AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
en ce moment à bowen
Ce vendredi 14 février, Bowen a mis à disposition un énorme complexe, et bien plus encore, contenant des tas d'activités diverses et variées pour les couples, les célibataires ou tout simplement les amis.
» rendez-vous ici pour plus d'infos.
Notre blog The Writers cartonne et fait couler presque plus de larmes que d'encre. Mais, même si c'est un succès, nous aimons également quand c'est VOUS qui contribuez à sa réussite. Alors n'hésitez pas à nous envoyer vos rumeurs juste ici.
Le Deal du moment : -42%
MINERVA Vélo de ville – 3 vitesses Nexus
Voir le deal
79.99 €

Partagez
 

 i'm sorry (nielsella)

Aller en bas 
AuteurMessage
Gisella Santini
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Gisella Santini
MESSAGES : 248
ICI DEPUIS : 21/01/2020
CRÉDITS : (c) maimihina.
COMPTES : violet + blanche + bella + brooke + beth.
STATUT : autrefois mariée à un homme qu'elle n'aimait pas pour le bénéfice de la mafia italienne. aujourd'hui, célibataire au passé qui vient la hanter.
bowenien
MessageSujet: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptyVen 24 Jan 2020 - 2:29

Sur sa peau, le soleil tapait, reluisait sur les parties qu'elle y exposait, seulement vêtue d'un short de sport et d'un haut dévoilant non seulement ses bras, mais aussi son ventre. Dans ses oreilles tapaient des vieux hits des années 2000. C'était ce qu'elle préférait écouter quand elle courrait, comme une sorte de motivation intrinsèque à poursuivre son entrainement alors que la course à pied, ça n'avait jamais été son fort. Encore moins courir dans le sable. Et, pourtant, ici ce semblait être une activité populaire. La bordure mouillée du sable entre l'eau et la plage, là où on pouvait y marquer la hausse et la baisse de la marrée, attirait les joggeurs novices comme experts, tous se respectant presque d'un sourire ou d'un hochement de tête encourageant quand ils venaient à passer au niveau d'un des leurs. Gisella, casquette noire sur la tête, tentait de rester concentrée sur ses pas, évitant le regard des autres. Ce n'était pas qu'elle cherchait à éviter cette communauté, c'était plutôt qu'elle se doutait qu'un jour on finirait par la retrouver. D'autant plus qu'elle avait baissé sa garde rapidement, Gisella, et tout ça parce qu'un fantôme de son passé était venu tout chamboulé. Elle avait baissé sa garde, ouvert accès à son présent alors que son passé ne savait pas encore tout d'elle, qu'elle ne devait pas être vivante. Un pied devant l'autre, l'Italienne avait une cadence rythmique, elle avait réussi à atteindre un tempo respectable. Pour l'instant de quelques minutes, seulement, puisque rapidement, elle se vit freinée par sa course. Au loin, elle aperçut un chien et son maitre. Son maitre qu'elle aurait pu reconnaitre entre mille. Merde, pensa-t-elle, un seconde fantôme qui s'éclipsait dans sa nouvelle vie. Et même si l'angoisse lui monta aux tripes, l'envie de s'approcher, de le questionner, de savoir ce qu'il était maintenant devenu était bien plus forte que celle de résister. Au jeu de la morte, Gisella était la pire. Mais, à sa défense, elle n'avait aucune raison de croire qu'un de ces hommes la trahirait. N'est-ce pas? Elle s'avança vers l'homme qui ne la regardait pas, qui s'était penché pour caresser son animal, son skate à la main, Niels, elle aurait pu le reconnaitre dans une foule bondée. Or, sur cette plage, dans une aussi petite ville, il avait été facile de le reconnaitre aussi rapidement. Quand elle arriva à sa hauteur, alors qu'il ne la regardait toujours pas, elle se pencha pour flatter son chien. « Il est trop beau », laissa-t-elle planer avec son accent italien beaucoup trop prononcer. « Bello, si j'avais su un jour que l'on se recroiserait, jamais je ne t'aurais laissé partir de mon pays », lui chantonna-t-elle en se relevant pour lui faire face. « Niels. Comment tu vas? », souffla-t-elle d'un ton mielleux, presque le même qu'elle avait pris la première fois qu'il avait posé les yeux sur elle.

__________________________

a whole new world — a new fantastic point of view, no one to tell us, "no" or where to go or say we're only dreaming ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Niels Björk
me, myself & i
Niels Björk
MESSAGES : 6531
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/baby aelya ♡ (av, crack, icons) ; astra (sign)
STATUT : she will be loved till the end of time (aelya)
grand kangou
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptyVen 24 Jan 2020 - 3:24

Le soleil l’avait tiré hors de son lit, les premiers rayons lumineux étant venus chatouiller sa peau nue dans les draps. Il avait contemplé le visage de son amour pendant quelques instants, décidant de se hisser hors des draps, l’envie de faire du sport se réveillant soudainement dans le creux de ses entrailles. Aelya ayant été de fermeture la nuit dernière, il décida de la laisser se reposer toute la matinée, déposant un simple baiser sur le coin de ses lèvres avant de quitter l’appartement. Hank s’était intéressé à ses déplacements multiples, remuant la queue en le voyant sortir sa laisse, comprenant qu’il était inclus dans cette promenade matinale. Son t-shirt accroché nonchalamment à la ceinture de son pantalon, il se laissa glisser sur sa planche le temps de rejoindre la plage, le lieu favori de Hank pour se défouler, lui qui adorait se rouler dans le sable encore frais et légèrement humide. Il prit son skate sous son bras, détachant la laisse de son acolyte pour le laisser profiter de sa liberté, Niels appréciant le fait que la plage était encore peu peuplée à cette heure de la journée. Des sourires se dessinaient sur son visage alors que ses yeux valsaient entre Hank et l’horizon, appréciant ces moments d’accalmie, ceux qu’il peinait à retrouver depuis qu’Aelya et lui étaient revenus de vacances, depuis qu’ils avaient quitté le paradis pour retrouver leur quotidien. Rapidement, il fut surpris par une voix à l’accent chantant, une intonation chaude et presque inoubliable qui l’obligea à relever les yeux en comprenant à qui il avait affaire. Gisella. Il peina à réagir à ses premiers mots, certainement trop surpris pour pouvoir répondre quelque chose de censé, Niels se prenant à détailler ces traits qu’il n’avait pas eu l’occasion de revoir depuis des années. « Peut-être que c’était la meilleure idée que t’aies eu finalement, de me laisser partir. » Se surprit-il à dire, sans même se rendre compte que c’était un peu dur pour une entrée en matière, Niels se voyant définitivement perturbé par cette silhouette qui lui rappelait le passé. « Ça va, merci. Qu’est-ce que tu fais là ? J’aurais jamais cru que t’aurais quitté l’Italie un jour. » Remarqua-t-il, peinant à réaliser qu’elle lui faisait face, après tout ce temps, lui qui avait l’impression d’avoir fait un bond de quelques années en arrière. Il détestait l’admettre, mais l’idée de devoir sympathiser avec elle ne l’enchantait pas plus que ça, sûrement parce-qu’il se rappelait très bien des circonstances dans lesquelles ils avaient décidé de se quitter, Niels tournant le dos à la terre natale de la jolie brune le coeur empli de rancoeur.

__________________________

breathe me — living like there's nothing left to lose, chasing after gold mines. crossing the fine lines we knew, hold on and take a breath. i'll be here every step, walking between the raindrops with you.
Revenir en haut Aller en bas
Gisella Santini
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Gisella Santini
MESSAGES : 248
ICI DEPUIS : 21/01/2020
CRÉDITS : (c) maimihina.
COMPTES : violet + blanche + bella + brooke + beth.
STATUT : autrefois mariée à un homme qu'elle n'aimait pas pour le bénéfice de la mafia italienne. aujourd'hui, célibataire au passé qui vient la hanter.
bowenien
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptyVen 24 Jan 2020 - 4:48

Bowen n'avait rien d'une bonne idée. Elle l'avait jadis accueilli, Gisella y avait laissé ses marques, des traces de son passage de par son ex-mari et les convives qu'elle avait rencontrés par son entremise. Bowen n'était pas sécuritaire. Et, pourtant, elle l'avait choisi pour sa proximité qu'elle lui offrait à sondit ex-mari. Chaque fois qu'elle y était venue, ça avait été pour s'assurer de sa sécurité. Et même passée pour morte, elle le faisait encore. Subtilement, certes, mais elle n'avait pas choisi le pays des kangourous au hasard. Sinon, croyez-le, elle aurait choisi plus exotique. L'Indonésie, la Grèce, peut-être même l'Alaska pour se sentir totalement dépaysée de son Italie natale, laquelle lui manquait déjà. Jamais plus elle ne pourrait s'y rendre sans trahir son secret, jamais plus elle ne pourrait voir ses proches auxquels elle avait dû renoncer. Mais tout ça résultait d'une autre histoire. Bowen était dangereux, non pas seulement de par tous ceux qui l'avaient jadis rencontré, mais aussi de par tous ceux qu'elle y croisait depuis qu'elle y avait remis les pieds, ceux qu'elle n'avait pas prévu. Il y avait eu Enzo. Enzo qui venait avec toute une troupe de gens qui en connaissaient bien trop sur sa vie. Aura, Fede. Des personnes à qui elle tenait, mais qui représentaient une menace pour son secret et sa propre sécurité. Puis, il y avait Niels. Niels qu'elle croisait pour la première fois depuis son arrivée. Niels qui semblait être à son aise, t-shirt retiré, torse dénudé qui laissait entrevoir les tatouages incrustés à sa peau dont quelques nouveaux que la brune n'avait pas eu la chance de voir lors de leur passé commun, à l'aise sur le sable comme s'il en connaissait le lieu par coeur. Il était là depuis longtemps, il n'en était pas à ses premières visites. Du moins, c'était toute l'impression que cela donnait à Gisella. Sans penser aux conséquences que cela pourrait avoir, mais surtout parce que la brèche de sa sécurité personnelle était déjà percée, elle s'avança en sa direction. Si sur ses lèvres un sourire heureux se dessinait au travers des petites taches de rousseur de son visage causées par le soleil, sa peau qui n'arborait pas de maquillage pour les dissimuler, sur le visage du skaboardeur c'était tout le contraire qui s'affichait, presque comme si son apparition subite ne lui faisait pas plaisir, comme si elle n'était pas un doux souvenir des moments qu'ils avaient passés ensemble dans sa terre natale. Et, pourtant, aux yeux de la brune, Niels était un doux souvenir. Il l'avait franchement aidé à passer par dessus sa plus grande peine de coeur, la seule qu'elle eut réellement eue. Mais, pour la rendre heureuse, pour lui faire retrouver une légèreté dans son propre coeur, il avait fallu qu'elle rende celui de son amant lourd. Lourd et trahi. Il ne l'accueillit pas chaleureusement. Gisella hocha la tête en pinçant les lèvres, acceptant les paroles qu'il lui crachait. Mais elle tendit tout de même la main vers lui, attrapant son bras qu'elle caressa du bout de ses doigts pour le calmer. « Ne dis pas n'importe quoi. C'était l'une des pires idées que j'ai eues de te laisser partir. », lui accorda-t-elle. Ce n'était pas totalement faux. Mais ce n'était pas totalement vrai non plus. La pire idée qu'elle avait eue, c'était de laisser Enzo et elle de briser. Et sans cette rupture, Niels n'aurait jamais eu une place de choix dans son coeur et dans ses bras. Et, donc, ces paroles n'en étaient pas complètement fausses. Elle n'aurait pas dû le laisser partir. Surtout pas alors qu'il avait encore en tête que leur histoire n'était qu'une mascarade pour recoller les morceaux brisés de son coeur. Toujours aussi hostile, il prit tout de même l'instant de lui répondre à sa question, sans pour autant la lui retourner, la martelant d'un ça va presque automatique. Il aurait pu mal aller qu'il aurait tait sa vérité. Elle était de trop. « C'est pourtant la seconde fois que je l'ai quitté. Bowen m'a accueilli à l'été deux-mille-dix-huit, l'informa-t-elle. Il avait pourtant raison. Si ça n'avait pas été de la mafia et de son mariage arrangé, jamais elle n'aurait quitté sa terre d'origine. « J'avais besoin de voir le monde, de changé d'air. » Elle ne pouvait pas lui dire qu'elle était morte aux yeux des Italiens, cela le mettrait en danger. Juste de se tenir devant lui était un risque à prendre. « Tu es toujours aussi beau, Niels. », le complimenta-t-elle en tentant de retrouver la douceur qu'il y avait déjà eu entre eux.

hj:
 

__________________________

a whole new world — a new fantastic point of view, no one to tell us, "no" or where to go or say we're only dreaming ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Niels Björk
me, myself & i
Niels Björk
MESSAGES : 6531
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/baby aelya ♡ (av, crack, icons) ; astra (sign)
STATUT : she will be loved till the end of time (aelya)
grand kangou
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptySam 25 Jan 2020 - 2:48

La vie qu’il avait maintenant n’avait rien à voir avec celle qu’il avait eu avant Bowen, une vie de vagabond à la recherche d’un idéal qu’il avait toujours cru ne jamais connaître. Puis Aelya était venue au détour du plus beau des hasards, le sauvant de lui-même, des démons qui l’avaient trop longtemps habité, cherchant à le faire sombrer au fond du gouffre. C’était à elle qu’il devait son bonheur, le sourire qui s’inscrivait quotidiennement sur ses lèvres, parce-qu’il n’avait jamais été aussi heureux, du plus lointain qu’il se souvienne, personne n’avait réussi à le combler autant qu’Aelya le faisait. Pourtant, il en avait croisé des femmes avant elle, certaines ayant probablement eu plus d’importance que d’autres. Gisella faisait partie de celles-ci. Et il s’était senti incroyablement idiot d’avoir pensé qu’il en était de même de son côté, alors que tout ce qu’il avait été, c’était un pansement pour combler le vide d’une rupture. Il aurait certainement dû passer au travers, ne pas s’énerver, ni ressentir la moindre rancoeur à l’idée d’avoir été un bouche-trou. Pourtant, son visage fermé cachait bien une toute autre vérité, Niels ayant bien ressenti ce poignard lui traverser l’abdomen lorsqu’il avait enfin été mis au courant de toute cette mascarade, bien des jours après avoir rejoint l’italienne dans ses draps à de nombreuses reprises. Alors il avait mis un terme à cette relation qui n’en avait jamais été une, encore moins aux yeux de GIsella, raccourcissant son séjour en Italie dans le simple but de la fuir, de trouver refuge dans des étreintes qui ne le marqueraient pas autant. Et il avait trouvé une excuse toute forgée, sans se départir de sa fierté qui avait pourtant morflé après le passage de la jolie brune dans sa vie. Il était parti, sans même un adieu, sans même quelques mots tendres, continuant son périple autre part. Son regard avait finalement réussi à parvenir jusqu’au sien, suivant peu de temps après le parcours de ses doigts qui étaient venus caresser son bras. « Non, c’était la bonne décision. Pour toi, et surtout pour moi. » Lâcha-t-il, sans le moindre regret dans la voix, lui faisant comprendre qu’il avait réussi à fuir juste avant qu’elle n’ait pu lui faire du mal, parce-que c’était exactement ce qu’il aurait encouru s’il était resté à ses côtés. Ses phrases étaient sèches, courtes, comme s’il souhaitait ne pas s’attarder, peinant à laisser ressurgir le visage de cet homme bienveillant qu’elle avait autrefois connu. « C’est fou qu’on ne se croise que maintenant alors. » Ajouta-t-il, hochant faiblement la tête à ce qu’elle ajouta, à cette envie soudaine de voir autre chose que son Italie natale, lui qui comprenait parfaitement ce désir de voir de nouveaux horizons. Il eut à peine le temps de se sortir de ses pensées que Gisella revint à la charge avec des compliments qui le firent frémir sur place, peinant à croire qu’elle jouait sur ce terrain-là avec lui une nouvelle fois. Parce-qu’il reconnaissait le ton de sa voix, son regard de braise qui allait avec et qui l’avait fait défaillir à une autre époque. « Merci. » Souffla-t-il, se forçant à ne pas lui renvoyer le compliment, la mâchoire serrée, comme s’il se retenait d’exploser. « T’es toujours aussi forte pour retourner les cerveaux. » Lâcha-t-il soudainement, un léger rire sarcastique lui échappant alors qu’il croisa les bras contre son torse. « Si t’as besoin de types pour essuyer une nouvelle déception, j’suis sûr que tu trouveras ton bonheur dans les alentours. »

__________________________

breathe me — living like there's nothing left to lose, chasing after gold mines. crossing the fine lines we knew, hold on and take a breath. i'll be here every step, walking between the raindrops with you.
Revenir en haut Aller en bas
Gisella Santini
me, myself & i

Feuille de personnage
» anecdotes:
Gisella Santini
MESSAGES : 248
ICI DEPUIS : 21/01/2020
CRÉDITS : (c) maimihina.
COMPTES : violet + blanche + bella + brooke + beth.
STATUT : autrefois mariée à un homme qu'elle n'aimait pas pour le bénéfice de la mafia italienne. aujourd'hui, célibataire au passé qui vient la hanter.
bowenien
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptyLun 27 Jan 2020 - 3:44

La vie que menait l'ex-avocate aujourd'hui n'avait rien à voir avec celle qu'elle vivait dans sa vingtaine, là où elle avait rencontré Niels. Ni même celle qu'elle s'était imaginé. Étudiante en droit à l'époque, elle s'était ambitionnée une vie où les procès, représenter des clients et plaider les différentes causes qu'elle prendrait à sa charge seraient au centre de sa vie professionnel. Elle n'avait nettement pas pensé qu'à presque trente-deux ans elle serait barmaid dans un bar d'une ville qu'elle connaissait à peine, en ayant renoncé au seul métier qu'elle s'était vu faire toute sa vie. Elle n'avait rien de la Gisella d'avant. Sauf, peut-être, sa personnalité enchanteresse, son charisme et sa prestance. Mais ici, à Bowen, tout ça n'avait pas d'importance, ce qui restait de son ancienne vie non plus. Et elle se rattachait à ce qu'elle connaissait, comme dans l'espoir que cela puisse l'aider à s'y plaire. Quand elle aperçu Niels, le sentiment de s'accrocher à quelque chose qu'elle connaissait du passé lui reprit. Il était son passé, du moins, un petit morceau de ce qu'il en était, de son passé. Elle avait rencontré Niels dans un moment de sa vingtaine qu'elle aurait préféré éviter de revivre, celle d'une rupture, bien malgré elle. Parce qu'elle ne venait pas d'un manque de sentiments, cette rupture, bien au contraire. Elle en avait été forcée. Et Niels avait été le pansement sur ce qui faisait mal. Il avait été le baume sur la blessure. Là, au mauvais moment pour les sentiments, mais au bon moment pour le réconfort. Ils s'étaient retrouvés dans les mêmes draps, souvent, à défaut de n'avoir la personne qu'elle voulait le plus retrouver dans ses bras. Le problème avec Gisella, c'est qu'elle n'avait jamais émit à haut-voix que, pour elle, toute cette histoire avec Niels n'était que purement physique. Il ne fallait pas croire que Niels n'avait pas compté. Seulement, elle avait eu une façon différente de lui montrer. À l'époque, elle avait apprécié sa présence qui lui avait fait sentir qu'elle pouvait se remettre d'un chagrin d'amour sans trop d'éclat. Mais cela voulait aussi dire qu'elle n'était pas prête à ouvrir son coeur à plus qu'une partie ou deux - ou même dix - de jambes en l'air. « Tu es en Australie depuis quand? T'as enfin posé tes valises? », demanda-t-elle, ignorant le premier commentaire du brun, sa main toujours nichée sur son bras. Ses pensées qui s'enflammèrent légèrement alors qu'elle posait les yeux sur son torse nu, Niels qui croisait les bras lui bloquant la vision de sa peau. « Merci? », dit-elle en fronçant les sourcils. « Je vais le prendre comme un compliment. » Parce que ça voulait dire qu'elle savait parler aux hommes, qu'elle pouvait les séduire, les flatter. Et c'était en quelque sorte un atout. Mais ses prochaines paroles ressemblèrent plutôt à des flèches lancées directement sur son coeur, une rancoeur qui restait fortement ancrée dans les souvenirs de l'homme. « Et si j'ai pas envie de trouver n'importe quel type ? », précise-t-elle. « On est pas bien, tous les deux, là? »

__________________________

a whole new world — a new fantastic point of view, no one to tell us, "no" or where to go or say we're only dreaming ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Niels Björk
me, myself & i
Niels Björk
MESSAGES : 6531
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : strangehell/baby aelya ♡ (av, crack, icons) ; astra (sign)
STATUT : she will be loved till the end of time (aelya)
grand kangou
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) EmptyVen 21 Fév 2020 - 0:21

C’était un tas d’émotions contradictoires qui lui sautaient à la gorge alors qu’il posait son regard sur la jeune italienne qui avait entamé la conversation avec lui. Niels avait l’impression d’être piégé avec lui-même, avec son esprit, lui qui gardait habituellement le contrôle des choses. Parce-que leur histoire, si on pouvait l’appeler ainsi, remontait à de nombreuses années en arrière, et l’idée même de la mentionner lui paraissait ridicule. Alors il agissait comme si de rien était, gardant ses distances face à cette femme qui lui avait autrefois fait tourner la tête, sans savoir que son passage lui avait été plus utile que réellement marquant. Lorsqu’il l’avait su, il lui avait simplement fait comprendre qu’il était temps pour lui de continuer sa route, de quitter l’Italie pour rejoindre d’autres contrées. Il avait gardé la tête haute, faisant ressortir son côté détaché pour ne pas lui montrer qu’elle avait pu l’atteindre en se servant de lui comme d’un pansement sur ses maux. C’était comme ça que leur semblant d’histoire avait pris fin, dans la désillusion et la rancoeur. Pour autant, il avait toujours su qu’il n’y aurait rien de bien sérieux avec Gisella, la considérant comme une partenaire avec qui il prenait du bon temps à l’époque, sans imaginer un seul instant qu’il aurait pu s’attacher à elle. Devant elle, il tentait la carte de la nonchalance, presque de l’arrogance, haussant doucement les épaules à ses questionnements. « Ça fera trois ans cette année. Faut croire que j’suis tombé amoureux de l’Australie. Et pas que d’elle. » Ajouta-t-il, lui qui faisait référence à Aelya sans pour autant rentrer dans les détails, parce-qu’il n’avait pas spécialement envie d’étaler sa vie privée à Gisella. Pas ici, pas comme ça. Il avait suivi son regard, sentant l’incompréhension dans celui-ci alors qu’elle releva ses mots. « Prends-le comme tu veux. » Ajouta-t-il, un peu sèchement, lui qui n’était certainement pas là pour lui refaire un égo après ce qu’il s’était passé entre eux. Il baissa les yeux pour regarder Hank qui s’impatientait, son coeur loupant un battement à la réponse de Gisella qui le surprit plus qu’autre chose, ne s’attendant certainement pas à ce qu’elle ait envie de rester face à lui après tous les mots qu’il lui avait sèchement balancé au visage. « T’es sérieuse là ? » Il releva les yeux vers elle, fronçant les sourcils. « J’suis pas sûr qu’on ait réellement des choses à se dire Gisella… C’était sympa à l’époque, mais t’es sûrement une autre femme, et j’ai changé moi aussi. » Ajouta-t-il, cherchant à se donner une contenance face à la brune. « J’vais pas faire semblant avec toi. »

__________________________

breathe me — living like there's nothing left to lose, chasing after gold mines. crossing the fine lines we knew, hold on and take a breath. i'll be here every step, walking between the raindrops with you.
Revenir en haut Aller en bas
me, myself & i
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: i'm sorry (nielsella)   i'm sorry (nielsella) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
i'm sorry (nielsella)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: eastern district :: horseshoe bay-
Sauter vers: