∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en janvier —

En ce moment à Bowen, les températures sont chaudes chaudes chaudes ! Elles avoisinent entre les 29 et 34°C.


emilia manzoni & penny peach
sont nos membres du mois ♡

Le deal à ne pas rater :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + Manette DualSense ...
99.99 €
Voir le deal
-45%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 Go
23.75 € 42.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo

Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1170
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : Amour d'amour, tu le sais, c'est ma faute, j’ai bien trop peur pour casser les choses. On va s’en tenir simplement à nos rôles, je sais qu’c’est triste mais je suis sous hypnose. (Noah)
MessageSujet: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptyMar 9 Nov 2021 - 9:08


Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens

Oh ma douce souffrance, pourquoi s'acharner? Tu recommences. Je ne suis qu'un être sans importance. Sans lui, je suis un peu paro, je déambule seule dans le métro. ı @Mateo Lima & @Gracelyn Scott
Aujourd'hui, tu as prévu d'aller passer du temps en compagnie de ton meilleur ami, l'homme le plus important de ta vie. Celui qui est capable de te comprendre sans un mot et celui à qui tu t'es le plus attaché depuis que tu es en ville. Mateo est le genre d'homme qui a été apte à se faire une grande place dans ta vie au fil du temps, et tu te rends bien compte à quel point tu es chanceuse qu'il en fasse partie. Évidemment, il est au courant de ta venue aujourd'hui. Passer du temps en sa compagnie te semble toujours si agréable, tu attendais ce moment avec une grande impatience. Pour l'occasion, tu as enfilé une jolie robe ainsi qu'une paire d'escarpins. Peu importe les circonstances, tu ne négliges jamais ton apparence, c'est tout simplement plus fort que toi. Lorsque tu es fin prête, tu te diriges vers la porte d'entrée de ton domicile que tu fermes derrière toi. En route, tu décides de faire une escale en route afin d'aller acheter quelques petits casse croute pour vous deux. Quitte à passer du temps ensemble, autant ne pas faire les choses à moitié, pas vrai ? Après tout, ce n'est pas tout les jours que tu viens jusqu'à chez lui avec ce genre de petites attentions. Il faut bien savoir se faire plaisir de temps à autres et cette journée est, selon toi, idéale pour ça. Puis, rien que l'idée de le voir te mets dans une joie indescriptible.

Après cet arrêt, tu reprends donc le chemin menant jusqu'à l'appartement de ton meilleur ami. Lorsque tu arrives, tu rejoins donc le bâtiment où se trouve son logement. Alors que tu arrives, un autre locataire en sort et tu en profites donc pour te faufiler jusqu'au bon numéro de logis. Enfin à destination, tu frappes à la porte, patientant ensuite quelques secondes et... rien. Peut-être que tu es du genre à stresser pour pas grand chose lorsqu'il s'agit de tes proches, mais ça t'angoisse quand même. Après, si ça se trouve, il ne t'as peut-être juste pas entendu arrivée ? Après vérification, la porte semble être ouverte et tu décides donc d'entrer. Mateo ? Je suis là ! Dis-tu d'une voix douce et mélodieuse, mais suffisamment fort pour qu'il puisse t'entendre. Ensuite, tu poses tes achats sur la table de la salle à manger tout en gardant le sourire malgré ton stress. Ton regard se retrouve attiré par une boîte de médicaments. Jusque là, rien d'anormal. Ce qui est plutôt surprenant, c'est que tu ne l'avais jamais vue auparavant. Pire, tu n'en as jamais entendu parlé. Ce n'est donc pas un de ces médicaments que certains peuvent prendre pour apaiser un mal de tête, par exemple. Ton coeur s'accélère dans ta poitrine, ne sachant pas du tout à quoi elle peut servir. Après tout, à ta connaissance, il n'y vit pas seul. Peut-être que ça appartient à sa colocataire. Heureusement, ton stress s'apaise un minimum lorsque tu ressens une présence dans la pièce, ton regard bleu azur se posant ensuite sur lui. Ah, tu es là ! J'ai presque cru que tu m'avais oublié. Lui dis-tu avant de t'approcher de lui afin d'embrasser sa joue, ta curiosité étant piquée à vif avec cette fameuse boîte. Mais peut-être es-tu simplement trop curieuse ? Dans le doute, tu devrais peut-être lui en parler... Sait-on jamais, après tout. S'il lui arrivait quelque chose, tu t'en voudrais toute ta vie.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
Mateo Lima
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 2354
ICI DEPUIS : 24/05/2021
COMPTES : Le bel italien, Livio, la maman Romy et la tempête Tahlia
CRÉDITS : all souls (avatar) / Solosand (sign)

STATUT : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part.
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptyMar 16 Nov 2021 - 18:22

Neuf mois. Neuf mois que sa vie avait pris un tournant terrible. Neuf mois qu'il avait découvert que son cœur s'affaiblissait de jour en jour. Mais c'était aussi neuf mois de déclics, de situations et erreurs à rattraper, de vie au plus beau sens du terme. Vivre avec une épée de Damoclès sur la tête lui avait fait prendre conscience que chaque seconde à respirer était un cadeau inestimable. Alors, il en profitait, Mateo. Peut-être un peu trop. Lui qui s'était tant réprimé durant ses jeunes années semblait désormais vivre en accéléré. Soirées, défis stupides, sensations fortes étaient ses crédos. La nuit dernière ne dérogeait pas à la règle, encore plus quand on voyait les draps froissés dans son lit et la jolie brune qui dormait encore à poings fermés. Ils s'étaient couchés tard, très tard, si bien que Mateo, au réveil, mal de crâne carabiné, fila directement sous la douche sans même regarder l'heure. Il savait qu'il devait voir Gracelyn aujourd'hui, mais il pensait encore avoir un peu de temps devant lui. Sous la douche, à profiter de l'eau chaude sur ses muscles qui avaient souffert de ses excès, il n'entendit pas la porte s'ouvrir, ni même son prénom qu'on appelait. Quelques secondes plus tard, il sortit de la salle de bain, cheveux mouillés, serviette autour de la taille, et prit la direction de sa chambre. Mais il sursauta en voyant une silhouette dans son salon. Une silhouette aux courbes gracieuses et élégantes qui le fit bien vite sourire. C'était Gracelyn, évidemment. Pas pudique pour un sou – et ça, Grace le savait bien – il s'approcha d'elle pour la saluer, lui rendant un baiser sur la joue, avant de dire avec un air malicieux : « Tu sais bien que je ne pourrais jamais t'oublier ! Mais...c'est vrai, j'ai peut-être mal géré le timing. » Il se mit à rire joyeusement, se retournant en entendant le grincement d'une porte. La jolie brune sortit en trombe de sa chambre, l'air échevelé, posant un regard surpris sur Mateo et son amie. Je suis en retard, dit-elle, avec empressement. Mais elle prit quand même le temps de s'arrêter quelques secondes à hauteur de Mateo, de poser sa main sur son bras, lui rappelant qu'il avait désormais son numéro, avant de déposer un baiser sur sa joue. Le jeune homme répondit simplement par un hochement de tête et un sourire entendu. Sourire qui se fit encore plus amusé quand il regarda Gracelyn, une fois que la brune fut partie. « Tu comprends d'où vient le mauvais timing. » dit-il, absolument pas gêné. Ça aussi, c'était une toute nouvelle facette de Mateo. D'ordinaire, il détournait toutes les questions sur ses conquêtes. Il en avait eu, oui, mais ce n'était pas vraiment sa priorité. Depuis Jean, du moins. « Je vais peut-être aller m'habiller. » Un rire ponctua sa phrase alors qu'il disparut dans sa chambre pour enfiler quelques vêtements. Quand il revint, il s'avança dans le salon où il vit les sacs déposés par son amie. « Je t'avais dit de ne rien amener ! » la gronda-t-il, gentiment. Mais il savait qu'elle n'en ferait qu'à sa tête. Par contre, quand son regard se posa sur la boîte de médicaments qu'il avait oublié la veille – et dont il devait prendre un comprimé là, maintenant – son visage se décomposa. Tant pis. Il le prendra plus tard. Discrètement, il prit la boîte qu'il posa dans la cuisine, tentant de ne pas paraître suspect. Il savait qu'il ne pourrait pas mentir à Grace si elle le questionnait sur cette boîte. Il posa ensuite ses yeux si sombres sur Gracelyn et demanda : « Comment vas-tu ? » Un sourire se dessina sur les lèvres, alors qu'il ajouta : « Je suis content que tu sois là. Ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas accordés une vraie journée tous les deux, non ? » Elle, elle courait pour sa boîte. Lui pour reconstruire sa vie. Une pause à deux lui faisait donc le plus grand bien.

__________________________


                       One life
Tu vois, c'est marrant, on se donne toutes les bonnes raisons de s'interdire d'aimer, par peur de souffrir, d'être abandonné un jour. Et pourtant, qu'est ce qu'on aime la vie alors qu'on sait qu'elle vous quittera un jour
En ligne
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1170
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : Amour d'amour, tu le sais, c'est ma faute, j’ai bien trop peur pour casser les choses. On va s’en tenir simplement à nos rôles, je sais qu’c’est triste mais je suis sous hypnose. (Noah)
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptyJeu 18 Nov 2021 - 16:06


Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens

Oh ma douce souffrance, pourquoi s'acharner? Tu recommences. Je ne suis qu'un être sans importance. Sans lui, je suis un peu paro, je déambule seule dans le métro. ı @Mateo Lima & @Gracelyn Scott
Les changements dans la vie de Mateo ne sont évidemment pas passés inaperçus. Etant du genre assez observatrice, tu as bien remarqué qu'il commençait à profiter de la vie des façons les plus folles qui puissent être. Mais tu t'es simplement dis qu'il commençait à vouloir en profiter. Certaines personnes se rendent compte du jour au lendemain qu'elles ont ce besoin de vivre la vie comme elle vient, de la croquer à pleine dent. Autant dire que tu es donc à des années lumières d'imaginer ce qu'il se passe réellement. Aujourd'hui est donc une journée où tu vas pouvoir passer du temps avec lui, et autant dire que cette idée te réjouis sincèrement. Pouvoir passer du temps avec ton meilleur ami est l'une des choses qui te rend le plus heureuse, finalement. Il est l'homme dont tu es certainement le plus proche, celui qui te connais le mieux, celui vers qui tu pourras toujours te tourner. Alors que tu arrives chez lui, le calme règne et ce silence semblerait presque étrange. Pourtant, tu y es bien habituée, au silence. Tu t'es donc permise d'entrer, n'ayant pas non plus l'intention de le mettre dans une situation gênante ou autre. Mais alors que tu le cherches du regard, c'est sur autre chose que ton attention s'est portée : une fameuse boîte de médicament que tu ne connais absolument pas du tout. Tu es donc départagée entre l'idée de lui en parler ou celle de laisser tomber. Mais le problème, c'est que ta curiosité est piquée à vif. Heureusement, sa présence te tire rapidement de tes songes et de tes hésitations. Mal géré le timing, hm ? Relèves-tu tout en riant. Lorsqu'une femme sort de sa chambre, tu réalises à quel point il a effectivement mal géré le timing. Départagée entre un moment de gêne et une envie de rire, tu préfères garder une poker face irréprochable. Tu imagines bien que la situation doit être toute aussi gênante pour elle qui ne s'attendait certainement pas à voir une autre femme dans l'appartement de Mateo. Après son départ, tu échanges avec ton meilleur ami un regard assez amusé. Je dirais qu'il ne s'agit pas d'un problème de timing mal géré, mais plutôt d'une nuit un peu trop courte ! Puisque tu es tombée nez à nez avec cette femme, il n'aurait quand même pas pu nier son existence car s'il t'avait évoqué une soirée Netflix avec du pop corn et un bon verre de vin, au vu de la tête de la jeune femme, tu n'y aurais absolument pas cru. Le mensonge n'aurait pas été crédible, ça paraissait même plus qu'évident. Bonne idée oui, sauf si tu avais imaginé une journée peu vêtue ? Mais tu m'as pas prévenue ! Dis-tu tout en le taquinant. En soi, tu n'es pas pudique et c'est quelque chose que vous avez en commun mais forcément, tu t'étais habillée comme il se doit avant de venir jusqu'ici. Ce n'est pas parce que tu n'es pas particulièrement pudique avec tes proches que tu tiens à offrir ce spectacle à des inconnus. Lorsqu'il revient, il ne tarde pas à te gronder mais à vrai dire, tu préfères t'en moquer gentiment. Bla, bla, bla ! Comme si j'avais tendance à être une femme docile et obéissante. Je suis têtue, je n'en fais qu'à ma tête moi Monsieur. Mais ça, il le sait bien mieux que personne. Tu tenais particulièrement à ne pas venir les mains vides et c'est toujours plus fort que toi. Ce n'est pas comme s'il allait réellement t'en vouloir pour ça et tu en as parfaitement conscience. Je vais bien, et toi alors ? Demandes-tu en retour. Ta réponse est sincère, tu te portes comme un charme et tout se passe plutôt bien dans ta vie en ce moment. Tu n'es donc pas à plaindre. Mais oui, tu m'as manqué tu sais... Mais promis, on va en profiter ! Et rien que cette idée te mets dans une joie immense. Tu ne t'ennuies jamais avec lui de toute façon. Il y a toujours des choses à faire, des anecdotes ou des nouveautés à se raconter donc bon. Mais avant... J'ai vu quelque chose et j'ai peur que ça me turlupine un bon moment donc je préfère te poser la question avant qu'on passe à autre chose... Dis-tu, malgré tout très inquiète à ce sujet. Non, tu ne réussis pas à passer outre. Il faut dire que tu t'inquiètes toujours pour tes proches, c'est plus fort que toi. Elle était à toi, la boîte de médicament que j'ai pu apercevoir...? Pour l'instant, c'est la seule chose que tu lui demandes, ne voulant pas non plus l'assener de question alors que si ça se trouve, tu te trompes totalement.

Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
Mateo Lima
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 2354
ICI DEPUIS : 24/05/2021
COMPTES : Le bel italien, Livio, la maman Romy et la tempête Tahlia
CRÉDITS : all souls (avatar) / Solosand (sign)

STATUT : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part.
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptySam 20 Nov 2021 - 17:10

Mateo avait toujours été habitué à un cadre de vie strict, réglé comme du papier à lettres. Il était tout le temps à l'heure, à une exception près : les lendemains de soirées arrosées. Et là, il avait vécu une belle soirée arrosée ! Forcément, il ne pouvait échapper au moment gênant, durant lequel il se retrouva nez-à-nez avec Gracelyn, dans son salon, à peine habillé. L'excuse du mauvais timing ne convainquit pas sa meilleure amie. « Oui, oui, je ne pensais pas qu'il était si tard. » Et la raison arriva vite quand sa conquête de la nuit s'échappa de sa chambre, lui déposant un baiser sur la joue avant de fuir au plus vite, probablement troublée par l'arrivée de Grace dans l'appartement de Mateo. Le jeune australien suivit la jolie brune du regard jusqu'à ce qu'elle s'en aille, avant d'afficher un air faussement innocent quand Grace évoqua la nuit trop courte qu'il avait dû vivre. « Bon ok, tu as raison ! Mais en même temps,Netflix, c'est le mal. Tu regardes un épisode, tu finis par te faire toute la saison. » Il avait osé ! Il avait osé lui faire croire qu'il avait simplement vécu une soirée Netflix, mensonge bien vite remis en question par le regard taquin du brun. Il montra sa chambre d'un signe de la main, lui soufflant qu'il ferait mieux d'aller s'habiller. « Le jour où je ferai du naturisme, je te préviendrais ! » répondit-il à ses mots, dans un éclat de rire avant de disparaître dans sa chambre pour s'habiller. Le plus amusant dans cette histoire de naturisme, c'était qu'elle serait capable de le suivre dans son délire. Les deux n'étaient absolument pas pudiques et ils n'hésitaient pas à se taquiner sur le sujet. Mais Mateo finit tout de même par revenir complètement habillé. En avançant dans le salon, il regarda les sachets amenés par son amie, la réprimandant sur le fait qu'elle ne devait rien acheter. Mais il savait pertinemment qu'elle ne viendrait pas les mains vides, quoiqu'il puisse dire. Madame n'était ni docile, ni obéissante, comme elle le souligna. « Ah les femmes du 21ème siècle, elles sont incontrôlables ! » souffla Mateo, avec un long soupir qui sonnait faux. Il la taquinait évidemment. Elle savait que l'ex-tennisman n'était ni misogyne, ni sexiste. Il avait à cœur la parité et le combat pour le droit des femmes. Alors, cette phrase, c'était juste pour l'embêter. Quand il lui demanda comment elle allait, il esquissa un sourire quand elle lui confia aller bien. C'était tout ce qu'il comptait. Il aimait la voir heureuse. Et en ce moment, il la sentait heureuse. « ça va aussi ! » répondit-il, sincère. Là, oui, il se sentait bien. Etre avec sa meilleure amie lui apportait toujours du réconfort. La présence de Grace, c'était un rayon de soleil dans un quotidien parfois complexe. Alors, il profitait de chaque instant à ses côtés. S'apprêtant à lui demander ce qu'elle voulait qu'ils fassent aujourd'hui, Gracelyn le devança en lui annonçant qu'elle avait quelque chose à lui demander. Le brun fronça les sourcils en constatant l'inquiétude qui voilait son joli visage. « Je t'écoute... » dit-il, suspicieux. Suspicieux et inquiet. Mais en entendant sa question, la surprise se laissa entrevoir sur le visage de Mateo. Il avait espéré qu'elle n'ait rien vu. Il avait vraiment espéré, ne voulant pas s'engager dans une conversation douloureuse. Il resta silencieux pendant de longues secondes, non pas pour laisser un suspense mais parce qu'il était pris dans un dilemme. Devait-il mentir ? Dire la vérité ? Il était partagé entre l'inquiétude qu'il procurerait à ses proches et le besoin d'avoir du soutien. Vivre seul ce mal était de plus en plus pesant. Il lâcha de nouveau un soupir avant de rétorquer : « Je ne peux pas te mentir. » Il était là, le problème, elle lisait en lui comme dans un livre ouvert. Elle saurait s'il venait à mentir. « Ouais... Elle est à moi, cette boite de médicaments. » Il s'appuya sur le plan de travail qui dissociait la cuisine du salon et occupa ses mains en triturant un stylo de manière nerveuse. Il fuyait clairement le regard de Gracelyn. « Je suis sous traitement depuis neuf mois. » avoua-t-il. Neuf mois. Elle savait que cela correspondait à l'arrêt de sa carrière. «  Je n'ai pas arrêté le tennis parce que je me sentais vieux, Grace. J'ai arrêté parce que mes médecins me l'ont demandé. »Rien que cela suffirait à la mettre sur la piste. Parce que dire qu'il était malade, prononcer ce simple mot était encore tabou pour lui.

__________________________


                       One life
Tu vois, c'est marrant, on se donne toutes les bonnes raisons de s'interdire d'aimer, par peur de souffrir, d'être abandonné un jour. Et pourtant, qu'est ce qu'on aime la vie alors qu'on sait qu'elle vous quittera un jour
En ligne
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1170
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : Amour d'amour, tu le sais, c'est ma faute, j’ai bien trop peur pour casser les choses. On va s’en tenir simplement à nos rôles, je sais qu’c’est triste mais je suis sous hypnose. (Noah)
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptySam 20 Nov 2021 - 19:57


Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens

Oh ma douce souffrance, pourquoi s'acharner? Tu recommences. Je ne suis qu'un être sans importance. Sans lui, je suis un peu paro, je déambule seule dans le métro. ı @Mateo Lima & @Gracelyn Scott
Tu es de celles à éviter de prévoir des plans sur la lune, à accepter la vie comme elle vient et à savourer des bons moments qu'elle t'offre. Véritable électron libre, rien ni personne le te contrôle. La meilleure chose qui soit est la liberté, cette même chose qui a failli te filer entre les doigts si ton père avait réussi à parvenir à ses fins, et donc à te faire prendre les rennes de son business. Tu n'es pas de celles à juger le fait que Mateo ait pu être en retard simplement car il a profité un peu, bien au contraire. Par contre, rien ne t'empêche de t'en amuser un peu, pas vrai ? Tu t'es mis en décalage horaire tout seul. C'est pas du retard, c'est que tu n'es pas sur le bon fuseau horaire. Mais rapidement, tu découvres la raison de son retard puisqu'une jeune femme ne tarde pas à vous rejoindre. Bien qu'elle ne tarde pas à s'en aller, tu en sais donc davantage sur les raisons de son retard. Voilà un nouveau sujet de taquinerie et autant dire que tu pourrais t'en amuser. Attends... Netflix propose des films pour adultes aussi réels que ça ? Et même pas tu partages le nom des films avec les copains ? Je suis déçue ! Son excuse de Netflix, autant dire que tu n'y crois pas. Son regard ne fait que confirmer l'absurdité de ce mensonge. Même une personne pure et innocente n'y aurait pas cru ! Quand il parle de naturisme, tu ne peux que rire. Mais il te connait bien, tu serais évidemment capable de le suivre dans cette folie. J'espère bien, que je sois prête au moins ! Lui dis-tu avant qu'il file s'habiller, revenant quelques minutes plus tard en étant vêtu, lui aussi. Pas de naturisme pour aujourd'hui ! Plus sérieusement, même si ce n'est pas du tout quelque chose qui te dérange,  ce n'est pas non plus au programme aujourd'hui puisque vous avez plutôt prévu de passer une journée détente. De plus, cette boîte de médicament ne cesse d'amener de nouvelles questions dans ton esprit donc tu n'as pas forcément la tête à ça. Exactement, nous sommes nos propres patronnes. Dis-tu en haussant les épaules, connaissant suffisamment ton meilleur ami pour savoir que ce n'est pas l'un de ces hommes misogyne à souhait. De ceux que tu détestes et à raison, d'ailleurs. Mateo est même tout l'inverse. Entre vous, il y a souvent de la taquinerie mais jamais avec des sous-entendus ou un fond méchant. C'est ainsi qu'est votre amitié, et ça te plait. Visiblement, lui aussi semble aller bien et c'est ce qu'il te dit. C'est le plus important à tes yeux. C'est le plus important pour moi, tu le sais. Mateo est celui qui en sait le plus sur toi, l'une des rares personnes à qui tu n'as pas eu peur de t'attacher. Il en connait bien plus à ton sujet que la majeure partie des gens de ton entourage. Il a su être là lorsque tu en avais besoin, tout comme tu es là pour lui d'ailleurs. De plus, il a toujours su être respectueux en n'évoquant pas ce sujet si tabou à tes yeux : tes parents. Tu es ouverte à discuter de beaucoup de choses, mais pas d'eux. L'inquiétude te rongeant, tu te dois d'ailleurs de lui poser cette question qui te brûle les lèvres au sujet de cette fameuse boîte. Son silence n'est pas quelque chose qui te rassure, bien au contraire. Je n'ai pas envie d'entendre des paroles rassurantes, mais la vérité... Même si ça semble être vraiment une mauvaise nouvelle, surtout dit ainsi. La vérité ne tombe pas à tomber puisqu'il t'avoue qu'effectivement, ces médicaments sont à lui. Forcément, tu n'es pas sereine, mais tu ne portes pas sur lui un regard de pitié pour la simple et bonne raison que tu essaies de te mettre à sa place, et tu aurais horreur de ça. Mais ça ne t'empêche pas d'être compatissante, bien évidemment. Prenant quelques instants pour accuser la nouvelle, il t'avoue également que cela fait neuf mois. Neuf mois... Répètes-tu, comme si ça pouvait te faire avaler la nouvelle plus facilement. Tu essaies surtout d'accuser la nouvelle tant bien que mal. C'est ton meilleur ami et l'idée soudaine de le perdre ne te laisse bien évidemment pas sereine pour un sou. Les médecins t'ont diagnostiqué quelle maladie pour te mettre sous traitement...? Lui demandes-tu en ayant besoin de savoir. Ensuite, tu souhaites à tout prix lui faire part de quelques mots réconfortants. Je comprends que tu aies pu vouloir garder ça pour toi, mais sache que si tu ne voulais pas vivre ça seul, j'aurais été là pour toi. Je serais là quoi qu'il arrive, je te le promets. Lui dis-tu avec un léger sourire, t'approchant ensuite de lui afin de le prendre dans tes bras avec délicatesse. Dépendant de qui tu as en face de toi, tu peux être assez démonstrative et tactile lorsqu'on entre dans la bulle des personnes qui te sont proches.

Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
Mateo Lima
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 2354
ICI DEPUIS : 24/05/2021
COMPTES : Le bel italien, Livio, la maman Romy et la tempête Tahlia
CRÉDITS : all souls (avatar) / Solosand (sign)

STATUT : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part.
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptySam 18 Déc 2021 - 17:48

« Voilà, c'est ça, je ne suis pas sur le bon fuseau horaire. Ah les décalages ! » dit-il, sourire taquin sur le bout des lèvres. Sourire taquin qui s'élargit davantage quand la véritable raison de son décalage déboula dans le salon, échevelée, déposant un baiser sur la joue du tennisman avant de disparaître au plus vite. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure que Mateo avait passé une soirée torride, mais il eut l'audace de parler de simple soirée Netflix. Il ne s'attendait pas à ce que Grace le croit – en même temps, il ne cherchait pas vraiment à cacher sa véritable soirée – mais la réponse de son amie le fit rire joyeusement. « Bah oui, tu ne savais pas ?! Ces films sont d'un réalisme fou. Et puis, ils durent longtemps, très longtemps. » en rajouta-t'il en faisant des caisses. Mais trêve de plaisanteries, il était surtout temps pour lui d'aller enfiler quelque chose de plus couvrant que cette pauvre serviette autour de sa taille. « Je note, je note. » conclut-il, malicieux, à propos de ce naturisme qu'il ne comptait pas infliger aujourd'hui à la brune. Quand il revint, cinq minutes plus tard, il chercha à savoir comment elle allait. Cela se voyait qu'elle allait bien et c'était tout ce qui comptait pour lui. Voir son entourage heureux était un véritable moteur pour lui. Et ça le faisait se sentir bien. Comme aujourd'hui, à cet instant, comme il le souffla à Gracelyn. C'était un demi-mensonge, dirons-nous. Mais il ne savait pas encore que la vérité risquait d'éclater d'ici quelques minutes. Il avait vu la boîte de médicaments – enfin, l'une des boîtes – qui traînait sur la table. Il avait essayé de la dissimuler, en gardant contenance, en la jouant nonchalamment, comme si c'était une simple boîte d'anti-inflammatoires ou autres merdouilles du genre. En tant que sportif, il en avait eu des blessures et il avait eu des médicaments. On ne s'en souciait pas vraiment. Mais maintenant qu'il était arrêté, qu'il avait pris sa retraite, cette boîte pouvait paraître suspicieuse. Surtout pour Grace qui le connaissait si bien et lisait en lui comme dans un livre ouvert. Alors quand elle l'interpella sur le sujet, quand elle lui demanda ce qu'était cette boîte, à qui elle appartenait, le regard de Mateo s'assombrit. Il pouvait très bien dire que c'était à Emilia mais elle sentirait directement le mensonge. Elle voulait la vérité. Le jeune homme souffla et abdiqua, disant que c'était bien à lui, que c'était un traitement qu'il avait débuté depuis neuf mois.Il n'arrivait pas à parler de maladie, comme si c'était tabou, mais Grace n'était pas dupe. Neuf mois de traitement sous-entendait clairement une maladie sous-jacente. Il resta silencieux quelques secondes quand elle lui demanda ce qu'il avait. Puis, il se lança : « Une cardiomyopathie. On m'a détecté une insuffisance cardiaque, suite à ça. » Ou plutôt, c'était l'insuffisance cardiaque qui avait dévoilé la cardiomyopathie. Mateo l'avait annoncé avec un calme détonnant, sans affolement, sans anxiété, sans peur. C'était même une part de soulagement qui se lisait sur son visage. Parce qu'il l'avait vécu seul, ce diagnostic. Pourtant, il aurait pu être accompagné. Il redressa la tête quand elle vint le prendre dans ses bras, lui soufflant qu'elle était là, qu'elle serait toujours là. Il lui rendit son étreinte, abaissant totalement ses barrières et se laissant enfin aller à ses émotions. « Je sais. Je sais que tu aurais été là. » murmura-t-il d'abord, ému. « Mais j'avais besoin d'encaisser, de tirer un trait sur une vie qui ne serait plus jamais la même. » Il s'était protégé des discours, des peurs, des anxiétés de son entourage en faisant cela. Quand il la relâcha, il se frotta les yeux humides, s'interdisant néanmoins de craquer. « Je ne veux pas que ça change quoique ce soit, Grace. Je ne veux pas que tu me voies comme une personne malade. Je veux rester ton Mateo un peu con, qui enchaîne les boulettes. » C'était tout ce qu'il voulait.

__________________________


                       One life
Tu vois, c'est marrant, on se donne toutes les bonnes raisons de s'interdire d'aimer, par peur de souffrir, d'être abandonné un jour. Et pourtant, qu'est ce qu'on aime la vie alors qu'on sait qu'elle vous quittera un jour
En ligne
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1170
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : Amour d'amour, tu le sais, c'est ma faute, j’ai bien trop peur pour casser les choses. On va s’en tenir simplement à nos rôles, je sais qu’c’est triste mais je suis sous hypnose. (Noah)
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo EmptyLun 20 Déc 2021 - 23:25


Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens

Oh ma douce souffrance, pourquoi s'acharner? Tu recommences. Je ne suis qu'un être sans importance. Sans lui, je suis un peu paro, je déambule seule dans le métro. ı @Mateo Lima & @Gracelyn Scott
Quelle poisse quand même, ton corps est à Bowen et ton esprit est branché sur l'horaire de Miami. Lâches-tu tout en riant, t'amusant donc sincèrement de cette situation. En soi, tu ne t'imagines clairement pas ton meilleur ami comme étant quelqu'un de pur et chaste. Voir cette femme dans son salon ne te surprend pas le moins du monde. Après tout, qui serais-tu pour juger ce qu'il peut faire de sa vie privée ? Toi aussi, ça t'arrive de ramener quelqu'un à ton domicile. Tu te dis donc simplement qu'il a bien fait d'en profiter. Quand il parle de Netflix, encore une fois, tu préfères t'amuser de cette situation en prenant ça sur le ton de l'humour. Ah, donc tu ne partages même pas le nom de ces bons fils avec ta meilleure amie ? Franchement, je suis déçue ! C'est honteux quand même... Dis-tu tout en rajoutant une couche à cette plaisanterie tout en prenant un air dramatique qui se veut, bien évidemment, totalement faux. Non, tu es même plutôt heureuse qu'il puisse passer du bon temps, littéralement. Il est célibataire et il n'y a pas de mal à s'amuser un peu, après tout ! Ensuite, le beau brun file afin de s'habiller de façon un peu plus convenable, te laissant donc seule quelques minutes. Ces instants seule ont été suffisant pour que ton regard ne soit accaparé par cette boîte de médicaments que tu ne connais pas le moins du monde. Et si une partie de toi désire rester optimiste et croire que tout vas bien, une autre part de toi a bien plus de mal à être rassurée par tout ça. Comme si tu t'imaginais le pire, et parfois à raison d'ailleurs. Alors qu'il revient, tu lui avoues sincèrement que tu vas bien, réussissant à cacher cette inquiétude avant que ta curiosité ne prenne le dessus et ose finalement lui poser cette question qui te brûlait les lèvres. La réponse, quant à elle, ne te laisses pas de marbre. Mateo, c'est ton meilleur ami, l'homme le plus important de ta vie et le seul que tu n'as finalement jamais fuis. Il est comme un frère, celui qui a toujours répondu présente pour toi et, bien évidemment, tu t'inquiète toujours pour lui. Même lorsqu'il s'agit de futilités. Mais ce que tu apprécies, c'est qu'il n'ait pas cherché à te mentir, ou a te "protéger" d'une quelconque façon. Bien que ça t'inquiètera toujours un peu, tu es prête à tout entendre et tu avais surtout besoin de savoir ce qui pouvait se tramer réellement.

Mais... Rassures-moi, ça va aller avec les médicaments ? Ils t'ont donné ça pour t'aider avec ton insuffisance cardiaque ? Tu ne risques pas d'en mourir d'ici peu, hein ? Bien évidemment, une insuffisance cardiaque, ce n'est pas rien et c'est sûrement ça qui t'inquiète le plus, finalement : l'idée de le perdre. C'est bien une chose que tu n'es pas du tout prête à vivre. Mais ce qui t'apaises un tant soi peu pour l'instant est de savoir qu'il est sous traitement et qu'il est suivi par des médecins qui prennent soin de lui puisque ces médicaments, ils ne les a pas eu n'importe où. Ce que tu espères surtout c'est qu'il va pouvoir continuer à vivre, même si ça implique de faire des sacrifices qui ont dû lui briser le coeur. D'ailleurs,  tu ne tardes pas à t'approcher de lui afin de pouvoir le serrer dans tes bras, un geste parmi tant d'autres qui lui font savoir que oui, tu seras toujours là pour lui. Je ne t'abandonnerais jamais de toute façon. Il s'agit d'une promesse mais aussi d'un constat. Bien évidemment que tu ne l'abandonneras jamais. Je comprends que tu aies eu besoin de temps pour l'encaisser. Mais maintenant, je suis là et tu ne dois pas hésiter à compter sur moi, promis ? Lui dis-tu avec un léger sourire. Forcément, apprendre une telle nouvelle t'atteins et t'effraies quelque peu mais tu t'interdis de craquer. Tu te dois de rester forte. Tu embrasses ensuite délicatement sa joue. Tu resteras toujours ce Matéo que j'aime tant, celui qui fais l'imbécile mais qui a un coeur en or, celui qui fais des boulettes mais qui a les meilleures intentions du monde. Celui que j'aime de tout mon coeur. Avec lui, poser des mots sur tes sentiments te semble si naturel, si évident. Quand il s'agit d'autres personnes, tu as souvent bien plus de mal à dire que tu aimes quelqu'un, qu'importe l'amour que tu peux porter à autrui. Mais s'il existe bien une exception, c'est lui. Ça l'a toujours été. Pourquoi lui parmi tant d'autres ? Il n'y a pas tant d'explications. Il est ton meilleur ami, celui qui a toujours su voir le meilleur en toi et le regard que tu poses sur lui ne sera jamais différent, il sera toujours cet homme que tu admires tant. Ensuite, tu lui adresses un sourire doux et rassurant. Bon, je te propose qu'on mange un peu et qu'on passe cette belle journée qu'on s'étais promis ? Histoire de continuer sur cette belle matinée que tu as pu avoir, veinard. Elle se doute bien que Mateo ne voudra pas en discuter pendant des heures, en long en large et en travers mais s'il le souhaite, il va de soi que tu seras là et que tu répondras présente comme tu l'as toujours fais.

Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo   Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo Empty

 
Sans toi ma vie n'est qu'un décor qui brille, vide de sens ı Mateo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: appartements-
Sauter vers: