AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

 

 devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyLun 13 Nov 2023 - 22:51

tw.

prétendre que tu étais insortable s'apparentait indéniablement à une euphémisme. suite à l'épisode de ce soir, il ne faisait nul doute, quant à ta capacité, prétendument sous-estimée à engendrer le chaos partout où est-ce que tu te déplaçais. forcée de constater que ce soir, tu n'avais une fois de plus, pas manqué une occasion de t'faire remarquer, et certainement pas dans le bon sens du terme. effectivement, il n'avait pas été question d'accorder le moindre délais à ta victime présumée, avant que tu n'ailles jusqu'à lui manifester ton mécontentement de la plus odieuse des manières. le fait était que, tu ne regretterais jamais ton geste, selon toi, il n'existait rien de moins anodin que l'affront qui lui avait été distinctement adressé en lui déversant le contenu de ton verre au visage. en revanche, et malgré l'absence de remords à première vue, tu restais plutôt attristée par la tournure des évènements entre levi et toi. en effet, s'il existait une possibilité plus que jamais avérée pour que tu n'en aies strictement rien à secouer de l'opinion d'autrui, dont notamment, celle de la pétasse humiliée les secondes précédentes, dieu savait que tu ne pourrais en dire autant en ce qui le concernait. à ce moment précis, tu pouvais bien le blâmer de tous les maux de la terre, que tu avais pourtant conscience d'une chose, d'ô combien ton existence ne valait dorénavant plus rien, en son absence. et vautrée momentanément parmi une animosité plus que déplorable, l'idée de t'faire la malle sans ton partenaire t'avait effectivement effleuré l'esprit, avant de finalement réaliser, que tu en serais tout bonnement incapable. et ce fut potentiellement pour cette raison précise, que tu avais de toi-même fini par rétrograder, minimisant aussitôt l'impact venu brusquement vous percuter les minutes avant. capricieuse gamine à l'humeur versatile, qui d'une extrême, s'empressait déjà de vriller à la suivante. les hostilités passées, tu mimas quasiment l'oubli, en faisant le choix de t'élancer aux côtés de ton amant, jusqu'à la plage. cependant, tu fus dans la foulée, contrainte de déplorer le poids de ta tenue, fort peu de circonstances, ou plus précisément, à cette problématique qui consistait à s'enticher de talons hauts, pour déambuler dans les rues de bowen. un aspect certes, dérangeant, mais auquel tu viendras pallier sans plus attendre, en te débarrassant de ces derniers, tes pieds foulant désormais l'asphalte dépourvus du moindre obstacle. mais alors que le silence semblait désormais régner en maître, levi fut finalement à l'origine d'une proposition à laquelle tu n'étais certainement pas en mesure de décliner. tes vaporeuses déjà rougies par l'excès, épièrent délibérément chacun de ses faits et gestes jusqu'à l'obtention définitive de l'objet tant convoité, tandis que tu fus aux prises à ce besoin pressant de renouer à cette distance instaurée juste avant. ta main encore libre glissant habilement jusqu'à la sienne, tes doigts cherchèrent plus que jamais à se nouer aux siens, consumée par cette envie non raisonnable, de ne t'en défaire que lorsque tu en serais contrainte. justifiant ton étreinte par ce désir éventuel de ne pas vous égarer à travers l'obscurité ambiante de l'endroit, tu acquiesças aussitôt d'un hochement de tête peu convaincu à la riposte flagrante de ton amant, venu quant à lui te tendre le bâtonnet empoisonné. un échange de bon procédé, qu'il s'octroyait à ta place le fardeau de tes souliers, tandis que tu absorbais enfin, aux premières bouffées blanchâtres avec soulagement. la toxique lovée entre tes pulpeuses, tu profitas également de cet instant pour réajuster le vêtement à hauteur de tes épaules, déposé au préalable par ton amant, dont tu ne pouvais ignorer les penchants particulièrement attentionnés. et contre toute attente, tu ne parvins même pas à lui dissimuler un sourire essentiellement amusé, sous les coups notamment, de chacune de ses interrogations. incitant ce dernier à récupérer son poison en échange de tes chaussures, tu ne répondis pas immédiatement, l'entraînant sans plus tarder, dans ton élan pour atteindre le bord de l'eau, quasi à tâtons. « c'est un défi que tu me lances? » décrochas-tu finalement, alors même que ton étreinte parut considérablement se resserrer contre sa main. effectivement, la première fois, tu n'étais pas allée jusqu'à le suivre, prétextant un climat peu engageant. si tu doutais quant à cette éventualité pour que ce détail ne se soit pas vraiment amélioré depuis, le fait était que les circonstances s'étaient octroyées une évolution plutôt favorable depuis, et que tu n'avais plus aucune raison de t'y opposer. « je l'étais ouais, mais une chance pour toi, que ça m'ait passé. » admis-tu sur un ton plus ou moins sarcastique, avant de finalement te précipiter jusqu'à la lisière des vagues qui s'écrasèrent succinctement contre le sable déjà détrempé, afin d'en mesurer la température. te débarrassant au passage de tes affaires les plus encombrantes, tu frissonnas spontanément à l'impact du liquide percutant ta chair sans délicatesse. « tu as toujours l'intention de te baigner? » vins-tu renchérir, ton regard cherchant absolument à s'éprendre du sien, malgré la faible lueur persistante autour de vous.    

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyMar 14 Nov 2023 - 22:49


tw : drogues, langage vulgaire, jalousie.

Levi, il avait plus que jamais retenu la leçon, espérant au moins que Sahar puisse lui pardonner son manque de jugeote qui avait fini par avoir raison d’eux ce soir. Et en aucun cas, il ne tenait sa favorite pour responsable du chaos qui s’était abattu sur eux, conscient que c’était sa propre idée de se joindre au monde extérieur qui l’avait poussé à exploser, faisant vriller sa raison. Et dieu sait qu’il aurait voulu changer la donne s’il l’avait pu, les enfermer tous les deux dans leur bulle protectrice, où rien ne pouvait les atteindre. Parce-que l’anglais, il avait l’impression d’avoir saboté leur complicité en une seule soirée, en une décision hâtive, regrettant amèrement de les avoir mis en danger involontairement. Pour rien au monde il ne l’aurait laissé s’échapper sans même chercher à la rattraper, lui qui suffoquait à la seule idée de voir leurs âmes se séparer, alors que la sienne était tout simplement incapable de fonctionner seule, trop enrouée pour retrouver une quelconque indépendance. Il l’aurait imploré si c’était nécessaire, tentant tant bien que mal de lui faire comprendre combien il avait besoin d’elle, de savoir que leur histoire ne tenait pas qu’à un malentendu aussi futile. Et il fut plus que soulagé de voir son âme-sœur reprendre peu à peu son calme, quand bien même il était certain qu’une certaine rancœur continuait d’exister, les tenant inévitablement à distance l’un de l’autre. Levi, il tentait difficilement de faire taire les voix qui lui criaient d’outrepasser les limites du raisonnable et de se jeter à corps perdu contre celle qui le bouleversait. Il avait conscience qu’il était sans doute trop tôt pour que Sahar ne lui octroie quelques marques d’attentions, se contentant déjà de sa volonté de passer leur soirée sur la plage avec lui. Il ne broncha pas une seule seconde, lui qui aurait été capable de la suivre aveuglément, d’assouvir ses moindres requêtes et désirs pour tenter de s’accrocher à tout ce qu’ils avaient. Il avait besoin de recouvrer à leur insouciance, de se remémorer tout ce qui les liait, tout ce qui les avait rapproché, jusqu’à ne plus savoir exister l’un sans l’autre. Il tendit le bâtonnet fraîchement embrasé à sa partenaire alors qu’ils venaient de fouler leurs premiers mètres dans le sable, s’assurant de libérer l’une de ses mains des talons dont elle s’était délibérément débarrassée. Et Levi, il aurait pu jurer que la sensation de sa main glissant au creux de la sienne ne lui avait jamais semblé aussi bouleversante, ses doigts se renfermant dans la foulée autour des siens pour davantage renforcer leur étreinte trop longuement désirée. Il aurait pu parier que Sahar pouvait le ressentir, dans son attitude faussement calme et apaisée, qu’il bouillonnait de l’intérieur à l’idée de la retrouver pleinement, de faire tomber les dernières barrières qui se dressaient entre eux. Fidèle à lui-même, ce fut l’ironie qui s’empara de ses premières paroles, leur remémorant cette dernière soirée à la plage avant que tout ne vienne à basculer entre eux, cette nuit où les astres s’étaient alignés, les rapprochant comme jamais auparavant. « Peut-être. » Répondit-il, laissant volontairement l’amusement imprégner le ton de sa voix, elle qui savait parfaitement qu’aucune de ses paroles n’était prononcée sans la moindre intention. Levi, il ne serait jamais celui qui les guiderait vers le raisonnable, trouvant trop souvent son bonheur au-delà de toutes les limites. « J’ai de la chance, ouais. » Ajouta-t-il, faisant mine d’essuyer un soupir de soulagement, alors qu’ils ne cessaient l’un comme l’autre de s’entraîner au bord de l’eau, l’anglais épiant les moindres faits et gestes de sa moitié, tentant tant bien que mal de capter son regard dans l’obscurité environnante. « Plus que jamais. » Souffla-t-il, sa main se déliant de la sienne, prenant l’initiative de tirer sur les pans de son haut pour révéler la peau de son torse, avant de défaire habilement l’attache de son bas qui glissa sur le sable. « Pas toi ? » La provoqua-t-il, se rapprochant un peu plus de son corps, craignant de s’y brûler tant le besoin de renouer avec sa chair lui tiraillait les entrailles. « J’peux même t’aider si tu veux. » Lança-t-il, tentant un coup de bluff en désignant son accoutrement d’un geste de la tête, elle qui saurait parfaitement reconnaître sa tendance à retourner la situation à son avantage.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2023 - 14:33

tw.

et pourtant, la déception n'avait à elle-seule pas suffi à te détourner de l'anglais. si tu n'étais certes pas en train d'affirmer que vous n'aviez pas frôlé le chaos de près, l'indulgence émanant directement de ce dernier, vous aviez aussitôt permis de ne pas vous égarer au travers de la confusion la plus totale. dieu savait également que les supplications expiées dans la foulée, n'avaient pas été les seules à apaiser tes maux, effectivement les sentiments que tu éprouvais à son égard t'avaient, -même laborieusement- permis de relativiser l'ampleur des évènements survenus au préalable. si tu continuerais possiblement ressentir une profonde désillusion quant au fait, qu'il se soit imaginé que vous confondre parmi une foule de parfaits inconnus soit l'idée du siècle, tu ne tarderais pas pour autant à passer à autre chose. il serait même fabuler que de prétendre que ça n'était pas déjà fait, à l'instant même notamment, où tu avais émis l'hypothèse de vous réfugier sur la plage, plutôt que de vous cloitrer directement dans votre bulle capitonnée. mieux encore, tu n'avais pas hésité à saisir la main de ton amant, avec l'espoir notamment de recouvrer à cet éloignement relativement forcé des minutes précédentes. prétextant d'abord à la faible clarté de la nuit tombée, tu avais surtout et plus que jamais, tenté de renouer à votre complicité habituelle, laissant aussitôt derrière toi, l'incident de la pétasse humiliée, juste avant. ce fut d'ailleurs à cet instant précis que tu réalisas, ô combien il ne demeurerait certainement pas aisé de le tenir à distance si tel devait un jour, s'avérer le cas, quelle qu'en soit la raison. le fait était, que tu ne jurais désormais que par ton partenaire, bien incapable de penser et d'agir par toi-même depuis que votre relation s'était octroyée une tournure plus favorable vous concernant. ta main lovée dans la sienne, tu aurais pu jurer que levi éprouvait lui aussi, un soulagement identique au tien lorsque vos coeurs parurent enfin, se réconcilier. de là, levi se risqua à une proposition pour laquelle tu n'étais à coup sûr, pas en mesure de décliner. la toxique d'abord glissée entre ses lèvres, trouva finalement refuge jusqu'aux tiennes, desquelles s'extirpèrent les secondes qui suivirent, nombre de bouffées blanchâtres et plus ou moins opaques. toutefois, tu ne perdis pas de temps pour rendre cette dernière à son propriétaire, plus excitée visiblement à l'idée de fouler le sol granuleux, qui vous mènerait de lui-même, directement à l'endroit où les vagues ne cesseraient jamais de s'échouer. forcée de constater que l'animosité n'avait malheureusement pas son pareil, en comparaison à ce besoin presque viscéral de vous aimer jusqu'à l'infini. à présent, il ne vous en faudrait pas davantage, pour raviver le souvenir de cette nuit passée sous un ciel identique, lorsque pour la première fois vous sembliez résulter d'un commun accord. et tu fis volontairement le choix de ne rien entendre du sarcasme à peine masqué émanant de ton partenaire, t'contentant essentiellement de pallier à cette multitude de sensations venues te traverser de toute part, à l'instant même où le liquide ombragé buta contre ton épiderme dévêtu. pivotant instantanément en direction de ce dernier, tu ne fus pas particulièrement étonnée de constater que cette baignade potentiellement improvisée, dénotait d'un affront direct, à cette soirée où tu avais jugé plus judicieux de ne pas prendre intégralement part au challenge qu'il n'avait pas hésité à te lancer. l'étreinte dorénavant rompue, tu ne parues pas davantage surprise par la vision qui s'offrait à toi. effectivement, en moins de temps qu'il n'avait fallu pour le dire, que ton âme-soeur, s'était déjà débarrassée d'une bonne partie de son accoutrement. « j'sais pas, j'hésite encore. » vins-tu aussitôt fabuler, un rictus satisfait s'amplifiant progressivement à l'embrasure de tes pulpeuses. tes vaporeuses, rougies par l'excès, semblèrent quant à elles, lorgner sans délicatesse sur la silhouette parfaitement dessinée du barman. serait-il mentir que d'affirmer que tu ne peinais pas à conserver ton flegme emblématique lorsqu'il s'agissait de lui, à l'inverse tu pourrais bien aller jusqu'à te damner pour t'assurer de le posséder pour l'éternité. il savait levi, ô combien, il excellait dans l'art de te déstabiliser, raison pour laquelle user de ses charmes ne s'avérait à présent, qu'un vulgaire détail le concernant. et lorsqu'il suggéra de te porter assistance, afin que tu te délestes toi aussi de ton attirail, tout en se rapprochant de toi, tu sentis ton palpitant considérablement s'emballer. « puisque c'est si gentiment proposé, je ne vais pas pouvoir refuser, dans ce cas. » poursuis-tu à ton tour sur le ton de la provocation. vous le saviez tous les deux, ce n'était pas tant pour la difficulté de ton vêtement à retirer que pour nécessité plus que jamais fulgurante de le laisser s'approprier ta personne. un mouvement, un seul, et tu avais toi-même fini par réduire à néant l'espace restant entre vos deux corps, ta bouche percutant la sienne de plein fouet, au travers d'un élan particulièrement évocateur du manque que tu subissais depuis ce désastreux début de soirée. « bébé. » avais-tu soufflé discrètement, l'une de tes mains se scellant automatiquement contre l'un de ses flancs, alors même que tu t'empressais déjà de dénicher cette lueur protectrice par-delà l'immensité de son regard. « c'est quoi l'secret? tu me rends hystérique une minute, et la suivante, j'suis déjà plus capable de me passer de toi. » en effet, il restait plutôt compliqué de justifier à cette envie non dissimulée de l'écorcher vif un instant, pour finalement t'apprêter à t'immerger dans l'eau glacée dans l'espoir de lui attester cette volonté prépondérante de le suivre absolument partout. il n'était plus question pour toi de te défiler, et ce n'était certainement pas une question de température qui t'ferait changer d'avis cette fois.                                            
 

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2023 - 23:17


tw : drogues, langage vulgaire, jalousie.

Levi, il osait croire que leur relation était bien plus solide qu’elle n’y paraissait, quand bien même ils semblaient tous les deux instables, leurs âmes écorchées vives depuis toujours. Il voulait croire que la profondeur de leurs sentiments parviendraient à les sauver du chaos, qu’ils réussiraient à se recentrer sur l’essentiel, sur ce besoin omniprésent de n’être qu’à deux, quoiqu’il arrive. Il se rendait compte maintenant à quel point il avait fait une erreur monumentale en les poussant vers le précipice, sans même prendre en compte le danger d’une chute potentiellement mortelle. Il avait littéralement soufflé de soulagement en percevant la colère de Sahar s’évaporer peu à peu, pour ne laisser qu’une volonté à peine perceptible de voir leurs êtres renouer à cette complicité qui les caractérisait si bien. Levi, il n’avait pas exprimé une seule once d’hésitation à la proposition de sa moitié, prenant les devants pour rejoindre la plage, déserte à une période aussi nuptiale. Et presque inévitablement, il s’était vu bombarder par les souvenirs nostalgiques de leur première nuit sous les étoiles, se remémorant leurs mots échangés sous le clair de lune, eux qui avaient laissé pour la première fois leurs rancœurs de côté pour assumer cette complicité qui les avait toujours lié. Levi, il aurait eu envie d’outrepasser toutes les barrières pour simplement la retrouver, crevant d’envie de l’aimer sans la moindre retenue, comme si sa propre existence en dépendait. Parce-qu’il se sentait vide sans elle, peinant à trouver sa place dans cet univers qui semblait éternellement le rejeter. Il accueillit l’étreinte de sa main avec tendresse, et probablement une pointe de surprise, lui qui n’aurait pas imaginé que Sahar puisse vouloir d’un quelconque rapprochement avec lui. Elle n’avait sûrement pas idée d’à quel point ce simple geste s’assimilait à une véritable bouffée d’oxygène, tant il semblait suffoquer depuis le début de la soirée, craignant d’avoir perdu sa raison d’exister. Mais au fur et à mesure, il constata que leur ciel semblait peu à peu s’éclaircir, après s’être déchiré sous la tempête, Levi resserrant son étreinte autour de la main de sa favorite, la laissant profiter à son tour du bâtonnet toxique qu’il venait de leur préparer. Et en l’espace d’une demi-seconde, c’était comme s’il pouvait de nouveau percevoir cette alchimie inexplicable entre eux, trop passionnelle pour être ignorée. Il aurait pu parier que Sahar la ressentait tout autant que lui, à chaque fois que leurs yeux se croisaient, que leurs mains s’effleuraient, son épiderme se chargeant de frissons à chaque fois plus intenses que les précédents. Et Levi, il avait jugé qu’il s’agissait du bon moment pour recouvrer à sa malice, à ce ton un brin provocateur que Sahar connaissait parfaitement et qui faisait partie intégrante de leur complicité. Visiblement prêt à tout pour les pousser vers les limites du raisonnable, l’anglais commença à se dévêtir sous les yeux de sa partenaire, lui confirmant son idée de se confronter aux vagues glaciales, son regard ne daignant pas se détourner un seul instant du sien. « J’te pensais moins raisonnable. » La chercha-t-il, choisissant méticuleusement ses mots employés pour tenter de la faire flancher, lui qui savait parfaitement que Sahar, elle n’aurait jamais décliné une proposition comme la sienne, quand bien même elle ne relevait que d’une pure folie. Et pour la pousser un peu plus au vice, il se rapprocha de quelques pas de sa moitié, lorgnant sur ses courbes qu’il aurait déjà voulu dénuder, son sourire en coin s’élargissant finalement à l’acquiescement de la brune. Sans plus attendre, il laissa ses paumes recouvrir ses hanches, la rapprochant d’un geste impatient de lui, sans imaginer que ce serait elle qui romprait définitivement la distance entre eux. Levi, il aurait juré que son cœur s’était soudainement arrêté, pour un ou deux battements, lui qui avait rêvé de cette proximité enivrante avec celle qu’il désirerait jusqu’à son dernier souffle, enlaçant son corps alors que ses lèvres redécouvraient les siennes, sans la moindre retenue. « Tu me manques trop. » Murmura-t-il, le souffle court, replongeant avec avidité contre sa bouche, l’une de ses mains migrant de sa hanche jusqu’à son visage. « J’en sais rien. J’sais juste que c’est un enfer sans toi. J’ai trop peur que tu me quittes. » Avoua-t-il, son cœur se serrant à cette simple pensée, ses pulpeuses effleurant les siennes tandis que sa main s’aventura avec lenteur dans le creux de son dos, jusqu’à venir trouver l’attache de sa robe pour la faire lentement descendre. « Tu me suivras toujours ? » Lâcha-t-il, son regard profondément plongé dans le creux du sien, avec l’espoir d’y lire cette même flamme qui s’embrasait dés lors qu’il songeait à tout ce qu’elle représentait pour lui.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyJeu 16 Nov 2023 - 13:35

tw.

il serait fabuler de prétendre que tu ne te serais pas attendue à quelques déconvenues au fil du temps. effectivement, il s'avérait même plutôt troublant, si tel, finissait par ne jamais être le cas. toutefois, et à la différence d'autrui, vos malentendus pouvaient sans tarder s'octroyer une tournure relativement exponentielle, comparable notamment à l'intensité de vos sentiments. la noirceur de ton regard les minutes précédentes, ne laissèrent guère place au doute quant à ce que tu aurais été capable d'infliger à la pétasse en question. ce que tu vivais aux côtés de levi, n'avait tout bonnement rien d'anodin, et là aussi, il relèverait du mensonge, si tu affirmais ne pas être en mesure de daigner le pire, pour protéger ce qui t'appartenait. peut-être était-ce tout simplement le conséquence directe des années passées à évoluer parmi les énergumènes, lorsque la violence, et selon les dires de tes anciennes fréquentations, demeurait essentielle lorsqu'il s'agissait d'intimider ceux qui prétendument le méritait. le fait était que, si tu aurais pu faire preuve d'une brutalité sans limite à l'égard de la mégère en question, tu n'aurais toutefois pas été en mesure de rester indéfiniment fâchée contre ton amant. l'amour que tu lui vouais à présent, surpassait de loin la moindre de tes frustrations, qu'importe si vous ne restiez évidemment pas à l'abri que cet incident ne vienne à resurgir un jour. mais pour l'heure, tu avais délibérément choisi de faire l'impasse, l'humeur plus que jamais versatile, d'une extrême, tu avais aussitôt vrillé à la suivante. effectivement, au vu des circonstances, il fut plutôt compliqué d'imaginer que votre soirée aurait une chance éventuellement, de se terminer les pieds dans l'eau. mais loin du tumulte ambiant des nuits festives, vous faisiez réciproquement le choix de vous retrouver. et non pas cloîtrés dans votre cocon potentiellement capitonné cette fois, bien que tout aussi à l'abri, bercés uniquement par le clapotis des vagues, s'échouant succinctement contre le sable, déjà détrempé. la foule vaquant désormais à ses occupations habituelles, raisonnait tel un véritable soulagement de pouvoir te concernant, en faire de même. et ce fut à ce moment précis que tu réalisas, ô combien tu n'avais dorénavant nécessité des autres, tant que tu l'avais lui. raison pour laquelle, tu semblais encore moins appréhender à ce choix qui était le sien, et qui avait essentiellement consisté à vous confondre au milieu de l'une flopée de parfaits inconnus. si tu n'avais de ton côté besoin que de lui, pourquoi diable, avait-il jugé à ce point indispensable de vous imposer un tel fardeau? était-ce tout simplement devenue ta dernière préoccupation, de loin plus excitée à l'idée de renouer à votre complicité d'ordinaire, que de ressasser quelques-unes de vos décisions les moins compréhensibles. « tu me crois pas capable de l'être? » étant donné la scène que tu lui avais imposée en début de soirée, il s'avérait effectivement un tantinet alambiqué de croire, que tu pouvais potentiellement faire preuve de raison, toi aussi. cependant, et tu pourrais le jurer, levi n'attendait certainement pas de toi, que tu le sois. à l'inverse, tu avais tendance à penser, que moins tu l'étais, et davantage ça lui convenait. mais tes mots, aussitôt prononcés, s'égarèrent parmi une infinité plus que jamais étoilée, vos deux êtres ne cherchant par dessous tout, qu'à renouer à cette complicité s'étant quelque peu dispersée au fil des heures. et à peine ce dernier vint-il se rapprocher, que tu ne perdis pas de temps pour réduire complètement à néant les dernières barrières s'étant au préalable dressées entre vous, ta bouche venue percuter la sienne, sans délicatesse. et ça n'était tant le contact du liquide relativement ombragé butant succinctement contre ta chair immaculée que les mains de ton amants qui se positionnèrent à hauteur de tes hanches, qui te firent particulièrement frissonner. tes doigts, trouvant habilement refuge à hauteur de ses flancs, semblèrent tour à tour, y insuffler une pression plutôt conséquente, cherchant possiblement par ce geste, à lui remémorer ô combien, tu n'aspirais qu'à le posséder. « tu sais que j'aurais pu littéralement faire disparaitre cette pétasse, juste pour éviter qu'elle te regarde à nouveau. » et dieu savait également, que tes confidences s'apparentaient à une euphémisme. pas grand-monde ne pourrait se targuer de deviner par avance ce que tu planifiais, plus encore, lorsque tu demeurais sous le coup de tes consommations. outre les pensées désespérément sordides, tu t'efforças essentiellement de ne pas défaillir, face à cette promiscuité tout juste amorcée. tes pulpeuses ne se détachant des siennes, que lorsqu'elles en furent contraintes, à l'instar de tes vaporeuses, quant à elles, rougies par l'excès, qui ne cessèrent jamais de s'vautrer au travers de l'immensité des siennes. « j'peux faire quoi pour te prouver que ça, ça n'arrivera jamais? » si tu n'étais généralement pas sûre de grand-chose te concernant, et que tu te contentais le plus souvent de déambuler à tâtons, cette fois, tu aurais pu jurer que la situation le concernant, n'avait rien de comparable avec aucune autre. puis rien ne certifiait qu'au final, il ne deviendrait pas lui-même, l'instigateur d'une rupture potentielle, mais inimaginable. et soudain, ton souffle quasi-brulant s'écrasa contre les lippes de ton amant, venues habilement effleurées les siennes, tandis que ses doigts, s'égarèrent au même instant sur l'attache de ton vêtement. « tu en doutes encore? » poursuis-tu, alors que ta respiration se fit visiblement un chouïa plus saccadée qu'à l'accoutumée, ton palpitant manquant de peu de rater un puissant battement. « et toi? » vins-tu enchaîner, sous couvert que malgré les apparences, tu avais toi aussi besoin qu'il te rassure, qu'il te remémore à quel point, vos intentions, restaient indéniablement les mêmes. la mine joueuse, tu ne perdis pas une seconde de plus pour enfin te délester de ton accoutrement, te retrouvant de ce fait, à égalité parfaite avec ton âme-soeur. « par contre, tu me lâches pas, ok? » simulant une attitude faussement candide, tu étais prête à t'élancer corps et âme, dans n'importe lequel de ses délires, même les plus farfelus, afin de lui prouver de ton dévouement. néanmoins, et alors que vous ne tarderiez bientôt plus à vous immerger dans l'eau glacée et relativement obscure, tu continuerais de compter sur lui en contrepartie, pour ne pas s'éloigner de toi.                          

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyJeu 16 Nov 2023 - 23:32


tw : drogues, langage vulgaire, jalousie.

Levi, il aurait été prêt à tout pour se rattraper, pour se racheter aux yeux de sa favorite, conscient qu’il n’y avait certainement rien de pire que d’avoir été la raison de ce chaos explosif, qui avait eu raison de leur entente et de leur complicité. Pour la première fois, il avait senti un vent froid le traverser en tentant une approche avec sa moitié, s’apercevant qu’elle n’avait jamais été aussi peu réceptive à son toucher avant ce soir. Et évidemment, il ne pouvait s’en vouloir qu’à lui-même, se rendant compte que son idée les avait mené droit dans le gouffre qui leur avait tendu les bras, les faisant chuter pour la première fois. Désormais, Levi se faisait la promesse que jamais plus il ne ferait subir un affront aussi violent à Sahar, elle qui avait dû contenir les flammes de sa jalousie jusqu’à ne plus parvenir à réfréner l’explosion de sa colère. Et au final, ce fut eux, et leur relation, qui vacillèrent en l’espace d’une demi-seconde, sans qu’ils ne puissent rien y faire. Soudainement, ce fut la peur obsessionnelle de voir sa partenaire s’éclipser pour de bon qui s’empara de lui, imaginant que son comportement pourrait aux yeux de Sahar, être une raison suffisante pour remettre en doute la légitimité de leur lien. Mais contre toute attente, ce fut elle qui fit le premier pas, l’incitant à la suivre jusqu’au bord des vagues, elle qui manifesta son envie de rester éloignée de leur cocon pour la soirée. Levi, il n’attendit pas même un seul instant pour acquiescer à sa proposition, tentant de dissimuler le soulagement pourtant perceptible qu’il avait ressenti à la seule idée de ne pas avoir à être séparé d’elle. Et peu à peu, ce fut le naturel qui revint au galop, leurs mains se liant d’un commun accord, alors qu’ils foulaient le sable pas après pas, recouvrant peu à peu à cette complicité qui avait le don de lui réchauffer le cœur. Comme deux aimants qui cherchaient sans cesse à se lier, il fut rassuré de constater que Sahar était à même de laisser ses rancœurs de côté, de lui donner une chance supplémentaire de lui prouver combien il ne vivait que pour elle. « Oh que si. » Souffla-t-il, alors que sa favorite le questionnait quant à ses intentions, Levi n’ayant pas besoin de preuves pour savoir que Sahar n’était pas du genre à raisonner ses pensées lorsque son instinct lui dictait la marche à suivre. Et elle le lui montrait une énième fois, en acceptant de le suivre dans sa douce folie, Levi se dénudant sous ses yeux afin de lui faire comprendre qu’il ne comptait pas reculer devant l’absurdité de son idée. Ce fut son cœur qui s’emballa à l’instant même où sa partenaire décida d’elle-même de mettre fin au supplice de leur éloignement, finissant par recouvrir à ses lèvres, ses bras venant immédiatement l’enserrer contre lui, crevant de ce manque qui lui poignardait les entrailles. L’intensité de leur échange lui confirma qu’ils regrettaient tous les deux cette déconvenue, leurs bouches se caressant comme s’il s’agissait de leur dernier baiser, Levi s’abreuvant de tout ce que Sahar lui insufflait dans le creux de leur échange passionné. « J’le sais ouais. J’en aurais fait de même avec le connard qui te lorgnait dessus. » Souffla-t-il contre ses lèvres, lui qui n’accepterait sans doute jamais qu’on ne vienne s’intéresser à ce qui lui appartenait intégralement. Parce-qu’il désirait faire comprendre au monde entier que Sahar était sienne, et qu’il ne laisserait personne ne s’approcher d’elle sans conséquences. « Aime-moi. Jusqu’à la fin. » Lâcha-t-il, lui qui n’avait certainement pas mesuré l’impact des mots qu’il venait d’employer, alors qu’ils ne s’étaient jamais ouvertement dit qu’ils s’aimaient, quand bien même chaque pore de sa peau suintait de cet amour qu’il éprouvait pour elle. Finalement, il s’était occupé de défaire l’attache de sa robe pour la faire lentement glisser sur le sable, profitant de la situation pour s’imprégner de sa perfection qui lui coupait constamment le souffle. « J’irai nulle part sans toi. On pourrait se barrer à l’autre bout du monde que ça m’irait, tant qu’on est ensemble. » Avoua-t-il, laissant ses mains s’aventurer sur la peau dénudée de son corps, espérant que son simple contact parviendrait au moins à la réchauffer ne serait-ce qu’un tant soit peu. « Jamais. » Répondit-il, sans daigner la quitter du regard, finissant par rattraper sa main, ses doigts s’entrelaçant aux siens alors qu’ils s’avançaient un peu plus profondément dans les vagues. « Putain. » Lâcha-t-il, laissant échapper un rire devant leur comportement complètement insouciant, Levi captant un instant le regard de sa favorite qui semblait toute aussi frigorifiée que lui. « Bébé, viens là. » Dit-il, tirant sur sa main pour la rapprocher de lui, l’encerclant de ses bras dans une étreinte protectrice, ses lèvres parsemant son visage de baisers vifs et pourtant empreints d’une tendresse infinie. « Avoue que tu me détestes encore plus maintenant. » S’amusa-t-il, conscient qu’une énième fois, ses idées laissaient à désirer.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyVen 17 Nov 2023 - 12:02

tw.

tu en étais convaincue sahar, il n'existait dorénavant, pas de lien plus intense que celui que vous ne cessiez d'entretenir levi et toi. plus encore, et tu ne pensais pas te tromper en l'affirmant, depuis que ce dernier avait engendré quelques déconvenues au regard de ceux que ça avait fini par impliquer, de près comme de loin. il vous en aviez fallu du courage, ou éventuellement pas mal d'égoïsme, pour ne pas vous éterniser sur l'aspect relativement néfaste de votre relation, sous-entendu d'autrui, et de leur volonté à peine masquée de voir les évènements se casser la gueule, prématurément. certains allant possiblement même, jusqu'à réfuter la légitimité de votre histoire. pourtant, il serait fabuler de prétendre que l'opinion de quiconque t'aurait éventuellement perturbée, à l'inverse, il aurait été fort mal te connaître d'imaginer que tu aurais détourné le regard, afin de t'accommoder de la position vaseuse, de ceux qui ne partageaient pas la tienne. et s'il restait avéré, que tu aurais effectivement préféré que les circonstances se déroulent différemment, tu ne reviendrais pourtant jamais, sur le choix qui avait été élaboré. que ça plaise ou non, tu aimais levi, et la manière dont tu avais jugé plus judicieux de te ressaisir plutôt que de t'enfoncer inutilement dans la polémique, en était une preuve indéniable. probablement craignais-tu que ton attitude particulièrement désinvolte à ce moment précis, l'incite à disparaitre. pour faire simple, vous sembliez tous les deux en proie à une hantise identique, une crainte devenue quasi-obsessionnelle de voir l'autre s'éloigner pour ne jamais revenir. d'ailleurs, il se serait avéré plutôt alambiqué de faire en terme de confidence, plus transparent que celles qui avaient directement émanées de la bouche de ce dernier. mais si toi tu avais bien compris une chose, c'est ô combien si tel devait un jour se révéler le cas, tu ne serais sans détour, pas la première à t'échapper. semblait-il que ton partenaire continuait d'ignorer à quel point tu étais littéralement addicte, soumise à cette volonté plus que pressante de lui être dévouée, corps et âme. il ne s'agissait pas d'une façon vulgairement imagée de lui témoigner de ton affection, ce que tu ressentais à son égard, se trouvait bien au-delà des médiocrités du genre. tu pourrais sans la moindre hésitation te damner pour lui attester de ton entier dévouement. à présent, tu ne jurais que par lui, normalisant plus que jamais le fait de vriller d'une extrême à l'autre. à savoir notamment, qu'en son absence, tu cessais tout bonnement d'exister, détail, certes, fort insignifiant, mais qui dénotait à lui seul, d'un changement plus que révélateur, dans ton attitude. « si tu veux tout savoir, je ne l'ai même pas remarqué. » avouas-tu spontanément dans un souffle, lui-même venu aussitôt s'écraser contre les lèvres de ton amant, avec lequel, tu t'étais finalement empressée de renouer. effectivement, tu n'avais rien remarqué de l'inconnu en question, tant l'intégralité de ton attention, fut à instant identique, centrée sur la pétasse humiliée. la pulpe de tes doigts, ne manquant rarement une occasion de se confronter à sa chair dorénavant découverte, s'éternisèrent avec plus de fermeté à hauteur de ses flancs, tandis tes pulpeuses ne perdirent pas de temps là non plus, pour répondre à l'appel des siennes. ta cage thoracique manquant de peu d'imploser sous le coup certes, de vos étreintes indéniablement significatives quant à ce besoin plutôt viscéral de vous retrouver, mais également de part les mots prononcés ouvertement par ton âme-soeur, et auxquels tu ne t'étais pas forcément attendue. « j'te le promets levi. » poursuis-tu sans trembler. s'il n'existait pas véritablement de promesses que tu aies été autrefois capable d'honorer, tu savais pourtant, que toutes celles qui lui avaient été faites, ne connaîtraient aucune fin particulièrement tragique. aussitôt ton regard ne parvint pas à se détourner du sien, alors même que l'une de ses mains, s'affairait déjà à faire glisser l'attache de ton vêtement, dont tu viendras finalement te débarrasser les secondes qui suivirent. mais alors que tu t'empressais déjà d'afficher une mine faussement candide, tu parues t'abreuver de chacun des aveux émanant directement de ton amant, tes mains s'enfonçant quant à elles, toujours plus intensément contre son épiderme. puis dans un élan sorti finalement de nul part, ce dernier s'élança le premier au travers du liquide non seulement ombragé, mais également glacé, s'assurant de part votre étreinte que tu ne tardes pas à imiter son geste. ce que tu fis, laborieusement, il fallait bien l'admettre. t'eus bien cru que ton palpitant avait cessé de battre une fraction de seconde, mais non pas pour les bonnes raisons, cette fois. « tu peux me répéter pourquoi on fait ça déjà? » ironisas-tu par instinct, tes doigts se figeant spontanément contre les siens, tandis qu'il t'incita sans attendre à te rapprocher de lui. forcée de constater que tu ne t'étais pas fait prier pour recouvrer à sa hauteur, aussitôt apaisée par l'étreinte protectrice de ses bras venus naturellement t'encercler. mais ce fut également les tiens qui se nouèrent autour de son cou, tes jambes simulant immédiatement un mouvement identique autour de sa taille, ne manquant pas d'exercer une pression foutrement significative, à chaque fois qu'il te gratifia, même de la plus infime des attentions. « je t'aime tellement. » vins-tu spontanément renchérir, sans te soucier de la teneur de tes propos. après tout, en quoi craignais-tu de lui déballer, ce qu'il savait à l'évidence, déjà. « tu m'obsèdes, et tu peux me croire, c'est pas seulement une façon de parler. c'est à peine si j'suis encore capable de sortir le chien sans toi. » soufflas-tu contre ses pulpeuses que tu t'contentas d'abord d'effleurer, avant de totalement te les approprier, l'instant d'après. le fait était que tu étais même allée jusqu'à t'immerger dans l'eau gelée, pour lui témoigner de ta loyauté, pallier à ce désir non dissimulé de ne jamais plus t'en éloigner, même par-delà le pire.                         

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptySam 18 Nov 2023 - 2:27


tw : drogues, langage vulgaire, jalousie.

Jamais il n’avait été aussi soucieux de voir une relation partir en fumée que depuis qu’il fréquentait Sahar, se demandant souvent comment il pourrait ne serait-ce que trouver sa place dans un monde où il se retrouverait sans elle. Il n’avait aucun mal à assumer l’idée même qu’il tomberait littéralement en ruines au moment même où son âme-sœur déciderait de s’évaporer. C’était aussi pour cette raison qu’il n’avait pas hésité pour se précipiter vers sa moitié, formulant tous les regrets possibles et imaginables dans une panique non maîtrisée, qui reflétait à elle-seule son angoisse perpétuelle à l’idée de voir les flammes les consumer. Parce-que Sahar, elle n’avait certainement pas idée de combien il était prêt à vendre son âme au diable pour elle, pour pouvoir la garder éternellement contre lui, là où son amour pour elle ne cessait de pulser. Il ne mentait pas, quand il affirmait être prêt au meilleur comme au pire lorsqu’il s’agissait d’elle, conscient que l’intensité de ses sentiments grandissants ne le pousserait qu’à sombrer à chaque fois un peu plus dans cette douce folie dans laquelle il se complaisait. Et ce ne fut que lorsque leurs lèvres se retrouvèrent que tout reprit finalement son sens, son cœur s’emballant, percutant l’intérieur de sa cage thoracique avec force. « Je lui aurais crevé les yeux à cet enfoiré. » Lâcha-t-il, balayant rapidement les pensées sombres qui le traversaient pour se focaliser sur celle qui mériterait toujours toute son attention, Levi s’affairant à laisser ses paumes recouvrir certaines parcelles de son corps qu’il avait l’impression de redécouvrir pour la première fois. Il frissonnait sous les attentions de sa favorite, priant pour que leur proximité ne soit plus jamais bousculée, se rendant compte à quel point la moindre distance imposée faisait tanguer son équilibre. L’anglais, il profita de chaque seconde écoulée pour un peu plus se rapprocher de Sahar, ne laissant aucun espace entre leurs deux corps frémissants de manque. Et ce fut dans un geste à la fois lent et mesuré que ses doigts trouvèrent l’attache de son vêtement pour le faire glisser le long de ses courbes, sans que son regard ne daigne quitter le sien, empli de cette malice qui l’imprégnait. Sahar, elle ne se doutait visiblement pas de l’impact que pouvait avoir chacun de ses mots prononcés, la promesse à peine formulée renversant son myocarde, alors qu’il parvenait à lire dans la profondeur de son regard, une sincérité infinie. « J’te veux Sahar, rien que toi. » Murmura-t-il, à l’orée de ses pulpeuses que les siennes continuaient de vouloir s’accaparer, à chaque occasion volée. A peine leurs corps tout juste dénudés que Levi entraîna sa moitié dans l’eau, se rendant compte qu’une nouvelle fois, l’inconscience et l’insouciance semblaient avoir remporté la bataille alors qu’ils affrontaient la fraîcheur des vagues. « Moi-même je sais pas. » S’amusa-t-il, pouffant à leur propre condition, à leurs décisions insensées qui ne faisaient que refléter la manière dont ils se laissaient guider par leurs instincts. Finalement, Levi incita la brune à venir le rejoindre, ne supportant plus un seul mètre de distance entre eux maintenant qu’ils étaient réunis, prêts à regarder l’horizon ensemble, ses bras s’enroulant autour de son corps dans une étreinte protectrice. Il soupira discrètement en percevant sa moitié lui renvoyer les mêmes gestes tendres, ses pulpeuses caressant son visage, dans de brèves pressions, jusqu’à ce qu’il ne sente son cœur louper un long battement, jurant qu’il s’était arrêté quelques secondes, avant de s’emballer totalement, aux simples mots prononcés par Sahar. « C’est vrai ? » Murmura-t-il, captant son regard, le sien brillant de mille feux malgré l’obscurité environnante. « Je t’aime tellement aussi, Sahar. » Rétorqua-t-il, comme un juste retour de tout ce qu’il ressentait à chaque fois qu’elle était dans les parages. « J’veux qu’on passe notre vie ensemble. J’veux plus jamais rien connaître sans toi. » Ajouta-t-il, juste avant que sa bouche ne percute la sienne, ses mains logées dans le bas de son dos la rapprochant davantage de lui, comme s’il était possible qu’ils ne soient encore plus proches. Il ressentait ces décharges électriques jusque dans le moindre pore de son épiderme, agrémentées par leur besoin survolté de se témoigner leur dévotion. « Même dans l’eau glacée, t’arrives à m’enflammer. Faut m’expliquer. » Souffla-t-il chaudement contre ses pulpeuses, les siennes finissant par dévier avec une envie dissimulée dans le creux de son cou, qu’il parsema de ces attentions toujours plus appuyées.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptySam 18 Nov 2023 - 13:15

tw.

et s'il existait effectivement un élément en faveur duquel tu semblais plus sûre de toi que jamais, c'était bel et bien de ton histoire avec l'anglais, dont il s'agissait. en effet, si tu restais rarement enclin aux promesses éternelles, et à une volonté de perdurer dans le temps aux côtés de la même personne, cette fois tes convictions s'étaient octroyées un tournant, auquel, elles ne s'étaient pas vraiment attendues. en déplaise à certains, il fallait toutefois admettre, ô combien votre idylle n'avait rien d'ordinaire. peu importe des maux dont on tendait possiblement à vous acculer, tu restais fermement convaincues quant aux revirements opérés, s'avéraient pour le mieux. outre le fait que tu pouvais littéralement sentir ta rage te consumer à l'approche d'une potentielle rivale, tu demeurais pourtant dans l'incapacité la plus totale de te détourner significativement de ton amant dans la foulée. c'était pas faute d'avoir tenté sahar, fuyant ainsi l'établissement à toute vitesse, mais ce fut évidemment sans compter, la capacité de persuasion de ce dernier. nombre de ses supplications, t'incitèrent finalement à te ressaisir, raison notamment pour laquelle ton humeur connue pour être plutôt versatile, changea aussitôt. forcée de constater que malgré certains des évènements les plus moroses survenus en début de soirée, aucun d'eux n'étaient pour autant, parvenus, à entacher votre bien belle complicité. et à en témoigner par la scène qui se jouait actuellement au bord de l'eau, il restait presque insensé d'imaginer, que juste avant, vous ne sembliez plus du tout, sur la même longueur. à nouveau, l'instant parut devenir plus que jamais, propice aux confidences, mais avant tout, au rapprochement. à croire que même la jalousie, aussi fulgurante soit-elle, n'égalerait à elle seule, jamais l'affection relativement exponentielle dont vous restiez les instigateurs. cependant, prétendre que tu ne te réjouissais pas intérieurement des aveux de ton amants, lorsqu'il évoquait ouvertement la possibilité de s'en prendre à un parfait inconnu sous les traits de l'exclusivité, s'apparenterait à une mensonge. mais tu l'eus bien compris, il s'avérerait fort peu judicieux de ressasser ce qui n'avait de toute évidence, pas à l'être. ta priorité, comme toujours, se résumant uniquement à levi, et ce, jusqu'à la fin, il ne serait question que de lui. la promesse d'une éternité tout juste évoquée, qu'il t'en avait fallu du courage pour ne pas défaillir aux aveux qui suivirent. et si le barman confirmait à cette volonté que de te posséder, il ne résultait à présent, que de ton ressort de t'assurer que ce principe ne vienne jamais à changer. les mots tout juste prononcés, que ce dernier t'entraîna sans plus tarder, au travers du liquide désespérément ombragé, mais surtout glacial. empreint à la sensation pour le moins troublante que ton palpitant avait cessé une fraction de seconde, tu déchantas aussitôt, n'ayant même pas adhéré encore à la raison, supposément à l'origine de cette folie relativement givrée. peut-être qu'en fin de compte, la tienne résultait avant tout, de ce besoin quasi-viscéral de lui attester plus que jamais de ton entier dévouement. effectivement, après quelques-unes de ses supplications visant essentiellement à te retenir les minutes précédentes, les circonstances te parurent tout simplement logiques. chacun acquiesçant ainsi aux absurdités de l'autre, par-delà un échange de bons précédés. à une seule condition seulement, que ce dernier ne s'éloigne jamais de toi à aucun moment, que ton corps se trouve systématiquement à bonne distance du sien. aussitôt ravie de constater que levi, n'avait pas perdu de temps pour honorer à sa promesse. effectivement, les étreintes semblèrent une nouvelle fois se succéder, ton être dorénavant enlacé d'une aura, indéniablement protectrice et de laquelle tu n'aurais aspiré te défaire, pour rien au monde. et lorsque ses pulpeuses percutèrent plus d'une fois ton visage, tu fus parcouru d'un frisson particulièrement intense. « plus que jamais. » chuchotas-tu faiblement, manifestement à la recherche de son regard, dans lequel tu n'aspirais dorénavant qu'à une chose, te perdre dans ton intégralité. cependant, et au grand dam de tes airs faussement placides, ta cage thoracique manqua soudainement d'imploser. preuve étant, la manière dont tes jambes se nouèrent aussitôt autour de sa taille, tes bras imitant là aussi ton geste, au niveau de sa nuque, cette fois. « tu m'appartiens. » poursuis-tu sur un ton identique au précédent, le souffle rompu. non pas tant par la température peu engageante de l'eau dans laquelle vous baignez actuellement, mais avant tout, parce que les confidences de ton amant, s'octroyèrent une ampleur plus conséquente, que tu ne l'aurais simplement imaginé. néanmoins, il ne faudrait certainement pas compter sur les confessions à venir, pour apaiser le brasier relativement fulgurant qui menaçait au creux de tes entrailles. « j'sais pas comment c'est possible d'en être arrivée là, mais j'veux plus rien faire sans toi levi. » admis-tu enfin ouvertement, consciente au fond, quant à l'anomalie que représentait ce désir insatiable de le savoir constamment auprès de toi. pour autant, il n'était pas question pour toi de modifier une once de ton comportement, à l'inverse, tu continuerais volontairement d'alimenter ce penchant, on ne peut plus lunaire. « j'suis accroc à toi, mais genre, pour de vrai. » et encore, que tes mots s'apparentaient à un euphémisme, à ce niveau-là, tu en faisais carrément une obsession. et dépourvue de la moindre délicatesse, ta bouche buta sans tarder contre la sienne, insufflant au travers de cette promiscuité avidement retrouvée, une volonté non dissimulée que de le posséder bien au-delà du raisonnable. ton corps percutant dans un même temps le sien au possible, vivement encouragé par la pression exercée par ses mains, au bas de ton dos. et forcée de constater que tu ne pouvais qu'acquiescer aux aveux de ton amant, tant tu fus traversée par un sentiment profondément similaire. outre le fait que le flot autour s'avérait plus ou moins extrême, n'en restait pas moins que ce fut un incendie qui s'amorçait déjà à l'intérieur de toi. sans un mot, tes lippes percutèrent celles de ton partenaire, jusqu'à ce que les siennes, ne viennent finalement dévier à l'intérieur de ton cou. au vu des circonstances, tu avais été bien loin d'imaginer, que tu serais aux prises à de légers, mais plus que jamais évocateurs, soupirs, la pulpe de tes doigts pressant habilement contre l'arrière de sa tête. « embrasse moi, levi. s'il te plait, montre moi à quel point tu me veux. » vins-tu spontanément conclure, la mine à la fois joueuse, et particulièrement déterminée. la réalité, c'était que ça en devenait presque frustrant sahar, la façon dont tu ne contrôlais absolument rien de cette affection que tu savais toi-même, complètement hors limite.                              

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptySam 18 Nov 2023 - 18:49


tw : drogues, langage vulgaire, jalousie.

Levi, il le ressentait au plus profond de ses entrailles, dans chacune de ses cellules, qu’il avait trouvé en Sahar l’âme qui le faisait chavirer, qui complétait la sienne à merveille. Et il en restait toujours bouche-bée, de constater à quel point il était capable de tout pour elle, lui qui avait autrefois longtemps opté pour une entière indépendance, quitte à se protéger du monde entier. Il fallait croire qu’avec la serveuse, c’était chacune de ses fondations qui s’étaient vues bousculer, chacun de ses principes qui avaient été entièrement revus. Parce-qu’il n’y avait pas une minute où Levi ne pensait pas à elle, où le manque ne s’acharnait pas contre lui, comme s’il avait constamment besoin de l’avoir au plus près de lui, comme s’il était question de vie ou de mort. Et c’était davantage déroutant de constater que plus le temps défilait, plus ses émotions étaient poussées à l’extrême, chaque sensation éprouvée se voyant décupler par cet attachement qui n’aurait jamais de fin. Levi, il voulait se promettre de lui appartenir corps et âme, de faire tout ce qui était en son pouvoir pour lui montrer qu’il en valait le coup, qu’ils avaient eu raison de se lancer aveuglément dans les bras l’un de l’autre. Et si ça signifiait qu’ils devaient se couper du monde entier pour faire perdurer leur idylle, alors Levi n’hésiterait pas une seule seconde pour prendre la fuite avec sa partenaire de toujours. Parce-qu’il n’y avait qu’elle qui comptait, son avis lui important bien plus que n’importe quel autre, et que tant qu’il s’agissait de satisfaire ses moindres désirs, alors il ne reculerait devant rien pour la combler. Ils avaient d’ailleurs décidé de s’isoler pour la soirée, foulant la plage déserte, qui deviendrait leur refuge pour les instants à venir, sans qu’ils ne craignent d’être dérangés par d’autres âmes. Ce fut enfin dans le calme le plus complet que leur complicité retrouva son authenticité, devant l’infinité de l’océan et les étoiles scintillantes comme seules témoins de leur rapprochement. Et il avait compris qu’il ne pourrait jamais s’en passer, trop accroc aux frissons qu’elle parvenait à faire naître sur sa chair en un seul regard, en un seul effleurement, hypersensible à chacune des attentions que Sahar acceptait de lui donner. Semble-t-il que Levi n’avait pas vu venir les confidences ô combien intimes qui scellèrent leur promesse d’éternité, incapable d’imaginer que de simples mots prononcés auraient un effet aussi intense sur lui, comme s’il avait l’impression de ne jamais avoir autant compté pour autrui avant elle. Refusant de la voir de nouveau s’éloigner, l’anglais avait fait en sorte de ne laisser aucun espace, même infime, ne les séparer, ses bras s’assurant de l’étreindre dans la plus infinie des tendresses. « Pour toujours ? » Ajouta-t-il, bouleversé par la profondeur de leurs confidences, alors que la situation paraissait ô combien absurde, leurs deux silhouettes immergées dans l’océan glacé, en pleine nuit. Levi, il ne laissa pas le temps à ses lèvres de s’échapper, se les accaparant avec fougue, y insufflant toutes les sensations qui accablaient son cœur, et son corps entier. « Toi aussi, t’es à moi. Je tuerais pour t’avoir jusqu’au bout. » Murmura-t-il, le temps de laisser leurs souffles s’écraser l’un contre l’autre, avant de reprendre leur danse envoûtante, rythmée par ce besoin imminent de s’appartenir éternellement. « J’crois pas que ce soit possible d’être à ce point fou de quelqu’un comme j’le suis de toi. Y’a personne qui peut le comprendre. » Rétorqua-t-il, écrasant un soupir au moment où la bouche de son âme-sœur se réappropria la sienne, sans même lui laisser le temps de réagir, ses paupières closes pour ressentir la moindre sensation que lui procurait sa favorite, ses mains dans son dos remontant jusqu’à la base de sa chevelure dans laquelle ses doigts vinrent s’enfouir, au moment où sa bouche décida de s’aventurer dans le creux de son cou. Et les mots de Sahar enflammèrent davantage son désir, alors que ses lèvres n’épargnèrent aucune parcelle de sa peau, sa langue se mêlant à la danse fiévreuse de ses lèvres. « Soit on rentre tout de suite, soit j’te fais l’amour ici. » Lâcha-t-il, dans un souffle d’envie, remontant progressivement au niveau de sa mâchoire avant d’emprisonner ses lèvres dans un baiser ô combien langoureux, évocateur de ses désirs les plus brûlants, qu’il n’était plus dans la mesure de réprimer. « J’te veux tellement. »

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptySam 18 Nov 2023 - 21:12

tw.

et c'était de loin la première fois, que tu te confrontais à un tel désir d'appartenance, sahar. tu n'aspirais pas seulement à posséder toi-même ton partenaire, tu souhaitais également l'être tout autant. un comportement relativement inimaginable, que tu n'avais auparavant jamais manifesté une volonté identique à celle-là, lorsqu'il s'agissait à ce point de dépendre de l'autre. tu voulais être sienne, entièrement, et sans demi-mesure. preuve étant, ce ne fut à ce niveau-là, plus seulement un choix de ta part, que ton inconscient venu à présent, se plier à tes caprices les plus versatiles. effectivement, tu avais fait le choix d'un dévouement dépourvue de la moindre limite à l'égard de ton partenaire. ton existence résultant délibérément d'une envie insoutenable, de combler à chacune de ses envies, même les plus insignifiantes. c'était un fait désormais avéré, tu dénotais d'une dépendance le concernant, qui ne connaîtrait possiblement jamais de fin. en témoigne notamment, la manière dont tu cessais soudainement de vivre en son absence. tel que tu étais allée jusqu'à le lui préciser, de tes accoutumances les plus ordinaires, tu restais progressivement dans l'incapacité la totale d'honorer chacune d'elles, lorsqu'il ne se trouvait pas avec toi. forcée de constater, qu'à l'instar des substances que tu t'envoyais quotidiennement, levi s'octroyait sans mal, la première place sur le podium de tes addictions. tu étais accroc à lui, et non pas seulement de façon imagée, tu l'étais devenue pour de vrai sahar. prétendre ne plus pouvoir te passait de lui, relevait d'un vulgaire euphémisme, à tel point que tu ne cherchais même plus à t'en cacher. tu étais addicte à ton amant, et ce, dans tous les sens du terme. effectivement, la manière dont tu le désirais inlassablement indiquait clairement une anomalie que là non plus, tu ne t'avérais plus en capacité de lui dissimuler. l'envie de lui ne cessant délibérément de te consumer, tu en étais même parfois rendue à l'implorer dans l'espoir qu'il mette enfin un terme à ton supplice. et ce soir, au détriment du liquide aussi ombragé qu'il demeurait affreusement glacial, tu aurais pu jurer sentir le brasier dangereusement s'émanciper au creux de tes reins. « promis. » à peine venais-tu de poursuivre, que tes lèvres s'écrasèrent aussitôt contre celles de ton amant, sans la moindre retenue. « tu n'auras pas besoin d'en arriver jusqu'à là. j'me couperai du monde entier, juste pour être qu'avec, levi. » et on ne pouvait pas dire que ça ait été pour te déplaire, bien au contraire. après tout, qu'elle en serait l'utilité te concernant, puisque tu ne jurais dorénavant plus, que par ton partenaire? et spontanément, chacune de tes étreintes se resserrent autour de ton amant, l'une de tes mains, trouvant dans la foulée, refuge à l'arrière de sa tête. « si je le comprends, puisque je pourrai littéralement me damner pour toi. » avouas-tu chaudement, ton corps se mouvant significativement contre le sien. effectivement, si la température ambiante ne te permettait pas de rester pleinement immobile, il serait fabuler d'affirmer que tu ne cherchais pas non plus à attirer son attention. sauf que ce fut sans compter sur la détermination de ton amant pour espérer peut-être, te faire chavirer la première. nombre de gémissements, discrets, mais suffisamment audibles et particulièrement évocateurs s'échappèrent spontanément d'entre pulpeuses, lorsque les lippes de ton amants dévièrent à hauteur de ton cou. et la riposte ne tarda pas, une main pressa fermement à l'arrière de sa tête, l'autre, ne perdant pas de temps pour imiter son geste au niveau de sa nuque. dieu savait qu'à cet instant précis, tu tentais l'impossible pour résister plus ou moins dignement aux assauts dévastateurs de ton ton âme-soeur. « bébé, j'suis pas sûre de pouvoir attendre jusqu'à là. » soufflas-tu, joueuse au possible, mais pas moins incapable pour autant, de réfuter à cet incendie venu entièrement se propager à l'intérieur de toi. et si au vu des circonstances tu n'étais certainement pas partie dans l'optique de vous lier de la plus étroite des façons, forcée de constater, qu'il s'avérait impossible pour de contenir ce feu ardent pesant lourdement sur vos épaules. « comment tu fais, pour que j'ai à ce point envie de toi, comme ça? » vins-tu renchérir, directement en réponse aux mots prononcés par ce dernier, tes pulpeuses s'empressant de t'accaparer les siennes au travers d'un échange passionné, et empreint d'une volonté commune de ne faire plus qu'un à nouveau, au grand dam des circonstances actuelles, peu propices à première vue, à une promiscuité telle que fut la vôtre à cet instant précis. cependant, tu restais impuissante lorsqu'il s'agissait de retarder l'échéance, trop euphorique à l'idée de daigner l'interdit, bien trop désireuse également, de ne pas abréger à ce rapprochement auquel vous n'aviez pas démérité. « j'suis addicte à toi, putain. » admis-tu, tes mouvements de bassin venus nettement s'intensifier, tandis que tes lèvres, s'aventurèrent également contre les siennes, sans jamais vraiment se les approprier. de ce fait, tu espérais te jouer de sa patience, à l'instar de la tienne qui paraissait dorénavant, toucher à sa fin.           

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyDim 19 Nov 2023 - 0:29


__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyDim 19 Nov 2023 - 15:34


__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
MESSAGE : 22810
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : sidesnack (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyDim 19 Nov 2023 - 19:39


__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
En ligne
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
MESSAGE : 10190
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : sαlvìα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, vellichor, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 EmptyDim 19 Nov 2023 - 23:00


__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)   devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
devils roll the dice, angels roll their eyes (sahar)
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» devils roll the dice, angels roll their eyes (archie)
» what a life, when you can't even roll the dice (cleo)
» one touch, electric shock, eyes locked (sahar)
» Hell is empty and all the devils are here. || Aeddan
» it's too cold outside for angels to fly (mathea)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: