AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce jeudi 31 octobre à 18h, venez embarquer dans un merveilleux bateau de croisière pour une soirée inoubliable ! Une soirée qui s'annonce amusante, frissonnante et même ... terrifiiaaante ! » rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.
-22%
Le deal à ne pas rater :
117 couches Pampers Harmonie – Taille 2
31.33 € 40.00 €
Voir le deal

Partagez
 

 And I'll take you away + Léanche [hot]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyJeu 25 Juil 2019 - 22:46

Si elle avait longtemps pensé qu'elle était un prix de consolation, Léo lui avait prouvé, dès leurs premiers instants en Indonésie, qu'elle avait tort. Qu'elle était bien plus que ça. Ici, à Bali, elle osait enfin y croire, croire qu'ils avaient finalement trouvé le moyen de se retrouver. Il n'avait pas perdu de temps a le lui dire, qu'il ne voulait qu'elle et personne d'autres. Et cette journée en avait été une nouvelle preuve parsemée de découvertes et de douceurs. C'était Bali, c'était leur intimité, ça leur donnait des ailles. Blanche se sentait confiante, sans aucun ombrage pour lui rappeler qu'au fond, à la maison, ça ne serait peut-être pas aussi simple qu'ici. Il y avait des non-dits, des sujets encore irrésolus, des histoires inachevées. Entre elle et lui, entre lui et une autre elle. Ici, la blonde était sans crainte, mais que serait-il de la maison et du quotidien ? Dans un endroit aussi paradisiaque que leur destination de voyage, il était facile de tomber pour le charme de la fille qu'il avait emmené avec elle. Loin des curieux, son coeur s'était ouvert plus facilement. Oserait-il lui dire la même chose à leur retour ou serait-elle forcée de garder ce moment emprisonné dans ses souvenirs en acceptant de le voir faire marche-arrière ? Elle n'y pensait pas, Blanche. Pas pour l'instant. Parce que Léo avait ce don de captiver son attention, de s'immiscer dans ses pensées et de ne lui laisser aucune chance de l'oublier. Au fond, n'était-ce pas ce qu'elle voulait, éviter de l'oublier ? Elle avait tenté et échoué lamentablement au projet, toujours là au fond de ses souvenirs, toujours là dans son coeur, des années après leur histoire qui s'était partiellement éteinte. De toute façon, ce n'était pas comme si Léo laissait la moindre chance à son amante de penser à leur retour. Il la tenait captivé dans l'instant présent. Sur la plage, elle lui avoua son désir de partager cette première soirée isolés des regards, dans l'intimité de leur chambre. Il n'en était pas là un sous-entendu vulgaire, mais plutôt l'évocation de se retrouver complètement seuls pour faire le point sur cette première journée parfaite. Et Léo ne broncha pas, répondant avec humour. Ça peut toujours se faire, répondait-elle sur le même ton que lui, lui accordant un clin d'œil joueur alors qu'il demandait à être le seul à la voir dans sa tenue d'Ève. Et s'il le désirait, il serait le seul aujourd'hui, demain et tous les autres soirs à pouvoir observer son corps de la sorte. Il n'avait qu'à le lui demander. Les autres n'avaient rien à lui apporter, Blanche ne voyait que lui. Ils rentrèrent donc et trouvèrent un sommeil réparateur. Au lendemain matin, ce fut couvert d'une douce attaque de baiser que la blonde entreprit de réveiller son amant. C'était bien, ça en a valu la peine au moins ?, gloussa-t-elle en se levant pour attraper son téléphone portable qu'elle avait laissé sur la commode face au lit, aux petites heures de la nuit, après avoir fait une sortie nocturne solitaire sur leur balcon privé. Elle ne se rendait même pas compte qu'elle se faisait désirer, Blanche, franchement excitée à l'idée de lui prouver qu'elle avait bien fait des efforts, Léo qui ne semblait pas très emballé à découvrir les constellations captivées par celle qui avait toujours eu du mal à les reconnaître, son sourire frustré sur le visage. Il lui confirma tout de même ses trouvailles, précisant qu'ils pourraient y retourner ensemble si elle voulait vraiment apprendre et de façon beaucoup plus sérieuse qu'avec son téléphone portable qui, de toute évidence, n'impressionnait pas le photographe. Blanche hocha la tête en souriant, gênée. Oui, ça m'a plu. Mais c'était difficile de me concentrer avec toi et ton ronflement dans la pièce voisine. ce n'était pas la première fois qu'elle lui faisait la remarque, même si il savait que c'était totalement faux. Elle se jouait de lui, chaque fois. Léo dormait comme un bébé, visage angélique reposé. Il ne prenait presque pas d'espace, excepté lorsqu'il cherchait la chaleur de Blanche pour combler le vide dans son sommeil. Elle en était témoin, la tatoueuse, à force de partager le lit de monsieur. Quand il évoqua qu'il n'avait pas envie de parler des étoiles, Blanche perdit son sourire, certaine qu'elle l'avait froissé. Elle le regarda déposer le téléphone, presque triste que son activité nocturne ne passion pas l'amoureux des étoiles qu'il était plus que cela. Mais, contre toute attente, il l'a fit chavirer sur le lit de leur chambre, basculant au-dessus de la blonde, la dominant de tout son corps, son torse dénudé bien en évidence, plaisir pour les yeux de son amante qui, soudainement, avait trouvé le sourire. Je comprends, dit-elle simplement en le regardant s'avancer de son cou pour y déposer le même types de baisers qu'elle avait osé lui faire cadeau en guise de réveil matin dans cette chambre encore vierge de leur amour. Ils ne s'étaient pas rués l'un sur l'autre comme ils en avaient l'habitude, cette fois ils avait laissé leur désir se multiplier, devenir palpable au simple regards échangés. Blanche laissa sa tête s'élancer vers l'arrière, yeux fermés, alors qu'il passait ses lèvres du cou de la blonde à sa poitrine presque nue, cachée de son simple haut de pyjama de dentelle. Si tu continues, Léo, on risque de ne plus trop discuter, lança-t-elle, sachant très bien qu'il n'avait nullement envie de parler, que ses envies étaient bien moins sages que ses paroles. Dans un soupire de plaisir, le corps de la belle se tortillant sous les baisers passionnés de son amant, Blanche murmura : J'ai envie que tu me fasse l'amour. Elle faisait preuve des mots que seuls les couples étaient tenus d'utiliser, ce qu'ils n'étaient évidement pas, elle et lui, mais entre eux, dans cette chambre, devant la plage qui commençait à peine à s'illuminer de la dorure du soleil, elle n'avait pas envie d'échanger une simple coucherie. Elle voulait sentir tout son amour la transpercer, sans avoir besoin d'utiliser les mots.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 30 Juil 2019 - 22:14

Léo était perfectionniste alors la photo presque flou d’un ciel étoilé sur un téléphone ne le faisait pas rêver, non, n’en déplaise à la blonde. Cependant la simple idée que Blanche ait réellement cherché à s’intéresser à sa passion et pas seulement pour lui faire plaisir, ça comptait plus que ce qu’il voulut bien lui montrer. Elle était incontestablement celle qui faisait la force de leur relation, celle qui se battait pour eux, pour qu’ils existent, qu’ils réussissent en tant que couple. Cambridge faisait mille efforts pour s’intéresser à celui qu’elle aimait, pour lui accorder son écoute, son attention totale et tout ça en le regardant avec des yeux amoureux. Elle était douée pour ça, c’était si simple pour elle, bien plus que pour Léo. S’il était de ceux qui pouvaient vous couvrir de cadeaux, de compliments, de baisers à n’en plus finir, s’il pouvait vous faire vous sentir la personne la plus importante au monde d’un seul regard, il n’en restait pas moins un homme égoïste. Il s’intéressait peu de lui-même aux centres d'intérêt de Blanche, elle qui aimait tant le tatouage, il y vouait une sorte d’aversion, il ne lui demandait jamais comment évoluaient ses dessins ou autre chose. Depuis qu’elle vivait chez lui il ne s’était pas non plus intéressé à sa recherche d’appartement, parce qu’il la considérait presque comme acquise et c’était un tort. Elle pourrait tout aussi bien lui filer entre les doigts, il n’aurait que ses yeux pour pleurer et sa conscience avec laquelle s’accorder pour se dire qu’il n’était pas assez à l’écoute. Pourtant ce n’était pas la question de leur réveil ce matin. Et si Blanche voulait en savoir plus sur les étoiles il serait le meilleur professeur qu’elle puisse avoir, dès le soir même si elle était d’accord. Il pourrait même lui apprendre à photographier le ciel nocturne comme une pro, pour avoir son propre souvenir. Et en attendant le jour était bien levé sur Bali, plus d’étoiles à l’horizon, juste la peau dorée de la blonde qui appelait à bien d’autres explorations de la part du photographe. S’il avait montré peu d’intérêt à la photo de la belle c’était simplement parce qu’elle le distrayait rien qu’en se tenant là face à lui, après l’avoir réveillé de la façon la plus agréable au monde. Il remarqua bien son air déçu face à la mine détachée avec laquelle il reposa le téléphone mais en vérité tout était de la faute de Blanche et puis elle retrouverait bien assez vite le sourire avec le programme qu’il avait en tête. S’ils n’avaient pas encore froissé les draps de ce lit, il comptait bien les rendre aussi brûlants que son désir pour la tatoueuse à ce moment précis. Ils avaient appris la patience, eux qui n’étaient pourtant jamais rassasiés de l’autre, ils avaient appris à contenir leurs pulsions pour profiter de l’autre d’une façon bien plus douce, de caresses presque timides, de baisers volés, de mots tendres au creux de l’oreille, comme pour se prouver qu’ils pouvaient attendre, ne pas se laisser emporter. Et ils avaient profité de leur première journée sur l’île comme tout jeune couple amoureux qu’ils semblaient être. Mais comme tout jeune couple leur patience avait une fin et celle de Léo s’arrêtait ce matin. La petite tenue de Cambridge appelait à toutes les pensées interdites et les baisers du barbu se faisaient brûlants sur sa peau trop douce. Il lui retira le haut de son pyjama et sa demande le laissa hésitant une seconde. Elle voulait qu’il lui fasse l’amour, sous entendu elle voulait qu’il lui prouve par ses gestes, par sa façon de la satisfaire qu’il ne pensait qu'à elle, qu’il était amoureux d’elle, rien qu’elle. Il sourit alors doucement, allant chercher ses lèvres pour l’embrasser avec douceur. Leurs étreintes étaient toujours agréables, ils se connaissaient suffisamment pour savoir comment satisfaire l’autre. Mais on ne parlait jamais vraiment d’amour entre les deux amants, il n’était que sous-entendu, secondaire, surtout par le passé. Et bien qu’ils aient appris la douceur et à introduire des sentiments plus tendre dans leurs gestes, ce matin c’était encore différent, Blanche voulait que Léo la traite comme sa copine et lui n’était pas contre, il lui avait dit la veille qu’il voulait d’elle dans sa vie, sous entendu qu’il acceptait enfin qu’elle ait une place officielle. Après de longues minutes à s’embrasser et à laisser leurs mains parcourir le corps de l’autre, Léo se redressa, retira son short et les sous-vêtements de Blanche pour la faire sienne avec douceur, sans la quitter des yeux. Il voulait qu’elle prenne du plaisir, qu’elle s’abandonne dans ses bras sans craindre qu’il pense à autre chose que l’envie qu’il avait d’elle. Parce que depuis qu’ils avaient quitté Bowen il ne pensait qu’à elle, à ce séjour à deux qu’il attendait depuis longtemps, il ne voulait pas la décevoir, il voulait qu’elle s’amuse, qu’ils profitent ensemble de ces quelques jours loin de tout. Ici il lui semblait qu’il n’avait plus peur de la tournure que prenait leur histoire, parce qu’ils en avaient une, ils se rendaient heureux, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi bien et il s’en rendait enfin compte, elle lui redonnait le sourire et lui faisait presque oublier combien il était tombé bas. Avec elle il se relevait, renaissait de ses cendres et c’était tout ce qu’il lui montrait en lui faisant l’amour comme elle l’avait demandé.

__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyVen 2 Aoû 2019 - 7:33

Les gestes sont inlassablement plus éloquents que les mots. C'est ce qu'elle lui demandait, Blanche, d'oser être plus criant, plus honnête qu'en parole, en la touchant seulement comme les amoureux savaient le faire. Pas comme des amants, pas comme l'une de ces femmes qui ne représentait rien. Après tout, Blanche, ne représentait-elle pas plus que tout cela ? Elle n'était certainement pas l'élue de son coeur, son âme-sœur ni même la seule à faire manquer à son palpitant deux ou trois tours, mais était-elle plus spéciale à ses yeux que ce qu'il tentait de se convaincre ? Et par sa demande, par son envie, elle l'implorait presque de le lui confirmer, de lui faire comprendre que ce voyage n'était pas sans incidence pour le reste de leur relation. Que ses paroles de la veille soient plus profondes que la surface qu'ils effleuraient, peureux, frileux de toucher des cordes sensibles. A cet instant, Blanche oubliait les étoiles ou même qu'il y avait un après Bali, que la réalité n'était pas aussi douce que les baisers dont Léo la martelait. Des baisers qui commencèrent peu chastes brûlant la peau de la blonde par l'envie qui s'en découlait et qui migrèrent contre la poitrine pulpeuse de la belle, gonflée pour l'homme qui en prenait possession, lui qui retira la dentelle fine de son amante d'un geste habile, concrétisant au passage la demande qu'elle lui avait faite. Elle voulait qu'il lui fasse l'amour. Le vrai. Et c'est ce qu'il lui donnait l'assaillant de baisers maintenant plus vifs, plus dangereux, qui descendaient dans son intimité, visage entre ses cuisses, le bas du pyjama ayant retrouvé le haut sur le sol, les soupirs de Blanche en fond sonore pour alimenter ce réveil effervescent. Il faisait d'elle sienne dans toute la douceur qui habitait le photographe, dans ses coups de langues attentifs à son plaisir et ses coups de reins soucieux de son osmose. Ils parlaient une langue sans mots, seuls les gestes suffisaient pour laisser les messages s'envoyer, des soupirs comme simple réponse, des caresses comme arguments, les lèvres avides d'un peu plus de baiser, d'un peu plus d'amour inavoué. Amour silencieux, amour sous-entendu, amour non dit alors que leurs corps, eux, criaient le nom l'un de l'autre. Ici, ils étaient seuls, loin de Bowen et du vrai monde. Blanche se laissa aller, faisant de son plaisir plus bruyant qu'à l'habitude, teintant la pièce qui était leur d'un orgasme plus strident, plus intense, plus brûlant, laissant ses gémissements envelopper leur espace et témoigner pour elle comme elle aimait la façon dont Léo la touchait. Son corps qui vibre, cherchant à sentir Léo encore plus, encore longtemps, ses doigts accrochés dans le dos de l'homme, son regard pendu au sien qui quémande que cette matinée ne cesse jamais. Le temps s'était figé jusqu'à ce que l'orgasme devienne trop intense pour le contenir. Blanche resserra les jambes autour de Léo, laissa leurs corps terminer la valse de leur amour jusqu'à ce qu'ils tombent, tous les deux, rassasiés. Caresses contre le bras du brun, Blanche finit par ouvrir les yeux dans un sourire. Elle le fixa, la mer qui reflétait dans le regard de l'homme, le rouge sur les joues de la blonde qui trahie sa satiété. On toqua à la porte, le service aux chambres, le petit déjeuné qui semblait bientôt prêt, ce lit qu'elle ne voulait à présent plus quitter. Ils n'avaient pas précisé qu'ils ne voulaient pas être dérangé, on ne pouvait en vouloir au personnel de l'hôtel de faire leur travail. Et, au fond, ils arrivaient à bon point pour éviter aux deux tourtereaux de passer la matinée complète au lit à se découvrir. Ils avaient toute d'une vie pour le faire, si tel en était leur désir. Et tant d'autres choses à voir ici. Mais, surtout, ce lit qui marquait leurs ébats ne disparaîtrait pas. Les étoiles n'ont jamais été aussi belles qu'à travers tes yeux, lança-t-elle dans un gloussement, retrouvant leur sujet d'avant. Je file à la douche. Je laisse couler l'eau dans l'espoir que tu me rejoignes, aujourd'hui ? Cette fois, elle faisait référence au matin précédent, juste après lui avoir dit que c'était elle dans sa vie qu'il voulait, et à la douche seule qu'elle avait prise, Léo sans doute absorbé par la gratitude de ce qu'il lui avait avoué. Le coeur lourd d'un trop plein d'amour, elle détacha son corps du sien, non pas dans lui avoir volé un dernier baiser. Rejoignant la douche froide qui pourrait la ramener dans le monde réel, la faire descendre de son nuage, un sourire s'était posé sur ses lèvres.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 6 Aoû 2019 - 15:08

Il allait de soi que Léo aimait quand une femme prenait du plaisir sous ses caresses et dans ses bras, généralement soucieux de vouloir bien faire, il l’était d’autant plus quand il faisait l’amour à une de celles qui comptaient. Et évidemment Blanche était dans cette catégorie, depuis le temps qu’ils se connaissaient, depuis cette première fois volée dans la véranda parentale, il avait toujours eu à cœur qu’elle n’oublie jamais son empreinte sur elle, que chaque sensation lui donne le frisson et qu’elle en redemande encore et toujours. Même à l’époque où il se servait d’elle pour assouvir ses désirs frustrés, même quand il prétendait ne rien ressentir pour elle d’autres qu’une attirance, elle n’avait jamais été qu’une vulgaire fille qu’il baisait à la va-vite et bien qu’ils aient eu l’occasion de se redécouvrir dans des lieux parfois étranges, parfois bien trop rapidement parce qu’ils se laissaient emporter par la fougue, Léo n’oubliait jamais que Blanche était sa meilleure maîtresse. Alors dans cette chambre ce matin il s’appliquait à la satisfaire tout en prenant son temps parce que pour une fois il n’y avait qu’eux et que du temps ils en avaient autant qu’ils voulaient. Elle pouvait crier son nom, le supplier de continuer à s’amuser entre ses cuisses ou bien lui demander de venir en elle pour abréger ce délicieux supplice, du moment qu’elle soit sienne il était prêt à tout, à retourner la chambre s’il le fallait. Ses gémissements avaient un tel effet sur lui qu’au moment où elle atteint l’orgasme il ne se chercha pas à jouer les prolongations, il remonta sur elle pour continuer ensemble sans manquer de la retourner pour qu’elle se trouve finalement sur lui, la meilleure façon de la regarder et d’admirer ses formes s’offrir à lui. Une fois leur désir assouvi ils auraient peut-être mérité quelques instants l’un contre l’autre pour se remettre de leurs ébats, pour profiter de ce moment de volupté après l’amour ou la quiétude s’installait doucement après la tempête. Mais on frappa à la porte et Léo s’esclaffa doucement. Ils arrivent à point nommé… Blanche s’échappa déjà après un joli compliment qu’elle chuchota presque à son oreille comme une douce confidence. Laissant le photographe souriant la regarder distraitement s’enfuir vers la salle d’eau dans la plus simple des tenues. Était-ce ça alors, le bonheur simple d'être avec une femme qui ressentait la même chose que lui sans avoir à compliquer l'histoire, sans passé dérangeant, sans croyances qui les bridaient, sans peur de l'avenir ? Parce que si tel était le cas il signait tout de suite pour ne jamais rien connaître d'autre. Il ne traîna pas dans le lit, secouant rapidement les draps et enfilant ensuite un short il se dirigea vers la porte pour ouvrir au personnel. Bonjour, on aura droit à ce festin tous les matins alors ?! Le serveur lui sourit poliment. Oui monsieur Emerson, c’est compris dans votre réservation. Léo hocha la tête avec un sourire et le laissa entrer. Il se dirigea vers la salle de bain pour y rejoindre la blonde qui lui avait fait comprendre qu’elle l’attendait, de toute façon il avait quelques minutes avant que le petit déjeuner soit servi. Et puis ils avaient réveillé un volcan en lui qui bouillonnait encore, pas totalement rassasié. Une fois la porte fermée il resta quelques secondes à admirer Cambridge de dos, sa longue chevelure qui tombait sur sa chute de reins renversante, Dieu qu’elle était belle, on pourrait se damner pour un corps pareil. Et quand elle se retourna, sûrement consciente qu’elle était observée, son sourire termina de faire chavirer celui qui n’avait déjà pas besoins de ça. Il ôta son short et se glissa sous la douche avec elle, repoussant ses boucles blondes il fondit dans sa nuque pour un baiser mordant. Si tu cries on va nous entendre. Il la mettait au défi de se faire discrète alors que ses mains reprenaient leurs caresses sur son corps humide, l’homme de chambre n’était qu’à une cloison d’eux et même sur la terrasse, il pourrait probablement entendre les soupires du couple s’ils en faisaient trop. Prise au piège entre la paroi de douche et lui, elle pouvait sentir tout le désir de son amant contre elle, cette fois il ne serait sûrement pas aussi doux que la première, mais pour sa défense elle l’avait poussé à se faire des idées. C’est bien ce que tu entendais en me demandant de te rejoindre ? Il lui offrit un sourire triomphant avant de l’embrasser avec envie.

__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyDim 11 Aoû 2019 - 5:00

Dans les bras de Léo, ce matin, Blanche se sentait aimée. Bien plus que désirée, bien plus que l'objet d'une envie charnelle qui s'éteignait une fois le feu consommé. Il s'amusait à assouvir tous les désirs de sa douce dans une douceur qui lui était propre et à cet instant, elle se sentit sienne. Complètement sienne. De sa peau enflammée à toutes les parcelles de son coeur. Et elle aurait souhaité que ce moment ne se termine jamais, pour ne plus jamais avoir à connaître une vie sans lui. Parce que leur avenir, une fois à Bowen, il était encore incertain. Certes, Léo lui avait demandé d'être celle qu'il voulait dans sa vie, et pas que pour des photos. Mais une fois dans la cage aux lions, une fois de retour à la routine, la trouverait-elle toujours aussi merveilleuse, Blanche ? Elle avait pourtant l'impression qu'à la maison, à Bowen, elle était si ennuyante, si banale, si ordinaire. Bien trop facile à avoir, bien trop facile à reconquérir. Elle n'était pas un défi. Et maintenant qu'elle avait accepté de voyager avec lui, maintenant qu'elle avait succombé à son seul refus quand il était question du photographe, bien trop folle de lui pour lui refuser autre chose, serait-elle redevenue sans défi pour lui ? Lovés l'un contre l'autre dans le lit bien trop grand pour eux, leurs corps assouvis de désirs, la respiration manquante, l'amour physique qui les connaissait bien trop bien, on toqua à la porte pour aviser le repas du matin, doux rappel que le temps ne s'était finalement jamais arrêté, qu'il avançait encore et qu'ils n'étaient pas seuls au monde, tous les deux, dans cette idylle qu'ils s'étaient créée, cette chambre d'hôtel comme bulle de bonheur, interdit de se prendre la tête entre ces quatre murs et devant la vue qu'elle leur accordait. Et bien que l'envie ne manquait pas de rester au lit toute la matinée, nus à redécouvrir autrement leurs corps sans arrêt, entre deux ou trois confidences sur l'oreiller, Blanche se leva de leur trône, regagnant la salle de bain, le coeur et la tête légers. Oui, le bonheur, c'était ça. C'était de se sentir sur un nuage, de sourire bêtement à la simple apparition de l'être aimé, tant dans la réalité que dans ses pensées, c'était de sentir son coeur vouloir rompre sa cage thoracique chaque fois que sa peau frôlait la nôtre et de frissonner en se remémorer ses caresses. Oui, c'était le cas. Et Blanche le ressentait tout autant que Léo, voir même plus. Ne rien connaître d'autre, elle le désirait, elle aussi.
L'eau coulait sur le corps nu de la blonde, dos au verre de la douche qui s'était embuée laissant sa silhouette se dessiner dans un flou artistique qui laissait place aux souvenirs de son amant, silencieux, qui l'observait. Son regard était tranchant, Blanche jeta un coup d'oeil sur son épaule avant de le remarquer, son sourire, déjà présent sur ses pulpeuses, s'agrandit à la vue de l'homme. Sans se faire languir, il retira la barrière de tissu qui le maintenant éloigné d'elle, avant de laisser l'eau l'envelopper à son tour, attirant la blonde contre sa peau pour retrouver son cou. Se croyant seule dans leur univers, bien que la réalité se trouvait à quelques mètres d'eux, Blanche envoya sa tête vers l'arrière en soupirant, appelant le brun à poursuivre ses baisers. Il ne tardait pas à la mettre en garde, regard brûlant, défiant son amante de se faire discrète. Et ce serait si mal ?, demanda-t-elle en plongeant ses yeux dans les iris bleutés de son partenaire alors que les mains de Léo, elles, parcouraient déjà le corps de l'Australienne. L'amour silencieux, elle pouvait le faire. Mais, quand il posait ses mains ainsi sur son corps, Blanche ne répondait plus d'elle. Que cet homme de chambre entende leurs satisfactions ne lui dérangeait guère, ce n'était certainement pas le premier couple qu'il surprenait ainsi, de si tôt matin, eux qui n'avaient pas pris la peine de laisser leur panneau « ne pas déranger » sur la poignée de la porte. Cependant, le jeu dangereux du silence, l'excitait. Léo se montra plus insistant, emprisonnant sa belle entre son corps toujours en demande de sa belle et le verre qui imprégnait, à présent, dans sa buée, la marque de ses fesses. C'est ce que j'entends chaque fois que je me lève près de toi, répondit-elle avant de se laisser embrasser avec envie, sentant l'excitation de Léo contre sa cuisse. Blanche souriait contre les lèvres de l'homme, laissant à son tour ses mains caresser sa peau. Du bout des doigts, entre deux baisers enflammés, elle traçait son chemin jusqu'à son intimité auquel elle ne tarda pas à accorder son attention. Caresse de sa main contre son sexe qui commençait lentement, elle entrouvrait ses yeux pour se permettre d'épier les réactions de son amant, sa bouche entre-ouverte qui quémandait d'autres douceurs. La cadence augmenta alors qu'elle reprit d'assaut les lèvres de Léo, étouffant au passage quelconques soupires qu'il tenterait de s'y échapper, pressant sa poitrine contre le torse du photographe, leurs corps qui vacillèrent vers l'autre extrémité de la douche, un bruit sourd résonnant quand ils se plaquèrent contre les carreaux de céramiques humides. Pause de ses lèvres, Blanche gloussa en remontant une jambe, formant un trépied instable, pour lui laisser plus de facilité afin de la pénétrer, d'entrer en elle sans attendre parce qu'ils avaient, tous les deux, réanimé leurs désirs qui, avouons-le, ne s'éteignaient jamais. Elle le sentit entrer en elle, remplir toute son intimité de son sexe brandissant, une pénétration vive qui lui déroba un soupire de satisfaction, suivit d'un rire. Elle était mauvaise pour se montrer discrète, Blanche, elle perdait déjà au jeu qu'ils s'étaient lancé, tous les deux, Léo bien meilleur pour cacher son contentement.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyLun 19 Aoû 2019 - 16:32

Léo n’avait pas besoin d’une femme qui le fasse rêver, il n’attendait pas un quotidien extraordinaire. Il avait simplement besoin de vibrer. Ca n’avait rien à voir avec la logique ni avec un quelconque grain de folie, ça ne se contrôlait pas, c’était un feeling, quelque chose sur quoi il n’avait aucune prise. Il pouvait bien avoir la plus belle femme dans ses bras, s’il n’y avait pas cette osmose, ce je-ne-sais-quoi d’inexplicable, l’histoire s’arrêterait bien vite. Et ce quelque chose là il l’avait toujours ressenti avec Blanche. Longtemps il avait eu peur d’un avenir avec elle, encore aujourd’hui d’ailleurs, parce qu’elle se donnait entièrement, elle semblait l’aimer plus qu’elle s’aimait elle-même et quand elle le regardait comme s’il était la personne la plus importante au monde parfois ça l’effrayait. Mais à présent Emerson avait besoin de leur donner une chance, de savoir jusqu’où ils pourraient aller ensemble. Peut-être que cette idylle prendrait fin à l’issue de leur séjour, quand le quotidien de Bowen reprendrait sa course et qu’ils se rendraient compte qu’il n’y avait pas plus entre eux, pas d’avenir au delà de cette tendresse évidente et de cette alchimie physique qui elle, ne faiblirait jamais. Et peut-être qu’au contraire pour une fois il aura eu raison d’écouter son cœur et l’envie qu’il avait de tenter quelque chose avec la blonde, finalement seul l’avenir avait la réponse et seul le temps la leur donnerait. Pour l’heure il comptait bien profiter de chaque seconde indonésienne de chaque plaisir de ce voyage, à commencer par la redécouverte perpétuelle de ce corps qu’il connaissait par cœur, il avait fait preuve de retenue le premier jour mais ce second matin avait des airs bien plus sulfureux, comme si leur réserve de la veille leur donnait droit de se rattraper, plutôt deux fois qu’une. Répondant à l’invitation de Cambridge à la rejoindre sous l’eau, il ne fallut qu’un sourire de sa part pour que Léo retrouve sa peau. Le soupir satisfait de la blonde alors qu’il embrassait sa nuque avec désir l’invita à continuer non sans la mettre en garde sur la discrétion dont elle devrait faire preuve s’ils continuaient sur cette voie. Mais elle se moquait bien d’être silencieuse et son sourire provocateur amusa le brun autant qu’il lui donnait envie de tout faire pour qu’elle le contredise. Il s’en foutait pas mal, lui aussi, qu’on les entende, qu’ils réveillent les voisins s’il le fallait, du moment qu’ils s’amusent. S’il n’y a que ça pour te faire plaisir, Cambridge, je peux t’offrir ce genre de réveil tous les matins. Faisant pression sur le corps de la belle, Léo la forçait à se presser contre la paroi, pour qu’elle soit sa proie, puis fondit sur elle pour s’emparer de ses lèvres et laissant ses mains caresser avidement ses seins qui ne se dressaient que pour qu’il y touche. Généralement plus habitué à prendre les devants il se laissa surprendre par la douceur de cette main sur son sexe, avant qu’elle ne s’en empare pour y appliquer une pression volontaire, aucun doute, elle voulait qu’il ne réponde plus de lui. Il jeta sur elle un regard presque dissuasif, lui qui aimait tant avoir le contrôle, avant de se laisser emporter par le plaisir qu’elle lui donnait, rejetant la tête en arrière, étouffant un soupir de satisfaction. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle sache parfaitement le rendre fou mais elle n’avait pas encore gagné et alors que leurs lèvres se retrouvaient pour un baiser brûlant, il aurait presque quémandé que sa bouche prenne d’assaut ce membre qu’elle torturait avec tant de savoir-faire. Cependant quand leurs langues reprirent leur danse folle et que la pression de Blanche sur Léo le fit glisser contre le mur de faïence de l’autre côté de la douche il sut que c’était son corps tout entier qu’il voulait et pas juste une caresse égoïste, il la voulait contre lui, il voulait la posséder à nouveau et cette envie l’emportait. Et comme si la blonde l’avait compris, elle passa une jambe contre ses hanches, offrant à son amant tout loisir d’entrer en elle sans difficulté. Et il ne se fit pas prier, cependant il aimait compliqué les choses donc il choisit plutôt de la soulever et de la plaquer contre le mur alors qu’elle gloussait de plaisir, il se vengeait presque de l’avoir laissé s’emparer de lui comme elle l’avait fait plutôt, tomber à la merci de ses caresses alors qu’il était de ceux qui aimaient mener la danse. Emerson sourit alors, satisfait qu’elle ne sache pas se tenir, qu’elle soupire sous ses assauts. Le regard plongé dans le sien, elle était si belle avec sa bouche entrouverte qui réclamait la sienne, il redoubla de force pour la satisfaire, pour que chaque seconde soit délicieuse et qu’au moment où l’orgasme la prendrait elle ne pense à rien d’autre qu’à leurs corps qui s’accordaient si bien l’un avec l’autre.


__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyLun 2 Sep 2019 - 5:19

Mains dans sa longue chevelure blonde, eau qui coulait le long de son corps alors qu'elle arquait le bas des reins, dos à cette vitrine de verre qui la séparait de son amant secrètement entré dans la sale de bain après y avoir été invité, elle pensait à leur dernier ébat, l'essence de leur histoire encore non dite, mais qui prenait, petit à petit, tout son sens. Elle et lui, à cet instant, sans aucun obstacle, sans aucune distraction pour leur amour. Amour qui voyait le jour, lentement, qui apprenait à revivre entre ces deux amants qui avaient trop longtemps été confinés à n'apprécier que leurs corps et non leurs coeurs. Et à l'instant où Léo la rejoignit dans la douche, à l'instant où ses mains s'emparèrent de la douce peau de la blonde, ce n'était pas son corps et toute son intimité qui criaient son nom, mais bien ce coeur. Ce coeur qui ne demandait qu'à aimer librement, qu'à battre la chamade sans se restreinte, qu'à ne plus avoir peur de ressentir ce genre de choses. Et, attirés comme les amants qu'ils savaient être, il ne fallut, en effet, qu'un sourire pour que leurs peaux se retrouvent, qu'il s'empare de cette nuque et qu'elle le plaque de caresses plus sensuelles les unes que les autres, cette main qui divergea de sa route pour s'emparer de la verge de son amant qui témoignait déjà de son excitation. Elle qui s'emparait de lui, lui qui avait pourtant l'habitude de contrôler leurs moments d'intimités. Cette fois, c'était elle qui commandait, les doigts qui adulaient son membre alors que Léo contrôlait ses gémissements. Leurs respirations étaient saccadées, tous les deux fébriles de la suite de leurs ébats, l'intimité de la blonde qui ne pouvait attendre plus longuement pour se sentir comblée, se sentir complète, qui s'offrait à lui, sa jambe relevée contre la hanche du photographe, son pied qui prenait appui contre la céramique claire de la douche. Sourire narquois aux lèvres, Léo n'en fit qu'à sa tête, prenant d'assaut ce corps vulnérable et fébrile de désir, le plaquant contre le mur opposé pour pénétrer Blanche sans attendre, sans s'annoncer, les pieds de la blonde qui ne touchait pas le sol, ses bras autour du cou de son homme, la tête enfouie contre sa peau pour étouffer ses premiers soupires de soulagement, soupires qui s'accentuèrent alors que leur valse accélérait, soupires qui se transformaient en gémissements, la respiration haletante. Chaque coup de reins, chaque fois que son membre ondulait en elle, un nouveau cri de plaisir s'échappait. Au diable le personnel de l'hôtel, au diable les voisins. Ses doigts se plantaient dans la chair du dos d'Emerson, sa bouche entre-ouverte laissait échapper les douces syllabes de son prénom alors qu'il donnait le dernier coup de grâce, que ces vas-et-vient parfaitement chorégraphié ne mènent qu'à une harmonie d'extase, orgasmes atteints presque en même temps avant que ses pieds ne regagnent le sol et que sa bouche ne retrouve la sienne dans un baiser tendre. Blanche laissa son corps glisser contre le mur de la douche dont l'eau coulait encore pour y retrouver le carrelage froid, la respiration qui reprenait lentement sa vitesse normale, yeux fermés, sourire niais sur son visage. À cet instant, elle n'aurait voulu être ailleurs qu'ici, Blanche. Ici, avec lui. J'dis oui à ce genre de réveil tous les matins, reprit-elle une fois que sa respiration lui laissa assez d'air pour enfin parler, reprenant les paroles que son amant lui avait accordé avant de se laisser emporté par la chaleur de leurs corps embrassés. Ici et à Bowen, osa-t-elle ajouter, poussant certainement sa chance à son extrême. Elle n'avait plus envie de se séparer de lui. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Elle avait attendu trop longtemps pour qu'enfin ils se retrouvent. Maintenant, elle ferait tout pour le garder près d'elle.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyJeu 5 Sep 2019 - 23:07

Léo avait suggéré à Blanche de ne pas crier, de se tenir sage pour qu’ils soient discrets alors qu’un membre du personnel s’affairait à dresser la table de leur petit déjeuner. Mais ce serait mentir que de dire qu’il n’aimait pas l’entendre gémir ni l’implorer de son regard de la satisfaire enfin. Il adorait entendre son prénom s’échapper de ses lèvres avides et lire la surprise et l’excitation dans ses yeux lorsqu’il la plaqua contre le mur pour une pénétration à laquelle elle ne s’attendait pas. Comme quoi, même sur ce plan là ils étaient encore capable de se surprendre malgré les années. Il donnait l’air de ne jamais trop se poser de questions, Léo, de se laisser porter par ses coups de cœur sans songer au lendemain. Mais concernant les femmes de sa vie il réfléchissait bien plus que ce qu’on pouvait imaginer, il se demandait si ça vaudrait la peine, quelquefois, qu’il arrête de courir après l’amour comme s’il pouvait se trouver à chaque coin de rue, dans chaque nouveau regard croisé, après un idéal chimérique, un idéal qu’il avait laisser partir, une fois. Depuis quelques temps il se sentait heureux, dans les bras de Blanche, il aimait l’idée qu’elle partage son quotidien et qu’elle y appose sa touche, doucement, sans s’imposer. Et ce voyage loin de tout, juste tous les deux, le plaisir des moments intimes sans forcément se toucher, c’était peut-être ça qu’il devait écouter, cette petite voix qui lui disait que tout allait bien, qu’il n’avait pas d’autres questions à se poser. Et puis sentir son corps tout entier vibrer contre le sien, lire dans son sourire combien elle se sentait simplement bien avec lui, entendre dans ses râles combien lui seul la comblait, comprendre dans son regard qu’il était le seul homme qu’elle était prête à aimer. Il devait s’en contenter, c’était largement assez, c’était même trop, pour ce qu’il méritait vraiment. Dans un ultime coup de bassin, alors que tout l’hôtel devait à présent être au courant de leur performance et alors que Blanche semblait déjà avoir atteint l’extase, son amant s’autorisa aussi à se laisser aller, les yeux fermés en sentant les ongles de la belle s’enfoncer dans sa peau comme pour y laisser leur trace, une main contre la faïence pour s’empêcher de s’écrouler sous les assauts de plaisir, il poussa un long soupire de délivrance, enfouissant sa tête dans la nuque blonde. Après quelques secondes il laissa le corps de Blanche glisser contre le sien et ses lèvres retrouver les siennes dans un baiser encore brûlant mais bien moins empressé. Ce second tour les avait achevé. Emerson offrit son visage au jet de la douche à ce moment là, durant leur ébat, il ne pensait pas à ses considérations amoureuses, il avait simplement profité, à mille lieues des choses vraiment importantes. Cependant les paroles de Cambridge lui remirent les pieds sur terre, son regard plongea dans le sien et il la serra contre lui encore un instant. Je peux nous faire installer une douche dans ce style si ça peut faire ton bonheur.... j’imagine que c’est faisable ! Il sourit, malicieusement, évidemment elle ne parlait pas de la douche, lui non plus au fond. Mais le simple fait qu’il se projette à nouveau avec Blanche à ses côté à leur retour à Bowen, c’était la preuve qu’il était prêt à voir leur relation évoluer. Après qu’ils se furent douchés, sérieusement pour cette fois, les deux amants rejoignirent la table du petit déjeuner, l’homme de chambre avait quitté les lieux depuis un moment déjà. Le photographe se servit une tasse de café chaud avant d’en verser dans celle de sa compagne. Il faut qu’on se presse un peu si on veut toujours faire cette randonnée dans les rizières. Je crois qu'un guide nous attend pour neuf heure dans le hall. Il te reste quelques forces pour marcher ?! Léo demandait ça mais il ne faisait pas le malin, lui-même se serait bien glissé sous la couette après ce genre de réveil. Mais ils avaient toute une île à découvrir et il serait dommage de manquer de temps pour faire tout ce qu’ils avaient prévu.


__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 10 Sep 2019 - 22:53

Ils avaient fait l'amour à n'en plus compter le nombre, ils connaissaient leurs corps, chaque recoin, chaque zone sensible, chaque sensibilité. Sur ce point, ils se connaissaient par coeur, comme s'ils avaient été créer pour s'unir de cette façon, comme si on les avait façonné à bien d'emboîter, comme s'il était la pièce manquante au puzzle de la vie de la blonde. Et pourtant, cette fois, elle n'avait rien à voir avec toutes ces autres, rien à voir avec la familiarité de leurs caresses si souvent échangées. Tout son corps tremblait différent alors qu'en un dernier coup de bassin, Léo déclencha un volcan de sensation dans toute son intimité, alors que l'orgasme l'a fait crier la passion de son désir, alors qu'elle pressait sa poitrine contre son amant en quête de ce contact qui lui affirmerait qu'elle était toujours éveillée et non pas prise dans un rêve trop longtemps souhaité. Tout était différent. Ce n'était pas que Bali, Blanche osait l'espérer, c'était bien plus que ça. Rien à voir avec le lit qu'ils partageaient dans le confort de Bowen, rien à voir avec toutes ces fois où elle avait trouvé réconfort sur son torse, où les bras de Morphée avaient su l'envelopper que lorsqu'elle reposait contre lui. Et bien qu'elle le ressentait, bien qu'elle voulait espérer, une part d'elle savait que ce bonheur n'était qu'éphémère, qu'il ne durerait que seulement s'ils s'y autorisaient. Et ce n'était pas partie gagnée, eux qui s'interdisaient ces sensations depuis des années, il fallait à présent réapprendre à les accepter. Alors que leurs ébats se terminaient sur une harmonie de gémissement, sur deux orgasmes presque atteints en symbiose, Blanche laissa son corps glisser contre la douche, le jet d'eau qu'elle avait complètement oublié rafraîchissant sa peau brûlante de leurs émois. Blanche souffla une réponse à leur conversation, Léo qui serrait son corps contre le sien, les yeux plantés dans ceux de Blanche. Ses mots qui la firent sourire à l'idée d'imaginer un avenir, le pronom nous suivit de faire qui supposait qu'à Bowen, ils seraient encore deux, joues qui rougissaient. Je retiens l'idée, gloussa-t-elle en réponse à la proposition de son homme qui était à demi-sérieux. Ils se douchèrent, Léo sorti le premier. Blanche le suivit très rapidement, prenant place face à lui alors qu'il se moquait sur l'énergie qu'ils avaient tous les deux écoulée. Pourquoi, tu préfères rester au lit toute la journée ?, se moqua-t-elle à son tour. Elle attrapa une rôtie qu'elle croqua avec vivacité en souriant. J'ai toujours de l'énergie. Surtout si c'est pour marcher derrière toi. Elle lui accorda un clin d'œil, supposant la vue à laquelle elle aurait le droit.


__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 23:49

S’il était difficile pour Blanche de croire à un avenir avec son amant, un avenir qui se poursuivrait bien après l’intimité d’une nuit, Léo aussi se surprenait avec ce genre de proposition. Lui qui avait voulu sa maison comme sa garçonnière, comme son repère à lui, sa tanière d’éternel célibataire. Lui qui n’y avait jamais fait de changements pour une femme, s’imaginait déjà changer les plans de sa salle d’eau simplement pour pouvoir rêver un peu plus à des matins comme celui-là, avec la blonde. Il lui sourit sans plus rien ajouter et puis ils se finirent par se séparer pour mieux se retrouver sur la terrasse de leur suite. La journée promettait d’être belle et chaude, ils se devaient d’en profiter, c’était bien beau de papillonner, mais ils regretteraient de ne pas avoir profité de ce cadre s’il restaient enfermé dans cette chambre toute la journée. Un sourire en coin se dessina alors qu’il attrapait une viennoiserie. Ca ne me déplairait pas. Mais on aura tout le temps de faire ça plus tard. Quand ils seraient de retour à Bowen… Il laissa s’échapper un rire lorsque Blanche fit allusion à la vision de ses fesses, il n’y en avait décidément pas un pour rattraper l’autre. Mais cette complicité plaisait beaucoup au photographe. Tu ne sais pas te tenir ! On aura le guide avec nous, perverse ! Autant dire qu'ils ne pourraient pas s'autoriser d'ébats pimentés en pleine cambrousse. Le petit déjeuner avalé, Léo vérifia les derniers réglages de son matériel et déposa le tout dans un sac à dos. Chaussé de chaussures de randonnée, ils descendirent dans le hall de l’hôtel où un guide local les attendait comme convenu. Le déroulement de la journée serait simple, ils allaient roulé une bonne heure pour atteindre le bas des rizières et ils marcheraient entre deux et trois heures au milieu de ces plateaux dont le plus célèbre, Jatiluwih, était classé au patrimoine de l’Unesco. Comme Léo l’avait prédit, la journée ne fut pas reposante, mais ils eurent la chance d’admirer des paysages merveilleux qu’ils ne verraient qu’une fois dans leur vie. Le photographe se régala des points de vue, il imaginait déjà le reportage photo qu’il pourrait prévoir pour son site professionnel une fois de retour à Bowen. Peut-être même qu’il pourrait proposer quelques clichés à des magazines. Dans la voiture qui les ramenait quelques heures plus tard à leur hôtel, ce fut à peu près le même scénario que dans le bateau la veille, la tête de Blanche pesait lourd sur l’épaule de Léo, ils se laissaient bercés par le ronronnement du moteur. Léo sortit son téléphone pour regarder les prévisions météo pour la nuit, sans surprise elle serait belle. Quand la blonde se redressa il la regarda avec tendresse et se pencha pour l’embrasser, au cours de leur folle journée les gestes tendres avaient été rares, ils avaient bien trop à admirer pour rester collés l’un à l’autre, mais la tendresse n’était jamais bien loin, même dans un simple regard. Je t’emmène regarder le ciel cette nuit ? S’il n’avait pas semblé emballé par la photo que Blanche avait pris sur son téléphone, il en avait retenu le message, elle voulait partager sa passion et il n’était jamais avare pour en parler.


__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptySam 5 Oct 2019 - 0:39

La douche s'était arrêté, voile de pluie sur leur tête qui, à présent, ne laissait que s'échapper les restes rebels des dernières chutes sur leurs corps rassasiés. Léo sortit, lassa l'espace de la pièce à son amante et regagna leur balustrade le premier. Reflet qui se dépeignait dans le miroir au travers de la buée, Blanche se regarda longtemps, examina sa peau qui rayonnait et ses yeux qui brillaient se disant que rares étaient les fois où elle se trouvait si radieuse. Bali, un peu coupable, Léo sans doute bien plus. Elle remonta ses longs cheveux blonds dans une queue de cheval trempée qui laissait ses ondulations s'égoutter contre le peignoir qu'elle enfila à la va-vite avant de rejoindre le coupable de son retard sur la terrasse privée, coupable qui annonçait déjà qu'ils devaient accélérer le pas s'ils ne voulaient pas être en retard sur le planning de leur journée. Après un réveil comme celui qu'il lui avait offert, l'excursion dans la forêt balinienne leur semblait moins excitante, tête toujours un peu coincée sous la douche dans le souvenir de leurs étreintes. Mais il le fallait. Je peux regarder sans toucher !, se défendit la blonde en croquant à nouveau avec vivacité dans sa rôtie, embrayant le pas pour éviter un retard imminent avant de laisser son rire mélodieux envenimer les oreilles de Léo. Retard que le dit guide n'apprécierait certainement pas.
Habillée de circonstance, cheveux toujours remontés dans cette haute queue de cheval, Blanche se montra prête bien avant le photographe qui, fidèle à lui-même, emportait avec lui son appareil. Ça pèse lourd dans ton sac ?, se demanda Blanche, s'inquiétant pour le confort de Léo. La journée serait longue, ils auraient à marcher longuement sur les sentiers, peut-être même à monter quelques pentes abruptes pour se rendre au bout de leur quête et tout cet équipement lui semblait si lourd. Tu veux que je t'aide à porter quelque chose ? Mais ils savaient bien, tous les deux, qu'elle était bien plus frêle que lui, la blonde. Et qu'il ne se laisserait pas aider aussi facilement, orgueil aiguisé. Ils se dirigèrent vers le Hall où leur guide les attendait déjà, s'enchaînant la suite de leur découverte au travers des paysages de rizières, journée épuisante qui se termina à l'arrière d'une voiture, vides d'énergie. Blanche se sentait bercer par les cotes de la route, ses yeux qui se faisaient lourds, sa tête qui tombait peu à peu et qui se posait contre l'épaule de son amant, toujours là pour soutenir son repos. Elle somnola de longues minutes avant de se redresser, la nuque tendue à force d'être penchée. Elle posa une main contre son cou et la massa en laissant ses yeux s'habituer de nouveau à la lumière de fin d'après-midi, jusqu'à retrouver le regard tendre de Léo posé sur elle, un courant électrique qui traversa le corps de la blonde replaçant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, les joues pourpres de gêne, dans la lumière d'or qui pénétrait la voiture juste avant qu'il ne vienne poser ses lèvres contre les siennes. Blanche ferma les yeux, profitant de la douceur de leur moment comme s'il s'agissait de leur dernier, deux jours passés déjà dans ce qui leur servait d'exil et le retour à leur vie normale serait ravageur, Blanche qui redoutait déjà de se retenir à Bowen, de taire le feu qui pressait dans tout son corps quand elle pensait à lui. Bali, échappatoire, n'était pas assez. Elle le voulait, au quotidien, sans nécessairement mettre des mots sur eux, mais en sachant qu'ils s'attendraient, le soir, dans le lit du brun pour finir leurs journées dans une union. Je m'endors partout, je suis une plaie, plaisanta-t-elle en se replaçant sur son siège pour mieux écouter la proposition du photographe. Elle hocha la tête sans attendre. Tu veux bien partager ce moment avec une novice comme moi ? Lorsque la voiture s'arrêta devant leur hôtel, après avoir remercier comme il se fallait le chauffeur, Blanche attrapa la main de Léo, s'offrant à nouveau un moment de tendresse qu'elle garderait ancrer dans sa mémoire. Merci de partager ce voyage avec moi, Léo., souffla-t-elle suivi de douces confidences : J'ai l'impression de vivre un rêve.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyJeu 10 Oct 2019 - 8:03

Le Léo solitaire, celui que peu connaissaient, aimait ses aventures en mode baroudeur, sac à dos sur l’épaule et appareil photo au poing, ces séjours où il cherchait à se fondre dans les populations qu’il découvrait pour mieux les comprendre ou ces instants volés sur des faits d’actualité plus ou moins joyeux mais qui le faisaient vibrer, être au cœur de l’action, avoir l’impression de participer aux changement de ce monde. Il partait souvent sur un coup de tête, là où le vent voulait bien le mener, là où les choses se passaient, il passait parfois des jours entiers sans donner de nouvelles aux siens, ça faisait hurler sa mère et lui en rigolait bien. Seuls les réseaux sociaux étaient témoins de ses pérégrinations, il alimentait son compte Instragram de photos prises sur le vif, c'était devenu la meilleure vitrine de son travail, il avait évolué avec son temps. Mais si c’était plus simple pour lui de partir seul à l’aventure, il aimait aussi les voyages à deux, ceux où il pouvait partager plus que quelques images, des souvenirs, des sensations. On le raillait souvent sur ce sujet, parce qu’il avait la fâcheuse tendance à y emmener ses conquêtes dans ses valises, comme si c’était un prétexte pour se rendre encore plus irrésistible à leurs yeux. Mais il se gardait bien de répondre quoi que ce soit, l’avis des autres il s’en moquait totalement. Et puis au fond ses détracteurs n’avaient pas tort, pourtant la raison était bien plus simple que de chercher à leur en mettre plein la vue, il aimait simplement montrer une autre facette de sa personnalité et de sa vie et les voyages en faisaient partie intégrante. En plus, pour lui, c’était plus simple d’offrir un billet d’avion que de présenter son fils, question toujours compliquée. Ce séjour avec Blanche c’était l’occasion de profiter ensemble, de sortir de se découvrir autrement, loin de ce qui semblait acquis depuis des années. A Bowen ils se connaissaient par coeur, elle savait ou le trouver si elle avait besoin, il savait comment la faire craquer quand il se sentait seul, ils savaient aussi les signes qu’il ne fallait pas déranger, tout semblait tellement identique depuis toujours. Mais finalement il y avait tellement de choses qu’ils ignoraient sur l’autre et qu’ils pouvaient, à loisir, apprendre à connaître ici. Le retour à la réalité serait sûrement brutal et difficile, mais Léo n’y pensait pas, quand il était quelque part il profitait pleinement, le reste viendrait après. En préparant leur visite de la journée, Blanche traînait dans les pattes de son amant, en temps normal ou avec quelqu’un d’autre ça aurait pu l’agacer, il aimait préparer son matériel avec sérieux et minutie, mais il se prenait à aimer la présence de la blonde dans son dos, ses yeux qui surveillaient ses gestes et ses douces attentions quand elle s’inquiétait pour lui. Ca pèse un certain poids. Il lui sourit avec malice et ce sourire s’élargit à sa demande. Il la détailla de la tête au pieds, elle qui ne devait pas peser grand chose. Occupe-toi de ton sac, déjà, je suis habitué ne t’en fais pas. Une fois prêt il mis son sac sur son dos et attrapa Blanche par la taille pour l’entraîner avec lui. La journée passa à une vitesse folle, elle fut éreintante et la chaleur sur place n’avait pas aidé, mais Léo adorait les visites dans ce genre, celles qui lui faisaient prendre conscience des merveilles de leur Terre et qui le faisaient se sentir tout petit face à elles. Il donnerait tout pour tout plaquer, prendre son fils avec lui et partir faire le tour du monde, mais jamais il n’aurait la chance de pouvoir le faire, son ex le refuserait. Une fois sur le chemin du retour il savoura cette heure de repos avec la tête de Blanche qui reposait lourdement sur son épaule, ses longs cheveux qui lui chatouillaient le cou et la douceur avec laquelle elle se laissait aller contre lui. Dans ces moments elle semblait placer toute sa confiance en son amant et lui fondait littéralement, il se refusait de penser à l’après Bali et au fait que les choses changeraient inévitablement quand ils reprendraient leurs habitudes, il voulait des journées comme celle-ci, il voulait se dire que c’était possible même si le seul à leur refuser ce luxe c’était lui. Une fois qu’elle eut ouvert les yeux, après ce baiser volé comme pour mieux la maintenir éveillée face à lui il lui proposa de prolonger leur journée avec un tête à tête avec le ciel. Si tu ne t’endors pas je veux bien, oui ! Et quand bien même elle s’endormirait, il n’arriverait sûrement pas à lui en vouloir. Avant de rentrer à leur chambre, Blanche attrapa la main de Léo pour l’attirer contre lui, il la pris dans ses bras en l’écoutant. Ne me remercie pas, je n’ai rien fait de spécial. Il passa une main dans ses cheveux et un rictus gêné se dessina sur ses lèvres. Ce rêve c’est une partie de ma vie. Et ça pourrait être la tienne, si tu voulais me faire confiance. Autrement dit si elle arrêter de refuser ses propositions depuis des années, elle aurait pu vivre tellement de voyages, tellement de rêves éveillés comme celui-ci, à Bali ou ailleurs, à Paris surtout, mais elle avait toujours décliné ses invitations. C’est moi qui devrais te remercier d’être là, de me faire confiance. En quelque sorte Blanche avait arrêté de se méfier de lui, elle avait peut-être compris que ce voyage n’était pas un piège à fille, mais une réelle opportunité pour eux de se découvrir et de se retrouver. La soirée s’était déroulée dans la douceur balinaise, ils avaient partagé un dîner léger et pris quelques provisions pour tenir leur nuit blanche. Puis après que le soleil eut totalement laissé place à la lune, ils avaient gagné un petit coin tranquille, un peu à l’abri des lumières de la ville, le personnel de l’hôtel le leur avait conseillé. Léo s’était équipé de son matériel pour photographier les étoiles mais il n’avait aucune longue vue, ils se contenteraient de leurs yeux nus mais pour une initiation ce serait déjà largement suffisant. Ils avaient passé une heure à fixer le ciel, à rester patient le temps que l’appareil prenne ses clichés, Emerson avait énoncé bien trop de noms d’étoile à Blanche pour qu’elle se souvienne de tout mais elle avait semblé intéressée. Il lui avait fait promettre de ne rien bidouiller à ses réglages sur le reflex et finalement ce fut lui le premier à tomber de sommeil alors qu’elle avait l’air de s’amuser en essayant de capturer des étoiles filantes. Cette nuit avait été douce, pleine de gestes tendres et de complicité, ils avaient beaucoup rit. C’était bien différent de leur réveil torride, mais c’était dans ce genre de moment inattendu que le photographe prenait conscience qu’il y avait bien plus qu’une attirance physique entre eux. Ils partageaient le même air, ils se créaient des souvenirs ensemble et il se prenait à aimer ça, il en voulait davantage.

__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMer 16 Oct 2019 - 19:06

Sur certains points, ils se ressemblaient, les deux amants secrets. Au travers de leurs nombreuses différences, ils partageaient cette affection pour la solitude, ce moment qu'ils ne partageaient qu'avec leur propre personne. Si Léo était plus voyageur solitaire, Blanche, elle, aimait la quiétude que son studio de tatouage lui apportait, l'ambiance de création isolée de toutes les distractions. Entourée d'une foule de gens, elle ne s'était jamais sentie elle-même. Jamais à l'aise lors des soirées de charité ou les dîners importants où les Cambridge étaient évidemment toujours invités. Ce n'était pas son univers à l'artiste rebelle. Toute cette notoriété la rendait nauséeuse. Et elle n'avait pas besoin de beaucoup, d'ailleurs, pour être heureuse, Blanche. Et elle l'avait prouvé maintes fois se privant de la sécurité financière à laquelle elle avait droit pour vivre sa simple vie sans se sentir redevante de cette famille de qui elle ne voulait pas tirer profit. Certes, elle enviait, souvent, la liberté de Léo. Celle qui lui donnait l'occasion de partir à l'aventure, travail ou non, de rencontrer des paysages nouveaux sur sa route. L'argent avait ce bon côté de ne jamais restreindre ses propriétaires. Et jusqu'à ce jour, la blonde n'avait pas réalisé tout ce qu'elle avait perdu durant ces années où elle s'était refusé de faire le saut avec lui, de se laisser offrir la chance de découvrir à ses côtés. Maintenant qu'elle y avait goûté, un diable se posait sur son épaule ancrant dans sa tête des envies plus fortes que la raison, des nouveaux besoins de découvrir encore plus, la soif de laisser le monde l'émerveiller. Mais ça, ce n'était pas de son calibre, elle qui avait à peine d'argent pour se trouver un nouvel appartement, elle qui avait dû accepter l'aide de son éternel sauveur, encore une fois, pour éviter de dormir dans son arrière-boutique. Boutique qui fonctionnait bien, mais qui fleurissait plutôt par phases. Les périodes d'achalandage n'étaient jamais constantes et la grosseur de la ville en était une des raisons principales. Blanche était connue dans le monde du tatouage, un peu comme un personnage historique, celle que l'on appelait, autrefois, la tatoueuse sans encre et il arrivait que certains clients fassent la route des villes voisines pour avoir l'une de ses créations sur le corps, mais elle devait avouer que ce genre de choses n'arrivait pas toutes les semaines. Et, bien souvent, elle se retrouvait avec des trous dans son horaire, rien pour lui permettre de faire sa valise et de visiter le reste du monde. Léo lui avait offert cette chance, maintes fois, mais elle n'en deviendrait pas usurpatrice, c'était mal la connaître. Et comme il s'agissait probablement de la dernière fois qu'une opportunité comme celle-là se présenterait à elle, Blanche avait l'intention de profiter de toutes les minutes en cet autre continent. Longtemps elle ne s'était pas intéressée aux étoiles, bien trop complexe pour elle, mais cette nuit où, pour faire plaisir au brun, elle s'était amusée à photographier les lueurs qu'elles parsemaient dans le ciel balinais, la blonde avait finalement compris ce que son amant trouvait au ciel. Si leur premier rendez-vous avait été déporté, ce soir Léo lui offrait la chance d'en apprendre sur ce qui le passionnait. Je te promets de tenir le plus longtemps possible, promit-elle avec sincérité. Ce n'était pas gagné d'avance, mais cette fois, si elle s'endormait, ça n'aurait rien à voir avec son intérêt envers le ciel, mais plutôt avec la fatigue de leur longue journée dans la nature. Lorsqu'elle disait qu'elle voulait en apprendre plus, il fallait lire en elle toute la sincérité qui lui avait été donnée. Ils sortirent du taxi et dans un élan de tendresse, se retrouvèrent l'un dans les bras de l'autre. Léo passa ses doigts dans la chevelure de la blonde, décrétant que son invitation n'avait rien de spécial. Il avait tort. Et il le savait bien. Ça voulait dire bien plus que ce qu'il tentait d'insinuer. Et quand il évoqua la confiance de son amante, Blanche baissa les yeux. Tu sais bien que ce n'est pas que ça, Léo..., fit-elle en soupirant. Tu sais bien que je n'ai pas refusé ces voyages par manque de confiance.. Peut-être un peu, au début, manque de confiance envers ces intentions. Mais la raison la plus marquante n'avait rien à voir avec leur relation amoureuse complexe. Mais je n'ai pas envie d'en parler ou de penser finances. Parce que finances, c'était aussi logis. Et elle avait encore envie de profiter de la sécurité des bras de Léo, lorsque la nuit tombait. Quand il la remercia d'avoir su lui faire confiance, elle releva les yeux vers lui. Yeux verts dans lesquels on pouvait y lire tout l'amour qu'elle avait pour lui. À cet instant, elle aurait voulu lui dire qu'elle l'aimait, mais les mots ne firent pas la route jusqu'à ses lèvres. La dernière fois qu'elle avait fait cette bêtise, qu'elle l'avait appelé mon coeur, un malaise s'était imposé entre eux. Et le moment était trop doux pour le gâcher par ce genre de réaction. Elle se contenta alors de venir poser ses lèvres contre celles de l'homme, de sceller ces paroles par un baiser d'amour plutôt qu'un aveu timide. Ce soir-là, ils observèrent les constellations avec une attention particulière. Blanche posa des questions, Léo lui avait partagé ses connaissances. Et même si elle ne retiendrait certainement pas toutes les informations qui lui avaient été dites, Blanche était demeurée attentive chaque seconde. Après une heure, elle le sentit se canné contre son épaule alors qu'elle prenait goût à fixer le ciel et tenter de deviner l'histoire de ces étoiles. L'une d'entre elles brillait plus que les autres, elle s'imaginait que sa grand-mère, de Paris, tentait de lui parler au travers de l'astre lumineux, de lui envoyer un peu d'espoir. C'était complètement ridicule. Et ça n'avait rien à voir avec l'astronomie. Mais c'était son interprétation des signes que la nature lui envoyait, seule éveillée pour les déchiffrer. Léo lui aurait certainement parlé de la constellation, de la raison pour laquelle celle-ci brillait plus que ces voisines, mais il dormait à point fermé. Et, rapidement, elle finit par le rejoindre. Ils se réveillèrent, le lendemain matin, à l'extérieur, matériel de photo miraculeusement toujours près d'eux. Blanche fut la première à se lever, le dos complètement en compote, mais le coeur léger. Elle fit quelque pas, s'exalta de la beauté du paysage qui, de nuit comme de jour, la renversait avant de jeter un coup d'oeil furtif à Léo qui ouvrait lentement les yeux. Je crois qu'on est tous les deux plutôt nuls pour resté éveillés

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
Léo Emerson
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: Il a un fils, Jonah, de 4 ans, il s'est séparé de sa mère avant sa naissance. Mère et fils vivent actuellement à Brisbane ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui l'a emporté et qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris par à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, l'oppulence, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il a pratiqué quelques sports de combat ‹ il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Léo Emerson
MESSAGES : 6457
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©Schizophrenic
COMPTES : Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : You make me stop chasing shadows - Blanche
adm h
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 22 Oct 2019 - 22:52

La différence était une force, Léo en était persuadé, il avait toujours préféré les femmes qui étaient ses opposés, dans quelque domaine que ce soit. Parfois il en avait fait les frais et l’histoire s’était vite essoufflée, mais en règle générale il en avait tiré beaucoup d’enseignements, il aimait apprendre des autres et aussi des femmes de sa vie. Ils se ressemblaient beaucoup avec Blanche, bien plus que ce que l’on pouvait croire, ils avaient eu sensiblement la même éducation, issus de bonnes familles, jusqu’à leurs origines communes, ils étaient tous les deux contre le fonctionnement familiale qu’on leur avait montré et ils savaient également que l’argent ne faisait pas le bonheur. Leurs différences étaient toutes autres, dans leurs passions, dans leur mode de vie, dans les choix qu’ils avaient fait, plus ou moins compris et accepté par l’autre. Leur relation était complexe, pleine de désaccords et d’incompréhensions. Néanmoins ils étaient prêts à apprendre de l’autre, sans juger, sans se braquer. Ce n'était pas forcément simple parce qu’ils avaient tous les deux des caractères bien affirmés et des points de vue tranchés. Mais leur force résidait en cette attirance qui avait traversé les crises et les années, ces sentiments qui avaient grandi et mûri avec le temps même quand ils cherchaient à les repousser. A présent ils en étaient là, à faire des efforts pour se donner une chance, Blanche avait accepté l’invitation de Léo et depuis ils profitaient des nombreux attraits de ce séjour en se demandant pourquoi ils avaient attendu si longtemps. des attraits il y en avait tellement, à commencer par cette île paradisiaque, les plages de sable fin à perte de vue, la végétation luxuriante et la gentillesse des gens, il y avait aussi cette chance de ne pouvoir passer du temps que tous les deux, se créer un univers loin de Bowen et se retrouver pour mieux se redécouvrir. Ils pourraient parler durant des heures, mais les grandes conversations ce n’était pas tellement leur fort à tous les deux. Cependant la blonde surprenait son amant ce soir, en s’intéressant à ce qui le touchait le plus, depuis toujours, les astres. Le rendez-vous était donc prit pour un peu plus tard et Léo avait déjà hâte d’y être, mais pour ça fallait-il encore que la nuit prenne sa place. Dans un élan de tendresse l’aventurier fit comprendre à sa belle qu’il pourrait y avoir une place pour elle dans cette vie de voyages et de découvertes, elle pourrait partager plus que son appartement et cette colocation illusoire, elle pourrait le suivre dans ses pérégrinations, professionnelles ou non, elle pourrait découvrir les missions humanitaires auxquelles il tenait tant. Cette vie-là pourrait être la sienne, il fallait seulement qu’elle dise oui. Mais les choses n’étaient pas si simple et Léo un peu trop utopiste. Il y avait cette fichue histoire de finances qui pour lui n’était qu’une excuse. Elle lui avait bien servi, puisqu’à présent elle vivait chez lui, mais cette situation était encore provisoire, même si pour lui c’était tout vu, elle ne quitterait plus son foyer à présent. Pourtant ils n’en avaient pas encore parlé, le garçon avait cette fâcheuse tendance à prendre certaines choses pour acquises sans vraiment en discuter. T’as raison, ne parlons pas des choses qui fâchent, on aura tout le temps après les vacances ! Un sourire malicieux ses dessina sur ses lèvres, Léo, palme de la meilleure autruche pour ne pas penser aux soucis. Il finit par la remercier à nouveau d’être là et le regard qu’elle posa sur lui valut tous les mots de la Terre, à ce moment là il sut sans même qu’elle le dise et ces trois petits mots non formulés firent accélérer son cœur. Je t’aime, c’était beau, simple, mais ça voulait tellement dire, tellement de choses qu’il n’était pas encore prêt à entendre et encore moins à lui dire en retour, malgré la beauté de leur relation. Et comme si Blanche l’avait compris, elle se contenta de déposer sur ses lèvres un doux baiser, au goût presque amer. Le malaise fut rapidement oublié alors qu’ils passèrent la soirée à observer le spectacle favori de l’australien. A Bali, Bowen ou à l’autre bout du monde il ne se lassait jamais du ciel, toujours différent, il lui racontait une histoire et ça lui rappelait cette époque où, gamin, il s’inventait tout un monde autour des astres, alors ces signes auxquels Blanche pensait sans oser en parler à son compagnon, elle aurait pu le lui confier, il ne s’en serait pas moqué, bien au contraire, il aurait même trouvé l’idée charmante. Il y avait une part d’imaginaire, de magie, à se laisser envelopper par la nuit et quand il regardait le ciel, certes Léo pensait à ses connaissances astronomiques, mais il aimait l’idée qu’il y avait autre chose d’inexpliquable. Ce fut de cette façon qu’il s’endormit sur l’épaule de la blonde, sans s’en rendre compte, bercé par ses pensées et la douceur qui s’était emparée de ce moment. Les rayons timides du soleil levant chatouillait délicieusement les visages endormi des deux amants qui n’avaient pas quitté leur place. Allongé sur le sol dur, ils avaient passé la nuit entière l’un contre l’autre, à la belle étoile. Les mouvements de Blanche réveillèrent Léo qui ouvrait un œil difficilement, la nuit avait été courte puisque le soleil se levait un peu avant six heure du matin, il sentait des douleurs dans tout son dos et ses cervicales, pour autant il avait l’impression d’avoir passé une bonne nuit, faite d’un sommeil réparateur et profond. Il observa distraitement Cambridge qui se dégourdissait les jambes et lorsqu’elle posa les yeux sur lui il l’accueillit avec un sourire. Ca te va de finir la nuit dans notre chambre ? Et de passer la journée à lézarder sur la plage ? Je crois qu’on en aura besoin. Ce n’était pas dans ses habitudes de passer des journées à ne profiter que du sable fin, en règle générale il s’ennuyait vite, mais là, à froid, au réveil, après une nuit pareille, il ne se sentait pas de partir en randonnée ou de plonger pour ce jour.

__________________________


☽☽ I guess I am a jealous lover.
Success is cool, money is fine, but you're special, another level. You said get used to change, nothing would be the same and we're climbing, once again. Gettin' higher, higher.-sign Sial

Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
me, myself & i
Blanche Cambridge
MESSAGES : 555
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) morphine
COMPTES : violet + bella + brooke + beth
STATUT : it's just a little too late, a little too long and i can't wait (léanche)
baby kangou
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyVen 25 Oct 2019 - 7:08

Des choses qui fâchent. Des non-dits. Il y en avait plusieurs dans leur relation. Elle n'avait pas envie de les aborder, Blanche. Pas maintenant. Pas sur ce continent. Pas alors qu'elle se sentait aussi bien. Plus tard, quand la réalité les frapperait de plein fouet. Il faudra bien en parler, de leur relation qui ne pourrait s'éterniser indéfiniment dans ce stade pas trop clair, de leur colocation qui devrait prendre terme, du déménagement qui en suivra, de l'avenir. Ils semblaient vouloir les mêmes choses, tous les deux, seulement aucun ne semblait assez courageux pour le dire clairement, sans passer par des suppositions ou des raccourcis. Elle le voulait dans sa vie, lui et pas un autre. Officiellement. Que pour elle. Exclusivement. C'était peut-être trop demandé, c'était peut-être exagéré ou rêver éveillé. Et, pourtant, c'était tout ce qu'elle voulait. Mais c'était aussi trop sérieux pour une discussion devant l'hôtel, juste avant de se préparer à aller observer les étoiles. C'était beau, c'était simple, à Bali. Rien n'avait la complexité de Bowen. Non pas parce qu'ils étaient loin, comme ils tentaient de se convaincre. C'était plutôt qu'ils s'en donnaient le droit. Si, seulement, ils le prenaient, ce doit, à Bowen, à Paris, en Norvège, en Islande et peu importe où leurs aventures les mèneront, ils pourraient enfin voir que leur vie à deux, elle n'était pas obligée d'être parsemée de cette complexité. C'était eux qui se l'imposaient. Blanche posa ses yeux tendres sur le photographe, un regard qui parlait à la place des mots qu'elle s'interdisait à prononcer, mots qui faisaient peur, qui officialiseraient les ambiguïtés, mots qu'il n'était pas prêt à entendre. Léo en détourna presque les yeux, sauvé par un baiser qui chassait l'intensité de cet échange silencieux. L'un qui disait aimer, l'autre qui disait attendre. Ça en était presque triste, tant de retenue alors qu'ils voulaient, tous les deux, l'exacte même chose. Les étoiles sauvèrent leur nuit. Ils en parlèrent longtemps, jusqu'à ce que le brun tombe endormi, jusqu'à ce que la fatigue l'emporte sur lui. Blanche s'imaginait des histoires, sans penser une seule seconde qu'elles auraient pu intéresser Léo, sans croire qu'il était, au fond, exactement comme elle sur ce point. Elle commençait à comprendre pourquoi il aimait tant le ciel et l'espoir qu'il apportait, la magie qu'il fallait laisser nous envelopper quand on se permettait de violer l'intimité des étoiles et de les interpréter à notre avantage. Au travers des étoiles de ce soir, Blanche sema un voeu, un tout petit souhait, qu'elle laissa le soin à la plus courage des étoiles d'entendre et de bien vouloir réaliser, l'envie qu'elle partage son courage avec les deux amants frileux d'enfin s'avouer amoureux.
Le matin s'était levé, Blanche dégourdissait ses pieds sur le sable, les cheveux en broussailles, sans se douter que Léo l'observait faire. Son regard était posé sur l'horizon, la beauté frappante du paysage et ses pensées qui s'entremêlaient. Et si c'était ça, le bonheur ? Et si ça pouvait être ça, leur avenir ? Partager des souvenirs, partir à l'aventure, découvrir de nouvelles cultures, et tout ça en compagnie de Léo. Léo qui s'était réveillé et qui souriait en la regardant. Léo sur qui elle tomba en se retournant, adressant leur piètre performance, la nuit dernière, à demeurer éveiller et à en observer les étoiles. Elle hocha la tête à sa proposition, remontant ses boucles dans une queue de cheval haute à la cime de son crâne. Il était tôt, le soleil venait à peine de se lever et la nuit leur avait été courte, volée par leurs amies brillantes. Ils regagnèrent la chambre, le lit, deux ou trois heures de plus avant de happer à nouveau le sable chaud, cette fois une serviette de plage sous leur corps qui se faisait dorer au soleil. Allongés, l'un à côté de l'autre, Blanche se redressa sur sa serviette avant de jeter un regard amusé sur Léo. Pas cap d'aller commander une boisson au bar en français !, le défia-t-elle en riant, sachant pertinemment que la langue parlée à Bali n'était pas du tout la langue de Molière.

__________________________

i needed
to loose you to love me

And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Photofunky
you promised the world and i fell for it. i put you first and you adored it. set fires to my forest and you let it burn. sang off-key in my chorus 'cause it wasn't yours
Revenir en haut Aller en bas
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
And I'll take you away + Léanche [hot]
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: stories have been told-
Sauter vers: