AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 soulmates never die (niels)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: soulmates never die (niels)    Sam 9 Fév 2019 - 17:30

Le cœur plus léger, elle était rentrée chez elle avec le sourire accroché sur ses lèvres, s'évanouissant dans ses draps qui restaient toujours aussi vides sans lui, mais son esprit était parsemé d'images, ceux qu'ils avaient vécus durant cette soirée de retrouvaille. Elle etait parti au travail quelques heures plus tard, dans une motivation qu'on ne lui connaissait plus depuis qu'elle avait rompu avec Niels, mais aujourd'hui, tout était différent. Elle sentait qu'ils pouvaient se retrouver, recréer ce qui s'était détruit sous l'effet de ses choix et elle n'avait plus aucune envie de sombrer dans son absence qui était déjà bien trop présente. Elle lui avait envoyé des messages, ne pouvant résister au désir de continuer à émettre un contact avec lui, juste pour qu'il sache qu'elle ne l'oubliait pas, juste pour qu'elle s'assure que lui non plus, et qu'il était toujours intéressé par ses avances qui ne cessaient de pleuvoir même à distance. Elle était atteinte, bien trop profondément, son cœur palpitant pour le sien, envieuse de délier ses filets autour de lui pour qu'ils ne puissent plus s'échapper de leur emprise mutuelle. En réalité, elle n'avait jamais réussi à se défaire de ses liens qu'il avait déployés contre son corps, parce qu'en un seul de ses messages, ses cellules s'agitaient, confirmant qu'elle était toujours à lui, pour le reste de sa vie.

Elle avait eu le temps de passer lui acheter un petit cadeau durant ces quelques heures où ils ne s'étaient pas vus, choisissant une planche de skate dont le design allait sûrement lui plaire, du moins, elle l'espérait, parce que cette attention était sincère, Aelya désirait simplement lui montrer qu'elle le connaissait mieux que personne, et qu'elle avait toujours une pensée qui s'évadait vers lui, même si la distance les avait décimé.

En fin de journée, durant son jour de repos, elle avait regardé l'heure, sachant pertinemment où il devait être alors que le Soleil entamait doucement sa descente. Sans le prévenir, elle s'était rendu au skate park où il avait ses habitudes, s'invitant discrètement sur le lieu alors qu'il était entrain de s'exercer.

- J'aurais du venir ici plus souvent quand j'étais célibataire. Parce que j'ai mis du temps à comprendre que le plus beau mec venait ici, presque tous les jours,
avança-t-elle, un léger sourire amusé sur ses lèvres.

Toujours un mot pour flatter son égo, pour le charmer un peu plus, parce que pour Aelya, il n'y avait pas d'hommes plus attirants que Niels.

- J'espère que je t'ai un peu manqué, sinon je pars et je reviens dans quelques jours, ajouta-t-elle, taquine.

Elle sentait déjà son rythme cardiaque s'accélérer juste à la vue de son être, à cette volonté de sentir sa peau contre la sienne, cette drogue dont elle ne pouvait se défaire. Elle n'en avait de toute façon, jamais eu l'envie.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 1:30

Il avait cette impression de légèreté, comme si à chaque pas qu'il faisait, il prenait le risque de s'envoler. Un gamin amoureux, voilà ce qu'il était. Ses yeux brillaient aux éclats, et si l'alcool y était pour quelque chose, il n'y avait aucun doute du fait que ce soir, il était heureux, bien plus qu'il ne l'avait été ces deux derniers mois. Il avait le cœur léger, prêt à imploser, souhaitant rejoindre celui de la femme qu'il avait toujours aimé et qui avait, encore une fois, réussi à le charmer. Il s'était enfoui sous ses draps, se repassant les quelques instants qu'ils avaient passé ensemble, à se rappeler leurs fondamentaux, ceux qui fondaient leur histoire commune, celle qu'ils se voyaient incapables d'oublier. Parce-qu'ils étaient faits pour s'aimer et pour se le rappeler tous les jours, jusqu'à la fin des temps. Il n'aimait pas donner cette impression que tout était acquis, surtout lui, qui aimait souvent jouer avec le mystère, comme s'il pouvait s'échapper à tout moment. Mais elle, il n'avait jamais pu s'empêcher de lui montrer combien il la voulait, combien il crevait d'envie qu'elle revienne tapisser les murs de son quotidien. Les jours qui avaient suivi, ils s'étaient échangés des messages, se cherchant avec des sous-entendus de moins en moins dissimulés. Niels voyait son sourire s'étirer à chaque fois qu'il voyait son nom s'afficher sur l'écran de son portable, emballant instantanément son rythme cardiaque, ayant l'impression de revivre les débuts de leur relation il y a quelques mois de ça, conscients qu'ils reculaient pour mieux sauter. Pour autant, ils faisaient l'effort de prendre leur temps, souhaitant ralentir le rythme qui désirait pourtant s'emballer. Niels savait que l'attente leur serait bénéfique et que dans quelques temps, ils pourraient de nouveau envisager la suite à deux. Après avoir terminé son service, il s'était directement mis en route pour le skatepark, désirant retrouver les sensations qu'il avait perdu pendant sa convalescence, cherchant à rétablir son physique parfois encore douloureux de temps à autre, lorsqu'il puisait un peu trop dans ses ressources réduites. Il était seul, profitant du calme pour se ressourcer, ses écouteurs dans les oreilles, son t-shirt enlevé qu'il avait accroché au niveau de sa ceinture, plus à l'aise pour rider. Puis soudainement, il entendit une voix au travers de sa musique, lui faisant comprendre qu'il avait de la compagnie. Et pas n'importe laquelle. Se débarrassant de ses écouteurs, il se retourna pour apercevoir Aelya, la détaillant de haut en bas, subjugué par sa beauté. Un sourire aux lèvres, flatté par ses mots, il monta sur sa planche pour s'approcher d'elle. « C'est surtout moi qui suis chanceux d'avoir la visite d'une femme aussi canon. Ça arrive pas tous les jours. » Sourit-il, charmeur, lui lançant un clin d'oeil. « D'habitude, il y a de la concurrence ici. T'as bien choisi ton jour. » Souffla-t-il, comme pour lui montrer qu'il ressentait toujours le besoin de savoir qu'elle ne voyait que lui. Il s'amusa de ses mots, se mordant légèrement la lèvre avant de faire de nouveau un pas vers elle, descendant de son skate pour venir déposer ses lèvres contre sa joue, glissant légèrement jusqu'au coin de ses lèvres avant de la regarder, les yeux brillants. Sa main vint se loger dans son dos alors qu'il l'attira un peu plus contre lui, comme pour l'empêcher de partir. « T'as pas intérêt. Maintenant que t'es là, j'te lâche plus. T'es coincé avec le mec qui a le plus sué au monde là, j'espère que ça te va. » Lâcha-t-il, amusé, évitant néanmoins de coller entièrement sa peau perlant de sueur à la sienne. « Tu vas bien ? J'suis content que tu sois venue. » Avoua-t-il, sincère, faisant déjà courir ses doigts sur son bras, créant le contact avec sa peau.

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 13:05

Son cœur avait surgi de sa poitrine lorsqu'il avait posé sa main à ce niveau, son contact qui n'avait de cesse de la chambouler, bouleversant son monde plongé dans la pénombre, comme s'il avait inscrit un rayon de lumière au travers des ténèbres. Elle n'avait pas eu envie de le voir partir, ce n'était pas quelque chose qu'ils avaient eu l'habitude de faire, eux qui dès le départ s'étaient invités chez eux dans l'intention de se connaître mieux, de remplir le creux qu'ils portaient tous les deux dans l'âme. Elle le re-découvrait comme dans une première fois, flirtant avec lui timidement, cherchant sa main dans la sienne pour ne plus jamais le perdre alors qu'elle crevait d'envie de se nourrir de ses lèvres qu'elle avait effleuré, tout ça pour lui permettre de mieux respirer, de ne pas se brûler les ailes sous les flammes du danger parce qu'ils avaient une forte tendance pour se consumer, grillant les étapes une à une parce qu'ils étaient impatients de s'aimer. Elle avait l'impression de le retrouver, petit à petit, son âme-sœur qui s'ouvrait de plus en plus à elle au travers des messages qu'ils échangeaient et dont elle ne pouvait pas se passer, ses entrailles s'agitant à ses simples envoies. Elle était amoureuse, et elle lui tomberait toujours dans les bras, parce qu'il était spécial et ce qu'ils avaient tous les deux l'était tout autant.

Aelya voulait le reconquérir doucement mais sûrement, s'immiscant dans sa vie sans trop devenir intrusive, parce qu'il avait besoin d'espace pour se reconstruire. Alors, elle avait laissé passer quelques jours où seuls les sms leurs permettaient de converser avant de finalement venir à sa rencontre. Le manque lui crevait le cœur, perçant sa patience qui était déjà mise à rude épreuve, parce qu'elle était tout simplement faite pour être et rester à ses côtés. S'aventurant au milieu du skate park pour venir jusqu'à lui dans une attitude amusée, elle avait sourit à ses mots qui flattaient son égo alors qu'il était arrivé à sa hauteur.

- J'espère bien que ça arrive pas tous les jours. Parce que ça voudrait dire que moi aussi, j'ai des concurrentes. L'idée en soit me plaît pas, donc je serais sûrement obligée un jour, de passer ma vie ici, juste pour m'assurer que t'es qu'à moi, avança-t-elle d'un air faussement innocent.

C'était sa manière de lui montrer qu'elle était toujours aussi passionnée par leur lien, que sa jalousie ne la perdrait jamais tant qu'elle l'aimait aussi intensément. Son regard ancré dans le sien ripait sur son torse dénudé, imprimant ses courbes qui lui avaient tant manqués et qu'elle ne voulait que caresser pour le couvrir d'affection. Elle se faisait violence pour ne pas craquer, pour ne pas se jeter à corps perdu contre cet être qui l'atteignait autant. Son rythme cardiaque s'accélèra lorsqu'il s'approcha au plus près d'elle pour faire glisser ses lèvres de sa joue au coin de ses lèvres, souriant légèrement à sa marque d'attention alors que son regard s'embrasait pour lui. Alors qu'il l'attira contre lui, Aelya plaça ses mains sur ses flancs qu'elle caressa légèrement du bout de ses doigts, captant la chaleur de son corps dont le contact la faisait frémir, rassurant ses cellules en souffrance de son manque. Elle lâcha un petit rire à ce qu'il vint ajouter, ne pouvant s'empêcher de laisser son regard traîner sur sa peau qui perlait devant ses yeux.

- Tu m'attires tout le temps t'façon, c'en est presque affligeant. Et tu sais très bien que j'adore te voir transpirer, surtout quand c'est moi qui te donne chaud, souffla-t-elle en venant frôler ses lèvres sans leur céder.

Elle hocha la tête, le sourire ancré sur son visage, satisfaite qu'il soit toujours enjoué à l'idée de renouer avec elle.

- Je vais bien en ce moment. Je crois que je fais que de tomber amoureuse d'un mec et que j'arrive pas à le cacher, s'amusa-t-elle. Et... Peut être bien que s'il me suit chez moi, il pourrait avoir le droit à une surprise, le chercha-t-elle, jouant sur le mystère. Mais pour ça, faut qu'il prenne le risque de venir, parce qu'on sait jamais ce qui peut arriver... Sourit-elle, ses doigts venant caresser son torse humide.

Elle frissonnait sous l'effet de leur proximité, de ses caresses qu'elle n'avait pas eu depuis qu'elle était partie.

- Dis, t'étais pas censé attendre encore un peu pour reprendre le skate ? C'est pas trop tôt ? S'inquièta-t-elle soudainement alors que ses doigts dessinaient le contour de certaines cicatrices.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 15:10

L'amour lui brulait les lèvres, et il aurait aimé pouvoir le lui exprimer sans prendre le risque de griller les étapes. Ils avaient décidé d'être raisonnables ce soir-là, sans trop savoir pourquoi, parce-que l'envie de se retrouver était plus forte que tout mais ils savaient tous les deux que l'attente restait la meilleure option pour eux. Niels n'était pas guéri, et Aelya le savait tout autant que lui. Il était pour autant convaincu que le processus de cicatrisation s’accélérerait s'il laissait la possibilité à la brune de caresser son âme, comme avant, parce-qu'il n'y avait pas un meilleur remède que l'amour qu'il trouvait dans son étreinte, celui qui ne s'éteignait jamais, qu'importent les tempêtes. Ils s'étaient donc contentés de communiquer par message, laissant la tension les percuter à chaque mot qu'ils pouvaient lire, aussi brûlants les uns que les autres, indiquant clairement leur envie de se succomber même s'il était préférable de faire perdurer cette attente réparatrice. Il pensait à elle, nuit et jour, s'endormant avec les souvenirs de leur ancien quotidien, se réveillant avec l'image de son visage ancrée dans son esprit. Il l'aimait. C'était aussi simple que ça, d'une pureté à peine concevable. Il avait l'impression de se retrouver lui-aussi, petit à petit, alors que les ténèbres semblaient enfin le laisser souffler quelques minutes au fur et à mesure qu'il retrouvait un équilibre, celui qu'il avait perdu lorsqu'Aelya était partie. Sur sa planche, il se vidait l'esprit, concentré sur ses gestes précis qu'il effectuait avec une difficulté non moindre, son corps peinant encore à retrouver toutes les capacités qu'il avait pu avoir avant son accident. Immédiatement, un sourire s'était ancré à ses lèvres lorsqu'il l'avait aperçu, agréablement surpris de la voir débarquer sur son lieu de prédilection. « Y'a un tas de nanas qui skatent par ici. Mais si tu venais plus souvent, tu verrais que y'en a aucune qui m'intéresse. J'crois bien que y'a une femme qui occupe déjà tout l'espace... » Ajouta-t-il, d'un air malicieux, répondant à ce jeu qu'ils entamaient naturellement, ses mots cherchant à la rassurer sur le fait qu'il lui était toujours dévoué, corps et âme, et que les autres courbes féminines qui passaient devant ses yeux ne lui faisaient ni chaud ni froid. C'était elle qu'il voulait, pour le restant de ses jours. En s'approchant un peu plus d'elle, il n'avait pas pu résister à l'appel de sa peau qu'il avait embrassé, de manière bien trop chaste à côté des idées qu'il avait dans la tête lorsqu'il la regardait, son corps appelant déjà le sien. Un sourire en coin, il avait gardé cette proximité étourdissante avec elle, se permettant même de loger une main dans son dos pour la rapprocher de lui, mettant fin au supplice de l'avoir tout près de lui sans la toucher. « C'est dommage que ça soit pas encore toi qui sois la raison de cette sueur d'ailleurs... » Lâcha-t-il, charmeur, le regard plein d'envies alors qu'il sentait le bout de ses lèvres frôler les siennes, se faisant violence pour ne pas les rejoindre immédiatement. Il sentit son cœur redoubler de vitesse à ses mots, si importants pour lui, soudainement interloqué par la proposition qu'elle lui soumettait. « T'as pas idée d'à quel point c'est risqué, ouais. » Répondit-il, frissonnant au contact de ses doigts sur son torse, se pinçant légèrement la lèvre. « Je crois que tu l'as intrigué, ce type dont t'es amoureuse. J'espère que tu le regretteras pas de l'avoir invité chez toi. » S'amusa-t-il, gardant ce même ton taquin avant de poser ses yeux sur sa main qui se baladait sur son torse. « Par contre, j'peux pas débarquer comme ça chez toi. J'ai besoin d'une douche, je pourrais te rejoindre ? » Il avait besoin de lui plaire, de la séduire encore et encore, comme si c'était son unique et ultime but, ne pouvant se résoudre à voir cette flamme de séduction s'éteindre dans ses iris. « J'sais pas. J'ai vu que ça allait mieux, j'me suis pas privé. » Du Niels tout craché. Il n'avait pas cherché à savoir si c'était une bonne chose ou non que de reprendre le skate maintenant, ne demandant même pas conseil à ses médecins parce-qu'il savait de toute façon qu'il ne suivrait pas les indications si elles se trouvaient être trop contraignantes pour lui. « Ça va mieux, t'inquiète pas. » Ajouta-t-il, lui faisant relever le visage vers lui pour la rassurer, pour lui montrer qu'il était en forme. « Je m'ennuiyais chez moi, fallait bien que je trouve des trucs à faire de toute façon. »

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 16:14

Elle avait besoin de posséder son cœur, son âme, son être, comme elle le faisait avant qu'elle ne décide de tout foutre en l'air, de lui rendre ce qu'elle s'était jurée de garder dans le creux de ses mains, quitte à forcer le destin, à se battre contre l'univers juste pour ses beaux yeux qu'elle aimait voir dans les siens, son espoir qui venait directement l'atteindre maintenant qu'ils s'était revus, et sa main rejoignait timidement la sienne, juste pour s'immiscer sur son chemin. Elle se consumait dans l'attente, désirant faire les choses bien pour une fois, de ne pas lui céder trop vite pour lui permettre de reforger la confiance qu'il avait en elle parce qu'Aelya ne voulait plus partir, elle pourrait mourir pour lui, désirant passer le reste de sa vie à se perdre dans son étreinte, dans ses bras qui lui offrait un refuge qui la protégeait des autres, ce danger qui ne faisait que de les persécuter. Niels était sa seule famille, la seule personne qu'elle aimait éperdument, intensément, malade de cette addiction qui ne connaissait aucun traitement, et dont elle ne désirait d'aucune rémission. Jusqu'à la destruction, elle voulait l'aimer. Même si c'était mal, même s'ils tanguaient au bord d'un gouffre sans fond, elle ne pouvait pas se contraindre à choisir une vie plus stable à lui. Parce que c'était lui, sa stabilité. Elle esquissa un sourire joueur sur ses lèvres à sa remarque, soulagée d'entendre qu'elle restait dans sa tête comme lui, il restait dans la sienne, lui donnant l'incapacité de trouver l'oubli dans d'autres étreintes.

- Tu viens de sauver la vie à toutes ces filles, sans le savoir, lâcha-t-elle, taquine. Cette femme en tout cas, elle a de la chance de t'avoir. J'crois bien que c'est pareil de son côté, y'a pas grand monde qui l'intéresse. À part toi, ajouta-t-elle, le regard charmeur.

Elle l'imaginait souvent, sa peau contre la sienne, s'animant dans des draps qu'ils partageaient, eux qui ne savaient jamais faire dans le juste milieu, toujours dans l'extrême, se dévorant l'âme à coup d'amour et de drames, tandis qu'Aelya tentait de recoller les morceaux de son cœur cassé sur le sol de leur relation abîmée. Ses lèvres sur le coin des siennes avaient déchaînés une tempête dans ses veines, cette envie de les emprisonner jusqu'à ne plus pouvoir respirer, de goûter une nouvelle fois à ce bonheur qui l'avait quitté, à ce manque qui était trop présent. Son cœur loupa un battement à sa délicieuse provocation, le désir de lui succomber toute entière, s'offrant à lui et rien qu'à lui pour lui faire comprendre qu'il était l'homme de sa vie.

- Ça peut s'arranger, j'suis toujours aussi douée pour te réchauffer, et moi aussi, j'ai besoin de chaleur, de ta chaleur, le chercha-t-elle, la voix brûlante.

Elle commençait déjà à avoir chaud sous son regard de braise, dans cette proximité qui ne faisait que l'animer. Peut être que c'était trop tôt pour l'inviter, parce qu'elle savait qu'elle allait elle aussi devoir lutter : pour ne pas le faire allonger dans son lit, pour le voir partir. Caressant son torse du bout des doigts, elle aprivoisait sa peau une nouvelle fois, déposant sa marque qu'elle n'avait pas pu poser durant ces longs mois.

- Pourquoi je regretterais d'avoir l'homme de mes rêves dans un espace privé, un peu trop restreint ? Ça m'arrange un peu trop, j'crois, sourit-elle en coin.

Elle hocha la tête à sa proposition, son air séducteur qui ne quittait pas ses traits.

- Je t'aurais bien dit de venir prendre ta douche avec moi mais ça pourrait être déplacé, alors... J'vais faire un effort pour t'attendre sagement à mon appartement.

Ils étaient toujours aussi doués pour agrémenter la tension entre eux, celle qui devait normalement se faire discrète aux vues de leurs envies de ne pas se brûler les ailes. Elle leva les yeux au ciel à sa remarque, peu surprise par son attitude qui lui ressemblait évidemment.

- C'est pas le problème d'aller mieux, le problème c'est si tu tombes et que tu te casses quelque chose sur ce que tu t'es déjà cassé, soupira-t-elle, inquiète.

Elle redressa le regard quand il vint capter le sien, dans le désir d'apaiser son inquiétude.

- T'aurais pu me demander de venir, je t'aurais distrais si c'est que ça, t'aurais pris moins de risques. Remarque, ca se discute, répondit-elle, amusée par tous les sens qui se cachaient derrière.

Leurs ébats étaient tellement passionnés qu'ils arrivaient facilement à faire trembler les murs, et leur envie de se retrouver de manière trop rapide était encore une fois le risque de se déchirer aussi vite.

- Alors... On se dit à tout à l'heure ? Tarde pas trop, souffla-t-elle en déposant un baiser vif sur sa joue. Tu me manques déjà, murmura-t-elle à son oreille avant de se détacher de lui.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 18:29

Il savait qu'ils avaient tous les deux bafoué leurs promesses, en se séparant de la sorte, en se déchirant sans prendre conscience qu'ils faisaient la pire erreur de leur existence. Parce-qu'ils ne pouvaient pas survivre l'un sans l'autre. C'était quelque chose d'inconcevable. Peut-être que ça pouvait marcher le temps de quelques semaines, de quelques mois tout au plus, mais Niels savait pertinemment qu'il n'y survivrait pas plus longtemps. Le manque lui brûlait déjà la peau alors qu'il l'avait quitté il y a à peine quelques jours, même s'ils avaient convenu tous les deux de prendre leur temps cette fois-ci. Il voulait la retrouver, se ressourcer dans l'étreinte réconfortante qu'offrait ses bras, désirant retrouver la texture douce de ses lèvres qui lui manquaient cruellement, laissant les siennes asséchées de par cette distance qu'il y avait entre elles. Mais il devait être patient, au moins une fois, conscient que ça en valait la peine, qu'ils en valaient la peine. Il avait l'impression qu'ils étaient sur la bonne voie, souhaitant croire à ce renouveau qui leur tendait les bras, bien que l'hésitation se ressentait encore dans l'esprit du brun, comme si sa raison tentait encore de le prévenir des maux qu'il pourrait subir s'il l'acceptait de nouveau dans sa vie. Il ne put s'empêcher de sourire à ses mots, qui faisaient aux siens, à ce besoin de la posséder elle dans son entièreté, sans jamais avoir à la partager. « J'crois qu'ils se sont bien trouvés alors... » Dit-il, d'un air malicieux, d'une voix pleine d'espoir. Niels ne pouvait rien contre elle, se voyant fondre devant son regard si profond qui avait toujours su le transpercer pour entrevoir les tréfonds de son âme. Et s'il avait voulu feindre l'indifférence lorsqu'ils s'étaient retrouvés l'autre soir, tentant de lui balancer des mots aussi durs que faux au visage, il se rendait bien compte que finalement, il ne pourrait jamais être un autre avec elle. Parce-qu'il n'était bon que pour l'aimer, et pour le lui montrer, à chaque minute, à chaque seconde. Et c'était une torture pour lui de devoir être encore soft dans sa façon de la désirer, son envie de lui donner de l'affection le démangeant dans tout le corps. Il arqua un sourcil à sa remarque, comprenant qu'elle ne le laisserait jamais indifférent, elle qui savait toujours faire naître des images brûlantes dans son esprit. « J'attends que ça arrive avant de me prononcer. Pas que j'te fais pas confiance. J'aime juste vérifier les choses par moi-même. » Répondit-il, feignant l'indifférence juste pour l'attirer vers lui, pour égayer le même désir dans ce corps qu'il voulait faire vibrer, marquer de sa trace. « Dis comme ça, c'est vrai que t'es gagnante. Tu t'en sors toujours avec ce que tu veux de toute façon. » Souffla-t-il, amusé, ses yeux continuant de détailler ses traits qu'il trouvait toujours magnifiques, posant un regard tendre sur elle. Il hocha à son tour la tête à l'option raisonnable qu'elle venait de prendre, alors qu'elle lui laissait la possibilité de la rejoindre plus tard, une fois qu'il serait passé chez lui en premier. Pourtant, son idée de passer du temps sous la douche avec elle le tentait grandement, parce-qu'il rêvait de la sentir aussi proche de lui, dans un contexte aussi intime, bien que ça soit exactement ce qu'ils préféraient éviter pour l'instant. « Ça signifierait que je devrais arrêter le boulot pour rester chez moi et que tu pourrais venir me rendre visite quand tu veux. J'vois pas ce qu'il y a de terrible à ça. » Ajouta-t-il, ironique, faisant mine de continuer son raisonnement pour tourner la situation à son avantage, un sourire malin étirant ses lèvres. Il pouffa à ses mots, haussant légèrement les épaules alors qu'elle évoquait la manière passionnée avec laquelle ils avaient pour habitude de laisser parler leurs corps, sans faire dans la demi mesure. « Tu sais aussi bien que moi que ça pourrait être pire. » Dit-il, taquin, plein de sous-entendus. Il se sentit frémir en la voyant s'approcher de lui pour l'embrasser sur la joue, profitant de cette proximité pour lui glisser des mots doux à l'oreille, lui donnant simplement envie de se dépêcher pour la retrouver. « Je serai pas long, attends-moi sagement. » Il lui lança un clin d’œil, détachant ses bras de son corps pour la laisser repartir, ses yeux suivant sa silhouette jusqu'à ce qu'il ne puisse plus la voir, se mettant lui même en route pour retourner jusqu'à son appartement. Il prit une douche après avoir balancé son skate dans un coin de la pièce, prenant soin de son apparence avec le désir de voir son regard s'égayer lorsqu'elle le verrait. Voyant l'heure tourner, il accéléra le mouvement, finissant de se préparer, attrapant une bouteille de vin qu'il avait dans son armoire, ne souhaitant pas arriver les mains vides chez elle. Il se rangea derrière son volant peu après ça, prenant la route pour arriver jusqu'à son immeuble où il se gara, venant sonner à l'interphone avant de monter les escaliers qui le menaient jusqu'à sa porte, sonnant pour annoncer son arrivée, le cœur trépignant d'impatience.

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 20:06

Elle avait perdu son âme en perdant Niels, déambulant dans une vie insipide comme une coquille vide, incapable de ressentir, incapable de sourire, de rire, sans fausse note, parce que ce bonheur était artificiel, irréel, le soir, tard dans la nuit après qu'elle ait vendu son image aux êtres errants qui cherchaient de l'attention, Aelya s'effondrait, le masque se fissurait, laissant exploser la vérité, celle d'un cœur fatigué, brisé en mille morceaux, que même le temps ne saurait réanimer. Elle avait besoin de Niels, la seule personne qui était apte à lui redonner la vie et l'espoir qui s'était éteint, loin de son étreinte. Elle sourit à sa remarque, acquiesçant à ce fait qu'elle n'avait jamais pu contredire, même dans la séparation : ils étaient faits pour être ensemble, faits pour s'aimer au travers du temps ou de la distance, parce qu'Aelya, elle saurait toujours où le retrouver et où le chercher, comme si leurs deux consciences étaient directement liées, et qu'elle pouvait entendre son cœur battre même à l'autre bout du monde. Ils en avaient vécus des galères, les problèmes qui les avaient conduits tout droit en Enfer, les poussant au bout de leurs limites pour qu'ils ne viennent à voir plus aucune autre solution que de se déchirer, dans un instinct de protection qu'ils peinaient parfois à ressentir. Pourtant, elle se sentait complète avec lui, protégée et aimée, simplement, elle avait peur que leur histoire ne soit assassinée par les revers du hasard qui s'abattait sur eux sans crier gare, et c'était cette peur d'être sous la coupe de l'inconnu qui l'avait conduit à s'enfuir. Elle sourit, s'enflammant à ses mots qu'elle voulait voir se concrétiser.

- J'ai hâte de te montrer ça. Le problème c'est que si je commence, je m'arrête plus, à toi de voir si tu veux finir par te brûler. Moi en tout cas, j'adore me brûler avec toi. Bien trop, ajouta-t-elle en se mordant la lèvre inférieure.

Il la tentait avec son attitude, ses paroles qui faisaient cogner son cœur dans sa poitrine, l'invitant à s'abandonner contre lui. La frustration remplissait son quotidien depuis qu'elle essayait de canaliser ses envies compulsives, ces envies qui portaient seulement son nom.

- J'espère encore m'en sortir avec ce que je veux en te ramenant près de moi, avoua-t-elle, un léger sourire sur les lèvres, entre tendresse et jeu de séduction.

Tant qu'ils ne seraient pas officiellement ensemble, Aelya ne serait pas totalement comblée, parce qu'il lui manquait une partie essentielle dans sa destinée qui se voyait différente en son absence. Son regard cherchait le sien, valsant sur son corps qu'elle aimait tant, qu'elle voulait voir tout le temps, comme une œuvre d'art qu'elle passerait sa vie à contempler. Même ses cicatrices encore voyantes représentaient le plus beau paysage qu'elle pouvait admirer. Elle secoua la tête à sa remarque qui, même si lui plaisait sous cet angle, lui plaisait bien moins dans ce contexte.

- Ce qu'il y a de terrible c'est que je vais te torturer pour que t'ailles mieux, tu détesterais ta convalescence si tu voyais tout ce que tu manquais dans cet état, lança-t-elle, malicieusement.

Parce qu'elle ne l'aurait sûrement pas laissé en paix, bien trop envieuse de sa peau pour ne pas émettre de contact, pour ne pas le tenter à se remettre le plus vite possible afin de consumer leur désir. Elle hocha la tête à ce qu'il vint ajouter, un air joueur imprimé sur ses traits, bien consciente que leurs ébats étaient survoltés, à l'image de leur relation passionnée. Elle se détacha de son emprise pour rejoindre son appartement, retouchant son physique dans la salle de bain pour lui plaire le plus possible, égayant ses traits pour les parfaire, choisissant un haut qui mettrait en valeur ses courbes féminines avant de ranger son bazar qui traînait dans toutes les pièces, rangeant sa planche de skate dans un coin. Elle entendit la sonnerie de la porte d'entrée, le cœur au bord de l'implosion, passant ses mains dans des cheveux une dernière fois devant le miroir avant d'ouvrir la porte, le regard le détaillant de tout son long, empreint de désir à la vue de son physique sublime.

- T'es vraiment trop beau. Comment j'fais pour te résister moi ? Cest sadique même de me faire ça, lança-t-elle, avec un sourire en coin. Et j'vois que t'es pas venu les mains vides, on va pouvoir s'amuser, ajouta-t-elle en remarquant la bouteille qu'il tenait dans ses mains.

Elle l'attira à l'intérieur, fermant la porte derrière eux avant de venir se poster en face de lui, prenant ses mains dans les siennes après l'avoir débarrassé de la bouteille qu'elle posa sur la table, pour les enrouler autour de son corps, venant l'enlacer, sa tête se logeant sur sa poitrine.

- C'était long sans toi. Même deux minutes, c'est un supplice.

Elle déposa un baiser vif dans son cou avant de rompre son emprise pour aller chercher deux verres, debouchonnant la bouteille pour les servir, lui tendant sa boisson.

- À nous ? Demanda-t-elle, avant de trinquer avec lui.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 21:18

Il avait forcément songé à se rendre au club un de ces soirs où la peine l'avait pris à la gorge, pensant que ça irait un peu mieux s'il la voyait au moins quelques secondes, juste pour se redonner un shoot de vie avant de sombrer de nouveau. S'il n'avait pas perdu complètement espoir dans leur relation, peut-être qu'il l'aurait fait, qu'il se serait immiscé sur son lieu de travail, à travers les ombres qui erraient de la même manière que lui, juste pour permettre à ses yeux de la revoir au moins une fois, même si elle, elle aurait sûrement été occupée à autre chose. En vérité, il n'y avait pas eu un moment où son esprit avait daigné le laisser tranquille, pas une seule fois où il n'avait pas été submergé par la peine de revoir les souvenirs de leur ancienne vie, qui ancraient encore les murs de leur appartement, ce même endroit où ils avaient fondé leur cocon, où ils s'étaient aimés jusqu'à n'en plus savoir respirer avant de déchirer leur lien en mille morceaux. Il avait eu du mal à accepter de dormir dans ces draps que son corps avait foulé, préférant la plupart du temps le canapé à ce lit qui lui paraissait bien trop grand pour lui seul. Et même si l'appartement ne portait plus aucune trace de son passage, Niels ressentait de plein fouet sa présence dés qu'il passait la porte, comme une aura fantomatique qui persistait, comme si son parfum venait encore le hanter. « Ça va que c'est pas ce qui me dérange non plus... J'ai trop envie de te voir à l’œuvre. » Ajouta-t-il, regardant avec attention cette lèvre qu'elle mordillait, ressentant l'envie de prendre la relève, se forçant à la réprimer pour ne pas foutre tous leurs efforts en l'air maintenant. Il sourit à ses mots qui lui confirmaient qu'elle souhaitait de nouveau l'avoir dans sa vie, même après tous les évènements dramatiques qu'ils avaient dû surmonter, les souffrances qu'ils avaient dû essayer. Niels ne doutait pas du fait que ça n'était plus qu'une question de temps, avant qu'ils ne puissent de nouveau être libres de s'aimer, comme ils l'avaient toujours fait. Il voulait simplement mettre toutes les chances de leur côté pour ne pas avoir à reprendre des décisions regrettables. Il sentit une douce chaleur s'insinuer dans ses entrailles à ses mots qui attisaient ses envies à bien des égards, continuant de la dévorer des yeux pour lui faire comprendre qu'il ne comptait aucunement manquer toutes ces occasions. « Mais je vais bien... y'a pas de raison que je manque quoique ce soit. » Répondit-il, avec cette malice qu'on lui connaissait bien, tentant de rattraper la situation. Il se délecta une dernière fois de son contact avant de la laisser partir, remettant son t-shirt pour rentrer chez lui et se préparer. Il avait essayé de ne pas avoir trop de retard, ce qui était un exploit pour lui, Aelya le savait plus que quiconque. Son regard s'était allumé en retrouvant le sien, avant de parcourir ses courbes étourdissantes, ressentant déjà l'envie de se coller à elle refaire surface. Il avait souri à ses compliments en même temps qu'il passa le seuil de la porte, flatté des mots qu'elle usait pour le décrire. « C'est toi qui es à couper le souffle. J'crois qu'on est tous les deux dans la merde. » S'amusa-t-il, faisant référence à cette attirance évidente qui les liait l'un à l'autre. Il lui adressa un clin d’œil à sa remarque, alors qu'elle avait remarqué qu'il avait apporté de quoi boire. Il sentit ses mains s'emparer des siennes, se refermant autour de son dos pour la maintenir contre lui, s'enivrant de son parfum qui lui avait tant manqué. « Tu me manques tout le temps, j'vais avoir du mal à rentrer maintenant que je suis là. » Souffla-t-il, venant déposer un baiser sur sa tempe de manière tendre, la regardant s'écarter pour leur servir du vin. Il attrapa son verre, le levant vers le sien pour trinquer, sans lâcher une seule seconde son regard. « A nous. » Confirma-t-il, souhaitant voir leur relation renaître, désirant plus que tout que leurs vies soient de nouveau liées officiellement. Il but une gorgée de sa boisson, reposant le verre sur la table avant de jeter un coup d’œil autour de lui, ressentant une pointe d'amertume en voyant les affaires d'Aelya dans un autre appartement que le sien. « Tu te plais ici ? » Se risqua-t-il à demander, conscient que de toute façon, elle n'avait pas eu le choix, parce-qu'ils n'auraient pas pu cohabiter après leur déchirement. « Ton coloc doit avoir du mal à suivre, non ? » Dit-il, sur un ton léger, faisant référence aux nombreuses fois où elle avait dû revenir ici après leurs engueulades.

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Dim 10 Fév 2019 - 22:14

Peut être bien qu'en plus de se détruire pour arrêter de subir son manque, Aelya s'était sûrement dit, qu'un jour ou l'autre, elle terminerait sûrement aux urgences, que ce n'était donc qu'une question de temps avant qu'elle ne puisse espérer revoir Niels de manière hasardeuse, même si, rien n'était dû au hasard. Alors, elle s'était laissée glisser sur une pente bien trop glissante, usant de toutes les substances qui lui tombaient dans les mains pour espérer retrouver une tranquillité d'esprit, chose qui marchait en surface mais jusqu'à un certain point, parce que si ça anesthésiait la douleur, ça ne corrigeait pas l'origine, ça ne tuait pas l'amour qu'elle avait pour lui. Rien ne pouvait le faire faiblir, même si elle l'avait esperé, jugeant qu'il serait plus facile de vivre si Niels sortait définitivement de son cœur, mais il avait planté ses racines en profondeur et il était fait pour y rester. Son myocarde tambourinait dans sa poitrine, prêt à surgir pour rejoindre le sien à ses mots qui réveillaient des désirs qu'elle s'interdisait pour son bien-être.

- J'attends que ça, c'est sûrement qu'une question d'heures ou de minutes, qui sait, répondit-elle avec un sourire enjoleur.

Parce qu'elle la voyait bien, cette flamme qui s'animait dans son regard, cette envie qu'ils portaient tous les deux, cherchant à se faire craquer l'un et l'autre pour savoir qui succombera le premier. Si elle n'écoutait qu'elle, ils se seraient déjà retrouvés au milieu d'un lit, blottie contre lui et de leur amour trop intense, trop vif, qui s'évaporait par tous ses pores pour l'envelopper. Mais par envie de le conquérir de manière plus subtile, elle gardait ce désir dans le creux de ses entrailles en bataille, agité par la passion qui brûlait dans ses veines.

- Pour le moment. Parce que tu viens de reprendre. Mais on sait très bien que t'es très doué pour t'abîmer.

C'était sûrement pour cette raison qu'elle était douée pour le soigner, réparer sa peau qui subissait le retour de leurs problèmes ou simplement parce qu'il s'adonnait à sa passion de manière justement trop passionnée. Dans tous les cas, elle voulait être là pour panser ses blessures, elle n'avait que ça à l'esprit, rafistoler son cœur qui avait trop pris par sa faute. L'attendant chez elle après avoir préparé son espace pour qu'il s'y retrouve, elle s'était apprêtée pour le charmer davantage, parce que Niels était le seul qu'elle voulait faire craquer, céder à son envie de la retrouver. Mais en vérité, quand elle parcouru son corps avec son regard animé, elle avait encore l'impression qu'elle se faisait prendre à son propre jeu, comme toujours avec lui.

- Je crois aussi, rigola-t-elle. En plus t'es arrivé à l'heure. Ça c'est super sexy aussi, le complimenta-t-elle, taquine.

Il ne donnait pas toujours cette habitude et elle comprenait derrière ce constat qu'il voulait vraiment être là, avec elle, cette femme aux courbes ravageuses qui avait fini par le ravager. Le laissant entrer, elle n'avait pas attendu plus longtemps pour se loger dans ses bras, s'imprégnant de sa présence dès qu'elle le pouvait, toujours avec cette pointe d'innocence mensongère, parce qu'elle n'arrivait pas à dissimuler ses envies qu'elle avait dans la tête, et elle n'en avait pas la volonté.

- Tu sais que t'es pas obligé de le faire. Si tu veux, tu restes, et... Je peux rester sage si c'est que ça, ajouta-t-elle, malicieusement.

Elle y croyait à peine, parce que si ce n'était pas elle qui cédait, elle ferait tout pour le voir le faire, ayant du mal à imaginer se contenir en sentant la chaleur de son corps tout près du sien même si pour le moment, elle se privait assez bien. Captant son regard, elle trinqua avec lui, à eux, à ce renouveau qu'elle trouvait déjà beau, parce que malgré le chaos, malgré leur maux, ils se retrouvaient toujours pour s'aimer. Elle but une longue gorgée avant de reposer son verre, haussant les épaules à sa question qui la laissait perplexe.

- Je me plais nulle part sans toi. Mais j'ai mes repères ici au moins, c'est toujours ça.

Puis Maddox était un bon compagnon de débauche, d'écoute, donc elle s'imaginait que ça aurait été bien pire si elle s'était évadée ailleurs, seule, elle qui craignait la solitude qui lui menait souvent la vie dure. Elle lâcha un petit rire à ce qu'il vint ajouter, en effet, c'était compliqué de suivre leur histoire parsemée de hauts très hauts et de bas très bas.

- Il rame un peu pour tout comprendre, comme tout le monde j'crois, s'amusa-t-elle. Mais il est cool et compréhensif, il est loin d'être chiant, ajouta-t-elle.

Elle avança vers lui, plantant son regard dans le sien, un air joueur sur le visage.

- Ferme les yeux, sinon je te ramène pas ta surprise.

Aelya attendit que ce soit fait avant de faire quelques pas vers sa chambre pour prendre sa planche dans ses mains, revenant vers lui.

- Tu peux les ouvrir, souffla-t-elle, enjouée. C'est pas grand chose mais je savais que t'en avais besoin et que tu diras jamais non à un cadeau comme ça, lança-t-elle en lui tendant la planche.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Lun 11 Fév 2019 - 1:05

Après cette dispute qui avait précédé la rupture de leur couple, Niels s'était demandé ce qu'il adviendrait de lui, conscient qu'il dépérirait de jour en jour, parce-que son goût pour la vie s'éteindrait un peu plus chaque jour, lorsqu'il se rendrait compte qu'une vie sans Aelya ne méritait pas d'être vécue. Il avait su dés l'instant où elle avait claqué la porte qu'il allait sombrer dans un gouffre duquel il peinerait à se relever, ayant du mal à entrevoir un avenir viable si elle n'était pas de la partie. Il avait arrêté de croire en lui, de croire en ses rêves dont il ne voulait même plus entendre parler, préférant se complaire dans les ténèbres et la noirceur de ce quotidien qu'il avait choisi de mener. Niels avait toujours su, dés qu'il avait commencé à éprouver des sentiments amoureux pour Aelya, qu'il ne pourrait plus se défaire de son emprise, parce-qu'elle avait laissé une marque indélébile sur lui, bouleversant le cours de sa vie. Et il s'en rendait compte encore aujourd'hui, alors qu'ils se donnaient l'impression de pouvoir débuter une nouvelle histoire, se cherchant comme au premier jour lorsque la passion avait commencé à s'éprendre d'eux. « C'est possible. Tu sais, quand on a une imagination comme la mienne, faut s'attendre à tout. » Répondit-il, le regard brûlant, lui faisant comprendre que s'il l'avait pu, il aurait même pu lui faire l'amour ici même, sur ce terrain où il n'y avait qu'eux, parce-que c'était tout ce que son corps lui criait de faire. L'attente éveillait ses envies, ses pulsions, qu'il avait de plus en plus du mal à réprimer lorsqu'il sentait le même regard empli de désir qu'Aelya lui lançait. Il fit mine de lever les yeux au ciel face à son semblant de réprimande, voyant qu'elle n'avait pas changé à ce niveau, son inquiétude pour lui semblant toujours intacte. « Et t'es très douée pour me réparer. Tout le monde trouve son compte finalement. » Souffla-t-il, conscient qu'Aelya ne pourrait pas le contredire sur ce fait, parce-qu'ils avaient toujours fonctionné comme ça, depuis les débuts de leur relation. Il s'était rué chez elle après avoir pris le temps de se préparer, faisant un effort monumental pour ne pas arriver en retard, lui qui n'avait jamais eu la ponctualité comme atout principal. Son cœur s'était mis à battre plus fort lorsqu'il l'avait aperçu, peinant à ne pas lui montrer l'attirance qu'il ressentait pour elle, pour ses courbes généreuses qu'il voulait épouser avec son corps, pour permettre la fusion de leurs âmes. Il lâcha un léger rire à ses mots, conscient que ça n'était pas tous les jours que Niels faisait des efforts pour être à l'heure. Mais il fallait croire que cette soirée était bien plus importante qu'il ne le laissait paraître. « Tu devrais te sentir flattée. J'fais pas ce genre de cadeau à tout le monde. » La taquina-t-il, avant de la laisser venir contre lui, incapable de refuser son étreinte qui se voulait tendre, profitant le plus possible du temps qu'ils avaient ensemble. Il baissa les yeux vers elle à sa remarque, se sentant tiraillé par sa proposition qu'il savait évidemment irraisonnée, mais qu'il avait grandement envie d'accepter. « Ça veut dire quoi ? Que tu vas me laisser dormir sur le canapé ? » Pouffa-t-il, conscient qu'ils ne pourraient jamais se tenir tranquilles s'ils étaient tous les deux dans le même lit, à quelques centimètres l'un de l'autre, percevant leur chaleur respective. Il n'avait pas pu s'empêcher de jeter un coup d’œil autour de lui, à cet environnement qui appartenait maintenant à Aelya, regrettant de plus voir ses affaires chez lui, là où était sa place. Il but à son tour une gorgée de son verre, le gardant dans sa main alors que son autre main se glissa dans sa poche, écoutant les mots de la brune qui lui resserraient le cœur. Il hocha silencieusement la tête, sans doute un peu jaloux de son colocataire qui pouvait profiter d'elle au quotidien, détestant savoir qu'il n'était pas le premier visage qu'elle voyait en se réveillant le matin. « Je m'en doute. » Dit-il, sans engouement particulier, constatant qu'Aelya était bien ici et que c'était tout ce qui comptait pour lui. Il fronça soudainement les sourcils en la voyant venir vers lui, se rappelant de cette fameuse surprise dont elle lui avait parlé quelques heures plus tôt, ayant oublié que c'était ça qui avait initié sa venue ici. Parce-qu'en réalité, son cadeau se trouvait devant ses yeux, et c'était la seule chose qu'il voulait détenir pour le restant de ses jours. « T'es trop forte pour me faire du chantage toi. » S'amusa-t-il, se prêtant au jeu, fermant les paupières en attendant qu'elle revienne vers lui. « Si c'est toi en petite tenue, sache que c'est hyper vicieux de ta part. » Lança-t-il au travers de la pièce, les yeux fermés, un rictus sur les lèvres. Puis quelques secondes plus tard, il la sentit revenir, ouvrant finalement les yeux une fois qu'elle lui ait donné l'autorisation de le faire, découvrant un skate flambant neuf dans ses mains. Il eut du mal à se concentrer sur ses mots tant il était surpris et touché par son geste, ses yeux se levant vers elle alors qu'il attrapa la planche. « Aelya... t'aurais pas du. C'est trop, elle est vraiment cool. » Souffla-t-il, regardant son nouvel objet sous tous ses angles, appréciant ses finitions et sa qualité. Il se mordit la lèvre, s'approchant d'elle pour déposer très furtivement ses lèvres contre les siennes, dans un simple baiser insaisissable, conscient qu'il ne pourrait pas s'arrêter s'il l'embrassait comme il le désirait. « Merci, t'es vraiment la meilleure. » Souffla-t-il, passant sa main sur sa joue alors que leurs lèvres étaient toujours aussi proches, sentant son souffle près du sien. « Bon, j'vais pas tarder du coup. J'ai un nouveau jouet à tester. » La taquina-t-il, posant sa planche dans un coin avant de prendre sa main pour la guider sur le canapé avec lui, prenant leurs verres et la bouteille au passage qu'il déposa sur la table basse.

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Lun 11 Fév 2019 - 11:54

Elle savait qu'elle prenait encore un énième risque en revenant vers lui, parce qu'elle ouvrait encore la porte à leur quotidien tumultueux, à leur destin qui ne faisait que de les pourchasser, mais elle s'était rendue compte qu'il avait raison : il valait mieux errer ensemble et foncer droit dans le mur, que de subir la solitude et les cauchemar d'une vie sans saveur. Parce que chaque moment qu'elle vivait avec lui était aussi précieux qu'un trésor, perlant dans le creux de ses iris épuisés d'avoir regardé un paysage où il n'était pas. Il semblait que ses yeux brillaient de milles feux depuis qu'elle s'était de nouveau immiscée dans sa vie, et elle ne jurait plus que pour les instants où elle croiserait sa route. Happée par cette aura séductrice qu'il dégageait, elle se laissait bercer par les images peu chastes qui tournaient dans son esprit, comme si c'était lui-même qui les lui transmettait via son regard brûlant.

- Surtout quand on connait notre propension à se laisser aller n'importe où et n'importe quand, parce que je te désire tout le temps, surtout quand t'es pas avec moi. Si tu savais comme ça me manque de m'abandonner à toi...
Avoua-t-elle, laissant glisser ses mains sur son torse de manière charmeuse.

Il était impossible pour elle de s'abandonner à quelqu'un d'autre, parce qu'elle avait au fur et à mesure compris qu'il n'y avait que Niels qui était apte à toucher son âme de cette manière, peut-être parce qu'il n'y avait que lui qui avait ce droit sur son être qui lui était destiné. Elle sourit légèrement à sa remarque, consciente qu'ils se complétaient toujours à merveille dans leur façon d'être.

- Tant que tu restes en vie... Ouais, je pourrais toujours trouver le moyen de te réparer. Promets-moi de rester avec moi le plus longtemps possible, de tout faire pour,
lança-t-elle, captant son regard.

Parce qu'il ne pouvait lui promettre de rester avec elle pour toujours, comme il ne pouvait pas lui promettre de continuer de rester intact quand on savait que les autres s'arrangeaient souvent pour les tourmenter. Mais elle avait besoin de l'entendre dire qu'il éviterait tout de même de s'insurger dans des situations foireuses pour augmenter ses chances de survie, parce que c'était tout ce dont elle désirait pour lui, pour eux, comprenant que c'était sa plus grande crainte que la mort puisse un jour les arrêter, les séparer définitivement. Elle s'éclipsa de son champ de vision pour rejoindre son logement, attendant sa venue avec impatience avant de subir de plein fouet l'assaut de son attirance pour lui, quand elle se retrouva devant Niels. Il ne lui rendait pas du tout la tâche facile et il le savait très bien.

- Je te connais assez pour le savoir ça. Je me sens spéciale tout d'un coup,
sourit-elle, flattée.

En réalité, elle se sentait toujours unique à travers son regard, ses gestes et ses mots qui étaient souvent d'une infinie douceur, qui savaient apaiser ses tourments à chaque fois qu'elle le voyait. Blottie contre lui, elle n'avait pas pu s'empêcher de lui proposer de rester cette nuit s'il en ressentait l'envie, parce qu'elle peinait à s'imaginer le laisser partir. Aelya secoua la tête à sa question, sachant qu'elle serait incapable de faire une telle chose.

- Toi, dormir sur le canapé alors que j'ai un lit assez grand pour t'accueillir ? Jamais. Tu peux dormir avec moi. Je mords pas. Enfin, ça dépend,
s'amusa-t-elle, jouant sur les sous-entendus que ça impliquait.

C'était surement la première fois qu'elle s'interdisait d'accéder à ses désirs, de les assouvir, mais elle se sentait capable de tout simplement pour qu'il se sente bien. Elle se sentait seule, ici, sans lui, dans cet appartement qui respirait son absence, mais elle savait qu'elle n'aurait jamais pu cohabiter avec Niels au milieu de leur séparation qui aurait réveillé encore plus de tensions. Aelya décida de lui offrir son cadeau, impatiente de découvrir sa réaction, mettant les formes pour s'en amuser alors qu'elle lui avait demandé de fermer les yeux. Elle lâcha un petit rire à ses remarques, ayant soudainement l'idée d'un jour, de lui faire ce genre de surprise qui visait à attiser son désir.

- Je suis pas si vicieuse. Enfin, pas aujourd'hui, t'as de la chance,
lâcha-t-elle, amusée avant de revenir avec sa surprise.

Elle l'autorisa à ouvrir les yeux, souriant à sa réaction admirative devant cet objet qu'il connaissait par coeur.

- Je suis contente qu'elle te plaise, j'm'y connais pas vraiment dans ces trucs-là.


Elle se sentit défaillir à son baiser vif qui lui donnait envie d'intensifier leur échange. Elle sourit contre ses lèvres à son remerciement, touchée par ses mots alors que la proximité augmentait la tension palpable autour d'eux. Elle tentait de se raisonner, mais plus le temps défilait, plus la difficulté était réelle. Elle leva les yeux au ciel à sa taquinerie, ayant aucune envie de le voir s'éclipser.

- Je regrette de te l'avoir offert, j'aurais pas du, j'avais oublié que ta planche c'était ta première femme,
lança-t-elle, feignant un air dépité.

Elle le suivit dans le salon, terminant le fond de son verre d'une traite avant de se resservir et d'avaler une nouvelle gorgée. Sentant son sang se réchauffer vis-à-vis de l'alcool et de sa présence, Aelya laissa glisser ses doigts sur sa cuisse, le regard planté dans le sien.

- T'as peut-être raison... Vaut mieux que tu fasses pas tard, parce que je serai incapable de dormir avec toi sans rien faire,
le provoqua-t-elle, la voix brûlante.

Elle tendit la nuque pour laisser ses lèvres effleurer son cou, son souffle chaud se percutant contre sa peau avant d'arriver à son oreille.

- J'ai encore envie que tu m'embrasses, bébé,
murmura-t-elle comme dans une supplication.

Incapable de lui résister, à lui et à cette alchimie qui n'avait jamais périt.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Lun 11 Fév 2019 - 20:38

Évidemment que c'était un risque que de vouloir remettre le couvert. Parce-qu'ils n'étaient à l'abri de rien, et Niels savait que la vie ne leur ferait pas plus de cadeaux maintenant. Il avait peur de lui ouvrir de nouveau son cœur et de la voir partir à la première difficulté, comme s'il savait déjà qu'il ne pourrait plus surmonter ce genre d'épreuve seul, accablé par la douleur. Il avait eu le temps de se poser des questions sur eux lorsqu'elle était partie, se demandant s'ils avaient bien fait d'avoir dépassé les limites des simples rendez-vous charnels qui avaient autrefois animé leur relation. Puis, en réfléchissant, il avait compris qu'ils n'auraient pas pu y échapper. Parce-que qu'il l'aimait de tout son cœur, avec toute son âme, conscient que c'était d'ailleurs probablement démesuré d'aimer avec cette intensité-là. Des frissons avaient parcouru son corps dés la seconde où Aelya avait fait glissé ses doigts sur son torse, animant son corps de ce désir qu'il avait du mal à réprimer. Il baissa les yeux vers elle, lui lançant un regard profondément animé par l'envie de la retrouver rapidement. « Me dis pas des trucs comme ça... J'vais avoir envie de pas être raisonnable. » Souffla-t-il, venant faire glisser sa main dans son dos, à la limite des coutures de son haut où il pouvait infiltrer ses doigts pour caresser sa peau. Il avait pourtant envie de tenir parole, de faire ça pour eux, parce-qu'il savait qu'ils ne gagneraient rien à vouloir se précipiter, comme ils en avaient toujours la fâcheuse habitude. Il capta son regard à sa demande, touché de la voir s'inquiéter pour lui et pour eux, finissant par esquisser un faible sourire rassurant, sa main cherchant la sienne après avoir fait glissé ses doigts tout le long de son bras. « Je ferai attention. Les autres s'en chargent déjà, j'ferai gaffe à ce qu'il m'arrive rien. » Dit-il, ne souhaitant pas pour autant ré-aborder le sujet de son agression, parce-que ça avait été le déclencheur de leur rupture, et c'était sans doute la pire des conséquences qu'il avait dû subir, bien plus violente que tous les coups qu'il avait pu recevoir. La retrouver était tout ce qui comptait pour lui à présent, comprenant qu'il ne pouvait pas se permettre de gâcher la moindre minute sans elle, souhaitant simplement profiter de ces instants où ils pouvaient se réparer. Ses yeux s'étaient illuminés en percevant cette délicieuse tension lui brûler la peau, se faisant la réflexion que la soirée allait être longue pour lui, pour son désir qui souhaitait simplement être libéré et entendu, surtout s'il devait passer la nuit avec elle, dans ce lit où leurs peaux pourraient entrer en contact et éveiller leurs pulsions respectives. « On sait très bien comment ça va se terminer si on se retrouve dans le même lit... et j'sais aussi que tu peux mordre quand tu veux. J'en ai déjà fait les frais. » S'amusa-t-il, d'une voix enjôleuse, faisant référence à toutes ces fois où il avait porté la marque de son appartenance, son cou jonché de traces que lui avaient laissé les lèvres de sa belle, s'assurant que les autres puissent voir qu'il était à elle. Il avait fermé les yeux à sa demande, alors qu'elle éveillait sa curiosité avec cette surprise dont elle lui avait parlé. Il savait qu'elle le connaissait par coeur, parce-qu'elle avait su choisir exactement le genre d'objet qui pouvait le faire vibrer, comme elle le faisait la plupart du temps. Il n'avait pas pu s'empêcher de l'embrasser, certes furtivement, mais dépassant déjà les limites qu'il s'était juré de ne pas franchir. « Elle est parfaite. T'es parfaite. » Sourit-il, laissant un espace restreint entre leurs deux visages avant de faire un pas en arrière, contemplant sa nouvelle planche de skate qu'il s'impatientait de découvrir sur le bitume. Il pouffa à ses mots alors qu'il faisait en sorte de l'agacer gentiment, feignant de la faire passer après son cadeau. « Tu le savais pourtant... que ça serait toujours compliqué de remplacer ma planche. » Répondit-il, faisant mine d'être faussement désolé avant de rire légèrement, venant s'installer dans le canapé avec elle, s'occupant de resservir leurs verres vides. Son regard ne la quittant pas, il avait bu une gorgée de sa boisson, déviant ses yeux vers ses mains qui caressaient sa cuisse, épris d'une violente envie de se retrouver contre elle alors que ses mots continuaient d'attiser son désir. Il prit une plus grande inspiration en sentant ses lèvres venir se poser contre son cou, frémissant à ses paroles qui faisaient écho à ce qu'il rêvait de faire, lui aussi. Il se mordit la lèvre un instant, fermant les yeux pour s'imprégner de cette chaleur qui les englobait, son regard retrouvant finalement le sien le temps de quelques longues secondes avant qu'il ne finisse par céder à cette envie irrépressible, l'embrassant comme si c'était la dernière fois qu'il en aurait l'occasion, sa main se nichant sur sa joue pour faire perdurer cet échange passionné. « On devrait pas... » Souffla-t-il, entre deux baisers, continuant de faire valser leurs lèvres dans une danse endiablée alors que ses mains prirent plus d'assurance, venant glisser le long de ses flancs. « Mais tes lèvres m'ont trop manqué... »

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Lun 11 Fév 2019 - 21:42

Si elle avait compris en partant qu'elle ne pouvait pas vivre sans Niels, elle ne pourrait jamais lui promettre une relation calme et sans remous, parce que leur vie était instable dès lors qu'ils se choisissaient, comme s'ils payaient toujours le prix de ce choix qui n'avait pourtant rien de mauvais en soit. Mais fallait croire que le karma n'était jamais en accord avec eux, avec leur amour qui dépassait l'entendement et qui semblait provoquer tous leurs rebondissements. Pourtant, elle avait le sentiment qu'avec lui, la main dans la sienne, elle était apte à tout traverser. Tout, sauf la mort qui les pourchassait. Et c'était ce qui avait mis un terme à leur lien qu'elle ne pensait sur le moment jamais reconstruire, persuadée que Niels était bien mieux sans Aelya. Son cœur battait pour lui, et tant qu'elle était vivante, elle respirerait pour lui. Un sourire en coin étira ses lèvres à sa remarque, sachant pertinemment qu'un jour ou l'autre, ils s'arrangeraient bien tous les deux pour abolir leurs propres règles.

- Je t'ai jamais vu raisonnable. C'est la première fois. C'est pas toi et c'est pas moi non plus, on le sait tous les deux alors... Essaye de pas trop lutter longtemps parce que c'est une torture de te résister, souffla-t-elle, captant son regard, transmettant son envie de lui céder.

Elle frissonna à sa main qui vint de loger dans le creux de son dos, s'imprégnant de sa chaleur qui l'animait, l'invitant à l'embrasser là, tout de suite. Pourtant, elle réussit à se retenir, pour le moment, usant du peu de force mentale qu'elle possédait pour se contraindre à la patience. Aelya prit sa main alors que la sienne descendit le long de son bras, serrant ses doigts autour des siens avant de hocher la tête, scellant ce pacte qu'elle espérait voir à l'œuvre toute leur vie, cette envie de le voir sain et sauf le plus longtemps possible pour qu'elle puisse profiter de sa présence sans limite. Le retrouvant après de longues minutes sur le pas de sa porte, elle l'avait accueilli, jouant avec la tension qui ne faisait que de s'étendre entre eux, dans le but de les envahir complètement jusqu'à ce qu'ils n'aient d'autres choix que de se succomber. Elle pouvait combattre l'attraction de ses lèvres bien trop proches des siennes, mais elle ne pouvait pas se résoudre à ne pas attiser son désir, parce que tout ce qu'elle voulait, c'était qu'il croule sous son charme.

- Si tu m'imposes des limites, je pourrais ne pas les dépasser. Si tu m'en imposes, ajouta-t-elle d'un regard entendu et séducteur, le mettant au défi. Ouais, d'ailleurs, ça me fait pas plaisir de voir la couleur de ta peau. Elle manque de traces, enfin c'est que c'est mon avis, s'amusa-t-elle.

Elle avait toujours tendance à habiller son cou avec le seul talent de ses lèvres brûlantes qui se chargeaient de déposer son amour à chaque fois qu'il lui en laissait l'occasion, et elle crevait d'envie de continuer à le faire et d'être la seule à le faire. Comme les cadeaux qu'elle lui faisait, sans pour autant s'assurer d'avoir les fonds nécessaires pour lui offrir, tout ça parce qu'il passait toujours avant, et son sourire était tout ce qui pouvait lui faire plaisir. Son cœur loupa un battement sous l'effet de leur proximité et de ses mots qui la touchèrent, n'ayant plus l'habitude d'entendre ses mots doux qui savaient apaiser sa déprime.

- J'ai juste envie d'être à ta hauteur niveau perfection. Mais je pourrais jamais rivaliser, j'ai appris à vivre avec, répondit-elle amoureusement.

Aelya n'avait plus envie de le voir partir, consciente qu'il laisserait un grand vide à l'intérieur, alors, elle voulait le voir rester, s'évertuant à le tenter, même si c'était mal, même si c'était trop tôt. Elle avait besoin de lui et d'eux. Elle prit une mine exaspérée en haussant les épaules à sa réponse qui visait à la taquiner.

- C'est la seule avec qui je te partage. Et encore, faut pas qu'elle me cherche, plaisanta-t-elle.

Rejoignant le canapé, elle n'arrivait plus à lui résister, son impatience explosait dans chacune de ses cellules qui avaient besoin de celles de Niels pour fonctionner. Elle le désirait, et l'aimait, irrévocablement. Buvant quelques gorgées de sa boisson pour se donner une contenance, elle avait fini par le tenter, retrouvant bien vite ses lèvres dans un échange passionné qui embrasa sa peau, se réchauffant d'un seul coup tandis que sa respiration se voyait de plus en plus saccadée. Le choc de son souffle contre le sien la percutait, la faisait renaître. Ses doigts vinrent se loger dans sa nuque, l'attirant d'autant plus contre elle.

- On devrait pas. Mais je t'aime, souffla-t-elle en captant son regard pendant quelques secondes avant de fondre une nouvelle fois sur ses lèvres. Tout me manque chez toi... Y'a que toi qui me fait rêver, avoua-t-elle, laissant ses baisers s'échouer sur sa mâchoire pour venir dans son cou. Dis-moi bébé si t'en as pas envie... Et je te laisse partir, murmura-t-elle.

Ses mains vinrent s'infiltrer sous son haut, caressant sa peau.

- Je peux pas te résister... Je suis désolée, ajouta-t-elle, lui volant un autre baiser passionné.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Niels Björk
messages : 1576
ici depuis : 18/06/2018
crédits : old money (av) / minori (sign) kaotika, alittlebitofrain (icons) / charlie ♡ (crackship)
statut : and i breathe you into my heart and pray for the strength to stand today (aelya)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Lun 11 Fév 2019 - 22:44

Peut-être qu'il prendrait du temps à retrouver une totale confiance en elle, en ses mots qui se voulaient à présent bien plus optimistes, mais avec lesquels il se devait de prendre un peu de recul, juste pour ne pas avoir à tomber de haut comme il l'avait fait lors de leur rupture. Parce-que rien ne l'avait préparé à la bombe qui lui avait explosé dans les mains lorsqu'Aelya avait décidé de le quitter pour son propre bien. Et semble-t-il que rien n'était pire que de devoir dire adieu à la femme qu'il aimait pour la vie entière, juste parce-que celle-ci n'était pas d'accord avec le choix qu'ils désiraient prendre pour leur avenir. Mais Aelya et Niels, c'était plus fort que tout, et le lien qui les unissait était inarrêtable, parce-que même brisé, il continuait à vivre et à perdurer à travers le temps et l'espace, à la recherche de cette étincelle qui le ferait s'enflammer. Alors qu'elle continuait de vouloir le pousser à la bêtise, les yeux de Niels faisaient des aller-retours entre son regard et ses lèvres qu'il aurait aimé dévorer, prenant sur lui pour ne pas le regretter plus tard. « J'suis bien placé pour le savoir aussi... que c'est une torture de te résister. » Souffla-t-il, incapable de penser à autre chose qu'à son envie de la voir s'immiscer dans ses draps, sa peau collée à la sienne, retrouvant son corps qu'il réclamait jour et nuit depuis un trop long moment maintenant. Il commençait à retrouver ses habitudes, comme s'il ne les avait jamais perdu, faisant glisser ses doigts sur sa peau qu'il voulait réchauffer, avec cette extrême douceur animée d'une tension sexuelle qu'ils aimaient alimenter, par un seul regard qu'ils échangeaient. Sa main dans la sienne alors qu'il souriait devant la malice de ses mots, il leva les yeux au ciel un instant, se rendant compte qu'il ne pourrait jamais lui imposer quoique ce soit si leurs corps ne venaient à se frôler rien qu'une fois. « T'es terrible... Tu sais exactement comment t'y prendre avec moi. » Dit-il, d'un air faussement exaspéré. « Peut-être que tu devrais y remédier rapidement alors. » Répondit-il, la cherchant du regard, haussant les épaules de manière presque innocente, lui faisant comprendre qu'il aimerait bien, lui aussi, revoir ces traces dans son cou, parce-qu'elles lui rappelaient leur quotidien rythmé par la passion, par leurs retrouvailles toujours pressées, empreintes d'une excitation vive qui ne trompait pas sur les sentiments forts qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Les yeux émerveillés par l'attention qu'elle lui avait portée, il ne put s'empêcher de rire à ses mots qui le flattaient bien trop, lui qui ne prétendait certainement pas à atteindre la perfection. « Je nous aime comme on est. Imparfaits. Ça me va très bien comme ça. » Dit-il, pour la reprendre et la rassurer, évoquant enfin un "nous" pour parler d'eux, ce qu'il n'avait pas encore fait depuis qu'ils réapprenaient à se fréquenter. Il lui adressa un clin d’œil à ses mots, mettant sa planche de côté pour revenir à elle, à ce qu'il y avait vraiment d'important. « T'inquiète pas, elle est plutôt altruiste de ce côté-là. » S'amusa-t-il, se laissant tomber sur le canapé où il ne tarda pas à se rapprocher d'elle, désirant sentir la chaleur qui émanait de son corps. Il aurait dû savoir qu'il n'aurait jamais pu tenir plus longtemps devant ses avances, se sentant happer par ses lèvres qu'il imaginait caresser avec les siennes depuis le soir où elle l'avait quitté. Et son souffle ne tarda pas à se mêler au sien, leurs lèvres se cherchant comme si elles ne voulaient plus prendre le risque d'être séparées, souhaitant rester scellées pour le restant de leurs jours. Il se sentit fondre à ses paroles, plaquant de nouveau ses lèvres vivement contre les siennes, ne prêtant pas attention au fait qu'il manquait déjà de souffle. Parce-qu'Aelya lui insufflait de la vie à travers ses baisers, et c'était tout ce dont il avait besoin. « J'ai attendu que ça... Je veux plus que tu partes. » Souffla-t-il, lâchant un soupir lorsqu'elle s'occupa de son cou, frémissant à ses mots. Il se redressa subitement, voyant l'incompréhension s'installer sur ses traits alors qu'il était resté silencieux, son regard profondément ancré dans le sien. Il finit par lui tendre la main, l'aidant à son tour à se redresser avant qu'il ne prenne la direction de sa chambre, sa main accrochée à la sienne. D'un geste délicat, il la fit s'asseoir sur son propre lit, s'accroupissant devant elle pour la débarrasser de ses chaussures. Il redressa alors ses yeux vers les siens, lui lançant un regard empli d'amour mais aussi de peine, parce-qu'il avait mal de savoir qu'ils avaient dû mettre leur amour de côté pendant ces longs mois. Le regard ému, il vint contre elle, se glissant avec envie contre son corps qu'il fit basculer sur le matelas, ses lèvres accrochant les siennes, désirant lui faire comprendre qu'il voulait la retrouver ce soir. « J'en ai envie. Beaucoup trop. C'est pas vivable d'être loin de toi. » Souffla-t-il à son oreille après s'être détaché de ses lèvres, les faisant glisser contre son cou.

__________________________

But I know, So close, no matter how far. couldn't be much more from the heart. Forever trusting who we are and nothing else matters.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
grand kangou
Aelya Osborn
messages : 1886
ici depuis : 25/05/2018
crédits : Bonnie (av), solosands (sign), alittlebitofrain, little liars, kane. (icons), gif (charlie ♥).
statut : Tempête dans son myocarde, l'ivresse amoureuse qui coule dans ses veines comme seul rivage. (Niels)
Afficher

➳ TELL ME MORE

▹ anecdotes
:

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    Mar 12 Fév 2019 - 0:13

Comme dans une première fois, elle re-découvrait ce que c'était que de le conquérir, de le charmer comme s'il pouvait lui échapper, parce qu'officiellement, il n'était plus en couple même si officieusement, elle n'avait jamais été libre depuis leur rupture, son cœur appartenant à cet homme dont elle s'était éprise depuis le début, luttant avec acharnement pour retrouver cette liberté, son indépendance qui n'avait plus aucune utilité parce qu'avec Niels, en vérité, c'était comme ça qu'elle se sentait voler de ses propres ailes, même si elles étaient abîmées, même si son cœur était brisé, elle continuerait de revenir vers lui avec le peu de force qui lui restait, parce que c'était lui. Son phare, sa lumière dans le noir, elle brillait avec lui comme deux astres perdus dans un ciel qui se démenait pour se débarrasser de leur alliance si explosive, si unique, cette attirance qui les amenait toujours vers l'un et l'autre, comme une évidence. Elle se pinça la lèvre à ses mots, retenant les visions qu'elle voulait voir de manière concrète, sa peau contre la sienne, son étreinte où là seulement elle se sentait exister. Elle le cherchait sans s'arrêter, subissant son désir de plein fouet qui la brûlait, lui donnant cette envie urgente de caresser ses lèvres, de s'asphyxier dans ses baisers, comme avant, comme ils avaient toujours su consumer leur relation.

- J'ai été créée pour te tenter, qu'est ce que tu veux, c'est pas ma faute si j'peux rien faire d'autre que de penser à toi, avoua-t-elle, feignant l'innocence avec un sourire amusé. Je compte bien y remédier, parce que t'es qu'à moi, ça a jamais changé ça, ajouta-t-elle, déterminée, le regard ancré dans le sien.

Il animait ses nuits, quand dans l'antre de ses cauchemars, il s'immiscait dans une image fébrile, qui la réveillait, faisant cogner son cœur qui était chamboulé de par son absence, hanté par les souvenirs de leur lien si important, qui avait eu une fin abrupte, trop violente au milieu de la douceur de leurs caresses, de leurs mots qui avaient mutés pour laisser des maux. Elle esquissa un sourire à ce qu'il vint ajouter, à ce "nous" qui ne lui avait pas échappé, elle qui avait rêvé de l'entendre de sa bouche, rassurée par cet espoir qui écrasait les ténèbres.

- Je nous ai toujours aimé. Même quand j'ai prétendu l'inverse. J'ai jamais arrêté de te vouloir dans ma vie, avoua-t-elle tendrement.

Elle s'était mentie, préférant croire que Niels pouvait avoir un meilleur avenir loin de sa petite amie, parce qu'elle était persuadée de l'amener à se détruire, avant de se rendre compte qu'il avait raison, qu'à eux deux, ils s'apportaient la vie. Elle lâcha un petit rire à ses mots quand il parla de sa planche, la seule chose qu'elle autorisait à s'immiscer un tant soit peu entre eux.

- Tant mieux, parce que moi par contre j'le suis pas vraiment. Mais tu le sais déjà. J'fais trop d'efforts pour toi, je m'impressionne, plaisanta-t-elle, feignant de se lancer des fleurs.

Elle n'avait pas résiste à leur proximité, des cellules se faisant happer par les siennes comme si elles étaient aimantées et la danse de leurs lèvres la fit frémir, frissonner, parce que ça faisait trop longtemps qu'elle n'avait plus senti la douceur de ses caresses sur sa peau, lui qu'elle avait attendu chaque jour jusqu'à aujourd'hui, depuis la seconde où elle s'était enfuie. Le rythme des baisers qu'elle lui donnait se voulait urgent, intense, prenant, comme dans une envie de rester coller à Niels pour l'éternité, dans un pacte qu'elle ne voulait plus rompre alors qu'elle se sentait mieux, rejoignant peu à peu leur bulle où il n'y avait qu'eux.

- Je partirai plus. Je l'ai jamais voulu, souffla-t-elle, à court de souffle.

Ca n'avait jamais été son choix mais plus une obligation qu'elle s'était contrainte de suivre, pour son bonheur à lui, sans penser une seule seconde qu'ils allaient sans doute mourir à petit feu de leur rupture. Aelya s'était excusée, sachant pertinemment qu'elle le faisait tomber dans les travers du désir, lui qui avait voulu se contenir. Mais c'était plus fort qu'elle, plus fort que tout, même si c'était égoïste, son amour était anarchique, critique, mais tellement vrai. Alors, naturellement, elle prit sa main pour le suivre dans sa chambre, se laissant asseoir sur son lit, le cœur en faillite, la respiration superficielle, désirant recoller les morceaux de leurs âmes en lambeaux dans une étreinte harmonieuse qu'ils savaient faire naître. Captant son regard empli d'émotions alors qu'il avait commencé à lui retirer ses chaussures, le sien y répondait, brillait, s'imprégnant de cette lueur qui l'avait quitté quand elle l'avait quitté, avec le désir limpide de le voir continuer. Ses mains vinrent caresser son dos lorsqu'il s'allongea contre son corps, lui volant des baisers, tendres et passionnés, à l'image de leur relation si survoltée. Elle lâcha un soupir lorsque ses lèvres se logèrent dans son cou, ses mains s'immiscant dans ses cheveux alors que l'envie de ne faire qu'un avec lui explosait.

- Je peux pas vivre sans toi, j'ai jamais su comment faire, murmura-t-elle à son oreille.

Elle tira sur les pans de son haut pour le lui retirer, désirant sentir sa peau chaude apaiser la sienne, refroidie par toutes ses nuits qu'elle avait vécu loin de lui.

- Laisse moi redevenir la femme de ta vie. Au moins pour cette nuit. Je peux te montrer qu'on est toujours liés mon amour. Pour toujours, ajouta-t-elle, le regard perçant le sien amoureusement.

Ses jambes s'enroulèrent autour de son bassin, permettant au sien de s'approcher de celui de Niels, pour le faire languir, pour qu'il croule sous le désir comme elle le faisait.

__________________________


haunt me.
Tell me you love me, come back and haunt me and I rush to the start. Running in circles, chasing our tails, coming back as we are.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
Afficher

MessageSujet: Re: soulmates never die (niels)    

Revenir en haut Aller en bas
 
soulmates never die (niels)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: eastern district-
Sauter vers:  
The Writers a encore frappé !
Non ils n'ont pas disparu, bien au contraire, TW s'est même renforcé en embauchant deux personnes de plus. Mais ils se demandent si vous, vous n'avez-vous pas oublié que vous pouviez leur envoyer des rumeurs ? N'hésitez plus !
clique pour leur envoyer un mp.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
recensement
idées pour pimenter vos rps
▹ PICK-A-TOPIC
▹ RP ALEATOIRE
▹ JEUX INRP
▹ RPS LIBRES