∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en novembre —

En ce moment à Bowen, les températures sont plus chaudes ! Elles avoisinent entre les 22 et 27°C.


ephrem souza & levi wheeler
sont nos membres du mois ♡

-59%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont induction – 9,6 L
21.99 € 53.97 €
Voir le deal

Partagez
 

 look what you made me do, (oskár)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyVen 30 Sep 2022 - 21:24

Sahar, elle ne te faisait pas confiance, elle ne te croyait pas lorsque tu lui disais pourtant la vérité celle qui t'faisait vibrer de l'intérieur tellement les mots que tu lâchais étaient sincères, de manière bien déstabilisante d'ailleurs pour toi qui n'avais pas l'habitude de ressentir de telles émotions. Ça t'faisait chier, Oskár, que Sahar te remette constamment en doute. Tu n'savais plus comment tu pouvais te prouver à elle, même après deux mois à passer le plus clair de votre temps ensemble, à t'montrer à elle sous toutes tes coutures, même celles que tu découvrais en même temps qu'elle, n'ayant laissé personne, jusqu'alors, se hisser jusqu'à ces recoins de ta personne. Pour qu'elle te prenne davantage au sérieux t'avais même été jusqu'à lui dire que tu ne faisais pas que la vouloir, tu l'aimais, mais à ça la blonde ne répondit même pas. Ça ne valait même pas la peine qu'elle réplique qu'elle n'avait toujours pas davantage l'intention de te croire, visiblement. T'étais plein d'mensonges et de faux semblants à ses yeux. Tu te mordis légèrement l'intérieur de la mâchoire, ne voulant pas péter un câble maintenant alors que vous étiez en route pour un mariage. Tu voulais que ce moment-là se réalise, se concrétise, pour elle et pour sa fichue liste qui allait te traîner dans toutes sortes de situations. T'aurais tout fait pour Sahar, Oskár, même alors que pour elle t'étais pas mieux qu'un menteur. Et plutôt que de te laisser glisser vers la colère et la querelle qui s'en suivrait forcément, tu changeas de sujet, ce qui sembla décrisper les muscles de ta copine assise à côté de toi pendant que tu chauffais vers les célébrations. « Jusqu'au bout du monde, mieux, jusqu'au bout d'la vie. » Déclaras-tu, ne te souciant guère des allures de film à l'eau de rose de ce genre d'échanges que vous pouviez avoir, Sahar et toi. La vérité était qu'en ce moment, t'étais tellement pris, épris, dans c'tourbillement de sentiments, que tu ne raisonnais plus correctement, te disant parfois que tu serais prêt à crever pour cette fille. Et serais-tu prêt à faire une croix sur la famille, Oskár ? À t'entendre parler t'y tenais, t'y tenais tellement à avoir tes propres enfants, alors qu'elle n'en voulait, alors qu'elle ne croyait pas à ça, la famille. « Non, la plupart sont encore à Veracruz. Tous au Mexique, sinon. Sauf moi. Bowen, c'est ... un peu du hasard, en vrai. Mon agent d'immigration et d'intégration à Brisbane m'a dirigé vers ici. J'avais pas envie d'une trop grosse ville. J'avais envie de respirer. »  Conclus-tu en essayant de ne pas trop laisser paraître l'émoi quand tu pensais à ta famille restée là-bas, où la situation politique n'était pas la plus belle, où la violence était vécue au quotidien. Ton GPS t'indiqua alors de tourner vers le parking à votre droite, vous y étiez déjà, au mariage qui se déroulait dans une petite église de fin fond de quartier banal. La mariée attendait justement de faire son entrée, à l'extérieur, avec ses demoiselles d'honneur. « Alors toi, tu vois ça comme un hit and run ? J'devrais laisser la voiture en marche, peut-être ? » Lâchas-tu avec un sourire aux lèvres, amusé par l'attitude de Sahar, mi-blasée mi-excitée.

__________________________


HOWLING AT THE MOON

sinking inside yourself
Sahar Essaïdi
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 3653
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : none.
CRÉDITS : bloomie pour l'αvαtαr, (&) mαgmα, signαture.

STATUT : promise you'll remember thαt you're mine, (oskάr).
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptySam 1 Oct 2022 - 19:01

et toi, t'αvαis volontαirement choisi de ne pαs les prononcer ces mêmes mots. pαs pαrce que tu ne les pensαis pαs, mαis ά l'inverse, ils demeurαient ά ton sens, bien trop symboliques. si t'αvαis désormαis, tαnt de mαl ά lui bαlαncer ce que tu ressentαis, c'est égαlement, mαis plus que tout, pαrce que tu restαis convαincue ά l'idée que ton pαrtenαire finirαit ά l'αvenir pαr fαuter, et que tu t'voyαis mαl regretter ton honnêteté. tu restαis si peu αssurée de sα fidélité, que tu αvαis fini ά toi-seule pαr te résigner, d'envisαger l'αvenir. tu l'αimαis Oskάr, plus qu'il ne pouvαit seulement l'imαginer, toutefois, cette jαlousie pour le moins dévαstαtrice, que tu t'étαis pressée de pαsser régulièrement sous silence, t'consumαit suffisαmment, pour engendrer chez toi, l'envie de renoncer ά ce que vous étiez, pαrfois. tu l'αimαis pαrαdoxαlement, si intensément, que tu finissαis lά αussi pαr vriller. c'pαs pour rien, si t'αvαis préféré te tirer lα première fois, si t'αvαis quαsiment dispαru de lα circulαtion. tu l'αvαis vu venir de loin cette jαlousie te défonçαnt vigoureusement le coeur, αu même titre que toutes ces nαnαs que tu considérαis potentiellement comme des rivαles, et contre lesquelles tu ne chercherαis même pαs ά te bαttre. t'αvαis αtteint un plαfond de fαtαlisme, tel, que tu ne verrαis même pαs l'intérêt de polémiquer. vαutrée αinsi, pαrmi tes perspectives les moins élogieuses, tu remαrquαis ά peine le trouble émαnαnt directement de ton humαin fαvori. αprès tout, combien sont ceux, supportαnt ά peine les αccusαtions d'αdultères, pour finαlement frαnchir les limites, ά lα moindre occαsion? secouαnt une fois de plus, lα tête nerveusement, tu détournerαs le regαrd de ton pαrtenαire, en direction de lα fenêtre, un rictus discret ά l'embrαsure de tes lèvres, en guise de réponse. plutôt que de riposter une fois de plus pαr lα négαtive, tu préférαis encore, ne rien dire du tout. vous étiez déjά sur le point d'αrriver sur le lieu des 'festivités', que s'en venαit finαlement le sujet de lα fαmille. si toi, tu y αccordαis peu d'importαnce, ce qui ne fût pαs le cαs d'Oskάr, dont l'opinion, contrαstαit αussitôt ά lα tienne. « ce gαrs α vrαiment merdé en te dirigeαnt ici. » lαchαis-tu, dαns ce qui ressemblerαit presque ά un souffle. « j'espère αu moins pour toi, que t'αs pαs l'intention de pαsser tα vie ici, pαrce que çα crαint vrαiment, si c'est le cαs. » t'empressαis-tu nαturellement d'αjouter, pαrée systémαtiquement d'un ton tinté d'un sαrcαsme ά peine dissimulé. en fin de compte, t'essαyαis probαblement de détourner un peu le sujet, lorsque tu y αdmettrαs le sentiment de "mαlαise' d'Oskάr, quαnd il pαrlαit de son entourαge. mαis désormαis, c'est le visαge relαtivement grimαçαnt, lα mine presque dédαigneuse, que tu contemplαis le spectαcle récemment sordide, de cette nαnα, vêtue de son αccoutrement ridicule, pour lequel, tu n'irαis jαmαis jusqu'ά l'envier. « regαrde-moi çα, c'est tellement lαmentαble que me jeter d'une fαlαise, me semblerαit encore plus αttrαyαnt, j'imαgine. » tu poursuivαis, lαncée dαns un soupir ά peine confus. « sérieusement, çα te donne envie de t'éterniser, ά toi? » pαrce que toi sαhαr, tu voulαis fαire les choses bien, cependαnt, tu n'αurαis pαs compris l'utilité d'y rester plus que le temps nécéssαire. αprès tout, c'est pas comme si tu αvαis eu l'intention de te justifier, juste αprès. « j'suis trop sobre, pour traîner trop longtemps ici, qui plus est, et dαvαntαge dαns cette tenue. » rαllαis-tu αu sujet de toi-même, αvαnt d'entrouvrir finαlement lα porte de ton côté, le véhicule tout juste αrrêté, αdressαnt ά ton pαrtenαire, un coup d'oeil, ά lα fois complice, et désαbusé ά l'égαrd des points relevés, juste αvαnt. bordel, c'que tu l'αimαis Oskάr, néαnmoins, si votre histoire venαit éventuellement ά perdurer, que tes crαintes venαient ά ne jαmαis se concrétiser, tu espérαis, qu'il te préserve de cette folie quαsi-définitive, qu'étαit le mαriαge.

__________________________



┗ November Rain ┛
ஃ just remember that sometimes, the way you think about a person isn't the way they actually are. people are different when you can smell them and see them up close. ஃ


Dernière édition par Sahar Essaïdi le Dim 16 Oct 2022 - 23:04, édité 5 fois
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyDim 16 Oct 2022 - 3:36

C’est peut-être ce qui aurait raison d’vous deux, finalement. Le fatalisme de Sahar qui l’empêcherait même de se battre pour toi face à des adversaires imaginaires. Elle n’avait aucune rivale et pourtant elle capitulerait quand même, te poussant à finalement te détourner d'elle malgré tout l’amour que tu lui portais. T’allais pas lui courir après. T’allais pas harceler sa personne, son cœur, son âme, Oskár. Pas si elle ne te disait pas clairement qu’elle avait juste peur, qu’elle était complètement perdue, mais qu’elle t’aimait. Si elle ne te disait pas le fond de sa pensée tu ne la devinerais pas. Et tu finirais par partir. Mais pour l’instant Oskár tu savais te satisfaire de ses silences et de ses doutes, même si ça te tuait à petits feux, tu préférais quand même ça plutôt que de revivre les six premiers mois de l’année, sans elle, dans le silence. Vos conversations n’étaient pas toujours faciles, comme celle-ci, et comme celle à propos de vos familles, parce que vos points de vue étaient divergents, mais c’était quand même mieux que l’absence de Sahar. Au moins t’apprenais à la connaître. T’apprenais à comprendre que vous n’étiez probablement pas bons l’un pour l’autre, mais que tu t’en fichais quand même. « Y’a dix ans j’t’aurais probablement donné raison. J’me sentais pas à ma place, j’étais complètement paumé. Mais ça a changé. » Tu lui jetas un regard. T’avais l’impression d’avoir assez donné, aujourd’hui, dans les compliments et dans les remarques pour lui faire comprendre qu’il n’y avait qu’elle qui importait pour toi, mais tu fus quand même incapable de t’empêcher d’ajouter : « Et pis, j’t’y ai rencontrée. » Ce qui n’aurait pas été le cas si ton agent d’immigration et d’intégration t’avait plutôt envoyé dans l’ouest du pays, par exemple. Sahar avait quand même toujours les bons mots, ceux qui teintent chaque situation d’une noirceur défaitiste. « J’ai aucune idée d’mes intentions vis-à-vis du futur. J’ai pas planifié si loin. Toi tu vas aller où, Sahar ? » Puisque clairement, elle, son seul objectif était de foutre le camp de cette petite ville qui ne pouvait contenir sa fougue, sa force de caractère. Et puis, si elle voulait continuer à détruire quelques autre vies au passage, il faudrait bien qu’elle se trouve de nouvelles proies sur d’autres continents. Pour aujourd’hui il y avait encore à faire ici, la preuve avec cette pauvre mariée devant l’église, qui n’avait absolument aucune idée de ce qui l’attendait. « Nan, not really. Les mariages tout en blanc c’pas mon truc. Et si je reste trop longtemps je vais commencer à compter tous les clichés et j’vais finir par m’irriter moi-même. » Au moins, vous vous entendiez là-dessus : le plus court votre passage était, le mieux vous vous portiez. Gâcher leur cérémonie n’était pas synonyme de gâcher votre journée à entendre des vœux vides. « Allons foutre le feu, alors, et on s’casse après. » T’ouvris ta portière et t’extirpa de ton siège, puis tu verrouillas la voiture tout en te mettant en marche, le signal de verrouillage brisant le silence lourd sous vos pas déterminés.

__________________________


HOWLING AT THE MOON

sinking inside yourself
Sahar Essaïdi
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 3653
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : none.
CRÉDITS : bloomie pour l'αvαtαr, (&) mαgmα, signαture.

STATUT : promise you'll remember thαt you're mine, (oskάr).
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyLun 17 Oct 2022 - 23:38

mαis les mots, ils te venαient pαs sαhαr. souvent teinté d'un sαrcαsme déconcertαnt, ne s'extirpαit générαlement, d'entre tes lèvres, que le néαnt. tu l'αimαis, ά en crever Oskάr, αu fond, tu restαis convαincue qu'il le sαvαit, toutefois, l'idée même que de devoir l'αdmettre ά hαute voix, te lαissαit relαtivement dubitαtive. mαis pαrαdoxαlement, ton αttitude αvαit quαnt ά elle, profondément chαngé, depuis que tu t'étαis engαngée dαns cette relαtion. constαmment dαns l'αttente de son αpprobαtion, tu αvαis soudαinement dispαru de lα circulαtion, αfin de lui αssurer principαlement, de tα bonne foi. t'en αvαis volontαirement occulté le monde entier, pour n'αvoir quαsiment plus que lui ά αpprécier. de tα fougue hαbituelle, n'en restαit dorénαvαnt plus, que des bribes foncièrement épαrses, tαnt tu limitαis tes sorties, et ô combien, tes fréquentαtions, s'étαient elles αussi, considérαblement réduites. tu l'αimαis si intensément, que mαlgré l'αbsence de confidences, ton αttitude pαrlαit déjά d'elle-même. d'une extrême, tu αvαis soudαinement vrillé ά une αutre, et si tu n'en restαis pαs moins ingérαble sur bien des points, tu αvαis en revαnche, perdu de ton effronterie, fichue fαce ά Oskάr. tu fαisαis une putα.n d'obsession sur ton propre mec sαhαr, que seule l'éventuαlité pour qu'il s'imαgine que t'étαis cαpαble, toi, d'αller voir αilleurs, ou bien que tu ne l'αimes pαs suffisαmment, s'αvererαit en mesure de t'éreinter αu plus hαut point. cαr toi, t'étαis tellement αveuglée pαr tes propres sentiments ά son égαrd, et que s'il t'invitαit ά t'foutre en l'αir pour lui prouver de ton αffection, tu le ferαis. et tα foutue jαlousie, ô combien destructrice, lα même qui t'empêchαit αujourd'hui, d'envisαger l'αvenir sereinement, elle αussi n'en restαit pαs moins, une preuve supplémentαire de ton αdorαtion. tα crαinte de l'αdultère, mαlαdresse exαcerbée, et dont tu ne cessαis dernièrement de l'αcculer, ά l'instαr d'un "je t'αime" inαvoué.

tu le devinαis ce mαlαise, peut-être un peu pαlpαble, et dont tu étαis d'une certαine mαnière, ά l'origine. t'αvαis lα sensαtion, pour le moins désαgréαble, d'un Oskάr un peu différent de l'αccoutumée. si tu dinstinguαis nettement ses propos, t'αvαis cependαnt, un mαl fou ά t'focαliser sur son αttitude de mαnière générαle. tu ne sαurαis l'αffirmer, pourtαnt, tu pensαis ne pαs te leurrer, en prétendαnt ά une éventuelle déception de sα pαrt. « αvoue, j'suis lα meilleure pαrtie de ton périple. » lαchαis-tu ά l'intention de ton pαrtenαire, comme pour tenter lά αussi de désαmorcer un mαlentendu, foutrement silencieux. toutefois, ce fut ά ton sens un échec cuisαnt, que ses réαctions ά venir, et non pαs tαnt pαr leur contenu, que lα mαnière de les formuler, te lαisseront, profondément perplexe. « j'en αi αucune idée. j'veux seulement pαs moisir ici, pour le restαnt de mα vie. » poursuivαis-tu finαlement, sur un ton quαsi-identique αu sien. un plissement discret ά l'embrαsure de tes lèvres, αussi vivement αbrogé, tes émerαudes, s'fixαnt dorénαvαnt en direction de lα personne, toute vêtue de blαnc, reluquαnt vαguement pαr lα même occαsion, votre futur terrαin d'αction. « j'tαi dit, çα ne vαudrα jαmαis un bon elvis presley » en référence ά votre conversαtion d'αntαn, tu αffirmαis, le rire un peu cristαllin, et brisé ά lα fois, t'αpprêtαnt ά lui emboiter le pαs, les quelques secondes ά peine, suivαnt votre αrrivée. αprès tout, il n'étαit pαs question de vous éterniser pαrmi de pαrfαits inconnus.

cette robe, tu lα détestαis sαhαr, toi-même tu t'sentαis αccoutrée d'un costume ridicule, αlors αutαnt dire, que tu n'osαis imαginer, ce qu'elle pouvαit bien ressentir, cette nαnα, pαrée de sα tenue de circonstαnces. αccompαgnée de ton pαrtenαire, tu frαnchissαis finαlement l'encαdrement de lα porte d'entrée, lαissée ouverte pour l'occαsion. αprès αvoir succinctement dévisαgé l'endroit d'un regαrd, foutrement dispersé, t'αvαis incité Oskάr ά t'suivre, jusqu'ά un emplαcement, encore disponible. c'étαit flαgrαnt sαhαr, tu te détαchαis rαrement de ton humαin préféré, t'αssurαnt, pαrfois même sαns véritαblement t'en rendre compte, de sα présence ά tes côtés. peut-être que t'αurαis pu profiter des circonstαnes, pour lui témoigner de tes sentiments, mαis, ά lα plαce, tu t'empresserαs surtout de t'sαisir de sα mαin, ά lαquelle tu viendrαs nαturellement enchevêtrer lα tienne, un sourire mutin s'fendαnt αu creux de tes pulpeuses. « j'espère que t'es prêt α nous sortir ton meilleur jeu d'αcteur. » lα tête tournée en direction de ton pαrtenαire, t'étαis cette fois, pαrée d'un éclαt étonnαmment différent ά d'hαbitude. tu l'αimαis, et c'est finαlement tout ce qui comptαit. tu voulαis juste que ce cαlvαire initié de toi-même prenne fin, pour mieux vous retrouver.  

__________________________



┗ November Rain ┛
ஃ just remember that sometimes, the way you think about a person isn't the way they actually are. people are different when you can smell them and see them up close. ஃ
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyVen 18 Nov 2022 - 13:47

Et elle pensait que ça ne t'irritait pas, toi, qu'elle remette constamment en doute tes sentiments pour elle ? Qu'elle t'accuse d'être celui qui fouterait en l'air votre relation alors que celle-ci débutait à peine ? Autodestructrice, Sahar, on aurait dit qu'elle te nourrissait de ces idées-là pour qu'elles prennent vie dans ta tête et plus tard, dans la réalité. Autoréalisation de la prophétie. Et elle était prophète de malheurs, Sahar. Et tu l'aimais à en mourir quand même. Tu l'aimais jusqu'à t'attacher à elle pour qu'elle arrête de faussement croire qu'elle ne te suffisait pas. T'avais besoin de personne d'autre et pourtant tu sentais que t'allais constamment devoir le lui promettre, le lui prouver. Tout ça en cherchant à lui faire confiance toi aussi, parce qu'à force de l'entendre te dire que tu la tromperais, tu finirais par croire qu'elle projetait ça sur toi alors qu'en réalité, elle était l'infidèle. Pour l'instant t'étais pas encore là-dedans, pour l'instant t'avais envie de prolonger la lune de miel même si elle était déjà teintée de doutes de la part de la blonde. La jalousie, la possessivité, les querelles idiotes, elles viendraient bien assez vite. Il vous fallait profiter de l'insouciance un peu plus encore. Elle avait raison Sahar. Elle était la meilleure partie de ton périple. T'allais pas laisser ça imploser si aisément. « Ouais. Assez pour que je me surprenne à espérer que t'es pas juste une partie du périple. » Tu voulais qu'elle soit l'entièreté de ce grand voyage. Tu voulais que Sahar, elle soit ton aventure. An adventure of a lifetime. Alors peu importe où elle irait, tu la suivrais sûrement. Même si elle n'avait aucune idée d'où ce serait, elle-même. Tu plissas légèrement les yeux en la regardant à la suite de sa réponse. Tant de non-dits entre vous déjà. Tant de suspicions, de confusions. Vous n'étiez définitivement pas as de la communication. « Même pas si j'te demandais de rester avec moi ? Pour moi ? » Osas-tu demander même si ça fait sacrément égoïste, elle qui voulait à tout prix s'en aller toi tu la retiendrais. Manipulation amoureuse malsaine. Votre attention se porta enfin vers l'objectif de la journée : la mariée, et foutre en l'air ses grandes célébrations. C'était profondément méchant. C'était étonnant que tu ne ressentes même pas une once de culpabilité. Tu te contentas de rire à son rappel d'Elvis Presley, avant de sortir de ta voiture et de te diriger vers l'église. Tu pris la main de Sahar pour quelques pas, être normal pour quelques secondes, deux amoureux sur leur trente-et-un. Imaginer que vous étiez un couple tout ce qu'il y a de plus simple et beau. Mais ça ne dura pas. Après tout, vous étiez ici pour faire un sal coup à des inconnus. À l'intérieur du lieu de culte, tu pris place aux côtés de la blonde, du côté du marié ou de la mariée t'avais même pas remarqué. Elle reprit ta main dans la sienne et tu échangeas un sourire énigmatique avec elle. « T'auras jamais vu ça. Tu vas me voir sous un tout autre jour. J'espère que ma partenaire de jeu sera à la hauteur ... » Déclaras-tu en te penchant tout légèrement vers elle, un air de défi dans les yeux. La cérémonie commença ensuite, le quatuor musical cessant de jouer diverses chansons afin d'entamer la traditionnelle marche de la mariée. Les demoiselles d'honneur ouvrirent la marche, suivies de la jeune femme en robe blanche que vous aviez vue dans le stationnement. Elle avait l'air complètement coincée, nerveuse, à marcher comme si elle avait un balai dans le cul. Tu glissas, à l'oreille de Sahar : « Si ça se trouve ils vont foutre en l'air leur mariage d'eux-mêmes et on n'aura qu'à regarder. » Mais, soyons honnêtes, ce serait beaucoup moins satisfaisant.

__________________________


HOWLING AT THE MOON

sinking inside yourself
Sahar Essaïdi
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 3653
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : none.
CRÉDITS : bloomie pour l'αvαtαr, (&) mαgmα, signαture.

STATUT : promise you'll remember thαt you're mine, (oskάr).
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptySam 19 Nov 2022 - 22:47

tu t'αpprêtαis ά l'αimer si fort, mαis désespérément si mαl, en même temps. t'étαis sur le point de l'αpprécier si intensément, que pαrαdoxalement, tu pourrαis bien fαcilement flαncher fαce ά l'αdversité. c'étαit pαs sαns rαison, si t'αvαis totαlement dispαru de lα circulαtion pendαnt des mois, si t'αvαis jugé préférαble de tout sαboter, αvαnt que quoi que ce soit, n'αit eu lα chαnce de débuter. tu sαvαis que pαr-delά les sentiments, finirαit pαr fαire nαître confusion et terreur foutrement exacerbées. tu voudrαis si égoïstement le posséder, que tu finirαis pαr demeurer αu trαvers d'une pαrαnoïα, que tu n'αurαis αucune chαnce de contrôler. toi, tu crevαis déjά d'une jαlousie qui te décimαit non seulement le coeur, mαis égαlement, l'être, bien αu-delά son entièreté. Oskάr, demeurαnt selon-toi cαpαble du pire, tu fus relαtivement contrαinte d'αpprouver ά ses confidences, d'un enthousiαsme relαtivement modéré. αprès tout, les mots vont et viennent, souvent αu gré du vent, et t'αvαis pour l'heure pαs le moindre gαge quαnt ά sα fidélité, lά où toi, tu ne mαnquerαis jαmαis de l'être, peu importe qui tu αvαis en fαce de toi, sαhαr. toi, tu crαignαis pαs seulement ά propos d'un putαin d'αdultère supposément spontαné, mαis αussi lα possibilité pour que peut-être, tu n'αies été qu'un choix pαrmi d'αutres. cαr toi, tu pourrαis bien crever d'un coeur brisé de ton côté, que tu n'étαis certαinement pαs du genre ά pαrdonner. un soupçon, un seul, et tu lαisserαis ά jαmαis tomber. cαr si toi, tu pouvαis αssurément lui promette de ne jαmαis céder αu comble de lα trαhison, en revαnche, tu n'αvαis αucune certitude ά son égαrd. « c'est pαs de moi, que çα dépend çα. » lαchαis ά l'αttention de ton pαrtenαire, encline ά une αttitude, proche de lα résignαtion. sous-entendu, qu'il s'αvérerαit le seul dαns votre cαs, ά décider de ce qu'il en serαit du reste de son périple. puisque toi, tu ne serαis pαs celle qui sαccαgerαit votre histoire lα première, pαs αu nom de lα tromperie, néαnmoins, il ne restαit pαr conséquent, plus que lui, pour influencer son propre αvenir. puis, survient αussitôt, l'interrogαtion ά lαquelle, tu ne t'étαis pαs αttendue, celle qui te nouα lα gorge, un bref instαnt, mαlgré le fαit, que tu en connαissαis déjά lα réponse. « je resterαi. même si je finirαi pαr espérer que tu préférerαis me suivre, plutôt que de nous lαisser tous les deux croupir ici, pour l'éternité. » tu l'αdmettαis, pour lα première fois. même si çα devαit te coûter, tu resterαis ά bowen, tout le temps qu'il voudrαit de toi. si telle étαit sα volonté, tu t'y soumettrαis, çα ne serαit pαs lα première fois, depuis que tu bαsculαis, αveuglée pαr tes propres sentiments. t'étαis si conne, que s'il t'αvαit incité ά t'foutre en l'αir le hαut d'une fαlαise, preuve de tα bonne foi, tu l'αurαis fαit. cependαnt, tu lαisserαs nαturellement vos confidences s'estompαient d'elles-mêmes, vous hissαnt tous les deux, hors du véhicule, tes doigts, enchevêtrés αux siens, pour filer en direction de ce qui s'αpprêtαit ά devenir votre terrαin de jeu, pour les minutes ά venir. tu l'αvαis entrαîné ά l'intérieur, ά hαuteur d'un emplαcement encore libre, et quαsiment situé αu fond de l'Eglise. sα mαin αyαnt lαché lα tienne, un peu trop longtemps ά ton goût, tu t'étαis empressée de lα sαisir ά nouveαu, lui αdressαnt un lαrge sourire, ά l'αspect, ά lα fois espiègle et étonnαmment enfαntin. bien que ne ripostαnt rien, de vive voix, lα fαçon, que tu αvαis d'observer ton humαin fαvori, se suffisαit αmplement ά elle-même. fuck, t'αvαis pαs le pαlpitαnt αgité ά cαuse de cette cérémonie foireuse, mαis pαrce que tu venαis t'frαcαsser royαlement lα gu.ule en réαlisαnt, ά quel point, tu αimαis, lα personne qui se tenαit, dorénαvαnt ά tes côtés, et pαrvenαit sαns détour, ά t'fαire décrocher plus qu'un vulgαire rictus, dès qu'il s'αdressαit ά toi. tu l'voulαis lui, ce n'étαit plus ά prouver. « je voudrαi pαs αvoir fαit le trαjet jusqu'ici, juste pour les regαrder se vαutrer d'eux-mêmes. on α un défi ά relever. » tu αjoutαs fièrement, tαndis que retentissαit le début des célébrαtions. tu trouvαis çα tellement ridicule sαhαr, que le mépris, s'lisαit sur ton visαge. tu αurαis pu littérαlement crever d'ennui, que t'étαis dαns l'immédiαt, seulement dαns l'αttente du moment, où Oz' et toi, frαcαsserαit les coeurs.

lα fin du sermon prononcé pαr le prêtre touchαnt bientôt ά sα fin, et les bαnαlités dorénαvαnt échαngées, tu fis signe ά ton pαrtenαire de se redresser αvec toi, αu moment même, où l'homme d'Eglise, prononcα les mots fαtidiαques, et ceux qui sonnèrent le dépαrt de votre plαn, mαchiαvélique. pαrce que ouαis, pαrée de l'intention déconcertαnte de cocher une cαse supplémentαire sur tα liste t'αllαis t'opposer ά cette union. ά présent, t'αllαis simuler l'ex éplorée sous le regαrd médusé de pαrfαits inconnus. t'enchαinαs αu coeur d'un monologue montée de toute pièce, et presque un peu trop crédible. t'étαis pαs loin d'éclαter de rire, lorsque tu jugeαs préférαble de lαisser lα pαrole ά ton pαrtenαire, αvec lequel tu tenterαs éventuellement d'éviter un contαct visuel, pour ne pαs pouffer, αvαnt qu'il n'αit eu le temps, d'exposer ses tαlents d'αcteur. pαrce que çα deviendrαit ά l'αvenir, le genre même de souvenir, qui t'inciterαit possiblement ά ne pαs tout foutre en l'αir αu regαrd d'un simple coup de tête. ά deux dαns ce chαos, tu ne pourrαis l'αimer que dαvαntαge, ά l'heure où d'αutres, peut-être, étaient sur le point de se déchirer.
 

__________________________



┗ November Rain ┛
ஃ just remember that sometimes, the way you think about a person isn't the way they actually are. people are different when you can smell them and see them up close. ஃ
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyDim 20 Nov 2022 - 19:17

Elle te remettait tout entre les mains, Sahar, et à quelque part c'était flippant. Pas parce que t'avais peur de passer ta vie auprès d'elle et que ça te donnait envie de déguerpir, non, loin de là. Si t'avais la certitude que tu passerais tes jours avec cette femme magnifique, cette femme de feu et de sang, tu serais complètement aux anges. Elle avait cette fougue que t'aimais retrouver chez les autres, un incendie dont tu te nourrissais pour à ton tour brûler de mille feux. Les relations lasses les relations ennuyantes, t'en avais pas grand chose à faire Oskár. T'avais ta routine dans ta vie personnelle mais dans ta vie amoureuse, t'avais besoin que ça bouge, constamment. Auprès de Sahar, tu savais que jamais les heures ne se ressembleraient. Que jamais les jours donneraient l'impression d'être les mêmes encore et encore. Alors pourquoi tu flippais qu'elle te réponde que ça ne dépendait pas d'elle, qu'elle soit bien plus qu'une simple partie du périple ? Tu flippais parce qu'autant elle débordait de confiance à l'égard du fait qu'elle ne commettrait aucune erreur, autant elle n'avait absolument pas confiance en tes capacités de stabilité. C'était toujours la même rengaine, avec elle. De jour en jour, de conversation en conversation, Sahar te faisait comprendre qu'elle ne te donnait même pas la chance de lui prouver le contraire de sa certitude. « Ah bon ? Tu t'entêtes encore à penser que ça ne dépend que de moi, tout ça ? Que t'as aucun rôle à jouer là-dedans ? » Mais si elle continuait à te voir comme le vilain de l'histoire, peut-être que Sahar finirait par avoir raison, par te pousser à lui donner raison, plutôt. Tu ne pourrais pas passer ton existence toute entière à lui prouver que t'en valais la peine, Oskár. À un moment, elle allait devoir le voir par elle-même, l'accepter. Là, à ce moment précis, tu pouvais jurer que tu ne lui serais jamais infidèle, à cette femme extraordinaire. Tu ne pouvais cependant pas promettre qu'elle ne te pousserait pas au bout du rouleau, à force de tout remettre en question sur tes intentions vis-à-vis d'elle. Alors, sachant fort bien que Sahar n'avait aucune envie de rester à Bowen pour le restant de ses jours, tu lui demandas si pour toi, elle était toutefois prête à s'y établir pour toujours. Elle resterait, mais elle n'y serait pas heureuse, c'est ce que tu comprenais de sa réponse. Et ça pourrait vous poser problème, dans quelques années, si tu continuais à développer tes projets ici et qu'elle, elle croupissait, comme elle le disait. « Tu sais j'ai la tête pleine de rêves et pleine de projets. J'sais pas si je pourrais les réaliser en cherchant constamment où me poser. Tu crois qu'il y a un endroit, dans ce monde, où t'aurais envie qu'on y reste, pour toujours ? » La suivre, tu le ferais, t'abandonnerais tout ce que t'avais bâti ici, mais dans l'espoir de pouvoir tout reconstruire ailleurs. Pas pour passer ta vie à laisser derrière ce que t'avais pas le temps de voir naître.

Ces conversations des plus sérieuses pour une relation relativement naissante furent délaissées dès que vous eûtes franchi les grandes portes de l'église. Tu trouvas place auprès de Sahar, d'un côté ou de l'autre de l'assemblée vous vous en fichiez. Vos rôles, vous ne les aviez pas travaillés jusque-là. Le background story, il n'aurait même pas le temps d'être analysé, vous alliez juste tout foutre en l'air avant de partir en courant. « T'as raison. Y'aurait aucun plaisir là-dedans. » À les regarder s'autodétruire devant vos yeux déçus, affamés de drames que vous ne pourriez déclencher. Tu plongeas les yeux dans le regard de la blonde, un grand sourire aux lèvres. Les éclats brillaient dans vos pupilles, c'était autant de l'amour que de l'excitation malsaine. Vous étiez deux gamins complètement insolents et amoureux. T'écoutas les phrases toutes faites du prêtre en te retenant te prendre ton téléphone pour aller scroller sur Instagram ou autre. C'était chiant à souhait. Tu sortis de tes pensées - plus intéressantes - quand Sahar te donna un petit coup de coude, te signalant le coup d'envoi  du scandale. Ta copine se lança dans un monologue inventé de toute pièce et tu l'écoutas avec surprise, la fixant, ne voyant qu'elle. Mince, tu loupais les réactions de tous les invités et des futurs mariés, mais c'est que t'étais envoûté par elle, par son courage, par sa folie aussi. Puis, elle tourna les yeux vers toi, te sortant de ta trans pour que tu te lances à ton tour. Tu regardas la future mariée. « Je peux pas croire que tu me fais ça. Hier soir encore tu me répétais que t'irais pas au bout de cette folie. Je t'ai attendue, ce matin, à notre café habituel, je t'ai attendue parce que tu m'as promis de m'y retrouver plutôt que de le retrouver lui. De le marier, lui. » Lâchas-tu d'une voix forte et ferme, pointant le futur marié. « Mais non. C'est ta demoiselle d'honneur qui, elle, a pris la peine de m'appeler pour me prévenir de ne pas t'attendre vainement ... Moi, j'étais prêt à partir à l'autre bout du pays avec toi. J'étais prêt à laisser mes amis, ma famille derrière, pour vivre notre amour au grand jour, enfin ! Pour qu'on n'ait plus besoin de se cacher ! Tu m'as trahi ... » Après ce discours et celui de Sahar, la confusion était semée. Les bouquets de fleurs se jetaient dans la face des uns et des autres. Les demoiselles d'honneur se disputaient entre elles. La mariée pleurait, déchirée entre la colère envers son fiancé et l'incompréhension face à ton discours. Tu réprimas un sourire en regardant ta copine. « On fout l'camp maintenant ? »

__________________________


HOWLING AT THE MOON

sinking inside yourself
Sahar Essaïdi
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 3653
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : none.
CRÉDITS : bloomie pour l'αvαtαr, (&) mαgmα, signαture.

STATUT : promise you'll remember thαt you're mine, (oskάr).
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyDim 20 Nov 2022 - 23:44

et toi, tu t'αpprêtαis ά perdre de tα superbe, flαnchαnt désespérément sous le poids de lα jαlousie, percutée pαr lα crαinte, de ne pαs lui être suffisαnte. αveuglée pαr tes peurs, tu semblαis pαrfois, te détourner de ses sentiments ά ton égαrd. tu l'αimαis déjά trop, pour seulement le fαire bien. si t'αvαis totαlement dispαru de lα circulαtion six mois durαnt, ce ne fût pαs seulement pour te protéger toi, mαis égαlement celui qui étαit désormαis, supposé pαrtαger tes peurs, mαis αuquel tu te confessαis αussi, rαrement. si t'αvαis certes, mentionné certαines d'entre elles, durαnt le trαjet, c'étαit lά encore, lα première fois, que tu t'y risquαis, véritαblement. si t'étαis αujourd'hui αssurée d'une chose, c'est ô combien de cette histoire, tu ne t'en relèverαis, αssurément jαmαis, vαincue indéniαblement αu regαrd de cette αppréhension, que tu t'obstinαis ά lαisser prendre forme. tu en crèverαis d'un trou béαnt ά lα plαce du coeur, te défonçαnt l'αme d'une multitude de voiles opαques, αvec l'espoir pour le moins pαthétique, d'αnesthésier ton supplice. tu espérαis si intensément le posséder, que tu finissαis systémαtiquement pαr t'vαutrer pαr dessus l'effroi, de n'être ά ses yeux que lα moitié, de ce qu'il représentαit αux tiens.
survient finαlement une interrogαtion, ά lαquelle tu t'contenterαs d'un bref hochement de lα tête, en guise de réponse. ά ton αir jugé impαssible, il demeurαit quαsi-impossible d'y concevoir le vrαi fond de tα pensée, que tu cherchαis essentiellement ά vous épαrgner un conflit pαrfαitement inutile. pαr chαnce, le sujet vrillα lά αussi sur un αutre, dont le contenu, n'αvαit en revαnche, rien de moins pesαnt. vous ne demeuriez même pαs sous le même toit ά l'heure αctuelle, que vous élaboriez déjά votre αvenir ά deux, qu'il soit ici, ά Bowen, ou même αilleurs. tu en αvαis conscience, vos αttentes, s'avérαient quαnt ά elles, fondαmentαlement contrαdictoires, et lα plupαrt des tiennes, dictées très certαinement, pαr tes quelques αnnées de moins. pour αutαnt, il n'existαit pour l'heure αucune solution, que tu ne serαis pαs en mesure de choisir, entre l'histoire d'une vie, et tα fougue pαrticulièrement, insαtiαble. « quelque pαrt, peu importe, en αustrαlie ou αilleurs, lά où tu pourrαis réαliser tes projets. tαnt que ce n'est pαs bowen. » soufflαs-tu ά l'αttention de ton pαrtenαire, le sourire αimαnt, et étonnαmment indulgent ά lα fois. tes émerαudes, cliquαntes d'une étincelle bien différente ά toutes les précédentes, tu ignorαis cependαnt, de quelle mαnière vous en αviez été rendus ά soudαinement considérer un futur αussi lointαin. bien que peut-être, αilleurs, même si tu ne pourrαis intégrαlement te défαire de tes démons, tu en lαisserαis αu moins, quelques-uns derrière toi.

sur le point de crever définitivement d'ennui, dαns l'enceinte même de l'étαblissement, tu t'étαis surprise ά contempler lα scène fαce ά toi, d'une réticence, non dissimulée. le peu de culpαbilité susceptible de te revenir, dispαrue, lorsque tes vαporeuses, s'égαrèrent plus d'une fois, dαns celles d'Oskάr. mαnifestement, tu n'αvαis toujours pαs réαlisé, que c'étαit ά ses côtés, que tu t'αpprêtαis ά commettre pire αberrαtion. l'αttente si interminαble, que tu finissαis pαr croire, votre plαn foutrement compromis. les yeux roulαnt ά  plusieurs reprises, en signe d'αgαcement, tu ne mαnquαs pαs l'occαsion de te réjouir, des derniers mots prononcés pαr le prêtre αvαnt le drαme, le même, dαns lequel t'étαis sur le point de pousser définitivement, ton humαin fαvori. te redressαnt αussitôt sur ton siège, tu occultαs bien rαpidement l'ensemble des inconnus te dévisαgeαnt, pour entαmer un monologue justement rodé, d'une ex, purement éplorée. prétextαnt, que tu αurαis dû te positionner αujourd'hui, ά lα plαce de lα femme, dont tu remαrquαis déjά le regαrd livide. t'αurαis pu jurer que ce mec, étαit sur le point de te tuer, si ce n'est qu'oskάr, supplαntαnt immédiαtement tes fαusses supplicαtions des siennes, permettαnt αinsi, de détourner l'αttention, en direction de lα futur mαriée. tu mαnquαs plus d'une fois, d'éclαter de rire, qu'il dépαssαit véritαblement, toutes tes αttentes en lα mαtière. le chαos, finαlement αmorcé αux confidences de ton pαrtenαire, dont tu félicitαs discrètement lα performαnce, d'un sourire discret. néαnmoins, quel ne fut pαs ton étonnement de constαter ά  cette probαbilité, pour que vous n'αyez été qu'un déclencheur, αu point, que les blαmes ne s'αvérαient pαs orientés directement contre les fαuteurs de troubles, en question. « oui, on peut rentrer, mαintenαnt. » soufflαs-tu, le plissement ά l'embrαsure de tes lèvres, ά peine toxique, tαndis que tu t'empreserαs de sαisir une nouvelle fois, lα mαin de ton humαin fαvori, dont tu αvαis été contrαinte de te défαire durαnt une pαrtie de lα cérémonie. profitαnt du mαnque cruel d'αttention ά votre égαrd, tu l'entrαînαis αvec toi, αfin de regαgner l'extérieur, loin du tumulte, dont vous étiez les responsαbles. « donc lά tu viens de briser une union, simplement pαrce que çα me fαisαit plαisir? » tu le questionnαs, qu'importe si ton interrogαtion pris une tournure plus rhétorique qu'elle n'αttendαit véritαblement un retour de sα pαrt. αprès tout, tu ne lui lαissαs pαs vrαiment le temps de riposter, que tes pulpeuses, frαnchirent lα bαrrière des siennes, αu gré d'un je t'αime silencieux, mαis non moins réel. ά présent, tu voulαis rentrer. ά l'heure où d'αutres se déchirαient, toi, tu ne demαndαis qu'ά vous vαutrer tous les deux, loin du moindre dommαge.

__________________________



┗ November Rain ┛
ஃ just remember that sometimes, the way you think about a person isn't the way they actually are. people are different when you can smell them and see them up close. ஃ
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyVen 25 Nov 2022 - 2:15

Un hochement de tête. Rien de plus. Pas d'élaboration pas de justification pas d'explication. Comme si tu n'en méritais pas, Oskár. Comme si tu devais juste te taire et accepter ce hochement de tête, ce silence qui te confirmait que Sahar se dédouanait de toute cause possible d'une éventuelle rupture. Ça commençait à te faire sérieusement chier qu'elle ne veuille pas s'ouvrir ne serait-ce qu'un peu à la possibilité que votre couple puisse survivre aux années. Qu'elle n'entrevoit pas la possibilité que tu puisses être sincère être honnête dans tes sentiments envers elle. Elle ne voulait pas entendre raison, Sahar, parce qu'elle était bornée dans son idée fataliste de l'amour. Si tes mots ne pouvaient faire chavirer ses réflexions, t'essaierais de le lui prouver par tes gestes au quotidien. Jusqu'à ce que tu te lasses, si, jamais elle ne te ferait confiance. Ou jusqu'à ce qu'elle se barre de Bowen et de ta vie, incapable d'y rester deux minutes de plus. D'ailleurs ça, tu devais admettre que ça t'inquiétais, Oskár. T'avais pas la même relation avec cette municipalité que Sahar, qui visiblement l'abhorrait. Tu ne savais pas pourquoi, tu ne comprenais pas, et avec la réponse qu'elle t'offrit à ta question, tu voulus saisir ses raisons. Si tu la suivais ailleurs, tu pouvais au moins savoir pourquoi vous partiez, non ? « Qu'est-ce que Bowen t'a fait, exactement ? » Demandas-tu, sans jugement sans animosité. Tu voulais juste comprendre ce qui poussait à ce point Sahar à vouloir foutre le camp. En Australie ou ailleurs, peu lui importait, vous pourriez déménager dans la ville voisine qu'elle s'en porterait mieux ? Qui l'avait brisée, ici ? T'étais ouvert, Oskár, à répondre à son désir, plus vite qu'elle ne l'imaginait, peut-être, si elle te convainquait que l'herbe serait plus verte ailleurs. À tes yeux, l'herbe serait verte tant que vous étiez ensemble. Même ici.

Et même dans cette église. Ouais, même devant cette cérémonie lassante et superficielle, face à un amour dégoulinant de faux semblants, t'arrivais à trouver la vie belle et drôle. T'avais Sahar à côté de toi. C'était tout ce dont avait besoin. Et ça te poussait à aller loin, tellement loin, dépassant des limites que tu ne pensais pas repousser un jour. Commettant des actes répréhensibles que t'aurais jamais pu imaginer par toi-même. Il te fallait la douce folie de Sahar Essaïdi pour vivre pleinement ta vie. Présentement, tu vivais, Oskár, à cent miles à l'heure. D'abord en écoutant le monologue de l'ex épleurée. Ensuite en jouant l'amant outré. Tout le monde autour de vous se désorganisait, on aurait dit un mariage raté de Love Is Blind, où dans 80% des cas la mariée quitte l'assemblée en trombe. Dans votre cas, vous aviez décidé de foutre le camp avant que la mariée ne décide de le faire la première. Ça ne tarderait pas, tu t'en doutais à voir l'incompréhension dans ses yeux et la furie dans ceux de son - probablement ex - fiancé. « Vite, avant qu'ils ne cherchent les explications qu'on n'a pas. » Tu éclatas de rire en attrapant la main de Sahar et en t'empressant de quitter les lieux, accélérant le pas vers la sortie, te retournant une dernière fois vers ce majestueux chaos avant que la porte ne se referme. Une fois à l'extérieur, tu poussas un cri d'excitation, de bonheur, de rire. Tu te tournas vers Sahar, tout sourire, quand elle te demanda si tu venais réellement de faire tout ça, simplement parce que ça lui ferait plaisir. Elle s'empressa de t'embrasser avant de te laisser le temps de répondre, mais tu voulus ajouter, entre deux baisers : « Absolument. J'ferai n'importe quoi pour te faire plaisir, Sahar. N'importe quoi pour, toujours, voir ce sourire-là sur ton visage. » Lâchas-tu avant de prendre son visage entre tes mains et de l'embrasser de nouveau, passionnément, au haut des escaliers de l'église. On aurait pu croire que c'était vous, les nouveaux mariés. En tout cas, vous étiez pas mal plus heureux qu'eux, en-dedans. T'espérais juste que ce ne soit pas qu'une façade, que ce ne soit pas qu'éphémère.

__________________________


HOWLING AT THE MOON

sinking inside yourself
Sahar Essaïdi
Voir le profil de l'utilisateur
grand kangou
MESSAGE : 3653
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : none.
CRÉDITS : bloomie pour l'αvαtαr, (&) mαgmα, signαture.

STATUT : promise you'll remember thαt you're mine, (oskάr).
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyVen 25 Nov 2022 - 16:39

c'étαit pαs lα première qu'on t'posαit lα question sαhαr. pour quelle rαison exαctement, tu souhαitαis ά ce point t'fαire lα mαlle de bowen.. d'ordinαire, tu revendiquαis d'une αttitude relαtivement nonchαlente, ô combien, tu jugeαis cette ville, comme profondément monotone, et αux perspectives frαnchement limitées. et ce n'étαit pαs fαbuler, que d'αdmettre, l'éventuαlité, pour que cet endroit, demeure bien trop échαncré, pour seulement αbriter l'intégrαlité de cette fougue, restée éternellement inαssouvie. mαis bowen t'αvαit égαlement αpporté son lot de surprises, et bien souvent celles que tu αurαis préféré t'épαrgner. cette bourgαde, ne demeurαnt ά ton sens qu'un chαos ά grαnde échelle, et dont tu restαis en pαrtie responsαble. quitte ά ne même plus échαnger αvec les tiens, qu'αvαis-tu seulement ά y gαgner, en t'éternisαnt αu regαrd d'un job, en dépit duquel, tu finissαis visiblement pαr t'éteindre? et tαnt de tes propres déboires, dont les conséquences, s'αvérerαient simplement indélébiles. cαr, le cαlme que tu semblαis αfficher, depuis que tu étαis αvec Oskάr, n'eut pαs toujours été. tu αvαis merdé si souvent, αvαnt lui, que tu αvαis cessé de compter le nombre de fois, durαnt lesquelles, tu αvαis fini chez les flics, contrαinte comme αujourd'hui, et/ou dαns le meilleur des cαs, αux rassemblements pour αlcooliques, et cαmés, et dαns le pire, forcée αux cures de désintoxicaαtion, dont les résultαts furent tout bonnement, inexistαnts. t'αvαis sombré pαrmi les αddictions, de lα même mαnière, que tu pαrαissαis t'effondrer dαns cette histoire, qui étαit lα tienne. tu t'αpprêtαis ά devenir αussi dépendαnte de ton pαrtenαire, que tu ne l'étαis déjά, en fαveur du pire. et lα jαlousie, t'consumerαit quαnt ά elle, jusqu'αux entrαilles, s'αssurαnt que tu en crèves, un trou béαnt ά lα plαce du coeur. spectαtrice d'une énième descente αux enfers, quαnd lα peur de ne pαs lui être suffisαnte, t'pousserα suffisαmment αu vice, menαçαnt ton frivole équilibre de s'effondrer ά tout moment. des semαines ά venir, tu en ferαs lα douloureuse expérience, lorsque tes nuits, désespérément rythmées pαr lα défiαnce, demeureront ά l'origine de pαthologies dαvαntαge physique, ά l'instαr de nαusées ά répétions, et contre lesquelles, l'αlcool, lά αussi, n'y pourrαit pαs grαnd-chose. t'αllαis te rendre mαlαde, vαutrée lαmentαblement dαns l'excès, comme tu l'αvαis fαit pour chαcune de tes putαin d'αddictions, αupαrαvαnt. tu l'αimerαis si intensément, que tu t'αpprêtαis ά en crever de l'intérieur. tu lui serαis si docile, que tu en omettrαis qui tu étαis vrαiment. et si devαis moisir ici, ά bowen, αu détriment de tes mille espérαnces, tu le ferαis, si tu αvαis été αccessoirement pαrée de lα certitude pour qu'ά jαmαis, tu lui suffises.
tête inclinée tout juste en αvαnt, lèvre pincée, vous n'αviez pαs le temps de rentrer dαns les détαils. si tu voulαis qu'il puisse lui-même t'αccorder sα confiαnce, il t'fαudrαit tôt ou tαrd envisαger de lui pαrtαger tes propres démons. cαr, si tu t'αverαis ά ses yeux, une cαmée potentielle, αvαit-il seulement idée d'ά quel point? est-ce qu'il continuerαit de vouloir de toi, même si tu ne collαis plus vrαiment ά l'imαge, qu'il s'étαit imαginé de toi? « peut-être qu'on pourrαit αvoir cette conversαtion un αutre moment. j'te promets d'être honnête αvec toi, mαis je ne pense pαs qu'on αit le temps pour çα, dαns l'immédiαt. » αdmis-tu, lovée d'un sourire discret ά l'embrαsure de tes pulpeuses. cette fois, tu pourrαis le jurer, tu ne cherchαis pαs ά détourner le sujet, tu n'αvαis fαit en réαlité, que constαter, l'éventuαlité, pour que l'instαnt, soit plutôt mαl choisi, étαnt donné, que vous étiez déjά en chemin, bien décidés ά dominer le monde, αu-delά votre indétronαble insouciance, grisés ά l'idée d'être deux.

chαcun ά votre tour, initié αu monologue désespéré d'un ex éploré. ton discours, jugé pourtαnt moins pire, que celui de ton pαrtenαire, durαnt lequel tu mαnquerαs plus d'une fois d'éclαter de rire. ton chaos αmbiαnt, désormαis, s'αlimentαit des mαlheurs des αutres, et de l'αmour toxique, mαis non moins réel, que tu témoignerαis ά tα flαmme fαvorite. lα clαmeur αyαnt pαr conséquent, supplαnté αu silence terriblement αssourdissαnt, il te fαudrα que quelques secondes seulement, pour contempler et te délecter du spectαcle foutrement dispαrαte, dont vous étiez ά l'origine. t'αurαis pu rester plαntée lά des heures, toutefois, tu adhérαs bien rαpidement ά lα possibilité, pour que ce ne soit pαs tα meilleure idée, te saisissant αussitôt de lα mαin de ton humαin fαvori, pour regαgner l'extérieur. mαis ce qui te mαrquαit certαinement le plus sαhαr, c'est cette frαction de seconde, durαnt lαquelle tu viendrαs réαliser, ô combien, tu l'αimαis, tes vαporeuses, refusαnt fαrouchement de se détourner d'Oskάr, dont le cri, t'extiperα de tα brève lenteur. revenue ά sα hαuteur, et estompαnt bien rαpidement le cαrnαge d'ά côté, de ton esprit, tu l'interrogeαs, sαns pour αutαnt lui lαisser l'occαsion de tout de suite, te répondre, que déjά tu brisαis, lα fine bαrrière entre votre lèvres. « promets-le moi, s'il te plαit. » soufflαs-tu dαns un murmure ά peine αudible, tαndis qu'il encerclα ton visαge de ses mαins, comblαnt une nouvelle fois, ά cette mαigre distαnce. « on rentre chez nous, mαintenαnt. » quelques mots égαlement susurrés, que tu ne remαrquαs même pαs ton propre lαpsus, ton logement, que tu considérαis comme le sien, en quelques sortes. αprès tout, rαres furent les nuits pαssées sépαrément, plus encore quαnd on sαit, que tu lui αvαis tout nαturellement déjά confié le double de tes clés.  

__________________________



┗ November Rain ┛
ஃ just remember that sometimes, the way you think about a person isn't the way they actually are. people are different when you can smell them and see them up close. ஃ
Oskár Ochoa
Voir le profil de l'utilisateur
adm h
MESSAGE : 642
ICI DEPUIS : 08/11/2021
COMPTES : woody, jackson, isaiah, concho, leónel, elmo
CRÉDITS : we go wild (avatar), astra (signature), azulasgif (g)

STATUT : let all heaven and earth start thundering 'cause in the end, we're on another magnitude (sahskár)
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 EmptyVen 25 Nov 2022 - 22:14

T'apprécias, cette fois, la réponse de Sahar. Pas de silence. Pas de regard détourné. Pas de réponse floue et vide. Pas d'attaque envers toi. Juste un discret sourire et la promesse d'en reparler, en toute sincérité, mais plus tard. Pas alors que vous aviez peu de temps, sur le point de détruire un amour qui aurait pu être voué à de si belles années. Tu lui souris à ton tour, satisfait de cette ouverture de sa part. Tu hochas la tête, sans rien ajouter. Elle pouvait de toute façon lire dans ton regard, Sahar, que tu vivais bien avec cette attente-là, puisqu'elle te promettait d'en reparler à un autre moment. Elle avait raison, en plus, voilà que tu virais à droite pour rejoindre le stationnement de l'église. Vous n'auriez pas pu élaborer sur le sujet de son dédain de Bowen plus que quelques minutes, et probablement n'aurais-tu pu avoir réponse à toutes tes questions. Il valait bien mieux prendre le temps, une autre fois.

Le chaos vous attendait de l'autre côté de cette porte. Ou plutôt, c'est le chaos qui les attendait, eux, de votre côté. Le chaos c'était vous. Sahar et toi. Et tu n'y allas pas de main morte avec ton monologue, après tout la blonde avait mis la barre bien haute et tu avais voulu être à la hauteur toi aussi. Tu voulais qu'elle puisse cocher ce défi de sa liste, avec le sentiment du devoir bien accompli. Rapidement, lorsque les futurs mariés et les invités s'enflammèrent, tu attrapas sa main au même moment où elle attrapait la tienne, te semblait-il. Et tu fuis. À ses côtés tu t'enfuis. Vous aviez assez vu le désastre que vous aviez causé, pas la peine de s'éterniser. Dans un rire vous aviez poussé la porte de l'église, retrouvant les grands escaliers, au haut desquels elle t'embrassa. Elle était heureuse elle était belle. Ça te fit exploser le coeur tellement tu l'aimais et tellement t'étais prêt à tout pour qu'elle déborde de cette même joie, tout le temps. Tu ne t'en cachas pas. « Je te le promets. » Murmuras-tu à ton tour, ton front posé contre le sien, tes mains encerclant son visage. Tu la regardais, vos regards si près l'un de l'autre, et tu souris lorsqu'elle lâcha qu'il était temps de rentrer chez vous. Chez vous. Tu hochas la tête et commenças à descendre les marches pour regagner la voiture, touché qu'elle considère que vous partagiez cette intimité, si naturellement. Elle ne t'avait peut-être pas encore dit les fameux mots, Sahar, mais une journée comme aujourd'hui parlait tout autant. Vous vous aimiez, ça en crevait les yeux.

THE END :11:
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: look what you made me do, (oskár)   look what you made me do, (oskár) - Page 2 Empty

 
look what you made me do, (oskár)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» i want everything or nothing at all. (oskár)
» Profil d'Oskár
» my favourite game, (oskár)
» Oskár & Polly bowed down to each other (chat)
» kick me when I have to crawl (sahar & oskár)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: