AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment :
Console Nintendo Switch Lite édition Hyrule : ...
Voir le deal

 

 #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyLun 8 Jan 2024 - 7:38

C’était une sensation si douce, tout un tas de sentiments si tendres, qui parcouraient Léo alors qu’il berçait doucement l’enfant dans ses bras. Il avait oublié combien c’était léger, un bébé, combien ça paraissait fragile. Il avait tout oublié, sûrement parce qu’il n’avait pas eu Jonah si souvent que ça dans ses bras, à l’époque. Dès les premiers mois de sa vie, Alba et lui s’étaient partagé la garde de leur fils. Il ne le voyait qu’une semaine sur deux, au maximum, surtout que la blonde était une louve, elle avait du mal à lâcher son petit. Quant à Léo, il avait mis du temps à se sentir légitime en tant que père, alors il avait laissé la jeune maman gérer, beaucoup. Aujourd’hui tout était différent, pourtant même s’il sentait une boule de tendresse se former au creux de lui, de plus en plus grosse tous les jours, il n’était pas le père de cette petite fille. Tout avait commencé en mai 2023, lors de ce voyage professionnel au Laos, celui qui avait tout changé. Léo et Alba devaient photographier la population Hmong pour un reportage, en soi rien de tellement différent de ce qu’ils avaient déjà fait. Seulement, ils s’étaient retrouvés, malgré eux, au milieu d’un typhon qui s’était abattu sur le nord du pays, touchant sévèrement le premier village où ils travaillaient. Si le couple avait été évacué en urgence, Léo n’avait pas pu rester sans rien faire face à cette catastrophe. Il s’était rapproché de ses contacts humanitaires, il avait laissé Alba terminer le reportage toute seule et il était retourné aider du mieux qu’il avait pu. Profondément touché par ce qu’il avait vu, il était retourné plusieurs fois au Laos au cours de l’années. En vérité, ce qui l’avait le plus marqué, c’était le sort d’une famille qu’il avait rencontrée quand tout allait encore bien, la maman avant déposé son bébé d’à peine quelques semaines dans ses bras, un geste anodin qui avait profondément secoué le photographe, sans qu’il ne sache pourquoi. La maman était morte dans la catastrophe, ne restant que le père, seul avec son bébé, son village détruit, ses cultures, son seul gagne-pain, également. Il s’était lié d’amitié avec cet homme, qui ne pouvait se résoudre à confier sa fille à une association d’accueil, même s’il était incapable de s’en occuper. Au cours de l’année, Léo avait parlé de cette histoire à Alba, sans trop savoir pour quelle raison, mais il sentait au fond de lui qu’il y avait un but à tout ça. Il avait fini par se rapprocher d’associations qui lui avaient proposé de remplir un dossier pour devenir famille d’accueil. En décembre tout s’était précipité, alors que Léo était en Europe, injoignable, Alba avait reçu un appel, Léo devait se rendre au Laos au plus vite, le père de l’enfant était décédé et il avait laissé dans son testament le désir que ce soit Emerson qui s’occupe de sa fille. Les choses ne seraient pas si simples que ça, Léo n’allait pas devenir soudainement le père de cette petite. Mais il était à présent famille d’accueil, alors il avait le droit de s’en occuper, jusqu’à ce qu’on lui trouve des parents. Kai avait neuf mois, elle lui paraissait minuscule, elle avait de grands yeux noirs qui le fixaient toujours avec douceur et des petits cheveux, tout aussi noirs, qui se dressaient sur sa tête. Depuis la mi-décembre, le temps semblait s’étirer chez Léo, il vivait au rythme de ce bébé. Il avait récupéré tout le nécessaire pour s’en occuper et la chambre d’amis était devenue celle d’une enfant. Il se battait avec couches et bodies, des biberons traînaient dans sa cuisine. Et allez savoir pourquoi, lui qui n’avait jamais voulu d’enfants, tout ça le rendait particulièrement heureux. Jonah avait adopté cette petite fille, même si son père lui avait bien expliqué qu’elle ne devrait pas rester, que tout ça n’était que temporaire. Quant à Alba… depuis quelques mois les choses allaient si bien entre eux, au retour de ce fameux voyage, ils avaient longuement discuté, ils étaient prêts à recommencer, ils s’aimaient, bordel ! Ils n’avaient plus de temps à perdre avec des peurs stupides. Depuis plusieurs mois, ils étaient heureux, ensemble, chacun chez soi, même si la blonde passait beaucoup de temps chez Léo. Il était la seule personne qui s’occupait officiellement de Kai, néanmoins il sentait qu’elle craquait, elle aussi, même si elle était plus sur la retenue. Ils avaient passé Noël ensemble, avec les parents de Léo et ceux d’Alba, une grande première, tout le monde était tombé amoureux de Kai, c’était si facile, trop facile, peut-être. Léo avait toujours tendance à se méfier du bonheur. Il avait failli offrir une clé de chez lui à Alba, comme pour lui demander de venir s’installer officiellement ici, puisqu’elle y passait le plus clair de son temps. Mais il s’était retenu, sentant que ce n’était pas aussi évident que ça. Ils allaient devoir parler, puisqu’ils avaient enfin compris que la communication était le plus important dans une histoire. C’était fou, tout ce qu’il s’était passé en sept mois, comment toute leur vie avait basculé, ce serait encore plus fous qu’ils s’installent ensemble. Léo pensait à tout ça, alors qu’il déposait la petite dans son lit. Il resta quelques secondes à l’observer, un sourire aux lèvres, avant de quitter la chambre. Il entendit du bruit dans l’entrée, Alba venait d’arriver. Il s’approcha d’elle et la prit par la taille pour l’embrasser. Salut ! Je croyais que tu ne viendrais que ce soir, avec Jon. C’était une surprise de la trouver là ce matin, mais une bonne surprise. J’allais me faire un café, tu en veux un ? Il avait la tête fatiguée d’un homme qui n’avait pas assez dormi.

@Alba Jensen #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen 2269043814

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyLun 8 Jan 2024 - 12:28

Cette dernière fut intense. En y repensant, Alba se souvenait de la tristesse qui l’avait habité pendant une partie de l’année, de la difficulté de se remettre de son erreur, de cette sensation de vide à chaque fois qu’elle pensait à l’avortement. Mais les rayons de soleil avait décidé de surpasser les sombres nuages, amenant de la douceur, une famille réunie et de l’amour. Léo et elle s’étaient retrouvés après tant de difficultés. Aujourd’hui, Alba n’avait plus de doutes. Il n’y avait eu que lui, comme elle avait pu lui confesser dans cette chambre au Laos. Ce voyage les avait transformé, comme Bangkok mais d’une autre façon. Tout ne serait pas toujours parfait, parce qu’ils étaient incapable de mettre leur mauvais caractère de côté. Ces sept derniers mois, il lui était arrivé souvent à Alba de râler et Léo de bouder. Parfois, elle claquait la porte de chez Léo, pour mieux revenir quelques minutes après. A présent, ils prenaient le temps de communiquer, de parler de leur sentiment et leur besoin. Jon, dans tout ça, il était le petit garçon les plus heureux du monde, même s’il était souvent perdu. Il ne savait jamais dans quelle chambre il dormirait le soir venu. A noël, ils avaient élu domicile chez Léo. La vie du photographe avait changé, lorsqu’il était en Italie et qu’elle ait du l’appeler en urgence pour qu’il retourne au Laos. Ce pays l’avait marqué Alba, surtout les événements. Il n’y avait pas un jour où elle ne pensait pas aux habitants de ce petit village. Beaucoup avait péri au typhon, pendant qu’elle faisait l’amour à Léo, préférant oublier les horreurs météorologiques qui se jouaient à l’extérieur. Il lui arrivait d’en faire des cauchemars, évitant de regarder les photos qu’elle avait prise de ces quelques jours. Léo était bien plus courageux, lui qui était retrouvé plusieurs fois là-bas dans le but de les aider. Chaque fois qu’ils revenaient, les deux amants se retrouvaient et Léo lui parlait de la famille de Kai. Cette petite fille de neuf mois faisait partie de leur quotidien à présent. Orpheline si tôt, Alba ressentait une vague d’amour pour ce petit bout de bébé qui souriait malgré les drames de sa vie. Elle l’avait encouragé Léo à devenir famille d’accueil, mais elle fut surprise quand elle revint avec elle. Alba adorait être mère, Jon était une évidence, mais le traumatisme de l’avortement la hantait encore. Kai finirait par partir, et Alba essayait de ne pas s’attacher. Pourtant, elle fut gâtée à noël, par tout le monde. Jon était sous le charme de cette petite fille, il pouvait passer des heures à la regarder, il adorait la porter et lui donner le biberon sous le regard de ses deux parents. A force, Alba s’habituait à cette vie de famille, passant son temps chez Léo. Jon était à l’école, Alba ne travaillait pas. En rentrant chez elle, elle sentait le vide. Il manquait cette chaleur qu’elle avait connu ces dernières semaines. Elle se surprenait de penser à Kai, à se demander si elle allait réussir à faire sa sieste du matin. Elle ne réfléchissait pas plus et prenait déjà la voiture pour rejoindre sa maison secondaire, enfin la maison de Léo. Elle ne toquait plus, elle rentrait, comme si elle était chez elle. Cette maison était devenue son foyer ces derniers temps. Avec Jon, ils avaient décoré le salon de Léo pour Noël, ces pères étaient venus pour la première fois fêter noël avec les parents de Léo. Leur relation avait avancé à une vitesse sans qu’elle ne s’en rende compte, et pourtant ça paraissait si naturel. Léo l’accueilli avec un sourire, et elle s’empressait de l’embrasser. « Vous me manquiez ! » Disait-elle avec spontanéité. Elle déposait son sac à l’entrée et ses chaussures à la place habituelle. Léo, il avait l’air si fatigué. « Oui mais je vais les faire, pose toi un peu. » Elle l’embrassait sur la joue, alors qu’elle se dirigeait vers la cuisine. La maison de Léo n’avait plus de secret, connaissant l’emplacement des tasses, du café et de ce dont elle avait besoin. Quelques minutes plus tard, elle déposait les deux tasses et s’approchait du photographe. « Tu crois qu’elle dort ? » Alba avait envie d’aller la voir, de la prendre dans ses bras, d’embrasser ses joues toutes douces à Kai.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 10 Jan 2024 - 5:07

Léo se posait énormément de questions ces derniers temps, lui qui avait toujours eu pour habitude d'agir et réfléchir après de foncer sans trop penser, quitte à se prendre un mur mais qu'importe. Depuis quelques mois il était assailli par des réflexions, des raisonnements qu'il n'avait jamais eu, il se prenait à faire des calculs, à se projeter dans l'avenir. Voilà pourquoi il avait cette tête fatiguée, ce n'était pas tellement la faute de Kai, la petite fille était au contraire très paisible, comme si elle faisait tout pour ne pas déranger. Elle s'endormait généralement tôt et faisait sa nuit d'une traite, dans ce cocon que le photographe lui avait improvisé. Ce qui le tenait éveillé, lui, tard dans l'obscurité, c'était son esprit qui tournait sans arrêt. Les premiers mois après ce séjour catastrophe, il avait été réveillé par des cauchemars. Puis il avait beaucoup pensé à Kai, mais aussi à Alba, ils voulaient que les choses fonctionnent entre eux, ils se donnaient une chance, une vraie cette fois, mais Léo sentait qu'ils n'avançaient pas exactement de la même façon. Lui il se voyait s'occuper de cette petite fille, la prendre sous son aile, il était incapable de s'imaginer papa à nouveau, mais Kai, c'était différent, c'était indescriptible. Il avait envie d'inclure la blonde dans ce schéma, mais il n'était pas certain qu'elle soit prête. Si Jensen l'avait poussé à faire les démarches pour pouvoir accueillir ce bébé, il avait tout fait seul, elle était restée en retrait et il n'osait pas lui en parler. Ce matin elle était là dans son entrée, elle déposait les clés comme si elle était chez elle et cette vision réchauffait Léo. Il la laissa volontiers s'occuper du café, se posant dans un coin de la cuisine, l'observant, si à l'aise, connaissant la place de chaque chose. À Noël il l'avait même surprise à réorganiser les placards, mais n'avait rien dit, souriant pour lui-même. Elle s'approcha de lui, les deux tasses fumantes dans les mains. Léo esquissa un sourire amusé. Oui elle dort. On a un peu de temps pour s'amuser, si tu veux… le ton était sans équivoque, tout comme le regard qu'il posait sur elle, il plaqua sa main entre les reins de la blonde et piqua un baiser dans son cou. Avant de relever la tête. C'est elle que tu veux voir, pas moi ?! Il avait compris, évidemment, à une époque il aurait été déçu d'être relégué à la seconde place, mais à présent il en était attendri. Vas-y. Mais ne fais pas de bruit ! Il s'éloignait déjà pour se poser dans son canapé avec sa tasse. De cette place il pouvait regarder la mer au loin, son regard se perdit dans la contemplation des vagues, jusqu'à ce que ses paupières se fassent lourdes. Il s'assoupit quelques minutes, jusqu'au moment de sentir Alba contre lui. Il se redressa doucement. J'ai dormi longtemps ? Elle dort bien ? J'espère que tu ne l'as pas réveillée. Lui aussi, il pourrait passer des heures à l'observation, à la regarder dormir, si paisiblement, cette petite fille, c'était un bonheur si soudain, qu'il n'avait jamais imaginé avant. Comment ça va à la galerie ? Tu as des plans pour la journée ? Le photographe s'était permis de refuser pas mal de travail ces derniers mois, pour se déplacer au Laos, pour préparer son dossier de famille d'accueil, parce qu'il connaissait le luxe de ne pas avoir à travailler. Mais il savait qu'Alba ne fonctionnait pas comme lui, elle jonglait avec un quotidien plus rythmé que le sien actuellement.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyVen 12 Jan 2024 - 14:23

Chaque jour, son cœur s’ouvrait un peu plus pour cette petite fille. Kai était arrivée en un instant dans la vie de Léo, de Jon et celle d’Alba. Les deux hommes l’avaient adopté avec un naturel déconcertant, la couvrant d’amour et de tendresse. Alba l’adorait, mais elle n’arrivait pas à se lâcher, attendant le moment fatidique où il faudrait lui dire au revoir. La photographe avait déjà eu trop d’abandon et de déchirement dans sa vie. Pourtant, elle savait qu’elle comptait, acceptant de se lever parfois la nuit quand elle se réveillait, même si ces moments étaient rares. Jon avait gagné en maturité, conscient de ne plus être le seul enfant, prenant son rôle de grand frère à cœur. Parfois, il lui parlait d’étoile, partageant la passion qu’il avait en commun avec son père. Ce noël avait été féérique, une parfait illustration d’une famille unie, aimante et prête à affronter les défis ensemble. Depuis le retour du Laos, Léo et Alba avaient gagné en complicité, en communication. Elle ne pensait pas qu’elle pouvait plus l’aimer qu’auparavant. Elle avait eu tort. C’était un amour plus profond, moins précipité par la passion même si elle demeurait. Ils recherchaient sans arrêt l’autre, par des regards ou des touchers. Une fois les cafés faits, il la prenait déjà dans les bras. Les baisers de Léo lui faisait toujours le même effet, augmentant son rythme cardiaque, coupant légèrement son souffle. Avec ses lèvres sur son cou, elle aurait pu oublier le but de sa venue, voir la petite Kai. « Non non je venais te voir aussi toi. » Disait-elle avec un rire, mais Léo la cernait vite. Il la libérait, mais Alba le retenait pour l’embrasser. « Promis je ne fais de bruit et je reviens vite. » Menteuse. Dans cette chambre, à pas de loup, elle observait le bébé avec attendrissement, sentant les barrières s’écrouler. A son départ, Alba n’aurait pas qu’à consoler le cœur de Léo et de son fils, le sien allait également être brisé. La petite dormait avec profondeur et sérénité, même si elle avait déjà vécu des chose atroces avant même son premier anniversaire. Elle aurait pu rester des heures à la contempler, mais se décidait de retourner vers Léo après de longues minutes. Assoupi dans le salon, il était aussi paisible. C’était assez rare de le voir si calme, lui qui avait toujours une tempête qui se jouait en lui. Alba souriait le rejoignait. Même avec toute la douceur qu’elle pouvait, il se réveillait et elle lui embrassait la joue, avant de froncer les sourcils. « Tu as dormi quinze minutes ! Et non je ne l’ai pas réveillé je sais être raisonnable. » Disait-elle une moue faussement boudeuse. Il fut un temps où elle aurait pu lui rappeler qu’elle s’était longuement occupée de Jon seule, mais jamais cette pensée ne lui était venue à l’esprit. Son café avait dû refroidir, alors elle préférait le laisser. Alba aimait encore moins le café froid que les cafés à l’eau. Puis elle en buvait assez sur son temps de travail. « Tout va bien à la galerie. J’ai un artiste en expo et c’est assez calme, je le laisse gérer seul, j’ai pris ma journée. » Disait-elle avec un sourire, heureuse de passer ces quelques heure avec lui et Kai. Elle songeait à ses pensées antérieures dans la chambres, se rendant compte de l’attachement qu’elle avait pour Kai. « Tu as une idée de quand elle risque de partir ? » Elle osait poser la question, mais Léo pouvait voir la peine d’Alba, pas prête à dire au revoir à cet enfant.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 17 Jan 2024 - 6:52

tw : avortement, adoption

La façon dont Léo touchait Alba ne la laissait jamais indifférente, il  en avait conscience. Cette attirance, ce besoin de l’autre, c’était un fil conducteur très fort de leur relation. Mais si le photographe avait longtemps voulu croire qu’il n’y avait rien de plus fort que ça, aujourd’hui, il savait qu’il y avait tellement plus. Il avait accepté qu’il aimait cette femme, probablement depuis les premiers jours, bien qu’il ait combattu cette vérité pour d’obscures raisons. À présent, ils allaient de l’avant, il y avait encore beaucoup de sexe, mais ils étaient également capables de juste passer du temps ensemble, de discuter. Ils ne s’en servaient plus comme prétexte pour éviter d’avoir à aborder des sujets trop sérieux ou conflictuels. Alors si ce matin la présence de la blonde dans sa cuisine lui donnait des idées, Léo se rendait bien compte qu’il était simplement trop épuisé pour ces bêtises et qu’il n’était pas l’unique objet de sa visite.  Il la laissa donc se glisser dans la chambre du fond, en espérant qu’elle ne réveille pas Kai pour qu’il puisse avoir un peu de répit. Si Alba tentait de garder ses distances avec cette enfant, Léo voyait bien que sa volonté s’amenuisait de jour en jour. Elle aussi, elle craquait pour Kai, elle aussi elle sentait ce lien, cette connexion indescriptible, qui se faisait chaque jour un peu plus forte, il en était persuadé. Mais il ne savait pas comment aborder le sujet. Ils n’avaient jamais reparlé de la grossesse d’Alba. En vérité, ils n’en avaient jamais réellement parlé tout court, Léo se souvenait vaguement de cette période, mais il en avait occulté une bonne partie. Il se rappelait qu’elle lui avait annoncé sa grossesse et qu’aussitôt elle avait anéanti tout espoir en lui parlant d’avortement. Il avait en mémoire ce sentiment de trahison, de la peine ressentie, de lui en avoir voulu à elle, de s’en être voulu à lui et de la haine éprouvée envers Concho. Oui, il se souvenait de tout ça, puis de la douleur, encore, et l’impuissance, surtout, face à la solitude d’Alba lors du jour fatidique. Et puis plus rien, comme si cette petite vie n’avait jamais existé. Depuis, il n’avait jamais demandé comment elle allait par rapport à cette histoire, si elle avait des regrets, si elle y pensait parfois à cette petite vie qui avait grandi en elle, même si peu de temps. Et aujourd'hui ? Ils étaient à nouveau en couple, même si les choses semblaient aller doucement, ils passaient beaucoup de temps ensemble, ils étaient encore jeunes, mais plus tant que ça, est-ce qu’elle y pensait, à avoir un autre enfant ? Et enfin Kai dans tout ça, il l’avait voulue dans sa vie, cette petite fille et s’il ne voulait pas se l’avouer, il n’avait aucune envie qu’elle reparte. Jamais. Quand il la regardait, il éprouvait déjà l’amour d’un père, seulement, il serait bien incapable de choisir entre Alba et elle, si la blonde ne voulait pas de ce bébé dans sa vie. Il était bien conscient que c’était une chose de l’accueillir temporairement, mais c’en était une autre de vouloir l’inclure dans leur famille. Tout ça était encore un peu flou, mais le sujet devrait être mis sur la table. Il jouait distraitement avec les cheveux dorés de la belle alors qu’elle lui racontait comme son travail se passait. Alba était du genre à ne pas compter ses heures, il était heureux qu’elle arrive à se dégager du temps. Le changement de sujet le laissa stupéfait quelques courtes secondes. S’il avait peur d’en parler, s’il ne savait pas comment amener la discussion, ce fut finalement Alba qui lui présenta sur un plateau. Il finit par secouer la tête. Non, je n’en sais rien, on m’a dit que ça pouvait durer quelques mois, le temps qu’on lui trouve une famille et de faire toutes les démarches. Léo resta silencieux un instant, avant d’ajouter en soupirant. J’en ai pas envie. J’voudrais … j’aimerais qu’elle reste. Voilà, il venait de le dire, ça ne le soulageait pas pour autant, parce que ça le mettait face à ses angoisses, mais au moins Alba savait.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyDim 21 Jan 2024 - 12:07

Cette petite vie qu’elle construisait ces dernières semaines avec Léo lui plaisait. C’était si doux, où chacun prenait sa place dans cette grande maison. Jon connaissait déjà très bien les lieux. Pour Alba, ce n’était pas aussi facile puisqu’elle n’était pas chez elle. Même si elle prenait ses aises, ça lui plaisait de rentrer chez elle. Léo avait les mêmes goûts, ils se ressemblaient, mais il y avait des choses – insignifiantes – qui avaient de l’importance. Elle aimait boire son café dans sa tasse, poser son coudes sur un des coussins beiges de son canapé, elle adorait dormir dans les draps lavés à l’odeur de sa lessive. Ces petites choses la faisaient sentir chez elle. Sa maison, à présent, elle y allait, souvent pour prendre une douche, mais revenait vite chez Léo. Au départ, ils alternaient, mais avec Kai c’était bien plus simple pour elle de venir. Puis Jon, il adorait sa chambre chez Léo, ramenant au fur et à mesure des affaires de chez Alba. Sans s’en rendre compte, chacun commençait à s’habituer à la présence d’Alba ici, et Alba appréciait cet endroit. Elle s’endormait dans les bras de Léo, chaque nuit, et le matin, il y avait cette odeur de café qui ambiançait la cuisine. Elle aurait pu rentrer chez elle, mais non, elle avait préféré passer du temps avec Léo et Kai. Cette dernière dormait paisiblement. Pendant quelques minutes, Alba l’observait, retrouvant les sensations qu’elle avait avec Jon. Les habitudes étaient revenues vite pour la maman. Alba était une bonne mère, aimante, à l’écoute même si elle n’était pas parfaite. Avec Jon, ils avaient toujours eu ce lien spécial. Parfois, elle s’imaginait avoir le même lien avec la petite, mais très vite elle sentait cette tristesse l’envahir. Kai avait déjà des parents, et qu’elle avait failli l’être une deuxième fois. Elle ne souhaitait plus s’imaginer dans ce rôle pour un autre enfant que Jon. L’avortement avait été brutal, parce qu’en soit ça lui aurait plu à la photographe un deuxième enfant. Le contexte n’était vraiment pas parfait. Pour Jon non plus il ne l’avait pas été, mais elle ne voulait pas refaire la même chose. A l’époque, elle préférait ne pas garder ce petit plutôt que de l’élever, avec un père, qui soit ne parlait plus à sa mère ou soit ne serait pas avec la mère. Kai, un jour partirait, et ça lui brisait déjà la cœur à Alba. En l’observant, elle se rendait compte qu’il ne fallait pas qu’elle s’y attache trop, même si c’était déjà trop tard. En retournant dans le salon, elle trouvait Léo assoupi, qui se réveillait au moment où Alba le rejoignait sur le canapé. Depuis quelques temps, Alba se demandait si elle n’allait pas rendre la galerie pour retourner à son premier amour. Mais en même temps, elle l’adorait cette galerie, à organiser les vernissages et rencontrer les artistes. Elle lui expliquait qu’elle avait laisser la galerie à l’artiste actuel, pour passer plus de temps avec Léo. Mais ça elle ne lui dirait pas forcément. Puis, elle parlait de Kai, se demandant quand est-ce qu’elle va devoir se préparer à se séparer d’elle. « Oh, ils lui cherchent une famille ? » Autre qu’eux … Voilà à quoi pensait Alba. En même temps, c’était assez logique. Puis Léo et Alba étaient une famille particulières. Mais Léo, pouvait lui être sa famille à elle. C’était déjà lui qui s’occupait de tout. Si Alba commençait à s’attacher, Léo lui il l’aimait de tout son cœur. Il était tendre, il était toujours là. C’était une image qu’elle avait très peu connu de lui, qu’elle avait tant désiré pendant des années. Aujourd’hui, elle ne gardait aucune rancœur du passé, mais elle savait au fond d’elle que Léo était fait pour être père et surtout pour être le père de Jon et Kai. « Tu devrais toi faire les demandes d’adoption. » Répondait-elle. Ça lui faisait peur à Alba ces mots, parce que ça allait forcément avoir un impact sur eux. Mais qui était-elle pour l’empêcher de vouloir être le père de cette petite fille ?

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyLun 22 Jan 2024 - 14:33


Ils avaient un semblant de vie de famille, depuis quelques mois les choses bougeaient, doucement, sans qu'ils s'en rendent vraiment compte, sans que ce soit flagrant. Jonah réclamait sa chambre chez Léo, il y avait ramené quelques petites choses de chez Alba. La blonde avait investi une partie de sa penderie, celle auparavant occupée par une autre femme et que le photographe n'utilisait pas, ce n'était pas grand chose, elle y avait mis quelques vêtements d'intérieur, de la lingerie, pour que ce soit plus pratique. Sa brosse à dent et quelques produits de beauté trônaient à présent dans la salle de bain. C'était sous couvert d’un souci de praticité tout ça, mais c'était tout de même un sacré pas en avant. Et Léo, lui l'ordonné qui ne supportait que son propre bordel, il se plaisait à aimer cette touche féminine, discrète mais bien présente, dans sa maison. Il avait même rangé sa chambre noire, vidé quelques tiroirs, au cas où la blonde serait prise d'une envie d'argentique. Ils n'arrêtaient pas de se répéter que tout ça c'était par rapport à Kai, pour que la petite ne soit pas trop bouleversée, c'était vrai. Mais à bien y réfléchir, ça avait commencé avant son arrivée. C'est également pour cette raison qu'il avait envie qu'elle vienne s'installer officiellement, ça finissait par devenir ridicule d'avoir deux maisons, autant pour les enfants que pour eux, puisqu'ils avaient besoin de s'endormir l'un contre l'autre tous les soirs. Mais c'était plus facile de ruminer l'idée, de repousser l'échéance, que de se prendre la fierté d'Alba et un potentiel refus dans la figure. Ce jour là, la femme qu'il aimait lovée contre lui, Léo savait que ce serait peut-être sa chance. Et elle lui tendait même la perche, même si elle ne parlait pas de la maison, Jensen évoquait Kai, cette petite fille qui bouleversait leur vie déjà en chantier. Le brun avait remarqué qu'Alba passait moins de temps à la galerie, elle disait que c'était pour être avec eux, mais il sentait qu'il y avait autre chose il se doutait quoi, il lui laissait juste le temps dont elle avait besoin pour se sentir prête. Les choses avaient changé depuis le Laos et leur reportage chaotique, il avait laissé Alba terminer le projet seule, il avait parlé des circonstances particulières à son contact professionnel. La photographe avait géré, ça il le savait, elle avait même fait mieux que ça, son employeur adorait sa vision des choses, sa patte. Les clichés des deux photographes avaient été publiés sur un long reportage dans une édition spéciale de National Geographic, mais il y en avait plus d'Alba, ce qui était normal. On voulait travailler avec elle, si elle le voulait elle pourrait renouer avec la photo, totalement, on l'attendait les bras ouverts. Et Léo était très heureux pour elle, il savait depuis longtemps à quel point elle était douée. Mais il ne la brusquait pas. Pour l'heure elle s'inquiétait pour Kai et c'était la priorité d'Emerson. Oui, elle est orpheline, il lui faut une famille. Je ne peux pas la garder, je n'ai pas fait la démarche dans ce sens. Et il compléta quand même en avouant qu'il voudrait qu'elle reste. La boule au ventre, qu'Alba le rembarre. Ce fut évidemment le contraire et ses mots le touchèrent. Mais ce n'était pas non plus ce qu'il voulait, l'adopter seul. Il pinça les lèvres en fuyant son regard quelques secondes. C'est pas si simple que ça. En premier lieu, entre son dossier de parent unique, qui avait déjà un fils à temps partiel et celui d'une famille, il ne ferait pas le poids, il s'en doutait. Et puis il n'était pas seul, dans sa vie, Alba en faisait partie intégrante, maintenant qu'il l'avait retrouvée, il voulait tout faire pour que ça fonctionne, alors ça n'aurait pas de sens d'adopter un enfant seul. Le problème étant qu'il ne s'agissait pas de l'envie d'adopter un enfant, n'importe lequel, ce n'était pas le besoin de devenir père à tout prix, pour Léo. Juste celui de garder Kai auprès de lui et de ne pas la voir la lui être arrachée au profit d'une autre famille. Il ne s'agit pas que de moi, Alba. Si je pense à Kai, je ne veux pas être seul à l'adopter. On forme une famille, peut être étrange, mais il y a Jon et toi. C'est vous ma famille. Et Kai serait intégrée au tableau, elle nous compléterait. J'voudrais que tu sois… Elle pouvait lire dans son regard tout ce qu'il n'arrivait pas à dire, il ne savait pas s'il en avait le droit, si Alba était prête à ce genre d'engagement. C'était pire qu'un mariage, pire que de laisser sa brosse à dent dans sa salle de bain. Il voulait qu'ensemble ils adoptent cette petite fille et qu'elle devienne sa maman. Plus seulement celle de Jon, celle de Kai également.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 24 Jan 2024 - 14:03

Parfois Alba repensait à cette période où Léo se faufilait la nuit dans son lit les semaines où elle avait Jon et inversement les semaines où Léo l’avait. A cette époque, ils ressemblaient à deux adolescents, se cachant aux yeux de tous pour vivre cet amour qui leur semblait interdit. Ç’avait été leur manière de se protéger de l’extérieur. Mais tout avait brisé par leur problème interne et cette confiance qui n’existait pas. A présent, tout était différent. Alba ne rentrait plus par la porte vitrée, ils ne cachaient pas leur geste tendre devant leur fils. Jon avait tout compris, depuis le début. Lui, il savait que ses parents s’aimaient et il adorait se faufiler dans leur lit, même s’il devenait grand. Il venait avec son regard de petit garçon demandant à ses parents de lui laisser une place au milieu. Avec l’arrivée de Kai, il avait prit un nouveau positionnement, celui de grand frère. Mais parfois, il ressentait le besoin d’être rassuré que Léo et Alba l’aimait toujours autant. Kai ne changeait rien dans leur façon d’aborder leur amour pour Jon. Le petit garçon continuait à avoir des moments privilégiés avec ses parents, soit ensemble ou séparément. C’était devenu presque évident qu’Alba s’installe ici, il y avait déjà quelques affaires. Pourtant, elle ne se sentait pas chez elle. Tout cet espace était à Léo, il y avait ses meubles, sa décoration, les fantômes des présences anciennes. Il manquait la piscine, les tasses préférées d’Alba. C’était plus simple pour elle de venir depuis que Kai était dans leur vie. Alba se souvenait très bien de ce jour où elle avait appelé Léo en urgence, lui notifiant qu’il devait aller récupérer la petite au Laos. Pendant ce temps, Alba était allée récupérer des vieilles affaires de Jon, elle avait cherché du mobilier pour faciliter l’arrivée de Léo et Kai. Les choses se faisaient naturellement et pourtant Alba sentait cette retenue, peur d’aller trop vite. A côté, ce voyage au Laos lui avait fait regoûter à la photographie. Cet art il était particulier, elle avait vibré par lui pendant tant d’année. Jon avait été son plus beau cadeau, mais elle ne pouvait plus se permettre d’aller à l’autre bout du monde pour un contrat. Il y avait ce petit garçon à s’occuper. Puis Alba, au fond c’était une artiste. Jamais elle n’avait eu l’envie de faire de la photographie de proximité, comme les mariages, ou les naissances ou les cartes d’identité. Non, il y avait une réflexion à travers chacune de ses photos, une logique et une patte artistique. Voir ses photos dans un journal aussi reconnu lui avait donné des ailes, elle voulait regoûter au plaisir de la photographe de reportage, d’artiste. Mais elle ne pensait pas à ça à cet instant. Ils parlaient de Kai, et pour Alba c’était logique qu’il fasse un dossier. Elle ne voyait pas la petite autre part qu’ici. Elle fronçait les sourcils. « Si tu remplis un dossier, tu expliques au juge que tu t’occupe elle depuis des mois. Elle est intégrée à la famille, que ton fils l’adore et que tu as du soutien tout autour de toi. » Elle le savait au fond que ce n’était pas si simple, mais elle voulait y croire. Alba savait que son départ attristerait Léo, Jon et elle. Elle ne s’attendait en revanche pas aux confidences de Léo. Evidemment qu’elle y avait pensé Alba à l’adoption. Mais à chaque fois elle sentait un pincement dans sa poitrine, elle sentait cette envie mais aussi ce souvenirs douloureux de la clinique. Puis, Alba avait été adoptée et elle connaissait les difficultés et les questions que ça entrainait. A ces mots, elle sentait l’émotion monter, Léo faisait une des plus belles déclarations. Ils étaient une famille, peut-être bizarre mais ils en étaient une. Mais ce qu’il proposait allait bien au-delà de juste poser quelques affaires dans une armoire. « Je ne suis pas prête. » Disait-elle dans un murmure, s’éloignant physiquement de lui. Elle ressentait de la culpabilité, de la peine et de la peur. Elle savait qu’elle ne ferait pas de différence entre Jon et Kai, qu’elle serait une super mère pour Kai. Mais elle ne se sentait pas prête, elle avait peur aussi. La dernière fois, quand un nouvel enfant avait été évoqué, ils s’étaient séparés pendant plus d’un an. Elle se relevait, instaurant encore plus de distance, retournant dans la cuisine pour aller chercher de l’eau, fuir cette conversation.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyJeu 25 Jan 2024 - 2:05


Pendant longtemps, Léo n’avait pas su ce qu’il voulait, il allait au gré de ses envies du moment, de ses désirs, des femmes qu’il rencontrait, des voyages qu’il faisait. Et ça semblait lui convenir. Il se complaisait dans cette idée de liberté qu’il chérissait tant. Il ne voulait pas d’attaches, pas de femme qui l’attende quelque part, il ne voulait pas d’enfant, personne à qui il devait rendre des comptes. Il voulait rester cet éternel jeune homme qui séduisait son monde et se laissait séduire. Et puis il avait rencontré Alba, avec elle, il avait goûté à une certaine forme de bonheur et de stabilité, durant presque une année, il lui était resté fidèle, c’était si simple avec elle, cette vie. Ils voyageaient, ils faisaient l’amour, ils ne parlaient pas d’attache, pas de famille, pas d’avenir. Jusqu’à ce que tout explose. Il avait pris peur d’énormément de choses, peur peut-être qu’à un moment, elle finisse par lui demander qu’ils se posent, qu’ils construisent quelque chose. Peur d’en avoir envie aussi et de ne pas pouvoir dire non, au nom de cette foutue liberté. Dix ans plus tard, c'était toujours la même femme qui lui faisait tourner la tête. Au cours de cette décennie, ils en avaient vécu des choses, ils avaient connu les montagnes russes, vertigineuses, ils avaient connu d’autres personnes aussi, eu d’autres coups de cœur. Mais au fond, c'étaient toujours eux, ça le serait toujours. Et Léo avait arrêté de se battre contre ça. Il acceptait que le bonheur ce soit ça, des voyages, ponctuels, une maison dans laquelle il aimait rentrer en sachant qu’elle serait là. Aider son fils à faire ses devoir et aller faire du surf ensemble les week-ends. Il aimait cette nouvelle vie, peut-être parce qu’il avait vieilli et compris qu’il ne servait à rien de courir autour du monde pour être heureux. Et puis Kai, cette petite fille, cette évidence. Lui qui ne croyait pas à grand-chose, il avait tout de même beaucoup pensé. Si tous ces voyages, toutes ces rencontres qu’il aimait faire, si tout ça n’avait été, à la fin, que dans le but d’un jour tomber sur elle. C’était probablement ça, son but sur cette terre, d’un jour la tenir dans ses bras et savoir que c’était elle, que quelque part, sans savoir pourquoi ni comment, ils étaient liés, ils étaient faits pour se rencontrer et qu’il allait tout faire pour la protéger, pour qu’elle soit heureuse et en sécurité. Cette idée le bouleversait, par la force du message, mais aussi parce qu’il avait peur de devoir faire un choix. Au moment où tout allait enfin bien dans sa relation avec Alba, cette rencontre avec Kai allait peut-être tout chambouler. Il écouta les arguments de la blonde, elle le poussait à faire ce dossier d’adoption, mais elle ne comprenait pas, ou du moins elle ne voulait pas comprendre. Ils vont creuser, tu sais, bien ce n’est pas si facile, ils vont voir qu’on est ensemble. Que je suis en couple avec la mère de mon fils, mais que je veux adopter seul. Il y a un truc qui ne marchera pas. Ça l’agaçait un peu qu’elle fasse l’autruche, mais il ne voulait surtout pas la brusquer. Alors, il se lança, il pointa l’éléphant dans la pièce, il ne pouvait pas remplir seul ce dossier d’adoption. Non pas qu’il n’en soit pas capable, ou qu’il n’en ait pas le droit, juste, il ne voulait pas. Parce que ce n’était pas son idée de la famille qu’il voulait construire. Il vit le visage d’Alba se décomposer, il su, avant même qu’elle ne réponde et son cœur se fissura. Ils arrivaient à ce stade où la blonde s’éloignait de lui et il su qu’il allait devoir choisir. Emerson la laissa se lever pour aller dans la cuisine, il termina son café froid avec une grimace puis la rejoint, il n’entrait pas dans la cuisine, il restait de l’autre côté de l’îlot central, ils avaient tous les deux besoin d’espace pour affronter cette bataille. Pourtant Léo n’avait pas envie de se battre contre elle, pas cette fois, cette fois, il voulait se battre pour eux. Moi non plus je ne suis pas prêt. Moi aussi j’ai peur. Tu crois que je suis épuisé à cause de Kai ? Oui, mais ce ne sont pas ses réveils nocturnes qui m’empêchent de dormir. C’est cette situation. C’est la peur de la voir partir et en même temps la peur de me lancer. C’est la peur de te perdre aussi. J’ai la trouille, j’suis pas prêt, non. Mais il s’agit d’elle. J’étais pas prêt pour toi non plus, encore moins pour Jonah. Pourtant vous êtes les meilleures choses qui me soient arrivées. Il était en croisade, Léo, en campagne, il prêchait pour sa cause, il tentait sa chance. Au risque de la perdre totalement. Il savait qu’elle avait peur et elle avait raison. Mais il savait aussi qu’elle tenait à cette gamine, malgré tout ce qu’elle pouvait dire. Parle-moi Alba. J’imagine tout ce que ça représente pour toi, mais je ne peux qu’imaginer, si tu ne me parles pas. Il croyait qu’ils étaient capables de communiquer à présent, mais visiblement, il y avait encore un peu de chemin à faire.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 31 Jan 2024 - 5:05

L’arrivée de Kai dans la vie d’Alba et Léo avait un peu tout chamboulé. Ils avaient commencé à trouver un équilibre, travaillant chacun de leur côté sur la confiance qu’ils avaient en eux et en l’autre. Ça faisait dix ans pour Alba que Léo c’était une évidence. Les tempêtes, les zones de gel et les orages entre eux n’avaient jamais terni la chaleur qu’il y avait quand tout allait bien. Rien n’avait réussi à leur enlever cet amour qu’ils avaient construit à Thaïlande et qui avait déterminé toute la suite de leur vie. Sans Jon, peut-être ne se seraient-ils jamais revu et pourtant Alba était persuadée qu’ils se seraient retrouvés et déchirés, mais que finalement ce voyage les avait lié d’une manière indescriptible. Cette passion les animait toujours, leur amour était toujours aussi fort mais à présent il se mêlait avec cette vie plus sédentaire et l’amour pour leurs enfants. Kai elle avait déjà pris sa place dans cette famille particulière, adoptée par Léo, Jon, les parents d’Alba et ceux de Léo. Il n’y avait qu’elle qui avait des réserves. Cette petite fille, elle l’aimait déjà, elle y était attachée, adorant lui donner le biberon, jouer avec elle et la voir s’éveiller un peu plus chaque jour. Son cœur se réchauffait de la même manière qu’avec Jon. Elle le sentait au fond d’elle qu’elle faisait déjà partie de cette famille. Mais Alba, elle sentait ce blocage de son expérience passée. Il y avait trop d’émotions qui rentraient en jeux. Léo et elle d’abord. Ils n’avaient jamais vraiment élevé un enfant ensemble, avec un projet parental en commun. Jon elle l’avait imposé, imposant également sa manière de voir l’éducation, même si elle laissait toute la place à Léo. Même si ça faisait dix ans qu’ils avaient des sentiments l’un pour l’autre, leur relation était si neuve, ils trouvaient leur équilibre parfois avec facilité et parfois avec difficulté. Il y avait encore plein de non-dit, des sensations et des émotions qu’Alba cachait pour se protéger. Léo avait raison, les services sociaux allaient enquêter, ils verraient bien que Léo et elle étaient ensemble et qu’ils avaient un fils. Il n’y avait aucune logique pour que le dossier ne se fasse qu’au nom de Léo. Les travers d’Alba reprenait, bien consciente que si Léo adoptait seul il y aura des difficultés mais elle voyait aussi les difficultés si le dossier était à leur deux noms. « Il n’y pas qu’une seule façon d’adopter. Ce n’est pas binaire comme système. » Et elle le connaissait ce système. Ses deux parents avaient bien pu l’adopter, alors que Steen n’était pas australien et que ce n’était pas un couple hétérosexuel. L’adoption ce n’était pas qu’une question de papier mais aussi de projet, enfin c’était à quoi elle voulait croire. Elle s’attendait à la proposition de Léo, dans le fond elle savait qu’elle allait arriver à un moment. Mais Alba ne se sentait pas prête. Déjà, elle ne se sentait pas légitime d’adopter un enfant alors qu’un an auparavant elle avait avorté. Ce n’était pas juste. Ensuite, elle savait que si elle se lançait dans cette aventure, elle serait si triste si les démarches n’aboutissaient pas et qu’elle ne pouvait pas se permettre d’être triste. Il y aura Jon et Léo à consoler. Puis, ça changeait leur relation, effrayée de le perdre une nouvelle fois. Non, elle n’était pas prête et cette réponse apportait un froid dans la demeure. La photographe préférait se lever pour s’éloigner un peu de Léo, une communication corporel qui confirmait de son malaise. Léo lui laissait quelques minutes de répit, mais elle savait qu’il viendrait attaquer. Ils se connaissaient, et rentraient en désaccord sur un sujet bien plus sensible que tous les autres qu’ils ont pu avoir précédemment. La bataille commençait avec comme champ de mine l’ilot central qui les séparait. Il y avait de l’agacement et de l’incompréhension de la part de Léo, mais il avait cette honnêteté nouvelle. Finalement, c’était lui qui s’ouvrait le plus, qui acceptait d’avancer alors qu’Alba trainait encore un peu les angoisses de leur relation passée. Alba l’écoutait trouvant un contre argument à chacun des siens, et elle sentait cette pente raide. Depuis le Laos, c’était la première fois qu’elle avait l’impression qu’il y aurait cette possibilité de reperdre Léo. La situation s’inversait. Il y a quelques années, c’était elle qui avait imposé Jon et à présent, il lui parlait de Kai, comme pour l’inciter d’être cette mère. « Tu veux que je te dise quoi Léo ? Tu veux l’adopter, c’est très beau. Mais moi je ne me sens pas légitime. On habite même pas ensemble, ça n’a jamais été notre plan d’avoir des enfants, je ne sais même pas si on est d’accord sur l’éducation qu’on veut lui donner. » Elle soupirait, se rendant compte que tout se jouait à cet instant. « Je sais ce que ça fait d’être adoptée, les questions qu’on se pose, la tristesse qu’on éprouve parfois et je ne sais pas si je suis capable de rassurer mon enfant si même moi je suis encore torturée par ce genre de pensée. Et puis si ça ne fonctionne pas je ne m’en remettrais pas. Je ne veux pas me dire que par deux fois j’ai échoué à avoir un deuxième enfant ! » Sa voix tremblait un peu, et Alba voyait l’avenir bien moins clair avec cette conversation. Elle avait l’impression que cet ilot illustrait la frontière qui s’installait entre eux, que ni lui ni elle ne changerait d’avis et que finalement ils allaient perdre dans tous les cas

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 31 Jan 2024 - 15:16


Cette histoire, cet happy end, ça faisait deux ans qu'il l'attendait Léo. Deux années qu'il n'avait vu personne, ou presque, qu'il s'était fait soigner, qu'il avait combattu ses démons. Pour Alba, pour leur famille, pour que ça fonctionne. Lui qui avait toujours été si égoïste dans sa façon d'aimer, préférant perdre une femme si les choses n'allaient pas dans son sens, plutôt que de faire des efforts. Se disant que si ça n'avait pas marché ce n'était pas de sa faute à lui, que ce n'était juste pas fait pour marcher. Il avait tout remis en perspective pour cette femme. Parce que c'était elle, depuis dix ans c'était elle, envers et contre tout, c'était toujours elle. Et à présent qu'ils avaient un semblant d'accalmie, leur bonheur se voyait à nouveau menacé, d'une façon qu'ils n'avaient pas vu venir. Enfin presque pas. Parce que Léo l'avait senti dès le départ, dès la première fois qu'il avait tenu Kai dans ses bras, que quelque chose de spécial se passait. Même Alba en avait été témoin silencieuse. Ce jour-là, Léo était tombé amoureux, mais pas comme on l'entend, pas comme on tombe pour une femme. Plutôt de la même façon qu'il était tombé amoureux de son fils quand il avait posé ses yeux sur lui la première fois. C'était inexplicable, comme sentiment, d'autant plus quand ça arrivait avec un petit être totalement inconnu qui n'avait même pas son sang. Il savait que beaucoup ne comprendraient pas, c'est pourquoi il ne comptait pas prendre son temps à l'expliquer. Cependant il espérait que la blonde comprenne, elle, plus que n'importe qui. Pourtant la conversation ne prenait clairement pas le chemin le plus simple, ils se disputaient déjà sur le sujet de l'adoption au sens large, sans parler d'eux. Évidemment qu'elle savait, Alba, elle était adoptée, par deux hommes, à une époque où c'était bien moins évident qu'aujourd'hui. Mais Léo ne partageait pas totalement son avis, si les services sociaux avaient le choix entre une famille dite classique et un Léo seul qui devait dealer avec un premier enfant et une femme dans sa vie qui ne voulait pas prendre part celle de Kai, il ne serait pas prioritaire. Et il comprenait totalement ce système, finalement ils choisiraient la famille la plus équilibrée. Ce n'était pas une question binaire ou non, c'était juste logique. Il secoua alors la tête, passablement agacé mais il ne souhaitait pas entrer dans ce conflit. Avec l'îlot central entre eux, les deux amants se cherchaient, comme on s'apprête à partir en guerre. Léo n'en voulait pourtant pas, de cette bataille, elle l'effrayait même. Il voulait que ce soit simple et beau. Mais avec Alba rien n'avait jamais été simple. Elle tentait d'argumenter, cherchant à le contrer, elle bataillait, bien qu'Emerson n'arrive pas à comprendre réellement pourquoi. Elle avait peur, il le voyait et il avait envie de la prendre dans ses bras, plutôt que de hausser le ton. Mais la guerre avait éclaté et ils devaient continuer, parce que c'était le genre de combat qui méritait d'être mené. Ne sors pas l'argument de la maison, tu as déjà les clés d'ici, tu rentre quand tu veux, on dort ensemble toutes les nuits. Il brandit la brosse à cheveux qu'elle avait laissé sur l'îlot ce matin même avant de partir. Tu vis ici, Alba. Il lui sourit avec toute la tendresse dont il était capable, ça le touchait terriblement, de voir un peu d'elle chez lui, de l'imaginer occuper cet espace et le faire sien également. Quant à l'éducation, on s'en sort bien pour Jonah, non ? J'ai pas l'impression qu'il manque d'équilibre. Elle avait raison sur ce point, mais il ne s'agissait pas de Kai cette fois, déjà pour leur fils, il aurait fallu qu'ils aient une vraie conversation, au lieu de ça ils composaient, depuis sa naissance. Et ça semblait suffir. Les mots d'Alba lui transpercèrent le cœur. Il s'approcha alors, brisant cette règle tacite de rester à bonne distance, cette fois il était incapable de rester de marbre. Il l'attira contre lui, voulant prendre un peu de cette peine qu'elle formulait avec courage. Je sais que tu te poses beaucoup de questions, concernant ta mère. Ils en avaient parlé plusieurs fois, à Bangkok notamment. Mais Kai… Elle n'a pas été abandonnée, c'est une histoire différente, ses parents ne reviendront jamais, c'est une certitude. Je ne sais pas si on a les épaules assez solides pour ça, mais… Sa voix se brisa, il revoyait les visages de ces inconnus qu'il avait eu la chance de rencontrer. Il avait la certitude que c'était sa mission aussi, expliquer un jour à cette enfant combien ses parents étaient bons et courageux. Combien ils l'aimaient également. Une autre famille ne pourrait jamais le lui dire. Il s'éloigna un peu d'Alba, la fixant le regard brillant. Tu l'aurais gardé, ce bébé, si tu avais eu la certitude qu'il était de moi ? Léo rebondissait sur la dernière phrase de la blonde. Le ton avait été plus agressif que ce qu'il aurait voulu, mais ce sujet le touchait particulièrement, le ramenant brutalement à l'une des périodes les plus difficiles de leur histoire. Ce deuxième enfant, cette deuxième grossesse, non désirée également. Elle lui avait dit qu'elle ne pouvait pas le garder sans savoir qui était le père, autrement dit, s'il y avait une chance que ce soit celui de Concho. Mais quelque part le doute subsistait toujours, si elle avait su qu'il était de Léo, qu'est ce qu'elle aurait fait ? Parce que lui, il s’était montré prêt à s'en réjouir, à assumer cette fois, même si ce n'était pas prévu. Néanmoins, au fond, il sentait un sacré poids lui peser sur le cœur. Près de deux ans plus tard, il abordait enfin le sujet qui avait tout fait basculer. Et il espérait que cette fois ils s'en sortent indemnes. Même si rien n'était moins sûr.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyDim 4 Fév 2024 - 10:18

Tout avait changé depuis le Laos. Ils avaient brisé ce plafond de verre, acceptant enfin les sentiments que l’un avait pour l’autre. Ils avaient écouté l’autre, avec ses peurs, ses doutes et toutes les choses sur lesquelles ils devaient travailler seuls ou ensemble. C’était finalement si simple, et Alba était convaincue que son bonheur allait de pair avec celui de Léo et de Jon. Chacun avait son individualité mais tous ensemble ils se complétaient. Puis Léo, il apportait cet équilibre à la blonde, depuis toujours sans s’en rendre compte. Logiquement et doucement, il avait combler le vide qu’Alba avait en elle, et il avait fini par le combler même s’il ne le remplissait pas entièrement. Chaque soir, elle se couchait dans ses bras avec cette sensation d’être enfin à sa place. Ils n’avaient rien perdu de leur passion passée, et parfois elle le surprenait avec sa nudité, ou ses regards aguicheurs quand Jon regardait ailleurs. L’arrivée de Kai n’avait rien changé à ces échanges naturels mais elle avait bousculé l’équilibre qu’ils avaient tant peiné à trouver. Cette petite fille avait bouleversé pour le mieux leur quotidien augmentant le cocon familial qu’ils avaient construit. Sauf qu’Alba appréhendait les inconnus avec angoisse. Ces expériences de la maternité n’avait pas toujours été parfaite, les embuches s’étaient longuement érigées et parfois elle avait perdu face à tous les obstacles. Kai, elle méritait une famille saine et heureuse, un cocon dans lequel elle pourrait évoluer et devenir l’adulte qu’elle souhaitait être. Il n’y avait pas mieux qu’Alba et Léo pour aider la poursuite des rêves. Ces deux aventuriers avaient toujours choisis leurs envies et leur rêves, ils avaient cette même philosophie de vie. Mais Alba ne cessait de penser à l’avortement, à l’éducation qu’ils donneraient à Kai. Le choix d’avoir un enfant ensemble n’avait jamais eu lieu. Jon s’était imposé à eux, la grossesse avait été accidentelle. Kai devenait la vrai choix, celui de construire une famille, avec la même éducation. Pour Alba, l’adoption n’était pas binaire, c’était même un cadeaux. Ses pères l’avaient toujours comblé d’amour la faisant parfois suffoquer parce que finalement ils cherchaient ce lien qui devait être naturel et biologique. Alba ne croyait pas à l’amour biologique, mais à l’amour choisit. Mais elle ne voulait pas adopter cette petite si elle ne le sentait pas du fond de ses tripes, il y avait trop de risques pour elle, pour Léo et pour Kai. Et pour Léo c’était une évidence et rien que pour ça les services sociaux n’avaient pas à se poser des questions. Et si pour lui c’était simple, ça ne l’était pas pour Alba. Sa proposition la prise de court même si finalement elle s’attendait à cette conversation un jour. La distance qu’elle lui imposait était nécessaire, parce que Léo et Alba avait besoin d’enlever cette électricité physique qu’ils avaient entre eux pour les sujets importants. Leur corps parlait toujours trop pour eux et cette nécessité de communiquer ils l’avaient bien en tête. Cet ilot était la zone tampon, l’espace nécessaire pour que chacun puisse s’exprimer. Pour Alba, avant de décider d’être une famille il y avait tellement d’étape, notamment vivre ensemble. Léo contra cet argument en un instant et Alba fronçait les sourcils. « Ce n’est pas chez moi ici ! » Il y avait des fantômes du passé de Léo partout. Cette photo de Grace, les souvenirs avec Blanche, et peut être d’autres. Ç’avait toujours été la maison de Léo, avec ses objets. Alba ne parsemait que quelques affaires, son nécessaire de beauté, quelques vêtements mais elle rentrait chez elle faire sa lessive, ou pour se poser pour lire parce que toutes ses affaires étaient chez elle. « Et ce n’est pas une brosse à cheveux qui traine qui fait que je vis ici. Il n’y a rien à moi, ni mes meubles, ni mes souvenirs, tout est à toi. » Elle ne criait pas, elle restait factuelle. Si jamais ils se disputaient, Alba avait toujours la possibilité de fuir chez elle. Ils étaient qu’aux prémices de leur relation. Puis la question de l’éducation arrivait, ce sujet dont ils avaient jamais parlé pour Jon. L’improvisation était le maître mot. « Tu sais ce que je veux dire. On a jamais élevé un enfant ensemble côte à côté, on s’est juste débrouillé comme on pouvait. » Alba s’imaginait les disputes sur quelle nourriture prendre ? Sur quelles activités elle irait ? Plein de choses dont ils n’avaient jamais parlé auparavant. Puis Alba voyait les problématiques de l’adoption, de ce vide et de ces pensées. Combien de fois avait-elle été dur avec ses pères quand ils la disputaient. Ce vide il existait toujours. Léo enlevait le vide entre eux pour la prendre dans ses bras, parce qu’ils savaient que ce sujet la touchait. Elle ne se posait plus de questions sur sa mère, depuis longtemps. Et oui pour Kai, c’était d’autres problèmes et comment ils allaient arriver à lui expliquer ce qu’il s’était passé. « Je n’ai pas les épaules pour ça Léo. » Elle ne voulait pas perdre Kai, mais dans quelques années ça sera encore plus dur. Elle en avait marre de croire à cette famille, même pendant un infime moment, pour finalement ne pas l’avoir. Léo fit le rapprochement avec l’avortement, s’éloignant d’Alba. Dans son cœur, elle le sentait qu’aujourd’hui ils jouaient peut-être leur relation. Elle ne voyait pas d’issue positive parce que chacun restait sur ses postions et le sujet de l’avortement les renvoyait à un moment trop sombre dans leur histoire. « Si tu en avais aussi eu envie, évidemment que je l’aurai gardé. » Avouait-elle, même si à l’époque leur relation était bien plus tendue qu’actuellement et qu’Alba n’avait plus confiance en Léo. Ça n’aurait peut-être pas été une bonne idée, cette séparation leur aura prouvé qu’ils avaient besoin de l’autre et qu’ils s’aimaient de façon inconditionnel. Mais parfois l’amour ne suffisait pas et aujourd’hui elle avait peur que ça ne soit pas suffisant.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 291
MESSAGE : 10024
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMar 6 Fév 2024 - 1:46


Cette fameuse photo, imprimée sur du beau papier, en grand format, un portrait noir et blanc en contre-jour. Léo y tenait à cette photo, parce qu’il la trouvait belle. Elle avait pourtant déjà été l’objet d’une dispute avec Blanche, puis Alba l’avait trouvée à son tour. Même si on ne voyait pas le visage de cette femme, il était impossible de douter que c’était le cliché d’un homme amoureux. Amoureux il l’avait été Léo, bien des fois, mais peu de femmes avaient réellement gagné son amour, profond, durable. Grace l’avait eu et ce serait mentir que de dire qu’il n’avait plus aucun sentiment pour cette femme. C’est pourquoi il gardait encore ce tableau dans un coin de son bureau, plus accroché au mur, il était même presque caché, mais il était toujours là. Alba n’avait cependant plus à douter de l’amour que Léo éprouvait pour elle, si certains fantômes de son passé hantaient encore cette maison, ils restaient bien liés au passé. Ce n’étaient même pas des fantômes en vérité, c’était juste la vie, parce que Léo avait un passif avant elle et il ne pouvait pas l’effacer. Néanmoins, c'était avec Jensen qu’il voulait son avenir et il n’en avait jamais été aussi sûr. Pourtant, la vie semait encore des embûches sur leur chemin, à peine avaient-ils trouvé un équilibre que l’arrivée de Kai remettait tout en question. Pas leur amour, mais les fondations de celui-ci et la façon dont ils imaginaient l’avenir ensemble. Au fond, Léo s’en voulait d’imposer ce choix à Alba, il comprenait qu’elle ne soit pas prête, qu’elle ait peur ou qu’elle n’ai juste pas envie, malgré l’affection qu’elle avait pour cette petite fille. Mais il ressentait l’urgence et ça l’effrayait également. Il n’avait pas envie que Kai soit comme un ultimatum qu’il lui poserait. Cette maison, en vérité, c'était matériel, il n’en avait rien à faire de ces quatre murs. La localisation, presque sur la plage, était idéale, il adorait l’atmosphère qui s’en dégageait. Mais en définitive, il ne comptait pas se battre pour exiger ce lieu comme foyer de leur famille. Il hocha alors la tête. Je n’en ai rien à faire de cette maison Alba. Tu veux qu’on vive ensemble ? Que ce soit chez toi ? Ou qu’on achète une maison ailleurs ? Peu m’importe ! Du moment que ce soit chez nous. Ca semblait si simple, dans la bouche de Léo, mais il avait bien d’autres batailles à mener que celle-là. Et d’ailleurs la blonde ne manquait pas de ressources en la matière, à présent elle attaquait au sujet de l’éducation. Le brun voyait le problème à l’inverse, ils avaient galéré pour gérer l’éducation de leur fils dans deux foyers différents, à des rythmes différents, ça lui semblait hautement plus difficile que de le faire sous le même toit au quotidien. Evidemment il y aurait des disputes, peut-être que l’un donnerait trop de sucre, l’autre trop de temps d’écran, ils étaient deux humains différents, c’était normal, mais ça ne lui semblait pas insurmontable. C’est sûr que si tu lui fais ton gratin de choux-fleurs toutes les semaines et que tu m’obliges moi aussi à en manger, ça finira par poser problème ! Léo tentait toujours d’apaiser les tensions, mais il sentait que c’était de plus en plus difficile. De quoi t’as peur ? Que ce soit trop tôt ? Ça fait des mois qu’on passe notre temps ensemble. On a déjà passé un an tous les deux. Ça fait, quoi ? Neuf ? Dix ans, qu’on se connait? Il ne s’agit pas de Kai, là, je voulais te proposer qu’on s’installe ensemble depuis un moment déjà. Et qu’on éduque notre fils ensemble. Qu’on se débrouille comme on peut, à deux. Ça lui faisait mal, à Léo et il perdait peu à peu confiance en son discours, parce qu’il voyait à quel point Alba doutait, sans parler de l’adoption, elle doutait encore d’eux, c’était encore trop tôt visiblement. Ça lui faisait de la peine parce qu'il y croyait, lui, il savait qu'ils étaient prêts. Ils n'étaient plus des gamins qui se découvraient, ils connaissaient même tous les défauts de l'autre, les démons qui les tourmentaient aussi. Mais si Alba n'avait pas envie de cette vie, à trois ou à quatre, alors il n'allait pas se battre indéfiniment. Elle assena le coup de grâce en avouant qu'elle n'avait, en effet, pas les épaules pour élever cette enfant si particulière, le ton était sans appel et Léo accusa le coup. Il recula d'un pas, cachant mal sa déception. Et il fit donc ce qu'il savait faire de mieux, il attaqua à son tour. Il avait pris cette voix plus rauque qui se voulait forte, pour qu'elle ne voit pas qu'il était au bord du gouffre, la rendant plus agressive que ce qu'il aurait voulu. Puisqu'elle en parlait, de ce fameux deuxième enfant, il avait besoin de savoir. La faute à la fatigue, à l'émotion aussi, contenue depuis trop longtemps les yeux de Léo étaient brillants de larmes qu'il ne voulait pas sentir déborder. Évidemment qu'elle l'aurait gardé ce bébé. Bordel quel gâchis ! Il savait, Léo, que c'aurait été une idée catastrophique, parce que deux ans en arrière ils n'étaient pas heureux et qu'on ne faisait pas un bébé pour réparer un couple. Mais aujourd'hui, il pensait sincèrement qu'ils étaient heureux. Il baissa les yeux, il n'y avait aucune réponse à donner. Il s'approcha d'elle, piquant un baiser dans ses cheveux, ne sachant pas réellement ce que signifiait ce geste, est-ce que c'était juste une marque d'affection, ou bien un baiser d'adieu ? Au même moment, des pleurs étouffés se firent entendre, au fond du couloir. Parfait timing, merci Kai. Léo s'éloigna, se passant une main sur le visage, pour effacer toute trace de larmes et se donner une contenance. Il faut que j… Elle savait, Alba, qu'il devait aller chercher la petite, mais également qu’il avait besoin de mettre un peu de distance entre eux. Léo s'éloigna alors, entra dans la chambre et son cœur se serra quand il découvrit Kai, tout sourire, qui l'attendait. Une larme s'échappa de son œil quand il pensa que c'était peut-être Alba ou elle. Il l'a pris dans ses bras, la serra doucement et retourna dans la grande pièce à vivre pour affronter la blonde. Peut-être que tu devrais rentrer chez toi. Il la virait d'ici, puisqu'elle n'était pas chez elle, il en avait encore le pouvoir. Même si ça lui faisait mal, il était d'avis qu'ils avaient tous les deux besoin d'espace, de réfléchir. Peut-être de se manquer, il l'espérait.

#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen 4026759991

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen EmptyMer 28 Fév 2024 - 10:28

Aujourd’hui, Alba ne doutait pas de ses sentiments pour Léo. Elle l’aimait comme il était, avec les fantômes féminins de son passé, la dureté du comportement de son père sur lui, de sa façon de fuir aux problèmes. Elle l’aimait parce qu’à chaque fois qu’il la touchait, son corps répondait instinctivement. Elle l’aimait parce qu’il n’y avait pas une minute où son esprit cessait de penser à lui. Elle l’aimait pour les souvenirs qu’ils avaient en commun, les bons comme les mauvais. Elle l’aimait pour cette photo de Grace, pour cette maison trop grande pour lui tout seul, pour cette décoration qui leur ressemblait. Dans un monde parfait, ils auraient fait les choses dans l’ordre, sans se blesser au point de devoir toujours tout reconstruire. Si on lui demandait où elle se voyait dans dix ans, Léo faisait évidemment partie du tableau, parce qu’elle voulait un avenir avec lui. Il n’y aurait plus personne d’autres, se rendant compte que l’amour qu’elle lui portait avait toujours été plus fort que tous les autres. C’était aussi simple que ça. Elle l’aimait de façon immesurable et de façon désintéressée parce que son bonheur importait plus. Mais Léo l’avait changé, cet amour avait eu des conséquences sur Alba. A présent, elle ne pouvait plus s’oublier pour une personne, parce que sinon elle ne pouvait pas lui rendre l’amour qu’il lui portait. Elle n’avait aucun doute non plus sur les sentiments de Léo. Elle n’en avait plus. Mais même s’ils se ressemblaient, Léo et Alba avait toujours été en confrontation. Ils se ressemblaient peut-être trop que parfois leur chemin respectif ne les menaient pas au même endroit. Elle sentait le besoin de se protéger, d’écouter ses peurs et ses angoisses. Tout allait vite, trop vite, même s’ils se connaissaient finalement depuis dix ans. « J’en sais rien ! » Répondait-elle. Les mots avaient dû mal à sortir, sentant la distance les séparer au fur et à mesure de cette conversation. « J’aurai aimé qu’on en parle, qu’on argumente. J’aurai voulu que tu me dises pourquoi ta maison est la meilleure et que je te dis pourquoi c'est la mienne et que finalement je serai venue vivre ici parce que j’adore cet endroit ! Mais on aurait pris le temps, on ne se serait pas pressé par l’urgence. » Elle sentait le flot d’émotion sortir de ses tripes, parce que cette conversation allait arriver, elle le sentait. Mais elle avait préféré la repousser parce que c’était une pente dangereuse. Léo était prêt et à présent Alba ne l’était plus. Les angoisses et la peur prenaient le dessus, attendant que cette période si douce s’envole en un éclat. Ils avaient toutes les fondations à construire, avec déjà un enfant ensemble. Kai, aussi douce et attachante allait bouleversée tout cet équilibre si précaire. Ils ne savaient même pas comment fonctionner comme un couple de parents puisqu’ils avaient toujours été séparés. Jon avait une super éducation, chacun avait fait un peu de son côté. Est-ce qu’ils arriveraient à se mettre d’accord. L’humour de Léo aurait pu détendre le moment, surtout qu’Alba raffolait de ce gratin de choux-fleurs que les deux hommes de sa vie n’appréciaient pas trop. Les déclarations de Léo lui firent mal, parce que c’était ce qu’elle avait toujours attendu et maintenant que c’était devant elle, elle était effrayée. « J’ai peur que tout s’envole ! Sur ces dix ans, combien de temps on a été vraiment été ensemble ? Combien de fois on s’est aimé et pas détesté ? Je ne peux pas vivre sans toi, et si on va trop vite, qu’on ne construit pas cette base solide tout va voler en éclat et je ne serai pas capable de m’en remettre pas cette fois. » Il y avait encore des choses dont ils n’avaient pas parlé, et les angoisses de l’adoption refaisait toujours surface. Kai allait avoir une vie difficile, même si Alba et Léo l’aimeraient, elle avait déjà des traumatismes à gérer. Et Alba ne se sentait pas en capacité de l’aider, parce que les siens étaient encore trop présents. Elle sentit la déception envahir Léo, et les larmes d’Alba coulaient sur ses joues. Elle offrait toute sa vulnérabilité à Léo, lui avouant que la femme forte qu’il connaissait depuis toutes ces années ne l’était pas tant que ça. Le sujet de l’adoption arrivait évidemment qui était une des causes de cette fragilité chez Alba. Ce jour-là, elle avait échoué sur tous les fronts et se retrouvant seule. Il ne voulait pas la voir à ce moment-là, personne n’avait vraiment su ce qu’elle avait vécu, mais sans Jon, Alba aurait peut-être sombrée dans la dépression. Léo pleurait. Ses yeux étaient brillants mais il s’approchait d’elle, réduisant l’espace entre eux en silence. Le geste était tendre, mais il semblait être un geste de désespoir. Les larmes coulaient, elle profitait de cette étreinte mais Kai se réveillait. Leur nouvelle garde-fou peut-être. Elle hochait tout simplement la tête, elle comprenait. Les pensées d’Alba ne s’arrêtaient pas, mais il y avait une chose dont elle était sûr, c’était l’amour qu’elle avait pour Léo, pour Jon et pour Kai. Il revenait avec la petite, et Alba voulait rattraper ce qui venait de se produire, lui dire qu’elle réfléchirait. La demande de Léo la coupait, bloquant presque sa respiration. Après tout, il était chez lui. Elle s’approchait d’eux, embrassant le front de la petite qui souriait à pleine dent. Jamais elle ne pourrait demander à Léo de choisir, et qu’à cet instant elle ne voyait que la possibilité d’une fin trop malheureuse pour elle. Son regard ne se posait pas dans celui de Léo, elle avait les yeux trop brillants. Elle récupérait son sac à l’entrée, partant de cette maison qu’elle avait de plus en plus envisagé comme la sienne.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
Contenu sponsorisé
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty
MessageSujet: Re: #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen   #08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
#08 I never knew you were the someone waiting for me + Emersen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We will die for you (Emersen)
» We look like a family, but are we ? - Emersen
» Whatever I did, even if it's done I'm still loving you - Emersen
» Sometimes it needs a little things for hurricane (emersen)
» if i knew one day you would come (nielya ♡) HOT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: