AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce jeudi 31 octobre à 18h, venez embarquer dans un merveilleux bateau de croisière pour une soirée inoubliable ! Une soirée qui s'annonce amusante, frissonnante et même ... terrifiiaaante ! » rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.

Partagez
 

 price on my head (elijah)

Aller en bas 
AuteurMessage
Brooke Oxley
me, myself & i

Brooke Oxley

MESSAGES : 3030
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) frimeldadesign
COMPTES : violet + blanche + cleo + bella + beth
STATUT : les ténèbres ne t'ont jamais semblé si claires (brookcha)
grand kangou
price on my head (elijah) Empty
MessageSujet: price on my head (elijah)   price on my head (elijah) EmptyMar 1 Oct 2019 - 20:12

Matin gris, toute la ville est surplombée d'un voile nuageux qui annonce sans présage le début du mois d'octobre et son ambiance lugubre. Sombre lueur qui pénètre dans la caravane, tu te réveilles avant Sacha, prends le temps d'abord que tes yeux s'habituent à la demi-lumière du matin avant de tourner tout ton corps vers lui, lèvre entre ouverte, paisible. Tu caresses son torse nu du bout de tes doigts, cherches à la réveiller en douceur, incapable de te sentir plus longtemps séparé de lui. Il ouvre les yeux, son bleu te réchauffer et s'en suit votre matinée sans éclat. Il n'y a plus d'éclats entre vous depuis la thérapie, le calme vous envahit. Il finit par quitter, son accent russe te susurrant une dernière fois à l'oreille des je t'aime. Mots doux que tu gardes au creux de ton oreille sans pour autant le laisser filer sans un baiser, promesse de se revoir dans à peine quelques heures. Lui au cabaret pour peaufiner ses derniers tours de couteaux, toi vacant à tes occupations jusqu'à ce que les cloches de quatorze-heures ne sonnent vous indiquant, à tous les deux, votre rendez-vous imminent. Rendez-vous dans un café, possibilité d'élaborer le prochain show, la saison des horreurs qui vient d'être lancée et l'amour de danger que vous partagez. Tu vaques à tes occupations, ici et là, jusqu'à t'y rendre, à ce point de rendez-vous, un peu trop en avance. Ça ne te déplais pas, tu y commandes un latté et tu t'assois à une table en bois travaillée, style scandinave qui s'impose dans ce lieu qui respire la légèreté, les verdures et plantes vertes qui habillent le petit coin près de la fenêtre que tu as choisie t'apaisent. Tu observes les gens, le lieu, dehors, tu profites de cet instant de calme pour respirer, laisser ta peau se dorer, les rayons UV qui passent au travers de la grande fenêtre, la lumière de fin d'après-midi qui se fraye un chemin au travers des nuages. Premier octobre, pas encore totalement macabre, juste un peu pour jeter l'ambiance. Tu attrapes son téléphone, prends une photo de ton café, la déposes sur les réseaux sociaux, sans même te douter que ce genre d'informations sur ta vie peut être fatidique. Toi, t'as jamais eu besoin de te cacher. Cacher ton corps, cacher ta localisation, cacher ta vie. Tu n'as jamais réellement pris de précaution. Pauvre, Brooke, peut-être que tu aurais dû te poser plus de questions, peut-être que tu aurais dû être plus vigilante. Téléphone toujours en mains, tu envoies un rapide SMS à ta moitié. Déjà arrivée. Prends ton temps, je gribouille. Et, comme annoncé, tu attrapes un crayon et un calepin dans ton sac à main, gribouille de ton piètre talent des citrouilles et des sorcières sur les lignes noires des feuilles attachées, visage semi-concentré, semi-absorbé vers l'extérieur, regard qui termine sa course sur une voiture garée dans la rue, silhouette d'un homme qui s'y appuie. Des minutes passent, elle s'y trouve encore. Encore et encore. Sourcils froncés, tu commences à trouver l'insistance du visage masculin, impossible à totalement déchiffrer, perturbante. Tu sors à nouveau ton téléphone. Changement de plans, on se rejoint à la maison. Tu appuies sur envoyer, laisses ton latté presque intouché sur la table, sans même repousser la chaise derrière toi. T'es hors de cet endroit et l'homme de la voiture attend quelques minutes avant de suivre ton chemin. Tu tentes de semer l'inconnu, le seul motif qui te vient à l'esprit sont les insultes reçues sur ton write about me. Qui te veut du mal ? Tu finis par t'arrêter sèchement, te retourner vers l'homme qui fait comme s'il poursuivait son chemin. Hey !, cries-tu. Que me voulez-vous ?


__________________________


fire on fire, would normally kill us with this much desire, together we're winners. they say that we're out of control and some say we're sinners, but don't let them ruin our beautiful rhythms. 'cause when you unfold me and tell me you love me and look in my eyes you are perfection, my only direction it's fire on fire (*)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Elijah Fitzgerald
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ J'ai appris le piano vers l'âge de 17 ans grâce au piano de la gare de Los Angeles. ‹ Je ne fais pas vraiment de sport mais pratique le combat de rue où tous les coups sont permis. ‹ Je n'ai aimé à ce jour qu'une seule femme, une violoniste aveugle qui s'en est allée pour une tournée mondiale. Son prénom était Albane. ‹ Il est vrai que j'ai l'habitude de pénétrer dans les lieux fermés durant la nuit. ‹ J'ai une Triumph Bonneville T120 black. ‹ J'ai une main squelettique qui tient une rose rouge sur le pectoral gauche.

Elijah Fitzgerald

MESSAGES : 993
ICI DEPUIS : 16/07/2019
CRÉDITS : lilousilver; astra
COMPTES : Vassili, thug life en carton bonsoir.
STATUT : Célibataire
baby kangou
price on my head (elijah) Empty
MessageSujet: Re: price on my head (elijah)   price on my head (elijah) EmptyVen 4 Oct 2019 - 0:54

Il n'y a rien de plus simple qu'une bonne navigation "masquée" pour me trouver sur un ou plusieurs sites dans le fin fond du dark web. Bien entendu, ce n'est pas sur un coup de tête qu'on s'y aventure, bien entendu, cela se fait par le biais du bouche à oreille mais si les personnes sont réellement déterminées à trouver quelqu'un pour éliminer une autre personne, en général ça se fait plutôt rapidement. Bowen. Un contrat sur la tête d'une femme qui semblerait poser problème. Conditions posées, la cliente n'ayant pas rechigner pour un sou bien que le tarif fut assez élevé, c'est avec une photo de cette dernière et une bonne recherche personnelle que je suis parvenu à la trouver. Brooke Oxley, une autre attraction d'un cabaret que j'ai pris plaisir à voir et à analyser jusqu'à ce jour, n'allant pas m'éterniser avant de passer à l'action. Une arme blanche dans la poche, une petite fiole dans l'autre, un bon fessier posé sur un capot de voiture à la regarder derrière la vitre du café d'en face, je ne sais toujours pas pourquoi j'ai accepté la mission, moi qui voulais arrêter ces conneries. Peut-être que la cliente paraissait un poil trop contrariée par cette rousse qui se lève finalement après l'avoir vu regarder dans ma direction. Bras croisés sur le torse, je me propulse finalement vers l'avant pour procéder à cette filature, mains maintenant dans les poches. Elle s'arrête, je tente de la dépasser bien qu'on sache tous les deux que je suis là pour elle. Un air agressif, qui n'en n'aurait pas dans cette situation? Je me retourne légèrement, baisse la tête et soupire avant de la redresser puis me mords l'intérieur des joues avant de finalement prendre la parole. "Je..." Je fuis du regard volontairement, ce dernier s'étant légèrement adouci par la même occasion. "Non rien, vous allez sûrement trouver ça stupide. Oubliez." lui dis-je en secouant doucement la tête avant de laisser échapper un soupir. "Passez une bonne journée, je suis navré de vous avoir importuné. J'ai dû vous confondre avec une personne de longue date, une ancienne relation de collège que j'ai cru avoir reconnu à travers cette vitrine à moins que je ne me trompe pas? Mais oubliez." lui dis-je avant de me reculer d'un ou deux pas en arrière, prêt à reprendre la route. Un petit sourire en coin presque triste, un regard maintenant nostalgique qui vient se plonger dans ses yeux, une moue bien différente du début. "En tout cas si vous êtes bien celle à qui je pense, j'aimerais vous dire d'une manière plus familière que..." Je prends une légère pause. "Que tu n'as pas changé en tout cas Brooke et ça fait plaisir à voir." ajoutais-je avant de lui adresser un sourire pincé et de baisser la garde vers mes pieds qui jouent avec un caillou. Un hochement de tête courtois, je me recule encore d'un pas et continue ma route.

__________________________

it's a terrible day to rain
whatever happens, happens; falling to pieces
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t18078-elijah-fitzgerald#594438
Brooke Oxley
me, myself & i

Brooke Oxley

MESSAGES : 3030
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) frimeldadesign
COMPTES : violet + blanche + cleo + bella + beth
STATUT : les ténèbres ne t'ont jamais semblé si claires (brookcha)
grand kangou
price on my head (elijah) Empty
MessageSujet: Re: price on my head (elijah)   price on my head (elijah) EmptyDim 13 Oct 2019 - 5:10

C'est louche. Tu te sens observé. Tu te sens piégé. Y'a cet homme, cette voiture, t'as jamais vu cette tête dans les environs. Bowen, c'est petit. Même si tu ne connais pas le nom des habitants, tu les as au moins vu une ou deux fois. Mais lui, jamais. Et ça ne te semble pas comme une rencontre qui serait délectable. Changement de plan, t'avises ton partenaire que tu le rejoindras à la maison. T'as pas peur, mais t'aimes mieux être prudente, on ne sait jamais. Et tu quittes les lieux. Ça te confirme que tes doutes étaient réels, l'homme te suit. Tu accélères le pas, il suit la cadence. Tu te sens sans issue, complètement seule. Et tu te stoppes, au beau milieu de la rue. Et il te contourne, fait mine de passer son chemin. Tu l'interpelles, tu cris presque pour qu'il daigne de retourner, sècheresse dans cette voix qui n'a rien d'une salutation aimable. Trouver stupide ? C'est de te suivre qui est plutôt stupide, penses-tu en soupirant fortement, le regard toujours sévère, sourcils froncés face à cette excuse qui ne t'est cependant pas suffisante. Stupide ? Parlez donc, on verra si c'est stupide, craches-tu sans te soucier qu'il puisse être armé ou dangereux. T'imagines pas un tueur à gages ou un psychopathe. T'imagines plutôt l'auteur des rumeurs horribles qui circulent sur vos réseaux sociaux, à Sacha et toi, quelqu'un qui vous veut du mal, qui veut vous voir vous détruire tous les deux. Peut-être un ami des exs de ton russe ou un membre de leur famille, t'en sais rien, moins tu en connais sur elles, mieux tu te portes. Elles ont déjà presque fichu votre couple en l'air. Il se confond encore en excuse, c'est toujours pas suffisant. Et là, l'impatience finit par monter en toi. Tu bous, tu veux exploser. Putain, qu'est-ce qu'il te veut, ce mec !? Il recule, à peine quelques pas, déjà prêts à rebrousser chemin. Mais tu avances, ces quelques pas qui vous séparaient avant qu'il n'engage son départ. Impossible, ajoutes-tu en secouant la tête. Je ne vous connais pas. Tu t'en souviendrais, t'as une mémoire visuelle. Les visages, tu les reconnais entre mille. Et le sien, tu le connais pas. Il poursuit et c'est ton nom qui sort. Ton nom et un faible sourire avant qu'il ne reprenne sa route. La bouche ouverte, surprise, tu le regardes s'éloigner avant de décider de le rejoindre. Hey, attendez !?, cries-tu dans l'espoir qu'il arrête. Comment vous connaissez mon nom ? C'est ta mère. T'en as encore aucune idée, mais elle est au coeur de tout ça. Mère, c'est un bien grand mot. Elle ne l'a jamais été, mère. Elle va mal, elle a touché le fond, elle pense que tous ces malheurs viennent de toi. Parce que si t'étais pas sorti de son ventre, y'a presque 28 ans, elle n'en serait peut-être pas là, aujourd'hui. Elle t'a en horreur, elle paranoïe, t'imagine comme le centre de ses problèmes. Mais c'est la drogue qui a gâché sa vie, pas toi. Toi, t'étais un bébé, une gamine de 3 ans, tu ne demandais rien, tu ne pleurais jamais. T'étais dans tes couches sales, sans rien dans l'estomac, et tu ne disais rien, pas un mot. Les voisins n'avaient aucune idée de ton existence. Tu ne faisais que la regarder avec tes grands yeux bleus et tes trois cheveux roux sur le sommet de ta tête avec admiration. Parce que même si elle ne te donnait pas de l'amour, c'était elle, ta maman. Et elle a choisi de t'abandonner, de te laisser à toi-même. Presque 72h avant que l'on sache que t'étais seule dans l'appartement. C'est parce qu'on entendait tes pleurs, très certainement parce que ton ventre était enfin vidé de son peu de nourriture habituel que tu daignas pleurer. Et quand ils t'ont trouvé, quand les policiers t'ont pris en charge, ils ont tenté de la retrouver, ta mère. Ce que tu ne sais pas, c'est qu'ils ont fini par la choper. À la rue, complètement droguée. Elle faisait partie d'un réseau de pute qui s'est fait traquer par la police de Bowen dans les années 90. Et elle a fait de la prison, associant la raison de ses conséquences à ta putain de naissance. Mais, tout ça, tu ne le sais pas. Tout ce que tu sais, c'est que le brun te connait et que ça ne semble pas être bon signe.

__________________________


fire on fire, would normally kill us with this much desire, together we're winners. they say that we're out of control and some say we're sinners, but don't let them ruin our beautiful rhythms. 'cause when you unfold me and tell me you love me and look in my eyes you are perfection, my only direction it's fire on fire (*)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Elijah Fitzgerald
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ J'ai appris le piano vers l'âge de 17 ans grâce au piano de la gare de Los Angeles. ‹ Je ne fais pas vraiment de sport mais pratique le combat de rue où tous les coups sont permis. ‹ Je n'ai aimé à ce jour qu'une seule femme, une violoniste aveugle qui s'en est allée pour une tournée mondiale. Son prénom était Albane. ‹ Il est vrai que j'ai l'habitude de pénétrer dans les lieux fermés durant la nuit. ‹ J'ai une Triumph Bonneville T120 black. ‹ J'ai une main squelettique qui tient une rose rouge sur le pectoral gauche.

Elijah Fitzgerald

MESSAGES : 993
ICI DEPUIS : 16/07/2019
CRÉDITS : lilousilver; astra
COMPTES : Vassili, thug life en carton bonsoir.
STATUT : Célibataire
baby kangou
price on my head (elijah) Empty
MessageSujet: Re: price on my head (elijah)   price on my head (elijah) EmptyDim 13 Oct 2019 - 18:56

Une première approche qui semble difficile et où il faudra utiliser bien de la ruse. Une physionomiste. Comment tromper ce genre de'individu? En changeant peut-être un brin physiquement parlant? Des photos de classe demandées et reçus par la même occasion, s'identifier à l'un d'eux pour qu'elle comprenne qui finalement je lui suis bien familier. Un petit être, un petit rondouillard brun aux yeux clairs du temps du collège. Son nom? Si j'ai bien appris ma leçon je dirais... "Charly Desmont. Chuck pour les plus intimes, les deux ou trois personnes avec qui je traînais; Chucky pour les personnes qui voulaient m'humilier." C'est ce que je lui réponds avant de revenir à la charge. "Apparemment je n'ai pas dû te marquer. Mais je comprends." Un haussement d'épaules. La faire passer pour un crush du passé. Une main sur le front, je baisse les yeux, un semblant de moral dans les chaussettes. "Fais comme si je n'avais jamais existé." Une phrase qui pourrait provoquer de la pitié surtout sur un ton triste, comme si tout mon monde s'effondrait. D'autres pas en avant. Je n'ai pas besoin de lui expliquer que nous étions, du moins qu'ils étaient dans la même promo. C'est bien la seule raison pour laquelle il pourrait connaître son prénom. Du moins, je le suppose. Mains dans les poches, un hochement de tête pour la saluer, un sourire légèrement pincé, je reprends les devants tête baissée. Quelques pas, j'ai dû peut-être la laisser perplexe mais décide finalement de m'arrêter avant de me retourner vers elle et de repartir à la charge. Dois-je réellement continuer cette mascarade? Une bouche bée, prêt à lui poser une question qui n'a absolument aucun rapport avec le rôle que je suis censé tenir, je fronce les sourcils tout en décidant de finalement me taire. A quoi bon? Je secoue la tête en signe de négation, plongé dans mes pensées. Autant je ne suis pas du genre à hésiter avant de prendre la vie de quelqu'un, autant cette femme ne semble pas être aussi merdique que les poissons que j'ai pu buter. Un pas maintenant hésitant dans ma direction, je me retourne réellement vers elle maintenant, prenant la situation d'une autre façon, pas sous les traits de ce Charly Desmont mais de ma véritable personne. "Cela va vous paraître étrange mais..." Un autre froncement de sourcils, comment tourner ça? "Qu'est-ce que vous avez bien pu faire dans votre vie pour qu'on vous en veuille autant?" Une moue légèrement haineuse, non pas envers elle mais plutôt envers la cliente qui m'a demandé ce contrat sur sa tête rousse. Une moue aussi mélangée à l'incompréhension des plus totales. Deviendrais-je raisonnable? Deviendrais-je même sentimental?

__________________________

it's a terrible day to rain
whatever happens, happens; falling to pieces
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t18078-elijah-fitzgerald#594438
me, myself & i

Contenu sponsorisé

price on my head (elijah) Empty
MessageSujet: Re: price on my head (elijah)   price on my head (elijah) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
price on my head (elijah)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District-
Sauter vers: