AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

 

 You are the only person I want to see at this moment | Theowana

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyLun 3 Avr - 15:33

Je me sentais si mal de déranger Theo en pleine nuit, je me sentais lasse et j’avais mal. J’avais besoin de parler avec quelqu’un de savoir qu’il y avait quelqu’un pour moi. Jamais je ne m’étais engueulé de la sorte avec ma fille et j’avais peur que ça ne revienne jamais, que j'avais tout gâcher en lui disant que je ne pouvais plus lui faire confiance. Le coeur me serre juste à revoir son regard, ses yeux gorgés de larmes. Comment ai-je pu lui dire des choses si immondes, comment ai-je pu lui refermer la porte, ne pas lui laisser de chance. Je ne connais pas ce jeune homme et pourtant je ne l’aime pas, il enlève ma petite fille, mon bébé, la faisant entrer dans un monde de grand, dans un univers que j’aurais préféré qu’elle ne connaisse jamais.

Theo a réussi à me calmer par ses paroles, il a réussi à me faire comprendre que ce n’est pas de ma faute et qu’il est normal que Maddie passe par une phase comme celle-ci, j’aimerais tant le croire. J’essaie d’y croire, je ne reviens toujours pas de l’audace que j’ai eu de lui demander d’aller le rejoindre, me sentais presque coupable de lui demander d’être là pour moi alors que nous n’avons pas eu la chance de nous revoir depuis cette soirée de st-valentin, c’était même la première fois que j’entend sa voix depuis. Je lui ai assuré que j’allais être ok pour me rendre chez lui sans problème. Je ne voulais pas le tenir sur la ligne le temps du trajet. Ce n’est pas assez loin pour que je me perde.

Je fini par arriver devant chez lui et c’est tellement plus grand que chez moi. J’entre le code qu’il m’a laissé et je me sens comme une intruse en pleine nuit à entrer comme ça chez les gens. Mais Theo m’attend , il sait que je m’en viens le rejoindre. Une fois dans la maison, j’avance et en voyant de la lumière je me dirige vers celle-ci comme il me l’a indiqué plus tôt au téléphone. Je me sens timide soudainement, de le revoir comme ça après les quelques semaines où on ne s’est échangé que par message. Je suis aussi bien évidemment moins chic, les yeux rouges d’avoir pleuré, dans mon pyjama que je n’ai pas quitté avant de partir de chez moi. Pourtant en le voyant, je sens mon coeur faire un bond dans ma poitrine. Je m’approche de lui, le regardant dans les yeux, sans porter d’attention sur ce lit d’hôpital. « Bonsoir… » Je murmure timidement, me sentant un peu idiote en cet instant. Sans savoir comment je dois agir, je m'approche du bord du lit et passe mes bras autour de lui. « Merci encore, je… je suis désolé de t’avoir dérangé en pleine nuit. » je tente de rester calme pour ne pas éclater en sanglot de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyJeu 6 Avr - 4:35

Un peu confus par cet appel, lorsqu’elle eut raccroché, il ne put s'empêcher de se sentir un peu mal. Mal de l’obliger à venir jusqu’à lui alors qu’elle était en pleine détresse, dans des circonstances normales, il aurait dû la rejoindre. Les contraintes du trajet, d’entrer chez lui sans faire de bruit, il imaginait la gêne qui lui imposait, tout ça à cause de ce corps maudit. Theodore avait allumé la petite lampe de chevet que Jenny lui avait offert pour son anniversaire, une lampe effet boule de cristal qui renfermait une petite galaxie. La décoration de sa chambre était assez sommaire, mais elle avait été grandement améliorée après son hospitalisation. Comme pour accompagner ses insomnies se trouvait à portée de main une étagère avec de nombreux livres, en face de son lit un imposant pêle-mêle de photos de familles et d’amis lui souriait et sur les portes du dressing quelques peintures parfois abstraite de la main de Jenny. En contrepartie, dans sa propre chambre, elle avait tapissé ses portes des affiches de spectacles de son père allant de l’Europe à l’Amérique du Nord. Tout cela avait pour but de lui faire oublier les présences de son lit médicalisé, du fauteuil roulant  logé dans un coin devant le verticalisateur qui simplifie ses transferts mais qui lui était si humiliant… Ces objets médicaux ponctuaient sa décoration lorsque l’on regardait de plus près. A côté de la lampe se trouvait son capteur à glycémie et juste à côté d’une seringue de shot de sucre à 30% en cas d’urgence, sous les draps ses jambes se trouvaient dans des gouttières pour qu’elles ne prennent pas de position vicieuse, une ceinture abdominale déposée sur le dossier d’une chaise pour l’aider à maintenir son rachis droit lorsqu’il doit sortir toute la journée et même un urinal planqué dans la table de chevet qu’il refusait d’utiliser quitter à souffrir des heures d’un trop plein dans la vessie.

En attendant Lee, il prit le temps de retirer les gouttières qui maintenaient ses jambes, par honte et sans nul doute par orgueil. Attraper ses jambes pour les mobiliser était facilité par le port du jogging qu’on lui enfilait désormais la nuit car à ne pas bouger, il se réveillait régulièrement à cause du froid. Il déposa les gouttières au sol, côté opposé à la porte d’entrée de sa chambre et il se décala un peu pour qu’elle puisse s’asseoir près de lui. Le lit était large, il n’avait pas lésiné sur le confort, il en avait les moyens.

Cela l’occupa assez jusqu’à ce qu’il entende les clés tourner dans la porte d’entrée. Assit dans son lit, il accueillit la jeune femme tout aussi intimidé qu’elle. La peur d’être jugé, de voir son regard se transformer à son égard, c'étaient toutes ces choses douloureuses qu’il éprouvait en silence. “ Salut… “ Il était peiné de la voir si mal, c’était presque accablant, ce besoin qu’il avait de la voir heureuse, persuadé qu’elle ne méritait nulle autre vie que celle faite de bonheur qu’il lui souhaitait.

Elle approchait doucement et il ouvrit les bras sans réfléchir pour qu’elle puisse s’y réfugier. Il l’attira contre lui avec une certaine vigueur réconfortante, c’est que toutes ces séances de renforcement musculaire des bras commençaient à sérieusement porter ses fruits. “ Cesse de t’excuser, tu n’as rien à te faire pardonner de ma part, rien. “ Le brun demandait rarement pardon, bien que depuis qu’il avait son handicap, il devait bien plus souvent faire usage d'excuses qu’au cours de toute sa vie. Désolé d’être un fardeau pour autrui.

Il desserra l’un de ses bras pour lui caresser affectueusement le haut du dos. Il s’en voulait d’éprouver une certaine forme de joie de la retrouver, de la sentir à nouveau contre lui, un bonheur néanmoins tiraillé par la peine de la savoir si souffrante. “ Tout va s’arranger et tu n’es pas seule… “ Souvent l’on se sent isolé face à ses problèmes, il le sait fort bien.

Doucement sa main glisse sur sa joue pour effacer les traces de ses larmes, son regard se perdant dans le sien comme au premier jour. “ Il n’y a vraiment que l’amour pour faire si mal, mais aussi rendre tellement heureux d’autres fois… “ Est-ce qu’il était heureux, là maintenant ? Est-ce qu’il pouvait raisonnablement être heureux désormais…. Il en doutait. Il avait bien changé le Theodore en deux années passées à Bowen, il n’était plus le magicien égoïste et fermé émotionnellement. Il ressentait d’ailleurs un peu trop, c’était parfois même difficile à gérer et il avait encore tendance à anesthésier ses émotions pour y échapper. Pour ne pas craquer comme Lee ce soir, pourtant, ça avait l’air si libérateur…
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyLun 10 Avr - 14:56

La porte de l’appartement qui se claque comme un coup de poignard en plein coeur. Je n’arrête pas d’y repenser sur la route en direction de chez Theo, je n’arrête pas non plus de me repasser en boucle cette dernière conversation, les larmes dans les yeux de Maddie et ce regard… J’aimerais tant qu’elle soit petite à nouveau et qu’un simple bisou puisse la réconforter et soigner le bobo. J’aimerais revenir en arrière et accepter qu’elle puisse vieillir et faire des choix qui ne sont pas les miens, qu’elle puisse me parler de son Archie et que je la laisse me dire ce qu’elle vit. En ce moment, je n’ai que mon imagination pour essayer de comprendre ce qui se passe, que mon imagination qui tourne en bourrique et qui me fait imaginer le pire. Qu’est-ce qu’elle prend, elle consomme quoi ? Comment il l’a traite ? Elle a lâché l’école, comment elle a pu se rendre là sans que je ne vois rien ? Je m’en veux terriblement, je m’en veux parce que je n’ai rien pu faire pour renverser la vapeur.

Je me sentais mal aussi de déranger Theo, de lui demander du soutien dans ce genre d’épreuve alors qu’il ne connaissait même pas Maddie. Alors que nous avions vécu une seule soirée ensemble, c’est Ciàn qui aurait dû être là pour me soutenir dans ce genre d’épreuve, mais il n’avait rien voulu entendre, il m’avait laissé seule et enceinte de Maddie. Theo n’avait pas l’air de m’en vouloir de l’avoir dérangé aussi tard, il m’avait même donné des instructions pour me rendre chez lui, pour aller le retrouver lui et ses bras rassurants. Je suis nerveuse de le revoir pour le première fois aussi depuis l’igloo et c’est dans cet état lamentable que je vais me montrer à lui, les yeux rougis d’avoir trop pleurer…

En voyant son visage, déjà je me sentais mieux. Il me salua et je tentai de faire un petit sourire qui se voulait rassurant sur mon état. Je me sens comme une loque humaine en ce moment. Je ne voulais pas l’inquiéter davantage, je ne voulais pas qu’il s’en fasse pour moi. Avançant lentement vers lui, je me retrouvai dans ses bras, dans une étreinte réconfortante et chaleureuse. Je me laisse bercer par cette chaleur qui me parcourt. Quand il m’attire vers lui, je tente de me faire légère et je donne un léger élan pour être près de lui. “Pourtant je t’en dois, je devrais être assez grande pour passer au travers cette épreuve seule. Pourtant… j’ai si peur quand je suis seule.” C’est viscéral cette peur, elle ne part jamais et plus je vieilli, pire elle est. Je laisse échapper un soupir empli de tristesse, gardant ma tête au creux de son cou alors que sa main frotte mon dos doucement.

Je ne savais pas que l’amour d’un enfant pouvait faire aussi mal, ce soir j’ai pensé à mes parents pour la première fois depuis des années. ” Je laisse son pouce caresser mon visage, effacer les larmes qui ont laissé leur trace sur mes joues. Je pose une main contre la sienne, arrêtant son mouvement. Mon regard dans le sien, fouillant pour essayer de lire au fond de ses yeux. “Tu m’as manqué Theo, je n’ai pas arrêté de penser à toi depuis la St-Valentin. Je ne veux pas de l’amour qui fait mal, je veux l’amour qui fait se sentir bien.” J’ai envie de me sentir vivante et ne plus sentir cette douleur, j’aime Maddie plus que tout. Sauf qu’elle découvre elle aussi l’amour et je n’ai pas le droit de l’empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyMer 12 Avr - 9:46


Ce tourbillon émotionnel était curieusement agréable, Theodore avait souffert si longtemps de se sentir comme une coquille vide. L’amour, il l’avait véritablement découvert en devenant père, sur le tard. Le brun ne pouvait qu’imaginer la détresse que pouvait ressentir la belle Leewana. Sa propre expérience lui permettait d’avoir un certain recul vis à vis de la situation, parce qu’il avait lui-même connu une jeunesse particulière, qu’il avait quitté jeune sa famille pour vivre sa vie, car sa mère l'étouffait à l’époque à cause de la mort de son père… Peut-être même qu’il comprenait plus aisément la fille de Lee que la jeune maman. C’était néanmoins cette femme qu’il voulait rassurer, réconforter. Bien qu’il soit réduit, il faisait de son mieux, de ce qui lui était possible de faire.

La revoir, même dans ces circonstances, lui n’était pas déplaisant. Teddy la trouvait belle, en dépit de sa tenue, des marques tracées par ces larmes, de son expression honteuse sur son doux visage. Il ne voulait pas qu’elle s’excuse, parce qu’elle ne lui faisait rien de mal. S’il se laissait aller, probablement pleurerait -il toutes les nuits… Alors finalement, il aurait bien besoin de quelqu’un, chaque soir, pour le guider vers des songes plus sereins. Seulement, il n’avait pas son courage à elle, de demander de l’aide. Il n’avait pas cet instinct de survie qui le pousserait à aller tout simplement mieux.

“ Tu n’as pas à être seule… Je suis là. “ L
'illusionniste ne voulait pas qu’elle succombe à la peur, qu’elle se renferme sur elle, comme lui l’a fait si longtemps. Il savait ce que c’était, d’être seul à ce point, avec autant de monde autour de lui… Sa main caresse doucement son dos, la laissant s’exprimer… Il devinait pourquoi elle avait pensé à ses parents, il est légitime de se comparer à eux, c’est le seul modèle parental que l’on connaisse après tout. Il la serrait plus fort dans ses bras, pour qu’elle oublie ses pensées pour ceux qui l’avaient abandonnée à son sort alors qu’elle était si jeune. Theodore leur en voulait, d’avoir été aussi injuste avec elle, parce qu’elle était douce et d’une bonté évidente. Il ne pouvait réécrire l’histoire, mais il pouvait lui offrir un meilleur présent. Il en aurait été parfaitement persuadé, s’il ne se sentait pas de moindre valeur avec son handicap…

Elle posa sa main sur la sienne alors qu’il était venu effacer son chagrin du bout de son pouce. Ses yeux se perdaient dans le regard de la jeune femme, captivé par ses mots, il savait qu’il pouvait la croire. La valeur qu’elle lui accordait, ça le faisait vibrer. Une part de lui, avait envie de la secouer, de lui dire qu’elle méritait mieux que de s’enquiquiner avec un infirme, mais elle n’était pas aveugle, elle faisait son choix. Ce choix le faisait rêver.

“ Je pense tellement à toi… Je voudrais tant te connaitre bien plus encore, je voudrais t’offrir toutes les choses qui nous font rêver. Mais je crois que ce ne sont que des rêves, Lee… Regardes moi… “ Il sentait malgré lui la douleur lui serrer la gorge, ses griffes acérées se refermaient sans pitié sur sa trachée. “ Je ne suis plus de ceux qui peuvent voir leurs rêves se réaliser. “ Il était persuadé d’être désormais de ceux qui ne peuvent que regarder leurs rêves s’envoler, comme il se doute qu’elle finira par s'envoler loin de lui. Il culpabilisait de ne pouvoir courir après ses rêves, de courir après elle pour lui prouver qu’il en valait la peine. “ J’essaie d’être dans le présent. “ C’était finalement, la seule valeur sûre dont il disposait. “ Je le suis tellement, quand tu es près de moi. Je ne vois que toi, je ne peux qu’être heureux. “ Penser à elle pouvait être une torture comme il l’avait évoqué plus tôt, mais sa présence effaçait tout le reste. Si l’amour peut faire souffrir et faire tant de bien à la fois, au fond de lui, il sait que tout concorde avec ce qu’il vivait. C’était bien pour ça qu’il n’avait pu résister à venir cueillir sur ses lèvres un baiser tant désiré.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyJeu 13 Avr - 17:32

Aller le retrouver en pleine nuit, aller prendre confiance dans ses bras, revoir cet homme qui a su me faire du bien, me faire sentir femme. Celui qui m’a fait comprendre que je devais penser à moi en tant que femme et pas simplement en tant que mère. J’ai oublié tellement de choses sur ma propre identité lors de ces vingt dernières années, que c’est un nouvel apprentissage, c’est un travail qui demande beaucoup d’énergie et d’avancer un pas à la fois. Je ne pourrais jamais mettre de côté cette facette de moi, la mère qui s’inquiète pour son enfant, la mère qui se soucie du bien être de sa fille et qui veut donc qu’elle fasse les bons choix. Mais, je dois réapprendre à vivre parce que je ne pourrais pas me cacher toute ma vie derrière Maddie. Elle ne sait pas, mais c’est elle qui m’a permis de foncer et d’avoir le courage de me lever chaque matin de ma vie.

Aujourd’hui, j’ai frappé un mur, j’ai compris que la vie de ma fille n’était pas celle que j’avais imaginée. J’ai compris qu’elle avait commencé à vivre sans prendre la peine de m’avertir, que je n’étais plus le centre de son univers. À quoi je sers si ce n’est à être sa mère ? En panique, je n’ai pas su qui appeler, j’ai donc composé le numéro de Theo, c’est de lui dont j’ai besoin en ce moment, de ses bonnes paroles, de sa douceur… J’ai besoin de me sentir vivante et personne n’a sur me le faire ressentir mieux que lui. Dans ce moment de détresse, j’ai crié à l’aide et mon appel à été entendu, il m’a entendu. Je me sentais mal de m’imposer à lui comme ça, pourtant, je n’ai même pas eu l’air de le déranger et tout de suite il a accepté que je vienne le rejoindre.

Le revoir me procure une chaleur, je me sens déjà mieux en voyant son visage. Je m’approche de lui, le prenant dans mes bras et je me sens déjà bien moins seule. Je ne veux plus être seule, je ne veux pas rester dans mon appartement silencieux. Entre ces murs, j'ai entendu des horreurs de la part de Maddie et moi. “Tu es là… j’ai cette chance de t’avoir rencontrer à ce moment… ” Je me trouve ridicule à avoir encore envie de pleurer, touché par les paroles du brun, par les caresses de celui-ci aussi. Je me sens bien près de lui et même que je mentionne mes parents, chose que je ne fais jamais. Je ne sais pas comment ils font pour vivre avec le fantôme d’un enfant, je sais que je ne pourrais jamais y arriver, mais jamais ils n’ont été proche de moi, comme Maddie et moi le sommes. Jamais non plus je n’ai eu de soutien de leur part.

Près de lui, je prends le temps de me perdre dans ses yeux, de poser ma main sur la sienne pour être en contact direct avec lui. Je n’ai pas envie que ce contact ne se coupe, j’en ai besoin plus que jamais, j’ai besoin de son soutien. Il fait plus pour moi que n’importe qui d’autre. Gal aurait pu m’aider aussi, mais je n’aurais pas ce sentiment puissant qui circule entre Theo et moi, je n’aurais pas le même genre de paroles non plus. Je lui dit ce que je ressens, je n’ai pas peur avec Theo, je n’ai pas peur de me tromper ou de dire n’importe quoi. Peu m’importe son état, je sais ce qu’il vaut et ça compte beaucoup plus que ses capacités physiques actuelles. Je sais qu’un jour il me fera danser, qu’on pourra se tenir dans nos bras et profiter de la chanson, comme on en a parlé dans l’igloo. Ce rêve est si beau.

Ce que je vois, c’est un homme qui a toute sa tête, un homme qui a eu des rêves et qui a encore le droit de rêver. Je sais que tu peux faire plus que ce que tu crois pouvoir faire. Tu n’es pas seul pour te battre Theo, même si tu crois que tu ne mérite pas, tu n’es plus seul, n’essaie pas de me repousser.” Je ne le laisserais pas seul, il mérite toute la lumière du monde et je veux qu’il comprenne que même si je ne le connais pas beaucoup, je ne le laisserais pas tomber. Il est entré dans ma vie à un moment où j'étais réceptive, à un moment où j’étais prête à enfin croire que tout est possible. “Le passé ne sert qu’à nous accabler de regret, le futur à nous créer des angoisses, le présent est un cadeau qui ne reviendra jamais. Vit dans le présent ! C’est tout ce qui compte vraiment.” Je lui fais un sourire, mon présent est tellement mieux que les heures qui l’ont précédé et je veux pouvoir en profiter aussi longtemps que je le peux. “Je suis heureuse quand je suis avec toi aussi.” Quand ses lèvres frôlent les miennes, je sens une nuée de papillons endormi prendre leur envol dans mon ventre. Je me rapproche de lui, passant mes bras autour de son cou, prolongeant ce baiser tant espéré.

Le souffle court, je vais appuyer mon menton contre son épaule. “Je me sens vivante quand tu es prêt de moi ! Je sais pas quel tour de magie tu as pu me faire, mais tu as bien réussi. J’ai confiance en toi et je te connais à peine, que m’as-tu fait ? ” Je pose un baiser au creux de son cou, tenant toujours son corps près du sien.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptySam 15 Avr - 15:00


Dans ce lit austère, Theodore n’y passait que de mauvaises nuits animées d’insomnies, idées noires, souvenirs désagréables et cauchemars… Ce soir, Lee était là. Elle mettait en fuite son enfer personnel, pour une parenthèse de paradis au creux de ses bras. Il ignorait ce qu’elle attendait de lui, ce qu’il pourrait lui offrir, parce qu’il lui paraît impossible de la contenter, d’être suffisant pour qu’il puisse réellement se permettre de rêver. Il craignait de souffrir, parce qu’il avait eu sa dose. Il savait qu’elle aussi, qu’elle ne le ferait pas exprès, mais il avait cette crainte, parce qu’il ne restait que peu de choses de solides chez lui… Son cœur était aussi solide qu’un château de cartes, c’était pour cette raison qu’il avait bâti des remparts aussi solides au fil des années. Il n’avait déployé aucune défense face à Lee.

Son regard se perdait dans les yeux de la jeune femme alors qu’elle lui affirmait qu’elle ne comptait pas le laisser seul non plus. C’était douloureux, mais il avait envie de la croire, qu’il avait le droit de rêver. C’est qu’il avait peur, au creux de la nuit, au temple de ses angoisses. Enfermé ici, immobile dans son lit. Il peinait ce soir à faire bonne figure, à chasser les fantômes nocturnes qui venaient torturer ses pensées. Pourtant, il avait voulu qu’elle vienne, parce qu’il ne supportait pas qu’elle souffre, qu’elle soit seule avec sa peine.

Il trouva le courage de l’embrasser, de se sentir digne de ses lèvres, de ses bras. Ils vivaient dans le présent, sans se torturer de savoir s’il avait le droit de rêver, d’avoir des projets, d’avoir un avenir tout simplement. Elle vient se réfugier contre son épaule, il pouvait sentir son souffle dans son cou, ce baiser léger comme un papillon. “ C’est plutôt à moi de te demander par quel prodige tu as su ensorceler un magicien… “ Avouait-il avec un léger sourire aux lèvres, c’était si étrange, mais il trouvait encore une certaine facilité à s’exprimer avec elle, à dire ce qu’il ressent, même si c’était toujours difficile… Elle lui faisait faire des progrès dingue, sans même le savoir ! Elle le rendait heureux… Il n’avait aucune envie de la repousser, sa peur n’était pas assez forte pour qu’il le fasse.

Sa main glissait dans son dos avec douceur, il ne voulait pas se faire intrusif, mais il ne pouvait s’empêcher de la toucher, de lui exprimer toute la tendresse qu’il éprouvait pour elle, même si cette délicatesse était animée d’une certaine forme de passion pour la beauté de son âme, la splendeur de cette aphrodite. “ Tu te sens un peu mieux ? “ S’inquiétait-il malgré tout, sans vouloir la renvoyer à sa détresse, il voulait seulement s'enquérir de savoir si elle se sentait plus légère. Malheureusement, il n’eut pas vraiment le temps d’entendre sa réponse “ Merde ! “ Pestait-il alors qu’il ne parvenait plus à rester assis dans son lit !

Son dos se plaqua lourdement contre le matelas, emportant la brune dans ses bras dans un bruit un peu sourd. S’il se serait senti minable et gêné avec n’importe qui d’autres, avec Lee il ne put se retenir de rire. C’était bien la première fois qu’il riait dans cette pièce depuis qu’il était rentré chez lui, la chambre était davantage une salle de torture qu’un endroit plaisant. Son rire n’était pas particulièrement vocal, il ne voulait pas réveiller sa fille, mais il était sincère et plutôt communicatif. “ Désolé… Je ne sais pas pourquoi je ris comme ça… “ dit-il entre deux rires qui s’apaisaient malgré tout. Ses yeux regardaient au plafond sans qu’il n'y voit les nuages noirs habituels. “ Rester assis dans ce lit, c’est comme faire d’interminables séries d’abdos. J’aurais clairement dû m’y mettre avant de tomber dans le coma. “ Et ça aussi, c’était sorti seul sans y réfléchir… Il ne parlait jamais du coma, jamais. Cette immensité de noir, de vide, le néant à l’état pur. Aucune pensée, aucune sensation, aucune notion du temps et de l’espace. La petite mort. Le coma n’est pas pénible, c’est le réveil qui l’est. Sortir de ce linceul de ténèbres, revenir à la vie alors que tout était éteint, anesthésié depuis des semaines, des mois… “ Je ne t’ai pas fais mal ? “ Elle avait toujours son bras coincé derrière son cou, même si elle n’était pas en sucre, il s’en inquiétait, il releva la nuque pour la libérer, son regard se perd dans celui de la brune et il ne put s'empêcher de lui dire “ Ton sourire est magnifique… “



ohh
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyLun 17 Avr - 7:18

S’il y a une chose que j’ai compris au fil du temps, c’est qu’il ne faut jamais croire aux certitudes, parce qu’il y a une multitudes d'événements qui peuvent venir changer le cour de notre vie, sans que l’on puisse rien y faire. La réalité d’aujourd’hui ne sera jamais celle de demain, parce qu’on ne peut pas savoir de quoi demain sera fait. L’inquiétude et la douleur que je ressens à la perte de ma fille n’est peut-être que temporaire, mais elle me fait comprendre que bien que j’ai tout donné pour elle, ce n’était peut-être pas assez, que je n’ai peut-être pas agis de la bonne manière, tout ce que je souhaite, c’est qu’elle finisse par ouvrir les yeux et qu’elle ne tombent pas dans un cauchemar et qu’elle ne souffre pas trop. Theo m’accompagne dans cette épreuve, ne me laissant pas seule avec ma douleur. Pourtant, je sais qu’il a mal lui aussi, que sa douleur n’est pas la même que la mienne et pourtant, j’ai envie d’être là pour lui, comme il l’est pour moi. D’être peut-être une équipe ensemble, d’avancer…

Ses lèvres sont comme un souffle de vie, un souffle d’espoir, j’ai besoin de cette tendresse plus que de n’importe quoi d’autre en ce moment. J’ai besoin de me sentir entière et quelqu’un d’assez bien, parce que j’ai l’impression d’avoir été la pire personne du monde il y a quelques heures à peine. Profitant de cette proximité, me sentant mieux maintenant que je suis avec lui, je me laisse aller dans ses bras et je m’ouvre à lui, parlant avec lui avec une étonnante facilité, une ouverture que je ne connaissais point. “J’imagine que c’est la magie de l’Igloo qui a tout fait alors, je n’ai pas de pouvoir magique… ” Je murmure dans un souffle.

Les yeux fermés, bien installé contre lui, mes doigts traçant des aller retour sur son bras, délicatement comme les ailes d’un papillon, je souris, les yeux mi-clos. Écoutant son souffle et respirant au même rythme que lui, je me sentais bien en cet instant, comme s’il y avait une bulle protectrice autour de nous deux. Il finit par me poser la question et je hoche la tête doucement, mais je n’ai pas le temps de répondre qu’on se retrouve plaqué contre son lit, mon bras derrière sa tête.

Surprise sur le coup, j’avais ouvert grand les yeux, mais quand il se met à rire, je ne peux m’empêcher de le rejoindre dans l’hilarité. C’était surprenant tout de même, mais comprenable, je n’avais pas penser à son inconfort lorsque je suis venu le rejoindre. “Ton rire est agréable à entendre.” Je pose une main sur son ventre, au niveau de ses abdos, alors qu’il passe un commentaire sur ceux-ci. “Tu vas donc finir par avoir des abdos d’acier et tu n’auras plus rien à envier à personne plus tard. ” Je souris, ma main sous sa tête caressant ses cheveux machinalement. “Tu es resté longtemps dans le coma ?” Simplement curieuse, il en a parlé de lui-même alors peut-être que ça peut lui faire du bien de s’ouvrir sur cette expérience.

Je secoue la tête et me replace quand il libère mon bras, je me couche sur le côté et je me sers de ce dernier comme appuie pour ma tête, observant son visage. “C’est toi qui le rend si magnifique. Personne ne m’a fait sourire comme tu le fais. ” Mon coeur palpite encore dans ma poitrine, comme lors de cette soirée. Je ne sais pas pourquoi il s'agite autant en sa présence, mais je trouve que ça rend le moment encore plus spécial. Je me redresse légèrement pour pouvoir me pencher vers son visage et l’embrasser à mon tour. Mes cheveux glissent vers son visage, le chatouillant au passage. “C’est de toi dont j’ai besoin en ce moment. Mon coeur bat si fort…

(J’étais sur une playlist et en postant la réponse j’étais rendu à cette chanson Par la fenêtre de Théo - Alexandra Streliski )

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyMar 18 Avr - 9:54


La magie de l’igloo… Theodore y croyait partiellement, parce que s’il était tombé sur une femme superficielle, personne ne serait là dans son lit présentement. Personne ne lui enverrait régulièrement des messages parfois jusqu’à tard dans la nuit, pour le plaisir d’échanger quelques mots, de savoir comment l’autre va. Personne n’aurait en permanence les paroles justes pour le faire se sentir tout simplement humain. Si elle n’était pas elle, rien de tout cela ne serait possible, il serait probablement encore encore malheureux dans son coin, à se résumer à son fauteuil roulant, à oublier peu à peu qui il est…

Bien qu’il se sentait confortable, Theodore ne put résister plus longtemps à la gravité et s’écroula dans son lit. Il eut un furieux fou rire. Ça faisait du bien, même s’il devait se retenir de rire pour ne pas réveiller Jenny, il se sentait assez nul comme père, pas besoin de perturber le sommeil de l’adolescente en prime.

Son regard exprimait une grande tendresse lorsqu’elle lui dit apprécier son rire. Il se pinça les lèvres lorsqu’elle posa sa main délicate sur son ventre avant de sourire à son commentaire. “ Vivement, parce que me voir à la salle de sport, c’est un vrai spectacle. “ pouffait-il peu fier de ses tristes prestations lors des sessions sportives qu’imposait sa rééducation. Il se sentait minable, à côté de tous ces types qui soulevaient des poids colossaux. Il ne voyait pas l’admiration de ces hommes à son égard, de voir un handicapé trouver le courage de venir renforcer les muscles qui veulent bien obéir à sa volonté, contrairement à ceux de ses jambes.

Il perdit son sourire lorsqu’elle lui demanda pour le coma, mais il répondit sans hésiter, parce qu’il était libre de parler avec elle, même de ça. “ Pratiquement trois mois… Je me suis réveillé au bout d’un mois, mais la douleur était si forte que je m’enfonçais. Ils ont dû m’endormir à nouveau… Je comprenais ce qu’il se passait, je pensais que je mourrais… Une deuxième fois. “ Le magicien ne parlait pas de son agression, de ce qu’il avait ressenti. Rosemary le poussait à le faire, mais c’était douloureux. Leewana n’avait pas posé de questions, jusqu’à ce jour. Il eut un petit sourire triste, avant de lui adresser un petit clin d'œil, pour la rassurer. C’était un souvenir douloureux, mais c’était le passé. Le coma c’était une chose terrible, il fallait réapprendre à son corps à bouger, sa bouche à parler et maintenant… Il devait rééduquer son coeur à aimer.

Il aimait son sourire. Il ne put répondre à sa déclaration, bien trop occupé à se perdre dans ses yeux bruns et accueillir ses lèvres. Il fermait les yeux, sentant la caresse de sa chevelure sur son visage. Il glisse une main derrière sa nuque, il caressait doucement sa taille de la seconde. “ Le mien aussi… “ soufflait-il tout contre ses lèvres. “ Avec toi, je ne peux que savoir que je suis vivant… “ Parfois il pensait n’avoir que la moitié d’une vie. Parfois, il regrettait d’avoir survécu, à cet instant, il était heureux d’être en vie. “ J’ai jamais… Enfin, je ne me suis jamais senti aussi bien avec quelqu’un, aussi vite. “ Ils ne s’étaient vu que deux fois après tout, c’était presque de la science-fiction cette situation pour un homme réservé comme lui ! Elle ne le savait sans doute pas… Non… Si elle avait regardé des choses sur lui sur internet, elle ne pouvait avoir que vu ce qui faisait parler les médias. Pourtant, elle était là. “ C’est peut-être le bon côté du nouveau Theo. “ Le Theo sans jambe, mais ça, elle l’avait compris, pas besoin de préciser. “ Je n’ai plus peur. “ Il eut un léger froncement de sourcils en prononçant ces mots, comme si, cette idée prenait vie dans sa tête. Il n’avait plus peur de souffrir, parce qu’il connaissait la souffrance par cœur. Pour faire écho à leur première rencontre, il l’embrassa avec une certaine fougue, venant goûter sa langue avec délice. Il pourrait faire ça pendant des heures, l’insomnie était tellement plus douce, auprès de Lee, c’était même… Parfait.



hrp : eh bien merci, je ne connaissais pas du tout ohh
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyVen 21 Avr - 9:25

La noirceur ne me faisait plus peur, pas quand j’étais avec lui. Cette peine que je ressentais plus tôt était presque complètement éclipsée. Au fond de mon coeur, elle y vivait encore, mais en ce moment je découvrais la douceur d’un sourire et la douceur d’un rire. Il nous avait précipité à la renverse dans son lit avant que son éclat de rire emplit la pièce. Je ne l’avais jamais entendu rire de la sorte, lors de l’igloo nous avions eu le droit à la magie et cette fois encore je découvrais que les palpitations ressenties lors de cette soirée n’étaient pas qu’illusion, parce que je les sens encore en ce moment précis.

Ma main s’est installée naturellement contre son ventre. Je tente de me faire une image de lui à la salle de sport, ça prend du courage pour le faire, ce n’est déjà pas facile quand on a tous nos moyens, alors lorsque notre corps ne coopère pas comme on le voudrait ça doit être encore pire. « Un spectacle de courage et de volonté oui, je n’en doute pas un instant ! » Ma main caresse doucement son ventre, sans que je n’y pense vraiment, c’est simplement un geste affectueux qui me vient naturellement avec lui. Je le découvre autrement, sous la lumière tamisée de la pièce.

Je vois son air changer quand je lui pose la question. Je mord ma lèvre, je ne le force pas à me parler, mais comme il avait ouvert la porte, j’ai voulu savoir. Je le regarde avec douceur lorsqu’il me parle et j’observe les traits de son visage. La main qui était sur son ventre remonte doucement jusqu’à son visage pour le caresser doucement, pour l’aider à chasser ses démons. « Tu es encore en vie et je suis contente d’avoir croisé ton chemin, je sais que je ne peux pas faire grand chose pour t’aider. Mais je t’offre ma présence à tes côtés si ça peut t’apporter un peu de bonheur. » Je vais essayer de lui accorder plus de temps, si ça peut l’aider. Je devrais être plus attentive.

Son compliment avait eu l’effet de faire que mon sourire s’était agrandit un peu plus sur mon visage. Je me perdais dans ses yeux et nos cœurs semblaient faire écho, battant à un rythme plus effréné. C’est une habitude qui faut que je reprenne, c’est si bon de sentir cette légèreté. La caresse de ses lèvres contre les miennes quand il me parle, son souffle qui se mêle au mien. « Je crois que le coup de foudre existe, j’en ai la preuve encore une fois ce soir. » À peine un murmure, le nouveau Théo qui n’a plus peur… Il aide la petite Lee en moi à grandir et à s’ouvrir à nouveau à l’amour. C’est possible d’aimer encore malgré tout ? Ce nouveau baiser plus fougueux, ma langue danse avec la sienne dans une harmonie parfaite. Ma main s’accroche à lui, puis dans un souffle alors que nos lèvres sont à peine décrochées l’une de l’autre. « Theo… je suis contente que tu aies répondu à mon appel… » Il n’y avait nulle place ailleurs où je voulais être en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyDim 23 Avr - 11:17

Effacer la peine d’autrui, il l’avait appris avec sa fille. Devenir père l’avait complètement changé, mais cet accident le renvoie à ses anciens démons. Il se renfermait à nouveau sur lui-même, peinait à exprimer ses émotions et parfois même, se montrait de mauvaise humeur. Il prenait sur lui, autant que possible, pour ne pas devenir un cauchemar à gérer pour ses proches. Il s’en voulait tellement, qu’il ne s’autorisait pas vraiment à souffrir… Ou juste à souffler. Oublier son état, les limites de sa nouvelle vie. Ils oubliaient ensemble leur chagrin et il s’offraient bien plus encore.

Cette main sur son ventre ne l’effrayait pas, pourtant les cicatrices que comportait celui-ci le dégoûtait à tel point qu’il était difficile pour lui de les regarder ou ne serait-ce que dormir torse nu. Les cicatrices n’étaient pas grandes, juste l’espace d’un passage de drains thoraciques et pulmonaires, mais lui, il ne voyait et ne sentait que ça. Sous les doigts de Lee, il n’y pensait pas, il vivait seulement ces caresses.

“ Euh… Je… “ Il sentit ses joues rosier et il eut un petit sourire clairement charmé d’être ainsi pris de court par les paroles de la brune. Un spectacle de courage et de volonté, il n’avait jamais vu cela sous cet angle, il ne se voyait que comme un minable, pas fichu de soulever grand chose. “ Peut-être… “ Son regard était empreint de tendresse pour cette femme dont il admirait les traits d’une rare beauté. Ses yeux pourraient lui suffire, mais il aurait tort de s’en contenter. Sa main posée sur la taille fine de la brune, il effectuait des sortes de rosaces du bout des doigts alors qu’il évoquait le coma. “ Ta présence m’apporte du bonheur. Il n’y a que toi, qui puisse me toucher sans me trigger. “ Les contacts physiques étaient encore compliqués, mais avec elle, c’était différent, comme lorsqu’elle s’est assise sur ses genoux. Elle savait qu’il gardait difficilement espoir de retrouver sa vie d’avant, elle était une étincelle d’espoir dans sa vie. C’était effrayant, mais il avait décidé de ne plus avoir peur. “ J’espère que la mienne t’en apporte également un peu… “ Parfois, il avait la douloureuse sensation que les gens passaient du temps avec lui pour faire leur B.A. Teddy ne pouvait pas leur en vouloir.

Il se contentait de vivre ce qui lui était possible et près de Lee, il se sentait vivant. Quoi de plus représentatif de la lueur de vie qu’un baiser passionné ? Un coup de foudre, ces mots tournaient dans sa tête, parce qu’il avait du mal à réaliser que c’était ce qu’il vivait, lui… “ Je répondrais toujours à tes appels. “ Il le savait, il ne serait jamais capable de résister au voyant vert pour répondre, parce que son coeur s’emballait beaucoup trop à chaque fois que le nom de cette magnifique femme s’affichait sur son écran. À chaque fois qu’il pensait à elle. C’est ainsi qu’il sut que son cœur était bien plus solide qu’il n’en avait l’air !

Ils se connaissaient si peu, c’était parfaitement contraire à ses habitudes de faire confiance en si peu de temps, mais il était trop tard. Il doutait encore, c’était légitime… Il doutait qu’elle puisse être heureuse avec un type comme lui, un homme qui ne puisse l’emmener danser, entre autres… Alors… Au risque de casser cette ambiance sereine, il n’eut pas peur non plus de poser la question. “ Et si je ne remarchais jamais ? “ Elle l’avait connu assis dans ce fauteuil ceci dit, et il voyait bien plus le côté provisoire de son état que… eh bien absolument tout le monde ! Alors, il commençait à l’envisager doucement, mais si c'était pour lui le pire des scénarios. “ T’aurais encore envie d’être là ? “ Il ne voulait pas parler d’avenir, mais seulement, il voulait savoir à quel point elle lui fera de la peine lorsqu’elle l’abandonnera. Parfois, c’est plus facile à accepter quand l’on sait d'avance à quoi s’en tenir.

Il jouait avec une mèche qui encadrait son doux visage, c’était fou cette paix qu’il éprouvait à ses côté, mêlé à une certaine forme d’agitation entre son coeur qui battait fort et probablement ses hormones qui lui jouaient des tours et rendait sa peau plus chaude et sensible. Il savait qu’il avait beaucoup à redécouvrir sur lui-même. “ Désolé pour cette question… Je m’en pose beaucoup trop. “ Cela a toujours été son problème. Il sourit, glissant son index sur sa joue. “ Toi aussi sans doute… “ Il en avait au moins une réponse à lui apporter “ Aussi longtemps que tu le voudras.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptySam 29 Avr - 17:20

Ce qui nous fait mal au fond, c’est souvent notre propre regard sur notre personne. Nous avons tendance à nous faire mal avec des images qui ne nous représentent pas tellement au fond et qui sont notre pire ennemi. Je l’oublie régulièrement quand je parle de moi, ou même que je met en avant mes défauts, mais parfois, il faudrait que l’on apprenne à se voir au travers des yeux de quelqu’un d’autres et que nous prenions un peu plus le temps d’être doux avec soi-même. Theo quand il a parlé du spectacle qu’il devait offrir en salle de sport, je crois qu’il voulait dire qu’il se trouvait ridicule, mais combien de personne dans sa situation ose sortir et continue de se battre pour devenir plus fort et capable de se débrouiller par lui-même ? Un petit sourire se dessine sur mes lèvres à voir sa réaction, ses joues prendre une teinte un peu plus rose. “Pas juste peut-être Theo, moi je sais que c’est comme ça que je te verrais si je te croisais à la salle de sport. ” J’aimerais qu’il puisse se voir au travers mes yeux, il verrait quelle personne extraordinaire il est. Comment il réussi à me faire sentir mieux simplement avec un regard de sa part, que ses bras arrivent à soigner les blessures du coeur.

Nous abordons un sujet plus sensible pour Theo, pourtant, il s’ouvre à moi et il ne semble pas en être inquiet. Sa main sur ma hanche, ses caresses me font frissonner légèrement sous le contact de ses doigts, mais j’aime ça, je me sens bien dans cette position, couché près de lui, les yeux dans les siens, ma main toujours posée sur son ventre. Je replis les doigts doucement. Je n’avais jamais penser à ça avant de le toucher, vu comment nous avions été proche dans l’igloo, je m’étais assise sur lui sans vraiment le lui demander, je mordille ma lèvres, timide et heureuse d’entendre ses mots, me sentant bien avec lui. Me sentant confiante et il me permet de croire que le bonheur est possible. “Ta présence m’apporte plus que du bonheur Theo, je regrette seulement de ne pas avoir pris le temps pour venir te voir avant… ” Je vais prendre le temps de venir le voir, de le trouver et de passer des petits moments de bonheur avec lui,

Je ne veux pas m’imposer dans sa vie, je ne veux pas que ça devienne comme une obligation de me voir. J’ai pensé tellement souvent avec lui, profitant des moments où il m’écrivait pour porter mon téléphone à mon coeur et sourire, heureuse de savoir qu’il pensait à moi, de savoir qu’il avait envie de me parler. Mon palpitant s’emballe à ses paroles. De savoir que j’ai quelqu’un qui répondra présent quand je vais en avoir besoin, je ne veux pas devenir un poid non plus sur ses épaules, mais j’ai l’impression d’être plus légère à savoir que ma présence lui fait du bien et qu’il veut bien de moi dans son entourage. Je me sens si près de lui en ce moment, pas seulement à cause de notre proximité physique.

Son inquiétude est poignante, elle est légitime aussi, mais je ne vois pas ce que ça changerait pour moi. Qu’il marche ou pas, cet homme a su prendre possession d’une partie de moi sans que je n’y prenne réellement garde. Mes doigts remontent vers son visage et mon pouce vient caresser sa joue, je ne réponds pas tout de suite, non pas pour lui faire peur, ce n’est pas mon intention, mais pour qu’il comprenne que je suis sincère. Mon pouce se dirige vers ses lèvres que j’aime tant embrasser et je les caresse doucement à leur tour, mon regard toujours dans le sien. “Je suis déjà là Theo, la réponse ne changera pas. Tu es déjà un homme extraordinaire, tes jambes ne changeront rien à celui que tu es. Je ne t’ai pas connu avant, mais peut-être qu’avant c’est toi qui n’aurait même pas daigné poser un regard sur moi. Je n’ai pas grand chose à offrir tu sais… ” Je ne suis qu’une mère célibataire qui travaille comme serveuse, il n’y a rien de glorieu dans ma situation. Il a un passé rempli, il a accompli des choses extraordinaires et fait rêver tant de gens. Comment aurais-je pu réussir à le faire rêver avant. “C’est à savoir si tu voudras encore de moi le jour ou tu pourras reprendre le cours normal de ta vie… Je ne fais pas rêver les gens comme tu le fais, je suis banale à côté de toi. ” Mes mots ne sont qu’un murmure, mais je sais qu’il les entends… “Tu n’as pas à t’excuser, c’est légitime, on se pose tous des questions.” Je ferme les yeux en savourant ses doigts qui s’agitent avec une mèche de mes cheveux. “Je n’ai pas l’intention de quitter tes bras, pas l’intention de partir… ” Je m’approche un peu plus de lui, appuyant ma tête contre son épaule, mon visage se nichant dans son cou. Mon corps se moule contre le sien et je pose mes lèvres contre son cou. J’ai besoin de cette proximité avec lui, besoin de sentir son coeur battre au même rythme que le mien. “Je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais tu es mon refuge. ” Mon bras passe au-dessus de son torse et je le serre dans mes bras. “Laisse moi être le tien.
ohh
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyLun 8 Mai - 14:25

Il se perdait dans ses yeux, dans ses paroles si douces à son égard. Il se sentait ridicule à chaque session à la salle de sport, bien qu’il pourrait se payer le luxe de faire l’intégralité de sa rééducation à domicile en achetant les équipements nécessaires, mais ce serait égoïste de sa part. Le kiné pouvait ainsi coacher plusieurs personnes en même temps et se mêler aux personnes valides était une forme d’intégration et valorisation de l’image de soi… De ce qu’on lui avait dit. Lui, ne se sentait valorisé en rien alors qu’il souffrait en essayant seulement de distendre un élastique de faible résistance avec ses jambes. Il ne se voyait pas comme quelqu’un de courageux, on le lui avait dit, mais de la bouche de Lee, ça avait l’air beaucoup plus réel. C’était tellement réconfortant de se sentir un peu moins minable, l’espace d’un instant. Lui qui n’avait plus jamais manqué d’égo grâce à la magie, il se sentait bien loin de ce Theodore là. Pourtant, plus le temps passait, plus il éprouvait une certaine forme de témérité animé du désespoir d’un homme qui n’avait plus grand-chose à perdre.

“ La vie de parent ne laisse pas toujours le temps de faire ce que l’on veut… “ Il ne lui en voulait pas qu’ils n’aient pu se voir avant, lui même avait beaucoup de contraintes, entre sa fille, le travail et tous ses soins médicaux… Il était tout autant responsable qu’elle, du temps qu’ils ont mis pour se revoir. “ Mais je crois que l’on devrait plus souvent… “ Ça devrait être la priorité, de faire ce que l’on veut. Theodore avait souvent eut ce problème de toujours vouloir tout contrôler, mais désormais, il n’avait plus vraiment le choix que de devoir lâcher prise et même faire confiance aux autres.

La confiance qu’il perdait, en la questionnant, en doute, malgré tout. C’était terrible cette ambivalence. Il savait qu’aucune des caresses de Lee n’était fausse, mais il ne pouvait s’empêcher de se demander de ce qu’il adviendrait de cette connexion si spéciale qu’il ressentait avec elle. Elle l’emmenait dans des sensations meilleures et des réflexions différentes. Centré sur sa douleur, sa solitude, il ne s’était pas véritablement rendu compte qu’elle puisse légitimement se poser elle aussi des questions…

L’aurait-il remarqué s’il n’avait jamais eu cet accident. Peut-être, c’était une très belle femme. L’on pouvait imaginer qu’à force de ne côtoyer que des gens célèbres et à l'esthétique irréprochable, l'on ne se laisse plus charmer par grand-chose, mais il avait toujours su se montrer sensible à ce qui, pour lui, méritait d’être regardé ou compris.

Ses bras se resserrent autour d’elle, en réponse à son étreinte, il soupira doucement pour laisser s’échapper loin d’eux tout ce qui le tiraillait, du moins, il essayait. Il se trouvait bien piètre pour la réconforter, mais il se consolait en se disant que c’était toujours moins difficile que d’être seule face à sa peine. “ Tu es mon refuge. Mais pas que… “ Il ne voulait pas qu’elle s’imagine des choses, elle qui se pensait si banale. “ Tu n’es pas une sorte de pansement après tout ce qui est arrivé dans ma vie. Je n’ai jamais fais ça avant… Je veux dire… Accepter de me montrer faible. “ Ce mot faisait mal à prononcer, mais l’avoir dit faisait plus de bien qu’il ne l’aurait jamais imaginé. Alors, la douleur, laissait place à un sourire sincère. “ Ou émotif… Enfin… Ce que j'essaie de te dire, c’est que peut-être est-ce dû à la situation et que peut-être je ne t’aurais effectivement jamais rencontré, mais aujourd’hui je sais seulement que tu n’as rien de banal à mes yeux. Si je pouvais marcher à nouveau, ça serait pour t’emmener danser toi. “ Il ne voulait danser avec aucune autre femme, c’était une certitude troublante, mais c’était ainsi. Pourquoi le ciel est bleu et l’herbe verte ? Pourquoi est-ce ainsi avec Leewana ?

Il l’embrassa de nouveau, pour conclure ses pensées. C’était étrange de se revoir, une deuxième rencontre est toujours abordée avec beaucoup d’appréhension et la pauvre, se présentait en pleine nuit dans un état fragile. Il apprenait à être un peu comme elle, à vivre ses émotions. Elle était unique à ses yeux en cette raison également. Sa main caressait tendrement sa nuque puis doucement, il prit sa main pour la guider à nouveau sur son torse, sous son t-shirt pour lui faire sentir ses cicatrices fraîches opératoires et les incisions des drains et sondes plantés dans son corps. Sa main n’effaçait pas le passé, mais elle écrivait par-dessus. "
Tu m'apporte une paix sans précédent, ça n'a rien de banal... "
Il n'aimait pas ce mot de la bouche de la belle Lee, mais il comprenait qu'elle avait dû user de ce bon vieux et serviable Google pour qu'elle réalise à qui elle avait à faire.

Sa main quitta celle de la serveuse pour se loger à nouveau sur sa taille, il se risquait à toucher sa peau. Il n'y avait pas songé, au dégout qu'elle aurait pu ressentir en sentant ses cicatrices, jusqu'à ce qu'il se rende compte à quel point, elle était intensément douce... Il rougissait à cette révélation, à cette certaine chaleur incontrôlée. " Désolé... J'ai un peu chaud. " Pourtant, il ne faisait rien pour s'éloigner d'elle. Au contraire, il s'approchait un peu plus en l'embrassait encore. Il avait l'impression de redécouvrir chaque parcelle de sa peau, chaque réaction de son corps, c'était comme traverser une nouvelle adolescence et il n'avait pas nécessairement que bons souvenirs de cette époque en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyJeu 11 Mai - 16:55

Plus rien ne m’importe que le regard que cet homme porte sur moi, me perdant dans la prunelle de ses yeux, plus rien d’autre au monde n’existe. Je me sens dans un état second, flottant dans un bonheur presque parfait malgré la douleur de la peine qui a guidé mes pas jusqu’ici pour trouver refuge dans ses bras. J’ai cette impression que nous sommes deux bouées dans un océan, qui tente de rester à flots. De garder le cap et que chacun de nous tente de venir boucher les trous pour nous empêcher de couler. Que chacun de nous aide l’autre à avancer et cette impression est si bienfaisante que je n’ai plus envie de me détacher de lui, le seul refuge que j’ai envie d’avoir c’est celui là, quand il m’ouvre ses bras, je ne peux m’empêcher de venir m’y réfugier. Le plus beau cadeau, c’est que cet homme était capable de comprendre ma réalité, bien que ma fille soit plus âgée que la sienne et que j’ai plus besoin d’être aussi présente pour elle, que lui pour la sienne. Je sais par contre dans quelle étape de vie il entre avec sa fille et je sais que ce ne sera pas tous les jours très facile. “Je crois aussi, je ne pourrais plus passer autant de temps sans pouvoir te voir. ” J’ai besoin de lui, oui je peux le dire, j’ai accepté de m’ouvrir à cet homme et je souhaite maintenant avoir le bonheur de le voir plus régulièrement, de savoir que son souhait est le même et met un baume sur mon coeur encore meurtri.

Je peux facilement comprendre qu’il se remette en question, même si à mes yeux qu’il marche ou ne marche pas ne changent rien. J’aimerais bien sûr pouvoir le serrer dans mes bras, devoir relever le menton pour pouvoir croiser son regard. Mais j’ai aussi aimé la proximité que sa chaise roulante nous avait procuré, le fait de pouvoir le regarder yeux dans les yeux, de sentir ses bras se refermer autour de moi et de pouvoir appuyé ma tête dans le creux de son cou, d’entendre son coeur battre au même rythme que le mien. Le handicap peut faire peur et j’aurais été la première je crois en avoir peur si je ne l’avais pas rencontré de cette façon, mais la connexion que nous avions ressenti à chasser mes doutes et m’a fait embrasser pleinement le plaisir de l’avoir rencontré

Pourtant mes inquiétudes sont là également, j’ai peur que si sa vie reprend un cours plus normal, il puisse m’oublier, n’étant pas du même monde que lui. Il a l’habitude d’être sous les feux des projecteurs et qu’on le remarque et je lui fais part de cette peur qui m’étreint alors que je suis dans ses bras. Je ne voudrais pas être dans les bras de personne d’autre. Il prend le temps de réfléchir, j’ai peur des prochains mots qui peuvent franchir ses lèvres, que je ne sois déçu, même si j’en doute, ce moment ne serait pas si doux sinon. Ma respiration s’était arrêtée un instant et je commençais à respirer normalement à ses paroles.  Oui, j’ai cru qu’il pourrait me trouver banale après avoir vu tout ce qu’il avait accompli dans sa vie, tant de travail pour en arriver où il était, avant cette chute horrible. Des perles salées luisent au coin de mes yeux quand il me dit qu’il aimerait m’amener danser moi, que s’il pouvait marcher de nouveau il ne m'oubliera pas pour autant. C’est un honneur pour moi d’accepter la faiblesse de cet homme, pour lui montrer qu’il est plus fort qu’il ne le croit. Si lui a cesser de croire, moi je crois pour nous deux. Je hoche la tête doucement, un sourire conquis sur les lèvres.

J’accueille de nouveau ses lèvres contre les miennes, frissonnant d’une certitude que ce n’est pas le début de la fin, mais que c’est bien le début d’une histoire que l’on pourra écrire à deux, une histoire que j’espère sans fin. Les frissons me prennent tout entière, une chaire de poule se forme sur ma peau là où ses doigts me caressent et je le laisse guider ma main sous son t-shirt, touchant les cicatrices liées à son accident, ma main circule sur sa peau chaude guidée par sa main. Je le touche doucement, découvrant sa peau sans la voir, laissant ma main sur son torse et dessinant les détails sous mes doigts. “Tout ce qui m’importe c’est que tu veuilles de moi, le reste ne compte pas Theo… Je ne te laisserais pas tomber et maintenant j’ai la certitude que toi non plus.

Ses doigts glissent contre ma peau et je ferme les yeux pour savourer ce contact qui n’avait plus jamais eu cette douceur depuis de trop longues années, mes doigts continuent de se promener sur le ventre de Theo. Je me mord la lèvre et j’ai un petit sourire lorsqu’il me dit qu’il a un peu chaud. Nous sommes plus près l’un de l’autre que jamais et cette fois, c’est à mon tour de prendre sa main qui était jusqu’à présent sur ma taille et de lui permettre de remonter sur mon ventre doucement, jusqu’à ma poitrine, ma langue jouant avec la sienne, mes doigts retournant glisser contre son ventre, prenant un peu plus d’initiative, sans vouloir le forcer non plus, ne sachant pas son désir du moment, mais prête à explorer un peu plus de cet homme que je connais depuis si peu, mais qui semble savoir lire dans mon âme. Quand le manque de souffle se fait sentir, je coupe le baiser et mes lèvres tracent une ligne de doux baisers sur sa mâchoire. “Theo, je… ” Je ne veux pas pousser trop non plus, je veux lui donner le choix. “Tu me donnes des chaleurs et des frissons à la fois. ” Je l’embrasse de nouveau avec un peu plus de fougue.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyVen 26 Mai - 12:29

Ce moment, hors du temps, hors de la triste réalité, ce moment s'avérait vital. Alors même qu’il ignorait encore avoir besoin d’elle à ce point, avant de l'avoir rencontré, avant ce soir-là. Sentir ses doigts sur sa peau, ressentir son corps de manière si douce après avoir tant souffert. Il se sentait enfin vivre, respirer. Après ces derniers échanges, ces doutes évoqués, légitimes, mais qui gâchent ce moment si précieux. Alors le brun décidait de mettre de côté ces interrogations pour le moment, ce présent était parfait tel qu’il était. “ Je ne te laisserai pas tomber… “ Quoi qu’il arrive.

Il avait chaud, le magicien. Il découvrait la peau de la belle serveuse, elle le guidait vers sa poitrine et il sentait une fièvre passionnelle continuer de l’enflammer. Les courbes de cette femme animaient ses fantasmes, des désirs inavouables alors qu’il se trouvait dans un état où son corps ne lui permettait finalement bien peu de folies. Elle était d’une sensualité féline, enivrante, il fermait les yeux sous la caresse de ses lèvres sur son cou. Chaleurs et frissons, elle exprimait parfaitement ce qu’il ressentait, à travers ce corps qui n’était finalement… Pas aussi mort qu’il ne le pensait. Il ressentait, il vivait, il frissonnait…

Répondant à ce baiser ardent avec ce même enthousiasme, ses doigts effleuraient délicatement l’extrémité de son sein avant de provoquer inconsciemment un léger mouvement de pincement parfaitement dosé. Avec du recul, il pourrait admettre qu’il avait toujours été davantage d’une dextérité savamment maîtrisée plutôt qu’une brute capable d’un marathon de puissants coups de hanches. Oui, à y réfléchir… Il n’avait pas perdu l’essentiel, du moins, s’il voulait bien se raisonner à ce sujet. L’on n’est souvent obsédé que par ce que l’on a perdu, pas de ce qui est encore là. Le drame du comportement humain…

Sa seconde main glissée dans sa nuque intensifie la connexion de leurs lèvres, la danse de leur langue et lorsqu’il est temps de reprendre un peu d’oxygène, il se perd dans son regard. Sa voix n’était qu’un murmure, comme pour glisser un secret alors que ces mots n’étaient guère une surprise. “ Je ne sais pas jusqu'à où je peux aller… “ Il se souciait qu’elle ne soit déçue de lui. Il ignorait si ce qui se trouvait sous la ceinture (au sens figuré puisqu’ils étaient tous deux en pyjama) montrerait un quelconque signe d’activité et c’était pour ainsi dire assez humiliant. Oui, ça l’était, mais pas avec elle.

Toujours sur le même ton, il ajoute. “ Tu es tellement magnifique. “ Même au naturel, ou surtout au naturel. Quand on est jeune, on est superficiel avec le corps des femmes. Les hommes en vieillissant apprécient sincèrement le naturel, que ce soit les aspérités de la peau, les poils, et ainsi de suite… “ Crois moi, il y a quelque mois j’aurai été fixé sur ce que je suis capable de faire à la seconde de t’avoir allongée près de moi. “ Il lui adressait un sourire et une œillade espiègle, il voulait qu’elle ne culpabilise pas, s’il ne se passait pas grand chose, qu’elle pense que c’était elle le souci, parce que ce serait ridicule à ses yeux qu’elle puisse s’imaginer une telle chose.

Et avant qu’elle ne tente de le convaincre que ce n’était pas grave, parce que bien sûr, que ce serait décevant, il n’était pas dupe ; il vint l’embrasser à nouveau. Ses doigts agrippent désormais son vêtement et il entreprit de commencer à lui ôter, il dut séparer ses lèvres pour passer sa tête, alors il se servit de celles-ci pour lui formuler ce qui bouillonnait en lui. “ Ta peau contre la mienne…. “ Ça court-circuitait tellement dans sa tête que ce n’était pas vraiment une phrase, juste des mots qui se bousculaient, désireux d’être exprimés.

@Leewana M. Reynolds Encore tellement désolé pour ce retard ohh
Revenir en haut Aller en bas
bowenien
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
POINTS : 0
MESSAGE : 338
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev, Lilyann
CRÉDITS : proserpinesgraphics

STATUT : Le coeur toujours tourné vers lui, il n'a jamais quitter sa tête, enceinte de son premier amour pour la 2e fois.
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana EmptyDim 28 Mai - 16:40

Nous nous connaissons à peine au final, nous en sommes seulement à notre deuxième rencontre physique. Bien qu’il y ai eu des échanges de messages entre temps, nous ne savons pas grand chose l’un de l’autre, mais il y a eu cette connection, comme si nos âmes avaient décidé de se retrouver pile au moment où nous en avions le plus besoin, alors que nous nous préparions à nous reconstruire mutuellement. Il est le support dont j’avais besoin et j’espère qu’il me verra comme un soutien pour lui aussi, je n’ai pas envie de le laisser tomber et j’aimerais pouvoir voir cet homme lorsque ses ailes se déploient de nouveau et qu’il pourra filer comme il le faisait autrefois. Je le crois quand il me dit qu’il sera là, j’y crois plus que n’importe quoi. Il fait déjà tellement, comme ce soir, en m’acceptant telle que je suis en pleine nuit.

Les frissons qu’il provoquent du bout de ses doigts sur ma peau est terriblement enivrant et mû par un soudain courage je laisse sa main glisser contre la peau de mon ventre vers ma poitrine. Ma bouche contre son cou, je dépose des baisers sensuels et qui ne laisse pas grand place à cette envie qui grandit doucement dans mon ventre, une envie d’être femme, une envie de me sentir femme et belle pour lui. Ma main continuait de se balader sur la peau de son ventre, glissant doucement le long de ses côtes et je l'embrassais avec ardeur. Je ne pousserait rien, je profite simplement de cette poussée d’adrénaline, de l’émotion du moment.

Sentant ses doigts caresser la peau sensible de mon sein, mes lèvres toujours contre les siennes, un gémissement s’étouffe contre sa bouche alors qu’il titille adroitement le bout. Les mouvements ne sont pas ceux d’une brute, ils sont lents et enivrant, je me laisse porter par tout ça, le feu montant lentement dans le creux de mon ventre. Mon regard se plonge dans le sien alors qu’il me parle doucement, je comprends ces mots, c’est pour cette raison que je ne veux le forcer à rien, mais il y a moyen de se faire du bien sans qu’on soit obligé d’aller jusqu’à cette finalité. Je hoche doucement la tête. Pourtant, mes doigts ne cessent de parcourir la peau de son ventre, je ne m’éloigne pas de lui pour autant. Il est tellement touchant, prévenant, j’aimerais qu’il ne s’inquiète pas, je ne suis pas là pour juger de ses capacités, mais le moment de douceur et de tendresse peut nous faire du bien à tous les deux.

Le feu vient prendre place sur mes joues lorsqu’il me complimente, je n’ai aucun mal à croire que ce qu’il dit est vrai. Parce qu’en ce moment, je me sens belle, malgré que je sois dans un pyjama, que j’ai les yeux rouges d’avoir trop pleurer et les cheveux entremêlés. Je n’aurais jamais cru ça avant en croisant mon reflet dans le miroir, J’aurais été gêné de me montrer telle que je le suis en ce moment à n’importe qui. Je souris en voyant son œillade et son sourire. “J’adore ton sourire… ” Je n’ai pas le temps de dire rien d'autre pour le rassurer que ses lèvres capture les miennes. Je sens également qu’il tente de me retirer mon haut et je l’aide à l’enlever complètement. Je hoche la tête, glissant mes doigts aussi sur son vêtement pour lui retirer ce haut qui me camoufle son corps. Tremblante, je l’aide du mieux que je le peux à le faire passer au-dessus de sa tête. Je prends le temps d’observer ses cicatrices que j’avais touché du bout des doigts un peu plus tôt. Je me couche ensuite contre son corps sentant la chaleur qu’il dégage.

Ta peau est si chaude… Theo… ” Mes doigts continuent de caresser sa peau et je remonte vers son cou. Traçant de nouveau les contours de son visage. “Ne stress pas avec rien, profite de ce moment tout simplement. ” Je me redresse légèrement pour que mon visage soit à la hauteur du sien, prenant bien soin de garder ma peau contre la sienne. “Tu es magnifique tel que tu es, ta présence me suffit.” Je ne veux pas qu’il stress pour une performance, si ça ne fonctionne pas, il y a plus d’une façon de faire l’amour après tout, il n’y a pas que la manière conventionnelle. Puis en ce moment c’est une bulle d’amour qu’il ne faut pas détruire. “J’irais à ton rythme… ” Je glisse mes doigts à la ceinture de son pyjama, ne descendant pas plus bas. Puis je l’embrasse encore une fois, parce que je ne me lasse pas de ses baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty
MessageSujet: Re: You are the only person I want to see at this moment | Theowana   You are the only person I want to see at this moment | Theowana Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
You are the only person I want to see at this moment | Theowana
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» You think you’re going mad, so you came to see me to see what a mad person looks like. † Vera
» #33 | You're like the only person who's ever gotten what i'm about [Pv Cosima]
» You're my favorite person (Charlie)
» i'm not a perfect person. (poppy-lyne)
» #2312 - Clearly i’m not your favorite person right now | Charlie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: