AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Someone's out there, sending out flares + Charlie

Aller en bas 
AuteurMessage
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyMar 5 Fév 2019 - 20:00

Cette maudite jambe, celle qui ne laissait jamais de répit à Terrence, pas un seul instant, pas une seule minute, sauf quand il se bourrait de médicaments, chose qu’il refusait, puisqu’il le faisaient planer totalement. On avait tenté plusieurs méthodes pour apaiser sa peine, quelques opérations qui n’avaient pas vraiment réussi, il avait aussi essayé de fumer de l’herbe et il fallait avouer que ça lui faisait du bien, mais pour les mêmes raisons que les médicaments, il ne le faisait pas aussi régulièrement que ça. Il avait néanmoins quelques plans qui se plaisaient bien dans le fond de son jardin. Aujourd’hui il avait rendez-vous avec le chirurgien qui le suivait depuis quelques années déjà, celui-ci l’avait contacté quelques semaines plus tôt pour lui proposer d’entrer dans un programme expérimental pour tenter de lui redonner un peu plus de mobilité et surtout de soulager ses douleurs. Il n’y croyait pas trop mais il souffrait tellement qu’il était prêt à se porter volontaire, le médecin le savait, ils avaient déjà essayé ensemble quelques médicaments ou d’autres choses. Terrence n’était pas un patient facile, même s’il se révélait dûr au mal et qu’il acceptait d’être cobaye, il n’avait pas beaucoup de patience et quand il comprenait que les résultats n’étaient pas au rendez-vous il se décourageait d’autant plus. Alors autant dire que ce rendez-vous ne lui apportait aucun espoir ni réconfort, mais il s’y était tout de même rendu docilement. En ce moment ce n’était pas la grande forme, il n’arrivait pas à se remettre de sa rupture avec Violet et il semblait en vouloir à la Terre entière de ne pas avoir eu son droit au bonheur lui aussi. Sorti de son rendez-vous, son humeur n’était pas meilleure qu’à son arrivée, le chirurgien avait parlé de l’ouvrir à nouveau, de charcuter sa jambe pour un résultat qui n’était pas garanti. Et ça, Terrence le refusait, il avait suffisamment fréquenté les blocs opératoirs, subit les mois de rééducation, les douleurs de la cicatrisation, à présent il n’en voulait plus. Et ce qui le mettait d’autant plus en rogne c’était ce que lui avait dit le professeur à la fin de leur entrevue. C’est votre dernière chance, après ça, je ne pourrais plus rien pour vous. Kelly avait alors claqué la porte de son cabinet avec rage. Il n’avait même pas quarante ans bordel ! Il allait devoir accepter de souffrir encore toute sa vie et ça il n’arrivait pas à le concevoir. Le moral au plus bas, il allait quitter l’hôpital quand un gamin qui courait dans les couloirs le bouscula violemment Ils finirent tous les deux sur les carreaux froids, on aida le sale gosse à se relever mais lui, Terrence, ce grand gaillard, personne ne lui tendit la main. Il n’était pourtant qu’un géant de sel, fragile sous ses airs bourrus. Il lança un regard noir au petit garçon qui le narguait en lui tirant la langue tout en galérant à se remettre sur pieds. Décidément ce n’était pas sa journée.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyMar 5 Fév 2019 - 22:40


Virevoltant dans les couloirs, ses cheveux bouclés rebondissant dans son dos, Charlie passait son après-midi à voir des patients, en pré-op ou post-op. Et aujourd'hui, plus qu'une autre, c'était une bonne journée, sans raison apparente. La jeune interne était simplement heureuse de voir ses patients, même si ça ne durait jamais longtemps, et pas de gros drame en vue aujourd'hui. Juste une après-midi à passer de chambre en chambre. Elle avait finit tout le boulot administratif et la prochaine opération qu'elle assistait était demain matin, à la première heure, ce qui la réjouissait déjà à l'avance. Une bonne fin de journée, manger et revoir les détails de ce type d'opération pour être incollable demain, une bonne nuit de sommeil et c'était parti. Que du positif en perspective. Charlie manquait sans doute un peu de tact dans ses paroles avec les enfants, mais elle n'en était pas moins douce et réconfortante avec eux. Et elle les adorait, réellement, tous autant qu'ils étaient dans cet hôpital.

Elle sortit de la chambre de Joe, un jeune garçon de six ans atteint d'un rétinoblastome. Rien de très joyeux, surtout que son cas ne faisait pas partie des plus chanceux. Il sortit avec elle en courant dans les couloirs, tandis que Charlie levait les yeux au ciel tout en conservant un sourire amusé sur les lèvres. Jusqu'à ce qu'il percute un homme de plein fouet, la collision violente les projetant tous les deux au sol. Moins étonnant que l'enfant n'ait pas tenu le choc, que l'adulte qui semblait avoir la même résistance physique que ce gamin. « Joe Macsorren, si tu continues à courir dans les couloirs, je te fais manger ta perfusion ! » lança Charlie à travers le couloir tout en se précipitant pour rejoindre les acteurs de l'incident. La colère était clairement perceptible dans sa voix, même si la menace était moins sérieuse. Mais c'était suffisant pour que le garçon affiche un air penaud, avant que son visage ne se fende en un sourire espiègle de celui qui a déjà oublié qu'il avait fait une connerie, et il se sauva. Charlie soupira, sourcils froncés. Belle preuve d'autorité, l'interne. Elle savait d'ailleurs que plusieurs de ses confrères s'étaient retournés, interloqués, quand elle avait menacé l'enfant. On ne parlait pas comme ça à un patient, quand on était professionnel. Mais la jeune fille n'avait pas choisie pédiatrie pour rien, et tant qu'elle était professionnelle quand elle avait un scalpel entre les mains ou un résultat de tests, elle estimait qu'elle pouvait conserver son caractère moins mature dans ses relations sociales avec les patients. La brune se tourna vers l'homme que Joe avait renversé, s'excusant du regard et l'aidant à se relever. « Désolée. Ils ont du mal à intégrer qu'on évite de courir partout dans un hôpital, à cet âge-là. Rien de casse ? » s'enquit-elle en plongeant son regard azur dans celui de l'homme, l'air renfrogné.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyLun 11 Fév 2019 - 23:12

Il y avait tant de choses auxquelles Terrence avait dû renoncer à cause de son handicape, des choses simples, de la vie courante. Comme courir sur la plage après son chien, comme affronter les vagues sur sa planche de surf, comme pratiquer tout sport alors qu’il adorait ça et qu’il en avait besoin. Comme mettre un genou à terre dans l’espoir de demander une fille en mariage, bon, ça ne faisait pas parti de ses plans, mais qui sait, il aurait pu en avoir besoin. Comme tant d’autres choses qui réduisaient sa vie, aujourd’hui, à faire en fonction de cette jambe qu’il traînait comme un boulet. Ce qu’il détestait par dessus tout c’était le regard des gens face à sa boiterie, la pitié qu’il lisait dans leurs yeux. Il était grand, il entretenait sa musculature à la salle, ses bras, ses épaules, tout son tronc, il avait une carrure imposante, pourtant lorsqu’il marchait il avait la sensation qu’on ne remarquait que ça, sa démarche mal assurée. C’était certainement à cause de ça qu’il posait un regard si dur sur les autres, il était fier, il les défiait de dire quoi que ce soit, d’avoir le moindre sourire, la moindre réflexion même réconfortante, sur sa façon de se tenir ou sur sa jambe. Dans les couloirs de l’hôpital, seul lieu, ironiquement, où on ne le regardait pas trop de travers, il était là, au milieu de tant d’autres éclopés, d’accidentés de la vie, d’abîmés à plus ou moins long terme. Ici on ne le prenait pas forcément avec des pincettes et ça lui allait très bien, ici c’était le seul endroit où il relativisait un peu en voyant qu’il était loin d’être le plus mal loti, au pire ce n’était qu’un membre blessé, il n’avait pas de maladie incurable, lui. Lui il allait vivre, avec sa douleur, peut-être, mais encore de longues années. Il avait sûrement eu une mauvaise idée en passant par le service pédiatrie pour sortir du bâtiment, mais, dans ses pensées et tout à sa mauvaise humeur, Terrence n’avait pas fait attention. Il n’entendit pas non plus les remontrances de la jeune interne devant lui, ni vu le gamin qui se précipitait pile dans ses jambes. Et aussi rapidement que le choc eu lieu, ils se retrouvèrent tous les deux sur le sol. Le gosse était sonné, durant quelques secondes seulement, puisque déjà il repartait à l’assaut des couloirs. La jeune médecin n’avait visiblement aucune autorité sur les enfants, en espérant qu’elle ne cherche pas à devenir pédiatre. Kelly, quant à lui, n’était pas sonné, mais c’était sa jambe, son fléau à lui, qui le laissait sur le carreau une fois encore. La doctoresse se mit à sa hauteur et l’aida à se lever, l’air sincèrement désolée, pauvre docteur Meers, c’était écrit sur sa blouse, elle n’était pas tombée sur l’homme le plus aimable des lieux. Il grogna en se remettant sur pieds. C’est soit ils ont du mal soit vous qui n’avez aucune autorité. Il n’a pas de parents, ce gosse ? Un simple merci aurait suffit, mais ce n’était pas tellement le genre de Terrence, surtout quand il se sentait en état d’infériorité.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyDim 17 Fév 2019 - 2:41


L'air sincèrement désolé de Charlie se transforma en un léger froncement de sourcils face aux marmonnements bougons de l'homme qui s'était fait renverser par Joe, tandis qu'elle l'aidait à se relever. Il n'était pas rare de faire face à des personnes mal lunées, dans un hôpital, et c'était compréhensible. Chaque membre du personnel médical gérait ces situations d'une certaine façon. Charlie était plus du genre à se faire toute petite, en tant que jeune interne. Mais quand il s'agissait de son travail, de sa vocation, et donc du domaine dans lequel elle se sentait la plus forte et sûre d'elle, elle se laissait moins facilement démonter que dans la vie quotidienne. « Si, il en a. Ils n'ont juste pas le temps de venir voir leur fils les vingt-quatre heures sur vingt-quatre qu'il passe dans cet hôpital depuis des semaines en espérant qu'on leur annonce un jour qu'il ne perdra pas la vue. » répliqua Charlie, mettant quelques secondes à perdre l'air confus qui avait flotté sur son visage, avant de reprendre un grain d'assurance et une voix implacable. Ce n'était pas pour le culpabiliser, qu'elle disait cela. Simplement pour souligner plus ou moins subtilement qu'il n'était pas le seul à avoir des problèmes dans ces couloirs. Certes, elle n'avait peut-être pas énormément d'autorité sur les enfants du service pédiatrique, mais elle préférait les laisser jouir de certains moments enfantins comme courir dans les couloir, sans trop les engueuler, pendant le temps qu'il leur restait à pouvoir le faire. Car Joe n'était pas atteint du type le plus léger de rétinoblastome et il perdait graduellement l'usage de ses deux yeux, sans que les médecins ne puissent y faire quelque chose. Ce qu'ils espéraient pour le moment, c'était que la tumeur ne s'étende pas et qu'ils ne soient pas obligés de pratiquer une ablation des yeux. Ils avaient misé sur la thérapie au laser, mais ça ne s'avérait pas suffisant pour débarrasser Joe de cette foutue tumeur, et il était condamné à perdre l'usage de ses yeux. Ce qui était moins pire que de voir le cancer se propager ailleurs. Dans tous les cas, Charlie savait qu'il ne pourrait pas courir dans les couloirs et renverser accidentellement des gens pendant bien longtemps. Alors elle se contentait de remontrances sarcastiques et de menaces en l'air, même si c'était moins professionnel. Sans doute pour ça qu'elle avait choisi le service pédiatrie, pour pouvoir continuer à être un peu elle-même, avec cet esprit enfantin et empreint de joie de vivre qui ne la quittait que rarement.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyDim 17 Mar 2019 - 19:26

Il fallait avouer que la jeune femme n’avait pas sa langue dans sa poche. Sa répartie cinglante eut assez d’effet pour que Terrence la fixe sans savoir quoi dire sur le coup. Elle n’avait pas tort, dans un service comme celui-ci les gamins qui étaient admis n’étaient pas les plus en forme qu’il soit et leur vie de devait pas être des plus simples. Tout comme celle de leurs parents. Et en effet, ils restaient des enfants, des gamins insouciants qui avaient besoin de courir, de se dépenser. S’il restait un brin d’innocence à Terrence, peut-être aurait-il réussi à se souvenir de son enfance avec ses deux frères, des conneries qu’ils avaient faites ensemble, des nombreuses parties de cache-cache et de chat perché qui avaient retourné toute leur maison au grand malheur de leur mère. Ils étaient des gamins turbulents, ils étaient des gamins, tout simplement, pleins de vie et d’énergie. Mais il semblait l’avoir oublié. En vérité quand il était dans un état tel que celui d’aujourd’hui il ne s’occupait pas vraiment d’autre chose que sa petite personne, que de sa douleur et la vie compliquée qu’elle occasionnait. Ca et tout le reste. Et puis il fallait avouer qu’il n’était pas vraiment du genre empathique, tout simplement, il ne fallait pas chercher plus loin. On est dans un hôpital, on a tous nos problèmes. Il était d’une mauvaise foi déconcertante, osant même hausser les épaules comme s’il se foutait totalement du sort de l’enfant. Sûrement que la jeune Meers n’allait pas apprécier ce genre de réponse. Terrence paraissait totalement insensible au sort du gamin qui, lui, devait déjà avoir oublié cet incident, il avait d’ailleurs déjà disparu dans les couloirs. Peut-être que vous devriez le rattraper avant qu’il ne retourne tout le service. Autrement dit, fous-moi la paix. Kelly comptait bien rentrer chez lui et ne parler à personne, peut-être s’ouvrir une bouteille pour faire passer ses médocs, lui qui ne buvait pourtant pas tellement. Mais quitte à être au fond du trou, autant jouer le jeu jusqu’au bout.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyMar 23 Avr 2019 - 15:02


Charlie fut quelque peu désarçonnée par la réponse détachée et assez froide de son interlocuteur à l’expression peu engageante. Elle avait l’habitude de gérer les comportements variés des patients de ce service, qui allait du gamin insouciant à l’enfant autiste avec qui il était difficile d’entrer en communication, en passant par le gosse colérique qui ne comprend pas ce qui lui arrive ou encore celui qui tremble de peur. Toutes des situations que l’interne avait l’habitude de gérer du mieux qu’elle le pouvait, avec beaucoup de douceur et une dose de fermeté quand elle en était capable. Elle disposait de beaucoup de compassion, surtout envers les enfants, plus qu’envers les adultes. Dans ce cas-ci, elle n’avait pas encore entamé le stade de réflexion où elle cherchait à comprendre pourquoi cet homme réagissait de manière aussi abrupte. Elle était tout d’abord offusquée, ce qui pouvait se comprendre, et malheureusement ça n’appelait pas à la délicatesse en elle. Déjà qu’elle n’était pas naturellement diplomate à la base. « Et pourtant on n’est pas tous désagréables. » grommela-t-elle à mi-voix, avant de rougir instantanément en prenant conscience que c’était à un patient qu’elle parlait. Elle fixa un moment son interlocuteur, en proie à une vague de panique devant son manque de politesse professionnelle. Bon, très honnêtement, il fallait dire ce qui était, et Charlie aurait tenu de tels propos dans n’importe quelle situation quotidienne. Mais pas au boulot. C’était franchement déplacé et vu son statut d’interne, ce genre de remarques étaient réservées à des seniors, avec beaucoup plus d’expérience et d’aisance dans ce milieu. Et encore. Mais tant pis, le mal était fait. La brunette s’empressa de passer à autre chose pour effacer cette réponse en priant pour que son interlocuteur laisse couler et ne fasse pas un scandale. Il n’avait déjà pas l’air commode, alors ça semblait bien être son style. « Ne vous en faites pas, je ne suis pas la seule à travailler dans ce service, il ne peut mal. » répondit la jeune femme avec un magnifique sourire transpirant la jovialité, cachant la petite pointe d’ironie dans sa voix. Elle avait beau être dans le service pédiatrie et s’occuper des enfants – ce qu’elle adorait faire, même s’ils étaient épuisants -, elle était avant tout chirurgienne, pas gardienne d’enfants. Ce n’était pas son job de courir après des gosses qui ne faisaient que jouer dans les couloirs, ils ne faisaient rien de mal. « D’ailleurs, que faites-vous dans ce service ? Je peux vous aider ? » reprit-elle en se rendant compte que, si elle avait bien saisi et qu’il était un patient ici, il n’avait a priori rien à faire dans cette aile du bâtiment. Son côté serviable et professionnel avait repris le dessus malgré l’air grognon de l’homme qui lui faisait face. Elle était peut-être rapidement gênée devant le regard des autres et parfois impressionnable, mais elle ne manquait pas d’assertivité pour autant quand elle contrôlait cette facette de sa personnalité, ce qui était beaucoup plus facile dans son métier, domaine qu’elle maîtrisait bien plus que sa vie quotidienne.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyLun 15 Juil 2019 - 16:50

Une nouvelle fois elle le remettait en place et elle avait raison. Terrence dépassait les bornes avec cette fille qu'il ne connaissait pas simplement parce qu'il avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu'un. Sauf qu'elle avait sûrement autre chose à faire que de s'occuper des états d'âme d'un patient aussi pénible que lui. Si elle bossait avec des enfants elle devait en voir des sales gosses, elle devait voir de tout mais ils avaient de la chance, les gamins, ils avaient l'excuse de leur jeunesse pour que tout soit acceptable avec eux. Ce n'était pas le cas d'un homme qui s'approchait de la quarantaine comme Terrence, lui n'avait aucune excuse, lui devrait savoir se tenir visiblement c'était trop lui demander. Il souffla pour toute réponse, sans s'offusquer qu'elle lui parle aussi sèchement que ce qu'il venait de faire, avant de lui proposer d'aller s'occuper de ses affaires, dit de façon plus sympa, pourquoi pas ne pas rattraper celui qui se faisait la malle. Et au lieu de courir à sa poursuite, elle resta là, à regarder le barbu infirme en lui répondant avec une pointe d'ironie dans la voie. S'eut le mérite de le déconcerter et de lui arracher un rictus qui se rapprochait du sourire. Vous êtes très dévouée à vos patients, je vois. Bon, c'était bien beau, ils allaient se quitter sur une pointe d'humour, elle ne lui en voudrait pas trop et lui oublierait cette fille d'ici sa sortie du bâtiment. Il allait tourner les talons quand elle lui demanda ce qu'il faisait là et si elle pouvait l'aider. J'me suis trompé de couloir mais je sais où est la sortie, ça ira merci. Vous avez assez de vos mioches à gérer, j'ai plus l'âge pour être pris sous votre aile. Et il se retourna pour continuer sa route, cependant il n'avait pas encore tenté de marcher et il fallait croire que la chute avait été plus violente que ce qu'il pensait parce qu'il sentit toute sa jambe trembler puis lui faire défaut. Il s'appuya au mur, chancelant, incapable d'avancer plus, en maudissant ce foutu handicap qui lui bouffait la vie.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyDim 10 Nov 2019 - 1:12


Autant le comportement de ce type la faisait grincer des dents, autant Charlie restait quelqu’un de très tolérant, d’autant plus à son travail. Elle avait la langue bien pendue, certes, mais elle pouvait laisser couler pas mal de choses, comme l’attitude impolie et irrespectueuse d’un patient, par exemple. La remarque de son interlocuteur faillait la faire lever les yeux au ciel, mais elle se retint, ne lui adressant qu’un sourire gracieux, hochant la tête d’un minuscule mouvement, sans relever le sarcasme de sa réponse. Il ne la connaissait pas, il n’avait aucune idée de ce qu’elle faisait ou non pour ses patients. Ça ne servait à rien de s’exciter avec un gars mal luné qui balançait des piques juste pour le plaisir, sans que ses remarques ne s’appuient sur un quelconque fondement. D’ordinaire, la brunette et son tempérament vif avaient du mal avec la gestion des émotions immédiates, laissant transparaître frustration et peine tout comme joie et enthousiasme. Dans son métier, à l’hôpital, l’interne avait réussi à canaliser cette partie de sa personnalité, tant bien que mal. « Très bien. Je vous souhaite une bonne journée, dans ce cas. » répliqua simplement la jeune femme avec un sourire poli, quand le brun lui indiqua qu’il n’allait pas l’embêter plus longtemps, terminant sur une note acerbe au passage. Rien de surprenant de sa part, et cette fois, Charlie leva les yeux au ciel, uniquement parce qu’il s’était retourné et ne pouvait pas la voir. Il avait peut-être plus l’âge, mais bien le besoin d’être encore éduqué, visiblement. L’étudiante allait tourner les talons pour retourner à ses occupations, relativement plus importantes que de converser avec ce personnage peu aimable, mais ce dernier, encore dans son champ de vision, s’appuya au mur avant même d’avoir parcouru un mètre. Charlie regarda autour d’elle, hésitant à peine une seconde, avant de retourner vers lui. Peu importe comment il se comportait, elle était médecin et elle se devait d’aider. Elle n’allait pas faire semblant de rien juste parce qu’il était désagréable, ce n’était pas Charlie. Aider et soutenir, peu importe qui était la personne, c’était son choix et sa vocation. Elle passa doucement le bras sous celui du jeune homme, sans être trop oppressante, histoire de ne pas attirer l’attention non plus. Il était évident qu’il ne le vivait pas bien. « Je vous accompagne jusqu’à l’ascenseur. On ne vous a pas donné de béquille ? » demanda doucement la brune. Elle ne connaissait rien de la condition médicale de ce patient, mais s’il avait des problèmes d’équilibre ou peu importe ce que c’était, elle osait espérer que son médecin avait la présence d’esprit de lui fournir une aide adéquate.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyMar 3 Déc 2019 - 23:51

Kelly avait reçu une très bonne éducation, plutôt strict et soucieuse du respect de chacun. Visiblement elle s'était perdue entre ses années d'adolescence tumultueuse et les diverses autres épreuves de la vie qui avaient bon dos. Bien d'autres avaient des vies merdiques mais ils étaient tout à fait capables de rester courtois et polis. Ce n'était pas le cas de Terrence et en plus il en voulait à la Terre entière d'être dans cette conditions là. Alors la pauvre Meers, jeune interne en pédiatrie, ce jour là c'était elle qui trinquait. Parce que le commerçant avait eu une journée de merde, un rendez-vous qui lui avait foutu le moral dans les chaussettes, parce que ce jour là il faisait gris et qu'il mourrait d'envie d'une clope, tout un tas de raisons totalement valables, selon lui, pour qu'il soit d'humeur massacrante. Et la jeune médecin restait tout de même cordiale avec lui, s'en était carrément agaçant, tant de gentillesse alors qu'il la démontait. Il se retournait déjà pour quitter ce couloir et ne plus la voir, alors qu'elle le saluait. Ouais c'est ça, bonne journée. Qu'il avait sifflé entre ses dents, dans sa barbe sans faire l'effort d'articuler. Par réflexe il tata la poche arrière de son jean en se retournant, son paquet de cigarette était encore là, il ne s'était pas fait la malle dans la chute, c'était déjà ça. Il tituba, incapable d'avancer, heureusement il n'y avait plus grand monde pour voir le spectacle pitoyable qu'il offrait. Il ne pouvait pas avancer, du moins pas tant que sa jambe ferait des siennes et il était bien incapable de savoir combien de temps ça allait durer. Il n'y avait donc presque plus personne... presque, parce que Charlie se précipitait déjà pour l'aider. Il soupira lourdement quand elle le soutenu par le bras. Il avait horreur qu'on l'aide, encore plus que ce soit cette fille-là. Des béquilles ?! Vous me prenez pour un infirme ? J'ai pas besoin de ça. Le ton dédaigneux était sans détour, il refusait catégoriquement toute aide, pourtant il ne la rejetait pas alors qu'elle le soutenait pour marcher, réalisant que sans elle il en serait encore à se demander combien de temps il allait errer dans les couloirs de ce maudit hôpital. Il raillait les infirmes, refusait le handicap, pourtant il l'était bien, handicapé. Son chirurgien lui conseillait une canne depuis des années, cane qu'il refusait frontalement. On ne pouvait pas le forcer, il le savait bien, c'était son seul avantage dans toute cette histoire, il avait encore le droit de décider ce qu'il faisait de sa jambe. Une fois dans l’ascenseur il referma son bras sur celui de la jeune femme pour l'entraîner avec lui. Avec assurance il appuya sur le bouton d'un inter-étage. Il connaissait bien plus ces lieux qu'il ne le faisait croire. Puisque vous n'avez rien de mieux à faire j'ai encore besoin de vous. Les portes s'ouvrirent sur un palier, en silence il la guida vers des portes vitrées qui menaient vers l'extérieur. Une fois dehors il sortit son paquet de sa poche et glissa une cigarette entre ses lèvres qu'il alluma sur le champ. L'effet fut immédiat, il lui sembla que tout son corps se relâchait enfin. Il lui tendit le paquet, pas rat jusqu'au bout quand même. Vous bossez ici depuis longtemps ? Il savait qu'il la retenait en otage, parce qu'elle était trop gentille pour le planter là et il en abusait, mais sans elle il n'aurait pas pu venir jusqu'ici et il ne pourrait peut-être pas repartir. Cette terrasse était réservée au personnel, il n'avait aucun droit d'être ici mais ça il s'en foutait pas mal.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyDim 22 Déc 2019 - 2:38


Charlie se prit l’objection mordante de l’homme en pleine face, réplique crachée avec déni. Elle ne se démonta pas pour autant. Elle avait l’habitude de se prendre du vomi de gamin, alors des protestations cinglantes, c’était presque mieux. Ça sentait moins mauvais, en tout cas. Et surtout, ça n’allait pas l’arrêter dans sa bonté, aussi agaçante qu’elle paraisse aux yeux du patient. « Je ne vous prends pas pour quoi que ce soit, je vous propose une aide dont vous pourriez avoir besoin. C’est mon job, et mon devoir en tant que médecin. » rétorqua calmement l’interne. C’était vrai. Aussi insupportable qu’un patient puisse être, aussi malpoli, ou pire, que soit quelqu’un en besoin d’assistance, elle procurerait toujours son aide. Elle l’avait choisi et elle l’avait juré. Et en-dehors même de ça, ça coulait dans ses veines et ça faisait battre son cœur. Charlie était de ces personnes qui avaient besoin d’aider, de se rendre utile, d’être un soleil dans la vie des gens. Peu importe qui ils étaient. Elle soutint donc partiellement le jeune homme jusqu’à l’ascenseur, malgré sa réticence, elle restait patiente et d’un calme implacable, sans pour autant montrer le moindre signe de condescendance ou quoi que ce soit du genre. Elle garda le silence, respectant l’apparent besoin de cet homme de se décharger en rembarrant tout le monde. C’était évident qu’il avait du mal à accepter ce qu’il lui arrivait, quoi que ce soit. Et Charlie pouvait comprendre cela, alors elle ne poussa pas plus loin. Il avait autant le droit que n’importe qui à ce qu’on lui fiche la paix, et si elle n’était là que pour prendre le rôle d’une béquille, objectifiée en un sens, elle le ferait sans rechigner. Cependant, l’homme reprit la parole, réquisitionnant son aide, contre toute attente. « Pas de problème. » répondit poliment la jeune femme avec un hochement de tête. Elle n’ajouta rien, suivant le mouvement au rythme du brun tout en exerçant son rôle de soutien. Ce fut pour arriver dehors, où il s’alluma une cigarette qui sembla lui apporter le plus grand soulagement. Un petit sourire amusé étira les lèvres de l’étudiante quand il lui tendit le paquet. Soudainement, il semblait s’être transformé en quelqu’un d’un peu moins exécrable, presque sympathique. Même s’il conservait ce masque bourru et renfrogné. Ça eut tout de même l’effet de satisfaire un tant soit peu Charlie. « Assez ironique pour un médecin de fumer. Ça m’arrive de temps en temps toutefois, mais ne le répétez pas. » sourit la brunette en prenant une clope dans le paquet. C’était quand même un peu la honte devant les collègues, d’avouer qu’on était fumeur. Certains l’étaient, parce qu’au final, c’était pas parce qu’on se battait pour la santé des autres qu’on prenait soin de la sienne. Mais quand même, c’était pas très cohérent vu de l’extérieur, et Charlie préférait qu’on ne la voie pas avec une cigarette entre les lèvres. Question d’image, sans doute un peu stupide, mais quand même, elle ne pouvait s’empêcher de parfois s’inquiéter de ce qu’on allait penser d’elle. Et puis elle n’était même pas une vraie fumeuse, à peine occasionnelle. « Un an et demi. Et j’y suis encore pour trois ans et demi, a priori. » répondit l’australienne avec un petit haussement d’épaules. Son internat était déjà bien entamé, mais loin d’être terminé. Si on comparait à la longueur totale des études de médecine, toutefois, elle touchait lentement au but, à la fin de son parcours d’apprentie. « Et vous, vous venez ici depuis longtemps ? » demanda doucement la jeune femme à son tour. Elle ne voulait pas s’immiscer dans les détails de la vie de cet homme, il montrait clairement qu’il n’était pas le genre à apprécier les questions indiscrètes, mais elle trouvait la question légitime, puis ça faisait la conversation.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyLun 10 Fév 2020 - 15:16

Quand on le connaissait, Terrence n'était pas un si mauvais bougre. Sous ses airs de boudeur, de grincheux, il cachait une véritable sensibilité, celle d'un homme blessé par tellement de petites ou grosses choses au cours de sa vie qu'elles avaient fini par le briser. C'était un colosse en vitrine, fragile à l'intérieur qui avait horreur de cette faiblesse. Et lorsqu'il souffrait, comme aujourd'hui, il en voulait presque à la moindre personne un peu trop gentille de l'aider plutôt que de le laisser crever pour accéder à un peu de paix. Sauf que personne ne savait ce qu'il y avait au bout du tunnel et qu'il avait encore une vie entière à vivre, avec cette jambe défaillante. La jeune Charlie aida son nouveau patient comme elle pouvait, lui qui n'en faisait qu'à sa tête, enfin il se laissait à peu près faire, simplement parce qu'il avait une idée en tête, celle de s'en griller une dans un endroit où il n'avait pas le droit d'aller, comme pour mieux emmerder son monde, c'était sa petite victoire à lui sur cet hôpital qu'il détestait. J'vous tend le paquet mais vous n'êtes pas obligée de l'accepter si ça joue sur votre conscience. Il la regarda avec un petit rictus ironique au coin des lèvrs, qu'un médecin fume ça ne le choquait pas du tout, avec tout ce qu'ils voyaient tous les jours ils pouvaient bien s'accorder ce genre de petit pécher. J'ai vraiment une tête à aller fanfaronner dans tout l'hôpital ?! J'ai d'autres choses à faire. Par un élan de gentillesse il lui demanda quand même depuis combien de temps elle travaillait ici, c'était aussi pour lui éviter la gêne d'être face à un parfait inconnu sans savoir quoi lui dire. C'est long, vous n'avez pas intérêt de vous êtes plantée de voie avec des études pareilles. Lui il n'avait fait aucune études, il n'avait aucun diplôme et il avait dû s'en sortir par lui-même. Il avait trouvé que l'école de la vie aidait mieux que le parcours conventionnel. Et puis de toute façon il n'entrait pas dans les cases. Il était assez débrouillard pour s'en sortir tout seul. Il pouffa légèrement de rire en tirant sur sa clope. On dirait que vous me demandez si je fréquentes souvent un bar ou quelque chose du genre. Moins je viens ici, mieux je me porte. J'ai été opéré il y a un peu plus de dix ans et depuis j'fais des visites régulières au professeur Hope. Il a tenté quelques traitements expérimentaux sur ma jambe. Rien de bien concluant. Le mieux ce serait qu'on me la coupe, j'le sais bien. Mais j'veux pas. Il avait sa fierté pour lui, il était né avec deux bras et deux jambes, il ne quitterait pas ce bas monde avec un membre en moins, il le refusait, même si ça signifiait souffrir au quotidien. Pourquoi vous êtes si sympa ? C'est agaçant les gens comme vous. Pourtant dans sa façon de le dire il n'y avait plus la même colère que tout à l'heure quand il s'adressait à elle, à présent qu'il s'était calmé il s'était aussi radoucit un peu.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyMar 17 Mar 2020 - 1:19

Elle répondit à sa remarque par un sourire, en prenant la cigarette entre ses doigts. C’était pas tellement sa conscience qui jouait, plutôt l’image qu’elle renvoyait. Mais comme il le dit par la suite, c’était pas comme s’il allait aller le gueuler sur les toits et c’était sans doute pas lui qui allait la juger. Il avait beau sembler morose au possible, la chirurgienne ne se le représentait pas comme quelqu’un qui jugeait les gens. Peut-être qu’elle se trompait, simple intuition. Un élan de sympathie la saisit, dirigée vers cet homme qui finalement, semblait loin d’être méchant. Impoli et rustre, mais pas méchant, dans le fond. Cette conclusion lui arracha un petit sourire en coin. « Je compte sur vous pour garder le secret, dans ce cas. » s’amusa la brunette en allumant la cigarette, tirant une bouffée apaisante de nicotine. Elle ne savait pas bien pourquoi s’allumer une clope lui faisait du bien, elle qui n’était pas fumeuse. Souvent, c’était en soirée qu’elle fumait, parce qu’elle avait trop bu, qu’on lui proposait, et qu’elle disait tout simplement oui. En-dehors de ça, c’était très rare, mais ça ne l’empêchait pas d’apprécier le moment, même si elle n’avait pas d’addiction à la nicotine. Peut-être que c’était juste le geste, que ça jouait psychologiquement. Bref, on s’en fout. « Je ne me suis pas plantée. » répondit l’étudiante d’une voix douce, qui pourtant portait cette assurance inébranlable. La médecine, et la chirurgie en particulier, c’était sa vocation. C’était tout ce qu’elle souhaitait faire dans la vie, plus que n’importe quoi d’autre. Elle était née pour ça, elle n’en doutait pas une seconde. Sa réponse, aussi simple fut-elle, aurait convaincu n’importe qui qu’elle avait en effet fait le bon choix, et que rien ne remettrait jamais ce choix en question. Pas même des patients bougons. Elle joignit son rire à celui du jeune homme quand il répondit à sa question. Ouais, pour Charlie, l’hôpital c’était un peu comme sa deuxième maison, alors elle en parlait comme on aurait parlé d’une sandwicherie. Elle hocha la tête en écoutant les explications de son interlocuteur, tirant à nouveau sur sa cigarette. Elle s’y connaissait moins en orthopédie, et ne connaissait pas le problème en détails, aussi lança-t-elle un bref regard à la jambe en question. « Ça se comprend. J’imagine qu’elle vous fait pas mal souffrir. » répliqua Charlie en relevant les yeux vers le brun. Si une amputation avait été conseillée, c’était que vivre avec cette jambe devait être un enfer. La chirurgienne en elle était curieuse, mais elle ne voulait pas s’immiscer dans les détails du cas, c’était personnel et il n’avait certainement pas envie de s’étaler sur le sujet. Elle pouvait comprendre sa frustration, toutefois. Mais il changea de sujet et c’était tout aussi bien, l’australienne n’avait pas envie de l’accabler plus longtemps avec son handicap, il devait en avoir bien assez marre comme ça. Elle rit doucement à la question du jeune homme, d’un rire frais et joyeux. « Vous êtes pas le premier à le dire. » s’amusa Charlie. Ouais, elle avait tendance à taper sur le système des gens, c’était pas un scoop pour elle. Mais elle s’en accommodait pas trop mal. « Faut bien des gens sympas pour contrebalancer tout ceux qui ronchonnent dans les couloirs. » se permit-elle comme plaisanterie, espérant que ça passerait maintenant qu’il semblait s’être radouci, accompagnant sa phrase d’un clin d’œil espiègle.

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Terrence Kelly
Terrence Kelly
messages : 944
ici depuis : 10/04/2018
crédits : ©Thinkky
comptes : Léo, Samuel & Charlize
statut : There is a violence in love ➳ Violet
adm h
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyVen 3 Avr 2020 - 15:40

Non il n'était pas du genre à juger, peut-être à se moquer, plus pour emmerder le monde qu'autre chose, mais au fond il se foutait bien de ce que faisaient les gens, de ce qu'ils aimaient ou non, de leurs opinions ou de leurs habitudes, convenables ou non. Lui il n'avait rien de convenable, rien de correct, on aurait tellement à redire sur lui qu'il ne se voyait pas exprimer son avis. Il partait du principe que si on le laissait tranquille il en faisait de même. Terrence il était tombé dans la nicotine quand il était gamin, il avait crapoté durant l'adolescence avec ses copains, fumé ses premiers joints, rien de bien méchant. Mais quand il était en Irak alors il fumait clopes sur clopes, pour affronter le stress, la peur ou même l'ennuie. Tout le monde fumait dans son escadron, alors pourquoi pas lui finalement, il était du genre suiveur à l'époque et voyez où ça l'avait mené, à une jambe quasi foutue et à être désagréable avec le personnel soignant. Vous faites vraiment confiance à n'importe qui. Les gamins doivent vous en faire baver ! Il lui sourit, amusé par ce semblant de complicité qui naissait entre eux. Elle avait de la chance, cette gamine, d'avoir choisi une branche qui lui plaisait et dans laquelle elle semblait s'épanouir. Au tout départ Terrence s'était toujours dit qu'il reprendrait le bar de son père avec son frère, une affaire familiale, mais ça ne s'était pas passé comme il voulait. Il n'en était pas vraiment mécontent aujourd'hui, même s'il avait mis du temps à se trouver, il était fier d'avoir monté son commerce et qu'il fleurisse aujourd’hui. Il opina du chef sans rien ajouter, elle semblait suffisamment convaincue pour ne pas à avoir quoi que soit de plus à dire. Finalement ce fut lui qui se confia presque le plus en lui parlant de sa jambe, de ses opération, de cette amputation qu'il refusait et repoussait depuis des années déjà, préférant souffrir que de se sentir définitivement handicapé. Il ne s'attendait pas à parler autant, il s'en voulut presque, parce que c'était comme montrer ses faiblesse. Heureusement Charlie eut l'indulgence de ne pas en demander plus et il lui en était reconnaissant. C'est pas tous les jours facile. Puis les médocs, c'est soit ça t'assomme soit ça fait rien. Du cou j'me suis tourné vers une sorte de médecine parallèle, pas vraiment légale ici. Ne dites rien à Hope, même s'il s'en doute je crois. Sinon j'irais répété à tous les parents de ptits cancéreux que vous fumez clope sur clope quand ils ont le dos tourné. C'était des menaces en l'air, mais intérieurement ça le faisait rire d'imaginer les parents horrifiés. Pour mieux changer de sujet il s'intéressa à sa gentillesse presque louche. Il sourit un peu plus à sa petite pique, il ne l'avait pas volée celle-là. Puis il haussa les épaules en terminant sa clope. Ca vous change des gamins, non ? J'ai illuminé votre journée, je le sais ! Toujours ce sarcasme qui n'était pas bien loin. Allez Meers, j'vous demande une dernière chose, faudrait me faire sortir dignement de cet hôpital puis j'vous libère. Je crois que vous avez assez abusé de mon temps, faut que vous retourniez sauver des vies. A la sortie de cette hôpital une fois les portes refermées ils ne seraient que deux étrangers finalement, mais peut-être que Kelly allait repartir un peu moins exaspéré qu'avant de la rencontrer, un peu plus léger, même s'il ne l'avouerait pas.

__________________________

"Hypnose"
Even if you see my scars, even if I break your heart, if we're a million miles apart, do you think you'd walk away? Could you? Could you love me anyway?
Revenir en haut Aller en bas
Charlie S. Meers
Charlie S. Meers

Feuille de personnage
» anecdotes: elle a un humour de merde mais le vit franchement très bien ◦ elle a un tatouage, un triangle inversé dans la nuque qui ne se voit que lorsqu'elle attache ses cheveux ◦ elle ne crie pas sur les toits qu'elle a un QI élevé, elle ne veut pas qu'on la catégorise comme telle ou qu'on ne la voit qu'à travers ça, mais elle en veut tout de même à son frère de ne jamais l'avoir laissée exploiter cette chance ◦ sa famille, ce sont ses frères et sœurs. elle ne pardonnera jamais ses parents de ne pas être là et une certaine haine endormie stagne au fond d'elle à ce sujet ◦ elle se questionne beaucoup sur sa sexualité et, contrairement aux apparences, a très peu confiance en elle à ce niveau ◦ la photographie est devenue une passion et elle adore jouer avec son appareil photo ◦ elle est sévèrement allergique aux piqûres de guêpe et a toujours son auto-injecteur d'adrénaline sur elle ◦ elle pratique la danse classique et contemporaine ◦ elle ADORE manger. gras ou sucré, tout convient, mais son pêché mignon, c'est les macarons ◦ elle ne sait pas si elle voudrait des enfants un jour. d'un côté, elle les adore, mais de l'autre elle pense qu'elle aurait trop peur de les perdre, avec tout ce qu'elle voit à l'hôpital ◦ bouder c'est sa passion ◦ son rêve est de partir soigner des enfants à l'étranger, dans des pays où il y a un réel besoin de chirurgiens qualifiés, mais elle ne sait pas si elle parviendrait à quitter l'Australie et sa famille, ça l'angoisserait sûrement trop
messages : 4022
ici depuis : 13/12/2018
crédits : magma (a), bat'phanie (s), vocivus (ic), whereischarlie (gif).
comptes : azriel & effy & viktor & eve & saoirse.
statut : le coeur en version beyrouth.
adm f
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie EmptyVen 10 Avr 2020 - 18:04

Un rire allégea l’air et illumina le visage de la jeune fille. Ouais, il n’avait pas tort, Charlie était comme un chiot qui aurait fait confiance à n’importe quel inconnu venant lui offrir des caresses. Mais elle n’était pas naïve pour autant. Optimiste était un mot plus adapté. En plus de ça, la brune avait tendance à se baser sur son instinct, qui fonctionnait plutôt bien. Elle savait capter rapidement ce qui émanait d’une personne, même si elle n’était pas à l’abri de se tromper, mais c’était ainsi qu’elle jugeait de si elle pouvait se sentir en confiance ou non. Peut-être était-ce parce qu’elle-même était si émotive qu’elle pouvait sentir plus facilement ce genre de choses, les émotions qui émanaient des autres, même inavouées. « Hé, vous avez pas idée de comment je fais la loi dans les couloirs ! » protesta faussement Charlie, son expression toujours touchée d’humour. Peu importe si les enfants étaient moins disciplinés avec elle. Au final, cela ne faisait que les mettre plus en confiance, eux aussi, d’avoir un médecin plus relax et plus rigolo malgré les circonstances. Ils n’obéissaient pas toujours, ils n’étaient pas aussi intimidés que devant ses confrères, mais ils croyaient en Charlie, et ils étaient plus rassurés quand c’était un docteur qu’ils aimaient bien qui s’occupait d’eux. C’était tout ce que la jeune femme désirait, en plus de pouvoir les soigner. Et puis, elle aussi, elle savait se montrer puérile, alors au final, ils étaient sur la même longueur d’ondes. « Au moins ils rigolent, pour certains, c’est un luxe. » ajouta-t-elle d’une voix plus douce, le regard perdu au loin en tirant sur la cigarette. Un enfant à l’hôpital, ça n’avait jamais rien de joyeux. Un adulte non plus, vous allez me dire. Mais quand on est encore si jeune et confiant dans l’avenir, se prendre un cancer ou un accident grave en pleine gueule, ça vous retire parfois l’envie de rire. La conversation prit un peu de profondeur, abordant la raison de la présence du brun entre les murs froids d’un hôpital. Charlie l’écouta donner de plus amples explications sur sa condition, tout en fumant sa cigarette, compatissante mais nullement condescendante, gardant simplement son regard azur rivé sur lui, attentive. Son visage se fendit en un sourire amusé, qui se transforma franchement en rire sous la fausse menace de son interlocuteur. Finalement, il était marrant, quand il le voulait, ce type. « Promis, je serai une tombe ! » jura l’étudiante, histoire de continuer sur les vannes douteuses. Tombe, hôpital. Bof, quoi. Mais ils pouvaient bien s’octroyer ce petit moment léger. Puis, quand on était chirurgien, y avait intérêt à savoir dédramatiser le tabou de la mort. Encore une fois, la jeune femme éclata de rire quand aux paroles du jeune homme. « Je n’oserais pas vous contredire ! » fit-elle avec un petit haussement d’épaules joyeux. Dans le fond, il l’avait quand même un peu embellie, sa journée. Malgré leur départ corsé, la jeune interne avait apprécié cette petite pause et la façon dont la suite avait tourné. Ce n’était rien d’exceptionnel, mais ça faisait partie des petits plus qui rendaient le métier de Charlie plus agréable. Elle écrasa sa cigarette en hochant gracieusement la tête, offrant son bras en soutien, pour qu’ils se dirigent ensuite vers les portes, ressemblant presque à deux bons amis partant en balade. « Au fait, moi c’est Charlie. » précisa finalement la brunette en arrivant à la sortie, juste avant qu’ils ne se quittent, un sourire lumineux sur le visage. Parce qu’au final ils n’avaient même pas pensé à se présenter proprement. Ce n’était pas très important, mais la jeune fille l’avait dit avec une telle gentillesse et tant de bienveillance dans la voix que cela paraissait une bonne conclusion à cette histoire.

End. :11:

__________________________

she wore a smile like a loaded gun
Be happy, not because everything is good, but because you can see the good side of everything. ▬
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t16120-whereischarlie-charlie-s-insta#541406
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Someone's out there, sending out flares + Charlie   Someone's out there, sending out flares + Charlie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Someone's out there, sending out flares + Charlie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: stories have been told-
Sauter vers: