AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

-33%
Le deal à ne pas rater :
PNY Mémoire RAM – XLR8 Gaming MAKO DDR5 – 6000MHz – 2×16 Go
79.99 € 119.99 €
Voir le deal

 

 et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel

Aller en bas 
AuteurMessage
adm f
Maddie Reynolds
Maddie Reynolds
MESSAGE : 1659
ICI DEPUIS : 13/02/2023
COMPTES : elijah - ramsay - orso - poppy - joan
CRÉDITS : @fassylover

STATUT : comme un virage en mer quand tu finis la tête la première dans la vague.
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyVen 2 Juin 2023 - 21:35

J'quittais l'appartement que je partageais avec ma mère. Juste pour aller faire des courses. A chaque fois que j'me préparais pour sortir, ma mère avait toujours un petit stress. Faut dire que ma longue absence de plusieurs semaines, à sombrer dans les tréfonds de la drogue avec Archie, avait laissé quelques traces indélébiles dans le fond de l'esprit de ma mère. Elle avait toujours la sensation que j'allais me volatiliser. J'pouvais la comprendre, alors j'la rassurais, du mieux que j'pouvais, lui promettant que j'allais juste acheter deux trois trucs à la supérette du centre ville et que j'serais de retour pour manger avec elle. J'trouvais ça touchant la manière dont elle me protégeait. Et puis, j'avais aussi un beau bordel dans ma tête depuis que je savais que mon père était en ville, et qu'il était - accessoirement - mon patron depuis quelques semaines. Non vraiment, là, j'savais plus trop où donner de la tête, mais j'arrivais à tenir bon. Grâce à ma mère d'abord et puis à Lewis aussi, et à Leyla. C'était des bases solides sur lesquelles je pouvais me reposer si j'me sentais flancher.

Sur le chemin de la supérette, j'pouvais pas m'empêcher de penser à tout ça. J'me sentais un peu comme à côté de ma vie en ce moment. Mon père, Ciàn, il était là. J'arrivais pas à y croire, j'arrivais pas à m'dire qu'il allait falloir que j'le confronte. J'en avais pas envie, parce que je ne savais pas quoi lui dire. Alors j'tournais ça, en boucle dans ma tête. J'pense que de l'extérieur, j'devais avoir l'air d'une fille complètement ailleurs. Distraite. J'entrais dans la supérette, j'empoignais un p'tit panier et j'me mettais à déambuler dans les rayons, prenant des articles sans trop réfléchir. J'me repassais un boucle la discussion que j'avais eu avec ma mère à propos de mon paternel, et j'prêtais pas tellement attention aux autres autour de moi. Avant que mon regard ne se pose sur une jeune femme, rousse, qui était justement en train d'me regarder. J'lui adressais un sourire poli, celui que j'donnais spontanément aux gens qui croisait mon regard. Puis j'reportais mon intention sur les fruits qui s'trouvaient devant moi. Mais j'sentais bien, et j'le voyais aussi, dans mon champ de vision, que cette nana là, elle continuait d'me regarder. Est-ce que j'avais genre ma culotte coincée dans ma robe? Est-ce que j'avais un truc qui clochait? Alors j'repose une seconde fois les yeux sur elle, mais elle détourne aussitôt le regard. Comme si j'l'avais pas vu. J'fronce un peu des sourcils. Dubitative quant à cette situation.

@Hazel B. Thomas

__________________________



c'était trop beau pour être vrai notre histoire n'aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai", je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai" (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptySam 3 Juin 2023 - 15:26

Ces derniers temps, mon petit monde a été secoué par quelques tempêtes. J’ai ressenti tellement d’émotions contraires, chacune plus percutantes les unes que les autres, à m’en donner le tourni. J’ai essayé de les accueillir, de les comprendre, de les dompter. Mais ce n’est pas un domaine dans lequel j’excelle. J’sais pas raisonner ma tête quand elle s’emballe, qu'elle me hurle que j’suis perdue, que j’ai peur, que j’aime alors j’essaye de trouver des moyens pour détourner son attention. Le dernier en date, c’est de mon plonger dans le travail, commencer tôt - enfin, modérément tôt -  le matin et terminer quand je sens que la fatigue a fini par museler les sirènes entêtantes de mon esprit. Aujourd’hui, j’comptais pas déroger à ce programme, j’avais des commandes à faire et des rendez-vous à fixer pour préparer des petites représentations chez des particuliers. Sauf que mes plans ont été contrecarrés quand j’ai aperçu l’état de profonde désolation du réfrigérateur ainsi que des placards….et que je me suis souvenue, en me tapant le front du plat de la main, que c’était à moi cette semaine d’aller faire les courses. J’me dis que, peut-être, j’pourrais attendre encore un jour ou deux ? Hm…mouai non, y a plus de Gin, j’ai pas envie de subir le courroux de Maxine. J’attrape un grand sac à dos dans le placard de l’entrée, je visse une casquette à l’envers sur ma tête et j’quitte l’appartement avec dans l’idée de boucler rapidement cette corvée.

Où est-ce que j’ai vu cette fille ? Je tiens un paquet de céréale dans les mains et j’le tapote distraitement du bout des doigts en essayant de remettre ce visage. Une cliente ? non. Une amie de mon frère ? Non plus. Une employée de la salle d’arcade ? Non, définitivement pas.  Ah putain ! SI ! J’arrondis les yeux. C’est elle ! J’suis positivement sûre que c’est elle ! Un jour que j’zonais dans la rue, je l’ai vu, elle, avec Manwë. J’m’étais pas approchée, à vrai dire j’m’apprêtais même à passer mon chemin. Même si j’ai un comportement un peu excessif parfois, j’suis pas du genre à débarquer comme ça dans la discussion des gens. Et puis, j’arrive tellement pas à être normal avec Man, j’avais besoin de penser à autre chose. Sauf que…je les ai vu s’enlacer. Et là, j’aurais beau essayer de le nier férocement, j’ai eu un pincement. Fait chier.

Alors quand elle me souris, je réagie pas trop parce que j’suis en pleine réflexion. Je devrais m’dire que, de toute façon, avec Manwë y a rien, que j’ai passé l’âge de ces idioties, que j’devrais peut-être éviter de la fixer comme ça. Que je…Quoi ?! Mais qu’est-ce que j’fais ?! Je viens de fourrer la boîte de céréales dans mon sac et je me dirige vers l’étal de fruits, j’me mets à côté de la jeune fille à la longue chevelure brune et j’fais mine de m’intéresser aux oranges qui sont à portée de ma main. “Heu…ouai…écoute…j’suis pas une espèce de psychopathe névrosée…et puis j’t’aborde genre HYPER bizarrement mais…heu…tuuu…connais Manwë…enfin oui, oui, j’imagine que oui parce que j’t’ai vu lui faire un…un câlin quoi. Vous…Vous entendez bien ?” La palme pour le rôle de la meuf chelou, décernée à Hazel Thomas.
lumos maxima


@Maddie Reynolds aha
Revenir en haut Aller en bas
adm f
Maddie Reynolds
Maddie Reynolds
MESSAGE : 1659
ICI DEPUIS : 13/02/2023
COMPTES : elijah - ramsay - orso - poppy - joan
CRÉDITS : @fassylover

STATUT : comme un virage en mer quand tu finis la tête la première dans la vague.
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyLun 5 Juin 2023 - 22:24

Se sentir observée, c'est vraiment pas un sentiment agréable. Surtout que ces derniers temps, comme j'avais quand même - accessoirement - fait beaucoup de trucs merdiques, j'avais toujours l'impression que les gens parlaient un peu dans mon dos. Genre "ah ouais, la p'tite reynolds, elle est tombée bien bas". Alors qu'en vrai, la plupart des gens ici, ils en avaient rien à s'couer de moi. J'étais pas Beyoncé, alors les tribulations d'une gamine de vingt ans, ça intéressait personne. Mais j'savais tellement à quel point j'avais tout laissé voler en éclat autour de mois ces derniers mois, alors j'me jugeais moi même en fait. Et puis, ma vie, elle était pas vraiment de tout repos, même si j'm'étais sortie de la drogue. Parce que j'devais dealer avec la présence de mon père, ici à Bowen, après qu'il nous ait abandonné, avec ma mère, avant ma naissance. J'lui avais pas encore parlé. Et j'savais pas comment aborder les choses. J'arrivais pas à savoir si j'devais être en colère contre lui ou non. J'pensais à ça, très très souvent. Voire trop, mais c'était impossible pour moi de faire abstraction de cette tempête là, qui s'agitait au fond de moi.

Ce regard sur moi, j'arrivais pas à le comprendre. C'était une jeune femme, pas beaucoup plus vieille que moi, et elle m'lançait des regards. J'avais finis par détourner le visage, me déconcentrant sur les délicieux ananas qui s'trouvaient devant moi. (héhé, team ananas en force What a Face) Alors que nos regards s'étaient croisés au dessus des rayons de la supérette, j'sens, quelques secondes plus tard, qu'elle est à côté de moi. Est-ce que c'est une psychopathe? J'vais pas tarder à le savoir puisqu'elle m'adresse la parole. Assez surprise, j'lève les yeux vers elle et j'les plisse un peu, tentant de comprendre de quoi elle me parle. Elle a pas l'air méchante, au contraire. Mais elle est pas claire dans ses propos. Mon plissement de yeux s'accentue quand elle me parle de Manwë. Mais qu'est-ce qu'il vient faire dans cette histoire? Pourquoi elle me parle de lui? Elle mentionne ensuite un câlin que j'lui aurais fait. Mais, ça n'a aucun sens tout ce qu'elle me dit là. J'la regarde interloqué. Elle veut en savoir plus sur la façon dont on s'entend avec Manwë. J'suis absolument perdue. "Manwë?" C'est le seul truc qui sort, parce que j'trouve ça totalement improbable qu'elle me parle de lui. J'crois pas que ça soit ultra connu que j'ai fréquenté Manwë, les deux fois presque par hasard. "Un câlin?" Ouais, là j'm'exprime que par monosyllabes questionnantes, parce que j'comprends rien. "Oui, j'le connais. Mais, excuse moi hein, mais en quoi ça serait important pour toi?" J'la regarde, un peu méfiante, mais pas méchamment. Le p'tit câlin qu'on s'était donné, dans la rue, lors de notre première rencontre, c'était vraiment plus une étreinte courtoise qu'autre chose. Enfin, ça signifiait rien. "Est-ce que t'es genre sa meuf?" Imaginer Manwë en couple? Très improbable à visualiser, mais après tout pourquoi pas. Et puis, ça collerait avec le fait qu'elle trouve ça étonnant qu'on se soit donné un câlin avec Manwë. Non là clairement, la jeune femme va devoir m'éclairer, parce que je ne comprends strictement rien à ce début de discussion complètement lunaire.

@Hazel B. Thomas  HA

__________________________



c'était trop beau pour être vrai notre histoire n'aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai", je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai" (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyJeu 8 Juin 2023 - 19:52


Waouh. J’me demande sérieusement ce qui vient de me prendre là. J’suis plutôt coutumière des situations à la con, un peu gênantes, étant une spécialiste du “Foncer d’abord, réfléchir ensuite”. Mais là, j’vous promets, j’viens de faire très très fort, on est pas loin du coup de maître. J’ai plutôt envie de me mettre une grosse claque sur le front et de disparaître comme un courant d’air, histoire de me faire oublier pour quelques temps. Quand j’ai reconnu cette fille, mon cerveau a comme disjoncté, ça s’est mis à fumer entre les synapses et à me donner des ordres bien farfelues. Comme le fait d’aller me planter à côté d’elle, le sac à moitié ouvert avec ma boîte de Chocapic qui menace sérieusement de faire une chute libre, et de tater des putains d’ananas tout en lui déversant le flot de paroles le plus what the fuck du millénaire.

Plus je parle, plus je m’entends, plus je me rends compte que j’ai l’air complètement déconnante, bien à côté de mes pompes…avec un peu de chance, j’pourrai plaider un lendemain de soirée difficile, ça pourra peut-être passer ? J’ose pas trop regarder la brune à côté de moi, comme quand on a une discussion saine et stable quoi, alors mon regard il se balade sur le prix des bananes et des oranges, pas passionnant mais ça m’fait gagner du temps avant de me confronter à ses yeux. Ca me ressemble pas trop ce comportement, j’ai plutôt tendance à bien affronter mes conneries en face plutôt que d’avoir le regard qui fuit comme ça. J’sais pas trop à quoi c’est dû…enfin si, c’est parce que j’aborde ce sujet, avec lequel j’suis pas des masses à l’aise ; le dossier Ma relation chelou avec Manwë.

J’décide de me reprendre un peu en main, de redresser la tête et de me tourner vers la jeune femme, j’lui fais même un petit sourire. On doit pas avoir beaucoup d’écart toutes les deux, et elle a l’air assez cool. J’dis ça parce qu’elle ne me regarde pas avec animosité et qu’elle ne m’a pas lancé d’ananas dans la figure, j’pense que c’est plutôt bon signe non ? Par contre, je vois bien, dans ses yeux plissés, qu’elle essaye activement de comprendre ce qu’il se passe. J’m’apprête à reprendre la parole mais c’est elle qui brise le silence. Elle a l’air tellement soufflée, c’est fou, j’savais pas que je pouvais mettre les gens autant mal à l’aise. Finalement, elle me demande ce que ça peut me faire et j’dois dire que c’est une SACREE BONNE QUESTION. Qu’est-ce que ça peut me foutre ? J’sais pas trop, j’sais juste que j’aime pas ça. C’est tout. C’est visiblement assez pour que je me mette dans cette situation invraisemblable. Je me pince l’arrête du nez, une mine contrite sur le visage, en vérité, je m’apprête à m’excuser, à lui souhaiter une bonne journée et à tourner rapidement les talons. Mais elle me demande si je suis la meuf de Manwë et ça me fait rouvrir les yeux beaucoup trop précipitamment. “Non…’fin p’t’être, j’en sais rien.” Ca a le mérite de n’être pas clair du tout. “Ecoute, j’suis vraiment désolée.” Je lâche en soupirant. “J’suis pas du genre flippante d’habitude, j’dis bonjour et tout avant de poser des questions malaisantes. J’suis juste pas très au clair là, c’est tout…la vache, vraiment excuse moi.” Et sachez que je ne m’excuse pas souvent, c’est un élément notable.
lumos maxima


@Maddie Reynolds :busted:
Revenir en haut Aller en bas
adm f
Maddie Reynolds
Maddie Reynolds
MESSAGE : 1659
ICI DEPUIS : 13/02/2023
COMPTES : elijah - ramsay - orso - poppy - joan
CRÉDITS : @fassylover

STATUT : comme un virage en mer quand tu finis la tête la première dans la vague.
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyVen 9 Juin 2023 - 2:03

Depuis que cette nana rousse a commencé à me regarder, j'suis passée par tout un tas d'émotion. D'la politesse d'abord, parce qu'il faut toujours savoir sourire à une inconnue qui passe. (hé ouais, j'cite du Florent Pagny et quoi ?) Et puis après, j'ai commencé à m'sentir plus qu'observée. Elle me voulait quoi au juste? Elle ressemblait une espèce de psychopathe là, à me regarder par dessus le rayon de pâtes. Mais finalement, elle s'approche de moi. Et là, c'est plus d'la surprise que j'ressens. Parce qu'elle s'met à me parler de Manwë, de câlins et j'comprends rien. J'veux pas paraître désagréable, parce que c'est pas dans ma nature. Je cherche juste à comprendre. Parce que là, pour l'instant, ça n'a aucun putain de sens. J'pensais pas que ça intéresserait quelqu'un de savoir la nature de ma relation avec Manwë. Parce que en fait, c'était juste un gars que j'affectionnais beaucoup, qui m'aimait bien en retour et qu'on savait pas trop pourquoi on ressentait ça. C'était pas explicable en fait. Mais apparement, ça intéresse cette jeune femme. J'finis par supposer que c'est sa copine. J'vois pas autrement. Même si, j'dois bien admettre qu'elle parait pas bien plus vieille que moi et que Manwë .. bah il est de la première fraîcheur quoi. (Si tu passe par là, Coco, c'est gratos, je sais, mais ça m'fait plaisir!) Mais bon, s'il pouvait trouver l'amour, j'lui souhaite. Ca mettrait peut-être un peu de douceur dans son p'tit coeur.

Mais là encore une fois, la jeune femme, elle est pas claire. C'est sa copine ou pas? J'la regarde, toujours interloqué. "Comment ça t'en sais rien?" Mais finalement, la jeune femme change de cap, direct, commence par s'excuser puis finit par soupirer. J'crois qu'elle sait pas trop non plus c'que c'était que cette conversation lunaire. J'l'écoute et je finis par sourire. La trouvant, tout de même très amusante. "C'est vrai que j't'ai trouvé bien weird là, au début. Encore un peu maintenant cela dit." J'marque une pause puis je ris un peu. J'pose sa main sur son épaule, en compatissant un peu. "C'est Manwë qui t'met dans cet état pas possible? T'inquiète, j'comprends." Et là, j'me rends compte qu'elle va croire que moi aussi j'suis genre en crush sur lui. J'secoue la tête et j'écarquille un peu les yeux. "Enfin j'veux dire, moi j'crush pas sur lui hein .. c'est juste qu'il est magnétique?" J'laisse ma phrase en interrogation, pas très certaine de ce que j'avance là. Et puis je rajoute. "Enfin, j'dis pas que t'es en crush sur lui.." Woo, moi aussi j'me mettais à être confuse et à raconter n'importe quoi. J'ris et j'plonge mes deux mains dans mon visage, parce que là, notre échange il est lunaire. J'souffle un peu coup et j'relève le visage vers la jeune femme. "Ok, c'est la rencontre la plus bizarre que j'ai jamais vécue. Reprenons depuis le début : Maddie enchantée!" que j'lui dis en tendant la main vers elle pour la lui serrer. J'penche un peu la tête sur le côté, toujours en souriant, plissant un peu les yeux, pour voir si j'l'ai pas perdue en chemin.

__________________________



c'était trop beau pour être vrai notre histoire n'aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai", je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai" (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyLun 19 Juin 2023 - 18:34

Wow. Si j’devais tenir un palmarès des mes rencontres les plus weird, j’pense que celle-ci cavalerait en tête sans trop de soucis. Pourtant, il y a une espèce de constante dans ma vie qui veut que les gens y débarquent par des biais…assez inhabituels. J’sais pas, les personnes qui ont une vie normale, j’imagine qu’ils rencontrent leurs potes à l’université, au bar, en boîte, p't'être même chez l’primeur, qu’est-ce que j’en sais mais faut croire que mon existence elle a décidé les choses autrement. Il y a ce détail aussi, que j’ai remarqué, plus le premier contact est surprenant, plus la relation qui en découle est précieuse…j’en ai des exemples à vous citer ; en faisant sauter la poubelle du voisin, en pleine décompensation à l’hôpital…en se rencontrant par hasard sur la plage après le siphonnage de mon stock d’explosif. Alors, aussi lunaire ait été ce premier contact, est-ce que j’peux me permettre de conclure que c’est de bonne augure pour la suite ? J’vais essayer de me raccrocher à cette idée pour me détendre un peu et retrouver un semblant de contenance. Surtout que le sujet qu’on aborde là, il ne me laisse pas indifférente, j’vais avoir vite fait d’avoir des propos fumeux…oh…c’est déjà le cas c’est ça ?

Non meuf, j’en sais rien. J’suis infoutue de dire ce qui existe entre Manwë et moi, t’auras beau m’assoir sur une chaise de force et me braquer une lampe dans la gueule que je ne saurais toujours pas répondre à la question. D’ailleurs, est-ce qu’il existe vraiment quoi que ce soit, hm ? Quand j’me rappelle de cette journée, celle où on s’est autorisé à fantasmer qu’nos mondes pouvaient p’t’être bien se rejoindre, s’compléter, j’ressens encore ce fulgurant bonheur, il était tellement beau, tellement brillant. Mais c’était qu’un rêve justement. Il a fallu qu’on s’réveille avant de se brûler les ailes. “ C’est…” J’dodeline de la tête en fronçant le nez. “...assez compliqué.” Peut-il en être autrement quand on a l’coeur qui s’accroche à Manwë Druid ?  Aux casseroles qu’il traîne derrière lui, à ses angoisses, à sa vie de roots, à ses humeurs et ses putains de yeux verts ? Est-ce qu’on peut espérer que ce soit facile, de se tenir côté de lui, de s’dire qu’on s’en tape des autres, qu’on s’assoit sur les regards en coin et le mépris…est-ce qu’on peut espérer que ce soit…normal ? Ouai. Nan. Ca l’a été le temps d’une journée mais comme j’vous l’ai dit…on s’est douloureusement réveillé.

Elle m’a trouvé bien weird. J’peux pas retenir un éclat de rire alors qu’elle me pose la main sur l’épaule. Le contact, ça m’dérange pas, j’suis moi-même plutôt tactile comme fille, les autres ont tendance a trouver ça gênant mais j’pense pas qu’une accolade ait un jour tué quelqu’un, ‘fin ce serait vraiment une grosse grosse accolade alors. Bref. Là c’est à elle de s’emmêler les pinceaux dans c’qu’elle me raconte et franchement, bha ça m’amuse carrément, j’me dis que notre discussion, vue de l’extérieure, elle doit donner envie de s’écarter d’un air gêné. Mes yeux s’baladent un peu sur son visage alors que j’ai un rictus amusé qui tord le coin de ma bouche. “ C’est pas que j’crush sur lui…” Putain, zéro crédibilité mes mots ils sonnent comme “si, si, j’suis raide dingue de ce mec”. J’essaye de paraître détachée, j’prend un ananas dans la main et j’le tiens devant moi, comme si j’allais réciter le monologue d’Hamlet puis j’hausse les épaules “...mais ouai…il est magnétique.” Et si tu disais ça avec moins de sourire dans la voix Hazel, et sans les yeux qui s'illuminent comme un phare breton ?

Finalement, je repose le fruit sur l’étale et j’accepte chaleureusement la main que me tends la jeune femme, Maddie donc, j’suis plutôt contente de la tournure que prennent les choses, la journée s’annonce moins ennuyante que prévue. “Hazel, enchantée ! Et ravie d’avoir été ta rencontre la plus bizarre, j’sais pas, y a une petite fierté quand même…” J’ai un grand sourire sur le visage, j’ai l’sentiment qu’on va bien s’entendre. Vite fait, je jette un coup d’oeil dans mon dos, il y a une mamie avec un petit chien tétanisé dans un sac rose, elle a l’air un peu furax parce qu’on lui bloque l’accès. Je me penche un peu vers ma nouvelle rencontre et lui dit tout bas “J’pense qu’il faut qu’on bouge de là…la mamie derrière nous, elle va nous envoyer son molosse momifier dans la tête sinon…”
lumos maxima


@Maddie Reynolds :56:
Revenir en haut Aller en bas
adm f
Maddie Reynolds
Maddie Reynolds
MESSAGE : 1659
ICI DEPUIS : 13/02/2023
COMPTES : elijah - ramsay - orso - poppy - joan
CRÉDITS : @fassylover

STATUT : comme un virage en mer quand tu finis la tête la première dans la vague.
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyJeu 22 Juin 2023 - 21:41

Il y a des jours comme ça, où on fait une rencontre et on sent que ça va changer un p'tit paquet de choses. Depuis que cette jeune rousse était entrée dans mon cercle là, avec son approche un peu .. particulière .. j'avais bien senti qu'on allait accroché. Parce qu'elle me faisait un peu penser à moi. Elle sortait des phrases, des pensées, sans vraiment de filtres et j'me reconnaissais bien là dedans. Ma spontanéité, c'était un peu ma marque de fabrique. Ma mère m'avait souvent répété de tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler, mais j'avais jamais vraiment réussi à adopter cette méthode. Parce que sept fois .. bordel, c'est trop long. Moi j'peux pas m'empêcher de parler, de parler, de parler, de rajouter un truc, parce que j'veux corriger ce que j'ai dis avant, et ça finit avec un espèce de monologue flippant. Et bah cette nana, là, elle fait pareil. Elle m'aborde en me parlant de Manwë, de câlins, et elle a l'air bien perdue dans ce qu'elle dit. Au début, j'suis un peu méfiante, parce que ma relation avec Manwë, elle était assez secrète. Non pas que j'cherchais à cacher quoi que ce soit, c'est juste que .. j'voyais pas tellement ce que je pouvais en dire. Il avait été là pour moi, à un moment où j'en avais vraiment besoin et depuis, j'étais accroché à lui, comme un bernic à son rocher. Il était magnétique, c'était exactement le mot et j'crois que la jeune femme face à moi, partageait totalement mon point de vue. J'savais pas trop de quelle manière elle abordait sa relation avec lui mais j'suis une p'tite maline moi et j'm'étais fortement douté qu'elle avait une sorte de crush sur lui, parce qu'elle m'avait tout de suite parler de ce fameux câlin, comme si elle avait été un peu jalouse. Apparement, sa relation était compliquée avec lui, d'après ses propres mots. Ca m'avançait pas tellement mais je m'étais lancé dans un monologue moi aussi, sous entendant qu'elle avait un crush sur lui. Elle m'avait rectifié, m'assurant qu'elle ne crushait pas sur lui. J'l'avais regardé, en plissant un peu les yeux, un p'tit sourire amusé sur le visage. Genre "j'te crois pas une seconde meuf, vraiment." Mais j'voulais pas la fâcher alors j'finissais pas hausser les épaules. "Ouais, ok, j'te crois." J'voyais pas, pour l'instant, l'intérêt de remuer le couteau dans la plaie. En vrai, Manwë, moi, j'en étais pas amoureuse. C'était comme un repère paternel plus qu'autre chose. On s'était mise d'accord sur le terme : Manwë était magnétique. Je hochais la tête. "Toi aussi t'as toujours envie d'traîner dans ses pattes hein?" Mais bon dieu, pourquoi il avait ce pouvoir là ce gars? Alors que, soyons honnête deux secondes, c'était quand même pas le type le plus joyeux et entrainant de Bowen. J'crois que c'était ça, au final, qui faisait son espèce de charme bourru.

J'essaye de repartir sur de bonnes bases après ce premier échange un peu lunaire en me présentant et elle en fait de même, suivant mon mood. Je lui souris. "Ouais, tu peux être fière, mais tu m'as fait un peu flipper quand même, alors refais plus ça ok?" que j'lui dis en riant un peu. Finalement, Hazel remarque une vieille dame derrière nous qui commence à râler un peu. Je ris à sa réflexion et j'me retourne vers la dame, lui adressant un grand sourire, histoire de passer pour deux petites filles toutes gentilles. "Oh pardon madame, vraiment, on est désolée. Vous savez, le choix d'un ananas ou d'une mangue, ça prend du temps. Faut bien analyser si c'est bien mûr, pour que ça soit bien juteux vous voyez ? Regardez celui là, par exemple, il est top! On prend celui là Hazel ? Hein, il est bien celui là?" J'me retiens de rire et finalement j'empoigne un ananas au hasard et j'me mets dans mon p'tit panier. J'lève les yeux au ciel avant de passer mon bras autour de celui d'Hazel et de l'entraîner vers la sortie du magasin, en faisant un petit crochet par la caisse. On entend presque la mamie pester contre nous, du genre "Les jeunes de nos jours, vraiment, c'est plus que c'était." Mais clairement là, j'sens que j'me suis trouvée une alliée, j'me sens genre, super bien avec elle. C'est dingue non?

__________________________



c'était trop beau pour être vrai notre histoire n'aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai", je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai" (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyLun 28 Aoû 2023 - 18:57

Ca ne m’avait pas plus. Le jour où j’ai vu cette fille enlacer Manwë, ça a mis un sacré désordre à l’intérieur de ma cage thoracique. J’me rappelle qu’au début, j’avais à peine tiqué, j’ai vu ça du coin de l’oeil puis j’me suis fait la réflexion que, de nos jours, c’est pas courant de voir des gens exprimer spontanément leur affection en pleine rue. C’est des scènes pourtant anodines mais qui me donnent pas mal de baume au coeur alors j’ai levé discrètement les yeux. La vache, l’erreur. Mon coeur, c’est pas du baume que j’ai mis dessus à c’moment, j’l’ai juste senti se pincer plus fort que de raison. J’me rappelle que, dans un geste à peine conscient, j’ai porté la main à ma poitrine, j’ai physiquement ressenti que c’que je voyais là, ça avait déclenché quelque chose en moi. J’me suis arrachée à mon observation indiscrète en me traitant d’idiote, en fourrant rageusement les mains dans mes poches et surtout en refoulant un maximum cette minuscule braise qui tentait déjà de s’enflammer pour le luthier. A cette époque, ça faisait quelques temps que j’avais recroisé Manwë sur la plage, qu’on s’était autorisé cette soirée, cet à-côté aussi inattendu qu’inoubliable, incongru, interdit certainement. Je savais que le plus judicieux aurait été de le laisser sortir de ma tête, je m’y efforçais, j’voulais pas qu’il soit là, dans l’recoin de mon esprit. J’passais des journées sans qu’il ne soit dans mes pensées puis, le soir venu,  j’revoyais le briquet qu’il m’avait donné, à l’issu de notre rencontre, posé sur ma table de nuit. Parce que j’aurais dû le jeter, m’en séparer, au lieu de le laisser là, rappel incessant de son existence. Il fallait. Il fallait que j’le garde, c’est une putain de relique, c’est là que ça débute, que tout débute.

J'l'ai revu Manwë depuis, cette journée elle est gravée au fer rouge dans ma mémoire, celle où on a oublié d'être raisonnables. Celle où cette braise, là, logée dans mon coeur, elle s'est bien embrasée. Alors ouai, ce câlin, il s'est rappelé un peu douloureusement à moi. Mon cerveau, cet idiot, qui peut oublier le digicode de l’immeuble alors que j’y vis depuis six ans, il n’a pas oublié le visage de cette fille, à tel point qu’il m’ hurlé “C’est elle putain !” avant de se mettre en mode automatique et de totalement chier dans la colle. J’ai pas la langue dans ma poche, j’l’ai jamais eu. Et je ne réfléchis pas toujours à ce que je raconte, ma bouche s’active et ma tête patine derrière pour essayer de mettre un peu d’ordre dans mes déblatérations. Tant et si bien qu’on se retrouve parfois avec un amas conséquents de paroles desquelles il faut arriver à saisir l’essentiel. Ou juste abandonner et soupirer. Là, j’dois bien avouer, que mon monologue, il n’avait pas grand chose de cohérent. Maddie, elle a eu du mal à voir où je voulais en venir mais elle a tenu bon…et vous savez quoi ? J’crois qu’on a le même syndrome, celui qui fait qu’on ne peut pas garder les mots à l’intérieur de notre tête. Ca m’plait bien.

Ouai, ok, j’te crois. J’retiens de justesse une envolée de mes sourcils. C’est pas possible de m’croire à cet instant, parce que c’que ma bouche vient de raconter, en plus d’être un honteux mensonge, est démentie par les étoiles qui brillent dans mes yeux. Bref, on va passer là-dessus. J’ai un petit rire quand elle me demande si j’ai ce besoin irrépressible de trainer dans ses pattes “ Ouai ! Et j’suis capable de lui parler pendant des heures…oh il va pas m’répondre, j’suis même pas sûre qu’il m’écoute tout l’temps mais j’aime ça, lui parler.” Ok, j’en dis trop pour une meuf qui n’est pas censée avoir de crush sur lui. J’arrondis les yeux, dans une mimique qui dit “ok, relève pas trop c’que je viens de dire.”

Notre duo, il me paraît bien partie. On vient à peine de se rencontrer, et j’la sens déjà, cette bonne alchimie qui s’instille entre nous. L’avenir me dira si j’me trompe à son sujet mais je sens une sincérité un peu brute chez elle, une p’tite pointe de folie, et les gens comme ça, c’est les meilleurs qui peuvent croiser ma route. J’lui promets que j’ferai un effort pour ne plus partir dans des monologues abyssaux mais j’sens bien qu’à nous deux, on va en battre des records de discussions sans queue ni tête. Bowen n’est pas prêt à nous assumer. Et j’pense pas que Manwë soit prêt à ça non plus.

La vieille dame derrière nous, elle commence à largement s’impatienter. Les vieux de nos jours, ils exagèrent hein, ça va, c’est bon, c’est pas comme si on campait là depuis des heures. J’acquiesce vigoureusement quand Maddie argumente sur l’importance de l’analyse des mangues et des ananas, j’abonde évidemment dans son sens, j’en fais des caisses “ C’est vrai ça ! Y a quoi d’pire qu’une salade de fruit gâchée par un ananas sans goût ou PIRE une mangue qui a l’goût de cirage ? Mais nous on n’a pas c’problème, on a grandi avec les mains dans la terre nous madame pas comme tous ces jeunes et leurs jeux vidéos !” Je jette un regard en biais à la brune, j’sais pas trop ce que je raconte mais la p’tite mamie, elle va vite voir que j’me paye sa tête.  “Alors sachez le !” Je lève un index très concerné. “le secret c’est l’analyse…” L’analyse de quoi ? J’en sais foutrement rien, du coup j’arrête mes bétises ici. “Il est parfait !” Que je rajoute quand Maddie me montre l’ananas qu’elle met dans son panier. Il n’a peut-être carrément aucune saveur, j’pense que ni l’une, ni l’autre, on ne sait réellement ce qui fait un bon ananas. “ Au plaisir madame, rappelez vous, l’important c’est…” J’me laisse entraîner par ma nouvelle acolyte qui a passé son bras par dessous le miens. “L’analyyyse” Je souffle avant de disparaître derrière un rayon alors que nous nous dirigeons vers les caisses.

Maddie et moi, on sort du magasin après avoir payé nos courses respectives. Je n’ai pas acheté tout ce que je voulais mais j’ai au moins l’essentiel, je repasserai à l’occasion…Je ferme mon sac à dos et le passe sur mes épaules. “Et sinon, tu comptais vraiment acheter un ananas ?” Je la questionne en riant. J’ai la vague impression qu’il s’est rajouté à la liste de course comme un cheveux sur la soupe. “J’espère au moins qu’il est vraiment au top…ce serait triste qu’il soit tout fade après not' numéro là.”

lumos maxima


@Maddie Reynolds :11:
Revenir en haut Aller en bas
adm f
Maddie Reynolds
Maddie Reynolds
MESSAGE : 1659
ICI DEPUIS : 13/02/2023
COMPTES : elijah - ramsay - orso - poppy - joan
CRÉDITS : @fassylover

STATUT : comme un virage en mer quand tu finis la tête la première dans la vague.
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel EmptyVen 8 Sep 2023 - 3:47

Si j'réfléchissais bien, j'pouvais difficilement dire que j'connaissais bien Manwë. Enfin, si, j'le connaissais, on discutait tout ça, mais c'était pas le gars le plus bavard de Bowen, alors généralement, quand j'étais dans ses pattes, c'était surtout un jolie monologue que je faisais. Et pour tirer des informations sur la vie privée de Manwë, j'pouvais toujours me brosser. Il était très évasif sur ses relations. A ce stade, j'savais même pas s'il avait déjà été marié, s'il avait déjà été amoureux. C'était pas des trucs dont on parlait lui et moi. En fait, Manwë, il me sauvait la mise, il prenait soin de moi, il était genre le gars toujours là, quoi qu'il arrive, mais j'aurais pas été capable de retracer sa vie et ses relations sentimentales. J'm'étais jamais vraiment posé la question avant aujourd'hui. Avant que cette nana ne vienne me faire une p'tit crise de jalousie en plein devant le stand de fruits de la superette du coin. Comme si, moi, j'pouvais être une menace. C'était assez surprenant d'autant plus que Manwë, moi, j'en étais pas amoureuse. J'étais attachée à lui, ça c'est certain, mais c'était pas pareil. Elle là, avec son p'tit air espiègle - et un peu taré sur les bord soyons honnête - elle semblait bien bien éprise de Man'. Et même si elle tentait de le noyer avec des explications un peu confuses, moi, j'l'avais bien compris. J'voulais pas la mettre dans l'inconfort, alors j'voulais juste lui montrer que ouais, j'comprenais parfaitement le côté magnétique qu'elle pouvait ressentir. J'l'écoutais me parler de lui et des moments où elle lui parlait sans être vraiment certaine qu'il l'écoute. J'vois qu'elle écarquille les yeux, parce que oui, d'après ce qu'elle me dit .. elle est vraiment en crush sur lui. Mais j'vais pas retourner le couteau dans la plaie. Alors j'fais comme si de rien mais j'lui réponds, pour aller dans son sens, parce que tout ce qu'elle dit, c'est la pure vérité. "Oh, à toi non plus il ne cause pas beaucoup?" J'marque une pause, un p'tit sourire aux lèvres. "Est-ce que toi aussi, quand tu abordes un sujet qui lui plait pas, il s'met à râler?!" J'ris un peu. Manwë, râler, j'crois que c'est sa passion favorite. En vrai, j'aurais pu moi aussi être un peu jalouse vis à vis d'elle, de voir que j'étais pas le seul p'tit bernic de sa vie, mais à bien y repenser, j'crois qu'on jouait pas dans la même cours, elle et moi.

En tous les cas, on est sur une belle dynamique, ça feat très bien entre Hazel et moi. On est dans l'genre p'tit vent de fraicheur sur Bowen et j'suis pas tout à fait certaine que Manwë soit vraiment prêt à nous avoir toutes les deux, en même temps, dans son cercle vital. Même si j'suis assez convaincue que ça pourrait être très amusant. Juste pour le voir patauger un peu. En l'espace de quelques secondes, notre duo il devient ultra complice, et j'ai l'impression de la connaître depuis toujours Hazel. Alors qu'une vieille commence à râler parce qu'on bloque l'accès aux fruits, j'me mets à parler et à raconter n'importe quoi, juste pour occuper l'espace et Hazel me suit à fond. Elle balance des clichés sur les jeunes et j'me retiens de rire tandis que j'attrape un ananas au hasard et entraîne la jeune femme par le bras avant qu'on se prenne un coup de canne. Finalement, on passe à la caisse, j'ai pas du tout acheté ce dont j'avais besoin mais j'y prête pas attention, parce que là tout de suite, tout ce que je vois, c'est que j'ai trouvé une nouvelle copine. Et ça, ça vaut bien tous les paniers vides du monde. On se retrouve dehors, moi j'ai les épis de l'ananas qui dépasse de mon sac plastique et j'regarde Hazel bourrer son sac de ses achats. Je hausse les épaules le sourire aux lèvres. "Mmmh, pas tellement. Mais effectivement il a intérêt à être bon!" J'regarde Hazel et j'me dis que j'ai pas tellement envie de la quitter tout de suite cette nouvelle amie. "Ca te dis, on va s'poser plus loin, genre à la plage ou au skate park et on le goûte cet ananas?" C'est un peu une proposition nulle mais c'est surtout une manière de lui dire que j'ai bien envie de continuer à discuter avec elle. "J'suis assez convaincue que le destin nous a pas fait croiser par hasard." J'fais genre une moue un peu énigmatique, comme si c'était effectivement le destin qui nous avait poussé l'une vers l'autre. On avait pas mal en commun j'crois bien, et j'étais bien curieuse de savoir d'où elle sortait cette nana éprise de Manwë Druid.

__________________________



c'était trop beau pour être vrai notre histoire n'aurait jamais pu finir dans le calme et la tendresse, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai", je n'avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m'effraient, je te déteste comme cette phrase qui dit, "c'était trop beau pour être vrai" (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty
MessageSujet: Re: et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel   et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
et j'ai compris qu'il n'y avait rien à comprendre - Hazel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» et j'ai compris, qu'il n'y avait rien à comprendre - manwë
» FB: J'ai fantasmé pour combler les lacunes de mon existence, compris quece, compris que l'être humain peut faire de grands rêves sur un petit oreiller
» chandelier + hazel
» #22 - y'a des choses que j'aurais pas voulu comprendre en grandissant - rori
» Il y avait un « nous » . . ▬ mathys.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: