AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

-57%
Le deal à ne pas rater :
Chromebook Lenovo IdeaPad Slim 3 14” FHD 4 Go / 128 Go (ODR de ...
99.99 € 229.99 €
Voir le deal

 

 Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMar 27 Juin 2023 - 15:36

Laos mai 2023

Le petit avion s’était posé de nuit sur le tarmac de l’aéroport de Vientiane, il faisait chaud, même alors que le soleil était couché, le voyage avait duré près de dix neuf heures et il y avait trois heures de décalage horaire. Mais surtout, ils n’étaient pas encore arrivés à destination, il leur faudrait encore quelques heures pour rejoindre les montagnes et la population des Lao Hmong, qui serait une première étape dans le séjour des deux photographes. Ils venaient de fouler le sol Laotien et avaient été accueilli par leur guide, Alom, qui allait aussi leur servir d’interprète durant ces quinze jours. Léo était épuisé, écrasé par la chaleur, mais heureux d’être ici, reconnaissant de pouvoir faire ce voyage qui, il le savait, serait si riche, il allait voir des paysages à couper le souffle et faire des rencontres qui le marqueraient, il n’en doutait pas une seconde. Alba avait dormi sur son épaule durant une grande partie du vol, quelle chance elle avait de pouvoir dormir si facilement. Lui en avait été incapable, peut-être d’ailleurs parce que la blonde était là, abandonnée contre lui. Il avait eu beau jouer l’homme détaché, invoquer les raisons professionnelles qui l’avaient poussé à insister pour qu’elle le suive dans ce périple, parce que oui, Alba était une excellente photographe, parce qu’elle savait capter un regard, révéler le beau comme personne à travers son objectif, était-ce vraiment cette raison là qui le motivaient au fond ? Depuis quelques semaines leur relation avait évolué, depuis cette soirée en boite de nuit ils avaient réappris à se parler, ce n’était pas toujours simple, c’était souvent maladroit, il y avait encore tellement de peur, de frustration, mais d’amour aussi. Emerson n’avait aucune idée d’où tout ça pourrait mener, il tentait de se convaincre que son histoire avec cette femme était terminée, pourtant il avait saisi la première opportunité pour l’emmener avec lui à des milliers de kilomètre de Bowen, eux qui étaient incapable de s’aimer en Australie mais qui savaient si bien le faire partout ailleurs loin de leurs repères. Il s’était persuadé tout le trajet qu’il lui avait proposé ce job pour de bonnes raison et que la chaleur qui l’envahissait alors qu’il la sentait contre lui n’y changeait rien. Il avait souri maladroitement quand elle s’était réveillée, alors que le commandant de bord annonçait leur descente sur l’Asie. Puis ils s’étaient laissé guider pour monter dans le 4x4 il n’y avait pas de temps pour la tendresse, la gêne ou les questions, ils étaient ici en tant que photographe et leur planning s’annonçait chargé. Une fois dans le véhicule ils avaient encore deux bonnes heures de trajet, ils devraient arriver sur les sommets pour le lever du jour. Je meurs de faim. Pas toi ? Il fouilla dans son sac et attrapa une bouteille d’eau et des barres énergétiques. Je n’ai que ça, on peut dire que ça fera l’affaire. Il en tendit une à Alba.

@Alba Jensen Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen 2269043814

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyVen 30 Juin 2023 - 17:07

Elle l’avait attendu ce voyage. Elle l’avait appréhendé aussi. Léo et elle allaient passer tout leur temps ensemble, à photographier des endroits magnifiques. C’était un voyage de rêve, mais qui allait mettre les nerfs d’Alba à dur épreuve. Léo, elle en était complètement amoureuse et depuis toujours. Le savoir près d’elle sans pouvoir l’embrasser, le toucher ce n’était pas fait pour Alba. Et pourtant, elle savait que c’était terminé parce qu’ils s’étaient fait trop de mal. Le Laos, ça lui rappelait des souvenirs. Il y a dix ans, elle avait prévu de le visiter ce pays, juste après le Vietnam. La future maman, elle avait dû abandonner la fin de son voyage pour retourner à Bowen. C’était dans une clinique vietnamienne qu’elle avait appris qu’elle attendait un enfant. Jon. Son retour avait été une évidence tirant un trait sur le reste de l’Asie. Depuis, elle avait eu l’opportunité de découvrir l’Asie du sud, sauf le Laos. Le trajet durait longtemps, et Alba elle avait dormit une bonne partie du voyage sur l’épaule de Léo. Elle avait cette facilité à s’endormir un peu partout et c’était encore plus confortable quand Léo était à côté d’elle. Sortir de l’Australie, ça leur ferait du bien. Il y avait ce paradoxe entre eux, où à l’autre bout du monde, à l’abri de tous les regards, ils savaient s’aimer. C’était si simple quand le soleil asiatique les brûlait et que les lagons étaient aussi bleus que le ciel. Ils étaient anonymes, le seul repère de l’autre. Ça lui faisait peur à Alba de se retrouver ici avec l’homme qu’elle aimait. En arrivant à l’aéroport, leur guide les attendait avec un sourire. Ils en avaient encore du trajet, et après ce n’était plus possible de faire marche à arrière. Ils allaient rester ensemble, dans des endroits reculés du pays. La route les secouaient, à l’arrière, ils ne parlaient pas forcément jusqu’à ce que Léo brise le silence. « Si ! Ce n’était pas très bon dans l’avion. » Oui, ils faisaient parties de cette catégorie de personne privilégiée qui pouvaient comparer les repas des compagnies aériennes. « Merci ! » Disait Alba en souriant, alors qu’elle profitait du voyage pour observer le paysage. Les deux défilaient, ils arrivaient enfin au petit village, ils avaient à peine le temps de poser leurs affaires que déjà ils marchaient pour arriver au sommet et capter les lumières du jour. « C’est magnifique ! » Disait Alba émerveillé, alors que Léo appareil au bras mitraillait de photos le lever de soleil. « Arrête deux secondes et regarde. » Lui disait-il. Léo il n’avait pas besoin de faire des centaines de photos pour capter la belle image, mais il fallait qu’il apprécie la vue, de ses propres yeux et pas qu’à travers la prise de vue.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptySam 1 Juil 2023 - 16:06

Tout le monde le savait, Léo voulait tout, tout de suite. Pur produit d’un caprice patriarcal, fils unique, autant délaissé que trop gâté pour qu’il ne s’en plaigne pas trop, il était lui-même devenu égocentrique et capricieux. Il voulait la reconnaissance, le succès, il voulait les plus jolies femmes, qu’elles ne lui refusent rien, mais qu’elles ne soient pas trop faciles à avoir non plus, il voulait qu’elles le regrettent quand il les quittait, mais qu’elles ne fassent pas trop de bruit pour ne pas rebuter les suivantes à son tableau de chasse. Il était finalement de la pire espèce, à une époque. Heureusement avec le temps il s’était pris des murs, il avait chuté plus d’une fois, il avait essuyé des échecs qui lui avaient appris à devenir plus humble, il avait eu un enfant qui lui avait appris la patience et aussi qu’il n’était pas le centre du monde. Il avait surtout aimé, trop fort, il s’était finalement fait avoir à son propre jeu et il avait compris combien ça pouvait faire mal parfois, d’aimer si fort. Il n’avait pas totalement changé du jour au lendemain, il restait impatient et têtu, obstiné dans ses choix. Pour ce séjour au Laos il ne voulait qu’Alba, lorsqu’elle s’était imposée à lui comme une évidence il avait tout fait pour qu’elle accepte. Au départ il prévoyait d’emmener Shelly, une charmante photographe qui avait tout pour elle mais qui lui mangeait déjà dans la main, évidemment il aurait pu passer de bons moments ici avec elle, mais c’était trop simple, trop évident. Léo avait besoin de vibrer, il ne voulait plus de ces histoires faciles qu’on oubliait avec la suivante. Et puis Shelly était une mauvaise photographe, elle n’avait pas l’œil, il n’y avait pas d’émotion dans ses clichés. Les photos d’Alba avaient une âme, une patte, on sentait toute sa passion et son amour, de son métier mais aussi des autres, avec une image elle racontait toute une histoire. Sans parler de leur histoire à eux, qui était tout sauf facile et qui pesait elle aussi dans la balance des choix. Léo ignorait qu’Alba prévoyait de visiter le Laos et que c’était à cause de lui qu’elle n’y était finalement jamais allée, sans le savoir il réparait presque son erreur.
Il fallait avouer que malgré des billets d’avion en classe business, tout frais payé par l’agence qui les engageait, ils n’avaient pas si bien mangé que ça durant le vol. Heureusement qu’il y avait la coupe de champagne qui allait bien, elle avait détendu le photographe au début du voyage. Il n’était pas stressé à l’idée de partir ni même par l’avion, mais par la simple idée de passer quinze jours, seul avec celle qu’il aimait, tout en sachant qu’il n’avait plus droit à l’erreur, qu’il devait s’en tenir à une relation strictement professionnelle. Une fois dans la voiture qui les menait vers leur destination il sourit en lui tendant un encas réconfortant. Ils n’étaient pas très loquaces, visiblement chacun était un peu trop pris par ses pensées. Léo discuta un peu avec leur guide, avant de somnoler sur la fin du trajet. Une fois arrivés à bon port, alors qu’ils auraient pu se coucher pour récupérer de leur périple, il ne leur fallu pas longtemps pour choisir d’aller plutôt crapahuter vers les sommets pour mieux observer le soleil se lever, chacun armé de son appareil, ils ne voulaient pas manquer ce spectacle. Il y aurait pourtant d’autres aubes, mais celle-là symbolisait le début du voyage, comme un nouveau départ. Alors qu’Alba s’émerveillait de la lumière, de cette vue qu’elle bouffait des yeux, Léo, lui, ne quittait pas son objectif. Concentré dans ses réglages et ses prises de vue, il sursauta presque quand la blonde lui proposa d’arrêter. Il se détacha alors de son réflexe, lui lança un regard avant de sourire dans sa barbe. Puis il posa son appareil et s’assit au bord d’une falaise, il n’avait pas peur du vide, sa peur à lui, c’était elle. Il n’allait pas lui dire que c’était moins risqué de capturer la beauté du soleil dans des dizaines de clichés inutiles plutôt que de regarder de ses yeux nus, de ce regard qui trouvait que la plus belle chose à voir ce n’était pas le spectacle du soleil, mais bien elle, son australienne. Il sourit alors qu’elle tentait de s’approcher, il savait qu’elle avait le vertige. Tu ne crais rien tu sais, je suis là. Puis il laissa son regard se poser sur l’horizon et mesura cette chance qu’il avait d’être là. T’as raison, c’est magnifique.


__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptySam 8 Juil 2023 - 0:14

C’était le tout premier voyage de sa vie où elle partait avec cette angoisse au fond d’elle. Alba avait presque grandit dans les avions, survolant les océans et les montagnes de ce monde dans cette petit boîte métallique. Toujours, elle ressentait cette excitation de découvrir un univers différent et des coutumes différentes. L’angoisse n’existait pas puisqu’elle vivait pour le voyage. Parfois, ça lui arrivait de s’inquiéter pour son fils, surtout quand elle partait plus de quelques jours. Elle aurait pu naître de là son angoisse, malheureusement non. Il s’agissait de Léo et de ces quelques semaines côte à côte sans pouvoir se toucher, s’aimer et partager cette passion commune. Finalement, à part en France, les voyages étaient plutôt leurs alliés à ce couple brisé, permettant les effusions de sentiments et la communication qu’ils peinaient à mettre en place en Australie. Le voyage avait duré longtemps, et même si tous les services avaient été impeccables, les repas eux laissaient à désirer. Alba avait eu du mal à manger les plats qui manquaient de goûts, ou peut être que c’était son angoisse qui lui coupait la faim. Elle avait pu se reposer l’australienne dans les airs, profitant ainsi du paysage dans la voiture. Léo et Alba, ils échangeaient quelques commodités. Léo il avait toujours eu ce don de parler aux personnes en voyage, comme si loin de l’Australie il se permettait d’être lui-même. Ça faisait bientôt qu’ils se connaissaient, et Alba avait découvert que dans sa ville natale, il était trop connu. Il avait perdu cet anonymat Léo qu’il pouvait retrouver à l’autre bout du monde. Ils arrivaient à leur premier village, mais ils déposaient à peine leur valise, Léo et Alba voulaient immortalisé cette première soirée. Ça leur permettait également de se faire aux décalages horaires. Ils avaient suivi le guide, qui connaissait bien le coin. Pour l’instant, les conversations restaient timides, et elle suivait les deux hommes un peu perdues dans ses pensées. Ils n’étaient pas dans la même chambre, ils étaient chacun dans une petite maison séparée, profitant de tous le confort. Alba, ça la gênait parce qu’elle arrivait avec sa richesse, imposant sa présence dans un endroit où les gens ne vivaient pas comme elle. Dans ces moments là, elle préférait rester discrète, s’enrichissant de la culture et apportant l’aide que les locaux désiraient. Pour le moment, ils profitaient de l’aube, cette belle lumière qui appelait le jour. C’était si beau, et Léo lui il se cachait derrière son appareil. Lui rendant son sourire, elle posait son appareil à côté du sien. Ils avaient assez capturé de photo, Léo était assez doué pour capter le moment parfait. A la place, il s’approchait de la falaise, s’asseyant au rebord pour profiter du spectacle. Alba, elle essayait de s’approcher, mais le vide était trop présent, ça l’angoissait. « Je ne contrôle pas Léo ! » Répondait-elle doucement, alors que le guide les laissait un peu seul. Lui il connaissait le paysage, il fit quelques mètres pour passer un coup de fil, laissant les deux anciens amants ensemble. Il n’avait pas encore comprit ce qui se tramait entre les deux photographes. Elle prit quand même son courage et se posait à côté de Léo, se servant de son épaule pour s’asseoir. Elle s’accrochait à lui, et une fois assise elle tremblait un peu mais elle regardait l’horizon Alba. « Oui c’est magnifique ! » Elle soufflait légèrement, profitant du spectacle. Ils restaient comme ça plusieurs longues minutes, Alba se rendait compte à quel point elle avait envie de lui prendre la main, ou juste poser sa tête sur lui. « Tu crois qu’on va réussir ? » Elle parlait d’eux Alba, pas de leur mission. Elle ne savait pas comment se finirait ce séjour, mais elle espérait qu’ils n’aggravent pas la situation déjà compliquée.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMer 12 Juil 2023 - 0:04

Le dernier voyage de Léo remontait à un sacré moment, il avait peu bougé ces derniers mois, privilégiant sa santé au détriment de son amour pour le monde. Il avait refusé des contrats, parce que son psy lui avait bloqué des créneaux en lui expliquant toute l’importance d’être constant dans ses séances s’il voulait avancer. Emerson devait avoir la tête du gars qui venait en thérapie une ou deux fois en pensant que ça suffirait et puis basta, seulement il avait appris qu’il fallait du temps, qu’il fallait beaucoup de patience pour arriver à un résultat. Il n’était pas encore certain d’avoir pris la mesure desdits résultats, mais il avait compris la résilience. Et puis tout ce qu’il ne voyait pas, tout ce qu’il ne comprenait pas encore, c’est que jamais il n’aurait été capable de faire ce voyage avant, avec Alba, ne serait-ce que de l’envisager sans arrière-pensée. Sans rancune ou envie de plus. Certes l’amour était toujours là, l’attirance aussi, il en était conscient. Mais ça ne l’effrayait plus, il avait envie d’être en paix avec elle, d’avancer main dans la main dans le binôme de parents qu’ils formaient, certes ils s’étaient brisés des dizaines de fois, certes tout était encore fragile et branlant, mais il voulait que ça fonctionne, pour Jon et parce qu’il ne voulait pas que cette femme devienne une étrangère, surtout pas elle. Il avait d’abord accepté ce voyage pour lui, six pages dans le National géographique pour un reportage d’exception ça ne se refusait pas, on aurait pu le proposer à tellement d’autres photographes, mais c’était lui qui avait été choisi ? Ce n’était pas un hasard, il le savait, c’était le fruit d’une collaboration qui durait depuis des années, une preuve de confiance de la part du magazine et il pouvait en être fier. Qui plus est il avait eu carte blanche pour choisir le confrère qui l’accompagnerait, c’était inespéré, il lui était arrivé plusieurs fois de travailler avec d’autres professionnels qu’il avait détesté, pour leur comportement, leur personnalité ou bien leur égo. Cette fois ce serait un plaisir, il allait tout faire pour que ça le soit. Parce qu’Alba il l’avait choisie, pour de bonnes raisons, il en était convaincu. Il savait qu’elle ne quittait Jonah que rarement surtout pour de longues périodes, surtout ces derniers temps où elle avait préféré le garder avec elle parce qu’elle n’avait plus confiance en son ex. Mais tout ça était derrière eux à présent. Pour ce séjour il avait besoin d’elle, de son œil avisé de photographe, de cette façon si unique qu’elle avait de rendre le beau plus beau, voilà tout. Cependant dès le premier vol, les premières minutes où la blonde s’était reposée sur son épaule, il n’avait eu de choix que de réaliser que toutes ses belles paroles n’étaient que du vent, alors qu’il jouait doucement avec une longue mèche dorée qui lui chatouillait la nuque, il avait mis trop de tendresse dans ce geste qui le ramenait de longs mois en arrière, pour que ce soit anodin. Mais il avait vite chassé tout début d’idée, il ne se passerait rien, même si Jensen lui avait signifié plus d’une fois que pour elle tout était encore possible, l’amour n’était malheureusement pas toujours vainqueur.
Au terme de ce voyage éprouvant, alors qu’ils auraient pu s’écrouler dans leurs lits, ils choisirent de prendre la poudre d’escampette, le décalage horaire n’était que de trois heures, mais s’ils commençaient à dormir en décaler ils seraient foutus pour le reste du séjour. Et puis ils avaient envie de profiter des premières lueurs de l’aube, comme ils savaient si bien le faire. Ils n’avaient pas eu besoin de se concerter bien longtemps, c’était une de leurs habitudes en Thaïlande, où qu’ils allaient, ils profitaient du levé de soleil et visiblement aucun des deux n’avaient oublié. Leur guide avait insisté pour les accompagner, bien que ce ne soit pas nécessaire et une fois sur place ils en avaient pris plein les yeux, du moins Alba, parce que Léo restait scotché à son réflex, perdant un peu de la magie. Face à tant de beauté, face au visage radieux de son ex il paniqua un instant, et s’il n’était pas capable de feindre l’indifférence ? Elle le rappela à l’ordre et elle avait raison, il fallait qu’ils profitent, de chaque seconde, alors il s’approcha du vide, lui qui adorait tutoyer le danger, il n’avait pas peur, au contraire cette adrénaline le grisait. Et il profita, c’était si beau. Il sourit tandis qu’elle tentait de s’approcher et de vaincre son appréhension du vide, il finit par lui tendre la main pour l’aider à s’approcher. Je sais que tu ne contrôles pas. Allez, viens. Après une manœuvre périlleuse pour quelqu’un qui avait le vertige, Alba trouva sa place à côté de son ancien amant et ils restèrent bouche bée, le regard porté sur l’horizon qui leur offrait un spectacle époustouflant. La question d’Alba resta en suspens quelques secondes, Léo tentant de sonder ce qu’elle attendait comme réponse, ce qui lui ferait du bien et la rassurerait. Il avait compris qu’elle parlait d’eux et de rien d’autre, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute. On va y arriver oui. Il se devait d’être confiant pour eux deux, c’était bien lui qui les avait entraînés dans ce voyage. Il ponctua son affirmation avec un petit sourire et en l’attrapant par les épaules pour la serrer contre lui. Juste au cas où tu glisses ! Qu’il ajouta, comme pour se moquer gentiment de ses peurs, avant de piquer un bisou furtif dans ses cheveux avant de la lâcher. On devrait rentrer pour défaire nos bagages. Léo savait qu’ils commençaient dès à présent en vérité, c’était un peu l’avantage et l’inconvénient de métiers comme le leur, ils n’arrêtaient jamais, ils étaient toujours en recherche d’un beau cliché. On pourrait appeler ma mère pour voir des nouvelles de Jon. Il se doutait qu’elle avait pensé à leur fils et qu’elle avait hâte de lui parler.


__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMer 19 Juil 2023 - 22:16

Elle avait longuement hésité Alba avant d’accepter la proposition de Léo. L’amour qu’elle lui portait était toujours aussi fort, il n’avait qu’un mot à dire et il retrouvait Alba. Mais lui il ne voulait plus, elle l’avait trop brisé. Cette thérapie lui faisait du bien à Emerson, et Alba se contentait de ce qu’il lui offrait. Ils arrivaient à discuter, à marcher côte à côte et faire front commun quand il s’agissait de Jon. Ils en avaient traversé des tempêtes, et celle-ci, ils la prenaient avec beaucoup de maturité. Alba se souvenait de ce moment, à la sortie de la boîte de nuit où ils avaient prit le temps de parler. Pourtant au départ, ce n’était pas gagné, Léo s’était montré sur la défensif vis-à-vis de Jon. Leur fils c’était leur rayon de soleil, sauf qu’Alba était une maman louve, prête à mordre s’il lui arrivait quelque chose. Léo l’avait mit en danger, et tout l’amour qu’elle lui portait n’avait pas suffit pour la calmer. Heureusement, c’était de l’histoire ancienne, aujourd’hui ils partaient en voyage, retrouvant leur passion commune pour National Geography. C’était une opportunité de dingue pour Alba, une façon de retourner dans le monde de la photographie qu’elle avait mit un peu de côté. Pendant deux semaines, ils allaient arpenter la Laos, découvrir des paysages fabuleux, faire des rencontres qui changeraient. C’était comme ça qu’ils avaient appris à se connaître et à s’aimer. Les paysages asiatiques avaient été témoins de leurs premiers émois. Alba ne montait pas dans cet avion avec la certitude qu’ils repartiraient main dans la main. C’était même tout le contrait, ça lui faisait peur ce voyage, qu’ils dépassent une nouvelle limite et qu’à la fin ils finissent par se détester. Pourtant ça ne l’empêchait pas de s’endormir sur le photographe durant le trajet, se sentant apaisée par sa présence. Heureusement qu’elle dormait un peu parce qu’à peine arrivé au village, ils avaient déjà prit leur appareil pour monter quelques mètres et profiter du lever de soleil. C’était leur habitude à eux, trouver le coin parfait pour voir le soleil se lever et le voir se coucher. En Thaïlande, leur journée se rythmait par ses deux événements journaliers. Alba elle avait posé son appareil, alors que Léo lui il ne regardait l’horizon qu’à travers sa caméra. Il fallait qu’il arrête et qu’il profite de la beauté des lumières sans l’appareil. Léo il s’approchait du précipice, s’asseyant au bord les jambes pendants dans le vide. Avec tout le courage nécessaire, elle le rejoignait, alors qu’elle lui serrait la main pour ne pas tomber. Puis Alba elle lui posait cette question. Est-ce qu’ils allaient réussir à s’n sortir ? Elle avait peur de brisé ce peu de confiance qu’ils avaient retrouvé. Elle lui rendit son sourire, alors qu’il l’attrapait par les épaules pour la rapprocher d’elle. « Haha moque toi ! » Répondait-elle en riant, posant sa tête sur l’épaule du photographe. Ils étaient bien là, dans une partie du monde qu’ils ne connaissaient pas. Il lui embrassait les cheveux et la photographe elle fermait les yeux quelques instants, profitant de cette proximité. Mais elle ne durait pas longtemps, il fallait retourner au camp. « Oui … » Répondait-elle alors qu’elle se levait tout en se tenant à Léo pour ne pas tomber. Puis il avait dit le mot magique en parlant de Jon. Alba mourrait d’envie d’entendre son fils. « Je fais des efforts, je n’ai pas parlé de lui et je l’ai même laissé deux semaines ! » Disait-elle en riant. Alba savait qu’elle était très fusionnelle avec Jon, tout le temps avec lui. Ça leur ferait du bien à tout les deux d’être un peu éloignés l’un de l’autre.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMer 26 Juil 2023 - 17:49

Tous ses voyages avaient apporté à Léo, lui qui vivait pour les rencontres, qui vibrait pour les grands espaces, qui avait la bougeotte, il savait toujours profiter de chaque instant et se créer des souvenirs précieux. Et certains séjours l’avaient changé profondément, lui apportant une nouvelle vision de la vie, une expérience riche, une rencontre marquante. Tous les voyages qu’il avait faits avec Alba avaient fait de lui un homme nouveau. Qu’il s’agisse de leur rencontre à Bangkok, qui avait profondément bouleversé celui qu’il était, ou bien leur retour dans cette ville qu’ils avaient tant aimée, quelques années après et où, enfin, il avait osé lui avouer ses sentiments. Et même leur séjour en France, quand tout avait dérapé. Chaque voyage avec cette femme était propice à écrire leur histoire, dans les bons comme les mauvais moments, leur prouver que leur avenir était un périple et que leurs chemins étaient toujours intimement liés. Parfois, Léo s’était demandé s’il aurait revu Alba si elle n’était pas tombée enceinte, si le destin aurait été aussi fantasque. Il lui arrivait d’avoir envie de croire que oui et que tout n’aurait pas été aussi compliqué. Dans les pires moments, il avait espéré que non, se disant que sa vie aurait été bien plus simple, qu’elle serait restée un beau souvenir, à la longue. Tout en sachant, au plus profond de lui, qu’elle aurait aussi été son plus gros regret s’il ne l’avait plus jamais recroisée. Pour l’heure, il ne savait pas encore ce que ce séjour-là allait leur réserver, sous fond de contrat professionnel, Emerson voulait croire que tout était sous contrôle, comme s’il n’apprenait jamais de ses expériences passées, il savait bien que, boulot ou non, ce n’était pas réellement le plus important. Cette fois, cependant, les choses étaient différentes, il avait souffert, il avait perdu confiance, parce qu’il avait été trompé, c’était quelque chose d’inédit, assez pour qu’il ait perdu tous ses repères. Et c’était suffisant pour qu’il ait peur de se rapprocher d’Alba à nouveau, lui le jaloux, le possessif, quand il osait penser l’embrasser, c'étaient les lèvres de Concho s’écrasant sur celles de la blonde qui lui venaient en tête. C’était le meilleur moyen de contraception qu’il ait jamais connu ! Pourtant, la tendresse était là, elle se frayait un chemin malgré tout, elle était là dans leurs sourires, dans la façon qu’ils avaient de se regarder, dans les gestes de Léo qui jouait avec les cheveux de Jensen ou dans leur façon de se chamailler. Le soleil s’était levé sur le Laos, leur première journée les attendait et Léo avait hâte. Il savait aussi que ce voyage serait une épreuve pour la jeune maman, celle d’être séparée de leur fils, alors il prononça la formule magique, celle qui effaçait toute trace de séduction entre eux. Je sais que ça te demande beaucoup oui. À leur retour au campement, ils passèrent de longues minutes en visio avec Jonah, leur fils se montra curieux quant à leurs conditions de voyage, aux choses qu’ils avaient vues ou fait et Léo et Alba firent tout pour répondre à ses questions. Mais la connexion était mauvaise alors la conversation ne s’éternisa pas. Ensuite tout s’enchaîna très vite, les deux photographes purent se rafraîchir et leur guide les entraîna dans le village pour qu’ils découvrent leur cadre de vie pour les premiers jours. Ils discutèrent avec des habitants, Léo fut entraîné par un homme, à qui il était incapable de donner un âge, dans les cultures de rizières en terrasse, seul avec lui, sans traducteur pour l’aider, il fut juste captivé par la gentillesse de cet homme, la beauté du paysage et frappé par la pénibilité de son travail. Il n’avait pas de matériel avec lui, rien pour capturer ce qu’il voyait ni pour écrire son histoire, alors il reviendrait, il avait déjà hâte. Cette première journée était épuisante et ils n’avaient pas encore commencé à travailler, ils avaient simplement découvert, ils s’étaient immergés dans cette nouvelle culture, Léo s’y sentait déjà si bien. Il échangea peu avec Alba durant la journée, ils s’étaient finalement plus croisés qu’autre chose. Et lors du repas, la fatigue se faisant sentir, ils n’étaient pas côte à côte, ils avaient surtout senti le regard de l’autre sur soi quelques fois. Et Léo avait luté pour ne pas piquer du nez dans son assiette ! Au moment d’aller se coucher, un peu au radar, Emerson suivi la blonde sans réfléchir, comme une habitude, alors qu’ils avaient pourtant chacun leur logement. Des logements bien trop confortables, comparé au standard local. Il leva les yeux vers Jensen quand il sentit son regard sur lui, elle s’était arrêtée et le fixait. Quoi ? J’ai fait quelque chose de mal ? Il lui semblait qu’elle le regardait de travers, il n'avait pas encore compris que sa chambre était dans l'autre direction. J’suis décalqué, je n’ai qu’une envie, c'est dormir. Il regrettait presque de ne pas être assez en forme pour discuter avec elle sur l’oreiller, mais il avait la sensation que dès qu’il toucherait son lit, il s’y écroulerait dans la seconde.


__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptySam 29 Juil 2023 - 19:14

Voyager avec Léo c’était prendre le risque de briser ce qu’ils étaient en train de construire. Alba avait fait de trop grosses erreurs, entraînant une rupture qui durait depuis plus d’un an à présent. Pour la photographe, il n’y avait pas d’espoir même si elle appréciait les moments de complicité qui émergeaient entre eux. C’était comme s’ils se découvraient en dehors des tempêtes et de l’amour. Il y avait des rires francs, une douceur et un respect mutuel. Après tant d’année, ils avaient enfin réussi à passer du temps ensemble, même sans baiser. Pourtant le désir, il était toujours aussi prenant et important, Alba, elle était toujours amoureuse de lui. Mais elle le laissait partir, choisir son chemin, même loin d’elle. Pourtant, ils s’étaient disputés au sujet de ce voyage, les emmenant loin de leur repère. En voyage, ils étaient deux personnes différentes, révélant la vraie facette à l’autre. Ils se connaissaient si bien les deux anciens amants, il n’y avait pas que Jon en commun. Non. Ils avaient pu se construire des souvenirs, des moments mémorables que ce soit en Thaïlande, en France et bientôt ici. Alba se rendait compte que même s’ils n’étaient pas un couple, Léo était le père de Jon. Il était le seul homme avec qui elle construisait sa famille. A trois, ils en étaient une, même si elle était parfois bancale. Jon était le ciment de leur lien, la raison qui les avait conduit à se retrouver. Jamais elle ne serait revenu vers lui si elle n’avait pas été enceinte. Léo le savait. Elle le savait. Ils auraient peut-être fini par se croiser, au détour d’un voyage ou en Australie. Alba aurait été dur, froide et méchante, blessée par son départ précipité alors qu’elle l’aimait déjà à l’époque. Mais c’était un autre univers, dans celui-là, Jon avait besoin de ses deux parents. L’énonciation du prénom de son fils suffisait pour qu’Alba se dépêche pour rentrer. La connexion était mauvaise, mais pendant plusieurs minutes elle pu parler à son fils. Il avait tout un tas de question le petit blond, et Alba se promettait de bientôt l’emmener avec elle. Jon il avait le voyage dans le sang comme ses parents, ayant déjà pris l’avion un nombre incalculable de fois. La journée se passait rapidement. Installée dans sa chambre bien trop luxueuse, Alba rejoignait le village où elle fit la rencontre de ses habitants. Chacun avait envie de rencontrer ces australiens. Pendant des longues heures, Léo avait disparu. Elle le cherchait sans la vouloir. Elle découvrait l’école, cette petite case où les enfants avec le peu de matériel apprenait à lire et à écrire. Ils ne parlaient pas anglais, alors Alba décidait de leur raconter une histoire sans voix, juste avec des marionnettes. Ils ne travaillaient pas aujourd’hui, et chaque moment à ces personnes étaient précieuses. Le repas arrivait vite, et elle retrouvait Léo. Même s’ils n’étaient pas à côté, elle sentait sa présence dans cette salle. La fatigue se faisait sentir, après ces longues heures sans dormir. Alba se levait, saluant ses hôtes avant de sortir. Sa chambre n’était pas si loin, mais très vite elle remarquait qu’elle était suivie par Léo. Elle ne comprenait pas ce qu’ils faisaient, il avait les yeux presque éteint. « Heu … non mais ta chambre est de l’autre côté. » Disait-elle avec presque timidité. Quelques années auparavant, il aurait été évident qu’ils partagent cette chambre. Ça lui manquait de ne plus se réveiller avec l’australien à ses côtés. Il aurait été incapable de retourner à l’autre bout du village. « Allez viens ! » Disait-elle tendrement, se rapprochant de sa chambre. C’était assez évident finalement qu’il soit là, pourtant Alba ne se voyait pas l’embrasser. Non, ils avaient besoin de dormir. Elle fit un tour dans la salle de bain et en revenant, Léo dormait déjà. Elle l’observait pendant quelques secondes en souriant, avant de le rejoindre. Il ne lui fallu que quelques secondes pour qu’elle sombre à son tour dans le sommeil. Le jour transperçait sa chambre, dévêtu de rideaux et de volets. Elle ouvrait les yeux, tombant nez à nez avec le regard de Léo. Durant la nuit, ils s’étaient légèrement approchés. « Salut. » Disait-elle en rougissant légèrement.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyLun 31 Juil 2023 - 0:37


Dans les journées comme il venait de vivre, Léo se demandait toujours pourquoi il revenait à Bowen, pourquoi sa vie n'était pas simplement faite de découvertes, de rencontres, de nouveaux pays à explorer, de nouveaux langages à apprendre. Il ne lui suffirait que d'avoir son sac à dos, son passeport et son matériel photo, avec tout ça il pouvait vivre au quotidien et travailler. Ce genre de vie le faisait rêver, nourrissait sa curiosité et sa soif d'aventures. Fut une époque où ça avait suffit, durant un an il avait quitté Bowen, tout laissé derrière lui et il s'en était très bien sorti. Il pourrait vendre sa maison, ses belles voitures, son écran télé trop grand qu'il ne regardait jamais, toutes ces choses finalement tellement futiles qui ne faisaient pas son bonheur, juste son confort. Il pourrait se séparer de ses costumes qui faisaient de lui un homme élégant mais dans lesquels il détestait se glisser. Tous ces codes sociaux qui prouvaient qu'il avait réussi -avec l'argent de papa ce n'était pas compliqué- mais qui l'étouffaient plus qu'autre chose au final. Pourtant s'il y rêvait, souvent, à cette vie de nomade, il savait qu'il ne la quitterait pas. À une époque, peut-être aurait-il eu le courage de le faire, mais aujourd'hui il était papa, il n'avait plus le droit d' être égoïste. Il devait la stabilité à son enfant. Néanmoins que c'était bon de se perdre dans les rizières de passer des heures à découvrir une nouvelle culture, de tâtonner pour se faire comprendre et de réaliser, comme à chaque fois, qu'on arrivait toujours à se comprendre, par les gestes, par un sourire ou un regard, que le rire était la meilleure des armes et qu'il ne fallait surtout pas avoir peur de l'inconnu ni d'aprioris sur les autres. Quand il arrivait en terre inconnue il n'était plus Emerson, juste Léo, voir Charles même parfois , puisque c'était de cette façon qu'il signait ses photos et était connu en tant que photographe. Il ne montrait pas sa richesse, il n'étallait rien. Finalement le plus difficile c'était de se confronter à lui-même, à ses peurs, aux gouffres entre sa vie australienne et celle qu'il vivait avec son sac sur le dos, à ces cultures et ces personnes qui parfois n'avaient rien et au fait qu'il n'avait pas le droit d'arriver en blanc colonialiste alors qu'il aimerait tellement aider. Alors sa meilleure arme c'était de raconter des histoires avec ses photos. Et de faire un travail sur lui quand il sentait que sa réalité lui échappait. Ici au Laos sa plus grande peur avait une chevelure blonde, un parfum délicat et un regard qui lui collait des frissons. C'était plus facile aussi de partir durant des heures avec des inconnus plutôt que de passer trop de temps avec Alba, ça n'empêchait pas de penser à elle mais ça évitait la tentation. Cette première journée fut donc la plus simple, entre la fatigue, la découverte, il avait facilement pu esquiver. Ce soir, néanmoins, il déraillait, la suivant dans sa chambre par réflexe, comme les réminiscences d'une époque où il n'avait même pas à se poser la question. Alerté par son regard insistant, il réagit un peu sur la défensive, la fatigue parlait pour lui. Il se sentir con quand elle lui répondit qu'il dormait de l'autre côté. En grimaçant, il se gratta la tempe, visiblement gêné. Oh. Oui je… Je vais rentrer. Mais Alba le devançait, l'invitant à rester et Léo ne tenta même pas de résister, ce soir, étrangement ce n'était pas de son corps qu'il rêvait, mais bien d'un lit et de sa présence réconfortante. Il esquissa un demi sourire et il la suivit, littéralement les yeux fermés. Une fois dans la chambre, le brun retira ses chaussures avant de s'écrouler sur le lit et de sombrer dans un sommeil profond. Le lendemain il fut réveillé par les premières lueurs du jour et sursauta en réalisant la présence de Jensen à côté de lui, tellement près qu'il pouvait enfoncer son visage dans le cou de la blonde. Il ne lui fallu pas longtemps pour se rappeler de sa fatigue de la veille, il avait encore tous ses vêtements sur lui, aucun risque qu'il ait dérapé. Tout en l'observant dormir, il hésita à quitter la chambre à pas de loup, mais elle ouvrit les yeux et son regard se posa sur le sien. Il sourit doucement. Salut. Ils restèrent ainsi à se fixer sans un mot durant quelques secondes avant que Léo ne se hisse sur un coude. Il crevait d'envie de l'embrasser mais il se retenait, pourtant sa main se glissa dans les cheveux dorés, c'était une véritable torture d'être si proche et pourtant il avait envie de fuir. Je vais rentrer, prendre une douche. Il se redressait déjà. On se rejoint pour un café ? On parlera du plan de la journée, ça te va ? Il devait partir, ça devenait urgent, le manque lui faisait mal, la proximité le consumait. Mais le malaise qui l'envahissait le prenait aux tripes

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMar 1 Aoû 2023 - 18:49

Voyager ça faisait partie de l’essence d’Alba. La jeune femme avait eu une vie remplie de voyage avant de rencontrer Léo. A vingt deux ans, elle était partie pour l’Amérique du Sud, Alba avait envie de découvrir le monde à travers son appareil photo. Il n’y avait un continent qu’Alba n’avait pas découvert, et chaque pays était une nouvelle aventure. Quand Léo l’avait rencontré, ça faisait quatre ans qu’elle était partie en voyage la blonde, se satisfaisant de simples vêtements, elle avait apprit à voyager léger la photographe. C’était encore le cas aujourd’hui, même si elle avait à présent un dressing. Elle préférait ne pas s’encombrer de choses pas nécessaires. Mais il y avait toujours son appareil photo, même si elle faisait moins de photo. Rencontrer Léo l’avait presque rendu sédentaire, l’obligeant à rester dans un seul pays pendant une année. Ça lui avait semblé naturel, comme si tout ces voyages l’avaient mené à cet instant. En Asie, ils retrouvaient cet âme d’aventure, un rappel de leur rencontre. Léo et Alba, ils étaient faits pour s’aimer en bougeant, hyperactifs et avides de découvrir le monde. Sans Jon, ils auraient chacun continuer leur chemin de leur côté, persuadée qu’Alba ne serait jamais tombé amoureuse d’un homme qui l’aurait inciter à rester sur place. Léo il ne l’avait obligé à rien, mais elle n’imaginait pas une vie pour son fils sans père. L’abandon était au cœur de sa vie essayant chaque jour de pallier aux manques dont elle souffrait depuis sa naissance. A des kilomètres de Bowen, c’était si simple de se retrouver alors que le lever de soleil les inondait de ses rayons. La journée fut longue et éprouvante, alors qu’Alba découvrait le quotidien de ses habitants. Rencontrer les personnes lui permettait de rationaliser ses peurs, parce que face au monde les humains étaient si petits. Alba ne se plaignait pas de cet abandon, se rendant compte de la chance qu’elle avait d’avoir Luke et Steen, alors que des milliers d’enfants rêvaient d’avoir une maison. Elle était née avec la bonne couleur de peau, la bonne couleur de cheveux, la bonnes couleur des yeux, celles qui incitent les gens à adopter. Elle le savait, sa vie de petite fille avait été parfaite, ses parents ne cessaient de lui offrir un amour inconditionnel. Souvent elle pensait à sa mère biologique mais jamais à son père vu qu’elle en avait déjà deux. Ne rien savoir l’angoissait parce qu’elle ignorait tout de son héritage génétique, celui qu’elle avait transmis à Jon. Mais quand elle y pensait, elle préférait ignorer ces questions. Au Laos, elle n’y pensait pas du tout, alors qu’elle dégustait un repas fait par les habitants du village en l’honneur de leur invité. En partant se coucher, elle fut surprise d’être suivie par Léo, son point d’ancrage dans cet endroit inconnu. Il n’avait pas comprit que sa chambre se trouvait à l’opposé de celle d’Alba, comme si le guide avait comprit ce qu’il se jouait entre eux. Léo fut mal à l’aise, ç’aurait presque fait rire Alba. Cette situation était tout autant douloureuse que ridicule. Elle ne comptait plus le nombre de nuit qu’ils avaient partagé, elle le voyait à sa tête qu’il avait juste besoin de repos. Alors ils rentraient tous les deux dans l’espace privé d’Alba pour s’endormir profondément sans se soucier au lendemain. En ouvrant les yeux, la première chose qu’elle vit fut les yeux de Léo, ce regard dans lequel elle s’était souvent perdue. Ils se souriaient, mais ça ne durait pas longtemps. Elle vit dans son regard la pensée qu’il eut, celle qui lui disait de fuir. Léo passait son temps à la fuir, alors qu’il y avait tant de tendresse entre eux, comme cette caresse dans ses cheveux. Alba n’était pas brusque, elle savait qu’il n’y aurait plus rien, et pourtant elle sentit cette petite pointe douloureuse dans son cœur. « [color=#cc6633D’accord.[/color] » Disait-elle tout simplement, alors qu’il se levait. Elle aurait aimé l’avoir encore près d’elle, se lover contre lui pour profiter de son odeur et sa chaleur. Avant qu’il ne parte, Alba se relevait sur les coudes. « [color:0848=##cc6633]Je ne voulais pas te mettre mal à l’aise, t’étais juste fatigué et ta chambre se trouvait loin, rien de plus. » Alba se sentait obligée de se justifier, ne voulant pas qu’il croit qu’elle tentait quelque chose. « A tout à l’heure. » Disait-elle en se levant et filant sous la douche. Elle y resta longtemps, profitant de cette douce chaleur, puis elle s’habillait légèrement avec un short et un débardeur blanc afin d’être à l’aise s’ils avaient des marches à faire. Elle retrouvait rapidement Léo à une table, et Alba s’avançait en faisant comme s’ils n’avaient pas passé la nuit ensemble. Il y avait un café pour elle, serré comme elle les aimait. « C’est toi qui leur a demandé de le faire comme ça ? » Demandait-elle avec un sourire, connaissant leur passif concernant le café.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyMer 2 Aoû 2023 - 16:50


C’était un réveil parfait, doux et tendre. Il avait le goût des retrouvailles, de l’amour qu’ils n’osaient faire, de celui qu’ils taisaient. Alors que chacun était conscient des sentiments de l’autre. Ça ressemblait aux matins du bonheur, quand tout allait bien entre eux, ce n’était plus la fougue de Bangkok, mais plutôt la magie des débuts à Bowen, quand ils avaient eu fini de se torturer, qu’il n’y avait ni Concho, ni Blanche ou Freja comme ombre au tableau, quand ils se disaient que peut-être, cette fois, ce serait enfin leur chance. C’était l’insouciance qui n’avait pas duré. Pourtant, Léo donnerait tout, ce matin, pour que ça dur une éternité. Seulement cette fois une ombre planait, ce n’était pas sa faute, à Alba, elle ignorait même tout de ce qui le torturait depuis des mois. De ces flashs malsains qui lui venaient en tête quand il s’approchait trop d’elle, de la douleur que c’était de la toucher. Il devait probablement soigner le mal par le mal, l’embrasser, faire quelque chose, mais il avait trop peur de sa propre réaction, si un flash subvenait alors qu’il tentait quoi que ce soit, est-ce qu’il ne serait pas capable d’être violent dans ses gestes ? Il se faisait peur, trop peur pour faire prendre un risque à celle qu’il aimait. Il aurait pu lui en parler, après tout, il s’était bien confié sur sa thérapie, mais c’était le seul point qu’il n’avait pas abordé avec son psy. À présent les séances étaient terminées, en théorie, il allait mieux. Alors, comme à son habitude, la pire de toutes, il se murait dans le silence et laissait la frustration monter en lui en se persuadant que c’était un moindre mal. Il caressa ses cheveux dans ce geste terriblement doux, qui trahissait toute l’affection qu’il avait pour elle. Avant de sonner le glas de ce tendre réveil. Il partait déjà, il ne voulait pas s’éterniser, il fuyait. Alba était déçue, il le vit dans son regard, il l’entendit dans le son de sa voix. Peut-être aurait-elle dû le retenir, soigner le mal par le mal, à sa façon, peut-être que ça aurait fonctionné. Est-ce que Léo en avait envie, sûrement, au fond, mais il n’en montra rien, il se levait déjà, récupérant ses chaussures en lui tournant le dos, au pied du lit. Je sais, merci de m’avoir bordé. Je dors toujours bien quand tu es à côté de moi. C’était tellement vrai, même quand rien n’allait entre eux, sa présence le rassurait, sa chaleur l’enveloppait, ça n’empêchait pas les cauchemars ou les nuits agitées, mais chaque réveil était doux quand la première chose qu’il voyait, c'était elle. Il se leva, lui sourit doucement. À tout à l’heure. Il rentra dans sa chambre, lâcha un long soupir en découvrant le lit fait, impeccable, celui où il dormirait tous les soirs, seul, l’idée le déprimait. Il fila rapidement sous la douche et ouvrit le jet, glacé, qui le saisit, il lâcha un juron, mais ne changea rien, ça allait lui remettre les idées en places. Il ne s’éternisa pas, enfila des vêtements confortables pour affronter la chaleur moite laotienne. Attrapa son sac dans lequel il glissa son appareil, deux objectifs supplémentaires, une batterie et une carte sd de secours, un carnet et un crayon pour prendre des notes. Fin prêt, il rejoignit les autres pour le petit déjeuner, ça fourmillait gentiment, l’ambiance était bonne. Léo retrouva son guide et demanda s’il y avait du café, on lui indiqua une machine rutilante, il en fut surpris. Il prépara deux tasses et récupéra quelques petites choses à manger avec disposant le tout sur la table. Il était en pleine discussion avec Alom au sujet du planning de la journée quand Alba arriva. Elle sentait bon, son visage était reposé, Léo sourit à sa question. C’est moi qui l’ai fait, je ne leur faisais pas confiance. Si tu as un mauvais café, tu râles toute la journée, je ne voulais pas prendre ce risque. Il la taquinait gentiment. Le guide les regarda un peu circonspect. Vous vous connaissez bien tous les deux ? Léo grimaça, bien qu’il n’eût aucune raison de se cacher. Ce n’est pas notre premier voyage ensemble, non. Bon ! On a une bonne journée qui nous attend. Il sortit une feuille de papier sur laquelle étaient griffonnés quelques points. Le reportage traite du peuple Hmong qui a été persécuté et qui a dû trouver refuge dans d’autres pays pour espérer survivre. Nous sommes ici, dans un des derniers villages Hmong des montagnes, pour comprendre quelle est leur vie aujourd’hui, quelles sont leurs traditions et leur vision de ce pays qui a forcé les leurs à fuir au fil des années. Dans quelques jours, on descendra vers des villes plus importantes pour rencontrer des familles qui ont fait le choix de se mêler à la population. Nous, on doit raconter leur histoire, capturer des moments de vie, pour illustrer l’article. Un Léo sérieux, professionnel, releva la tête pour voir si tout le monde suivait, avant d’esquisser un sourire. On va se promener alors ?! Alba, je veux de beaux portraits, des clichés insolites. Je sais que tu seras parfaite. Il n’avait aucun doute là-dessus, elle était faite pour ce genre de mission.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyJeu 3 Aoû 2023 - 15:26

Elle aimait ce genre de matin Alba, où sa première vision était les yeux bleus de Léo. Ces matins étaient doux, annonciateurs de belles journées, comme si plonger dans cet océan de regard suffisait à sa journée. Ce regard il était enivrant jusqu’au moment où elle vit les pensées qui le tourmentaient. Ça lui brisait le cœur de le savoir si proche, mais qu’il s’empêchait de lâcher prise. La vie n’avait pas été tendre entre les deux amoureux. Il y avait eu des embuches, et Alba regrettait d’avoir décidé de commettre l’irréparable plutôt que de discuter avec lui. Mais les peurs refaisaient toujours surface et pas de la meilleure manière. A présent, elle ne pouvait que profiter de ces moments un peu uniques, où Léo glissait la main dans ses cheveux avant de partir de sa chambre. Elle avait besoin de se justifier, lui jurant qu’elle ne montait pas un stratagème pour le récupérer. Pour la photographe, ça lui semblait être terminé leur histoire, et qu’à présent ils construisaient une amitié bancale, basée sur la confiance et Jonah. Leur fils restait le ciment de leur relation, la raison de leur attachement. Sans lui, ils auraient chacun fait leur vie de leur côté, se remémorant parfois quelques souvenirs de leur voyage en Thaïlande. Elle était évidemment déçus qu’il s’en aille, mais c’était plus logique ainsi. Léo et Alba finiraient un jour par ne plus être dans ce milieu incertain. « A tout à l’heure. » Répondait-elle avant de se lever pour filer à la salle de bain. Quelques longues minutes la séparaient du petit-déjeuner, ça lui laissait le temps de se poser, bouquine et éviter de penser à son ancien amant terrible. Ces deux semaines n’aillaient vraiment pas être facile. Léo était son point d’encrage dans ce pays, et il la fuyait dès qu’ils étaient trop proches. Ça lui faisait mal à chaque fois, alors dans cette douche chaude, elle se décidait de ne plus être trop proche. Ils étaient là finalement pour des obligations professionnelles, alors elle n’avait qu’à se tenir à ça. La photographe savait le faire, même si elle avait l’habitude de travailler seule. Elle profitait de ces quelques minutes pour en apprendre plus sur le peuple Hmong. Le voyage la passionnait pour les rencontres, mais également pour l’histoire que chaque territoire proposait. Ça permettait de prendre de la hauteur sur sa vie et se rendre compte qu’on était qu’un infime détail dans l’histoire de l’univers. Alba devenait moins égoïste et égocentrique à force de voyage, se rendant compte que ce qu’il lui paraissait insurmontable ou scandaleux ne l’était pas forcément pour les autres. Elle avait eu cette chance de grandir dans un pays tel que l’Australie, où la misère et les guerres étaient moindres. Elle retrouvait Léo, munie seulement de son appareil photo et d’un léger sac. Léo était méticuleux et organisé alors qu’Alba préférait se laisser porter par le moment. Elle faisait ce qu’elle préférait au monde prendre des photos. Le café était à son goût, et la remarque de Léo la fit sourire. « Je ne suis pas sauvage non plus sans mon café. » Le guide pointait du doigt leur lien, se rendant compte qu’ils étaient de simple collègue. Léo restait vague, expliquant qu’ils avaient déjà voyagé ensemble. Les mots pouvaient blesser, et ça confirmait ses pensées dans sa douche. Dès qu’un élément tentait de les rapprocher, Léo s’éloignait comme si ça le brûlait d’avouer qu’ils n’avaient pas que voyager ensemble. C’était décidé pour la belle, ils resteront à une relation strictement professionnelle et Léo l’aidait beaucoup. Il leur énonçait les missions avec un sérieux étonnant. Alba buvait son café, écoutant les consignes. Alom ajoutait quelques éléments, leur expliquant un peu les trajets qu’ils feront. Pour l’instant, ils resteront dans ce village quelques jours afin de s’accommoder avec la culture, avant de rejoindre les plus grandes villes. « Oui, je sais ce que j’fais. » Répondait-elle avec douceur, se levant pour se promener dans le village. Léo c’était celui qui parlait et discutait avec le groupe, Alba restait plus en retrait, capturant certaines scènes. A chaque fois qu’elle sentait les regards sur elle, c’était à son tour de fuir, mettant une distance avec Léo, alors que ce matin ils se réveillaient l’un à côté de l’autre. Un petite fille s’approchait d’Alba la regardant avec des yeux brillants. La petite s’était blessée en jouant, la barrière de la langue n’aidait pas, mais Alba se baissait vers elle, se mettant à son niveau avant de souffler sur la blessure. Quelques minutes après, la petite fille lui offrait un grand sourire, repartant courir alors que Léo arrivait à son niveau. « Oui je sais je retourne travailler. » Disait-elle, le dépassant pour continuer à prendre des photos. Elle en prenait plein, c’était spontanée et elle ferait le tri ce soir, pour garder les plus percutantes.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyJeu 3 Aoû 2023 - 18:00


Il était organisé, Léo, il avait plusieurs façons de travailler, soit il faisait ses propres clichés, au gré de ses envies et il les proposait à la vente, soit il acceptait un contrat et il se pliait à la demande. Les deux démarches étaient différentes, mais il avait toujours le même sérieux, chaque voyage qu’il faisait était répertorié dans un carnet, il se renseignait sur le climat, la situation géographique, politique, sur la culture et la langue. Il ne laissait rien au hasard. Et ce séjour-là ne faisait pas exception à la règle. Il s’était renseigné durant de longues heures sur le peuple Hmong, sur leurs coutumes, sur leur histoire, qui l’avait bouleversé. Il avait hâte de rencontrer les habitants, de connaître leur histoire propre, celle de leurs ancêtres, d’avoir leur version de l’Histoire. C’était son truc à lui, il parlait avec les gens, il avait besoin de contact, de comprendre, ça faisait toujours de lui un homme nouveau, ça lui offrait une vision neuve sur le monde dans lequel il évoluait. Lui, l’homme blanc, privilégié parmi les privilégiés, lui qui pouvait tout avoir, qui ne manquerait jamais de rien, il lui manquait pourtant l’humilité parfois et ses voyages le lui rappelaient. Son sac était prêt, organisé, Léo était maniaque et ça se voyait. Ainsi, il ne mit pas longtemps à se rendre au petit déjeuner ce matin-là. Préparer le café pour Alba, c’était une attention particulière, sa façon à lui de montrer qu’il prenait soin d’elle, mais il gâchait un peu son effet, alors qu’il donnait une réponse pragmatique à la jolie blonde. La question d’Alom le décontenança, évidemment la complicité entre les deux ex crevait les yeux, mais quand il travaillait, Emerson ne voulait pas forcément faire entrer sa vie privée, il était secret, tout simplement. Et il ne remarqua pas qu’il venait d’égratigner Alba au passage, qu’elle décida alors d’endurcir son cœur, pour ne plus espérer après son amant terrible. Léo continua, imperturbable, il y avait un plan, ils ne devaient pas perdre de temps. La blonde ne l’avait encore jamais vu ainsi, en soi, ils n’avaient encore jamais travaillé ensemble, elle allait découvrir un homme concentré, sérieux, autoritaire également. Il n’y avait rien de méchant dans ses paroles, seulement, il savait ce qu’il voulait. En vérité il y avait de gros enjeux dans ces deux semaines, c’était la première fois qu’un magasine lui faisait autant confiance, jamais on ne lui avait proposé de composer lui-même son équipe, il n’avait pas le droit à l’erreur, il se mettait donc la pression et sans le vouloir, il la mettait à Alba. Il esquissa un sourire alors que la blonde ne se démontait pas. Il ne doutait pas qu’elle savait ce qu’elle faisait, ce n’était pas pour rien qu’il l’avait choisie elle et pas Shelly. J’espère que tu n’as pas perdu la main depuis le temps ! Il la taquinait gentiment, ne pensant pas une seconde que ça pourrait être mal interprété. S’il savait qu’elle était heureuse dans sa nouvelle vie de galeriste, Léo regrettait que la blonde ait mis la photo de côté, il trouvait qu’elle gâchait son talent. Une fois leur café avalé, ils se mirent en route, chacun pris son rôle, Alba était discrète, même si Léo pouvait entendre son objectif mitrailler. Lui, il parlait, il ne s’arrêtait pas, il échangeait, il se nourrissait du savoir et de l’histoire des autres, il vibrait. Son sourire prouvait à quel point il était à son aise. Il n’était pas là pour écrire l’histoire de ce village, les journalistes l’avaient déjà fait, il n’était pas journaliste lui. Seulement, c'était plus fort que lui. Il prenait également des photos, pas mal, mais ça ne l’empêchait pas d’être bavard. Du coin de l’œil, le photographe observait parfois sa coéquipière, souvent à la dérobée, parfois ouvertement, il ne la surveillait pas, il l’admirait, mais à chaque fois que leurs regards se croisaient, quand il tentait un sourire, elle le fuyait. Il sortait d’une habitation quand il remarqua Alba qui soignait la petite fille, cette vision l’attendrit particulièrement et il en profita pour les prendre en photo discrètement, avant de s’avancer pour savoir si tout allait bien. Mais la jeune maman le renvoya promener avant même qu’il ait ouvert la bouche, il voulut la retenir, mais elle s’éloignait déjà. Soupirant, Léo partit dans une direction opposée, se demandant bien ce qu’il avait pu faire. La journée passa rapidement et le soir arriva, ils avaient accepté de dîner avec une famille. Après un appel rapide à Jonah, ils rejoignirent ce charmant couple et leurs enfants, le repas fut délicieux et la rencontre extraordinaire. Léo était l’homme le plus heureux, enfin presque, il sentait qu’Alba le boudait. Alors, après être rentrés chacun dans leur logement, cette fois, il tourna en rond dans sa chambre. Jusqu’à ne plus en tenir, il sortit pour se diriger vers la porte d’Alba. Il frappa et quand elle ouvrit, il n’attendit pas qu’elle parle. Qu’est-ce que j’ai fait de mal pour que tu m’évites toute la journée ? Il n’était pas agressif, mais on sentait qu’il se sentait mal et que le ton était sec, plus que nécessaire.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyJeu 12 Oct 2023 - 11:46

Alba n’avait jamais eu la prétention de connaître Léo. Il était insaisissable et indéchiffrable. Le peu d’espoir d’une vraie réconciliation s’était envolée, se rendant compte qu’à présent, hormis être les parents de Jonah, ils étaient collègues. Pour Léo, ç’avait l’air limpide au regard de la façon dont il avait informé Alom. Ç’allait l’être pour Alba, elle qui savait rester professionnelle en toute circonstance. Même l’attention du café, à présent avait un goût amer et la jolie blonde se promettait d’être plus matinale le lendemain, pour ne pas que Léo ait le temps de lui faire ce café de malheur. Elle était agacer qu’ils se connaissaient si bien finalement, qu’il sache parfaitement préparer le café, ça lui rappelait qu’ils avaient été proches. Même si ces derniers mois, ils arrivaient à discuter, il suffisait d’un mot de trop ou d’une nuit pour que tout flanche une nouvelle fois. A présent, Alba pensait qu’à son fils, il était la priorité et pour lui, Léo et elle devaient s’entendre. Ils marchaient toujours au bord de cette falaise, alors ce voyage ne sera que professionnel, se gardant la liberté d’être les parents de Jon quand il appellera. Léo, il était si direct dans ses consignes, dévoilant une facette très sérieuse, presque autoritaire. Le fait qu’il ait besoin de lui demander deux fois si elle se sentait prête, Alba commençait à être vexée. « Si t’as des doutes sur la qualité de mes photos, tu n’aurai pas dû me demander de venir. » Répondait-elle un peu froidement. « Je sais ce que je fais. » Concluait-elle, prenant son appareil photo et s’éloignant de lui. A la dérobée, parfois elle l’observait. Il était dans son élément, se sentant heureux. Rarement elle avait vu le visage de Léo si illuminé, se rendant compte que finalement elle ne l’avait jamais rendu heureux à ce point. Cette pensée l’attristait et Alba préférait rester en retrait. C’était son mode de travail quand elle photographiait. A la galerie, la photographe s’était découverte une assurance sans faille, sur le devant de la scène, à présenter les expositions, à chercher les financeurs et les artistes. C’était une évidence qu’elle était faite pour ce travail, parce que l’art en général la passionnait. Mais avec un appareil en main, c’était la jeune Alba qui ressortait, celle qui rêvait de voyage et d’aventure. Elle avait toujours eu ce regard différent, voyant des choses là où ne personne ne regardait. En soit, elle n’avait pas besoin de connaître toute l’histoire de ce peuple, les regards des enfants et des habitants suffisaient à comprendre la joie qu’ils avaient d’être là, l’angoisse de voir leur terre diminuer, ce désir de perpétuer les traditions et la surprise de voir deux inconnus sur leur terre. Parfois, le regard de Léo pesait sur elle, mais à chaque fois elle revenait à sa mission principale, cette journée confirmait quelque chose qu’Alba avait sur le cœur depuis longtemps. Leur histoire était terminée, Léo lui en voulait, elle s’en voulait. C’était ridicule de vouloir se battre pour une chose qui n’avait finalement pratiquement jamais marché. De leur union était sortie Jon, le plus merveilleux des cadeaux qu’Alba comptait chérir et c’était suffisant. Les larmes de cette petite fille fit l’effet d’un coup de poignard dans le cœur d’Alba, elle était tombée, juste devant Alba. Elle était incapable de la rassurer avec des mots, la barrière de la langue était réelle, mais en soufflant sur la blessure, la petite fille semblait aller mieux. Elle ne vit pas Léo la prendre en photo, et quand la fillette partait en courant Alba souriait. Mais ce sourire disparu rapidement, en voyant Léo arriver près d’elle. Alba était froide, distante, incapable de gérer l’analyse de la relation avec Léo. La journée continuait, jusqu’à tard dans la soirée, où les rires fusaient. Ce couple les avaient accueillis avec tendresse, où ils avaient pu partager des moments de leur vie. Léo et Alba étaient restés discret sur leur vie, préférant écouter celle de leur hôte. La soirée terminée, ils retournaient chacun de leur côté, Alba avait même fuit un peu plus vite, ne voulant pas se retrouver seule avec son ex. Dans sa chambre, elle soupirait, fatiguée de cette journée. Il y avait beaucoup d’émotion contradictoire, et sous la douche, elle laissait ses pensées l’envahir. Elle eût à peine le temps d’enfiler un débardeur et un short, avant d’aller ouvrir sa porte. En face d’elle se trouvait Léo, elle savait qu’il finirait par venir. Le silence qu’elle lui avait offert toute la journée n’avait pas été discret, et pourtant elle avait espéré qu’il comprenne qu’elle ne faisait que ce qu’il souhaitait. Alba soupirait de fatigue. Parfois, ils n’arrivaient pas à se comprendre, comme s’ils passaient leur temps à interpréter des choses fausses. « J’essaye juste de respecter les limites que tu as posé. » Répondait-elle sans animosité. Elle rentrait dans sa chambre, lui laissant la possibilité de rentrer. « Je suis désolée Léo. Désolée de t’avoir trompé, désolée d’avoir avorter, désolée de t’avoir privé de Jon, désolée d’avoir eu un enfant avec toi, désolée que tu te sentes obligé d’être courtois avec moi parce qu’il y a Jon, désolée d’être revenue dans ta vie il y a trois ans. Je suis désolée que notre histoire n’ait jamais marché. Je suis désolée d’être venue ici en ayant un peu l’espoir que tu finirais par me pardonner. Mais j’ai compris, on n’est que collègue. Tu n’as rien fait de mal, j’essaye juste de respecter tes conditions. » Concluait-elle, avant de se servir un verre d’eau. Elle sentait l’émotion la submerger.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 274
MESSAGE : 10016
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen EmptyLun 16 Oct 2023 - 20:48


Il serait probablement un patron détestable, Léo, exigeant, autoritaire, colérique aussi. Il n'aimait pas qu'on lui tienne tête alors, il aurait toujours envie que les choses filent droit et qu'il n'y ait pas un mot plus haut que le sien. Seulement les choses ne fonctionnaient pas ainsi dans le monde du travail. Ainsi, il était sûrement préférable qu'il bosse en solo la plupart du temps ! Pour cette mission en particulier, il se mettait la pression, beaucoup de pression. Il y avait beaucoup d'enjeux et malheureusement pour Alba, il lui mettait la pression à elle aussi. Seulement, elle n'avait aucune intention de se laisser faire, il la connaissait suffisamment pour le savoir. Et son intonation autoritaire n'effraya pas la blonde le moins du monde, par contre, il la rendit revêche. Il était évident qu'elle n'avait rien à prouver et surtout pas à son ancien amant, Léo le savait bien. Il voulut lui répondre, mais elle laissa là pantois, à la fixer avec des yeux ronds. Leur guide n'avait rien raté de leur échange et le regard qu'il lui lançait était interrogateur. La tension entre les deux ex était palpable, pas besoin de connaître leur passé pour le sentir. Emerson regarda donc Jensen quitter la tente, son café à peine entamé et la suite fut tout aussi tendue. Ils ne firent que se croiser. Du moins, Alba l'évita, même quand Léo tentait de venir vers elle. Il ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait. Se demandant peut-être si c'était son attitude au réveil qui l'avait refroidie. Mais il n'eut pas tellement le loisir de trop s'inquiéter, la journée fut dense, riche en rencontres et émotions. Léo pensa à elle, mais ses pensées revenaient vite vers leur mission. Ce ne fut finalement que le soir, alors qu'il l'observait à la dérobée, dans la faible lumière de cette table qui les accueillait. Lorsqu'il pensait qu'elle était belle à en mourir, quand elle distribuait ses sourires sincères à ces inconnus qui leur offrait le couvert. Il l'aimait Alba, c'était un disque sans fin, presque rayé à force, un refrain qui traînait dans sa tête, qu'il croyait avoir oublié, plusieurs fois, mais qui s'était juste tut. Il l'aimait depuis le premier jour et si certains de ses amours avaient tenté de contrarier cette vérité tristement immuable, c'était toujours revenu, plus fort à chaque fois. Trop fort peut-être, pour un homme qui avait peur des sentiments trop puissants. Depuis leur dernière déconvenue, rien n'avait changé dans son cœur, seulement, il avait tenté de se protéger, par tous les moyens, même les moins reluisants. Il avait fini par se dégoûter de lui-même à force de se tenir éloigné de cet amour. Lui, l'éternel amoureux, il n'avait plus trouvé de femme qui ranime la flamme, il s'était lassé du jeu de la séduction, à quoi bon, puisqu'il savait à présent que tout son être n'appartenait qu'à une seule. Il était devenu sage, Léo, les romantiques diraient qu'il était temps. Les médisants objecteraient que ça ne durerait pas. Mais ça durait. Pourtant, tout au fond de lui, quelque chose se fanait à force de refuser l'inévitable. Il rejetait la tendresse d'Alba, leur réveil ce matin en était la preuve. Il était effrayé. Néanmoins, sa peur n'égalait pas son ego et au terme d'une journée à voir Alba le bouder, il n'y tenait plus. Il devait savoir ce qu'elle avait sur le cœur, ce qu'il avait fait de mal pour qu'elle détourne le regard à chaque fois qu'il tentait de l'accrocher. Alors, il fit ce pas vers elle, pour avoir une explication. Lorsque Alba ouvrit, avec sa tenue légère, il attaqua, direct, sans détours, il voulait savoir. Il prenait, Léo, il ne laissait pas le choix. Ses sourcils se froncèrent à la réponse de la blonde. De quelles limites parlait-elle ? Il n'avait pas demandé qu'elle l'évite. Il n'entra pas dans la chambre, même si l'attitude d'Alba l'y invita. Il s'appuya juste sur le chambranle de la porte, l'observant sans comprendre, visage contrarié, se demandant pourquoi diable elle débitait ces excuses. Il laissa passer quelques secondes pour que la stupeur s'estompe, il se sentait sur un fil, l'atmosphère était lasse et électrique à la fois. Léo comprenait qu'il avait encore une fois tout fait de travers, envoyant les mauvais signaux. Puis s'avança enfin, réduisant la distance, l'attrapant pour la prendre dans ses bras, s'évitant ainsi de croiser son regard pour ne pas vaciller. Tu n'as pas à t'excuser Alba. Tu es déjà pardonnée depuis longtemps. C'est moi que je ne supporte pas. Je suis lâche et j'ai peur. Quand je te regarde, quand t'es là, même quand t'es pas là. C'est toi que j'veux, ça n'a pas changé. Mais je n'y arrive pas. Il la lâcha pour s'éloigner de quelques pas, comme s'il réalisait ce qu'il venait de faire, comme s'il n'en avait pas le droit. Ne crois pas que je n'ai pas envie de te toucher. Mais quand j'y pense, comme ce matin… Il lâcha un soupir lasse. Ce sont les mains de Concho que j'imagine sur toi. Et ça me rend fou. Je ne t'en veux plus Alba. Mais lui… lui, je le hais. Il a tout gagné, il m'a privé de toi. J'arrive pas à passer à autre chose. Sa voix s'étranglait dans des sanglots qui ne sortiraient pas, dans cette boule de haine dans sa gorge. Dans cet amour qui le consumait, mais qu'il ne pouvait plus consommer. À présent, elle savait et il était là, honteux et terriblement vulnérable face à Alba, pour la deuxième fois après celle où elle l'avait trouvé ivre mort dans son salon. Il s'écroula sur le bord du lit, le visage ravagé par le chagrin d'être là, si près d'elle et en même temps si loin. Réalisant à quel point ce voyage était une erreur.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Contenu sponsorisé
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty
MessageSujet: Re: Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen   Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen + Emersen
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» It's been written in the scars on our hearts + Emersen
» between two broken hearts (maddox)
» (#21) Frozen & Can't breath •• Evanouchounet d'amour.
» (#116) 'cause our hearts are locked forever and our love will never die (carmie)
» happy girls with broken hearts (ludmilla)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: