AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz ...
Voir le deal
999.99 €

 

  Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy

Aller en bas 
AuteurMessage
adm h
Asher Robertson
Asher Robertson
POINTS : 179
MESSAGE : 558
ICI DEPUIS : 16/01/2024
COMPTES : Léo, Marcus, Charlize & Sara
CRÉDITS : @luxaeterna

STATUT : Célibataire
 Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy Empty
MessageSujet: Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy    Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy EmptyMar 23 Avr 2024 - 23:56

Tout ça pour un foutu bout de bois ! Asher ruminait dans son coin depuis des heures à faire le pied de grue dans les urgences de Bowen. Il pestait, râlait, faisait les cents pas. Il s’était fait houspiller un bon nombre de fois, il avait menacé de partir, on avait fini par lui dire que s’il voulait perdre sa main, la porte était derrière lui. Il s’était donc assis, parce que sa main, il y tenait. L’accident avait eu lieu aux alentours de vingt-deux heures, la luminosité commençait à baisser dans sa maison et il s’était acharné à continuer ce qu’il avait commencé, à savoir découper des planches de mélaminé pour faire une belle arche dans sa cuisine. Seulement ses yeux commençaient à piquer, il avait déjà failli s’enfoncer un clou dans le pouce un peu plus tôt et là, il avait cligné de l’œil une fois de trop et la scie sauteuse s’était retrouvée dans sa paume. Le menuisier en carton qu’il était avait hurlé de douleur et failli tourner de l’œil en voyant sa main couverte de sang. Il avait attrapé un linge propre et bien serré autour de la blessure, puis il était monté dans sa voiture direction les urgences, sans réfléchir, laissant son pauvre Jack, son Staffy, le regarder partir avec le regard plein d’inquiétude. Il fallait croire que tout Bowen s’était donné rendez-vous à l’hôpital cette nuit-là, les urgences ne désemplissaient pas. On avait rapidement examiné sa plaie, elle n’était pas si grave, il faudrait quelques points et il pourrait repartir. Mais dans ces circonstances, il n’était donc pas prioritaire. Voilà comment il avait fini par passer quasiment toute sa nuit dans ces couloirs froids à observer le balai des infirmiers, médecins et patients, avec sa moue boudeuse peu avenante. Finalement, on avait daigné s’occuper de lui, il avait refusé l’anesthésiant, il ne voulait pas être shooté, des blessures, il en avait connu d’autres. Il avait moins fait le malin quand l’aiguille s’était agitée dans sa chair, mais il n’avait pas bronché. Et puis on lui avait donné l’autorisation de repartir, avec un beau bandage. Seulement, il était mort de faim, à presque cinq heures du matin, alors en passant devant la cafétéria, il s’était laissé tenter par l’odeur alléchante du café et des pâtisseries. Il avait opté pour un américano et un donut qu’il s’apprêtait à manger rapidement à une table quand il remarqua la jeune femme, un peu au fond de la salle, qui avait l’air lasse. Au départ, ce ne fut qu’un sentiment étrange de déjà-vu, puis à force de la fixer, il avait réalisé que ça pouvait bien être elle, Lucy. Elle ressemblait tellement à la gamine qu’il avait connue à l’époque. La coïncidence serait folle, qu’il la croise ici alors qu’ils ne s’étaient pas revus depuis des années, mais pourquoi pas au fond, Bowen n’était pas une si grande ville. Le boxeur se décida à se lever et à s’avancer vers elle. Plus il marchait, plus le malaise était violent et quand il se trouva enfin face à elle, capable de lire le nom sur sa blouse blanche, plus aucun doute n’était permis. Lucia Mayfields, médecine physiatrique. Je suis impressionné. En vérité, il l’était, oui, autant qu’il n’en menait pas large, face à elle à présent. Salut jolie brune. Est-ce qu’il avait encore le droit de la complimenter ? En même temps, comment on aborde une personne qu’on n’a pas vue depuis si longtemps, une fille qui avait hanté ses pensées des années et encore aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
 Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy Empty
MessageSujet: Re: Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy    Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy EmptyDim 5 Mai 2024 - 15:18

Elle commençait son quart de travail un peu plus tard dans la soirée. Lucy, elle s’oubliait un peu dans le travail depuis les dernières années, sa vie amoureuse n’était pas très glorieuse, quelques abandons dans son parcours et elle n’avait plus forcément envie de s’engager, cette peur de l’engagement qui ne semblait pas la quitter depuis trois ans. La vie, c’était un jour à la fois, elle était bien placée pour le savoir la brunette, cette vision de la vie qui était peut-être plus simple ainsi après tout. Elle était non seulement médecin spécialiste, mais elle avait cette grande responsabilité sur les épaules, celle d’être cheffe de son service. Elle tentait de reprendre son retard avec tous les courriels qu’elle pouvait recevoir, mais force est d’admettre qu’il y avait certains vides dans sa vie et qu’elle semblait ressentir un peu plus dernièrement. L’urgence de vivre, peut-être, ou du moins vivre pour ceux qui ne sont plus là et ce désir de maternité toujours dans un coin de sa tête qui ne la quitte pas. Le besoin d’être une maman qu’elle pouvait sentir jusque dans ses tripes et cette envie d’honorer sa famille biologique, en y laissant une trace quelque part. Elle avait répondu à quelques courriels avant de sortir de chez elle pour aller à sa séance de yoga. Ça lui faisait du bien à la brune, de relâcher le stress et les tensions. Elle se retrouvait zen, prenant une douche et allant  dormir un peu avant de se préparer à la garde qu’elle avait à l’hôpital ce soir. Horaire de travail décousu, mais Lucy, elle était habituée à avoir des horaires qui allaient dans tous les sens et ça lui plaisait ainsi.

La jeune femme était arrivée à l’hôpital et elle avait vu quelques-uns de ses patients qui étaient hospitalisés alors qu’elle révisait les dossiers, les diagnostics et les traitements possibles, elle avait terminé de voir ses patients, et pourtant tellement de paperasses qui l’attendait et qui lui restait à faire qu’elle allait en avoir encore pour toute la nuit. Elle était sortie de son bureau pour souffler un peu et prendre un café et croiser quelques collègues, avant de tomber sur lui. Asher. Elle ne réalisait même pas qu’il était cinq heures du matin, comme quoi l’hôpital, c’était un peu la maison pour elle. Pourtant, il était là, prononçant son nom, mais Lucy était sous le choc, sans mot et le fait qu’elle avait travaillé toute la nuit ne l’aidait pas à voir plus clair. Asher… Cet homme qui lui avait fait mal il y a de cela des années, un premier amour inavoué, elle n’avait pas eu le temps que son cœur avait été brisé du jour au lendemain, mais la colère, elle ne la ressentait plus, elle était passé à autre chose Lucía alors que l’eau avait coulé sous les ponts du moins, c’est ce qu’elle croit, avant ce choc de le revoir et sentir les souvenirs et les sentiments qui venait avec refaire surface comme si tout ce temps ne s’était pas écoulé et pourtant, elle était juste, perdue. Elle n’arrivait même pas à savoir s’il était vraiment impressionné ou si tout ça relevait de l’ironie. En vrai, ce n’est pas si impressionnant. Elle n’était pas de ces médecins inatteignables, elle était proche des gens Lucía, et malgré le fait qu’elle savait qu’elle avait travaillé très fort pour en être là aujourd’hui, elle avait du mal à prendre les compliments, du moins venant de lui, elle semblait garder une distance. Faire semblant, faire comme si rien n’était après toutes ces années de silence, d’une personne qu’elle considérait comme son meilleur ami, en quelque part ça faisait mal de ne pas mériter un appel après toutes ces années. Asher, ce n’était plus son meilleur ami, elle ne connaissait pas ce qu’il était devenu, c’était presque un inconnu, et Lucy, même si elle n’était plus la même que celle qu’il avait connu il y a vingt ans, la douceur qu’elle dégageait n’avait pas changé. Qu’est-ce que tu t’es fait ? Ça va aller ? Visiblement, on lui avait donné les meilleurs soins possibles, mais forcément, ça l’inquiète. Qu’est-ce qu’il s’était fait au bras ? Qu’est-ce qu’il faisait à Bowen ? Qu’est-ce qu’il était devenu ? Des tas de questions dont elle n’avait pas les réponses, préférant prendre une gorgée de son café pour étouffer ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
adm h
Asher Robertson
Asher Robertson
POINTS : 179
MESSAGE : 558
ICI DEPUIS : 16/01/2024
COMPTES : Léo, Marcus, Charlize & Sara
CRÉDITS : @luxaeterna

STATUT : Célibataire
 Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy Empty
MessageSujet: Re: Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy    Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy EmptyJeu 9 Mai 2024 - 19:43

Asher n'était pas vraiment du genre sentimental, il avait vu passer beaucoup de personnes dans sa vie, beaucoup de femmes, quelques hommes également. Aucune personne qui l’ait réellement marqué. Évidemment il y avait eu Maggie, l'actrice était à part, elle avait partagé sa vie durant quelques années. Elle avait compté. Mais pour autant, s'étaient-ils vraiment aimés ? Ou s'étaient-ils simplement accommodés de la présence de l'autre, comme un contrat tacite entre eux, ils s’apportaient une visibilité, un truc en plus en s'affichant en tant que couple sur les tapis rouges, ils étaient beaux ensemble, ils faisaient de l’argent, ils s'entendaient bien, dans l’intimité particulièrement. Et le reste du temps, ils se laissaient tranquille. C’était, pour Asher, la relation idéale, une belle femme à son bras mais aucune réelle attache. Il avait été surpris qu’elle lui demande un enfant. Et aujourd'hui il était soulagé qu’ils n'aient pas réussi à concevoir. Avec du recul c'était vraiment une idée de merde, il ne voulait pas d’enfants, il n'en avait jamais voulu. Et il était d’avis qu’un gamin méritait deux parents qui s'aimaient vraiment, plutôt que cet arrangement bancal. L’amour, le vrai, le boxeur ne l'avait jamais connu, ou peut-être juste touché du doigt, une fois, il y a longtemps, dans un délicieux frisson, un sursaut d’humanité, avant de se reprendre. Il était trop tard, il avait déjà choisi son camp, la boxe, sa passion, une promesse d'avenir, de voir le monde, de succès, plutôt qu'une bleuette d’adolescent dont il se laisserait. Parce qu'il n’avait que dix-sept ans à l’époque, ça ne pouvait pas durer, n'est-ce pas ? Pourtant, vingt-cinq ans plus tard, dans cette cafétéria d’hôpital à cinq heures du matin, son crush d’adolescent se trouvait là, face à lui. Et Asher avait à nouveau l’impression d'être ce gamin, en proie aux mêmes émois alors qu’il ne pouvait s’empêcher de s’avancer vers Lucy pour la retrouver. Impressionné il l'était, oui. Lui, la montagne de muscles qui avait gueulé sur tout le personnel médical un peu plus tôt, ce n’était donc pas son statut de médecin qui le mettait dans cet état, mais bien la simple présence de cette femme si près de lui. Mais c'était plus facile d'invoquer son titre plutôt que ses sentiments. Il lui adressa un sourire avant de la complimenter. C'était probablement mal venu de sa part, mais c'était sa façon de s’exprimer. Elle ne releva pas, ne l’envoya pas non plus sur les roses, c'était déjà pas mal. À la place, elle s’inquiétait pour sa blessure, c'est vrai que le bandage était impressionnant, l'interne en charge de la touche finale avait peut être été un peu trop généreux. Oh ça ? J’ai connu pire ! C'était un dur à cuir, Asher. Il esquissa un sourire gêné. J'ai cru que j'avais encore vingt ans et de bons yeux. Si tu veux un conseil, n'utilise pas de scie sauteuse passé vingt-et-une heures. Il parlait, beaucoup, comme s’ils s'étaient quitté la veille comme larrons en foire. C'était l’effet qu’elle lui faisait, Lucy, même après tout ce temps sans nouvelles. Je peux ? Il désignait la chaise face à la belle espagnole, espérant pouvoir s'y installer pour continuer à discuter. C'était peut-être une mauvaise idée, mais il ne pouvait pas laisser passer une telle occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
 Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy Empty
MessageSujet: Re: Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy    Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Even when there is no star in sight, you'll always be my only guiding light + Lucy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» and I know that someday soon I'll see you but now you're out of sight (belmo)
» i'll follow you, my guiding star. + ryder
» No light, no light in your bright blue eyes + Fauve
» #29 - light up, light up (april)
» (eve) love at first sight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: