AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
It looks like a lot of people are here because they have a tough past. Bowen seems to be, like, a new beginning. A way to start a new life, you know. - Oscar J. Fielding

Partagez | 
 

 Don't play with me | CHARMY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Don't play with me | CHARMY   Lun 4 Juil 2016 - 9:52



   
charmy.
    joue pas comme ça.

J
e regarde l’heure. Dix-neuf heure. Il est largement temps que je file au club pour superviser tout le monde. Ce n’est clairement pas ce vieux Buddy qui va le faire alors qu’il se planque tranquille dans les salons privés normalement réservés au meilleurs clients, priant en secret de ne pas être dérangé tout en fumant. En même temps moi ça m’arrange, je suis le véritable patron en quelque sorte. Je gère de A à Z. Bud me fait confiance et il a bien raison. Depuis que je suis arrivé, les choses ont changés. Les employés doivent s’y faire. Je ne suis pas comme Buddy. Je ne suis pas un tirant non plus qu’on soit bien claire. Je veux seulement que le club continue de marcher aussi bien. Et pour ça, je ferais ce qu’il faut. Je ne laisse rien au hasard. Je passe une main dans mes cheveux puis elle glisse sur mon visage. Je soupire, lasse et éreinté par mes nuits trop courtes. Mais je m’en fou. J’aime ce que je fais. M’occuper du club est une vraie bénédiction. Cela me donne des responsabilités, un salaire confortable et il y a quand même plus désagréable que de travailler avec de jolies jeunes femmes jour après jour. Je quitte mon appartement. Sur le chemin, je m’allume une cigarette. Je regarde la ville, mon chez moi. J’ai trouvé un appartement pas loin du club, ce qui arrange bien mes affaires. Je peux m’y rendre à pied et au moindre soucis, je peux débarquer au club pour le régler. Mon portable sonne. Je regarde qui m’appelle et soupire. Je décroche au bout de quelques secondes, déjà exaspéré. « Salut. » Dis-je, froid comme la glace avant de poursuivre la combustion de ma cigarette et en me dirigeant vers le club. Je secoue la tête en écoutant mon interlocuteur. « Non. J’ai dis non ! » Crachais-je, sentant la rage monter en moi. Il me prenait pour un con ou quoi ? « Bordel mais je dois répéter les choses combien de fois ?! » M’emportais-je, m’arrêtant de marcher, faisant les cents pas. Je sentais la rage s’immisçait dans mes veines, pulsant jusqu'à mes tempes. Je prenais une grande inspiration. « Alors écoute moi bien ok ? Tant qu’il ne m’a pas entièrement rembourser ce qu’il me doit, on ne le fournit plus. Plus du tout. » Lâchais-je. « Qu’il se démerde. J’ai déjà été trop gentil avec lui. » Conclus-je avant de raccrocher sans plus d’égard pour mon vendeur. On avait rien sans rien. Tu ne payais pas, je te donnais pas ta dose de destruction en poudre. C’était comme ça. Mon business ne ferait pas long feu si je n’étais pas en mesure de faire respecter certaines règles. J’arrivais alors au club. Je finissais alors ma cigarette appuyais sur le mur avant de jeter le mégot par terre. Crève planète ! Je m’approchais et saluais les vigiles en passant les portes du club. Ils me saluèrent en retour d’un « patron » bien formel mais qui me faisait plus que plaisir. Une fois à l’intérieur, je me sentis chez moi dans l’atmosphère feutré et lourde. J’allais saluer les habitués. Il n’y avait pas encore trop de monde. Les hommes étaient encore à table avec leur jolie petite famille. Machinalement, comme un rituel, je filais ensuite saluer Buddy installé dans son salon, tel un pachas. Je souris. Je l’appréciais beaucoup. Plus que je n’oserais l’avouer à qui que ce soit. Jamais. Je discute quelques minutes avec lui de tout et de rien. Puis je m’en vais vers la dernière étape de ce rituel en arrivant au club. Aller voir les filles qui bossaient ce soir. La encore je motivais les troupes, m’assurant qu’elles savaient bien ce qu’elles avaient à faire. En gros, tout pour que le client soit content, consomme et revienne régulièrement sauf si celui-ci dépassait les règles. Elles savaient toutes qu’elles ne craignaient rien. Si un client aller trop loin ou qu’elles ne le sentaient pas, la sécurité et moi même intervenions dans la minute. J’allais au sous-sol, jusqu'à la loge des filles. Je toquais et faisais mon entrée, souriant. « Bonsoir mesdemoiselles ! » Lançais-je en refermant la porte derrière moi. Elles me saluèrent avec entrain . Je souris. « Ah … J’adore cet accueil ! » M’exclamais-je en riant. Je m’adossais à la porte avant de commencer mon monologue. « Bon les filles, je vais pas radoter, vous savez ce que j’attend de vous. Faites comme d’habitude. Au moindre soucis, vous m’appelez ou vous allez voir la sécurité d’accord ? » Leur dis-je, souriant et rassurant. Je les passais alors en revue et je m’arrêtais net, fronçant les sourcils. Il manquait une fille. Je sentis alors la colère de tout à l’heure revenir. « Ou est Tasha ? » Leur demandais-je d’un ton glaciale. Elles restèrent silencieuses. Ce qui n’arrangea rien. « Elle est ou . ?!  Y a forcément l’une d’entre vous qui sait. » Soufflais-je, vibrant de colère. Je prenais une inspiration, ne voulant pas les effrayées, après tout ce n’était pas la peine de m’en prendre à elles. Soudain l’une des filles s’approcha et me regarda. « Elle est partie. " Je passais une main dans mes cheveux. « Ok. Merci. Passez une bonne soirée les filles. » Je ressortais alors de la loge avant de faire ou dire quelques choses que je regretterais. Je remontais en salle,  toujours énervé. Je regardais alors la salle et vis que des tables n’étaient pas encore dresser. « C’est une blague ?! » Décidément ils avaient tous décidés de m’emmerder ce soir on dirait. « Charley !!!! » Criais-je, me fichant pas mal que les quelques clients m’entendant. Je restais planté là, attendant qu’elle arrive pour que je lui dise ma façon de penser. Sacré Bud, tu as été un père trop lascif avec eux …
WILDBIRD

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Lun 4 Juil 2016 - 18:52


Don't play with me
Charley & Jeremy

 
Le club l'avait échappé belle lorsque l'inattention générale avait provoqué un incendie. L'enquête avait conclu à un câble électrique défectueux et Buddy avait été plus que ravi que son ex-femme - était-ce la troisième ou quatrième ? peu importe. - l'ait poussé à s'assurer. De ce fait, il avait pu faire effectuer les travaux de rénovation aux gros sous de son assurance et surtout, il pouvait continuer à mener ses petites affaires sans avoir à s'inquiéter. Cependant, il avait aussi conscience que si Charley n'avait pas été dans les parages et ne s'était pas inquiétée pour lui, il serait probablement mort asphyxié par la fumée qui commençait à envahir les alcôves. Il avait pris ces quelques semaines de fermeture pour une espèce d'introspection de vieil artiste des 70's. Parce que oui, Buddy commençait à se faire vieux. Trop pour diriger cette grosse entreprise seul et surveiller tout ce qu'il y avait sur le feu. Force était de constater que la seule partie de son statut qu'il aimait, c'était de pouvoir compter les billets à l'aube après avoir bu quelques verres. Son affaire se portant bien malgré les pertes engendrées par l'inactivité forcée, il en avait donc conclu qu'il était temps d'investir ... Dans un associé. Il lui fallait du sang neuf. Un homme d'affaires qui n'avait pas peur des défis, de voir grand, comme lui lorsqu'il était encore jeune et vigoureux.

Les candidats s'étaient succédés, force de propositions, des dossiers pleins de papiers sous la manche de leur costard, le sourire ultrabright ... La plupart sortait de l'école ou, pire, étaient carrément louches. Qu'était-ce donc que ces types qui pensaient que les femmes ne valaient guère mieux qu'un bout de bidoche ? Parce que des idées pour améliorer le rendement des filles, augmenter leurs heures et tout le patatra, ils en avaient. Pour diriger une entreprise humaine tout en dégageant du profit, là, c'était une autre histoire. Les jeunes n'avaient décidément plus aucune imagination. Sauf le dernier. Lui, il lui avait bien plu. Alors, il l'avait engagé.

Les employés avaient rapidement étaient mis au courant, chacun prenant la nouvelle à sa manière. Pour la plupart, cela leur importait peu tant qu'ils pouvaient continuer de mener leur travail comme ils l'avaient toujours fait et que le traitement ne changeait pas. En d'autres termes, ils attendaient de voir, prêts à poser leur démission si le vent tournait en leur défaveur. En revanche, pour certains, c'était une autre paire de manches ... Ou plutôt, pour certaines. Une en particulier. Prenons Charley Hawkes, barmaid-serveuse à mi-temps de son état, ex-flic, mère célibataire et accro aux sports extrêmes, ainsi qu'aux mojitos - en-dehors des heures de travail, naturellement. Ses sourcils s'étaient froncés et ses lèvres, tordues en une espèce de moue désapprobatrice. Le nouveau, Jeremy Strauss, ne lui plaisait pas. Il avait l'oeil trop affuté, le charisme d'un de ces manipulateurs qu'elle ne connaissait que trop bien pour en avoir arrêté un tas et le discours d'un VRP sous son sourire de requin. Il ne s'agissait, bien sûr, que d'un a priori. Lequel n'avait pas tardé à se vérifier environ une demi-conversation plus tard. En somme, elle l'avait dans le nez, ce qui n'était jamais bon signe lorsque l'on parlait de la Tempête Hawkes.

Aussi, il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'elle lève les yeux au ciel et retienne un juron tandis que son prénom, invectivé avec autorité, résonnait dans la salle principale. Sortant de la réserve, une caisse de bouteilles entre les mains, elle s'arrêta derrière son bar et laissa tomber son chargement dans un grand bruit. Puisqu'il voulait attirer l'attention, elle pouvait aisément rivaliser. " Monsieur Strauuuuuss ? " le singea-t-elle, incapable de s'en empêcher, ses azurs brillant sous une mèche rebelle de cheveux blonds. Elle ne tarda pas à comprendre d'où venait la colère subite de son boss tout frais et elle leva les mains devant elle, paumes tournées vers lui. " C'est Alfonso qui s'occupe de ça. Et Alfonso, il est à l'hôpital parce que son gamin a eu un accident de vélo. On a appelé Amina pour le remplacer au pied levé, elle sera là dans une heure. " Elle s'empara du goulot d'une bouteille de vodka tout en désignant le comptoir de ses doigts libres. " Moi, je m'occupe du bar et de servir les clients, ok ? " Sous-entendu : chacun son job. Elle s'était déjà occupée de contacter Amina, elle n'allait pas en plus dresser ses tables !
AVENGEDINCHAINS

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Sam 9 Juil 2016 - 11:34



   
charmy.
    joue pas comme ça.

J
e brûlais intérieurement. Ils s’étaient mis en tête de me faire chié ce soir ou quoi ? D’abord j’apprend qu’on a une fille en moins et maintenant je vois que des tables ne sont pas prêtes pour accueillir nos clients d’une minute à l’autre ? Non. C’en était trop et comme souvent, malgré moi ( ou pas ), c’était Charley qui allait subir ma colère. Elle n’avait pas qu’a se ventait d’être capable de gérer le club. Budd l’avait trop choyée celle-là. Je m’époumonais avec son prénom filtrant par mes lèvres. Je faisais les cents pas, l’imaginant déjà prendre, comme toujours un malin plaisir à me rendre dingue. Un jour elle le regretterais. C’était certain. On ne se jouait pas de moi impunément. Puis soudain elle apparut. Ses boucles dorées, ses iris d’un azur captivant, bien trop captivant … Elle laissa sur le bar son chargement. " Monsieur Strauuuuuss ? " Qu’est ce que je disais ?! Elle prend un malin plaisir à me mettre hors de moi, à défier mon autorité. Je la regardais, les yeux brûlant de colère, de rage même. « Arrête de faire ta maligne ! » Je secouais la tête, marmonnant ma rage. Je ne pipais plus mots ensuite, essayant de me contrôler. J’avais promis à Budd de bien me comporter, de ne pas faire de vague au club et comme il m’avait donné cette belle opportunité, je me devais de respecter les promesses que je lui avais faites. Elle ne tarda pas à comprendre et sans que j’ai besoin de lui expliquer, elle prit la parole, paumes en l’air. " C'est Alfonso qui s'occupe de ça. Et Alfonso, il est à l'hôpital parce que son gamin a eu un accident de vélo. On a appelé Amina pour le remplacer au pied levé, elle sera là dans une heure. " Pour le coup, j’eu le sifflet coupé net. Je la regardais furtivement avec un regard nouveau. Bien sur je ne comptais rien laissé paraître mais peut-être que finalement, Budd avait raison de lui faire confiance … " Moi, je m'occupe du bar et de servir les clients, ok ? " Déclara t-elle vivement. Je soupirais, passant une main sur mon visage. Je prenais une inspiration et allais vers elle, vers le bar. Je me glissais sur l’un des tabourets du bar. « Serre moi un verre s’il te plait. » Demandais-je en désignant la bouteille qu’elle tenait en main, plus calme maintenant. Je passais une main dans mes cheveux, en soupirant encore. « Je suis désolé. » J’étais pas du genre à balancer ses trois mots à tout bout de champs mais là, j’étais sincère. J’avais déchargé sur elle tout mon stress, ma colère ou encore ma frustration et elle ne le méritait pas alors qu’elle avait gérer un problème avant même que je sois au courant du-dit problème. Je levais les yeux vers elle. « Le petit n’a rien de grave ? » Lui demandais-je en tapotant mes doigts sur le bar. J’avais beau être un enfoiré de première, je n’étais tout de même pas sans cœur. Encore moins quand il s’agissait d’enfant. J’avais tellement eu une enfance pourri que je ne supportais pas de voir un enfant malheureux. «J’aurais pas du m’en prendre à toi. Tu n’avais rien fait. » J’attrapais un bol de cacahouète qui traînait pas loin. « Je viens d’aller voir les filles. Il nous en manque une pour ce soir. Voilà pourquoi j’étais énervé. Moins de filles, moins de clients satisfait, moins d’argent dans les caisses. » Ce club, c’était ma deuxième maison alors oui, j’étais exigeant et parfois dure mais si on voulait rester au top, on ne devait pas se reposer sur ses acquis. On devait toujours faire de notre mieux sinon d’autre bar, d’autre club deviendrait à la mode et nous n’aurions plus qu’a  fermé boutique Personne ne souhaitez que ça arrive ici, j’en été convaincu, alors nous devions tous faire des efforts. J’étais tout à fait sur qu’elle le comprenne. Il n’y avait pas encore trop de monde et le temps qu’Amina arrive, cela devrait être bon. Je me tournais, regardant la salle, perdue dans mes pensées.

hj:
 

WILDBIRD

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Lun 25 Juil 2016 - 0:57


Don't play with me
Charley & Jeremy

 
Etrangement, le vieux Buddy avait beaucoup misé sur Charley. L'adverbe semblait adéquat, du fait qu'il avait non seulement recruté quelqu'un qui n'y connaissait pas grand-chose en service mais qui, en sus, avait été refoulée d'environ la moitié des autres commerces de la ville. La blonde semblait éprouver quelques difficultés avec l'autorité, à en croire ses anciens - et brefs - employeurs. Sans compter qu'elle tenait difficilement en place et ne supportait pas de rester plus d'un quart d'heure sans rien faire. Vis-à-vis de la clientèle d'un magasin de vêtements, d'un cabinet médical ou même, d'un petit bar de quartier, tous ces traits de caractère étaient légèrement compliqués à gérer. Sauf pour Buddy. Ils s'étaient connus bien avant que la jeune femme ne remballe l'uniforme. D'ailleurs, si elle n'avait pas été dans le coin à une certaine et très sombre période de sa vie, il n'aurait plus eu cette boîte à gérer depuis longtemps. Il lui en devait une. Et il avait payé sa dette. D'abord frileux comme tout boss se respectant, il lui avait fallu moins d'une semaine pour comprendre qu'il avait parié sur la bonne pouliche.

Jeremy commençait-il à le saisir, lui aussi ? La blonde préparait la réplique, le venin aux lèvres. Aucun être humain, quoi qu'il eut entre les jambes, ne pouvait lui marcher sur les pieds en toute impunité : elle avait toujours de quoi poser ses parties grâce à sa répartie. Le nouveau ne lui inspirait aucune crainte, elle en avait vu d'autres, qu'importait qu'il fut son patron, lui aussi. Les doigts crispés sur le goulot de la bouteille, elle attendit. Mais finalement, ce fut un soupir las qui lui répondit. Quelque peu surprise, elle arqua un sourcil, sans broncher pour autant. Bien, puisque beau-gosse-en-complet n'avait rien à dire, elle non plus. Elle se contenta de lui servir le verre qu'il lui réclamait - poliment ! Seigneur ! - et fit glisser le contenant jusqu'à son coude. Prête à repartir comme elle était apparue, elle faillit tomber de ses perches de douze quand il lâcha les trois petits mots honnis. Hébétée, cette fois, elle crut avoir mal compris. Elle manqua même lui demander de répéter, au cas où un champignon hallucinogène aurait trainé dans la réserve et qu'elle en aurait sniffé les spores à l'insu de son plein gré. Tout en le dévisageant bêtement - comprendre que sa mâchoire inférieur s'était un brin affaissée -, elle parvint tout de même à grommeler un " Pa'grav." à peine audible. Elle réalisa qu'elle n'était pas au bout de ses peines quand il demande des nouvelles du garçonnet maladroit. " Je ... Il ... Non. Juste une jambe cassée. " répondit-elle. Un peu plus et elle allait se tortiller de malaise. Loi de Murphy oblige, il continua sur sa lancée. Ses prunelles rivées à celles de l'associé, elle l'écouta discourir sans piper mot.

Charley n'aimait pas beaucoup se tromper. Quand elle avait décidé que les gens étaient comme elle avait décidé qu'ils devaient présenter, les découvrir sous un autre jour la déstabilisait. Puisqu'elle agissait en fonction de leurs paroles ou de leurs actes, se calquaient dessus, changer son positionnement demandait une capacité d'adaptation qu'elle avait parfois du mal à déployer. Particulièrement lorsque la personne en question ne lui revenait pas. Passer du grand méchant loup à l'être humain lambda, c'était un fossé qu'il fallait gérer. Et quand on était aussi entière qu'elle, c'était vraiment, réellement compliqué. Le pauvre Jeremy semblait tellement nerveux, pour le coup, qu'elle se sentit se radoucir. Toute à ses propres considérations, elle n'avait pas pris la peine de se mettre à sa place. Le job qu'il avait choisi n'avait rien d'une sinécure et elle en savait quelque chose pour avoir brièvement tenu le poste depuis son arrivée. Buddy n'y paraissait pas sous ses airs débonnaires, cependant, il était exigeant. Si le club fonctionnait aussi bien, cela n'était en rien dû au hasard. Il avait les bons contacts, les bons fournisseurs et triaient ses employés sur le volet. L'erreur était peu tolérée et s'il traitait bien son équipe, elle se devait d'être irréprochable. Le client devait être satisfait, quoi qu'il en coûte. Alors son associé ? Il avait plutôt intérêt à avoir des yeux derrière la tête et à ne dormir que d'une oreille. Sa bouche se tordit en une petite moue embarrassée.

Fort heureusement, chassez le naturel ... L'élan de sympathie qu'elle avait éprouvé à l'égard du jeune homme s'évanouit alors qu'il parlait profit. Rendement. Satisfaction. Les chiffres, toujours les chiffres. A croire qu'il n'avait pas tout à fait compris que la blonde n'était pas le bon interlocuteur pour ce genre de discours. Passé d'humaniste justicière oblige, elle était trop éloignée de cette conception financière pour comprendre à quel point ce petit détail, à savoir le départ d'une des filles, puisse le mettre dans un état pareil. Un sourire aux coins des lèvres, elle rangea la bouteille entamée au-dessus du comptoir et ne put réprimer un petit ricanement. " C'est ça qui te met dans tous tes états ? " Attendant qu'il en revienne à elle, elle reprit : " Honey, les employés vont et viennent, ici. C'est souvent un truc d'appoint, le temps de ... Tu vois ? Je veux dire, t'es dans un club de strip-tease, à quoi tu t'attendais ? Personne fait carrière dans ce genre de coin. Ils arrivent, se font assez de pourboires pour payer leur loyer et une fois les études terminées, la facture de la bagnole payée, ils vont voir ailleurs s'ils y sont. Toutes les semaines on a un départ, un désistement. Pas de préavis, rien du tout. C'est le jeu. " Elle haussa les épaules, son décolleté en profitant pour suivre le mouvement. Purée de purée, elle détestait vraiment cette façon dont Buddy l'obligeait à s'habiller ! Des débardeurs informes, elle avait dû passer aux petits hauts échancrés et aux pantalons bien serrés. Franchement, il n'y avait rien de naturel là-dedans. Néanmoins, sans s'en rendre compte, elle avait fini par s'y habituer avec le temps. C'est pourquoi elle s'accouda au comptoir, se penchant vers son patron, son regard de nouveau planté dans le sien. " Quant aux clients ... M'est avis qu'ils trouvent toujours leur compte. T'en fais pas pour eux. " Du menton, elle désigna une scène derrière lui. La magnifique Amanda se déhanchait lascivement sur la scène, la barre serrée entre ses cuisses musclées, pour le plus grand plaisir des œillades lubriques de l'assistance. Trish n'était pas en reste, un type quelconque glissant quelques billets bien verts dans l'élastique de sa toute petite culotte, un peu plus loin, sur la gauche. Non, décidément, Charley ne s'inquiétait pas pour l'avenir immédiat de la boîte.
AVENGEDINCHAINS

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Mer 3 Aoû 2016 - 14:24



   
charmy.
    joue pas comme ça.

A
ssis au bar, Charley en face de moi, je lui demandé poliment un verre, qu’elle me servit rapidement. J’attrapais le verre qu’elle me faisait glisser vers moi, lasse comme je l’étais rarement. Je m’excusais alors, comprenant que je m’étais défoulé sur elle alors qu’elle n’avait rien fait. Au contraire. Je crois que Charley était quelqu’un sur qui je pouvais m’appuyer au bar. Budd avait eu raison de lui faire confiance et même si notre collaboration était parfois houleuse, il n’en était pas moins que je devais faire avec elle, pour le bien de l’établissement. Par contre, ne comptez pas sur moi pour le lui avouer de vive-voix. Je préférais largement nos petites engueulades régulière, notre petit jeu relativement bon enfant. Cela mettait du piment. Elle sembla étonné que je m’excuse. Je fronçais les sourcils. Je secouais la tête. «Remet-toi, je ne suis pas un connard à longueur de temps je te signale. » Je roulais des yeux avant de prendre une gorgée de mon verre. " Pa'grav. " Grommela t-elle, acceptant à sa manière mes excuses. Je souris en coin, narquoisement. Je prend ensuite des nouvelles du petit garçon blessé qui avait retenu son père à la maison. Je n’étais pas sans cœur, bien qu’apparemment c’était ce qu’elle pensait au vu son air de surprise, toujours présent. Cela finirait presque par en devenir vexant. Je n’étais pas un ange c’était certain mais j’avais quand-même mes failles, mes blessures. Comme tout le monde. " Je ... Il ... Non. Juste une jambe cassée. " Me dit-elle. Je hochais la tête. « D’accord.  Dis à Al’ de m’appeler si il a besoin de prendre des jours pour s’occuper du petit. » Dis-je avant de boire une nouvelle gorgée de mon verre.
Je lui racontais alors ce qui m’avait mis dans cette état de colère que j’avais déversé inconsciemment sur elle. Elle m’écouta puis rangea la bouteille qu’elle avait dans les mains avec un ricanement. Je fronçais les sourcils, ne comprenant pas ce que j’avais dis de drôle. " C'est ça qui te met dans tous tes états ? " Je jouais de mes doigts sur le bois du bar. " Honey, les employés vont et viennent, ici. C'est souvent un truc d'appoint, le temps de ... Tu vois ? Je veux dire, t'es dans un club de strip-tease, à quoi tu t'attendais ? Personne fait carrière dans ce genre de coin. Ils arrivent, se font assez de pourboires pour payer leur loyer et une fois les études terminées, la facture de la bagnole payée, ils vont voir ailleurs s'ils y sont. Toutes les semaines on a un départ, un désistement. Pas de préavis, rien du tout. C'est le jeu. " Je secouais la tête. Elle haussa les épaules ce qui accentua son décolleté sur lequel je ne pu que lorgner en essayant d’être discret mais me fichant de l’être au final. Charley était une jolie fille et j’étais un homme. Je soupirais. « Je le sais bien qu’est ce que tu crois. » Marmonnais-je en finissant d’un trait mon verre. Je la regardais. « Ce club compte à mes yeux tu vois ? Je ne suis peut-être qu’un foutu emmerdeur sur votre dos à tous mais si je fais ça c’est pour garder le club ouvert, pour qu’il marche toujours aussi bien. » Clamais-je. Budd m’avait fait confiance, m’avait donné une énorme chance, sans rien savoir ou presque de moi et sans demander autre chose que de gérer au mieux le club, en respectant le personnel et en me comportant en gentleman avec les filles. Charley se pencha devant moi, me regardant dans les yeux. " Quant aux clients ... M'est avis qu'ils trouvent toujours leur compte. T'en fais pas pour eux. " Je fronçais les sourcils et me tournais vers la scène qu’elle me désignait du menton. Je souris en regardant la scène ou se produisait Amanda. Magnifique créature qui devait sûrement hanté le rêve de beaucoup de nos clients. Il y avait aussi Trish, qui semblait aussi avoir gagner sa soirée. Après quelques secondes de contemplation, je me retournais vers Charley. « Bon ok. Tu as sûrement raison. Je crois qu’il faut que je décompresse. » Je levais les yeux vers elle, souriant en coin. « Tu veux pas m’aider pour ça ?  » Lui lançais-je en la regardant avant de me mettre à rire.  J’adorais la taquiner. Avec son tempérament c’était toujours explosif et cela me plaisait.
WILDBIRD

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Lun 10 Oct 2016 - 16:35


Don't play with me
Charley & Jeremy

 
Le discours de Jeremy plongea la blonde dans une sorte de perplexité qu'elle se garda bien de laisser paraître. Il fallait dire qu'elle ne s'était pas attendue à ce qu'il réagisse de manière si humaine en apprenant les raisons de l'absence d'Alfonso. Alors qu'il se sente si concerné par le sort de cette entreprise ... Ça dépassait l'entendement. Du moins, celui de Charley. C'était l'inconvénient quand on était aussi butée qu'elle : on se fiait à ses premières impressions et tout ce qui transigeait avec ses certitudes originelles vous déstabilisait. Elle retint un haussement de sourcils. Peut-être l'avait-elle mal jugé, finalement. Pourtant, son instinct d'ex-flic lui soufflait que quelque chose n'était pas net chez ce type, malgré ses jolis mots. Elle n'avait, bien sûr, ni preuve d'une quelconque entourloupe ou de cadavres dans le placard. Seulement une sensation prégnante dont elle n'arrivait pas à se défaire. " Tu t'en sors bien. Pour le moment. " répliqua-t-elle néanmoins, non pas excès de zèle mais avec sincérité. Buddy se faisait peut-être 'trop vieux pour ces conneries' comme il le disait si bien lui-même, il n'empêchait qu'il avait oublié d'être bête. S'il l'avait recruté, c'était parce que lui aussi avait senti quelque chose chez Strauss. Quelque chose qu'il ne voyait pas chez sa coordinatrice officieuse, certainement pour la bonne raison qu'il se doutait qu'elle ne ferait pas de vieux os ici, elle non plus. Il était bien plus réaliste que la jeune femme sur ce point. La concernant, pour le moment, son avenir était encore plus flou qu'un panneau de signalisation pour un myope.

Leurs deux regards accrochèrent le charme des scènes derrière eux. Parfois, la blonde pouvait rester plusieurs minutes à observer les mouvements experts de ses collègues. Sa féminité intérieure ne s'étant pas développée aussi bien que ses attributs, elle admirait que certaines de ses pairs soient capables d'une telle sensualité face à un public. Trish avait bien tenté de la tirer sur scène, avant l'ouverture. Une fois. Charley s'était accrochée si fort au canapé le plus proche que même le vigile n'avait réussi à lui faire entamer son bizutage en bonne et due forme. Elle y repensait de temps en temps, se reprochant sa couardise. Elle qui était fan des sports extrêmes, elle avait été tétanisée à la simple perspective de se déhancher contre une barre. Ridicule.

Heureusement, Jeremy la ramena à l'instant présent en happant ses prunelles. Et en tentant avec elle une nouvelle partie de ce petit jeu sur lequel il s'était cassé le nez quelques fois déjà. D'ordinaire, elle lui aurait répliqué un très poli et aimable 'si, je peux t'aider en t'en collant une' ou un truc dans ce goût-là. Monsieur Strauss semblait s'amuser de ses petites crises de colère dont elle avait le secret. Monsieur Strauss aimait les défis. Sauf que la blonde aussi. Bien qu'elle fut d'une humeur morose due à une dispute avec son 'petit ami' le jour même et épuisée après une nuit trop courte la veille, elle réalisait que depuis qu'elle était devenue mère, elle se prenait beaucoup trop au sérieux. A quand remontait la dernière fois où elle avait fait quelque chose de totalement stupide ? Loufoque ? Inconséquent ? Cette prise de conscience n'était pas apparue du jour au lendemain. Il avait fallu qu'elle sauve les fesses de Buddy des flammes et que son ancien partenaire revienne dans sa vie. Certaines facettes de la jeune femme qu'elle avait été lui manquaient.

Aussi, se pencha-t-elle un peu plus, un sourire goguenard ourlant ses lèvres. " Laisse-moi deviner ! Je suppose que ça implique de l'alcool, des vêtements retirés à la va-vite et d'autres trucs pas très catholiques. " Elle se moquait, c'était évident. Pourtant, une petite flamme s'était allumée dans ses prunelles déjà iridescentes. " Trop prévisible, boss ! " Elle échappa un rire, tout en faisant glisser vers lui un autre verre. " Une partie un peu moins commune, ça te dit ? Je monte sur cette scène à la place d'Amanda et si je récolte plus de cinquante dollars, tu auras l'obligation totale de te détendre un bon coup. Et de commencer à avoir confiance en tes employés. " Un homme de défi, pensait-elle. Et bien, ça allait se vérifier !

AVENGEDINCHAINS

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Sam 15 Oct 2016 - 10:48



   
charmy.
    joue pas comme ça.

J
e voyais bien qu’elle semblait surprise par ma réaction. Me prenait-elle donc pour un démon sans cœur ? C’est loin d’être le cas même si j’ai appris à cacher mes sentiments et pleins d’autre chose derrières d’inébranlables murailles de béton armé construites au fil des années et des merdes qui m’était tombé dessus sans prévenir. " Tu t'en sors bien. Pour le moment. " J’écarquillais les yeux, pas sur d’avoir bien entendu. Je la regardais, amusé mais je ne faisais pas de commentaire pour une fois qu’elle me faisait un compliment. « Merci. Je fais ce que je peux pour ça. Je ne veux pas décevoir Budd. » J’étais sincère. Je voulais que ça marche, que pour une fois dans ma vie je réussisse quelque chose, quelque chose dont je pourrais être fière un minimum.

Je me mis alors à parler du club et de ce qu’il représentait pour moi. Charley n’écoutait et je lui en étais reconnaissant. Elle seule pouvait écouter mes craintes et me mettre un coup de pied au cul pour que j’arrête mes jérémiades. Et c’est ce qu’elle a fait, nous entraînant comme toujours dans ce jeu qu’on jouer régulièrement. Jeu du chat et de la souris qui n’avait, pour l’instant, pas eu de conséquence. Après sa mise au point, je ne pu que la taquiner, lui suggérant pas vraiment subtilement, de m’aider à décompresser. " Laisse-moi deviner ! Je suppose que ça implique de l'alcool, des vêtements retirés à la va-vite et d'autres trucs pas très catholiques. " Dit-elle, moqueuse en se penchant vers moi. Pourtant, alors que je la regardais, la lueur qui passa dans ses yeux ne m’a pas échapper. Un sourire apparu sur mes lèvres. « Je ne sais pas … Moi ça me semble être une bonne idée, non ? » Encore une fois, je la taquinais, la provoquée, désireux de voir sa réaction sachant qu’elle vaudrait surement le coup d’œil, la connaissant un petit peu. " Trop prévisible, boss ! " Dit-elle en riant tout en faisant glisser un autre verre devant moi. « Tu me saoule pour abusé de moi ensuite ? Avoue ! » A mon tour de rire avant qu’elle ne reprenne la parole. " Une partie un peu moins commune, ça te dit ? Je monte sur cette scène à la place d'Amanda et si je récolte plus de cinquante dollars, tu auras l'obligation totale de te détendre un bon coup. Et de commencer à avoir confiance en tes employés. " Instinctivement attiré par sa proposition, je la regardais, cherchant à savoir si elle était sérieuse ou si elle se foutait encore de ma gueule. Une lueur passa furtivement dans mes yeux à l’idée de la voir sur scène. Après réflexion, je l’en pensais véritablement capable. « Et si tu perd, je gagne quoi moi ? » Je fixais son regard, un sourire en coin sur les lèvres. Cette soirée ne serait peut-être pas totalement merdique en faite.

Après nous être mis d’accord sur les règles de notre petit jeu du soir, j’étais de plus en plus impatient. Après tout, je n’étais qu’un homme et Charley était loin de n’avoir rien pour elle. Au contraire. « La scène est à toi ma belle. » Je la regardais avant de prendre une gorgée de mon verre, attendant la suite des événements. Je ne fichais pas ma de gagner ou de perdre. Je sais que j’apprécierais ce moment quoi qu’il arrive.
WILDBIRD

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Mar 10 Jan 2017 - 1:45


Don't play with me
Charley & Jeremy

 
C'était une idée plus que stupide qu'elle avait eu, Charley le savait très bien. Elle était supposée être rangée et bien sous tous rapports, désormais. Parce qu'elle était maman. Et que les mamans, les vraies, portaient des queues de cheval, des pantalons confortables, un bassine de linge sous un bras, une cruche de citronnade dans l'autre. Les mamans ne travaillaient pas dans un club de strip-tease, du similicuir leur couvrant le derrière et un petit haut la poitrine ! Non, c'était presque indécent !

Selon les bien-pensants, en tout cas. Charley Hawkes n'avait jamais fait partie de ces conformistes étriqués.

Farouchement indépendante, avide de sensations tout en préservant le semblant de confort de sa petite vie, elle savait aussi que des mères travaillaient avec elle. De bonnes mères, comme elle, qui avaient besoin de payer les factures et de nourrir les bambins. Des mères qui se dénudaient et n'en ressentaient aucune honte. Elles étaient un exemple pour elle. Malheureusement, elle ne dansait pas aussi bien qu'elle. Ca non plus, elle ne l'ignorait pas. Voilà pourquoi elle aurait du tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l'ouvrir en grand - comme d'habitude. Pour cette raison et aussi parce qu'elle proposait un deal légèrement dangereux à son patron peu scrupuleux sur la distance hiérarchique respectable.

Pour autant, il ne lui vint pas à l'idée de revenir sur ses paroles. La blonde était beaucoup trop fière pour ça. Sans compter le fait que la perspective de monter sur la scène la ravissait plus que de raison. Elle avait besoin de faire quelque chose d'inconsidéré. Elle brûlait de retrouver cette partie insouciante d'elle-même, ne serait-ce que pour quelques minutes. Lorsque Jeremy lui demanda ce qu'il obtiendrait si elle perdait son défi, elle fut tentée de lui renvoyer un regard hautain et une réplique acerbe. Perdre ? Elle ? La compétitrice en elle refaisait surface en même temps que sa témérité. Préférant rester dans l'ambiance mutine du moment, elle se pencha un peu plus. " Fais travailler ton imagination. " On ne pouvait guère faire plus limpide. Le tout était de savoir si elle irait jusque-là ou si elle jouait les bravaches. Avec l'oeillade indescriptible qu'elle lui renvoya, difficile à déterminer. Néanmoins, comme elle s'y attendait, le jeune homme était bel et bien aussi joueur qu'elle le soupçonnait. Emballé, c'est pesé, il accepta le marché en l'informant que désormais, la scène lui appartenait. Se redressant et contournant le bar, elle n'hésita pas une seconde avant de rejoindre les coulisses.

Si ses collègues ne furent pas plus surprise que ça de la voir traîner dans le coin, elles marquèrent un gros temps d'arrêt quand elle en expliqua les raisons. Le responsable du son en lâcha son casque sous le choc. Les filles avaient tellement insisté pour la faire grimper sur les planches hors des heures d'ouverture, à force de l'entendre brailler, elles ne s'étaient jamais imaginées qu'elle pourrait revenir sur ses 'pas question, plutôt crever' alors que des clients envahissaient la salle. Elle se garda bien de préciser le motif de son revirement, leur assurant simplement que si elle ne s'étalait pas de tout son long, tout le monde au club serait gagnant. " Tu veux un ... Costume ? " tenta Terry, l'une des danseuses, oscillant entre l'excitation et le malaise. Charley dédaigna nonchalamment sa proposition d'un geste de la main. " Inutile ! " Il fallait pas pousser, quand même.

Amanda termina sa représentation et la jeune femme prit son tour. Elle attendit que les lumières s'éteignent et que les premières notes de musique résonnent. Parce qu'elle se sentait une âme à y aller à fond - hors mini-jupes et chapeau de cow-boy, s'entend -, elle avait demandé à leur D.J, Jayce, de mettre le bien connu Do you wanna touch me de Joan Jett. C'était antique mais vu l'ambiance, ça ferait probablement son petit effet. Le temps que tout se mette en place, son coeur en profita pour s'emballer dans sa poitrine, un léger filet de sueur lui picotant la nuque. Des frissons de peur et d'excitation mêlées la parcouraient. Elle ne s'était pas sentie aussi vivante depuis bien longtemps. La voix de Joan déroula ses syllabes à la fois rocks et suaves. La lumière se ralluma. Elle était prête.

Au début, ses mouvements de bassin étaient timides. Elle se forçait à ne pas regarder autour d'elle, se concentrant sur un point vide au fond de la salle. En gros, elle avait le trac. Les spectateurs étaient légèrement perplexes, sourcils froncés. Ils peinaient à comprendre ce qu'une telle novice fabriquait sous leurs yeux. Un joli petit lot, certes, mais pas bien dégourdi. Quoi que ... Portée par la musique, petit à petit, ses gestes se délièrent et elle balaya toute pensée. Le simple fait de se mouvoir aussi lascivement, quand bien même ce n'était pas exactement naturel pour elle, réveillait des instincts qu'elle avait presque oublié. Elle avait aimé danser, à une époque. Elle avait aimé que des hommes et des femmes la lorgnent sur la piste de danse. Seule réelle expression de sa féminité, pour elle qui se comportait plutôt comme un garçon manqué, elle avait au moins ce pan séducteur pour compenser. Aussi ses geste se firent-ils plus assurés. Elle montait et descendait lentement sur ses talons trop hauts, ses hanches entrainant sa silhouette dans un ballet de mouvements équivoques. Ses doigts empoignaient félinement ses cheveux et elle alla même jusqu'à jeter quelques clins d'oeil à la ronde, un sourire enjôleur aux lèvres. Elle ne se gêna pas non plus pour échancrer un peu plus son haut en faisant sauter deux ou trois boutons, de quoi réveiller des sens troublés.

La blonde avait l'impression d'être dans la peau de quelqu'un d'autre. Cette fille qui parcourait la scène, puis en descendit pour s'approcher des clients, ce n'était pas vraiment elle. Plutôt un rôle d'un soir, un costume éphémère. Il lui plaisait. A dire vrai, elle s'amusait comme une folle. Au dernier yeah de la rockeuse, elle envoya un baiser de la main à ses fans - oui, elle en était sûre, sa prestation avait beau être pire que moyenne, elle avait fait chavirer quelques hormones, ne serait-ce que par son culot. Toute joyeuse, elle reprit la direction du bar où Monsieur Strauss l'attendait toujours, extirpant un à un les billets coincés dans son soutien-gorge et la ceinture de son pantalon. " Cinq, dix, vingt-cinq ... " Elle comptait à voix haute tandis que le show reprenait derrière eux. " Quarante-quatre, quarante-cinq ... " Allez, plus que cinq ! Elle jubilait d'avance. Elle ne tarda cependant pas à perdre sa mine réjouie. " Quarante-neuf. " Un dollar. Il ne lui manquait qu'un tout petit dollar ! Elle esquissa une moue furibonde. Elle avait perdu. " J'aurais du enlever le haut ! " s'exclama-t-elle, offusquée. Quelle idée franchement ! Quelle idée d'avoir gardé des principes malgré sa vantardise !

AVENGEDINCHAINS

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Dim 22 Jan 2017 - 19:42



   
charmy.
    joue pas comme ça.

U
ne chose est sûr, la soirée devenait intéressante et pour une fois, ce n’était pas ma faute. Charley avait lancée un pari dont je crois que je sortirais gagnant que je gagne ou pas. Rien que de voir Charley sur la scène, tentait de gagner autant de pourboire qu’une de nos meilleure danseuse cela rendait ma soirée plus que belle. J’étais réellement surpris qu’elle est propose ça mais je n’allais pas m’en plaindre, loin de là. Je lui demandais alors ce que je gagnais moi dans l’affaire. Elle se pencha un peu plus vers moi, offrant son corps et ses formes à mon regard. " Fais travailler ton imagination. " Un sourire en coin s’afficha sur mes lèvres. Je hochais la tête. « Très bien. » Lui dis-je, acceptant par là-même les termes de notre parie. La scène était libre pour elle et j’avais hâte de voir comment les choses allaient tourner. En tous cas, j’étais pratiquement certain de passer un bon moment, voir deux si elle ne se dégonflait pas, ce qui, d’après ce que je savais d’elle, n’était pas dans son caractère.
Je m’installais donc au bar, un verre à la main alors que Charley disparaissait dans les coulisses. Je reportais mon attention sur Amanda, sur le point de finir son numéro. Le show était bien rôdé. Un peu de nouveauté serait la bienvenue. Je fixais la scène, impatient de voir ce que me réserver Charley bien que j’étais plus que certain que je ne serais en aucun cas déçue. Les minutes s’égrenèrent, l’impatience en moi grandissant de plus en plus. Amanda en termina et on fit le noir sur la scène, signe que Charley était entrain de se mettre en place. Quelques minutes plus tard, des notes reconnaissable entre toute résonnèrent. Je souris. Finalement les lumières éclairèrent la scène et Charley. La blonde se mit alors à de déhancher sur la scène, devant mes clients, plus qu’étonné. Moi je n’avais d’yeux que pour elle. Elle avait ne pas avoir l’assurance des autres danseuses, elle avait ce quelques choses qui attiraient les regards. Le miens en tous cas. Si ses mouvements étaient timides au début, hésitant, plus les minutes passaient et plus on la sentait se détendre, plus à l’aise sur la scène, plus sensuelle aussi. Mes yeux ne la quittait pas, tout comme mon sourire s’incrusta presque sur mon visage. On aurait presque pu croire qu’elle aimait être là, sur cette scène. En tous cas, elle semblait s’amuser. Elle descendit de la scène, se faufilant entre les clients qui semblaient plutôt appréciés la nouveauté qu’offrait Charley. La chanson arriva à sa fin et je ris, amusé en voyant la plantureuse blonde envoyer un baiser à ses fans une fois son show terminé. Elle se dirigea ensuite vers moi, des billets dans ses mains. " Cinq, dix, vingt-cinq ... " Dit-elle en s’approchant, comptant ses billets durement gagner. " Quarante-quatre, quarante-cinq ... " Elle continua de compter et pendant un moment, je crue que j’avais perdu. " Quarante-neuf. " Un sourire de fierté s’afficha sur mes lèvres " J'aurais du enlever le haut ! " Dit-elle avant que je ne manque de m’étouffer, me demandant si elle en aurait été véritablement capable ou non. Je ris. C’est vrai que pour un dollar c’était assez con mais un deal était un deal. Je l’applaudis alors quelques secondes, amusé par tout ça. « Tu aurais peut-être dû mais je dois quand-même avoué que tu t’es bien débrouillée. Je suis impressionné. Il n’empêche que j’ai gagné. » Lui dis-je avant de plonger mon regard dans le siens, une lueur malicieuse dans le regard. Je m’amusais et cela se voyait. Gagner était toujours cool, ce soir d’autant plus. Mon regard se porta avec envie sur son corps, ce corps qu’elle avait exposée sur scène, pour me défier. Je n’étais qu’un homme et après l’avoir vu sur scène, j’étais convaincu que Charley était de celles qui m’attire.
WILDBIRD

HJ : je suis pas trop satisfaite de ma rep mais j'espère qu'elle t'ira quand-même :11:

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Dim 14 Mai 2017 - 14:50


Don't play with me
Charley & Jeremy

Charley bouillonnait intérieurement. Quarante-neuf malheureux dollars. Bon, d'accord, elle n'en avait pas espéré tant lorsqu'elle avait posé un talon sur la scène, mais tout de même, l'amoureuse des défis horriblement mauvaise perdante qu'elle était avait bien du mal à supporter la défaite. Ainsi que le petit sourire malin de son interlocuteur. Cette façon qu'il avait de savourer tranquillement son triomphe, de la regarder ... Une bouffée de chaleur la parcourut soudainement, si bien qu'elle dut se redresser avant que quelques gouttes de sueur n'aillent s'écraser sur le comptoir. Charley Hawkes nous faisait une crise de ménopause précoce.

" Pas si vite, boss ! " s'exclama-t-elle soudain. Sa mine déconfite avait laissé la place à un petit sourire en coin de mauvaise augure. Il n'était pas bon de jouer avec l'ancienne flic. D'ailleurs, Bubby avait-il prévenu son nouveau poulain à ce sujet ? Au fond, Jeremy savait-il vraiment à qui il avait à faire ? Certainement pas. Sinon, il aurait su que la jeune femme avait toujours une parade pour éviter l'entourloupe. Ou plutôt, pour en provoquer une à son bénéfice. " Tous ces messieurs ont été généreux, sauf qu'ils n'ont pas été les seuls à mater le spectacle. " Elle tendit la main, se sentait soudain très, très maligne. " Allonge la monnaie ! Tu regardes, tu paies, politique de la maison ! " Une jolie petite garce, perfide et rusée comme on n'en faisait plus. " Ne fais pas cette tête, voyons ! Tu peux toujours tirer ton épingle du jeu si tu sais te montrer convaincant ... " Parce qu'elle avait beau s'en sortir d'une belle rondade, elle n'oubliait pas que son corps s'était montré plutôt réceptif à la façon dont son patron l'avait dévisagé.

Après tout, qu'est-ce qu'elle risquait ? Une mauvaise réputation ? Elle était mère célibataire, acoquinée à un avocat bien gentil mais avec la fâcheuse manie de tenter de la raisonner, de l'assagir. Et si la jeune femme avait bien appris une chose ce soir, en se laissant aller sur scène de manière si peu farouche, c'était qu'on ne mâtait pas aussi facilement la 'furie Hawkes'. Personne ne lui enlèverait sa liberté. Nul ne parviendrait à lui dicter sa conduite. Surtout pas un type, quel qu'il soit.

AVENGEDINCHAINS


HJ:
 

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Ven 2 Juin 2017 - 10:13

Ce petit jeu m'était bien lymphatique. Et oui, principalement par ce que j'avais gagner et qu'en plus, j'avais pu lorgner sur les courbes de Charley. Un bonus non négligeable si vous voulez mon avis. J'ai beau ne pas connaître par cœur la jeune femme, ce que je sais pourtant, c'est qu'elle a du caractère et qu'elle ne risque pas d'en rester là, sur une défaite. J'étais pareil. Budd l'appréciait énormément mais cela ne l'avait pas empêcher de m'avoir mis en garde contre Charley et son caractère. Je me souviens parfaitement de la phrase qu'il avait prononcé : " Fais en sorte que vous soyez toujours du même côté. " Au début, j'avais pris ça à la rigolade mais Charley connaissait tout le monde au club et son fonctionnement n'avait aucun secret pour elle. Elle pouvait  donc me mettre des bâtons dans les roues si elle le voulait. Elle n'aurait aucun scrupule à le faire d'ailleurs. J'adorais bien sur notre petit jeu du chat et de la souris mais je restais tout même prudent. " Pas si vite, boss ! " Je la regarde, savourant encore ma victoire. Et voilà, c'est partie. En voyant son visage narquois, sa mine réjouie, le soufflet retomba et je me demandais bien ce qu'elle mijotait. je la regardais, attendant d'en savoir plus. " Tous ces messieurs ont été généreux, sauf qu'ils n'ont pas été les seuls à mater le spectacle. " Me dit-elle soudain et je su que j'avais perdu. Je la regardais, mon sourire s'allongeant quand je la vis tendre la main pour que j'y dépose son pourboire bien mérité. " Allonge la monnaie ! Tu regardes, tu paies, politique de la maison ! " Je secoue la tête, vaincu par mes propres règles. C'était plutôt bien jouer. Une adversaire à ma taille. " Ce n'est pas très gentil de retourner mes propres règles contre moi Hawkes. " Je ne la quittais pas du  regard. Cette fille avait un grain et j'appréciais ça. " Ne fais pas cette tête, voyons ! Tu peux toujours tirer ton épingle du jeu si tu sais te montrer convaincant ... " Je la regardais fixement quelques secondes, lorgnant faible homme que je suis sur son corps plus exposé qu'à l'ordinaire. Je pouffais de rire et glissais ma main dans la poche de mon pantalon à la recherche de monnaie. Je sortis une petite liasse de billet. Je déposais alors un billet de cinq dollars dans sa main. " Tu m'en diras tant ... " Lui dis-je avant de range les billets dans l'une de mes poches. Je me penchais légèrement et approchais mon visage du siens. " Après cette jolie mise en bouche, que puis-je faire pour être convainquant ? Tu as mis la barre haute. " Lui demandais-je, encore et toujours amusé par notre "relation".
Je regardais alors la salle et des clients avaient encore leur regards sur Charley. J'esquissais un perfide sourire. " En tous cas tu as des fans. " Lui dis-je en désignant la salle à la jeune femme d'un geste du menton. " Les pauvres vont être déçus de ne plus te revoir sur scène. Tu vas briser leur cœurs. Tu n'a aucune pitié. "

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Charley Hawkes

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS: Liam ¤ Woody ¤ Jeremy ¤ Devan ¤ Leo
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 469
ICI DEPUIS : 09/05/2016
CRÉDITS : Emy ♥ ¤ tumblr ¤ neondemon
DOUBLE-COMPTE : Tamsin la passionnée
STATUT : Liam Matthews, je crains que tu sois le seul et unique. Maman d'un petit garçon de deux ans, Sasha.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Ven 25 Aoû 2017 - 20:31


Don't play with me
Charley & Jeremy

Tout en rajoutant le billet à son petit pactole, la blonde ne quittait pas son boss du regard. Elle le savait joueur, mais quelle mesure, exactement ? Pas mauvais perdant, en tout cas. Il fallait avouer que malgré son accès de malice, elle avait laissé une porte grande ouverte à leur échange. Dans laquelle il s'était engouffré sans sourciller. Son sourire s'étrécit pour se faire un peu plus mutin. « Surprend-moi. » Ce qu'il pouvait faire ? Et bien, elle lui laissait le loisir de reprendre la main sur ce qui se tramait entre eux. Après tout, elle avait fait sa part, ainsi qu'il se chargeait de le lui rappeler.

En effet, plusieurs visages convergeaient dans sa direction. Bon, ça, elle s'en serait bien passée. Voilà exactement la raison pour laquelle elle avait toujours refusé de monter sur scène. Plus que par pudeur, il s'agissait surtout de principes. Que les autres le fassent ne lui posait aucun problème, mais son corps n'était pas à vendre. « DEMI-TOUR DROITE LES GARS ! LE SPECTACLE C'EST PAR LA ! » éructa-t-elle à l'adresse des clients, leur désignant la barre de pool-dance où une danseuse venait d'apparaître. Son ton ne souffrait pas la discussion et à défaut, ils feraient peut-être preuve d'un peu plus de discrétion en lui matant le décolleté. Du moins, elle l'espérait. Elle se sentait à présent trop détendue pour supporter que ses nerfs ne se frisent sous un nouvel accès de colère dont elle avait le secret.

Elle s'étira sur le bar, ramenant l'attention de Jérémy vers elle. « Et le tien de coeur, Monsieur Strauss, comment on le brise ? Une recette de grand-mère à donner à ta barmaid préférée ? » souffla-t-elle, sa langue pointant entre ses lèvres pour en lécher discrètement la pulpe. Métaphore, évidemment. Elle se moquait bien de son palpitant. Ce n'était pas exactement ça qu'elle avait soudain très envie d'expérimenter.
AVENGEDINCHAINS

__________________________


   
   
How could we explain this ? We were partners, we were rivals. How could we explain that now we are so much more ? — #Charliam.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
avatar

Jeremy M. Strauss

MORE
TELL ME MORE ABOUT YOU
MES LIENS:
ANECDOTES:
ABOUT MEMESSAGES : 285
ICI DEPUIS : 03/07/2016
CRÉDITS : Avatar = @shiya
DOUBLE-COMPTE : Willow H. Rhodes
STATUT : Plus ou moins la propriété d'une rousse aux longues jambes.
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   Mar 12 Sep 2017 - 15:05

« Surprend-moi. » Ses deux mot qui peuvent dire beaucoup, l'air mutin sur son visage... Il n'en fallait pas plus pour capter une fois de plus l'attention du faible homme que j'étais face à ses courbes féminine dont elle savait parfaitement jouer. Je la regardais, nos regards se fondant l'un dans l'autre, nos visages si prêt l'un de l'autre. J'esquisse un sourire. " Challenge acceptée mademoiselle Hawkes. Advienne que pourra. " Je ris tout en la regardant, amusé par cet échange. Charley et moi, nous étions comme chien et chat. On s'engueulait une minute et celle d'après, voilà que nous étions entrain de flirter. Certains se laisserait vite, moi j'aimais ça et je comptais bien tout faire pour que rien ne change entre nous.
Je lui fis alors remarquer plusieurs regarder envieux  et pas franchement discret tourner vers nous, vers elle. Avec son spectacle, elle avait appâtée les chiens ... Moi cela me faisait un peu rire pour le moment mais il ne faudrait pas qu'ils abusent. « DEMI-TOUR DROITE LES GARS ! LE SPECTACLE C'EST PAR LA ! » Une chose est sur, Charley, elle, n'appréciait pas du tout. Son ton ne laissait rien au hasard et il se détournèrent rapidement, la queue entre les jambes. C'est ça aussi que j'appréciais chez elle. Elle savait se défendre dans presque toute les circonstances. " Ignore-les. Ce sont simplement des morts de faim. Tu vaux mieux que de perdre ton sang froid face à eux. " Oui, vous avez bien entendue.
C'était un compliment qui venait de sortir de ma bouche immédiatement suivie par une remarque sur les coeurs brisés des spectateurs qui ne pourront plus profiter de Charley et ses qualités. « Et le tien de coeur, Monsieur Strauss, comment on le brise ? Une recette de grand-mère à donner à ta barmaid préférée ? » J'étais de nouveau totalement sous son emprise. Elle faisait tout pour ça. Habituellement, je passais moins de temps à la parlotte et plus en action mais là, il s'agissait de Charley et je savais très bien que j'avais un adversaire à ma taille. J'étais donc méfiant, tout en avançant mes propre cartes. " Pourquoi ? Tu veux tenter ta chance ? " La taquinais-je avec un sourire en coin. Je glissais une main dans mes cheveux. " Certains te diraient que je n'ai pas de coeur. Difficile de le briser dans ses conditions. Et toi ? Qu'est ce que tu en penses ? " Lui demandais-je, attentif et curieux de connaître son avis sur moi même si j'étais à peu près certain qu'il y est une forte chance pour que cela ne me plaise pas d'avoir ma réponse.

HJ : j'espère que ça te convient ! MP moi pour me dire

__________________________


jerilas
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MORE
ABOUT ME
MessageSujet: Re: Don't play with me | CHARMY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't play with me | CHARMY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  WALKING IN THE CITY  :: see something else :: à bowen-
Sauter vers:  
la nuit de l'horreur
Pour la saison d'Halloween, la ville se fait une beauté, un petit village est installé en dehors de la ville, passez-y faire un tour.
plus d'infos par-ici.
voter pour rétro
les nouveautés du mois
le recensement
les scénarios attendus

les scénarios attendus