AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 7436
ici depuis : 14/03/2016
crédits : Endlesslove (ava), Sial (sign), Landon (crackship)
statut : J'veux qu'tes galères deviennent les miennes
MessageSujet: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 7 Jan 2019 - 16:30

Il était deux heures du matin et Tahlia rôdait dans l'appartement, un verre d'eau en main, après un réveil en sursaut. Cela était chose courante depuis quelques semaines. Rares étaient les fois où elle faisait une nuit complète. Mais alors qu'elle prit la direction de sa chambre, son téléphone sonna, la notifiant d'un message. Les yeux ensommeillés, elle regarda l'émetteur et fut surprise de voir le prénom de Donovan. Depuis leur virée au bar, où l'alcool les avait grandement rapproché, mettant le doigt sur leur douleur commune, les deux policiers avaient fini par reprendre leurs habitudes et leurs provocations. Des provocations qui n'avaient cependant pas la même saveur, puisque l'un et l'autre savaient désormais qu'ils étaient bien plus liés qu'ils ne le pensaient, qu'ils pouvaient compter l'un sur l'autre quoiqu'il advenait. Tentant de déchiffrer le message malgré le fait qu'elle ne voyait pas clair, elle comprit rapidement qu'un événement grave s'était passé. Donovan lui demandait de l'aide, de la rejoindre à sa caravane. Sachant qu'elle n'avait jamais mis un pied dans cette caravane – qui était son jardin secret – la brune savait que ce n'était pas une invitation en bonnes et dues formes. Elle lui répondit aussitôt qu'elle était en route. Elle attrapa au passage un jean et un gilet, qu'elle enfila par-dessus sa nuisette, prit ses clés de voiture et quitta l'appartement en trombe. Son cœur battait à tout rompre, sous l'inquiétude. Elle détestait ne pas savoir ce qu'il se passait, et comme cela concernait Donovan, qui avançait tel un funambule au-dessus d'un gouffre, cette crainte était d'autant plus fondée. Tahlia savait plus ou moins l'endroit où il habitait, puisqu'elle avait un cousin qui habitait dans un petit lotissement à côté. C'était à quelques minutes à peine de chez elle, mais cette fois la route lui parut plus longue que d'ordinaire. Arrivée dans le coin, la jeune femme roula au pas, cherchant une caravane où elle pourrait apercevoir une lumière allumée. Elle ne mit que quelques minutes avant de trouver l'endroit, ayant la certitude que c'était l'espace où Donovan habitait, puisque sa voiture était garée devant. Elle se gara à côté et descendit rapidement. Elle grimpa sur le marche-pied devant la porte de la caravane et frappa à celle-ci. Elle entendit des pas à l'intérieur, puis la porte s'ouvrit sur Donovan. En l'apercevant, Tahlia écarquilla les yeux et porta la main devant sa bouche, en s'exclamant : « Oh mon dieu, Donovan... »  Il était défiguré. Son visage était ensanglanté et ses traits étaient déformés. « Que s'est-il passé ?! »

__________________________


☽☽  Il est déjà dans tes veines, il ira jusqu'à ton cœur. Il y récoltera les émotions que tu y as cultivées avec tant de précautions. Puis il te pourrira d'espoirs. La conquête amoureuse est la plus égoïste des croisades.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
avatar
messages : 173
ici depuis : 02/06/2018
crédits : Odyssea (avatar), alaska (sign), tumblr (gif).
double-compte : Shelby Dietrich.
statut : Veuf depuis 2010 avec pour seule compagnie ses bouteilles d'alcool et son pistolet chargé.
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 7 Jan 2019 - 17:15

Donovan avait poursuivit son enquête dans son coin, sans jamais déranger personne. Il s'était entêté à fouiller là où il n'aurait jamais dû. Il avait reçu certaines menaces mais il n'en avait pris aucune au sérieux. Pourtant ce soir, il allait comprendre que tout cela était bien plus sérieux qu'il n'aurait pu le penser. À force de passer son temps avec des criminels, il a fini par les sous-estimer, et sous-estimer leur menace.

Danno avait quitté le commissariat, il avait traîné bien plus que les autres soirs, tout le monde était déjà parti, mais lui était toujours sur des dossiers, comme si c'était dans son genre de s'attarder sur de la paperasse. Pourtant, personne ne l'avait questionné. Ils étaient partis, vidant peu à peu les locaux, le laissant seul avec le silence qui emplissait le bâtiment. Ça faisait bizarre d'entendre cet endroit si silencieux, il n'en avait pas l'habitude, il y avait toujours des cris, du mouvement. Là il était seul.

Il avait quitté le commissariat tard dans la nuit, ou plutôt, tôt le matin. Il devait être aux alentours d'une heure du matin. Il commençait à avoir une piste plus que sérieuse pour retrouver le fumier qui avait ôté la vie de sa femme et de son enfant. Il était sur le point de toucher du bout des doigts son objectif. Celui qui le maintenait en vue jusqu'à présent. Et après ? Qu'est-ce qu'il allait devenir ? Il allait enfin oser appuyer sur cette gâchette pour en finir après avoir vengé la femme de sa vie ? Peut-être. C'était une possibilité. En attendant, il était monté dans sa voiture, le ramenant à la plage. Il n'en était pas loin. Il aurait pu s'installer ailleurs, mais c'était cette proximité avec la plage et la nature qu'il aimait.

Descendant de son pick-up, il remarqua des ombres prêtes à bondir. Méfiant, il préférait faire comme si de rien n'était. Tout s'était passé très vite. Ils étaient sorti de l'ombre, le flic ignorait même leur nombre, mais ils lui avaient dit que leurs menaces étaient sérieuses et qu'il ne devrait pas jouer avec le feu. Mais Donovan ne savait faire que ça, c'était dans sa nature de provoquer. Alors il avait jouer au plus malin, mais ils avaient eu le dernier mot. Il gisait par terre, à moitié inconscient, le visage en sang et probablement défiguré. Il avait simplement trouvé le moyen de sortir son téléphone et composer le premier numéro, et un des seuls qui était dans son téléphone. Tahlia. Danno ignorait qu'elle heure il était mais elle était la seule à pouvoir l'aider.

En attendant, il se hissa jusqu'à l'intérieur de sa caravane, laissant les traces de son sang sur le sol. Il se tenait les côtes qui le faisait souffrir. Donovan était appuyé contre ce qui lui servait de frigo. Il avait attendu la venue de Tahlia en se remémorant les propos des hommes qui l'avaient attaqués. La prochaine fois tu n'auras pas la chance de te relever alors abandonne pendant qu'il est encore temps Chamberlain." ils auraient dû le tuer pendant qu'ils en avaient le pouvoir.

" - Rien t'inquiète. J'ai juste besoin que tu m'aides à me relever. Il faut que j'aille retrouver ces fumiers. Je sais où ils sont Tahlia. Je vais pouvoir la venger et crever en paix. Putain après toutes ces années."

Mais alors il tenta de pousser ce qui devait être un soupir de soulagement, ce fut un cri à moitié étouffé qu'il fit en se maintenant les côtes. Elles étaient probablement cassées, tout comme son nez.

__________________________


Losing my way
La douleur ne disparaît jamais, on apprend seulement à vivre avec. Souris aux gens, ça t'évitera de leur expliquer pourquoi tu as mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssea-gallery.e-monsite.com
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 7436
ici depuis : 14/03/2016
crédits : Endlesslove (ava), Sial (sign), Landon (crackship)
statut : J'veux qu'tes galères deviennent les miennes
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 7 Jan 2019 - 18:02

La vue de Donovan, en sang, affecta grandement Tahlia. Pourtant, elle avait l'habitude de voir du sang, de voir des collègues avec un nez, un bras ou une jambes cassés, mais elle n'avait jamais vu son supérieur dans un sale état. Tout comme il ne l'avait jamais vu dans un tel état, elle aussi. Comme quoi, ils savaient se protéger quand ils étaient ensemble, sur le terrain. Mais en-dehors, c'était tout autre chose. Il avait la même tête qu'après l'agression de Tahlia, c'était pour dire la violence qui s'en émanait.  C'était donc la première fois qu'elle le voyait ainsi. Une première fois qu'elle redoutait tant. Elle connaissait ses recherches secrètes sur les meurtriers de sa femme. Elle savait qu'il se glissait dangereusement dans un milieu qui leur échappait, où de nombreuses personnes en ressortaient les pieds devant, sur un lit de mort. Et c'était une place qu'elle ne voulait pas pour lui. Elle voulait qu'il passe au-dessus, qu'il retrouve foi en la vie et qu'il connaisse de nouveau le bonheur. Ce soir, elle se rendait compte que ce n'étaient que des vœux impossibles. Donovan ne s'en sortirait pas tant qu'il n'aura pas eu ce qu'il voulait. Qu'il était buté...

Détachant son regard de son visage, la jeune femme eut le temps d'apercevoir les traces de sang sur le sol. Depuis combien de temps était-il comme cela ? Où cela s'était-il passé ? Elle espérait qu'il n'ait pas pris son véhicule dans cet état, mais elle ne préféra rien demander. Il avait déjà pris l'initiative de la faire venir ici, il ne fallait donc pas qu'elle joue la moralisatrice sur des questions d'ordre futile. La voix de Donovan la ramena sur Terre, mais sa réponse ne contenta pas la brune. Il était sérieux ? Il avait le visage en sang et pourtant, il dédramatisait la situation. Donovan, réveille-toi, avait-elle envie de lui balancer au visage. « Tu pisses le sang, Danno, ne me dis pas que c'est rien, s'il te plaît. » lâcha-t-elle dans un souffle. Son regard s'était reposé sur lui et dans ses yeux verts brillaient une lueur d'inquiétude. Elle secoua la tête quand il lui affirma qu'il savait où se trouvaient les meurtriers de sa femme. C'était donc ça. A force de jouer avec le feu, il avait fini par se brûler. Tahlia n'était pas vraiment surprise que ce soit une menace de la part des criminels qu'il pistait. Elle l'avait mise en garde, mais Donovan restait une tête brûlée. Il irait jusqu'au bout, peu importe l'issue. D'ailleurs, les mots du quadragénaire achevèrent Tahlia. Je vais pouvoir la venger et crever en paix. Son cœur se serra à cette idée. Il n'avait pas le droit de lui dire cela. Le regard humide, Tahlia l'observait sans un mot. Etrangement. Alors qu'elle aurait dû exploser, lui lâcher ses quatre vérités. Mais son silence était bien plus parlant. Son regard parlait pour elle et exprimait toute la peur qu'elle avait pour lui. Et cette sensation désagréable de ne pas savoir quoi faire pour l'aider. Mais quand il lâcha un cri de douleur, en se tenant les côtes, elle se précipita sur lui et l'aida à se redresser. « Avant de crever en paix, fais en sorte de pouvoir rester sur tes deux pieds. » Il fallait qu'il se mette en tête qu'il n'allait pas pouvoir poursuivre les meurtriers dans un tel état. Difficilement, ils rentrèrent dans la caravane. Tahlia l'aida – ou plutôt l'obligea – à se poser sur la banquette. Dans une grimace, elle l'observa sous la lumière du plafonnier : « Ils ne t'ont pas loupé. » C'était certain, il s'était fait tabasser. « Je ne suis pas médecin, mais j'ai bien peur que tu aies des côtes cassés. Si c'est le cas, il faut aller à l'hôpital, Donovan, tu ne peux pas rester comme ça. »

__________________________


☽☽  Il est déjà dans tes veines, il ira jusqu'à ton cœur. Il y récoltera les émotions que tu y as cultivées avec tant de précautions. Puis il te pourrira d'espoirs. La conquête amoureuse est la plus égoïste des croisades.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
avatar
messages : 173
ici depuis : 02/06/2018
crédits : Odyssea (avatar), alaska (sign), tumblr (gif).
double-compte : Shelby Dietrich.
statut : Veuf depuis 2010 avec pour seule compagnie ses bouteilles d'alcool et son pistolet chargé.
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 7 Jan 2019 - 18:38

Tahlia était la seule personne au courant de l'enquête qu'il menait. Il n'en avait parlé à personne, sauf à elle. Bon un peu contraint et forcé quand même, puisque ça remontait à l'incident qu'ils avaient tous les deux, quand elle lui avait retiré sa gourde des mains. Il s'était senti obligé de lui dire ce qu'il avait derrière la tête et elle ne s'y était jamais opposé. Et même si ça avait été le cas, ça n'aurait pas changé grand chose dans l'avancé du brun. Certaines personnes avaient besoin de voir le corps du défunt pour prendre conscience que c'est bien réel et faire leur deuil, lui avait besoin de la venger, même si ça lui coûtait la vie. Son esprit sera sans doute plus serein une fois qu'il aurait atteint son objectif principal. Peut-être que s'il survit ça lui permettra d'être heureux, de se laisser une chance de pouvoir connaître de nouveau le bonheur. Personne ne remplacera Miranda, mais peut-être qu'une femme pourrait un jour prendre sa place et rendre cet homme un peu plus heureux et un peu moins suicidaire. Ça serait une lourde tâche, mais peut-être que l'une d'entre elle serait assez courageuse pour tenter une telle folie.

Donovan avait appelé Tahlia, c'était la seule qui pourrait lui venir en aide. Elle avait déjà manifesté sa présence si un jour il avait besoin, ce jour était finalement arrivé. Pendant quelques instants, il s'était dit qu'elle ne viendrait pas, qu'elle devait dormir ou bien être dans un bar, comme la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés tous les deux. Pourtant, elle lui avait répondu et était arrivé quelques minutes après. Sur ce coup là, il s'était trompé, la brune était belle et bien là, devant lui à le détailler comme s'il était une bête curieuse. Il ne devait pas être beau à voir, mais cette pensée le fit sourire. Rapidement il perdit ce sourire en sentant la douleur s'emparer de tout son corps.

Évidemment, la flic ne serait pas la même si elle n'avait pas lancé cette petite pique à Donovan. C'est à peine s'il l'avait entendu. Des sifflements remplissaient ses oreilles et lui donnait un mal de crâne pas possible. Il entendait son coeur battre à intervalle régulier, et il se prenait à espérer que celui-ci cesse de battre, s'épuisant lentement, le laissant alors partir dans un monde meilleur que celui dans lequel on l'avait forcé à vivre après le meurtre de sa femme.

" - C'est parce que tu n'as pas vu leur tête que tu dis ça."

En réalité, il était presque méconnaissable, alors qu'eux, ils devaient avoir quelques griffures seulement. Il faut dire que c'est facile d'attaquer un homme en pleine nuit alors qu'ils étaient en majorité numérique. C'est toujours plus simple de choisir la facilité quand on a la possibilité.

" - Je refuse d'aller à l'hôpital, déjà parce que j'aime pas cette odeur qui donne envie de vomir, mais surtout parce qu'il faut que je les rattrape. Si je n'y vais pas maintenant, ils vont s'enfuir et j'aurai bosser toutes ces années pour rien du tout. Tu ne peux pas me faire ça Tahlia."

Peut-être qu'il la prenait par les sentiments, mais c'était encore la seule manière pour obtenir d'elle ce qu'il désirait, à savoir qu'elle ne l'emmène pas à l'hôpital. Et puis même s'il avait des côtes cassées, et bien il s'en remettrait, ce n'était pas la première fois après tout. Il en avait vu d'autres. Le canapé sur lequel sa collègue l'avait installé, c'était le seul endroit où on pouvait s'asseoir. C'était là aussi que le bouclé dormait lorsqu'il fermait l'oeil. Toujours sur le regard de sa femme. Le seul cadre qui trônait dans cette caravane. La seule touche décorative qui était présente dans ce lieu. Au pire ses côtes cassées finiront par transpercer son poumon et il finirait avec une hémorragie interne. Il allait mourir ici dans sa caravane avec pour seule compagnie sa coéquipière. Cette pensée lui arracha un sourire. Un sourire qui pouvait faire peur à n'importe qui qui assistait à cette scène. Le quadra était sincèrement décalé et les pensées en vrac, ça c'était une certitude.

__________________________


Losing my way
La douleur ne disparaît jamais, on apprend seulement à vivre avec. Souris aux gens, ça t'évitera de leur expliquer pourquoi tu as mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssea-gallery.e-monsite.com
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 7436
ici depuis : 14/03/2016
crédits : Endlesslove (ava), Sial (sign), Landon (crackship)
statut : J'veux qu'tes galères deviennent les miennes
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 7 Jan 2019 - 22:48

Tahlia ne comprenait pas ce besoin de vengeance que Donovan avait, mais il fallait dire aussi qu'elle n'avait jamais été confrontée à un tel cas de figure. Peut-être que si on lui arrachait l'amour de sa vie, elle sombrerait dans une mélancolie suicidaire, qui lui donnerait envie de tout tenter pour la mémoire de l'homme qu'elle aimait. C'était même parfaitement plausible, vu le caractère de la brune, qui ne savait pas faire les choses à moitié. Mais à l'instant T, elle ne le comprenait pas. Elle espérait davantage qu'il fasse preuve de résilience, plutôt que de le voir finir à la morgue, lui aussi. L'espoir faisait vivre, disait-on. Il y avait au moins une chose à retenir dans l'histoire : il avait fait appel à elle pour qu'elle vienne le rejoindre ce soir. C'était la preuve que leur conversation au bar n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Il avait fini par comprendre qu'elle était une épaule sur laquelle s'appuyer. Au sens figuré. Comme au sens propre, d'ailleurs. Dès qu'il lâcha un cri étouffé, Tahlia s'était postée à ses côtés, afin qu'il prenne appui sur elle et qu'elle l'aide à se déplacer. Manoeuvrant difficilement dans cette caravane, elle parvint néanmoins à le mener jusqu'à cette banquette, qui était le seul endroit où elle aurait pu l'installer de toute manière. Là, sous la lumière, elle put voir les dégâts. Il était sacrément amoché. La réponse de Donovan lui fit lever les yeux au ciel. « Parce qu'ils étaient plusieurs, en plus de ça... Je ne remets pas en doute tes compétences, Danno, mais je pense qu'ils s'en sont mieux sortis que toi. Regarde ton nez. Et ton arcade sourcilière ». Et encore, elle ne pouvait pas faire le plein état des lieux, vu le visage ensanglanté. Tahlia se sentait impuissante. Alors, elle lui proposa de l'amener à l'hôpital, une solution pour laquelle elle n'avait pas trop d'espoir. Pas manqué. Donovan la supplia de ne pas l'amener là-bas. « Tu n'es pas croyable... » marmonna-t-elle. « Mais je te préviens, si ton état empire d'ici une heure, je t'amène là-bas. Même s'il faut que tu m'en veuilles toute ta vie. » La jeune femme se redressa et commença à chercher du regard ce qu'elle voulait. « Laisse-moi te débarbouiller avant de voir ce que l'on peut faire. » Quoi ? Sous-entendait elle le fait qu'elle le laisserait courir après ces meurtriers ? Il semblerait que oui, mais n'était-ce pas plutôt un moyen d'éviter une guerre entre eux ? Sous les informations de Donovan, Tahlia trouva des serviettes propres et une trousse à pharmacie peu fournie, mais qui devrait dépanner. Elle fit couler de l'eau chaude et mouilla une première serviette. Elle revint ensuite vers Donovan et posa sa main sous son menton afin de relever son visage vers elle. « Ne bouge pas, s'il te plaît. » souffla-t-elle. Et alors, avec une extrême douceur, elle tapota son visage afin de nettoyer le sang qu'il avait sur lui. Elle se permit de sourire alors qu'elle rétorqua, en tentant de ne pas trop lui faire du mal. Difficile quand on s'appelait Tahlia Wates et que l'on était aussi délicate que Bruce Banner dans ses excès de colère. Un silence s'était installé. Et le silence était bien une chose qu'elle haïssait plus que tout. Alors, elle reprit, avec un ton presque léger : « N'empêche, le nez en travers et l'arcade explosée, ça te donne un air de bad boy, et ça te va bien. » L'ombre d'un sourire finit même par se dessiner sur ses lèvres. Mais son inquiétude ne disparaissait pas pour autant. S'attelant à la tâche avec délicatesse, elle observa Donovan qui avait le regard vissé sur le petit cadre qui se trouvait à proximité. Un cadre où elle pouvait voir une femme brune, tout sourire. Le genre de femme solaire, que rien ne pouvait atteindre tant elle transpirait la joie de vivre. Tahlia reposa son regard sur son collègue et demanda : « C'est ton épouse ? » elle avait déjà sa réponse, mais c'était mieux de l'entendre de sa bouche.

__________________________


☽☽  Il est déjà dans tes veines, il ira jusqu'à ton cœur. Il y récoltera les émotions que tu y as cultivées avec tant de précautions. Puis il te pourrira d'espoirs. La conquête amoureuse est la plus égoïste des croisades.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
avatar
messages : 173
ici depuis : 02/06/2018
crédits : Odyssea (avatar), alaska (sign), tumblr (gif).
double-compte : Shelby Dietrich.
statut : Veuf depuis 2010 avec pour seule compagnie ses bouteilles d'alcool et son pistolet chargé.
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Mar 8 Jan 2019 - 9:31

Donovan savait que les gens autour de lui ne comprendrait pas ce besoin qu'il avait de se venger. De la venger. C'était une manière pour lui de savoir qu'elle pouvait enfin reposer en paix, qu'elle n'avait plus à s'inquiéter, que personne ne lui ferait plus de mal. Mais désormais, là où elle était, personne ne pouvait l'atteindre. Pas même lui. Et c'est ce qui lui manquait au quotidien. Le flic n'avait jamais été très démonstratif, alors pour savoir ce qui se passait dans sa tête, c'était toute une mission, mais Miranda avait su percer son mystère, elle avait toujours su tirer le meilleur de lui, même quand il n'y avait que le pire à voir. Que dirait-elle si elle le voyait à l'heure actuelle ? Elle le voyait, c'était certain, mais il ne voulait pas affronter la vérité en face, il ne voulait pas s'imaginer ce qu'elle pourrait lui dire si elle était encore ici, auprès de lui. Si elle avait encore été là, il serait papa aujourd'hui. Il aurait pu être heureux et comblé. Mais il n'y avait rien de tout ça.

Le quadra fit une grimace comme pour montrer à sa coéquipière qu'il n'acceptait pas ses propos. Elle mettait en doute ses capacités à repousser une bande d'hommes près à lui casser la gueule. Bon en même temps, il avait lamentablement échoué vu son état. Il préférait jouer sur la taquinerie, parce que c'était son moyen d'auto-défense dans ce genre de moment.

Malgré ce qui lui avait dit, ce supplice de ne pas l'emmener à l'hôpital, il était quasiment persuadé qu'elle n'allait en faire qu'à sa tête. Elle était presque aussi têtue que lui, normal qu'il y ai toujours des disputes entre eux. Mais elle lui laissait un délai d'une heure, passé celui-ci, seul son état aux yeux de Tahlia pourrait la convaincre de le laisser ici, dans sa caravane. Il savait ce qui lui restait à faire pour ne pas y aller.

La flic lui demanda où elle pouvait trouver de quoi le soigner, il indiqua un placard dans lequel il gardait une trousse de secours avec quasiment rien dedans. Donovan n'était pas le genre de mec super organisé qui avait tous les médicaments nécessaires dans une armoire à pharmacie. Il se foutait un peu de tout, et dans cette trousse il y avait vraiment que le strict minimum. De quoi désinfecter et de quoi faire des pansements à cas où. Rien d'extraordinaire en soi. Tahlia se mit alors à appliquer la serviette sur son visage avec une délicatesse qu'il ne lui connaissait pas. Il ne doutait pas que ça puisse être une femme douce, mais elle n'en avait jamais fait la démonstration devant lui. Peut-être parce que le moment ne s'y était jamais prêté non plus.

" - T'as sans doute loupé ta carrière d'infirmière plutôt que d'être flic. Même si tu es plutôt un bon élément."

Les compliments avec l'allemand c'était particulier. Oui il la complimentait sur ses états de service, mais sans trop être direct avec elle. Il y avait toujours une petite pique lancée en même temps. Preuve qu'il n'allait pas si mal au final, si ?

" - Tu trouves ? Je ne suis pas assez bad boy en général ?"

Il aurait bien rajouté qu'il était du genre casse-cou, mais il avait anticipé la réponse de la brune qui ajouterai qu'il était plutôt du genre "casse-couilles", il ne voulait pas lui donner cet avantage alors il préférait se taire. Du moins jusqu'à ce que Tahlia ne surprenne son regard et lui pose la question à laquelle elle connaissait déjà la réponse.

" - Oui c'est Miranda." avoua-t-il d'une voix nostalgique et étranglé par le sang qu'il avait encore dans la gorge.

Donovan ignorait si elle avait employée le présent par respect pour lui, ou bien si tout simplement comme lui, elle avait l'impression qu'elle était encore ici, dans cette pièce. Tahlia n'avait pas idée de ce qui s'était passé ici-même, et il y en avait eu des horreurs. Pourtant, le quadra prit soin de poser le cadre face contre le meuble afin que Miranda ne le voit pas dans cet état. C'était bidon comme façon de faire, mais il y croyait.

__________________________


Losing my way
La douleur ne disparaît jamais, on apprend seulement à vivre avec. Souris aux gens, ça t'évitera de leur expliquer pourquoi tu as mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssea-gallery.e-monsite.com
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 7436
ici depuis : 14/03/2016
crédits : Endlesslove (ava), Sial (sign), Landon (crackship)
statut : J'veux qu'tes galères deviennent les miennes
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Jeu 10 Jan 2019 - 23:32

Ils étaient plusieurs à lui être tombés dessus, mais Donovan ne semblait pas se rendre compte de l'ampleur des actes. Certes, elle connaissait ses désirs de vengeance, mais dans ce cas-là, foncer dans le tas revenait clairement à du suicide. C'était une belle mise en garde qu'il avait eu ce soir, mais le lieutenant dédramatisait, optait pour la taquinerie, en clamant que le groupe d'hommes ne s'en était pas très bien sorti, lui aussi. Tahlia n'était pas dupe et elle ne se gêna pas de le faire remarquer, se contrefichant de cette grimace qu'il avait sur le visage. Mais elle n'ajouta rien de plus. Elle ne monta pas au créneau, préférant opter pour une autre stratégie. Sa priorité, à l'instant présent, était de l'amener à l'hôpital, afin qu'il soit soigné et qu'il mette de côté ses projets de course-poursuite avec ces hommes qui l'avaient clairement tabassé. Mais Donovan savait comment Tahlia agissait, il savait comment l'amadouer, et il le fit avec brio. Elle ne l'amènerait pas à l'hôpital... du moins, pas tout de suite. Le compromis était fixé et Donovan savait que Tahlia irait jusqu'au bout. Même si cela ne plaisait pas à son supérieur. Toutefois, ne pouvant pas le laisser dans un tel état, elle entreprit de rassembler le matériel pour le soigner. Cela fut rudimentaire : des serviettes propres et une trousse de pharmacie peu achalandée. C'était à croire que Donovan ne passait qu'en coup de vent par ici. Cela devait même être le cas, puisqu'elle savait que son repaire principal n'était autre que les bars de la ville. Il devait venir ici uniquement pour dormir. Mais soit, elle allait faire avec les moyens du bord. Tout en douceur, elle commença à lui nettoyer le visage. Elle y mettait du soin et de la délicatesse, afin de ne pas lui faire de mal. Lui qui ne connaissait que la tornade brune faisait face à une toute nouvelle facette de Wates. Ses paroles lui arrachèrent d'ailleurs un sourire. « Plutôt un bon élément ? C'est tout ?! » Elle lui lança un regard complice, lui faisant comprendre qu'elle avait saisi le compliment. « A force de traîner avec des garçons, j'ai dû apprendre à soigner les gueules cassées. Approximativement. Alors, tu devrais peut-être attendre demain avant de me dire que j'ai loupé ma carrière d'infirmière ». Nettoyer les plaies et les désinfecter, ça ne devrait pas trop faire de mal, ceci dit. Elle continua de nettoyer son visage, le taquinant à son tour en le qualifiant de bad boy avec ses blessures de guerre. La réponse du lieutenant la fit lentement hocher la tête, lui rétorquant aussitôt : « Y a plus bad boy que toi, il suffit de regarder les cas que l'on a au commissariat. Mais chez les flics, je crois que c'est toi qui l'es le plus. Tu vas faire sensation en arrivant demain au boulot. » Il allait surtout s'attirer les foudres des supérieurs, qui ne savaient plus quoi faire de cette tête brûlée. Des supérieurs qui pensaient la même chose de Tahlia. Et pourtant, ils avaient osé les mettre dans la même unité. Mais c'était finalement bien pensé. Désormais, ils se trouvaient avec deux têtes brûlées dans une même équipe, qui s'associaient parfaitement quand il fallait remettre en doute les ordres, mais qui savaient prendre soin l'un de l'autre. La preuve, ce soir, avec la présence de Tahlia, ici dans le repaire de Donovan. Elle s'immisçait dans l'intimité du policier. Une première après tant d'années à bosser ensemble. Suivant le regard de son collègue, elle remarqua cette femme sur la photo. Miranda, son épouse, lui avoua Donovan. « C'était une très belle femme. » répondit-elle doucement. Donovan plaqua alors la photo contre le meuble, un geste parlant. C'était comme s'il redoutait le regard de sa femme. Ce qui était à la fois beau et douloureux. Alors qu'elle lui tendit une compresse pour qu'il tente d'arrêter le saignement de son nez, Tahlia continua de nettoyer le visage. Une question finit par franchir la barrière de ses lèvres : « Tu n'as jamais essayé de refaire ta vie ? » Question indiscrète, probablement.

__________________________


☽☽  Il est déjà dans tes veines, il ira jusqu'à ton cœur. Il y récoltera les émotions que tu y as cultivées avec tant de précautions. Puis il te pourrira d'espoirs. La conquête amoureuse est la plus égoïste des croisades.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
avatar
messages : 173
ici depuis : 02/06/2018
crédits : Odyssea (avatar), alaska (sign), tumblr (gif).
double-compte : Shelby Dietrich.
statut : Veuf depuis 2010 avec pour seule compagnie ses bouteilles d'alcool et son pistolet chargé.
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Sam 12 Jan 2019 - 12:04

Donovan était franc comme mec, parfois même un peu trop. Il oublie qu'il y a des façons de dire les choses de manière un peu plus enrobées pour ne pas blesser ceux qu'il a en face de lui, comme par exemple lorsqu'il doit aller annoncer un décès dans une famille. C'est pour cette raison qu'il est très souvent accompagné par quelqu'un de diplomate, qui sait faire les choses comme il faut. Et c'est aussi pour cette raison que ce n'est pas lui le premier à qui on pense pour ce genre de boulot, mais quand il n'y a personne d'autre, ses supérieurs sont forcés de se rendre à l'évidence. Ce soir c'était un peu pareil, plitot que de sombrer, de se laisser bouffer par ce qui bouillait au fond de lui, il optait pour l'humour, la taquinerie, tout comme il le faisait avec Tahlia. Il ne savait pas communiquer simplement. Il ne pouvait tout simplement pas lui dire de manière franche qu'il était fier de lui, qu'il appréciait l'avoir dans son équipe, qu'elle était le meilleur élément qu'il n'avait jamais eu. Tout cela, la brune ne l'entendra jamais, à moins qu'elle sache décrypter le langage de l'allemand. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit à la perfection lorsqu'elle adopta un air surpris et à la fois dubitatif quand il lui avait dit qu'elle était plutôt un bon élément. Les compliments, ce n'était clairement pas son genre, pourtant peut-être que s'il en faisait un peu plus, les choses seraient plus aisées au sein de son équipe. Mais les autres membres de celle-ci n'avaient pas vraiment d'atomes crochus avec lui, pas comme Tahlia en tout cas.

" - De toute façon, tu ne peux pas vraiment faire grand chose pour que ce soit encore pire, à moins que tu es décidé de me prendre pour un punching-ball."

Tahlia aurait pu ne pas le désinfecter et nettoyer ses plaies, pourtant elle était là, à ses côtés pour tenter d'apaiser la douleur qui brûlait dans tout son corps. Elle joua même sur l'humour elle aussi en disant que cet air de bad-boy lui allait plutôt bien.

" - La seule sensation que je vais faire c'est avec Bellanger oui."

Bellanger, leur chef, leur supérieur. Quand il allait voir l'état dans lequel était Donovan, il savait déjà qu'il allait passer un mauvais quart d'heure. Alors il pourrait supposer qu'il était juste au mauvais endroit au mauvais moment, mais connaissant les éléments de son équipe, il savait que Danno aimait se foutre dans ses situations toujours à risque. Sauf que cette fois-ci, il avait failli le payer de sa vie. Mais qu'importe, lorsqu'il s'est engagé, il connaissait les risques du métier, même si son état d'esprit avait changé depuis qu'il avait débuté sa carrière, et encore plus depuis la mort de sa femme, il était devenu insensible à la mort, comme si plus rien ne l'atteignait. La mort c'était pour lui l'option de facilité, celle qui lui permettrait de se libérer de cette souffrance intérieure qui le ronge au quotidien. Il avait cessé de vivre le jour où la nouvelle était tombée, depuis il se contentait de survivre tout simplement.

D'ailleurs, il baissa la photo de Miranda qui trônait sur le meuble à ses côtés, comme s'il avait peur qu'il puisse encore la blesser si elle devenait ses agissements. Il savait très bien ce qu'elle aurait dit, et parfois même, il lui arrive de la voir durant son sommeil. Il parle même avec elle, mais s'il avait la bonne idée d'en faire part à son psy au boulot, il finirait probablement interné directement. Les fantômes n'existent pas. Ou peut-être bien que si..

Il appuya la compresse que la brune lui tendit et la mit contre son nez pour tenter d'arrêter les saignements. La tête légèrement en arrière, il sentait le liquide chaud couler comme un fleuve qui ne s'arrête jamais. C'était peut-être une preuve qu'il avait déjà été trop loin, qu'il devait s'arrêter là et tenter de tourner la page une bonne fois pour toute. Mais il en était incapable, il n'était pas aussi fort qui le laissait paraître. D'ailleurs, quel homme fort irait se réfugier dans l'alcool et la drogue pour survivre dans son quotidien ?

" - Non." fit-il dans un premier temps avant que son regard ne se pose de plus belle sur le cadre retourné et sur l'alliance qui trônait encore sur son doigt. Puis il poursuivit d'une voix plus faible, comme s'il redoutait que Miranda ne l'entende. " - J'en ai jamais eu le courage.. La vérité c'est que j'ai peur de l'oublier, d'oublier son visage, sa voix, son sourire. Ces petits détails qui faisaient que j'étais fou d'elle. Et puis, même si j'avais tenté de refaire ma vie, ça aurait été injuste pour la femme qui aurait pris sa place, parce que je l'aurai sans cesse comparé à elle, à son fantôme. Et je ne veux pas encore faire souffrir une femme.."

Miranda aurait voulu le voir heureux, mais lui n'y arrivait pas. Aucune femme ne lui faisait l'effet qu'elle avait sur lui. Il ne pourrait jamais aimer une femme autant qu'il a pu l'aimer elle. C'était comme s'il avait épuisé tout son stock d'amour et qu'il n'en avait plus à partager. Il finirait probablement ses jours seul, dans cette caravane, avec pour seule compagnie le chant des oiseaux et le bruit des vagues en fond. Il était voué à cette fin.

__________________________


Losing my way
La douleur ne disparaît jamais, on apprend seulement à vivre avec. Souris aux gens, ça t'évitera de leur expliquer pourquoi tu as mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://odyssea-gallery.e-monsite.com
grand kangou
avatar

➳ TELL ME MORE ABOUT YOU

▹ anecdotes
:

▹ portrait chinois
:
messages : 7436
ici depuis : 14/03/2016
crédits : Endlesslove (ava), Sial (sign), Landon (crackship)
statut : J'veux qu'tes galères deviennent les miennes
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   Lun 14 Jan 2019 - 17:57

A force de côtoyer l'allemand, la brune commençait à décrypter ses codes. Elle savait qu'il n'était pas du genre expansif, qu'il n'était pas le mieux placé pour lancer des discussions et encore moins pour complimenter. Cela lui causait d'ailleurs du tord au sein de son équipe, puisqu'il avait quelques éléments qui étaient en recherche de reconnaissance. Mais ils ne connaissaient pas suffisamment Donovan pour comprendre que, parfois, certaines paroles futiles s'apparentaient en réalité à un semblant de compliment. Tahlia, elle, le comprenait, mais il fallait dire qu'elle était sûrement la plus proche de lui – pour ne pas dire la seule. Alors, petit à petit, elle avait appris à cerner le lieutenant et à opter pour l'humour en guise de moyen de communication. C'était comme cela qu'ils se comprenaient et elle ne voulait pas changer cela. La jeune femme esquissa un sourire aux paroles de son collègue, secouant légèrement la tête : « Je ne compte pas te prendre pour un punching-ball. Tu as eu ta dose pour ce soir. » Et quand bien même, peu importe l'horreur qu'il pourrait lui balancer à la figure, elle se s'imaginait pas avoir un quelconque geste déplacé à son égard. Au contraire, plus leur relation avançait, plus ils s'apprivoisaient et plus Tahlia faisait preuve de douceur envers lui. Comme à cet instant, alors qu'elle soignait ses blessures. La brune grimaça quand Donovan évoqua Bellanger. Bellanger qui attendait la moindre faille pour retoquer Donovan. La policière haussa les épaules. « Si tu veux, je te couvrirai. Je dirais que j'étais avec toi et que tu as fait une mauvaise chute ? » Donovan avait besoin d'avoir accès aux fichiers du commissariat, mais s'il continuait à jouer à l'équilibriste avec sa vie, elle savait que Bellanger n'hésiterait pas à lui retirer sa plaque et son arme. Et ce serait la fin de Chamberlain. Tahlia n'était pas dupe. Malgré la mise en garde, elle savait que le quadragénaire irait jusqu'au bout. Peu importe les conséquences, peu importe ce qu'elle pouvait bien dire. Il vivait avec le fantôme de sa femme et ne démordrait pas tant qu'il n'aura pas la vérité sur le meurtre de celle-ci. Miranda. Tahlia avait posé son regard sur ce cadre photo, que Donovan abaissa, face contre le meuble. Lui tendant une compresse pour qu'il essaye d'arrêter le saignement de son nez et alors qu'elle continuait ses soins, Tahlia posa une question qui lui brûlait les lèvres. Une question indiscrète, dont elle avait déjà la réponse. Avait-il déjà essayé de refaire sa vie ? Quand Donovan lui avoua que cela n'était pas le cas, Tahlia n'en fut pas surprise. Elle connaissait plusieurs veufs, dont Donovan et Salomé, qui n'arrivaient plus à franchir le cap, qui n'arrivaient pas à oublier leurs conjoints. Les yeux verts de Tahlia suivirent le regard de Donovan et se posa sur l'alliance à son doigt, qu'il ne quittait pas. Pensant qu'elle n'allait voir aucun autre détail, elle fut surprise d'entendre Donovan reprendre la parole. Elle hocha la tête pour lui montrer qu'elle prenait en compte toutes ses paroles, qu'elle pouvait même le comprendre, mais elle ne put s'empêcher d'ajouter. « Tu sais, même si elle n'est plus là, tu auras toujours des souvenirs lui appartenant, vous appartenant. Ce n'est pas une nouvelle histoire avec une femme qui te les retirera. Miranda fait partie de toi, à jamais. » Elle reprit ensuite, toujours avec douceur : « Mon copain est veuf. Lui aussi a perdu sa femme, de manière tragique. » Pour une sombre histoire de vengeance, qui devait viser l'agent secret agissant pour la couronne d'Angleterre. « Même si ça ne fait pas longtemps que nous sommes ensembles, je sais déjà que je ne remplacerai pas sa femme. Et je n'ai pas la prétention de la remplacer. Il peut me comparer à elle, s'il en a envie, ce serait même naturel... je ne lui en voudrais pas. Mais il se rendra compte que je ne suis pas elle. Je veux juste lui apporter une histoire différente, je veux lui apporter ce que je suis. » Elle n'était pas du genre à parler d'elle, Tahlia, mais elle voulait lui apporter un autre point de vue, le point de vue de la nouvelle arrivante dans la vie d'un homme marqué par le passé. « Je suis certaine que si tu t'ouvrais un peu plus – et je sais que ce n'est pas simple - tu te rendrais compte qu'il y a une femme qui serait prête à passer par là. » Elle avait cessé de le soigner pendant cet instant, son regard porté sur lui. « Tu n'es pas qu'un vieil ours mal léché. Tu es intéressant, Donovan. Vraiment. Alors, ne t'oublie pas dans cette histoire... »

__________________________


☽☽  Il est déjà dans tes veines, il ira jusqu'à ton cœur. Il y récoltera les émotions que tu y as cultivées avec tant de précautions. Puis il te pourrira d'espoirs. La conquête amoureuse est la plus égoïste des croisades.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Whenever you need me, I'll be there to protect you (Donovan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: southern district :: espace caravaning-
Sauter vers:  
idées pour pimenter vos rps !
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ MINI-COMMUNS
▹ RPS LIBRES
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement