AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce vendredi 14 février, Bowen a mis à disposition un énorme complexe, et bien plus encore, contenant des tas d'activités diverses et variées pour les couples, les célibataires ou tout simplement les amis.
» rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.

Partagez
 

 Les joies de la paperasse...|pv Charlie

Aller en bas 
AuteurMessage
Flynn Morgan
me, myself & i
Flynn Morgan
MESSAGES : 170
ICI DEPUIS : 01/10/2017
COMPTES : Aaron A. Grant
STATUT : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptySam 1 Juin 2019 - 19:58

Même lors d'un deuil l'administration n'a aucun scrupule.
Et après on ose dire que j'exerce un métier sans cœur et pitié!
Flynn
&
Charlie
Ma mère est morte... Ma mère est morte par l'incompétence de ces foutus médecins qui n'ont pas été capables de la soigner. De l'argent perdu tout ça pour devoir l’enterrer par mes propres moyens. J'ai décidé au départ de porter plainte contre eux. Mais la raison de sa mort n'était pas la compétence des médecins, ce serait apparemment ma mère qui se serait laissé mourir. Elle refusait les traitements, mangeait peu... Et moi, je n'ai pas été là pour m'en rendre compte et lui faire entendre raison. J'ai ignoré et surtout pas pris au sérieux les dires de tous. Donc le coupable en fait... Ça serait moi ? Je ne voyais pas d'autre explication, parce que du côté rationnel, je n'ai clairement pas d'autre explication. C'est donc tête basse et silencieusement que je vais à l’hôpital malgré ma colère pour signer ces foutus papiers. C'était bref, chiant, pesant, lourd, fallait que ça se termine vite. Je signe et déclare tout ce qu'il y a à déclaré et repart aussitôt.

Une fois sortie du bureau, la mâchoire serrée, je ferme les yeux et inspire un grand coup. La paperasse, si seulement ça pouvait s’arrêter là... Mais non, bien sûr que non, l'administration n'ont aucun scrupule pour ce genre d’événement. Je dois remuer le couteau dans le plaid en déclarant sa mort encore un bon nombre de fois. Et ensuite acheter et faire le nécessaire pour les funérailles. Je secoue la tête pour me ressaisir et longe les couloirs. Alors que je me dirigeais vers la sortie de l'hôpital je vois au loin une personne que j'ai souvent croisé quand je venais voir ma mère. Une femme que j'envoyais tout le temps promener, elle venait non-stop vers moi pour parler pour des raisons totalement obscures. Mais aujourd'hui, je ne sais franchement pas si j'aurais la force de lui dire de me foutre la paix. En fait, je suis comme vide, plus rien ne m’intéresse ou me touche... Boire de l'alcool, c'est tout ce que je voulais faire. Un bon whisky... 

__________________________


   
L'argent....
Elle et moi... On commence à avoir une relation bien compliqué... Elle refuse de me donner ce que je veux la capricieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptyMar 4 Juin 2019 - 9:01


Sa blouse d'interne couverte de vomi, Charlie se précipita dans les vestiaires pour enlever au plus vite le vêtement à l'odeur nauséabonde. C'était le genre de choses qui arrivait régulièrement, au service pédiatrie. Mais normalement un peu moins quand on était chirurgienne. Heureusement qu'elle n'était pas vite dégoûtée, parce que là, c'était un carnage. C'était certain, fallait pas choisir pédiatrie si on avait l'estomac sensible. Enfin, fallait sans doute pas faire médecine tout court, dans ce cas. La brunette se débarassa de la blouse, pour en enfiler une toute propre, et passa quand même par la douche pour se laver les avant-bras. Sait-on jamais qu'une goutte de gerbe se soit perdue. Une fois propre et fraîche comme un gardon, elle ressortit dans les couloirs, de relativement bonne humeur même après cet épisode, et descendit pour aller prendre un peu le soleil sur le parking, durant sa pause de midi, son Tupperware de pâtes dans le sac. Il n'y avait qu'elle pour ne pas avoir l'appétit coupé par ce qui s'était produit dix minutes plus tôt. Elle avait plus de peine pour le gamin que pour elle, il n'en menait pas large après avoir rendu ses tripes sur elle, extrêmement honteux. Elle prendrait le temps de repasser par la chambre de son petit patient après sa pause. En passant par l'accueil, Charlie tomba sur un visage connu, l'air renfrogné et extrêmement désagréable. Impossible de faire erreur sur la personne. L'interne se dirigea vers lui, d'un pas guilleret, tout sourire. Imperturbable. « Hé Flynn ! Ca fait un bail que j't'ai pas vu par ici. T'es venu voir ta maman ? » Elle comptait bien l'accompagner dehors, pour une de leurs traditionnelles "pause-parking". Bon, c'était sans doute plutôt la jeune fille qui y était attachée, mais l'antipathie légendaire du jeune homme ne parvenait tout simplement pas à la faire fuir. Ca la faisait même rire, parfois, et elle en avait fait la mission de son existence d'extirper un sourire à cet homme.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Flynn Morgan
me, myself & i
Flynn Morgan
MESSAGES : 170
ICI DEPUIS : 01/10/2017
COMPTES : Aaron A. Grant
STATUT : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptySam 19 Oct 2019 - 18:59

Même lors d'un deuil l'administration n'a aucun scrupule.
Et après on ose dire que j'exerce un métier sans cœur et pitié!
Flynn
&
Charlie
Évidement... Évidemment qu'elle décide de me parler dans un moment pareil. Et comme toujours elle prend ses aises, à m'appeler par mon prénom. Je soupire, mais je n'étais clairement pas d'humeur de me contenter de l'ignorer, ou de l'envoyer balader comme je le faisais régulièrement quand je venais régulièrement payer les soins de ma mère. L'avantage, c'est que cette fois-là, ce sera sans doute la dernière fois que j'aurais à la supporter. À peine, je mets un pied dehors que je me fige à ses paroles. Je serre les poings et ferme les yeux pour éviter d'agir comme j'avais agi lorsque j'ai appris la nouvelle de sa mort. Alors qu'il y a une seconde, j'avais omis l'hypothèse d'être responsable de la mort de ma mère, soudainement, je vois rouge et mets soudainement de nouveau l’hôpital pour responsable. La mâchoire serrée, ma tête s'agite nerveusement avant de lui répondre dent serrée témoignant ma colère difficile à contenir.

« Si je veux voir ma mère à présent, c'est au funérarium par l'incompétence de ce foutu hôpital. »

Je me tourne enfin vers elle les yeux écarquillés, et toujours les poings serrés.

« Et si vous voulez VRAIMENT être utile en évitant de me contrarier plus contrairement à vos chers collègues... ARRÊTEZ, de me tutoyer et de m'appeler par mon prénom. Ça me met hors de moi, et ne m'incite pas à être des plus agréables avec qui, que, ce soit. »

Mon corps se met à trembler de nouveau. Comme si les nerfs me lâchaient soudainement, sans que je puisse vraiment le contrôler une petite larme se met à couler sur ma joue. 

« Arrêtez avec vos foutues familiarités ! Arrêter de faire genre que tout va bien que la vie est ROSE alors que vous êtes entouré d'assassin qui laisse mourir des gens ! Même quand on donne TOUT je dis bien TOUT l'argent nécessaire ! Pour soigner une personne ! »

C'était bien la première fois que j'alignais plus de deux mots envers cette personne. Ça lui change radicalement des « dégage » ou « lâchez moi » ou encore « la ferme ». Mes nerfs on lâcher soudainement, comme si je ne l'avais pas déjà assez fait le jour de la nouvelle devant Bessie ! Et puis pourquoi ? Pourquoi est-ce que la mort de ma mère me fait si mal ? Elle m'agaçait ! Elle n'arrêtait pas de me casser les pieds avec le piano et mes anciennes ambitions dignes d'un conte de fée. Elle me demandait trop de temps, trop d'argent et de prise de tête ! Avant sa maladie, je ne la voyais plus ! Du côté rationnel, je n'ai aucune raison de souffrir de sa perte. Alors pourquoi ? Pourquoi malgré tout j'ai aussi mal à l'idée de ne plus la revoir ?!


__________________________


   
L'argent....
Elle et moi... On commence à avoir une relation bien compliqué... Elle refuse de me donner ce que je veux la capricieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptySam 9 Nov 2019 - 19:15


Charlie s’arrêta net à la réponse de Flynn. Elle avait l’habitude de son expression on ne peut plus renfrognée et de ses airs hautains et outrés, souvent sarcastiques en prime. Mais elle ne l’avait jamais vu aussi hostile qu’aujourd’hui, et la phrase qui expliqua ce visage la percuta de plein fouet. Certes, elle bossait dans un hôpital, les mauvaises nouvelles, c’était monnaie courante, par ici. Mais la jeune interne n’était cependant pas préparée à ce que cet homme, qu’elle ne connaissait que moyennement et qui ne la considérait sûrement pas comme une amie, lui annonce que sa mère était décédée. La brunette ralentit, son pas guilleret se faisant plus lourd, et elle s’approcha doucement de Flynn. Ce dernier se retourna vers elle, la tension clairement lisible dans son regard noir. Avant même qu’elle n’ait pu trouver ses mots, le garçon enchaîna, avec une violence palpable dans la voix. Elle se prit tous les reproches en pleine figure, sans mot dire, le laissant sortir ce qu’il avait à sortir, le laissant se défouler, se décharger émotionnellement autant qu’il en avait besoin. Elle le regardait avec un peu de peine au fond de ses yeux couleur iceberg, les sourcils légèrement froncés, attendant que l’ouragan déchaîné passe. La larme qui coula sur la joue de Flynn n’échappa pas à la vigilance concernée de Charlie. Elle ne dit rien, cependant, attendant qu’il se calme. « Très bien. » fit-elle ensuite d’une voix douce, beaucoup plus calme, presque un chuchotement, mais parfaitement sérieuse et professionnelle. Seul son regard conservait cette inquiétude et cette peine qui montrait qu’elle compatissait énormément. « Venez, on va faire un tour dehors. » reprit la jeune femme avec assurance, faisant signe à la personne à l’accueil que tout allait bien, après les éclats de voix de son interlocuteur. Il avait le droit de craquer, comme tout le monde. Elle effleura à peine son bras, juste pour l’emmener vers la sortie, le lâchant tout juste après histoire de ne pas l’oppresser plus que nécessaire, et de lui laisser l’espace dont il avait encore plus besoin que d’habitude.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Flynn Morgan
me, myself & i
Flynn Morgan
MESSAGES : 170
ICI DEPUIS : 01/10/2017
COMPTES : Aaron A. Grant
STATUT : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptyMer 25 Déc 2019 - 18:02

Même lors d'un deuil l'administration n'a aucun scrupule.
Et après on ose dire que j'exerce un métier sans cœur et pitié!
Flynn
&
Charlie
J'étais d'humeur à rien en ce moment-même. Quoi de plus normal quand on a le contexte ! Après avoir balancé l'air de rien que l’hôpital à tué ma mère, je la regarde froidement. C'était un regard noir, qui a simplement pour but de dissuader quiconque de m'adresser la parole. Mais ça n'arrête pas pour autant cette miss casse-pieds. Son comportement change, pareil pour l'expression de son visage, mais elle a bien décider de ne pas me lâcher quoi qu'il arrive. Elle ne dit rien pendant que je l'insulte et me défoule ouvertement et consciemment dessus me disant qu'elle n'a que ce qu'elle mérite. Elle l'a cherché, elle a voulu et en plus de ça elle ne part même pas pour mettre fin à son supplice. Cette femme est vraiment très étrange, je ne la comprendrai jamais et je n'ai pas envie de la comprendre. Je n'ai clairement pas que ça à faire. Cependant, alors que je m'attendais à voir de la colère, ou alors un sentiment qui me prouvera que j'aurai enfin la paix. Je voyais autre chose... Ça m'a tellement perturbé que je me laisse guider dehors essuyant vivement la larme pour me donner contenance et crédibilité. 

Comment est-ce que cette personne peu avoir un regard bourré de compassion et de peine après ce que je lui ai volontairement balancé à la figure ? Une fois, dehors, je m'éloigne le plus possible d'elle. Y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez elle. Dans l'espoir de retrouver mon self-control, je me prends machinalement mon paquet de cigarettes dans le revers de ma veste et m'allume une cigarette. Je brûle de rage à l'intérieur quand je vois que ma main tremble encore quand j'allume ce qui est censé me soulager. Je prends une grande bouffé et ferme les yeux comme pour mieux apprécier la nicotine qui bousille mes poumons. J'avais beau fumé et essayé de respirer calmement, je fais un non de tête et regarde mon interlocutrice.

« Vous êtes vraiment une personne des plus étrange que je connaisse... »

J'étais un poil plus calme qu'à l'instant, mais j'en étais pas moins perturbé pour autant. Tout en fumant ma cigarette, je continue à lui parler haussant le ton sans me rendre compte.

« Je vous envoie chier, je vous insulte. Et vous continuez à vouloir être gentille et aider ! Un jour, vous allez-vous faire bouffer. Bouffé tout cru, vous perdrez tout à force de donner comme ça ! »

Je lui tourne le dos et murmure à moi-même.

« Déjà qu'on perd et qu'on n'obtient pas ce qu'on veut en étant dur et sévère... »

Je tourne la tête pour détendre mon coup qui commence à me faire mal et continue à fumer nerveusement ma cigarette. Et on dit que ces saloperies ça calme hein ?! Que dalle... Ces saloperies ne sont que des drogues dans lequel je suis connement tombé sans en sortir pendant mes études. 


__________________________


   
L'argent....
Elle et moi... On commence à avoir une relation bien compliqué... Elle refuse de me donner ce que je veux la capricieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie EmptySam 4 Jan 2020 - 7:30


Malgré tout, Flynn accepta de la suivre à l’extérieur, surprenant vu son état émotionnel actuel et la rage, la haine même, qui se dégageait de lui. C’était tout de même déjà un pas – petit, certes – qu’il veuille bien faire une tentative pour se calmer. Ou pour au moins cesser de déverser sa colère sur chaque infirmière, médecin ou aide administrative qu’il allait croiser. La pauvre femme de l’accueil avait bien besoin d’un peu de répit. Charlie savait que cet homme n’était pas du genre à se contenir, qu’il se fichait bien de la bienséance s’il était en proie à ses émotions. Elle était un peu pareille, parfois. Flynn s’alluma une cigarette, mettant une certaine distance entre l’étudiante et lui, ce qu’elle accepta sans mot dire. Elle n’était pas là pour forcer le contact. Juste pour tenter, peut-être vainement, mais tenter tout de même, de lui apporter un peu de réconfort, de lui permettre de se lâcher, de se calmer, de sortir tout ce qu’il avait sur le cœur. L’ombre d’un sourire traversa les traits de la brunette lorsqu’il la qualifia d’étrange. C’était pas une première. « Je le vis plutôt bien. » répliqua-t-elle avec un sourire en coin, qui gagna son regard clair, toujours chaleureux et plein de compassion. Il relança ensuite, sa voix reprenant des tonalités plus agressives, mais la jeune fille ne se démonta pas pour autant. Il fallait croire que dans le cadre de son travail, il était bien plus difficile de la déstabiliser que dans sa vie quotidienne. « Et qu’est-ce que je vais perdre, exactement ? » demanda Charlie sur un ton purement rhétorique, toujours aussi calme et sympathique. Elle n’était pas d’accord avec lui, mais là n’était pas la question. Chacun son point de vue. Elle s’amusait intérieurement de ce qu’il en pensait. Pas méchamment, bien sûr. Mais elle savait qu’elle avait suffisamment d’énergie que pour garder cette attitude positive et joviale envers quiconque ayant besoin d’aide. Et puis, elle ne le connaissait pas plus que ça, il n’était pas un ami proche, alors ce genre d’attaques, elle ne le prenait pas personnellement. Avec des amis, elle aurait été bien plus susceptible. Mais à l’hôpital, elle avait toujours la capacité de faire preuve de cette étonnante compassion, de ce besoin d’aider, voir de sauver autrui. C’était le genre de personne lumineuse, qui brûle de son feu intérieur, comme indestructible. Quand elle vacillait, elle retrouvait l’équilibre. Quand elle tombait, elle se relevait. Elle avait toute l’énergie du monde pour venir soutenir les autres, et elle doutait d’un jour la perdre, comme le sous-entendait Flynn. Mais elle n’allait pas lui en vouloir de croire ça. Elle entendit sa remarque, clignant des yeux avec un sourire discret. Encore une fois, elle n’était pas d’accord. Être dur et sévère n’était pas forcément plus efficace que demander quelque chose avec gentillesse et patience.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les joies de la paperasse...|pv Charlie   Les joies de la paperasse...|pv Charlie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les joies de la paperasse...|pv Charlie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District :: hôpital-
Sauter vers: