∞ à l'ancienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
↳ les scénarios attendus

— la météo en janvier —

L'été est bien installé en Australie ! Les températures sont chaudes et la saison des pluies est amorcée. Il fait en moyenne 26 °C.


joy deanfield & sahan kwon
sont nos membres du mois ♡

Le Deal du moment : -47%
DOMO DO1032SV – Aspirateur balai 2 en 1
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 hymne à l'amour - (igloo #4)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Le Maire
Le Maire
adm h
MESSAGE : 3074
ICI DEPUIS : 04/08/2012
CRÉDITS : swan.

STATUT : amoureux de sa femme.
MessageSujet: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyDim 12 Fév 2023 - 21:28


L'intrigue de la Saint-Valentin

Is love blind ?


On dit que l'amour rend aveugle, et si c'était à l'aveugle que vous découvriez l'amour ? Dans une société où le physique est toujours mis en avant, le Maire a décidé de voir les choses autrement. Les deux partenaires, qu'ils se connaissent ou non, apprendrons à se découvrir autrement durant cette soirée. Le restaurant du château de glace à mis les petits plats dans les grands en créant des mini-igloo complètement dans le noir, pour garantir l'intimité de chacun, afin d'y découvrir un menu et un partenaire, dans le noir complet.

Les deux personnes de cet igloo ont tenté l'expérience complète et ne se connaissent donc pas. Elles auront les yeux bandés à leur arrivée pour garder la surprise et seront guidées par le personnel du château jusqu'à leur igloo où elles pourront découvrir la personnalité de leur partenaire, avant son physique. Vous-mêmes, rpgistes, ne connaîtrez l'identité de votre partenaire de rp que lorsque celui-ci ou celle-ci postera.  

Is love truly blind ?
https://www.aa-retro.com
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyLun 13 Fév 2023 - 2:12

J’ai longtemps fui toute idée de relation de couple, mais au fond de moi j’aimerais bien rencontrer quelqu’un. Je suis morte de trouille par contre, j’ai peur d’être blessé encore une fois, depuis la naissance de ma fille j’ai chassé l’idée d’être en couple et je suis heureuse seule. J’ai toujours réussi à me débrouiller, mais ma fille est rendu si grande et qui sait combien de temps elle va accepter de vivre avec moi. Quand elle va partir je serais seule ? Mais genre vraiment seule, plus personne pour être avec moi ? Comment vous dire que cette simple idée me terrifie, j’ai peur de la solitude. Donc, dernièrement j’ai fais quelques tentatives pour m’ouvrir au monde et me laisser la chance de rencontrer des personnes. Premièrement, en m’ouvrant un compte sur ce site de rencontre BBT, qui sait je ne connais presque personnes en ville peut-être qu’il y a des hommes charmant que je n’ai pas encore croisé. Mon deuxièmement c’est cette soirée, j’ai longuement hésité avant de m’y inscrire et maintenant j’angoisse à l’idée d’y venir. Je comprends que c’est un concept et que nous serons dans le noir et que nous allons apprendre à nous connaître sans nous voir. J’arrive et on me dirige vers un igloo et on me laisse y entrer seule, je ne vois rien devant moi. C’est donc main devant que je marche lentement de peur de trébucher, je n’aurais pas dû mettre mes talons haut, j’arrive vis à vis une table. Je fais quelques pas et trouve finalement la chaise, j’y prends place et je respire un bon coup, j’espère que tout iras bien, il ne faut surtout pas que je panique. J’inspire un autre coup et expire, je vais sourire, un sourire dans une voix ça s’entend. “Il y a quelqu’un ? Bonsoir ! ” Je me trouve ridicule je parle peut-être toute seule et je ne le sais pas… Je devrais peut-être partir et dire à ma fille que j’ai changé d’idée ? On s’écoutera un film elle et moi avec plein de bouffe ? Je me lève ? Allez courage Lee ! Reste encore au moins cinq minutes….
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyMer 15 Fév 2023 - 21:41


Theodore Kelly n’avait nullement prévu de figurer parmi les participants de cette soirée, il n'avait jamais été friand de la fête de la St Valentin. Qui plus est, depuis son accident et le départ de Nastya, il avait mit de côté toute ambition amoureuse. Outre le fait qu’il ne soit pas habille concernant les sentiments de ce genre, se retrouver en fauteuil roulant, même provisoirement, avait affaibli son estime de lui-même. Il y avait encore deux ans, son égo brulait quiconque l’approchait de trop près. Il avait sillonné les routes internationales pour se produire sur scène comme le génie de l’illusionnisme qu'il fut. Il savait ce que cela était d'être une vraie star, quelqu’un d’aimer, d’aduler plus que de raison. Elle était lointaine, cette époque où il se sentait bien dans ses baskets, où il respirait la confiance en lui.

Il avait suffit d’une nuit, d’une agression, un soir d’été d'une rare violence pour que tout bascule. Pour qu’il fasse un long séjour en réanimation, plongé dans un coma artificiel tant son corps était calciné, que la douleur était insoutenable. Plusieurs mois s’étaient écoulés et quand il avait ouvert les yeux, il n’avait fait que souffrir. Sa petite amie avait décidé de quitter le pays et l’homme par la même occasion. Il avait fait bonne figure, mais il était sur le fil du rasoir depuis, il se sentait pour ainsi dire diminué et inutile. Plus il regagnait en autonomie, plus l’envie insidieuse et sournoise de s’autosaboter grignotait ses ambitions.

C’était sans compter sur Jenny, sa fille désormais âgée de quatorze ans. Une enfant qu’il avait eut trop jeune et que surtout, il n’avait pu connaitre jusqu’à la récente découverte de son existence. Un événement l'ayant rapatrié dans sa ville natale australienne qu’il avait quitté depuis l’age de dix-neuf ans. Le lien n’avait pas été facile à tisser, mais elle portait désormais son nom, Jenny Manson-Kelly, cela signifiait beaucoup pour lui. C'était là une raison de vivre…

Elle riait en poussant son père en direction de l’igloo, Theo grognait un peu, mais que pouvait-il lui refuser ? Elle n’était pas aveugle, elle voulait le bonheur de son père comme il souhaitait le bonheur de sa fille, c’était une relation curieusement extraordinaire pour deux inconnus il y a encore deux ans… “ Jenny, s'il te plait, tu resteras avec Mamie pendant que je serais ici. “ Pas question de laisser une enfant seule au milieu de ses hommes en mal d’amour en ce jour spécial. Elle riait qu’elle savait se défendre, mais admit que mamie Kelly était de bonne compagnie.

Il se résigna à mettre le bandeau en question, et se laissa porter par les roues de son véhicule, malheureusement encore nécessaire. Finalement, ce n’était pas plus mal qu’ils ne puissent se voir, non ?

Une voix féminine s’éleva très vite et le magicien répondit, se sentant un peu ridicule par la situation. Avec l’écho provoqué dans l’igloo, il était incapable de ‘regarder’ dans la bonne direction. “ Oui, bonsoir… Je… “ Pas le temps de se présenter que Jenny gloussa en calant les freins du fauteuil roulant pour s’assurer que son père ne prenne pas la fuite.

- T’as de la chance papa… Vous êtes trop belle madame, bon bah, bonne soirée !

“ Jenny ! “ Rouspétait-il, rougissant de gêne. Mais déjà, il entendait les chaussures à petit talon de l’adolescente s’éloigner. Il soupira avant de faire un geste de la main pour balayer la situation, geste invisible pour son interlocutrice. “ Désolé… C’est ma fille. Enfin, vous l’avez deviné. ” Il soupire vraisemblablement embarrassé. “ Quatorze ans, c’est encore très adorable et un poil immature. “ Drôle d’entrée en matière…  Puis il réalisa... " Je... Je l'ai eut très jeune. Enfin... Je veux juste vous dire que je ne suis pas... Comment dire ? Vieux ? " Quel dommage qu'il ne puisse pas prendre ses jambes à son cou, l'inconnue, elle, en avait néanmoins la possibilité. " Ceci dit, je m'appelle Theodore, ce qui n'engage pas à croire que je ne suis pas un vieillard... Enfin, ceci dit... Vous êtes peut-être... Partie ? " Nul autre choix que d'enfin marquer un silence pour le découvrir...


@Leewana M. Reynolds aha
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyJeu 16 Fév 2023 - 0:26

Je ne pouvais rien voir a cause de ce bandeau, ça me rend nerveuse, mais j’ai entendu dire que l’igloo serait plongée dans le noir comme ça ils n’auraient pas à garder le bandeau plus longtemps. Je suis arrivé alors qu’il n’y avait encore personne dans cet igloo et le silence me terrifie, je n’aime pas le silence. Heureusement une voix finit par me répondre et je me sens soulagée. J’étais déjà sur le point de partir, une main contre mon cœur à espérer que l’angoisse ne monte pas davantage. Curieusement, une voix de jeune fille me parle et je tourne la tête en direction de cette voix, mais elle s’est déjà éclipsée, il ne reste que la voix de l’homme. Il se met à parler, semble s’excuser de ce que sa fille a pu dire. J’étouffe un petit rire et le laisse parler encore un peu, je trouve ça mignon, de sentir sa gêne et de l’entendre se justifier, je me sens déjà plus rassuré. Rassuré oui, parce que je ne suis pas là seule à me demander ce que je fais ici, de savoir que cet homme qui dînera avec moi à lui aussi une jeune fille, quatorze ans. Il me semble que c’est si loin et si proche à la fois, ma fille est rendu bien grande et est maintenant une jeune femme. J’aimerais bien qu’elle ait de nouveau quatorze ans. Je tire sur mon bandeau pour le rendre compte que nous sommes dans le noir complet. Je le retire et cette fois je laisse un petit éclat de rire cristallin s’échapper de mes lèvres. « Désolé, je ne ris pas de vous… ou de toi si je puis me permettre de te tutoyer. » je replace mes cheveux et tâte la table devant moi. Je trouve une coupe, une flûte ? Pour du champagne sûrement ! « Tu peux m'appeler Lee ! Ne t’inquiète pas, je serais mal placé pour juger sur l’âge que tu as ou que tu as pu avoir ta fille. J’ai une fille également et je l’ai eu très jeune. C’est étrange d’être dans le noir, même sans le bandeau on ne voit vraiment rien, mais on nous as servi du champagne ! » C’est à mon tour de parler beaucoup, je me sens rougir et je suis heureuse que l’obscurité cache ce petit détail. « Peut-être qu’à défaut de te voir je pourrais savoir ton âge pour juger ou non si tu es vieux ? Après je te dirais l’âge de ma fille, si ça peut te rassurer elle est plus vieille que la tienne et je ne suis pas vieille non plus ! »
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyJeu 16 Fév 2023 - 10:42


Le visage du chef d’entreprise s’était déridé en entendant le rire discret de la jeune femme, il ne put s’abstenir d’en sourire. Il se rendait compte de son état de gêne, comme s’il n’avait jamais adressé la parole à une femme… Et si elle le reconnaissait à la fin de cette entrevue ? Il avait toujours voulu rencontrer quelqu’un sans que l’aspect célébrité de sa vie n’entre en ligne de compte. Il se focalisait tellement sur son fauteuil roulant qu’il en oubliait parfois qui il était. Il agissait un peu comme si ce fauteuil sur roues était la cape d’invisibilité rêvée de tous les magiciens ! À vrai dire, c’était un peu véridique…  Le brun réalisa qu’il en avait oublié de donner son faux patronyme pour la soirée, ce qui lui fit balancer la tête en signe de désapprobation avec lui-même. Oui, pourquoi s’angoisser et ne pas simplement vivre cette étrange expérience ? Il décida de faire de son mieux.

“ Je ne suis pas contre l’idée de se tutoyer, ça fera un poil moins cérémonieux. “ Dit-il avec bienveillance et une pointe amusée dans la voix, peut-être en raison de ce rire cristallin et délicieusement sincère. Il nota les informations concernant l’inconnue, elle tentait d’amoindrir sa gêne et il trouvait cela parfaitement adorable. “ On peut se débarrasser de ça… “ soufflait-il. Voilà encore une consigne qui lui était passée par-dessus la tête. “ Hm… Tu vas sans doute encore rire, mais j’avais complètement oublié cette histoire de prénom fictif. “ Ça la fou mal pour un type aux commandes d’un escape game, créateur de scenarii parfois complexes, pas fichu de se souvenir de deux ou trois consignes. Ce fut finalement son tour d’avoir un rire discret, une pointe mal à l’aise. “ Enchanté Lee, pour ma part, Theo ça sera très bien. “ Ça ne le changera aucunement de d’habitude, mais au moins, elle pourrait moins faire de rapport avec un certain Teddy Kelly bien plus connu.

Le brun ôtait son bandeau, il faisait effectivement très sombre dans cet igloo. Il essayait de regarder autour de lui s’il y avait une éventuellement source de lumière, sans trop gesticuler ou essayer de défaire les freins de son assise.

Lee expliqua avoir également une fille. Même s’il n’y voyait pas plus, la sensation d’avoir une entrave de moins n’était pas pour lui déplaire. Elle lui demandait son âge, justifiant un point commun : elle avait pareillement une fille. Voilà qui était plus qu’inattendu, et il espérait ne pas avoir insulté une quarantenaire de vieille par la même occasion puisque sa fille est plus âgée que Jenny… Quel idiot ! Il se savait mauvais en relations sociales, et surtout, il savait qu’il était capable de pire que ça ! il lâcha un léger rire, cherchant de la main cette fameuse coupe de champagne, espérant ne pas avoir de spasmes nerveux et produire une catastrophe. “ Hm, tu n’es donc pas étrangère aux fourberies des adolescentes ! “ C’est une bien étrange période, Theodore n’a pas été une adolescente, en tant qu’homme cette période est hormonale ment très différente et il était souvent démuni face à sa fille, par exemple vis-à-vis de sa pousse de poitrine… Et sa quête de romantisme ? Il ne se l’explique pas ! Elle rêve d’histoire romantique pour elle, mais essentiellement pour son père, et ça ne le rassure pas vraiment.  ” J’ai eu 34 ans en fin d’année. “ Il ne l’interrogea pas, car on lui avait toujours déconseillé de demander frontalement l’âge d’une femme et il avait suffisamment fait de fausses notes en quelques minutes… “ Avouons le ! J’ai complètement foiré ce début de rencontre, je suis sur une pente particulièrement glissante, n’est-ce pas ? “ Il préférait rire de lui-même, son autodérision était toujours charmante et rafraichissante de sincérité.  


@Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyJeu 16 Fév 2023 - 15:49

L’idée d’une rencontre en tant que telle n’est jamais déplaisante. Je n’ai simplement jamais pu aller plus loin qu’une simple rencontre depuis tellement d’années. Je déteste cette solitude, mais j’ai peur d’accorder ma confiance à un homme quel qu’il soit, je ne veux plus jamais retomber comme j’ai déjà pu le faire il y a de ça presque vingt et un an ! Je me souviens encore de cet état de grâce et de bien être qu’il a pu me faire ressentir, mais là chute à été beaucoup trop brutale, je ne sais pas comment j’ai pu trouver la force de faire ce que j’ai fait. De partir avec mon petit bagage de quinze petites années pour vivre cette aventure de la maternité. C’est à peine plus âgé que la fille de ce Théodore que je suis partie pour vivre cette vie qui est la mienne aujourd’hui . Je n’ai plus jamais donné l’occasion à aucun homme de me faire du mal. Je ne comprends toujours pas ce qui m’a poussé à m’inscrire ici, au fond peut-être que je crois qu’il est possible que tout ça soit différent cette fois ? Mais si ça colle, qui dit que je ne prendrais pas les jambes à mon cou si ça devient plus sérieux ? Il ne faut pas que je pense à ça, sinon l’angoisse reviendra au pas de course.

« Je préfère aussi qu’on se mette à l’aise, je ne suis pas une adepte des rencontres formelles ! » puis je sens que sinon nous ne serons pas à notre aise de la soirée et ce serait dommage de ne pas vivre la vrai expérience de cette rencontre dans le noir. Je ris a l’entendre, je me sens le coeur un peu plus léger. « J’aurais pu penser que c’était un nom emprunter. Tu m’aurais dit t’appeler Albert et j’y aurais cru. Je te rassure, Lee est un diminutif de mon prénom, je n’y ai pas penser non plus ! » Je rapproche la coupe de mes lèvres et j’y trempe les lèvres, on ne peut pas se faire un chin, ne sachant pas où la main de l’autre est ! « Enchanté également Théo, tu ne me vois pas mais je lève mon verre pour saluer ! » C’est étrange de perdre un sens, tout semble différent et un peu comme si rien de tout cela n’existait vraiment au final.

C’est drôle de trouver un point commun entre nous dès le début de cette rencontre. Je crois que comme n’importe quel parent, nos enfants sont toujours notre sujet de conversation préféré. C’est plus facile, nous en sommes fiers de ces êtres qui sont au monde grâce à nous, nous donnons tout pour eux. « Pas du tout, ce n’est pas tous les jours facile, mais parfois j’aimerais qu’elle ait de nouveau quatorze ans. Ça me fait réaliser que c’est maintenant son tour de vivre. » J’ai peur qu’elle ne souffre, j’ai peur qu’elle fasse de mauvaises rencontre ou qu’elle ne veuille quitter mon nid. Je ne veux pas la laisser partir, mais je n’aurais pas le choix, elle doit voler de ses propres ailes ! « C’est vrai que tu n’es pas vieux, si ça peut te rassurer. Alors tu es devenu papa à vingt ans ! C’est l’âge de ma fille. » Peut-être qu’il pense maintenant que j’ai plus de quarante balais. Je trouve ça attendrissant son inquiétude, s’il savait, je crois que c’est ça qui m’a permis de me détendre. J’avance ma main sur la table essayant de me guider avec sa voix, je tente de trouver la sienne et quand je la trouve. Je la serre légèrement. « Au contraire, tout à l’heure j’étais sur le point de quitter l’igloo ne sachant pas si je devais rester ou non. Tu m’as mise à l’aise ! » J’exerce une nouvelle pression affectueuse sur sa main avant de retirer la mienne. « Je n’ai pas l’habitude de ce genre de rencontre, j’ai eu ma fille à l’âge de quinze ans et je l’ai élevée seule. Sans aide de ma famille, je n’ai toujours compter que sur moi. Je n’ai jamais entretenu de relation depuis… si quelqu' un risque de foirer ce soir c’est moi ! » J’essaye de le dire d’un ton détendu, j’ai envie de passer une belle soirée. « On peut parler de choses moins sérieuses si tu veux aussi ! »

@Theodore Kelly
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyJeu 16 Fév 2023 - 22:15


Ils avaient décidé de se tutoyer, cela convenait à Theodore plus habitué à ce mode de communication malgré ce que l’on pourrait imaginer de lui. Ils étaient là pour passer un bon moment et apprendre à se connaitre, pourquoi mettre des barrières ? Malgré la gêne qu’il ressentait, elle parvenait à le détendre un peu, ils semblaient être tous deux peu habituer à ce genre de rencontre. “ Il serait impoli de ma part de ne pas lever le mien, je te laisse donc imaginer !. À cette rencontre… insolite ? “ Il prend sa coupe avec assurance pour la lever légèrement, il était déterminé à ne rien renverser, comme s’il avait le moindre contrôle sur les spasmes qui le prenaient à l’occasion. Il voulait s’en convaincre, parfois, parce que c’était moins pénible à vivre… Il ne but pas, même à faible quantité, il préférait éviter en raison des antidouleurs qu'il consommait et qui pouvaient interagir avec l'alcool et provoquer des effets secondaires comportementaux franchement lamentables...

Aucun accident ne fut à déplorer, il reposa sa flûte avec un certain sentiment de satisfaction, comme quoi, il ne lui fallait pas grand-chose depuis son agression.

Elle avait fait l’expérience d’une enfant adolescente, il écoutait avec attention les paroles de cette dernière et se nota de profiter de cette période, aussi complexe soit-elle. Il avait souvent la frustration de ne pas l’avoir connue enfant, de ne pas avoir pu assister à ses premiers pas, entendre ses premiers rires et mots… Il ne comptait plus manquer un seul instant important de la vie de sa fille. Lee annonça l’age de sa fille et instinctivement, il ne put s’empêcher d’imaginer qu’elle puisse être âgée de la quarantaine. Belle bourde Mr Kelly, comme bien souvent avec les femmes. Elle avait néanmoins spécifié être jeune.

Étonné par le contact de sa main sur la sienne, son regard se dirigea vers cette dernière. Il ne pouvait voir sa main, mais il la devinait fine. Sa peau était douce, un peu froide mais pas de manière désagréable. Au moins, ce premier contact physique affirmait qu’il ne s’agissait pas d’une vieillarde. Malgré lui, il ressentait une certaine forme de sentiment chaleureux l’envahir, comme si… Personne ne l’avait plus touché de cette manière depuis l’accident… Sans pitié. Sa gorge se serra doucement, le laissant silencieux. Un silence qui lui fit profiter de savoir qu’elle se sentait à l’aise avec lui malgré cette ambiance particulière. Ce contact dura peu de temps, peut-être pas assez, mais cela avait suffit à lui redonner un peu plus confiance en ce qu’il pouvait encore valoir en tant qu’homme et non pas qu’un type dans un fauteuil.

Ce fut un calcul facile une fois qu’il appris qu’elle avait eut sa fille à seulement quinze ans. Il était assez impressionné car ce n’était pas un parcours commun et il imaginait mal Jenny devenir mère dans une petite année ! Surtout, il n’était psychologiquement pas prêt d’être grand-père ! “ Oh, euh non. Enfin si, on pourrait. “ Quelle éloquence n’est-il pas ? Il se racle légèrement la gorge avant de développer. “ Ça ne me dérange pas d’en parler. Ton parcours force le respect, je n’ai pas tant de mérite… “ Il hésita un instant, mais elle avait été si honnête avec lui, il avait terriblement apprécié cela. “ J’ignorais que ma petite amie de l’époque était enceinte, je ne l’ai jamais su. J’ai fais ma vie, de mon côté. Je ne l’aurais sans doute jamais connu si sa mère n’était pas décédée. La situation a été très difficile à décanter, je te laisse l’imaginer. Je ne voulais pas qu’elle déteste sa mère, mais je devais me faire accepter, brutalement, dans sa vie alors qu’elle a traversé un drame. “ Pouah ! Nickel pour bousiller l’ambiance, n’est-ce pas ? Malgré la tristesse de ces propos, Theodore demeurait optimiste. Jenny aurait pu perdre son deuxième parent il y a quelque mois, si peu de temps après l’avoir trouvé. Cela aurait été si injuste et cruel. Cette épreuve les avait liés plus fortement.

“ Eh bien, si l’on devait faire le concours de qui arriverait à apporter le plus de contenus pour faire fuir l’autre, je pense que je m’en tire très bien ! “ Il lâche un rire, toujours tinté d’une certaine nervosité, mais bien plus à l’aise que plus tôt dans la soirée. “ J’ai aussi un lapin domestique, il s’appelle Nesquik en l’honneur de ses petites crottes rondes… “ Dit-il avec humeur, comme sorti de nulle part. “ Une exutoire futile à cette conversation. “ Explique-t-il, laissant sa main toucher la table pour voir si autre chose s’y trouve, non pas qu’il avait faim, mais il commençait à se montrer curieux.


@Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyVen 17 Fév 2023 - 17:55

Complètement différent de tout ce que j’aurais pu imaginer, cette soirée se déroule bien pour le moment, je réussi à rester calme et même à apprécier discuter avec quelqu’un dont je n’ai même pas une vague idée de ce qu’il peut avoir l’air. Je sais que sa voix est agréable, il a une voix qui me met en confiance malgré ses hésitations. Je trouve que ça ajoute un côté humain, ce n’est pas quelqu’un qui semble imbu de lui-même ou se prendre pour un autre. Je crois que si ça avait été le cas, je serais partie sans demander mon reste. Il lève son verre également et je prend ses mots pour véridique, puisque je ne peux pas vérifier si c’est vrai ou pas. Je veux croire à sa sincérité !

En vrai, je me sens à l’aise de parler, je crois que le fait d’être dans le noir rend le tout plus facile. Je n’ai pas cette gêne ou cette peur d’être jugée, je ne suis qu’une inconnue pour lui. Je suis en temps normal beaucoup plus réservée et je laisse les autres parler, me contentant d’écouter et d’apprendre sur l’autre personne. Ici nous sommes dans un échange respectueux. Je lui parle de l’adolescence, bien que ce soit une période forte en émotions, elle passe rapidement. Je n’ai pas pu vivre la mienne, mais je l’ai vécu au travers des yeux de Maddie et j’espère encore avoir été à la hauteur. D’avoir été une mère présente et compréhensive.

Instinctivement, je pose ma main sur la sienne que j’ai réussi à trouver dans le noir. Ce contact bref, mais agréable, me trouble légèrement. Je ne comprends pas ce qui m’a poussé à le faire et j’y mets fin rapidement.

Il me fait rire à nouveau, je ne sais pas si je le trouble ou si c’est juste parce qu’il ne se sent pas à l’aise. Mais, je trouve ça mignon, ça me donne envie d’en savoir plus sur cet homme. J’écoute et rougis à son compliment, je n’ai pas l’impression d’avoir tant de mérite. Je refusais simplement de ne pas connaître cet enfant qui grandissait en moi. Si j’avais écouté mes parents, je n’aurais pas eu le bonheur de connaître Maddie, elle aurait grandi dans une autre famille loin de moi. Sans moi. Cette idée me fait encore mal aujourd’hui, même après vingt ans. On oublie pas une telle détresse, jamais, elle reste gravée en nous et j’ai de la peine pour Théo, qui aurait pu ne jamais rencontrer sa fille, qui aurait pu ne pas faire partie de sa vie. « Si tu avais su, ça aurait été différent ? » C’est une question comme une autre et je veux qu’il se sente à l’aise d’y répondre, je ne suis pas là pour le juger. Je veux simplement voir si son histoire aurait pu être différente. Quand j’ai annoncé à mon copain de l’époque, il s’est enfui sans demander son reste. « Je suis certaine que tu as fait au mieux avec ce que tu avais. Tu sais, ça prend beaucoup de courage aussi pour prendre sa place dans la vie de ta fille après tant d’années. Je trouve ça tout aussi admirable. Peu d’hommes en auraient fait autant ! Ta fille a eu de la chance. »  

Puis je secoue la tête en riant. Bon, nous ne sommes pas là non plus pour faire un concours, je pense qu’on comprend que les deux nous n’avons pas l’habitude des rencontres. « Laissons nous la soirée pour juger sinon à l'envie de fuir ou non, tu en penses quoi ? » Il change de sujet, parlant de son lapin et je ne peux m’empêcher de rire cette fois franchement. J’adore le nom de son lapin, c’est drôle et c’est vrai que ça lui va bien. Je n’ai jamais eu d’animal domestique, je ne sais donc pas ce que ça peut amener dans une vie. « Est-ce qu’il ressemble au lapin nesquik ? Chez moi, il n’y a pas d’animaux, ma fille n’aime que les mammifères et je suis allergique au chats. Par contre, il y a toujours de la musique à la maison. Comme ça on n'est jamais seules. » Je me mord la lèvre, je ne sais pas comment continuer la conversation. Je n’ai pas envie que ce soit simplement un interrogatoire sur ce qu’on fait, qui on est etc ! « On dirait que je ne sais pas quoi dire ! Je ne sais pas si c’est être dans le noir qui me rend comme ça, mais je trouve étrange de parler à quelqu’un que je ne vois pas, comme si on est au téléphone. Alors qu’est ce que tu recherche chez une femme lorsque tu souhaite en rencontrer une ? » Le faire parler, je ne veux pas de silence..:
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyVen 17 Fév 2023 - 23:52

Oui, évidemment. Je n’ai que peu de souvenirs de mon père, je n’aurais jamais reproduis ça. “ Son regard dévia dans le vide, la spontanéité néanmoins douce de sa réponse l’avait surpris lui-même. Ce n’était pas quelque chose de naturel pour Teddy que d’évoquer son père, de ce qu'avait engendré sa disparition, le manque que cela a pu causer dans son enfance, dans sa construction émotionnelle et de l'homme qu'il était devenu. Les mots s’étaient échappés sans y réfléchir, il n’avait jamais été confortable comme il venait d'en faire preuve avec cette vérité, ce vide jamais comblé. Ses frères ainés avaient bien plus de souvenirs de leur père, ils le vénéraient presque alors que lui, n’avait que des bribes floues, parfois mêlé à des récits de ces frères qui avaient altéré le peu qu'il possédait dans sa mémoire à ce sujet…

Cette voix douce qui lui faisait face exprima des propos réconfortants concernant sa paternité rattrapée tant bien que mal. “ Merci de le penser. “ C’était un peu étrange, que ce que pense une rencontre sans visage puisse compter à ses yeux. C’était peut-être parce qu’elle n’avait aucun a priori sur lui, c’était si libérateur. C'était comme s'ils étaient obligés d'être sincères, pas de fourberie, de manipulation, de masque, d'illusion...

Le brun riait également lorsqu’elle suggéra qu’ils passent cette soirée avant de prendre la fuite, cela lui semblait être un accord tout à fait acceptable. “ Deal. “ Répondit-il avec une pointe d’amusement. Il avait enfin l’impression de renouer avec sa personnalité, ne plus être ce type au corps brisé qui se relevait avec toutes les difficultés du monde. Contre toute attente, il trouvait ce rendez-vous agréable. Bien sûr, il était d'une maladresse inégalée, mais elle ne semblait pas trouver cela tout à fait affligeant.

“ Pas vraiment, c’est un lapin blanc… Il travaillait avec un magicien, il n’en voulait plus et j’ai pensé que ma fille en serait enchantée. Sa retraite est plutôt paisible chez nous. “ Theo n’avait jamais travaillé avec les animaux, il ne les avait jamais considéré comme des accessoires. “ La musique est d’une très bonne compagnie. “ Ajoutait-il sincère, touché même, par cette sensibilité musicale. Lui-même adorait la musique, de tous genre, il était très curieux de cet art qu’il pratiquait avec parcimonie et humilité.

L’illusionniste songeait quelques instants à la musique, il ne remarqua pas un bref silence qui pesa sur Lee. Malgré sa vie particulièrement animé, scénique même, Theodore appréciait le calme à l’occasion, il aimait se perdre dans ses pensées. Parfois, il pouvait se retrancher dans les méandres de son esprit pendant des heures, résoudre des futilités ou imaginer, concevoir des mondes… Il perdit son sourire rêveur lorsqu’elle s’empressa de remplir le silence, il percevait pour la première fois une gêne importante et il s'en voulu brièvement.

Son sourire revint à la vie lorsqu’elle posa cette question digne des réseaux sociaux, car c’était tellement charmant. “ Oui c’est une situation étrange, je pourrais t’imaginer de tant de manières. Au contact de ta main, je te devine plutôt mince et peut-être même… Pas très grande ? C’est maigre comme indice. J’apprécie l’expérience, nos vies sont assez superficielles en temps normal, quand on y réfléchi.” Il comprenait qu’elle soit rassurée lorsqu’il parle, alors il se promit de tâcher de faire de son mieux, de parler, de s’ouvrir, ce n’était pas le plus naturel pour lui, mais il avait de l'intérêt à persévérer.  “ Je ne me suis jamais vraiment penché sur une liste de critères. Pour tout t’avouer, ces derniers temps je n’avais pas le sentiment de pouvoir figurer dans les critères de qui que ce soit. “ Oh, c’est vrai…. Il devait cesser de plomber l’ambiance ! Si Jenny l’entendait parler ainsi, elle râlerait c’est certain. Il sourit à cette pensée. “ Euh… Oui... Tu dois te faire une petite idée de mon niveau carrément faible en séduction. “ Il rit à nouveau, retrouvant une certaine légèreté bien qu'il poursuivait dans sa maladresse... “ Mais, ok ! Je me prête à l’exercice, après tout, c’est une soirée un peu spéciale ? “ Là, il aurait bien besoin d’une gorgée ou deux de champagne, mais il fera sans… Il exhala un bref soupire, relayant une remontée de nervosité, mais était également une manière de se donner du courage pour faire ce qu'il faisait si rarement : s'exprimer. “ Alors, qu’est-ce que je recherche ? “ Se questionnait-il à voix haute, se fichant d’un instant du ridicule, au point où il en était ! “ Une femme avec, certainement, une bonne dose de patience et… Je ne sais pas… Une personne curieuse ? Et bien que réaliste, si rêver éveillée ne lui fait pas peur, ce serait vraiment plaisant. “ Ça se précisait, en y réfléchissant. Il y a quelques années, il aurait sans doute dit que la femme dont il rêvait était magnifique, élégante et si possible jeune. Devenir père l’avait tant fait grandir, même s’il craignait qu’il soit trop tard pour rattraper l'intégralité de son manque de maturité affective. Il secoua doucement la tête avant de se pencher vers la table pour s’y accouder “ Et toi ? Eh... Tu te doutais bien que j'allais te poser la question en retour ? “ Nulle raison pour qu’il soit le seul à souffrir ce soir !
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyDim 19 Fév 2023 - 16:50

Je n’ai que peu de souvenirs de mon père… Cette petite phrase vient me donner un petit coup dans le coeur, je sais qu’il ne l’a pas dite dans ce sens. Par contre elle me rappelle Maddie qui me demandait à quoi pouvait ressembler son père, son regard si semblable au sien poser sur moi dans l’espoir d’en apprendre un peu plus sur celui qui aurait dû être là pour elle. Je sais que les deux parents sont importants dans la vie d’un enfant et j’aurais aimé que ma fille puisse connaître son père, mais il y a si longtemps que je n’ai plus eu de ses nouvelles que je ne saurais comment le contacter. Puis, ce n’est pas tous les parents qui ont du mérite non plus, les miens m’ont lâchement abandonné quand j’avais le plus besoin, ils n’ont pas compris qu’il était impossible pour moi de me séparer de mon bébé, de la laisser à de parfait étranger sans aucune chance de pouvoir la voir grandir.

Juste sa manière de parler me faire croire qu’il n’aurait pas fait ça, qu’il aurait été présent lui pour sa fille et de voir qu’il a eu le courage de retourner vers elle, alors qu’il ne l’avait jamais connu, pour ne pas qu’elle soit seule après la mort de sa mère. Ça ne fait que prouver que son coeur est bon. “Les actions parlent plus que les paroles tu sais, je ne le pense pas, je le sais c’est tout. ” J’ai beau ne pas le connaître, il a grandement gagné des points sans avoir eu besoin de dire grand chose. De plus, c’est assez difficile de jouer un personnage alors que nous ne pouvons rien voir. La vérité est encore plus palpable dans le noir il faut croire.

Nous prenons entente de passer la soirée ensemble et de voir ce que ça donnera avant de penser qu’on a tout pour faire fuir l’autre. Il semblerait que l’un et l’autre nous n’avons pas grande foi en notre capacité de plaire à quelqu’un. En fait, normalement c’est mon physique qui fait le gros du travail, mais le physique ne fait pas tout. Je prends peur dès qu’on veut aller plus loin ou dès que ça doit devenir sérieux avec quelqu’un. Mais, pour ma défense, je n’ai jamais cherché à en savoir bien plus sur l’autre personne devant moi non plus. Ce soir, c’est tout le contraire qui se passe.

Tu as pu faire deux heureux en offrant une vie paisible à ce lapin. C’est une belle histoire et ta fille je suis certaine que ça lui a fait du bien d’avoir un animal de qui s’occuper. ” Mon allergie m’en empêchait de prime abord, mais je n’aurais pas pu offrir le toit pour un animal, nous n’avions aucune stabilité avant d’arriver dans cette ville. Pour nous, c’est la musique qui nous accompagne dans chaque petit moment de la vie. “Chaque petit ou grand moment de la vie mérite une musique ! ” J’ajoute avant de baisser la tête, c’est ma plus fidèle amie.

Les silences m’ont toujours mis mal à l’aise et c’est quelque chose que j’ai du mal à supporter parce que c’est dans ces moments que je me sens le plus seule. La solitude, je n’ai pas envie de finir seule, pas envie que le silence m’envahisse non plus. “Je crois qu’on est pas censé non plus se décrire, mais c’est vrai qu’on a très peu d'indices sur l’autre. Ta fille semble avoir eu un aperçu de mon apparence, mais il te faudra attendre la fin de la soirée pour me voir. C’est vrai par contre que nous sommes superficiels, nous contentant de juger selon le physique de quelqu’un.” Mais, si nous n’avons pas le droit de demander plus d’informations concernant l’apparence de l’autre, rien ne nous empêche de poser des questions sur ce que l’autre personne recherche, qui sait peut-être que nous ne sommes pas compatibles. Tout comme le contraire est également possible. Sa réponse m’intrigue, qu’est-ce qu’il peut lui être arrivé pour qu’il pense ne pas pouvoir plaire ? Depuis qu’il est dans l’igloo j’ai l’impression d’avoir devant moi un mec charmant et sensible, quelqu’un qui mérite qu’on s’attarde à lui, “J’ai bien du mal à te croire, pas avec ce que je sais depuis le début de la soirée. Puis tu ne sais jamais ce qui peut charmer autrui, ne te sous-estime pas ! ” Puis j’écoute ce qu’il recherche chez une femme, j’hoche la tête sans dire si je suis ou non ce genre de personne. Je laisse mijoter l’information et ris quand il me retourne la question. “Évidemment, mais c’est normal.” Je reprends la coupe de champagne que j’ai posée non loin de moi et je réfléchis un instant pour savoir quelle serait la meilleure réponse, quoi qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. “La patience aussi est quelque chose que je recherche, je cherche aussi quelqu’un qui ne cherche pas à rabaisser l’autre ou ralentir sa progression. Je veux quelqu’un qui saura grandir et apprendre avec moi. Je veux quelqu’un qui pourra me faire rire et qui saura m’écouter ou respecter mon silence. Je ne veux pas quelqu’un qui me pousse à avancer, mais qui comprenne mon rythme… ” La gorge me serre, ça me fait peur les relations, j’ai pas envie de dépendre de quelqu’un pour être heureuse, j’ai été forte si longtemps, je veux quelqu’un qui puisse comprendre que je suis faible aussi par moment. “Désolé, je ne voulais pas plomber l’ambiance. Faut savoir que j’ai beaucoup de mal à accorder ma confiance à quelqu’un. Quand on a été brisé on a du mal à croire ensuite au bonheur…
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyMar 21 Fév 2023 - 23:00

Elle le savait, qu’elle disait. C’était étrange comme sensation, ce réconfort qu’elle lui apportait alors qu’il ignorait qu’il en avait besoin. Theo avait souvent le sentiment d’être un mauvais père. Il supposait que tous les parents éprouvent ce sentiment tôt ou tard, mais il lui semblait que dans son cas, cela s’appliquait terriblement. Il s’en voulait, de son absence, même s’il n’avait rien pu y faire. Il s’en voulait parfois d'être malgré tout heureux d’avoir eut la vie qu’il avait pu avoir en étant célibataire et sans enfants. Son existence aurait été radicalement différente avec Jenny, il ne serait pas le même homme, il n’aurait pas réalisé bon nombre de ses rêves… Mais à quel prix avait-il eut tout cela ? Il ne saura jamais s’il a été perdant dans cette histoire, et il s’en voulait de se le demander.

Aujourd’hui, il se battait pour être un bon père, pour avoir sa place dans la vie de son enfant déjà bien trop grande. Mais depuis son agression, ce défi était plus grand, plus douloureux aussi. Bien qu’il avait sa famille, bien qu’il soit célèbre et soutenu par une communauté qui était derrière lui depuis des années… Il se sentait seul. Cette solitude, il ne l’avait jamais ressentie par le passé… Jenny l’avait sens doute ressenti, puisqu’elle l’avait conduit ici, elle voulait qu’il soit épanoui, qu’il ne se mette pas d’injustes limites, lui qui avait toujours vu dans la grandeur, dans le démesuré.

“ Je serais patient et je vais essayer de m’en tenir aux règles, même si c’était très mal parti au début. “ Il y avait un léger sourire dans sa voix et une grimace assez adorable sur son visage. Theodore se demandait néanmoins s’il ne lui devait pas le détail de sa condition physique, pour qu’elle ne soit pas trop déçue lorsqu’il leur sera possible de se découvrir. Il devra sans doute se justifier, il redoutait ce moment pour tout avouer. D’autant plus que Jenny avait affirmait que son interlocutrice était très belle, c’était d’ailleurs ce que Lee affirmait à demi-mot. Il s’étonnait qu’elle ne lui demande pas pourquoi sa fille l’avait accompagné à l’intérieur de l’igloo, mais ça lui permettait de ne pas devoir évoquer son véhicule. Le brun savait qu’il n’était pas une gravure de mode, il était mince, assez banal. Ce qui le sauvait était son charisme, mais il considérait ne plus avoir un quelconque charme au fond de ce fauteuil roulant. “ Tu devras patienter aussi… Hm… Je ne suis pas monstrueux non plus, je te rassure, mais je n’en dirai pas plus ! “ Il lâche un léger rire, un soupçon nerveux. Il ne savait pas ce qui serait le pire pour elle, mais si elle était encore là, dans une expérience où le physique est absent, il pouvait espérer qu’elle ne prendrait pas la fuite au moment de la révélation. Car curieusement, il n’avait pas envie qu’elle s’en aille.

Le magicien écoutait avec attention ce qu’elle cherchait chez un homme, elle semblait fragile tout à coup, il aurait aimé la rassurer, mais il se sentait un peu dépassé. Lorsqu’elle s’excusa, il secoua négativement la tête, bien que ce geste soit inutile. “ Ne sois pas désolée, il est normal de ne pas vouloir souffrir à nouveau et c’est difficile d’être trahi. Puis à nos âges, l’on ne peut pas espérer rencontrer quelqu’un qui n’a pas du vécu… “ Qui a trente ans passé n’a pas de casseroles à trainer derrière ? Personne, absolument personne. Ils ne sortent plus de l’adolescence, comme leurs enfants. “ Et je n’espère rien de tel… Je crois que j’aime assez les personnes complexes, ça m’autorise à l’être également. “ C’était un euphémisme de dire qu’il était compliqué et pourtant, il s’était bien arrangé en si peu de temps. Il apprenait chaque jour un peu plus sur l’amour, sur l’expression des sentiments. “ J’aime ton honnêteté, Lee. Même si cette soirée la force peut-être, mais… Je suis quelqu’un d’assez peu entrainé à parler de ma vie et tu as su me mettre à l’aise très rapidement. “ C’est le problème lorsque l’on est médiatisé, tout le monde connait tout de vous, le vrai comme le faux et il n’y a souvent plus grand-chose à se dire… Il eut un sourire à cette pensée. “ En général j’occupe la conversation avec un tour de magie, ça parait ringard dis comme ça, mais c’est pas si mal, je te l’assure. “ Il cherchait une touche de légèreté à leurs échanges, pour qu’elle ne soit pas trop peinée par la lourdeur des leurs propos, même si cela pouvait faire du bien de parler librement, il aimait curieusement cela, mais il ne souhaitait pas qu’elle se sente acculée. “ Un talent particulier te concernant ? “ C’est qu’il s’amusait véritablement à la découvrir, ce sera sans doute difficile pour lui de quitter cet endroit dans le sourire.
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyMer 22 Fév 2023 - 18:54

Un petit rire s’échappe de tes lèvres. C’est vrai que c’est difficile de s’en tenir aux règles et ne pas essayer d’en savoir un peu plus sur le physique de la personne avec qui l'on parle. C’est dans ce genre de moment qu’on se rend compte comment on peut juger les gens. Comment d’un simple coup d’œil on peut choisir de ne pas aimer une personne ou au contraire de l’apprécier. Tout le monde dit que c’est ce qui a à l’intérieur qui compte et non le physique, comme on dit de ne pas juger un livre par sa couverture. Finalement, je ne regrette pas d’être venue, moi qui avais si peur. Je crois que je n’aurais pas pu tomber sur meilleur partenaire d’igloos ! « Ta fille m’a surprise également, mais c’est elle qui m’a vu, pas toi tu n’as donc pas enfreint les règles ! » C’est quand même curieux de venir avec sa fille ici, je n’ai pas parlé encore à Maddie de ma soirée de prévue ici. Je me demande ce qu’elle peut bien faire en cette soirée de St-Valentin…. La patience, je crois que c’est le mot de la soirée, nous n’avons d’autre choix que d’attendre avant de rencontrer le regard de notre partenaire de soirée. « Je n’ai pas encore vu l’homme, mais je peux dire que j’aime ce que j’entends, tu as une très belle voix ! » elle a une énergie que j’aime beaucoup, cette gêne aussi qui s’entend qui le rend plus attendrissant encore !

Il est si compréhensif, comment quelqu’un qu’on ne connaît pas peut accepter une réalité qui semble si difficile à accepter par nos proches. Étrange aussi qu’il m’accepte comme ça, alors que ma famille n’a même pas su me rendre les bras quand j’en avais le plus besoin. Ce détail me trouble plus que de raison. « Tu as sans doute raison, je n’avais pas pensé à ça, pourtant je n’ai pas l’impression que c’est tout le monde qui le comprends. » Je prends un temps de silence et il me fait sourire à nouveau. C’est vrai, se montrer sous son vrai jour, avec nos faiblesses ou les complexités, permet à l’autre d’être ce qu’il est réellement ! « Je n’avais jamais vu ça comme ça ! Alors tu m'obliges à regarder les autres d’un œil nouveau maintenant ! » je pose mes coudes sur la table et appuie mon menton dans mes main, le regard en direction de la voix de l’homme. « Je suis contente de l’entendre, je parle rarement de ma vie également. Je crois que tu as su me mettre à l’aise par ta franchise et j’ai trouvé très mignon ta gêne du début. Cette soirée me plait bien finalement ! »

Mais c’est vrai que parfois c’est difficile de savoir ce qu’on peut dire ou non, comment aborder certains sujets. Il me surprend en parlant de magie. C’est quelque chose qu'on ne voit pas régulièrement. « Il faudra me montrer lorsque nous pourrons voir ! Tu attises ma curiosité ! J’ai toujours voulu voir un spectacle de magie. » Moi ? Un talent particulier ? celui de disparaître peut-être? C’est ce que je fais de mieux depuis que j’ai mis ma fille au monde. Partir pour ne plus jamais revenir, sans même un regard en arrière. Je mordille ma lèvre. « Je n’ai aucune idée ! Je ne saurais dire, mais en tant que serveuse j’ai un équilibre à tout épreuve et je peux empiler plusieurs assiettes qu’elles soient vide ou remplie et les amener d’un bout à l’autre d’un restaurant ! Dis moi que ça compte ! » Je ris, c’est un peu un talent inutile, mais après plusieurs années à travailler comme serveuse, je suis rendue assez douée ! « Dis-moi, si l’enfant que tu étais te voyais aujourd’hui, est-ce qu’il serait fier de ce que tu es devenu ? »
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyJeu 23 Fév 2023 - 15:58


Jenny avait pu apercevoir la jeune femme, il supposait qu’elle avait bénéficié d’un éclairage pour aider le passage du fauteuil roulant, c’est que déjà sans ce fauteuil, il est compliqué de se laisser guider, mais en fauteuil… Mieux valait ne pas tenter l’expérience. Si Theodore s’était laissé convaincre par l’idée d’une rencontre à l’aveugle, il redoutait l’instant où elle le verrait. Difficile de savoir si elle le reconnaitrait ou si la notion de handicap la ferait fuir. À y réfléchir et pour être parfaitement honnête, s’il était à sa place il aurait été probablement déçu de découvrir quelqu’un en chaise roulante. Quand il pensait qu’il était le parrain d’une association de divertissement pour les personnes hospitalisées, il se rendait compte à quel point il était affreusement superficiel. Comment pourrait-il le reprocher aux autres ? Mais il se promis d’évoluer sur ce point, oui, parfois les malheurs n’arrivent pas par hasard.

Ses joues rosirent bêtement lorsqu’elle complimenta sa voix. Il avait toujours été un grand orateur, il n’avait pas spécialement de coffre, mais il avait toujours une manière plutôt rythmée de parler, il articulait très bien et avait un léger grain éraillé qui accrochait les oreilles. L’idéal pour faire de la scène. “ Merci, tu as également une voix agréable à écouter. “ Elle semblait sûre d’elle, elle s’exprimait bien et cette onde calme qui émanait d’elle était des plus appréciable.

Ils parlèrent un peu plus sérieusement, évoquant ce qu’ils aimeraient trouver chez un potentiel partenaire. “ Cette rencontre aura le mérite de nous faire changer notre vision des choses sur certains sujets. “ Lui devait surtout changer de regard sur lui-même. Il avoua ne pas avoir l’habitude de parler à lui, il était curieusement rassuré qu’elle n’était pas plus rodée à cet exercice. Il eut un sourire un peu niais qu’il ne se serait sans doute pas permis en pleine lumière. “ Cette soirée me plait aussi. “ Il passait un très bon moment, il n’aurait pas pu imaginer cela avant de la rencontrer, même si c’était une condition exceptionnelle, Theodore allait peut-être se mettre moins de limites.

Avec plaisir, je te ferai une petite démonstration. “ En espérant qu’il ne la fera pas disparaitre en un claquement de doigt. C’était un peu la facilité pour lui que de charmer avec la magie, c’était bien souvent la clé de son succès et son arme pour justement ne pas avoir à parler de lui. Il rit faiblement, amusé en prenant connaissance du talent particulier de Lee. “ Ça compte ! Je valide ce talent fort pratique au final ! “ Lui aussi était très doué en équilibre, enfin… Désormais qu’il avait du mal à faire deux pas, il ne pouvait qu’approuver. Curieusement, il n’était pas dérangé qu’elle soit serveuse, cela l’aurait peut-être fait tiquer il y a quelques années. Plutôt fortuné, il s’était toujours méfié des personnes d’un autre niveau social, par crainte d’être manipulé ou abusé, ou apprécié pour de mauvaises raisons. Bowen lui avait ouvert les yeux, il apprenait chaque jour un peu plus à devenir un meilleur humain.

J’aime beaucoup cette question… “ Commentait-il, pas pour gagner du temps, parce qu’il n’avait pas vraiment d’hésitation dans sa réponse. “ Je pense que oui, j’ai beaucoup voyagé, je suis parti de rien pour construire cette vie, seul. Il serait assez fier parce qu’il ne doutait pas qu’il en serait capable. C’est un peu bizarre de parler de soi-même à la troisième personne. “ Il lâche un nouveau rire en balançant la tête, un poil exaspéré par sa propre maladresse. L’enfant qu’il fut serait-il fier ? Oui. “ Il serait surpris aussi. Surpris que je sois revenu à Bowen quinze ans plus tard, que je sois devenu plutôt famille et que je sois bien plus humble. Il serait très étonné de savoir que désormais, je rêve d’une vie assez paisible, sans être ennuyante pour autant ! “ Il découvrait seulement une manière différente de vivre, d’aimer la vie. Theodore soupire légèrement en pensant à tout ce qu’il était, c’était comme s’il se découvrait enfin en tant que personne, en tant que Theodore et non plus ce Teddy Kelly qu’il avait construit de toutes pièces. “ J’étais le genre de gamin beaucoup trop sûr de lui, exigeant… Synonyme de capricieux. “ Il rit. “ J’étais le premier de ma classe, je m’ennuyais beaucoup alors j’inventais de tas de machines inutiles et franchement, j’ai fait pas mal de bêtises pour faire mon intéressant. J’étais difficilement supportable quand on y pense ! Et toi ? Quel genre d’enfant étais-tu ? “ Il était bien curieux de le découvrir, même si cela pouvait ne rien dire sur la personne qu’elle était aujourd’hui, un peu comme lui, bien qu’il avait toujours une âme d’enfant.
Leewana M. Reynolds
Leewana M. Reynolds
bowenien
MESSAGE : 330
ICI DEPUIS : 03/02/2023
COMPTES : Beckham, Lewis, Detlev
CRÉDITS : soeurdelune

STATUT : Nos cœurs se sont reconnus avant même qu’on puisse se voir. Tu sais me faire rêver alors que je refusais d’y croire !
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptySam 25 Fév 2023 - 19:43

Cette soirée est un échappatoire, elle me permet d’oublier mes soucis, d’oublier mes peurs et de profiter avec un parfait inconnu. Pour un moment, je me permet d’être fragile, de ne pas penser à ce qui adviendra plus tard. J’aimerais parfois pouvoir redevenir cette adolescente qui n’avait peur de rien, innocente et naïve. Moins désemparée qu’au début de la soirée, je profite pleinement du moment, me laissant porter par cette expérience qui me sors de ma zone de confort, ici je ne peux rien contrôler. Je me permets d’être moi, celle que j’étais avant. Il y a clairement une connexion qui se passe, en fait, j’espère que je ne suis pas la seule à ressentir ça, je me trouverais tellement ridicule sinon. Cet homme arrive à me faire du bien simplement avec des mots. Je sens une chaleur monter à mes joues quand il me retourne le compliment. En ce moment, je n’ai pas envie que ce moment s’arrête, en ce moment je profite simplement de ce qui m’est offert, ça m’appartient.

J’ai l’impression d’apprendre tellement de choses de cette expérience, je ne sais même pas combien de temps s’est écoulé depuis que nous avons commencé à parler. Je crois qu’il faudra effectivement que je change ma manière d’aborder n’importe quelle relation. Donner une chance en quelque sorte. ” Arrêtez de juger par l’apparence, arrêtez de croire que ce que l’on voit et poussez plus loin avant de me faire une idée sur une personne. Cette fois cependant, je ne peux retenir un gloussement, je ne me souviens pas la dernière fois que j’ai gloussé involontairement. Mes joues sont chaudes et je ne sais pas comment me placer sur ma chaise. Heureusement qu’il ne peut pas me voir. “Merci !” Que je chuchote doucement.

Il me fera plaisir de voir ça ! J’ai des attentes maintenant, j’espère que tu n’as pas trop la pression.” Son talent est quand même beaucoup plus impressionnant que le mien. Je ne suis qu’une serveuse, mais je n’ai jamais pu faire d’études et c’était le boulot avec lequel j’avais le mieux réussi à orchestrer ma vie de famille. C’était un boulot qui ne demandait pas d’études et qui permettait de faire un bon salaire si on offrait un bon service. Même si parfois, justement être au service des autres peut nous faire passer pour une moins que rien. De ressentir le jugements des autres quand ils nous regardent de haut. J’aurais aimé avoir un talent, gagner ma vie peut-être avec celui-ci. La vie en avait décidé autrement pour moi. “Il est seulement pratique, mais pas impressionnant ! ” Parfois, je vis mal avec le fait de ne pas avoir pu faire grand chose, puis je regarde ma fille et je sais que rien ne peut valoir ce que j’ai fait avec elle. Elle est ce que j’ai réussi de mieux, je crois que maman était le meilleur talent que j’avais après tout.

Je décide de poser une question pour en apprendre plus sur lui, sans contrevenir aux règles de l’igloo. Je suis contente que ma question lui plaise et en même temps elle permet de ne pas faire s’installer un silence qui pourrait être gênant. Je l’écoute attentivement, essayant d’imaginer le petit garçon qu’il était. Je ris quand je l’entends rire et j’aime beaucoup la réponse sincère qu’il me sert. Puis c’est vrai, quand on est gamin, on s’imagine qu’une vie paisible c’est ennuyant, on veut de l’action, on veut de grande chose qui ne sont au final qu’éphémère. “Tu étais donc celui qu’on remarquait dans une classe j’imagine ? Le petit turbulent ? Je suis certaine que ça pouvait t’apporter un certain charme. ” Je ris également en essayant de voir comment je pourrais me décrire enfant. “Il faut savoir que j’ai grandi dans une famille très catholique, avec des parents très à cheval sur les règles. J’ai une grande soeur qui a à peine un an de plus que moi. Je crois qu’on appelle ça Irish twin, j’étais donc très près d’elle. Nous faisions tout ensemble, même si pour beaucoup nous étions très sages. J’ai toujours voulu plaire à mes parents, les rendre fiers, il n’y avait rien qui comptait plus pour moi. Je voulais aussi devenir avocate ou médecin, faire un métier que mes parents auraient approuvé. Parfois, j’aimerais parler à ma version miniature, pour lui dire que ça n’en valait pas le coup de faire autant d’efforts. Au final, j’aurais aimé pouvoir profiter un peu plus de ces années. J’étais studieuse, je réussissais bien à l’école et je rêvassais beaucoup. Imaginant un avenir tout rose et rempli de succès. ” Je me tais, ne sachant que dire de plus, il n’y a pas grand chose de plus à ajouter, j’ai tellement eu de déceptions et de désillusions quand je me suis rendu compte que mes parents se foutaient bien de mes rêves, que tout ce qui importait c’était l’image et qu’on m’a jeter à la porte en me foutant dans un centre de fille-mère. “Je n’ai pas l’habitude de parler autant de moi, mais ça me fait du bien curieusement. Tu sais, j’avais quatorze ans quand je me suis rendu compte que la vie n’était pas celle que mes parents m’avaient décrites. Quand j’ai rencontré… en fait quand je me suis aperçu qu’il y avait autre chose, que l’on pouvait s’amuser aussi et ne pas simplement penser aux études. Tu te souviens du moment qui à changé ta vie et tes ambitions ?” Est-ce récent, ou est-ce arrivé lors de son adolescence ?
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) EmptyDim 26 Fév 2023 - 10:13

Comment se pouvait-il que le charme opère alors qu’ils ne pouvaient se voir ? Il l’ignorait, mais à l’entendre rire, glousser même de manière un peu immature lorsqu’il avoua passer un très bon moment en sa compagnie, il était curieusement conquit. L’on ne parlait pas de tomber amoureux en un claquement de doigts, ce serait trop facile et absolument du genre de Theodore, mais il se laissait clairement séduire… À l’aveugle.

Et ce fut son tour de rire légèrement lorsqu’elle lui demande si l’idée de lui faire une démonstration de magie lui mettait pas trop la pression. Ah, si elle savait… Il se rendait compte qu’il avait beaucoup parlé de magie, et qu’il prenait le risque qu’elle finisse par comprendre si elle le connaissait, ce qui était souvent le cas quand l’on a des enfants. Néanmoins, cela lui semblait compliqué de parler de lui sans évoquer son travail qui a été absolument tout pour lui ses quinze dernières années. “ Je suis encore plus doué sous pression. “  C’était véridique, bien qu’il savait qu’il était moins habille de ses mains que par le passé, par chance ses doigts n’avaient pas été brisés cette nuit-là et mis à part une épaule démise, les coups s’étaient concentré sur son abdomen et ses membres inférieurs. L’endommagement de son thorax avait manqué de lui dérober sa vie, son dernier souffle expiré par des poumons gorgés de sang… Sa colonne vertébrale avait également morflé, mais une légère opération avait permet de renforcer la stabilité de celle-ci, quant aux troubles neurologiques lui imposant des spasmes, à priori personne ne savait encore d’où cela provenait, ce qui avait le don de l’agacer. Car effectivement, des spasmes en plein tour de magie auraient le mérite d’indéniablement tout gâcher… “ Ton équilibre pourrait être exploité pour quelque chose de plus impressionnant… “ Bien sûr, il pensait aux métiers du cirque, aux équilibristes, à la beauté des exploits des funambules urbains…

Oui, j’étais cet enfant-là. Hm, c’est vrai que j’avais du succès avec les filles, quand je ne leur tirait pas les couettes. “ Il rit avec elle, il savait qu’il n’avait pas été un enfant facile, il avait perdu son père jeune et s’était beaucoup défouler à l’école et dans la créativité, même s’il ne l’expliquera jamais de cette manière. Le brun écoutait la description succincte de l’enfance de Lee, il ressentit une certaine compassion, comme s’il trouvait que contrairement à lui, elle était passée à côté de son enfance. Bien qu’il sache être un véritable meneur, un chef d’entreprise redoutablement organisé, il avait toujours eux une âme d’enfant. C’était d’ailleurs avec son employé Riley - accro aux réseaux sociaux - qu’il réalisait des reels instagram très humoristique concernant son fauteuil roulant*, tels des éternels enfants. Ça l’aidait en quelque sorte, à prendre son handicap avec humour.

Il pris quelques secondes pour réfléchir à sa réponse, s’ils pouvaient se voir, sans doute l’aurait-il imité, il aurait prit sa main comme un peu plus tôt, pour tenter de lui apporter un peu de réconfort. “ Je crois qu’il n’y a pas eu un moment en particulier… “ Est-ce qu’il se mentait, voulait se donner l’illusion d’avoir tout contrôler dans sa vie ? Allé, un effort. “ Je pense qu’il y en a eu plusieurs. “ Il se redresse un peu, pour se redonner de la contenance, à lui-même, puisqu’elle ne pouvait voir sa posture. “ J’avais sept ans quand mon père est mort, je n’ai que peu de souvenirs de lui, mais je me souviens de la tristesse de ma famille. J’ai deux frère ainés, l’un a mal tourné et l’autre s’est cru obligé de remplir le rôle de père. Je me suis… Rendu compte si jeune que le chagrin n’apporte rien de bon. “ Il le tirait de là, son optimisme de fer, son refus de pleurer tout simplement. C’était étrange d’en parler, même s’il avait dû se confier de gré oui, mais aussi un peu de force à sa thérapeute, ça l’avait peut-être… Débloqué ? Il n’aimait pas vraiment cette idée. “ Ça m’a poussé à être heureux, quoi qu’il arrive. J’ai toujours gardé mon âme d’enfant, un peu trop même. Puis il y a eut la nouvelle que j’étais père et là, j’ai senti que je devais avoir un peu plus les pieds sur terre. Et surtout… Je me suis mis à l’aimer, avant même de la voir, j’l’aimais tellement, j’avais jamais ressenti ça avant. “ Il savait qu’elle comprendrait de quel amour spécifique il évoquait, un amour particulièrement viscéral.

Theo marqua une courte pause avant d’ajouter “ Quant au troisième événement, il est un peu trop récent pour que je me rende compte de ce que ça va réellement changer dans ma vie. “ Sa voix s'était un peu plus éraillée, trahissant une émotion plus forte que prévue. Il ne réalisait pas encore à quoi sa vie allait désormais ressembler. “ Hm, je connais certaines personnes qui tueraient pour que je leur parle de tout ça et toi… Tu arrives à m’y mener, naturellement. C’est vraiment étrange, pas déplaisant rassure-toi… Ça me trouble un peu, c’est tout. “ Il jouait la carte de l’honnêteté jusqu’au bout. Plus le temps passait, plus il se sentait curieusement safe de parler, mais quand les lumières s’allumeront ? L’inquiétude était toujours présente malgré tout, mais il n’avait pas été sur ses gardes comme d’ordinaire, pas le moins du monde même. “ Je… J’voulais juste te dire que ce n’est jamais trop tard pour apprendre à s’amuser. On est jamais trop vieux pour ça. “ Il en était la preuve vivante.


* Exemple de videos que Theodore réalise, j’avoue que j’adore ce type xD
https://www.instagram.com/reel/ClgxoY9IclY/
https://www.instagram.com/reel/CmhJu-hhkZP/
https://www.instagram.com/reel/Cl6htJyD0JG/

Hj : si je ne t’ai pas donné assez de matière à répondre hésite pas à m’envoyer un mp, j'ai pas l'impression de t'avoir donné full de contenu mais comme j'ai écris beaucoup en quantité je me suis arrêté :14: mais n'hésite pas surtout !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: hymne à l'amour - (igloo #4)   hymne à l'amour - (igloo #4) Empty

 
hymne à l'amour - (igloo #4)
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» my heart will go on - (igloo #2)
» stairway to heaven - (igloo #7)
» I wanna be yours - (igloo #9)
» still loving you - (igloo #1)
» can't help falling in love - (igloo #5)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: