AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce vendredi 14 février, Bowen a mis à disposition un énorme complexe, et bien plus encore, contenant des tas d'activités diverses et variées pour les couples, les célibataires ou tout simplement les amis.
» rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.

Partagez
 

 underneath the hospital's christmas lights (charlie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyMer 18 Déc 2019 - 1:29

T’es devant la fenêtre qui donne vue sur tous les bébés et tu les regardes, profondément attendrie. C’est trop beau des nouveaux-nés. Certains crient, d’autres sont silencieux et dorment dans tout ça. Tu les observes et tu caresses une joue avec douceur au travers la vitre. Tu aimerais tant en prendre dans tes bras et pourtant, tu sais que tu n’as pas d’autres choix que d’être de l’autre côté. T’es toute petite et t’as même pas besoin de te faire toute petite pour l’être. Tu rêvasses et tu te dis qu’un jour, t’auras peut-être ta chance. T’espères de toutes tes forces, mais tu doutes encore plus fort. Parce que ta maladie, elle aura ta peau. Tu veux pas transmettre ça à une adorable petite créature, un adorable petit être vivant. Tu ne souhaites pas ça à quiconque. Personne ne mérite d’être malade. Tu soupires doucement, un peu triste et tu sais que tu vas devoir retourner sur ton étage tranquillement. T’en as pas envie. T’aurais voulu que n’importe quoi t’arrêtes. Pour le moment, t’as une bronchite surprenante et tu veux pas t’en approcher, mais les médecins eux aiment t’approcher pour t’examiner encore plus. Pour surveiller ton poids... Tu rêves d’être bien dodue pour éviter tout ça. L’été est arrivé en Australie et tu sens que tu vas te retrouver trop souvent dans cet hôpital. « J’déteste les hôpitaux. » Que tu marmonnes alors que ta montre se met à sonner et vibrer. « Ouais, ouais, je sais. » Tu éteins la vibration et tu te dis qu’il vaudrait mieux que les docs te voient à la cafétéria pour pas t’attirer trop d’ennuis. T’as pas faim et tu te dis que d’observer les bébés encore quelques minutes, ça te fait du bien.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyMer 18 Déc 2019 - 4:01


Après avoir joué à l'imbécile dans les vestiaires des internes durant quelques minutes, se sentant les cordes vocales d'une rock star et les dance moves de Beyoncé, la jeune chirurgienne s'était lancée dans les couloirs d'extrême bonne humeur, sautillant presque dans ses baskets confortables, ses boucles brunes rebondissant dans son dos. C'était décidé, aujourd'hui elle avait la pêche - comme toujours vous allez me dire, mais ça l'empêchait pas d'en faire sa résolution quotidienne -. Après avoir fait sa tournée de pré-op, et rendu visite à chaque patient dont elle devait s'occuper, la jeune fille rejoignit d'un air guilleret l'aile néo-nat, où elle serait supervisée par sa supérieure. Elle aimait bien cette partie du service pédiatrique, même si finalement, elle n'avait pas de préférence. Chaque cas était passionnant, chaque patient un rayon de soleil dans son métier. Que ce soit un bébé de trois jours, une gamine de cinq ans ou un ado de douze ans. Elle les aimait, ces gosses. Parfois, ça la faisait réfléchir sur sa potentielle envie à elle d'en avoir, un jour. Elle avait toujours été très partagée sur ce point, et avait décidé que ce n'était pas important pour le moment. Elle avait vingt-quatre piges et était en début d'internat, non mais ho. Y a pas le feu au lac. Elle pouvait être un véritable enfant elle-même, alors elle avait sûrement pas la maturité d'en gérer un. Si elle s'était spécialisée en chirurgie pédiatrique, c'était parce qu'elle avait le même âge mental que ces gamins. Voilà pourquoi le feeling passait si bien. « Non mais t'imagines, des triplés ? Des triplés, Betty ?! Des jumeaux à la limite, t'as un bras pour chaque, un boobs pour chaque, mais des triplés, c'est la merde, comment tu fais ? Comme si les avoir expulsé de ton vagin l'un après l'autre c'était déjà pas assez d'efforts pour toute une vie. » commentait Charlie à voix bien haute à son amie sage-femme, en se baladant parmi les dizaines de minuscules petits êtres, et juste après avoir pris les paramètres des triplés en question. La discrétion, faire dans la demi-mesure, tout ça tout ça, c'était pas vraiment dans les gènes de la brunette. Mais généralement, ses collègues s'en accommodaient, même si parfois on la regardait bizarrement dans les couloirs, quand elle était fière de présenter à tout le monde la mixture "effet crotte-de-nez" qu'elle avait préparé pour un enfant du service, après avoir déniché quelques ingrédients au labo, et à la cafétéria. Ou quand elle se lançait dans un petit twerk improvisé entre deux visites. Mais quiconque connaissait Charlie savait qu'une fois dans un bloc opératoire, elle était la discipline et la concentration incarnées. La brune finit bientôt son tour et sortit de la pièce, le regard rivé sur son porte-note, relisant quelques détails. Mâchouillant son bic avant d'avoir la présence d'esprit de ne pas mettre en bouche ce qui provenait d'un hôpital. Elle faillit rentrer dans quelqu'un, perdue dans ses notes et marchant par automatisme, mais la voix grommelante lui fit relever la tête juste à temps. « Wow, désolée. » fit-elle en esquivant de justesse une jeune femme, visiblement un poil contrariée. Fallait vraiment qu'elle apprenne à marcher moins vite et à regarder où elle allait. « Je pense pas que vous soyez la seule, on vient rarement ici pour le plaisir. Enfin, moi si. Mais on s'comprend. » ajouta Charlie avec un clin d'oeil, accompagnant le tout d'un sourire radieux.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 20 Déc 2019 - 19:10

24 ans, t’as 24 ans et tu sais que t’en auras pas d’enfants. Ça relèverait du foutu miracle que tu puisses enfanter ça et puis tomber enceinte... Et tu te rappelles qu’avant toute chose, tu dois avoir quelqu’un avec qui le faire cet enfant. Et ça, c’est pas gagné d’avance. T’es bien toute seule, tu supportes la solitude mieux que tu te supportes toi-même. Mais on te tire bien vite de tes pensées, Alma. Tu te redresses alors que tu as failli te faire écrabouiller comme une crêpe. T’es pas grosse de base, t’es toute frêle alors quand on manque de t’écraser, on passe près de littéralement te faire disparaître sans même le vouloir! Mais là, t’étais de mauvais poil, Alma et on passe près de t’écraser. « Mouais. » Que tu grognes de plus belle sans même t’excuser d’être dans son chemin. Tu relèves la tête, une interne sans doute. Tu commences être une as de repérer qui fait quoi. Puis, elle te relance concernant ta haine des hôpitaux et t’es un peu surprise, un peu prise par dépit en fait. « Oui, vous si, on se comprend. » Dis-tu en frôlant son excitation alors que tu fais preuve d’arrogance. « Pardonnez ma mauvaise humeur, mais aujourd’hui n’est pas la bonne journée. » C’était vrai, tu t’étais levée du pied gauche et personne ne pouvait changer ça pour le moment. T’aurais tellement préféré être ailleurs aujourd’hui... demain et sans doute le surlendemain. Tu réalisais qu’il y avait une différence entre une carrière dans les hôpitaux et être malade et devoir y passer une bonne part de ton temps. Tu essayes d’avancer mais sans grande conviction. T’as pas faim et tu sais que si t’es pas dans la cafétéria d’ici quelques minutes, ils vont faire une quasi alerte amber version adulte chiante.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyDim 22 Déc 2019 - 2:41


Charlie arqua un sourcil devant la réponse peu amène de la jeune femme. Elle avait l’habitude des patients maussades qu’elle pouvait croiser dans l’hôpital. Après tout, on était rarement ici par plaisir, comme elle le souligna. Parfois, l’interne oubliait que ces murs étaient moroses aux yeux de la plupart des gens, parce qu’ils étaient synonymes d’inquiétude, de tristesse, parfois même de désespoir et de rage. D’injustice, toujours. La brune réagit tout de même à ses paroles, finissant par des excuses que l’étudiante accueillit d’un hochement de tête cordial et compatissant, même. « Je comprends, y a pas d’mal. » répondit Charlie, une lueur pleine de chaleur dansant dans ses iris clairs. « C’est pour ça que vous venez ici ? » demanda-t-elle ensuite en désignant les berceaux alignés de l’autre côté de la vitre. Elle savait que bon nombre de patients venaient dans ces couloirs, pas parce qu’une connaissance ou eux-mêmes avaient un enfant à eux dans ces berceaux, mais bien pour observer ces minuscules bouts de vie. Ils y trouvaient quelque chose d’apaisant, ou de beau, quelque chose pour les distraire de leurs problèmes ou pour leur redonner un minuscule grain de foi en la vie, en leur montrant les nouvelles en train d’éclore. C’était un effet psychologique positif bien connu. Charlie elle-même adorait être dans ce service. Certes, elle n’avait pas de relation avec ces bébés comme elle pouvait en avoir avec les enfants capables de communiquer, mais elle comprenait très bien la béatitude et la certaine quiétude qui pouvait envahir les gens en venant ici et en voyant ces nouvelles vies qui commençaient tout juste. Elle aussi, ça l’émerveillait et l’apaisait. Lui faisait parfois remettre les choses en perspective.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyJeu 26 Déc 2019 - 16:02

L’hôpital pour toi Alma, c’était la prison. C’était d’être prisonnière de cette maladie. Tu parvenais à vivre, certes... Mais après, t’en étais pas trop certaine de tout ce qui se passait autour de toi. Tu savais que t’étais une petite bombe à retardement, tu savais qu’un jour tu finirais par faire boom et tu redoutais le jour où ça arriverait. Parce que chaque fois que tu mettais les pieds dans un hôpital, t’étais à un tic ou deux de faire boum. La jeune femme comprenait, tu en doutais même si elle était gentille avec son empathie. Elle déduisait néanmoins rapidement. Tu hochais la tête positivement. « Parce que j’ai besoin de réconfort, de chaleur. J’ai besoin d’espoir. » Disais-tu alors en exprimant tes propres besoins alors que les bébés pouvaient parfois hurler sans cesse durant des heures. Et pourtant, tu préférais ces hurlements incessants que le bruit quasi-inaudible inquiétant de tes secrétions intérieures, celles que tu sentais malgré toi. Ta montre se fait entendre une nouvelle fois et tu l’arrêtes. « Désolée, je dois aller manger sinon ils vont envoyer tout le service de police de Bowen à mes trousses. » Grimaces-tu alors que tu tournes les talons vers la cafétéria où l’on pourrait assurément te surveiller que tu vides chaque petit plat.


__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 27 Déc 2019 - 4:12


La compassion était la qualité de base de tout bon médecin. Pourtant, certains en manquaient, cruellement. Formatés par un monde médical où on leur avait trop répété de rester détaché du patient, de ses problèmes, de sa famille, de ses émotions. Parce que les émotions ne pouvaient pas intervenir dans le travail, si on voulait garder le contrôle et assurer que tout se passe du mieux possible. Tout le monde n'était pas forcément d'accord avec ça. Ce qu'il fallait, c'était un juste milieu, un équilibre entre savoir se mettre à la place du patient et comprendre sa douleur, mais pouvoir toujours prendre les décisions avec recul et sans tergiverser trop longtemps. Charlie, éponge émotionnelle à l'extérieur de ces murs, avait une étonnante capacité à appliquer cette loi, mais elle n'avait rien du chirurgien indifférent qui passait d'un patient à un autre sans réellement écouter leurs histoires. Après, elle était en pédiatrie, alors valait mieux avoir un minimum d'intérêt dans ses patients. Et elle ne pouvait pas aller contre sa vraie nature, celle de vouloir aider, de vouloir écouter, de vouloir comprendre. De parler, beaucoup, aussi, parce que... Ben, c'était Charlie. Elle était un peu usante, quand même. Les mots de son interlocutrice la percutèrent, sans doute plus que ce que la jolie rouquine pouvait imaginer. Oui, elle avait vu juste, quant à sa présence ici. Mais la façon dont elle l'avait formulé, la morosité et le semblant de désespoir qu'on pouvait à peine percevoir derrière ces paroles, s'étaient frayé un chemin jusque dans les entrailles de la jeune interne. « J'peux essayer de vous apporter ce réconfort, en venant manger avec vous ? Pour la chaleur, j'sais pas, j'suis une frileuse. Pour l'espoir, je pense que je suis assez positive, mais j'peux rien promettre. Et en vrai, j'ai faim. » proposa la brunette avec un sourire, encore compatissant mais surtout enthousiaste, après que la montre ait sonné. Parce que oui, même les pires nouvelles, ça ne venait pas à bout de la jeune fille. Fallait déjà y aller pour casser son positivisme. Et tant mieux, y avait plutôt intérêt à être un minimum solide et positif, entre ces murs. Elle emboîta le pas à la jeune femme sur ses dernières paroles, parce que de toute façon il fallait bien qu'elle mange aussi. Et quelque chose chez cette fille venait de la toucher, quelque part, loin. Elle ne savait pas exactement où. Ni pourquoi. Elle ne savait même pas quelle était la condition de cette patiente, pourquoi elle devait manger maintenant absolument, pourquoi elle était ici aujourd'hui. Mais ça ne changeait rien. C'était là.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 27 Déc 2019 - 5:04

Alma, t’en avais ras le pompom des médecins, des internes et des externes aussi... Les infirmières aussi. Pourquoi être aussi injuste? Pourquoi être aussi prompte sur un jugement inadéquat? Parce que t’en as ras le bol des regards condescendants, des annonces malheureuses. T’en as marre, Alma d’être malade et pas un foutu médecin est capable de comprendre ça. Tu comprends que y’en a pas de pilule magique pour te soigner et que Jack le haricot, c’est qu’une histoire qu’on raconte aux gamins. Tu trouves tellement que ça manque de bon sens, l’hôpital. T’as envie d’être écoutée même quand t’as rien à dire, t’as envie qu’on te refile un gâteau au chocolat parce que t’es toute maigre, mais surtout parce que le chocolat, c’est trop bon pour le moral. T’as envie de prendre du poids et non pas d’avoir un regard exaspéré à chaque gramme que tu perds involontairement. T’as presque envie de manger du McDonald’s à tous les repas de la journée, mais c’est loin d’être nutritif... et surtout consistant.

La femme sous tes yeux propose du réconfort et quelque part, une petite étincelle s’illumine dans ton regard. Tu ne mangeras pas toute seule. Tu hoches la tête positivement et tu pouffes de rire alors qu’elle parle d’être frileuse. « C’est l’histoire de ma vie. » T’as toujours froid, t’as la peau sur les os... Mais l’Australie et son été faisait des miracles sur ton simili-bronzage parce que t’es pas très foncée, Alma. « Je suis partante, juste parce que t’as faim. » Dis-tu en la tutoyant naturellement. Après tout, ce n’est pas ton médecin traitant et tu lui manques pas de respect, si? Et puis, l'appétit vient en mangeant et tu sais que de voir quelqu'un manger devant toi, ça va t'aider à manger plus. Tu te diriges lentement vers la cafétéria alors que le gardien de sécurité te reconnaît. Ça fait même pas un mois que t’es en Australie et tout le monde te reconnaît déjà, c’est pas de bon augure. Tu t’avances vers la distribution de nourriture et tu attrapes un plateau. « Hm.. Une soupe de légumes, pourquoi pas. » Dis-tu en prenant un bol pour toi et un bol pour... Pour qui déjà? « J’suis Alma et toi? » T’espères profondément qu’il n’y ait pas encore de code Alma dans cet hôpital, sans quoi t’es mal barrée.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 27 Déc 2019 - 23:04


Arracher un rire à la jeune fille, aussi léger soit-il, était suffisant pour que le visage de Charlie s'éclaire, brillant de ce soleil qui était le sien, encore plus fort que d'habitude. Certes, elle avait connu des moments graves, des jours sombres, mais ce qui caractérisait la brunette, c'était qu'elle savait ne rien prendre au sérieux, insuffler un peu de légèreté de par son humour débile. Certains la trouvaient insupportable, c'était vrai. Manquant de sérieux, de discipline, alors qu'à l'hôpital, Charlie était l'incarnation même du professionnalisme. Ou tout du moins, dans un bloc chirurgical. C'était l'endroit où elle contrôlait le mieux ses défauts. Mais elle restait Charlie. Un peu sotte, un peu trop énergique, avec un sourire un peu trop grand au goût de certains. Et alors ? Un hôpital, c'était déjà assez déprimant comme ça, y avait pas besoin d'en rajouter. C'était bien plus agréable de l'illuminer. « Alors c'est parti mon kiki ! Note à propos de moi-même : j'ai tout le temps faim. » renchérit l'étudiante en emboîtant le pas à la patiente, sifflotant joyeusement et ne réprimant pas un petit sautillement guilleret de temps en temps. Sans se formaliser une seconde du fait qu'elle était passée au tutoiement. Charlie préférait, d'ailleurs. Ca faisait trop vieille et trop sérieux, le vouvoiement. Les enfants la tutoyaient aussi, et en fait, la brunette n'utilisait que le vouvoiement avec les parents et les familles des patients. Et encore. Tout dépendait de la relation qu'elle entretenait avec. Bon, y avait toujours ses supérieurs à elle, mais ils avaient vite compris qu'elle continuerait à les tutoyer, pas par manque de respect, simplement parce qu'elle communiquait comme ça. Y en avait juste deux ou trois qu'elle connaissait vraiment peu, et qui, fallait l'avouer, lui faisait un peu peur avec leur air toujours tiré et sévère, qu'elle vouvoyait encore. Pas envie de se faire passer un savon pour si peu. « Yo, Robert ! » lança Charlie d'une voix enjouée à l'attention du gardien de sécurité, lui adressant un signe de la main partant de son front, façon playboy des années 80. L'interne avait toutefois remarqué qu'il avait également salué la jeune femme qui l'accompagnait. « Toi aussi t'es people par ici ? » interrogea la brune, encore une fois sur un ton humoristique, forçant l'air snob. Elles arrivèrent au buffet et la jolie rouquine eut la gentillesse de lui prendre de la soupe. « Charlie ! Ou docteur Meers, comme on m'appelle dans le ghetto médical. Nan, j'déconne, personne m'appelle comme ça. » pouffa la brune avant d'avancer dans la file, aux côtés de la dénommée Alma. « Alors, c'est quoi ton histoire, Alma ? » relança Charlie après qu'elles aient été servies, la jeunette s'était offert une bonne plâtrée de frites, sans scrupule et sans même remarquer le regard excédé de la serveuse de la cantine.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 27 Déc 2019 - 23:33

Tu remarquais la joie de Charlie, Alma. Elle était contagieuse et pour une fois, c’était une contagion qui te faisait plaisir. Elle devait être adorée et détestée à la fois pensais-tu. Ce n’était pas tout le monde qui était capable de se réjouir autant d’une façon ou d’une autre. Tu notes par contre qu’elle a tout le temps faim et tu ris doucement. « Je peux t’adopter pour mes repas? » demandes-tu tout gentiment parce que toi, t’as pas toujours faim. Elle était joviale et quelque part, ça illuminait ton monde alors que t’avais jamais pensé que quelqu’un le ferait ainsi. Tu la vois sautiller auprès du gardien de sécurité. La brune te questionne si t’es people par ici. Tu pouffes de rire. « Si seulement. » Ils te connaissaient parce que t’avais la fuite facile. Alors que tu donnes gentiment la soupe à Charlie, tu ris en l’entendant s’auto-appeler Docteur Meers. Tu regardes ce qu’il y a à manger et tu grinces un peu des dents. Tu prends une petite poitrine de poulet, quelques fèves vertes, un peu de pâtes en salade et tu remarques une petite sauce et tu la prends gentiment. Et un dessert... ouf! T’as l’embarras du choix! Tu prends un petit gateau blanc bien banal et t’es prête à t’installer à une table avec Charlie. À sa question, tu fronces les sourcils. « Mon histoire? » que tu répètes, un peu confuse. « J’ai pas vraiment d’histoire. » Avoues-tu alors que tu sais très bien que des trucs à raconter, t’en as toujours des tas. « Mais toi? Ton histoire c’est quoi? » Demandes-tu comme pour t’échapper de l’hôpital pour un petit moment.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyVen 27 Déc 2019 - 23:56


À la question d'Alma, la brunette répondit par un regard illuminé d'étoiles, comme si on venait de lui annoncer un miracle de Noël. « M'adopter ? Genre, comme un chiot ? » fit-elle avec émerveillement, regardant son interlocutrice d'un air presque suppliant. Un peu comme un chiot, ouais. Il allait falloir qu'elle se calme pour manger, quand même, au lieu de faire l'imbécile à tout va. Sinon elle allait encore s'étouffer avec un morceau de poulet. En réalité, Charlie aurait été ravie de prendre tous ses repas avec la jolie rousse, si elle le voulait. Elle semblait plus discrète, mais surtout parce que l'interne était du genre à prendre de la place et à faire beaucoup de bruit. Son trop-plein d'énergie qu'elle avait à dépenser, comme toujours. Quand on la voyait ainsi, on aurait pu croire qu'elle n'était jamais fatiguée. C'était faux, elle avait parfois besoin de recharger ses batteries. Mais en bien moins de temps qu'il ne lui fallait pour les épuiser. Une fois installées à table, Alma s'étant servi un plateau à moitié moins rempli que celui de l'étudiante, cette dernière s'efforça de redescendre un petit peu, portant sa curiosité sur celle qui lui faisait face. Parce qu'il ne fallait pas croire, mais elle était bel et bien intéressée par cette jeune femme à la chevelure de feu qui avait accepté de partager son temps de midi avec la jeune chirurgienne. C'était pas parce qu'elle sortait quinze conneries à la minute qu'elle ne notait pas les autres autour d'elle. « Comment ça, pas d'histoire ? Bien sûr que si. Genre, c'est quoi ton animal préféré. À quel âge t'as perdu ta première dent de lait. Est-ce que tu crois au Père Noël, c'est quoi le film qui t'a fait pleurer, si tant bien est que t'es du genre à pleurer devant des films, est-ce que t'as déjà bu la tasse dans la mer, est-ce que t'es vraiment une célébrité, est-ce que toi aussi tu te sens débile quand tu parles à la personne à côté de toi en pensant que c'est ta pote alors qu'en fait elle est partie et c'est un inconnu à la place, est-ce que tu t'es déjà loupée en faisant pipi nature et t'as fait une tache sur ton pantalon... Bref, ton histoire, quoi ! » insista Charlie avant de sortir une flopée d'exemples, si bien qu'elle dut se contraindre à s'arrêter à un moment, sinon Alma allait se faire emmener par le tsunami de ses paroles. « Moi ? J'adore les frites avec de la mayo. Et j'adore Noël aussi, c'est ma fête préférée, du coup j'suis surexcitée, c'est pour ça que tu me vois dans cet état. Non, c'est pas vrai, j'suis souvent dans cet état, mais là c'est encore pire que d'habitude, j'te jure. » répondit tout de même l'australienne en jouant avec une frite entre ses doigts, avant de la tremper généreusement dans la mayonnaise et de l'enfourner dans sa bouche, suivie de trois autres. Oui, on avait vu plus gracieux, comme être humain.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyDim 29 Déc 2019 - 4:25

Si tu avais cru qu’elle le prendrait négativement, la demoiselle sous tes yeux s’émerveillait en parlant d’un chien. Tu rougis parce que clairement, elle est plus qu’un chiot, elle vaut clairement plus. En plus, elle est médecin! « Uh... Mais mieux qu’un chiot, je veux dire... T’es belle, t’es médecin – ou presque. T’es gentille... J’veux dire... » Plus, tu patines et plus tu rougis. Tu te sens un peu stupide, Alma d’avoir comparé une docteure à un chien. Charlie te déstabilisait, Alma. Et pourtant, ça te plaisait d’avoir sa joie de vivre auprès de toi. « Mais la solitude pèse un peu. » Admets-tu finalement, avec un demi-sourire triste. C’était une vraie invitation.

Alors que tu te fais de plus en plus discrète, Charlie s’indigne lorsque tu lui dis que tu n’as pas d’histoire. Tu pouffes de rire. Elle part avec ses mots et tu trouves ça trop mignon. « Bon attends... » Répètes-tu pour récapituler toutes ses questions. « J’ai aucun animal préféré, vraiment... Mais je trouve ça cool les poissons rouges... Ça oublie tout au bout de trois secondes et puis c’est reposant. » Ouais voilà, Alma et les poisson rouges. « Ma première dent de lait, j’ai aucune mémoire pour ce genre de truc. J’devais avoir quoi? 4 ou 5 ans? Tu t’en rappelles toi, de ta première dent de lait? » Tu fronces les sourcils, y’a vraiment des gens qui se rappellent de ce genre de trucs? Faut dire que t’as eu bien d’autres trucs à te rappeler avant tout ça, Alma. Tu lui lances un regard clairement amusée concernant le Père-Noël.... Le film qui t’a fait pleuré, t’as pas trop envie d’en parler parce que ça met clairement trop en lumière ta maladie. « J’préfère les comédies... Toi? » T’aurais pu écouter des spectacles d’humoristes des heures durant. « Et pour le vedettariat... Disons que j’suis Wentworth Miller style Prison break version hôpital! » T’as un sourire en coin et t’évites le reste des questions parce que c’est un peu ridicule où est-ce qu’elle s’en va avec tout ça. « Très bien, très bien... » Tu ris doucement parce que tu sais pas quoi dire. « J’suis américaine et canadienne, j’ai 24 ans. J’pourrais tuer pour du chocolat... Et des poires aussi! » Tu réfléchis, y’a pas grand chose de pertinent dans ta vie. « Je rentabilise mon temps dans les hôpitaux en lisant des livres. J’adore la mode et la couture. » Tu hausses les épaules, tu sais plus trop quoi dire. Elle, elle continue et ça te rassure. Elle fait la conversation pour deux. Les frites et la mayo? Tu pouffes de rire. « Le plus beau cadeau que tu pourrais avoir, cette année? » Demandes-tu avec un sourire, les yeux plein d’étoiles. T’avais pas de doute, cette femme donnait tellement qu’elle méritait bien de tout recevoir à son tour... Dans le monde du réel, hein! « Et tu vas faire quoi pour Noël? » Demandes-tu patiemment en te projetant potentiellement dans ses plans pour te faire un peu de bien à toi. Tu prends ta cuillère et tu joues un peu avec ta soupe avant d’en prendre un peu.


__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyMar 14 Jan 2020 - 1:50

Le regard de la brunette s'éclaira d'une lueur plus particulière, quand Alma balbutia quelques mots d'explications. Charlie avait tiqué sur le belle, parmi les autres compliments. C'était gentil de dire ça, et pas spécialement nécessaire vu la situation. Alors la jeune fille avait masqué son trouble devant un sourire, difficile à déchiffrer, qui retrouva rapidement son côté enjoué. C'était drôle, de voir quelqu'un d'autre qu'elle rougir. Parce que si elles n'avaient pas eu cette discussion entre les murs de cet hôpital, l'interne aurait sûrement rougi aussi. Le simple fait d'être dans son élément de médecin parvenait à lui donner un peu plus d'aplomb que d'habitude, heureusement. « Hé, mais je suis médecin ! Chirurgien, même ! Bon, d'accord, je suis encore loin d'avoir fini mon internat, mais quand même. Si tu te fais renverser par un bus en sortant, je pourrais probablement te sauver la vie ! » fit-elle semblant de s'offusquer, avant de repartir sur l'humour, sa seconde nature. Y avait bien qu'un chirurgien pour plaisanter à propos d'un accident potentiellement mortel. La confession d'Alma arracha une expression pleine d'empathie et de douceur à la brune, quand elle parla de solitude, et elle ne releva pas. Si sa présence lui faisait plaisir, alors elle était contente. Et puis, le plaisir était partagé, amplement. « Alors au risque de te décevoir, je t'annonce que les poissons rouges disposent d'une mémoire à long terme, et que les trois secondes sont un mythe total ! Bon, après, aux dernières nouvelles, ça se rappelle que de certaines choses, et pas plus d'un an je crois. » souligna Charlie en riant. « Désolée, je colle au cliché du médecin chiant qui démonte les fun fact, là. » s'excusa-t-elle après, toujours avec un sourire malicieux, en levant les yeux au ciel. Quelle image elle renvoyait là, la pauvre Alma n'allait sans doute pas vouloir partager ses repas avec elle bien longtemps. « Là, on peut peut-être dire que t'as une mémoire de poisson rouge, par contre. » s'amusa la brunette quand son interlocutrice confia qu'elle ne se rappelait plus exactement de sa première dent de lait perdue. « Oui, mais si je m'en rappelle bien, c'est parce que je l'ai perdue en voulant ouvrir une canette avec mes dents. J'te rassure, mes capacités cognitives se sont améliorées avec l'âge, sinon j'aurais sans doute pas obtenu mon diplôme. » plaisanta l'interne. Oui, elle en avait fait des belles, quand elle était gamine. Elle écouta la jolie rousse relater ses anecdotes, sans la quitter du regard, absorbée par ce qu'elle lui racontait. « Oh ouais, les comédies c'est le top ! Sauf quand ils sont moins drôles que moi. » ironisa-t-elle, alors qu'elle savait très bien au fond que son humour était plus que discutable. Sa curiosité fut légèrement piquée quand Alma révéla quelques indices quant à sa présence dans l'hôpital, sans s'étendre. « Oh meuf, j'adore la mode aussi ! Ouais je sais, ça se voit pas des masses quand je suis à l'hôpital. » s'exclama Charlie, avant de faire référence à la tenue réglementaire qu'elle devait porter, baissant la tête vers sa blouse et ses baskets. Et encore, c'était rien comparé à la tenue au bloc, un total manque de style. Alma continua à lui poser des questions, elle en avait bien le droit, après l'avalanche que l'étudiante avait lancé sur elle. « Ça va faire super cliché, mais... Un chiot. Ce sera bien le seul de mon entourage à me fatiguer plus que c'que je ne le fatigue. » expliqua-t-elle en rougissant légèrement. Pour une fois, ce serait elle qui en aurait marre d'avoir une petite boule d'énergie sans cesse dans les pattes, plutôt que de l'être. Ou en tout cas, elle aurait quelqu'un qu'elle ne fatiguerait pas à tout bout de champ avec ses allures de pile électrique. « Avec mon frère et mes petites sœurs, comme chaque année. Et toi alors ? » confia Charlie avec un sourire qui en disait long sur l'amour qu'elle portait à sa famille. Elle lui retourna ensuite la question, se demandant si la famille de la jeune femme était aussi à Bowen, vu qu'elle avait mentionné des origines autres qu'australiennes. « Si je comprends bien, y a des chances que je te recroise souvent par ici... ? » demanda-t-elle ensuite, l'air de ne pas trop y toucher.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyJeu 23 Jan 2020 - 16:27

Tu trouvais Charlie jolie, tu trouvais qu’elle respirait la joie de vivre et t’avais besoin de ça dans ta vie parce que toi aussi, tu vas trop bien quand la vie est belle autour de toi. T’as déjà entendu dire que ta vie va s’apparenter aux 5 personnes les plus proches de toi et t’as déjà envie que Charlie en fasse partie. La brunette te faisait sourire, Alma. Parce qu’elle pourrait te sauver la vie et elle devait avoir raison, tu riais doucement. « Oui, oui je comprends. » La femme sous tes yeux te faisait constamment remettre en question et tu ne pouvais que sourire. Charlie t’annonce que les poissons rouges ont une mémoire à long terme et t’es trop surprise. T’as toujours cru ce mythe et tu pouffes de rire. « Pour vrai?! » Demandes-tu, intéressée réellement. Mais comment elle sait ça? « Mais non, c’est amusant les fun facts! » Dis-tu, réellement convaincue par ton affirmation. Elle te relance avec le poisson et t’esquisses un petit sourire. L’interne te raconte son histoire avec sa première dent de lait perdue et tu fronces les sourcils. « Bah ça va, ça me rassure. » T’étais un peu perplexe sur le coup, mais tu t’esclaffais quelques secondes plus tard.

Charlie était vivante et te faisait déjà en voir de toutes les couleurs. La brune te parlait de comédies. « Moins drôles que toi, vraiment? » Tu allais te mouiller le gros orteil et l’inviter à regarder un film avec toi, mais t’avais peur, Alma. Peur qu’elle dise non, qu’elle le prenne mal. « J’serais bien curieuse de regarder une comédie avec toi. » Échappes-tu finalement, t’étais curieuse de ce qui serait plus ou moins drôle qu’elle. Tu rougis, encore. Pourquoi tu deviens pas une pivoine, Alma? Tu dénotes Charlie de haut en bas et tu souris malgré toi concernant la mode. « Mais tu dois pas être toujours en habit d’hôpital, j’espère!? » Sinon ils sont terribles envers leurs internes. Crime de la mode! Tu l’écoutes parler du chiot et tu ris doucement. Tu te promettais de lui en offrir un, un peu plus tard. Parce que sinon, ça paraissait trop creep. T’étais pas comme ça. Elle célébrait avec sa famille et ça te faisait sourire de la voir rayonner. Tu haussais les épaules. « Je ne sais pas, ça dépendra si je suis coincée ici ou non. Mais une amie m’a fait la promesse de pas me laisser pourrir ici pour Noël! » Ouais et tu t’attends à ce qu’Ezekielle tienne sa promesse! Tu hoches la tête à sa dernière question. « Oui, mais je préférerais te recroiser ailleurs. » Avoues-tu en délaissant complètement l’hôpital sans réaliser que la perche que tu tendais inconsciemment ressemblait clairement à une invitation, à un début de romance et de premier rendez-vous.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
Charlie S. Meers
MESSAGES : 1691
ICI DEPUIS : 13/12/2018
CRÉDITS : whereischarlie (a), rogers (s).
COMPTES : azriel & effy & viktor & eve.
STATUT : attachiante.
grand kangou
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyDim 26 Jan 2020 - 18:44

« J’te jure ! Trust me, I’m a doctor. » s’exclama Charlie en riant à nouveau, de son rire sonnant comme des clochettes dorées. C’était assez incroyable, mais passer du temps avec Alma, cette fille qu’elle n’avait rencontrée qu’aujourd’hui, lui faisait du bien. Elle avait envie de sourire, de rire, d’embrasser la vie, encore plus que d’habitude. Le temps semblait s’écouler de façon différente, et son regard clair s’illuminait un peu plus à chaque parole échangée. Elle fut encore plus contente de voir que la jolie rousse ne trouvait pas son intervention sur le sujet du poisson rouge barbante, comme elle s’y attendait en premier lieu. Ce qui lui arracha un nouveau sourire éclatant. Puis, si Alma était toujours assise face à elle et n’avait pas encore décider de prendre son plateau et ses jambes à son cou, c’est qu’elle n’avait pas encore commencé à la trouver épuisante. L’engouement saisit l’interne quand son interlocutrice rebondit sur les comédies en parlant de regarder un film ensemble. C’était étrange, mais cette idée ne lui paraissait pas du tout farfelue, alors qu’elles se connaissaient depuis une demi-heure. Parce qu’en parlant avec la jeune fille, elle se sentait comme si elle la connaissait depuis des années. « J’te préviens, c’est insupportable de regarder des films avec moi, j’fais des commentaires toutes les cinq minutes ! Mais si t’es prête à surmonter ça, j’suis trop partante. » renchérit Charlie en riant. Bon, elle pouvait faire des efforts pour se contenir, mais généralement, regarder un film entier avec la brunette relevait de l’exploit. Collin avait abandonné depuis longtemps, après avoir compris que lui demander de se taire quinze fois pendant le film n’avait aucun effet. Ça sortait tout seul, elle y pouvait rien. Quand la discussion glissa vers la mode, Charlie baissa le regard, gêné. Ouais, les habits d’hôpital, ça en jetait pas des masses. « Ben… entre cinquante et soixante heures par semaine, malheureusement. » fit-elle d’un air dépité. Ouais, parce qu’elle adorait bien s’habiller, mais travailler dans un hôpital, ça permettait pas beaucoup de temps libre. Dès qu’elle avait finit son service, Charlie se changeait au vestiaire pour plonger dans des habites qui lui ressemblaient bien plus. Alma révéla ensuite qu’elle serait peut-être coincée ici pour Noël. La brunette fit la moue, ça devait pas être super joyeux. Elle le savait bien, ayant déjà passé des parties de fêtes ici, avec les enfants malades, qui n’avaient d’autre choix que de rester entre ces murs. « Heureusement ! Si tu veux, j’prends ton numéro et si j’ai un peu de temps et que t’es dispo, je viendrai te faire un coucou. Avec des magazines de mode, histoire de te prouver que j’ai un certain sens du style malgré les apparences ! » proposa Charlie avec un grand sourire et un regard de chiot affectueux. Elle se demandait quelle était la raison de la présence d’Alma dans cet hôpital, elle qui semblait dire qu’elle y passait beaucoup de temps. Mais elle n’avait certainement pas envie de rentrer dans ce sujet au risque de gâcher le moment, et de lui plomber le moral. Les patients étaient rarement là par plaisir. Alors elle voulait lui laisser ce moment joyeux autour d’un repas, et en profiter avec elle. La belle brune risqua toutefois de demander s’il était probable qu’elles se recroisent, de temps à autres. Parce que ça lui ferait plaisir, de partager d’autres moments comme ceux-ci. Avant que la rouquine ne se lasse de son trop-plein d’énergie et de son humour de merde. Elle rougit légèrement, masquant cela derrière un sourire ravi, à la réponse d’Alma. C’était une excellente idée. Même si son cœur venait de louper un battement sous le pic de nervosité qui l’avait saisie. « Ah ben carrément ! Ça te dirait qu’on aille faire du shopping ensemble, un jour où je bosse pas ? » proposa-t-elle tout naturellement, reprenant contenance.

__________________________

wanna be the sunshine to your world
Revenir en haut Aller en bas
http://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Alma Scavo-Flaherty
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Alma Scavo-Flaherty
MESSAGES : 191
ICI DEPUIS : 31/07/2019
CRÉDITS : avatar par Hemera; signature par sial.
COMPTES : la maman rousse au caractère de feu (ally) & la clandestine débridée (sammie)
STATUT : I... think I like her?
bowenien
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) EmptyDim 9 Fév 2020 - 0:34

Alors qu’elle te lance son fameux ‘trust me I’m a doctor’ tu pouffes de rire. Son rire se joint au tien et t’es si bien. Tu trouves que vous faites déjà un duo du tonnerre et tu ne l’apprécie que davantage. La demoiselle sous tes yeux te préviens que c’est insupportable de regarder un film avec elle et tu ris, encore. Tu manges un peu ce qu’il y a dans ton assiette. « Je suis prête à relever le défi. » Dis-tu avec une lueur espiègle dans les yeux. Tu te doutais que Charlie ne savait pas ce qui l’attendait et même que toi non plus tu n’en étais pas complètement sûre. Quelque part, tu te disais que d’avoir vu le film seule avant pourrait moins t’angoisser que d’en manquer une toute petite partie. Tu apprends qu’elle est souvent à l’hôpital et tu lui envoies un sourire compatissant. Ta main rejoint la sienne pour lui montrer l’empathie que t’as pour elle. « T’en fais pas, ils ont besoin de toi et de ton énergie pour toutes ces heures. » Tu lui fais un petit sourire et tu ramènes tes mains à proximité pour manger encore un peu.

« Avec plaisir! » Tu t’animes à sa proposition et quelque part, ça te réconforte qu’on pense à toi. Tu trouverais bien un papier pour écrire ton nouveau numéro australien. Tu prends ta facture et tu cherches un stylo que tu trouves dans la blouse de Charlie. « Je peux? » Que tu demandes avec douceur en pointant son stylo à un endroit où tu n’irais sans doute pas le chercher sans son autorisation. En attendant votre prochaine rencontre, tu ne te contenais qu’à peine. « Mais bien-sûr! En plus, je suis certaine que tu connais Bowen mieux que moi! » Dis-tu avec un grand sourire sans réaliser que c’était une sortie prochaine... Était-ce un rendez-vous? Ou non? Tu n’en savais rien, mais ça te faisait plaisir de découvrir une certaine timidité avec un bonheur pareil.

__________________________

Outside, though perhaps morning, it is still night, but a night of a thousand thrusting colors laid over the shaking stars.
Revenir en haut Aller en bas
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: underneath the hospital's christmas lights (charlie)   underneath the hospital's christmas lights (charlie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
underneath the hospital's christmas lights (charlie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District :: hôpital-
Sauter vers: