∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en janvier —

En ce moment à Bowen, les températures sont chaudes chaudes chaudes ! Elles avoisinent entre les 29 et 34°C.


emilia manzoni & penny peach
sont nos membres du mois ♡

-44%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
159.99 € 286.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sunhi Hyo
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 27
ICI DEPUIS : 31/12/2021
CRÉDITS : Wanda

STATUT : Célibataire, ne voulant pas se passer la corde au cou. Il te reste encore de belles années devant toi avant de tomber amoureux même si au fond, tu aimerais bien découvrir ce sentiment dont tout le monde parle
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyMar 4 Jan 2022 - 15:35


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
- Non? Pourquoi ce non grossier? Tu l'as dis toi-même que tu ne le connaissais pas, t'es même pas certain de son prénom. Ça veut tout dire. - T'allais lui faire une crise que c'était souvent le cas lorsqu'on cachait son identité, lorsqu'on inventait un prénom et surtout un passé, mais tu as préféré fermer ta bouche. Tu ne veux pas embarquer dans cette histoire et soudainement, que Dae comprenne que tu ne viens pas d'Australie. Bon d'accord, il peut avoir de bons doutes sur tes origines mais jamais tu n'as parlé de ton passé avec lui et c'est mieux ainsi. De toute manière, tu ne sais même pas quel mensonge tu lui aurais fournis. Un mensonge sur ton adoption? Sur un de tes beau-père violent? Sur un abandon dans un centre commercial ou sur une agression venant de leur de tes supposé frère? Toi-même, avec le temps, tu as commencé à te poser de sérieuses questions sur ce qui était vrai, et ce qui ne l'était pas. T'es même pas certain d'avoir le bon prénom depuis des années alors tu préfères rouler des yeux, avant de lui faire un vague signe de la main, voulant lui faire comprendre que tu te fou de tout ça. Honnêtement, non.. T'aurais passé encore bien du temps à lui parler de cet homme ''chelou'' mais tu n'y peux rien. Tu dois maintenant te taire à son sujet. De toute manière, plus tu en parleras, plus il te pensera jaloux et plus tu le seras aussi.. Alors, tais toi!

- Et blablabla.. Petit cachottier. - Tu veux simplement lui mettre des informations en tête, assez pour que la prochaine fois, il puisse penser à toi et à tes paroles. Comme ça, il ne baptisera peut-être pas ta chambre à coucher. T'es même pas certain de ce qui est entrain de vous arriver, pourquoi tu mets tellement d'entrain sur cette histoire. Peut-être parce que ça t'as choqué de le voir dans ce genre de position et qu'il ne puisse avoir rien tenté avec toi. Ou peut-être est-ce le fait que tu te retiens depuis que t'as posé tes effets chez lui, que t'as jamais osé sauter le pas avec un type dans cet appartement et lui, qu'il ne se gêne pas pour emmener un inconnu entre ces murs. Et ce, directement sous ton nez. - Et puis quoi.. Il t'as dit que t'étais beau alors, tu l'as cru et tu l'as ramené? - T'es curieux de savoir comment ça c'est passé, comment Dae-Jung a pu se faire autant manipuler. Parce que généralement, c'est comme ça que ça fonctionne aussi avec toi. Tu te fais accoster pas des inconnus, tu te fais payer un verre et habituellement, tu paies tes comptes autre qu'avec de l'argent. De toute façon, t'as pas d'argent alors.. Seigneurs, est-ce toi le prostitué? Tu lui souris maladroitement, avant de poursuivre la discussion. - Passe moi les détails s'il te plaît, j'ai pas dîner et j'ai pas envie de renvoyer mes céréales. - Tu préfères ne pas te faire de scénario sur ce qui aurait pu se passer si tu serais arrivé quelques minutes plus tard. T'oses même pas imaginer ce qui aurait réellement pu se passer, sans te faire rougir. Même si t'es à l'aise de mettre un point sur ce que tu fais avec des hommes que tu ne connais pas, t'es pas à l'aise de parler de ça avec lui. Ça te gênes, surtout si c'est pour parler de lui et de ses conquêtes. - Pas de numéro.. Alors tu t'es fais larguer? - Comment est-ce possible vue qu'ils n'étaient pas ensemble? Selon toi, Dae te mens. Il s'est fait un copain, il l'a ramené ici, tu les as surpris et maintenant, il ne sait plus comment s'en sauver. - C'est pas grave si tu t'es fais mettre à la porte. Je vais te recueillir ici, tu habiteras avec moi. - Lui mentionnes-tu grand sourire, et surtout, généreux de ta personne.

- Je l'aurais préféré blanc, pour cacher certaines preuves. - Tu hausses les épaules, trouvant le tout plus ''acceptable''. Ou peut-être pas, vu que tu ne n'aurais pas pu identifier le coupable. Tu frissonnes un instant, avant de te mettre à grimacer. - Faudrait le prendre noir à la place, pour que je puisse être certain de où poser mes fesses. J'ai pas envie de savoir que je suis enceinte sans connaître l'identité du père. - Bon d'accord, ça ne fonctionne pas avec toi, mais c'était une manière de lui faire comprendre qu'il passait un nombre élevé de personne sur ce canapé. - Ce n'était qu'une question.. Comme si je pouvais te demander pourquoi t'as pas porté un t-shirt, au lieu de cette chemise. Depuis quand tu portes une chemise pour travailler? T'étais encore au travail lorsque tu as rencontré ce type? - Te voilà à encore poser trop de questions, voulant tout savoir et tout connaître avant ton temps. Et puis comme ça, tu peux passer par-dessus l'histoire du baiser. Parce que toi, t'embrasses pas les gens, t'embrasses pas les inconnus et encore moins ceux qui se retrouvent dans ton lit. T'as embrassé seulement une personne dans toute ta vie, t'étais pas encore majeure et t'as pas réellement apprécié ce qui est arrivé. Trop de bave, trop de vitesse et le simple fait d'y repenser te lèves un peu le cœur. - Non, je veux pas que tu.. Et elle a quoi, ma mâchoire? - Parce que oui, tu te sais attirant vue le nombre de personne qui t'aborde mais t'as jamais eu le droit à ce genre de discours. Habituellement, les gens font une fixation sur une partie un peu plus basse que ta mâchoire. - Non, je reste habillé et toi aussi. - Vient-il de te faire des avances directement dans cette cuisine? Tu en as bien l'impression. - Je ne ferai jamais ça avec un ami. - Parce que t'as peur de le perdre ensuite et puis, t'as pas envie qu'il te boude et qu'il te rejette après. T'as l'impression que ce n'est pas une maison au lapin que tu vas devoir trouver si ça arrive, mais bien une petite place pour toi. Et pas question de retourner chez les gens qui t'ont ''élevé'' pendant une partie de ton adolescence.

Tu prends place sur le comptoir pour le regarder s'activer sur le souper lorsque le prénom de la fille avec qui vous avez travaillé t'arrives en mémoire et tu le laisses s'échapper. - J'imagine rien, c'est elle qui m'a dit que tu l'avais.. Enfin que vous aviez, tout les deux, dans la réserve. - T'inventes rien, c'est bien elle qui t'as mentionné qui se passait un truc avec votre collègue de travail. Peut-être pour t'énerver, peut-être pour l'énerver mais quoi qu'il en soit, Dae n'a pas l'air de tout comprendre et au fond, ça te fais vraiment plaisir. - Elle m'a dit que t'étais pas vraiment réceptif non plus. - Ton doigt passe sous ton menton, essayant de te rappeler ce qu'elle t'avait bien dit. - Que t'étais un peu en mode: étoile de mer. - Tu hausses les épaules, ne voulant pas t'attirer plus d'ennuis. Ce n'est pas ta version, mais bien la version de cette pauvre fille. Et le pire, c'est que tu ne mens même pas, elle t'as vraiment dit ça. Enfin, pas juste à toi, mais bien mentionné le tout en salle de pause. - Mais non, j'essaie juste de trouver ce que t'as de plus que moi et visiblement, c'est pas de l'expérience quand on entend se plaindre Alicia. - Mais maintenant, t'es plus certain de rien. - Quoi que si tu avais de l'attirance pour son copain au lieu d'elle, je peux maintenant comprendre. - Vue ce que tu as vu tout à l'heure, tu comprends pourquoi rien n'a fonctionné avec la jeune femme aux cheveux roux. - Depuis que tu habites ici ou depuis que moi, j'habite ici? Et t'es ici depuis combien de temps? - Toi, tu es là depuis seulement quelques jours. Semaines.. Peut-être un peu plus, t'es plus certain de ce qui se passe non plus tout autour de toi. Tu sais seulement que Dae vient de te faire grimacer suite à la conversation sur le bout de comptoir que tu viens de prendre d'assaut. - Mais tu viens juste de me dire que t'as jamais.. Arffff.. - Soupires-tu mais sans toutefois te relever. T'es bien assis ici et puis, tu ne le diras jamais, mais tu as une vue incroyable devant toi. - Personne veut savoir la couleur préférée des gens, c'est une question qui ne mène à rien. Mais si tu veux on peut.. - Mais ta voix s'arrête lorsque tu le vois galérer avec son bouton de chemise. Ta bouche reste ouverte, la conversation en suspend et lentement, tu réalises que ta langue passe sur ta lèvre inférieure, comme si ton esprit mal placé devenait maitre de lui-même. - Toute façon, tu ne m'as même pas répondu. T'as même pas.. Tu veux lâcher ce pauvre bouton à la fin? - Tu lui claques la main, avant de le prendre d'assaut pour l'attacher à ta façon. Vue l'emplacement où tu te trouves, tu peux facilement arriver à avoir les boutons de sa chemise encore ouverte juste devant toi. - Tu veux que je te passe un questionnaire? Soit.. À part ma mâchoire, qu'est ce qui te plais chez moi? - Bon d'accord, tu ne lui a pas demandé son met favoris ou le nom de sa chanteuse préférée mais c'est tout de même un bon début pour apprendre à se connaître.

MADE BY @ICE AND FIRE.
Dae-Jung Ahn

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 24
ICI DEPUIS : 29/12/2021
CRÉDITS : moi-même

STATUT : Tomber de haut, tomber à genoux. Tu as trop souvent vécu d'amour qui t'a brisé, déchiré.Cette leçon tu ne l'as toujours pas apprise, romantique dans l'âme. Que d'histoires qui se sont terminées par le célibat dans lequel tu es.
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyJeu 6 Jan 2022 - 4:35


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
"Ce n'était pas un prostitué." Tu te demandes vraiment où essaie d'en venir Sunhi avec ce genre de questions. Est-ce qu'il tente vraiment de te brimer le moral? De te faire constater que seul un travailleur du sexe pourrait être attiré à venir à ta rencontre? Il veut t'insulter, te faire ouvrir les yeux ou bien il dit juste n'importe quoi? Plus la discussion avance et plus tu deviens confus. T'as surtout du mal à croire que personne ne l'ai encore étranglé vu la manière dont il parle aux gens. Est-ce que tu l'as si bien cerné que ça? Est-ce qu'il n'a réellement pas un mauvais fond? Non, bien sûr que non. C'est ton ami.

Pourquoi il veut autant d'informations sur ta rencontre reste un mystère, mais au moins, il le demande maintenant plus gentiment. Tu hausses donc les épaules pour lui répondre de manière nonchalante. Après tout, la curiosité, ça, tu peux comprendre au moins. "Non. Il a discuté avec moi toute la journée." Tu t'empêches de lui dire que lui ne passe pas sa vie devant la télévision à manger. Après tout, il ne te doit rien lui non plus. Si ce n'est tout l'argent que tu dépenses pour lui peut-être. Mais tu n'es pas matérialiste, alors tu laisses encore couler une nouvelle fois. Tu aurais pu le lui mettre sous le nez au moins dix fois ce soir, mais tu n'as pas du tout envie que le ton remonte. "Faut pas demander si tu veux aucune information." Tu le dis aussi de manière nonchalante. Après tout, tu sais bien que celle là, tu l'as bien cherché. Ton commentaire était un peu cru, même pour toi. Tu as beau ne pas être pudique en temps normal, on parle quand même de ton colocataire qui t'a presque attrapé les culottes baissées et toi qui parle des pantalons de ton précédent invité. "Je me suis pas fait larguer, j'étais pas avec lui." Non, tu n'étais pas en couple avec lui. Mais ça te fait quand même un petit pincement au coeur que le garçon en question ne t'ai, justement, pas laissé son numéro. Tu es entrain de te demander si finalement, ton ami n'a pas raison et que tu n'es pas vraiment un prostitué en devenir.

Voulant éviter un nouveau désaccord, tu ne commentes pas le fait qu'il t'invite à habiter chez lui, puisque c'est chez toi. Tu sais qu'il le sait. Tu ne sais juste pas si c'est une blague tordue ou si il se croit réellement et à vrai dire, la réponse te fait un peu peur. Tu fais également semblant de ne pas comprendre lorsqu'il parle encore du canapé. T'espère vraiment qu'il va finir de parler de ce fichu meuble à un moment donné. T'as juste envie d'aller le jeter par la fenêtre pour qu'il arrête. Le meuble, pas lui. Enfin, c'est pas encore sûr. Heureusement que tu n'as aucune fibre violente dans toute ta personne. "Oui, j'étais à ma pause. Et j'aime les chemises." Tu es quand même un peu insulté qu'il n'ai jamais remarqué que tu en portes tout le temps. Tu fais tout ton possible pour soigner ton apparence. Si ta mère t'a bien apprise une chose, c'est que bien paraître peut mener loin de la vie. Même si ça reste encore à prouver pour toi.

"Elle est belle ta mâchoire, voilà tout." Tu hausses encore les épaules, pour la troisième fois depuis peu de temps. Ce n'est pas une grosse affaire, tu voulais juste lui prouver que oui, il avait du charme en lui notant une aspect de son visage que tu avais tout de suite remarqué en le rencontrant. Oui, tu aimes bien les mâchoires, voilà. "Prends pas peur, c'était une manière de parler, je vais pas non plus te sauter dessus." T'espère juste qu'il ne va pas commencer à dire 'comme avec l'inconnu' ou quelque chose du genre. Tu commences à avoir le coeur sensible rien qu'à penser au nombre de fois qu'il a insinué que tu étais un traîné. Ton beau-père t'appelait princesse... c'était vraiment pas mieux. Machinalement, tu commences à ouvrir le sac de pâtes, tout en sortant un chaudron et la mijoteuse, plus par réflexe que par réel envie de cuisiner. Tout en commençant à sortir les ingrédients pour préparer le souper, tu l'écoutes parler de cette fille que tu n'as jamais trouvé intéressante. "Dans ses rêves." Tu ne peux t'empêcher de lâcher cette petite remarque en esquissant un sourire. Tu sais bien qu'elle a tenté de te draguer à plusieurs reprises, mais tu ne savais pas qu'elle était aussi blessée par tes refus. "Je ne sais même pas si elle a un copain. Et je fais jamais l'étoile de mer." Tu es une personne passionnée, dans tout ce que tu fais. Qu'il insinue le contraire insulte un peu ton égo sur le coup, mais tu ne le laisse pas paraître, finissant de mettre les ingrédients dans la mijoteuse, tout bonnement.

"Depuis que j'habite ici si ça peut te rassurer. Et ça fait environ un an." Tu rougis un peu, te rendant maintenant compte que tu viens de lui révéler depuis combien de temps tu n'as pas fait de choses défendues au moins de dix-huit ans. Comme ça, sans aucune retenue. T'as vraiment un problème de filtre toi. Puis la conversation continue, et le stress fait en sorte que tu te bats maintenant avec ta chemise à moitié boutonnée pour essayer de te rendre plus présentable alors qu'en fait, tu es entrain de faire tout le contraire sans même t'en rendre compte. Tu l'entends te dire qu'il ne s'intéresse pas aux conversations de couleurs préférées et tu ne peux pas l'en blâmer. Toute fois, en entendant sa phrase qui reste en suspend, tu relèves les yeux juste à temps pour le voir passer la langue sur sa lèvre et tu commences à te demander si finalement, il est vraiment si hétérosexuelle que tu ne le crois. Il finit par éclater, tapant ta main pour essayer de t'aider avec les boutons de ta chemise. Tu deviens rapidement rouge, ne sachant trop quoi dire, mais instinctivement, tu te rapproches un peu de peur qu'il ne tombe de son perchoir. Juste assez pour qu'il n'étire pas trop ses bras, mais pas assez pour sentir son souffle sur tes cheveux. À sa prochaine question, tu figes. Vu la situation actuelle, tu ne t'attendais pas vraiment à ce genre d'interrogation et tu es pris au dépourvue. Tu lèves timidement les yeux vers lui, de peur de dire une stupidité. Après tout, t'as juste envie de lui la manière dont il passe sa langue sur ses lèvres, comme plus tôt, mais tu t'abstiens. T'as aussi peur de lâcher un truc du genre comment il te déshabille comme en ce moment, mais tu tiens ta langue pour ce genre de commentaire aussi. "Alors il faut que j'énumère tout ce que je trouve de beau chez toi, mais toi t'as rien à dire sur moi. Tu me trouves laid?" Tu sais que non. Enfin tu espères. On t'a traité de bien des choses, mais tu sais que tu es bel homme, ça, c'est clair dans ton esprit. Tu n'as jamais entendu le contraire. "Tu as de très beaux yeux." Ça parait super cliché et c'est super malaisant. Tu espères juste qu'il va changer de question, car t'as l'impression que tu vas commencer à transpirer. Tu sent déjà ton coeur battre plus fort à cause de la situation. Maintenant, tu n'as qu'une seule envie, et c'est de retirer cette chemise puisque tu as l'impression que si non, elle va te coller à la peau. Tu continues à le fixer, la bouche semi ouverte, avant de te rendre compte que c'est un peu étrange et tu fermes la bouche, le rouge montant de plus belle à tes joues. Étrangement, tu continues quand même à fixer ses yeux.
MADE BY @ICE AND FIRE.
Sunhi Hyo
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 27
ICI DEPUIS : 31/12/2021
CRÉDITS : Wanda

STATUT : Célibataire, ne voulant pas se passer la corde au cou. Il te reste encore de belles années devant toi avant de tomber amoureux même si au fond, tu aimerais bien découvrir ce sentiment dont tout le monde parle
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyJeu 6 Jan 2022 - 5:32


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
- Et tu as des preuves sur ça? - On dirait que tu joues le rôle du père avec Dae-Jung et ça te donnes froid dans le dos. Seras-tu ainsi lorsque tu feras ta vie, lorsque tu auras des enfants? Enfin.. Un enfant. Soit ton petit ami. Tu ignores si vraiment, t'as envie de faire ta vie ainsi, de fonder une famille et de voir cette dernière devenir cendres. Parce que c'est toujours comme ça que ça arrive. Et tu ignores ce que tu pourras faire avec un enfant. Un adopté, bien entendu, pas un tout nouveau tout beau. Tu te fous un peu qu'il puisse te ressembler ou bien, qu'il puisse avoir le même menton que ton amoureux. La seule chose qui serait logique dans l'histoire, est d'aller chercher un enfant dans le besoin, comme tu en as eu besoin. De le sortir d'un enfer sans nom, qu'il puisse arrêter de se promener d'adresse en adresse et lui donner tout l'amour du monde. Mais non, t'auras pas d'enfants. Peut-être parce que toi-même tu en es encore un. Et puis, t'as pas l'intention d'avoir de petit ami, de fiancé, de mari ou peu importe. T'es pas fait pour ce genre de chose, t'as pas besoin d'avoir quelqu'un qui t'attends à tout les soirs. Et t'as pas besoin d'attendre quelqu'un non plus, même si c'est ce que tu fais la majorité du temps avec Dae. Sauf ce soir, visiblement. Parce que lui, aurait préféré que tu ne rentre pas. Il pourra bien dire tout ce qu'il veut, c'est exactement comme ça que tu perçois les choses. S'il aurait pu, t'es persuadé qu'il t'aurais pris les clés de l'appartement et t'aurais ordonné de passer une nuit au motel le plus proche. Trop gentil. - Parce que moi, j'ai pas de preuves. - Et lui non plus, t'es certain de ça. De toute manière, est-ce bien important? Toi-même, t'as longtemps couru les rues pour assouvir certains fantasmes. Chose que tu ne diras jamais à voix haute, surtout à lui.

- Tu lui a donc payé un café? - T'essaie de comprendre ce qui peut l'intéresser car à première vue, t'étais persuadé que les jupes et les talons hauts pouvaient le faire vibrer. Maintenant que tu comprends que t'étais perdu à des kilomètres à la ronde, t'es un peu moins sûr de toi. T'aurais aimé pouvoir lui parler plus franchement, lui dire que tu le comprends dans certaines démarches car même toi, tu as longtemps été tenté de suivre un inconnu dans les bars, chose que tu as trop souvent fait pour terminer la nuit sur la banquette arrière d'une voiture, mais tu n'oses pas. Tu ne veux pas qu'il puisse te prendre pour un pervers. Et même si tu ne caches pas ton attirance pour les hommes, t'as l'impression que tout le temps qu'il puisse penser le contraire, peut t'aider. Tu ne sais pas trop en quoi, mais c'est une impression. - Ou lui, il t'as payé un café? - Parce que ça aussi, c'est monnaie courante. On paie un verre au serveur ou au barman et soudainement, on finit avec les lèvres de ce dernier sur le bord de l'oreille. Enfin.. Pas dans ton cas, tu préfères que les barmans déposent leurs lèvres ailleurs que sur ton visage. - Je veux des détails mais pas tout les détails.. Juste ceux qui seront sur toutes les lèvres de tes collègues de travail demain. - Parce que oui, si cet inconnu a passé la journée avec lui au travail et qu'ensuite, ils se sont dirigés vers l'appartement, t'es certain que certaines personnes pourront en parler au travail. - Tu sais, tout ce que je ne pourrai pas savoir, vu que je n'y suis plus. - Dans ta tête, Dae ne sait pas la raison de ton renvoie sinon, tu imagines bien qu'il ne t'aurais pas pris sous son aile. T'as volé de l'argent, avec une promesse en l'air de le remettre d'ici les quinze prochaine décennie. T'as pas rentrer tous les produits, sortant quelques cafés aromatisés des tablettes, mais ne les ajoutant pas à la caisse. T'espérais ainsi te faire un peu d'argent pour partir d'ici, ayant besoin de renouer avec ton passé. Les billets d'avion sont chers. Les hôtels encore plus. Et les déplacements, tu n'oses même pas y penser. Et soudainement, la mocheté qui te servais de patron t'as brutalement montré la porte. T'espères vraiment que Dae-Jung ne puisse pas savoir la raison de ton renvoie, ceci pourrait causer plus de tort que de bien. - C'est pas grave si tu t'es fait larguer. Ça arrive à tout le monde. Dis-toi juste que tu trouveras quelqu'un de mieux la prochaine fois, quelqu'un qui te laisseras au moins son numéro ou bien, qui prendra le tiens. - Tu hausses les épaules, ne te voulant pas méchant. Simplement un peu rassurant sur le restant des hommes du coin.

- Tu étais à ta pause ou il t'as parlé toute la journée. Faudrait que tu te décides.. A moins que tu ne travaillais pas aujourd'hui et que t'as simplement passé la journée à additionner des pauses. - Tu te grattes le menton à nouveau, avant que ce dernier ne te parle de ta mâchoire. T'as jamais vraiment eu de commentaires ainsi. Oui, que t'avais de jolies fesses dans un pantalon bien serré mais peu importe. Vu de la manière que Dae te la sortie, tu vois bien qu'il chercher à se racheter et au fond, ça te fais un pincement au cœur. T'aurais peut-être aimé qu'il puisse flirter avec toi, ça t'aurais fait le plus grand bien, à vrai dire. - Comme avec.. - Et ta phrase s'arrête là. Cette dernière est trop facile à placer, tellement qu'elle ne te donne même pas envie. - Non, oublie. - Trop facile ne veut pas dire rigolo et encore moins lorsque vous parlez de cette horreur qui avait pris place au salon. - Alicia devait avoir de jolies rêves dans ce cas parce que ce n'est pas la première fois qu'elle parlait de toi. - T'as attrapé le paquet de pâtes pour t'en prendre une poignée, avant de commencer à les croquer une à une. C'est dure, c'est petit, c'est tout comme.. Bref elle aussi, trop facile à placer. - Je ne pense pas qu'elle puisse avoir un copain. Elle arrête pas de mentir alors, j'imagine que son histoire de dauphin dans son bain et de sa collection d'os de dinosaures ne doivent pas être vrai non plus. - Ton regard s'éternise sur les ingrédients placés dans la mijoteuse. T'aurais tout donné pour reprendre des pâtes, vraiment tout. - Et aucune idée pour l'étoile de mer. J'imagine que je serais arrivé dix minutes plus tard et je l'aurais su.. - Encore cette histoire que tu ne peux te retirer de la tête. Tu feras des cauchemars avec cette nuit, tu en es persuadé.

- Un an? Sérieusement? .. - Tu lèves les yeux au ciel, essayant de calculer. - T'avais pas une petite amie ou je sais pas quoi, y'a pas si longtemps? - T'essaies de te rappeler ce que tu as entendu entre les brides de conversations au travail même si au fond, t'es sûr de rien. - Un an.. Comment tu fais? Ça fait quoi.. Deux semaines pour ma part et je crois bien que je vais finir par manger un morceau de mur.. - Tu t'installes confortablement sur le comptoir, venant faire balancer tes jambes dans le vide. - Deux semaines ou peut-être une journée ou deux de moins.. Depuis que je suis ici en tout cas. Promis, j'ai ramené personne pour tester le mobilier. - Parce que c'était quelque chose que tu avais convenu, soit de ne pas emmener des gens ici, parce qu'au fond, ce n'est pas chez toi. Tu le sais trop bien, même si t'aimerais avoir ton nom sur le bail dès l'an prochain.

- J'ai jamais dis que t'étais laid, bien au contraire. - Tu soupires, continuant de défaire sa chemise et tu le remercie silencieusement de s'être approché de toi. Tu t'aurais mal vu être obligé de lui demander de faire quelques pas dans ta direction. Tu t'arrêtes dans ton travail lorsqu'il parle de tes yeux, avant de le fixer à ton tour. Passant de ses épaules à demi-découverte, jusqu'à sa bouche qui elle, est à demi ouverte. Ton regard se plante dans le sien, avant de tourner la tête, voyant bien que lui ne fera aucun effort pour le faire. - Allez monsieur le tombeur, rattache cette chemise avant que je ne décide de te la retirer brutalement. - Tu souris, avant de te passer une main dans tes cheveux. T'oses même plus le regarder suite à ses paroles et tu détestes les questions qui sont à double sens. Comme à doubles tranchants. - Faudrait que tu arrêtes avec tes compliments, je pourrais finir par y prendre goût. - Mais soudainement, tu te retournes à nouveau vers lui, un petit sourire aux lèvres. - Tu devrais peut-être.. Trouver une façon de recontacter le mec de tout à l'heure. On dit par chez moi que les gens sont attirés par un fil rouge invisible, qui unis les gens lorsqu'ils sont fait l'un pour l'autre. C'était peut-être lui, ton âme sœur et moi, j'ai tout gâché. - Tes yeux se fondent à nouveau dans les siens, ne sachant plus très bien comment les choses sont allées ainsi. Tu sais simplement que si personne ne part la viande, personne ne mangera ce soir.

MADE BY @ICE AND FIRE.
Dae-Jung Ahn

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 24
ICI DEPUIS : 29/12/2021
CRÉDITS : moi-même

STATUT : Tomber de haut, tomber à genoux. Tu as trop souvent vécu d'amour qui t'a brisé, déchiré.Cette leçon tu ne l'as toujours pas apprise, romantique dans l'âme. Que d'histoires qui se sont terminées par le célibat dans lequel tu es.
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2022 - 1:25


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
Non tu n'as aucune preuve pour défendre ton point de vue. Si tu étais persuadé d'avoir raison quelques secondes plus tôt, tu commences sérieusement à douter de toi. C'est ce qui est dangereux avec ta personne. Tu as beau être persuadé de quelque chose, si on t'obstine sur le sujet, tu finis par te questionner. Tu pourrais même te demander si tu t'appelles réellement Dae si on te contredisait avec assez de conviction. Tu n'es pas stupide, loin de là, mais tu manques juste beaucoup de confiance en toi lorsqu'on met ta parole en doute. Trop d'années à te faire dire quoi faire par ta mère probablement. Tu te détestes immédiatement pour cette pensée, puisque tu l'aimes de tout ton coeur. Quel fils terrible tu fais à penser ainsi d'elle. "Il n'a pas demandé d'argent." T'es un peu moins sûr de toi, mais tu espères juste que ton interlocuteur ne va pas trop remuer le couteau dans la plaie. Trop de gens profitent de ton incrédulité et tu as présentement l'impression que Sunhi fait partie de ces gens qui n'ont pas beaucoup de scrupules sur le sujet. "Il a payé son propre café. C'était un client." T'as vraiment l'air d'un gros obsédé qui flirte avec les clients dit comme ça. Tu devrais peut-être rectifier, mais tu le laisses te poses encore des questions avant de clarifier la situation convenablement. Tu soupires à sa bonne intention. Même s'il parle encore de se faire larguer, tu ne peux pas t'empêcher de sourire légèrement à sa petite manière subtile d'être gentil en te parlant de meilleure personne pour toi. "Ouais..." Tu lâches le ouais sans trop de conviction. Même si tu carbures littéralement à l'amour et à l'amitié dans la vie, t'as l'impression que tous ceux qui partagent ton lit t'abandonnent. Il en est de même de la majeure partie de ta famille, outre ta demi-soeur. Bref, t'as eu ton lot de déceptions si tu comptes les fois où tes exs t'ont largué, trompé ou même giflé. Ça doit être quelque chose chez toi qui attire ce genre de comportement. Juste une fois, tu aimerais tomber sur un mec ou une fille bien.

"Si tu veux tout savoir, monsieur le détective, je remplaçais aujourd'hui, je n'ai fais qu'un trois heures derrière la caisse. C'était un client il est venu me retrouver pour parler à ma pause, puis m'a attendu après mon quart de travail pour discuter. C'est la raison pour laquelle j'ai passé la journée avec lui." T'as pas réellement à te justifier et tu le sais. Tu ne lui réponds pas pour cette raison, mais tu lui réponds quand même, parce que bon c'est plus poli. Et sa question est un peu inoffensive. Il semble s'être un peu calmé et te parle plus poliment, ce que tu apprécies. Il a donc ton entière coopération concernant des réponses plus claires. "Personne va en parler demain parce qu'il m'a parlé à part des autres. Alors tu rateras pas de ragots." Tu as envie d'ajouter que ta vie n'intéresse sûrement personne de toute façon, mais de la manière dont il s'intéresse lui-même à ta rencontre, tu es peut-être mieux de ne rien ajouter. Surtout quand il te parle de cette Alicia. Apparemment, elle est même un peu obsédée par toi. Tellement que tu écarquilles les yeux lorsqu'il parle du fait qu'elle lui a souvent parlé de toi. Tu laisses son commentaire concernant le fait qu'il aurait su si tu étais une étoile de mer couler, te concentrant plutôt sur la menteuse du travail. "Sans blagues? Même moi je suis pas assez crédule pour penser qu'elle a un dauphin dans son bain." Tu n'ajoutes rien car tu ne sais pas si lui, il la croyait.

"Oui, j'avais un copain. Il y a six mois." Tu n'as pas trop envie de t'étaler sur le sujet, mais tu sais très bien qu'il va continuer avec ses questions, alors tu préfères répondre tout de suite, murmurant presque les prochains mots. C'est un peu gênant à avouer et à vrai dire, tu as un peu peur de ce qu'il pourrait penser de toi. "Et pendant plusieurs mois il a préféré aller voir ailleurs on va dire ça comme ça." En gros, tu es tellement con que même s'il n'initiait aucun contact intime avec toi depuis longtemps, tu pensais que ça allait se régler alors qu'il te larguer pour un modèle encore plus jeune. "Comment je fais? Apparemment je gères pas si bien que ça. Tu as vu le résultat dans le salon." Parce que non, tu ne le gères vraiment pas bien. Ça te rend anxieux. Tu as l'impression que tu es dégouttant et pas du tout attirant par moments, même si tu sais au fond que c'est faux. Au fond, tu as juste besoin d'un peu d'attention et d'amour dans ta vie, tu le sais. Tu es un gros bébé. "Je sais que tu as respecté la règle. Et je suis désolé." Voilà, tu as flanché. Peut-être parce qu'il vient de t'avouer que lui fait des efforts pour respecter ce petit respect que vous deviez avoir l'un pour l'autre, mais tu te sens soudainement mal. "Et c'était qui cette personne? Tu avais pas de petite amie je me trompe?" Te voilà maintenant curieux. Deux semaines... est-ce qu'il est en couple et tu n'es pas au courant? Tu ne sais pourquoi, mais si c'était le cas, ça te briserait un peu le coeur. Tu te sent égoïste de penser ainsi, mais tu aurais l'impression de perdre un peu de son attention. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu n'as pas envie de partager ton colocataire indésirable. Tu commences à comprendre un peu sa crise de tout à l'heure.

Alors qu'il détache ta chemise, tu te surprends à le fixer pour une raison inconnue. Peut-être parce qu'il te demande ce que tu aimes chez lui. Alors que tu ne parles que de ses yeux, tu passes en revue tous les détails de son visage un à un, te disant que tu aurais un peu de mal à choisir. Il est beau, ça y a pas à dire. Un petit charme tantôt badboy, tantôt innocent. Il ne s'étale pas vraiment sur le fait qu'il ne te trouve pas laid, et tu fais une petite moue pour résultat. T'aimes les compliments, peut-être un peu trop. C'est peut-être une bonne chose qu'il n'embarque pas dans cette voie, sinon tu ne sais trop ce que tu ferais. Alors qu'il termine de déboutonner ta chemise, tu lui fais un clin d'oeil lorsqu'il te traite de tombeur. Tu t'affères à la tâche tout en l'écoutant parler, ne bougeant pas de ton emplacement actuel. "Pourquoi, parce que tu veux pas savoir que t'as aussi un beau sourire?" Tu ne sais pas trop à quoi tu joues en ce moment. Est-ce que tu flirte avec lui ou bien tu es juste gentil ou tu le taquines? T'aimes mieux pas trop savoir la réponse à la question, surtout que sa prochaine phrase te mine un peu le moral, sans aucune raison précise. "Non t'avais raison. Il faut que j'arrête de traîner avec ce genre de mecs. Ça mène jamais à rien de bon." Attendant presque des applaudissements suite à ton accomplissement, ayant finalement rattaché ta chemise convenablement, tu lèves les deux bras dans les airs et tu lui souris, comme un gamin. "Alors, si on est parti sur les questions personnelles... Pourquoi c'est à moi que tu as demandé pour une colocation? " Parce que tu es curieux, t'aimerais savoir pourquoi toi. T'aimes à penser que ce n'est pas parce qu'il avait envie de profiter de ta gentillesse, même s'il le fait un peu.

MADE BY @ICE AND FIRE.
Sunhi Hyo
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 27
ICI DEPUIS : 31/12/2021
CRÉDITS : Wanda

STATUT : Célibataire, ne voulant pas se passer la corde au cou. Il te reste encore de belles années devant toi avant de tomber amoureux même si au fond, tu aimerais bien découvrir ce sentiment dont tout le monde parle
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2022 - 2:46


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
- C'était.. Un.. Client.. - Dois-tu le redire moins calmement et effacer le large sourire qui commence à prendre place sur ton visage pour ne pas l'offusquer? Non, t'en es juste incapable. Ton sourire s'élargie encore plus, avant que tu commences à lui faire les yeux doux. - Je ne vais pas me frustré si tu ramènes des clients ici.. Quoi que peut-être un peu si tu touches à mes draps mais si c'est la seule façon que tu as trouvé pour payer le loyer, qui suis-je pour t'en empêcher? - Tu pourrais certainement l'aider et payer ta place ici aussi mais qui es-tu pour l'empêcher de faire tout ce qui lui plait? S'il veut donner de son corps pour payer la nourriture sur la table, elle n'en sera que meilleur. Point à la ligne. - Ça me fait rien, t'es majeur et vacciné, que veux-tu que je te dise si ça te plais? - Honnêtement, tu as un pincement au cœur de le voir agir ainsi et oui, ça te déplais. Et même beaucoup. Parce que tu aurais aimé quelque chose de plus simple pour lui, de plus mature aussi. Et de moins dangereux. - Promets moi seulement que tu te protèges et ça sera ok. - Que peux-tu lui dire de plus? Que t'es pas d'accord? Que tu iras en parler à sa mère? T'as même l'idée de lui dire qu'il pourrait attraper n'importe quoi en agissant ainsi mais ta bouche se referme par la suite, te disant que tu en as bien assez fait. Que ce n'est pas parce qu'il agit d'une manière que toi, tu ne ferais pas, que tu dois le poignarder dans le dos. Dae est quelqu'un de bien, tu le sais. Et soudainement, t'as envie de l'aider. - Si c'est une addiction, tu peux me le dire, je t'aiderai. - Tu ne sais pas encore comment, mais tu veux l'aider. T'as même changé de ton, devenant beaucoup plus moelleux envers lui.

- Pour ça que je me suis encore réveillé seul ce matin? - Tu commences à additionner les matins où tu arrives à la cuisine et que ton ami ne s'y trouve pas. Pas de chaussures à l'entrée, pas de manteau non plus et rien qui te dis qu'il est simplement parti chercher le journal au coin de la rue. Tu sais qu'il fait beaucoup d'heures depuis que tu es parti, que le patron n'a pas encore engagé quelqu'un pour te remplacer mais au fond, peut-être que c'est mieux ainsi. Comme ça, tu ne passes pas tout ton temps à te perdre dans ses yeux lorsqu'il te parle ou bien, à le détailler lorsqu'il est dans ta ligne de mire. C'est comme ça depuis que tu as déposé tes maigres valises dans cette chambre qu'il avait de trop. Et le savoir attirer par le même sexe que lui, te fais légèrement sourire. Tu ne tenteras rien avec lui et tu le sais très bien. Tu ne veux pas le perdre, comme tout ceux qui t'ont tourné le dos ensuite. - Il a passé la journée avec toi ou bien, il est resté dans un coin à t'attendre? - Tu fronces les sourcils, commençant à te demander s'il veut vraiment t'en parler ou bien, s'il esquive seulement toutes tes questions. Peut-être qu'au fond, il ne s'agit que d'un type qu'il a rencontré au bas de l'immeuble ou bien, du livreur de pizzas? Peut-être d'un nouveau voisin ou tout simplement, de son nouveau petit ami et qu'il est trop gêné pour t'en parler. Tout comme tu es gêné de faire de gros yeux lorsque l'histoire du dauphin d'Alicia est de retour dans la conversation. - C'est sûr que je n'ai pas cru à ça, c'est n'importe quoi. Elle ne peut pas avoir une famille de raton laveur dans sa chambre et un dauphin dans son bain. Je ne suis pas.. stupide! - Tu rigoles faiblement, espérant arriver à changer de sujet dans le rapide. Il pourrait te parler du père Noel et toi, tu ne ferais que boire toutes ses paroles. Tout ce qui touche l'imaginaire des tout petits te fascine grandement.

- Donc t'es cocu? - Voilà, net et précis. Pourquoi tourner autour du pot tandis que les faits sont tous devant toi? - Et toi, t'as pas décidé d'aller voir ailleurs, comme son père, juste pour te venger? - C'est peut-être ce qu'il a fait, t'en sais rien. Tu sais simplement que plus que Dae-Jung te parles de sa vie, plus tu aurais préféré le laisser faire avec l'inconnu. Ne serait-ce que pour lui changer les idées un peu. Tu as presque envie de lui demander s'il aimerait que tu rebrousses chemin et vérifies si ce dernier n'est pas resté en bas de l'immeuble, dans l'attente d'une possible fuite de la part de son homme. - T'avais l'air de bien gérer dans le salon. - Oui, il s'agit d'un compliment. Parce que maintenant, tu t'en veux. T'as l'impression que si Dae est sur les nerfs pour les prochains jours, ça sera ta faute. Parce que c'est exactement ça, en fait, tout est de ta faute. Tu lui fais un vague signe de la main lorsqu'il vérifie pour les règles, t'as rien à te vanter sur les faits. T'as simplement eu peur que Dae puisse vous surprendre et ne décide de te foutre à la porte. - Personne, j'ai jamais eu quelqu'un dans ma vie. - Parce que t'es insupportable et que tu ne crois pas en l'amour. Voilà.. Mais ça, tu le gardes pour toi. Tu préfères donc être las dans tes dernières paroles, ne voulant pas donner de nom à ce que tu fais avec de purs étrangers, toi aussi. Et ironiquement, même si tu en aurais grand besoin, tu sais que tu ne finirais pas pleinement rassasier. Parce que c'est ainsi depuis beaucoup trop longtemps. T'as l'impression de servir juste pour leur plaisir et au diable le tiens.

Tu fronces les sourcils à nouveau tandis que tu retires tes mains de sa chemise, te mordant légèrement la lèvre inférieure dans un même mouvement. - Est-ce que tu serais entrain de flirter avec moi? - C'est bien ce que tu penses en tout cas. T'as une jolie mâchoire, de beaux yeux et maintenant, c'est ton sourire qui lui plait. Tu sens tes jours rougir tandis qu'il rattache sa chemise et toi, tu fixes simplement un point derrière lui, sur le mur, pour ne pas te perdre à nouveau dans ses yeux. - Y'a pas vraiment de raison. - Et c'est bien vrai. T'as pas réellement d'ami qui aurait pu te prendre en charge et les seules personnes qui te connaisses assez, n'aurait jamais voulu de toi. Et tes parents? T'oses même pas aborder le sujet tellement ça te déplais. - T'es le seul qui me parlait vraiment au travail. - Parce que même la fille qui travaillait sur ton chiffre ne voulait pas de tes discussions. - Et t'avais l'air de quelqu'un de bien. - C'est maintenant à tes oreilles de changer de couleurs, tandis que tu regardes la mijoteuse faire son œuvre. - Si tu veux parler de questions personnelles.. Je suis partant. Pourquoi ton ex a pas voulu de toi? - Encore une question très directe et surtout, malaisante. - Parce que t'étais là, alors s'il voulait.. À moins que tu ne sois.. - Ton regard s'est replongé dans le sien, avant d'ouvrir la bouche, étant incapable de la refermer. - Je viens de gâcher ta première fois, c'est ça? -

MADE BY @ICE AND FIRE.
Dae-Jung Ahn

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 24
ICI DEPUIS : 29/12/2021
CRÉDITS : moi-même

STATUT : Tomber de haut, tomber à genoux. Tu as trop souvent vécu d'amour qui t'a brisé, déchiré.Cette leçon tu ne l'as toujours pas apprise, romantique dans l'âme. Que d'histoires qui se sont terminées par le célibat dans lequel tu es.
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2022 - 4:40


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
Tu as envie de lui arracher son sourire. Il commence encore à déformer tes propos, en parlant de clients. Comment est-ce qu'il peut encore revenir sur ce sujet et être certain que tu es un travailleur du sexe? Est-ce que tu donnes vraiment cette illusion aux gens? Tu prends quelques secondes pour te jauger de la tête aux pieds subtilement. Un pantalon noir un peu ample, une chemise blanche et jaune et un bracelet en argent. Vraiment rien qui crie 'payez-moi pour une nuit, je suis un escorte'. Tu te rassures un peu toi même et tu tentes de ne pas être trop offensé par les insinuations de ton interlocuteur. Après tout, il ne semble pas vouloir mal faire. Il semble même un peu piteux, comme s'il tentait de ne pas te juger mais a tout de même des appréhensions sur tes fréquentations. Trouvant la scène un peu trop comique, finalement, tu pouffes de rire allant jusqu'à essayer une larmes qui coule tranquillement sur ta joue. Il va finir par te tuer à force de te faire vivre toutes ces émotions contradictoires ce soir. "Oh lala... un client de café, pas un client comme ça. Je te jure toi! Si c'était ça mon métier, j'espère qu'on aurait beaucoup plus d'argent qu'en ce moment!" Parce que faut le dire, là tu roules pas sur l'or. Tu as coupé la plupart de tes activités de fin de journée et tu te contes chanceux que le café soit gratuit pour toi à ton travail. Il s'agit peut-être d'un seul café par jour, mais ça te suffit amplement. Tu es assez hyperactif que tu n'en as pas besoin de plus. "Mais c'est adorable, je vais me souvenir que tu as voulu m'aider." Parce que tu es sûr que la plupart de tes amis ou des membres de ta famille t'auraient juste regardés avec dégoût si ça avait vraiment été ton réel métier.

Tu esquisses un nouveau sourire lorsqu'il raconte qu'il s'est encore réveillé seul ce matin. Décidément, il est vraiment insécure. Tu as l'impression qu'il agit comme un amant jaloux. Et tu ne peux pas dire que l'attention te déplaît nécessairement. Il a peut-être juste remarqué que tu étais parti parce que tu ne lui as pas fait à déjeuner, mais peu importe. Il a au moins remarqué. Tu finis par acquiescer de la tête pour lui répondre, trop paresseux pour lui répondre oui. Il continue son interrogation et tu soupires malgré toi, parce que tu as l'impression qu'il ne finira jamais de ne pas comprendre ce que tu tentes de lui dire. Soit il fait exprès, soit il veut vraiment discuter de cet homme, mais tu ne sais plus trop comment lui faire comprendre sans qu'une centième question ne vienne bourdonner à tes oreilles. "Il est arrivé pendant ma pause. Il a discuté avec moi. Puis il est revenu à la fin de mon quart de travail et on a discuter en faisant un tour de voiture. Ensuite on est venus ici voilà." Et c'est tout, que tu as envie de lui dire. Fin de l'histoire, basta. En fait tu n'as plus trop envie de parler de ce mec. Ça commence à te faire un pincement au coeur de te rendre compte qu'il ne voulait pas vraiment te connaître de la manière dont toi tu avais envie, même si tu as joué le jeu jusqu'à la fin.

Tu as envie de pouffer de rire à nouveau lorsqu'il commence à parler du raton laveur de son ancienne collègue de travail, mais tu t'abstiens. Tu vois bien qu'il croyait cette question et sur le coup tu as un peu de compassion pour son cerveau un peu lent sur la gâchette. Finalement, tu n'es peut-être pas si con que ça... Alors que tu te fais cette réflexion, il lâche un peu brutalement les mots crus que tu aurais préféré qu'il retienne. Il te dit directement que tu étais cocu. Comme si tu ne le savais pas déjà. Tu passes une bonne minute à le regarder pas très gentiment avant de baisser les épaules et poser tes yeux ailleurs. "J'ai connu pire. Et je suis pas comme ça. Il faut que j'apprécie la personne. C'est pour ça que aujourd'hui ne me ressemblait pas." Normalement, même si tu tombes vite en amour, tu attends de connaître un peu la personne avant de fricoter avec elle. Et puis ton ex n'est pas aussi horrible que celui que tu as eu avant lui. Ça, c'est sûr.

Incrédule, tu reposes les yeux sur lui lorsqu'il dit qu'il n'a jamais eu personne dans sa vie, croisant les bras devant toi par le fait même. "Pourquoi ça?" Ça ne se veut pas déplacé. C'est juste que tu le trouve adorable et que tu as peine à croire qu'il n'a jamais eut personne dans sa vie. Il te demande alors si tu flirte avec lui et tu restes sans mots un instant. Tu en profite pour finir d'attacher ta chemise, ce qui te donne le temps de trouver une réponse qui, à ton sens, est acceptable. "Pourquoi je te mets mal à l'aise?" Répondre à une question par une question, c'est une tactique tout à fait acceptable. Il t'avoue alors que tu étais son seul ami au travail. En fait tu as l'impression que c'est ce qu'il tente de dire. Ou qu'il n'a pas d'autre ami, ce qui ne t'étonnerait pas. Il n'a jamais parlé d'aller quelque part avec ses autres amis. Surement qu'il en a, mais pas des assez proches pour leur demander une aussi grande faveur. "Et bien je suis content de t'avoir comme colocataire." Tu sais que tu vas le regretter. Il ne va jamais décoller, mais ça semble la chose à dire. Il te pose ensuite une drôle de question un peu malaisante et tu as un peu de mal à savoir comment répondre. "Non, c'était pas... " Tu passes une main lasse dans ton visage avant de continuer. "Y a pas quelques minutes tu disais que j'étais un travailleur du sexe et maintenant que je suis puceau... tu te contredis là. Il m'a laissé pour un mec à peine majeur en fait. J'imagine qu'il avait du mal à rester avec quelqu'un de son âge. Je ne sais pas trop en fait, je t'avoue que je ne lui ai pas demandé quand je l'ai appris." Il a vraiment une drôle de manière de vouloir te connaître en tout cas.

MADE BY @ICE AND FIRE.
Sunhi Hyo
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 27
ICI DEPUIS : 31/12/2021
CRÉDITS : Wanda

STATUT : Célibataire, ne voulant pas se passer la corde au cou. Il te reste encore de belles années devant toi avant de tomber amoureux même si au fond, tu aimerais bien découvrir ce sentiment dont tout le monde parle
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 EmptyVen 7 Jan 2022 - 5:28


Can we dare to say that we really know someone
Who we are is what comes out when shit goes bad. You can't tell anything about a person when things are great. If you want to really know someone, be there when everything goes to hell.
Qu'on aurait plus d'argent? Ce ON, mis comme ça, dans cette phrase, elle te donne un peu d'espoir. T'aurais cru qu'il aurait mentionné sa richesse à lui vu que la tienne se résume à ce que tu portes sur le dos. Parce que même pour la cage du lapin que tu voulais, tu aurais dû lui demander de te l'acheter. Et ensuite, cacher le lapin dans de telles circonstances n'auraient pas été aussi simple. - Sûr que je veux t'aider.. Qui ne t'aiderais pas, dans de telles folies? - Tu veux des noms, tu veux pouvoir cracher sur leur corps lorsque tu les auras piétiner. Parce qu'on ne fait pas ça à quelqu'un, surtout si cette personne veut s'en sortir. - Mais tu sais, je ne te juge pas. C'est un métier comme un autre et pas question de te pointer du doigt. - Oui, tu continues sur ta lancée car tu veux être certain qu'il puisse venir t'en parler, si le besoin s'en fait ressentir. T'aurais aimé avoir un ami comme ça, toi aussi, lors du commencement de ton adolescence. Beaucoup de choses auraient changé, beaucoup de choses ne se seraient pas décidées sur un coup de tête. T'aurais peut-être pris un peu plus ton temps pour certain truc et surtout, trouver la bonne personne. Parler ne t'as jamais fais puisque t'as jamais eu quelqu'un à qui parler. Depuis que tu es en Australie, tu as l'impression que c'est pire. Pendant longtemps, tu as eu peur du jugement. De un, à cause de la barrière de la langue. Tu as dû passer un temps fou à apprendre chaque mot et devenir meilleur de jour en jour. Encore aujourd'hui, tu as ce petit accent qui s'entremêle trop souvent, prouvant, en plus de ton physique, que tu ne viens pas du coin. Malgré toutes ces années. - Donc si tu as besoin de parler.. - Tu lui ouvrirais bien tes bras pour un câlin mais à la place, tu te refermes comme une huître. Tu n'as jamais été trop attiré par les câlins de groupe et encore moins pour féliciter les gens. Alors.. Très peu pour toi. T'es pas celui qui va aimer ce coller aux autres, comme bien des gens que tu connais.

- La tienne ou la sienne? - Quelle importance dans l'histoire? On se fou de savoir à qui était la voiture mais pour toi, c'est important. Parce que t'as pas envie de mettre de côté cette histoire. Tu veux t'en souvenir toute ta vie, tu veux pouvoir garder dans ton esprit le visage de cet homme, même si tu n'es pas certain d'être capable de le reconnaître si jamais tu tombais face à face avec lui. Pourquoi? À cause de la jalousie, c'est tout. Peut-être parce que c'est toi qui aurait aimé te retrouver à la place de cet homme, assis sur ce canapé. Surtout depuis que t'as compris qu'il ne faisait pas l'étoile et qu'il prenait plaisir du moment. T'imagines qu'avec lui, les choses seraient bien différentes. - Et elle est où ta voiture? - Tu n'as même pas écouté ce qu'il t'as dit, au sujet du propriétaire de la voiture, tu veux simplement t'enlever certaines choses de la tête. Comme des images.. Des images qui te font rougir. Des images qui te plaisent tout de même, même si tu ne pourrais pas l'avouer. - Vous auriez pas pu.. Enfin, dans la voiture? - Parce que c'est souvent comme ça que tu conclus, toi. D'aussi loin que tu te souviennes, tu ne te souviens pas de t'être réveillé dans le lit d'un inconnu. T'as même pas passé véritablement de nuit avec quelqu'un. Une aventure et puis basta, tu sors.. Ou même que c'est lui qui te sors avant que tu ne termines de t'habiller. Mais tu ne t'en plains pas, t'es pas fais pour rester, pour parler, discuter du beau temps et espérer fonder quelque chose avec lui. De toute manière, c'est pas pour toi ce genre de truc, tu le sais depuis que tu es tout petit. - T'aurais aimé qu'il puisse te laisser son numéro, pas vrai? - Tu le vois sensible, tu images bien que ce gars là pouvait l'intéresser au minimum. Et ça te fais mal au cœur d'être entré aussi tôt. Ce fichu lapin aura ta peau.

- Tu dois apprécier la personne.. - Ta tête se penche sur le côté, essayant de réfléchir. - Ton copain lui, tu ne l'appréciais pas? - C'est devenu un grand bordel tout là-haut et tu regrettes presque de lui avoir donné ton accord pour manger un morceau avec lui. T'aurais dû aller te cacher dans ta chambre et passer le restant de la journée sur un jeu ou encore, la tête dans un livre. T'as commencé un roman, tu ne serais dire le titre ou même, de quoi ça peut parler vu que tu lis avec tes écouteurs et ta musique bien forte dans les oreilles. T'as toujours fais ça, même pour tes études. Peut-être la raison qui t'as poussé à ne pas les poursuivre.

- Parce que. - Voilà ta réponse à son pourquoi. Mais tu sais d'avance que ce n'est pas assez, qu'il a surement d'autres questions et ça te pousses à ouvrir la bouche à nouveau. - Toi, tu dois apprécier pour coucher, ce qui est pas mon cas. Moi, je dois aimer et c'est pas possible, c'est tout. J'ai jamais aimé une personne assez pour essayer de faire un bout de chemin avec elle. Y'a rien de mal à ça et ça me va parfaitement. - Et non, tu ne changeras pas. T'as pas l'intention de tomber amoureux de n'importe qui seulement pour dire que tu as eu quelqu'un dans ta vie. - Et puis l'amour, ça pue, ça ne sert à rien. Ça te rends jaloux et malade, si l'autre personne décide de parler à quelqu'un et le ramène chez lui. - Tu lèves les yeux en l'air, ne t'apercevant pas de tes paroles qui correspond parfaitement à votre situation. - Peut-être un peu. - À quoi bon lui mentir? C'est vrai qu'il te rend mal à l'aise depuis quelques bonnes minutes. Surtout avec ses paroles sur ton physique, comme s'il te découvrais pour la toute première fois. - Mais c'est pas déplaisant tout de même.. - Parce que c'est vrai. Toute personne aime se faire complimenter, surtout si c'est une manière aussi innocente. Dae est loin d'être un gros lourd dans un bar qui ne veut que te draguer. Et puis, il n'y a pas une once de drague, pas vrai? - Moi aussi, t'es assez sympa dans ton genre. - Même si t'as l'impression de fondre dès qu'il pose ses yeux sur toi. Mais tout ça, c'est de ta faute, c'est toi qui est entrain de te faire du cinéma. Et tu te rend compte une nouvelle fois que tu te mords trop fort la lèvre, pour ne pas dire une connerie. Ou peut-être même pour ne pas en faire. T'es rendu que tu lui mentionnes te plaire ici, ou presque. Que t'as pas d'autres amis, ou presque. Parce que tu en as un bon, un ami. Tu ne le connais pas depuis longtemps mais vous faîtes bien assez de coups ensemble pour apprendre à vous connaître.

- À peine majeur, tu es loin d'avoir quarante ans. - Dae-Jung paraît jeune, il a environ ton âge et toi, tu te trouves jeune. Tu sais que ça ne se dit pas de soi-même, mais t'es jeune. - Il ne saura jamais ce qu'il manque.. Mais moi, je suis heureux que tu ne sois plus avec lui. Parce que sinon, je ne serais pas ici avec toi et jamais on ne pourrait avoir ce genre de conversation, toi et moi. - Tu lui souris, avant de reposer tes yeux sur sa chemise. - Pourquoi ne vas-tu pas te changer? Cette chemise est affreuse.. - Ce sont les couleurs du restaurant, le genre de chemise que personne ne veut réellement porter, même pour faire une blague à quelqu'un. Et encore, t'as l'impression que Dae sent le parfum de l'inconnu et ce dernier te lèves un peu le coeur. - T'as un t-shirt bleu foncé qui te vas bien, tu devrais mettre ça ce soir. - Oui, t'as déjà remarqué quelle couleur lui allait le mieux. Et oui, t'es presque certain que ce t-shirt est propre et bien plié dans son tiroir, puisque ça fait un moment que tu ne l'as pas vu. - Et.. - Et comment lui dire? - Toi aussi, t'as de jolis yeux. - Voilà, c'est maintenant dit. Ton regard s'est relevé vers le sien. Tu sais que tu rougis mais tu t'en fou. Rendu où tu en es, tu t'en moque. Plus tu découvres des choses sur lui, plus tu en apprends et pour l'instant, ça ne te déplais pas.

MADE BY @ICE AND FIRE.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }   Can we dare to say that we really know someone { Sunhi } - Page 2 Empty

 
Can we dare to say that we really know someone { Sunhi }
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: appartements-
Sauter vers: