AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 maybe I am just as scared as you (louise)

Aller en bas 
AuteurMessage
Conchobáhr Rosenbach
Conchobáhr Rosenbach
messages : 1995
ici depuis : 06/03/2016
crédits : schizophrenic (a) & sarasvati (s)
comptes : woody & jackson & isaiah & elmo & nova
statut : fraîchement et tristement célibataire, papa de Maxwell avec Ally, papa de Lara avec Zelda
adm h
MessageSujet: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  EmptyMer 16 Sep 2020 - 20:21

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je répondis à un numéro qui m’était inconnu, ce matin, et je ne reconnus la personne au bout du fil que lorsqu’elle me rappela son prénom, Louise. Si ça avait été un nom plus commun que ça, peut-être que je ne l’aurais même pas replacée. Nous nous étions rencontrés il y avait moins de deux mois de cela et pourtant, elle était déjà une sorte de fantôme dans le grenier de mes pensées. Ne vous méprenez pas, Louise était une femme très belle, charmante, intéressante, et elle en valait certainement la peine. Mais pour moi, elle avait été une simple histoire d’une nuit, lors d’une soirée où j’avais d’abord essayé d’oublier Freja par l’alcool, puis par le sexe. Turns out, ni l’un ni l’autre n’avait fonctionné. Je ne passerais pas par-dessus mon amour pour la norvégienne aussi facilement. Louise et moi avions échangé nos numéros de téléphone sans doute par politesse, même que c’était moi qui avais rentré le mien dans le sien, et elle m’avait envoyé un message avec un émoticône de clin d’œil pour que j’aie le sien. Visiblement, je ne l’avais jamais officialisée comme contact. Alors comment se fait-il qu’elle ressurgissait maintenant, des semaines plus tard ? Elle voulait qu’on discute, elle voulait absolument me revoir, m’avait-elle plus ou moins dit, sans autant préciser pourquoi. Comme son ton de voix était des plus persuasifs, j’avais accepté. Sans la moindre idée de ses intentions, et encore moins des miennes, je m’étais rendu au bar de la plage où Louise m’avait donné rendez-vous en fin de journée. Elle n’était pas encore arrivée, ou alors j’étais complètement perdu et je ne la reconnaissais même pas, l’un ou l’autre. Dans tous les cas, je m’installai à une table libre et je commandai une bière, en attendant.

__________________________


saw a girl that I used to know, it's funny how a heart moves on. she's got a home and a family, I get the feeling she's forgotten me. people leave their mark and go like footprints in a winter snow. (@KODALINE)
Revenir en haut Aller en bas
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : moi même
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  EmptyJeu 17 Sep 2020 - 15:22

Le miroir était traitre, le miroir était devenu l’ennemi de Louise, lui rappelant chaque matin sa condition et son avenir qu’elle n’avait pas choisi. Elle était la seule à s’en rendre compte, elle était la seule à savoir et elle aurait tellement souhaité ne jamais connaitre ce sentiment. Elle passa de longues minutes sous le jet d’eau chaude avant de sortir et d’enfiler une tenue, aussi confortable soit-elle. L’estomac en vrac, elle ne put toutefois résister à l’appel d’un bol de café, bien noir, elle prit le temps nécessaire pour le dévorer avant de sortir de l’appartement. Un endroit qui n’était pas le sien et qu’elle squattait à plaisir. En marchant le long de la rue, elle attrapa son téléphone et fit courir son doigt le long des noms qui composait son répertoire. Concho. Elle chercha un instant dans sa mémoire avant de se souvenir brièvement de cette soirée, quelques jours après qu’elle ne soit arrivée à Bowen, quelques semaines avant qu’elle ne découvre ce secret si inconfortable. Et s’il pouvait payer pour cette soirée ? Elle l’appela et lui proposa un rendez-vous, elle ne savait pas vraiment ce qu’elle lui dirait, ni comment elle le lui apprendrait mais il fut convenu qu’ils se retrouveraient au bar de la plage quelques heures plus tard.

La journée passa lentement, lui rappelant chaque fois le rendez-vous qui l’attendait le soir même, elle avait la boule au ventre lorsqu’elle emprunta les transports en commun, elle avait la bouche sèche lorsqu’elle arriva non loin de la plage, elle avait envie de fuir lorsqu’elle posa un pied à l’entrée du bar, cherchant du regard le jeune homme. Concho. Elle ne le reconnu pas tout de suite, eu l’envie de faire sonner son téléphone avant de croiser son regard. Il était là, assis à une table, scrutant lui aussi les environs, ils ne pouvaient pas être nombreux à attendre une parfaite inconnue. Louise s’approcha de la table et lança « Concho ? Salut ! » Un serveur lui ramené une bière, elle en commanda une pour elle également, se permettant de s’assoir face à lui « Désolée pour le retard … » Elle ne connaissait pas encore bien les rues de Bowen, elle se perdait facilement, surtout lorsqu’elle redoutait ce genre de rendez-vous, regrettant d’avoir passé l’appel le matin même.
Revenir en haut Aller en bas
Conchobáhr Rosenbach
Conchobáhr Rosenbach
messages : 1995
ici depuis : 06/03/2016
crédits : schizophrenic (a) & sarasvati (s)
comptes : woody & jackson & isaiah & elmo & nova
statut : fraîchement et tristement célibataire, papa de Maxwell avec Ally, papa de Lara avec Zelda
adm h
MessageSujet: Re: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  EmptyJeu 17 Sep 2020 - 23:41

Je n’étais pas habitué à tant de mystère. Généralement, c’est moi qui entretenais le suspense et quand je le faisais, c’était parce que ce que j’avais à dire était difficile et anxiogène, et que j’étais trop lâche pour affronter directement le sujet. Pourtant, j’avais beau songer aux bribes de souvenirs qu’il me restait de cette soirée-là avec Louise, il ne me semblait pas avoir fait ou dit quoi que ce soit qui aurait pu nécessiter un suivi aussi sérieux. Avais-je confié des idées noires alors que j’étais saoul mort, en déprime totale à cause de mon cœur brisé d’avoir perdu Freja ? Peut-être que la blonde s’en était souvenu et avait eu peur que je fasse une connerie. Il était vrai que ce soir-là, je n’étais pas moi-même. Mais il ne me semblait pas m’être déversé en confidences auprès de Louise. Au contraire, il me semblait que nous avions passé du bon temps, que nous avions pris notre pied autant elle que moi alors franchement, cette rencontre suspicieuse venait vraiment chercher mon intérêt. Peut-être voulait-elle simplement reproduire cette nuit d’il y avait deux mois ? Il n’était pas trop tard pour un booty call mais généralement, quand c’était l’intention, celle-ci était claire. Là, je n’avais aucune idée de ce qu’elle cherchait auprès de moi. Voilà toutes les idées qui tournaient en rond dans ma tête depuis le début de la journée, et encore plus en spirale infernale maintenant que j’étais assis et que j’attendais la jeune femme. Cette dernière apparut enfin dans mon champ de vision et, maintenant que j’avais son doux visage face à moi, il ne faisait plus aucun doute que c’était elle. Je reconnaissais son regard, ce regard qui m’avait envoûté quand je ne croyais plus à rien. Je lui souris et me levai pour l’accueillir. « Salut, Louise. » Mais nous ne nous connaissions pas assez pour nous enlacer ou nous faire la bise, alors, idiotement, je me rassis en toute inutilité. Me prenant en flagrant délit de malaise ambulant, le serveur choisit ce moment pour me ramener ma pinte de bière. Louise en profita pour s’en commander une aussi, avant de s’excuser pour son retard. « Oh, ça va, t’en fais pas, je suis pas là depuis très longtemps. » Je n’en avais aucune idée, à vrai dire. Je lui souris, gêné, frottant mes mains contre mes pantalons, signe de nervosité. « J’avoue que j’étais surpris d’avoir de tes nouvelles. Je ne pensais pas te revoir, enfin, pas intentionnellement. » Réalisant à quel point cela pouvait être mal pris, je grimaçai. « Enfin, pas que j’voulais pas te revoir. T’es une fille extra. Mais comme ça faisait deux mois, je pensais pas … » Je préférai me taire plutôt que de m’enfoncer davantage.

__________________________


saw a girl that I used to know, it's funny how a heart moves on. she's got a home and a family, I get the feeling she's forgotten me. people leave their mark and go like footprints in a winter snow. (@KODALINE)
Revenir en haut Aller en bas
Louise B. Thomas
Louise B. Thomas

Feuille de personnage
» anecdotes: Une accro à la caféine comme on en fait en France. Une tasse énorme dans la main chaque matin pour bien démarrer la journée, et chaque fois qu'il le faut pour tenir. ‹ Elle vient d'ne famille beaucoup trop nombreuse pour se souvenir de tous les prénoms de ses frères. ‹ Elle a vendu son corps pour payer son voyage jusqu'ici ‹ Les mots et la photographie sont ses passions secrètes, les passions, ça ne paie pas assez pour vivre. ‹ Il est arrivé à Louise de se prostituer, pour payer son loyer ‹ Louise est enceinte de quelques semaianes ‹ mais elle ne sait pas qui est le père ‹ elle aime le bruit de ses ongles contre une surface en plastique ‹ et celui des touches du clavier que l'on tape ‹ Louise est une personne avide de richesse ‹ un brin naïve, assez pour se faire avoir ‹ sa première relation lui a laissé un gout amer ‹ sa grand-mère maternelle est Russe, elle est très proche d'elle ‹ Elle rêve d'une grande maison et de ne plus jamais compter son argent ‹ En attendant, elle vit dans un appartement minable ‹ Elle est prête à vendre son enfant pour pouvoir vivre ses rêves ‹ Elle aime beaucoup les fêtes et ne se fait pas prier pour y assister ‹ Elle ne fume pas mais boit pas mal ‹
messages : 42
ici depuis : 13/09/2020
crédits : moi même
statut : Célibataire, mais prend son pied avec son patron
bowenien
MessageSujet: Re: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  EmptyVen 18 Sep 2020 - 10:28

Entretenir le mystère, ce n’était pas le plaisir premier de Louise, mais elle ne pouvait parler de choses sérieuses au téléphone, elle avait besoin de tâter le terrain, découvrir ses expressions et ne pas se défiler sur un coup de tête, elle ne pouvait pas. Deux mois s’étaient passés depuis leur première et dernière rencontre, ces histoires sans lendemain dont elle avait pris l’habitude, oubliant l’absence et le manque. Cette soirée-là, elle n’avait plus que quelques brides de ce qu’il s’était passé. De l’alcool, beaucoup d’alcool. Et puis d’autres choses, et un homme. Celui qu’elle avait aguiché bien trop imbibée, celui qu’elle avait caressé du bout des doigts, celui qu’elle avait embrassé et avec lequel elle avait filé en douce. Ils s’étaient retrouvés, ils s’étaient perdus l’un et l’autre et s’étaient quitté sans un au-revoir. Elle avait vécu un lendemain dans le brouillard et avait recommencé quelques jours après, avec un autre type dont elle avait également oublié le nom. Elle s’était calmée et puis avait recommencé, elle avait découvert Bowen d’une drôle de façon, mais cela lui avait plu. Jusqu’à ce qu’elle découvre l’impensable. Un retard, un petit plus et le monde qui s’effondre autour d’elle. Comment y était-elle arrivée ? N’avait-elle pas prit chaque fois ses précautions, n’avait-elle jamais évité ce risque-là ? Elle avait pleuré, beaucoup, encore aujourd’hui elle était perturbée et cherchait un moyen, celui de tout arrêter très vite, mais pourquoi ?

Ce soir-là, elle tentait de chercher le coupable, celui qu’elle maudirait jusqu’à la fin de ses jours, elle ne savait pas vraiment vers qui se tourner et avait rendez-vous avec un nom choisi au hasard dans sa liste de contact. Il était là, l’attendant non sans surprise. Ils s’installaient maladroitement l’un en face de l’autre et échangeaient des banalités. Il était aussi maladroit que possible et le regardant tenter de se rattraper, Louise ne pu s’empêcher de sourire. « Ne t’excuse pas, moi non plus à vrai dire, ce n’est pas une habitude » Donner rendez-vous à des types dont elle n’avait rien en commun, rien d’autre que le plaisir charnel qu’ils avaient pu échanger, à quoi bon ? Cela donnait l’impression d’être une femme en demande, d’être cette personne complètement perdue et dans l’attente de l’autre. Elle était perdue mais n’attendait rien. Elle posa ses mains sur ses genoux, tentant de se calmer, comment allait-elle poser la question et que pouvait-il en découdre ? « Je ne sais pas pourquoi je t’ai appelé à vrai dire » Ils étaient là, l’un en face de l’autre à ne pas se connaitre et à tourner autour du pot, ne sachant comment entamer une discussion qu’ils n’avaient pas envie d’avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Conchobáhr Rosenbach
Conchobáhr Rosenbach
messages : 1995
ici depuis : 06/03/2016
crédits : schizophrenic (a) & sarasvati (s)
comptes : woody & jackson & isaiah & elmo & nova
statut : fraîchement et tristement célibataire, papa de Maxwell avec Ally, papa de Lara avec Zelda
adm h
MessageSujet: Re: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  EmptyDim 27 Sep 2020 - 0:04

Une personne complètement perdue et dans l’attente de l’autre, c’était pourtant ce que j’avais l’impression d’être, ces derniers jours. Mais cet autre n’était pas un autre au sens large, je n’avais pas besoin d’affection dans les bras des premières venues, j’avais besoin de l’amour de Freja. C’est d’ailleurs pour cette raison que Louise avait été le seul écart de mon cœur brisé qui s’était rapidement remis sur l’irrégulier chemin de la perte de la norvégienne. J’avais rapidement compris que ce n’était pas en me perdant dans une autre que je retrouverais Freja, ou le goût d’aimer. À la lumière de cette réflexion, sans doute aurais-je dû refuser ce rendez-vous impromptu auprès de la belle blonde rencontrée un mois auparavant, et disparue aussi rapidement qu’arrivée. La curiosité avait cependant été plus forte que la raison, et me voilà assis face à elle sans trop savoir ce que nous y faisions. Elle non plus, au fond, ne semblait pas davantage quoi faire de nos présences maladroites et effacées. Je fus celui dont la maladresse se fit davantage sentir, cependant. Sans surprise. Elle sourit face à mes mots éparpillés. « Oh ? Et c’est avec un type comme moi que t’as décidé de commencer ? J’le prends comme un compliment mais quand même, j’comprends pas. Enfin, j’suis surpris. » Je ris, gêné. J’avais souvent eu l’habitude de me sous-estimer, de ne pas me faire confiance et de ne pas me mesurer à ma juste valeur. De toute façon, je ne le savais pas encore, mais Louise ne m’avait pas rappelé parce qu’elle avait eu envie de me revoir après notre soirée. Elle n’avait pas décidé de retenter l’expérience parce que la première fois en avait valu la peine à ce point. Ça me ferait un coup, ça aussi. Mais pas autant que la véritable raison de ce rendez-vous. Louise m’affirma alors qu’elle ne savait pas pourquoi elle m’avait appelé. « Oh. Ouch. » Un nouveau rire, plus nerveux cette fois. « Si tu le regrettes il est encore temps de partir avant que ta bière n’arrive. J’ferai semblant que t’as jamais été là et que le serveur se trompe, que c’est une autre fille à une autre table qui a commandé ça sans doute. » Lui assurais-je avec douceur et humour même si, au fond, il y avait un peu de sérieux là-dedans.

__________________________


saw a girl that I used to know, it's funny how a heart moves on. she's got a home and a family, I get the feeling she's forgotten me. people leave their mark and go like footprints in a winter snow. (@KODALINE)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: maybe I am just as scared as you (louise)    maybe I am just as scared as you (louise)  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
maybe I am just as scared as you (louise)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: eastern district :: bar de la plage-
Sauter vers: