AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 And I'll take you away + Léanche [hot]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Blanche Cambridge
MESSAGES : 393
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) rose.water
COMPTES : violet + cleo + bella + brooke + beth
STATUT : damn, i wish i was your only one
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
bowenien
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyJeu 25 Juil 2019 - 22:46

Si elle avait longtemps pensé qu'elle était un prix de consolation, Léo lui avait prouvé, dès leurs premiers instants en Indonésie, qu'elle avait tort. Qu'elle était bien plus que ça. Ici, à Bali, elle osait enfin y croire, croire qu'ils avaient finalement trouvé le moyen de se retrouver. Il n'avait pas perdu de temps a le lui dire, qu'il ne voulait qu'elle et personne d'autres. Et cette journée en avait été une nouvelle preuve parsemée de découvertes et de douceurs. C'était Bali, c'était leur intimité, ça leur donnait des ailles. Blanche se sentait confiante, sans aucun ombrage pour lui rappeler qu'au fond, à la maison, ça ne serait peut-être pas aussi simple qu'ici. Il y avait des non-dits, des sujets encore irrésolus, des histoires inachevées. Entre elle et lui, entre lui et une autre elle. Ici, la blonde était sans crainte, mais que serait-il de la maison et du quotidien ? Dans un endroit aussi paradisiaque que leur destination de voyage, il était facile de tomber pour le charme de la fille qu'il avait emmené avec elle. Loin des curieux, son coeur s'était ouvert plus facilement. Oserait-il lui dire la même chose à leur retour ou serait-elle forcée de garder ce moment emprisonné dans ses souvenirs en acceptant de le voir faire marche-arrière ? Elle n'y pensait pas, Blanche. Pas pour l'instant. Parce que Léo avait ce don de captiver son attention, de s'immiscer dans ses pensées et de ne lui laisser aucune chance de l'oublier. Au fond, n'était-ce pas ce qu'elle voulait, éviter de l'oublier ? Elle avait tenté et échoué lamentablement au projet, toujours là au fond de ses souvenirs, toujours là dans son coeur, des années après leur histoire qui s'était partiellement éteinte. De toute façon, ce n'était pas comme si Léo laissait la moindre chance à son amante de penser à leur retour. Il la tenait captivé dans l'instant présent. Sur la plage, elle lui avoua son désir de partager cette première soirée isolés des regards, dans l'intimité de leur chambre. Il n'en était pas là un sous-entendu vulgaire, mais plutôt l'évocation de se retrouver complètement seuls pour faire le point sur cette première journée parfaite. Et Léo ne broncha pas, répondant avec humour. Ça peut toujours se faire, répondait-elle sur le même ton que lui, lui accordant un clin d'œil joueur alors qu'il demandait à être le seul à la voir dans sa tenue d'Ève. Et s'il le désirait, il serait le seul aujourd'hui, demain et tous les autres soirs à pouvoir observer son corps de la sorte. Il n'avait qu'à le lui demander. Les autres n'avaient rien à lui apporter, Blanche ne voyait que lui. Ils rentrèrent donc et trouvèrent un sommeil réparateur. Au lendemain matin, ce fut couvert d'une douce attaque de baiser que la blonde entreprit de réveiller son amant. C'était bien, ça en a valu la peine au moins ?, gloussa-t-elle en se levant pour attraper son téléphone portable qu'elle avait laissé sur la commode face au lit, aux petites heures de la nuit, après avoir fait une sortie nocturne solitaire sur leur balcon privé. Elle ne se rendait même pas compte qu'elle se faisait désirer, Blanche, franchement excitée à l'idée de lui prouver qu'elle avait bien fait des efforts, Léo qui ne semblait pas très emballé à découvrir les constellations captivées par celle qui avait toujours eu du mal à les reconnaître, son sourire frustré sur le visage. Il lui confirma tout de même ses trouvailles, précisant qu'ils pourraient y retourner ensemble si elle voulait vraiment apprendre et de façon beaucoup plus sérieuse qu'avec son téléphone portable qui, de toute évidence, n'impressionnait pas le photographe. Blanche hocha la tête en souriant, gênée. Oui, ça m'a plu. Mais c'était difficile de me concentrer avec toi et ton ronflement dans la pièce voisine. ce n'était pas la première fois qu'elle lui faisait la remarque, même si il savait que c'était totalement faux. Elle se jouait de lui, chaque fois. Léo dormait comme un bébé, visage angélique reposé. Il ne prenait presque pas d'espace, excepté lorsqu'il cherchait la chaleur de Blanche pour combler le vide dans son sommeil. Elle en était témoin, la tatoueuse, à force de partager le lit de monsieur. Quand il évoqua qu'il n'avait pas envie de parler des étoiles, Blanche perdit son sourire, certaine qu'elle l'avait froissé. Elle le regarda déposer le téléphone, presque triste que son activité nocturne ne passion pas l'amoureux des étoiles qu'il était plus que cela. Mais, contre toute attente, il l'a fit chavirer sur le lit de leur chambre, basculant au-dessus de la blonde, la dominant de tout son corps, son torse dénudé bien en évidence, plaisir pour les yeux de son amante qui, soudainement, avait trouvé le sourire. Je comprends, dit-elle simplement en le regardant s'avancer de son cou pour y déposer le même types de baisers qu'elle avait osé lui faire cadeau en guise de réveil matin dans cette chambre encore vierge de leur amour. Ils ne s'étaient pas rués l'un sur l'autre comme ils en avaient l'habitude, cette fois ils avait laissé leur désir se multiplier, devenir palpable au simple regards échangés. Blanche laissa sa tête s'élancer vers l'arrière, yeux fermés, alors qu'il passait ses lèvres du cou de la blonde à sa poitrine presque nue, cachée de son simple haut de pyjama de dentelle. Si tu continues, Léo, on risque de ne plus trop discuter, lança-t-elle, sachant très bien qu'il n'avait nullement envie de parler, que ses envies étaient bien moins sages que ses paroles. Dans un soupire de plaisir, le corps de la belle se tortillant sous les baisers passionnés de son amant, Blanche murmura : J'ai envie que tu me fasse l'amour. Elle faisait preuve des mots que seuls les couples étaient tenus d'utiliser, ce qu'ils n'étaient évidement pas, elle et lui, mais entre eux, dans cette chambre, devant la plage qui commençait à peine à s'illuminer de la dorure du soleil, elle n'avait pas envie d'échanger une simple coucherie. Elle voulait sentir tout son amour la transpercer, sans avoir besoin d'utiliser les mots.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


i'm way to good at goodbyes

but every time you hurt me, the less that i cry and every time you leave me, the quicker these tears dry and every time you walk out, the less i love you. baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo Emerson
Léo Emerson
MESSAGES : 6124
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©tabularasa
COMPTES : Elijah, Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : Always back to you
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
Mister Bowen
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 30 Juil 2019 - 22:14

Léo était perfectionniste alors la photo presque flou d’un ciel étoilé sur un téléphone ne le faisait pas rêver, non, n’en déplaise à la blonde. Cependant la simple idée que Blanche ait réellement cherché à s’intéresser à sa passion et pas seulement pour lui faire plaisir, ça comptait plus que ce qu’il voulut bien lui montrer. Elle était incontestablement celle qui faisait la force de leur relation, celle qui se battait pour eux, pour qu’ils existent, qu’ils réussissent en tant que couple. Cambridge faisait mille efforts pour s’intéresser à celui qu’elle aimait, pour lui accorder son écoute, son attention totale et tout ça en le regardant avec des yeux amoureux. Elle était douée pour ça, c’était si simple pour elle, bien plus que pour Léo. S’il était de ceux qui pouvaient vous couvrir de cadeaux, de compliments, de baisers à n’en plus finir, s’il pouvait vous faire vous sentir la personne la plus importante au monde d’un seul regard, il n’en restait pas moins un homme égoïste. Il s’intéressait peu de lui-même aux centres d'intérêt de Blanche, elle qui aimait tant le tatouage, il y vouait une sorte d’aversion, il ne lui demandait jamais comment évoluaient ses dessins ou autre chose. Depuis qu’elle vivait chez lui il ne s’était pas non plus intéressé à sa recherche d’appartement, parce qu’il la considérait presque comme acquise et c’était un tort. Elle pourrait tout aussi bien lui filer entre les doigts, il n’aurait que ses yeux pour pleurer et sa conscience avec laquelle s’accorder pour se dire qu’il n’était pas assez à l’écoute. Pourtant ce n’était pas la question de leur réveil ce matin. Et si Blanche voulait en savoir plus sur les étoiles il serait le meilleur professeur qu’elle puisse avoir, dès le soir même si elle était d’accord. Il pourrait même lui apprendre à photographier le ciel nocturne comme une pro, pour avoir son propre souvenir. Et en attendant le jour était bien levé sur Bali, plus d’étoiles à l’horizon, juste la peau dorée de la blonde qui appelait à bien d’autres explorations de la part du photographe. S’il avait montré peu d’intérêt à la photo de la belle c’était simplement parce qu’elle le distrayait rien qu’en se tenant là face à lui, après l’avoir réveillé de la façon la plus agréable au monde. Il remarqua bien son air déçu face à la mine détachée avec laquelle il reposa le téléphone mais en vérité tout était de la faute de Blanche et puis elle retrouverait bien assez vite le sourire avec le programme qu’il avait en tête. S’ils n’avaient pas encore froissé les draps de ce lit, il comptait bien les rendre aussi brûlants que son désir pour la tatoueuse à ce moment précis. Ils avaient appris la patience, eux qui n’étaient pourtant jamais rassasiés de l’autre, ils avaient appris à contenir leurs pulsions pour profiter de l’autre d’une façon bien plus douce, de caresses presque timides, de baisers volés, de mots tendres au creux de l’oreille, comme pour se prouver qu’ils pouvaient attendre, ne pas se laisser emporter. Et ils avaient profité de leur première journée sur l’île comme tout jeune couple amoureux qu’ils semblaient être. Mais comme tout jeune couple leur patience avait une fin et celle de Léo s’arrêtait ce matin. La petite tenue de Cambridge appelait à toutes les pensées interdites et les baisers du barbu se faisaient brûlants sur sa peau trop douce. Il lui retira le haut de son pyjama et sa demande le laissa hésitant une seconde. Elle voulait qu’il lui fasse l’amour, sous entendu elle voulait qu’il lui prouve par ses gestes, par sa façon de la satisfaire qu’il ne pensait qu'à elle, qu’il était amoureux d’elle, rien qu’elle. Il sourit alors doucement, allant chercher ses lèvres pour l’embrasser avec douceur. Leurs étreintes étaient toujours agréables, ils se connaissaient suffisamment pour savoir comment satisfaire l’autre. Mais on ne parlait jamais vraiment d’amour entre les deux amants, il n’était que sous-entendu, secondaire, surtout par le passé. Et bien qu’ils aient appris la douceur et à introduire des sentiments plus tendre dans leurs gestes, ce matin c’était encore différent, Blanche voulait que Léo la traite comme sa copine et lui n’était pas contre, il lui avait dit la veille qu’il voulait d’elle dans sa vie, sous entendu qu’il acceptait enfin qu’elle ait une place officielle. Après de longues minutes à s’embrasser et à laisser leurs mains parcourir le corps de l’autre, Léo se redressa, retira son short et les sous-vêtements de Blanche pour la faire sienne avec douceur, sans la quitter des yeux. Il voulait qu’elle prenne du plaisir, qu’elle s’abandonne dans ses bras sans craindre qu’il pense à autre chose que l’envie qu’il avait d’elle. Parce que depuis qu’ils avaient quitté Bowen il ne pensait qu’à elle, à ce séjour à deux qu’il attendait depuis longtemps, il ne voulait pas la décevoir, il voulait qu’elle s’amuse, qu’ils profitent ensemble de ces quelques jours loin de tout. Ici il lui semblait qu’il n’avait plus peur de la tournure que prenait leur histoire, parce qu’ils en avaient une, ils se rendaient heureux, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi bien et il s’en rendait enfin compte, elle lui redonnait le sourire et lui faisait presque oublier combien il était tombé bas. Avec elle il se relevait, renaissait de ses cendres et c’était tout ce qu’il lui montrait en lui faisant l’amour comme elle l’avait demandé.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 ››› i'm a bad liar
› So look me in the eyes, tell me what you see. Perfect paradise tearing at the seams. I wish I could escape, I don't wanna fake. I wish I could erase it, make your heart believe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
MESSAGES : 393
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) rose.water
COMPTES : violet + cleo + bella + brooke + beth
STATUT : damn, i wish i was your only one
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
bowenien
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyVen 2 Aoû 2019 - 7:33

Les gestes sont inlassablement plus éloquents que les mots. C'est ce qu'elle lui demandait, Blanche, d'oser être plus criant, plus honnête qu'en parole, en la touchant seulement comme les amoureux savaient le faire. Pas comme des amants, pas comme l'une de ces femmes qui ne représentait rien. Après tout, Blanche, ne représentait-elle pas plus que tout cela ? Elle n'était certainement pas l'élue de son coeur, son âme-sœur ni même la seule à faire manquer à son palpitant deux ou trois tours, mais était-elle plus spéciale à ses yeux que ce qu'il tentait de se convaincre ? Et par sa demande, par son envie, elle l'implorait presque de le lui confirmer, de lui faire comprendre que ce voyage n'était pas sans incidence pour le reste de leur relation. Que ses paroles de la veille soient plus profondes que la surface qu'ils effleuraient, peureux, frileux de toucher des cordes sensibles. A cet instant, Blanche oubliait les étoiles ou même qu'il y avait un après Bali, que la réalité n'était pas aussi douce que les baisers dont Léo la martelait. Des baisers qui commencèrent peu chastes brûlant la peau de la blonde par l'envie qui s'en découlait et qui migrèrent contre la poitrine pulpeuse de la belle, gonflée pour l'homme qui en prenait possession, lui qui retira la dentelle fine de son amante d'un geste habile, concrétisant au passage la demande qu'elle lui avait faite. Elle voulait qu'il lui fasse l'amour. Le vrai. Et c'est ce qu'il lui donnait l'assaillant de baisers maintenant plus vifs, plus dangereux, qui descendaient dans son intimité, visage entre ses cuisses, le bas du pyjama ayant retrouvé le haut sur le sol, les soupirs de Blanche en fond sonore pour alimenter ce réveil effervescent. Il faisait d'elle sienne dans toute la douceur qui habitait le photographe, dans ses coups de langues attentifs à son plaisir et ses coups de reins soucieux de son osmose. Ils parlaient une langue sans mots, seuls les gestes suffisaient pour laisser les messages s'envoyer, des soupirs comme simple réponse, des caresses comme arguments, les lèvres avides d'un peu plus de baiser, d'un peu plus d'amour inavoué. Amour silencieux, amour sous-entendu, amour non dit alors que leurs corps, eux, criaient le nom l'un de l'autre. Ici, ils étaient seuls, loin de Bowen et du vrai monde. Blanche se laissa aller, faisant de son plaisir plus bruyant qu'à l'habitude, teintant la pièce qui était leur d'un orgasme plus strident, plus intense, plus brûlant, laissant ses gémissements envelopper leur espace et témoigner pour elle comme elle aimait la façon dont Léo la touchait. Son corps qui vibre, cherchant à sentir Léo encore plus, encore longtemps, ses doigts accrochés dans le dos de l'homme, son regard pendu au sien qui quémande que cette matinée ne cesse jamais. Le temps s'était figé jusqu'à ce que l'orgasme devienne trop intense pour le contenir. Blanche resserra les jambes autour de Léo, laissa leurs corps terminer la valse de leur amour jusqu'à ce qu'ils tombent, tous les deux, rassasiés. Caresses contre le bras du brun, Blanche finit par ouvrir les yeux dans un sourire. Elle le fixa, la mer qui reflétait dans le regard de l'homme, le rouge sur les joues de la blonde qui trahie sa satiété. On toqua à la porte, le service aux chambres, le petit déjeuné qui semblait bientôt prêt, ce lit qu'elle ne voulait à présent plus quitter. Ils n'avaient pas précisé qu'ils ne voulaient pas être dérangé, on ne pouvait en vouloir au personnel de l'hôtel de faire leur travail. Et, au fond, ils arrivaient à bon point pour éviter aux deux tourtereaux de passer la matinée complète au lit à se découvrir. Ils avaient toute d'une vie pour le faire, si tel en était leur désir. Et tant d'autres choses à voir ici. Mais, surtout, ce lit qui marquait leurs ébats ne disparaîtrait pas. Les étoiles n'ont jamais été aussi belles qu'à travers tes yeux, lança-t-elle dans un gloussement, retrouvant leur sujet d'avant. Je file à la douche. Je laisse couler l'eau dans l'espoir que tu me rejoignes, aujourd'hui ? Cette fois, elle faisait référence au matin précédent, juste après lui avoir dit que c'était elle dans sa vie qu'il voulait, et à la douche seule qu'elle avait prise, Léo sans doute absorbé par la gratitude de ce qu'il lui avait avoué. Le coeur lourd d'un trop plein d'amour, elle détacha son corps du sien, non pas dans lui avoir volé un dernier baiser. Rejoignant la douche froide qui pourrait la ramener dans le monde réel, la faire descendre de son nuage, un sourire s'était posé sur ses lèvres.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


i'm way to good at goodbyes

but every time you hurt me, the less that i cry and every time you leave me, the quicker these tears dry and every time you walk out, the less i love you. baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo Emerson
Léo Emerson
MESSAGES : 6124
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©tabularasa
COMPTES : Elijah, Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : Always back to you
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
Mister Bowen
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 6 Aoû 2019 - 15:08

Il allait de soi que Léo aimait quand une femme prenait du plaisir sous ses caresses et dans ses bras, généralement soucieux de vouloir bien faire, il l’était d’autant plus quand il faisait l’amour à une de celles qui comptaient. Et évidemment Blanche était dans cette catégorie, depuis le temps qu’ils se connaissaient, depuis cette première fois volée dans la véranda parentale, il avait toujours eu à cœur qu’elle n’oublie jamais son empreinte sur elle, que chaque sensation lui donne le frisson et qu’elle en redemande encore et toujours. Même à l’époque où il se servait d’elle pour assouvir ses désirs frustrés, même quand il prétendait ne rien ressentir pour elle d’autres qu’une attirance, elle n’avait jamais été qu’une vulgaire fille qu’il baisait à la va-vite et bien qu’ils aient eu l’occasion de se redécouvrir dans des lieux parfois étranges, parfois bien trop rapidement parce qu’ils se laissaient emporter par la fougue, Léo n’oubliait jamais que Blanche était sa meilleure maîtresse. Alors dans cette chambre ce matin il s’appliquait à la satisfaire tout en prenant son temps parce que pour une fois il n’y avait qu’eux et que du temps ils en avaient autant qu’ils voulaient. Elle pouvait crier son nom, le supplier de continuer à s’amuser entre ses cuisses ou bien lui demander de venir en elle pour abréger ce délicieux supplice, du moment qu’elle soit sienne il était prêt à tout, à retourner la chambre s’il le fallait. Ses gémissements avaient un tel effet sur lui qu’au moment où elle atteint l’orgasme il ne se chercha pas à jouer les prolongations, il remonta sur elle pour continuer ensemble sans manquer de la retourner pour qu’elle se trouve finalement sur lui, la meilleure façon de la regarder et d’admirer ses formes s’offrir à lui. Une fois leur désir assouvi ils auraient peut-être mérité quelques instants l’un contre l’autre pour se remettre de leurs ébats, pour profiter de ce moment de volupté après l’amour ou la quiétude s’installait doucement après la tempête. Mais on frappa à la porte et Léo s’esclaffa doucement. Ils arrivent à point nommé… Blanche s’échappa déjà après un joli compliment qu’elle chuchota presque à son oreille comme une douce confidence. Laissant le photographe souriant la regarder distraitement s’enfuir vers la salle d’eau dans la plus simple des tenues. Était-ce ça alors, le bonheur simple d'être avec une femme qui ressentait la même chose que lui sans avoir à compliquer l'histoire, sans passé dérangeant, sans croyances qui les bridaient, sans peur de l'avenir ? Parce que si tel était le cas il signait tout de suite pour ne jamais rien connaître d'autre. Il ne traîna pas dans le lit, secouant rapidement les draps et enfilant ensuite un short il se dirigea vers la porte pour ouvrir au personnel. Bonjour, on aura droit à ce festin tous les matins alors ?! Le serveur lui sourit poliment. Oui monsieur Emerson, c’est compris dans votre réservation. Léo hocha la tête avec un sourire et le laissa entrer. Il se dirigea vers la salle de bain pour y rejoindre la blonde qui lui avait fait comprendre qu’elle l’attendait, de toute façon il avait quelques minutes avant que le petit déjeuner soit servi. Et puis ils avaient réveillé un volcan en lui qui bouillonnait encore, pas totalement rassasié. Une fois la porte fermée il resta quelques secondes à admirer Cambridge de dos, sa longue chevelure qui tombait sur sa chute de reins renversante, Dieu qu’elle était belle, on pourrait se damner pour un corps pareil. Et quand elle se retourna, sûrement consciente qu’elle était observée, son sourire termina de faire chavirer celui qui n’avait déjà pas besoins de ça. Il ôta son short et se glissa sous la douche avec elle, repoussant ses boucles blondes il fondit dans sa nuque pour un baiser mordant. Si tu cries on va nous entendre. Il la mettait au défi de se faire discrète alors que ses mains reprenaient leurs caresses sur son corps humide, l’homme de chambre n’était qu’à une cloison d’eux et même sur la terrasse, il pourrait probablement entendre les soupires du couple s’ils en faisaient trop. Prise au piège entre la paroi de douche et lui, elle pouvait sentir tout le désir de son amant contre elle, cette fois il ne serait sûrement pas aussi doux que la première, mais pour sa défense elle l’avait poussé à se faire des idées. C’est bien ce que tu entendais en me demandant de te rejoindre ? Il lui offrit un sourire triomphant avant de l’embrasser avec envie.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 ››› i'm a bad liar
› So look me in the eyes, tell me what you see. Perfect paradise tearing at the seams. I wish I could escape, I don't wanna fake. I wish I could erase it, make your heart believe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
MESSAGES : 393
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) rose.water
COMPTES : violet + cleo + bella + brooke + beth
STATUT : damn, i wish i was your only one
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
bowenien
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyDim 11 Aoû 2019 - 5:00

Dans les bras de Léo, ce matin, Blanche se sentait aimée. Bien plus que désirée, bien plus que l'objet d'une envie charnelle qui s'éteignait une fois le feu consommé. Il s'amusait à assouvir tous les désirs de sa douce dans une douceur qui lui était propre et à cet instant, elle se sentit sienne. Complètement sienne. De sa peau enflammée à toutes les parcelles de son coeur. Et elle aurait souhaité que ce moment ne se termine jamais, pour ne plus jamais avoir à connaître une vie sans lui. Parce que leur avenir, une fois à Bowen, il était encore incertain. Certes, Léo lui avait demandé d'être celle qu'il voulait dans sa vie, et pas que pour des photos. Mais une fois dans la cage aux lions, une fois de retour à la routine, la trouverait-elle toujours aussi merveilleuse, Blanche ? Elle avait pourtant l'impression qu'à la maison, à Bowen, elle était si ennuyante, si banale, si ordinaire. Bien trop facile à avoir, bien trop facile à reconquérir. Elle n'était pas un défi. Et maintenant qu'elle avait accepté de voyager avec lui, maintenant qu'elle avait succombé à son seul refus quand il était question du photographe, bien trop folle de lui pour lui refuser autre chose, serait-elle redevenue sans défi pour lui ? Lovés l'un contre l'autre dans le lit bien trop grand pour eux, leurs corps assouvis de désirs, la respiration manquante, l'amour physique qui les connaissait bien trop bien, on toqua à la porte pour aviser le repas du matin, doux rappel que le temps ne s'était finalement jamais arrêté, qu'il avançait encore et qu'ils n'étaient pas seuls au monde, tous les deux, dans cette idylle qu'ils s'étaient créée, cette chambre d'hôtel comme bulle de bonheur, interdit de se prendre la tête entre ces quatre murs et devant la vue qu'elle leur accordait. Et bien que l'envie ne manquait pas de rester au lit toute la matinée, nus à redécouvrir autrement leurs corps sans arrêt, entre deux ou trois confidences sur l'oreiller, Blanche se leva de leur trône, regagnant la salle de bain, le coeur et la tête légers. Oui, le bonheur, c'était ça. C'était de se sentir sur un nuage, de sourire bêtement à la simple apparition de l'être aimé, tant dans la réalité que dans ses pensées, c'était de sentir son coeur vouloir rompre sa cage thoracique chaque fois que sa peau frôlait la nôtre et de frissonner en se remémorer ses caresses. Oui, c'était le cas. Et Blanche le ressentait tout autant que Léo, voir même plus. Ne rien connaître d'autre, elle le désirait, elle aussi.
L'eau coulait sur le corps nu de la blonde, dos au verre de la douche qui s'était embuée laissant sa silhouette se dessiner dans un flou artistique qui laissait place aux souvenirs de son amant, silencieux, qui l'observait. Son regard était tranchant, Blanche jeta un coup d'oeil sur son épaule avant de le remarquer, son sourire, déjà présent sur ses pulpeuses, s'agrandit à la vue de l'homme. Sans se faire languir, il retira la barrière de tissu qui le maintenant éloigné d'elle, avant de laisser l'eau l'envelopper à son tour, attirant la blonde contre sa peau pour retrouver son cou. Se croyant seule dans leur univers, bien que la réalité se trouvait à quelques mètres d'eux, Blanche envoya sa tête vers l'arrière en soupirant, appelant le brun à poursuivre ses baisers. Il ne tardait pas à la mettre en garde, regard brûlant, défiant son amante de se faire discrète. Et ce serait si mal ?, demanda-t-elle en plongeant ses yeux dans les iris bleutés de son partenaire alors que les mains de Léo, elles, parcouraient déjà le corps de l'Australienne. L'amour silencieux, elle pouvait le faire. Mais, quand il posait ses mains ainsi sur son corps, Blanche ne répondait plus d'elle. Que cet homme de chambre entende leurs satisfactions ne lui dérangeait guère, ce n'était certainement pas le premier couple qu'il surprenait ainsi, de si tôt matin, eux qui n'avaient pas pris la peine de laisser leur panneau « ne pas déranger » sur la poignée de la porte. Cependant, le jeu dangereux du silence, l'excitait. Léo se montra plus insistant, emprisonnant sa belle entre son corps toujours en demande de sa belle et le verre qui imprégnait, à présent, dans sa buée, la marque de ses fesses. C'est ce que j'entends chaque fois que je me lève près de toi, répondit-elle avant de se laisser embrasser avec envie, sentant l'excitation de Léo contre sa cuisse. Blanche souriait contre les lèvres de l'homme, laissant à son tour ses mains caresser sa peau. Du bout des doigts, entre deux baisers enflammés, elle traçait son chemin jusqu'à son intimité auquel elle ne tarda pas à accorder son attention. Caresse de sa main contre son sexe qui commençait lentement, elle entrouvrait ses yeux pour se permettre d'épier les réactions de son amant, sa bouche entre-ouverte qui quémandait d'autres douceurs. La cadence augmenta alors qu'elle reprit d'assaut les lèvres de Léo, étouffant au passage quelconques soupires qu'il tenterait de s'y échapper, pressant sa poitrine contre le torse du photographe, leurs corps qui vacillèrent vers l'autre extrémité de la douche, un bruit sourd résonnant quand ils se plaquèrent contre les carreaux de céramiques humides. Pause de ses lèvres, Blanche gloussa en remontant une jambe, formant un trépied instable, pour lui laisser plus de facilité afin de la pénétrer, d'entrer en elle sans attendre parce qu'ils avaient, tous les deux, réanimé leurs désirs qui, avouons-le, ne s'éteignaient jamais. Elle le sentit entrer en elle, remplir toute son intimité de son sexe brandissant, une pénétration vive qui lui déroba un soupire de satisfaction, suivit d'un rire. Elle était mauvaise pour se montrer discrète, Blanche, elle perdait déjà au jeu qu'ils s'étaient lancé, tous les deux, Léo bien meilleur pour cacher son contentement.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


i'm way to good at goodbyes

but every time you hurt me, the less that i cry and every time you leave me, the quicker these tears dry and every time you walk out, the less i love you. baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo Emerson
Léo Emerson
MESSAGES : 6124
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©tabularasa
COMPTES : Elijah, Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : Always back to you
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
Mister Bowen
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyLun 19 Aoû 2019 - 16:32

Léo n’avait pas besoin d’une femme qui le fasse rêver, il n’attendait pas un quotidien extraordinaire. Il avait simplement besoin de vibrer. Ca n’avait rien à voir avec la logique ni avec un quelconque grain de folie, ça ne se contrôlait pas, c’était un feeling, quelque chose sur quoi il n’avait aucune prise. Il pouvait bien avoir la plus belle femme dans ses bras, s’il n’y avait pas cette osmose, ce je-ne-sais-quoi d’inexplicable, l’histoire s’arrêterait bien vite. Et ce quelque chose là il l’avait toujours ressenti avec Blanche. Longtemps il avait eu peur d’un avenir avec elle, encore aujourd’hui d’ailleurs, parce qu’elle se donnait entièrement, elle semblait l’aimer plus qu’elle s’aimait elle-même et quand elle le regardait comme s’il était la personne la plus importante au monde parfois ça l’effrayait. Mais à présent Emerson avait besoin de leur donner une chance, de savoir jusqu’où ils pourraient aller ensemble. Peut-être que cette idylle prendrait fin à l’issue de leur séjour, quand le quotidien de Bowen reprendrait sa course et qu’ils se rendraient compte qu’il n’y avait pas plus entre eux, pas d’avenir au delà de cette tendresse évidente et de cette alchimie physique qui elle, ne faiblirait jamais. Et peut-être qu’au contraire pour une fois il aura eu raison d’écouter son cœur et l’envie qu’il avait de tenter quelque chose avec la blonde, finalement seul l’avenir avait la réponse et seul le temps la leur donnerait. Pour l’heure il comptait bien profiter de chaque seconde indonésienne de chaque plaisir de ce voyage, à commencer par la redécouverte perpétuelle de ce corps qu’il connaissait par cœur, il avait fait preuve de retenue le premier jour mais ce second matin avait des airs bien plus sulfureux, comme si leur réserve de la veille leur donnait droit de se rattraper, plutôt deux fois qu’une. Répondant à l’invitation de Cambridge à la rejoindre sous l’eau, il ne fallut qu’un sourire de sa part pour que Léo retrouve sa peau. Le soupir satisfait de la blonde alors qu’il embrassait sa nuque avec désir l’invita à continuer non sans la mettre en garde sur la discrétion dont elle devrait faire preuve s’ils continuaient sur cette voie. Mais elle se moquait bien d’être silencieuse et son sourire provocateur amusa le brun autant qu’il lui donnait envie de tout faire pour qu’elle le contredise. Il s’en foutait pas mal, lui aussi, qu’on les entende, qu’ils réveillent les voisins s’il le fallait, du moment qu’ils s’amusent. S’il n’y a que ça pour te faire plaisir, Cambridge, je peux t’offrir ce genre de réveil tous les matins. Faisant pression sur le corps de la belle, Léo la forçait à se presser contre la paroi, pour qu’elle soit sa proie, puis fondit sur elle pour s’emparer de ses lèvres et laissant ses mains caresser avidement ses seins qui ne se dressaient que pour qu’il y touche. Généralement plus habitué à prendre les devants il se laissa surprendre par la douceur de cette main sur son sexe, avant qu’elle ne s’en empare pour y appliquer une pression volontaire, aucun doute, elle voulait qu’il ne réponde plus de lui. Il jeta sur elle un regard presque dissuasif, lui qui aimait tant avoir le contrôle, avant de se laisser emporter par le plaisir qu’elle lui donnait, rejetant la tête en arrière, étouffant un soupir de satisfaction. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle sache parfaitement le rendre fou mais elle n’avait pas encore gagné et alors que leurs lèvres se retrouvaient pour un baiser brûlant, il aurait presque quémandé que sa bouche prenne d’assaut ce membre qu’elle torturait avec tant de savoir-faire. Cependant quand leurs langues reprirent leur danse folle et que la pression de Blanche sur Léo le fit glisser contre le mur de faïence de l’autre côté de la douche il sut que c’était son corps tout entier qu’il voulait et pas juste une caresse égoïste, il la voulait contre lui, il voulait la posséder à nouveau et cette envie l’emportait. Et comme si la blonde l’avait compris, elle passa une jambe contre ses hanches, offrant à son amant tout loisir d’entrer en elle sans difficulté. Et il ne se fit pas prier, cependant il aimait compliqué les choses donc il choisit plutôt de la soulever et de la plaquer contre le mur alors qu’elle gloussait de plaisir, il se vengeait presque de l’avoir laissé s’emparer de lui comme elle l’avait fait plutôt, tomber à la merci de ses caresses alors qu’il était de ceux qui aimaient mener la danse. Emerson sourit alors, satisfait qu’elle ne sache pas se tenir, qu’elle soupire sous ses assauts. Le regard plongé dans le sien, elle était si belle avec sa bouche entrouverte qui réclamait la sienne, il redoubla de force pour la satisfaire, pour que chaque seconde soit délicieuse et qu’au moment où l’orgasme la prendrait elle ne pense à rien d’autre qu’à leurs corps qui s’accordaient si bien l’un avec l’autre.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 ››› i'm a bad liar
› So look me in the eyes, tell me what you see. Perfect paradise tearing at the seams. I wish I could escape, I don't wanna fake. I wish I could erase it, make your heart believe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
MESSAGES : 393
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) rose.water
COMPTES : violet + cleo + bella + brooke + beth
STATUT : damn, i wish i was your only one
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
bowenien
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyLun 2 Sep 2019 - 5:19

Mains dans sa longue chevelure blonde, eau qui coulait le long de son corps alors qu'elle arquait le bas des reins, dos à cette vitrine de verre qui la séparait de son amant secrètement entré dans la sale de bain après y avoir été invité, elle pensait à leur dernier ébat, l'essence de leur histoire encore non dite, mais qui prenait, petit à petit, tout son sens. Elle et lui, à cet instant, sans aucun obstacle, sans aucune distraction pour leur amour. Amour qui voyait le jour, lentement, qui apprenait à revivre entre ces deux amants qui avaient trop longtemps été confinés à n'apprécier que leurs corps et non leurs coeurs. Et à l'instant où Léo la rejoignit dans la douche, à l'instant où ses mains s'emparèrent de la douce peau de la blonde, ce n'était pas son corps et toute son intimité qui criaient son nom, mais bien ce coeur. Ce coeur qui ne demandait qu'à aimer librement, qu'à battre la chamade sans se restreinte, qu'à ne plus avoir peur de ressentir ce genre de choses. Et, attirés comme les amants qu'ils savaient être, il ne fallut, en effet, qu'un sourire pour que leurs peaux se retrouvent, qu'il s'empare de cette nuque et qu'elle le plaque de caresses plus sensuelles les unes que les autres, cette main qui divergea de sa route pour s'emparer de la verge de son amant qui témoignait déjà de son excitation. Elle qui s'emparait de lui, lui qui avait pourtant l'habitude de contrôler leurs moments d'intimités. Cette fois, c'était elle qui commandait, les doigts qui adulaient son membre alors que Léo contrôlait ses gémissements. Leurs respirations étaient saccadées, tous les deux fébriles de la suite de leurs ébats, l'intimité de la blonde qui ne pouvait attendre plus longuement pour se sentir comblée, se sentir complète, qui s'offrait à lui, sa jambe relevée contre la hanche du photographe, son pied qui prenait appui contre la céramique claire de la douche. Sourire narquois aux lèvres, Léo n'en fit qu'à sa tête, prenant d'assaut ce corps vulnérable et fébrile de désir, le plaquant contre le mur opposé pour pénétrer Blanche sans attendre, sans s'annoncer, les pieds de la blonde qui ne touchait pas le sol, ses bras autour du cou de son homme, la tête enfouie contre sa peau pour étouffer ses premiers soupires de soulagement, soupires qui s'accentuèrent alors que leur valse accélérait, soupires qui se transformaient en gémissements, la respiration haletante. Chaque coup de reins, chaque fois que son membre ondulait en elle, un nouveau cri de plaisir s'échappait. Au diable le personnel de l'hôtel, au diable les voisins. Ses doigts se plantaient dans la chair du dos d'Emerson, sa bouche entre-ouverte laissait échapper les douces syllabes de son prénom alors qu'il donnait le dernier coup de grâce, que ces vas-et-vient parfaitement chorégraphié ne mènent qu'à une harmonie d'extase, orgasmes atteints presque en même temps avant que ses pieds ne regagnent le sol et que sa bouche ne retrouve la sienne dans un baiser tendre. Blanche laissa son corps glisser contre le mur de la douche dont l'eau coulait encore pour y retrouver le carrelage froid, la respiration qui reprenait lentement sa vitesse normale, yeux fermés, sourire niais sur son visage. À cet instant, elle n'aurait voulu être ailleurs qu'ici, Blanche. Ici, avec lui. J'dis oui à ce genre de réveil tous les matins, reprit-elle une fois que sa respiration lui laissa assez d'air pour enfin parler, reprenant les paroles que son amant lui avait accordé avant de se laisser emporté par la chaleur de leurs corps embrassés. Ici et à Bowen, osa-t-elle ajouter, poussant certainement sa chance à son extrême. Elle n'avait plus envie de se séparer de lui. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Elle avait attendu trop longtemps pour qu'enfin ils se retrouvent. Maintenant, elle ferait tout pour le garder près d'elle.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


i'm way to good at goodbyes

but every time you hurt me, the less that i cry and every time you leave me, the quicker these tears dry and every time you walk out, the less i love you. baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léo Emerson
Léo Emerson
MESSAGES : 6124
ICI DEPUIS : 19/03/2013
CRÉDITS : ©tabularasa
COMPTES : Elijah, Samuel, Terrence & Charlize
STATUT : Always back to you
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
Mister Bowen
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyJeu 5 Sep 2019 - 23:07

Léo avait suggéré à Blanche de ne pas crier, de se tenir sage pour qu’ils soient discrets alors qu’un membre du personnel s’affairait à dresser la table de leur petit déjeuner. Mais ce serait mentir que de dire qu’il n’aimait pas l’entendre gémir ni l’implorer de son regard de la satisfaire enfin. Il adorait entendre son prénom s’échapper de ses lèvres avides et lire la surprise et l’excitation dans ses yeux lorsqu’il la plaqua contre le mur pour une pénétration à laquelle elle ne s’attendait pas. Comme quoi, même sur ce plan là ils étaient encore capable de se surprendre malgré les années. Il donnait l’air de ne jamais trop se poser de questions, Léo, de se laisser porter par ses coups de cœur sans songer au lendemain. Mais concernant les femmes de sa vie il réfléchissait bien plus que ce qu’on pouvait imaginer, il se demandait si ça vaudrait la peine, quelquefois, qu’il arrête de courir après l’amour comme s’il pouvait se trouver à chaque coin de rue, dans chaque nouveau regard croisé, après un idéal chimérique, un idéal qu’il avait laisser partir, une fois. Depuis quelques temps il se sentait heureux, dans les bras de Blanche, il aimait l’idée qu’elle partage son quotidien et qu’elle y appose sa touche, doucement, sans s’imposer. Et ce voyage loin de tout, juste tous les deux, le plaisir des moments intimes sans forcément se toucher, c’était peut-être ça qu’il devait écouter, cette petite voix qui lui disait que tout allait bien, qu’il n’avait pas d’autres questions à se poser. Et puis sentir son corps tout entier vibrer contre le sien, lire dans son sourire combien elle se sentait simplement bien avec lui, entendre dans ses râles combien lui seul la comblait, comprendre dans son regard qu’il était le seul homme qu’elle était prête à aimer. Il devait s’en contenter, c’était largement assez, c’était même trop, pour ce qu’il méritait vraiment. Dans un ultime coup de bassin, alors que tout l’hôtel devait à présent être au courant de leur performance et alors que Blanche semblait déjà avoir atteint l’extase, son amant s’autorisa aussi à se laisser aller, les yeux fermés en sentant les ongles de la belle s’enfoncer dans sa peau comme pour y laisser leur trace, une main contre la faïence pour s’empêcher de s’écrouler sous les assauts de plaisir, il poussa un long soupire de délivrance, enfouissant sa tête dans la nuque blonde. Après quelques secondes il laissa le corps de Blanche glisser contre le sien et ses lèvres retrouver les siennes dans un baiser encore brûlant mais bien moins empressé. Ce second tour les avait achevé. Emerson offrit son visage au jet de la douche à ce moment là, durant leur ébat, il ne pensait pas à ses considérations amoureuses, il avait simplement profité, à mille lieues des choses vraiment importantes. Cependant les paroles de Cambridge lui remirent les pieds sur terre, son regard plongea dans le sien et il la serra contre lui encore un instant. Je peux nous faire installer une douche dans ce style si ça peut faire ton bonheur.... j’imagine que c’est faisable ! Il sourit, malicieusement, évidemment elle ne parlait pas de la douche, lui non plus au fond. Mais le simple fait qu’il se projette à nouveau avec Blanche à ses côté à leur retour à Bowen, c’était la preuve qu’il était prêt à voir leur relation évoluer. Après qu’ils se furent douchés, sérieusement pour cette fois, les deux amants rejoignirent la table du petit déjeuner, l’homme de chambre avait quitté les lieux depuis un moment déjà. Le photographe se servit une tasse de café chaud avant d’en verser dans celle de sa compagne. Il faut qu’on se presse un peu si on veut toujours faire cette randonnée dans les rizières. Je crois qu'un guide nous attend pour neuf heure dans le hall. Il te reste quelques forces pour marcher ?! Léo demandait ça mais il ne faisait pas le malin, lui-même se serait bien glissé sous la couette après ce genre de réveil. Mais ils avaient toute une île à découvrir et il serait dommage de manquer de temps pour faire tout ce qu’ils avaient prévu.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 ››› i'm a bad liar
› So look me in the eyes, tell me what you see. Perfect paradise tearing at the seams. I wish I could escape, I don't wanna fake. I wish I could erase it, make your heart believe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Blanche Cambridge
MESSAGES : 393
ICI DEPUIS : 27/05/2018
CRÉDITS : (c) rose.water
COMPTES : violet + cleo + bella + brooke + beth
STATUT : damn, i wish i was your only one
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
bowenien
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 EmptyMar 10 Sep 2019 - 22:53

Ils avaient fait l'amour à n'en plus compter le nombre, ils connaissaient leurs corps, chaque recoin, chaque zone sensible, chaque sensibilité. Sur ce point, ils se connaissaient par coeur, comme s'ils avaient été créer pour s'unir de cette façon, comme si on les avait façonné à bien d'emboîter, comme s'il était la pièce manquante au puzzle de la vie de la blonde. Et pourtant, cette fois, elle n'avait rien à voir avec toutes ces autres, rien à voir avec la familiarité de leurs caresses si souvent échangées. Tout son corps tremblait différent alors qu'en un dernier coup de bassin, Léo déclencha un volcan de sensation dans toute son intimité, alors que l'orgasme l'a fait crier la passion de son désir, alors qu'elle pressait sa poitrine contre son amant en quête de ce contact qui lui affirmerait qu'elle était toujours éveillée et non pas prise dans un rêve trop longtemps souhaité. Tout était différent. Ce n'était pas que Bali, Blanche osait l'espérer, c'était bien plus que ça. Rien à voir avec le lit qu'ils partageaient dans le confort de Bowen, rien à voir avec toutes ces fois où elle avait trouvé réconfort sur son torse, où les bras de Morphée avaient su l'envelopper que lorsqu'elle reposait contre lui. Et bien qu'elle le ressentait, bien qu'elle voulait espérer, une part d'elle savait que ce bonheur n'était qu'éphémère, qu'il ne durerait que seulement s'ils s'y autorisaient. Et ce n'était pas partie gagnée, eux qui s'interdisaient ces sensations depuis des années, il fallait à présent réapprendre à les accepter. Alors que leurs ébats se terminaient sur une harmonie de gémissement, sur deux orgasmes presque atteints en symbiose, Blanche laissa son corps glisser contre la douche, le jet d'eau qu'elle avait complètement oublié rafraîchissant sa peau brûlante de leurs émois. Blanche souffla une réponse à leur conversation, Léo qui serrait son corps contre le sien, les yeux plantés dans ceux de Blanche. Ses mots qui la firent sourire à l'idée d'imaginer un avenir, le pronom nous suivit de faire qui supposait qu'à Bowen, ils seraient encore deux, joues qui rougissaient. Je retiens l'idée, gloussa-t-elle en réponse à la proposition de son homme qui était à demi-sérieux. Ils se douchèrent, Léo sorti le premier. Blanche le suivit très rapidement, prenant place face à lui alors qu'il se moquait sur l'énergie qu'ils avaient tous les deux écoulée. Pourquoi, tu préfères rester au lit toute la journée ?, se moqua-t-elle à son tour. Elle attrapa une rôtie qu'elle croqua avec vivacité en souriant. J'ai toujours de l'énergie. Surtout si c'est pour marcher derrière toi. Elle lui accorda un clin d'œil, supposant la vue à laquelle elle aurait le droit.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


i'm way to good at goodbyes

but every time you hurt me, the less that i cry and every time you leave me, the quicker these tears dry and every time you walk out, the less i love you. baby, we don't stand a chance, it's sad but it's true [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: And I'll take you away + Léanche [hot]   And I'll take you away + Léanche [hot] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
And I'll take you away + Léanche [hot]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: see something else :: le monde-
Sauter vers: