AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce jeudi 31 octobre à 18h, venez embarquer dans un merveilleux bateau de croisière pour une soirée inoubliable ! Une soirée qui s'annonce amusante, frissonnante et même ... terrifiiaaante ! » rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.
Le deal à ne pas rater :
20% de remise supplémentaire sur les Soldes Nike
Voir le deal

Partagez
 

 second chance (violence)

Aller en bas 
AuteurMessage
Violet Cox
me, myself & i
Violet Cox
MESSAGES : 4820
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) mckenzistuff
COMPTES : blanche + bella + brooke + beth
STATUT : la violence ♥ terrence
grand kangou
MessageSujet: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyMar 19 Nov 2019 - 23:13

Jeudi réservé sous des airs de rendez-vous galants, ses doigts tremblaient presque à l'insertion de la dernière pince à cheveux qui retenait son chignon en place, comme si un stress sur humain venait de lui tomber sur les épaules, l'inconnu qui, soudain, commençait à peser lourd. Elle sortit des mèches de sa coiffures pour encadrer son visage, mèches folles auxquelles elle se permit d'ajouter du mouvement en les ondulant, les laissant rebondir dans le vide avant de les ébouriffer, se donnant un air coiffé-décoiffé, comme si trop polie on ne la reconnaîtrait pas. Un dernier coup d'œil dans la glace, un sourire, ses yeux rieurs qui laissaient apparaître y aux coins de ses yeux des pattes d'oies fine et délicate. Elle s'y était fait, aux marques que la vie commençait à laisser sur son visage, trente-et-une années d'aventures qui se dressaient derrière elle comme le livre de son histoire. Elle qui n'aimait pas vieillir, elle qui n'aimait pas sentir qu'elle dépérissait, elle acceptait, petit à petit, l'issue première de la vie, acception que le corps n'allait un jour plus suivre l'âge mental. Puis, c'était beau, vieillir. Ça lui avait permit d'être plus douce, plus calme, face à certaines situations. Ça lui avait accordé plus de patience, parfois plus de jugement. Et en somme, ça lui avait permit de trouver l'amour. De pardonner, d'accepter les différences, choses qu'elle ne se serait peut-être pas donné la chance de faire quelques années derrière. Violet attrapa son rouge à lèvre sur le cabinet des toilettes, hésita à entreprendre de le peindre sur l'entièreté de ses pulpeuses, de peur de tacher son amant de rougeur au premier baiser. Elle sourit à cette image s'imaginant la tension sensuelle qu'elle pourrait créer entre eux en laissant la tentation planer, sans jamais le toucher. Et puis elle succomba à l'envie de le rendre encore plus fou qu'elle ne le faisait déjà, comme il le lui avait si bien dit, ce soir tard à l'hôpital. Elle peignait ses lèvres d'un rouge vibrant, un rouge qui sage fait à merveille avec le bleu nuit de sa robe ajustée. Un pas vers l'arrière, elle regardait sa silhouette se dessiner dans le miroir des toilettes. En faisait-elle un peu trop ? A l'aspect naturelle, les cheveux toujours défaits par le vent et le sel, sa peau seulement habillée du teint réchauffé par le soleil, ses yeux à peine maquillés, elle n'avait jamais fait dans le tape à l'œil, jamais dans le trop arrangé. Et c'était ça qui avait charmé le surfeur. Ça et son côté obstiné, son caractère bien défini et sa tendresse absolue. Pas de flafla, pas d'artificies. Il le lui avait demandé, après tout. Robe, talon. La sonnette retentit, laissant derrière elle un raisonnement qui arracha un jappement alarmant de la part de Frankie. La maison était calme, depuis que Terrence avait repris Stan, non pas que ce dernier était agité. La présence d'un autre canin avait animé le sien, le petit Frankie qui était en mode joueur 24/7 lors du séjour du vieux compagnon du militaire. Violet lui sourit, le contournant pour se rendre vers la porte qu'elle ouvrit pour laisser apparaître, sous les yeux de son Terrence, une vision beaucoup plus élégante d'elle qu'elle n'avait jamais été en sa présence.


__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Kelly
me, myself & i
Terrence Kelly
MESSAGES : 794
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Blindness
COMPTES : Léo, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyVen 29 Nov 2019 - 1:54

Une semaine après sa sortie de l'hôpital, Terrence était loin d'avoir repris sa vie normale, il peinait toujours à marcher et il était obligé d'admettre que la canne lui était utile. Il jurait toujours les jours que c'était le dernier, que le lendemain il s'en séparerait, mais jusqu'ici il en avait toujours besoin, comme un boulet qu'il traînait en plus du reste. Mais elle lui permettait de se déplacer, de se rendre à son magasin, qu'il avait rouvert malgré l'avis des médecins. Evidemment il n'écoutait personne d'autre que lui et la joie de ses amis surfeurs quand ils venaient prendre des nouvelles le confortait dans l'ide qu'il avait bien fait de reprendre plus tôt que prévu. Il avait pas mal de travail, des papiers, de la comptabilité en retard, tout ça ne s'était pas fait en son absence alors il rattrapait petit à petit. De toute façon la saison était encore un peu calme alors il ne courait pas aux quatre coins de la boutique pour conseiller les clients, il voyait surtout des habitués qui n'avaient pas besoin de son aide, seulement de sa présence parce qu'ils l'appréciaient. Ce soir il avait pourtant fermé plus tôt, il avait un rendez-vous. Une soirée qu'il avait attendu toute la semaine et qu'il ne raterait pour rien au monde. Il était passé chez le fleuriste chercher un bouquet de roses et d'eucalyptus, puis il était rentré chez lui  pour se changer. Il avait troqué sa tenue de plage par un costume bien plus élégant. Il avait peu l'habitude de porter ce genre de tenue, plus porté sur les vêtements confortables, il avait fait l'effort de repasser une chemise blanche et de passer un pantalon de toile, prenant même la veste qui allait avec, même si les températures australiennes invitaient à ce qu'il ne la porte pas. Il avait taillé un peu cette barbe qu'il avait laissé poussé sans pouvoir rien y faire durant son séjour à l'hôpital, mais sans tout raser non plus parce que ce côté négligé faisait partie de sa personnalité après tout et même fait un tour chez le coiffeur deux jours plus tôt. Mais plus que tout, Kelly avait hâte de voir combien Violet serait belle dans sa robe de soirée. Il ne doutait pas qu'elle aurait joué le jeu et c'était pour cette raison qu'il ne pouvait pas simplement se présenter en jean et t-shirt comme à son habitude. Peu après dix-neuf heure il avait sonné chez la brune et la vision qu'il eut d'elle quand elle ouvrit la porte était simplement renversante. Elle avait troqué son allure naturellement séduisante pour une version résolument séductrice et il en tombait des nues, elle avait sorti le grand jeu, robe, talons, rouge à lèvre, elle n'était pas simplement belle, elle était sublime. A tel point qu'il en était presque intimidé, hésitant à embrasser ces lèvres peintes tel le fruit défendu, il se pencha alors pour l'embrasser sur la joue. Mademoiselle Cox, vous êtes sublime ce soir. Et dans cet excès de politesse qui ne lui ressemblait pas, il lui tendit son bouquet de fleurs avec un sourire un peu timide, clairement ce genre de soirée  ne lui ressemblait pas, ni ces tenues, ni le restaurant qu'il avait choisi. Mais il avait envie de lui faire plaisir et de la surprendre différemment cette nuit. Il accorda une caresse à Frankie qui n'en pouvait plus d'attendre de l'attention de leur part puis tendit son bras libre à Violet, celui qui ne s'appuyait pas sur cette cane qu'il maudissait. Tu es prête ? Ce soir il allait la charmer, la faire tomber amoureuse, plus que de raison, pour effacer leur passé tumultueux et avancer vers l'avenir.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Violet Cox
me, myself & i
Violet Cox
MESSAGES : 4820
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) mckenzistuff
COMPTES : blanche + bella + brooke + beth
STATUT : la violence ♥ terrence
grand kangou
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyMer 4 Déc 2019 - 23:53

Sur la plage, on ne parlait que du retour de Kelly. Des amateurs, habitués de sa boutique, qui s'étaient réfugiés, par moments, dans celle de Violet, lorsqu'elle avait cessé d'ouvrir celle du grand malade, par ennui, par envie de partager un peu sur ce domaine qui les animait tous, qui les liait, les uns aux autres, avaient fait passé le mot : Kelly était à nouveau sur pied. Ou presque. Sur trois pieds, il fallait dire, parce qu'à ses deux jambes, il en avait ajouté une, non pas par choix, mais bien par obligation, parce que celle bien en point ne palliait plus à celle qui lui faisait défaut et qu'il avait fallu lui en ajouter une troisième à son équilibre. Ce n'avait pas été les conseils de Violet qui avaient penché dans la balance, mais plutôt ceux de son médecin, Hope, et ceux de son physiothérapeute qui avaient en charge sa réhabilitation. Sans elle, le chemin vers la guérison serait sans doute bien long, bien plus qu'ils ne l'avaient estimé au départ. Sa blessure, ce n'était pas rien. On parlait tout de même d'un fragment de balle qui s'était baladée dans sa plaie, rien de très rassurant, encore une chance qu'il n'y soit pas resté. Ça lui faisait du bien, à Violet, de voir l'attention se porter sur Terrence, sur autre chose qu'eux, ensemble, que les rumeurs qui courraient depuis qu'ils avaient choisi de s'afficher tous les deux, dans la dernière année. Toutes ces spéculations, de rupture et de relation, commençaient à peser lourd. Ne pouvait-on pas apprendre à gérer ses propres histoires avant de s'intéresser à celles des autres ? Leur passé avait été houleux, parsemés d'embuches qu'on avait cessé de pointer du doigt, tant sur leurs plages que sur la place publique, les Writers se faisant un malin plaisir à envenimer leur quotidien déjà bien assez complexe. Mais, ce soir, ils avaient mis pause sur toutes ces difficultés, souhaitant aller de l'avant, voir ce que demain avait à leur offrir plutôt que de demeurer prisonnier d'hier. Et ils allaient le faire en grand, jouant le jeu des rendez-vous galants qui ne ressemblait ni à lui ni à elle. Un dernier regard dans son reflet avant que la sonnette ne l'avise de la présence de son rencard, Violet s'avança, plutôt nerveuse, vers la porte qu'il n'avait pas attendu de se faire ouvrir, la dernière fois qu'il s'était présenté ici, période où la brune s'y était placardée. Cette fois, pourtant, il avait attendu qu'elle vienne lui ouvrir, devant une Violet élégante, rouge sur les lèvres. Terrence aussi s'était prêté au jeu, son pantalon de toile qui faisait différent des shorts de bain qu'il avait l'habitude de porter ou de l'éternel jean qu'il arborait, les soirs où il avait envie de se couvrir. Vision de son amant qui lui plaisait, l'instant d'une soirée, non pas dans l'idée de le vouloir changé, mais plutôt admiratrice des réels efforts qu'il faisait pour que leur soirée sous le thème romantique en soit des plus réussit. Baiser sur la joue, gentlemen ou plutôt frileux de se tacher du rouge qu'elle avait choisi de revêtir, il frôla sa peau et tout le corps de la surfeuse se mit en alerte, geste accompagné d'un compliment qui la fit sourire, presque gênée face à ses manières. Terrence n'avait pas l'habitude de parler, Violet était plutôt reconnue pour tenir la conversation entre eux. Avare sur les compliments, rares étaient les fois où elle l'avait entendu lui faire des louanges. Et ce n'était pas plus mal que ça, seul son regard amoureux lui contentait à comprendre ce qu'elle représentait pour lui. Elle n'y prenait pas un goût définitif, sachant très bien que la nature du militaire finirait par revenir au galop, et, pourtant, elle en appréciait les effets sur son coeur qui s'affolait et son sourire qui s'élargissait. Merci, lui dit-elle presque timidement, évoquant le compliment et le bouquet de rose et de verdure qu'il lui avait tendu. Tu ne plaisantais donc pas, Kelly, quand tu parlais d'un vrai rendez-vous! Fleurs, habits, bonnes manières, rien ne manquait à l'équation. Pendant que Terrence donnait un peu d'attention à Frankie, Violet en profita pour s'éclipser l'espace de quelques instants, posant les fleurs fraîches dans un joli vase qu'elle posa sur la commode près de l'entrée, bien en évidence, fleurs qu'elle ferait sans doute sécher pour les préserver aussi longtemps que leur histoire ne durera. Geste niais, accordé. Quand elle fut de retour, il leva les yeux vers elle, sa main libre, celle qui ne tenait pas la canne qu'il avait en horreur, se tendit vers sa cavalière. Prête, lança-t-elle joyeusement en refermant la porte derrière eux, son bras qui prenait doucement appui contre Terrence, sans trop, sans vouloir l'affaisser plus qu'il ne l'était déjà. Tu es très séduisant, ce soir, lui accorda-t-elle. Il lui faisait presque oublier cette canne dans cet ensemble, veste et pantalon assortis. Et tu sens bon. Point faible de la surfeuse, elle qui avait toujours adoré les odeurs masculines. Les colognes, les parfums, les lotions après-rasages même. Alors, dis-moi, quels sont les plans, ce soir?, s'emprassa-t-elle d'ajouter, curieuse, sa vraie nature qui resurgissait, jamais bien loin. T'as loué une limousine? Sourire moqueur, elle n'était définitivement pas sérieuse, elle le regardait, ses doigts qui s'enroulaient dans une mèche folle qui s'échappait, intentionnellement, de son chignon.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Kelly
me, myself & i
Terrence Kelly
MESSAGES : 794
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Blindness
COMPTES : Léo, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyVen 6 Déc 2019 - 1:59

Kelly n’en avait rien à faire des histoires, des rumeurs, des autres qui parlaient pour ne rien dire, ou pire, sans savoir. Il avait plus ou moins toujours vécu dans ce genre de climat, cible des cancans les plus idiots ou des rumeurs les plus folles, alors s’il avait tout écouté, tout pris à cœur, il aurait fini fou ou dépressif, déjà qu’on n’en était pas si loin ! Il savait que Violet avait du mal à se détacher de tout ça, elle qui n’aimait pas faire de vagues, elle qui aimait la discrétion, elle n’avait pas droit à ce genre de tranquillité dans sa relation avec le surfeur. D’autant plus qu’ils étaient des personnalités public du paysage Bowenien, en bons commerçants ils étaient plus ou moins connus en ville, tout le monde avait entendu parlé de près ou de loin des deux boutiques de surf sur les baies, celles autrefois ennemies, concurrentes et dont les propriétaires avaient finalement réussi à trouver à terrain d’entente des plus surprenants et délicieux. Ca faisait jaser tout ça, ça faisait rire Terrence et grincer Cox des dents. Les amis du militaire le trouvaient changé depuis que la brune avait fait irruption dans sa vie, ils le trouvaient apaisé, presque heureux et ils le lui disaient, parce qu’ils se disaient tout dans cette communauté soudée. Lui il savait qu’elle lui faisait du bien, même s’il n’avait pas toujours été capable de le lui rendre correctement. Ils s’étaient fait du mal ces derniers mois, ils en étaient arrivés à un point où d’aucun penserait que toute histoire serait vouée à l’échec. Mais c’était mal connaître les deux amants qui, tel deux aimants, ne pouvaient pas se passer l’un de l’autre. Kelly avait admis ses torts, il avait ravalé sa fierté mal placée bien plus que ce qu’il pensait être capable de faire, parce que c’était elle et personne d’autre. Il avait essayé de réparer les pots cassés pour faire en sorte que ça fonctionne, parce que s’ils s’étaient déchirés, il savait qu’ils pouvaient être beaux ensemble et qu’une femme pareille il n’aurait pas la chance d’en croiser deux au cours de toute sa vie. Alors c’est ainsi que cette idée de rendez-vous amoureux avait germé dans son esprit, c’était au départ la proposition spontanée que le souvenir de sa robe de soirée avait provoqué, mais plus il y pensait plus il avait pris cette soirée au sérieux, espérant réellement que ce soit le point de départ pour qu’ils se donnent une nouvelle chance. Et que celle-ci soit la bonne. Tel un jeune premier qui venait chercher sa copine pour un bal de lycée, tel un gamin emprunté qui ne savait pas bien faire, Terrence faisait des manières qui ne lui ressemblaient pas et pourtant elles apportaient un je-ne-sais-quoi à l’ambiance déjà électrique qui les rendait euphoriques. Visiblement ils l’avaient autant attendu l’un que l’autre, ce dîner et le résultat, pour l’instant, était à la hauteur de cette attente. Je ne plaisante jamais. Il sourit en coin alors qu’elle s’éclipsait déjà pour aller déposer le bouquet dans un vase d’eau fraîche. Quand elle revint vers lui et s’accrocha à son bras, Terrence fut soulagé et reconnaissant que Violet n’accorde quasiment aucun intérêt à cette canne qui faisait tâche dans le tableau. Elle était de trop, mais sa blessure était encore trop récente pour qu’il fasse le con. D’ici quelques jours il s’en passerait et il reprendrait une vie normal, dès qu’il se sentirait suffisamment vaillant sur son membre estropié. Merci ! J’me suis changé au moins deux fois, une vraie nana, j’ai hésité pour du bleu… mais j’voulais pas que tu m’arraches mes vêtements directement tu vois, faut faire durer le plaisir ! Comme s’il était déjà persuadé de l’issue de cette soirée. Il fallait dire qu’ils ne s’étaient pas encore retrouvé physiquement, pas depuis des mois à présent alors il était évident qu’il y pensait et avec son air espiègle il ne le cachait pas. Et puis j’ai mis du parfum. Chose qu’il faisait quasiment toujours, il ne sortait jamais sans une goutte de parfum sur son torse, mais là il était douché de peu, il avait mis de l’huile pour discipliner sa barbe qui ajoutait une odeur de musc, pour une fois il avait pris le temps de prendre soin de lui et il fallait admettre que ce n’était pas désagréable. Elle se montrait curieuse alors qu’ils se dirigeait vers la voiture du commerçant, seul point sur lequel il n’avait pas eu le temps de faire d’effort, il n’en avait pas vraiment la force en même temps, alors elle avait toujours cet allure poussiéreuse de véhicule qui stationnait en bord de mer. Je t’emmène dans un restaurant dont on ne m’a dit que du bien depuis des mois. Il sortit ses clés de sa poche et activa l’ouverture centralisé à distance. Et voici notre carrosse. Ne sois pas déçue, je ne voulais pas trop t’impressionner, c’est jamais bon de trop en faire il parait ! Il ne le montrait pas mais au fond de lui il était un peu nerveux, mine de rien il avait mis les petits plats dans les grands et il misait beaucoup sur cette soirée, cette pression là lui donnait les mains moites, mais son humour permettait de cacher un peu ses émotions. Même s’il n’avait pas réservé de limousine il ne se priva pas pour ouvrir la portière à sa cavalière pour qu’elle monte en voiture et il déposa un baiser dans sa nuque, un baiser qui s’attarda deux, trois secondes, pour qu’il profite de la douceur de sa peau et de ses cheveux qui lui chatouillaient le nez, parce que ces sensations lui avaient trop manqué. Et puis il referma la portière et monta à sa place pour les conduire au restaurant, ce n’était pas bien loin, en temps normal ils auraient pu marcher, mais sa jambe ne le lui permettait pas. Ils arrivèrent sur le port et après quelques pas ils furent accueilli par le personnel de bord du bateau-restaurant, celui-ci allait larguer les amarres d’ici peu pour une mini croisière sur les bords de baie pendant qu’ils dégusteraient un dîner raffiné. Terrence n’avait encore jamais fait ça.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Violet Cox
me, myself & i
Violet Cox
MESSAGES : 4820
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) mckenzistuff
COMPTES : blanche + bella + brooke + beth
STATUT : la violence ♥ terrence
grand kangou
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyDim 8 Déc 2019 - 15:30

Sourire aux coins des lèvres de Terrence qui donna presque qu'envie à la surfeuse de tout plaquer, de laisser tomber la soirée qu'il leur avait imaginé pour le faire sien toute la nuit, tension qui se faisait attendre depuis trop longtemps, retrouvailles qui n'avaient pas eu le goût de leur amour, pas comme celles qu'ils avaient l'habitude. L'envie de laisser les paillettes et les artifices de côté, de s'attarder sur ce qu'ils connaissaient lui passa par la tête, animée par lui, par le feu qu'il lui provoquait dans le bas du ventre quand il la regardait ou quand elle pouvait percevoir, aux coins de ses lèvres, un rictus insolite. L'envie de retirer leurs vêtements bien trop propres, de se retrouver dans la plus simple des tenues, celles qu'ils connaissaient, celles qui, déchues de tout, ne cachaient que leur attraction. Sans complexe, sans flafla. Mais elle canalisa son appétit, la soif de découvrir le reste de leur soirée d'amoureux bien plus forte que celle de commencer par le dessert. Éloignée, dans la cuisine, elle admira une dernière fois ces fleurs qui lui écorchèrent, à son tour, un sourire bien plus franc que celui de leur donneur, sourire qui ne quitta pas ses lèvres et qui s'exposait fièrement alors qu'elle prenait appui contre lui, son homme courageux, celui qui affrontait toutes ses peurs à la fois réunies ce soir. Cette relation réparée affichée au grand jour, lui qui n'avait jamais eu besoin d'une femme pour avancer dans la vie et cette canne qu'il maudissait, qui lui faisait passer pour l'infirme qu'il ne voulait pas être. Évidement, cette canne, Violet l'avait repéré, l'avait commenté silencieusement, notant, à elle-même, qu'il avait finalement fait le choix d'être raisonnable, de ménager son membre défaillant, comme elle le lui avait suggérer. Elle aurait pu le dénoter, lui rappeler à quel point il s'y était opposé. Mais elle ne le fit pas, sachant très bien l'effort que cela lui demandait de se pavaner, en ville et en boutique, avec une troisième jambe comme compagnon de vie plutôt que son éternel Stan, préférant plutôt commenter l'apparence soignée de son amant, sa veste et son pantalon assortis qui lui allaient comme un gant. Elle rit à la remarque de Kelly, humour qui cachait sans doute une nervosité qu'elle ne lui connaissait pas. Terrence lui avait toujours semblé fort, solide, résigné. Bien qu'avec le temps elle lui avait découvert une belle fragilité, elle ne le connaissait pas nerveux. Et elle devait avouer le trouver charmant. Tu as sans doute bien fait de ne pas opter pour le bleu, commença-t-elle en souriant en guise de réponse à sa blague, je n'aurais probablement pas pu te résister, c'est certain. Elle accompagna sa réplique d'un rire franc qui cachait, néanmoins, une pointe de vérité. Et même en beige, elle aurait été en mesure de le dépouiller de tous ses vêtements, ce n'était pas l'envie qui manquait. Cependant, régnait tout de même, dans sa tête, une pensée pour cette jambe toujours douloureuse, ce membre affaibli, qui n'était sans doute pas encore assez fort pour des galipettes de fin de soirée et qui l'empêcherait surement, au moment venu, de le laisser totalement faire. Tu sens toujours bon, fit-elle remarqué en avançant son nez vers le cou dénudé de l'homme, sa peau qui le frôlait à peine, avant de reprendre une distance raisonnable pour une conversation. On aurait pu manger des plats à emporter au beau milieu de mon séjour que ça aurait été parfait, tu sais?, lança-t-elle pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas besoin de tout ça pour qu'elle tombe amoureuse de lui. Mais ce planning me plaît, je dois être honnête. Et elle monta en voiture, s'inquiétant silencieusement à propos de Terrence et de sa jambe, éternelle inquiétude des derniers jours. Il avait repris le travail, sans vraiment se laisser la chance de souffler un peu. C'était, sans doute, sa façon d'oublier les jours à l'hôpital, de retrouver un semblant de vie normale. Mais c'était, aussi, bien trop précipité, selon Violet qui s'était proposée maintes et maintes fois pour l'aider. Il passait le plus clair de ses journées debout, dans sa boutique, à forcer sur cette jambe qui, malgré la soutenance de la canne, devait forcément avoir la vie dure. Et, maintenant, le voilà qu'il conduisait, ne ménageant pas son membre fragile alors qu'elle aurait très bien pu les conduire, elle. Ça aurait été moins romantique, moins galant, il fallait l'avouer, mais sans doute plus raisonnable. Mais, quand il était question de Terrence, la raison n'existait pas. Et elle le laissa faire, le sachant bien trop obstiné pour lui accorder raison, se souvenant de sa réaction alors qu'elle avait voulu tenir le fort pour lui, lors de son séjour à l'hôpital. Après, quelques minutes de route, ils arrivèrent près de la mer, au bord d'un bateau rentabilisé en restaurant. Le coeur de Violet s'emballa, la vision de la mer lui était toujours un peu angoissante. Sur le sable, elle s'y sentait bien, à l'aise, beaucoup moins nerveuse que suite à son accident. Cependant, y monter, y naviguer, demeurait encore pour elle un défi de taille. Et bien qu'ils avaient tenté de vaincre sa peur, bien qu'ils s'étaient jetés à l'eau, tous les deux, elle ne s'était pas encore tout à fait remise de ses craintes, elle n'avait pas encore retenté la planche ni même une forme d'embarcation marine quelconque. De marbre, sans afficher sa nervosité, elle se laissa guider par Terrence sur le quai où on les invita à embarquer.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Kelly
me, myself & i
Terrence Kelly
MESSAGES : 794
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Blindness
COMPTES : Léo, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyVen 27 Déc 2019 - 9:59

Se pouvait-il enfin que la chance tourne pour Terrence ? Lui qui avait longtemps pensé que la somme de tous ses mauvais choix avait tracé un destin solitaire, déchu de tous, comme un mauvais karma ou quelque chose comme ça. Et pourtant depuis quelques temps sa vie doucement changer, par des petits riens parfois mais qui faisaient toute la différence, ou de grands bouleversements qui chamboulaient tout. Comme l’arrivée fracassante de Lena dans sa vie, sa fille qu’il avait attendu, rêvé, toute sa vie d’homme, sans jamais osé faire un pas vers elle, lui qui pensait ne pas la mériter et pourtant c’était elle qui était venu à lui, pour la plus belle des surprises. Comme le retour timide de son frère Teddy, à qui il ne parlait plus depuis des années, rien n’était encore parfait entre eux, ses relations avec le reste de sa famille n’était toujours pas idéales, surtout avec sa mère, mais il semblait que le temps soit bon pour apaiser les tensions et les déceptions qu’il avait causé. Et puis le plus gros changement, l’un des plus beaux et des plus bouleversants dans tous les sens du terme c’était bien Violet, celle qui lui avait appris petit à petit à ouvrir son cœur, à sortir de sa caverne et de sa réserve d’ours mal léché. Terrence en avait parcouru du chemin depuis leurs débuts chaotiques. Et bien que le relation soit encore timide et bancale, elle l’avait changé, elle l’avait révélé. Il avait lâché son trafic d’armes pour se concentrer sur l’essentiel, son garde fou il n’en avait plus besoin depuis longtemps mais il le rassurait en quelque sorte, cependant avec ce secret trop lourd à porter et les conséquences qu’il pouvait engendrer, il savait qu’il n’aurait jamais pu avancer dans sa vie sentimentale. Alors il avait tout plaqué et il l’avait perdu en même temps, quel paradoxe. Néanmoins la vie était joueuse et elle avait encore bien des cartes en main pour ne pas que les amoureux se quittent aussi mal, comme s’ils méritaient leur seconde chance, ou troisième, on ne comptait plus à force avec ces deux là, mais il semblait que cette chance là soit la bonne, comme un nouveau départ. C’aurait été simple de s’offrir cette chance dans cette maison qui les avait vu se déchirer si souvent, qui les avait vu misérables et malheureux, tant l’un que l’autre, ils auraient pu faire tourner le vent en succombant au charme de l’autre, tous les deux dans leurs habits trop bien repassés, trop figés, ces tenues qui ne leur ressemblaient pas et qu’ils auraient pu se retirer sans tarder. Mais ils aimaient se faire languir, les deux amants et surtout, ils avaient besoin de se retrouver différemment, dans un endroit neutre. Terrence avait besoin de courtiser Violet comme un véritable gentleman, au moins une fois, pour leur prouver à tous les deux qu’il n’était pas qu’un ours sans manières. Il laissa l’américaine le complimenter sans rien dire, un simple rictus amusé aux lèvres, qui s’élargit lorsqu’elle s’approcha pour humer sa nuque, c’était la preuve qu’elle était déjà à moitié charmée. Oui, je sais, mais c’est déjà réservé et on va être en retard si tu continues à faire traîner ton nez dans mon cou. Il s’accrocha à son bras d’un côté, s’appuya sur sa canne de l’autre et ensemble ils se dirigèrent vers leur carrosse du soir, qui n’était pas différent de son véhicule habituel. Sa jambe était encore douloureuse, d’autant plus que ce soir il n’avait pris aucun anti-douleur pour pouvoir boire du vin sans interférer avec son traitement de cheval, mais il serrait des dents pour ne rien montrer, un peu comme toujours, même si Violet le connaissait suffisamment pour interpréter ses expressions. Il n’avouerait pas qu’il souffrait, de toute façon il était déjà habitué à vivre avec la douleur alors ça ne changeait pas tellement de son quotidien, sa blessure était simplement encore un peu trop vive. Après quelques minutes de voiture ils arrivèrent sur le port pour leur croisière du soir, ce dîner romantique que Terrence avait promis et prévu dans les moindres détails. Sans penser une seconde aux craintes de la belle, il avait naïvement cru qu’elle avait réussi à surpasser sa peur, c’était une erreur. Mais elle ne montra rien, seule sa main se crispa dans celle de son cavalier, qu’il interpréta à tort comme l'excitation de monter à bord. Un serveur les accueillit avec le sourire : Madame, monsieur, bienvenue à bord. Nous allons partir d’ici peu, n’hésitez pas à vous promener sur le ponton avant d’aller vous asseoir. Terrence remercia l’homme du regard et ils s’avancèrent sur le bateau. Il se pencha légèrement pardessus bord pour regarder l’eau et se redressa pour observer Violet, il fronça les sourcils en remarquant son expression. Tout va bien ? Tu as l’air soucieuse. Pour la première fois de la soirée il doutait de ses choix, quel qu’il soit, quelque chose la chagrinait.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Violet Cox
me, myself & i
Violet Cox
MESSAGES : 4820
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) mckenzistuff
COMPTES : blanche + bella + brooke + beth
STATUT : la violence ♥ terrence
grand kangou
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyLun 30 Déc 2019 - 18:53

Peut-être que la chance avait tourné. Peut-être que le destin leur était différent, en cette nouvelle ère, en cette soirée qui ne ressemblait en rien à ce qu'ils avaient connu, eux qui étaient plutôt petits dîners improvisés dans la caravane du commerçant ou fesses assises au bord de la mer. Les robes, les habits, les grandes façons, ça ne leur ressemblait pas. Mais c'était la chance qu'il leur donnait, la chance qu'il saisissait, pour repartir à zéro, pour charmer sa douce, pour lui laisser comprendre qu'elle était plus à ses yeux que toutes les autres qui pourraient se mettre sur son chemin. Lorsqu'elle avait reçu l'appel, lorsqu'elle s'était rendu à l'hôpital, lorsqu'elle avait attendu ces longues heures durant l'opération dont elle ne connaissait pas l'issue, lorsqu'elle s'était assise à ses côtés, dans la salle de réveil, à attendre qu'il revienne à elle, Violet ne s'était pas posée de questions. Elle s'était lancée, sans savoir où les choses allaient entre eux, parce qu'elle avait eu peur, parce que ses craintes étaient bien plus fortes que toutes les disputes et les désaccords qu'ils pouvaient bien avoir, tous les deux. Mais maintenant que tout ça était derrière eux, maintenant que le militaire était sorti de l'hôpital, qu'il recommençait à marcher, qu'il avait repris le travail, tous ces questionnements, tous ces doutes revenaient vers la surfeuse comme si elle les avait seulement lancées comme un boomerang et qu'ils revenaient vers elle à toute allure. Étaient-ils prêts, à tout ça? Parce que pour effacer leur passé, il fallait en parler. Il fallait adresser ces choses qui avaient fait mal. Et bien qu'elle lui avait dit que le passé de l'homme ne lui importait plus, que tout ce qu'elle souhaitait c'était leur avenir à eux, quand il se languissait sur son lit de malade, il leur restait la partie la plus fatidique à faire. Parler, s'ouvrir, discuter, pour un homme qui n'avait pas l'habitude de le faire. Et comme s'il avait voulu repousser ses limites, c'est toute la soirée qui ne lui ressemblait pas, passant par son allure à son planning, laissant devant eux un nouveau départ. Ou il avait cherché à l'impression, à faire comprendre à Violet qu'elle pouvoir avoir ce dont toutes les filles rêvaient, avec lui, même s'il n'en donnait pas l'air. Mais, au fond, tout ça, les beaux restos et les talons hauts, elle n'en avait rien à faire, Violet. C'était lui qu'elle voulait. Dans un cinq étoiles ou dans son séjour, Stan à leurs pieds, Frankie sur ses genoux. Et elle lui laissa comprendre, le nez dans son cou, humectant son odeur qui lui fit réveiller les papillons endormis dans son bas ventre. Excusez-moi monsieur, gloussa-t-elle en se redressant, comme une gamine qui se faisait réprimander alors qu'il la menait vers son véhicule qu'il insista pour conduire. Elle aurait pu le faire, mais ce soir, elle était une demoiselle servie. Violet posa toute de même une main sur la cuisse de l'homme alors qu'il faisait son chauffeur. Une main qui se voulait tendre, affirmant son désir de ne jamais se sentir trop loin de lui, mais une main qui se voulait aussi rassurante parce qu'elle avait remarqué ce sourire crispé, cette mâchoire serrée qu'elle reconnaissait entre milles, qu'elle avait souvent vu, celle qui exprimait la douleur. Il avait mal. Peut-être en faisait-il trop, peut-être que son corps tentait de lui faire comprendre qu'il n'était pas en état pour tout ça, toutes ces choses qu'il avait prévue pour leur soirée de redécouverte. Et ils arrivèrent sur le quai principal, là où un employé vêtu comme un matelot les invita à monter sur le navire qui lâcherait ses amarres sous peu. Sur le bateau, Violet se montrait silencieuse, ce qui s'opposait à sa personnalité si extravertie. Si bien que Terrence la regarda de longues secondes, sondant son expression faciale à la recherche d'une réponse à son questionnement. Violet lui sourit, hochant la tête à sa question. Ca va, mentit-elle en passant une main rassurante dans le dos de son cavalier. Elle s'était occupée de tout le monde autour d'elle, de Terrence, de sa boutique, de Stan, de Frankie, d'Ella, de Lena, Lys. Tout le monde, excepté elle. Et sa crainte de l'eau ne s'était pas dissipée seule. Un bruit sourd résonna sur le pont, signe qu'ils allaient lâcher les amarres, signe que le bateau se mettrait en route sous peu, et une secousse accompagna le bruit, une secousse qui lui fit s'agripper à la main de Terrence. On va s'asseoir?, demanda-t-elle en ignorant son visage crispé.

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Kelly
me, myself & i
Terrence Kelly
MESSAGES : 794
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Blindness
COMPTES : Léo, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyLun 13 Jan 2020 - 9:03

Dans sa voiture, la main de Violet sur sa cuisse, Terrence s’imagina un instant rouler longtemps sans s’arrêter, sans savoir où ils allaient. Il fut pris d’une folle envie d’aventure, l’espace de quelques secondes, une envie qui ne lui ressemblait pas, lui qui n’avait jamais trop quitté Bowen de son plein gré. Pourtant ce serait si simple, lui qui vivait sans attaches, sans presque rien à lui mis à part une caravane miteuse et sa boutique de surf. Il vivait de peu de choses, Kelly, il n’était pas matérialiste pour un sou, il n’avait pas de grands besoins ni de grands rêves, il vivait au jour le jour. Alors pourquoi pas tout plaquer, le proposer à Violet et partir là où le vent les mènerait, loin de cette ville qui avait vu naître leur amour comme se déliter avec fracas. Il y songea un instant, rêveur en regardant la route, avant de penser à sa fille, à son magasin et à tout le reste. Il n’était pas attaché aux choses, Terrence, mais il avait son entourage ceux qui constituaient son monde et qui le rassuraient quelque part et il savait qu’il en avait besoin, s’il passait pour un loup solitaire, il le disait même volontiers, il avait besoin de quelques points de repère, d’encrage, pour se sentir lui. Alors il roula silencieusement jusqu’au port et s’arrêta là où ils avaient rendez-vous avec Violet. L’aventure pouvait encore attendre quelques heures, quelques jours, il n’était pas pressé, il n’était pas de ceux qui agissaient sur un coup de tête et il était très probable que cette envie délirante ne reste qu’un coup de sang et n’aboutisse à rien de plus. D’ailleurs comment tout plaquer avec cette jambe qui était encore en convalescence ? Il était incapable de se déplacer sans sa canne et il avait besoin de ses séances de kiné plusieurs fois par semaine. Il voyait le regard que la brune lançait furtivement sur lui, il sentait son inquiétude et son envie de l’aider. Mais c’était un long travail qu’il ne pouvait que faire seul, en se raisonnant, en faisait preuve de patience. Sauf que de la patience il n’en avait jamais eu, tant pour la guérison que pour tout le reste. Voilà pourquoi il en faisait surement trop, avec sa jambe et envers Violet, ce soir. Il avait organisé une soirée bien loin de leur confort habituel et il voyait bien, en montant dans le bateau, que son invitée n’était pas à son aise. Une fois seuls il tenta de la questionner, en vain, elle était au moins aussi têtue que lui. Au moment où le navire se mettait en branle, une secousse se fit ressentir, Terrence apprécia cette sensation, mais la façon dont Cox s’agrippa à sa main lui montra qu’elle n’était pas aussi sereine que lui. Et d’un coup, lorsqu’il réalisa qu’ils étaient sur l’eau, sans aucun moyen de contrôler la situation, il réalisa qu’elle était effrayée, pas de se retrouver en tête à tête avec lui, ni même par cette soiré atypique, mais bien par cet élément qui les avait autrefois rapproché. Elle était toujours tétanisée à la vue de la mer et du danger qu’elle représentait. Il l’attrapa doucement par ses épaules en passant un bras protecteur autour d’elles. Oui, on y va. Et ensemble ils rejoignirent la table qu’on leur indiqua, quand Kelly réalisa qu’elle avait vue plongeante sur la mer il demanda à changer et le serveur, perplexe de recevoir une telle demande, leur attribua alors une table au centre de la pièce. Je suis désolé, je n’ai pas pensé une seule seconde… c’était une mauvaise idée. Une fois assis il attrapa la main de l’américaine au creux de la sienne. Ta peur de l’eau n’est toujours pas passée, n’est-ce pas ? Puis il la regarda droit dans les yeux avec beaucoup de douceur et une pointe d’inquiétude. Comment tu vas mon amour ? Cette question était simple, bête même, mais il ne la lui avait jamais vraiment posé, pas comme ça, alors qu’elle n’avait eu de cesse de s’inquiéter pour lui depuis des semaines.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Violet Cox
me, myself & i
Violet Cox
MESSAGES : 4820
ICI DEPUIS : 05/04/2018
CRÉDITS : (c) mckenzistuff
COMPTES : blanche + bella + brooke + beth
STATUT : la violence ♥ terrence
grand kangou
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyLun 13 Jan 2020 - 23:05

Le goût de l'aventure, Violet ne l'avait jamais perdu. Si avec les années elle avait découvert plus de stabilité, il lui faudrait un seul mot de Terrence, un seul accord et elle partirait à la découverte avec lui pour retrouver une légèreté permanente, pour rebâtir loin des yeux qui les avait vu se connaître et se déchirer en si peu de temps. Si seulement ça leur était possible. Mais ce n'était pas dans les possibilités envisageables, pas avec la condition qui suivait toujours l'ancien militaire, pas avec cette jambe qu'il malmenait déjà à Bowen et qu'il tuerait s'ils s'en éloignaient pour trop longtemps. Pas sans Hope et la magie qu'il faisait, chaque fois que Terrence en avait besoin. Violet n'en prendrait pas le risque, à défaut de taire ses envies à elle, à défaut de taire ses besoins, elle le ferait passer au-delà de tout. Comme chaque fois. Parce qu'elle était ainsi, Violet. Elle s'occupait des autres, elle donnait son corps, son âme, pour ceux qu'elle aimait, à défaut de s'oublier. C'était bien ce qui lui était arrivé, au travers des semaines, des mois, elle s'était oublié, enfouissant ses peurs et ses besoins qui n'avaient pas été comblés pour donner à tous ceux qui faisaient partie de son entourage un peu de soutien, un peu d'écoute, un peu de sa présence. Et ces peurs refoulées, ces besoins cachés, finissaient par faire fit de sa grande générosité, semblaient vouloir remonter au mauvais moment pour ajouter de l'ombrage sur leur soirée qui se voulait romantiquement parfaite. Violet n'arriverait pas à mentir longtemps à Terrence alors qu'il s'inquiétait déjà de l'état songeur de sa compagne, celle qui lui mentionna aller, pour éviter de l'inquiéter davantage et de gâcher leur moment. Ils s'engagèrent sur le pont, avant que le bateau ne quitte le port, là où ils avaient une vue superbe sur l'océan qui, autrefois, les avait rapprochés. Tous les amoureux de la mer auraient apprécié la vue, l'emplacement, l'attention. Et si Violet aurait pu être charmée, c'était plutôt la peur qui contrôlait ses émotions ce soir, la peur qui la figeait sur place. Une secousse se fit ressentir, alors qu'on larguait les amarres et que, doucement, le bateau se mit à voguer sur l'océan, Violet attrapa, par réflex, la main de Terrence, serra ses jointures, non pas une étreinte romantique, mais bien une démonstration de son mal être. Elle choisit pourtant d'ignorer son comportement, de proposer à son amant de retrouver leur table. Quand ils arrivèrent dans la salle à dîner du bateau, le serveur les accompagna à la table que Kelly avait réservée, une somptueuse vue, à nouveau, sur la mer et le soleil qui était presque totalement couché, qui peignait le ciel d'un rose orangé aux allures de fresques, de photographie sortie tout droit d'un magasine de tourisme. C'était époustouflant. Et, surtout, triste que la simple vision de la mer qui claquait contre la coque du bateau soit l'ennemie de celle qui en était pourtant si amoureuse. Terrence sembla voir clair dans le visage de sa compagne, demanda au serveur de leur attribué une nouvelle table. Ils se seraient tous tués pour cette place qui donnait un spectacle magnifique à une soirée romantique. Et, pourtant, il avait compris. Il avait compris que ce n'était pas la vue, mais l'élément le problème. Kelly et Cox prirent place à leur nouvelle table, bien plus ordinaire, entourée de toutes ces autres, au centre de la salle. La main de l'homme chercha celle de Violet, la serra avec douceur alors qu'elle secouait la tête. Non, t'aurais pas dû changer les plans, s'empressa-t-elle de répondre, refusant que sa peur l'affecte au point de gâcher la soirée qu'il leur avait organisée. Mais il renchérit, mit des mots sur ce qu'elle ressentait. Les yeux verts de la commerçante trouvèrent refuge sur ses genoux, fuyants, presque honteux alors que Terrence lui, soutenait son regard. Elle ne vit pas d'autre choix que de relever les yeux vers lui, l'océan de ses pupilles qui la calma un brin alors qu'elle secouait la tête à sa question. Non, cette peur n'était pas passée. Elle n'avait pas pris le temps de la vaincre, comme il se devait. Elle aurait dû replonger, après l'accident. Mais elle ne l'avait pas fait, mis à part cette fois où il l'avait amené à le faire. À vaincre sa propre peur lui aussi. Mais ce n'avait pas été suffisant. Il aurait fallu plus. Plus de visite à la mer, plus de temps pour apprivoiser à nouveau les profondeurs de l'eau et le danger qui, au fond, n'en était pas un forcément. Il lui aurait fallu du temps. Mais ce temps, elle l'avait offert aux autres. Et elle s'était oubliée. Elle s'était négligée. Maintenant, elle n'était plus rien qu'un tas de craintes qui ne servaient à rien. Je suis épuisée, finit-elle par lui confier avec plus de sincérité cette fois. Elle était fatiguée et totalement fragile, un cocktail d'émotions qui menaçait de la faire craquer à tout moment. Elle avait tellement de peur et d'inquiétude au fond d'elle, pour lui, pour les autres, qu'elle en était totalement épuisée. Ses cernes paraissaient toujours un peu sous le correcteur qu'elle avait pourtant appliqué avait de quitter la maison, ses yeux ne trompaient pas, ne camouflaient pas la fatigue accumulée. Peut-être qu'au fond elle avait besoin de temps, pour elle, pour se retrouver. Peut-être qu'elle devait rendre visite à sa soeur, s'évader, prendre des vacances, bien que ça ne lui ressemblait pas. Mais ce n'est rien, vraiment, lui assura-t-elle, dessinant sur ses lèvres un doux sourire qui se voulait rassurant. Parce qu'elle était plus douée dans l'écoute des autres, Cox, que dans le partage de ses propres besoins. Et ce soir, il n'y a rien de plus que je veux que d'être avec toi. Ses doigts refermèrent l'emprise qu'ils avaient sur la main de son amant, pression chaleureuse qui confirmait les paroles qu'elle venait de lui livrer. Rien ne valait une nuit à ses côtés et un Terrence mielleux qui la couvrait de mon amour mélodique

__________________________

when i'm all choked up but i can't find the words. every time we say goodbye baby, it hurts. when the sun goes down and the band won't play, i'll always remember us this way. when you look at me and the whole world fades, i'll always remember us this way

Revenir en haut Aller en bas
Terrence Kelly
me, myself & i
Terrence Kelly
MESSAGES : 794
ICI DEPUIS : 10/04/2018
CRÉDITS : ©Blindness
COMPTES : Léo, Samuel & Charlize
STATUT : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) EmptyMar 21 Jan 2020 - 10:28

Si Violet était du genre généreux, si elle s’oubliait volontiers au profit des autres, elle ne devait pas penser que Terrence la surveillait, elle ne s’en rendait pas compte. Il était discret, il ne disait rien, mais il veillait sur elle. Sans la brusquer ou sans en faire trop, il était là, il assurait ses arrières. Il le lui avait montré lorsqu’il avait tenté d’organiser sa remise à l’eau quelques semaines après sa noyade, doucement, avec précautions et patience, il avait tenté de lui montrer que la mer n’était pas son ennemi. Elle avait ses caprices, c’était un élément naturel, insaisissable, indomptable, elle pouvait être violente et tempétueuse, comme l’était son amant d’ailleurs, mais si on savait l’écouter, l’observer, alors elle pouvait être son amie. Elle l’avait déjà été, sa meilleure alliée, son élément favori, avant la noyade, elle pouvait le redevenir, Terrence en était persuadé. Mais il n’avait pas pensé qu’il faudrait encore du temps pour panser ses blessures et apaiser ses craintes, Cox n’était pas encore guérie et ce soir il la confrontait à nouveau à sa plus grande peur. Mais il était là pour la soutenir et il le serait toujours, maintenant qu’il était bien décider à être un acteur de sa vie, il l’avait déjà perdu une fois, il comptait bien rester à présent qu’une nouvelle chance lui était donnée. Et comme elle s’était occupée de lui durant son séjour à l’hôpital, il allait s’occuper d’elle maintenant, non pas pour lui rendre l’appareil, pas parce qu’il se sentait redevable, mais parce qu’il savait qu’à force de faire passer les besoins des autres avant les siens, Violet s’enfonçait petit à petit, elle perdait sa lumière, cette aura qui la rendait si étincelante aux yeux des autres et à ceux de celui qui l’aimait. Ils se complétait depuis tout ce temps, il était l’ombre, elle était la lumière et la plus grosse crainte du surfeur avait été de la faire pénétrer dans les ténèbres avec lui à force de se fréquenter, peut-être que c’était le cas, peut-être qu’à force de trop tirer sur la corde des secrets, des non-dits, tout en sachant qu’elle était bien trop amoureuse de lui pour reculer, il l’avait entraîné dans sa noirceur et c’était bien trop pénible à admettre. Alors avant qu’il ne soit trop tard, il allait agir, il allait donner toute son énergie pour retrouver la Violet qu’il avait connu, la battante, la têtue, la casse-couille. Pour elle, pour eux et pour tous ces autres qui l’aimaient pétillante et pleine de vie. Et s’il fallait commencer par changer de table pour ne plus avoir la vue avec ces vagues qui lui faisaient si peur à présent, c’était presque trop simple. Terrence remarqua qu’elle faisait grise mine, comme si elle se reprochait déjà de gâcher tous les plans de son compagnon, mais il ne s’attarda pas sur ce détail. La main de la brune qui chercha la sienne, cette chaleur retrouvée dans cette chaste étreinte et le visage de Kelly qui s’illuminait. C’était con mais il était amoureux de cette femme et elle lui avait manqué durant les quelques mois de leur brouille. Il donnerait tout pour revivre les débuts enflammés, les nuits d’amour à n’en plus finir, les baisers brûlants, volés entre les étagères de leurs magasins. Pourtant ils avaient trop vécu pour savoir que ça ne pouvait pas durer et à présent ils se retrouvaient à la table d’un restaurant trop chic pour lui, trop guindé pour eux, juste parce qu’il avait promis de la faire succomber de façon romantique. Je n’ai pas changé grand-chose, on a juste une nouvelle table. Après si tu n’aimes pas le dîner ça ne sera plus de mon ressort. Il tentait de minimiser ce qui venait de se passer, elle était mal à l’aise, autant ne pas en rajouter. Il finit par la questionner, doucement sans la brusquer, pour l’amener à se confier un peu, à se délester un peu de cette peine qui semblait peser lourd sur ses épaules. Terrence n’était pas doué pour s’épancher, elle le lui avait souvent reproché, mais il savait écouter, il n’était peut-être pas le meilleur pour conseiller non plus mais il avait au moins le mérite d’essayer. Depuis qu’il avait retrouvé sa fille, il faisait des efforts de ce côté-là, pour se montrer exemplaire, pour être l’oreille attentive à ses peurs de jeune femme et pour la guider quand elle en avait besoin. Le mystère féminin restait entier pour lui mais il avait au moins le mérite d’essayer. Violet n’aidait pas vraiment ce soir, elle n’était visiblement pas prête à s’ouvrir à lui, Kelly était un peu déçu, parce que s’ils voulaient vraiment repartir sur de bonnes bases il fallait qu’ils apprennent à se parler, elle le lui avait déjà dit tellement de fois mais elle-même n’écoutait pas ses propres conseils. Il ne dit rien, la laissa parler, égrainer ses quelques phrases qui n’en disaient pas bien long. Ce soir peut-être, mais il faudra un jour que tu me parles. C’est bien beau de me faire la morale, Violet, mais si je sais que je peux avoir confiance en toi, j’espère que tu sais que c’est réciproque. Il soupira doucement, il était tellement mauvais pour ça et avec son manque de tact il était capable de tout gâcher. Je n’ai pas toujours été le meilleur pour soutenir les autres et je sais que je t’ai déçue plus d’une fois. Mais il faut que tu me parles mon amour. Si on veut que ça marche il faut qu’on fasse des concessions tous les deux. Ses mots d’amour n’étaient pas juste là pour faire beau ou pour la faire fondre ou même pour lui apporter du réconfort, ils simplement étaient la preuve qu’il tenait à elle. Le serveur arriva avec deux coupes de champagne et des vérines. Il déposa le tout sur la table en énonçant le nom et ce qui composait cette première mise en bouche avec un sérieux qui aurait presque donné à Terrence l’envie de pouffer de rire. Une fois qu’il fut parti le barbu leva son verre pour trinquer avec sa cavalière. A nous. Tout simplement, eux, à leur passé et à tout l’avenir qui s’offrait à eux, mais il n’était pas doué pour les discours alors il s’arrêta là, c’était déjà beaucoup.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: second chance (violence)   second chance (violence) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
second chance (violence)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: eastern district :: bateau-resto-
Sauter vers: