AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Filtre à douche WinArrow WA550 avec cartouche ...
Voir le deal
24.70 €

Partagez
 

 god is drunk (esras)

Aller en bas 
AuteurMessage
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyVen 20 Nov 2020 - 22:25





Quelle conne. Quelle conne quelle conne quelle conne. Le Elm Street fermait dans vingt minutes, et Leo venait d'éclater son verre de gin tonic contre le parquet. Généralement, elle buvait en cachette, mais il ne restait qu'elle et un ou deux gars qui semblaient trop perdus dans leurs propres pensées pour payer attention à elle. Donc elle s'était fait plaisir et s'était servie un verre qu'elle sirotait entre chaque table nettoyée. Verre qui était maintenant en mille morceaux contre le sol. L'avant dernier client venait de partir et elle s'était retournée pour sortir son plus beau "bonne soirée" avec son meilleur "sourire de serveuse". Un coup de coude mal placé plus tard et le sol était poisseux.
Et puis bien évidemment, elle s'était coupée la paume des mains en ramassant les éclats à la balayette. Après avoir: lavé le sol, jeté le verre, mis un pansement, et rangé les dernières chaises, il ne restait que elle et un autre homme au bar.

Ca faisait un petit bout de temps qu'il était ici, mais la soirée avait été remplie et elle n'avait pas particulièrement payé attention à ce qu'il faisait. Elle l'avait vu auparavant, c'était sûr. Toujours seul. Mais son cerveau se souvenait bien évidemment de ce qu'elle lui avait servi. Quatre, non cinq verres de bourbons. Leo ne se souvenait pas toujours de tout, mais était toujours capables de se souvenir ce qu'elle avait servi, quand, et où. A qui, pas toujours par contre. Il avait l'air perdu dans ses pensées. Et pas du genre à cafter, alors Leo sortit un nouveau verre, et se servit un deuxième gin tonic. Plus gin que tonic.

Le proprio du Elm Street lui faisait confiance, et Leo rajoutait régulièrement quelques dollars dans la caisse pour payer ses propres verres. Mais il ne  fallait pas qu'elle pousse. "Ni vu ni connu hein?" lança Léo au dernier rescapé du bar. Son verre était presque vide. Il était mal rasé, et avait l'air complètement perdu dans ses pensées.
"Je te ressert quelque chose?"
Leo avait la mauvaise habitude de tutoyer les clients, et se faisait régulièrement taper sur les doigts à cause de ça. Elle voulait juste avoir l'air sympathique. Mais il était tard, et honnêtement, ce gars n'avait pas l'air du genre à en avoir quelque chose à cirer.
La fermeture approchait, et Leo avait désespérement envie d'une clope. Qui était l'imbécile qui avait décidé qu'on pouvait plus fumer à l'intérieur des lieux publics déjà ? Il ne restait pas grand chose à faire au Elm Street. Alors Leo posa son torchon sur le bar, et replongea les lèvres dans son verre.

__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 22 Nov 2020 - 14:40

Sept ans qu’il remuait ses pensées les plus sombres dans ce bar. Il l’avait trouvé par hasard et c’était le seul qui faisait un Whisky digne de ce nom. Même si ce soir, on ne lui avait servi que ce vieux bourbons américains dégueulasse qui ne ressemblait à rien à du Whisky. Oui, même si Esras était partie de l’Irlande il y a longtemps, il restait chauvin surtout en matière de Whisky et de musique. Il ne restait que ces deux choses du passé pour ne pas lui faire oublier ses origines. Il commençait même à perdre son niveau en gaëlique et il était beaucoup trop faible pour tenter de l’étudier. Alors il se contentait de boire son whisky irlandais ou écossais sous le son des cornemuses. Un vrai cliché. Ce soir, il buvait tranquillement, faisant un récapitulatif de ces derniers années. Il n’était pas malheureux, et il n’était pas heureux. Il était neutre. Son métier n’était pas le plu passionnant au monde, mais il aimait les maths et même s’il avait horreur de ses élèves, parfois ils le surprenaient. Il n’avait pas parlé de la soirée, personne n’avait osé l’approcher et il n’avait aucune idée de l’heure. C’est seulement lorsqu’un bruit de verre frappant le sol qu’il se réveilla. Il jetait un coup d’œil, le bar était presque vide, la musique avait disparu et il ne restait qu’un homme, une femme et lui. Ah non, il ne restait que lui et la petite brune, l’autre homme venait de partir. Il soupira un peu et prit une nouvelle gorgée de sa boisson. Du coin de l’œil il voyait la petite brune, qui travaillait ici se prendre un verre. Esras sourit. « Je n’ai rien vu. » Disait-il pour lui assurer son silence. De toute façon, à qui aurait-il pu le dire ? Au patron ? Esras n’était pas ce genre d’homme. Elle s’approchait de lui et regarda son verre. « Si t’as autre chose que ce truc dégueu, j’veux bien un whisky écossais ou irlandais. » Il accentuait bien sur les origines de la boisson, parce qu’Esras ne pouvait pas boire une goutte de plus de ce faux whisky. Puis un verre de plus ou de moins, ça n’allait pas faire la différence. Il n’était pas bourré mais l’alcool l’avait déjà enveloppe de cette enveloppe réconfortante et qui aidait à la vérité.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 22 Nov 2020 - 19:09





L’homme du bar ne semblait avoir l’air de faire particulièrement attention à ce qu’elle faisait. Bonne nouvelle, Léo allait pouvoir finir sa soirée éméchée, et rentrer chez elle pour enfin essayer de dormir plus de quelques heures. Cependant, l’accent assez fort du barbu la surprit. Léo n’était pas particulièrement cultivée et n’avait jamais quitté l’Australie: elle était donc incapable de dire d’où il venait. Mais elle n'était pas non plus stupide. Ce n’était pas cet accent nasillard américain, ni un accent des campagnes australiennes. Royaume-Uni donc. Et vu ses préférences, Irlande ou Ecosse. Elle était incapable de faire la différence. Cependant, son égo en prit un coup. Toujours très fière de savoir trouver le verre parfait pour ses clients, elle aurait dû remarquer avant qu’il n’était pas du genre à se contenter d’une simple piquette. Il est tard, t’as déjà bien assez bu, ça serait pas arrivé en temps normal ma vieille. Toujours les mêmes excuses. Leo s’accroupit derrière le bar et sortit une bouteille de Bushmills, 21 ans d'âge, à peine entamé.  Ce genre de bouteilles était généralement gardées sous le bar, loin de la vue de tous : ordres du patron. En effet, il était plus que fréquent de voir des vieux hommes éméchés s'affaler contre le bar et susurrer :'votre meilleur whiskey mademoiselle'. Fiers d’eux, ils frappaient un billet de 10 contre le bar, leur regard s'attardant sur les fesses de Léo. Cette dernière savait pertinemment qu'ils ne pouvaient pas se payer ce genre de verres. Alors elle refusait, ils s'énervaient, elle s’énervait, et il fallait les virer du bar. Toujours le même refrain. Désormais, les très bonnes bouteilles étaient donc cachées à la vue de tous, et réservées à ceux qui pourrait d'une part se le permettre, et d'autre part l'apprécier à leurs justes valeurs. Ce n'était pas le genre de Léo, qui était plutôt du genre meilleur rapport qualité-cuite. Malgré son expérience en mixologie et son amour pour les grands crus, cela faisait longtemps qu'elle avait arrêté de boire pour le goût de la boisson. Ce qui lui importait, c'était cette couverture chaude qui lui recouvrait le corps après quelque verres, et qui faisait enfin taire son cerveau et son cœur.
Lui pouvait surement se permettre ce genre de whiskeys. Elle aurait dû le remarquer avant. Même si mal repassée, la chemise était trop bien taillée pour venir d’un simple magasin de prêt-à-porter. Le portefeuille était en vrai cuir, ses chaussures aussi. Tout le contraire des Converses trouées de Leo, et de son Tshirt éclaboussé de Gin pas encore sec. Leo sortit un verre, et débouchonna tant bien que de mal la bouteille avec ses mains tremblantes. Elle glissa le verre le long du bar et encaissa les billets avec un sourire. « Voilà pour toi. Promis la prochaine fois, viens me voir directement et je ne te ferais pas l’affront de te servir de la merde. » Leo sortit un verre salle de l’évier et alluma une clope. Elle aurait le temps d’aérer demain à l’ouverture. Ah merde, l’ouverture. Tant pis pour sa nuit de sommeil. « Tu sais qu’on ferme bientôt par contre ? » dit-elle entre deux bouffées.
« Donc t’as intérêt à l’apprécier. » Bon, il était vrai que Léo faisait un peu ce qu’elle voulait au Elm Street, et que personne n’allait vérifier si elle fermait à la minute près. Mais elle aimerait bien rentrer chez elle. Mais voyant la mine dépitée du barbu, elle ne put s’empêcher de continuer : « Tu sais, c’est pas à Bowen que les gens viennent chercher des bonnes bouteilles hein ? Ici on est plutôt du genre pintes.  Ou gin tonic. » fit-elle en soulevant son verre, avant d’en prendre une grande rasade. « Moi c’est Léo, enchantée. » Regardez la, on arrivait presque à croire qu’elle était sociale. Elle devenait meilleure de jour en jour.



__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptySam 28 Nov 2020 - 17:37

Intérieurement Esras rigolait un peu d’elle. Un peu maladroite, ne respectant pas forcément les règles. L’Irlandais avait été toujours très critiques envers ses pairs puisque depuis tout petit, on lui avait appris à mépriser les personnes qui n’étaient de son rang. Même s’il perdait de plus en plus cette habitude, il n’arrivait pas à juger une personne que ce soit négativement ou positivement. Pour la petite brune, ce n’était pas forcément négatif. Ses convers trouées, le pansement au doigt, elle avait l’air surbookée. Ce ne devait pas être un job facile, serveuse dans un bar rempli d’ivrogne. Il venait assez régulièrement pour reconnaître les clients réguliers. Parfois il y avait des bagarres. Esras étant anti-violence se faisait dans ces moments-là très discrets sirotant son whisky dégueulasse en pariant sur le vainqueur dans sa tête. Il avait souvent raison et pour se féliciter il reprenait un verre. Il n’était pas alcoolique l’irlandais, enfin c’était ce qu’il disait, mais l’alcool lui permettait de ne pas penser à sa solitude. Dernièrement, il se retrouvait de moins en moins seul. Au départ, il n’avait pas du tout apprécié l’intrusion de Tobias dans sa vie. Mais il devait l’avouer, ce bouclé, même insupportable rendait sa vie un peu moins calme. Tout le monde était partit et il en restait que lui et la serveuse. Elle ne gênait pas pour prendre un verre et Esras lui avait bien fait comprendre qu’il n’aimait pas du tout l’alcool qu’il servait. Alors il fut étonné de voir un nouveau verre devant lui, d’un alcool différent, qui avait une couleur plus respectable pour un whisky. Il souriait à la remarque de la brune, heureux de pouvoir finir sa soirée sur une note un peu plus agréable. Même si dans le fond, il aurait préféré reboire un whisky de la distillerie à trente kilomètres de chez parents. Il tendit l’argent rajoutant un peu plus. « Je n’oublierais pas, merci. Le reste c’est pour votre verre. » Il fait un petit clin d’œil, avant de goûter eu breuvage. D’abord il sentait la boisson avant de laisser couler le produits qui brûlait sa gorge sur son passage. Il ressentait la chaleur à l’intérieur de son estomac. Il ne lui en fallait pas beaucoup à Esras pour se sentir un peu à la maison. Il releva un sourcil à son affirmation Et ? Il n’allait clairement pas boire ce verre d’un seul coup. « C’est ce que je compte faire. » Et même si ça ne plaisait pas à la brune, il prendrait le temps, mais trop non plus pour ne pas la déranger excessivement. Il se perdit quelques instants dans ses pensées avant d’être perturbée par la buveuse de gin. « Je sais. » Il soupira un peu. Il n’était pas du genre à raconter sa vie mais le whisky lui rappelait les souvenirs du passé. « Mais je n’ai pas le choix. » Elle ne devait rien comprendre à ce qu’il disait mais Esras ne commenta pas plus. Elle se présenta et Esras était plutôt étonné. Si elle comptait lui faire la conversation ce n’était pas forcément gagné. « Esras. » Répondit-il sans un enchanté. Il ne savait pas s’il l’était ou pas enchanté de cette rencontre.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyMar 1 Déc 2020 - 15:12




Quel connard. C’est bien ma veine. Il fallait évidemment que le dernier client de sa soirée soit un mec plein de jugement. Elle qui s’attendait à pouvoir discuter autour d’un verre avant de rentrer chez elle, elle allait devoir se le coltiner jusqu’à la fermeture. Mais en même temps, elle était juste déçue, déçue comme une enfant dont les camarades refusent de jouer avec elle. Everyone has their own battles. Elle ne savait pas pourquoi cet homme était si froid et rigide, mais elle ne pouvait pas non plus le juger. Mais elle qui essayait tant bien que de mal de socialiser le plus que possible, les rejets lui faisaient toujours aussi mal, lui rappelant tant bien que mal que ses années de solitudes l’avaient bel et bien rendue incapable de tisser des liens concrets avec les autres. Tu penses trop. Il a juste trop bu et c’est un con, se dit-elle, essayant de se rassurer intérieurement.
Leo finit sa clope et l’éteigna dans le cendrier qu’elle cachait sous le bar. Il ne fallait pas qu’elle oublie de le sortir avant demain matin. Elle commençait à être vraiment fatiguée et l’alcool qu’elle avait bu au cours de la soirée commençait à s’accumuler dans son corps. Malgré la tolérance qu’elle avait accumulée au fil des années, son corps lui faisait souvent défaut, et elle commençait à avoir les yeux rouges et les mains de plus en plus tremblantes. Ce qui était évident au cliquetis des glaçons dès qu’elle portait son verre à ses lèvres. Cependant, elle apprécia le geste de l’homme. Elle connaissait les réguliers, et ils n’étaient pas tous du genre à se permettre des pourboires excessifs. Cependant, elle se posait de plus en plus de questions. Qu’est ce que cet homme fichait à Bowen ? Toutes ses réflexions semblaient glisser sur lui comme de l’eau sur une toile cirée. Il ne rajouta rien, ne posa aucune question, et semblait vouloir lui indiquer : laisse moi tranquille.  Mais je n’ai pas le choix. , rajouta t-il. Autant pour moi, se dit Leo. Lui aussi semblait victime de l’alcool, qui déliait les langues et faisait parfois remonter des souvenirs que l’on préférerait enfuir. Il n’était définitivement pas là par plaisir. Ce dont elle aurait du se douter à son accent et au nombre de verres bu dans la soirée. Mais elle ne savait pour autant absolument rien de l’homme. Esras donc. Pas d’ici. Il restait un peu temps avant la fermeture, alors Leo se sentait de plus en plus intriguée par l'homme, mais surtout par ce qu’elle venait de lui servir. Elle finit son gin tonic d’une traite et rinça très vite son verre, et se servit une lichette du whiskey. Elle posa son cendrier sur le bar et s'asseya sur un tabouret de bar. Pas à côté de lui non plus, c’était bizarre. Mais elle aussi avait le droit à son petit moment. Si ça ne lui plaisait pas, il pouvait bien partir. Au mieux, il allait se mettre à discuter, au pire, il s'en irait et elle serait tranquille. Le whiskey ne fut pas à son goût cependant, et Leo se mit à tousser. Définitivement pas son truc. Elle fit semblant de ne pas remarquer le regard noir d’Esras, surement outré par un tel gâchis. Mais cela faisait longtemps qu’elle n’en avait plus grand-chose à cirer. « Il reste plus que nous deux… Tu sais où est la porte si tu la cherches Esras. » Leo n’était pas du genre courageux, ni même à chercher la merde. Mais le courage liquide de l’alcool et son manque de sommeil la rendaient plus abrasive. Si la gentillesse n'avait pas marché, peut-être que la psychologie inversée aurait plus de succès. Elle n’avait plus le temps pour ces conneries.


__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 6 Déc 2020 - 11:22

Ce soir Esras n’avait pas envie d’être aimable, il voulait juste être ce petit noble à qui on exécutait toutes ses demandes. Sauf qu’il n’était plus ne Irlande, mais dans la vie réelle. Et dans cette vie, il n’était pas un petit prince mais juste un incroyable connard. La jeune femme était tout ce qu’Esras avait méprisé dans le passé. Une tenue peu respectable, alcoolique en voyant son regard, trop curieuse. Mais elle lui avait servi le plu bon whisky du bar avec plaisir, alors Esras essayait d’être un peu moins désagréable. Il ne se rendait pas compte, mais son état montrait des indices sur sa personne. Alors qu’il se voulait mystérieux pour pas qu’on l’embête, il révélait beaucoup trop de chose. Et la petite serveuse en devinait quelques un mais au final elle restait loin de la réalité. Sauf qu’il dit une phrase de trop. Il n’avait pas le choix. Même s’il commençait à apprécier la vie australienne, le froid irlandais lui manquait. Les festivals lui manquaient. Il commençait à oublier le son de la cornemuse et même la Saint-Patrick pourtant fête populaire en Australie ne lui apportait aucun réconfort. Il devrait partir, rentrer chez lui parce que le bar fermait. Il devait respecter cette jeune femme qui travaillait et qui finissait son service. Mais le brun n’en avait pas envie. Il avait peur de rentrer chez lui et de se plonger dans ses pensées trop douloureuses. Alors il buvait, espérant que la peine partirait un peu et que demain il apprécierait un peu plus d’être ici. Elle finissait son verre d’une traite. Ce n’était que du Gin, un alcool qui ne méritait pas d’être dégusté selon ses dires. Par contre il souriait quand elle se prit un verre de whisky, curieuse de goûter la boisson qui animait Esras. Mais ça ne lui plaisait pas et le regard noir de l’irlandais se posait sur elle. Elle gâchait de la boisson en prenant autant du liquide qu’elle ne finirait jamais. « La prochaine fois, je vous passerais mon verre pour que vous goutiez, comme ça vous n’en jetterez pas. » C’était assez pragmatique comme réponse. Ce n’était pas le fait qu’elle n’aimait le goût qui l’énervait, c’était le gâchis qu’il ne supportait pas. Il reprit une gorgée de sa boisson pendant qu’il écoutait le jolie brune. Et il souriait. « Alors comme ça on jette les clients à la porte. » Il ne comptait pas se confier, il ne comptait pas se montrer faible devant une inconnue. Mais l’irlandais avait besoin de boire, et de parler surtout. « Je suis irlandais. » Une simple phrase banale qui pourtant avec un sens tellement grand pour le brun. Elle n’allait surement rien comprendre, e lui sortir un « ouai et alors ? » De toute façon son accent ne lui permettait pas de cacher ses origines.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyMer 9 Déc 2020 - 21:35





'La prochaine fois, je vous passerais mon verre pour que vous goutiez, comme ça vous n’en jetterez pas.' Sarcastique, mais avec une once de gentillesse on dirait ? Pas si bourge que ça le bourge ? se demanda Leo. Elle avait une relation particulière avec l’argent. Non pas avec l’argent, vu qu’elle n’en avait presque pas, mais avec les gens qui avaient de l’argent. C’était un monde qui lui était complètement étranger. Même si elle avait grandit dans la classe moyenne australienne, tout avait très vite dégringolé à la mort de son père. Depuis, c’était au jour le jour. En vérité, après ses factures et le prêt pour payer son appareil photo, il ne lui restait pas grand-chose. Alors il fallait s’amuser autrement.
S’amuser, en faisant tourner en bourrique l’étranger qui l’empêchait de fermer boutique. Un étranger qui insistait pour la vouvoyer d’ailleurs. « Tu m’aurais passé ton verre ? Vraiment ? Et désinfecté après coup ? » dit-elle avec un sourire. Elle n’avait pas tant envie de le virer que ça en fait. Elle cherchait juste… à ressentir quelque chose. Pour Léo, les jours passent et se ressemblent, et le quotidien peut sembler bien monotone. L’étranger, aussi insupportable soit-il, était la chose la plus distrayante qui lui était arrivée depuis des semaines.
Plus vraiment un étranger d'ailleurs, un irlandais.« Laisse moi deviner ! » Léo se leva et prit un air dramatique, son verre de whiskey toujours à la main « Esras… O’Connell ! O’Connor ? McDouglas ? McDonalds ! » Leo s’excita avec de grands gestes. « Doit bien y avoir un qui est bon dans le lot non ? » Elle avait définitivement trop bu, et commençait à agir comme une adolescente. Adolescente qu’elle était surement encore un peu au fond: c'est le problème des gens qui doivent grandir trop vite. Ils ne grandissent jamais complètement. Mais l’homme semblait porter un poids sur ses épaules, comme si la révélation de ses origines n’était pas qu’une description, mais un secret à avouer. Peut-être donc le temps d’arrêter les pitreries. Léo partit se chercher une bière, quelque chose de bien bas de gamme mais qui était bien plus à son goût, et se rassit à côté de lui. "Moi je suis australienne. Ta vie doit certainement être plus intéressante que la mienne." dit-elle d'un ton bien plus sérieux. C'était quelque chose qui la complexait beaucoup. Son manque de culture, son absence de choses intéressantes à raconter. Le vide de sa vie, le vide de ses sentiments. « Tu sais, j’ai pas grand-chose à faire en vrai. Donc si ton chez toi te manque, j’ai encore le temps de te servir un autre verre. Jte proposerais bien une dégustation, mais je commence à avoir épuisé les possibilités. » Cela restait le Elm Street après tout, et pas une distillerie. Léo ne savait pas trop comment agir avec le jeune homme. Elle passait de l’humour au sérieux, tout simplement parce qu’elle était incapable de lire dans son jeu. Il lui semblait à la fois froid, dédaigneux et pédant, et en même temps il semblait à fleur de peau, prêt à s’effondrer au moindre mot qui saurait le toucher. Non pas que Léo en serait capable de toute façon. Elle cherchait toujours à établir des liens avec les gens, jusqu’à que ceux-ci s’ouvrent à elle et qu’elle se rendent compte qu’elle était fondamentalement incapable de gérer les émotions des autres. Et n’était même pas capable de gérer les siennes. Sa vie n’avait tellement aucun sens qu’elle retardait la fermeture d’un bar qui ne lui appartenait pas, pour un type qu’elle ne connaissait pas, juste dans le simple but de briser la monotonie des choses. Et peut-être tout simplement parce que même n'appréciait pas particulièrement encore le bel irlandais, parfois être mal accompagné vaut mieux qu’être seul.

__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 13 Déc 2020 - 11:36

Il y avait toujours cette ligne chez Esras, celle qui tend entre celui qu’il était et celui qu’il était en train de devenir. Alors parfois, il pouvait dans la même minute être ce petit con de fils à papa et de l’autre cet adulte australien à la vie paisible. Et la serveuse n’avait pas l’air de bien comprendre, un peu perdue face à ses différentes attitudes. Oui, il aurait pu s’offusquer qu’elle ait gâché du whisky, mais d’un autre côté, il n’avait rien à dire parce que si elle n’aimait pas la boisson, il n’allait pas la forcer à la finir. Il lui proposait de goûter dans son verre la prochaine fois, pour être sûr de ne pas gaspiller ce précieux alcool si absent en Australie. Il rigolait à sa remarque. « Non ça va, j’pense que je peux m’en remettre de boire dans le même verre. » En cette période de pandémie mondiale, ce n’était peut-être pas une bonne idée, mais l’Australie y voyait le bout, alors pourquoi ne pas recommencer comme avant ? Elle n’était pas sale, enfin à part ses vêtements, elle avait l’air d’être une personne qui faisait attention à son hygiène, c’était le principal. Il était vrai qu’en comparaison avec la belle chemise d’Esras, il y avait une différence. Mais cette chemise elle était juste repassée, il ne l’avait pas acheté cher. Par contre sa montre et son porte-monnaie en cuir montrait le certain standing du brun. Certes, il était moins riche qu’avant, mais il s’en sortait. Il lui restait un peu d’argent de ses parents et son travail payait bien. Alors il ne se plaignait pas. Il lui fit part de ses origines, qu’elle aurait pu deviner grâce à son accent. Il était amusé lorsqu’elle commença à énumérer les noms de famille irlandais. Noms qui lui rappelaient forcément quelqu’un. Mais elle ne trouva pas, pourtant McCoy n’était pas un nom inconnu si on s’intéressait quelques peu aux grandes entreprises irlandaises et à la noblesse. « Loupé. » Riait-il. « Mais vous avez donné le nom de certains de mes cousins, vous êtes proches. » Il était taquin, amusé par cette énumération de nom. Elle venait de lui rappeler la non originalité de ces noms. « McCoy. » Nom beaucoup plus petit, mais le Mc toujours bien présent. « Je devrais t’apprendre à prononcer ces noms, parce que si un jour tu croises un O’Connor, il ne va pas apprécier la prononciation. » Riait-il. En plus il les connaissait les O’Connor, préoccupés par la réputation de leur nom, un peu comme les McCoy. Sauf que le cadet lui n’était pas exilé en Australie, il vivait sa petite vie paisible dans un château dans le nord de l’Irlande. Il releva un sourcil à la confession de Leo. Sa vie plus intéressante ? Il n’en était pas sûr. « Je ne crois pas. Tu dois bien rire avec tous ces ivrognes et puis l’Australie est un endroit chouette. » Comme l’Irlande, mais il y avait beaucoup moins de différence de classe. Il avait l’impression qu’ici, peu importait le nom. C’était les actions qui étaient importantes et pas le mot inscrit sur le passeport. Il n’avait pas vraiment envie de partir, mais il ne souhaitait pas la gêner. « Non non tu as fini ton service, je ne vais pas t’empêcher de partir. » Il reprit une gorgée du whisky. Il lui en restait encore quelques-unes. « Alors dis-moi Leo, pourquoi serveuse ? » Demanda-t-il sans aucune once de condescendance. Il voulait tout simplement savoir. Lui son métier il l’avait choisi par défaut, peut-être que c’était le cas pour elle aussi. Ou peut-être qu’elle aimait ça entendre les lamentations des clients un peu trop bourrés.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyLun 21 Déc 2020 - 21:24





« Bienvenue à Bowen Monsieur Mc Coy, j’espère que la ville saura vous ravir avec des distilleries magnifiques et sa vie nocturne palpitante. » Léo tenta sa meilleure révérence, mais ne réussi à qu’à tituber. Plutôt que de s’humilier devant l’inconnu qu’elle commençait à apprécier, elle préféra se rasseoir. C’était de l’ironie bien évidemment. Elle qui n’avait jamais quitté l’Australie, elle avait du mal à trouver ce qui il pouvait y avoir de bien fascinant ici. Elle qui ne rêvait que de partir, elle avait du mal à comprendre pourquoi des gens viendraient volontairement s’installer ici. Bon, elle aussi l’avait fait, mais ça, elle n’aimait pas en parler. « Si j’étais toi je fuirais Bowen le plus vite possible. On s’enlise trop vite ici. » C’était un semi-mensonge. La vie à Bowen devait être douce pour les jeunes gens adaptés, les gens heureux, les familles simples et paisibles. Pour les jeunes filles alcooliques et monotones, c’était moins drôle. Il y avait quelque chose qu’ils avaient l‘air d’avoir en commun : discuter sans jamais rien dire d’important. Ne jamais rien laisser passez de trop vulnérable, jamais rien de trop personnel. Des banalités pas si banales.
Le jeune homme ne semblait pas vouloir la retenir. Mais maintenant que son intérêt était piqué, elle n’avait plus envie de rentrer chez elle. Les irlandais aux accents de velours ne couraient pas les rues. Comme un signe que c’était okay pour elle, elle se permit de remplir légèrement le verre du client. Qui pouvait lui en vouloir ? Elle fidélisait la clientèle non ?  Pas un verre entier cependant, car le whiskey était couteux et son manager n’était pas stupide.  Mais assez pour signaler qu’elle avait le temps. C’était le genre de périodes où le temps semblait s’être arrêté, les rues australiennes calmes et endormies. « C’est pour la maison. Si jamais t’as nulle part d’autre où aller, je peux rester ouvert plus longtemps. Personne ne remarque jamais rien ici de toute façon. » Il n’y avait surement pas de quoi être fière, mais il était vrai que Léo avait pas mal de fois finit son service, complètement éméchée, fait une rapide sieste sur le canapé miteux entre deux caisses de bières interposées dans l’arrière-salle, et repris son travail le lendemain dès 8 heures tapantes à l’ouverture.
Alors dis-moi Leo, pourquoi serveuse ? La question était innocente. Mais inconsciemment, cela ne faisait que soulever de mauvais souvenirs. « Hum. Je n’avais pas le niveau pour la fac. La formation se fait sur le tas. Et je suis prête à prendre les horaires que personne ne veut. » fit-elle avec un sourire, petite référence à la nuit bien levée dehors. « Mais c’est chouette je veux dire. Je pensais pas que ça me plairait autant. » Jamais elle n’aurait pensé quand elle avait fraichement débarqué à Bowen il y a un an de ça, que son travail finirait par être le centre de sa vie. Mais il en était ainsi désormais, et elle ne le changerait pour rien au monde. Mais cela ne faisait pas disparaitre pour autant tous ses complexes sur son manque d’intelligence et de culture, et sur le fait qu’elle ne gravirait surement jamais les échelons. « Puis on voit des personnages de toutes couleurs. Des irlandais même parfois. » fit elle avec un sourire. Pas un sourire de barman, un véritable sourire. « Tes nuits doivent être courtes non ? Qu’est-ce que tu fais ici ? » La voix de Léo s’enlisa et elle laisse s’échapper une toux. Il fallait qu’elle arrête la cigarette. « Enfin, ici Bowen, pas le bar. Quoique, ça m’intéresse aussi. Même les habitués sont chez eux à cette heure-là. »  


__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyMer 23 Déc 2020 - 14:45

Il explosait de rire, vraiment quand la brunette lui fit presque une révérence après qu’il lui ai dit son nom de famille. Jamais personne ne lui avait fait ce coup, et il devait l’admettre c’était drôle. « Hum… je dirais que c’est convenable pour le moment. » Plaisantait-il en utilisant un accent très anglais, un peu comme la Reine d’Angleterre qu’il avait rencontré à quelques reprises. Il l’aimait bien cette femme au final, elle était drôle. Elle ne faisait pas de chichi, elle n’avait pas pris peut à son nom. En même temps personne ne connaissait les McCoy en Australie. Il riait une nouvelle fois, il n’était pas forcément d’accord avec elle et pourtant depuis qu’il vivait ici, sa vie est d’une monotonie. Pas que ça gênait l’irlandais. « Je suis là depuis 7 ans, je crois que je lui déjà enlisé. » Répondit-il naturellement avec un sourire. Il voyait l’heure passé et il était le dernier client, mais Esras était capricieux et il finirait de déguster son verre avant de partir. Pourtant, il ne voulait pas la gêner cette serveuse amusante, même si elle lui proposait un autre verre. Il refusait poliment, mais elle avait l’air aussi têtue que lui. Elle lui remplit son verre de moitié avec un sourire. « C’est gentil. » Lui disait-il avant de reprendre une gorgée de ce délicieux met. « Si tu continues j’vais devenir un de ses nombreux habitués piliers de bars. » Est-ce qu’il ne l’était déjà pas un peu Esras ? La nuit était bien entamée et il était toujours là à siroter son énième verre de whisky. Ou peut-être que ce soir justement il en avait besoin. L’Irlande lui manquait, et le triste anniversaire de son départ était pour bientôt. Il préféra la questionner elle plutôt que de ressasser cette peine. Il n’aimait pas sa famille, mais les paysages, la pluie, ses amis eux lui manquaient. Personne ne savait vraiment où il avait atterrit. Il avait choisi Bowen par hasard estimant que peu de personne dans cette ville lisait les faits divers irlandais. Alors il l’écoutait d’une oreille attentive sur son choix de carrière. Il grimaçait un peu quand elle lui disait n’être pas faite pour les études. Lui il n’avait jamais eu de difficulté, il était même un professeur horrible avec ses élèves manquant cruellement de pédagogie et de bienveillance. « C’est le principal que ça te plaise. Peut-être qu’un jour tu reprendras les rennes de ce bar. » Disait-il en haussant les épaules. Il pensait qu’avec un peu de travail, même les personnes en plus grande difficulté pouvaient toujours s’en sortir. Il avait eu la preuve avec Jim. Il rigolait une nouvelle fois au petit clin d’œil de la brune. « Les pires clients ces irlandais. » Il lui fit un petit clin d’œil. Ses nuits courtes ? Pas vraiment s’il faisait le choix de dormir tôt. Ce qu’il n’avait pas fait ce soir. Il y avait deux question en une. « Je suis prof de math à l’université, un peu ennuyant comme job mais ça paye bien. » Disait-il en riant. Il adorait les math mais les faire comprendre aux autres c’était tout une autre histoire. « Je viens de te dire que j’allais devenir un de ses habitué, il va falloir t’y faire. » Il voulait éviter de parler de lui, mais pourtant ce verre de trop déliait un peu sa langue. « Je voulais juste me souvenir un peu du goût de l’Irlande. » Disait-il en haussant les épaules. Cette phrase voulait tout et rien dire en même temps.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 27 Déc 2020 - 23:15




La carapace du barbu semblait s’ouvrir un peu. Juste un peu, mais assez pour que Léo ne se sente plus ridicule, mais juste partie d’une plaisante conversation. Ses tentatives stupides pour faire de l’humour semblaient avoir marché. Elle pouvait bien voir qu’Esras être un homme fier : mais elle venait d’un monde tellement opposé qu’elle n’osait pas lancer le sujet. Il avait l’air de s’y connaitre, c’était un étranger, et il semblait avoir le goût des choses fines. Léo savait qu’elle ne devait pas se diminuer, mais il était dur pour elle de s’imaginer rivaliser avec ce genre d’homme, elle qui ne connaissait rien d’autre qu’être misérable, une grosse liste de cocktails, et des plages vides. Cependant, il ne semblait pas lui tenir rigueur de son manque de culture. Peut-être parce que tout était dans sa tête. Il semblait de plus en plus à l’aise, donc Léo était heureuse. Servir les clients, ça elle savait faire. "Si tu compte revenir plus souvent, préviens moi. Je demanderais au patron d’acheter d’autres bonnes bouteilles. Mais j’avoue que la demande pour les whiskeys prisés est faible dans le coin. " fit-elle avec un sourire. " Un pilier de bar ? C’est pas déjà le cas non ? Mais promis c'est pas moi qui vais juger " fit elle avec un léger rire. En effet ils étaient tous les deux atteints, il était tard, et ni l’un ni l’autre ne semblaient avoir nul par autre où aller. Léo savait très bien qu'elle se faisait juger, quand elle rentrait tard le soir en titubant, le maquillage coulant le long de son visage. Everyone fights their own battles. Be kind. Elle avait longtemps arrêté de juger les pochtrons. Elle était une d'entre eux maintenant, et elle savait que la consommation excessive d'alcool était rarement le problème, mais un symptôme de douleurs plus profondes.
Esras mentionna alors l’idée de reprendre le bar. Touché. Elle y pensait régulièrement c’était vrai. « Soyons honnêtes, jamais la banque m’accordera un prêt pour rependre une affaire. Puis je mauvaise avec les chiffres de toute façon. » C’était un mensonge éhonté. Elle buvait tout simplement trop pour se concentrer sur autre chose que servir des verres. Elle savait qu’on son alcoolisme était une barrière majeure à une quelconque ‘carrière’, mais elle était loin d’avoir le cran de se confronter à ses démons. Elle se sentait trop jeune, trop faible, et préférer se brûler à petit feu.  « Prof de maths hein ? Si jamais je deviens proprio, je t’embaucherais pour  faire les comptes alors » fit-elle avec un clin d’œil. On pouvait bien rêver. « Si ça paye bien, ça suffira pour le whiskey alors. A moins qu’un jour tu aie envie de découvrir une de mes concoctions. Tu pourrais être surpris ». Il fallait apporter un peu de surprise dans la vie de cet homme. Les grands crus irlandais, ça allait cinq minutes, mais les cocktails de Léo pouvaient ravir qui que ce soit.
Il semblait vraiment nostalgique de son pays natal C'était un sentiment que Léo ne partageait pas. Elle n'avait jamais été chez elle nulle part. Mais elle sentait tout de même qu’il avait le cœur lourd, et quand à elle, une question lui brulait les lèvres. Alors elle la posa. « Si l’Irlande te manque tant, pourquoi est tu encore ici ? » Elle ne savait pas comment il allait réagir. Si il allait se livrer, ou se fermer complètement à elle. Qui ne tente rien n’a rien.




__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Esras McCoy
Esras McCoy
messages : 365
ici depuis : 06/11/2020
crédits : @Atlantis (avatar), @mercuriale (sign)
comptes : Jamie, Alba et Eve
statut : Célibataire
bowenien
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyDim 3 Jan 2021 - 18:35

Lui qui était un peu déprimé en venant dans ce bar, la serveuse avait réussi à le faire rire. Utilisant son meilleur accent irlandais et sa meilleure révérence, elle s’était légèrement moqué de lui. Et Esras, il l’avait bien prit. Ce n’était pas la première fois qu’il venait ici, mais la première fois qu’il prit temps de parler avec le personnel. En même temps, il ne restait jamais aussi tard, mais ce soir il était vraiment en manque de l’Irlande. Quand il y repensait à cette connerie, il avait parfois des regrets. Puis son exil lui avait fait perdre tous ses amis. Du jour au lendemain il n’avait plus aucune nouvelle d’eux, comme si le cadet McCoy n’avait jamais existé. Alors ce soir, Esras déprimait et quand Leo lui parlait de la possibilité de ramener de nouvelles bouteilles, il souriait. « C’est parce que les gens n’ont pas de goût. » Disait-il en riant. Même si dans le fond il le pensait un peu. Surtout que la serveuse, elle n’avait pas aimé plus tôt la dégustation et il l’avait bien vu Esras. Il la regardait faussement outré. « Je ne le suis pas. C’est juste une fois comme ça. » Il riait. Ce n’était pas dans ses habitudes de rester aussi tard, la plupart du temps il finissait sur son canapé, amorphe et caressant gentiment Henry. Mais c’était agréable de parler avec quelqu’un, de rire avec quelqu’un, de se moquer gentiment de quelqu’un. Même s’il n’aimait pas son travail Esras, il avait ressenti le peu de confiance que la jeune femme avait en elle. Pourtant, elle avait l’air éveillé et loin d’être stupide. Alors il lui fit part d’une idée, peut-être stupide. « Oh tu sais ce n’est pas si difficile les chiffres. Puis avec un bon projet, la banque peut accepter. » Puis il y avait plein de solution. Il n’avait jamais étudié le commerce Esras, mais il s’y connaissait un peu, notamment parce que depuis qu’il était petit, son père avait eu à cœur de plonger ses deux fils dans le fonctionnement de son entreprise. Chose qu’Esras avait toujours détesté mais dont il avait acquis tout de même quelques compétences. A son tour, il lui confessa sa profession. Un métier chiant avec des élèves stupides. « Tout à fait. J’fais même des prix pour les gens que j’aime bien. » Pas qu’il aimait bien la serveuse, enfin un peu elle était drôle et sympathique. Peut-être qu’après plusieurs soirées dans le rôle de pilier de bar, il pourrait apprécier la jeune femme. « La prochaine fois peut-être, je ne vais pas trop abuser de l’alcool, j’ai un cours à tenir demain. » Disait-il en riant, même si la possibilité de goûter à son cocktail ne lui déplaisait pas.
Il prenait une nouvelle gorgée de sa boisson. Au final, peut-être qu’il devrait stopper cet alcool qui lui rappelait beaucoup trop ses origines. Pendant un instant il se reperdait dans ses pensées et Leo le remarqua. Il releva un sourcil, étonné qu’elle pose cette question. Depuis le début, il changeait le sujet et il avait l’impression qu’elle avait compris que c’était un sujet sensible. Puis il haussait les épaules Esras. « C’est compliqué. Mais j’ai été en quelque sort banni. » Il riait un peu. C’était stupide, son père ne pouvait pas le bannir du pays, mais il lui avait bien fait comprendre qu’il n’avait plus sa place dans ce pays.

__________________________


LE MANQUE DU PAYS Whisky. Leprechaun. Hurling. Vert. Trèfle. Rugby. Il est en manque de sa terre natale.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Buchanan
Leo Buchanan

Feuille de personnage
» anecdotes:
messages : 230
ici depuis : 19/11/2020
crédits : crépuscule
statut : célibataire
membres du mois
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) EmptyAujourd'hui à 21:56




L'irlandais semblait visiblement détendu. Léo n'irait pas jusqu'à dire à l'aise, mais bien plus détendu qu'au début de leur conversation. Et pour être honnête, ça faisait du bien de discuter avec quelqu'un. Certes, ils avaient tous les deux bu, mais c'était une conversation presque... normale. Et c'était rare pour un loup solitaire comme Léo. Elle ne pouvait s'empêcher de sentir la nostalgie du jeune homme quand il parlait de son pays natal. C’est parce que les gens n’ont pas de goût. Léo laissa échapper un rire. "Et bien il faudrait que vous nous montriez la voie de la lumière Monsieur McCoy." fit elle avec un un sourire. "Vous pourriez venir organiser des dégustations de Whiskey. Ou même, organiser les soirées de la St-Patrick." C'était une proposition semi-ironique mais semi-sérieuse. La St-Patrick était toujours une soirée très remplie, même un bordel sans nom, et ils manquaient toujours de staff. "Je suis sûre qu'une fois les manches retroussées, vous seriez super derrière un bar." Cependant, quand Esras tenta de ramener le sujet à elle, Léo sentir la tension dans ses épaules. Il lui parlait de projets, d'ambitions. Et il avait raison. Mais comment lui avouer qu'elle se sentait incapable? Pétrifiée? Elle qui avait toujours été convaincue que sa vie resterait médiocre à jamais, elle se sentait incapable d'essayer de viser plus haut. Alors elle cherchait des excuses. Elle préféra ne pas relever, rien que la mention du futur ayant créé un nœud dans son estomac.
Esras mentionna alors ses élèves. "Et alors? La moitié de vos élèves doivent venir en cours avec la gueule de bois non? Autant leur rendre la pareille." fit elle avec un clin d'œil, et alluma une autre cigarette. Il y avait comme un jeu qui s'était formé entre eux deux. Celui de se poser des questions qu'aucun ne souhaitait répondre, et c'était à celui qui détournerait le sujet le plus vite. "J'ai le droit de pousser le sujet ou pas?" préféra demander Léo. Elle savait à quel point ouvrir d'anciennes cicatrices pouvait être douloureux. "Ma vie est pas plus glorieuse que la votre. Je jugerait pas." fit-elle, signant une croix avec sa main. Front, poitrine, gauche, droite. Un bout de cendre se posa sur son jean et lui brûla légèrement la peau. Elle le balaya sans y penser. C'était une drôle de soirée.




__________________________


jack of all trades, master of none
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: god is drunk (esras)   god is drunk (esras) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
god is drunk (esras)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  ::  :: northern District :: rues festives :: le elm street-
Sauter vers: