâcha un petit rire à sa remarque, jetant un oeil autour d'elle pour s'apercevoir qu'en effet, ils avaient de l'avance.

- On va les rattraper, je nous fais confiance là-dessus,
répondit-elle d'une voix empreint de défi.

Elle réfléchissait à sa question, avant de planter son regard dans le sien malicieusement.

- Je te propose qu'on se fasse cinq shots chacun pour bien commencer la soirée. Parce que j'suis trop sobre là, ça va pas, plaisanta-t-elle. Et si tout à l'heure on tient encore debout, on fera l'amour, proposa-t-elle, les yeux joueurs.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Sam 10 Nov 2018 - 23:18

C'était une mission qu'il se fixait, celle de rendre Aelya heureuse jusqu'à la fin des temps. Il savait pourtant qu'ils ne pourraient pas éviter la pluie de s'abattre sur eux parce-que leur relation était faite de hauts et de bas, et que très souvent, les bas ne les laissaient jamais indemnes. Mais Niels avait besoin de se promettre qu'il ne l'abandonnerait plus jamais, comprenant que ça ne serait jamais la bonne solution pour elle comme pour lui. Aelya était tout ce dont il avait besoin, même lorsqu'il souffrait, même lorsque la douleur se voulait lancinante, elle restait encore la seule que son cœur appelait constamment. Il n'était plus question de ne penser qu'à lui, parce-qu'il était conscient qu'ils étaient maintenant tous les deux unis par le même destin, et que leurs routes étaient indissociables l'une de l'autre. Son cœur s'activa en voyant son regard devenir bien plus brillant après les mots qu'il avait prononcé et qui insufflaient l'espoir de voir leur relation perdurer jusqu'à l'éternité. Rapidement, leur complicité était revenue au galop, laissant les sous-entendus s'échapper l'air de rien à travers ses lèvres, permettant à leur imagination de divaguer là où elle souhaitait. « J'suis sûr qu'il pourrait voir le jour, ce fantasme. » Répondit-il, d'un ton séducteur, lui faisant bien comprendre qu'il serait toujours consentant lorsqu'il s'agissait d'être à la merci de ses mains expertes. Il haussa finalement les épaules, un sourire en coin sur les lèvres. « Tu vois, on devrait mettre ce plan à exécution rapidement. » Dit-il, maintenant son regard dans le sien, avec cette lueur de défi qui répondait parfaitement à la sienne. Ils étaient toujours sur la même longueur d'onde quand il fallait abuser avec excès du corps de l'autre, trouvant très rapidement des accords afin de se réunir dans une étreinte charnelle. Il sourit à sa réponse, gardant cet air fier. « Tu t'ennuierais à mourir avec un mec trop parfait. » Se justifia-t-il, toujours avec habilité, mettant en avant son côté insupportable avant de finalement l'aider à finaliser sa préparation, ne manquant pas de lui dire qu'il était toujours aussi subjugué par sa beauté. Il répondit à son baiser, la regardant le rejoindre peu après ça alors qu'il venait de réserver un taxi dans lequel ils se retrouvèrent rapidement, laissant leur yeux se balader sur ces paysages nouveaux et différents de tout ce que Niels avait pu connaître jusqu'ici. Il acquiesça aux mots de sa petite-amie, posant un regard amoureux sur elle. « J'te suivrai partout. » Il lui adressa un clin d’œil avant de tourner de nouveau le visage vers la fenêtre lorsque la voiture s'arrêta, se pressant pour retrouver la main de la brune qu'il entraîna avec lui dans le genre de lieu qu'ils avaient l'habitude de fréquenter. Il répondit à son regard, n'ayant besoin d'aucun mot pour qu'ils comprennent tous les deux qu'il ne leur faudrait pas bien longtemps avant qu'ils ne rejoignent l'état de tous les autres fêtards présents dans le bar. Il hocha la tête avec un sourire en coin, se montrant clairement intéressé par sa deuxième proposition. Il se pencha légèrement vers elle, jusqu'à atteindre doucement son oreille. « Je tiendrai debout si c'est que ça... J'ai trop envie de te la défaire, cette robe. » Ajouta-t-il, d'une voix séductrice et profonde, tandis qu'il avait passé sa main autour de sa taille avant de claquer un léger baiser sur sa joue. Il se retourna vers le comptoir, s'adressant directement au barman pour lui faire part de sa commande, réglant comme prévu leurs shots. Il s'empara du premier, attendant qu'Aelya en fasse de même pour trinquer avec elle, ses yeux ne quittant pas les siens. « A la débauche ? » S'amusa-t-il, laissant leurs verres se cogner avant de se l'enfiler directement, grimaçant légèrement en sentant l'alcool venir lui brûler la gorge. Rapidement, il attrapa le deuxième, puis le troisième shot jusqu'à terminer la planche, ingurgitant à vitesse grand v l'alcool qu'ils contenaient, dans l'espoir de sentir ses sens se désinhiber le plus vite possible et de rejoindre un état où il n'y aurait plus de barrières. « Tout le monde te regarde déjà. J'ose pas imaginer ce que ça va être quand tu vas te mettre à danser. » Lança-t-il, jetant un coup d’œil inquiet autour de lui, avant de se rapprocher d'elle pour l'embrasser à pleine bouche, sans prévenir, souhaitant marquer son territoire avant que le jeu ne commence. « Ça va les calmer. » S'amusa-t-il, en rompant leur échange, faisant glisser ses mains contre le bas de son dos.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 11 Nov 2018 - 11:26

L'amour qu'elle ressentait pour lui était brûlant, comme le désir qui s'éprenait tout le temps d'elle quand elle posait son regard sur lui. C'était un besoin, une addiction, que de vouloir le sentir contre son corps à chaque fois que sa peau réagissait à son absence. Ses sentiments incandescents ne la laisseraient jamais se débarrasser de cette maladie, qui la rendait de plus en plus atteinte à mesure que le temps passait. Elle se complaisait dedans, ne cherchant plus à combattre ce qu'elle avait eu envie de rejeter quand il l'avait quitté. Elle avait tenté de pousser la passion au plus profond de son âme, dans les ténèbres qui l'habitaient, mais ça n'avait été qu'une question de temps avant qu'elle ne ressurgisse du fond, remontant à la surface pour exploser de manière plus intensive devant la seule personne qui savait la recevoir. Elle sourit en coin à sa remarque, laissant les images qu'elle avait évoqué se déployer dans son esprit, tentée par sa réaction qui ne savait jamais la freiner.

- Je mettrai en place ce plan imparable plus vite que prévu, vaut mieux prévenir que guérir, répondit-elle, le regard charmeur. Je te laisserai pas rentrer avant, c'est pas possible, ajouta-t-elle, joueuse.

Elle adorait se laisser aller dans les excès de son désir de possession, et elle adorait le voir en faire de même, trouvant en lui le partenaire idéal pour s'amuser comme si demain n'existait pas. Elle le taquinait, mettant en avant ses défauts plus que ses qualités alors qu'en vérité, toute sa personne en entière l'attirait. Elle s'était attachée à lui sans possibilité de se détacher, et elle l'avait laissée se fondre à l'intérieur de son âme de manière à ne plus se reconnaître sans lui.

- T'es parfait comme t'es et je m'ennuierai jamais avec toi. T'es tout ce qu'il me faut pour me sentir bien, sourit-elle tendrement.

C'était un euphémisme, une érésie même que de dire qu'il pouvait la faire sentir bien, parce que tout ce qu'il faisait était au-delà de toutes ses espérances. Elle arrivait à s'aimer seulement dans son regard, comme si dans le reflet de ses yeux, elle arrivait à comprendre qu'elle pouvait panser les blessures de son passé tourmenté plutôt que de les aggraver. Aelya s'était sentie poussée des ailes en percevant ses mains sur ses courbes, ses lèvres sur les siennes, comme si ces simples gestes avaient le pouvoir de ranimer la vie dans ses cellules qui avaient dépéris, comme si ses iris étaient faits pour admirer l'homme qu'elle aimait sans limite. À l'intérieur du taxi, son cœur avait bondit hors de sa poitrine à ses mots si tendres et si significatifs. Sa maison était partout où il était, et l'étranger était partout où il n'était pas, alors il était évident qu'elle partageait également sa pensée. Aelya tendit sa nuque pour déposer un baiser affectueux sur sa joue, le regard doux.

Arrivés sur les lieux, elle avait accroché sa main, se frayant un passage au travers de la foule qui s'animait autour d'eux, envieuse de deshiniber ses sens avec Niels, comme ils avaient toujours eu l'habitude de le faire. Une violente chaleur s'insinua à l'intérieur de ses veines alors qu'il attisait son désir.

- T'as plutôt intérêt de tenir debout bébé. Parce que je pourrai pas l'enlever sans toi. Ce serait triste quand même. Parce que j'ai très envie qu'on termine la soirée l'un contre l'autre, avoua-t-elle à son oreille sur un ton suave.

C'était sûrement un défi qu'elle se lançait à elle-même, parce qu'elle voulait pouvoir tout faire, tester leurs limites jusqu'au bout de la nuit. Elle sourit quand elle vit les shots sous leurs yeux, acquiesçant aux mots de Niels en plantant son regard joueur dans le sien, avant de trinquer avec lui. Elle but cul sec les verres qui contenaient pleins d'alcools forts, les enchaînant en tentant de ne pas songer à la brûlure qui irradiait dans sa gorge.

Elle secoua la tête à sa remarque, dans un désir de le rassurer avant de voir ses lèvres happer par les siennes qu'elle emprisonna à son tour, amusée par sa jalousie naissante, même si elle gardait à l'esprit que son inquiétude pouvait rapidement se muer par des gestes physiques.

- Je vais danser que pour toi, lâcha-t-elle d'une voix empreint de désir. Parce que y'a toi qui m'attire, y'a que toi qui me rend dingue, ajouta-t-elle sur le même ton dans la volonté qu'il s'imprègne de ses mots rassurants.

Elle prit sa main, l'attirant au centre, au milieu de la foule qui se dehanchait sur la musique avant de lui faire face pour réduire le peu distance qu'il y avait entre eux, prenant ses poignets pour que ses paumes viennent se placer sur ses hanches. Ses lèvres effleurèrent son cou, remontant jusqu'à son oreille.

- Comme la première fois, tu me fais toujours autant vibrer.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 11 Nov 2018 - 17:01

Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre quand il fallait faire monter la tension et s'imprégner de ce désir qui ne prenait jamais fin entre eux. Niels adorait tenter Aelya sur ce terrain-là, puisqu'il savait que tout comme lui, elle n'avait aucune limite. Et c'était sans doute ce qu'il aimait le plus, se rendre compte qu'il n'avait jamais aucune chance de gagner le jeu de séduction qu'il mettait en place, sachant qu'il finirait toujours par se perdre avec elle. Une nouvelle fois, Niels lui avait rappelé combien il était passionné par leur manière irraisonnée de se retrouver, laissant planer quelques secondes lourdes par la tension sexuelle qui s'exerçait entre eux. Il fit mine néanmoins de paraître calme, bien que ça bouillonnait littéralement en lui, rien qu'à l'idée de penser qu'il pourrait lui laisser l'occasion de faire ce qu'elle souhaitait de lui. « Ça me paraît plus prudent ouais. » Ajouta-t-il, haussant un sourcil joueur alors que son regard répondait encore une fois au sien, lui transmettant tout ce qu'il passait sous silence. C'était lorsqu'ils s'amusaient sans modération qu'il comprenait qu'aucune autre âme ne pouvait se fondre dans la sienne aussi parfaitement que le faisait celle d'Aelya. Elle était sa moitié, et il n'y avait aucune possibilité qu'une autre personne puisse l'atteindre comme elle arrivait à le faire. Parce-qu'elle avait réussi à le transpercer avec un naturel déconcertant, sans qu'elle n'ait besoin de trop forcer, comme si c'était une évidence depuis le début. Il avait souri à ses mots qui reflétaient toute la tendresse qu'elle lui portait, lui faisant comprendre qu'il n'aurait jamais besoin de jouer à être quelqu'un d'autre pour la séduire. « La vie est trop courte pour qu'on s'ennuie. » Ajouta-t-il, un sourire au bord des lèvres, son regard lui promettant silencieusement que leur vie resterait une aventure. Il n'y avait que comme ça qu'il s'imaginait vivre, avec elle, sa main fermement accrochée à la sienne, vivant jusqu'à en perdre haleine. Il avait l'impression d'avoir déjà perdu trop de temps, comme s'il avait tourné autour du pot alors que l'évidence se trouvait devant ses yeux depuis le premier jour. Elle était tout ce dont il avait besoin et tout ce qu'il avait toujours espéré sans même s'en rendre compte. Son regard s'était fait bien plus tendre en sentant ses lèvres se déposer sur sa joue, sa main venant glisser sur sa cuisse pour la presser affectueusement alors qu'ils arrivaient au même moment devant leur destination, Niels prenant soin de nouer ses doigts à ceux d'Aelya avant qu'ils ne pénètrent dans le lieu bondé de monde. Il lui lança un regard charmeur et charmé lorsqu'elle s'approcha de son oreille, sentant déjà les étincelles du désir menacer de prendre feu et de le ravager rapidement. « Même dans le pire des états, ça m'arrêtera pas. J'arrive toujours à reprendre mes esprits quand il s'agit de te déshabiller. » Ajouta-t-il, sur le même ton séducteur, ses lèvres toujours aussi proches de son oreille. Elle savait qu'il disait vrai, parce-que même lorsqu'il s'était retrouvé avec une alcoolémie qui frôlait l'indécence, Niels avait toujours su se reprendre pour réussir à se coller à elle, son corps répondant toujours à son envie de finir contre le sien. Il lui lança un regard amusé en la voyant descendre ses shots avec la même rapidité que lui, se faisant la réflexion qu'il y avait moyen qu'ils rattrapent plus vite que prévu leur retard apparent. Après lui avoir fait part de son inquiétude vis-à-vis des regards qu'il arrivait à capter sur elle, il reporta son attention sur elle, accrochant son regard et ses mots qui le rassurèrent. Il la laissa l'attirer au milieu de la foule, ses yeux se posant sur son corps lorsqu'elle lui prit ses mains afin qu'il les pose sur elle, complètement abasourdi par sa sensualité. Il frémit à ses mots et au contact de ses lèvres contre son cou, fermant les yeux en percevant les frissons qui s'installaient sur sa peau. « Faut que t'arrêtes ça... j'tombe amoureux de toi toutes les cinq minutes, c'est insupportable. » Souffla-t-il, un sourire amusé sur les lèvres, resserrant un peu plus son emprise autour de ses hanches autour desquelles il noua ses bras, laissant son corps frôler le sien en même temps que le rythme de la musique l'accompagnait. « J'ai envie de me perdre avec toi... » Souffla-t-il, croisant son regard à travers les spots lumineux qui les éclairaient de temps à autre, venant malicieusement déposer ses lèvres contre son cou qu'il mordilla légèrement.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 11 Nov 2018 - 18:23

Aelya savait qu'elle était condamnée à l'aimer jusqu'à son dernier souffle, et qu'elle continuerait de se damner pour continuer de ressentir la délicieuse brûlure de cette passion qui ne connaissait aucune limite ni aucune condition. Elle n'aurait jamais pensé pouvoir créer ce type de souhaits qu'elle nouait avec lui, celui de perdurer à ses côtés, comme si la mort ne pouvait pas les séparer. Elle voulait s'imprégner de toute la tendresse qu'il lui donnait, de tous les gestes affectueux qu'il lui offrait parce qu'il était primordial pour elle qu'ils profitent, consciente de la chance qu'ils avaient d'avoir passé tous les tests que la vie leur avait mis sur leur chemin, et surtout reconnaissante qu'ils soient toujours en vie pour continuer à défier leur existence de toutes les manières. Elle se mordit la lèvre inférieure à sa réponse, le coeur embrasé par les braises qu'il venait de souffler à travers ses mots. Aelya ne voulait jamais s'habituer à sa façon d'attiser le désir entre eux, se sentant attirée contre son corps comme un aimant dont elle ne voulait plus se séparer, persuadée qu'ils étaient faits pour être liés.

Elle hocha la tête, en accord avec lui, et toutes les étapes qu'ils avaient franchis main dans la main ne faisaient que confirmer leur envie de survivre dans ce monde qui s'évertuait à les détruire. Elle voulait croquer dans tous les fruits défendus que la vie lui proposait, ne désirant rien gâcher pour ne pas regretter.

- Je te promets de toujours tout faire pour te faire tourner la tête histoire que tu t'ennuies jamais,
lança-t-elle, le regard amusé.

La débauche avait encore de beaux jours devant elle quand on voyait leurs deux tempéraments excessifs, raison pour laquelle leur relation s'envolait au-delà des nuages pour lourdement s'écraser sur le sol tapie des lambeaux de leur coeur meurtri. Plus elle se shootait à l'affection qu'ils se portaient, plus la descente était rude, déchirante, presque délirante, avec la seule envie de recommencer à cause du manque. Tant qu'il restait avec elle et qu'il alimentait son corps en énergie par le biais de ses baisers, elle ne pouvait que croire en leurs capacités à déjouer les plans des ténèbres qui les envahissaient. Accoudée au bar, elle avait sourit de manière amusée à sa remarque quand il laissa entendre que l'alcool ne l'arrêterait jamais quand il s'agissait de lui retirer ses vêtements.

- C'est vrai que t'es plutôt doué pour ces choses-là, et j'adore te voir à l'oeuvre,
souffla-t-elle, enjôleuse.

Elle savait qu'il en fallait peu pour déclencher un cataclysme désir, puisqu'il était toujours présent, se balançant au travers de son corps qui appelait le sien à ne faire qu'un. L'alcool s'écoulait dans sa gorge pour gagner ses veines avides de sensations, désirant sentir les effluves contaminer son cerveau, pour l'amener à jouer d'autant plus avec Niels qui l’entraînait dans cette frénésie où ils s'uniraient pour se retrouver comme à chaque fois qu'ils daignaient s'amuser ensemble. Aelya avait perçu cette tension qui s’éprenait de lui, et elle savait qu'elle passerait sans doute sa vie à le rassurer, à lui dire à quel point le monde pouvait mourir tant que lui continuerait d'exister, à lui signifier le dévotion qu'elle possédait pour lui et qui ne faisait qu'augmenter. Alors, elle l'avait amené près d'elle pour lui changer les idées, pour lui montrer qu'il n'y avait qu'eux dans ce bar bondé de monde.

- Arrête jamais de tomber amoureux de moi, c'est tout ce que je veux,
répondit-elle avec un léger sourire, en laissant glisser ses mains sur son torse.

Ses yeux ne pouvaient se détourner des siens dans lesquelles elle se sentait happer, émerveillée par la beauté de ses traits qu'elle ne faisait qu'admirer. Elle se sentit tressaillir à ses mots, à ses lèvres dans son cou qui la prenait à son propre jeu. Glissant ses mains sous son t-shirt, elle laissa ses doigts caresser sa peau chaude.

- J'ai envie de tout avec toi, bébé... Arrête de me torturer comme ça,
ajouta-t-elle, joueuse.

L'alcool la rendait plus sensible à son toucher, comme si elle devenait soudainement à fleur de peau, remarquant que sa jalousie était aussi plus effective à la vue des femmes qui détaillaient Niels alors qu'il était de dos. Elle vint se blottir au plus près de lui, enlaçant son corps avant d'emprisonner ses lèvres, les faisant déraper sur sa mâchoire et dans son cou tandis que ses mains caressaient ses cheveux, dans le seul but de se rassurer elle-même, de faire comprendre qu'ils étaient un couple et non plus deux connaissances qui se cherchaient constamment.

- Je supporte pas qu'on te regarde... J'aime pas ça,
avoua-t-elle à son oreille. T'es l'homme de ma vie, ajouta-t-elle amoureusement.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1101
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money / crack in time (sign) ; faust (icons)
statut : « pour toi je ferais parler la poudre jusqu'à c'que mon chargeur soit vide. » (aelya)
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 11 Nov 2018 - 20:05

Aelya était essentielle à sa vie, même à sa survie, parce-qu'il avait bien vu à quel point il s'était écroulé sans elle, sans sa main pour l'aider à se relever alors que le gouffre l'aspirait. Il avait bien vite arrêté de lutter contre l'ouragan qui s'était abattu sur lui, emportant avec lui tout l'espoir d'une vie heureuse sans elle. C'était un concept qu'il ne parvenait plus à imaginer, lui qui avait longtemps cru pouvoir se satisfaire d'un monde où l'amour n'avait aucune place. Maintenant, toute son existence tournait autour des sentiments intenses qu'il ressentait à l'égard de la femme qui avait chamboulé son destin, le rendant bien plus brillant, bien plus excitant aussi parce-qu'il n'y avait jamais de temps de pause entre eux. Ils vivaient à cent à l'heure, conscients qu'ils devaient savourer le temps qu'ils avaient ensemble pour s'aimer et se le montrer, parce-qu'il n'y aurait sans doute jamais assez de temps pour que Niels puisse prouver à Aelya à quel point il débordait d'amour pour elle. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres à sa réplique, comprenant qu'elle avait toujours des idées à revendre pour le rendre fou, accro à elle comme elle le faisait depuis le départ. « T'es sur la bonne voie en tout cas. » Répondit-il, le regard joueur, pointant du doigt le nombre de fois où il s'était vu fondre sous le désir qu'il ressentait pour elle et qu'elle avait volontairement attisé, jusqu'à ne plus lui laisser d'autre choix que de lui succomber. Niels n'avait aucune raison de penser qu'ils se déchireraient encore une fois lorsqu'il croisait son regard amoureux, et cette lueur que lui-aussi possédait au creux de ses iris, bien qu'il gardait en tête qu'ils n'étaient à l'abri de rien. Surtout eux, qui n'avaient de cesse de s'embarquer dans les pires scénarios, ceux où ils luttaient pour survivre à deux ou où leurs mains menaçaient toujours de se quitter. Ce soir, il voulait oublier que les tourments n'étaient pas loin d'eux, juste une nuit, pour profiter entièrement de ce qu'il avait avec Aelya. « Ça tombe bien, j'adore le faire aussi, c'est une de mes activités préférées. » Il ajouta, le regard sombre de désir, ne quittant pas une seule seconde ses yeux qui semblaient capter la moindre de ses expressions qui trahissaient ses intentions. Il était persuadé qu'Aelya parvenait à percer ses pensées, à les lire sans la moindre difficulté alors qu'il s'évertuait à rester calme, pour ne pas se brûler les ailes trop rapidement. Il avait passé ses mains sur ses courbes, les détaillant de près comme s'il les redécouvrait à chaque instant, avec l'espoir de faire comprendre au monde qui les entourait qu'Aelya était sienne. L'alcool affluait dans ses veines, et il était conscient qu'il avait encore moins de barrière que lorsqu'il était sobre, et qu'il n'y aurait sûrement aucun moyen de l'arrêter si l'on venait le menacer de trop près. Pour autant, il resta concentré sur le regard de sa petite-amie, affichant un tendre sourire à sa demande qu'il était simplement incapable de rejeter. « J'ai plus trop le choix de toute façon. » Ajouta-t-il, faisant semblant de prendre un air détaché avant de rire légèrement et de lui voler un baiser rapide sur la joue. Il s'était senti crouler sous le poids du désir lorsqu'elle passa ses doigts sous son t-shirt, respirant plus profondément en percevant les caresses qu'elle lui délivrait. « C'est marrant que tu dises ça alors que t'as tes mains sous mon t-shirt à ce moment précis. » S'amusa-t-il, comprenant qu'elle le prenait à son propre jeu. Néanmoins, il avança son visage vers le sien, frôlant ses lèvres au passage avant de venir près de son oreille. « Mais t'arrête surtout pas, je m'en lasse pas. » Souffla-t-il, s'amusant à mordiller son lobe avant de retrouver son regard. Il la laissa venir contre lui, répondant à son baiser avec la même ardeur tandis que ses mains basculèrent vers sa chute de rein, y exerçant une pression pour rapprocher leurs bassins respectifs. Il sourit en sentant ses lèvres venir lui donner de l'affection jusqu'à dans son cou. « J'ai des prétendantes moi aussi ? » La taquina-t-il, faisant mine de se retourner pour croiser les regards des inconnues en question, attendant la réprimande de sa petite-amie. Il frissonna à ses mots, sentant son cœur fondre instantanément face à leur valeur inégalable. Il croisa son regard avant de fondre une nouvelle fois contre ses lèvres, se délectant de cette passion qui émanait de leur échange. « J'suis complètement accro à toi Aelya Osborn. » Dit-il, le souffle court, un sourire étirant ses lèvres. « Je vais aller nous chercher de quoi boire, faudrait pas qu'on se dessèche maintenant, ça serait trop dommage. » Souffla-t-il, d'un air malicieux, trouvant une excuse pour consommer un peu plus d'alcool alors qu'ils venaient à peine de se remettre de leurs premiers verres.

__________________________

passion
i could spend my life in this sweet surrender, i could stay lost in this moment forever, every moment spent with you is a moment i treasure.
(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 1303
ici depuis : 25/05/2018
crédits : rainbowsiri (av), Astra (sign), Solosands & cliffs edge (icon)
statut : Dévotion passionnelle pour laquelle son affection est démentielle (Niels).
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    Dim 11 Nov 2018 - 21:27

Aelya était capable du pire comme du meilleur pour Niels, pour son bonheur, quitte à jouer dangereusement au-dessus du vide, parce que c'était maintenant ceux à quoi elle voulait consacrer ses jours, à le faire sourire comme il le faisait, à capter cette lueur vive dans son regard allumé, lueur qu'elle n'avait plus perçu quand ils s'étaient séparés, où le vide de ses iris avait déployé son propre désespoir, cette crainte de ne plus jamais revoir le bonheur danser dans le creux de ses yeux. Elle sourit à ses mots de manière fière, satisfaite de savoir qu'elle se débrouillait toujours aussi bien pour l'attirer contre elle et pour l'animer de la même passion qu'elle expérimentait de son côté. Elle se rendait compte que la seule chose qu'elle avait toujours voulu était de recevoir son amour, et qu'elle avait au moins réussi à le garder à l'intérieur pour le faire grandir dans le seul souhait de ne jamais le détruire. Aelya se mordit légèrement la lèvre inférieure à sa remarque qui laissait évidemment planer le désir autour d'eux. Elle s'en délectait, voulant le faire exploser à chaque pulsation cardiaque qui battait dans ses veines, alors qu'elle croisait son regard embrasé.

- Je vais surtout pas t'empêcher de profiter de tes activités préférées. Surtout quand ça m'apporte des avantages, parce que je peux pas m'empêcher de frissonner à chaque fois que tu passes tes mains sur moi, avoua-t-elle, d'une voix suave.

Il n'y avait que lui qui savait lui provoquer ça, ce déferlement de frissons qui habillait sa peau en demande constante de son attention. Alors ça n'avait pas loupé, quand elle l'avait amené sur la piste de danse et qu'elle avait senti la chaleur émanant de ses paumes sur ses courbes, elle avait du mal à se forcer au calme, son sang bouillonnait par cette envie qu'elle avait de retirer tout trace de tissus sur leurs corps pour accueillir encore plus de sensations. Elle lâcha un petit rire suite à sa réponse avant d'ajouter d'une voix déterminée :

- Même si t'avais eu le choix je te l'aurais pas laissé. J'aurais tout fait pour te voir amoureux de moi. Au moins autant que je le suis, je passerais ma vie à me battre pour toi, sourit-elle amoureusement.

Sentant la passion s'insinuer dans ses veines comme un doux poison, elle ne put s'empêcher de sourire, amusée par sa remarque taquine qu'elle ne pouvait contredire et par ses lèvres qui s'amusaient à la tester.

- J'ai pas envie d'arrêter, t'as trop de vêtements je trouve en plus,
rala-t-elle en s'amusant de la situation. J'aimerai bien te les enlever moi aussi, ajouta-t-elle avec un sourire en coin.

Quand elle avait vu les regards que les autres femmes pouvaient lui lancer, et qu'elle n'avait eu aucun mal à interpréter, elle s'était déchaînée sur ses lèvres, sentant la fièvre de son amour la consumer quand elle pu apprécier leur proximité qu'elle voulait utiliser à ses fins pour éloigner les âmes envieuses. Niels comprit rapidement à travers son comportement et ses mots le but recherché, et Aelya lui donna un coup amicale dans l'épaule quand il fit mine de se retourner, tentant d'animer sa jalousie. La brune s'était laissée aller à la confidence, à ses sentiments qui agrémentaient sa vie pour la rendre plus vivifiante. Elle sentit son cœur battre beaucoup plus rapidement à ses mots avant d'attraper ses lèvres avec ses dents de manière passionnée. Elle hocha la tête à sa proposition, tout à fait en accord avec son initiative.

- J'adore toujours tes idées, je te laisse choisir quelque chose d'assez fort pour nous hydrater assez longtemps, avança-t-elle, espiègle.

Elle ferma les yeux, se laissant entraîner par le rythme de la musique, attendant patiemment son retour quand elle sentit une main sur ses hanches, glissée sur sa chute de reins. Un sourire sur les lèvres, elle s'attendait au retour de Niels, mais quand elle se retourna en ouvrant les yeux, elle eut un mouvement de recul, remarquant qu'un inconnu s'était permis de placer ses mains où il voulait. Ses sourcils froncés et sa mâchoire serrée indiquaient son refus catégorique de ses intentions.

- Euh, ça va on se gêne pas ?! Lança-t-elle en lui donnant une gifle. Dégage, ajouta-t-elle en poussant le type.

Elle croisa le regard de Niels au loin, elle hocha la tête pour le rassurer, parce qu'il avait compris le message et était parti après lui avoir balancé un nombre incalculable d'insultes.

__________________________



i won't let go
I don't want this moment to ever end, Where everything's nothing without you. I'll wait here forever just to, to see you smile, 'Cause it's true: I am nothing without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)    

Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you heal me, love the way you kill me (Niels)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: en australie-
Sauter vers:  
circus of horrors !
Le mois de novembre arrive à grand pas et avec lui, l'horreur pour le printemps. Un cirque itinérant s'est installé non loin de Bowen, pas très loin du terrain abandonné. N'hésitez pas à y faire un petit tour et avoir la peur de votre vie !
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES