AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

 

 But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen    But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 EmptyLun 27 Mai 2024 - 19:13

Il y avait eu des doutes, beaucoup de doutes en dix ans. Léo et Alba étaient passés par plusieurs émotions et plusieurs fois la blonde avait décidé de laisser tomber. Entre pleurs et déceptions, il lui avait fait vivre peut-être les pires mais également les meilleurs sentiments. Depuis leur rencontre à Bangkok, rien n’avait été dessiné et chacun à sa façon ne faisait que reculer l’échéance de cette évidence. Ils devaient être ensemble. Leurs corps s’animaient quand ils se retrouvaient dans la même pièce, ils encourageaient l’autre à aller toujours plus loin, à se dépasser dans leur projet et passion. Ils le faisaient parfois maladroitement, mais c’était le plus beau des encouragements. Alba, depuis toute petite, avait toujours rêvé de voyage et de volubilité. Pendant longtemps, elle avait pensé que pour jouir de cette liberté, elle devait être seule et s’enrichir de toutes les personnes et de toutes les expériences. Léo, lui avait montré une autre voie, un chemin parsemé d’obstacle mais avec une arrivée plus grandiose. En chemin, elle avait appris à aimer, elle avait appris la patience et surtout elle affrontait ses doutes. Ils étaient parfois bien trop forts lui faisant perdre du temps sur cette ligne d’arrivée tant attendue. Sa rencontre avec Léo l’avait profondément changer et sans lui, à ce jour, sa vie serait totalement différente. Les mots pour décrire tout ceci paraissaient bien faibles et Alba n’avait pas su lui expliquer de la bonne manière. A la place, elle avait fuit comme elle savait si bien le faire, préférant prendre le risque de tout perdre plutôt que de parier sur le bon cheval. Il n’avait pas été facile le photographe, et il en demandait toujours trop. Cette impatience le rendait dur dans ses mots et dans ses gestes, attendant qu’Alba avance à ses côtés quand il l’avait décidé. Cette fuite ces derniers temps étaient peut-être un soubresaut d’orgueil, une manière pour Alba de choisir et de s’assurer de son choix, même si finalement il avait été fait depuis toujours. Dans cette chambre, la conversation était plus légère qu’aux attentes qu’elle avait eu. Cette histoire de maison avait été très vite réglée, parce que finalement Alba se moquait un peu de l’endroit où elle vivrait, elle qui n’était pas attachée aux biens matériels. Même cette photo, elle faisait partie du décor, de la vie de Léo. Si elle aimait le photographe c’était bien avec son passé, son présent et son futur. Pour Léo, c’était acté, il n’y aurait plus de photo. Alba était si sûr d’elle que cette conversation lui était presque futile. Elle voulait Léo, qu’il l’embrasse, qu’ils se retrouvent et surtout qu’ils arrêtent de chercher ce qui n’allait pas, alors que tout pourrait fonctionner si les deux amants étaient moins têtus et apeurés par la moindre chose. Elle boudait, alors que Léo refusait de s’approcher. Joueuse comme elle était, elle commençait à déboutonner son chemisier, laissant entrevoir le haut de la dentelle de son sous-vêtement, avant d’enlever une sandale. Elle souriait, fière de son impertinence, alors que Léo soupirait de frustration. Il y avait encore plein de sujets de discorde et elle laissait Léo lancer le prochain. Elle n’en attendait pas moins de lui, pour autant elle sentait son cœur se serrer à la bombe qu’il venait de sortir. Lui aussi s’inquiétait du passé de la blonde et de cette liberté qu’elle prônait depuis toujours. « On est pareil toi et moi. Cette vie on n’en voulait pas. Je n’en voulais pas quand j’avais la vingtaine, quand je t’ai rencontré. » Elle soupirait, parce que depuis très longtemps il n’y avait qu’une seule personne, et même si elle avait ressenti de l’amour pour d’autres, Léo était toujours le premier, celui vers qui elle retournait à la fin. Elle ne l’avait pas quitté pour un autre. Certes, quand elle lui avait été infidèle, elle avait manqué de loyauté, et même sans lui donner une excuse c’était parce que la peur avait prit le dessus. Mais contrairement à lui, elle n’était jamais partie pour une autre personne. « Je ne suis jamais partie Léo et cette famille c’est moi qui en ai toujours voulu depuis le début. Je te demandais si tu allais m’en vouloir, mais quelques mois de doutes de ma part et tu commences à douter sur le genre de vie que je veux. » Elle avait une voix douce quand elle parlait, calme, pour autant elle était dur et son cœur se serrait. Elle se levait du lit. « J’ai confiance en toi ! J’ai juste eu besoin de temps parce que depuis toujours j’ai toujours cru que je n’avais pas le droit à ce genre de bonheur. Et tu as été une des personnes qui m’a souvent rappelé que je n’y avais pas le droit. » Elle ne souhaitait pas le faire culpabiliser, mais peut-être qu’elle devait enfin mettre les mots sur le vrai mal. Alba ne pensait pas qu’elle avait le droit à cette famille parce qu’à chaque fois qu’elle avait essayé, il partait, ou quelque chose la ramenait au fait qu’elle n’avait pas toujours été désirée.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
En ligne
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 199
MESSAGE : 9898
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen    But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 EmptyLun 3 Juin 2024 - 16:16

Léo ne pouvait nier qu’il n’avait pas cru en eux. C’était vrai, tristement vrai, il n’avait pas voulu y croire. Pour tout un tas de raisons, dès le départ, il s’était persuadé qu’il n'y aurait pas d’histoire possible entre Alba et lui. À cause de son deuil et toute sa vie laissée derrière lui, à cause de sa détermination à refuser de se caser, à cause d’elle, elle était trop belle, trop libre, trop dangereuse, trop inaccessible, un peu comme lui, son miroir, ils voulaient et refusaient les mêmes choses. Elle lui avait dit plusieurs fois, lors de leur séjour en Thaïlande, qu’elle était la femme de plusieurs personnes, qu’elle ne voulait pas se caser. Pourtant, ils avaient fait leur chemin ensemble durant plusieurs mois, eux deux, exclusivement, sans aucun écart, sans même en avoir envie. C’était Alba qui avait rompu ce pacte tacite la première, en tombant amoureuse de lui alors qu’ils s’étaient fait la promesse silencieuse de ne rien se promettre. C’est Alba qui avait fait basculer l’équilibre. Mais au fond, est-ce que ç’avait vraiment une importance ? Ils s’étaient bouleversé l’un et l’autre, ils s’étaient bousculés, chamboulés, ils s’étaient aimés si fort sans jamais réussir à se le dire ni même à le faire en même temps. À présent toutes les planètes s’alignaient enfin, il leur suffisait d’accepter l’évidence, celle devant leurs yeux depuis des années, malgré les doutes et les peurs, les trahisons et les mensonges, malgré les choses dégueulasses, il en ressortait du beau, toujours, à la fin. Et le beau, c'était ça, cette vie à trois, à quatre si le destin le leur permettait, une histoire d’amour, une famille, tout ce qu’ils refusaient quand ils étaient jeunes. Mais ils n’étaient plus si jeunes, ils avaient fait le tour du monde, ils pourraient le refaire encore et à leur retour, ils auraient un foyer. Seulement Léo devait admettre qu’il fallait du temps à Alba, que ce qu’il voulait n’était pas toujours servi d’office sur un plateau quand il claquait des doigts. Il était impatient et colérique, il avait été habitué à ce que rien ne lui soit jamais refusé, par personne, sauf Alba, mais il n’arrivait décidément pas à s’y résoudre. Ce soir, il tentait une dernière manœuvre, celle de la discussion, d’une sorte de jeu pour rendre le tout moins solennel et la technique semblait faire ses preuves. Avec elle, il apprenait petit à petit, il changeait doucement. Il lâcha sa petite bombe, peu fier de lui et de montrer ses faiblesses. Depuis un moment elle était sa principale faiblesse, il faisait tout ce qu’il pouvait pour être meilleur à ses yeux et c’était la blonde qui fuyait, il y voyait là une raison, un reste de manque de confiance en lui ou bien des doutes sur son désir de vivre ce genre de vie qu’il lui proposait, après tout ça avait du sens. Il esquissa un sourire quand elle affirma que ni elle ni lui ne voulait de cette vie quand ils avaient vingt ans. Elle avait raison, le Léo de Bangkok plein d’idéaux et de principes se moquerait bien de celui d’aujourd’hui. Il la laissa poursuivre, ses mots étaient durs même si elle parlait avec une douceur infinie. Le cœur du photographe se serra, il savait qu’elle avait raison, de quel droit doutait-il d'elle alors qu’il avait tout fait pour qu’elle doute de lui à une époque. Ce n’est pas nouveau, ce doute, je l’ai toujours eu au fond de moi, tout comme tu auras toujours peur que je t’abandonne. Il sourit tristement en venant s’installer en face d’Alba. Il caressa son visage et ses cheveux sans la quitter du regard avant de reprendre. Tu as droit à ce genre de bonheur, sûrement plus que les autres. J’ai simplement toujours pensé ne pas être capable de l’offrir. C’est plus facile de fuir et de me faire passer pour le lâche dans ce genre de situation, non ? Plutôt que de te décevoir. Il soupira une seconde en concédant à lui expliquer le fond de sa pensée, ce que signifie ce fameux bonheur pour lui, à une époque en tout cas. Ce genre de bonheur, c'est la routine du quotidien, ce sont deux personnes qui se connaissent tellement bien qu’elles n’ont plus besoin de se parler. C’est parfois l’ennui qui s’installe et des hommes qui trompent leur femme avec leur secrétaire pour ressentir à nouveau le frisson de leur jeunesse fanée. C’est tout ce qui m’effraie parce que c’est la vie de mes parents, c’est prendre le risque de devenir un Peter et que toi, tu subisses tout ça. C’était probablement pour cette exacte raison que Léo avait besoin de quitter Bowen, de casser la routine, il refusait de s’installer dans ce genre de vie. Pourtant aujourd’hui, c’était tout ce à quoi il aspirait. Avec quelques ajustements plus modernes et sans la secrétaire ! Il s’approcha d’Alba et décida d’enfreindre la règle de son propre jeu en l’embrassant enfin.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
adm f
Alba Jensen
Alba Jensen
POINTS : 84
MESSAGE : 6363
ICI DEPUIS : 04/10/2020
COMPTES : Maxine et Joséphine
CRÉDITS : @vesnaproduction (avatar) ; Exordium (sign), Gwen ♡ (crackship) Selly ♡ (gif)

STATUT : I wish I won't come back to you but you're in my mind. (Léo)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
:
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen    But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 EmptyLun 3 Juin 2024 - 20:24

Tout avait été long entre Alba et Léo, parce qu’ils se ressemblaient tellement. Aspirés par cette liberté qu’offrait les voyages, ils se pensaient citoyens du monde fuyant cette réalité quotidienne. Chacun avait ses propres motifs. Pas désirée, Alba avait dû se construire avec cette sensation d’être de trop dans cet univers, l’amour de ses pères n’avaient pas suffit pour consolider ce cœur qui avait été fragilisé dès son premier souffle. Léo lui fuyait la dureté paternelle, ce faux amour que Peter lui infligeait rempli de colère et de sévérité. A travers le monde, ils s’étaient trouvés, les deux enfants perdus pour construire quelque chose de beaux qui avait mis du temps à se consolider dans cette réalité quotidienne. Ils leur avaient fallu de la maturité, de la patience et beaucoup de pardon. Léo la connaissait bien la photographe, et ces pardons auraient suffit à le convaincre des sentiments qu’elle avait pour lui. Souvent, elle mettait en avant Jon, pour que leur fils grandisse dans un environnement sain et rempli d’amour. Mais ça allait bien au-delà de tout cette justification, parce qu’un enfant pouvait grandir même avec des parents séparés. Alba était tombée amoureuse de Léo dès les premiers jours et les premières nuits ensemble. C’était aussi le cas pour lui, mais cet accord tacite avait été fort. De là, les amertumes n’avaient cessé de grandir jusqu’à aujourd’hui. Dans cette chambre, il était tant de régler les problèmes une bonne fois pour toute. Elle comme lui avaient besoin d’entendre l’autre, de comprendre les barrières qu’ils se fixaient chacun pour évoluer et avancer vers un avenir qu’ils ne voulaient pas au départ. A présent, Alba s’imaginait cette vie familiale, sans excitation constante de voyage et de nouveauté, mais ça lui faisait peur. Cette vie qu’elle ne s’était pas imaginée, qu’elle pensait ne pas mériter pointait le bout de son nez et pour la première fois, elle ne se battait pas que pour elle, mais pour Léo, Jon et Kai qui venait tout chambouler. Leur démon demeurait, mais ce soir ils en parlaient librement. Alba soupirait légèrement. « Je ne sais pas s’ils vont disparaitre. » Ce doute et cette peur de l’abandon, ils étaient à l’intérieur d’eux, ça faisait partit de leur personnalité. « Peut-être qu’on doit juste de temps en temps rassurer l’autre. » Proposait-elle. Ça ne lui prendrait pas trop d’énergie à Alba que de prouver à Léo qu’elle ne partirait pas. Que cette vie elle la choisissait avec lui, il était le seul qui lui donnait cette envie de se poser, de fonder cette famille. Elle restait calme même si ses mots étaient un peu violents, parce que les reproches de Léo n’étaient pas forcément justifiés après toutes ces années. La distance entre diminuait, quand Léo s’approchait d’elle, prenant son visage entre ses mains. Les mots étaient forts, lui offrant la possibilité d’être rassurée. Ces mots, on ne lui avait jamais dis et Alba sentait ses yeux s’humidifier. Il parlait de ces doutes, de ce bonheur quotidien qui pouvait entraîner de l’ennui. Léo avait vu cet exemple dans sa propre vie, tout le contraire d’Alba qui avait vu le quotidien de ses parents. Plus ils passaient du temps ensemble, plus l’amour de ses pères étaient purs et sincères. Elle comprenait les doutes de Léo, mais ça fit légèrement rire Alba, alors que quelques larmes de nerfs coulaient sur ses joues. « Tu as conscience que jamais je ne te laisserais tranquille. Tu n’es pas ton père et puis je suis bien trop têtue pour te laisser aller voir ailleurs. » Répondait-elle avec amusement. Ils n’étaient pas leur parent. Ils avaient leur propre histoire et leur propre amour. Le jeu était terminé, Léo l’embrassait les libérant tous les deux de ces longs mois sans contact physique. Elle aimait ses baisers, cette proximité entre eux. Elle aimait tout simplement Léo. En se détachant, elle le regardait dans les yeux. « Tu sais qu’il va falloir qu’on se marie si on veut que le dossier soit le plus complet possible. » Disait-elle avec une légère appréhension. Elle ne tenait pas plus que ça à l’union matrimoniale, mais pour sa famille, pour Kai ça ne la gênerait pas de passer devant l’officiant.

__________________________

You are perfect to me.
by EXORDIUM.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t20787-alba-into-the-world-insta
En ligne
adm h
Léo Emerson
Léo Emerson
POINTS : 199
MESSAGE : 9898
ICI DEPUIS : 19/03/2013
COMPTES : Marcus & Charlize & Sara & Ash
CRÉDITS : @Tiktok ♡ (gif @constellation)

STATUT : It's you, it's always been you - Alba

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: Il a un fils, Jonah (7 ans), il s'est séparé de sa mère, Alba, avant sa naissance. ‹ il part régulièrement aux quatre coins du monde pour son travail ‹ il est passionné par le dessin, la peinture et la photo depuis tout petit, c'est la photo qui es devenu son métier ‹ il aime les gens, profondément, le contact humain, les rencontres ‹ il a déjà pris part à plusieurs projets humanitaires et tente de faire un voyage par an dans ce but ‹ il voyage un peu moins depuis qu'il a son fils, ça lui manque mais c'est un choix pour rester proche de lui ‹ il aime quitter Bowen mais aussi y revenir, il y trouve ses racines, ses plus proches amis, sa famille et ses repères ‹ il a horreur des soirées de galas et autre mondanités mais y assiste par correction envers sa famille, il a une vraie dent contre le Maire ‹ il est cinéphile ‹ il ne connait pas le rasoir et prend grand soin de sa barbe ‹ il est mauvais dans ses relations avec les filles, doué pour les séduire, il a un don pour tout gâcher et perdre les seules qui pourraient compter ‹ il n'est pas matérialiste, il pourrait vivre dans le luxe, il pourrait tout avoir, mais ça ne l'intéresse pas, il aime consommer de façon raisonnée ‹ il est plus ou moins sportif, ça dépend des moments mais il a un abonnement à la salle de sport, il lui arrive de courir sur la plage et il se débrouille en surf, il est fan de rugby, supporter de l’équipe locale ‹ il cuisine, il est gourmand et aime goûter les plats de différents pays ‹ il ne se considère pas comme fumeur mais il ne refuse jamais une clope surtout en soirée ‹ il est amateur de bons whiskys
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen    But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 EmptyMar 4 Juin 2024 - 1:04

Ça n’avait pas été simple pour Léo de passer en second plan aux yeux d’Alba, d’autant plus qu’il ne pouvait pas en vouloir à celui qui lui était passé devant, puisque c’était leur fils. Depuis la naissance de Jonah, tout ce que la blonde faisait, était calculé pour le bonheur de son enfant, elle était devenue maman, elle était devenue lionne. Elle se battait pour lui et c’était beau à voir. Mais pour Léo, il était parfois difficile de trouver sa place, lui qui avait l’habitude de prendre toute la lumière. À présent, depuis que Kai était entré dans sa vie, il comprenait mieux ce qui animait le cœur de la blonde, ce besoin viscéral de porter, de protéger, de tout faire pour que son enfant soit en sécurité loin du monde tourmenté des adultes. Il aimait son fils plus que tout, mais il n’était pas prêt à l’époque, il avait appris sur le tas, un peu loin de lui, ne l’ayant que quelques semaines alors qu’Alba se chargeait de tout le reste. Mère et fils avaient ce lien si particulier, tellement fusionnel que par moment Léo se sentait de trop. Il voyait bien que ça s’estompait avec le temps, plus Jon grandissait, plus il devenait proche de lui, mais le mal avait été fait dès le départ et il ne pouvait pas en vouloir à Jensen. Il comprenait aujourd’hui, auprès de Kai, il ne voulait pas laisser passer sa chance, alors il se battait à son tour, pour cette petite, pour son couple, pour leur famille. Il mettait de côté sa fierté et ce soir, il se montrait vulnérable face Alba. Ils ne disparaitront peut-être pas, non. Mais on peut essayer de faire avec. Il acquiesça à sa proposition, pourquoi pas essayer de se rassurer, oui. Même s’il savait au fond de lui qu’il était plutôt mauvais dans cet exercice. Du moins il le pensait pourtant, pour une fois, alors qu’il ouvrait son cœur et parlait librement, il réussissait à trouver les mots justes, ceux qui firent fondre la belle, la mirent en confiance. Évidemment qu’il avait peur du bonheur facile, de la monotonie, du schéma familial tout tracé. Il le redoutait comme la peste, depuis toujours. Il avait ses blessures, Léo, celles gravées en lui depuis l’enfance, entre un père omniprésent en façade, mais totalement absent dans la cellule familiale, une mère aimante, mais effacée. La vision de ce couple dysfonctionnel qui avançait malgré tout main dans la main alors que son père était loin d'être un saint. Tout cela lui donnait la nausée. Et plus le temps passait, plus il lui semblait qu’il ressemblait à Peter, il en vomirait presque. D’un geste du pouce, il essuya les larmes qui coulaient le long de la joue d’Alba. Il devinait son émotion, il la ressentait. J’ai conscience que tu es têtue, oui. Elle le lui avait assez prouvé. Mais elle savait qu’il l’était tout autant, ils n’en seraient pas là si ce n’était pas le cas. Et cette femme si butée, si sûr d’eux ce soir, enfin, il l’aimait, il l’attendait, il la voulait. Alors, il l’embrassa, ce fut comme une délivrance. Enfin ! Leurs deux corps réunis qui ne faisaient qu’un, qui demandaient davantage, même. Mais Alba s’éloigna légèrement pour lâcher sa bombe, elle n’en avait pas terminé, ç'aurait été trop simple. Léo la fixa d’un air interdit. Tu plaisantes ? Qu’il articula un peu plus sèchement qu'il ne l'aurait voulu. Le mariage, c'était hors de question pour le brun et Alba le savait pertinemment. Si j’avais adopté seul, je n’aurais pas été marié et ça ne semblait pas poser de problème alors, il n’y a pas de raison que ç'en soit une. On est déjà une famille. Si tu veux une bague, on peut aller chez le joaillier. Il tentait de se radoucir en glissant ses doigts sur la peau de la blonde, ce jeu ne l’amusait décidément plus du tout.

__________________________

"Is that alright ?"
Maybe it's time to let the old ways die. It takes a lot to change a man, it takes a lot to change your plans. And a train to change your mind.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t17647-whereischarles-leo-instagram
Contenu sponsorisé
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen    But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
But there's no man as terrified as the man who stands to lose you + Emersen
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lose your dreams and you will lose your mind + Chuck
» A shadow is cast wherever he stands (Pv Lux)
» time stands still beauty in all she is (florian)
» There she stands and we share a stare (Nora)
» We will die for you (Emersen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: southern district :: maisons-
Sauter vers: