AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €

 

 take me back to the night we met (alan)

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
baby kangou
Leyla Alvarez
Leyla Alvarez
POINTS : 0
MESSAGE : 797
ICI DEPUIS : 01/03/2023
COMPTES : alexis, arielle, will, olive, mackenzie, riley & phoebe
CRÉDITS : lionhearts

STATUT : everything just makes sense, even when it don't, when you know you know. (elijah♥)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyMar 26 Déc 2023 - 23:46

J'sais pas pourquoi j'étais stressée de me rendre chez Alan. C'était Alan, je le connaissais, j'avais toujours été confortable en sa présence. P'tête parce que je sentais que c'était pas tout à fait correct ce que je faisais. Enfin, je savais pas, je me sentais un peu coupable. D'un côté, je n'avais pas encore parlé d'Alan à Elijah. J'voulais le faire, mais j'avais pas vraiment trouvé le bon moment. De l'autre côté, je n'avais pas non plus parlé d'Elijah à Alan. Comme si, au moment de nos retrouvailles, je n'avais pas voulu gâcher le moment, j'avais voulu gardé ça entre nous, comme avant. J'savais pas si ce soir serait le bon moment, comme si dès que j'allais dire la vérité, ça gâcherait tout. J'étais encore en train de digérer tout ça, le fait de le ravoir dans ma vie et j'essayais de comprendre comment je me sentais... Ça me semblait compliqué d'ajouter ça au mélange. La soirée de ce soir n'aidait en rien à faire diminuer ma culpabilité puisqu'elle ressemblait beaucoup à un date. J'avais accepté sans même réfléchir, un moment avec Alan, ça me semblait être une bonne idée pour rattraper le temps perdu, mais un dîner chez lui... Ça pouvait être mal vu de la part de mon petit-ami. Alors j'avais aussi tus les plans de ma soirée, comme Elijah était occupé ça ne changea pas grand chose, mais j'pouvais pas m'empêcher de ressentir cette petite boule dans mon estomac. Un mélange de stress, d'excitation et de malaise. C'est avec ces émotions que j'me rendis chez Alan, dans sa grosse villa impressionnante. Je restai un peu surprise de voir la maison, même s'il ne m'avait jamais caché avoir de l'argent. Disons qu'on avait vraiment pas grandit de la même façon. Ça n'avait tout de même jamais influencé sa façon de me traiter, mis à part cette première soirée au Chili où il avait été con. Excluant cette situation, il ne m'avait jamais fait sentir inférieure et donc, peu importe la grandeur de sa villa, j'devais pas laisser ça influencer quoi que ce soit. D'ailleurs, dès qu'Alan ouvrit la porte, plus rien n'influençait mes pensées ou comment j'me sentais. C'était comme si j'étais de retour sur la plage la dernière fois qu'on s'était vus, comme si j'étais de retour au Chili, encore. Le p'tit rush de sentiments qui me revenaient, j'avais cru que ce serait un one time thing, que c'était juste dû au fait qu'on s'était pas vu depuis quatre ans, mais ça me revenait encore exactement pareil. Avec tout ça venait un sourire bien niais sur mon visage tandis que mon regard se posait dans le sien. « Salut toi. » lui dis-je finalement.

@Alan Hopkins

__________________________

- it breaks my heart that you can't let go. you say you're fine, but girl, I know you've been dancing with your shadows
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Alan Hopkins
Alan Hopkins
POINTS : 75
MESSAGE : 718
ICI DEPUIS : 24/07/2023
COMPTES : ella, willow, skye, murphy
CRÉDITS : aerolvn (avatar) Joey Paesano (gif)

STATUT : Célibataire, est-ce que je dois me poser ?

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyMer 27 Déc 2023 - 1:15


[jusify]
Inviter Leyla dès que ses colocataires désertent la villa a semblé être une évidence pour Alan. En effet, il n’attendait que ça depuis qu’il l’a revu, sur cette plage, sur sa plage, à Bowen. Il n’a donc pas hésité une seule seconde à lui envoyer un message lorsqu’il a su que Seth allait être en famille et que Joy sortait avec des amis ce soir. Enfin, ne pas hésiter, c’est une grande expression. Il s’est retrouvé, idiot, devant son téléphone, ne sachant pas vraiment quoi écrire, quoi exprimer à ce moment-là. Il a repensé à sa réalité, à son monde si éloigné du sien, à l’enfer qu’elle a vécu. Sa villa, ses grandes pièces, la piscine, et tout ça, lui semblait désormais si démesurés. Pourtant ses doigts ont réussi à pianoter quelques mots, et cela a fonctionné. Elle vient donc ce soir. C’est alors avec beaucoup enthousiasme qu’il s’active lorsque le dernier colocataire quitte la maison. Il prend d’abord soin de son apparence, et choisit une petite chemise et un petit pantalon qui vont bien ensemble, sans trop en faire. Il a cette impression que c’est comme lors de leurs premiers rendez-vous (enfin, une fois qu’il ait fini de se comporter comme un con avec elle). Il a les mêmes sensations, étrangement, comme s’il était au Chili, quatre ans plus tôt. Et c’est dans cette énergie assez spéciale qu’il vérifie que chacun des ingrédients de sa recette soient bien présents. Il est capable d’en oublier, lui qui cuisine si peu. Il préfère largement commander en général, ayant la flemme de s’y mettre réellement. Mais il avait envie de faire quelques efforts, suivant une recette qu’un de ses amis lui a conseillé. Il prend également soin de sortir une bouteille de rouge de la cave. Et c’est parti pour un petit tour en cuisine. Les ramens, ce n’est pas très compliqué, et heureusement. Il s’applique à chaque étape, espérant que cela fonctionne. Une fois le tout préparé, il laisse son plat sur feu très très doux, pour que ça reste chaud, le temps qu’elle arrive. Puis, la sonnette. Enfin. Il se dirige vers la porte, et l’ouvre. Il l’observe, et un sourire niais se dessine sur son visage. Elle n’a pas tant changé que ça, Leyla. Et la revoir, ça lui fait toujours quelque chose, c’est bizarre. Le temps s’arrête une nouvelle fois, ne voyant pas les secondes passer avant qu’elle brise le silence. « Hey, viens, entre. » lui suggère-t-il en lui montrant l’entrée. « Bienvenue ici ! » s’exclame-t-il avec un grand sourire. « Fais comme chez toi. » l’accueille-t-il. Il s’est toujours senti à l’aise dans la famille de Leyla, et il voudrait faire de même, qu’elle se sente bien, ici, dans sa villa, ne serait-ce pour la remercier de tous les moments passés ensemble au Chili. « Tu souhaites boire quelque chose ? »
[/justify]

@Leyla Alvarez :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Leyla Alvarez
Leyla Alvarez
POINTS : 0
MESSAGE : 797
ICI DEPUIS : 01/03/2023
COMPTES : alexis, arielle, will, olive, mackenzie, riley & phoebe
CRÉDITS : lionhearts

STATUT : everything just makes sense, even when it don't, when you know you know. (elijah♥)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyJeu 18 Jan 2024 - 2:44

J'avais un peu l'impression d'être à un premier rendez-vous alors que c'en n'était pas un. Non seulement, c'était pas un rendez-vous parce que j'avais déjà un petit-ami, mais en plus c'était loin d'être le premier puisqu'on avait déjà passé des semaines collés l'un à l'autre. C'était juste différent parce que quatre ans avaient passé maintenant. Sauf qu'Alan restait Alan et j'restais Leyla. Ça avait toujours été naturel entre nous alors j'voyais pas en quoi ce serait différent ce soir. C'est du moins ce que j'essayais d'me dire alors qu'il m'ouvrait la porte de chez lui. « Merci. C'est très beau. » dis-je avec un petit sourire gêné. « Et très grand. » rajoutai-je avec de gros yeux en me tournant pour faire face à Alan. C'est un rire bien sincère qui suivit juste après ça. Déjà là, juste de rire ensemble et d'le voir sourire, ça me mettait un peu plus à l'aise. Alan, ça avait été un ami avant tout, j'pouvais me focus là-dessus et tout irait bien. « J'pourrais m'y faire si ça c'était chez moi. » lançai-je avec un sourire en coin en lui jetant un p'tit regard. Ça ne se comparait absolument pas à la maison plutôt modeste des Alvarez au Chili. Elle avait deux étages, mais les pièces étaient petites et surtout, c'était loin d'être très moderne. Mais ça avait été chez moi et je l'avais beaucoup chéri ma maison, les moments passés avec ma famille là-bas et bien sûr, ceux avec Alan. Nope, nos maisons ne se ressemblaient pas, mais il avait eu l'air de trouver la mienne bien accueillante et c'était tout ce qui avait importé à l'époque. Alan me proposa à boire tandis que je regardais un peu autour avant de me tourner à nouveau vers lui. « Hum, un verre de peu importe ce que tu as et que tu comptes boire aussi. » dis-je en souriant. J'étais pas très difficile en général, puis Alan, il connaissait quand même un peu mes goûts. Du moins, ceux de l'époque. C'était les mêmes, ça s'était juste élargit. J'appuyai mon dos contre le comptoir tandis qu'Alan sortait deux verres pour nous servir. « J'suis contente de te voir. » lui avouai-je avec un sourire. Et c'était vrai. J'avais été nerveuse, j'étais passée par tout un stade d'émotions, mais j'étais contente d'être là et de l'avoir en face de moi. « J'avais un peu peur qu'après 4 ans, on ait eu le coup des retrouvailles, puis que ça tombe à plat, comme si j'te connaissais pas. Ou plus. » lui expliquai-je en fronçant les sourcils. « Mais non, c'est pas comme ça que j'me sens.» conclus-je finalement avec un petit sourire, plantant mon regard dans le sien. J'avais toujours été plutôt à l'aise de partager mes émotions et ressentis avec Alan, il les avait toujours bien accueilli, même sans savoir quoi répondre en retour par moment. Un peu comme avec Elijah, en fait. Et pourtant, ils ne pouvaient pas être plus différents l'un de l'autre.

@Alan Hopkins  take me back to the night we met (alan) 2269043814

__________________________

- it breaks my heart that you can't let go. you say you're fine, but girl, I know you've been dancing with your shadows
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Alan Hopkins
Alan Hopkins
POINTS : 75
MESSAGE : 718
ICI DEPUIS : 24/07/2023
COMPTES : ella, willow, skye, murphy
CRÉDITS : aerolvn (avatar) Joey Paesano (gif)

STATUT : Célibataire, est-ce que je dois me poser ?

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyDim 21 Jan 2024 - 16:26



Voir Leyla traverser sa porte d’entrée remplit le cœur d’Alan de bonheur. Il est heureux de la voir là, chez lui, à Bowen. Il est heureux aussi de l’accueillir, de lui faire visiter sa ville natale. Les rôles s’inversent, et cela lui fait plaisir. Il espère être à la hauteur de ce que Leyla avait pu être au Chili, là-bas, où il s’y sentait comme chez lui, proche d’elle, proche de sa famille. Valparaíso est entrée dans ses villes préférées grâce à Leyla. Il rêve alors que Bowen entre dans le cœur de la chilienne. Si c’est le cas, il aura alors tout réussi, pense-t-il. Il regarde Leyla admirer sa maison et rit à sa réflexion. « Oui, ça peut l’être mais je ne suis pas seul à vivre ici. » complète-t-il. Il aurait peut-être les moyens de se payer quelque chose d’aussi grand seul, mais il n’en est pas certain. De toute façon, il n’a pas fait les calculs car il ne souhaite pas ça. Il aime bien être avec ses colocataires, à rire, à faire des soirées. Ils se sont bien trouvés tous les trois finalement. « On est trois à vivre ici, c’est pour ça. Je me perdrai dans cette maison seul sinon. » finit-il par expliquer avant de rire aussi avec Leyla. Ca lui fait du bien de plaisanter avec elle. Des souvenirs reviennent, remontent, c’est agréable, c’est doux. Et le rire permet de communiquer tout ça. Il se sent bien là, Alan. A l’aise pour être totalement lui-même. « Il reste de la place si tu le souhaites. » prononce-t-il accompagné d’un petit sourire et d’un clin d’œil. A l’aise pour continuer à flirter, un petit peu, légèrement. Il y a ce quelque chose encore en lui, pour Leyla, il ne peut pas l’ignorer. Mais il laisse passer ça encore sous la blague, la plaisanterie, pour prendre le temps de bien analyser la situation. Il lui propose alors de lui servir un verre pour ouvrir le repas, et prend note de son choix. D’accord, il ne devra pas se planter. Heureusement qu’il a cette bouteille de rouge qu’il a sorti en amont de la cave. Il espère vraiment que cela lui plairait. Tout en sortant les deux verres, et la bouteille, il l’écoute, et sourit aussi. Il ne peut pas s’empêcher de sourire en continue avec elle, finalement. C’est naturel, c’est simple, et ça lui fait du bien. Elle ressent les mêmes choses que lui, ils restent connectés. Alan, il a eu les mêmes questionnements, les mêmes interrogations sur leur retrouvaille. Pourtant, tout est si fluide, tout est léger. C’est comme si ces quatre ans se transformaient en quatre mois, quatre jours, quatre heures, plus le temps avançait. Avec Leyla, la notion de temporalité perd tout son sens, l’horloge tourne à l’envers. Mais malgré toute cette perte de repère, tout semble évident. Il lui sert alors son verre de rouge. « Je suis content aussi que tu sois là, chez moi. » répond-il en ne lâchant pas ses yeux du regard. Elle a encore ses beaux yeux, Leyla. Il ne peut que le reconnaître. « Je suis toujours le même, si c’est cela qui t’inquiète. » Un sourire se dessine sur ses lèvres. Avec Alan, ça a toujours été maladroit pour exprimer ses émotions. Pourtant, il sait très bien recevoir celle de Leyla, les écouter. C’est un peu à double-jeu, mais elle doit avoir l’habitude. Il lève son verre, le fait tintiller sur celui de Leyla. « A nos retrouvailles alors. » prononce-t-il avec son sourire le plus charmeur, sourire que la chilienne connaît bien. Il boit une gorgée de son verre. « C’est du rouge, d’un petit vigneron australien. » Il s’arrête quelques temps avant de continuer. « Tu aimais bien le rouge, dans mes souvenirs. Est-ce que les goûts de mademoiselle Alvarez aurait changé en quatre ans ? » se soucie-t-il sous le ton de la plaisanterie en fronçant légèrement les sourcils. Il apprécie lui, ce vin, et espère ne pas s’être trompé sur le sujet. « A moins que l’Australie ait réussi à te dégoûter de ça. Et j’en serai terriblement désolé, je devrai rattraper le coup alors, que tu ais un meilleur avis sur nous. » Il veut entendre à nouveau son rire à Leyla. Il veut tout passer sous la plaisanterie, ce à quoi il est plus fort, après la fête évidemment. Et puis de toute façon, Alan se sent tellement bien que tout lui vient naturellement. Les blagues, les sourires, les regards.


@Leyla Alvarez  :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Leyla Alvarez
Leyla Alvarez
POINTS : 0
MESSAGE : 797
ICI DEPUIS : 01/03/2023
COMPTES : alexis, arielle, will, olive, mackenzie, riley & phoebe
CRÉDITS : lionhearts

STATUT : everything just makes sense, even when it don't, when you know you know. (elijah♥)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyMar 30 Jan 2024 - 3:47

Alan, il avait des colocs dans cette grande villa. Heureusement d'ailleurs. J'savais pas si son invitation à venir y vivre était sérieuse, mais j'espérais que non. Ça, c'était quelque chose que j'pourrais pas gérer et que j'pourrais absolument pas expliquer à Elijah. « Ça ne serait absolument pas raisonnable. » lui dis-je en joignant mon rire au sien. Ça me paraissait habile de faire passer ça sous le coup de la blague. J'saurais pas dire si Alan était en mode flirt, en mode séduction. J'avais l'impression qu'il mettait davantage le côté amical de l'avant et ça me convenait parce que ça me permettait de garder un peu de contrôle dans cette situation. Déjà que je n'en avais pas beaucoup, me laissant bien trop facilement aller à ce moment, à cette complicité toujours bien existante. Comme s'il n'y avait pas quatre ans qui avait passé entre aujourd'hui et ces aurevoirs à l'aéroport. Pas certaine que le vin rouge allait m'aider à rester en contrôle, mais ça allait certainement contribuer à passer un bon moment, comme dans le temps. Nos regards se croisèrent pour ne plus se lâcher. Ça aurait pu me mettre mal à l'aise, ça aurait certainement dû, mais non. J'restai juste accroché là en souriant. « Ça ne m'inquiète pas. J'le ressens, que t'es toujours le même. » lui dis-je après quelques secondes de silence. C'était bien vrai que j'le ressentais. J'avais beau avoir eu cette inquiétude, au final je le savais bien qu'avec Alan, c'était pas près de changer. Je fis cogner mon verre contre le sien, trinquant aussi à nos retrouvailles. « À nos retrouvailles. » répétai-je avec le même sourire idiot avant de boire une gorgée. Je secouai bien vite la tête en riant à sa question. « Non mes goûts n'ont pas changé. Enfin... J'espère qu'ils sont un peu plus raffinés quand même, j'ai vieillis depuis. » dis-je sous le ton de la blague également. Disons qu'à mes 19 ans, j'avais une palette de goût plutôt limitée, chose qui était normale. Je repris un peu plus sérieusement : « Mais non, il est très bon. Merci. » Je fis un petit sourire avant de reprendre une gorgée.  Un p'tit souvenir me revint en tête tandis que je pensais à ces semaines passées avec lui à Valparaiso. J'en avais pas mal des souvenirs qui pouvaient me remonter, mais celui-là était bien approprié au moment présent. « Ça me fait penser... Tu te rappelles quand même le nombre de piscola qu'on a pu boire lors de tes premières semaines? C'était le seul cocktail que t'étais capable de commander. » dis-je en riant, ça c'était avant qu'on bosse sur son espagnol. Un piscola, c'était bien simple, la version chilienne du rhum and coke. Le nom était facile à retenir aussi. Même moi j'en avais bien abusé, embarquant dans ses délires. Les soirées arrosées aux piscolas avaient aussi enclenché rapidement ce flirt entre nous. Ces moments aussi, me revenaient souvent en tête depuis que je l'avais croisé à la plage.

__________________________

- it breaks my heart that you can't let go. you say you're fine, but girl, I know you've been dancing with your shadows
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Alan Hopkins
Alan Hopkins
POINTS : 75
MESSAGE : 718
ICI DEPUIS : 24/07/2023
COMPTES : ella, willow, skye, murphy
CRÉDITS : aerolvn (avatar) Joey Paesano (gif)

STATUT : Célibataire, est-ce que je dois me poser ?

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyMar 6 Fév 2024 - 22:40


tw : consommation d’alcool

La blague, la plaisanterie, les rires aident Alan à faire passer des messages. Il n’est pas du genre à parler ouvertement sans plaisanter, absolument pas. Il a même plutôt des difficultés à exprimer ses ressentis, ce qu’il a sur le cœur. C’est donc comme ça qu’il a proposé à Leyla de venir se joindre à la colocation, dans cette grande maison. Et elle a bien raison, ce n’est absolument pas raisonnable. Lui-même, pour le coup, ne sait pas si c’est une vraie blague ou un réel désir. Oui, il serait content de voir Leyla tous les matins. Ils pourraient échanger en continu, rire, imaginer l’avenir, parler du beau temps et de la pluie, de l’univers et de l’infiniment petit comme il y a quatre ans. Et puis, ils pourraient, surtout, enfin rattraper ces quatre années sans elle. Il imagine cela doux et beau, ça serait bien chouette, oui. Mais n’est-ce pas un peu trop utopique ? Les temps ont changé, le monde a évolué, leur petit amour pourrait devenir qu’une illusion bizarre et étrange, et peut-être même qu’ils ne se connaissent plus du tout. Il refuse de vraiment rêver de tout ça, il a peur de perdre ce quelque chose unique avec Leyla avec toutes ces questions. Au Chili, c’était juste fluide, sans réflexion, sans peur, et il ne sait pas pourquoi, il a besoin d’un truc un peu comme ça, pas de prise de tête. « Est-ce que la vie est faite pour être raisonnable ? »demande-t-il simplement, avec un léger haussement de sourcil, toujours dans la plaisanterie avant d’aller servir les verres du vin rouge qu’il a fraîchement préparé pour Leyla. Puis, elle lui ouvre son cœur. Ca lui fait du bien d’entendre ses mots sur lui, sur eux. Lui aussi il a les mêmes sensations, les mêmes ressentis. Leur lien, ce fil qui les unissait au Chili, ne s’est presque pas brisé finalement. Il a su traverser les années, mais aussi la distance. Et ça, c’est beau. Cela réchauffe le cœur du jeune Hopkins, qui se sent heureux, comme un petit nuage, comme un rêve éveillé. Il sourit à sa petite réflexion. « Et je vois que tu restes toujours autant gentille, mademoiselle Alvarez. » s’amuse-t-il. Il est content de la retrouver, Leyla, comme ça, qu’elle ait toujours gardé son petit humour, sa gentillesse, sa délicatesse. Et il est heureux de le célébrer ce soir. Leurs verres se rencontrent alors brièvement pour fêter ce moment, ce petit temps hors du temps actuel de Bowen, leur petite parenthèse. A nouveau, un sourire se dessine sur les lèvres d’Alan. « Oh mais oui, je le vois, t’es vieille maintenant. » rit-il pour se moquer d’elle. Bien sûr que ses goûts ont évolué entre le temps, bien sûr que son palet s’est raffiné pour le vin. Mais il préfère en plaisanter, encore une fois. Il hoche la tête à la validation du vin par la chilienne. « Ca me fait plaisir. » remercie-t-il aussi. Il déguste tranquillement son verre, appréciant le breuvage, la présence de Leyla, le calme qui se dégage de la scène. Puis, elle coupe le léger silence qui s’était installé. Alan rit, encore une fois. Il s’en souvient oui, très bien même. Il se revoit, quatre ans plus loin, l’insouciance en prime (est-il vraiment plus soucieux aujourd’hui ?), l’aventure devant lui. La belle époque, la meilleure année de sa vie, et de loin. Tous ces souvenirs, il les chérit, il a peur de les perdre, il a peur de se réveiller un matin sans se rappeler du goût des piscola. « Hé ! On ne juge pas mon espagnol, oh ! » lâche-t-il tout en continuant de rire. « Hola ! Una cerveza por favor, una piscola por favor. Je maîtrisais très bien tout ça, tu vois. » rétorque-t-il, plutôt fier et avec un fort accent australien dans ses paroles espagnoles. C’est assez ridicule de savoir dire que deux phrases dans une langue étrangère, mais il aime bien se montrer faussement supérieur. « Mais avoue que tu appréciais quand même la saveur de ce cocktail, et que tu aimais entendre mon accent quand je le commandais. C’était pas uniquement parce que mon espagnol était limité que tu le buvais ! » se défend-il un petit peu avec un grand sourire et des roulements d’yeux. Pour lui, le piscola a aussi une saveur de Leyla, maintenant. La saveur de leur petit temps ensemble, de leurs premiers flirts. «Je pourrais pas te faire de piscola ici par contre, désolé. » finit-il par dire avec une petite moue de déception. Il aurait bien aimé, par contre, se replonger dans tous ses souvenirs, passer juste une nuit à se remémorer du passé avec Leyla, du bon temps, de leur petit idylle. Il n’aurait pas pu rêver mieux. « Mais je pourrais te faire découvrir toutes les spécialités australiennes comme…. » s’arrête-t-il pour réfléchir « comme le Bondi Iceberg.  » finit-il, espérant que pour Leyla, le Bondi Iceberg ait la même saveur que le piscola a pour Alan, soit la sienne, soit la leur. Une soirée parfaite, finalement, c’est un mixte entre le passé, le présent et le futur. Maintenant qu’elle est en Australie, tout est à construire aussi ici, sur cette île.
@Leyla Alvarez :coeur::coeur::coeur:
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Leyla Alvarez
Leyla Alvarez
POINTS : 0
MESSAGE : 797
ICI DEPUIS : 01/03/2023
COMPTES : alexis, arielle, will, olive, mackenzie, riley & phoebe
CRÉDITS : lionhearts

STATUT : everything just makes sense, even when it don't, when you know you know. (elijah♥)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyVen 16 Fév 2024 - 15:57

 J'me demandais parfois, si Alan n'avait pas dû quitter le Chili y'a quatre ans, on en serait où. Forcément, il aurait fini par rentrer à un moment ou un autre, mais si on avait eu plus de temps... J'me demandais comment ça se serait développé, si on aurait pu survivre la distance et le temps qui passe ou si au contraire, ça se serait tout de même brisé immédiatement. C'était le genre de trucs qui me passaient par la tête en le regardant, là, dans sa cuisine. Quatre ans, c'était long quand même, si cette petite flamme avait pu survivre et être encore présente aujourd'hui, p'tête que si elle avait été plus grosse qu'un simple summer love, y'aurait eu aucune distance entre eux au final. '' Si moi j'suis vieille, on se demande toi t'es quoi. '' lui dis-je en riant. Il avait quand même trois ans de plus que moi, Alan. Le calme revint bien rapidement entre nous tandis qu'on buvait notre verre de vin. Un petit silence s'était installé, rien de lourd, rien de gênant, juste un truc paisible, à l'image de cette dynamique entre nous. Il ne dura pas trop longtemps parce que j'étais assaillie par les souvenirs, n'en trouvant qu'un seul un peu insignifiant à mentionner. Enfin, rien n'avait vraiment été insignifiant entre nous, mais c'était pas le souvenir qui me revenait le plus en tête disons. C'est tout de même celui que je choisis de partager parce qu'il se prêtait bien au moment. '' J'me permets de me moquer aujourd'hui parce qu'à l'époque, j'ai été très patiente à t'enseigner toutes ces phrases. '' lui dis-je en le pointant de mon index, rigolant à nouveau. C'était le thème de la soirée de rire à tout, ça faisait du bien. '' T'as été très bold de passer utant de temps sur un continent et d'à peine apprendre la langue. Tu m'en devais clairement une. '' soulignais-je quand même en levant les yeux au ciel. Il avait tout de même raison, c'était pas que pour ça que je buvais des piscola avec lui. '' Non ton accent en espagnol était terrible. Mais oui, c'était plutôt bon puis franchement, à cette époque, t'aurais pu commander n'importe quoi je l'aurais bu avec toi. '' lui dis-je en m'arrêtant de rire, juste pour lui sourire. Même un truc que je n'aimais pas, je l'aurais probablement bu, bien trop charmée pour ne pas vouloir passer mes soirées avec lui. C'était fou de se dire que ça appartenait au passé, mais de pouvoir en parler comme si c'était hier. Même sans qu'Alan puisse faire un piscola ici, cette nostalgie restait bien présente. '' Avec plaisir pour goûter aux spécialités australiennes. '' répondis-je tandis que mes yeux se perdaient dans les siens. Je restai comme ça quelques secondes, secondes de trop probablement avant d'me rendre compte que c'était pas bien. ''Enfin, j'me suis quand même fait des amis qui m'en ont montré un peu hein. Ça fait un an et demi que j'suis là quand même. '' dis-je avec un petit sourire gêné, un peu embarrassée d'me laisser autant portée. J'me rappelais Elijah, notre couple, notre relation. Fallait que j'garde ça en tête, que j'focus sur lui et que j'me répète qu'Alan, c'était qu'un ami maintenant.

__________________________

- it breaks my heart that you can't let go. you say you're fine, but girl, I know you've been dancing with your shadows
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Alan Hopkins
Alan Hopkins
POINTS : 75
MESSAGE : 718
ICI DEPUIS : 24/07/2023
COMPTES : ella, willow, skye, murphy
CRÉDITS : aerolvn (avatar) Joey Paesano (gif)

STATUT : Célibataire, est-ce que je dois me poser ?

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyDim 18 Fév 2024 - 23:47



La taquinerie, le rire, la plaisanterie viennent facilement en compagnie de Leyla, il n’y a aucun doute là-dessus. C’est agréable, c’est drôle, c’est beau. Et il aime bien cette petite ambiance, Alan. IL aime bien la charrier, il aime bien rire avec elle. Et puis, c’est fluide, il n’y a pas de gêne, rien de tout ça. C’est comme s’ils se connaissent depuis toujours, comme s’ils se sont jamais lâchés, ce jour-là, à l’aéroport. Alan, il se sent sur un petit nuage. Et il rit naturellement à la petite pique de Leyla, c’est de bonne guerre, c’est normal. « Et ouais, je me pose la même question. » hoche-t-il de la tête « Et pourtant, je suis bien conservé, non ? » plaisante-t-il à nouveau avec un clin d’œil. Les rires s’estompent petit à petit lorsqu’Alan tend les verres de vin. La dégustation prend place, et Alan est heureux, il pense qu’il a choisi un bon vin. En tout cas, à ses goûts, il espère que cela suffira à raviver les papilles de Leyla. Cependant, elle a vite changé de conversation, pour ranimer d’anciens souvenirs. Alan aime bien ça, se rappeler de ses moments au Chili, en sa compagnie. C’était vraiment une belle parenthèse dans sa vie. Peut-être même les meilleures années de sa vie, et de loin. En tout cas, pour l’instant. L’avenir reste à écrire, bien évidemment. Mais se replonger dans tous ces souvenirs ne lui fait pas de mal, bien au contraire. Il se sent bien, il est heureux, et vraiment ému d’avoir vécu tout ça, finalement. Pourtant, la douceur se laisse vite remplacer par la plaisanterie. Cependant, ça lui convient bien à Alan, il a aussi ce souvenir de flirt avec des petites blagues auprès de Leyla, et retrouver cette ambiance, cette sensation, c’est vraiment agréable. Il rit également. « J’ai juste su choisir la meilleure des professeurs, voilà tout, tout simplement. » hoche-t-il à nouveau des épaules. Il n’aurait pas fait autant d’effort si ce n’était pas pour Leyla, si ce n’était pas Leyla qui lui apprenait aussi. Il partait juste en maitrisant l’anglais car de toute façon c’est la langue internationale, et au pire, pas grave, on apprendra sur place. Et c’est clairement ce qu’il s’est passé, il ne regrette rien alors. «  Et regarde, je te suis redevable, je t’ai invitée à manger ! » Comme si son invitation ne se résume qu’à la remercier pour les cours d’espagnol. Comme si son temps passé à cuisiner n’est que pour sa maîtrise de cette langue. C’est sûrement juste un vieux prétexte. Leyla aurait pu rien ne lui apprendre, qu’il l’aurait quand même invité. Au fond, il s’en moque un peu des cours de langue, tout ce qu’il veut et voulait même à l’époque, c’était de passer du temps avec elle. Il prend par la suite une fausse tête choquée par la nouvelle, comme si elle venait de la trahir ! « ¿Cómo te atreves a criticar mi acento?* » Il essaye de paraître énervé, mais cela passe vite, il se met vite à rire. C’est beaucoup trop dur avec Leyla, elle lui fait sourire automatiquement. [b]« Oh, tu m’aurais dit ça, je me serai encore plus appliqué dans le choix de la boisson. » répond-il avec un clin d’œil. « Dans la limite de mon espagnol. » finit-il par rire. Puis, Alan dévie sur l’Australie, sur le moment présent. Il aurait aimé allié le passé et le présent en lui préparant ce fameux cocktail. Mais malheureusement, l’alcool si unique dans le cocktail ne se trouve pas ici, en tout cas, pas à Bowen. Alan prévoit donc créer de nouveau souvenir, et ça sera tout aussi chouette. « Par contre, désolée, ce soir ce n’est pas une spécialité australienne, mais j’espère que tu aimeras quand même » lui sourit-il. Leyla lui parle par la suite de ses amis qui lui ont montré certaines choses sur l’Australie et peut-être même sur Bowen. Il l’écoute en hochant la tête et lui répond avec un petit sourire. « Je ne remets pas en doute qu’une fille comme toi s’est déjà fait pleins d’amis ! » pose-t-il ses yeux dans ses yeux, des yeux rieurs qu’il a. « Alors, dis-moi, qu’est-ce qu’ils t’ont montré ? je suis sûre que je connais des coins qu’ils ne connaissent pas, c’est quand même ma ville ici. » finit-il par un clin d’œil. « Maus avant tout, est-ce que ça te tente de me raconter tout ça en passant à table ? » Cela l’arrangerait, son estomac commence aussi à gargouiller.
traduction
*Comment oses-tu critiquer mon accent ?

@Leyla Alvarez


Dernière édition par Alan Hopkins le Sam 25 Mai 2024 - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Leyla Alvarez
Leyla Alvarez
POINTS : 0
MESSAGE : 797
ICI DEPUIS : 01/03/2023
COMPTES : alexis, arielle, will, olive, mackenzie, riley & phoebe
CRÉDITS : lionhearts

STATUT : everything just makes sense, even when it don't, when you know you know. (elijah♥)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyVen 22 Mar 2024 - 15:23

Oh ça oui, il était bien conservé Alan. J'allais pas lui dire, par contre, me contentant de sourire, de rire, comme je faisais depuis que j'avais mis les pieds ici. Fallait que je garde un semblant de contrôle, pas que j'lui avoue tout ce qui se passait dans ma tête non plus. Déjà qu'en passant dans les souvenirs, ça devenait plutôt évident que ça me rendait bien nostalgique. Plutôt que de miser sur ça et sur les possibles feels qui remontaient, j'préférais continuer à blaguer, à garder ça léger. C'était plus simple, ça restait agréable aussi. Ça mettait comme une espèce de limite invisible - que j'étais peut-être la seule à voir parce qu'elle n'était pas si évidente que ça. « Oui voilà. Quoi que, je suis presque certaine que n'importe quel natif aurait pu t'en apprendre autant. » soulignai-je. Évidemment, j'eus une pensée pour Diego, mon frère. Il lui en aurait appris beaucoup aussi. Mes amies sur place, probablement. Quoi que ma motivation était quand même le joli visage d'Alan, ça aidait un peu à m'impliquer dans son apprentissage de la langue, fallait l'avouer. Tout comme l'invitation d'Alan n'était pas que de la simple reconnaissance pour ces cours. C'était plein de petits non-dits comme ça, entre nous deux, mais au fond on savait. « C'est vrai, j'devrais juste apprécier le geste. » conclus-je en riant.  Ça ne m'empêchait pas de commenter son accent, par contre. C'était pas évident à maitriser l'accent d'une langue qui n'était pas la notre, c'était la même chose avec mon anglais. Mon accent Chilien restait toujours même si je connaissais cette langue depuis quelques années. Sa réaction me fit tout de même beaucoup rire, comme avec tout ce qu'il disait. « Disculpe, disculpe... Hey, mais tu te souviens quand même! » dis-je bien impressionnée en le pointant de mon index. Il m'avait pas juste sorti la phrase classique pour se commander une bière là! L'alcool, c'était quand même un truc sur lequel tous les touristes se renseignaient avant de venir, comme si c'était une nécessité de savoir commander dans la langue étrangère ou bien de connaître les spécialités. C'était weird, mais en même temps ça prenait bien un p'tit truc pour unir les différentes cultures. Ça aurait pu être n'importe quoi, c'était souvent ça. À Valparaiso, Alan était venu un peu pour faire la fête avec ses amis alors forcément, ça avait eu une place importante au sein de nos premières rencontres. « C'est toi la spécialité Australienne alors ça fait l'affaire.» dis-je en riant. Petite façon subtile de dire que oui, ça me plaisait tant qu'il était là. Je me sentis un peu bête après cette phrase, un peu trop exposée, comme si j'avais un peu franchis ma limite aussi. Heureusement, on changea vite de sujet, parlant plutôt de ce que j'avais déjà découvert de Bowen.  « C'était quand même pas évident, de me faire des amis... Mais je suis curieuse. ''Une fille comme moi'' C'est-à-dire? » demandai-je en plissant les yeux. J'étais pas arrivée ici en étant la plus extravertie, mais ça Alan n'en avait pas été témoin. Il connaissait la Leyla du Chili, qui était assez différente de la Leyla de Bowen. Mais ça, il le verrait à la longue, peut-être. Pour l'instant, énumérer les endroits que j'avais vu, ça me semblait une bonne idée. Quoi que, beaucoup d'entre eux m'avait été montré par Elijah et je savais pas si j'étais prête à le mentionner dès maintenant. « Ouais ça me va. » lui dis-je avec un sourire tandis que je pris mon verre de vin. On alla s'installer à la table, prêts à déguster son repas. Il s'était appliqué, Alan, c'était mignon. Elle fit mine de réfléchir sur les endroits spéciaux vus depuis son arrivée. « J'ai vu tous les trucs de base, évidemment. J'ai trainé pas mal au skatepark... En boîte. » admis-je avec un petit sourire. Avec Maddie et Skye, disons qu'on sortait pas mal.  « Dans les coins plus ''spéciaux'' j'suis allée à la falaise, à une espèce de crique aussi...» mentionnai-je en réfléchissant. Ça, c'était là où j'étais allée avec Elijah lors de notre première rencontre, détail que je ne ressentis pas le besoin d'ajouter. « Ah et je connais l'Université par coeur. Ça et le terrain de foot. » dis-je finalement en riant. Un peu trop, d'ailleurs, vu le temps que j'y passais. « Des idées sur ce que j'ai pu rater? » demandai-je curieuse.

__________________________

- it breaks my heart that you can't let go. you say you're fine, but girl, I know you've been dancing with your shadows
Revenir en haut Aller en bas
baby kangou
Alan Hopkins
Alan Hopkins
POINTS : 75
MESSAGE : 718
ICI DEPUIS : 24/07/2023
COMPTES : ella, willow, skye, murphy
CRÉDITS : aerolvn (avatar) Joey Paesano (gif)

STATUT : Célibataire, est-ce que je dois me poser ?

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) EmptyHier à 16:39



Cette soirée, ce moment fait tellement chaud au cœur à Alan. C’est si doux, si pur, si simple. C’est comme avant, il n’y a aucun doute. Il se sent transporté des années avant, et il apprécie tellement ça. Un repas comme ça, avec Leyla, est vraiment tout ce qu’il lui fallait. Pourtant, même si la douceur est palpable, des petites piques se lancent entre eux. Presque la métaphore de la rose : délicate aux premiers abords et blessantes à l’approche, se dit-il. Il se sent pas peu fier de cette comparaison, grand poète dans sa tête. Il pourrait presque rire lui-même s’il était seul dans cette pièce. Mais il se retient. Pas devant Leyla. Il ne veut pas paraître étrange, non plus. « C’est vrai, la professeure n’avait aucun intérêt, j’aurai dû partir dès la première leçon. » plaisante-t-il. « Maintenant que tu le dis, je me dis que ça aurait même été plus simple avec Santiago, 45 ans, et trois enfants. » lance-t-il. Ce n’est clairement pas délicat comme technique d’approche. Comme manière de dire hé c’est toi qui me plaisait, pas l’espagnol. Mais ça reste moins direct que de lui dire honnêtement ses pensées. Il n’y arrivera pas, de toute façon. Dévoiler ses sentiments représentent plus qu’un sommet à gravir pour Alan. Il préfère largement rester discret dessus, ne pas trop en exprimer. C’est pleins de petit non-dits ou de trop ou de pas assez dits. Un paradoxe, un mixe entre tout. C’est à la fois agréable, mais ça le garde en tension, ne sachant jamais vraiment sur quel pieds danser. Puis, silence. Leyla reprend la parole, et tout se calme. Une sensation bien agréable, une sensation qu’il avait presque oublié car la première et dernière fois qu’elle était présente, c’était là-bas, à Valparaiso. Il sourit à sa réflexion, oui, l’invitation est en guise de remerciement des cours -une vielle excuse pour ne pas dire autre chose. Et puis, éclat de rire. « Hé ça suffit les remarques pour ce soir ? » demande-t-il rieur. Bien sûr que non, il ne veut pas que ça s’arrête, c’est ce qui fait monter cette tension, c’est ce qui fait que ce fil qui les lie les rapproche -du moins de son ressenti. « Je résume. Je suis un vieux avec un accent de merde et qui a une mémoire de poisson. J’oublie quelque chose ? Faut me le dire maintenant, sinon. » continue-t-il, sous le ton la dérision. Puis, en toute légèreté, en toute logique, ils dévient sur les spécialités chiliennes, enfin, surtout les alcools chiliens que connaît très bien Alan, maintenant. Il n’a pas été malin, Alan. Le repas de ce soir est tout sauf australien. Il aurait pu, lui redonner ça, en échange au moins, elle qui s’est donnée tant de mal à tout lui faire découvrir. Raté. Pourtant, elle rattrape si bien cette erreur. Ca fait un bon dans son cœur, à Alan. Il ne s’y attendait pas. « Un pur produit bowenien, en plus. Tu en as de la chance, c’est bien rare ça. » se vante-t-il un peu avant de la complimenter sur le fait, qu’une fille comme elle, à Bowen, elle se fait pleins d’amis. « Les Boweniens peuvent être un peu grognons, je comprends, mais une fois que leur cœur est ouvert, ils sont adorables. Peut-être pour ça que je suis encore ici. » hoche-t-il les épaules. « Et je suis sûr qu’une fille qui maitrise l’humour et la critique facile, et surtout l’art du cocktail doit plaire à toutes personnes australiennes. » Ouais, rattrape-toi, Alan. Pas si doué que ça, des fois. Mais il espère que ça fonctionne. On dirait presque que Leyla l’impressionne. Ou qu’il peut se permettre de ne pas être au top de ses formes de drague sans qu’elle le juge. Il se sent bien, enfait, tout simplement, auprès d’elle. Ils se dirigent vers la table. Alan apporte les ramens qu’il a cuisiné. Et puis il écoute sur les endroits qu’elle a pu visité, ici, à Bowen. « T’as déjà fait un bon petit tour ! Bien joué, Alvarez ! Tu as débloqué le niveau 2 de visite de Bowen ! » félicite-t-il. Il lui faut absolument quelque chose à lui montrer. « Hum… Y a un endroit que j’aime bien, pas trop loin d’ici, le mullers lagoon, on pourra y faire un tour. » propose-t-il. « Ou à la fête foraine, tu la connais ? » demande-t-il. Puis il prend un bouché de son ramen. « Pas un produit australien, mais j’espère qu’ils sont à ton goût, bon appétit ! » finit-il avec un clin d’œil.
@Leyla Alvarez

__________________________


       
non je n'oublierai pas la douceur de ton corps dans le taxi qui nous conduisait à l'aéroport. tu t'es retournée pour me sourire avant de monter dans une caravelle qui n'est jamais arrivée.©️️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
take me back to the night we met (alan) Empty
MessageSujet: Re: take me back to the night we met (alan)   take me back to the night we met (alan) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
take me back to the night we met (alan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Back to the place, back to the room where it all began + Emersen
» #06 - last night was the last night of my past life (elmo)
» CHARNEY ı tell me how to get back to, back to summer paradise with you...
» I think you're still a kid | ft. Alan
» Alan's phone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: maisons-
Sauter vers: