AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex ...
Voir le deal

 

 here we go again, (levi)

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10109
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : rαthmore (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptySam 6 Juil 2024 - 15:05

D'ordinaire, il n'appartenait pas à tes accoutumances de t'extraire du lit la première. À l'inverse, t'étais même plutôt du genre à t'éterniser le plus possible, jusqu'à ce que tu n'aies finalement plus le choix que de te lever. Cependant, les circonstances semblèrent plutôt différentes ce jour-là, le regard encore vitreux, et rougis visiblement par les excès de la veille, tu avais fini par quitter la chambre d'une démarche relativement chancelante, tandis que ton époux, continuait en apparence, de dormir à poings fermés. Outre le fait, que si ton sommeil s'avérait manifestement perturbé ce matin-là précisément, c'était avant tout, parce que le téléphone de Levi, avait sonné à plusieurs reprises, ou bien vibré dans le meilleur des cas. Une alarme on ne peut plus spécifique, que tu ne comprenais même pas que son cellulaire, jusqu'alors positionné à hauteur de sa tête sur la table de chevet, ne soit pas allé jusqu'à réveiller le principal concerné. Un élément qui attira automatiquement ton attention, si bien, que tu n'avais pas hésité à récupérer l'objet sur ton passage, avant de quitter la pièce. chaleureusement accueillie par ton canidé à ton arrivée dans le salon, tu t'empresseras aussitôt de vaquer à tes occupations habituelles en te saisissant dans un premier temps ta bouteille d'alcool de ta main libre, tandis que l'autre, maintenait encore le portable de l'anglais, duquel des vibrations retentirent à nouveau. Et sans même avoir encore pris connaissance des messages lui étant distinctement octroyés, tu fus forcée de constater que cet acharnement, ne présageait tout simplement rien de favorable vous concernant. Dorénavant positionnée contre la bordure de la fenêtre principale, le goulot plaqué entre tes pulpeuses, tu n'avais pas hésité à consulter les messages destinés à Levi, visiblement interloquée. De fait, tu manquas de peu de t'étouffer à leur lecture, quitte même à écouter ce qui s'apparentait à une menace, le téléphone immobilisé cette fois, à hauteur de ton oreille. Tu reconnaissais parfaitement cette voix, pour ainsi dire, tu restais la mieux placée pour savoir de quel individu exactement il s'agissait à l'autre bout du fil. Bien que tu n'étais pas en mesure de t'en rendre compte, l'expression que tu arboras dans un premier temps, se rapprochait très probablement de la colère, mais également de la déception. Une lueur éparse, traversa immédiatement tes iris, tandis que les nouvelles, peu avantageuses, te poussèrent à consommer davantage, tu fus au proie à une envie incommensurable de revenir toi-même à la source afin d'indiquer à chacun, que ton époux ne s'avérerait jamais plus leur sbire, dans l'espoir d'écouler leur stock. Parée dorénavant d'une hystérie qui menaçait déjà dangereusement au creux de tes entrailles, tu fus soudain partagée entre une volonté de le gratifier d'un réveil potentiellement abrupt d'à l'accoutumée, ou bien de patienter jusqu'à ce qu'il ne fasse de lui-même son apparition dans la pièce, où il te trouverait bouteille dans une main, son téléphone dans l'autre, le regard on ne peut plus assassin. Incapable d'ailleurs, d'expliquer pour quelle raison exactement, la seconde option demeurait selon toi la meilleure. 

@levi wheeler  :coeur:

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22726
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : cosmic light (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyDim 7 Juil 2024 - 1:35


Il était évident qu’il avait merdé, une fois de plus, visiblement incapable de reconnaître les flammes du danger, déguisées en promesses de sûreté financière. C’était ce qu’on lui avait promis, en échange de quelques services rendus, Levi étant tombé dans le piège de la facilité, tout ça pour montrer à sa moitié qu’il était capable de subvenir à leurs besoins et à ce rêve de maison qu’ils cherchaient à concrétiser depuis quelques temps. Et c’était sûrement ce dernier fait qui l’avait poussé à sombrer parmi des profondeurs abyssales, qu’il savait ô combien dangereuses pour les avoir déjà fréquenté, sans imaginer que le piège tendu finirait par se refermer sur lui une fois ses missions terminées. Pour l’instant, Levi tentait de se convaincre qu’il ne s’agissait que d’une période éphémère, le temps de renflouer ses comptes en banque, pour pouvoir leur offrir un refuge digne de ce nom, qui n’appartiendrait qu’à eux et dans lequel, ils auraient l’occasion de faire fleurir tous leurs projets. Il n’avait pas imaginé Levi, que Sahar mettrait la main aussi facilement sur les affaires assez sombres dans lesquelles il traînait depuis quelques temps, visiblement trop éreinté cette nuit-ci pour s’apercevoir des vibrations incessantes de son téléphone posé sur la table de nuit. Il était évident que les notifications à répétition n’avaient rien d’habituel, surtout pour lui, qui ne se contentait depuis bien longtemps que de la présence de sa favorite, le reste du monde ne l’important que très peu. Le seul élément venu perturber son sommeil avait été son absence dans les draps, sa main tâtant la place inhabituellement vide et froide de Sahar qui avait quitté la chambre bien plus précocement qu’à l’accoutumée. Et ce fait presque surprenant ne manqua pas d’interloquer Levi, qui décida à son tour de sortir du lit, la démarche encore hasardeuse, une mine des plus endormies retrouvant la clarté aveuglante de la pièce principale, où il retrouva son épouse, sans imaginer que les minutes à suivre ne se dérouleraient pas exactement comme ils les avaient imaginé. « Depuis quand t’es aussi matinale ? » Se risqua-t-il à dire, avec une pointe d’humour, gratifiant Luke d’une caresse au passage, avant de s’intéresser d’un peu plus près à l’attention de sa moitié, entièrement happée par cet objet qu’elle tenait entre les mains et qu’il ne tarda pas à reconnaître. Il garda le silence en prenant conscience que sa couverture n’était plus assurée, se contentant de confronter le regard assassin de son épouse, n’ayant aucun mal à comprendre qu’aucune des excuses qu’il possédait ne pourrait excuser les risques qu’il avait pris.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10109
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : rαthmore (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyDim 7 Juil 2024 - 14:27

Quelques-uns de vos projets s'annonçaient effectivement, plutôt ambitieux, surtout si on s'en tenait à l'aspect financier. Depuis l'officialisation du mariage, vous envisagiez désormais Levi et toi, de quitter votre appartement au coeur de Bowen, en faveur d'une bâtisse davantage isolée en périphérie de la ville. Cependant, il allait sans dire, que la somme d'argent à avancer au préalable, s'avérait ô combien colossale, surtout si on s'en tenait aux innombrables travaux indispensables pour le retaper. Toutefois, si tu avais jugé préférable de ton côté d'd'effectuer quelques économies de manière bien moins outrancière, Levi, du sien, ne semblait pas véritablement partager ton avis, à en croire la découverte que tu t'apprêtais à faire, en récupérant son téléphone. En effet, les notifications récurrentes, eurent manifestement raison de ton sommeil tout juste relatif, au point, que peu matinale d'ordinaire, tu avais toi-même fini par quitter le lit conjugal, la première. Le regard profondément vitreux, et rougis notamment par tes excès de la veille, tu amorças une démarche relativement chancelante parmi les pièces de l'appartement, suivie de près par ton fidèle compagnon. Le cellulaire de ton partenaire plaqué dans une main, tu viendras aussitôt te saisir de ton récipient en verre, de l'autre, avant de finalement te diriger jusqu'à la fenêtre principale de ton salon, contre laquelle tu prendras nonchalamment appui. Le goulot dorénavant immobilisé entre tes pulpeuses, tu profitas également d'une accalmie de courte durée, afin de prendre connaissances des messages destinés à ton partenaire, et qui pour certains, s'apparentaient clairement à une menace avérée. Mieux que personne, tu connaissais l'expéditeur et ses motivations, convaincue à tort, il y a déjà des mois de ça, que vos vies, ne dépendraient jamais plus de la sienne. Le fait était que, tu t'étais considérablement trompée, atterrée depuis quelques semaines de réaliser que Levi, malgré ton désaccord, n'avait eu que faire de tes réticences, en plongeant à nouveau, parmi le chaos le plus complet. Un choix jugé selon toi égoïste, qu'il avait considérablement impacté votre relation depuis. Et sans t'en rendre spécialement compte, tu arborais déjà un positionnement colérique, une lueur accusatrice traversant immédiatement tes iris, lorsque ce dernier, fit à son tour, son apparition dans la pièce. Plutôt du genre habituellement à lui sauter dessus, tu fis preuve cette fois de rébellion, en restant à bonne distance de ton amant, le téléphone tendu devant toi. « Depuis que tes nouveaux employeurs cherchent obstinément à te joindre. » Tentas-tu péniblement d'ironiser, te délectant au passage d'une gorgée supplémentaire du contenu de ta bouteille, tout en hochant frénétiquement la tête dans la foulée en guise de désapprobation. « Sache que t'es déjà attendu ailleurs, si jamais. » T'exclamas-tu sèchement, l'impertinence s'invitant à son tour, parmi tes traits les plus acérés, tandis que tu faisais ouvertement référence aux notifications réceptionnées. Car si l'anglais justifiait ses agissements d'une solution temporaire, toi, tu n'y voyais à l'inverse, qu'une succession de conséquences plus ou moins tardives.

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22726
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : cosmic light (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyLun 8 Juil 2024 - 23:22

Il aurait été ambitieux d’imaginer que ce périple improvisé à l’autre bout du monde, pour sceller leur amour, n’aurait pas eu quelques répercussions sur leur stabilité financière toute relative. Et quand bien même Levi ne regrettait pour rien au monde d’avoir dilapidé la quasi intégralité de ses économies pour offrir à l’amour de sa vie le voyage de toute une vie, celui qui resterait gravé à tout jamais en eux, il était conscient que le quotidien serait désormais bien plus compliqué pour eux et que leurs projets à venir restaient en stand-by tant qu’ils ne seraient pas capables de les assumer. Et Dieu savait que l’anglais était le premier à rêver de ce cocon éloigné du centre de Bowen, qu’ils avaient maintes et maintes fois imaginé, idéalisé, se projetant entre des murs qui n’existaient même pas encore, ou seulement dans leur imagination, eux qui trépignaient d’impatience à l’idée de débuter une nouvelle existence ailleurs. Il fallait croire que la patience n’était pas toujours sa plus grande qualité, Levi prenant conscience que leurs jobs respectifs dans les différents bars de la ville ne leur permettraient jamais de réunir la totalité de la somme qui leur serait demandée pour acquérir un bien immobilier, eux qui peinaient tout juste à se défaire des factures qui s’accumulaient. La raison, semble-t-il que Levi la négligeait lorsqu’il avait une idée en tête, quitte à outrepasser les limites, flirtant avec un danger imminent qui n’était évidemment pas du goût de son épouse. Il avait pourtant pris le risque d’échanger avec ces hommes qui avaient autrefois cherché à le réduire à néant, conscient qu’ils représentaient la solution facile à ce qu’il recherchait. Probablement naïf, l’anglais s’était de nouveau approché du brasier menaçant, convaincu qu’il ne craignait rien tant qu’il restait un minimum sur ses gardes. Le réveil s’était avéré bien plus difficile qu’il ne l’aurait imaginé ce matin là, haïssant cette sensation de froid qui l’éprenait lorsque Sahar quittait les draps la première, regrettant de percevoir le vide à sa place. Ne voyant aucune raison de traîner dans le lit si sa moitié n’y était pas, il avait décidé de se lever à son tour, traversant l’appartement d’une démarche hasardeuse à la recherche de sa favorite, la retrouvant finalement dans le salon. Bien que son ton s’était voulu léger, Levi avait rapidement fait le lien entre le regard glacial de Sahar et l’objet qu’elle tenait entre ses doigts, reconnaissant aisément son portable et la mine renfrognée de la brune. « Je leur avais dit de pas me déranger le matin. » Lâcha-t-il, posant son regard vers l’objet tendu qu’il récupéra dans la foulée, balayant du regard l’ensemble des messages qu’il avait reçu et qui s’avéraient on ne peut plus menaçants. « Désolé que ça t’ait réveillé. » Ajouta-t-il, conscient que ce n’était certainement pas le fond du problème que soulevait Sahar et qui provoquait sa colère, regrettant déjà cette distance presque imposée entre eux, et ô combien inhabituelle, alors qu’il se serait damné pour se réfugier contre elle.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10109
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : rαthmore (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyMar 9 Juil 2024 - 15:01

Il aurait été fabuler de prétendre que sur le plan financier, la situation s'avérait parfaitement idyllique. De la même manière que Levi, tu prenais conscience de l'ampleur défavorable de vos finances, surtout si on s'en tenait au projet ambitionné, nécessitant une épargne plus que jamais conséquente afin de pouvoir le concrétiser. Mais si de ton côté, tu avais jugé semble-t-il plus raisonnable d'user de solutions moins radicales, l'anglais ne l'entendait quant à lui, pas de cette oreille. Convaincu peut-être d'oeuvrer pour le mieux, ce dernier, malgré ton désaccord évident, s'était empressé de servir à nouveau la cause des bas fonds de Bowen. Malheureusement, cette implication jugée particulièrement outrancière selon toi, avait eu raison de l'entente on ne peut plus décontractée qui régnait habituellement parmi le domicile. N'adhérant pas au positionnement de ton époux sur la question, tu parvenais difficilement à lui dissimuler non seulement ta déception, mais aussi ton exaspération. Hantée soudain par un sentiment proche de la trahison, tu lui en voulais surtout de ne pas avoir tenu compte de ta désapprobation, en privilégiant le chaos, à un potentiel accord. T'étais la mieux placée pour savoir que les risques encourus par ton époux s'avéraient bien trop conséquents, comparés aux résultats potentiellement escomptés. De fait, son comportement finissait systématiquement par changer, votre manière de vous appréhender, elle aussi évoluait, et pas forcément pour le mieux. Plus morose et exténué de son côté, tu faisais du tien, pas preuve de davantage d'optimisme, et ce matin-là, en serait la preuve flagrante. Importunée par les vibrations retentissantes de son téléphone, tu avais naturellement fini par jeter l'éponge en quittant le lit conjugal la première, tandis que Levi, continuait visiblement de dormir à poings fermés. Dorénavant, tu t'apprêtais à vaquer à tes occupations, d'abord accueillie par ton fidèle compagnon, tu déambuleras jusqu'au premier placard à ta portée pour y récupérer ton récipient en verre, la démarche encore chancelante. Son cellulaire d'une main, ta bouteille de l'autre, tu viendras dans la foulée prendre appui, à hauteur de l'encadrement de la fenêtre, afin de prendre connaissances des notifications destinées à ton partenaire, avant qu'il ne fasse lui-même son apparition dans la pièce, les minutes qui suivirent. « De ne pas te déranger le matin? » Tu répétas immédiatement, l'expression arborée, on ne peut plus sarcastique. « Tu te fous de moi, comme eux le font avec toi, ou quoi? » Poursuis-tu sèchement, avant de lui tendre son portable dans la foulée, pour qu'il puisse le récupérer, et prendre lui-même connaissances des messages, autrement dit, des menaces ouvertement formulées par leur expéditeur. Qui plus est, tu n'irais pas en décolérant, au vu de ses excuses vulgairement éparpillées, et sans véritablement de fondements. « Pourquoi t'es encore là? Tu vois bien qu'ils ont besoin de toi, non? » Crachas-tu presque trop hargneusement, le goulot positionné entre tes pulpeuses. Un tel aspect colérique de ta part, et ciblant directement Levi, n'était pas ordinaire, bien au contraire. Habituellement, tu aurais été la première à accourir afin de chaudement l'accueillir, surtout lorsqu'on savait que tu en faisais de même à son retour de chaque sortie, néanmoins, cette fois, les conjonctures s'avéraient diamétralement différentes, et pour cause, ses propres décisions.

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22726
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : cosmic light (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyMar 9 Juil 2024 - 23:01

Peut-être s’agissait il d’une fierté mal placée, mal jaugée, qui l’empêchait de prendre les bonnes décisions, Levi étant persuadé qu’il n’y avait aucun mal à vouloir flirter avec le danger s’il était question d’un projet comme le leur et de sa finalité. Pour la première fois, il voulait être à la hauteur, afin de montrer à celle qu’il avait choisi pour l’éternité qu’il était capable de leur assurer un avenir et de répondre à ses attentes, quand bien même l’art et la manière n’étaient pas forcément les plus académiques qui soient. Levi, il avait ce besoin viscéral de se sentir utile, de pas être indéfiniment un poids lourd que traînait Sahar et qui n’était capable de rien. Il avait promis d’être son partenaire de vie, son soutien infaillible pour le restant de leurs jours et il voulait assurer ce rôle à la perfection, quitte à jouer avec les limites du tolérable. S’il savait que son épouse se dressait contre les idées qui l’incitaient à vendre son âme au diable, l’anglais savait aussi qu’il n’y avait aucune solution viable à ses yeux s’ils désiraient accomplir leurs projets. Sans s’en rendre compte, il mettait en péril ce qu’il avait de plus cher au monde, cette complicité si unique qui les liait et qui semblait s’effriter depuis quelques temps. Pour preuve, lorsqu’il avait ouvert les yeux ce matin là, Sahar avait déjà déserté les draps, le laissant seul avec cette sensation de vide qui l’habitait déjà dès lors que leurs êtres se voyaient éloignés. Il ne tarda d’ailleurs pas à chercher sa présence entre les murs de l’appartement, d’un pas hasardeux, assez révélateur de sa fatigue. Et Levi, il connaissait assez Sahar pour savoir que la distance inhabituelle qu’elle semblait lui imposer ne présageait rien de rassurant, surplombé par son regard habillé d’une noirceur sans pareille qui lui était directement destiné. Et ce ne fut que lorsqu’elle lui tendit son portable qu’il comprit la raison de son humeur, peinant à maintenir son regard qui se voulait assassin, l’incitant à lui rendre des comptes. À peine avait-il tenté de formuler une réponse qu’il comprit directement que Sahar ne comptait lui faire aucun cadeau, davantage agacée par la maladresse de ses mots. « Je sais pas quoi te dire. » Lâcha-t-il, soupirant au passage, sans parvenir à la regarder droit dans les yeux, le regard encore embrumé par ce réveil on ne peut plus agité. Les mots suivants de la brune ne le laissèrent pas indifférent, percevant aisément la colère prendre le dessus de leur échange tout juste amorcé. « Tu ne comprends toujours pas pourquoi je fais ça, n’est-ce pas ? » Murmura-t-il, presque comme une rhétorique qu’il laissa échapper, baissant de nouveau le regard sur l’écran de son cellulaire avant de le déposer sur le meuble à proximité. « T’as raison, j’vais devoir y aller. » Et plus que jamais, il constatait que leur désaccord n’avait aucune issue pour le moment, si ce n’était que de les éloigner davantage l’un de l’autre.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10109
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : rαthmore (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyMer 10 Juil 2024 - 13:29

Il s'avérait impossible dernièrement de nier l'entente profondément médiocre qui régnait entre les murs de votre apparemment, depuis quelques jours. Dorénavant, vous ne sembliez plus vraiment sur la même longueur d'onde, loin de l'idylle implacable ayant suivi les premières semaines de votre mariage. T'irais même jusqu'à dire, que tu possédais ce sentiment pour le moins troublant, de rétrograder, de revenir malgré toi, à ce que tu avais désespérément tenté de fuir au préalable. Et pour cause, Levi, de son côté, avait daigné des choix auxquels tu n'adhérais pas. Car si tu avais pour accoutumances aujourd'hui de te soumettre délibérément à son approbation, quel que soit les aspects concernés, tu regrettais plus que jamais, de constater que ce dernier quant à lui, ne tenait absolument pas compte de tes réticences. Par conséquent, votre attente à première vue si accomplie, connaissait déjà ses premières cassures. En d'autres termes, soit tu l'acculais d'une multitude de blâmes en tout genre, au mieux tu te contentais de ne rien dire du tout. Et si la raison motivant ses agissements paraissait on ne peut plus légitime, la méthode en revanche, ne l'était pas vraiment. Non pas que tu aies enfin fini par t'assagir, cependant tu restais la mieux placée pour savoir, que le procédé, jamais, ne vous serait favorable. Forcée malgré tout de constater que Levi, préférait de loin nier l'évidence, plutôt que s'confronter directement à tes revendications. Les circonstances ne semblaient pas aller en s'améliorant, notamment si on s'en tenait à l'esquisse de votre échange, qui peinait tant bien que mal à s'amorcer. Alors même que tes iris demeuraient manifestement rougis par les excès de la veille, qu'une lueur encore plus écarlate les traversa de toute part, la mine ô combien renfrognée, la main contenant son téléphone, tendue dans sa direction, afin qu'il puisse le récupérer. Néanmoins la léthargie ouvertement affichée par ton époux, tu le savais, finirait à cette allure, par avoir raison de toi. « On est bien avancés comme ça. » Ironisas-tu, avant de finalement te délecter d'une gorgée supplémentaire de ta liqueur amère. « Rien ne justifie de pactiser avec ces mecs-là. » Poursuis-tu froidement, avant d'immédiatement détourner le regard de ton interlocuteur, afin de contempler le panorama à travers la fenêtre. S'il existait effectivement une alternative à laquelle tu n'étais pas habituée depuis le commencement de votre histoire, c'était bel et bien à cette distance nouvellement instaurée, et à laquelle, tu ne te sentais pas de mettre un terme pour le moment. « Fais donc, dans ce cas. Va traîner dans tous les coins foireux de Bowen. Tu continueras de te donner bonne conscience en justifiant de le faire pour nous. » Si tu semblais plutôt tempérée en ce qui concernait tes comportements, n'en restait pas moins que tes ripostes s'avéraient particulièrement tranchantes. « Avec un peu de chance, on se croisera demain au réveil. » Sous-entendu, que les activités relativement douteuses de ton époux, occupaient une place conséquente, à tel point, que tu craignais de ne faire à l'avenir, que vous croiser. Perchée désormais, contre le renforcement de la fenêtre, tu luttais tout simplement avec toi-même pour ne pas égarer une partie de ton sang-froid, quitte cette fois, à ne même pas le regarder. 

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22726
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : cosmic light (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) EmptyAujourd'hui à 0:20

Semble-t-il que jamais ils n’avaient expérimenté une impasse comme celle-ci, une tempête comme celle qu’ils traversaient actuellement, ô combien menaçante et aux conséquences dévastatrices. Jamais Levi ne s’était senti aussi vide que depuis qu’il avait décidé de franchir toutes les limites, convaincu qu’elles en vaudraient la peine, que Sahar finirait elle aussi par comprendre que ses faits et gestes n’avaient pour vocation que de la satisfaire. Et pourtant, s’abattait sur eux un vent des plus glacials, ébréchant leur complicité si solide, sous leurs regards impuissants, comprenant qu’ils assistaient à un tournant dans leur relation. Levi persistait à se persuader que les temps changeraient, que leur ciel s’éclaircirait à nouveau lorsqu’ils se sortiraient de ce gouffre financier, pour devenir les propriétaires de leur propre bien, loin de ce qu’ils connaissaient aujourd’hui. Un mal pour un bien. Voilà comment l’anglais tentait de se motiver, bien qu’il était le premier à constater cette distance immensément inhabituelle qui le séparait de son âme-sœur, ouvrant une énième fois les yeux dans un lit vide, refroidi par l’absence de son épouse. Incapable de se délecter d’une matinée dans les draps sans elle, il n’avait pas tardé à se redresser à son tour, trainant des pieds dans les pièces de l’appartement jusqu’à tomber sur Sahar, n’ayant aucun mal à deviner qu’elle ne comptait pas lui sauter dans les bras pour le moment. Et pour cause, il capta presque immédiatement qu’elle détenait son portable dans une main, qu’elle ne tarda pas à lui tendre pour qu’il ne vienne lui-même découvrir les messages en attente qui s’y étaient accumulés, limpides comme de l’eau de roche quant à leur contenu. « Je pactise avec personne. J’essaye juste de gagner de l’argent plus facilement, pour qu’on puisse être libres de faire de qu’on veut. » Se justifia-t-il, bien que la posture arborée par Sahar lui confirmait qu’elle n’accepterait jamais cette situation, quand bien même il n’avait jamais été question que de leur projet futur. Ses mots, aussi tranchants que des lames de rasoir ne firent que l’enfoncer davantage, laissant la culpabilité prendre le relai alors que la brune sut évidemment appuyer là où les maux étaient davantage douloureux. « Tu crois que ça m’amuse de faire ça ? Tu penses que j’prends mon pied à traîner avec ces gars-là pour gagner mon pain ? » Lâcha-t-il, se ressaisissant pour ne pas laisser sa voix se briser au dernier moment et refléter le mal qui le rongeait à l’idée de la perdre un jour, lui qui peinait désormais à obtenir ne serait-ce que son attention.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
Contenu sponsorisé
here we go again, (levi) Empty
MessageSujet: Re: here we go again, (levi)   here we go again, (levi) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
here we go again, (levi)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» look what you're doing to me (levi)
» for a moment (levi)
» born to die, (levi)
» levi's phone.
» levi's phone.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: appartements-
Sauter vers: