AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

 

 Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyLun 26 Juin 2023 - 17:08

Il était tard mais encore trop tôt pour qualifier cette soirée, de soirée inoubliable. Maxine, elle finissait son énième verre de gin tonic, alors qu’elle dansait au milieu de la foule. Le Hendrix organisait une soirée électro, avec un DJ set de Melbourne que Maxine aimait bien. Sauf qu’elle ne profitait de rien, parce que Max elle avait bu, trop bu. Enchainant service et fête, il lui manquait beaucoup de repos à l’anglaise et cette énième soirée pouvait bien être celle de trop. Sauf qu’elle avait l’alcool heureux et l’alcool social Max, ouverte à toute rencontre estimant que parfois c’était dans des moments les plus improbables qu’on pouvait rencontrer des chouettes personnes. La dernière en date ? Orso, qu’elle avait rencontré en sortie canyoning. Cette rencontre, elle avait été la plus belle mais aussi la plus dévastatrice, brisant un peu la jeune femme qui s’en remettait difficilement. Ce soir, elle décidait de l’oublier. Ce soir, elle sentait qu’elle ferait de belles rencontres et que l’italien resterait derrière elle. Leur dernier baiser, elle ne l’avait pas oublié, et elle avait eu pendant quelques jours la pression des lèvres d’Orso sur elle. Cette sensation, bordel, elle était impossible à oublier. Pourtant, elle lui en voulait tellement, que ça lui faisait mal. Il avait été un connard, et même s’il l’assumait, Max elle n’arrivait pas à passer au-dessus de ces frasques. Elle était partie, loin de lui devant son café parce qu’elle savait qu’elle était à deux doigts de craquer. Max regrettait ce départ, parce que peut-être qu’il aurait pu être l’exception. Peut-être qu’elle aurait pu le pardonner, comme elle avait pardonné Alfie et Beckham. Mais ce soir, elle ne pensait plus à lui, Max commandait un nouveau verre, alors qu’elle dansait sur la piste au rythme des basses. Derrière elle, elle sentit une présence. Elle tournait la tête légèrement, c’était un homme. Ouf, il était plutôt châtain, grand, moins musclé qu’Orso, moins beau qu’Orso. Il avait le regard clair, parfait, elle en avait marre des yeux sombres ténébreux. Il avait un sourire un peu froid, voir faux, mais Max elle ne se rendait pas compte de ça pour le moment. Elle se retournait, dansant avec lui, décidant que ce soir elle oublierait l’italien avec ce mec random.  « T’as quel âge ? » Criait-elle à son oreille. « Vingt-neuf ans. » Répondit-il. Max elle fit une grimace. Merde. « J’ai vingt et un an ! » Et il la regardait en souriant, haussant les épaules. Puis il reprit la danse, posant ses mains sur les hanches de l’anglaise. Cette petite scène, elle durait quelques minutes, avant qu’il ne l’emmène dans un coin, un peu plus éloigné, une main sur ses fesses. Max, elle s’en foutait, elle avait trop bu, elle titubait et en plus elle ne pensait plus. Ils s’asseyaient sur une banquette, et il sortit un petit sachet avec un sourire très malsain. « Testes ! On va passer une nuit de folie comme ça. » Max, elle savait très bien ce que c’était, et elle aurait dû dire non. Elle fit non de la tête, mais il insistait, déposant un peu de poudre blanche sur son index, lui expliquant que ça lui ferait déjà de l’effet si elle en mettait un peu sur ses gencives. Il lui tendait son verre de gin, comme pour la détendre. Max, elle était stupide ce soir, malheureuse et surtout plus du tout consciente des conneries qu’elle faisait. Il lui proposait le petit tube, et l’étudiante elle regardait avant de se pencher légèrement sur la poudre prête à inspirer.

@Orso Luciano :coeur:

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyLun 26 Juin 2023 - 18:43

Depuis la dernière fois que j'avais vu Maxine et que ça s'était mal terminé, je tentais comme je pouvais de me changer les idées. Les femmes et leurs compagnies nocturnes, ça m'intéressait plus. Ca m'faisait plus rien. Il m'en fallait plus. Il fallait que j'teste à nouveau mes limites et c'était dangereux quand je pensais comme ça. J'étais comme au bord du précipice, prêt à replonger dans les méandres des excès. J'me sentais bien fébrile. J'aurais pu en parler avec Arielle, mais j'voulais pas partager ce que j'avais dans la tête. Pourtant, je savais qu'elle serait compréhensive et qu'elle m'éloignerait des drogues. Mais ce soir, j'avais pas envie de lutter. Pas autant que d'habitude. J'avais juste envie de jouer avec le feu. Comme pour voir si j'pouvais ressentir quelque chose. Alors des potes, de ceux qui j'évitais parce qu'ils étaient du genre à prendre d'la coke en soirée, m'avaient proposé de les accompagner à une soirée électro au Hendrix. C'était pas un mouv' très malin de ma part, parce qu'en acceptant d'aller au coeur de cette fête, je savais que j'tiendrais difficilement mes promesses. Il m'arrivait parfois, très rarement, d'reprendre un peu de cocaïne, c'était pas souvent mais quand j'le faisais, je savais que c'était juste parce que l'ambiance de la fête était bonne et que j'étais dans un bon mood. Là, clairement, c'était pas le cas. Et ma consommation pourrait virer à l'addiction beaucoup trop vite. Mais j'prenais le risque, parce que j'étais téméraire et con, aussi, accessoirement. La fête battait son plein, pour l'instant, j'avais pas craqué. J'avais juste pas mal bu, mais j'restais maître de la situation, j'sentais que j'étais peut-être pas si faible que ça.   C'était assez galvanisant d'me rendre compte que j'pouvais tenir face à la tentation. Mes potes, ils avaient déjà pris d'la cocaïne, et j'étais déconnecté d'eux. J'tournais à la bière, pour garder le contrôle. Alors que j'me trouvais au comptoir, pour commander une nouvelle consommation, mon regard se posa complètement par hasard sur une femme brune, accompagné d'un mec. J'les regardais, sans vraiment y prêter attention, jusqu'à ce que je reconnaisse Maxine. Mon coeur s'arrêta une seconde et j'portais vraiment ma concentration sur eux. Ils étaient un peu plus loin mais j'voyais bien que l'état de Max, il était pas habituel. Elle semblait comme ailleurs, et lui, le type là, il l'incitait à boire, en lui tendant son verre mais aussi un p'tit sachet de poudre blanche que je connaissais que trop bien. J'fronçais instinctivement des sourcils et j'quittais le comptoir, sans attendre ma bière. J'me dirigeais vers eux, à pas décider, j'sentais la colère monter en moi. A quelques mètres, je voyais Maxine en train de se pencher pour venir inspirer un rail de coke. Réduisant encore la distance qui nous séparait, j'l'interpelais. "Héé, Max, tu fais quoi là?" J'voulais juste qu'elle lève le visage vers moi et qu'elle s'éloigne de cette poudre. J'finissais de me rapprocher, et sans trop réfléchir, j'empoignais le mec par le col de sa p'tite chemise. J'le forçais à se lever et à me faire face. Il était un peu plus petit que moi. "Tu fais quoi là connard? C'est quoi ton plan? Tu drogues des nanas pour profiter d'elles après?" Le mec, il se démontait pas, il me défiait du regard. "On fait rien là, on s'amuse c'est tout. Lâche moi, mon pote." J'intensifiais la prise que j'avais sur le tissus de sa chemise, j'étais assez menaçant mais clairement, j'supportais pas de le voir vouloir droguer Maxine. "J'suis pas ton pote, j'te laisse trois secondes pour dégager avant que j'te casse ta petite gueule de profiteur." J'relâchais mon emprise et le type décida finalement de partir. Il avait lâché une belle insulte à mon égard et à celle de Maxine avant de disparaître dans la foule de la piste de danse. J'sentais mes poings bien fermés, bien serrés mais j'tournais directement la tête vers Maxine. Elle semblait complètement arrachée. "Putain, Maxine." Je m'asseyais à côté d'elle. Gardant bien un oeil sur ce rail de cocaïne. "C'est vraiment d'la merde ce truc là tu sais." Il y avait clairement de l'inquiétude là, dans mon regard. "T'as pas besoin de ça."

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyLun 26 Juin 2023 - 19:14

Max, elle avait l’habitude de boire, de faire la fête. Elle tenait assez bien habituellement. Elle avait même gagné ce pari pourri avec Elmo (oui oui je lis l’avenir). Mais ce soir, elle ne tenait rien du tout, s’enfilant les verres de gin, ça lui permettait d’oublier. Orso, elle l’avait dans la peau, n’arrivant à ne pas penser à lui un peu chaque jour. Plein de fois, elle avait prit son téléphone, pour prendre de ses nouvelles. Mais évidemment, leurs dernières altercations lui revenaient toujours en mémoire, et ça lui faisait mal à Max. Même ce baiser plein de passion échangé à côté de son travail n’avait pas suffit à Max, pour lui faire comprendre qu’Orso il ne la voyait juste pas comme une gamine. Elle regrettait parfois de l’avoir rencontré, parce que finalement elle n’arrivait pas à passer au-dessus de cette foutue histoire. Pourtant, elle n’avait pas duré longtemps, quelques semaines, mais assez pour que Max vive une déceptions sentimentales. Amoureuse, elle ne l’était pas, enfin elle se persuadait que non. De toute façon, le temps réussirait à guérir les blessures. Et l’alcool. Max, elle plongeait dedans, enchaînant les verres jusqu’à ce qu’elle ne soit plus en mesure d’assurer sa sécurité. Et le beau châtain il en profitait, conscient qu’elle pourrait être une parfaite victime. Ça lui était déjà arrivé à ce festival, et heureusement que Sahar était là pour l’aider. Il avait raison Orso, ce n’était qu’une gamine irresponsable, triste et surtout un peu perdue en ce moment. Elle le suivait sur cette banquette, continuait à boire son gin tonic, son poison à Maxine. Il sortait un sachet de poudre blanche, et Max elle savait ce que c’était. Elle n’était pas inculte. Sur le coup, ça ne la motivait pas trop, préférant fumer un joint que de prendre cette drogue dure. Il insistait, longuement, à coup de gorgée de gin. Lui au moins, il en avait rien à faire qu’elle est huit ans de moins. Peut-être qu’Orso il aurait voulu qu’elle fasse des trucs de meufs plus âgées. Ou pas parce que Max elle avait été elle à cent pour cent durant toutes leur entrevue. Il avait posé sa main sur la cuisse de Max, apaisant un peu l’anglaise pour l’inciter à baisser sa tête vers la poudre. Elle avait la tête qui tournait Max, et elle n’était même pas sûr de savoir respirer correctement. Puis cette voix l’appelait, ça lui disait quelque chose à Max. Ses gestes étaient plus lents, bien plus lents mais elle relevait la tête quand même. Orso il était là, et ça lui fit un petit truc dans le cœur à Max, avant qu’elle ne fasse un sourire timide. « Orso ! » Disait-elle, sauf que l’italien il n’était pas content. Max, elle ne comprit pas tout ce qui se passait, mais elle vit son regard sombre transmettre beaucoup de haine contre le mec qui accompagnait Max. Au moins, il n’y avait pas qu’elle qui avait le droit à ce genre de regard. Il finissait par partir sans insulter Orso et l’anglaise. Max, elle se levait de son siège, ne gardant pas l’équilibre très longtemps. « Connard ! » Il l’avait insulté, alors elle l’insultait en retour. Ce n’était pas comme ça que ça fonctionnait ? Pourtant, c’était qu’elle avait fait avec Orso et regarder où ça les avait mené. Elle retombait sur sa chaise, les pupilles dilatées à cause de l’alcool. « Quoi ?! » Disait-elle un peu agacée. Il s’asseyait à côté d’elle, c’était trop proche. La dernière fois, ils s’étaient embrassés après cette proximité. Maxine elle fronçait les sourcils. « T’es pas mon père, ni mon frère pour me dire quoi faire. » Elle détestait Maxine qu’on lui donne des ordres. « T’es même pas mon mec, alors ne vient pas faire la morale. » Oui, elle avait du mal à parler, et revoir Orso ça ne l’aidait pas à aller mieux. Elle ne comprenait pas l’inquiétude d’Orso, ni ce que la cocaïne représentait pour lui. « Tu ne sais pas ce dont j’ai besoin, et peut-être que c’est ça ! » Répondait-elle en montrant la poudre sur la table. En tout cas, elle ne voulait pas avoir besoin d’Orso. Elle prit son verre pour boire une nouvelle gorgée, celle de trop, celle qu’elle n’aurait jamais dû boire. Elle plongeait son regard dans celui d’Orso, enfin elle essayait parce que Maxine elle n’était vraiment pas dans son état. « J’crois que j’vais vomir. » Disait-elle, avant de se rendre compte qu’elle était coincée entre le mur et Orso. Ça devenait une habitude ça, sauf que là, elle avait vraiment besoin de partir au risque de se vomir dessus ou sur Orso.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyLun 26 Juin 2023 - 19:38

D'apercevoir Maxine, là, dans cette boite, en compagnie d'un autre type, normalement j'y serais pas allé. Parce que j'tentais comme je pouvais de l'oublier et si elle avait été avec un autre type, je l'aurais laissé tranquille. Parce que remuer le couteau dans la plaie, faire mon gros jaloux, ça n'aurait pas été acceptable. Mais là, c'était pas juste un gars. C'était un mauvais gars. J'l'avais vu, même à dix mètres. J'voyais bien qu'il était mal intentionné, qu'il l'incitait à boire et qui lui proposait même de la cocaïne. Elle était libre Maxine, de faire ce qu'elle voulait. Mais d'la cocaïne avec un type random alors qu'elle était déjà bien alcoolisée, c'était le pire mouv' qu'elle pouvait faire. J'avais même pas réfléchis, j'm'étais senti attiré vers elle, comme si j'devais la protéger de cette putain de drogue que je connaissais que trop bien. Il était hors de question que j'la laisse goûter à ça, pas dans ces conditions du moins. J'm'en serais voulu toute ma vie si je n'étais intervenu. Maxine, une fois que j'me retrouvais près d'elle, j'voyais bien dans ses gestes, dans son regard, qu'elle était complètement déglinguée par l'alcool. J'sais pas combien de verres elle avait bu, mais son état était vraiment pas beau à voir. J'avais été menaçant avec le type, parce que j'supportais pas qu'il ait pu avoir dans l'idée de profiter de Maxine, de ma Maxine. Ouais, j'étais peut-être pas légitime dans ma démarche, mais j'en avais rien à faire. Maxine lâcha un insulte à l'encontre du mec qui s'éloignait. C'était mérité, vu qu'il venait de nous insulté juste avant. C'était pas nécessaire certes, mais justifié. Cela dit, j'voyais bien qu'elle tanguait, et qu'elle manquait même de perdre l'équilibre. Elle se rassit et elle ne tarda pas à me râler dessus, comme quoi j'étais pas son frère, ni son père ni son mec. J'la regardais, même ses yeux n'étaient plus du tout les mêmes. C'était le vide là dedans. Elle était totalement attaquée par l'ivresse et j'aimais pas tellement la voir dans cet état là. J'fronçais des sourcils. "Si j'avais pas été là, tu sais dans quel état t'aurais fini?" J'étais vraiment inquiet pour elle, mais j'crois qu'elle ne le voyait pas, ou qu'elle s'en fichait aussi. Mais toucher à la cocaïne, c'était la pire erreur, elle pouvait pas comprendre à cet instant ce que je ressentais vis à vis de cette drogue, j'finirais peut-être pas lui dire un jour. "Mais oui, quelle bonne idée Maxine, t'es déjà arrachée par l'alcool, j'pense qu'un petit rail de coke, c'est E-XAC-TE-MENT ce qu'il te faut!" que j'lâchais ironiquement. Je soupirais, levant les yeux au ciel. Maintenant que j'étais là, et que je savais dans quel état elle était, j'me faisais une promesse intérieure de garder un oeil sur elle. Jusqu'à ce que je sois certain qu'elle soit en sécurité. J'avais ce côté protecteur qui ressortait, et généralement, ça en disait long sur l'attache que j'avais pour ceux que je protégeais. Ca m'enchantait pas de l'admettre, mais oui, j'étais très très attaché à Maxine, et j'voulais pas qui lui arrive quoi que ce soit. Elle reprit une gorgée de son verre et j'vis bien, dans ses yeux, que c'était la gorgée de trop. Maxine ne tarda pas à verbaliser son envie de vomir et j'me levais rapidement, prenant sa main dans la mienne. "Tu fais chier Maxine." que j'soufflais à moi-même, même si elle avait du largement l'entendre. J'l'entraînais rapidement vers les toilettes, la prenant toujours par la main. J'entrais en trombe dans les toilettes des filles, sans prendre garde aux nanas en train de discuter entre elles. Elles dirent rien, j'pense qu'elles avaient compris l'urgence de la situation. J'ouvrais un des toilettes et Maxine se retrouva la tête au dessus de la cuvette. Instinctivement, je ramassais ses cheveux en une queue de cheval approximative pour lui dégager le visage. "Qu'est ce que tu me fais pas faire toi alors.." que j'murmurais. Mais là, c'était hors de question que j'la laisse.

@Maxine Gray

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 9:08

Max elle avait bu plus que de raisons, surtout dans cet état de fatigue qu’elle avait en elle depuis quelques semaines maintenant. Elle savait que ce n’était qu’un passage, qu’elle irait mieux. C’était un peu comme toutes ces fois où elle avait le mal du pays, elle se mettait à boire un peu plus qu’à l’accoutumée, finissant rarement par s’endormir dans un coin. Le matin, elle regrettait, son mal de tête lui rappelait qu’elle ne pouvait pas toujours être comme ça. Mais ce soir, c’était autre chose, Max, elle restait aussi sociale, mais elle avait un alcool triste et méchant. Cet homme, il l’avait approché sans qu’elle ne se rende compte de sa dangerosité. Il avait vingt neuf ans, comme Orso et ça ne le gênait pas lui. Il n’était pas répugné à la toucher, ni à montrer ses intentions malsaines. Sans Orso, elle l’aurait prit ce rail de coke, ne se rendant même pas compte de la stupidité de ce geste. L’anglaise, elle aimait les excès, profitant de chaque instant de sa vie, sauf qu’elle finissait toujours par s’arrêter à un moment donné. Excepté ce soir. Le regard noir que lui lançait Orso, ça la fit presque rire Maxine. Elle aurait presque pu le trouver sexy, en attrapant par le col l’homme qui voulait la droguer. Mais Max, elle ne retenait que l’insulte du châtain, et son sang ne fit qu’un tour, l’insultant avant de tanguer et se rasseoir à cette table. La poudre blanche, finalement elle n’en voulait plus, même si elle lui disait le contraire à Orso. Ces yeux ils allaient dans tous les sens, la tête tournant très vite. Elle ne parlait même plus correctement Maxine, incapable d’aligner deux mots sans buter sur la prononciation. « C’est à cause de toi que je suis dans cet état. » La franchise de Max … Elle ressortait encore plus quand elle avait trop bu. Ce n’était pas que de sa faute à lui, mais l’alcool ça lui permettait de l’oublier pendant un instant. Elle était trop jeune Max pour gérer ses sentiments correctement, et c’était une des premières fois qu’elle avait aussi mal. Ce baiser, leur dernier il avait remué en elle beaucoup d’émotions, de tristesse et de colère. Elle s’en voulait parfois d’être si jeune, et à quelques années elle aurait pu continuer ce semblant de relation avec l’italien. Elle savait qu’ils ne finiraient pas leur vie ensemble, mais elle aurait aimé continuer encore un peu. Alors, elle continuait à le rendre dingue, mais pas de la bonne façon. Cette drogue, elle en avait envie si ça pouvait faire chier son ex amant. L’ironie dont il faisait preuve, elle n’en avait même pas conscience Maxine, perdue dans ses pensées alcoolisées. « Lui il n’en avait rien à faire de mon âge. » Se disait-elle à elle-même, ne relevant pas les remontrances que lui faisait Orso. Continuer d’oublier, c’était le mantra de Maxine depuis quelques semaines maintenant. Et il y avait son verre qu’elle prit, avalant une dernière grande gorgée. Quelle connerie. Son estomac se resserrait, et Max elle sentait la pâteuse arriver dans sa bouche, et la gorge qui commençait à se nouer. Il fallait qu’elle se dégage, elle allait vomir. Peut-être qu’elle était bourrée, mais ça ne l’enchantait pas de vomir sur Orso. L’italien, il râlait mais il avait prit sa main, l’aidant un peu à marcher. Il marchait d’un pas pressé, pendant que Max elle essayait de le suivre. Il y avait du monde dans ses toilettes, mais Max elle ne vit que la cuvette, se jetant presque dessus. Elle vomissait. Ça lui faisait mal de faire ressortir tous le liquide qu’elle avait emmagasiné durant cette soirée. Orso, il était derrière elle, le sentant prendre ses cheveux avec délicatesse, pendant que son autre main retenait Max pour ne pas qu’elle s’écroule dans ses toilettes. Sa voix à lui elle était posée, et Max lui aurait bien répondu si elle n’était pas occupée à vomir tout l’alcool de son corps. Ça ne durait pas plus de dix minutes, mais ce fut long pour l’anglaise. Il y avait des larmes sur le coin de ses yeux, un dommage collatéral du vomissement. Elle l’était encore bourrée, mais son estomac il allait un peu mieux. Max, elle prit du papier toilette à côté dont elle se servait pour s’essuyer le bouche. Puis elle se relevait difficilement, croisant le regard d’Orso. Max, elle n’avait pas encore honte, l’alcool était toujours en elle. « J’suis fatiguée. » Disait-elle avec une toute petite voix, ce n’était plus une enfant Maxine, mais elle restait encore jeune et vulnérable, même si elle montrait au monde entier que non. « Ramène moi s’il te plait. » Elle le suppliait presque Orso, mettant toute sa confiance et sa vie en lui. Elle n’était même pas sûr d’avoir encore assez de force pour appeler un taxi.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 14:19

Ca me faisait un peu mal au coeur de voir Maxine dans cet état. J'sais pas si c'était à cause de moi et de toute la tempête qu'on avait vécu ensemble, mais ça m'enchantait pas de la voir perdue à ce point dans l'ivresse. Elle semblait ailleurs et même si moi aussi j'avais largement bu, j'étais encore largement maître de mes gestes et de mes pensées. Et j'crois que là, Maxine, elle allait avoir besoin de moi. Et c'était hors de questions que j'la laisse là, toute seule, en proie à des types comme celui avec qui je l'avais trouvé. Ce genre de gars là, qui cherche à donner d'la cocaïne à des nanas, c'est les pires. Parce que la cocaïne, ça rigole pas. C'est vraiment d'la merde cette poudre et j'ose même pas imaginer ce que ça aurait pu donner chez Maxine. J'avais été accro, par le passé, j'luttais encore pas mal, et je savais parfaitement que ce n'était pas une bonne idée d'en consommer. Vraiment pas. Après que le pauvre type ait débarrassé le plancher, on se retrouvait juste elle et moi. Et force est de constater que j'm'étais assis à côté d'elle, incapable de la lâcher des yeux. Elle était vraiment saoule Maxine et elle avait aucun filtre. J'la regardais, soulignant son état second. Sa réponse, elle m'fit un peu mal au coeur. J'étais pas fier d'savoir que c'était par ma faute. Mais j'le disais pas. "Dis pas de conneries Max, c'est toi qui a bu, toute seule." J'aurais pu rajouter, comme une grande, mais j'crois que ça ne serait pas très bien passé. J'voulais pas jouer au connard là, j'voulais juste la protéger. Parce que je supporterais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Maxine, elle reparla de notre différence d'âge, soulignant que l'autre là, il s'en fichait. Je haussais les épaules. "Oh bah ouais, ça veut dire qu'il est tellement génial comme mec. Franchement, j'vois vraiment pas ce qu'il pouvait avoir comme défaut." Il s'en fichait peut-être de son âge, mais il était clairement pas une bonne influence pour elle. C'était le genre de type sans aucune conscience, il avait juste repérée Max et son ivresse et il voulait profiter d'elle. Et ça me répugnait. Surtout quand je repensais jusqu'où la cocaïne m'avait enfoncé. J'crois que ce soir, j'venais de reprendre un petit shot en pleine gueule d'aversion pour la cocaïne. C'était tant mieux. Parce que j'voulais plus vivre ça. Alors que Maxine buvait à nouveau dans son verre, elle eu soudainement une mine pâle. Elle allait vomir. Je râlais, parce que j'avais pas spécialement prévu de m'occuper d'elle de la sorte ce soir, mais j'réfléchissais pas. J'la prenais par la main, la guidant vers les toilettes. Tenant d'une main ses cheveux et de l'autre, la soutenant pour ne pas qu'elle tombe, Maxine vomit pendant de longues minutes. Elle était vraiment malade, elle avait définitivement trop bu. Entendre et voir quelqu'un vomir, c'était vraiment pas mon activité favorite, mais pour elle, j'crois que j'aurais tout enduré. Elle s'était redressée et j'voyais que ça allait un peu mieux, malgré l'alcool qui continuait de circuler dans son corps. Max se levait me faisant face. J'voyais ses yeux vitreux, son air absent. Elle était fatiguée. Et elle me demanda d'la ramener. Je soupirais, bien obligé d'me rendre à l'évidence que j'pouvais pas la laisser là. Impossible. "Allé, viens." que j'lui dis en la prenant par la taille pour la soutenir jusqu'à la sortie de la boite. On réccupéra nos affaires aux vestiaires et j'posais mon hoodie sur ses épaules, pour qu'elle n'attrape pas froid. J'prenais mon téléphone et je commandais un uber pour qu'il nous ramène jusqu'à chez moi. J'voyais pas où aller autrement, c'était beaucoup plus que j'sois en terrain connu pour m'occuper d'elle. "Le uber est là dans deux minutes. Ca va aller? T'évite de vomir dans la voiture, ok?" J'avais pas envie d'avoir des ennuis avec le conducteur. On resta silencieux jusqu'à ce que la voiture arrive et on montait à l'arrière. J'donnais mon adresse au conducteur et j'posais mon regard sur Max. "J'te ramène chez moi, tu pourras prendre une douche et dormir." C'était vraiment pas au programme ça, de ramener Maxine chez moi. Dans le fond, ça me faisait pas tant chier que ça, parce que clairement là, elle avait besoin de moi. Et ça me faisait mais tellement mal d'la voir dans cet état là.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 15:07

Elle avait encore tant de choses à apprendre et à comprendre Maxine. Ce n’était pas l’alcool qui lui ferait oublier ses maux et ses peines. C’était finalement même pire parce que chaque fois qu’elle se réveillait, la tête vaseuse, elle se souvenait de la raison de cette alcoolisme. La peine elle revenait par vague, la rendant encore plus triste. Max, elle n’était normalement pas le genre de personnes à s’attacher, vantant aux autres qu’elle s’aimait assez pour ne pas ressentir le besoin de l’être par quelqu’un d’autre. Elle croyait au self love, et pourtant Orso il avait réussi à la toucher là où elle ne s’y attendait pas. Son rejet, il lui avait fait du mal, se demandant si le self love était suffisant. Elle avait aimé se retrouver dans ses bras, faire l’amour avec lui durant toute une nuit à s’épuiser mutuellement. Mais tout cela était finit, et Max elle préférait se vider la tête avec l’alcool prenant le risque d’attirer des connards. Elle était sincère, peut-être même un peu trop. Elle ne trouvait pas d’autres solutions pour l’oublier, boire l’empêchait de prendre son téléphone pour l’appeler. Mais elle avait sa fierté la petite anglaise, refusant de céder, encore trop en colère contre tous les paroles horribles qu’il avait pu dire sur elle. Il avait pourtant raison, il ne l’avait pas forcé à boire. Finalement, il ne l’avait forcé à rien, restant à ses côtés alors que Max lui montrait la pire image d’elle, sauf que pour le moment elle n’en avait pas conscience. « J’arrive pas à t’oublier. » Disait-elle, les yeux dans le vide. Elle savait qu’il était à côté d’elle, et ses pensées défilaient à une vitesse. Elle pensait à quelque chose qu’elle voulait lui dire, sa raison lui disait de ne pas le dire, l’alcool lui disait de se livrer. Et l’alcool gagnait par KO sur la raison. C’était triste de la voir ainsi, Maxine montrait sa vulnérabilité à cet instant, son côté gamine qu’Orso avait si souvent mit en avant. Et lui fit la remarque que l’autre il s’en foutait de son âge – et surement de son consentement également. Elle ne captait même pas son ironie, préférant répondre au premier degré ce qui révélait vraiment qu’elle n’était plus du tout en état. Maxine perdait son verbe. « Il n’est pas toi. » Voilà qu’elle était son défaut à l’autre con. Il l’avait insulté aussi, mais Orso aussi l’avait fait. Pour le coup c’était balle au centre. Après cette dernière gorgée, Maxine devenait blanche, prête à rendre les armes face à l’alcool. Heureusement qu’il était là Orso, à la guider vers les toilettes. Maxine elle vomissait, supprimant tout le glamour qu’elle avait pu lui montrer à l’italien. Il la tenait, l’empêchait de se salir plus que ce qu’elle était déjà. Ça durait longtemps, et Max elle sentait le mal dans sa gorge, dans son nez, ce n’était vraiment pas agréable de vomir. Encore moins devant lui, mais encore une fois, elle n’avait pas encore conscience de tout ce qui se jouait ce soir. Elle lui confirmait son immaturité, sa jeunesse face à celui qui avait tant vécu. Si elle avait su, elle n’aurait pas essayé de toucher à cette merde de drogue, elle ne savait pas qu’elle lui faisait endurer plus que juste un vomissement. Pendant quelques secondes, elle croisait son regard, mais Max elle n’avait aucune expression, c’était vitreux, même si vomir lui avait permis de se libérer de quelques grammes d’alcool. Clairement, vomir ce n’était pas recommencer, parce que là Max elle avait besoin de se coucher, et de boire de l’eau. Elle voulait rentrer, et elle lui demandait à Orso de l’aider à la ramener chez elle. Même s’il lui avait fait du mal, il avait tout sa confiance. Elle se laissait guider par son italien, le suivant jusqu’au vestiaire où elle récupérait ses affaires personnelles. « J’tai gâché ta soirée. » Et lui la sienne, mais c’était bien avant qu’il n’arrive. Finalement, il avait sauvé sa soirée. Il avait un regard inquiet, ça changeait de la colère qu’il avait porté sur elle pendant des jours. Ça changeait aussi du désir qu’il avait ressenti, c’était une toute nouvelle tête. « J’vais essayer. » Quand le uber arrivait, Max elle essayait de montrer qu’elle n’était pas bourrée, mais c’était un échec. Sans Orso, elle se serait prit la tête dans la portière à coup sûr. Ils ne disaient pas grand-chose, et Max elle hochait juste la tête quand il lui expliquait le programme. Elle regardait dehors, mais la lumière lui donnait la nausée, alors elle préférait se tourner pour regarder la route, les yeux encore une fois perdue dans le vie. « J’suis désolée. » Disait-elle, et cette excuse elle valait pour beaucoup de choses. Elle ne reconnaissait pas vraiment la rue, mais ils étaient arrivés. Les colocataires d’Orso étaient peut-être là et Max elle essayait d’être discrète. Elle était peut-être bourrée, mais elle avait bien conscience que c’était Orso en face d’elle. « J’peux prendre ma douche seule. » Disait-elle se détachant de son aide, mais elle fit à peine un pas qu’elle tanguait déjà. Max, elle avait vraiment trop abusé ce soir.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 15:54

Maxine, elle était tellement saoule qu'elle n'avait aucun filtre. Tout ce qu'elle disait, ça lui ressemblait pas. C'était pas la Maxine hargneuse et blessée que j'avais pu voir durant nos altercations. Là, elle disait les choses, j'la sentais vulnérable. J'allais pas en profiter, j'allais pas la faire parler, juste pour mon propre plaisir. Parce qu'elle regretterais très probablement d'avoir dit tout ça dès demain matin - à condition qu'elle s'en souvienne. Mais au fond, j'me rendais bien compte qu'on traversait la même tempête. Parce que moi non plus je n'arrivais pas à l'oublier. Ca me faisait chier de l'admettre, mais elle était bien présente, dans chacune de mes pensées. J'répondais rien, parce qu'elle s'adressait à peine à moi, les yeux perdus dans le vide. Et puis, on en revint à ce débat inépuisable, celui de nos âges trop différents pour que ça fonctionne. C'était du moins mon idée et elle prenait un malin plaisir à souligner que l'autre gars, lui, ça le dérangeait pas. J'avais un peu balayé cette idée d'une revers de la manche, en utilisant l'ironie. Parce que clairement, ce mec, il jouait pas dans la même cour que moi. Il était peut-être ok avec cette différence d'âge, mais il était mal intentionné. Maxine, elle comprit pas tellement l'ironie de ma phrase et répondit très sincèrement. Ca m'arracha un p'tit sourire. J'la toisais d'un regard un peu amusé. Parce que j'pense qu'elle détesterait s'entendre dire ça, mais elle l'avait dit comme même. "Belle perspicacité, Gray." que j'lui disais à l'instant où son air avait drastiquement changé, prête à vomir. J'me retrouvais alors à lui tenir les cheveux pendant qu'elle vomissait tout ce qu'elle pouvait. Elle était dans un sale état et lorsqu'elle avait terminé de vomir, elle m'avait demandé de la ramener. J'pouvais pas lui refuser ça. C'était hors de question que j'la laisse là, en proie aux mecs de la soirée. Elle serait mieux là, dans mon lit, et j'veillerais sur elle, aussi longtemps qu'il faut.  Elle avait un peu un comportement de gamine là, à se saouler autant, sans rien contrôler. Mais j'crois que c'était pas ça qui me perturbait le plus. C'qui me faisait tiquer, c'était qu'elle s'était mise dans cet état à cause de moi. C'est elle même qui l'avait dit. Et j'me sentais forcément responsable. Alors j'avais décidé de l'emmener à l'extérieur. Pour aller prendre un uber et rentrer en sécurité. Je secouais la tête à sa réflexion. "C'est pas le problème là, pense pas à ça." J'sais pas si elle avait gâché ma soirée, mais elle avait gâché la sienne en buvant autant, et elle risquait de vraiment galérer le lendemain. Dans la voiture, le silence régnait. J'crois que Maxine tentait de se concentrer pour ne pas paraître trop saoule et moi j'gardais un oeil sur elle. Prêt à bondir et ouvrir la portière si elle s'remettait à vomir. Mais non, elle s'était juste excusée, j'avais contenter de poser mon regard sur le sien, ne rajoutant rien de plus. On arrivait à l'appartement, juste avant d'ouvrir la porte, j'avais prévenu Max de la présence d'Arielle et de Detlev. "Mes colocs sont là, alors on essaye d'être discrets ok? Pour pas les déranger." J'avais ouvert la porte lentement et une fois dans l'entrée, Maxine annonça qu'elle allait prendre sa douche seule, sous-entendant qu'elle n'avait pas besoin d'aide. Elle se détacha de moi, et se mit à tanguer, prenant la direction de la salle de bain. J'la suivais, un peu circonspect. "T'es sûr que tu vas t'en sortir? Laisse moi au moins te sortir des affaires." J'entrais avec elle dans la salle de bain, je sortais une serviette propre d'un des tiroirs et je fouillais dans un bac de linge propre pour en ressortir un de mes t-shirt que j'posais à côté du lavabo. J'posais mon regard sur Maxine. "Ne verrouille pas la porte, juste au cas où. J'reste pas loin." J'avais de fort doute sur le capacité de Maxine à prendre sa douche toute seule, mais j'pouvais pas la forcer à ce que je reste. J'quittais la salle de bain. Ma chambre se trouvait juste en face, alors j'laissais la porte bien ouverte, gardant une oreille attentive. Attendant qu'elle sorte ou que -accessoirement - elle m'appelle à l'aide. J'm'assayais sur le rebord de mon lit, me frottant le visage et tentant de comprendre tout ce qui était en train de se passer ce soir là. Et croyez moi, c'était bien le bordel dans mon esprit. Parce que j'devais reconnaître, que de savoir Maxine avec moi, ça me déplaisait pas du tout, au contraire.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 17:07

Elle aurait se lancer avec lui dans une joute verbale qu’ils savaient trop bien faire. L’ironie était leur langage préféré, et elle lui aurait répondu qu’elle était assez intelligente pour être perspicace, ou encore elle aurait trouvé tous les points communs entre les deux hommes pour embêter Orso. Ils avaient toujours fonctionné ainsi, même quand tout allait bien entre eux. Il l’appelait souvent Gray, ça la faisait rire et souvent ça se finissait par un jeu de séduction. Mais pas ce soir, Maxine elle n’était pas en état pour réagir. Ce n’était que l’ombre d’elle-même, un savant mélange de fatigue et d’alcoolisme qui se terminait dans les toilettes. Heureusement que Max, elle avait un petit égo pour assumer le lendemain matin, en tout cas devant n’importe qui d’autres, elle s’en sortirait avec dignité. Orso c’était différent. Il n’y avait pas que de la séduction, il y avait tout un tas d’émotions fortes et parfois contradictoires. Mais elle ne voulait pas se montrer vulnérable, devant personne et encore moins devant lui. Ça lui donnait des armes à Orso de conforter son choix. Pourtant, s’il y avait bien une personne qui méritait de voir cette vulnérabilité c’était lui. Ce n’était pas que de sa faute à Orso, elle aimait le faire passer pour le méchant de l’histoire. Les mots qu’il avait pu prononcé étaient blessants, mais Max elle aussi elle n’avait pas été tendre. Les insultes avaient fusé, elle avait été condescendante, mauvaise et surtout très blessée. Il avait fait naître en elle ce sentiment de jalousie et d’addiction, parce qu’elle ne savait pas comment elle pourrait coucher avec un autre homme sans le comparer immédiatement à l’italien. Il l’avait touché, pas qu’au sens littéral. En sondant son âme avec ces regards, c’était déjà une partie d’elle qu’elle lui avait donné. Vomir lui fit du bien, même si ça n’était pas suffisant. Maxine avait besoin de dormir, de sortir de cet endroit où il faisait trop chaud. Elle lui demandait de l’aide, parce que l’anglaise était incapable de s’en sortir toute seule, pas dans cette état. Dehors, ils attendaient le uber, alors qu’elle s’excusait de gâcher la soirée de l’italien. Il avait sûrement autre chose à faire que de veiller sur cette gamine qui ne savait pas se contrôler. Ces pensées la menaient vers cette jolie blonde qu’il avait ramené au café, le jour même où ils s’étaient embrassés pour la dernière fois. « T’aurais préféré passer la soirée avec elle. » Max elle n’avait pas les pensées dans le bon ordre, balançant des phrases sans sens, et pourtant ce n’était pas difficile à comprendre. Il n’y avait qu’une femme dont elle pouvait être jalouse, la seule qu’elle avait vu avec Orso, son Orso. Le trajet se passait dans le silence, coupé seulement par les excuses de la brunette. Le reste du temps, Max se concentrait pour ne pas vomir dans cette voiture, ou même s’endormir. Devant chez Orso, Max savait qu’elle ne devait pas faire de bruit. C’était la première fois qu’elle revenait ici depuis leur dispute, la première fois aussi où ils n’étaient pas seuls. Cet appartement lui rappelait des souvenirs, dans la plupart elle était nue. A cette pensée, Max elle préférait prendre sa douche seule, parce qu’elle ne voulait pas qu’Orso la voit nue. Elle ne voulait pas revoir dans son regard la déception de découvrir une gamine à son sens. Un soupçon de fierté la fit se détacher de lui, prétextant être en assez bonne forme pour prendre sa douche seule. « Je suis une grande fille, je n’ai pas besoin de toi. » Elle était un peu plus tranchante, la rancœur revenait même bourrée. Elle accentuait sur les mots grande et fille, laissant sa spontanéité et sa sincérité prendre le dessus. Il sortait tout ce dont elle avait besoin et il la laissait. Ça tournait encore beaucoup, et Max elle avait du mal à tenir debout. Elle s’asseyait dans cette baignoire, en soupirant fortement. L’eau coulait doucement sur elle, et elle sentait un peu les larmes couler. Elle était fatiguée, et l’alcool finalement ce soir la rendait presque triste. Elle pleurait parce qu’elle n’était plus capable de se lever pour aller récupérer ce gel douche qui était un peu trop loin. Mais elle ne demanderait pas de l’aide à Orso, elle se débrouillerait toute seule. Mais dans sa tentative, elle fit tomber quelques flacons de shampoing et de gel douche qui firent un bruit. Merde les colocs. Max, elle se soûlaient elle-même de pas réussir à prendre ce gel douche, et elle relevait la tête en voyant Orso. « J’arrive pas à savoir lequel je dois prendre et à les attraper. » Disait-elle en soufflant avant de s’allonger dans la baignoire fatiguée par tant d’effort.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 17:41

On s'retrouvait là, dans la promiscuité de cette voiture qui nous emmenait vers mon appartement. Cet appartement, Maxine, elle le connaissait que trop bien. On en avait vécu de belles choses là tous les deux. A commencer par de longues nuits durant lesquelles nous faisions l'amour jusqu'à l'épuisement. Son rire, il avait empli l'espace à de nombreuses reprises, son sourire m'avait charmé, son regard m'avait fait craqué, tant de fois. Et puis, cet appartement, cette cuisine, je l'avais détesté un temps. Après notre altercation. Le jour où mes mots avaient dépassé ma pensée, le jour durant lequel j'avais réduit l'existence de Maxine à une simple gamine. Juste pour la blesser, juste parce que j'avais été pris par la surprise de connaître son âge, juste parce que j'assumais pas. Ca avait été violent. Et puis, je vivais avec ce p'tit goût amer, de souvenirs passés qui s'effacent et qui laisse place à la rancune. Maxine, elle avait cinglante, la plupart du temps, depuis qu'elle était blessée. Mais ce soir, c'était un peu différent. Le facteur ivresse entrait en ligne de compte et c'était plus tout à fait la même. Elle parlait un peu plus avec son coeur, n'hésitant pas cependant à bien souligner ce qu'elle avait à me reprocher. Elle me parlait de la soirée qu'elle avait gâché et la fille avec qui j'aurais préféré passé la soirée. J'tournais la tête, vraiment vers elle, surpris de ce qu'elle me disait. J'avais mis quelques instants à faire les connexions, à comprendre de quoi elle me parlait. "Non pas forcément, ça aurait pu en être une autre aussi." J'marquais une pause, et j'lâchais un rire avant de secouer la tête. "Come on Max, fais pas ta jalouse là. T'es pas en mesure d'me tenir tête." J'sais pas si c'était très acceptable de rire de la situation, mais après tout, j'étais moi aussi un peu dans un état d'ivresse. Bien moins puissant que celui de Maxine, mais là, sa réflexion, ça m'avait fait rire. On arrivait enfin à l'appartement, dans lequel nous devions être discret. Maxine m'assura qu'elle n'avait pas besoin de moi, soulignant qu'elle était une grande fille. J'préférais pas entrer dans son jeu, j'voulais pas aller sur ce terrain glissant. Déclencher une engueulade, au creux de la nuit alors que Det et Arielle dormaient à côté, c'était pas trop l'idéal. Et encore moins dans l'état d'ivresse de Maxine. Assis sur le lit, j'attendais, et j'écoutais aussi, attentif aux mouvements de Maxine. J'entendais bientôt l'eau couler et le silence qui entourait l'espace. Elle devait bien s'en sortir finalement, puisqu'elle ne m'appelait pas. Mais, de nouveaux doutes m'emplirent quand j'entendais les bouteilles de shampoings et de gel douche dégringoler contre la paroi de la baignoire. J'avais l'impression qu'elle avait glissée alors j'me levais précipitamment, m'approchant de la porte et l'ouvrant doucement pour ne pas faire de bruit. "Max ? T'es tombée? Ca va?" Et j'ouvrais entièrement la porte pour découvrir Maxine assise au fond de la baignoire. J'pouvais pas tellement distinguer les larmes sur ses joues puisqu'elle se mêlaient aux gouttes d'eau. Finalement, nos regards se croisèrent et Max m'expliqua ce qui la tourmentant tant. Wo, elle était vraiment bien bien arrachée pour faire du drama à ce point. Elle s'était allongée dans la baignoire, comme si elle portait tout les peines du monde sur ses épaules. J'm'approchais, me mettant à genou à côté de la baignoire et tendant le bras pour récupérer les bouteilles de shampoing et de gel douche tomber plus loin. J'décidais de continuer un peu dans l'ironie, parce que j'la trouvais un peu drôle, quand même, Maxine là. "Haawn, la vie est dure hein?" que j'lui disais avec un p'tit sourire. Puis j'soupirais un peu, voyant Maxine vraiment bien saoule. "Bon, t'as p'tete besoin d'aide quand même non?" J'prenais un shampoing au hasard et j'ouvrais le flacon. J'lui versais du shampoing sur la tête. "Allé, j't'ai fais tout le travail là, j'vais pas te savonner non plus. Faut pas déconner." D'voir Maxine nue, là devant moi, ça me troublait un peu, j'dois avouer. Même si, clairement, vu son état, je l'avais connue bien plus attirante que ça. Mais c'était la promixité d'avec elle, qui me troublait. J'me retournais donc, restant assis contre la baignoire. "Tu vas m'en devoir une bonne là, Max, j'peux te l'assurer." que j'disais, portant mon regard un peu autour de moi, restant à l'écoute de Maxine pour savoir si elle avait au moins la force de se shampouiner. Avec elle, là, clairement, je m'attendais à tout. Mais c'qui me troublait aussi, c'est que, j'trouvais ça assez agréable de m'occuper d'elle comme ça. Comme si de savoir qu'elle avait besoin de moi, ça me réconfortait.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 18:22

Peut-être qu’Orso et Maxine, ils n’étaient pas faits pour la simplicité. Il y avait toujours eu de l’excès entre eux, des débordements de colère, d’orgasme et de désire. Ce soir, c’étaient les excès de l’alcool qui se jouaient d’eux. Il avait fallu que Maxine se mette en grave danger pour qu’Orso la rejoigne, qu’il l’accompagne jusqu’aux toilettes et maintenant ils étaient dans cette voiture. Max, elle était clairement trop arrachée pour rentrer seule saine et sauve, et elle n’avait pas encore conscience que sa soirée aurait pu tourner aux cauchemars si l’italien n’avait pas été là. Pourtant, elle avait encore un peu de rancœur derrière cette couche d’alcool et de sincérité. Il avait sûrement prévu une meilleure soirée que la sienne, se souvenant parfaitement de cette blonde. Max, elle avait même pas la lucidité pour se rappeler qu’il avait finit par l’embrasser elle, avant qu’elle ne s’éloigne de lui dans un dernier geste tendre. La réponse d’Orso, elle ne lui faisait pas plaisir à Maxine. Ce n’était pas la seule alors. « Y’a eu personne d’autre de mon côté. » Alcool maudit, il lui disait dire tout ce qu’il se passait par la tête. Orso, il riait, se moquant légèrement de la jalousie de Maxine. Elle fronçait encore plus les sourcils, mais il avait raison, elle n’était pas en mesure de lui tête. « J’suis jalouse parce que toi t’as pu ravoir des orgasmes. » Pas elle. Depuis Orso, il n’y avait vraiment eu personne. L’anglaise, elle avait séduit, souhaitant trouver quelqu’un qui lui ferait oublier cet italien de malheur (et changer un peu de l’alcool). Mais ils étaient tous insipides, leurs regards ils étaient neutres, leurs accents banaux. Ce mec, il lui avait enlever tous le fun d’être jeune et célibataire. En arrivant chez Orso, Max elle arrivait à revoir quelques scènes qui auraient pu la faire rougir, mais elle était bien trop concentrée à aller dans cette salle de bain seule pour lui prouver qu’elle s’en sortait bien sans lui. Elle mit du temps à enlever ses vêtements Max avant d’aller s’asseoir dans cette baignoire. Elle était grande, tout semblait être fait pour des géants, et évidemment la discrète Maxine elle fit tout tomber. Oups. Elle espérait ne pas avoir réveiller les colocataires. Max elle pleurait parce qu’elle était incapable de faire quelque chose. La voix d’Orso la fit se retourner, heureusement qu’il ne voyait pas qu’elle pleurait. Elle poussait un trop long soupire avant de s’allonger. Pourquoi tout était si difficile ? La vie ce n’était pas une mince affaire, il fallait toujours se battre ou faire des efforts, comme pour ramasser ce flacon de shampoing qui était à quelques mètres d’elle. « Oui trop dur ! » Elle se relevait difficilement, avec l’aide de l’italien. Elle hochait juste la tête, se laissant aider par Orso qui versait un peu de produit sur ses cheveux. « Pfff j’vais l’faire, je sais me laver les cheveux ! » Elle avait toute une technique habituellement et tous ses produits. Max elle se concentrait, tanguant un peu moins, mais ses yeux continuaient à bouger dans tous les sens. Elle entendit à peine la remarque d’Orso, mais elle ne se doutait pas que cette soirée, elle allait en entendre parler. A la place elle se shampouinait, avant de s’arrêter. « Pourquoi on n’a jamais couché dans cette baignoire ? » Elle fronçait les sourcils, pendant que ses mains lavait les parties de son corps. « Elle est grande ! On aurait pu faire plein de choses. » Ils en avaient testé des endroits, même s’ils préféraient la chambre de l’italien. Mais ils étaient toujours pressés de retrouver le corps de l’autre, alors ils prenaient à peine le temps de se déshabiller avant de s’enfermer dans la chambre de l’italien. « J’ai fini. » Disait-elle à Orso, une fois qu’elle avait finit de se shampouiner. Orso se retournait découvrant une Maxine avait les cheveux encore plein de shampoing et son corps rempli de quelques bulles de mousse.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMar 27 Juin 2023 - 18:59

Cette soirée, elle prenait vraiment un tournant inattendu. C'était vraiment pas dans mes plans que de ramener Maxine complètement saoule jusqu'à chez moi pour prendre soin d'elle. Ca ne m'arrivait pas souvent de faire ça. C'était exclusivement pour les personnes qui comptaient vraiment pour moi. Et j'devais bien me résoudre à reconnaître que Maxine faisait partie de ces gens là. J'étais incapable de la laisser là, sur le bord du chemin, j'voulais m'assurer qu'elle irait bien, jusqu'à ce qu'elle retrouve son état normal. Dans la voiture, on discutait un peu, on s'lâchait quelques phrases. C'était pas une conversation très constructive, parce que l'esprit de Max il divaguait. J'le voyais bien, parce qu'elle ne me regardait pas tellement. Elle répondait par bribes de mots, par morceaux de phrases et mis ensemble, ça n'avait pas tellement de sens. Mais moi, ça m'amusait un peu quand même, de la voir comme ça, sans filtre. J'la regardais, toujours avec ce p'tit sourire. "Ah parce que j'servais qu'à ça, c'est ça? Te donner des orgasmes? Charmant, Max." que j'lui disais faussement boudeur. C'était lunaire comme conversation, parce qu'on arrivait quand même à s'envoyer des p'tits pics - surtout elle - mais avec l'ivresse, ça rendait pas un truc violent, c'était juste un espèce de mélange entre la rancoeur et la sincérité.

Maxine, elle s'était rendu à la salle de bain, une fois qu'on était arrivé jusque chez moi. Elle voulait se débrouiller toute seule, alors j'l'avais laissé faire. Peut-être qu'elle retrouvait un peu de lucidité pendant cette douche. Mais apparement, ça ne se déroulait pas exactement comme elle le voulait. J'la retrouvais dans la salle de bain, sous l'eau chaude de la douche, incapable de bouger. Ca avait l'air mais tellement dur pour elle à ce moment là. Et j'avais pas pu m'empêcher de sourire un peu et d'faire de l'humour. Et j'crois que ce qui était le plus marrant la dedans, c'est que Maxine, elle captait pas tellement, répondant à chacune de mes remarques ironiques par une réponse franchement sincère. J'l'aidais à se relever et j'lui mettais du shampoing sur les cheveux. J'lui sommais de se savonner toute seule et sa réponse m'amusa une nouvelle fois.  "C'est ça, en voilà une bonne idée." J'me tournais, dos à la baignoire, prenant appuie contre la paroi tandis que j'entendais Maxine qui se savonnait. Sa remarque me fit relever la tête. Purée, mais elle allait finir par me rendre dingue Maxine là, avec ses phrases. Ca m'amusait toujours mais en même temps, là, elle venait de planter des idées pas très catholiques dans la tête et il allait falloir que j'deal avec ça. Mais ouais, pourquoi on avait jamais pensé à cette baignoire après tout? J'me frottais le visage avec mes mains, pour tenter de pas l'écouter, de passer outre ses remarques qu'elle lâchait comme ça. "Santo cielo, Maxine, savonne toi et arrête de parler! J'refuse de réfléchir à cette question." Elle avait le chic vraiment pour me troubler cette fille. Et j'trouvais la version de Maxine saoule, quand même assez marrante. Un peu plus depuis que j'étais intervenu dans cette boite, c'est vrai. Quand elle me dit qu'elle avait finit, j'imaginais la retrouver toute prête à sortir de la baignoire, mais non, elle avait juste fait l'étape du savonnage. J'la regardais médusé. "Ok, j'ai compris, étape par étape." J'soupirais. Elle me prenait beaucoup d'énergie Maxine cette nuit là. J'me penchais dans la baignoire, pour attraper le pommeau de douche pour qu'elle puisse se rincer. Quelques instants plus tard, elle était toute propre et j'me levais pour aller chercher la serviette et j'enveloppais le corps de Maxine dedans. D'un geste assez délicat, je décollais de son front quelques mèches de ses cheveux, et j'plongeais mon regard dans le sien. "Tu vas t'en sortir maintenant? T'as quatre choses à faire : sortir de la baignoire, te sécher et mettre ce t-shirt là et me rejoindre dans la chambre. Ok?" que j'lui demande le sourire aux lèvres, toujours bien amusé par la situation. Tout semblait immensément compliqué dans l'esprit embrumé par l'alcool de Maxine, alors j'disais des choses basiques. C'était encore de l'ironie mais il y avait encore de forte chance pour qu'elle ne le saisisse pas. Maxine savait quoi faire alors j'en profitais d'être dans la salle de bain pour me brosser les dents et me passer de l'eau sur le visage avant de retourner dans ma chambre. Avant de quitter la salle de bain, j'sortais une brosse à dent neuve d'un des tiroirs. J'la brandissais fièrement à Maxine. "Et va pas croire que c'est une brosse à dent qui va rester ici hein. T'emballe pas, Gray!" que j'lui disais avant d'lui lancer un sourire et disparaître dans la chambre.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMer 28 Juin 2023 - 5:23

« Pas seulement. » Elle lui répondait avec honnêteté. Ils n’avaient pas eu le temps de parler vraiment de ce qu’ils étaient en train de construire. Ç’avait été décidé autrement, et depuis ce dernier baiser dans les rues de Bowen, ils ne s’étaient plus recontactés. Orso, il riait de faire Maxine sans filtre. Heureusement qu’il avait été là, et cette histoire de cocaïne semblait être loin derrière eux à présent. Pendant un instant, elle avait voulu lui prendre la main à Orso, mais cette fois-ci la raison avait gagné. Elle se gardait de le toucher, surtout après ces révélations sur les femmes.

Dans cette douche, Maxine ne repensait plus à la conversation qu’il y avait eu dans le uber. Tout était trop difficile, insurmontable pour l’anglaise qui lâchait des larmes de fatigue. Orso, lui ça la fit rire de la voir porter le monde sur ses épaules. Orso il utilisait l’ironie, pourtant il avait ce regard rempli de bienveillance, aidant la jeune étudiante à se laver. L’ironie qui était habituellement sa force à Max, cette nuit ça lui passait complètement dessus, répondant avec une certaine sincérité aux questions de l’italien. Elle lui offrait un sourire timide à Orso, avant de frotter ses cheveux avec le savon. Max, elle sentait que ça allait un peu mieux, cette douche et surtout le fait d’avoir arrêté de boire, lui permettait de trouver les dernières forces pour se laver et penser à cette baignoire. Cette salle de bain, elle n’y était pas venue souvent Maxine, préférant se perdre dans les draps de l’italien. C’était bien dommage, parce que tout un tas d’idée lubrique traversait les pensées de Maxine. Orso lui manquait, et coucher avec lui également. Elle partageait ses pensées avec lui, alors qu’elle se savonnait les épaules. Orso, il parlait en italien, la tête dans ses mains. Max elle riait légèrement. « Tu parles italien. » Oui bravo Maxine, quelle perspicacité. « Tu parles tout le temps italien quand t’es énervé, mal à l’aise ou après l’amour. » Enonçait-elle avec cette si douce simplicité. Orso, elle l’avait observé, elle l’avait écouté. Ce soir, elle était incapable de savoir ce qui le motivait à parler italien, mais elle espérait juste dans le fond qu’il ne soit pas énervé. Max elle avait fini de se laver, et elle attendait qu’Orso vienne l’aider pour la suite, ce pommeau de douche était trop loin d’elle. Heureusement qu’il était là, à l’aider avec cette douceur. Max elle tenait beaucoup trop à lui, et elle était incapable de s’en éloigner. Elle ne mit pas longtemps à finir, se relevant difficilement, alors qu’il lui apportait la serviette. Elle se blottissait dans le tissu tout doux, les yeux plongés dans ceux de l’italien. Elle n’arrivait pas à lui en vouloir, pas ce soir en tout cas, alors qu’il était si attentionné avec elle. Max, elle hochait la tête à tout ce qu’il disait, comme pour lui faire comprendre qu’elle comprenait. « A vos ordres Luciano. » Elle fit toutes les étapes, sans trop de difficulté, même si parfois, elle se posait quelques secondes pour reprendre son équilibre. Ils étaient là, tous les deux dans cette salle de bain, Max nue à côté de lui, en train de se changer. Ses cheveux étaient trempés, il dégoulinait sur le tee-shirt blanc. Il sentait l’odeur d’Orso, ce doux mélange de son parfum et de la lessive. Il lui tendait une brosse à dent, cet homme était si attentionné, mais sa petite remarque fit froncer les sourcils de Maxine. « J’ai déjà assez de brosse à dent chez moi, je te ferais cadeau de celle-ci. » Elle la prit quand même. Ça lui faisait du bien d’être propre à Maxine, et elle en profitait pour boire une bonne dizaine de gorgée d’eau. Elle le rejoignait dans cette chambre où il y avait encore des souvenirs frais. Orso, il était si beau dans son simple short, torse nu sur son lit. « Finalement, on a bien fait de choisir le lit, ça reste plus grand que la baignoire. » Elle disait ça avec une si grande simplicité, ne se rendant pas compte de toutes les images qu’Orso allaient avoir dans sa tête. Elle montait sur le lit, se posant à ses côtés, la tête qui tournait encore un peu, mais ça allait un tout petit peu mieux. Max elle s’allongeait près de lui, posant sa tête sur lui et soupirant un bon coup, avant de fermer les yeux. « Merci Orso. » Disait-elle avec un léger sourire, avant que son rythme cardiaque ne s’apaise pour finalement s’endormir.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 46
MESSAGE : 1055
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : ©aeroplvne

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMer 28 Juin 2023 - 14:55

J'savais plus quoi penser de tout ça. Très franchement là, j'étais perdu. J'pouvais pas me résoudre à laisser Maxine, et en même temps, elle s'était mise dans cet état toute seule .. même si dans son ivresse elle avait souligné que c'était de ma faute. J'me sentais assez coupable, et puis surtout très attaché à elle pour ne pas m'occuper d'elle. Ca avait commencé par l'empêcher de prendre de la cocaïne, puis lui tenir les cheveux pendant qu'elle vomissait, avant de l'emmener jusque chez moi. J'me retrouvais là, dans la salle de bain, avec une Maxine très drôle malgré elle. Et ça m'amusait moi, d'la voir en faire des kilomètres parce qu'elle n'arrivait pas à attraper les produits. Mais en même temps, j'la sentais bien vulnérable, je pense qu'elle aurait détesté se voir comme ça, alors j'essayais pas trop en profiter. J'lui répondais avec ironie et elle continuait à être très sérieuse. Elle était en train d'se savonner, juste derrière moi. Sa nudité, là, elle était pas du tout troublante, j'veux dire, il y avait pas de séduction entre nous. Elle était juste vulnérable et je m'occupais d'elle. C'était pas comme les nombreuses fois où on s'était retrouvé nu, l'un contre l'autre. Il y avait pas cette osmose là entre nous cette nuit. J'agissais juste en protecteur, m'assurant qu'elle aille bien et qu'elle se remette le plus vite possible de cette magistrale cuite. J'avais parlé italien, sans m'en rendre compte. Maxine, elle le souligna et ça m'fit sourire. Ouais, elle avait bien cerné la situation. Et là, c'était surtout un p'tit malaise que j'avais ressenti quand elle avait abordé le sujet de la baignoire, potentiellement un lieu où faire l'amour. C'était du malaise mêlé à du trouble. Je hochais la tête. "Bien joué Sherlock. Tu m'connais bien." que j'lui lâchais, accompagné d'un p'tit sourire qu'elle ne pouvait pas voir. Finalement, j'lui tendais le pommeau de douche pour qu'elle finisse de se rincer et je l'enveloppais dans une serviette pour qu'elle n'attrape pas froid. Bordel, j'étais ultra attentionné avec elle et j'me rendais compte que ça me semblait normal, évident en fait. On s'regarda quelques secondes avant que j'lui donne la suite des instructions. J'souris à ses mots et on s'mit chacun de notre côté, toujours en silence, à faire ce qu'on avait à faire. J'tentais de pas regarder le corps nu de Maxine, parce que de toute façon, là, j'avais simplement envie qu'elle aille mieux, avant de penser à quoi que ce soit d'autre. Et puis, il ne fallait pas que j'craque, c'était pas possible. J'savais pas du tout ce que ça donnerait au lever du jour et j'préférais pas y penser. J'lui avais donné une brosse à dent et sa réflexion m'arracha un rire. "Tu veux que j'en fasse quoi? Que j'l'encadre dans ma chambre genre?" Je souris avant de quitter la salle de bain. Dans la chambre, j'en profitais pour enlever mon t-shirt et mon pantalon avant d'enfiler un short en coton gris, qui me servait de pyjama. Habituellement, j'dormais seulement en boxer mais là, un vêtement de plus, c'était plus safe. Même si, je le répète, il ne se passera plus rien avec elle. C'était du moins ce que je tentais d'ancrer dans ma tête. Finalement, Maxine arriva alors que je l'attendais sur le lit, l'oreiller un peu relevé. J'posais mes yeux sur elle et elle vint s'installer à côté de moi. J'levais les yeux au ciel à l'écoute de sa remarque. "Mais tu penses constamment à ça toi, c'est pas possible!" que j'lui répondais avec le sourire. J'lui tendais le bras pour l'inviter à venir près de moi. Elle posa sa tête sur mon torse, et j'entourais mon bras autour de ses épaules. "Repose toi bien Max." que j'lui disais en murmurant. Wahou. Quelle soirée. Rien de tout ça n'était prévu et pourtant, elle était bien là, Maxine, tout près de moi. J'écoutais sa respiration, pour être certain qu'elle s'endorme bien. J'm'enfonçais un peu dans le lit, pour être plus à l'aise, gardant toujours Maxine contre moi. J'fermais les yeux à mon tour et je m'endormais. Je ne savais pas du tout quelle heure il était, j'savais pas non plus à quoi ressemblerait la matinée, mais j'tentais de pas trop y penser.  Les heures défilèrent et bientôt la lueur du jour inonda la chambre. Mais moi, j'dormais, bien bien profondément. Pas matinal pour deux sous, je profitais des heures de sommeil. Dans la nuit, on avait bougé, nos corps s'étaient séparés. Mais d'la savoir dans mon lit, ça me plaisait beaucoup, vraiment.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 60
MESSAGE : 3793
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso EmptyMer 28 Juin 2023 - 17:57

Cette soirée était un échec à tous les niveaux. Orso, elle n’arrivait pas à l’oublier, alors pour l’aider, elle avait bu à outrance. Maxine elle s’était mise en danger, avec cet homme qui voulait lui faire tester cette drogue dure. Puis Orso, il était là, à cette même soirée, l’empêchant de succomber à cette bêtise. Max, elle s’était montrée vulnérable, affaiblie et surtout sincère. Elle n’avait pas fait trop d’effusion romantique, se cantonnant à quelques mots francs dans cette conversation. Il devait bien rire, de la voir Maxine si perdue. Dans cette salle de bains, elle ne se rendait même pas compte de sa nudité face à celui qu’il l’avait déjà vu nue. Plusieurs fois. Orso, il avait appris à dompter le cors de l’anglaise, connaissant un peu ses failles, mais il ne faisait rien ce soir. Il ne se permettait pas un regard insistant ou tout simplement un regard. Non, il respectait Maxine dans cette vulnérabilité et faiblesse qu’elle avait ce soir. Ils n’avaient pas souris ou rient de cette façon depuis des semaines, et Max elle n’en profitait même pas. C’était triste. L’ironie avait quitté son corps, mais les souvenirs de leur brèves relations étaient encore bien vifs. Elle faisait allusion à toutes ces fois où ils avaient fait l’amour, mais jamais dans cette baignoire. « Il faudra qu’on remédie à ça ! » Disait-elle un peu rêveuse, comme si elle se parlait à elle-même. Orso, il parlait italien, cette langue si musicale qui avait fait craquer Maxine plein de fois. Qui l’avait mis hors d’elle aussi. « J’te connais assez pour savoir que tu le parles quand tu ne contrôles pas tes sentiments. » Répondait-elle si naturellement. Il lui avait fait une petite référence à Sherlock, ce célèbre détective de son pays. « Un jour je t’emmènerais 221B Baker Street. » Max c’était une amoureuse de Londres, une vraie citadine qui avait grandi dans cette ville. Il n’y avait pas un seul endroit qu’elle ne connaissait pas, passant des week-ends à se promener avec sa famille. Il y avait beaucoup de promesse qui sortaient de la bouche de Maxine, pas sûr qu’elle les tiennent le lendemain matin. Il avait mit la serviette autour d’elle, et en pendant un instant ils se regardaient. Max, elle se sentait bien dans ses bras, même si ça lui faisait encore mal de savoir qu’il ne l’appréciait plus à cause de son âge. Elle écoutait toutes ses indications, vaquant à ses activités aux côtés d’Orso qui lui se préparait pour aller dormir. Maxine, elle n’en profitait même pas pour l’observer secrètement, trop ivre pour se concentrer sur deux tâches. Quand il lui sortit sa brosse à dent, elle lui confirmait qu’il pouvait la garder, elle en avait chez elle. Elle lui souriait en retour. « Peut-être, quand je serais célèbre ça vaudra des millions. » Elle ne mit que quelques minutes avant de le rejoindre dans sa chambre, prenant des précautions pour ne pas faire de bruit. La porte fermée, elle se retrouvait vite à ses côtés, alors qu’elle sortait une énième fois une référence à leur relation passée. « C’est d’ta faute aussi ! T’avais qu’à pas me quitter, ça m’manque. » Disait-elle en souriant légèrement, un voile de tristesse très léger dans ses yeux. Elle se blottissait près de lui, posant sa tête sur son torse. Son souffle chatouillait la peau nue de l’italien. Elle hochait légèrement la tête à sa phrase, avant de s’endormir, entourée des bras de cet homme. Max elle était attachée, trop attachée. Le lendemain, tout allait se compliquer. Mais pour l’instant, c’était paisiblement qu’elle entrait dans ses rêves alcoolisées. Ils dormaient longtemps, la lueur du jour commençait à se frayer un chemin à travers la fenêtre. La matinée avait débuté il y a plusieurs heures. Max, elle ouvrait difficilement un œil, tombant sur l’image d’un Orso calme et endormi. Il ne lui fallut que quelques secondes à l’anglaise pour se souvenir des quelques brèves de sa soirée. Tout lui revenait, pas forcément en ordre mais ça revenait. Ce bar, ce mec, Orso, le vomit, la douche, la proximité. Elle poussait un long soupire de désolation, et pendant quelques secondes, elle le regardait. Il était beau son italien, endormi. Max, elle avait mal à la tête, son corps réclamait de l’eau. Alors elle se levait, difficilement, ouvrant légèrement la porte, espérant ne pas croiser les colocataires d’Orso, surtout en ne portant qu’une culotte et le tee-shirt de l’italien. Elle prit un grand verre d’eau, puis un deuxième avant de retourner dans la chambre. Il était réveillé Orso, l’air un peu perdu. Elle souriait légèrement. « J’suis désolée. » Disait-elle timidement, avant de récupérer les quelques affaires pour se préparer à rentrer chez elle. Maxine elle n’avait pas la force à se battre ce matin, surtout pas avec lui, plus avec lui.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty
MessageSujet: Re: Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso   Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les démons viennent de partout, même là où on ne les attend pas - Maxso
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» On se blesserait même avec zéro mot - Maxso
» #381 - partout où t'emmènera le vent, je serai un peu là en même temps (wooja)
» Et alors, on n'attend pas Patrick? [ft. Gretchen]
» j'sais rien faire de mieux, me dis pas que tout est possible j'sais même pas ce que je veux - maxso
» qu'est-ce qu'on attend pour vivre, qu'est-ce qu'on attend pour briller ? (bella)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: