AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-37%
Le deal à ne pas rater :
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
16.99 € 26.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)

Aller en bas 
AuteurMessage
Blanche Cambridge
Blanche Cambridge

Feuille de personnage
» anecdotes: elle fait de l'aquarelle, partout et n'importe comment. en fait, quand elle peint, elle ne se pose pas vraiment de questions. elle laisse ses mains se guider par ses pensées ‹ quand il pleut, elle aime t'assoir devant la fenêtre et regarder les gouttes tomber. le bruit du tonnerre l'apaise ‹ les gens se laissent trop souvent berner par son apparence angélique; ses cheveux blonds et son sourire la trahissent. ce qu'ils ignorent, c'est la bête qui gronde en elle quand elle est en colère. ils ne la pensent pas capable de s'énerver ‹ depuis sa plus tendre enfance, elle sait ce qu’elle veut faire dans la vie, vivre de ses passions, au désarroi de ses parents qui n'avaient pas la même vision pour son avenir. la peinture ce n'est pas un vrai métier, encore moins celle sur le corps, c'est ce qu'ils aimaient lui répéter avant qu’elle quitte le nid familial ‹ elle ne démontre jamais ses émotions, ça ne fait pas parti de ta personnalité. elle aime se décrire comme une introvertie. et ses peurs... alors là, encore moins. ‹ elle a peur de mourir, car ce qui se passe après la vie n'est pas bien défini d'avance. pire encore, elle a peur de mourir seule parce que l'amour, elle ne semble pas vraiment connaître ça ‹ elle n'aimait pas vraiment l'école, en fait elle détestait ça. comment les gens font pour passer de longues heures assis sur des bancs à écouter des maitres parler et raconter leur vision des choses tout en prenant, le plus rapidement possible, des notes à l'aide d’un crayon de plomb ? en fait, elle ne veut pas se l'avouer, mais elle admire ceux qui peuvent le faire, car elle et son énergie, elles sont incapables de demeurer en place trop longtemps ‹ la seule façon de la maintenir concentrer c'est de mettre de la musique classique dans la boutique, ainsi elle peut colorier le corps de ses clients sans avoir l'envie de sauter partout comme une sauterelle. et pour ceux que ça embête... elle les emmerde ‹ lorsqu’elle aime, elle aime d'amour. difficile de s'échapper de son coeur. par contre, lorsqu’elle déteste.. elle déteste avec passion. c'est un couteau à double tranchant ‹ elle ne comprend pas les gens qui aiment les serpents. ouverte d'esprit, elle essaie toujours de t'adapter aux nouveautés.. mais les serpents ne font pas partie des choses pour lesquelles elle peut faire un compromis
messages : 680
points : 27
ici depuis : 27/05/2018
crédits : (c) sweet disaster
comptes : violet + bella + brooke + beth + gisella + nevaeh + liam
statut : reviens-moi réellement cette fois
baby kangou
MessageSujet: we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)   we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles) EmptyLun 8 Juin 2020 - 20:14

La sentence avait été prononcée. Huit ans. Huit ans derrière les barreaux pour Charles. Huit années pour Blanche sans son grand-frère, son héros. Huit années qu'elle passerait à s'inquiéter pour lui, à lui venir en aide au mieux qu'elle le pouvait, versant toutes ses paies dans le compte de banque de Charles en prison pour s'assurer qu'il ne manque de rien là-bas alors qu'ici, pendant ce temps Blanche se laissait dépérir. Mais elle le ferait, pendant huit ans, par amour. Heureusement pour elle, ça n'avait pas été aussi long. Après quatre années derrière les barreaux, Charles s'était fait accorder une libération conditionnelle par son comportement impeccable, au grand plaisir de sa petite soeur. Blanche était venue le chercher, les grilles s'étaient ouverte sur un homme au sourire large, elle lui avait sauté dans les bras, couvrant sa nuque de doux baisers. Qu'est-ce qu'elle l'aimait. Qu'est-ce qu'il lui avait manqué. « Tu as faim ? » avait-elle demandé, en retrouvant la terre ferme, s'éloignant de lui pour mieux le regarder. « Il y a un diner à quelques minutes d'ici, sur la grande route. On pourrait s'arrêter casser la croûte avant de rentrer à la maison. Qu'est-ce que tu en dis ? » Ils pouvaient faire ce qu'il voulait pour ses premières heures de liberté, elle le laisserait choisir. Mais, inévitablement, les grandes discussions allaient finir par devoir arriver. Charles n'y échapperait pas.

__________________________

wise men say only fools rush in, but i can't help falling in love with you. shall i stay, would it be a sin if i can't help falling in love with you  
Revenir en haut Aller en bas
Charles Cambridge
Charles Cambridge
messages : 96
points : 49
ici depuis : 09/02/2020
crédits : avatar par un inconnu?
comptes : la toute délicate et charmante (alma)
statut : célibataire et ça te va comme un gant.
bowenien
MessageSujet: Re: we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)   we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles) EmptyLun 8 Juin 2020 - 23:32

Quand t’avais entendu le verdict du juge, tout était devenu flou pour toi. Comme si tu ne réalisais pas l’impact ou plutôt comme si ton corps avait décidé de te protéger. Tu ne faisais pas la sourde oreille, tu n’entendais simplement plus. Huit ans de ta putain de vie que t’allais passer derrière des barreaux. Puis, tu t’y étais fait. T’avais même été sage. T’avais tellement été sage qu’on t’avait dit oui à ta libération conditionnelle... Putain ce que ça t’avait fait du bien d’entrevoir la liberté. T’avais pris soin de rester au soleil quelques instants parce que c’était une chose de le voir de l’intérieur, mais à l’extérieur du bâtiment. T’étais plus prisonnier. Ton sourire s’agrandissait et juste avant qu’elle te saute dans les bras, t’avais envie de faire une putain de connerie. Tu rentrais ton doigt dans ton nez avec une grimace et tu le ressortais avec une mine d’or, tu fronçais les sourcils. T’avais pas prévu ça. Tu t’essuies gracieusement sur ton pantalon et tu serres ta sœur dans tes bras. « Si j’ai faim!? On se voit pour la première fois depuis une semaine et tu me demandes si j’ai faim quand c’est toi qui a perdu du poids... » Tu te recules et tu la regardes en secouant la tête. « Va falloir que tu gagnes quelques kilos, ma belle. » En attendant, t’avais pas répondu à sa question et elle poursuivait en te disait qu’il y avait un diner à proximité. Juste d’en parler, tu en salivais d’avance. « Putain que j’suis d’accord, t’es la meilleure petite sœur de l’univers! » Tu la prends dans tes bras et tu la fais tournoyer. Putain, ce qu’elle t’avait manqué, celle là. « J’suis prêt quand tu l’es. » Tu te sens bien. Pour la première fois depuis quelques années, tu te sens foutrement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche Cambridge
Blanche Cambridge

Feuille de personnage
» anecdotes: elle fait de l'aquarelle, partout et n'importe comment. en fait, quand elle peint, elle ne se pose pas vraiment de questions. elle laisse ses mains se guider par ses pensées ‹ quand il pleut, elle aime t'assoir devant la fenêtre et regarder les gouttes tomber. le bruit du tonnerre l'apaise ‹ les gens se laissent trop souvent berner par son apparence angélique; ses cheveux blonds et son sourire la trahissent. ce qu'ils ignorent, c'est la bête qui gronde en elle quand elle est en colère. ils ne la pensent pas capable de s'énerver ‹ depuis sa plus tendre enfance, elle sait ce qu’elle veut faire dans la vie, vivre de ses passions, au désarroi de ses parents qui n'avaient pas la même vision pour son avenir. la peinture ce n'est pas un vrai métier, encore moins celle sur le corps, c'est ce qu'ils aimaient lui répéter avant qu’elle quitte le nid familial ‹ elle ne démontre jamais ses émotions, ça ne fait pas parti de ta personnalité. elle aime se décrire comme une introvertie. et ses peurs... alors là, encore moins. ‹ elle a peur de mourir, car ce qui se passe après la vie n'est pas bien défini d'avance. pire encore, elle a peur de mourir seule parce que l'amour, elle ne semble pas vraiment connaître ça ‹ elle n'aimait pas vraiment l'école, en fait elle détestait ça. comment les gens font pour passer de longues heures assis sur des bancs à écouter des maitres parler et raconter leur vision des choses tout en prenant, le plus rapidement possible, des notes à l'aide d’un crayon de plomb ? en fait, elle ne veut pas se l'avouer, mais elle admire ceux qui peuvent le faire, car elle et son énergie, elles sont incapables de demeurer en place trop longtemps ‹ la seule façon de la maintenir concentrer c'est de mettre de la musique classique dans la boutique, ainsi elle peut colorier le corps de ses clients sans avoir l'envie de sauter partout comme une sauterelle. et pour ceux que ça embête... elle les emmerde ‹ lorsqu’elle aime, elle aime d'amour. difficile de s'échapper de son coeur. par contre, lorsqu’elle déteste.. elle déteste avec passion. c'est un couteau à double tranchant ‹ elle ne comprend pas les gens qui aiment les serpents. ouverte d'esprit, elle essaie toujours de t'adapter aux nouveautés.. mais les serpents ne font pas partie des choses pour lesquelles elle peut faire un compromis
messages : 680
points : 27
ici depuis : 27/05/2018
crédits : (c) sweet disaster
comptes : violet + bella + brooke + beth + gisella + nevaeh + liam
statut : reviens-moi réellement cette fois
baby kangou
MessageSujet: Re: we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)   we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles) EmptyLun 29 Juin 2020 - 6:59

Blanche ne s'était jamais plainte des difficultés qu'elle avait rencontrées. Émancipée de sa famille dès qu'elle l'avait pu, elle s'était débrouillée avec les moyens qu'elle avait eus pour bâtir son salon et une clientèle avec des parents qui lui avaient parfois, voire souvent, mis des bâtons dans les roues. Ce qu'elle avait, elle ne le devait à personne. Pas à l'argent familial, pas à la réputation de sa famille, pas à son statut dans la bourgeoisie australienne. À elle, tout simplement. Mais les dernières années n'avaient pas été simples. Il y avait eu les problèmes d'argent, de coeur, les peurs et les colères concernant l'arrestation de son frère et la fragilité devant son incarcération. Ça en avait valu quelques cernes sur son visage et deux ou trois fluctuations en poids. C'est ce que Charles remarqua avant de serrer Blanche dans ses bras, juste après avoir fouillé gracieusement dans son nez. « Très sympathique », fit Blanche avec dégoût en regard ce geste typiquement masculin. « T'es plus en prison, faut apprendre à vivre à nouveau en société Charles. » Est-ce que c'était ses nouvelles habitudes de détenu de chercher des trésors dans ses orifices nasaux ? Blanche espérait que ce n'était que passager, proposant alors le repas comme échappatoire. « J'y tâcherai », mentit-elle pour éviter qu'il ne la gronde à nouveau. Et elle usa de son point faible, la nourriture, pour le tenter à accepter de casser la croûte. « Je suis la seule petite soeur que tu as ! » En fait, c'était faux. Ils avaient une autre petite soeur cachée, Harmonie, que Blanche avait découverte récemment et dont elle devra parler à Charles. Mais pour l'instant, c'était de lui qu'il fallait discuter. De lui et ses plans. Elle le guida vers la voiture et se mis en route pour le casse-croûte. « Ça te fait quoi d'être un homme libre ? »

__________________________

wise men say only fools rush in, but i can't help falling in love with you. shall i stay, would it be a sin if i can't help falling in love with you  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)   we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
we are captives of our own identities, living in prisons of our own creation (charles)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: explore the past-
Sauter vers: