AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce jeudi 31 octobre à 18h, venez embarquer dans un merveilleux bateau de croisière pour une soirée inoubliable ! Une soirée qui s'annonce amusante, frissonnante et même ... terrifiiaaante ! » rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.

Partagez
 

 set fire to the rain (brookson)

Aller en bas 
AuteurMessage
Brooke Oxley
me, myself & i
Brooke Oxley
MESSAGES : 3843
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) sarasvati
COMPTES : violet + blanche + bella + beth
STATUT : espère toujours, mais n'y arrive plus
grand kangou
MessageSujet: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyMer 11 Déc 2019 - 3:55

Le ruban rouge se déploie au centre de la scène dont le bois craque lorsque tes pas y montent, tes pieds nus qui caresses les lattes du plateau avant de s'immobiliser au centre du tissu que tu empoignes avec fermeté, la tête qui monte vers le plafond, yeux fermés, fixe jusqu'à ce que la musique se mette en marche, trame de Adele qui commence lentement au piano. Tu te hisses au sommet des rubans, avant que l'artiste se mette à chanter les premières notes. I let it fall, tu écartes les jambes dans un grand-écart suspendu, tes poignets qui engendre le mouvement circulaire du tissu pour te faire tournoyer. My heart, le balancement s'accélère, rapide comme une toupie. Trame sonore qui cogne, pléonasme à ta vie privée vibrant sous les thèmes de libération et de renouveau alors que le monde amoureux s'effondre, rupture qui semble plus facile quand la colère parle plutôt que la tristesse, l'envie de mettre le feu à ses larmes, l'envie de mettre le feu à sa vie, laisser brûler son entièreté jusqu'à en libérer la peine, jusqu'à ce que les blessures cessent. Chaque mot résonne dans ta tête, des images des tranchants te reviennent, la violence qui n'était pas douce et les émotions s'en mêlent. But I set, tête vers le bas, tu t'enroules le corps dans le tissu, tes jambes qui viennent à nouveau former un grand écart inverser, à l'aube du suicide. Fire to the rain, tu te laisses tomber en chute libre, au même titre que ton coeur qui ne sait plus battre, à quelques centimètres du sol, tu t'arrêtes, juste avant de t'écraser, juste avant de le frapper, sourire sur ton visage, la peur derrière, confiance qui se lit dans tous tes mouvements précis et vifs. Mais ton coeur saigne. Il pleure. Et t'as plus envie de l'entendre. T'as plus envie de ressentir la douleur. La musique se termine, tes pieds touchent le sol, tu marches autour des rubans que tu tiens joints dans tes mains, tes hanches qui ondulent lentement au rythme de tes pas qui suivent la mélodie du piano jusqu'à t'arrêter au centre des deux morceaux rouge, au même point de départ que ton entrée fracassante, lèves la tête vers le ciel, la musique cesse, tu respires, souris, sans regarder le public et les lumières se ferment alors que l'on applaudit. Tu sors de scène, tes collègues sont là, tous sauf un. C'est ton soir de tissu, pas celui au couteau. Et, normalement, il est là. Il t'attend, même s'il ne performe pas. Il regarde, il applaudit. Il apporte des fleurs, parfois, des pivoines blanches, tes préférés. D'autres fois il te regard avec du feu dans les yeux et de l'envie dans le sourire, il t'amène dans ta loge, il retire les paillettes de ton corps, le lycra de tes habits de scène, sans gêne, il te fait l'amour ici et à la maison. Mais pas ce soir. Ce soir, il n'est pas là. Il est ailleurs. Avec qui, qui sait. Personne. Même pas toi. Avec une blonde, une brune. Mais certainement pas une rousse, ça lui rappellerait certainement toi. Tu souris à cette pensée, le roux qui lui fera toujours regretter ses excès. Si, seulement, excès il y a eu. Ça, t'en as pas la certitude assurée. Mais quand il a prononcé le nom d'Effy dans votre dispute, tu t'es bien douté qu'il allait en profiter. Tu passes au travers de la foule, récupères un verre au bar, le plus fort que tu as, que tu attrapes de ta main libre, l'autre tiens une clope avec l'urgence de retrouver la ruelle derrière le cabaret pour t'en enivrer. Appuyée sur le mur de brique, le vent de la nuit qui se lève et qui fait vibrer tes mèches rousses un peu folles au pourtour de ton visage, celles qui l'encadre aussi bien que tes taches de rousseur, tu poses le verre sur le rebord de la fenêtre de l'immeuble voisin qui te sert de table d'appoint, pour le coup, et tu allumes ta cigarette, nuage de fumée qui part en voile charbon au-dessus de ta tête. Long souffle qui expulse la rétention de la fumée secondaire de tes poumons, la tête qui s'accote à présent contre le mur rougeâtre, tu fermes les yeux, la solitude qui pèse, les jours sans lui qui te rendent folle, le mal de vivre. Ce soir, comme tous les autres soirs depuis une semaine, tu finiras sans doute complètement ivre, saoule à ne plus être capable de marcher. Et si tu te réveilles dans ton lit, ce sera un miracle. Sans quoi, t'espères juste pas être en mesure d'ouvrir les yeux demain, après, peut-être, avoir fait une ou deux seringues d'héroïne.

__________________________

IT WAS ONLY JUST A DREAM
i was thinking about you, thinking about me, thinking about us, what we gonna be?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Jackson Lewis-Reyes
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: c'est un piètre conducteur, il a été recalé quatre fois lors de ses examens de conduite mais à la cinquième tentative, grâce à des circonstances miraculeuses, il a enfin réussi à obtenir son permis ; il n'en demeure pas moins qu'il est un danger sur la route ‹ il n'a pas bu d'alcool depuis des années, sa forme physique étant centrale pour sa carrière d'acrobate ‹ c'est un véritable cat lover, il n'en a actuellement que deux, Pebble et Apricat, mais il en accueillerait bien plus s'il le pouvait, malheureusement la vie sur la route ne lui permettait jusqu'alors pas d'avoir plus que ces deux compagnons ‹ s'il est un acrobate hors-pair, certaines autres disciplines du cirque lui échappent totalement ; par exemple, il est tout simplement incapable de jongler ‹ il adore jouer aux mannequins et si vous avez le malheur de vous trouver avec lui dans un bel endroit, il vous demandera certainement de prendre des photos de lui - et il ne sera satisfait qu'au bout d'une vingtaine de minutes et d'une centaine de clichés ‹ ayant rejoint le monde du cirque à ses quinze ans, il n'a pas le souvenir de quoi que ce soit d'autre que la vie sur la route, ce qui occasionne chez lui quelques difficultés d'attachement ‹ il a beaucoup de mal à gérer son budget, il dépense beaucoup trop et mène un mode de vie au-dessus de ses moyens ‹ il déteste lire, sauf pour ce qui est des bandes-dessinées ; il en avait d'ailleurs une collection lorsqu'il était jeune, mais il l'a laissée chez ses parents ‹ il est arrivé à Bowen avec ses chats et une seule boîte contenant sa vie, soit quelques souvenirs sentimentaux ‹ il a des accès de colère, il a du mal à gérer cette violence qui se crée parfois en lui et qu'il extériorise avec brutalité par moments, même contre ceux qu'il aime ‹ il est obsessif-compulsif dès qu'il est question de propreté, si quelque chose traîne il le ramassera même si ce n'est pas à lui ‹ il rêve secrètement de fonder son propre cirque mais il sait que c'est de la folie relevant de l'impossible
Jackson Lewis-Reyes
MESSAGES : 1935
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : all souls (a) & signature par bat'phanie
COMPTES : woody & isaiah & concho & maliyan & elmo
STATUT : who's gonna save me tonight ?
adm h
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyJeu 19 Déc 2019 - 1:59

T’avais pas remis les pieds ici depuis la dernière fois avec Brooke, cette fois où elle t’avait brisé le cœur, en quelque sorte. Ton cœur d’artiste qui ne la réclamait qu’elle. Ton cœur fragile qui l’avait cherchée, qui l’avait attendue, et qui l’avait maintenant perdue. Le Delirium, t’avait un peu l’impression que c’était cet endroit maudit qui te l’avait volée, ta belle et sauvage Brooke. Le Delirium était la source de ta jalousie. Parce que c’était entre ses murs que la rouquine avait trouvé l’amour, trouvé une nouvelle passion, trouvé une nouvelle vie. C’était entre ses murs qu’elle avait tourné la page sur le chapitre de sa vie qui renfermait ta personne. Elle ne t’oubliait pas, mais elle te laissait derrière, elle te l’avait bien fait comprendre ce soir-là. T’avais donc fait une croix sur cette proposition que Brooke t’avait faite, de revenir tournoyer sur cette scène, mais sans elle. Seul. Seul là-haut, où t’avais toujours eu la jeune femme à l’autre bout du ruban. Seul sous le spotlight, alors que tu l’avais toujours partagé avec elle. Non. Encore moins ici, encore moins en sachant qu’elle te regardait performer, cachée dans les coulisses, alors que sa place était avec toi dans la lumière caressant le tissu. Tu ne comptais plus revenir au Delirium, jusqu’à ce que tu entendes entre les branches que Brooke délaissait son rôle d’assistance pour renouer avec les airs. T’avais vécu des émotions contraires, une confusion interne qui t’avait poussée à te rendre au cabaret ce soir, soir de spectacle, afin de voir de tes propres yeux les rubans s’enrouler autour des bras et des jambes de cette flamme humaine. Tu t’étais assis dans le noir, reculé, même si t’aurais pu te mettre n’importe où que tu savais que Brooke ne t’aurait pas vu. Parce que lorsque vous étiez là-haut, plus rien n’existait. T’avais senti ton cœur se serrer dès les premières notes de piano, dès les premiers mouvements de balance. T’étais partagé entre la déception que Brooke t’ait à ce point mis à l’écart et le bonheur de la revoir dans son art à nouveau. Tu la regardas danser dans le ciel, flottant comme un ange des ténèbres. Les larmes te montèrent aux yeux, certaines s’échappèrent, d’autres furent rapidement essuyées alors que les lumières s’éteignaient complètement, à la fin du numéro. Avec ou sans toi, Brooke était parfaite. Avec ou sans toi, elle brillait de mille feux. Elle n’avait pas besoin de toi, Jackson. Pourtant, quand Brooke passa à quelques mètres de toi pour s’offrir un verre de fort, repartant tout aussi vite vers la sortie arrière, tu te décidas à la suivre. Tu avalas d’un trait le verre qui était resté dans ta main, intouché, tout au long du numéro. Tu la suivis, laissant volontiers la distance s’installer entre vos pas, parce que malgré que tu gardes le cap, ton cœur et ta tête n’étaient pas encore en accord sur la destination. Tu ne savais pas ce que tu cherchais. Tu lui en voulais, à Brooke, mais tu ne pouvais pas ressentir ces émotions négatives trop longtemps envers elle. Tu poussas la lourde porte de la ruelle et elle tourna la tête vers toi, celui qui rompait son moment de solitude. « You were great up there. » Lâchas-tu. « On dirait presque que t’attendais juste le parfait moment pour t’y relancer seule. » T’avais mal, t’étais blessé. Tu percevais ce numéro comme une flèche décochée vers ton cœur. La cible avait été atteinte en plein dans le mille.

__________________________

and we will be catching stars
I've been seeing stars falling down your head and I've been seeing lights shining down our lives. ▬ are we ever going to find a place to hide from our lies? I've been catching stars right above your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Brooke Oxley
me, myself & i
Brooke Oxley
MESSAGES : 3843
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) sarasvati
COMPTES : violet + blanche + bella + beth
STATUT : espère toujours, mais n'y arrive plus
grand kangou
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyVen 20 Déc 2019 - 17:46

Dans le brouhaha de ton coeur qui bat trop vite et de ta tête qui est trop floue, t'as rien vu dans la salle. Tout ce que tu as vu, c'est qu'il n'y était pas, lui. Sacha. Et plus tu y penses, plus ça te sonne comme une évidence qu'il n'y soit pas. T'es dure à suivre, complètement détraquée. Une part de toi aurait aimé qu'il soit là, se sent trahie qu'il t'oublie réellement. Une autre le maudit, remercie le ciel de ne pas l'avoir mis sur ton chemin aujourd'hui sans quoi il aurait fait face à ta colère qui gronde, à ce monstre qui nait dans ton bas ventre quand tu penses à ce qu'il a pu faire, avec qui il a passé la dernière nuit. T'as rien vu. Rien entendu. On aurait pu crier ton nom, que tu aurais été sourde. T'étais en manque. En manque d'alcool. En manque de nicotine. En manque de drogue. Ton sevrage a été bien trop long. T'es sortie, tu t'es ruée vers la sortie de secours, verre en main, cigarette dans l'autre. De l'air, de l'air frais. De l'air qui rentre dans tes poumons avant de laisser la fumée prendre sa place. Tu respires presque mal, presque étouffée par ma colère et la rage qui s'anime. T'es trahie, t'es souillée, t'es anéantie. Et t'as plus envie de vivre. Tête reposée contre le mur de brique, yeux fermés, pieds nus sur le sol de la ruelle, tu respires, expirant l'air de ta clope au-dessus de ta tête. La porte de métal s'ouvre, tu l'entends grincer, mais tu n'ouvres pas les yeux. C'est le calme, la paix, le silence. Et une voix vient percer tout ça. Tu ouvres les yeux, regard vide, tu le vois, lui. Jackson. Compliment qui ne te sonne pas complètement sincère. Tu hoches la tête, prends une nouvelle bouffée de cigarette alors qu'il lance sa flèche, tu grimaces. J't’ai demandé de te joindre à nous, c'est toi qui a refusé, souffles-tu en même temps de pousser la fumée secondaire, juste avant de reprendre possession de ta liqueur. Si t'avais accepté, t'aurais été avec moi ce soir, là-haut. Mais il avait refusé. Il avait préféré trouver autre chose, voir rien trouver, plutôt que de partager cette scène à moitié avec toi. Tu lui tends ton paquet de clopes, la noirceur de la ruelle cache les marques sur tes bras, celles que tu as laissé s'installer sur ta peau, les soirs où les aiguilles avaient du mal à se percer un chemin vers tes veines. T'es beau, Jacks, lâches-tu avec un faible sourire, incapable d'entretenir de la haine envers lui plus longtemps. Même quand tu m'en veux, t'es beau. Roulette russe, tu sais plus trop ce que tu fais. Tout ce que tu sais, c'est qu'il est beau. Qu'il est là, lui. Qu'il ne t'a jamais abandonné. Et que malgré sa peine, malgré sa colère, il trouve le courage de venir te parler, de dire avec des mots ce qui lui déplaît, lui. Pas comme certains.

__________________________

IT WAS ONLY JUST A DREAM
i was thinking about you, thinking about me, thinking about us, what we gonna be?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Jackson Lewis-Reyes
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: c'est un piètre conducteur, il a été recalé quatre fois lors de ses examens de conduite mais à la cinquième tentative, grâce à des circonstances miraculeuses, il a enfin réussi à obtenir son permis ; il n'en demeure pas moins qu'il est un danger sur la route ‹ il n'a pas bu d'alcool depuis des années, sa forme physique étant centrale pour sa carrière d'acrobate ‹ c'est un véritable cat lover, il n'en a actuellement que deux, Pebble et Apricat, mais il en accueillerait bien plus s'il le pouvait, malheureusement la vie sur la route ne lui permettait jusqu'alors pas d'avoir plus que ces deux compagnons ‹ s'il est un acrobate hors-pair, certaines autres disciplines du cirque lui échappent totalement ; par exemple, il est tout simplement incapable de jongler ‹ il adore jouer aux mannequins et si vous avez le malheur de vous trouver avec lui dans un bel endroit, il vous demandera certainement de prendre des photos de lui - et il ne sera satisfait qu'au bout d'une vingtaine de minutes et d'une centaine de clichés ‹ ayant rejoint le monde du cirque à ses quinze ans, il n'a pas le souvenir de quoi que ce soit d'autre que la vie sur la route, ce qui occasionne chez lui quelques difficultés d'attachement ‹ il a beaucoup de mal à gérer son budget, il dépense beaucoup trop et mène un mode de vie au-dessus de ses moyens ‹ il déteste lire, sauf pour ce qui est des bandes-dessinées ; il en avait d'ailleurs une collection lorsqu'il était jeune, mais il l'a laissée chez ses parents ‹ il est arrivé à Bowen avec ses chats et une seule boîte contenant sa vie, soit quelques souvenirs sentimentaux ‹ il a des accès de colère, il a du mal à gérer cette violence qui se crée parfois en lui et qu'il extériorise avec brutalité par moments, même contre ceux qu'il aime ‹ il est obsessif-compulsif dès qu'il est question de propreté, si quelque chose traîne il le ramassera même si ce n'est pas à lui ‹ il rêve secrètement de fonder son propre cirque mais il sait que c'est de la folie relevant de l'impossible
Jackson Lewis-Reyes
MESSAGES : 1935
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : all souls (a) & signature par bat'phanie
COMPTES : woody & isaiah & concho & maliyan & elmo
STATUT : who's gonna save me tonight ?
adm h
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyVen 20 Déc 2019 - 21:25

T’en revenais pas qu’elle te dise ça. Qu’elle ose mettre la faute sur toi. Tu écarquillas les yeux, de manière peut-être un peu exagérée, pour bien lui faire comprendre à quel point tu trouvais ça hallucinant, ce qu’elle te reprochait. Elle assena le coup de grâce en disant que si t’avais accepté, t’aurais été avec elle ce soir, là-haut. Vous auriez été beaux, certes. Et tu n’aurais jamais refusé ça, si ça avait été la réelle proposition. Mais la réalité avait été toute autre, quelques mois plus tôt. Tu t’étais frappé à une femme tellement amoureuse qu’elle en avait oublié qui elle était. Qu’est-ce qui avait changé ? Tu l’ignorais encore. « J’ai refusé parce qu’il n’a jamais été question qu’on remonte tous les deux là-haut, ensemble. Tu t’fous de ma gueule, Brooke, là ? Tu m’as dit que t’avais tourné la page, que t’étais passée à autre chose, que maintenant t’étais assistante de l’autre type, là. Tu m’as proposé d’me joindre à vous, ouais, … en solo. » Tu secouas la tête de gauche à droite. Si tu avais pu partager cette scène à moitié avec elle, tu l’aurais fait sans hésiter, à cent milles à l’heure. Parce que c’était tout ce que tu connaissais, et c’était tout ce que t’avais voulu retrouver en te pointant ici à Bowen. C’était pour elle que t’étais venu. Et elle t’avait refermé la porte tout aussi vite. Qu’elle te dise ça ce soir, ça te mettait dans une colère monstre. Avait-elle déjà oublié tout ça ? « Y’avait rien que je voulais plus au monde que de reprendre les numéros avec toi. Mais tu m’as bien fait comprendre, quand j’suis arrivé, que j’étais venu pour rien. Alors j’me suis trouvé d’autres raisons d’être venu. But that’s on you. » Brooke planta son regard dans le tien, et tu le soutins de tes yeux qui lui en voulaient tellement. De tout ton cœur, tu lui en voulais. Hier et aujourd’hui. Elle te tendit son paquet de clopes, tu secouas la tête. « Non merci. » Tu n’avais jamais fumé et tu ne commencerais pas, surtout pas sous l’effet de l’agacement. Brooke te lâcha alors que t’étais beau, même quand tu lui en voulais, t’étais beau. Son sourire te désarçonna. Tu laissas le compliment en suspens, jusqu’à ce que tu passes carrément par-dessus. Pas parce que t’étais pas flatté, pas parce que t’aimais pas, mais parce que tu ne comprenais pas. « Pourquoi t’étais là-haut, d’ailleurs, Brooke ? Pourquoi t’étais pas la cible des couteaux, un autre soir de plus ? » T’ignorais ce qui s’était passé entre Sacha et elle, et même si tu voulais tellement avoir l’air de t’en foutre, c’était pas le cas. Parce que si elle était blessée, si elle avait mal, tu t’en ferais toujours pour elle.

__________________________

and we will be catching stars
I've been seeing stars falling down your head and I've been seeing lights shining down our lives. ▬ are we ever going to find a place to hide from our lies? I've been catching stars right above your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Brooke Oxley
me, myself & i
Brooke Oxley
MESSAGES : 3843
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) sarasvati
COMPTES : violet + blanche + bella + beth
STATUT : espère toujours, mais n'y arrive plus
grand kangou
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyVen 20 Déc 2019 - 22:20

Tu l'écoutes parler, la confusion dans les yeux. Toi, tu laisses les tiens rouler vers le ciel et ajoutes un long soupir lourd de sens. Ouais, t'avais dit que t'avais tourné la page. Ouais, t'avais dit que tu ne remonterais jamais sur scène au ruban, que c'était terminé pour toi. Mais, entre-temps, les choses avaient changé. Revoir Jackson, ça t'avait chamboulée, c'était venu secouer en toit toutes tes convictions : il manquait quelque chose à ta vie. Et, les semaines suivantes, après avoir revu le fantôme de ta vie, celui pour qui tu dansais dans les airs avant de débarquer pour Bowen, dans l'espoir de retrouver un semblant de vie, t'avais cessé de penser à lui. À lui et à votre conversation. Et, même si ça te tuait de l'avouer, il avait eu raison : le ruban, c'était ta vie. Ta seule et unique vie. Sacha avait été d'accord pour te laisser monter sur scène, seule, te produire sur les tissus de satin, les laisser s'enrouler à ton corps. Et si Jackson t'en voulait pour ça? T'as pas pensé à le lui dire. Un nouveau soupir s'échappe de tes lèvres, cette fois plus anéanties. Tu gâches tout. Avec Sacha, avec Jackson. Ici, ailleurs. T'es qu'une bonne à rien. Mais tu réponds pas. Tu le laisses te déverser sa rage, sa colère. Et tu l'écoutes. Tu pinces les lèvres, tu laisses ses mots heurter ton coeur. Et à l'intérieur, tu pleures. Mais, de l'extérieur, ton visage est de marbre, ton regard n'est qu'à peine brillant. Parce que laisser tes émotions paraître, c'est montrer ta faiblesse. Et de la pitié, t'en veux pas. T'as mal compris, lâches-tu pour justifier tes dernières paroles. Je t'ai effectivement proposé de te joindre à nous en solo, t'as raison. Ce que j'veux dire, c'est que ce soir, on aurait pu être ensemble, là-haut, si tu t'étais joint à nous. Et peut-être d'autres soirs, qui sait. Tu hausses les épaules, continues de le regarder, lances un compliment pour le faire sourire, parce que tu as mal de le voir dans cet état, que tu ne supportes pas qu'il t'en veuille. Mais il l'ignore. Et ton coeur saigne toujours plus. J'ai recommencé le tissu depuis quelques temps déjà..., avoues-tu lorsqu'il te demande ce que tu fais là-haut. Quand j't'ai vu, ça'a été une évidence, ça me manquait. Puis, Sacha est... Les souvenirs font mal, tu fermes les yeux. Il allait pas bien, il a dû arrêter de travailler pendant un moment. J'suis paumé, Jacks, je pouvais pas attendre qu'il aille mieux, qu'on aille mieux.. Tu laisses planer les évènements des mois précédents, sa tentative de suicide, votre couple qui s'est froissé par ses conneries, ses explosions. J'ai fait un numéro vite fait, quelques soirs. Et, depuis, j'monte de temps à autre. Comme ce soir. Tu tires sur ta cigarette qui a réduit en taille, qui est devenue si petite qu'elle pourrait te brûler les doigts. Et pourtant, tu ne le ressentirais pas, qu'elle te brûle, parce que t'es sans vie, t'es morte, tu ne sens plus rien. Excepté la douleur poignante dans ton coeur qui cogne, qui cogne encore plus alors que Jackson t'en veut. Ça répondait partiellement à la question de ton ancien partenaire. Mais ça n'effaçait pas sa colère. J'aurais dû te le dire, conclus-tu en avouant tes tords. T'as toujours pas parlé de Sacha, de son absence. Et s'il le remet sur le sujet, t'auras qu'à lui répondre que t'en as plus rien à faire du lanceur de couteaux. Tu m'en veux toujours ?, demandes-tu en battant des cils dans l'espoir que sa haine disparaisse, un peu, beaucoup, indéfiniment.

__________________________

IT WAS ONLY JUST A DREAM
i was thinking about you, thinking about me, thinking about us, what we gonna be?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Jackson Lewis-Reyes
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: c'est un piètre conducteur, il a été recalé quatre fois lors de ses examens de conduite mais à la cinquième tentative, grâce à des circonstances miraculeuses, il a enfin réussi à obtenir son permis ; il n'en demeure pas moins qu'il est un danger sur la route ‹ il n'a pas bu d'alcool depuis des années, sa forme physique étant centrale pour sa carrière d'acrobate ‹ c'est un véritable cat lover, il n'en a actuellement que deux, Pebble et Apricat, mais il en accueillerait bien plus s'il le pouvait, malheureusement la vie sur la route ne lui permettait jusqu'alors pas d'avoir plus que ces deux compagnons ‹ s'il est un acrobate hors-pair, certaines autres disciplines du cirque lui échappent totalement ; par exemple, il est tout simplement incapable de jongler ‹ il adore jouer aux mannequins et si vous avez le malheur de vous trouver avec lui dans un bel endroit, il vous demandera certainement de prendre des photos de lui - et il ne sera satisfait qu'au bout d'une vingtaine de minutes et d'une centaine de clichés ‹ ayant rejoint le monde du cirque à ses quinze ans, il n'a pas le souvenir de quoi que ce soit d'autre que la vie sur la route, ce qui occasionne chez lui quelques difficultés d'attachement ‹ il a beaucoup de mal à gérer son budget, il dépense beaucoup trop et mène un mode de vie au-dessus de ses moyens ‹ il déteste lire, sauf pour ce qui est des bandes-dessinées ; il en avait d'ailleurs une collection lorsqu'il était jeune, mais il l'a laissée chez ses parents ‹ il est arrivé à Bowen avec ses chats et une seule boîte contenant sa vie, soit quelques souvenirs sentimentaux ‹ il a des accès de colère, il a du mal à gérer cette violence qui se crée parfois en lui et qu'il extériorise avec brutalité par moments, même contre ceux qu'il aime ‹ il est obsessif-compulsif dès qu'il est question de propreté, si quelque chose traîne il le ramassera même si ce n'est pas à lui ‹ il rêve secrètement de fonder son propre cirque mais il sait que c'est de la folie relevant de l'impossible
Jackson Lewis-Reyes
MESSAGES : 1935
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : all souls (a) & signature par bat'phanie
COMPTES : woody & isaiah & concho & maliyan & elmo
STATUT : who's gonna save me tonight ?
adm h
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptySam 28 Déc 2019 - 5:13

T’avais toujours détesté que Brooke roule les yeux en t’écoutant parler. Surtout quand c’était accompagné d’un long soupir comme celui qu’elle venait de lâcher, tu pouvais presque sentir l’agacement dans son souffle. D’autant plus que là, t’avais franchement l’impression que ta propre irritation était justifiée, que t’avais tous les droits d’être en colère contre elle, elle qui osait dire que t’aurais pu être là-haut avec elle, ce soir. Si seulement t’avais bien voulu les rejoindre au cabaret. Si seulement t’avais accepté sa proposition, proposition qui, à la base, l’excluait de ton retour sur scène. Et sans elle, tu ne t’étais jamais imaginé virevolter. Tout seul, tu perdais tes ailes. Brooke te dit alors que t’avais mal compris, mais au final ce qu’elle t’expliqua de plus sonnait exactement pareil à tes oreilles. C’était de la bullshit. « Non, j’avais très bien compris. J’ai refusé de me joindre à vous parce que j’avais pas envie d’être seul là-haut pendant qu’toi tu foutais n’importe quoi avec un autre. Tu m’avais clairement fait comprendre que tu ne voulais plus reprendre le tissu, alors comment j’devais deviner moi, qu’t’aurait un change of heart ? » Elle ne t’avait rien dit, elle ne t’avait jamais laissé savoir ni ses intentions, ni ses envies, ni ses derniers spectacles dans lesquels elle avait enfin retrouvé le rôle principal. Dans ta tête à toi, Brooke était encore figurante de sa propre vie et comme t’avais aucune envie de la voir comme ça, t’étais jamais retourné au Delirium. La rousse admit alors avoir recommencé le tissu depuis un moment, depuis qu’elle t’avait revu, en fait. La déception n’en fut que plus grande. « Ouais, t’aurais dû m’le dire. Si tu voulais tant que ça que j’y retourne avec toi, t’aurais dû me le dire. » Mais visiblement, Brooke avait préféré briller seule, sans toi. Ça te faisait mal parce que le tissu te manquait tellement. En ville, y’avait qu’au Delirium que t’aurais pu t’y remettre et ton orgueil t’avait empêché de le faire. De savoir que Brooke t’avait écarté de cette manière, ça te blessait. À sa question, donc, tu répondis : « Oui. » Bien sûr que tu lui en voulais. « Parce que t’as toujours été ma partenaire, j’aurais jamais pensé faire un numéro avec qui que ce soit d’autre que toi. Et là j’ai juste l’impression que … que pire encore que de préférer être avec ton lanceur de couteau, t’as préféré être seule. Alors que tu sais que ça me tue de ne plus pratiquer. » Tu haussas les épaules, las. « J’ai l’impression de plus avoir ma place dans ta vie. » Avouas-tu, à cœur ouvert.  

__________________________

and we will be catching stars
I've been seeing stars falling down your head and I've been seeing lights shining down our lives. ▬ are we ever going to find a place to hide from our lies? I've been catching stars right above your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Brooke Oxley
me, myself & i
Brooke Oxley
MESSAGES : 3843
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) sarasvati
COMPTES : violet + blanche + bella + beth
STATUT : espère toujours, mais n'y arrive plus
grand kangou
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyMar 31 Déc 2019 - 4:11

Tu le sais bien que Jackson déteste quand tu roules les yeux vers le ciel. Ça l'agace, ça l'irrite. Mais c'est plus fort que toi. C'est dans ta nature. Même si tu contrôles, ça se produit. Surtout là, quand t'essaies de lui faire comprendre un truc, mais qu'au fond tu te plantes. Tu te plantes parce que tu sais même pas toi-même ce que tu tentes de lui faire comprendre. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il avait raison, comment il aurait pu deviner que t'aurais changé d'avis? Tu te souviens de tes mots, tu te souviens à quel point t'avais été directe avec lui, t'allais pas retourner au tissu, c'était terminé, révolu, t'avais abandonné. Et, égoïstement, cette rencontre t'avait donné l'envie d'y retourner. Avec lui, évidemment. Mais tu pouvais pas. T'étais prise au piège entre ton partenaire de vie et ton partenaire de scène. Comment annoncer à son nouveau petit ami que l'on désirait se produire, au cabaret dans lequel il nous avait engagés, avec son ex? C'était réellement possible à faire? Tu pouvais pas. Mais tu pouvais pas te résigner non plus à te perdre, à t'éteindre, comme il te l'avait fait si bien comprendre. Jacks avait eu raison, il avait vu juste. T'étais pas encore résignée à abandonner le tissu. Et tu t'étais lancée toute seule là-dedans. Égoïstement. Et maintenant Jackson t'en en voulait. Et il en avait toutes les raisons du monde. Et il te l'exprime. T'étais sa partenaire. Sienne. Et t'en avais choisi un autre, pour vivre ta vie de spectacle, tu l'avais remplacé. Et il en souffrait. Il en souffrait toujours. Tu cales ton verre d'un trait, grimaces quand l'alcool descend, brûle ton oesophage. T'as besoin de sentir la douleur, t'as besoin d'avoir aussi mal qu'il a mal. Parce que finalement, t'arrives plus à être égoïste. T'es mal. Putain que t'es mal. T'as jamais voulu lui faire du mal comme ça, t'as jamais voulu qu'il se sente comme un numéro, facile à remplacer. Et, surtout, t'as envie de lui dire qu'il avait raison. Que Sacha, il n'en valait pas la peine. Que si t'étais restée avec Jackson, il ne t'aurait pas abandonné, lui. Je sais, finis-tu par souffler, en guise de réponse, parce que tu sais qu'est-ce que ça lui fait de ne plus se produire, de ne plus laisser les tissus l'envelopper. Tu l'as, ta place dans ma vie, tentes-tu de justifier. Mais tu voulais que je fasse quoi, Jackson? Tu demandes, mais, au fond, tu ne veux pas qu'il réponde. J'pouvais pas choisir entre toi et lui. J'pouvais pas. J'aurais dû, mais je pouvais pas. Je l'aimais, Sacha, de tout mon coeur. J'voulais pas qu'il pense que je le trompais, que je le trahissais... alors c'est à toi que j'ai fait sentir tout ça. Mais, j'te jure que c'était pas comme ça que ça se passait avec lui. Il était jaloux, jaloux de toi parce que je n'ai pas cessé de lui dire combien t'étais important, combien ta place était spéciale et que personne ne pouvait la prendre. Tu parles au passé, incapable de caché le fait que tout ça, c'était avant. Entre tes lèvres, t'allumes une nouvelle clope, les fumes une à la suite de l'autre, pour te calmer, pour te contenir. De toute façon, ça n'a plus d'importance, finis-tu par murmurer, le regard vide, qui se jette sur tes pieds nus qui s'empreigne de la saleté de la ruelle, tes jambes tachetées qui sont trop fragiles par le manque de sommeil et de nourriture mélangé au trop-plein d'alcool. J'termine mon contrat au cabaret à la fin de l'année 2019, annonces-tu à Jackson, sans le regarder. Pis j'suis plus avec Sacha. On a rompu. J'ai rompu.

__________________________

IT WAS ONLY JUST A DREAM
i was thinking about you, thinking about me, thinking about us, what we gonna be?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
Jackson Lewis-Reyes
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: c'est un piètre conducteur, il a été recalé quatre fois lors de ses examens de conduite mais à la cinquième tentative, grâce à des circonstances miraculeuses, il a enfin réussi à obtenir son permis ; il n'en demeure pas moins qu'il est un danger sur la route ‹ il n'a pas bu d'alcool depuis des années, sa forme physique étant centrale pour sa carrière d'acrobate ‹ c'est un véritable cat lover, il n'en a actuellement que deux, Pebble et Apricat, mais il en accueillerait bien plus s'il le pouvait, malheureusement la vie sur la route ne lui permettait jusqu'alors pas d'avoir plus que ces deux compagnons ‹ s'il est un acrobate hors-pair, certaines autres disciplines du cirque lui échappent totalement ; par exemple, il est tout simplement incapable de jongler ‹ il adore jouer aux mannequins et si vous avez le malheur de vous trouver avec lui dans un bel endroit, il vous demandera certainement de prendre des photos de lui - et il ne sera satisfait qu'au bout d'une vingtaine de minutes et d'une centaine de clichés ‹ ayant rejoint le monde du cirque à ses quinze ans, il n'a pas le souvenir de quoi que ce soit d'autre que la vie sur la route, ce qui occasionne chez lui quelques difficultés d'attachement ‹ il a beaucoup de mal à gérer son budget, il dépense beaucoup trop et mène un mode de vie au-dessus de ses moyens ‹ il déteste lire, sauf pour ce qui est des bandes-dessinées ; il en avait d'ailleurs une collection lorsqu'il était jeune, mais il l'a laissée chez ses parents ‹ il est arrivé à Bowen avec ses chats et une seule boîte contenant sa vie, soit quelques souvenirs sentimentaux ‹ il a des accès de colère, il a du mal à gérer cette violence qui se crée parfois en lui et qu'il extériorise avec brutalité par moments, même contre ceux qu'il aime ‹ il est obsessif-compulsif dès qu'il est question de propreté, si quelque chose traîne il le ramassera même si ce n'est pas à lui ‹ il rêve secrètement de fonder son propre cirque mais il sait que c'est de la folie relevant de l'impossible
Jackson Lewis-Reyes
MESSAGES : 1935
ICI DEPUIS : 15/03/2015
CRÉDITS : all souls (a) & signature par bat'phanie
COMPTES : woody & isaiah & concho & maliyan & elmo
STATUT : who's gonna save me tonight ?
adm h
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyHier à 2:52

Si d’ordinaire tu gérais les conflits via l’évitement, en fuyant loin, toujours plus loin, tu ne pouvais pas faire ça maintenant. Pas avec Brooke. Premièrement parce que t’avais nulle part où fuir, deuxièmement parce que tu ne pouvais pas te résoudre à la perdre complètement. Vous vous étiez déjà perdus, un peu, quelques parcelles de votre relation s’étaient envolées et ne reviendraient sans doute jamais se recoller à vous. Mais vous arriviez encore à tenir debout, c’était l’essentiel. Tu ne voulais pas risquer de fermer complètement la porte sur votre duo. Pourtant, Brooke te donnait l’impression qu’elle, c’était ce qu’elle avait fait. Elle l’avait même claquée, cette porte, dans ta face, toi qui attendais seulement qu’elle revienne vers toi, te répondre et te rejoindre. Et elle, sa manière de gérer ce conflit inévitable, c’était de caler son verre d’alcool pour se donner le courage de t’affronter. Alors qu’elle te demandait ce que t’aurais voulu qu’elle fasse, toutes les réponses possibles et imaginables s’alignèrent dans ton esprit et tu t’apprêtas à les énumérer comme on lance des couteaux – puisque c’était ce qu’elle semblait connaître, à présent. À la place, Brooke reprit rapidement la parole et continua sa tirade d’excuses et de justifications. « Tu dis que tu pouvais pas choisir entre lui et moi mais à mes yeux c’est bien clair que tu l’as fait, ton choix, Brooke. T’as pas voulu le trahir lui parce que tu l’aimes alors à la place tu m’as trahi moi. Tu vois ? T’as fait le choix. T’as fait le choix de me faire sentir comme de la merde, comme un mouchoir qu’on jette, comme celui en arrière-plan alors que toute notre vie on a été notre propre monde, B. Tu rencontres un nouveau mec et en quelques mois tout le reste disparaît ? » Ça en disait long sur ce que votre relation représentait à ses yeux, au fond. C’était bien ça qui faisait le plus mal. Brooke s’alluma une autre cigarette et lorsqu’elle recracha la fumée, elle cracha aussi que ça n’avait de toute façon plus d’importance puisqu’elle terminait son contrat à la fin de l’année, et qu’elle n’était plus avec Sacha. Tu soupiras. Triste. « Just so you know, c’est pas parce que t’es paumée et qu’t’as le cœur brisée que ça efface ce coup chien que tu viens de me faire. » Mais tu t’approchas d’elle, parce que t’étais toujours prêt à déposer les armes lorsqu’il était temps de la prendre dans tes bras. « Mais j’suis désolé que ça se termine comme ça pour toi. » Tu t’adossas à ses côtés contre le mur, vos corps collés l’un à l’autre, son côté droit reposant sur ton côté gauche. « Qu’est-ce que tu vas faire ? » Demandas-tu, pensant que sa réponse pourrait du même coup t’orienter toi-même. 

__________________________

and we will be catching stars
I've been seeing stars falling down your head and I've been seeing lights shining down our lives. ▬ are we ever going to find a place to hide from our lies? I've been catching stars right above your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Brooke Oxley
me, myself & i
Brooke Oxley
MESSAGES : 3843
ICI DEPUIS : 02/05/2019
CRÉDITS : (c) sarasvati
COMPTES : violet + blanche + bella + beth
STATUT : espère toujours, mais n'y arrive plus
grand kangou
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) EmptyHier à 3:52

Ça se bouscule dans ta tête et dans ton coeur depuis que Cirkaös s'est éteint. Depuis que t'as été forcé de le quitter, Jackson. Y'a surement une partie de toi qui cherchait à reproduire la seule chose que tu connaissais, quand t'as accepté le poste d'assistante : faire des duos. Au fond, c'était ce que tu étais, une partenaire. C'était peut-être ce qui avait poussé ton envie à te rapprocher physiquement de Sacha, à l'époque où vous n'étiez pas un couple, mais bien seulement deux êtres qui se donnaient du plaisir, de l'échappement dans les matières charnelles. Parce que c'était ce que tu faisais avec Jackson et ça t'apparaissait presque normal. Ensuite, les sentiments étaient venus et l'histoire s'était montrée différente, mais au départ, elle allait dans le même sens. Jackson t'avait manqué, dès la première minute où t'avais franchi les portes du cabaret. C'était différent, inusité, pas comme tu connaissais. Et il te manquait. Putain que t'aurais tout donné pour le retrouver. Mais vous vous étiez quitté, vous vous étiez donner la chance de vivre autre chose, de laisser vos coeurs cicatriser de la perde de Cirkaös. Et si t'avais su, tu lui aurais demandé de te suivre, t'aurais mis sur pied ton propre cirque, t'aurais trouvé un moyen de faire perdurer votre duo. Sauf qu'il était parti de son côté et toi du tien. La faute, elle se partageait. T'acceptais bien les torts que tu avais, ceux qui t'appartenaient, ceux qui considéraient le duo que t'aurais pu lui offrir quand il est arrivé à Bowen comme une surprise et les cachettes que tu lui avais faites. Mais tu ne pouvais pas prendre tous les torts. Et ça, il ne semblait pas le réaliser. J'ai pas fait le choix, Jackson. Sors-toi ça de la tête. J'avoue que j'aurais dû être plus transparente avec toi, quand t'es arrivé, j'le reconnais. Mais j'ai pas fait de choix, merde. Tu m'as toujours dit que nous deux c'était unique, mais que c'était pas de l'amour amoureux. Tu voulais quoi, que je m'empêche de rencontrer un mec!? Tu soupires, inspires parce que là toutes les émotions se bousculent en même temps dans ta tête et dans ton coeur. Je t'aimais Jackson! T'es toujours tombée pour les mauvaises personnes, celles qui feraient du mal à ton coeur, qui te prouvaient qu'au fond, l'amour c'est con. C'est con et ça sert à rien. Ça appuyait tes opinions sur les relations, le couple, la famille et l'engagement. Je t'aimais. T'étais plus là. Et même si tu l'avais été, j't'aurais rendu malheureux. L'issue, elle était là. Aussi bien qu'il te trouvait magnifique, Jackson ne t'avait jamais aimé de la sorte. Parce que tu ne représentais pas son idéal ultime. Et c'était pas plus mal. Y'a eu Sacha. J'ai été déchiré. J'ai peut-être été conne aussi. Mais c'est fait... Tout ce que j'pourrais dire ne changerait rien. Le mal est fait. Je m'excuse. Mais j'peux rien faire de plus Jacks... Il aurait toujours cette place particulière, dans ton coeur. Et ce, même s'il choisissait de quitter ta vie, même s'il venait à prendre la décision que la blessure est plus forte que le pardon. Et ça, personne ne pourrait vous l'enlever. Tu finis par lui dire la vérité, ton verre est vide, t'as besoin de plus, encore plus, parce que clairement t'auras plus assez d'alcool bientôt dans le sang pour engourdir le mal. Il s'avance vers toi, brise la distance, colle son corps contre le tien, choc électrique qui passe dans le tien, comme si lui avouer que tu l'avais aimé avait éveillé quelque chose. Merde, qu'est-ce qui te prend Brooke? Pourquoi t'as le coeur qui panique? T'as un rire jaune quand il te dit que tout ça, ça n'efface quand même pas ton geste. Tu hausses les épaules. T'façon, t'es déjà paumée, t'as déjà tout perdu. Un de plus, un de moins... Qu'est-ce que ça change? Tu hausses à nouveau les épaules quand il se montre désolé. Laisse tomber, c'est rien. Tu joues un rôle, tu fais la dure, parce que t'as toujours dit à Jackson que les sentiments, ça ne servait à rien, qu'il ne fallait pas s'y méprendre, qu'en tombant dans le panneau on risquait de se briser. Et c'était exactement ce que tu faisais là, te briser. Honteuse, t'osais pas commenter ta situation. Fumer, boire, m'éclater la tête, réponds-tu en riant à la question de Jackson. J'sais pas vraiment en fait. Et ça me plait. Fuck les plans. Tu savais pas encore comment t'allais mettre de la bouffe dans ton frigo, mais c'était le dernier de tes soucis à l'instant. Tu trépignes sur tes pieds nus, jettes le mégot de ta cigarette sur le sol avant de te tourner vers Jackson. D'ailleurs, mon verre est vide là. Et toi, t'en as pas. J't'offre la prochaine tournée, t'es partant?

__________________________

IT WAS ONLY JUST A DREAM
i was thinking about you, thinking about me, thinking about us, what we gonna be?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t17135-peony-instragram
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: set fire to the rain (brookson)   set fire to the rain (brookson) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
set fire to the rain (brookson)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District :: le cabaret delirium-
Sauter vers: