AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Ecrire pour exister (ft Félix)

Aller en bas 
AuteurMessage
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyMar 15 Sep 2020 - 19:40

Deux heures, deux jours, deux semaines, deux mois. Il était parti depuis si longtemps que Louise avait fini par ne plus compter le temps, ne plus espérer le retrouver ni même entendre le son de sa voix, elle avait tenté de le reléguer aux oubliettes, aux bons souvenirs et aux histoires anciennes. Il avait fait le choix de partir à l'autre bout du monde, retrouver ses racines, sans un véritable au revoir et avait emporté avec lui une partie de son cœur. C'est son absence marquée qui avait ouvert les yeux à la jeune femme, pourtant adepte d'histoires sans attachements, elle avait faiblit et l'avait dans l'esprit continuellement, sentant à chaques pensées son coeur s'emballer et son corps frisonner de plaisir, se souvenant tendrement de leur histoire  si courte. Elle avait fini par ne plus écouter sa tête et par prendre l'avion, débarquant à Bowen, le cherchant dans cette ville australienne totalement inconnue. Quelle histoire !

Il avait d'abord été un patron la sortant de l'instabilité, une histoire d'argent sans lendemain, le plaisir charnel laissant des marques sur son corps et puis, il lui avait tapé en plein cœur, ces sentiments que l'on ne contrôle pas, que l'on ne découvre pas tout de suite, ceux qui nous font vibrer après coup. Après quoi ? Après son départ certainement. Elle avait fini par quitter New-York, cette ville qui était devenue la sienne au fil des années, cette ville qui l'avait vu se construire telle quelle était,  pour tout recommencer de zéro, une nouvelle fois, cette fois pour lui et non pas pour fuir, et pour son argent peut être aussi ? Elle avait gagné assez ces dernières semaines pour voyager jusqu'ici, elle avait eu assez de jugeote pour se trouver un logement rapidement, et puis, lancer ses recherches. Trouver un coureur écrivain en perdition ne devait pas être difficile non ? Il lui fallut quelques jours seulement pour mettre la main sur l'adresse de son bureau, la facilité d'internet et des bons mots de recherches. Quelques heures de plus pour se préparer et revêtir une tenue qui ne le laisserait pas indifférent, lui pardonnant peut être son irruption. Quelques minutes pour entrer dans le bâtiment et rejoindre son bureau. Quelques secondes pour soupirer et taper à la porte avant d'attendre une réponse. Elle avait préparé son discours, elle avait préparé sa venue, mais lui, l'attendait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyMer 16 Sep 2020 - 8:29

Après des semaines à demander à ton père de le faire, il avait fini par céder. Tu avais récupéré ton petit bureau dans sa grande entreprise. Une petite pièce au premier étage dans un coin bien reculé pour que tu puisses écrire en paix. Durant ton absence à New-York cet étage était devenu le local pour les femmes de ménage et pour le rangement. Mais tout au fond, il y avait encore cette odeur que tu avais quittée il y a quelques années. Cela sentait encore le vieux papier et le vieux tabac froid. Tu te souviens de cette folle époque où tu pouvais fumer dans les lieux publiques. Tu ne te gêné pas d'enfumer ton bureau. Tu fumais comme un pompier à cette époque. Tu as arrêté quand le paquet est devenu trop cher à ton goût et quand la loie sur la clope dans les lieux privés fut interdit. Tu avais une certaine flemme de sortir pour tirer sur ta cigarette. Tu avais repris les lieux en main, une petite touche scandinave au meuble et une couleur bleue canard sur un mur de la pièce. Tu avais retrouvé ta vieille machine à écrire et tu avais rêvé pouvoir te remettre à écrire dessus. Sur cette machine, tu as découvert ton amour pour l'écriture. Mais comme toujours, rien ne te viens. Tu t'es donc installé sur le vieux sofa ignorant volontairement les appels incessant de ton géniteur. Cinq étages, c'est le nombre d'étage qui vous sépare et pourtant, tu es sûr de l'entendre t'insulter à travers les murs. Tu t'assoupis un peu, il faut dire que cela fait des jours que tu n'as pas fermés les yeux. C'est quand tu entends le bruit d'un poing tapotant sur ta porte, que tu les ouvres. Tu te lèves, tire sur ta veste de costumes afin d'enlever les quelques plits qui s'étaient glissé lors de ta petite perte de connaissance vers le monde de Morphée. "Entré" Dis-tu, un peu à contre coeur pensant que s'était la secrétaire de ton père. Tu ne peux pas lui dire grand chose, elle ne fait que son boulot. La porte s'ouvre et c'est une jambe longue et élancée qui fait son apparition. Tu comprends de suite que ce n'est pas la personne que tu pensais. Monya n'a plus cette élégance depuis que sa ménopause est arrivée en juin 2015. Tu fus quelque peu surpris de voir le visage qui accompagne ce corps de rêve. Louïse, tu ne pensais pas qu'elle viendrait jusqu'ici. "Louïse." Dis-tu avec une voix qui laisse parraître ton étonnement. Évidemment, tu es toujours scénariste, elle est toujours ta secrétaire de rédaction, mais tu ne pensais pas la revoir avant de l'inviter toi-même. "Tu es de toute beauté."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 15:02

Elle était revenue sur un coup de tête, elle avait passé des semaines, peut-être même des mois à le chercher, se demandant encore parfois pourquoi. Elle avait vécu mille autres vies en l'attendant, tentant de l'oublier sans succès, elle l’avait dans la peau. Elle avait écumé des bars, des fêtes, des rues et des bâtiments en tout genre pour espérer apercevoir son visage, pour découvrir comment il vivait ici, à Bowen. Il l’avait abandonné sans un mot, il était parti sans un regard et elle avait presque sombré un instant à New York. Deux mois, c’est le temps qu’il lui avait fallu pour le retrouver, assis derrière une machine à écrire, dans ce bureau scandinave du cinquième étage. Même la décoration ne faisait pas oublier que ce lieu n’était pas pour lui. Lorsqu’elle poussa la porte, elle fixa son regard sur le jeune homme, cherchant une approbation de sa part. Visiblement, il attendait quelqu’un d’autre. Elle affichait un sourire sincère, le voyant relever doucement le regard, le vit remonter le long de ses jambes, lui procurant un frisson avant de s’arrêter sur son visage et puis, son prénom qui dansait au creux de ses lèvres. Suivi d’un compliment qui lui donna davantage de courage « Félix … » Elle ne continua pas sa phrase, elle eu envie de lui dire qu’il avait une mine épouvantable, que l’Australie ne lui réussissait pas, encore moins son absence. Il avait l’air soucieux, fatigué, exténué, perdu. Elle était apparemment arrivée au bon moment.

Louise s’avança un pas après l’autre jusqu’à arriver à la hauteur du bureau, jetant un œil autour d’elle, elle finit par lancer « Alors, c’est ici que tu te caches ». Était-elle déçue de lui, était-elle en colère ? En cet instant, elle oubliait tout sentiment mauvais, trop heureuse de se retrouver en face de celui qui faisait battre son cœur, comme l’impression de vivre de nouveau, comme ce sentiment d’avoir retrouvé la moitié d’elle-même. « Tu as toujours besoin d’une secrétaire douée non ? » Elle excusait son arrivée improbable par le travail, elle savait qu’il comptait beaucoup sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 15:13

Entre vous cela a toujours été étrange. Durant de long mois elle t'avait courus après. Disant les mots qu'il faut, mettant les habits qui fallaient tout ça pour te séduire. Tu ne craquais, malgré la tension électrique qui passait entre vous durant vos échanges. Tu ne craquais pas, car malgré ce que tout le monde pouvait bien pensé, tu étais follement amoureux de Nev. Puis il y a eu cette soirée, ce déplacement, cette hôtel, cette chambre, l'alcool brouillant tes pensées, ton père qui ne cessait de te dire à quel point Nev n'était pas faite pour toi et puis elle était là. Ravissante comme toujours, séductrice comme elle sait le faire et puis tu as succombé. Ses lèvres sucrées, son parfum envoutant et votre danse charnel avec l'arriver de Nev. Il était bon d'être avec la jolie blonde, car c'était facile. Pas d'amour, pas peur de faire mal, elle t'apprécie pour ce que tu es, le bon comme le mauvais. Tu te recoiffes et tu souris à sa remarque. C'est ici que le grand Félix ce cache, ça n'a pas la grande classe comme à New-York. Mais c'est ici ou rien, c'est ici ou ton père te coupe les vivre. "Tu m'as trouvé, mais je n'étais pas si bien caché, sinon on sait très bien que jamais tu m'aurais retrouvé." Tu poses ta main sur ses hanches, ce simple geste te donnant un frison dans le bas du dos. Tu mets tes lèvres sensuellement sur sa joue droite puis la gauche et à quelques mètres de son visage, tu continues de lui répondre. "J'ignore ce que je pourrais lui donner de plus à faire qu'à New-York, mais c'est toujours plaisant d'être en charmante compagnie." Tu n'avais pas imaginé que tu pourrais la voir dans ce bureau. Dans cette ville, car connaissant Louise comme tu la connais, tu ne pensais pas qu'un jour elle pourrait quitter la grande pomme. Pourtant, tes yeux, ne te jouaient pas un tour, elle est là, séduisant et belle comme jamais elle n'a pu l'être. Peut-être qu'au fond elle t'avait manqué. Tu ne sais pas, comprendre tes sentiments ce n'est pas ton genre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 15:35

Il avait été son patron, uniquement son patron, le cherchant du regard chaque fois qu’elle agissait, comme la recherche de son approbation, manquant terriblement de confiance en elle. Son travail avait été longtemps de se vendre, elle, son travail n’avait jamais été d’écrire pourtant, c’est ce qu’elle faisait pour Félix. Et elle aimait ça. Elle ne se l’était jamais avoué, parce qu’elle adorait ne dépendre de personne, mais Félix était celui qui l’avait sauvé à une époque, avant qu’elle ne sombre de nouveau dans les travers et la quête perpétuelle de l’argent. New York, ça avait été une grande partie de sa vie, quatorze ans de sa vie à se reconstruire, à chercher la gloire et la fortune, elle l’avait trouvé d’une certaine manière. Lorsqu’elle avait été embauchée par Monsieur Bowen, elle n’avait jamais pensé à autre chose qu’à l’immense fortune qui l’attendait, une mission qui dura des mois, une mission qui lui donna peut-être même du fil à retordre. Apprendre à le connaitre, apprendre à l’aimer finalement et se faire prendre à son propre piège. Il n’était pas si bien caché, sinon elle ne l’aurait jamais retrouvé. Savait-il tout le mal qu’elle avait eu ? Savait-il combien de lieux elle avait écumé à la recherche de son visage, à la recherche d’une personne qui le connaissait ? Elle oublia un instant tout cela lorsqu’elle sentit sa main venir se poser sur sa poitrine, arrêtant de respirer quelques secondes, fermant les yeux à son contact, sentant comme cette connexion retrouvée, à chaque geste, à chaque baiser reçu. Elle était vivante. « Quand on cherche, on trouve » C’était une vérité, comme sur le ton d’une menace, elle l’aurait retrouvé où qu’il soit, elle le savait.

Il n’avait pas l’air heureux de le retrouver mais elle lui donnerait bientôt matière à réfléchir. Leurs visages proches l’un de l’autre, ils chuchotaient presque. « Tu ne regretteras pas que je sois là » Elle frotta son nez sur celui de Félix avant de reculer légèrement et de lui dire « Je pense même avoir une idée de scénario pour toi, le voilà. » Elle posa une liasse de papier sur son bureau, un sourire satisfait « Mais tu pourras le lire plus tard … Tu m’as manqué tu sais » Elle joua la carte de la sincérité, peut être le lui rendrait-il également ?
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 15:51


Quand on cherche, on trouve, c'est tout à fait exact, c'est bien la première personne qui te cherche. D'ordinaire, on te fuit, toi et ta folie, toi et ton besoin maladif d'être malheureux. Pourtant, elle t'avait cherché et par tu ne sais quel moyen, elle t'avait retrouvé. Et quel plaisir de retrouver une personne pour qui tu as un peu d'importance. Il faut l'admettre dans cette ville, tu n'as pas beaucoup d'amis. Tu n'es le genre de personne qu'on apprécie et encore moins celle qu'on invite sans arrière pensée. Contrairement à tous les autres, Louise semblait réellement heureuse de te revoir. Tu voulais lui sourire, lui montrait que cela te faisait plaisir, mais tu n'es pas comme ça. Tu es froids Félix, tu n'es pas avenant, à moins de vouloir quelque chose en contre partie. Vos visages ce frôle, tu sens sa respiration tout prêt de toi et alors que tu pensais que vos bouches allées ce toucher elle s'esquive après avoir touché ton nez avec le sien. Cela te fait sourire, elle s'installe à son bureau et t'avoue avoir un scripte pour toi. "C'est de toi?" Demanda-tu en posant ta main sur le bureau. Tu regardes l'épaisseur du bouquin et tu te dis que tu vas avoir de quoi lire un peu cette nuit. Puisque tu ne dors pas, tu risques même de l'avoir terminé pour demain matin, s'il est bon. "On me donne des ordres à présent?" Dis-tu en jouant les faussement gêné. Tu aimes quand les femmes agissent ainsi. C'est ce qui t'attire le plus chez elle. Elle t'avoue que tu l'as manqué ? T'as t-elle manqué ? Tu ne sais pas, avant de la revoir, tu n'avais pas tellement pensé à elle et pourtant, la voir dans la même pièce que toi fait danser toutes tes cellules les unes contre les autres. Tu n'es pas ce genre de personne à mettre son coeur à nue, tu ne sais même plus si tu as déjà dit à Nev que tu l'aimais. "C'est très agréable de l'entendre. Je dois admettre que cette pièce est nettement plus appréciable, maintenant que tu es là" Tu n'es pas un menteur, Felix, tu ne vas pas lui dire qu'elle t'avait manqué, alors que tu n'en ais même pas certains. Tu es peut-être un connard aux yeux beaucoup de gens, mais tu as tes limites.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 16:09

Elle avait quitté la France pour rechercher l’argent, pour fuir sa famille et leur pauvreté, elle avait quitté New York pour suivre l’amour peut être ? Était-elle vraiment amoureuse ? Elle le pensait. Il avait tout pour l’attirer, surtout l’argent. Il était taciturne et secret et elle aimait les défis, Louise. Elle l’avait retrouvé et jusqu’au moment où elle l’avait eu en face de lui, elle n’était pas certaine de sa réussite. Qui cherche trouve. Elle avait passé des semaines à chercher après lui, en silence, en secret, elle avait préparé sa venue, acheté une tenue qui le ferait fondre et elle avait répété en boucle son scénario, oubliant sa condition et ses ennuis personnels. Elle avait voulu l’embrasser, elle avait souhaité se perdre dans ses bras et le retrouver lui et son corps, sa puissance masculine et oublier ces mois de perdition. Se perdre pour exister avec lui. Elle avait senti chacun des picotements de son corps lui ordonnant de fondre sur sa bouche, d’emmêler leurs langues et de glisser ses mains dans ses cheveux. Elle avait été plus forte et avait envie de jouer un peu. Elle glissa le scénario sur son bureau, fixa la liasse de papier du coin de l’œil avant de s’assoir sur le coin du meuble, pliant les genoux, songeant que cette position plairait à Félix et le déstabiliserait. Était-il d’elle ? Bien sûr que non, mais cette question ne manqua pas de flatter son égo « Je suis flattée de voir que tu me crois capable d’écrire un scénario complet » Elle lui donna un ordre, qui fit sourire son patron et la rassura, leur relation n’avait pas vraiment changé.

Elle aimait le retrouver, elle aimait l’entendre lui ordonner des actions, elle aimait son rôle de secrétaire mais elle savait qu’il pouvait compter sur elle, plus que son poste ne le prévoyait. Elle s’était longtemps occupée de lui et de son planning, elle avait longtemps pris à cœur de le rendre heureux. « Vous savez que je gère parfaitement votre planning .. Patron » Patron. Ce petit mot qu’elle aimait employer en sa présence, qui lui décrocha un sourire avant qu’elle n’écoute son semblant de réponse. Elle lui avait manqué, ce n’était surement pas réciproque mais il avouait préférer son bureau en sa présence. Elle haussa un sourcil avant de jeter un œil aux alentours « Ce n’est pas difficile, je n’appellerais pas ça un bureau … Et cette décoration, elle est de qui ? » Le bleu canard, la décoration scandinave, elle n’aimait pas vraiment Louise, cela ne reflétait pas la richesse ni l’envie.
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 16:47

Revoir Louise te fait quelques choses, revoir la jeune femme te rends bizarrement nostalgique. New-York te manque, New-York s'était ta vie, s'était ta ville, s'était là ou tu étais le plus heureux. Revoir Louise dans ton bureau te rappelle les années ou ta vie était meilleure. Cette vie ou tu n'avais que très peu de soucies. Cette vie ou tu étais entouré de personnes qui faisaient semblant de t'aimer. Comment ne pas aimer le grand scénariste Brown ? Comment ne pas aimer le futur mari de la merveilleuse Nev ? Comment ne pas aimer le grand patron ? C'était une vie remplit d'hypocrite qui te donnait l'impression d'une vie meilleure. Et si c'était mieux que rien. Et si un peu d'hypocrisie c'est mieux que pas d'amour du tout. Tu avais demandé à la jolie blonde si le scénario était d'elle, car tu connais ses capacités, tu sais qu'elle réserve bien plus qu'un simple physique, tu la connais mieux qu'elle ne le pense. "La réussite n'est que de la volonté" Tu es comme ça citant des phrases comme-ci tu avais un don pour la philosophie, ce qui n'est pas le cas.
L'attraction entre vous est indéniable et quand tu l'entends parler de ses talents pour gérer tes plannings, tu souris. Il est agréable d'être en compagnie de cette demoiselle, car elle ne demande rien en particulier. Tu peux être le connard que tu sais être, mais tu sais être fragile sans avoir peur des répercutions. As-tu raison as-tu tord ? Seul le temps pourrait vous éclairer. "Il est certain que tu sais prendre les choses en main." Tu aimes quand elle t'appelle patron, c'est ce que tu es, mais tu apprécies. Quand ces mots sortent de sa bouche, cela prend une autre tournure, cela en serait presque excitant. À New-York beaucoup t'appelaient comme ça, mais personne le faisait comme elle. Puis elle continue à se moquer de ta décoration. "Te moquerais-tu de mes goûts ?" Tu n'es pas un as de la décoration et tu ne l'as jamais été. Mais puisque c'est seulement un endroit pour écrire, tu n'as pas besoin de beaucoup. "C'est calme pour écrire, tu devrais peut-être essayer?"

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyJeu 17 Sep 2020 - 19:15

Il semble avoir changé mais au fond, Louise sait qu’elle le retrouvera vite. Il est étrange de le découvrir dans un endroit qui l’a forgé au plus profond de lui, elle ne le sait pas encore mais ici, c’est chez lui, pour de vrai. Du moins, c’est ce qu’il pense, ce qu’il ressent. Elle, elle n’est qu’une pièce rapportée, elle ne sait pas pourquoi elle a atterri ici, si ce n’est qu’elle a un moment dans sa vie, écouté son cœur plus que de raison. Avait-elle fait le bon choix quand elle avait claqué une partie de ses économies dans un voyage à l’autre bout du monde ? Avait-elle vraiment fait ça pour lui ou pour une toute autre raison. Elle ne le savait pas vraiment, elle n’était pas du genre fine psychologue et était entière, ne réfléchissant pas toujours à ses actions, sinon jamais elle ne serait devenue ce qu’elle était, sinon jamais elle n’aurait quitté sa France natale et encore moins New York cette année. New York pour la minuscule ville de Bowen, qui donc avait idée d’aller s’enfermer dedans ?

Le revoir lui avait fait oublier un instant sa condition nouvelle, lui avait fait oublier ces derniers mois de fêtes en tout genre, d’insouciance un peu trop marquée, et remplie de conséquences pas toujours les bienvenues. La réussite n’était que de la volonté, à ses mots elle hocha la tête, elle le savait. « Bien sûr, sinon je ne serais jamais là où je suis aujourd’hui … Mais non ce scénario n’est pas le mien, pas cette fois » Elle n’avait pas pris le temps de réfléchir à un texte, elle n’avait pas pris le temps d’autre chose que de le rechercher, ce qu’elle lui fit comprendre « J’avais tout un tas d’autres choses à faire tu sais » Elle avait été occupée ces dernières semaines, plus que de raison. On en venait à parler des compétences de la jeune femme, elle savait prendre les choses en mains, il le lui avouait et elle profita de cette petite phrase pour jouer un peu avec son patron « Et quelles genres de choses tu aimes me voir prendre en main ? » Elle passa la langue sur ses lèvres avant de l’écouter de nouveau parler, ils en venaient à parler décoration, se moquait-elle de ses gouts ? Peut-être bien, cette touche trop masculine ne lui plaisait pas vraiment « Vous m’avez habitué à d’autres choses » Elle se releva finalement pour faire le tour du bureau, admirant certains éléments de décorations, faisant le tour de la pièce pour venir se planter de nouveau devant lui. « Et tu as écris beaucoup de choses depuis que tu es ici ? » Elle devait essayer, cette idée ne l’enchantait pas beaucoup. « Je n’ai pas la tête à écrire en ce moment » Elle laissa sa phrase en suspens, n’ayant pas envie de lui dévoiler ses derniers secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyLun 21 Sep 2020 - 13:51

Tu peux prétendre avoir de bon goûts, Félix. Tu sais ce qui est beau, ce qui est beau et ce qui va t'être profitable. Délaissant la décoration pour ce qui est pour toi le plus important. Tu savais en engagent la jeune femme qu'elle avait un fort potentiel. Bien plus fort que ce qu'elle pense d'elle même. Tu sais lire entre les lignes. Tu n'es pas fort pour montrer ce dont tu ressents, mais tu arrives à la déchiffrer chez les enfants, en général. Tu es surpris de la voir dans ton bureau, mais cela reste une surprise agréable. Comme quand vous découvrez un nugest en plus dans votre menu fast food ou qu'encore le soleil soit au rendez-vous, alors que la pluie était prévue. "Je prendrais le temps de le lire ce soir." Tu ne vas pas divulguer que comme tous les soirs depuis ton retour, tu ne dors pas. Tu ne vas pas dévoiler le manque soudain d'intérêt pour ta misérable vie. Ce n'est pas ton genre, tu as bien trop d'égo pour cela. "Et qu'est ce que tu as de mieux à faire qu'écrire ?" Demandes-tu à ton employé d'un air taquin. Vous avez une relation assez complexe et pourtant, comme des amis, tu apprécies simplement l'embêter. Tu souris des yeux remplit de malice quand elle te répond. Qu'est-ce que tu aimes qu'elle prenne dans ses mains, tellement de choses. Tu la regardes déambulé telle une gazelle devant tes yeux. D'une main ferme, tu lui attrapes la fesse droite et les yeux dans les yeux, tu finis par répondre. "Des tas de choses." Une phrase qui laisse comprendre l'inévitable. Mais en même temps, tu restes subtiles. Il est vrai que la vie à Bowen est très différente de celle de New-York, à ton plus grand regret. Les immeubles, les taxis jaunes, tout te manque de la grosse pomme. Pourtant, tu étais coincé à faire semblant d'être bien. De faire comme-ci un jour, tu allais tout lâcher pour reprendre les clés de cette société que tu détestes. "Il faut savoir accepter le changement." Drôle de réponse surtout en ce qui te concerne, tu es l'homme qui aime le moins le changement dans ce monde. Puis elle finit par te demander si tu as beaucoup écrit dernièrement. Tu n'oses pas dire la vérité, alors tu t'enfonces dans un mensonge complètement idiot. "Rien de bien transcendant, malheureusement." Ta vie est devenue d'une banalité depuis que tu as perdus l'amour de ta vie. "Qu'est-ce qui t'embrouille l'esprit?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyMar 22 Sep 2020 - 18:23

Le retrouver avait ce quelque chose de surprenant, de magique, comme l’impression de retrouver son souffle, elle le pensait en cet instant. Elle jouait un peu avec lui, elle souriait, minaudait et n’avait qu’une envie : le retrouver lui, comme à New York, comme cette histoire qui avait débuté, la raison de sa venue ici, à Bowen. Ils en venaient à parler de choses et d’autres et elle se contenta d’acquiescer lorsqu’il lui dit qu’il lirait le scénario le soir même, elle n’avait pas envie de s’immiscer davantage dans sa vie et ne lui demanda pas s’il n’avait pas mieux à faire. Ils en venaient à discuter d’écriture et elle avait joué avec le feu lorsqu’elle lui dit qu’elle avait mieux à faire, elle haussa les épaules et se contenta de dévoiler une partie de son aventure « Te retrouver a été très … Prenant » Elle fit un sourire en coin avant de se lever, faire le tour du bureau avant qu’il ne la rattrape, une main enserrant sa fesse, elle ne gloussa pas mais se mordit la lèvre, ils en étaient là et cela lui plaisait beaucoup. Ils parlaient en sous-entendus et ce petit jeu lui plaisait énormément, elle attrape le premier objet qui lui tombait sous la main « Comme ce crayon ? » Minauda-t-elle, se trémoussant légèrement sous sa main.
Il était à présent question de changements, ils devaient l’accepter et cela lui laissa un gout amère sans s’en rendre compte, que voulait-il dire ? Elle n’osa lui demander et se contenta de hocher de nouveau la tête, soudain mutine. Ils en étaient rapidement revenus à leurs écrits, il n’avait rien écrit de transcendant, ce à quoi elle répondit « Je suis sûre que tu te sous-estimes, tu me montres ? » Elle était curieuse et aimait beaucoup lire, elle adorait se plonger dans les textes qu’il inventait sur un coup de tête. Une occasion manqué lorsqu’elle parla trop rapidement de son esprit torturé, elle joua la carte du mensonge « Oh tu sais, ce voyage, à Bowen, je ne connais pas la ville et c’est usant de se perdre » Elle sourit, pencha la tête sur son épaule, le fixant du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Félix Brown
Félix Brown

Feuille de personnage
» anecdotes: ‹ tu cherches l'affection de ton père depuis toujours ‹ tu as un caractère auto-destructeur, tu ne supportes pas de vivre dans le bonheur ‹ tu as un mauvais penchant pour les femmes et l'alcool ‹ tu écris depuis toujours, tu as une cinquantaine de journaux dans ta chambre d'enfant ‹ tu aimes les films en noir et blanc, ils ont plus de profondeur pour toi ‹ au lycée, tu étais celui qui drague les profs ‹ tu es allergiques au lactose, tu as des gazes dès que tu en consommes ‹ l'amour maternelle tu ne connais pas , non plus ‹ tu aimes entrer en conflit avec ton paternel, c'est qu'ainsi que vous communiquez ‹ tu as quelques tatouages que tu as toi même dessiner ‹ tu n'as aimé qu'une seule femme dans ta vie‹ tu portes souvent des chemises, tu trouves que c'est essentiel ‹ tu n'es pas photogénique, quand on bras un objectif sur toi, on dirait que tu fais une crise d'épilepsie ‹ tu es un grand amateurs de séries tv, tu en regardes énormément quand tu as le temps ‹ tu es un boulimique de la lecture, pendant des mois tu ne lis plus et d'un coup tu en dévores deux en 24h ‹ new-york te manque ici, tu es de retour par obligation ‹ tu as un chat, c'est bien le seul être vivant pour qui tu n'as pas peur de faire des efforts ‹ tu ne dors quasiment pas, dormir c'est une perte de temps. ‹
messages : 75
ici depuis : 31/07/2020
crédits : @galuche
statut : tu étais en couple, fiancé et très amoureux, mais tu as merdé, un caractère auto destructeur, bonjour.
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyMer 23 Sep 2020 - 7:44

Tu es fltaté, elle avait réellement envie de te retrouver. Il y aurait peut-être une personne dans ce monde qui t'apprécie. Une personne dans ce monde qui te voit comme tu es et qui reste tout de même près de toi. Pire qui traverse les océans pour te rejoindre dans cette ville qui n'a rien de bien intéressant. Tu es flatté, touché, depuis ton arrivée dans cette ville, personne ne t'avait apporté le moindre intérêt, bien au contraire. Tu es le paria, celui qu'on évite, le connard qui a fait du mal à son ex-femme, celui qui devrait mourir brûler sur le bûché. "L'important c'est que tu es là, désormais." L'alchimie entre vous est indéniable. Si vos coeurs ne batte pas en symbiose, vos corps, oui. Vos âmes quand vous êtes l'un dans l'autre, ne font qu'un, vous dansez cette danse charnel comme personne. C'est peut-être bien cela le problème dans cette histoire. Comment rester professionnel avec une femme qui sait comment te faire du bien. "J'imaginais quelque chose de beaucoup plus gros." Réponds-tu machinalement. Tu restes un homme, tu ne laisserais jamais un crayon l'emporté sur la taille de ta masculinité. Tu avais menti, prétendus avoir quelques écrits de côté. Mais c'est loin d'être le cas, tu ne peux pas rien lui montrer, car tu n'as rien écrit. "Honnêtement, je ne les garde pas. Tu me connais si ce n'est pas satisfaisant, je supprime et tu dois bien avoir autre chose à faire." Dis-tu en changeant légèrement de sujet. Quelque chose lui embrouille l'esprit et tu aimais que cela soit toi. Tu aurais aimé être cette petite faiblesse à ses yeux. "Bowen n'est pas New-York, tu as survécu à la grosse pomme, ici ça va être un jeu d'enfant." C'est une raison qui faisait que tu n'es pas bien dans cette ville. Elle n'est pas New-York, elle n'est pas assez grande, tu te sens à l'étroit, ton talent n'est pas à sa place, tu n'es pas à ta place. Tu ne peux pas dire que tu es malheureux, mais tu n'es pas heureux pour autant. Cette ville à beaucoup trop de souvenir, cette ville est beaucoup trop petite, cette ville n'est pas New-York. Tu peux dire tout ce que tu veux cette ville ne te comblera pas autant que N.y a pu le faire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : @jenesaispas
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) EmptyMer 23 Sep 2020 - 13:48

La distance était trop longue et sa vie était devenue insignifiante. Prise dans son propre jeu, il était question d’abord d’argent, il était question d’une histoire sans lendemain. Le faire jouir pour lui briser la vie et puis, empocher l’argent et ne plus jamais le voir. Une histoire qui avait été trop loin, trop longue, trop intense. Elle l’avait dans la peau à présent, assez pour tout quitter et se sauver ailleurs, laissant les dettes et les clients derrière, prendre l’avion et direction le soleil d’Australie : au revoir grisaille New Yorkaise. Ils se cherchaient désormais assez pour se faire des confidences, l’important était qu’elle soit là, cette pensée la fit sourire. « Je vous ai manqué, patron ? » Elle s’approchait de lui, ils jouaient avec le feu et cette sensation au creux de son ventre le lui confirmait, ou était-ce ce petit être qui grandissait en elle ? Elle repoussa cette idée et posa le crayon sur le bureau, jouant les ingénues, elle fit semblant de ne pas comprendre « Je ne vous suis pas, qu’attendez-vous de moi ? » Elle le vouvoyait de nouveau, mettant une distance dans leur jeu tout en posant sa main sur son torse, la faisant frémir davantage, avoir ce rôle d’ascendance lui plaisait.
A présent, il était question de ses écrits, il ne les gardait pas et à vrai dire, tout cela, elle s’en fichait, il faisait bien ce qu’il voulait. Elle ne cherchait pas à le piéger et haussa les épaules, elle s’occuperait différemment et arriverait bien à trouver une sortie à Bowen dans les jours qui viendraient. Bowen. Bowen n’était pas New-York et elle le savait. Est-ce que New York lui manquait ? Elle ne savait pas. C’est à New York qu’elle s’était construite, c’est à New York qu’elle avait abandonné sa famille, son passé, c’est dans cette ville qu’elle était devenue Louise Thomas, vendeuse de charmes et que tout cela avait été normal. « Je te fais confiance alors, l’endroit ne pourra que me plaire, maintenant que je n’y suis plus seule ». Elle ouvrait son cœur assez pour lui faire comprendre qu’elle avait envie d’être avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ecrire pour exister (ft Félix)   Ecrire pour exister (ft Félix) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrire pour exister (ft Félix)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District-
Sauter vers: