∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en janvier —

En ce moment à Bowen, les températures sont chaudes chaudes chaudes ! Elles avoisinent entre les 29 et 34°C.


emilia manzoni & penny peach
sont nos membres du mois ♡

Le Deal du moment :
Machine à emballer sous-vide à ...
Voir le deal
11.49 €
Le Deal du moment : -40%
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
Voir le deal
8.99 €

Partagez
 

 (+18) Life is always better at night ı River

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyJeu 6 Jan 2022 - 20:28


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Ce soir, tu n'as pas pour projet de te rendre au Chiki Boom comme tu peux en avoir l'habitude. Propriétaire des lieux, il n'est pas rare de t'y retrouver. A vrai dire, il s'agit même du premier lieu où il faut songer à te chercher si on a besoin de toi. Mais ce soir, ce n'est pas le cas. Non, tu es une femme qui aime changer ses habitudes, n'appréciant surtout pas d'entrer dans une certaine routine qui peut rapidement te sembler ennuyante à mourir. D'ailleurs, tu t'es rappelée qu'April t'avais proposé d'un jour passer au Adam & Yves en te disant que tu étais la bienvenue. Voilà donc ce que tu as prévu de faire. Un peu de nouveauté ne te fera pas de mal étant donné que tu n'y avais encore jamais mis les pieds auparavant. Pour t'y rendre, tu as enfilé une robe moulante noire, assez simple mais vintage. Ce qui tranche le côté sombre de ta tenue, c'est le rouge éclatant de ton rouge à lèvre, comme tu aimes tant le porter. C'est devenu une véritable habitude chez toi et tu n'es certainement pas prête à la changer. Lorsque tu es fin prête, tu quittes donc l'appartement dans lequel tu loges afin de te rendre à la boîte de nuit. Tu t'y rends seule, ayant d'ailleurs pour habitude de sortir seule. Pour toi, ce n'est pas quelque chose de triste mais c'est plutôt l'occasion de profiter de ta sortie différemment. D'observer le monte autour de toi. Etant assez sociable, il t'arrive même parfois de discuter avec des inconnus. Si ton père te répétait si souvent de ne pas aborder n'importe qui, autant dire que tu as quelque peu foutu ces principes au feu. Diablesse ? Peut-être.

Lorsque tu arrives à ta destination, tu entres sans grande difficultés, ton regard se posant tout autour de toi. C'est accueillant et tu apprécies particulièrement l'ambiance, les ondes qui se dégagent de cet endroit de façon générale. D'ailleurs, tu t'y sens plutôt bien jusqu'à présent et c'est un bon départ. Arborant, comme à ton habitude, un immense sourire, tu t'installes tranquillement. Un serveur ne tarde d'ailleurs pas à prendre ta commande et pour toi, ce sera un sex on the beach. Après tout, il faut savoir varier les plaisirs et tu ne te gênes pas pour le faire. Pour l'instant, les places autour de toi sont disponibles et personne n'a donc osé s'y installer jusqu'à présent. Le serveur dépose ta commande. Merci beaucoup. Réponds-tu avec gentillesse, sirotant une gorgée de ta boisson en toute tranquillité. Tu regarde tout autour de toi les gens qui semblent s'amuser, qui dansent et qui profitent de leur soirée. Toi ? Pour l'instant, tu es bien décidée à rester. assise, mais rien n'est encore décidé pour la suite de la soirée. Cependant, tu ne restes pas seule bien longtemps puisque quelqu'un ne tarde pas à s'y installer. Ton regard se pose sur lui, le regardant de haut en bas l'espace de quelques minutes.

Bonsoir ! Lui dis-tu tout en lui adressant ton plus beau sourire.

Pour l'instant, tu te contentes de rester polie et courtoise avec lui, ne sachant pas du tout s'il sera réceptif ou s'il est plutôt venu pour noyer une longue journée de travail dans le calme. Ou alors peut-être qu'il n'est pas bavard ? Difficile à dire puisque tu ne le connais pas du tout. Tu veilles donc à rester neutre avec lui, préférant donc aviser dépendant de comment il réagit face au fait que tu lui adresses la parole. Il semble beaucoup plus jeune que toi à vue d'oeil et il semble bien difficile d'imaginer que tu puisses te tromper mais après tout, il s'agit simplement d'une discussion que tu as lancée...
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.


Dernière édition par Gracelyn Scott le Sam 8 Jan 2022 - 18:50, édité 1 fois
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyJeu 6 Jan 2022 - 21:42



Life is always better at night

Enfin un break ! Ce soir, je ne bossais pas, j'avais donc décidé de sortir. Ça me rappellerait l'université et tous les bons moments que j'y avais passés. Sauf que ce soir, j'étais seul. Pas de potes dispo, mais il en fallait plus pour me décourager. Je n'allais pas passer la soirée tout seul à la maison juste parce qu'aucun de mes amis n'était disponible. Hors de question ! J'avais envie d'aller en boîte, histoire de faire quelques rencontres. Mais je n'avais pas envie de croiser mon père et de sentir son regard sur moi toute la soirée. Alors je décidai de me rendre à "Adam & Yves", comme ça j'étais sûr d'être tranquille. J'y avais déjà été un bon nombre de fois et j'aimais beaucoup l'ambiance branchée de cette boîte. J'y avais fait quelques belles rencontres, et je me disais qu'il y avait des chances pour que ce soir encore, j'y trouve mon intérêt.

Lorsque j'entrai, je me dirigeai tout de suite vers le bar pour commander. Mais je n'avais pas encore atteint le comptoir que mon attention se focalisa immédiatement sur une femme qui était assise là en train de siroter son verre. Elle était incroyable, j'en avais la bouche qui tombait. Elle était coiffée comme une pin-up des années soixante et portait une robe noire qui soulignait parfaitement ses courbes. Son teint de porcelaine et son rouge à lèvres écarlate me fascinaient. Il fallait que je lui parle. Je n'avais aucune idée de ce que j'allais lui dire, mais il fallait que je lui parle. Elle suscitait chez moi une sorte de curiosité viscérale que je ne pouvais réfréner. J'avais bien remarqué qu'elle était plus âgée que moi, mais ça m'était égal.

Histoire de ne pas me faire repérer tout de suite, je me raclai la gorge et essayai d'adopter une attitude décontractée et de ne pas trop afficher l'intérêt que je portais à cette belle inconnue. Je m'assis sur le tabouret juste à côté d'elle et commandai un bourbon. Je me disais que ça ferait classe, et que ça masquerait peut-être un peu mon jeune âge. Parce qu'elle, elle était classe ! Je me sentais pas vraiment à la hauteur d'ailleurs avec mon tee-shirt pourri et mon jean troué. Elle risquait de me prendre pour un sans-abri qui s'était perdu. Bon, j'étais clean quand même, propre sur moi, mais mes fringues bien que tendance pour mon âge, n'étaient pas vraiment assortis à l'apparence ultra lookée de la femme fatale assise à côté de moi.


- Je peux voir vos papiers, jeune homme ? me glissa le barman.

Bordel... Il était trop en train de m'afficher ce con ! Je fronçai les sourcils et lui montrai ma pièce d'identité. Il l'analysa, sceptique, et me fit un petit signe de tête en guise d'approbation avant de me servir. J'allais trop passer pour un gamin à cause de cet abruti !


Elle me salua en me détaillant du regard quelques secondes. Bon sang, elle m'avait remarqué ! Moi qui croyais devoir jouer les gros lourds pour qu'elle ne pose son regard sur moi... Je lui souris chaleureusement tandis qu'elle terminait son verre.

- Bonsoir. Je vous en offre un autre ? lui proposai-je sans la lâcher du regard.
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyJeu 6 Jan 2022 - 23:02


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Tu es une femme de la nuit, et tu aimes à quoi ressemble la vie une fois le soleil couché, lorsque les gens décident de sortir et de profiter de cette soirée pourtant encore bien jeune. Les rues restent animer, les gens décident de s'amuser, de danser, de boire un verre et certains profitent comme si demain n'allait peut-être pas exister. C'est quelque chose que tu aimes énormément observer, étant d'ailleurs une fine observatrice lorsqu'il s'agit d'autrui. Tu fais partie de celles qui travaille dans le monde nocturne et à vrai dire, tu aimes ça. Ce soir, ce n'est pas le travail qui t'occupe mais plutôt cette sortie que tu as décidé de faire pour changer un peu, n'appréciant pas du tout vivre des soirées qui se ressemblent toutes autant les unes que les autres. Pourquoi faire ? La vie est bien trop courte et toi, tu n'as pas envie de t'ennuyer alors que tu peux la croquer à pleine dent et en profiter comme il se doit, réalisant qu'être ici est une réelle chance pour toi. Pour l'occasion, tu as donc décider de rejoindre une boîte de nuit dans laquelle tu n'as jamais mis les pieds auparavant, mais il faut bien une première fois à tout, parait-il.

Installée avec ton verre à la main, ton regard analyse ce qu'il se passe autour de toi. Certaines personnes dansent, d'autres rigolent, quelques unes en profitent pour draguer un peu, il y en a pour tous les goûts. Toi ? Tu es plutôt posée, dans ton coin, à profiter de la soirée à ta façon. En réalité, tu n'as jamais de programme préconçus, soigneusement organisé à la minute près et tu as d'ailleurs horreur de ça. Au contraire, tu aimes lorsqu'il se passe des choses dont tu n'imaginais même pas la possibilité que ça puisse se produire. En même temps, n'est-ce pas ce qu'il y a de plus beaux ? Parfois, ça donne naissance à des situations quelques peu cocasse, ou à des rencontres qui resteront à tout jamais mémorable. Certaines de ces personnes deviennent même des amis avec le temps et ça fait la beauté de ce genre de moments. D'ailleurs, dans le genre assez inattendu, cet homme s'installe à côté de toi. Plus jeune, un style totalement différent du tien mais ce n'est pas vraiment ce que tu remarques en premier chez lui. Non, c'est plutôt son visage qui, selon toi, semble si doux et si délicat. Une belle gueule d'ange, comme le diraient certain de manière un peu trop brutale à ton goût, mais il faut admettre qu'il est mignon. Suffisamment pour que ce soit ça que tu remarques en premier chez lui. Un des employés lui demande ses papiers afin de prouver qu'il a l'âge pour boire, probablement. D'un côté, ça te rassure car visiblement, il a au moins l'âge requis, bien qu'il reste bien plus jeune que toi. Dès que le barman retourne s'occuper de préparer d'autres boissons, tu ne tardes pas à lancer la conversation avec lui.

Avec plaisir ! D'ailleurs, je m'appelle Gracelyn. Mais j'ai plutôt l'habitude qu'on m'appelle Grace. Et vous ?

Ton prénom n'étant pas un secret d'état ou quoi que ce soit, tu fais le premier pas en osant te présenter à lui. Après tout, il propose de t'offrir un verre, c'est donc la moindre des choses selon toi. D'ailleurs, au vu de cette proposition, tu en déduis que lui aussi est seul ce soir. Peut-être qu'il s'agit d'une déduction rapide mais pour l'instant, ça te semble plutôt logique, à vrai dire.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyJeu 6 Jan 2022 - 23:51



Life is always better at night

L'endroit était sympa, mais on était quand même loin des beuveries de ma fraternité à la fac. Maintenant que j'avais connu ce genre d'ambiance, les boîtes de nuit me paraissaient plutôt ennuyeuses. L'université c'était vraiment un monde à part. Même dans une chambre de 10 mètres carré, on arrivait à faire des teufs endiablées. Certes, ce n'était pas du goût de tout le monde, mais avec ma bande de potes, c'était carrément notre truc. Même si des fois fois ça partait un peu loin. Honnêtement, à chaque fois en fait. Ça finissait limite en orgie. Tout le monde était bourré, défoncé, et on s'aimait tous d'un amour vicelard jusqu'au bout de la nuit. Le lendemain, on ne se souvenait même plus de qui avait couché avec qui. Mais bon sang que j'aimais ces blackout qui ne me laissaient qu'une bribe de souvenirs psychédéliques. J'étais trop un hippie en fait. C'était comme ça que je voulais vivre, d'amour et d'eau fraîche d'alcool, et de plein d'autres trucs qui me mettaient bien la tête à l'envers. La fac c'était le rêve pour faire des nouvelles expériences. Je crois qu'il n'y avait pas une drogue que je n'avais pas vu passer sur le campus, ni un alcool que je n'avais pas goûté. C’était comme si on nous bridait toute notre vie, pour qu'on découvre finalement, une fois arrivé à la fac, qu'il y avait tout un monde à explorer. C'était magique ! Et ça me manquait.

Mais ce soir, j'étais en charmante compagnie et j'oubliais un peu ma nostalgie. Je ne pouvais m'empêcher de loucher sur le décolleté généreux de cette créature fantastique qui semblait tout droit sorti d'un film en noir et blanc. D'habitude, j'aimais pas ça les films en noir et blanc. Mais cette femme charmante me donnait envie d'en regarder quelques-uns.


- Avec plaisir ! D'ailleurs, je m'appelle Gracelyn. Mais j'ai plutôt l'habitude qu'on m'appelle Grace. Et vous ?


Elle était tellement distinguée, tellement élégante. C'était bien la première fois que je sentais ma confiance en moi m'échapper. Elle arrivait à m'intimider, bordel ! Jamais personne ne m'intimidait d'habitude. Elle allait trop me prendre pour un tocard, en plus je regardais toujours sa poitrine.

- Enchanté Grace, moi, c'est River, lui répondis-je avec un petit sourire en coin.

Bon, c'était bref, mais au moins c'était poli. Je n'avais pas encore dis de gros mots, ça s'annonçait plutôt bien. Avec ce genre de nana, je ne savais pas trop comment me comporter. Je ne voulais pas qu'elle me prenne pour un minable. Mais pour ça, il fallait peut-être que j'arrête de reluquer sa poitrine. Putain, à tous les coups, elle avait remarqué ! Mais peut-être que ça ne lui déplairait pas de se sentir désirée ? Mais pour le savoir, il fallait que je tente une approche. C'était probablement trop tôt, on venait à peine d'échanger deux mots, à savoir nos prénoms respectifs. Mais j'avais envie de prendre la température, j'avais du mal à contenir mon intérêt pour Grace. Elle était spéciale, et ça me chauffait grave.


- Vous avez une robe somptueuse, vous savez ?

C'était trop pourri comme compliment. J'avais envie de me taper la tête contre le bar. Mais je n'en montrai rien. Je lui souris à nouveau, lui adressant mon regard charmeur, comme ça, c'était clair comme de l'eau de roche. Je ne savais pas si ce serait une approche efficace, mais histoire d'annoncer clairement la couleur, je posai ma main sur son genou. Je tentais ma chance, quoi. Après tout, si on ne joue pas, on ne gagne pas, pas vrai ?
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyVen 7 Jan 2022 - 11:38


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Plus jeune, tu as déjà connu diverses expériences, comme beaucoup d'autres personnes d'ailleurs mais lorsque tu sortais pour boire et t'amuser, ce n'était pas à Bowen. Non. Tu as connu les sorties étudiantes à Paris, avec ton petit groupe d'amis de l'époque, alors que tu y étais pour tes études. C'est d'ailleurs à ce moment là de ta vie que tu t'es laissée aller à découvrir de nouvelles choses, à tenter de nouvelles expériences que tu n'imaginais pas forcément essayer un jour. Si tu regrettes ? Non, pas vraiment, bien que tu changerais probablement certains petits détails. Quoi qu'il en soit, ton charmant (pas du tout) paternel t'y avais envoyée pour que tu poursuives les meilleures études possibles, selon lui. En réalité, tu es persuadée que tu étais un peu trop dans ses pattes et que ça lui a posé problème, mais soit. Là-bas, tu as vécu tes plus belles soirées mais aussi les plus mémorables. Maintenant ? Tu t'es quelque peu assagie et heureusement d'ailleurs. Certainement plus adulte, plus mature mais aussi plus responsable, sans l'ombre d'un doute.

Ton apparence peut plaire à certaines personnes et en faire fuir d'autre mais visiblement, cette seconde option ne semble pas concerner l'homme installé à tes côtés et à qui tu as pu adresser la parole. Ça te rassure, loin de toi l'idée de le faire fuir aussi rapidement. D'un côté, tu as parfaitement conscience que tout le monde ne peut pas apprécier ton style assez retro/vintage, ou le fait que selon certaines personnes, tu sembles assez impressionnante. Parfois, tu aimes en jouer et tu l'admets. Alors qu'il se présente, tu peux désormais mettre un nom sur son visage. C'est avec ce style que tu te sens à l'aise, c'est ce qui te correspond le plus et c'est indissociable de cette femme que tu es aujourd'hui.

Enchantée, River.

Lui dis-tu avec beaucoup de douceur et de simplicité. Difficile de ne pas sentir ni remarquer que son regard s'est arrêté sur ta poitrine. Tu es d'ailleurs départagée entre l'idée de ne rien dire et celle de lui faire savoir tout en le titillant gentiment que ton regard se situe un peu plus haut. En soi, ça peut être flatter de voir que tu sembles avoir un certain effet sur lui et ce, malgré la différence d'âge qu'il peut y avoir entre vous. Pourtant, tu n'as pas encore dit grand chose puisque tu as simplement accepté son verre juste avant de te présenter et pour l'instant, c'est aussi simple que ça.

Je vous en remercie, bien que j'ai l'impression que c'est plutôt mon décolleté qui semble attirer votre attention.

Ajoutes-tu tout en riant, préférant t'amuser de la situation plutôt que de mal prendre les choses. Surtout que, même si son regard semble s'être particulièrement arrêté dessus, il n'a pas eu de propos ni de gestes déplacés à ton égard, et pour l'instant, il ne se comporte pas non plus comme un homme qui ne comprend pas le refus puisque tu te montres réceptive. Que ce soit son regard ou même cette main posée sur ton genou, ça semble suffisamment clair pour toi. Il n'a pas peur d'aller droit au but, visiblement. De plus, il a certainement remarqué la différence d'âge évidente entre vous, difficile de passer à côté. Ton regard se pose dans le sien alors que tes doigts viennent effleurer la peau de sa main toujours posée sur ton genou. Tu ne sais pas jusqu'où ça peut aller à vrai dire, c'est assez étrange comme sensation.

Je suppose que vous êtes parfaitement conscient de ce que vous faites... Relèves-tu. En tout cas, il semble parfaitement conscient de savoir sur quelle pente glissante il vient de se lancer.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyVen 7 Jan 2022 - 15:34



Life is always better at night

Grace... Je répétais son nom dans ma tête. Sa voix était douce, chaleureuse. Sa gestuelle aussi, son attitude.  Tout chez elle dégageait un charme sensuel à couper au couteau. Je n'avais jamais vu une femme comme elle et j'étais persuadé que je n'en verrai jamais d'autres. Elle était spéciale, unique, ça se voyait au premier coup d’œil.

- Je vous en remercie, bien que j'ai l'impression que c'est plutôt mon décolleté qui semble attirer votre attention.


Son rire lui-même était enchanteur ! Et dieu merci, elle n'avait pas mal pris mon regard déplacé. Au contraire, ça avait l'air de l'amuser, ce qui me fit sourire. Mais c'était quand même pas très classe de la mater comme ça !

- Heu... Pardon, dis-je en me raclant la gorge.

Je fus légèrement surpris de la découvrir aussi réceptive lorsqu’elle posa sa main sur la mienne, toujours sur son genou. Elle avait l'air tout aussi intéressée que moi, ce dont je doutais une minute plus tôt. C'est vrai quoi, elle était si classe, et plus âgée, elle aurait eu toutes les raisons de m'envoyer balader. Mais non, elle rentrait dans mon jeu.

- Je suppose que vous êtes parfaitement conscient de ce que vous faites...

Ces quelques mots me déstabilisèrent. Pendant un instant je me demandais si je savais justement dans quoi je m'embarquais. Je n'avais jamais été intime avec une femme de son âge et peut-être que ça ne changerait rien. Mais peut-être que si en fait ! Je détestais me sentir intimidé comme ça, alors que rien ne pouvait me faire défaillir d'ordinaire ! Légèrement décontenancé, n'ayant pas anticipé une réaction positive de sa part, je commandai deux autres verres. Un pour elle et un pour moi que je descendis d'une traite, pour me donner du courage.

- Heu, ben... Je crois oui.

Bordel, voilà que je bafouillais ! Mais quel tocard je faisais... Il ne fallait pas que je me laisse impressionner, je ne voulais pas qu'elle me file entre les doigts. Je me concentrai alors sur son regard de biche, qui me perturbait peut-être encore plus que son décolleté. Je lui souris en passant une main sur sa mâchoire, jusqu'à son cou. Ses lèvres m'appelaient de leur parure rutilante et j'avais beaucoup de mal à me retenir de l'embrasser à pleine bouche. Mais elle risquait de prendre ce geste prématuré pour une agression. Ou pas ? L'observant de haut en bas, je tentais de capter dans son regard une once de réticence. Je n'en trouvai aucune, ce qui me convainquait que je pouvais foncer. Et pourtant j'hésitais. Vas-y, débile profond, fonce, putain ! Oh et puis, qu'est-ce que je risquais de toute façon ? Qu'elle m'envoie chier ? Prenant mon courage à deux mains, je me penchai vers elle et posai mes lèvres sur les siennes, redoutant qu'elle ne me repousse.
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyVen 7 Jan 2022 - 18:47


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Ce jeune homme installé à tes côtés est l'exemple parfait expliquant pourquoi tu veilles à ne pas soigneusement tout prévoir à la minute. L'imprévu a du bon, il peut surprendre et n'est pas obligatoirement péjoratif. Parfois, le hasard apporte de très belles surprises et tu aimes te dire que c'est le cas avec lui ce soir. De plus, il a un certain charme que tu dois reconnaître. Tu ne tardes pas à le taquiner sur ce regard baladeur qu'il a pu poser sur sa poitrine, préférant ainsi t'amuser de la situation plutôt que de te lever, de lui coller une gifle avant de partir. Cela dit, tu aurais pu mais ce n'est pas vraiment une idée qui te traverse l'esprit.

Ce n'était pas un blâme, les excuses ne sont pas nécessaires.

Ta main rejoint la sienne, tu ne fais pas preuve d'une résistance quelconque jusqu'à présent. Pour l'instant, tu ne sais pas exactement si ça pourrait aller plus loin et tu ne te poses pas non plus véritablement la question, n'aimant pas te mettre de pression quelconque. En tout cas, tu es assez intéressée de voir ce qu'il pourrait advenir de cette soirée qui s'annonce certainement bien meilleure que tu ne l'imaginais rien que par sa présence. Si tu serais apte à aller plus loin ? A vrai dire, tu n'en sais rien. La différence d'âge reste à prendre en compte pour toi, même si certains diront que ça n'a pas d'importance. Tu crois comprendre que tes propos l'ont quelque peu déstabilisé. Il passe commande de deux boissons : l'une est pour lui, la seconde est pour toi. Si lui boit tout d'une traite, toi, tu préfères prendre ton temps en commençant par boire une gorgée.

Ce n'est donc pas une certitude ?

Demandes-tu en appuyant donc sur de potentiels doutes. Après tout, il t'as répondu "je crois" et ce n'est pas forcément le terme employé lorsque quelqu'un est sûr de lui, pas vrai ? Bon, peut-être analyses-tu un peu trop les gens, ce qui n'est pas improbable non plus. Ton regard bleu azur reste posé sur lui alors que tu gardes un léger sourire. S'il semble un peu hésitant, toi, tu as toujours eu l'habitude de ne rien laisser paraître et ce, même lorsque tu es en pleine hésitation. Si tu es certaine de ce que tu fais avec lui ? Pas une seule seconde, il reste assez jeune comparé à toi mais pour l'instant, tu t'en sors pas trop mal. C'est habituel chez toi. Le contact de sa main contre ta mâchoire, et plus exactement de sa peau contre la tienne, t'arrache un léger frisson. Tu te retrouves rapidement confrontée à quelque chose que tu n'avais pas vraiment vu venir puisque ses lèvres se posent sur les tiennes. Malgré tes doutes, tu ne le repousses pas, ta main venant se déposer délicatement contre sa joue pour prolonger ce baiser avant de rompre ce contact entre vous deux. Tu te mordilles la lèvre inférieure, réalisant tout juste ce qu'il vient de se passer.

Entreprenant, en plus. Ça peut être une bonne qualité.

Car une chose est sûre, c'est que tu n'aurais probablement pas osé franchir cette étape. Même si tu n'es pas certaine de savoir jusqu'où tu pourrais aller, tu n'as pas pris la fuite pour autant.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyVen 7 Jan 2022 - 19:47



Life is always better at night

En fait, elle était beaucoup plus cool qu'elle ne le laissait paraître. Moi qui m'étais excusé, craignant de l'avoir froissée, ben finalement, pas du tout. Grace dégageait quelque chose de si raffiné que je ne m'attendais pas à tant d'ouverture d'esprit de sa part. Comme quoi, il ne fallait pas juger un livre à sa couverture. En vrai, c'était sûrement une chaudière, sinon elle ne serait pas aussi détendue face à mon attitude entreprenante, qui aurait pu en choquer beaucoup d'autres. Je la voyais comme une femme de classe, avec une prestance indéniable, ce qu'elle était. Mais c'était probablement une erreur de s'en tenir à cette image qu'elle renvoyait. Et je n'avais pas eu besoin de beaucoup gratter pour m'en apercevoir. Au final, c'était cette assurance entière dont elle faisait preuve, qui me déstabilisait. Et je n'étais pas très doué pour le cacher visiblement...

- Ce n'est donc pas une certitude ?

Mince, j'avais manqué de confiance sur ce coup-là. Je ne voulais pas qu'elle sente mon hésitation. Surtout que, le fait que je la désirais, ça, c'était une certitude. Ce dont je n'étais pas certain, c'était si elle voulait de moi comme je voulais d'elle.

- Si si ! me hâtai-je de répondre.

J'allais finir par laisser passer ma chance si je n'étais pas plus convaincant. Mais je n'y pouvais rien, elle faisait vaciller mon self-control, d'habitude infaillible.

Elle ne m'avait pas repoussé, j'avais même senti sa main sur ma joue. Ça se passait plutôt bien. Et ce baiser resterait dans les anales, il avait été timide au début mais très intense également. Je reprenais confiance tout à coup. Mon charme opérait une fois de plus. La regarder se mordiller la lèvres me rendait tout chaud de partout !


- Entreprenant, en plus. Ça peut être une bonne qualité.

Comment ça "ça peut" ? Ça l'était ou ça l'était pas ? Elle me faisait douter à nouveau. Peut-être qu'elle jouait simplement avec moi. Elle se faisait peut-être seulement désirer. Je voulais en avoir le cœur net. Mais pour ça, il fallait que je tente une nouvelle approche. Je me levai et m'approchai d'elle. Je collai mon corps au sien, l'obligeant à se lever aussi, et passai une main dans son dos, l'autre sur sa nuque. Je l'embrassai à nouveau, sentant ses courbes se dessiner sous mes doigts, jusqu'à ce que ma main descendent sur sa chute de reins vertigineuses. Elle n'opposait pas de résistance, du moins pour le moment. Alors je décidai d'attaquer. Je mis fin à ce baiser langoureux pour plonger mon regard dans le sien.

- On va chez moi ou chez toi ?

C'était direct mais efficace. Ça laissait peu de place à un malentendu, soit elle était d'accord, soit elle ne l'était pas. Heureusement, mon père travaillait ce soir, j'avais donc la maison pour moi, si jamais elle souhaitait... "visiter".
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptySam 8 Jan 2022 - 0:06


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Bien que tu as adopté un style rétro il y a de nombreuses années de cela, tu n'as pas forcément la mentalité qui suit. Pour certains, le sexe est un sujet qui peut s'avérer être tabou et céder à la tentation est un pêché. Pour toi ? La mise à nu d'un point de vue physique s'avère être un peu moins complexe que de te mettre à nu émotionnellement parlant. Bon, tu n'es pas prête à sauter sur le premier qui vient pour autant. Déjà car tu n'es pas comme ça et aussi car l'idée ne t'attire pas particulièrement de façon générale. Bien que tu sais faire preuve d'une grande prestance et que ça peut en impressionner certain, tu restes une femme ouverte d'esprit pour qui la sexualité n'est pas un sujet particulièrement tabou. Alors que tu relèves l'impression de doute qu'il a pu donner l'impression de ressentir, il ne tarde pas à te répondre à la hâte.

Sûr et certain, c'est ton dernier mot ?

Là, tu le titille tout simplement. Vu la façon dont il a pu te répondre juste avant, tu comprends bien évidemment qu'il est certain de lui mais que, visiblement, tu as potentiellement semé quelques doutes chez lui. Lorsqu'il t'embrasse, tu ne le repousses pas. Au contraire, tu approfondis le baiser tout en glissant ta main contre sa joue, tout en délicatesse. Pour l'instant, tu ne sais pas encore exactement comment se terminera la soirée mais une chose est certaine, c'est que tu n'imaginais clairement pas une seule seconde que quelque chose de tel puisse se produire. Et pourtant, il s'agit bel et bien de la réalité.

Il sait se montrer entreprenant et ça te plait. Te concernant, c'est une belle qualité mais évidemment, il faut que l'autre personne soit consentante, surtout dans ce genre de contexte. D'ailleurs, c'est ton cas. River ne t'as en rien forcée et il n'a pas non plus ignoré de signaux que tu pouvais lui envoyer concernant un refus potentiel puisque tu es parfaitement en accord avec ce qu'il peut se passer entre vous. Peu après s'être levé, son corps se colle contre le tien, t'obligeant d'une certaine façon à te lever également. Corps contre corps, il entame un baiser bien plus intense, plus profond et qui ne laisse plus réellement de place aux doutes quant à la suite de la soirée, ce qui te plait probablement bien plus que tu ne l'imaginais. Tes mains se posent contre son torse, tu ne bouges plus d'un centimètre. Cette fois, c'est à son tour de rompre le baiser mais tu ne t'éloignes pas forcément de lui pour autant, ressentant une certaine tension entre vous deux. Les mots qu'ils prononcent ne fait que confirmer ce qu'au fond, tu avais pu comprendre avec ce second baiser.

Chez toi, je pense que c'est préférable. Je te suis ?

Voilà le désavantage de vivre en colocation : il est probable que tes colocataires soient là et tu ne désires pas leur imposer ça. En répondant, tu as donc scellé la suite de cette soirée, marquant indirectement ton accord pour ce qui se prévoit petit à petit. Car oui, ce n'est certainement pas pour te faire une visite amicale et ça, il le sait tout aussi bien que toi.

Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptySam 8 Jan 2022 - 12:31



Life is always better at night

Grace et ses yeux de biches... Ils me perturbaient autant qu'ils m'attiraient. Et quelque soit l'hésitation qu'elle avait pu percevoir chez moi, j'étais certain qu'elle était parfaitement consciente qu'il ne s'agissait pas de doutes quant au désir que je pouvais ressentir pour elle. Elle avait l'air futée et elle ne devait pas ignorer le pouvoir de son sex-appeal.

- Sûr et certain, c'est ton dernier mot ?

Cependant, elle jouait avec moi. Elle était moqueuse mais ça me fit sourire. Elle aurait pu me rembarrer, mais la situation avait l'air de l'amuser aussi. Elle avait une façon très subtile de remuer le couteau dans la plaie, et je crois que ça me plaisait en fait. Je ne me sentais ni rabaissé, ni tourné en dérision, elle savait rendre ces petites piques agréables. Et puis sa voix et son sourire étaient si doux, qu'elle aurait pu m'insulter et m'envoyer chier carrément que j'aurais quand même eu envie d'elle.

Je sentis ses mains se poser sur mon torse tandis que je l'étreignais fougueusement, signe qu'elle appréciait ce qu'il se passait entre nous. Maintenant j'étais sûr de moi. Elle répondait à mon désir par le sien de façon très explicite.


- Chez toi, je pense que c'est préférable. Je te suis ?

J'étais assez fier de moi sur ce coup-là. Quelques minutes plus tôt, je n'étais pas sûr de réussir à emballer une femme comme elle. Elle était tellement... singulière. J'étais certain de ne pas l'oublier, elle. Si quelques fois il m'arrivait d'effacer involontairement de ma mémoire certaines de mes conquêtes, ce ne serait pas le cas avec Grace. Elle avait déjà laissé une empreinte indélébile dans mon esprit, et j'étais déjà convaincu que le souvenir de cette soirée me tiendrait sans aucune doute compagnie lors de mes nuits solitaires. Suite à cette approbation, j'approchai mon visage du sien, humant ses cheveux.

- Je t'embarque, ce soir t'es à moi.

Lui adressant un regard lourd de sous-entendus, je passai un bras autour de sa taille et la conduisis dehors. Le seul petit problème, c'est que je n'avais pas de voiture... C'était pas très classe. Du coup, c'est en prenant le "train", équivalent du métro sans le côté sous-terrain, que nous allions nous rendre chez moi. Il fallait vraiment que je me trouve une caisse, putain. Avec des filles de mon âge, c'était pas trop gênant. Mais avec une femme comme Grace, j'aurais voulu lui en mettre plein la vue. Et c'était impossible en prenant les transports en commun. J'espérais que ça ne la rebuterait pas. Malheureusement mes moyens financiers actuels ne me permettaient pas de faire l'acquisition d'un véhicule. Il fallait que j'en parle à mon père, peut-être qu'il accepterait de m'en payer une. Mais rien n'était moins sûr, étant donné qu'en ce moment, nos rapports n'étaient pas au beau fixe... Soit, je m'inquièterai de ce détail plus tard.

Le trajet fut court, heureusement pour moi. Nous avions évité de nous bécoter dans le train, je ne voulais pas afficher une lady aux yeux de tous ces clampins qui trainaient dehors la nuit. Elle valait mieux que ça. C'est comme si de rien était que nous franchîmes la porte d'entrée, je ne tenais pas non plus à l'exposer aux regards voyeurs des voisins. Mais une fois que j'eus refermé la porte derrière moi, je me précipitai vers Grace et l'embrassai à nouveau, sans retenue cette fois. Nous étions seuls, nous pouvions nous laisser aller sans gêne. Je la caressai tandis qu'elle était tout contre moi et prolongeai notre baiser fougueux. La hâte et le désir m'envahissant, je la plaquai tendrement contre le mur, poursuivant notre étreinte. Nous avancions dans la maison sans se lâcher, passant du salon à la cuisine sans même que je ne m'en rende compte. Mon esprit ne répondait plus, ma libido avait pris le dessus. Tandis que j'avançai avec elle toujours contre moi, elle reculait, poussée par mon excitation, jusqu'à buter contre le plan de travail de la cuisine. Je passai mes mains sous ses fesses et la posai avec douceur sur celui-ci. Je l'embrassai à nouveau, dans le cou cette fois et laissai balader mes mains sur son corps, jusqu'à atteindre la fermeture éclair dans le dos de sa robe.
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptySam 8 Jan 2022 - 18:49


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Dans certains domaines, tu aimes prendre des risques et jouer avec le feu. Bien évidemment, tu as parfaitement conscience du risque que tu pourrais te faire terriblement mal mais n'est-ce pas aussi ce qui semble aussi attrayant dans le fait de prendre quelques risques ? Tu as toujours aimé ça, en réalité. Prendre des risques. Evidemment, tout dépend du domaine concerné mais lorsqu'il s'agit d'une nuit torride, tu te permets quelques prises de risque. S'il en est une ? Certainement, oui. Et ça rend les tensions présentes entre vous encore plus... excitantes. En soi, tu ne doutes pas réellement de ses propos, surtout qu'il est le premier de vous deux à avoir initié un contact physique. Entre les gestes, les paroles et les réactions naturelles de son corps, tu comprends bien qu'il n'y a pas de toute à avoir dans tous les cas. Si tu t'en amuses un peu ? Oui, mais pas dans le but de le blesser, de le rembarrer ou de te servir de lui d'une quelconque façon. Cela ne te ressemble pas le moins du monde, et tu ne désires pas lui donner de faux espoirs non plus. Personne ne mérite ça, c'est tout simplement horrible d'ailleurs. Non, c'est sans une once de méchanceté. Tu ne le rabaisses pas et ne le traite pas non plus comme un gamin. C'est plutôt une façon assez gentille de le taquiner et de t'amuser de cette situation quelque peu cocasse.

Ce contact, cette proximité et surtout la façon qu'il a de ne pas perdre de temps, ça te plait. Bien qu'il est jeune, il reste entreprenant et plein de fougue et il s'agit d'un très bon point pour lui. Rapidement, la question se pose à savoir : chez lui ou chez toi. Question à laquelle tu réponds rapidement. Même si tu as un certain âge, tu ne vis pas seule et il semble donc préférable d'aller quelque part où vous pourrez être tranquille. A vrai dire, tu as horreur d'être interrompue. Ainsi, la possibilité semble écartée et ce n'est pas une mauvaise chose. Probablement que tu ne l'oublieras pas, toi non plus. Ces quelques mots qu'il peut prononcer te provoquent le même effet qu'une décharge électrique. Beaucoup sous-estiment le poids des mots et l'effet qu'ils peuvent avoir. Ton regard se pose dans le sien, un sourire en quoi.

Oh mais j'espère bien. Ne me le fais pas regretter, ça promet d'être mémorable... Pour l'instant.

Là, tu le provoques assez ouvertement. S'il pourrait te le faire payer d'une quelconque façon ? Peut-être, mais dans ce cas là, tu espères que ça sera divin. C'est peut-être ce que tu attends, d'une certaine façon ? De toute façon, il est désormais temps pour toi de sortir de cet endroit tout en restant en charmante compagnie. Le chemin pour se rendre jusqu'à chez lui s'annonce... Inattendu, le mot est juste. En effet, pour s'y rendre, tu vas employer un moyen de transport que tu n'emploies pour ainsi dire presque jamais : le train. Ce n'est pas ça qui te rebute, ce n'est pas un red flag pour autant. Tu es tout simplement surprise mais dans le fond, peu importe comment vous allez vous y rendre, le principal est d'arriver à destination. Le reste, tu t'en fiche un peu. Dans les transports, tu agis comme si de rien était et il en fait de même.

Enfin arrivés à son domicile, le refrain n'est plus du tout le même. Passant de tout à rien, de la sagesse au fait de succomber aux désirs les plus fous, il prend possession de tes lèvres. Plus rien ne le retient et toi non plus. Ta main se glisse à l'arrière de sa tête pour approfondir ce baiser. Pris d'impatience, River te plaque contre le mur et tu l'attire bien évidemment contre toi, ressentant ce besoin d'avoir son corps tout contre le tien. Il t'emmène dans la cuisine mais, à vrai dire, tu ne l'avais même pas réalisé avant qu'il ne te pose sur le plan de travail. Tes mains se glissent sous son t-shirt que tu enlèves avec hâte afin qu'il puisse se retrouver torse-nu sous ton regard. Ses vêtements ? Tu t'en fichais, et surtout dans ce cas de figure. Tu jettes son haut sur le sol, chaque vêtement qu'il porte étant devenu un peu trop superflu à ton goût. Tes doigts parcourent sa peau afin d'en découvrir chaque parcelle de son corps, ensuite remplacés par tes lèvres qui déposent quelques baisers sur son torse, et ensuite dans son cou. Tu n'es pas prête de le lâcher pour ce soir, c'est une certitude.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptySam 8 Jan 2022 - 22:05



Life is always better at night

Nous avions investi les lieux comme si c'était tout à fait naturel de s'envoyer en l'air dans la cuisine. Mais quand on était créatif, on pouvait transformer n'importe quelle pièce de la maison en un véritable temple de la baise. Et puis faire ça dans un endroit totalement inapproprié était encore plus excitant. Et ce n'était pas la première fois que ça m'arrivait. A vrai dire, je crois que je n'avais pas souvent fait ça dans un lit. Adepte des balades crapuleuses en bonne compagnie, il n'était pas rare que ma partenaire du moment et moi-même, nous nous adonnions à des parties de jambes en l'air dans des cadres insolites. J'avais un don pour repérer les nénettes pas farouches qui aimaient bien s'amuser sans se prendre la tête.

Je sentais les mains de Grace glisser sous mon tee-shirt, ce qui provoqua un frisson le long de ma colonne vertébrale. Et rapidement, elle jeta mon tee-shirt par terre, couvrant mon torse de baisers et de caresses. Quand ses lèvres atteignirent mon cou, elle fit monter la chaleur en pression. Je fis glisser la fermeture de sa robe et découvris sa poitrine sans ménager le textile. Je ne savais pas si elle m'en voudrait pour ça, mais là tout de suite, je ne me posai même pas la question. Et puis, il me semblait percevoir, émanant de sa personne, un désir de sauvagerie aussi intense que celui qui m'habitait.

Je détachai les agrafes de son soutien-gorge, lui aussi plutôt vintage, en accord avec le reste de sa tenue. Ça faisait très porno old school. Moi qui ne m'intéressais pas à ce sous-genre que je croyais dépassé en matière de pornographie et réservé à de vieux croulants nostalgiques de leur jeunesse, j'étais persuadé que j'allais y prendre goût. Je savais déjà que les prochains mots clés que je taperai dans la barre de recherche de mon navigateur seraient "porno pin-up vintage". Et je le ferai en passant à Grace, assurément.

Je jetai son soutien-gorge derrière moi, sans me préoccuper de l'endroit où il atterrirait, avant de poser une main sur sa poitrine, appréciant la douceur de sa peau immaculée et délicate. Je pouvais sentir son cœur s'accélérer au même rythme que le mien, nos souffles se mettant eux aussi à l'unisson. On était synchro, comme si un chef d'orchestre donnait la mesure. On s'accordait totalement, dans une parfaite symbiose.

Je laissai mon autre main se balader le long de sa cuisse, jusqu'à remonter le bas de sa robe, l'embrassant à nouveau comme si c'était le dernier baiser d'un condamné à mort. J'y mettais toute mon énergie et toute mon ardeur, ne voulant pas perdre une seconde de ce moment que je gravais déjà dans ma mémoire. Je m'arrêtai un instant pour défaire le bouton de mon pantalon et le laisser glisser le long de mes jambes, sans lâcher ma douce créature du regard. Prenant d'assaut son cou avec mes lèvres une nouvelle fois, je fis glisser mon boxer à tâtons, ne voulant pas interrompre ma folle croisade. J'étais chargé à bloc et prêt à dégainer, mais je voulais laisser le temps à Grace de savourer le moment. Ma main quitta sa poitrine pour la faire descendre sur sa hanche, mon autre main suivant le mouvement dans un geste parfaitement accordé. Je fis glisser la petite culotte en dentelle qu'elle portait à merveille, mais qui me gênait plus qu'autre chose dans l'immédiat. Je la jetai elle aussi, ignorant encore une fois sa trajectoire finale. Je léchai mes doigts avant de les introduire en Grace, lentement laissant mon geste suivre le rythme de ses halètements. Je poursuivis jusqu'à ce que je sente que c'était le moment. Ses gémissements firent surgir mon côté bestial et je la sentais réceptive. Je partageai avec elle un autre baiser, particulièrement enflammé, mordillant sa lèvre inférieure, avant de reposer mes mains sur les hanches de ma lady, pour la rapprocher de moi vivement. Tous mes sens étaient en effervescence. Le contact de sa peau contre la mienne, de ses lèvres, de sa chaleur me donnaient l'impression d'être en dehors de la réalité, comme si plus rien ni personne n'existait autour de nous, comme si nous étions dans un monde rien qu'à nous, une sphère impénétrable, à huit-clos.

J'étais attentif à ses réactions et je me fiais à mon intuition pour percevoir ses attentes. Je la pénétrai, mêlant douceur et animalité, dans une frénésie contrôlée, le but n'étant pas de lui faire mal, mais juste de faire ça comme elle le voulait. Et je ne pensais pas me tromper. Je resserrai mon étreinte, laissant mes mains posséder vigoureusement ses hanches pendant que leur mouvement s'ajoutait au mien. Le silence nocturne brisé par les gémissements profonds de ma lady me propulsait au septième ciel, mais je prolongeais l'instant autant que possible, ne voulant pas jouir avant elle. Nos mouvements étaient turbulents et nos caresses endiablées. Malgré la véhémence qui m'animait et qui m'empêchait de ressentir autre chose que le plaisir que Grace me procurait, je sentis ses ongles s'enfoncer dans mes omoplates. Pourtant ça n'avait rien de douloureux, ça poussait même notre étreinte jusqu'à l'extase. Anticipant son dernier cri de passion, je me laissai aller au moment opportun, dans une collaboration parfaite. Collant mon front au sien tandis que la pression retombait, je savourai le souffle chaud de ma lady qui venait s'effacer sur mon visage. Je lui souris lorsque je plongeai à nouveau mon regard dans le sien, avant de l'embrasser tendrement pour clore cette épopée sulfureuse.
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyDim 9 Jan 2022 - 19:29


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Certaines personnes pensent que les relations sexuelles doivent obligatoirement se produire dans un lit, mais ce n'est pas réellement ton opinion, à toi. Au contraire, tu restes assez ouverte d'esprit de façon générale et il est possible de s'amuser, de tester de nouvelles choses et ce n'est pas quelque chose qui te déranges, au contraire. Pourquoi ne pas essayer quelques nouveautés de temps à autre, après tout ? Avide de nouveautés, tu es assez curieuse en temps normal mais chaque chose en son temps, tu as surtout envie de profiter de l'instant présent sans te prendre la tête avec quelconques futilités.

A la découverte de son corps, tu prends le temps pour apprendre à connaître chaque parcelle de sa peau. Pour se faire, tu lui as d'abord ôté son t-shirt, prenant le temps d'exposer son torse sous ton regard quelque peu curieux. Tout comme toi, il n'a visiblement pas particulièrement envie de perdre de temps et d'un côté, tu dois admettre que ça t'arranges un peu. Le désir t'habitant, bien que tu le contrôles aussi bien que possible, devient assez envahissant. La température monte assez vite, tu as l'impression d'étouffer de chaud. Tes lèvres s'approchent des siennes, mais tu ne cèdes pas à la tentation de l'embrasser. Du moins, pas immédiatement. Tu les frôles, encore et encore, sa respiration étant presque en osmose avec la tienne. Mais tu ne résistes pas bien longtemps, prenant enfin possession de ses lèvres.

Lorsqu'il ôte ton soutient-gorge, tu te sens libérée d'une certaine façon, chaque couche de vêtement étant devenu bien trop superflue. Mais chaque chose en son temps, rien de tel que de prendre le temps de découvrir l'autre. Bien que tu n'étais pas particulièrement préparée pour vivre une telle expérience ce soir, tu aimes porter des sous-vêtements qui restent sexy et ce, en toute circonstance. Car avant tout, tu désires te sentir à l'aise et te plaire. Mais ce soir, c'est à lui que ça semble plaire et ça te flatte. Qui l'aurait cru ? Certainement pas toi, c'est une certitude.

Tout comme son t-shirt, ton soutient-gorge rejoint rapidement le sol. Où ? Tu n'en sais rien et c'est le cadet de tes soucis, n'étant pas décidée à le laisser filer pour ce soi. Lorsque sa main se pose sur ta poitrine, tu ne peux clairement pas nier l'effet que ça te fait. Bien que jeune, il sait parfaitement ce qu'il fait avec toi et ça se ressent. Ton coeur s'accélère dans ta poitrine, anticipant déjà la suite avec une grande impatience.

Un nouveau baiser échangé, tout aussi intense que ceux que vous avez pu partager ensemble jusqu'à présent. Comme s'il s'agissait du dernier. Chaque seconde, chaque instant, tu en profites comme s'il n'y en aurait pas d'autres. Et pour cause, puisqu'il s'agit de l'histoire d'une nuit uniquement. Mais quelle nuit. Tu es certaine qu'elle sera mémorable, à conserver dans les annales. Son pantalon ôté, de moins en moins de remparts séparent vos corps de la nudité et heureusement car plus le temps passe et plus l'impatience te gagne. Tes main se faufilent entre vos deux corps sans vous séparer pour autant, l'aidant à se débarrasser de son boxer afin qu'il puisse se retrouver nu. Ta culotte ne tarde pas à suivre, se retrouvant au sol quelques mètres plus loin. Mise à nu face à lui, te retrouver dans la tenue la plus simple qui soit sous le regard d'un homme n'a jamais été un réel problème pour toi tant que ça s'arrête à une mise à nu physique. Lorsque ses doigts s'introduisent en toi, tu ne parviens pas à contenir le gémissement s'échappant de tes lèvres, étant parfaitement prête à l'accueillir en toi. Cette intrusion est une délicieuse torture, probablement bien faible comparé à ce qui t'attend par la suite. A cet instant, le reste n'existe plus. Ce n'est plus que lui, toi et ce désir grandissant entre vous deux. Ses mains sur ton corps ne te laissent pas indifférente, ayant toujours particulièrement apprécie ce genre de contacts. Quelques mots franchissent le pas de tes lèvres, venant verbaliser ce, qu'au fond, il sait déjà.

J'ai envie de toi.

Murmures-tu à son oreille, ne voulant pas ruiner ce moment. Comme si vous étiez dans votre bulle, rien que tous les deux. Lorsqu'il te pénètre enfin, tu ressens cette sensation de plénitude, de plaisir qu'il s'apprête à combler et il n'y a rien de plus exquis que ça. Tes jambes entourent sa taille, tes mains venant se poser contre ses fesses afin de pouvoir l'inciter à accélérer un peu le mouvement lorsque tu en ressens l'envie. Quand à tes lèvres, elles se perdent dans son cou, sur cette peau que tu t'amuses à maltraiter sans le blesser, étouffant d'abord quelques gémissements contre sa peau. Lorsque tes lèvres quittent sa peau, cette dernière n'est plus là pour camoufler le doux son s'échappant d'entre elles. Tes mains remontent le long de son dos jusqu'à ses omoplates, tes doigts et plus spécifiquement tes ongles parfaitement manucurés s'enfonçant dans sa peau sans même que tu ne le réalises. Tu ne tardes pas à atteindre l'orgasme, suivie de très près par River. Front contre front, souffle très proche l'un de l'autre, tu profites de ces quelques instants afin de récupéré de cet ébat assez intense. Afin de sceller ce qu'il vient de se passer, il t'embrasse une nouvelle fois. Tes mains se posent à l'arrière de sa tête, l'attirant un peu plus proche de toi afin d'en profiter davantage.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
River Morgan
Voir le profil de l'utilisateur
bowenien
MESSAGE : 252
ICI DEPUIS : 05/01/2022
CRÉDITS : myszkaminnie

STATUT : Célib'
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyLun 10 Jan 2022 - 0:30



Life is always better at night

J'avais trouvé ça assez différent de mes relations habituelles, avec des filles de mon âge. Grace savait ce qu'elle voulait, elle savait ce qu'elle faisait et ça me plaisait. C'était peut-être dû au fait qu'elle était plus âgée que moi, mais j'en doutais. Du moins, ce n'était pas la seule raison. C'était surtout elle, elle toute entière, ce qu'elle était, qui elle était, qui avait permis à ce moment de se terminer en extase. Je restai un moment à la contempler, ses yeux, sa bouche, tout chez elle affolait mes sens. Je passai mes mains dans son dos et restai là un moment, à la serrer tout contre moi, déposant un baiser sur son épaule encore nue. D'habitude, j'étais pas spécialement câlin après un rapport, mais ma lady me plaisait. Je ne voulais pas qu'elle parte tout de suite. J'ignorais cependant si elle voulait rester. Peut-être que maintenant qu'on s'était bien amusé, elle avait l'intention de rentrer chez elle. Et je n'avais pas l'intention de jouer les gros lourds en insistant pour qu'elle reste, mais j'espérais qu'elle aurait envie de passer un peu plus temps avec moi. Je n'étais pas certain que ce moment fut été aussi bon pour elle que pour moi, mais il me semblait percevoir dans son regard de la satisfaction. Ou alors elle faisait semblant pour ne pas me froisser. Mais je ne pouvais pas lui poser la question comme un pauvre tocard qui aurait besoin d'être rassuré sur sa virilité.

J'avais envie de la revoir. Peut-être qu'elle aussi ? Mais je ne voulais pas m'en assurer tout de suite, je ne voulais pas qu'elle pense que j'étais accro ou que j'avais envie d'une vraie relation. Elle me plaisait oui, et j'avais très envie qu'on se revoit, mais je n'étais pas du genre à me poser avec quelqu'un, ça ne me disait rien. Et si je lui proposais là tout de suite, elle allait s'imaginer que j'essayais de lui mettre le grappin dessus et j'étais presque certain de la faire fuir. Ça ne rebutait pas les filles de mon âge, au contraire, mais Grace était une femme. Et pas n'importe quelle femme. Et j'étais suffisamment lucide pour me douter qu'elle non plus ne voulait pas d'une relation sérieuse qui impliquait une si grande différence d'âge. C'était déjà surprenant qu'elle ait posé les yeux sur moi...


- Tu veux boire quelque chose ? lui demandai-je en me rhabillant.

Alors que j'attrapai deux verres dans un placard, je trouvai la petite culotte de Grace qui avait terminé sa chute sur le frigo. Je me retournai vers elle, amusé, et la lui renvoyai. Je ne savais pas où était passé son soutient-gorge, il faut dire qu'on y voyait pas grand chose vu qu'on avait pas allumé la lumière. Seuls les lampadaires de la rue, dont l'éclairage passait par les fenêtre, nous permettait d'avoir un minimum de visibilité. Je cherchais dans les placards quelque chose à boire et trouvai finalement la bouteille de rhum de mon père. Je ne savais pas si ça lui conviendrait, elle était peut-être du genre à ne siroter que du vin blanc, ou du champagne. Je lui montrai la bouteille sans rien dire, avec un petit signe de tête en guise de question, pour savoir si ça la tentait.
lumos maxima

__________________________

here's to never growing up
Call up all our friends, go hard this weekend
For no damn reason, I don't think we'll ever change
Meet you at the spot, half past ten o'clock
We don't ever stop, and we're never gonna change [by lizzou]
Gracelyn Scott

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Grace n'a jamais connu ses parents biologiques. En effet, elle a été abandonnée lors de sa naissance et a donc été accueillie par la famille Scott qui ne pouvaient pas avoir d'enfants. ‹ Dès son plus jeune âge, elle a rapidement compris quelle pression pesait sur elle puisque son père adoptif avait énormément d'espoirs et d'attentes pour elle. ‹ Lorsqu'elle a eu dix-huit ans, son père l'a incitée à faire des études en sciences politique à Paris. Elle était donc très loin de sa famille, ce qui n'était pas une mauvaise chose pour le petit business du paternel, du moins pour l'instant. ‹ Partir loin de tout lui a en quelque sorte ôté cette pression qu'elle pouvait ressentir en présence de ses parents. A Paris, elle a commencé à se découvrir réellement, et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle a fait un tas de premières fois. ‹ Même si ça n'a pas été simple, elle a adoré ses études. Elle a été jusqu'au bout de ses études, ayant d'ailleurs préparé un doctorat en huit ans. ‹ En quittant Paris, elle y a laissé sa vie, ses nouveaux amis, et même le premier homme qu'elle a réellement aimé. Seulement, elle se devait de rentrer auprès de sa famille. ‹ Peu de temps après son retour, son père a voulu l'initier dans son petit business. Ce dernier travaille dans une organisation criminelle très recherchée par les autorités. Il est entrée dans une colère folle lorsqu'elle a refusé. ‹ Rapidement, elle a compris que pour se préserver, il faudrait qu'elle s'en aille. Qu'elle refasse sa vie loin de New-York. Ainsi, elle pourrait certainement se libérer de cette emprise que sa famille tente d'avoir sur elle. Elle a pu se trouver un travail en tant qu'administratrice judiciaire et ce, grâce à ses études. ‹ Grâce à ce boulot, elle a réussi à mettre de l'argent de côté. Elle a surveillé ses moindres dépenses afin de pouvoir s'en aller le plus rapidement possible. ‹ A trente ans, elle a fait les démarches nécessaires afin de pouvoir quitter les Etats-Unis. Son pays de destination ? Bowen. ‹ Arrivée en ville, elle a réussi à retrouver un poste assez similaire à celui qu'elle faisait à New-York. Sur le moment, ça lui convenait très bien. ‹ Lorsqu'elle a décidé qu'il était temps de changé, elle a décidé de changer radicalement de domaine. Elle s'est inscrite à des cours de mixologie. ‹ Depuis cinq ans, elle est propriétaire d'un bar de la ville. Elle est tombée sur une belle opportunité car ce dernier était à vendre et elle a sauté sur l'occasion. ‹ Maintenant, elle veut surtout éviter d'être associée à son paternel. D'ailleurs, elle ne parle jamais de sa famille pour cette raison. ‹ Gracelyn n'a pas d'enfants, elle ne s'est jamais jugée prête à en avoir et devenir mère n'a jamais été un besoin ni une réelle envie pour elle. ‹ Elle n'a jamais été mariée non plus. C'est peut-être bête, mais elle se dit que si un jour elle se marie, c'est que ce sera vraiment le bon. ‹ D'un point de vue vestimentaire, elle a gardé un côté très retro qui lui plait énormément.
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 1229
ICI DEPUIS : 18/10/2021
COMPTES : Valentina (Lana Parrilla), Gabriella (Vitaa), & Amara (Bailee Madison)
CRÉDITS : Javajunkie (avatar, code signa & gifs)

STATUT : When I tell you I love you, I'm not saying it out of habits, I'm reminding you that you are my life (Noah)
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River EmptyLun 10 Jan 2022 - 23:37


Life is always better at night

C'était un triste soir comme il y en a par milliers. Quand cet homme est venu me voir pour parler, Et même s'il était tard, qu'on m'attendait pour dîner, je savais que c'était lui que j'attendais. ı @River Morgan & @Gracelyn Scott
Tu as toujours su ce que tu voulais, ou presque. Mais si ce n'est pas le cas, tu parviens totalement à fausser les doutes que tu peux avoir. Ne pas laisser paraître tes faiblesses, ne jamais montrer quoi que ce soit. C'est un art dans lequel tu excelles depuis le plus jeune âge. Même adolescente, tu n'étais pas particulièrement peu à l'aise avec le fait d'assumer tes désirs, d'assumer ce que tu pouvais vouloir. Au contraire, tu t'es toujours donné les moyens nécessaires. Sans ça, tu ne serais probablement pas la femme que tu es à l'heure actuelle. Ce que tu as pu faire ce soir avec River n'est pas très éthique sur bien des aspects et tu t'en rends compte seulement maintenant. Seulement, tu apprécies particulièrement sa compagnie. Tu dois tout de même admettre que ce moment intimé était assez intense, c'est indéniable. Bien que vous ayez terminé, il reste contre toi et tu ne le repousses pas, au contraire. Ta main caresses délicatement son dos, arborant un léger sourire, signe que tu es pleinement satisfaite. Réellement satisfaite, sans mensonge ni artifice. De toute façon, lorsque la satisfaction est rendez-vous, c'est bien l'une des choses que tu ne parviens pas à cacher.

C'était vraiment génial.

Lui avoues-tu donc. Non pas qu'il ait besoin d'être rassuré, mais tu aimes pouvoir le lui dire. Ce qui t'avantage avec ce genre d'aventure d'un soir, c'est qu'il n'y a pas d'engagements. Rien de sérieux, seulement de la liberté et un besoin mutuel d'assouvir ses désirs. C'est exactement ce qu'il s'est passé avec River et ça ne te déplait pas, bien qu'au fond, tu sais que tu n'aurais probablement pas dû. Sauf que tu veilles soigneusement à ne pas y penser maintenant. De toute façon, niveau choses sérieuses, ton coeur est déjà pris par un autre et la situation s'avère bien plus complexe que ça. Trop difficile à gérer, l'amour peut être prise de tête et si ça l'est déjà, tu ne veux pas que cela devienne encore plus compliqué pour toi. Alors qu'il s'éloigne de toi, tu en profites pour te redresser.

Avec plaisir, je t'en remercie.

Une fois levée, il est désormais temps pour toi de retrouver tes vêtements. Après avoir attrapé ta culotte qu'il a trouvé, tu en profites pour la remettre, cherchant par la suite le restant de tes vêtements pour pouvoir te rhabiller. Dans la pénombre, ayant seulement un peu de lumière grâce à l'éclairage passant par les fenêtres, ce n'est pas forcément chose aisée mais tu t'es plutôt bien débrouillée pour remettre la main dessus. Une fois tes vêtements à nouveau sur ton corps, tu reportes ton attention sur lui, te rapprochant de lui.  Il a trouvé une bouteille de rhum. Tu hoches positivement la tête, montrant donc que cela ne te dérange pas le moins du monde. Nul doute qu'un peu d'alcool te fera le plus grand bien. Heureusement, tu tiens plutôt bien face aux boissons alcoolisée, même si tu n'en bois pas tous les jours pour autant. Heureusement d'ailleurs.
Niagara



__________________________


Mes rêves d'enfant
Le temps s'est écoulé en moins d'deux, finies les années délicieuses. Mais maudit ami, je veux plus, danser ce slow avec toi. Souviens-toi des années 90 quand dans la cour, tous les jours, t'étais mon roi.
https://www.aa-retro.com/t23193-grace-s-gracelyn-s-instagram
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (+18) Life is always better at night ı River   (+18) Life is always better at night ı River Empty

 
(+18) Life is always better at night ı River
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: