∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en janvier —

En ce moment à Bowen, les températures sont chaudes chaudes chaudes ! Elles avoisinent entre les 29 et 34°C.


emilia manzoni & penny peach
sont nos membres du mois ♡

Le Deal du moment : -40%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
20.99 €

Partagez
 

 help I lost myself again ~ Florelli2

Aller en bas 
AuteurMessage
Flore Gray-Morgan

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Elle est née à Sydney puis a pu passer une partie de son enfance/adolescence à Bowen. Elle est entrée en Fac de médecine car elle rêvait de devenir pédiatre, elle avait même des facilités car elle a été diagnostiqué HPI quand elle avait une dizaine d'année. Malheureusement son père lui as fait stopper ses études pour la pousser à épouser un
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 65
ICI DEPUIS : 04/09/2021
CRÉDITS : FassyLover

STATUT : Mariée à un homme abusif et violent mais se laisses aller à une relation extra-conjugale avec son premier amour : Elliott.
MessageSujet: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyDim 17 Oct 2021 - 23:35

Ma vie est un vaste mensonge. Mon père n’est pas mon père et c’est mon oncle qui est en réalité mon père. Mon cerveau s’embrouille et je crois que l’alcool bu avec mon oncle/père n’arrange rien. Je fini par quitter sa maison, lui laissant ma voiture pour ne pas prendre le volant alcoolisé mais je dois rentrer chez moi alors j’appelle un taxi. Une fois dans le taxi, les larmes déjà aux bords des yeux, je regarde mon portable qui vibre, un message d’Alexander. ”T’es où ? T'as vu l’heure Flore ?” Une première montée d’angoisse me monte au tripes. Mes larmes commencent à couler sur mes joues. Nouvelle vibration. ”Putain de merde Flore réponds ! T’es où ?! Tu te fais sauter par qui ?! M’oblige pas à utiliser la localisation gps de ton portable !” Je panique et coupe la localisation, pleurant à chaudes larmes comme si j’avais quelque chose à me reprocher. Une vibration de plus. ”Tu as intérêt d’être à la maison dans moins de 10 min sinon je te jure que tu vas regretter Flore.” J’ai du mal à respirer à présent, je pleure à gros sanglot éteignant mon portable comme si cela réglait le pétrin dans lequel j’étais. Le chauffeur me regardant à travers le rétroviseur me lance un ”Tout vas bien mademoiselle ?” - Euh… oui oui… dans combien de temps nous serons à l’adresse ? ”15 min” - Est-ce que je peux… changer d’adresse ? Je payerais ne vous en faites pas... Il hoche simplement la tête. En réalité je ne sais absolument pas où aller pour me mettre en sécurité alors je donne une adresse de manière machinale : celle d’Elliott. Je pleure tout le long du trajet, probablement aussi fort que la pluie qui frappe sur la carcasse métallique du taxi. Le chauffeur me dépose, je le paye puis sort sous la pluie battante, en quelques secondes même pas me voilà trempé jusqu’aux os. Je titube comme je peux jusqu’à la porte d’entrée, je dois être dans un état tellement pitoyable… Figée devant la sonnette je me mets à hésiter. Je vais pour rebrousser chemin mais la peur de rentrer chez moi me tétanise plus que l’idée de sonner à cette porte. Alors je me retourne à nouveau vers la sonnette et appuie dessus. Il est tard… si tard. Peut-être qu’il dort ? Peut-être est-il sorti ? Ou alors est-il avec une femme ? Il achetait des préservatifs la dernière fois… Cette dernière option me transperce le coeur autant qu’elle ne me donne envie de vomir. Les secondes s’écoulent mais me semble être des heures avant que finalement la porte ne s’ouvre et que dans un élan à la fois alcoolisé et désespéré je me jette à ses lèvres que je m'étais imaginé embrasser un million de fois, mes larmes continuant pourtant de dévaler mes pommettes. Ce n’est pas vraiment comme ça que je m’imaginais ce premier baiser mais mon coeur tambourine si fort dans ma poitrine. Si j’étais dans de sale draps avant même d’avoir changer de destination, si Alexander savait ce que j’étais en train de faire, je signerais à coup sûr mon arrêt de mort...  et peut être le sien avec. Impossible, je préfère qu’il me tue plutôt qu’il ne touche à un seul des cheveux d’Elliott. Je m’accroche finalement à lui comme à une bouée de sauvetage, tremblantes et à bout de souffle entre l’angoisse et une très légère hypothermie. - Je veux… pas rentrer chez moi… s’il te plais… me laisses pas rentrer chez moi Elli…

@Elliott S. Collins help I lost myself again ~ Florelli2 2826614466

__________________________

Givin' you all you want and more Givin' you every piece of me I don't want love I can't afford I just want you to love for free Can't you see that I'm gettin' bored? Givin' you every piece of me ▵ endlesslove.
I'm not afraid anymore What makes you sure you're all I need?
Forget about it▵
Elliott S. Collins
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 68
ICI DEPUIS : 23/09/2021
COMPTES : Tamara (melissa mccarthy), Enola (Izia Higelin), Archie (gringe) & Lawrence (joe keery)
CRÉDITS : PrettyGirl (avatar) excelsior (signature)

STATUT : célibataire volage, amoureux d'une femme mariée répondant à un doux nom floral
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyMer 20 Oct 2021 - 23:44

Rien. Tu n’avais envie de rien faire, et ça ne te ressemblait pas. Pour une fois, tu respectais scrupuleusement cette assignation à domicile que Roman t’avait imposé : pas de soirée, l’idée même de boire ce soir te donnait la nausée. Tu avais besoin de rester dans ton cocon tranquille, avec ton chat.
Jogging, sweat et plaid au programme. Ton agenda favori lorsque tu avais quarante de fièvre mais pourtant : tu allais parfaitement bien. Seulement, depuis que tu avais revu Flore, t’étais totalement paumé. Tu pensais souvent à elle, et la nostalgie était ta meilleure amie. Pourtant, tu n’osais pas l’appeler : et si tu la dérangeais ? Et si cette discussion n’avait été que pure politesse ? Et si elle t’en voulait d’être parti ? Bordel, c’était sûr qu’elle t’en voulait. Tu soupirais, rabattant la capuche de ton sweat sur ta tête, regardant la pluie tomber dehors. satisfaction d’être à l’intérieur, bien au chaud, tandis que le quidam moyen se pressait, parapluie à la main, ou, au pire des cas, serviette en cuir au dessus de la tête.
« Remontez vos cols, courrez sous l’abri-bus, est-ce que j’ai fermé, chez moi l’vasistas ? Si c’est pas l’cas ma moquette, elle y passe ! »

Chantait, dans une volée lyrique ce chanteur français que Charlie aimait tant. Casque sur les oreilles, tu souriais, perdu dans… rien. Pas de pensées. Pour une fois, tu te permettais de te contenter d’observer le monde, dans une satisfaction déconcertante. Et ça ne semblait pas déplaire à Shaky, qui se lovait contre toi, ronronnant comme un bien heureux.  
knock knock knock le bruit sourd d’un frappement à ta porte te sortit de tes rêveries. Tu vins ouvrir, Shaky dans les bras et… « Flore ?! » tu ouvrais des yeux ronds comme des soucoupes. Bordel, tu ne le croyais pas, qu’est ce qu’elle faisait là ? Avant que tu puisse lui poser la question, Elle se jetait à ton cou, faisant sauter Shak’ de tes bras. Tu les enroulais autour d’elle, prolongeant le baiser. Convaincu que tu rêvais, tu te griffais discrètement la main, vérifiant par la même occasion que tu étais bel et bien éveillé. Bordel de merde, c’est réel! souriant contre ses lèvres, tu la tirais à l’intérieur, refermant ta porte sur vous et caressant son dos, tu embrassais sa joue « shh… t’es en sécurité, calme toi ! Doucement Flore... » tu l’observais quelques fractions de seconde avant de lancer « qu’est ce qui t’a mise dans cet état ?? » tu l’invitais à entrer et l’enroulais dans ton plaid, la laissant s’installer sur ton canapé : il ne te fallut pas plus de temps pour aller lui préparer un thé que tu lui ramenais « tiens… t’es gelée. j’t’ai fait un thé… Il me semble me souvenir que c’était ce que tu buvais quand on bossait ensemble ? » tu lui adressais un clin d’oeil bienveillant, avant de t’asseoir à côté d’elle  « Tu veux en parler… ? »

__________________________



Dernière édition par Elliott S. Collins le Dim 24 Oct 2021 - 23:24, édité 1 fois
Flore Gray-Morgan

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Elle est née à Sydney puis a pu passer une partie de son enfance/adolescence à Bowen. Elle est entrée en Fac de médecine car elle rêvait de devenir pédiatre, elle avait même des facilités car elle a été diagnostiqué HPI quand elle avait une dizaine d'année. Malheureusement son père lui as fait stopper ses études pour la pousser à épouser un
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 65
ICI DEPUIS : 04/09/2021
CRÉDITS : FassyLover

STATUT : Mariée à un homme abusif et violent mais se laisses aller à une relation extra-conjugale avec son premier amour : Elliott.
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptySam 23 Oct 2021 - 14:11

Quand la porte s’ouvre j’ai juste le temps de lire la surprise sur son regard avant de me jeter à son cou succombant à mes pulsions les plus intimes. Alors que je craignais qu’il ne me rejette, me repousse ou tout autre synonyme, ses bras entourent ma taille et il répond au baiser dans une douceur infinie. Mon cœur explose littéralement dans ma poitrine. Alors c’est réciproque ? Il m’attire à l’intérieur, fermant la porte sur nous. Ses murmures rassurants m’apaisent et je commence à sentir mon corps se détendre un peu. - Toute… ma vie aurait pu être différente… on me ment depuis bientôt 25 ans… Je fond de nouveau en larme alors qu’il m’enveloppe dans un plaid et me fait m’asseoir sur son canapé. Je retire alors mes chaussures et m’y installe en tailleur, la position naturelle que je prends toujours pour m’asseoir. Ce qui est plutôt amusant c’est que Alex déteste ça car il ne trouve pas ça féminin… Il me demande toujours de m’asseoir correctement. Enfin quand je dis “amusant” je ne suis pas sûre que c’est vraiment le terme adéquat. Elliott disparaît sur ce que je devine être la cuisine puis revient avec une tasse fumante de thé. Il n’a absolument rien oublié alors… Je suis une buveuse de thé, une grosse buveuse de thé en réalité déjà à l’époque de la fac j’avais toujours une tasse de thé à la main ou un thermos. Il n’était pas rare même de me croiser avec un livre ouvert dans une main et une tasse de thé dans l’autre. Sa petite attention m’arrache un sourire et j’attrape alors la tasse bien volontiers. - Merci Elli, tu as bonne mémoire Je bois une gorgée de liquide fumant contenu dans le mug puis hoche doucement la tête. - Je t’avais déjà parlé de mon oncle Blake à l’époque ? Tu sais je ne le voyais pas beaucoup car mon père et lui ne peuvent pas se voir en peinture ? Et bien aujourd’hui je suis tombé sur un résultat de test ADN dans le coffre fort de mon père et… C’est lui mon véritable père… Il est mon père biologique et même lui n’était pas au courant il n’a été informé de mon existence que plusieurs mois après ma naissance… Mon père et ma mère nous ont menti depuis ma naissance… Le problème c’est que mon putain de faux père dicte ma vie depuis ma naissance, il m’a forcé à stopper des études qui me plaisait, il m’a forcé à aller à Sydney, Il m’a forcé à me marier, c’est tout juste si c’est pas lui qui m’a dit quand je devait arrêter de prendre ma pillule contraceptive ! Et maintenant je me rends compte que si j’avais été élevée par mon vrai père alors… J'aurais pu être libre de chacun de mes choix et ils auraient été bien différent… Mon regard se pose sur mon alliance un instant. C’est la première chose qui aurait changé… Ce n’est pas que je ne crois pas au mariage… non en réalité je suis une éternelle romantique mais une demande en mariage au milieu d’une soirée mondaine n’était pas vraiment la demande de mes rêves et puis ce n’est pas comme si ce mariage avait entièrement été complètement imposé par mon père avec le mari de son choix… Je me suis contenté de me laisser porter pendant 25 ans… Et je crois que ce soir est un aperçu de la Flore qui fait ses choix. La Flore qui boit un peu trop avec son père biologique, qui prend un taxi pour ne pas conduire alcoolisé, celle qui coupe la localisation de son portable et l’éteint pour ne pas avoir à subir l’emprise de son mari, celle qui décide de ne pas rentrer chez elle pour la nuit, celle qui décide de frapper à la porte d’un vieil ami et celle qui embrasse celui pour qui son coeur bat depuis des années… Probablement que mes actes auront des conséquences… mais je crois que je suis encline à les assumer ou alors je suis trop alcoolisée pour me rendre compte de l’ampleur des conséquences. - Et puis… il est tard et Alex a commencé à s'énerver que je ne sois pas à la maison alors que j’étais dans le taxi pour rentrer chez moi… Il a dit que j’allais le regretter si je n’était pas là dans les 10 min… Bon… cela en fait 20 et… j’ai éteint mon portable par sécurité…

__________________________

Givin' you all you want and more Givin' you every piece of me I don't want love I can't afford I just want you to love for free Can't you see that I'm gettin' bored? Givin' you every piece of me ▵ endlesslove.
I'm not afraid anymore What makes you sure you're all I need?
Forget about it▵
Elliott S. Collins
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 68
ICI DEPUIS : 23/09/2021
COMPTES : Tamara (melissa mccarthy), Enola (Izia Higelin), Archie (gringe) & Lawrence (joe keery)
CRÉDITS : PrettyGirl (avatar) excelsior (signature)

STATUT : célibataire volage, amoureux d'une femme mariée répondant à un doux nom floral
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyLun 25 Oct 2021 - 0:26

La voir dans un tel état te fendait le coeur. Pas seulement de la voir trempée, ça, c’était encore réparable. Mais avouez tout de même que le temps était raccord avec son moral. Morose, morne. Et à raison : apprendre ce genre de trucs aussi tardivement t’aurait foutu la mort à toi aussi, c’était le moins qu’on puisse dire. En réalité, toi, tu cherchais inlassablement ton père biologique. Tu savais que tu avais été adopté, mais tu avais besoin de savoir d’où tu venais. De connaître tes origines. Pas forcément de faire la paix avec elles. En fait, tu n’étais d’ailleurs pas même certain d’avoir déjà été en guerre une seule fois contre elles. Mais il fallait que tu saches, pour pouvoir tourner la page et continuer ta vie plus serein : la pièce manquante du puzzle. Pour Flore, c’était tout de même différent. Peut-être même plus déstabilisant encore : pour elle, le puzzle avait toujours été formé. Pas de manque. Au tableau, une jolie image à l’anomalie à peine perceptible. Peut-être que certains ressentaient que quelque chose clochait sans savoir ce qui leur accrochait l’oeil. D’autres, la majeure partie des gens, seront très probablement passés devant cette belle image sans qu’aucun détail ne les dérange. Pire encore : cette anomalie avait pris le pas sur la vie entière de ta blondinette, et maintenant qu’elle savait.. elle souffrait. Ca te blessait de la voir ainsi. T’aurais tellement voulu l’aider, mais tu ne savais pas quoi faire, à part l’écouter. Silencieux, tu arrivais à pas de velours, lui tendant une tasse fumante qui, tu l’espérais, l’aiderait à se réchauffer comme il fallait. Tu t’asseyais contre elle et l’écoutais t’expliquer la situation. Ton coeur se serrait et instinctivement, ton bras passait autour de ses épaules. Touché par sa situation dont tu mesurais toute l’ampleur – et encore, tu n’en mesurais sans doute pas la totalité comme tu semblais le supposer. Tu mordillais ta lèvre inférieure, te demandant quels changements elle aurait aimé faire dans sa vie. Mais on avait tous des regrets et peut-être était il préférable de ne rien demander. Rester discret : après tout, peut-être qu’elle t’en parlerait, si elle en ressentait le besoin. Tu caressais, te voulant réconfortant, son épaule : « c’est une maigre consolation, j’en suis conscient mais… je suis là, si tu as besoin de quoique ce soit… n’importe quoi. D’un point de chute ou juste de parler… j’suis ton homme. » lui avais tu assuré dans un sourire bienveillant. Tu mordillais ta lèvre inférieure, repensant à cette promesse que vous vous étiez faite dans ce supermarché, et que tu étais bien déterminer à respecter jusqu’à la fin de ta vie.

« Alex a commencé à s’énerver » aveu qui te mettait en rage, non mais bordel, pour qui se prenait ce type ? Comment pouvait-il agir ainsi avec Flore ? La considérer comme acquise ? Son objet. Voilà l’impression que tu avais : Flore était sa chose. Tu repensais encore à la façon dont il avait passé son bras possessif autour des hanches de la jolie blonde. Son regard désespéré, presque suppliant qui t’avait transpercé le coeur. Tu n’étais pas certain que ce regard eut été réel ou s’il n’était qu’une interprétation de ta part, cependant, les aveux de Flore ce soir te donnaient un vague aperçu de ce qu’il en était : tu avais vu juste, mais à quel point ? À l’idée qu’il puisse la frapper, la nausée te prenait. T’étais tout à coup blême. Ton regard, inquiet, sondait celui de Flore comme pour y chercher une réponse qu’avec le recul tu n’étais d’ailleurs pas même certain de vouloir connaître : elle te faisait bien trop peur. « est-ce qu’il est... » tu soupirais, avant de reprendre ton courage à deux mains, recommençant ta phrase : « Flore… est-ce qu’Alexander est violent avec toi ? T’es en danger avec lui ? » tu n’aimais pas ce que tu avais vu de cet homme mais tu ne voulais pas tirer de conclusions hâtives : le mieux était encore de demander à Flore ce qu’elle pensait de tout ça...[/b]

__________________________

Flore Gray-Morgan

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Elle est née à Sydney puis a pu passer une partie de son enfance/adolescence à Bowen. Elle est entrée en Fac de médecine car elle rêvait de devenir pédiatre, elle avait même des facilités car elle a été diagnostiqué HPI quand elle avait une dizaine d'année. Malheureusement son père lui as fait stopper ses études pour la pousser à épouser un
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 65
ICI DEPUIS : 04/09/2021
CRÉDITS : FassyLover

STATUT : Mariée à un homme abusif et violent mais se laisses aller à une relation extra-conjugale avec son premier amour : Elliott.
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyLun 25 Oct 2021 - 13:22

Cette nouvelle m’avait bouleversé jusqu’au plus profond de moi et pour preuve je m’étais mise dans un état dans lequel je n’avais jamais été. Une colère incontrôlable c’était emparé de moi au point que j’aurai bien pu retourner entièrement la maison de mon enfance, d’ailleurs en y réfléchissant, en tant normal, je n’aurai jamais osé balancer un verre d’eau à la figure de mon père comme je l’ai fait. J’aurai bien eu trop peur des conséquences mais à présent, il n'avait plus aucun droit sur moi alors les conséquences je n’en avais plus rien à faire. Il était peut être mon père sur les papier mais je savais à présent que le sang qui coulait dans mes veines n’était pas le sien. Si tout n’avait pas été une question de mensonge alors peut être que j'aurais pu garder notre lien intacte malgré tout enfin… Si il y avait eu en réalité un lien un jour hormis le lien financier. J'ai toujours été proche de ma mère et beaucoup moins de mon père. Ceci explique cela… Cela me rassurait presque un peu dans un sens. De plus… Il savait tout, pertinemment depuis mon plus jeune âge, il n’a probablement jamais vraiment essayé de créer ce lien, bien au contraire j’étais un instrument de vengeance pour lui ou simplement un moyen de blesser son frère avec qui sa femme avait eu le malheur de coucher. Visiblement, tout le monde semblait me considérer comme un objet ou un pantin plus que comme une véritable personne avec des sentiments et des envies… Enfin tout le monde sauf Elliott.  Ce constat fait, mes lèvres gagnent fébrilement ma tasse de thé fumante qui me procure un peu de douceur et de réconfort. Un sourire triste se dessine sur le bout de mes lèvres aux mots et j’ai alors un petit rictus amusé à ses mots. - Mon homme ? Fait gaffe je vais finir par te prendre au mot… Un petit rire franchit la barrière de mes lèvres, chose que je n’aurai pas cru voir avant longtemps. C’est l’effet Elli.

Mais la conversation s’alourdit soudainement quand j’évoque Alex. Son regard cherche le mien, inquiet. Sa question me tétanise soudainement, mes doigts se crispent autour de la tasse encore brûlante. Il met le doigt sur quelque chose, quelque chose que je m’obstine à cacher depuis des mois. Mon regard plongé dans le sien, je retiens mes larmes et je suis incapable de répondre. Dire “Non” reviendrait à lui mentir, chose que je ne suis pas capable de faire, pas avec lui. Dire “Oui” serait reconnaître quelque chose que je ne veux pas reconnaître. Et puis suis-je vraiment légitime à être considérer comme une femme battue ? Dans un sens, il n’a jamais réellement levé la main sur moi. Il m’a bousculé, poussé ou entre attrapé un peu fortement mais… jamais il n’a donné un réel coup. Certes parfois il y a des bleus… souvent même mais est-ce que ce n’est pas moi qui marque vite en réalité ? Et puis je n’ai jamais été réellement en danger à part… lors de ma chute dans l’escalier qui a provoquer ma fausse couche. C’était un accident il ne m’a pas poussé volontairement dans l’escalier pas vrai ? Il n’aurait pas volontairement poussé une femme enceinte dans un escalier quand même ? Toutes ses informations se bousculent dans ma tête et je me sens incapable de répondre à sa question. Alors je fuis son regard et me contente de boire une nouvelle gorgée de thé, tentant de contrôler le tremblement de mes mains et cette soudaine sensation oppressante sur mon plexus solaire qui me gêne la respiration. Je pose la tasse et machinalement ma main droite vient encercler mon poignet opposé, encore légèrement bleuté de la dernière altercation et le frotte doucement dans un mouvement rotatif instinctif.  Alors que j’essaye tant bien que mal de sauver les apparences en évitant purement et simplement sa question, il semblerait que mon corps ait décidé de me trahir en lui envoyant tous les signaux nécessaires pour qu’il puisse obtenir une réponse à sa question.

__________________________

Givin' you all you want and more Givin' you every piece of me I don't want love I can't afford I just want you to love for free Can't you see that I'm gettin' bored? Givin' you every piece of me ▵ endlesslove.
I'm not afraid anymore What makes you sure you're all I need?
Forget about it▵
Elliott S. Collins
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 68
ICI DEPUIS : 23/09/2021
COMPTES : Tamara (melissa mccarthy), Enola (Izia Higelin), Archie (gringe) & Lawrence (joe keery)
CRÉDITS : PrettyGirl (avatar) excelsior (signature)

STATUT : célibataire volage, amoureux d'une femme mariée répondant à un doux nom floral
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptySam 27 Nov 2021 - 19:41

Inquiet, tu l’observais, pendu à ses lèvres qui se perdaient sur le rebord en porcelaine de la tasse que tu venais de lui servir. Court silence et pourtant, il était bien là : le suspens était insoutenable. Pendant ce court instant, mille questions se bousculaient dans ta tête. Pourquoi sa famille lui avait caché ça ? Pourquoi son oncle et son père avaient permuté ? Tu repensais à Jack Nicholson qui, à trente six ans avait appris que sa sœur était en réalité sa mère, et ses parents… ses grands parents. Tu n’imaginais pas l’effet que ça pouvait faire. La perte de repères que cela constituait. Ce plongeon glacé et violent dans la réalité, aussi dure que du béton : y’avait de quoi devenir fou. Tant bien que mal, tu tentais de soigner ses plaies. Quelques mots, quelques gestes, et ce que tu savais faire de mieux : dire un maximum de conneries, qui lui arrachèrent un sourire mission accomplie à sa réponse, tu lui adressais un léger sourire, ta main se posant sur sa cuisse que tu caressais tendrement du bout de ton pouce : « bah… peut-être que je n’attends que ça ? » tu lui adressais un sourire amusé, ton regard cherchant le sien, guettant une réaction de sa part face à cet aveu à peine déguisé que tu venais de lui faire.Mais plus le temps de rire. Lorsqu’elle évoquait les sautes d’humeur de son mari, tu imaginais soudain le pire. Dans ta tête se bousculaient tous ces articles de presse sur les violences conjugales, ce nombre de décès vertigineux qui auraient pu être évités si autour de ces femmes il n’y avait pas autant de honte, si dans cette putain de société, il y avait plus d’écoute entre chacun de ceux qui la constituaient. Ton coeur se serrait : qui ne dit mot consent, ça, ta mère te l’avait toujours dit et tu ne trouvais pas franchement rassurant ce silence lourd de sens que Flore laissait planer. Machinalement, ta main glissait sur sa joue que tu caressais avec tendresse . Tu ne voulais pas l’obliger à parler : simplement lui montrer qu’elle pouvait avoir confiance et parler librement, même si ça, il y avait de fortes chances pour qu’elle le sache déjà : mieux valait se répéter plutôt que de passer à côté de l’info. Mais rien à faire. Ses cordes vocales s’étaient fait la malle, et toi, ta gorge se serrait. Tes yeux humides se posaient sur son poignet. Sa façon de le frotter, comme si elle voulait faire partir une douleur pourtant bien présente à l’oeil nu. Ca te détruisait. C’était officiel : ce type était le dernier des salauds, il fallait qu’elle se barre de là. Tu mordais fortement ta langue histoire de ne pas flancher : pas question de pleurer, du moins pas tout de suite. Doucement, tu arrêtais sa main dans son mouvement rotatif et la prenais dans la tienne tandis que ton autre main attrapaient son poignet bleuté entre tes doigts. Ton regard dans le sien, tu portais son poignet à tes lèvres. Bon, ok, le bisou magique, c’était un coup qu’on servait aux gamins de cinq ans. Mais tu voulais lui montrer que tu avais compris. Elle n’avait pas besoin de parler ; encore moins de te raconter si elle ne se sentait pas de le faire. Remuer le couteau dans les plaies ? Pas question. A travers ton geste, c’était même l’inverse que tu tentais de faire, en couvrant sa douleur d’un peu d’amour… littéralement

__________________________

Flore Gray-Morgan

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Elle est née à Sydney puis a pu passer une partie de son enfance/adolescence à Bowen. Elle est entrée en Fac de médecine car elle rêvait de devenir pédiatre, elle avait même des facilités car elle a été diagnostiqué HPI quand elle avait une dizaine d'année. Malheureusement son père lui as fait stopper ses études pour la pousser à épouser un
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 65
ICI DEPUIS : 04/09/2021
CRÉDITS : FassyLover

STATUT : Mariée à un homme abusif et violent mais se laisses aller à une relation extra-conjugale avec son premier amour : Elliott.
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyLun 3 Jan 2022 - 12:38

Je crois que débarquer ici était la chose la plus intelligente à faire... Retourner chez moi aurait été me mettre dans une nouvelle salve de problème et puis... il était certains que mon père avait déjà prévenu Alex et qu'il était déjà bien rôdé pour une leçon de moral en bonne et due forme. Ici, j'étais comme dans un cocoon, une bulle protectrice douce qui me tenait éloigner du tumulte de l'extérieur. Je me sentais bien ici, un peu de calme, une tasse de thé et... lui. Lorsque je lance à la légère que je pourrait le prendre au mot quand il dit qu'il est mon homme, sa réponse fait s'emballer mon coeur et un sourire idiot se profile sur mes lèvres. Ai-je bien compris ce qu'il insinue ? Je mordille ma lèvre, je n'ai pas les mots. Tout ce que je sais c'est que j'ai très envie de tout ça... Tout ça qui m'est interdit à cause de cette putain d'alliance à mon doigt et ce contrat à la con que j'ai signé sous la contrainte d'un homme avec qui finalement je n'ai qu'un lien de nièce.

Alors que je frotte mon poignet bleuté, nerveusement, sa main vint empêcher la mienne de continuer, venant la caresser doucement alors que mes doigt vinrent se serrer autour des siens comme on attrape une bouée de sauvetage pour ne pas sombrer dans les abysses des eaux agitées. De son autre main, il attrape mon poignet d'une délicatesse que je crois n'avoir jamais connu, une  douceur propre à Elli. Il dépose alors ses lèvres sur ma blessure, dans un silence qui en dit long. Il a compris... Mon coeur se serre, des larmes coulent sur mes joues. Je fuis son regard, honteuse. Comment ai-je pu en arriver là hein...? Un souffle franchis la barrière de mes lèvres et je desserre mes doigts de sa main pour venir essuyer mes larmes avant de me lever pour repartir, le coeur en panique. - Excuse moi je... j'aurai pas... je devrais pas être... ici... Je dois... Alors que je me confond en excuse dans un discours totalement incohérent je fini par me stopper en me retrouvant devant la porte d'entrée. Boule d'angoisse. Quand ma peau effleure la poignet elle me semble brûlante, comme si mon corps tout entier refusait de partir. Une seule phrase bouleverse mon cerveau et franchis la barrière de mes lèvres. - C'est ici qu'est ma place... Je me retourne, mon regard se posant sur Elliott, toujours assis. J'ai besoin de sa douceur... j'en veux plus. Alors voila que je fonce en sa direction venant en amazone sur lui pour capturer ses lèvres encore et encore mes bras passant de chaque côté de lui pour s'appuyer contre le dossier du divan. Je profite de chaque contacte sentant doucement mon corps qui en réclame encore plus. Je me détache alors finalement de lui, le souffle court. Et en le regardant dans les yeux je détache doucement mon chemisier encore trempée, décollant tout doucement le tissus mouillé de ma peau dévoilant petit à petit ma poitrine voluptueuse maintenue par une lingerie fine à armature en dentelle noire, poitrine que je tente la plus part du temps de cacher pour ne pas attirer de regard trop insistant sur moi au risque de m'attirer les foudres de mon mari. Mais en me retirant la fine couche de tissus humide qui me couvrait, ce n'est pas seulement cette partie de mon anatomie que je lui dévoile, c'est aussi l'étendu de la gravité de la situation que je met en lumière. Je lui dévoile la dizaine de bleus dispersé sur mes bras, mes épaules, mes côtes, mon ventre ou sur la naissance de mes hanches. Je mord ma lèvre en le regardant, les yeux embuées de larmes de me montrer ainsi mise à nue, honteuse de chacune de ses marques disposées sur mon corps. Je murmure alors - C'est un peu de ma faute... j'ai pas un caractère facile tu sais...

__________________________

Givin' you all you want and more Givin' you every piece of me I don't want love I can't afford I just want you to love for free Can't you see that I'm gettin' bored? Givin' you every piece of me ▵ endlesslove.
I'm not afraid anymore What makes you sure you're all I need?
Forget about it▵
Elliott S. Collins
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 68
ICI DEPUIS : 23/09/2021
COMPTES : Tamara (melissa mccarthy), Enola (Izia Higelin), Archie (gringe) & Lawrence (joe keery)
CRÉDITS : PrettyGirl (avatar) excelsior (signature)

STATUT : célibataire volage, amoureux d'une femme mariée répondant à un doux nom floral
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 EmptyLun 17 Jan 2022 - 0:50

Longtemps, tu avais osé imaginer qu’un jour vous finiriez dans les bras l’un de l’autre et, souvent, tu t’étais imaginé ce qu’aurait pu être votre vie ensemble. Tu l’imaginais, sans tensions entre vous ; ou peu. Probablement pour des conneries du type «ELLIOTT COMBIEN DE FOIS T’AI-JE DIT DE NE PAS METTRE TON SWEAT BLEU AVEC MES AFFAIRES BLANCHES ??? T’AS NIQUÉ UNE MACHINE DE BLANC ET MON BODY PRÉFÉRÉ TU FAIS CHIER ! » là, pour te faire pardonner, t’aurais probablement proposé une journée shopping. Oh, tu détestais ça, mais pour Flore et ses bodys en dentelle, t’aurais tout supporté. Puis, au bout de la journée, tu l’aurais invitée au restaurant. Les tensions définitivement peut-être encore un peu présentes , vous finiriez, fin de soirée obligeant, par vous réconcilier totalement en rentrant chez vous, entre vos draps. Quelques mois plus tard, vous ririez de cette histoire, t’aurais appris à faire une machine, fin de l’histoire.

Mais lorsque tu avais revu Flore, ça t’avait fait comme une piqûre de rappel. Tu n’étais pas plus avec elle qu’avec qui que ce soit, et elle, ne semblait pas si heureuse. T’avais l’impression d’avoir tout foiré. Tu t’en voulais d’avoir disparu ainsi. Car dans le fond, si tu étais resté, les choses auraient pu être différentes. Tes sweats auraient peut être déteint sur ses vêtements, mais jamais ta colère sur sa peau. Toutes ces tâches sur sa peau si claire et délicate, ça te révoltait. T’avais envie d’aller péter la gueule de ce connard, supplier Flore de ne jamais y retourner, aller foutre le feu à la barraque de ce détraqué pendant qu’il dormait. Qu’importait : il fallait qu’elle sorte de là. Ta main avait attrapé tendrement son poignet. Tu ne voulais pas qu’elle parte. Tu voulais la protéger. Pourtant, au lieu de sortir de son mariage, elle décidait de passer la porte de ton appartement. T’étais désemparé. Mais comment lui en vouloir ? Tu tentais de te mettre à sa place quelques secondes. La pauvre devait être terrifiée, peut être même se poser mille questions : et si elle quittait ce type pour pire ? Bien évidemment, tu connaissais tes intentions envers elle. Mais elle ? Les avait-elles comprises ? Ton coeur se serrait à l’idée de la voir partir, et, tes yeux se remplissant de larmes, tu balbutiais : « reste avec moi… s’il te plaît… il va finir par te tuer Flore... » la gorge nouée, ton coeur éclatait en l’entendant articuler ces quelques mots :   « c’est ici qu’est ma place... » oui. Elle avait compris. Tu la laissais s’asseoir sur tes genoux, prolongeant passionnément son baiser. Ton coeur battait à tout rompre et l’instant semblait suspendu quelque part là, dans le temps. Tes mains caressaient tendrement ses joues avant de rejoindre ses doigts, l’aidant à retirer les quelques derniers boutons récalcitrants de son chemisier. T’étais chamboulé par ce que tu voyais. Contre toute attente, ce n’était pas le corps de Flore, qui te mettait dans de tels états. Elle était belle à en pleurer, oui, mais pas de tristesse. En voyant tous ces bleus sur son corps, ton coeur s’était brisé. Une larme roulait sur ta joue tandis que tu caressais ses marques du bout des doigts, comme pour réparer le mal qui avait été fait. A sa remarque, tu secouais la tête, déposant un baiser sur son front : « non Flore. C’est pas ta faute. Personne n’aurait du te lever la main dessus. Encore moins ton mari. Il faut que tu sortes de ce cauchemar, ma fleur… vite... » tu déposais un baiser dans son cou, avant de la serrer dans tes bras, pour la sentir un peu plus contre toi : tu n’aurais pas voulu t’en détacher, pour rien au monde.

__________________________

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: help I lost myself again ~ Florelli2   help I lost myself again ~ Florelli2 Empty

 
help I lost myself again ~ Florelli2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: appartements-
Sauter vers: