AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

-16%
Le deal à ne pas rater :
Mini Frigo Xbox Series X (4,5 L, 8 canettes)
56.99 € 67.99 €
Voir le deal

 

 Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptySam 28 Oct 2023 - 3:00

On avait été tellement pris dans notre petite guerre à la con qu'on avait pas vu le temps qui avait défilé. J'étais été tellement occupé à la retenir le plus possible près de moi, sans aucune lucidité, qu'on se retrouvait là, maintenant, en train d'se bagarrer, Maxine me hurlant dessus et moi, qui prenait un malin plaisir de cette situation. C'était pas sain et comme si ça suffisait pas, là, on s'retrouvait seuls sur la plage, le bateau en train de s'éloigner de nous. J'tentais de les appeler, faisant des grands gestes et comme j'étais pris de court, j'me mettais à parler en italien. Dans mon dos, j'entendais Maxine qui explosa de rire. J'me retournais, le regard sombre. J'la regardais circonspecte. Est-ce qu'elle était en train d'se foutre de ma gueule. Ouais assurément. Alors ça, j'le prenais vraiment, mais alors vraiment mal. Fallait pas beaucoup pour me vexer, certes, mais là, ça loupait pas. J'la regardais toujours, en silence. J'secouais la tête. "Va te faire foutre Maxine." que j'lui lâchais. Ouais, là, j'me mettais à bouder et ça allait bien rester dans un coin d'ma tête. Pour sûr. Mais fallait rester pragmatique, on s'retrouvait sur une île, sans rien pour au moins quelques heures. Et Maxine, elle semblait pas tellement encline à ce qu'on forme une équipe. "Parfait, tu viendras pas chialer quand tu seras morte de froid." que j'lui réponds assez froidement. Toujours cette petite histoire de moquerie dans la tête. J'sentais la tension s'accumuler dans mon être à l'instant où je pensais à la cocaïne. Fallait pas que ça dure trop longtemps cette histoire, j'allais très vite avoir envie de ma dose et de commencer à y penser dès maintenant, c'était pas très bon signe. J'donnais un coup de pied dans le sable de frustration et Maxine reprit la parole. J'la regardais, en plissant des yeux, comme si j'comprenais pas pourquoi elle me parlait encore. "J'croyais que tu voulais t'éloigner de moi, qu'est ce que tu fais encore là?" J'fourrais mes mains dans mes poches, juste pour être certain que j'avais pas un p'tit sachet qui traînait. Juste un briquet et un paquet de clopes vides. Putain. Fallait que j'occupe mon esprit, alors en silence, j'me mettais à marcher en direction de la lisière du bois, juste pour récupérer de quoi faire un feu. Le soleil déclinait fort dans le ciel et une fois qu'il serait couché, on allait avoir vraiment froid. Surtout en pleine mer. J'ramassais quelques morceaux de bois. J'avais l'habitude de faire des feux de camp, c'était pas un problème pour moi. J'me tournais vers Maxine. "Tu f'rais mieux d'en faire un toi aussi, ton p'tit mec là, il est pas là pour t'aider." Si elle parlait de Bella, moi aussi j'pouvais parler de son gars, Monsieur Parfait. J'le détestais. J'détestais tellement tout en ce moment. Et mes gestes devenaient de plus en plus saccadés, parce que j'pensais qu'à ça. La cocaïne.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptySam 28 Oct 2023 - 10:50

Le temps filait à une vitesse quand Orso était proche d’elle. Il avait ce don de suspendre le temps, même s’il rendait folle de colère Maxine. Le bateau partait au même moment, laissant les deux naufragés. Ça c’était le pompon, un cauchemar dans lequel Maxine se trouvait. En revanche, Maxine trouvait la réaction de l’italien ridicule. Ils ne se comprenaient pas, et c’en était un parfait exemple. Maxine était plus logique, réfléchissant à leur solution. Elle se doutait bien qu’ils reviendraient parce que des gens les attendaient. Sauf que Bowen était à plusieurs kilomètres et qu’ils allaient rester là pour plusieurs heures. Orso il boudait, parce que Maxine s’était moquée de lui. Alors il lançait une insulte qui lui fit ni froid ni chaud. « Je demanderais à Juan, il sait y faire lui. » C’était mesquin et gratuit, piquant Orso. Ce n’était peut-être pas suffisant puisqu’il était enclin à ce qu’il se serre les coudes. Max en revanche, préférait rester loin de lui. Ils ne savaient plus être ensemble sans s’insulter ou s’énerver, et le fait de passer la nuit avec lui ne l’enchantait pas. Soit elle avait envie de lui crier dessus soit elle voulait l’embrasser. Aucune des deux options n’étaient parfaites pour la soirée. « J’préfère encore mourir de froid que de passer du temps avec toi. » Malheureusement, cette pensée était bien trop vraie. Il arriverait forcément un moment où Orso aurait des mots trop durs envers elle. C’était un gâchis, alors qu’auparavant ils savaient être tendres l’un envers l’autre. Sa colère sur le sable étonnait Maxine, parce qu’Orso c’était le genre de personne qui aimait l’aventure. Alors elle pensait forcément que ses excès de colère et cette impulsivité violente avait écho avec la cocaïne. Maxine fronçait les sourcils, mais se retenait de dire quoi que ce soit. Ce n’était pas son rôle, pas sa place. Elle connaissait un Orso sous cocaïne, elle ne connaissait pas un Orso en manque de cette drogue. Il avait raison, pourquoi lui parlait-elle encore ? Sa réflexion piquait l’anglaise, qui se retournait de façon dramatique, lui tournant le dos. Cette nuit, elle allait avoir froid, alors Maxine se disait qu’elle pourrait trouver un endroit plus protégé du vent marin. Orso lui se dirigeait vers la forêt. Cette petite ile regorgeait de criques, le vent ne s’infiltrait pas facilement dans celle qu’elle visitait. C’était peut-être la meilleure option. En revenant, Orso était en train de préparer un feu, alors que Maxine récupérait ses affaires, sauf son bracelet qu’Orso gardait toujours en otage. Sa remarque l’agaçait. « J’ai pas besoin d’mec pour m’en sortir. » Elle qui allait lui proposer de la rejoindre, c’était loupé. Il n’avait qu’à se démerder avec son feu là où il y avait du vent. L’endroit n’était qu’à quelques mètres, mais en descendant, Maxine glissait se rattrapant sur une roche. Elle lâchait un petit cri, se retrouvant les fesses sur le sable et une coupure à la main. « BORDEL ! » Elle sentait les larmes monter, cette journée était vraiment une journée de merde.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptySam 28 Oct 2023 - 16:54

J'sais pas combien de temps on va rester ici. La première chose que j'avais pensé à faire, c'était de tenter de rappeler la bateau, en m'agitant et en hurlant depuis la berge. Maxine c'était allègrement foutu de ma gueule et depuis je boudais. Et ça s'mélangeait aussi à d'la colère, et d'la frustration. C'était un mix pas tellement safe, pas bien agréable et Maxine, avec ces p'tits commentaires, elle arrangeait rien. J'crois qu'elle était tout aussi en colère que moi, tout aussi prise de court et elle était violente dans ses propos, en réponse aux miens qui l'était tout autant. J'la regardais lorsqu'elle me renvoyait une pique, et j'crois que j'lui lançais juste un air presque dégouté. "Très classe." que j'lui lâchais avant qu'on décide tous les deux de faire team à part. Moi, vivre dans la nature, au contact des éléments, c'était un truc auquel j'étais habitué, ça m'plaisait aussi, en un sens, mais là les circonstances, elles étaient vraiment merdiques. La présence de Maxine encore, j'pouvais dealer avec, et dans le fond, j'étais un peu satisfait d'être coincé avec elle, j'savais que ça la faisait chier et du coup, j'aurais pu trouver ça vraiment intéressant mais le problème il était pas là. C'était pas la présence de Maxine le problème, c'était l'absence de cocaïne. Et ça c'était beaucoup moins drôle. Alors il fallait que j'occupe mon esprit, et j'me mettais en tête de faire un feu. J'ramassais ce qu'il fallait de la mousse sèche, du p'tits bois et des buches plus conséquentes. J'faisais tout ça un peu ailleurs, en pensant à la fois à Maxine et à la cocaïne. J'm'étais accroupi dans le sable, et j'étais en train d'installer le bois tandis que j'conseillais à Maxine de faire un feu elle aussi. J'avais pas envie de partager avec elle, j'boudais et Maxine répliqua une fois de plus. "Ravi de l'entendre!" que j'lui disais sans prendre la peine de lever mes yeux de mon installation. Faire ce feu là, ça m'avait un peu apaisé. Alors que j'venais de sortir mon briquet, - et vérifier accessoirement pour la trente huitième fois s'il n'y avait quand même un p'tit sachet de poudre blanche - j'entendais Maxine dans mon dos qui glissait et qui s'mettait à râler. J'me relevais alors, en soupirant. J'm'approchais de là où elle avait glissé, la regardant d'en haut, elle en contre-bas. "Rien de cassé?" que j'lui demande alors que je l'inspecte et que j'vois sa main ensanglantée. "Putain, tu peux pas faire gaffe Max." J'descends en contre bas, pour la rejoindre. Avant d'la toucher, j'plonge mon regard dans le sien. "Tu m'laisses regarder ta main?" J'étais calme en fait, assez calme, parce que j'boudais et que j'avais pas envie d'être dans la colère. Juste dans la bouderie. Mais j'pouvais pas la laisser blessée, ça c'était impossible. Alors j'l'aidais mais en boudant. La maturité incarnée.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptySam 28 Oct 2023 - 18:10

Avec Orso, Maxine oubliait toutes les convenances. Vulgaire, têtue, boudeuse, elle n’en avait rien à faire. C’était de la provocation tout simplement. Pourtant, il la connaissait douce, naïve, tendre. Elle se refusait de lui offrir cette facette qui la représentait bien plus que la Maxine aigrie et en colère. Si elle allait se faire foutre, ça serait sans lui – et sûrement sans Juan non plus. Max levait les yeux, comme s’il était choqué et dégoûté de sa réponse. « Ah non, pardon, avec lui je ne fais pas la connerie de ne pas me protéger. » Elle se souvenait très bien de cette unique fois où le préservatif avait été oublié. Orso avait comme à l’accoutumée critiquer ses choix, avant de se retrouver confronter à une infirmière odieuse avec Max. Ils s’étaient pourtant quitter avec des promesses de respect et de non-ignorance, pourquoi changeait-il toujours de comportement ? Max en avait marre, préférant mourir de froid que de passer du temps avec lui. Cette relation lui pompait toute son énergie, et rester sur cette île avec lui pendant plusieurs heures ne l’enchantait pas. De son côté, il partait joué les Robinson Crusoé, alors qu’elle allait se promener pour chercher un endroit moins venteux. Maxine était une citadine, elle n’avait vécu qu’en ville, enfin qu’à Londres. Bowen était la pure campagne pour elle, et cette île le désert. Elle rêvait d’une bonne bière ou d’un gin, pour faire passer plus vite cette soirée. Savoir Orso près d’elle ne lui plaisait pas, parce qu’il avait ce pouvoir sur elle. Peut-être que c’était pour le mieux qu’ils passent leur soirée chacun de leur côté, cette île était assez grande, chacun dans une crique. Maxine, elle avait choisi la sienne, et décidait de retourner chercher ses affaires. La nuit allait être longue, le soleil commençait déjà à se coucher. Orso, il avait déjà commencer à préparer le feu. Au moins, ils avaient un briquet ce n’était pas perdu. Elle retournait vers son endroit, pas très loin de là où c’était posé l’italien. Sauf que Maxine, maladroite, tombait, se rattrapant comme elle le pouvait à une roche coupante. Elle n’était vraiment pas faite pour la vie d’aventurière. Fatiguée, sur les nerfs et quand même stressée de cet abandon sur l’île, les larmes montaient. Elle ne voulait pas une nouvelle fois pleurer devant l’italien. « Non rien de cassé. » Elle saignait juste, la coupure n’était pas trop gave, mais un peu profonde, du coup ça saignait. Voilà comment Maxine allait mourir, perdant son sang sur une île déserte. Orso l’engueulait, comme si elle avait voulu le faire exprès. Il n’était pas censé bouder celui-là après sa moquerie de plus tôt ? Il se mettait à sa hauteur, plongeant son regard dans celui humide de Maxine. « Non ! Je n’ai pas besoin de toi. » Elle était aussi têtue, le repoussant légèrement, alors que dans son sac elle récupérait un paquet de mouchoir. Heureusement qu’elle avait besoin de son matériel pour dessiner, ça l’obligeait à porter un sac contenant quelques objets nécessaires pour cette soirée. Elle le posait sur sa blessure, appuyant pour que le sang arrête de couler. Elle savait qu’il allait encore plus bouder de son refus, c’était le but, elle ne voulait pas de sa tendresse et de sa gentillesse.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyDim 29 Oct 2023 - 3:11

C'qu'on se disait là, c'était toujours la même chose. C'était toujours les mêmes sujets qu'on ressassaient inlassablement. Parfois, j'en étais moi-même l'investigateur mais là, de l'entendre parler de elle et de lui, son p'tit monsieur parfait, en train de coucher ensemble, j'supportais pas. J'serrais la mâchoire et j'la regardais, presque furieux. "C'est bon Max, arrête là." que j'lui dit le visage fermé. J'étais toujours vexé de son histoire de moquerie, et elle en rajoutait une couche. En fait, entre elle et moi, c'était toujours pareil. A un moment, c'était l'un qui avait l'ascendant sur l'autre et quelques secondes après, ça switchait. Et vous savez quoi? J'préférais largement quand c'était moi qui avait le bon rôle. Là, ça m'amusait plus. D'autant plus que notre situation, elle était plus que critique. On était potentiellement des échoués sur une île. J'comptais un peu sur Bella pour qu'elle finisse par remarquer mon absence, j'étais un peu aussi vexé qu'elle n'est pas capté que j'étais pas rentré sur le bateau mais c'était pas le pire. Il y avait beaucoup trop d'trucs susceptible d'me vexer à cet instant. Et j'arrivais plus à faire le tri. On finit par trouver le silence, Maxine et moi. J'ruminais dans mon coin, bien concentré sur le p'tit feu de camp que j'étais en train de préparer. J'm'y connaissais pas mal, et à me voir, j'étais bien méticuleux. Parfois, j'm'agaçais un peu aussi, balançant un morceau de bois un peu plus loin parce qu'il avait pas trouvé grâce à mes yeux et pis aussi parce que j'ressentais fort la frustration de pas avoir ma poudre blanche dans le fond de ma poche. J'luttais contre plein de démons à la fois, et le premier, il était juste là, pas très loin. Maxine, qui m'attirait autant qu'elle me faisait me sentir en colère. J'sais pas trop quel tournant ça allait prendre notre soirée improvisée là, parce qu'on était tous les deux sur les nerfs, on était tendu. Tellement qu'elle avait fini par chuter dans la pente qui la menait vers son p'tit camp de fortune. Assurément moins bien qu'le mien, parce qu'elle avait même pas encore commencé à faire du feu et qu'on soit bien d'accord, elle pouvait toujours courir pour venir se réchauffer auprès du mien. Elle l'avait dit, c'était chacun pour soi. Quand elle chute, je l'entends râler et j'me lève à sa rencontre, juste parce que j'suis inquiet pour elle. J'lui râle dessus aussi, par principe et parce que j'suis toujours bien boudeur. J'me mets à sa hauteur et j'la regarde. J'vois qu'elle est à bout, que ses yeux sont bordés de larmes, mais j'tente de lui montrer que j'veux bien l'aider. Mais à la place de ça, elle remonte encore sur ses grands cheveux. Elle me repousse et j'me retrouve sur les fesses dans le sable. "Putain, mais j'ai jamais vu quelqu'un d'aussi têtue." que j'dis en râlant. J'la regarde faire. Et puis finalement j'me relève, prêt à repartir vers mon feu de camp pas encore allumé. "Tu devrais passer ta blessure à l'eau de mer, c'est pas agréable mais ça s'ra mieux, pour désinfecter et pour cicatriser." J'pouvais pas m'empêcher de lui donner un p'tit conseil ou deux. Des blessures en pleine nature, c'était mon lot quotidien. J'la laisse là, retournant m'accroupir prêt du tas de bois que j'avais fais et j'sors mon briquet pour allumer le feu. Ca prend, en quelques dizaines de seconde et j'reste debout. Maintenant, j'sais plus quoi faire pour occuper mon esprit alors j'commence à repenser à la cocaïne. Et j'fais les cents pas, me terrant dans des pensées plutôt sombres.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyDim 29 Oct 2023 - 14:33

Elle le voyait à sa tête. Il était furieux, agacé et un peu blessé par les mots de l’anglaise. Il avait voulu jouer, et Gray était une compétitrice hors pair. De toute façon, au beau milieu de cette étendue d’eau, ils n’étaient qu’eux. Jamais elle ne laisserait l’ascendant à Orso, surtout que s’ils étaient là c’était de sa faute. Elle souriait, quand il lui demandait d’arrêter. « Ce n’est pas agréable n’est-ce pas ! » Non, ça ne lui faisait pas plaisir à Maxine d’être ainsi. Sauf qu’Orso faisait ressortir le meilleur et le pire de l’anglaise. Le mieux à cet instant, c’était qu’ils restent éloignés loin de l’autre. Sur cette petite plage à quelques mètres d’Orso, Maxine se rendait compte que la situation était critique. Juan il était bien trop malade pour s’inquiéter pour elle. Il penserait sûrement qu’elle serait partie, même si Max serait restée avec lui pour s’assurer qu’il aille bien. L’espoir reposait sur Bella – rien que le nom donne la nausée à Maxine. Dans le fond, elle aimerait qu’entre les deux rien ne soit sérieux, et en même temps, elle pouvait les sortir de cette galère. Le soleil descendait de plus en plus, le crépuscule allait arriver et Max retournait chercher ses affaires. Orso, elle n’avait pas besoin de lui, même si elle n’était vraiment mais vraiment pas une meuf de la nature. Quelle idée de merde cette croisière d’une journée, pensait-elle. En plus, maladroite, elle chutait, se retrouvant avec les yeux remplis de larmes, et une coupure à la main. Pour couronner le tout, Orso venait l’engueuler, comme si elle avait voulu tomber. Elle refusait son aide, le poussant. Elle aurait pu rire en le voyant retomber sur ses fesses dans le sable, sauf qu’elle avait vraiment mal. Evidemment, il n’y avait rien dans son sac pour désinfecter cette plaie. Alors elle prit un morceau de papier, regardant avec énervement Orso. « Je ne suis pas pire que toi ! » Il l’observait quelques minutes, avant de se relever tout en lui donnant un conseil. Son égo voudrait ne pas l’écouter, sauf que Maxine était pragmatique. Ce mec, il escaladait des falaises, il était un homme de la nature. Alors elle se levait, s’approchant de l’océan. Plongeant sa main dans l’eau, la douleur était très forte. Le sel piquait toute sa main. A cet instant, elle aurait aimé être cette petite fille, réconforter par son père comme il le faisait à chaque fois qu’elle se blessait. Max n’était pas aussi forte qu’elle voulait le montrer, ce soir, elle en avait marre. Mais jamais, elle n’irait vers son seul compagnon pour se faire réconforter. Après quelques minutes la main dans l’eau, elle retournait sur la plage. Elle devait faire comme Orso, prévoir un feu. Remontant vers la forêt, elle fit des allers-retours parce qu’elle ne portait le bois qu’à une main. A côté, elle voyait le feu d’Orso, et la nuit arrivait. Alors elle fit un gros tas de bois avant de retourner vers l’italien. Son tas ne ressemblait en rien, et Maxine n’arriverait jamais à allumer un feu avec ça. Orso faisait les cent pas autour de son feu. Maxine aurait presque pu se moquer lui demander s’il était en train de faire une danse pour amener la pluie. « Je peux t’emprunter ton briquet ? » Demandait-elle, espérant qu’il ne lui refuse pas ce petit objet. « J’ai de l’eau dans mon sac si t’as soif. » Même si elle était énervée, elle n’allait quand même pas assoiffé l’italien. Quand il se retournait vers elle, Maxine vit ses pupilles dilatées, son visage était crispé. Maxine n’avait plus envie de rire à cet instant, elle devinait très vite ce qui le rongeait. Après l’épisode de la boîte de nuit, Maxine s’était renseignée sur les effets de la cocaïne, faisant ce qu’elle faisait de mieux, lire pour s’instruire. Elle avait passé des heures à lire de la doctrine sur cette drogue. « Je pensais que ce n’était qu’une fois. » Murmurait-elle, plus pour elle-même, se retrouvant confronter à cette dure réalité loin du petit confort dont elle était habituée.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyLun 30 Oct 2023 - 2:31

J'pourrais pas lister, là tout de suite, le nombre conséquent de problèmes qui s'accumulait les uns après les autres. Et si j'étais pragmatique, j'pourrais me rendre compte que tout ça, c'était de ma faute. Si je n'avais pas fais le gamin avec Maxine, si j'lui avais rendu son bracelet normalement, si j'avais pas chercher à être prêt d'elle quoi qu'il arrive, on s'rait retourner sur ce bateau, on ne se serait pas parler ou peu, et on serait retourné faire la fête avec Bella et j'aurais accès ma cocaïne. Mais pour avoir tout ce cheminement là, il fallait être rationnel. Et j'l'étais définitivement pas. J'en étais pas tellement capable en temps normal alors avec cette situation là, c'était mission impossible. Alors tout un tas de sentiments et d'émotion se bousculaient dans mon esprit, j'étais vexé, en colère, frustré, et troublé. Ca faisait beaucoup trop pour moi alors j'me renfermais. J'avais tenté d'aider Maxine avec sa blessure, mais elle m'avait envoyé baladé. J'lui avais donné un conseil quand même pour la cicatrisation et alors que j'm'étais éloigné, j'la voyais d'un coin de l'oeil s'approcher de la mer. Elle faisait ce que je lui avais conseillé et j'me disais juste à ce moment là, que son entaille serait soignée, d'ici quelques jours et que c'était bien. Parce que même si j'prenais la plupart du temps un malin plaisir à faire chier Maxine, à la rendre dingue, à la provoquer, j'voulais pas qui lui arrive quoi que ce soit. C'était paradoxal mais j'l'aurais protégé contre tout, s'il avait fallu. Mais elle voulait se débrouiller toute seule. Alors j'allume mon feu et j'me mets à penser, à faire les cents pas et j'l'entends à peine arriver dans mon dos. J'relève le visage quand elle m'adresse la parole, beaucoup plus poliment que d'habitude. Elle veut mon briquet. J'aurais pu prendre un malin plaisir encore là, à l'envoyer chier à mon tour, à lui dire de se débrouiller toute seule, mais j'ai pas tellement la force. J'ai d'autres démons. Alors j'sors le briquet de ma poche et j'lui tends, sans rien dire. Elle me propose de l'eau si j'veux, j'crois que ça ressemble à une sorte de trêve, un drapeau blanc hissé, juste parce que ça servirait à rien de s'faire la guerre là. J'suis assez d'accord dans l'idée. Mais plus je la regarde et plus j'vois qu'elle est en train de lire dans les traits tendus de mon visage que j'suis pas bien. Que j'ai des trucs dans ma tête. Que j'lutte. Et je l'entends murmurer, j'distingue pas tout mais je sais exactement ce qu'elle pense, je sais exactement ce qu'elle se dit sur moi là. Je hausse les épaules, toujours tendu et frustré. "J'ai pas besoin de leçons Maxine." que j'dis assez simplement, sans animosité. Juste parce que j'supporterais pas là, d'avoir à écouter la morale de Maxine. Ca n'arrangerait rien. J'frotte mes mains l'une contre l'autre, assez nerveusement. J'la regarde, presque désespéré. J'sais que la question que j'vais poser ne sert à rien, j'connais déjà la réponse, mais c'est genre d'la détresse là, j'tente tout, juste pour être certain d'avoir écarté toutes les possibilités. "T'en aurais pas, avec toi, par hasard?" J'me sens presque aussitôt con d'avoir posé la question, parce que j'lui donne raison. Ouais, j'ai replongé. Pieds et poings liés, en plein dedans. J'me remets à marcher, j'fais le tour du feu, j'm'accroupi, et j'regarde les flammes danser. "Viens t'mettre ici, pour te réchauffer. T'arrivera pas à allumer ton truc là." que j'dis d'un mouvement de tête vers son tas de bois en contre bas. J'crois qu'en fait là, Maxine, j'la reveux près de moi. Mais pas pour la faire chier. Juste parce qu'elle peut, elle, réussir à m'occuper l'esprit. Elle est le soutient dont j'ai besoin, maintenant.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyLun 30 Oct 2023 - 12:10

Elle se sentait liée à Orso, sans vraiment savoir pourquoi. Rien n’allait dans leur relation. Les mauvais souvenirs étaient bien plus présents que les bons. Ces derniers se comptaient sur les doigts d’une main, ils avaient existé que quelques semaines avant que la colère, la rancune et la frustration prennent le dessus. Pourtant, quand il était dans son espace vital, rien et tout allait. Le savoir, toute la journée près de lui, ç’avait changé son humeur. La teigne Maxine avait repris le dessus parce qu’Orso il faisait ressortir le pire d’elle, mais également le meilleur. Pour le moment, elle était très en colère d’être coincée sur cette île. Max était angoissée, parce qu’ils n’avaient rien et la nuit allait être rude si les secours ne venaient pas les chercher rapidement. Vêtue simplement d’un short et d’un léger haut, il y avait trop de partie de son corps dénudé pour ne pas subir la fraicheur de la nuit. Saleté d’Orso qui avait gardé en otage elle et son bracelet. Elle n’eut même pas le courage de lui redemander, il était bien trop têtu et chiant pour qu’il lui redonne. Elle refusait son aide. Il s’attendait vraiment à ce qu’elle l’accueille avec tendresse ? Maxine n’avait pas d’un super héros, elle était sa propre héroïne, autonome et indépendante. Les larmes coulaient parce que bordel ça faisait mal cette blessure. Encore plus quand elle écoutait les conseils d’Orso. Cette eau salée lui mordait toute la main, lui arrachant un petit cri de douleur. Elle ne voulait pas montrer à Orso sa vulnérabilité, il avait déjà vu assez de larmes, il en avait été souvent la cause. A cet instant, elle ne savait plus si elle pleurait à cause de la blessure, d’Orso, de cette situation ou du fait qu’elle allait mourir sur cette île. Non, Maxine changeait de comportement, se relevant et récupérant des bouts de bois pour faire son propre feu. Elle n’avait pas besoin de celui de l’italien, même s’il réchauffait déjà l’atmosphère. Une fois le bois récupérer, elle fit un gros tas et retournait vers son ex – enfin si on peut qualifier ça d’ex. Il ne l’entendit et quand il se retournait, son visage avait l’air animé par la douleur. Il ne bronchait, lui tendant son briquet. Une petite trêve commençait à s’instaurer, elle avait peut-être compris qu’elle aurait besoin de lui cette nuit. Orso il n’avait pas l’air bien, on aurait dit qu’il luttait contre quelque chose. Et Maxine comprit. Ce n’était pas certes une aventurière, mais elle avait de l’intelligence et un certain don pour la déduction. Les souvenirs d’un de leur soirée lui revenaient, retrouvant les mêmes expressions sur le visage de l’italien quand il était en descente. « Je ne te fais pas la leçon. » Répondait-elle sur la défensive. Ils étaient incapables de communiquer sans monter la voix, comme s’ils avaient besoin de se justifier. Il la rendait perplexe Maxine. Orso lui aurait fait la morale si elle en avait eu dans sa poche. Ses mises en garde prenaient sans à présent, s’il était si inquiet pour elle, c’était parce qu’il connaissait trop bien ce que cette drogue faisait. Elle fit simplement non de la tête. « J’ai écouté ton conseil. » Il lui avait fortement déconseillé d’en consommer, c’était presque une interdiction. Elle détestait qu’on lui dise quoi faire, mais cette fois-ci elle l’avait écouté (comme pour la main dans l’océan). Orso avait l’air démuni, et Max, elle ne savait pas comment gérer ça. Jamais, elle n’avait dû dealer avec des addictions aux drogues dures. Elle savait gérer sa consommation, parfois celle des autres. Max acceptait sa proposition, se disant que comme il était déjà allumé, autant profiter de sa chaleur. Elle se posait de l’autre côté, évitant la proximité avec l’italien et son regard se perdait dans les flammes alors que l’obscurité commençait à prendre le dessus. « Est-ce que tu vas devenir violent ? » Demandait-elle avec une vraie sincérité. La violence faisait partie des symptômes du manque. « J’ai peur Orso. » Max elle avait peur de beaucoup de choses ce soir, à commencer par ce face à face tendu.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyJeu 2 Nov 2023 - 2:14

C'était la tempête dans ma tête. Il y avait trop de trucs qui tournaient pas rond et j'me sentais défaillir en dedans. J'sentais la tension s'accumuler dans mes doigts, dans mes poignets, entre mes côtes. J'aurais voulu être ailleurs là, de pas être dans l'espace de Maxine. Parce que j'allais être vulnérable, j'allais être désagréable, - encore plus que d'habitude - et j'voulais pas qu'elle voit ça, qu'elle subisse ça. Et pourtant, j'avais pas le choix. Et alors que Maxine s'approchait pour me demander un briquet, elle comprit. En l'espace d'une seconde. Ce regard là, je l'avais déjà eu. Elle me connaissait comme ça. Elle avait capté, en moins d'une seconde. Et elle m'avait simplement dit qu'elle pensait que c'était qu'une fois. Ouais. A la base, c'était qu'une fois. Et j'lui rétorquais, assez irrité, que j'avais pas besoin de leçon. C'était pas une bonne idée là, de lancer une joute verbale. J'en avais pas la force. Ca pourrait déraper. J'voulais tenter de garder le contrôle. J'lui avais demandé, presque désespérément si elle en avait pas sur elle, à tout hasard. J'connaissais la réponse mais de l'entendre de sa bouche, c'était à la fois douloureux et assez rassurant. J'lâchais un p'tit sourire. "C'est bien." que j'dis simplement. Ouais, c'était très bien qu'elle ait suivi ce conseil là, de ne jamais toucher à ça. "C'est vraiment d'la merde." que j'rajoute, presque pour moi. La cocaïne, c'était mon point faible, c'était mon combat depuis tellement longtemps et j'étais en mauvaise passe. C'était la première fois depuis Florence que j'replongeais. J'pourrais blâmer Maxine, et notre histoire impossible, j'pourrais accuser Arielle et notre amitié avortée, mais non, c'était moi et entièrement moi. J'étais le seul coupable la dedans, j'avais pas été assez fort. J'lui proposais de venir se réchauffer près de mon feu. J'allais pas la laisser crever de froid, comme j'avais dit plus tôt. J'avais plus tellement envie de lui faire la guerre. Elle accepta, en silence et j'la suivais des yeux. Elle choisissait l'endroit le plus éloigné de moi. Nos regards se connectaient au travers des flammes qui dansaient et nous réchauffait. J'secouais la tête à sa question. "Non, j'serais pas violent. J'te le promets." Mais Maxine, elle formula un truc qui me serra le coeur. Elle avait peur. "T'as peur de moi?" que j'lui demande en retour. J'secoue la tête, baissant les yeux. "J'te ferais aucun mal Maxine. C'est pas mon intention." J'lui en avais déjà fais un paquet de mal, mais là, j'allais me contenir, pour ne surtout pas être le gars en manque, le gars incontrôlable. De toute façon, j'avais aucune issue. J'allais juste devoir subir. Et comme si le feu qui nous entourait me donnait envie de me confier, de parler, j'me mettais à lui raconter ce que j'avais jamais dit à personne. "J'ai replongé Max. Et pas qu'un peu. Depuis plusieurs semaines maintenant." J'parle lentement, comme si chaque mot occupait mon esprit, et que ça me faisait du bien. "J'essayais de t'oublier." que j'finis par lâcher. J'sais pas trop comment elle va le prendre, comment elle va recevoir ça, mais j'relève les yeux vers elle. Il y a d'la sincérité et de l'appréhension qui baignent mes iris. C'est la pure vérité, si j'suis tombé aussi bas, c'est que j'voulais juste plus rien ressentir.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyJeu 2 Nov 2023 - 14:05

Cette fébrilité face à lui ne lui plaisait pas. Elle aurait aimé ne pas ressentir ce besoin si vital d’être proche de lui et être assez forte pour se débrouiller toute seule. Ils se ressemblaient, avec leur caractère explosif et leur bouderie légendaire, ils se complétaient également. Orso était l’aventurier, celui qui vivait à l’extérieur. Maxine c’était la petit citadine, Bowen était peut-être sa plus grand immersion dans la campagne. Faire un feu relevait du miracle pour la londonienne, préférant mettre son égo de côté et demander de l’aide à l’italien. Ce regard. Elle l’avait déjà vu chez lui, plusieurs heures après l’euphorie qu’il avait vécu. Orso, il lui manquait la cocaïne. Max ne comptait pas lui faire la morale, c’était surtout la culpabilité qui l’envahissait. Peut-être que s’ils ne s’étaient pas séparés en colère et qu’elle avait arrêté de faire sa tête de mule, elle aurait vu les signes qu’Orso replongeait. Elle ne savait même pas quand il avait plongé. Mais il luttait contre ce mal, au point même de lui demander si elle en avait. « Je sais, et tu le sais aussi. » C’était de la merde. Toutes ces fois où elle lui disait qu’il était drogué pour le blesser, elle commençait à le regretter. Maxine se sentait mal, incapable de l’aider et surtout appréhendant la suite. Il avait raison Orso, elle était trop jeune pour gérer ce genre de choses, trop naïve et sûrement trop innocente pour ça. Elle se posait quand même près du feu, à quelques mètres de lui. Dans sa tête, elle revoyait les informations qu’elle avait lu au sujet de cette drogue. L’irritabilité, la colère et la possessivité faisaient parties des symptômes. Sa question elle était sortie naturellement, se rendant compte que ça pourrait le blesser. Max elle fronçait les sourcils. Les promesses d’Orso ne valaient rien, et la confiance qu’elle avait en lui était proche de zéro. A la place, elle s’enveloppait de ses bras, les entourant autour de ses jambes, les yeux scrutant le feu. Orso il la regardait et parfois, elle croisait son regard. « Je ne te connais pas Orso, on a toujours peur de l’inconnu et des choses qu’on en maîtrise pas. » Oui, elle avait peur de lui, de ses remarques, de ce pouvoir qu’il avait sur elle. Même si elle se mentait à elle-même, les sentiments au fond d’elle la trahissait. Ses rêves lui rappelaient à quel point il était incrusté au fond d’elle. « Alors c’était quoi ton intention de toute à l’heure ? Si tu ne voulais pas me faire du mal tu m’aurais rendu mon bracelet. » Elle n’était pas méchante, ni ironique dans ses propos. Sa voix était calme, plutôt désireuse de connaître la vérité. Elle détachait son regard, hypnotisée par la danse de la flamme. Les confessions d’Orso changeaient tout, elle relevait le nez. Tout était de sa faute à elle et à cette rencontre sur les roches de Bowen. « Ça n’a pas l’air de marcher. » Répondait-elle tout naturellement. « J’ai pas l’impression que la cocaïne t’ai aidé à m’oublier, ça ne sert à rien que tu continues d’en prendre. » C’était logique mais impossible. Orso il était dépendant, et ce n’était pas la naïveté de l’étudiante qui le ferait sortir la tête de l’eau.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyVen 10 Nov 2023 - 22:23

Là, Maxine, elle me renvoyait à mes pires démons. En fait, j'avais toujours minimiser mes prises de cocaïne, comme si c'était pas bien grave, comme si je maîtrisais toujours tout parfaitement. Sauf que non, je gérais rien et pire encore, j'me retrouvais sur cette île, coincé, sans aucune poudre à m'envoyer dans le nez et ça m'angoissait, ça me tendait, ça me foutait d'la rage dans le fond du ventre. Mais j'pouvais pas exploser, pas devant Maxine. C'était pas dans les plans, ça devait pas se dérouler comme ça et j'avais juste l'impression que cette journée m'avait totalement échappée. On s'retrouvait alors autour du feu, bien loin l'un de l'autre, comme deux aimants qui se repoussent. Elle était lucide sur mon état, bien plus que moi. Et elle me confiait qu'elle avait peur. Ca m'avait un peu noué l'estomac d'entendre ça de sa bouche. Et elle continuait en me disant qu'elle ne me connaissait pas. Comme si on était des parfaits inconnus. Ca m'plaisait pas t'entendre ça, on s'connaissait elle et moi, beaucoup plus qu'on voulait bien l'admettre. J'la regardais, les sourcils froncés, un peu vexé d'entendre ça. "On n'est pas des inconnus, toi et moi." que je dis en boudant un peu. Elle marque un point lorsqu'elle souligne mon intention de tout à l'heure, quand je cherchais à l'embêter avec cette histoire de bracelet. J'secouais la tête, pas tout à fait d'accord avec ce qu'elle disait. "Techniquement, c'était juste pour t'avoir dans mon espace que j'faisais ça. C'était pas tellement pour te faire du mal." C'était un peu de la mauvaise foi de ma part, mais il y avait quand même un p'tit fond de vérité. Et j'sais pas si c'était le calme des flammes, le frais qui m'enveloppait, la présence de Maxine ou un peu des trois, mais j'en venais à lui dire, assez simplement que si j'avais replongé, c'était parce que j'voulais l'oublier. C'était pas du tout pour remettre la faute sur elle, c'était juste la putain de vérité. Maxine resta super calme, j'la regardais, sans la quitter des yeux. Et puis j'me mis à sourire, lâchant même un p'tit rire au passage. Maxine et sa logique légendaire. "Mais oui! Comment n'y ai-je pas pensé plus tôt?" que j'dis avec un p'tit sourire tendre. Là, Maxine, et sa naïveté, j'les trouve totalement adorable, et de rire comme ça, sans me moquer mais juste parce que j'trouve ça marrant, ça faisait bien longtemps que ça m'était pas arrivé. "Sérieusement, tu sais, c'est pas aussi facile. J'ai été clean pendant trois ans avant ça. Mais là j'sais pas, j'ai .. tout lâché." J'sais pas pourquoi, là, j'sentais que j'pouvais parler. La colère elle était de toute façon dirigée vers le manque de cocaïne, pas vers Maxine. "T'es passé à autre chose toi?" que j'lui demande bien sincèrement. Elle batifolait avec son p'tit gars parfait là, tout à l'heure, mais j'étais quand même bien curieux de voir ce qu'elle allait me répondre. J'savais pas comment elle se positionnait par rapport à moi, par rapport à notre histoire. Et cela dit, pour être honnête, je ne savais pas non plus comment moi j'me positionnais par rapport à tout ça.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2023 - 19:08

Entre colère, épuisement et angoisse, Maxine se sentait libre de parler. Elle était angoissée d’être coincée sur cette île avec Orso, parce que les deux avaient toujours été explosifs, incapable de maîtriser leur émotion. C’était fougueux, durs, méchants, tendres, mais il n’y avait pas de situation neutre. Puis Orso, il avait besoin de la cocaïne, et les effets du manque n’étaient pas favorable à une bonne entente. Alors oui, elle avait peur. Au fond d’elle, elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal physiquement et pourtant elle remettait tout en question. Qu’est-ce qu’elle connaissait chez lui ? Leur histoire avait duré un mois, après ça n’avait été que l’enchainement de colères et de disputes. Sa réponse l’énervait, Maxine fronçait les sourcils. « Non Orso, on ne se connait pas. » Ce n’était pas forcément la vérité, mais pour Maxine, savoir comment faire jouir l’autre ou le rendre en colère n’était pas la définition de connaître quelqu’un. « Tu ne sais pas à quel point je doute sur ma vie, à quel point je n'ai pas confiance, ni ce que je mange le matin, ni le prénom de mon frère et de ma sœur, ni une anecdote de moi. Et je ne sais rien sur toi, ces petits détails qui font connaître une personne. » C’était le cœur lourd qu’elle disait ces mots, parce qu’Orso elle y était attachée, elle ressentait de l’amour pour cet homme. C’était un putain de paradoxe. Il ne voulait pas lui faire du mal et pourtant c’était ce qu’il faisait inconsciemment. « Pourquoi ? Pourquoi tu me veux tellement dans ton espace vital si c’est pour me rejeter une fois que j’y suis. C’est un jeu pour toi ou quoi ? » Sa voix était moins calme, montant un peu dans les aigües. Puis elle soufflait, essayant de se calmer. Cette conversation, elle le savait ne mènerait à rien. Orso, il ne pensait qu’à la cocaïne, elle le savait puisqu’elle l’avait lu dans plein d’articles. Alors elle préférait regarder cette flamme danser sous ses yeux, appréciant la douce chaleur, alors que la nuit était tombée. Personne ne viendrait les chercher ce soir. La confession d’Orso la touchait, surprise cette franchise assez nouvelle et dite avec douceur. Max elle utilisait l’ironie avec tendresse, montrant tout simplement les faits. La cocaïne ne l’avait pas aidé à l’oublier, alors autant l’arrêter. Son rire fit un effet à Maxine, elle avait presque oublié ce son. « Je suis la voix de la raison que veux-tu. » Elle riait à son tour. Ces confidences étaient inattendues, mais Orso continuait, comme si ce confinement forcé avait été prévu pour qu’enfin ils discutent. Il avait repris, par sa faute, c’était tout ce dont retenait Maxine. « Qu’est-ce qui t’a motivé pour arrêter la première fois ? » C’était peut-être stupide comme question, peut-être innocent. Max elle n’était pas psychologue, elle n’aurait aucune réponse. Mais elle savait qu’elle avait peur qu’il lui arrive quelque chose. Un monde avec Orso ce n’était pas simple, mais un monde sans lui ce n’était plus concevable pour l’anglaise. Sa vie a été bouleversée à Max une fois que l’italien est entrée dedans. A sa question, elle relevait son visage pour croiser son regard à travers le feu de camp. Il était facile d’y voir de la tristesse, et du regret. Max hochait la tête de droite à gauche en coupant ce lien visuel. « Non. » Juan il était déjà très loin, plus dans ses pensées. Il n’était qu’un pansement fade comparé à la tempête tropicale qu’était Orso. « Je ne sais même pas si un jour j’arriverais à passer à autre chose, tu es la première personne qui me fait ressentir tout ça. » Maxine elle n’était pas sûr de vouloir revivre tout ça, un jour dans sa vie.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptySam 25 Nov 2023 - 20:07

Plus les secondes passaient et plus l'espoir d'être secouru ce soir s'envolait. Ca m'semblait bien étonnant en même temps que ni Bella ni le p'tit ami de Maxine se soient inquiété de nous. Le manque de cocaïne me poussait à voir les choses négativement, on allait p'tete rester là des jours entiers, et on allait p'tete finir par crever de faim ou de froid, ou moi j'allais finir par me jeter de l'une des falaises quand le manque me rendrait fou. La présence de Maxine, elle m'angoissait pas, elle m'procurait rien en fait, parce que là, mon esprit était accaparé par la poudre blanche dont j'étais privé. Ca m'prenait chacune de mes pensées. Et en même temps, à chaque fois que le son de la voix de Maxine me parvenait, à chaque fois qu'on avait un échange, ça m'rappelait juste que j'étais en vie, que j'étais encore dans la réalité, et que j'étais pas encore devenu fou. Est-ce qu'on se connaissait elle et moi? J'étais assez convaincu que oui, on avait vu le meilleur et le pire chez l'autre, la forme la plus intime de nos personnalités, mais Maxine semblait pas de cet avis. Je l'écoutais en silence, me contentant de secouer la tête par principe, juste pour lui montrer que j'étais pas d'accord. "Bah dis moi alors, comment elle s'appelle ta soeur?" J'marquais une pause, continuant de secouer la tête. "Connaître une personne c'est pas savoir ce genre de détail, c'est juste de savoir les parts d'ombre et de lumière de l'autre. Et ça, on connait."  Même si c'était infiniment complexe de comprendre comment on fonctionnait, elle comme moi, on avait une part de logique assez particulière. Surtout moi, et Maxine ne tardait pas à le souligner. Je haussais les épaules à sa question. "C'est pas un jeu. J'suis juste super con. C'est tout." Moi qui avoue haut et fort que j'suis con? C'était pas tous les jours et assurément le manque de drogue me faisait lâcher toutes les barrières. J'étais un peu dans un mood de "de toute façon je vais finir par crever autant dire les choses avec sincérité, autant pas mentir." Et c'est exactement ce que je faisais avec Maxine là, j'lui disais des choses, j'me confiais sur cette consommation de drogue, c'était bien la première fois que j'lui donnais des détails là dessus. Elle m'arrache un rire quand sa naïveté beaucoup trop mignonne revient au galop. Elle rit avec moi aussi et ce p'tit moment là, il m'fait beaucoup de bien, ça m'détend un peu, et l'entendre rire, ça fait comme l'effet d'une chaleur en dedans. Maxine, elle m'fait de l'effet, c'est indéniable. Finalement, elle me repose une question et j'y réfléchis quelques instants. La carte de la sincérité, et rien d'autre. "Une dette de plus de 50 milles dollars que j'devais à des gars louches de Florence." Ca, c'était un truc dont je parlais jamais, il n'y avait à ce jour que Aura, Fede et Arielle qui étaient au courant. Mais Maxine, avec tout ce que je lui avais fais vivre, méritait bien de connaître cette part de moi, sombre et extrême. "J'ai fuis Florence avec Aura, la forçant à quitter un super job. Le deal était clair : on rejoint notre frère à Bowen mais j'arrête les conneries." J'relève les yeux vers Maxine, j'ai pas mal de honte là, qui m'traverse le regard. J'me sens tellement nul, tellement faible, j'déçois tellement de personnes dans mon entourage avec cette putain de drogue. Et pourtant, j'y suis attiré, comme un papillon de nuit attiré vers la lumière, qui finit par se brûler. J'finis par demander à Maxine si elle est passé à autre chose. Et sa réponse est limpide, comme la mienne. On est pas du tout passer à autre chose, comme si c'était impossible. J'la regarde et j'esquisse un sourire. "J'suis un putain d'égoïste si j'te dis que ça m'rassure que tu sois pas passé à autre chose?" Imaginer que Maxine pouvait en aimer un autre, ça me détruisait, et en même temps j'la repoussais dès que j'en avais l'occasion. "J'ai l'impression que j'me lasserais pas de ressentir des trucs pour toi. Et j'ai toujours ce besoin de savoir que t'en ressens pour moi aussi." J'la regarde à travers les flammes du feu de camp. "C'est quoi notre problème?" que j'lui demande doucement, sans aucune colère, juste une certaine forme de mélancolie. "Si t'as froid, tu peux v'nir près de moi, j'te ferais aucun mal et on pourra se réchauffer l'un contre l'autre." J'avais pas de mauvaise intention, juste de lui apporter un peu de confort, et ça s'voyait dans mes yeux que c'était pas malsain. C'était juste de la survie.

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
En ligne
adm f
Maxine Gray
Maxine Gray
POINTS : 139
MESSAGE : 3865
ICI DEPUIS : 06/11/2020
COMPTES : Alba
CRÉDITS : @whovian

STATUT : Je revois le début les premières semaines. On pourrait repartir à zéro. Et prendre le premier avion comme dans un film de merde (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyDim 26 Nov 2023 - 20:33

Elle sentait l’espoir de se faire secourir rapidement disparaissait. Juan, il devait se remettre doucement de sa maladie, et de toute façon ils ne partageaient plus grand-chose. C’était son plan cul du moment, avec l’envie de penser à autre chose. Sauf qu’il fallait la présence d’Orso sur ce bateau pour que sa journée vire au cauchemar. Autour de ce feu, elle ne démordait pas. Elle et lui ne se connaissaient pas, et un débat sans gagnant commençait. Ils étaient aussi têtus l’un que l’autre, c’était aussi pour cela qu’au débit leur relation fonctionnait. « Enola. » Répondait-elle à sa question, au moins il connaissait le nom de sa sœur. Ce n’était qu’un petit détail, mais une façon de l’inviter dans son intimité, celle plus profonde et plus importante émotionnellement. Orso argumentait contre elle, mais elle n’était pas d’accord, hochant la tête de droit à gauche. « Non Orso, connaître quelqu’un c’est savoir ce qui ne va pas en un seul regard. C’est essayer de ne pas faire sortir les parts d’ombre de l’autre. » Elle soupirait. « Puis qu’est-ce que tu connais de ma part de lumière ? » En calculant, ils avaient passé plus de temps à s’insulter qu’à découvrir les parts de lumière des autres. Oui, les parts d’ombre, ça ils les connaissaient, augmentés par la drogue et l’alcool qu’ils consommaient régulièrement. Elle n’arrivait pas à le suivre Orso, parce qu’il voulait l’éloigner de lui, mais dès qu’elle le faisait, il revenait à charge. Ce confinement ne serait jamais arrivé si Orso lui avait juste rendu son bracelet, comme une personne mature. Lui parler, sans colère, rendait Maxine triste. Elle n’aimait pas parler de ses sentiments et pourtant, il le fallait. « Oui t’es vraiment super con et pourtant j’en ai connu des cons. » Max ne comptait pas le ménager, peu importe qu’il soit remplit de frustration, et que la peur la rongeait un peu. Peut-être que le manque le rendrait violent, même si tout au fond d’elle, elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal. Enfin pas physiquement. La conversation prenait une teinte plus légère, alors même qu’Orso se confiait sur la cocaïne. Tout pouvait s’arranger s’il décidait d’arrêter. Max savait que son corps réclamait la drogue, que c’était devenu un besoin primaire. Elle savait également que l’esprit était plus fort que le corps. C’était naïf, mais pourtant simple comme solution. Il avait tout en main pour réussir. La suite l’étonnait, surprise qu’il se confie ainsi. Le passé d’Orso s’éclaircissait pour la jeune femme, se rendant compte de la frontière qui les séparait. Ils n’avaient pas vécu la même vie, et Orso trainait derrière lui des choses. « 50 milles dollars ?! » C’était une sacrée somme, surtout pour de la drogue. La part d’ombre d’Orso était réelle, et les démons contre lesquels il luttait étaient très forts. Il mettait toute ses promesses de côté pour une poudre, et ça se voyait qu’il en avait honte. Max ressentait beaucoup de peine pour lui, voulant l’aider, mais ce n’était pas sa place, mais celle de Bella. « Orso … tu vaux mieux que tout ça. Tu as des frères et sœurs qui t’aiment, tu as encore tellement plus de choses à faire que de te tuer à petit feu pour ça, pour m’oublier, pour oublier les choses auxquelles tu ne veux pas penser. » Maxine se rendait compte qu’elle n’avait pas eu une bonne influence pour lui. Pourtant, avec honnêteté, elle lui avouait qu’elle n’arrivait pas à passer à autre chose. Il l’avait marqué, toujours dans sa tête. « Oui c’est égoïste. » Disait-elle en riant doucement. Mais lui non plus n’arrivait pas à passer à autre chose. Sauf qu’elle sentait au fond d’elle que ce n’était pas sain, et qu’il avait raison l’italien. Ils étaient à deux stades de leur vie bien différents. « Un jour je passerais à quelque chose Orso, j’ai encore espoir qu’un jour je trouverais une personne qui m’aime avec tendresse, avec qui je peux projeter des plans, qui n’a pas honte de s’afficher avec moi. » Cette dernière vérité lui fit de la peine, c’était surement ce qu’il lui faisait le plus de mal. Orso avait honte de Maxine, honte d’être avec elle. Elle relevait la tête à sa proposition. Oui, elle avait froid, mais elle avait peur de la proximité avec l’italien. « Je n’ai pas froid. » Mentait-elle alors que la chair de poule se dessinait sur son épiderme. Max commençait à ne plus avoir d’espoir pour eux, se rendant compte qu’ils étaient dans deux univers différents. « J’ai l’impression de ne t’avoir apporté que du négatif. » Disait-elle en soupirant légèrement, les larmes dans les yeux. Orso elle l’aimait, mais parfois ça ne suffisait pas.

__________________________

Too smart for you.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
adm h
Orso Luciano
Orso Luciano
POINTS : 231
MESSAGE : 1150
ICI DEPUIS : 29/03/2023
COMPTES : elijah - maddie - ramsay - poppy - joan
CRÉDITS : @ineffablepremades

STATUT : garde le sourire, plus rien est grave tant qu'il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne. nos deux corps pourraient mourir, j'ai déjà fait le deuil. maintenant, pars loin de moi une larme cachée dans l'œil. (maxso)
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 EmptyJeu 7 Déc 2023 - 1:50

On s'réchauffait, comme on pouvait, maintenant que la nuit était tombée sur cette île. Autant elle paraissait paradisiaque quand le soleil l'inondait autant là, elle me paraissait hostile. Et elle portait avec elle le lot de frustration que je commençais à ressentir. C'qui me coutait le plus là, c'était pas la présence de Maxine. Ca, au contraire, une part de moi était bien content de l'avoir près de moi. Non, ce qui me coutait le plus, c'était l'absence de cocaïne. Et plus les secondes avançaient, et moins j'arrivais à dealer avec ça. Me passer de cette poudre blanche pour une nuit entière, c'était pas concevable. J'aurais pu péter les plombs, seul j'aurais probablement tourné comme un lion en cage, j'aurais laissé éclaté ma colère mais là, Maxine, le feu, le calme, ça m'apaisait. Pour l'instant. On s'mettait à discuter, calmement. On s'ménageait pas, surtout elle, mais au moins, on n'hurlait pas. On s'écoutait, on s'disait les choses et j'étais probablement plus sincère cette nuit là que toutes les autres fois. Je haussais simplement la tête quand Maxine me donna le nom de sa soeur. Puis, elle me contre-dit, secouant la tête de droite à gauche. Je l'écoutais et je réfléchis un instant à sa question. Je haussais les épaules et je dis, presque d'une petite voix : "On a su être heureux à un moment tous les deux. Au début. Là j'ai vu ta lumière." C'était aussi doux que douloureux de repenser à notre histoire, à ces premiers jours, où on s'laissait porter par un sentiment agréable, avant que tout n'éclate. J'me surprenais à repenser à tout ça, avec un bonne part de regret. J'étais dans un mood de "foutu pour foutu, autant dire les choses" et Maxine ne mâchait pas ses mots. Elle me réduit au silence quand elle acquiesce sur le fait que je sois con. J'rajoute rien. Elle a raison. J'sais que j'suis con. Arielle aussi me l'avait dit. J'sais que c'était moi le problème et autant lorsque j'étais en pleine possession de mes capacités, j'étais capable de me défendre, autant là, j'pouvais qu'accepter. J'étais con. Un point c'est tout. J'me retrouvais à lui expliquer un peu mon passé, pourquoi mon rapport à la cocaïne était aussi conflictuel, j'lui donnais une part de mes démons, j'sais pas si ça aiderait à quoi que ce soit, mais au moins, elle aurait toutes les cartes en main. Je hochais la tête, grimaçant un peu lorsqu'elle soulignait le montant que j'devais à ces types à Florence. "Ouaip, j'étais accro au poker. C'est là que j'ai perdu." Je marque une pause et j'regarde Maxine, toujours dans une optique de dire les choses, d'me dénigrer, parce que la cocaïne me fait tout voir en noir. "cocaïnomane et addict aux jeux d'argent, tu pouvais pas tomber sur pire." J'souris tristement et je l'écoute me parler d'Aura et de Fede. Elle avait raison en un sens, j'étais bien entouré, mais j'avais pas su dealer avec notre histoire d'amour beaucoup trop compliquée pour mes épaules. J'reste silencieux, écoutant ce qu'elle me dit, mais ne trouvant rien à rajouter. J'me contente de hausser les épaules. Parce que c'est trop sombre dans ma tête pour l'instant. Et puis là, on s'avoue tous les deux, que passer à autre chose, c'est beaucoup trop difficile, pour elle, comme pour moi. On s'retrouve au même stade, avec cette histoire sans dénouement joyeux, avec nos sentiments, et ce gros noeuds de ressentis, de passé, et ça m'semble impossible aujourd'hui. Je l'écoute et Maxine, elle ose dire les choses. J'ai honte de m'afficher avec elle. J'secoue un peu la tête, en signe de protestation. Mais j'sais au fond, qu'elle a mis le doigt sur un truc. "C'est pas d'la honte, c'est une question de génération." L'éternel débat qui nous animait, et j'suis pas certain d'avoir assez d'énergie pour entrer là dedans ce soir. Mais j'avais pas pu m'empêcher de répliquer ça, juste par principe. J'lui propose de venir près de moi, pour ne pas avoir froid. Elle refuse et j'la regarde, avec un p'tit rictus. "Tu sais pas mentir Maxine." que j'lui dis. Mais j'vais pas la forcer à venir. "Si tu changes d'avis.." que j'dis un peu dans le vide. Nos regards se connectent à travers les flammes et j'vois ses yeux qui se baignent de larmes. J'me mords l'intérieur de la joue, parce que de l'entendre dire ça, ça me serre le coeur. J'secoue la tête. J'ai toujours ce besoin d'aller à l'encontre de ce qu'elle me dit. Et puis là, elle se trompe. "Et pourtant..paradoxalement, t'es ma plus belle rencontre." Je soupire. Je sens les battements de coeur qui s'intensifient, les signes du manque continuent de s'accumuler. J'joue nerveusement avec mes doigts, les faisant craquer, imprimant un poing serré contre ma paume. J'ai besoin de bouger, j'ai besoin d'occuper mon esprit, la conversation avec Maxine c'est bien un temps, mais là, mon esprit n'est plus aussi apaiser que quelques minutes auparavant. Mes genoux replier contre mon torse s'agitent. Je commence à m'agacer. J'regarde au lien. "Putain, qu'est ce qu'ils foutent les autres là?" que j'souffle. J'retourne mon regard vers Maxine, j'dis rien, mais j'la regarde avec désespoir, l'air de dire "j'tiens plus.".

__________________________


☽☽ tu vois l'genre de cercle vicieux? le genre de trucs qui donne envie d'tout faire sauf de mourir vieux. tu peux courir à l'infini à la poursuite du bonheur. la Terre est ronde, autant l'attendre ici.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t28132-orsoluci-insta
Contenu sponsorisé
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso    Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos chemins allaient bien finir par se recroiser - Maxso
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qui aime bien, châtie bien (Jay)
» loin d'être en danger, le danger c'est moi, le temps m'a bien changé, la tristesse moins - maxso
» Qui aime bien, châtie bien [Feat. Billie Solheim]
» Qui aime bien, châtie bien. - Charlie.
» Des chemins qui se croisent. [Karel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: