AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

 

 breathe me in, i'm yours to keep (sahar)

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMer 20 Déc 2023 - 23:53

Il était incapable de se souvenir de la dernière fois où il avait ressenti une telle appréhension, peinant à gérer la tension qui semblait peu à peu s’emparer de lui alors que les heures défilaient, le rapprochant à grands pas de cette première rencontre avec la famille de Sahar. Sans doute craignait-il le faux pas, le jugement négatif de la part de ses géniteurs, probablement soucieux de l’homme qui partageait sa vie. Levi, il désirait être irréprochable, et quand bien même certains aspects de son histoire paraissaient bancals, il continuait de penser que ça ne le définissait en rien. Et si l’avis de Sahar était à jamais le seul qui compterait à ses yeux, il osait tout de même espérer faire une bonne impression à son entourage. Son âme-sœur s’était entêtée à le rassurer, évoquant le fait que cet évènement n’avait aucune importance, qu’il n’était simplement question que d’un repas conventionnel annuel qui n’avait visiblement pas une grande valeur à ses yeux. Mais ce réveillon n’avait rien d’anodin pour Levi, lui qui prenait à cœur cette soirée à laquelle il avait été convié, conscient qu’il s’agissait là d’une nouvelle étape franchie dans leur relation. « Tu me trouves comment ? » Finit-il par demander à sa favorite alors qu’il avait passé un certain temps derrière le miroir, pour espérer parfaire son reflet, réajustant les derniers détails avant qu’ils ne puissent partir. « Je sais que tu me trouves ridicule mais j’peux pas m’en empêcher. » S’amusa-t-il, percevant un rictus presque moqueur à la lisière de ses lèvres, conscient qu’elle n’était pas tout à fait en mesure de comprendre son état d’esprit, Sahar ne paraissant accorder aucune importance à la soirée à venir, elle qui semblait l’apercevoir comme une simple banalité. « Tu me consoleras en rentrant si ça se passe mal ? » Lâcha-t-il sur un ton ô combien joueur, lui qui ne se lasserait certainement jamais d’immiscer quelques sous-entendus à peine dissimulés à Sahar, cherchant tant bien que mal de se détendre. Finalement, ce fut ses yeux qui dévalèrent les courbes enjôleuses de la brune, le regard plus pétillant que jamais, sa main se tendant vers la sienne pour l’inciter à pivoter autour d’elle-même. « Tu sais que ça devrait être interdit par la loi d’être aussi belle ? » La flatta-t-il, ne se lassant certainement pas de la contempler, encore et encore, conscient qu’il était bien trop incapable de lui cacher son émerveillement à chaque fois qu’elle daignait apparaître dans son champ de vision. « T’es prête, on y va ? » Demanda-t-il, inspirant une dernière fois pour se donner du courage, n’oubliant pas au passage les présents destinés aux membres de sa famille.

@sahar essaïdi breathe me in, i'm yours to keep (sahar) 3154653550

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyJeu 21 Déc 2023 - 17:32

Depuis le commencement de votre relation, tu n'avais pas nécessairement vu le temps passer. À tel point notamment, que le moment venu des festivités, tu ne semblais toujours pas réaliser l'étape supplémentaire que vous vous apprêtiez tous les deux à franchir. Selon toi, il ne s'agissait-là, que d'un repas, rien de plus ordinaire, mais forcée de constater que l'anglais, n'appréhendait pas les circonstances de manière identique. Il serait fabuler de prétendre que tu n'avais rien deviné de la nervosité ambiante qui semblait s'être plus ou moins emparée de lui. Puisque ton entêtement, visant essentiellement à apaiser ses craintes, restèrent désespérément vaines. Vêtue toi-même d'une robe relativement classique, et dépourvue de la moindre folie, tu faisais le choix de la sobriété, priant silencieusement pour que chacun des membres de ta famille, t'épargne si possible, des sujets les plus tumultueux. Effectivement, tu n'avais jamais véritablement entretenu une entente idyllique avec ces derniers, tout juste cordiale au fil des années, et ce rassemblement, s'avérait potentiellement l'occasion rêvée pour tes parents de réunir frère et soeur, sous le même toit, depuis des plombes. Prostrée momentanément contre le mur à proximité de ton amant, tu ne cessas de lorgner sur ce dernier, parvenant tout juste à lui dissimuler un rictus espiègle, tandis qu'il fignolait avec fébrilité les derniers détails ornant sa tenue vestimentaire. La tête penchée momentanément sur le côté, tu fis mine de le toiser dans son intégralité, lorsqu'il chercha manifestement à se délecter de ton avis. « T'es pas ridicule. » Soufflas-tu, visiblement amusée par la riposte du barman. Sans le moindre mal, tu aurais pu aisément consumer pas moins que ta soirée entière à le contempler. Daignant finalement les quelques pas manquants jusqu'à sa hauteur, tu tiras toi aussi sur les derniers plis de son tissu, ton regard plongé amoureusement dans l'azur du sien. « T'es parfait. » Poursuis-tu, tandis que tu ne fus pas en mesure d'endiguer un rire pourtant discret, aux propos, selon toi tendancieux, ayant directement émané de ton amant. « Tu sais que tu peux toujours compter sur moi. » Et dieu savait, que tu ne perdrais pas une seconde pour adoucir à sa peine, comme il se devait. Bien que s'il existait une chose pour laquelle tu étais sûre ce soir, c'était ô combien, il ne s'avérerait pas indispensable d'alléger son fardeau. Autant dire, que tu n'irais pas jusqu'à attendre que les choses tournent mal, pour justifier à votre énième rapprochement. Et au travers d'un geste étonnamment candide, ta main vint aussitôt se saisir de la sienne, tendue dans ta direction, pour t'inciter à tourner sur toi-même. Lèvre pincée, tes iris furent à nouveau traversées d'une lueur profondément angélique, déjà impatiente à l'idée de vous retrouver seuls, tous les deux, le plus rapidement possible. « Je t'aime. » Admis-tu en guise de réponse, avant d'acquiescer d'un bref haussement de la tête, à l'interrogation qui venait de suivre. Laissant Levi se charger de la corvée de cadeaux destinés majoritairement à ta famille, tu gratifias Luke d'une caresse bienveillante au niveau de la tête, avant de verrouiller la porte sur votre passage. Embarquant dans l'habitacle dans la foulée, vous aviez surtout évoqué le déroulement de la soirée. Et là aussi, tu mentirais si tu affirmais qu'une fois le véhicule stationné devant le domicile, tu ne trouvais pas les conjonctures un peu étranges. En effet, on pouvait considérer que c'était la première fois que tes parents s'apprêtaient à rencontrer, l'homme avec lequel tu envisageais sérieusement de passer le restant de ta vie, et en plus de ça, il paraissait - du moins en apparence- parfaitement normal. « Tu veux qu'on y aille, ou tu as besoin d'une minute? » Demandas-tu, en pivotant entièrement sur ton siège en direction de ton partenaire, te délestant au passage, de ta ceinture de sécurité. Fallait bien admettre que pour toi aussi, c'était pas mal déconcertant, après tout, ça faisait des lustres que tu n'avais pas refoutu les pieds ici, et plus encore, que tu n'avais pas eu de contact avec ton frère aîné.

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyJeu 21 Déc 2023 - 23:01

Il avait préféré jusque-là ne pas trop songer aux festivités de fin d'année, appréhendant la rencontre avec la famille de Sahar, craignant de faire mauvaise impression auprès d'eux, lui qui désirait plus que jamais prouver qu’il lui était entièrement voué et ce, jusqu’à la fin des temps. Il avait perçu cette bulle d’anxiété grandir au cours de la journée, tentant comme il le pouvait de relativiser, lui qui aurait aimé posséder le même relâchement que sa favorite. Et il était certain que Sahar ne l’avait probablement jamais entrevu aussi fébrile quand bien même la situation ne semblait en aucun cas exceptionnelle, lui dont les épaules s’étaient alourdies d’une pression supplémentaire, faisant écho à sa volonté de parfaire son histoire avec sa partenaire. Et c’était aussi parce-qu’il n’avait jamais confronté une situation semblable à celle-ci avant Sahar qu’il peinait à se détendre, lui qui n’était clairement pas habitué aux mondanités de la vie courante, conscient que Sahar et lui sortaient des cases à ce niveau-là. « Juste un peu. » S’amusa-t-il, croisant le regard de son âme-sœur dans le reflet du miroir, un air espiègle illuminant ses traits alors qu’elle tentait une énième fois d’apaiser ses sens en pagaille. Levi se retourna pour lui faire face, manquant de fondre devant la tendresse infinie de son regard dans lequel il aurait pu se perdre pour le restant de ses jours. « Parle pour toi. » Murmura-t-il, son visage approchant le sien pour laisser ses lèvres s’écraser lentement contre son front, incapable de ne pas lui délivrer ces attentions qui lui seraient éternellement dédiées. « C’est pour ça qu’on forme une bonne équipe, toi et moi. » Rétorqua-t-il, un clin d’œil complice venant clore leur échange, eux qui semblaient ne jamais manquer d’inspiration lorsqu’il s’agissait de s’abandonner l’un à l’autre, animés d’une passion qui n’était clairement plus à prouver. Il se laissa bercer par ce besoin continuel de la contempler, encore et encore, faisant pivoter Sahar autour d’elle pour mieux apprécier ses courbes hypnotisantes, dont il était totalement accroc. « Je t’aime aussi. » Souffla-t-il, apaisé par leur échange amoureux, par cette force inépuisable qu’il percevait dans leur lien et qui ne cessait de grandir. Levi, il savait pertinemment que ces quelques instants d’appréhension n’entacheraient jamais le bonheur qui l’emplissait à l’idée de se savoir à Sahar, fier de savoir qu’il était celui qu’elle avait choisi envers et contre tout, et ce, jusque dans l’adversité. Finalement prêts, ils se mirent en route dans la foulée, une montée d’adrénaline s’opérant au moment où ils parvinrent devant le lieu du rendez-vous quelques kilomètres plus tard, comme si toutes les idées qu’il avait pu se faire durant les dernières semaines se concrétisaient enfin sous ses yeux. « J’ai juste besoin de ça. » Murmura-t-il, ses lèvres percutant les siennes sans même avoir cherché à la prévenir, conférant à ce baiser une toute autre dimension, celle d’une preuve infinie de l’amour qu’il lui portait. « On peut y aller. » Finit-il par dire, en rompant leur échange, puisant son courage dans le regard confiant de son âme-sœur, sa main attrapant la sienne au passage afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté quant au statut de leur lien. Presque dans un élan d’instinct, il serra la main de sa partenaire au moment où la porte devant eux finit par s’ouvrir, deux silhouettes se présentant face à eux, reconnaissant sur leurs visages des traits familiers, qui ne lui laissèrent aucun doute quant à leurs identités.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyVen 22 Déc 2023 - 22:16

Et ceux qui te connaissaient un tant soit peu, savaient ô combien les circonstances n'avaient strictement rien d'ordinaire. Effectivement, ramener autrui à ta famille, qui plus est pour les festivités de fin d'année, ne te ressemblait pas des masses. Fallait également admettre, que la relation que tu entretenais avec chaque membre de cette dernière n'avait tout bonnement rien d'idyllique, pas même avec ton frère ainé. Le fait était que, en l'absence de l'anglais, tu n'aurais même pas daigné l'effort de participer au traditionnel repas de Noël organisé par ta mère. Sans véritablement de conviction, tu avais approuvé à l'invitation, encouragée essentiellement par ton favori, dont tu savais pourtant la nervosité, plus que jamais poussée à son paroxysme. C'était d'ailleurs la première fois que tu l'apercevais aussi stressé, à tel point que tes tentatives pour espérer apaiser à quelques-unes de ses craintes, restèrent totalement vaines. Et malgré la douceur de vos échanges juste avant votre départ, la tension émanant directement de ton amant, n'en était pas restée moins communicative. Persuadée au fond, qu'il aurait pourtant été le premier à réfuter à ta proposition de vous rendre nulle part pour le restant de la soirée. Ton regard, ne s'était quant à lui détourner du sien, qu'à l'instant où il en fut contraint, chacun de vous, traçant son chemin jusqu'au véhicule, qui vous mènerait directement chez tes parents. Calme eut été le trajet, mais non silencieux pour autant, chacun de vous s'adonnant aux spéculations quant au déroulement hypothétique de la soirée. La route toucha à son terme au niveau du domicile de tes géniteurs, de là où jaillissais déjà la lumière de la cuisine restée éclairée pour l'occasion. Pivotant presque entièrement sur ton siège, notamment en direction de ton partenaire, tu pris là-aussi le temps de t'assurer de son état, avant de rejoindre le reste de la troupe à l'intérieur. Et soudain, tes lèvres furent percuter par siennes au travers d'un échange, que tu t'empressas potentiellement de prolonger, un sourire satisfait ne tardant pas à lui succéder. « J'te promets que tout se passera bien. Et si tu en as marre, on s'barre, peu importe le moment. » Dis-tu, tandis que vous désertiez l'habitacle, main dans la main, afin de rejoindre le porche de la villa. Tes doigts se scellant fermement autour des siens, que la porte d'entrée s'ouvrit hâtivement, alors même que vous arriviez tout juste à son niveau. Tes iris d'abord troublées, vrillèrent vaguement en direction de ton favori, avant d'afficher une moue relativement crispée. Néanmoins, il ne t'eut pas fallu plus qu'une fraction de seconde, pour deviner au regard de tes parents, que l'anglais, faisait déjà l'unanimité. Vous invitant sans plus tarder à franchir le seuil de l'entrée donnant directement dans la cuisine, ta mère ne ménagea pas ses efforts pour pallier à un éventuel malaise. « Tu es donc Levi. Je t'avoue qu'on ne s'attendait pas à ça, on est agréablement surpris, pour une fois. » Premier tacle, à la hauteur notamment, de la grimace relativement agacée, que tu lui adressas sans même t'en cacher. « Tu comprends mieux, pourquoi j'viens jamais ici? » Renchéris-tu dans la foulée, tes vaporeuses cherchant momentanément à s'accaparer celles de ton partenaire. « Y a pas Isaac? » Demandas-tu, nonchalante au possible, tandis qu'à l'évocation de son nom, ton frère aîné fit spontanément son apparition dans la pièce accompagné de celle qui semblait être sa conjointe. Ça faisait bien des années que tu ne l'avais pas revu, t'ignorais même ce qu'il devenait, depuis qu'il avait quitté l'Australie pour l'étranger, tout ce dont tu avais conscience, c'était ô combien votre relation ne s'était jamais améliorée depuis son départ. Visiblement, il t'en voulait toujours. « Tu sais ce qui me choque le plus gamine, c'est pas que tu sois là, mais que ton mec ait carrément l'air normal. » C'était déjà la seconde fois, en même pas deux minutes, et autant dire que ta riposte, aussi minable soit-elle, surtout pour un soir de fête, ne se fit toutefois pas attendre. « J't'emmerde Isaac. Commence déjà par t'occuper de ta propre nana avant de la ramener. » Répondis-tu sèchement, ne laissant de ce fait, plus aucun doute quant au type de relation que tu entretenais avec le reste des membres de ta famille. Comprenant cependant, que la tension ne ferait probablement que s'intensifier, ton père s'approcha à ce moment précis de Levi, un air amical pointant aussitôt sur son visage. Peu surprise, cependant, venant de lui. De tous ceux auxquels tu pourrais bien abandonner ton partenaire durant la soirée, même l'espace de quelques secondes, il s'agissait de loin de ton parternel. Une main posée momentanément sur son épaule, il incita, toute la troupe réunie, à se rendre jusqu'au salon, sur lequel se trouvait sur la table basse, sur laquelle nombre de verres et biscuits salés trônaient déjà. Mais, alors que chacun s'apprêtait déjà à se rendre jusqu'à la pièce suivante, tu pivotas à nouveau en direction de Levi, dont tu n'eus toujours pas lâché la main. « Tu peux poser tes affaires juste ici. Est-ce que tu penses tenir le coup? » Murmuras-tu, en désignant au passage, la chaise en question sur laquelle, il pourrait se débarrasser du superflu.

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptySam 23 Déc 2023 - 16:06

Quand bien même l’idée de passer pour un dégénéré aux yeux de l’entourage proche de Sahar le rendait malade, pour rien au monde il n’aurait souhaité passer les fêtes de fin d’année sans la seule personne qui comptait le plus à ses yeux. Et ça n’était pas tant l’amour pour la tradition qui primait, mais bien le besoin permanent de la savoir avec lui, incapable de gérer le manque qui s’emparait constamment de ses entrailles dés lors qu’ils étaient séparés pour une quelconque raison. Il le savait Levi, que cette rencontre avec ses géniteurs était une étape à passer, qu’il appréhendait tout de même, désirant plus que tout que leur relation soit approuvée par ces personnes avec lesquelles Sahar n’entretenait certes, pas grand chose, mais qui restaient tout de même au cœur de son existence. Elle n’avait d’ailleurs pas pu louper ses traits tiraillés par l’appréhension découlant de la soirée à venir, elle qui savait parfaitement à quel point il désirait faire bonne impression, comme s’il ressentait ce besoin de faire ses preuves face aux membres de sa famille. Et il aurait été miraculeux que son anxiété ne disparaisse au moment imminent de leur rencontre, Levi appréciant la volonté de sa moitié de lui laisser le temps nécessaire pour s’élancer, lui qui profita de ce dernier moment où il n’était encore question que d’eux pour l’embrasser. « On va passer une bonne soirée bébé, y’a pas de raison. » Chercha-t-il à se convaincre, lui volant un dernier baiser aussi léger que vif, avant que leurs mains ne viennent se sceller pour se présenter devant le seuil de la porte, où les géniteurs de sa favorite vinrent les accueillir. Levi s’était efforcé à balayer son malaise, feignant un relâchement ô combien monté de toutes pièces, un sourire bienveillant se dessinant sur ses lèvres au moment des présentations. « Croyez-moi ou non, le chanceux dans l’histoire, c’est moi. » Répliqua-t-il d’une voix douce, sans une once de fébrilité, incapable de laisser penser que Sahar valait moins bien que lui quand son existence entière ne jurait que par la sienne. Il tenta d’apaiser la tension en captant le regard de sa favorite, serrant sa main, ses yeux finissant par balayer la pièce lorsque Sahar évoqua la présence de son fraternel, ce dernier faisant finalement une apparition pour le moins fracassante dans la pièce. Levi peina à trouver sa place, conscient que les malentendus liant sa favorite et son frère ne le regardaient pas, quand bien il s’était retenu une nouvelle fois de rétorquer, conscient que l’ambiance était déjà assez glaciale comme ça. Il se présenta tout de même à l’homme face à lui, scellant une poignée de mains qui lui avait semblé ô combien fébrile. Ce ne fut qu’à l’arrivée du chef de famille que Levi se détendit un peu plus, retrouvant cette bienveillance presque amicale dans son regard, dans ce geste qui lui fit comprendre qu’il pouvait souffler. « Ça va aller, tant que t’es là, tout va bien. » Murmura-t-il à son tour en déposant ses affaires, sans la lâcher du regard, amenant leurs paumes liées jusqu’à ses lèvres où il déposa un baiser sur le dos de sa main, la rassurant au passage d’une esquisse amoureuse. Ils avancèrent finalement tous les deux vers le salon, faisant la rencontre de celle qui se présenta comme la compagne d’Isaac, visiblement bien plus à l’aise que lui. Levi laissa Sahar prendre place sur le canapé, avant d’en faire de même, sa main cherchant à se lier à la sienne, rassuré par la chaleur qui en émanait. « Je tenais à vous remercier pour l’invitation. » Finit-il par dire, à l’intention des hôtes de la soirée qui avaient semble-t-il accepté sa présence lors de ces fêtes ordinairement familiales. « Avec plaisir. On pensait surtout que tu passerais les fêtes avec ta famille. » Il aurait été évident que la discussion dévierait à un moment ou à un autre sur ce sujet ô combien sensible, Levi tentant de rester le plus neutre possible. « Disons que ça aurait été compliqué de rentrer en Angleterre pour les fêtes. »

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptySam 23 Déc 2023 - 19:16

L'idée n'était selon toi, pas la meilleure. En plus de ne pas vraiment t'emballer, tu ne semblais pas comprendre l'obstination de ton partenaire pour vous rendre à ce dîner, alors que lui-même affichait clairement une nervosité palpable. Après tout, ce n'était pas comme si tu entretenais une relation essentiellement idyllique avec ta famille, que tu avais jugé leur approbation parfaitement indispensable. Et autant l'admettre immédiatement, ça n'était pas pour toi-même que tu avais daigné l'effort, mais uniquement pour l'anglais, car tu savais par avance que les circonstances ne joueraient en faveur de personne, et certainement pas en la tienne. Ton problème se résumait en majorité, à la présence de ton aîné, avec lequel tu restais incapable de t'entendre. Vous saviez tous les deux pour quelles raisons exactement, sauf que tu ne serais jamais allée jusqu'à imaginer que ce dernier, demeurait incapable de te pardonner, même des années après. Et forcée de constater que si tu pouvais sans l'ombre d'un doute, déjà affirmer que Levi avait fait forte impressions aux yeux de leurs hôtes, tu ne pourrais malheureusement affirmer la même chose, concernant Isaac, venu sans plus tarder s'immiscer dans la cuisine à son tour. Autant l'avouer, tu ne fus pas particulièrement atterrée par le manque de tact ayant directement émané de ton frangin. Et si tu ne perdis pas de temps pour riposter à ton tour, tandis qu'il acquiesça au même instant, d'une main tendue en direction de Levi, tu n'étais pas sans ignorer, la gêne amorcée par cet échange sur le visage de mère de famille. Toutefois, tu ne fus pas non plus surprise de constater que tu pouvais encore compter sur ton paternel pour détendre l'atmosphère. Arborant aussitôt une mine relativement amicale, il l'incita également chacun des membres présents dans la pièce à se rendre jusqu'au salon, une main posée contre l'épaule de ton favori. Le gratifiant d'un sourire plutôt discret, tu laissas les autres se rendre jusqu'au séjour jouxtant la cuisine, pour qu'il ne reste momentanément plus que vous. L'incitant à se débarrasser du superflu sur l'une des chaises, vous aviez également profité de cette accalmie de courte durée, pour mutuellement vous encourager. Confirmant vaguement d'un hochement de tête, tu l'entraînas sans plus tarder dans ton élan, en faisant mine d'à peine remarquer la compagne de ton aîné. Tu t'contentas essentiellement de prendre place sur le canapé, t'assurant dans la foulée que ton amant, imite ton geste. Tes doigts, eux non plus ne perdirent pas une seconde pour de nouveau se lier aux siens, tandis que tes vaporeuses ne le lâchèrent pas d'un iota. Cependant, tu fus incapable de ne pas afficher une moue perplexe, lorsque l'un de tes géniteurs, s'élança directement dans le vif du sujet. À cet instant précis, tu compris que vous n'étiez pas loin de frôler la catastrophe, ce pourquoi tu resserras instantanément ton étreinte, contre celle de ton favori. « C'est pas faux. » Répondit spontanément ton père aux révélations de Levi, sans jamais se départir de son côté, de cet aspect relativement emphatique qui ornaient les traits de son visage. « Et que font vos parents dans la vie? Vivent-ils toujours en Angleterre? » Vint immédiatement renchérir ta mère, un sourire discret feignant l'embrasure de ses pulpeuses. Te raclant momentanément la gorge, ton regard dévia finalement de sa trajectoire pour s'éterniser en direction de la compagne de ton frère. « C'est un interrogatoire? Pourquoi on ne parlerait pas plutôt de la copine d'Isaac? » Poursuis-tu sèchement, en désignant cette dernière d'un geste de la tête. Visiblement ébahis, chacun pris manifestement sur soi, pour ne pas renchérir à tes revendications. D'abord gênée, la conjointe de ton aîné débuta un monologue, qui ne ferait que momentanément repousser le problème. De ton côté, tu parues ne rien écouter de ses propos, à tel point que tu ignorais encore son nom. « Tu veux boire quoi? » Le plus déconcertant ce fut très certainement la manière dont tu semblais t'adoucir au contact du barman, un sourire aimant, animant pas moins que la totalité de ton visage. La table basse regorgeant d'alcool, et de boissons en tout genre, la tentation pour toi, s'avérait dorénavant poussée à son paroxysme. « J'en déduis que tu as arrêté de faire le tapin pour payer ta came. » Lançat ironiquement Isaac situé à côté de toi, sous prétexte que tu avais certainement l'air plus calme qu'à l'accoutumée. Le visage blême, il serait néanmoins fabuler de prétendre que tu te serais attendu à moins le concernant. « Va te faire foutre putain. T'es vraiment le roi des cons. » Grognas-tu, tandis que ton paternel s'était empressé d'apaiser les moeurs, afin d'éviter que la situation s'envenime. L'ambiance ne serait pas à la fête, en présence de ce dernier, tu serais tout bonnement incapable de simuler un enthousiasme de façade. Ce fut d'ailleurs au travers d'un élan particulièrement pressé, que tu disposas de la première bouteille à ta portée, versant son contenu dans un verre, que tu t'étais précipitée de consommer. À ce compte-là, Levi pouvait désormais réaliser par lui-même la véritable nature de la relation que tu entretenais avec ton frère. Le fait était que tu ne mentais pas, lorsque tu parlais de lui. Sauf, qu'il n'avait de son côté pas besoin de savoir, jusqu'où tu avais autrefois, été prête à t'abaisser pour assouvir tes penchants les plus délétères. « J't'avais dit, qu'on aurait pas du venir. On aurait largement été mieux tous les deux. » Soufflas-tu à proximité du visage de ton amant, la jambe tremblante, la pression de ta main contre la sienne, ne cessant de gagner en intensité. T'aurais préféré que les festivités ne concernent que vous, vous n'auriez pour ainsi dire, pas été plus mal qu'en présence de votre canidé, à vous aimer comme vous saviez si bien le faire. Parce qu'il n'aurait du être question que de vous, pour ce premier Noël passé ensemble.

__________________________


echoes of your name inside my mind.


Dernière édition par Sahar Essaïdi le Dim 24 Déc 2023 - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyDim 24 Déc 2023 - 1:02

Levi, il était le premier à avoir grandi dans une famille dysfonctionnelle, n’ayant pour le coup aucunement peur de ce qu’il pourrait découvrir en rencontrant celle de Sahar, elle qui avait au moins le mérite d’entretenir un semblant de lien avec ses géniteurs, quand bien même il ne signifiait pas grand chose à ses yeux. L’anglais, il n’avait jamais cherché à mentir à sa favorite, ni à lui dissimuler son passé sombre, lui qui s’était dévoilé à cœur ouvert lors de leurs longues discussions, mettant des paroles sur les maux qui l’avaient longtemps rongé. Et inconsciemment, c’était aussi la raison pour laquelle il avait insisté avec ce repas familial, désirant que Sahar puisse continuer cette tradition avec sa famille, même s’il était entré dans sa vie, considérant que c’était à lui de se conformer à elle, et non l’inverse. Et même s’il avait eu un mal fou à dissimuler ses traits nerveux devant les parents de Sahar, il avait compris qu’il venait certainement de passer le plus difficile. Sans quitter la main de sa moitié, il se laissa guider à l’intérieur de la villa familiale déjà animée par les évènements festifs, faisant la rencontre du frère de Sahar avec qui il avait pu comprendre que les relations semblaient plus que tendues. Et l’échange, aussi bref soit-il, qui se déroula sous ses yeux, confirma ses craintes, Levi cherchant le regard de son âme-sœur dans la foulée, désirant lui faire comprendre qu’il était son pilier, et qu’il ne la lâcherait pas une seule seconde. Ce fut son paternel qui s’occupa de faire redescendre la tension visiblement à son paroxysme, invitant la troupe à rejoindre le salon où étaient déjà dressés quelques biscuits et boissons en tout genre pour entamer les festivités. Glissant quelques douces attentions à Sahar, ils finirent tous les deux par retrouver les autres convives de la soirée, Levi prenant place aux côtés de sa partenaire, incapable de la lâcher ne serait-ce que quelques instants, sa main retrouvant instinctivement sa place au creux de la sienne. Il ne fut pas tant surpris que de constater que le sujet de la conversation dévia sur lui, et son histoire, les géniteurs de Sahar désirant probablement en savoir davantage sur la personne qui partageait le quotidien de leur fille. Il avait jeté un bref coup d’œil à sa favorite au moment où sa mère reprit la parole, évoquant sans attendre sa famille à lui, sans savoir qu’elle venait de mettre le doigt sur l’une de ses plus grandes sensibilités. Et finalement, ce fut Sahar qui reprit la parole, arrivant à sa rescousse, déviant sans plus attendre le sujet en renvoyant la balle du côté de la compagne de son frère, visiblement prise au dépourvu. « Peu importe. Comme toi. » Répondit-il tendrement, se faisant la réflexion qu’il était plus que chanceux de l’avoir, percevant sa dévotion à chaque instant, elle qui n’avait pas hésité à le sauver une énième fois d’une situation plus que délicate. Et Sahar aurait pu aisément lire dans la profondeur de ses iris combien il lui en était reconnaissant, jusqu’à ce que la réflexion de son fraternel ne vienne rompre leur moment de complicité. Peinant encore à réaliser le sens des mots crachés par Isaac, Levi se força au calme, se retenant de justesse de répliquer à la place de Sahar, ses doigts resserrant leur emprise autour des siens, ses lèvres glissant de sa tempe jusqu’à son oreille. « Ignore-le, c’est un loser ton frère. » Chuchota-t-il dans un souffle qu’elle serait la seule à pouvoir capter, prenant évidemment partie pour elle, avant que la brune n’échappe à son emprise pour se servir un verre qu’elle descendit dans la foulée. « Bébé, ça va ? » Lui demanda-t-il discrètement, sa main se détachant de la sienne pour venir se poser sur sa cuisse, cherchant à canaliser sa nervosité. « On restera pas longtemps si tu veux. Et on se fera la deuxième partie de la soirée qu’entre nous. J’te réserve en dessert. » Lui répondit-il, dans un souffle discret, lui glissant volontairement quelques sous-entendus enjôleurs pour tenter de la détendre, ses doigts s’agitant lentement contre sa cuisse. « Levi, champagne ? » Proposa le paternel de Sahar, une coupe de la liqueur tendue vers lui qu’il attrapa dans la foulée en le remerciant, avant que la brune ne soit servie à son tour.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyDim 24 Déc 2023 - 14:03

Tu l'avais prévenu Levi. Effectivement tu n'avais pas eu tort lorsque tu avais affirmé que la difficulté ne se trouverait pas tant au niveau de tes parents que de ton ainé. Le fait était que, même si tu ne les côtoyais plus énormément aujourd'hui, tu conservais un lien plus ou moins conséquent avec ton paternel. Ce fut également pour cette raison, que tu ne parues pas surprise le moins du monde, par l'attitude relativement amicale, qu'il arborait au contact de ton partenaire. Sans le savoir il faisait déjà l'unanimité auprès de tes géniteurs, cependant il fut plutôt compliqué d'affirmer la même chose concernant ton frère. Et puisque les rancoeurs d'autrefois, ne semblaient pas s'être estompées malgré les années, tu doutais que l'alchimie ne s'avère également réciproque entre lui et ton favori. Tu le savais, il n'en faudrait pas davantage pour que le brasier ne vienne à totalement s'embraser, pour ne finalement laisser place qu'au chaos. Et visiblement, le pire n'avait été que temporairement repoussé, l'espace de quelques secondes tout au plus, de quoi inciter chacun à prendre place autour de la table basse, sur laquelle étaient déjà disposées biscuits salés et boissons en tout genre. Sans lâcher la main de ton favori, tu t'étais plus que jamais assurée de sa présence à tes côtés, ta mère ne tardant pas dans la foulée à l'acculer d'une multitude d'interrogations. S'en était aussitôt suivi d'un bref échange de regards entre Levi et toi, avant que tu ne daignes finalement riposter sèchement à sa place, faisant spontanément dévier le sujet sur la nouvelle compagne de ton aîné. Forcée de constater que tu en avais tout bonnement rien à secouer de l'existence de cette parfaite inconnue, tu ne la considérerais de toute évidence jamais, comme un membre de ta famille. En effet, ce fut à ton tour de questionner ton amant sur le breuvage qu'il souhaitait potentiellement consommé, interrompu brusquement par l'intervention d'Isaac dont la riposte eut été particulièrement impétueuse. Le faciès aussitôt blêmissant, tu avais manifestement usé d'une patience sortie de nulle part, pour ne pas agir sous les coups de l'impulsion. Ses confidences ne s'adressaient essentiellement qu'à toi, néanmoins, le son de sa voix se fit plus aisé pour s'assurer que tout le monde, ou presque, puisse l'entendre. Contrariée, tu t'étais aussitôt renfermée sur toi-même, la jambe tremblante, tu avais également consommé le premier alcool à ta portée, sans vraiment te soucier duquel il s'agissait. « J'savais que c'était pas une bonne idée. » répétas-tu au travers d'un souffle, afin que Levi ne soit le seul à t'entendre. L'ambiance aurait été certainement meilleure en son absence, et aussi déconcertant soit-il, tu aurais sans doute préféré qu'il ne soit jamais revenu. Tes iris momentanément traversées par un éclair dédaigneux, cherchèrent désespérément à s'accaparer celles de ton amant, tandis que tu hochas nerveusement la tête en guise de réponse. Mais alors que la main de ce dernier se défit de la tienne, tu fus néanmoins soulagée de constater, que ça n'avait été que pour l'orienter en direction de ta cuisse, dans l'espoir peut-être, d'apaiser à cette tension palpable qui s'était entièrement emparée de toi. Et puis finalement, un sourire discret fit son apparition à l'embrasure de tes pulpeuses, lorsque l'anglais mentionna cette éventualité de recouvrer plus vite que prévu à votre traditionnelle proximité. Effectivement, tu n'avais qu'une hâte, que cette soirée aux allures déjà désastreuses, tire à sa fin, pour qu'il ne soit essentiellement question que de vous deux. « J'suis impatiente d'être au dessert, dans ce cas. J'suis pas sûre de pouvoir tenir jusqu'à là. » Murmuras-tu une nouvelle fois, une lueur espiègle dévalant tes traits, tandis que tes doigts se nouèrent à leur tour autour de sa main, toujours positionnée contre ta jambe. Autant l'avouer, le temps allait être plus qu'interminable jusqu'à votre retour, si l'envie de le posséder, commençait déjà à te démanger. Soudain, c'était comme si tu ne distinguais même plus le brouhaha environnant, entièrement focalisée sur ton partenaire que tu dévorais du regard, ce fut la proposition émanant directement de ton paternel venu directement s'adresser à ce dernier, qui t'extirpera brusquement de ta songerie prématuré. « Sinon tu pourrais me parler un peu de toi? L'Australie ça te change pas mal de l'Angleterre non? » Le questionna ton père, le regard rieur. Par son attitude, tu compris cependant, qu'il ne s'agissait pas là d'un interrogatoire pour le moins fortuit, dont le but était essentiellement de s'immiscer jusqu'au moindre détail. Il ne cherchait pas réellement à savoir ce qu'il en était ou non de sa famille, sous couvert, qu'il restait le premier à savoir, ô combien, tous les sujets n'étaient pas bon à aborder. L'objectif se résumant avant tout, à  inclure Levi, au même titre que n'importe qui, et toi, ça, tu l'avais bien compris, raison pour laquelle, le coup d'oeil que tu lui adressas, s'était voulu non seulement approbateur, mais également rassurant. Sans plus tarder, tes doigts resserrent leur étreinte contre les siens, consciente que la vision qui s'offrait à toi à cet instant précis, n'avait rien d'ordinaire. Tu l'aimais à tel point qu'aujourd'hui, il échangeait avec le membre le plus imposant de ta famille.    

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyLun 25 Déc 2023 - 18:23

Levi, il comprenait à présent les réticences de Sahar vis-à-vis de ces retrouvailles familiales, constatant que l’ambiance restait délétère entre sa favorite et son frère. Et s’il n’avait rien dit pour le moment, la brune savait parfaitement qu’il n’en pensait pas moins, trouvant assez puériles les remarques de son aîné après ces années d’absence. Levi, il savait pour autant qu’il n’avait pour l’instant pas le droit de s’interposer, quand bien même l’envie de défendre sa partenaire le démangeait sérieusement. Ils avaient pris une minute pour se recentrer sur l’essentiel, se donnant mutuellement du courage à travers la tendresse de leurs mots et la douceur de leurs gestes, avant de rejoindre le reste de la famille autour de la table basse. Et l’anglais, il n’avait pas daigné lâcher la main de sa protégée, préférant garder un contact rapproché avec elle, Sahar représentant son seul repère au milieu de tous. Si les questionnements autour de son histoire avaient logiquement débuté, il aurait dû également s’attendre aux attaques vicieuses du frère de Sahar, qui n’avait visiblement aucunement l’intention de l’épargner ce soir. Et cette fois-ci, Levi s’était retourné vers elle, renforçant son étreinte contre sa main, cherchant plus que jamais à la rassurer et à la soutenir. « On s’en fout, ce soir on est chez nous. » Murmura-t-il, tentant d’apaiser ses sens, conscient que l’alcool était toujours son premier choix dans ces moments-là, ses mots ne faisant certainement pas les poids à côté des effets anesthésiants de la liqueur. Il chercha néanmoins à la rassurer quant à leur complicité intacte, sa main déviant lentement de la sienne pour glisser le long de sa cuisse qu’il pressa doucement, canalisant ses gestes anxieux avant de venir lui susurrer quelques sous-entendus à l’oreille, profitant du brouhaha environnant pour séduire sa complice. « Si ça tenait qu’à moi, j’serais déjà en train de t’enlever cette robe. » Souffla-t-il, ses yeux portant les stigmates de son désir alors que sa main remonta discrètement jusqu’au tissu porté par Sahar, faisant en sorte qu’elle puisse suivre ses gestes ô combien stratégiques. Ils le savaient l’un comme l’autre, que la soirée serait longue, jouant avec leur patience, eux qui n’avaient certainement pas l’habitude de se soustraire aux règles de bienséance lorsqu’il s’agissait de leur besoin commun de s’abandonner l’un à l’autre. Le regard de Levi s’était attardé sur les lèvres de sa favorite, manquant de peu de se les accaparer, avant que l’hôte de la soirée ne vienne de nouveau s’adresser à lui avec une bienveillance perceptible. « Disons que j’ai pas vraiment d’attaches avec l’Angleterre. J’y suis parti assez jeune, j’avais besoin de voir autre chose. Puis j’ai atterri ici, sans vraiment avoir d’ambitions pour tout vous avouer. J’ai encore vagabondé quelques temps avant de revenir définitivement à Bowen. Et il faut croire que cette fois, j’ai trouvé une raison de rester. » Dévoila Levi, ses lèvres s’étirant en un sourire sincère au même moment où sa main resserra légèrement son emprise autour de la jambe de son âme-sœur, évoquant leur histoire d’amour qui avait éclos au milieu du chaos, lorsque rien ne l’avait prédit. Sahar était la seule et l’unique à savoir qu’elle l’avait sauvé en le choisissant lui, en lui donnant une chance là où la plupart l’aurait abandonné. Et il avait envie de lui crier son amour sur les toits du monde, parce-qu’il était désormais incapable d’imaginer son quotidien sans elle. « Et du coup, vous vivez déjà ensemble ? » S’était interposée la mère de famille après son monologue, visiblement surprise de la rapidité avec laquelle leur relation avait avancé.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMar 26 Déc 2023 - 13:36

Mais l'animosité entre toi et ton frère ne datait pas d'hier, et visiblement, les années, n'avaient rien entaché aux malentendus qui n'avaient pourtant, plus lieu d'être. Quoi qu'on pouvait en dire, tu semblais à première vue, beaucoup moins acerbe que ce dernier. Plutôt indifférente, tu t'contentais seulement de répondre aux attaques pour le moins vicieuses, lancées spontanément à ton encontre. Et si ce genre même d'attitudes ne t'auraient pas posé de problèmes en temps normal, aujourd'hui pourtant, tu avais bien du mal à ne pas te laisser gagner par la colère à ton tour. Effectivement, Levi n'avait selon toi, pas nécessité d'assister à vos querelles d'adolescents détraqués, sous prétexte que ton aîné, restait incapable de passer à autre chose, au fil des années. Et tu l'avais su depuis le début Sahar, ô combien ne pas décliner l'invitation de tes parents, s'avérerait une erreur relativement monumentale. La redondance des assauts répétés de l'un, couplés aux questionnements parfois indiscrets des autres, auraient ainsi, probablement raison de toi plus rapidement que prévu. Une chance notamment, que ton favori, ait depuis, appris à gérer tes passages à vide, lorsque prendre la fuite, demeurait à tes yeux, l'option la plus favorable pour tout le monde. S'il s'était d'abord imaginé devoir compter sur toi tout au long de la soirée, ce fut finalement l'inverse qu'il se tramait. Acquiesçant d'abord d'un simple hochement de tête en guise de réponse, tes vaporeuses cherchèrent obstinément à s'accaparer les siennes à travers le chaos. Lèvre pincée, tu paraissais momentanément omettre à quel point vous n'étiez malheureusement pas seuls. Ce fut également à cet instant précis, que tu compris ô combien la soirée deviendrait potentiellement interminable jusqu'à ce qu'il ne s'agisse finalement plus que de vous deux à nouveau. Et si tu t'efforçais au premier abord de faire bonne figure, dieu savait en revanche, que tu manquas cruellement de chavirer aux confidences émanant directement de ton amant, autant peut-être que par sa main dévalant habilement une infime partie de ta jambe, jusqu'aux prémices de ta robe. Mais à la manière dont tu parues t'agiter un peu nerveusement sur toi-même, l'anglais il pouvait déjà deviner le brasier qui menaçait au creux de tes reins. « Je crois qu'il nous faudra partir bien plus tôt que prévu. » chuchotas-tu à hauteur de son oreille, ta tête momentanément collée contre la sienne, et sous-entendu, que ce besoin de renouer à votre habituelle promiscuité te démangeait déjà. Ta main libre dévia dorénavant contre son échine, allant et venant au rythme de caresses dévouées, tandis que tu lui adressas un regard plutôt bref, mais non moins espiègle, lorsque ses iris, parurent s'immobiliser à hauteur de ton visage. Et malgré l'intervention de ton paternel, venu directement s'adresser à Levi, l'euphorie venue désespérément s'emparer de toi ne faiblissait pas. La manière notamment, dont tu cherchas à immobiliser ton regard ailleurs, durant le monologue de ce dernier, en était de loin la preuve la plus évidente. Mais ce fut sans compter son étreinte qu'il s'empressa aussitôt d'intensifier au niveau de ta cuisse, torture exquise, à laquelle tu n'avais d'autres choix que de résister, même laborieusement. Secouant la tête en guise essentiellement d'approbation, tu les gratifias à chacun d'un sourire éventuellement forcé, dont seul ton amant, en comprendrait le sens. Néanmoins, si ton paternel, continuait d'arborer une attitude particulièrement amicale, ta mère, malgré son rictus plus ou moins emphatique, semblait effectivement un peu moins avenante. D'après toi, ses interrogations n'avait pour vocation que l'indiscrétion, à l'inverse de ton autre parent.  Pour autant, tu ne parues pas des masses étonnée, sous couvert qu'il avait toujours existé deux clans bien distincts au sein de la même fratrie. « Qu'est-ce que ça peut te faire? Bizarrement, ça a l'air de moins te déranger, quand il s'agit d'Isaac. » Répondis-tu sèchement, avant d'avaler l'intégralité du contenu de ta coupe, la mine particulièrement accusatrice. Effectivement, le comportement que tu affichais lorsqu'il s'agissait de ton géniteur ou même de Levi, n'avait rien de comparable à l'agressivité qui se hissait parmi tes traits, quand tu t'adressais au reste de ta famille.  « D'ailleurs, Levi. Elle t'a promis quoi ma soeur pour que tu restes avec? » Stupéfaite, tu restas d'abord de marbre, prête à bondir, mais ce fut sans compter sur l'intervention rapide de ton père qui le menaça du regard, tout en le sommant froidement de cesser ses entremises relativement puériles. Fervente protectrice de ton frère aîné, la matriarche quant à elle, fit mine de ne rien avoir entendu. « Moi aussi j'ai bien le droit de lui poser des questions non? Qu'est-ce qu'il fout avec une alcoolique, par exemple? » Enchaîna spontanément Isaac, paré d'un cynisme et d'une insolence qui dépassaient l'entendement, la tête tournée en direction de ton favori. « Si tu ne cesses pas tes conneries immédiatement, j'te fous dehors. » Renchéris également ton père, plus sèchement encore que la fois précédente. Voici donc à quoi assistait l'anglais, ou la raison essentiellement du pourquoi, tu avais semblé particulièrement réticente à l'idée d'accepter l'invitation de tes parents. Luke étant de loin, bien moins contrariant. « Si après ce repas tu ne comptes toujours pas t'en aller, rappelle-moi sérieusement de t'épouser. » Poursuis-tu à voix basse, tout en te saisissant la bouteille de champagne, pour finalement remplir la quasi-intégralité de ta coupe, l'air complètement désabusé. « Une chose est sûre, c'est que tu as au moins mon père dans la poche. » À n'en plus douter. Tu le connaissais suffisamment, malgré l'absence de proximité, pour affirmer cependant, qu'en quelques secondes seulement, ton partenaire, s'était octroyé ses bonnes grâces.  

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMar 26 Déc 2023 - 21:27

Levi, il se sentait maintenant presque coupable d’avoir autant insisté auprès de Sahar pour participer à ce dîner familial quand il constatait la relation bancale qu’elle entretenait avec son propre frère. Et si ça n’avait tenu qu’à lui, il aurait probablement déjà cherché à faire cesser les remarques puériles provenant d’Isaac, en s’en prenant verbalement à lui. Il savait pour autant que ni le lieu, ni la situation ne se prêtait aux règlements de comptes alors qu’il venait tout juste d’être présenté à la famille de son âme-sœur. Pour elle, pour eux, il désirait plus que jamais que son image ne soit pas ternie auprès des siens, lui qui avait pour la première fois envie de ne pas décevoir de par ses agissements, désirant plus que tout être accepté et reconnu comme l’homme qui partageait la vie de Sahar. Incapable de se tenir éloigné de sa moitié, Levi avait pris place à ses côtés alors que ses parents cherchaient à en savoir davantage sur lui, sa main délicatement lovée au creux de celle de la brune, n’ayant aucun mal à lui confier des gestes d’attention et de tendresse devant ses proches. Et sans qu’ils ne puissent s’en empêcher, alors que la tension était montée d’un cran, ils s’étaient confiés ce besoin ô combien urgent de recouvrer à leur intimité, de s’aimer au-delà des limites, leurs peaux se réchauffant au contact l’une de l’autre. « Je crois aussi. Même une nuit entière ça me suffira pas pour tout ce que j’ai envie de te faire. » Chuchota-t-il chaudement, profitant de sa position et de sa main posée à hauteur de sa cuisse, qui avait subtilement atteint les coutures de sa robe, lui faisant parfaitement comprendre ses intentions quelque peu impures. Levi, il s’était senti frémir à ses caresses le long de son échine, peinant à retrouver son flegme habituel alors que le chef de famille s’était de nouveau adressé à lui, dans le simple but de ne pas l’exclure des conversations. Il s’était alors lancé dans un monologue relatant ses choix de vie, sans jamais rentrer dans les détails du pourquoi du comment, conscient que son histoire n’était pas toujours la plus simple à entendre et à comprendre. Et si Sahar en connaissait les détails, il n’avait aucunement l’intention de déballer les aspects sombres de ses souvenirs aux hôtes de la soirée. Et alors qu’il clôtura ses explications, ce fut au tour de la mère de famille de s’intéresser à la rapidité avec laquelle avait évolué leur lien, elle qui n’avait sûrement pas idée d’à quel point cette étape était infime à côté de tout ce à quoi ils aspiraient en étant ensemble. Levi, il comprit aisément que cette remarque avait froissé Sahar, elle qui ne se fit pas attendre pour rétorquer sèchement, sur un ton qui ne laissait aucun doute quant à sa volonté de préserver ce qu’ils possédaient. Et finalement, la discussion relança Isaac qui profita de l’occasion pour s’en prendre une nouvelle fois à sa cadette, sans une once de douceur, Levi ne retenant plus un regard rempli de noirceur à son égard tandis que sa main se resserra autour de la jambe de sa partenaire. Et une fois encore, ce fut leur père qui calma les tensions, haussant davantage le ton pour mettre fin à cette série d’échanges qui n’avait vocation qu’à atteindre Sahar, la piquer pour provoquer ses réactions. « J’vais nulle part. C’est toi que j’vais épouser, pas eux. » Murmura-t-il à l’égard de sa favorite, la rassurant quant au fait que ce repas ne changerait en aucun cas la donne les concernant. « Tant mieux. Mais faut vraiment que ton frère se calme, parce-que j’vais finir par être moins prévenant que ton père. » Souffla-t-il, soudainement nerveux à l’idée de ne plus savoir se canaliser face à son aîné, avalant à son tour quelques gorgées de la boisson alcoolisée. « Et si nous passions à table ? Ça détendra tout le monde. » Proposa finalement la mère de famille, incitant la troupe à venir s’installer autour de la table dressée pour l’occasion.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMer 27 Déc 2023 - 15:18

Supposons que le déroulement de la soirée, ce serait certainement mieux passé, s'il ne s'était agi que de tes parents. Certes, tu n'avais également jamais entretenu une relation franchement idyllique avec ta mère, cependant, ce ne fut rien en comparaison à l'animosité qui continuait de subsister entre ton ainé et toi. Forcée de constater, que votre famille s'avérerait à jamais dysfonctionnelle, en témoignait notamment ce nombre de manigances incalculables qui se tramaient depuis bien avant ta naissance. Cependant, la véritable complexité à l'heure actuelle, ne résumait pas au passif de ta famille, mais aux attaques relativement vicieuses d'Isaac à ton encontre. Si tu tentais potentiellement de faire bonne figure, essentiellement encouragée par les discrètes, mais non moins conséquentes attentions de ton amant, tu savais néanmoins, que la soirée en deviendrait plus que jamais interminable. Mais plus encore que les assauts répétés de ton propre frère, l'étreinte échaudée de ton favori à hauteur de ta cuisse. Malgré l'omniprésence du reste de la fratrie tout autour de vous, tu fus comme momentanément incapable d'endiguer aux prémices du brasier qui menaçait déjà au creux de tes reins, incapable de ne pas arborer dans la foulée, une nervosité de façade. Ton visage positionné tout juste à proximité du sien, ta main encore libre dévala toute une partie de son échine, tandis que ton palpitant loupa un puissant battement aux confidences ayant directement émané de partenaire. « J'tiendrai définitivement pas tout le repas. » Chuchotas-tu seulement à sa portée, sous-entendu, que le besoin de recouvrer à votre traditionnelle promiscuité, s'faisait plus pressant que jamais. De ces festivités prétendument familiales, tu ne faisais en réalité que les subir, sous couvert que plus tu lorgnais sur Levi, et davantage tu réalisais, que même les membres de ta propre fratrie, n'égaleraient jamais sa présence. Plus que jamais, tu avais la certitude que te couper du monde entier, pour te consacrer pleinement à ce dernier, demeurerait la meilleure décision de toute ta vie, à n'en pas douter. Et il fallait bien admettre que ce ne n'était ni les questionnements relativement indiscrets de la matriarche, ou les blâmes assourdissants de ton aîné qui t'feraient potentiellement changer d'avis. L'agressivité figée à son paroxysme, tu ne manquais rarement une occasion de riposter sèchement, au risque que cela n'engendre des réactions en chaîne. À l'instar d'Isaac, lorsqu'il s'adressa directement à l'anglais, doté d'une insolence et d'un sarcasme qui dépassèrent à chacun l'entendement. Cependant, pas un de vous n'aviez encore eu l'opportunité de riposter, que ton paternel s'empressa d'intervenir froidement, menaçant de s'affranchir de sa propre progéniture le soir de Noël. Ce fut alors un brouhaha environnant qui s'amorça entre parents et enfants, tandis que tu jugeas préférable de rester en dehors du conflit en présence de ton partenaire. Et s'il existait effectivement des choix de vie dont tu n'étais pas excessivement fière, tu avais à ce moment précis encore plus honte de la scène à laquelle Levi s'avérait contraint d'assister. Désabusée, tu n'avais pas perdu de temps pour consommer l'intégralité de ta coupe, avant de te resservir aussitôt. Ton regard momentanément plongé l'immensité azurée du sien, tu pris sans plus tarder conscience, d'ô combien plus rien ne te retenait à présent de lui faire ta demande de manière plus officielle, à l'exception peut-être, que tu privilégierais dans ce cas, l'intimité de votre bulle capitonnée, à la compagnie profondément toxique des uns et des autres. Et même s'il s'agissait d'une décision carrément lunaire aux yeux d'une majorité, surtout lorsqu'on te connaissait un tant soit peu, ton désir de le posséder entièrement, s'avérait de loin plus infini, que tes réticences d'autrefois. « Promis? » Demandas-tu au travers d'un murmure, tes vaporeuses ne se détournant pas une seule seconde des siennes, tandis que ta main, toujours positionnée au niveau de son dos, continuait quant à elle, d'aller et venir, au rythme de vos rapprochements. « Laisse tomber, je t'avais prévenu qu'il serait un peu spécial. Et puis si on en a marre, j'trouve une excuse, et on s'tire, n'importe quand. » Poursuis-tu à nouveau, tes lèvres s'empressant au passage d'effleurer les siennes, les iris, teintées d'une lueur indéniablement espiègle. Et soudain retentit la voix de ta mère, qui tentait à sa manière de désamorcer la tension plus que jamais palpable entre chaque membre de la famille. Venue te saisir de la main de ton favori, tu l'incitas à t'suivre jusqu'en bout de table, où vous auriez possiblement le sentiment d'être davantage en retrait que les autres. Avec un peu de chance, vous finiriez par vous faire suffisamment oublier pour ne pas avoir à sociabiliser des masses. Rapprochant aussitôt ta chaise de la sienne, des doigts trouvèrent momentanément refuge contre sa jambe, comme ce fut le cas avec les siens, les minutes précédentes. « Et toi, tu as des frères et soeurs Levi? » Questionna le père de famille, arborant systématiquement cette même moue amicale dès qu'il s'adressait à ce dernier, s'activant en même temps à remplir les verres de tous les membres présents autour de la table. « Vous dormez ici, ce soir? Il reste la chambre de Sahar. » vint-il enchaîner, ton étreinte se resserrant fermement à hauteur de la cuisse à Levi à qui tu jetas un coup d'oeil impatient. « J'suis pas sûre qu'on puisse, on doit se lever tôt demain matin. Tu en penses quoi? » Fis-tu mine d'interroger le principal concerné, alors même que t'étais en train d'user d'un vil mensonge, pour justifier à votre départ au cours de la soirée. T'ignorais déjà comment tu allais bien pouvoir faire pour ne pas lui sauter dessus durant le prochain quart d'heure, en témoignait notamment la manière dont tu peinais à tenir parfaitement en place, alors inutile de préciser que tu n'aurais certainement pas la patience de résister jusqu'au lendemain. Fuck, tous les éléments rassemblés, faisaient effectivement de toi, une addicte totale à ton amant.    

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMer 27 Déc 2023 - 18:58

Levi savait pertinemment que ce besoin de protéger sa favorite des paroles lâches de son aîné deviendrait de plus en plus urgent à mesure que les heures défileraient et que les rancœurs s’intensifieraient. Il espérait seulement qu’aucun de ses mots ne parviendraient à l’atteindre, qu’elle continuerait de l’ignorer quand bien même il semblait plus qu’enclin à vouloir la faire réagir. L’anglais, il désirait lui montrer qu’il lui était dévoué corps et âme, que si sa famille ne semblait aucunement aimante à son égard, lui aurait vendu son âme au diable pour pouvoir connaître l’éternité à ses côtés, et l’aimer comme il l’entendait. Il savait pertinemment qu’à force de jouer avec les flammes, il finirait pas s’y brûler, conscient qu’il y avait un véritable risque pour qu’il ne se prenne à son propre jeu en tentant Sahar de la sorte, sa main pressant doucement sa cuisse. « Quand est-ce qu’on s’isole ? » Fit-il mine de murmurer, lèvre discrètement pincée alors qu’il semblait la dévorer du regard, son corps entier vibrant à ses douces attentions le long de son échine, eux qui parvenaient à se couper du monde en l’espace de quelques secondes, comme s’il n’y avait plus qu’eux dans tout l’univers. Et c’était aussi ce qu’il avait cherché à lui rappeler quand son frère s’était de nouveau fait entendre dans le simple but de la tacler au passage, Levi cherchant désespérément à lui remémorer que dans quelques heures tout au plus, elle n’aurait plus à le subir, eux qui retrouveraient leur tranquillité dans leur bulle de quiétude. Et fort heureusement pour Isaac, ce fut leur père qui décida de rétablir un semblant d’ordre, menaçant ouvertement son fils de ne pas le laisser finir la soirée dans la maison familiale s’il ne revoyait pas sa conduite. Levi capta le regard de son âme-sœur, cherchant à lui rappeler l’essentiel, alors que sa main pressa un peu plus fermement sa jambe, lui faisant savoir qu’il serait éternellement là pour elle et qu’il serait à tout jamais son plus grand soutien. « Promis. Je t’aime. » Murmura-t-il, ces mots soufflés n’étant destinés qu’à elle et son cœur qu’il désirait posséder jusqu’à son dernier battement, lui qui s’était fait la promesse d’en prendre soin jusqu’à la fin. « J’te suivrai partout. » Répondit-il en hochant la tête, se sentant défaillir au contact subtil de ses pulpeuses contre les siennes, se faisant violence pour ne pas prolonger leur échange alors qu’il en crevait littéralement d’envie. Et Sahar pouvait aisément le deviner à la manière dont il la regardait, ses iris azurés portant les stigmates de sa dévotion sans faille. Finalement, la mère de famille chercha à faire diversion, proposant de migrer vers la table à manger, Levi suivant sa favorite, sa main nichée au creux de la sienne pour se laisser guider vers les places qu’elle leur avait choisi, au bout de la table, où ils pourraient continuer d’être aussi complices que jamais. Il esquissa un sourire en constatant sa volonté de ne jamais être trop éloignée de lui, sa main venant doucement presser la sienne posée sur sa jambe alors que l’autre retrouva sa place au niveau de la cuisse de Sahar. « Non, je suis fils unique. Pas de frère ou de sœur pour me faire des remarques désobligeantes comme ça. » Lâcha-t-il, d’un ton léger, prenant la peine de volontairement viser le comportement d’Isaac envers Sahar. S’enchaîna une autre question concernant leurs intentions pour la soirée, Levi sentant une légère pression sur sa jambe, comprenant que sa moitié cherchait à couper court à la proposition de son paternel. « Oui, j’pense que ça serait plus judicieux qu’on rentre ce soir. » Répondit-il avant de retrouver le regard de la brune, sa main se rapprochant doucement de l’intérieur de sa cuisse, ses doigts effleurant subtilement son épiderme. « Mais merci de la proposition. » Ajouta-t-il poliment, ses lèvres étirés en un léger sourire, feignant un calme olympien alors que son corps entier tremblait déjà de désir pour Sahar. « Vous avez besoin d’aide ? » Demanda-t-il finalement, en voyant les deux hôtes s’agiter entre le salon et la cuisine.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 27
MESSAGE : 9650
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : meteorαα (αvαtαr), vocivus, gif (profil). wαldosiα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMer 27 Déc 2023 - 20:59

Forcée de constater que tu considérais dorénavant Levi, comme ton unique famille. Comble de l'ironie, tu ne semblais pas aussi à l'aise avec les uns, que tu l'étais devenue avec ce dernier, en très peu de temps. Ce fut néanmoins au cours de cette soirée que tu parues définitivement réaliser, ce que tu savais déjà. Outre le fait, que tu n'avais nécessité de personne d'autre à l'exception de ton amant, tu avais à présent la certitude que te couper du monde entier, s'avèrerait de loin la meilleure décision de toute ta vie. Tu voulais passer l'éternité à te consacrer à l'unique individu pour lequel tu irais sans la moindre hésitation jusqu'à te damner. Tu semblais d'ailleurs, à ce point obsédée par ce dernier, que tu en oubliais presque où est-ce que tu te trouvais. T'étais même allée jusqu'à faire abstraction du brouhaha qui continuait de s'ébruiter tout autour, t'efforçant par dessus tout de ne pas te disperser au contact de sa main pressant contre ta cuisse. « Bientôt. » Répondis-tu à voix basse, ton regard plongé dans l'infini azuré du sien. Tes doigts, toujours nichés à hauteur de son échine, continuaient d'aller et venir au rythme de vos tentatives, consistant inlassablement à vous rapprocher. Effectivement, tu n'aurais qu'à prétendre vouloir lui montrer ta chambre d'adolescente, pour lui voler quelques secondes d'intimité, même si ça ne serait clairement jamais suffisant. Dans la foulée tes lèvres effleurèrent les siennes, tâchant de résister le plus possible pour ne pas aller jusqu'à les percuter de plein fouet, tandis que le brasier menaçant au creux de tes reins parut progressivement se propager. « Je t'aime tellement. » murmuras-tu, alors que ce fut le moment choisi par la matriarche pour inciter chacun à se rendre à table, dans l'espoir peut-être d'apaiser la tension particulièrement fulgurante. Aussitôt, tu entraînas Levi en bout de table, une décision plutôt stratégique que vous seriez tous les deux, suffisamment en retrait du reste de la fratrie. Tout juste assis, tu rapprochas ta chaise de celle de ton amant, l'une de tes mains, trouvant sans plus tarder, refuge contre sa jambe la plus proche. Et malgré l'air profondément impassible que tu semblais arborer à première vue, tu aurais pu jurer que ton palpitant avait manqué un puissant battement, lorsque Levi t'accula à son tour d'une promiscuité relativement tendancieuse. La vérité, c'était que tu en étais arrivée au point, que tu ne distinguais même plus la moitié de la conversation, désespérément focalisée sur ce désir incontrôlable qui semblait s'être emparé de toi. « Disons que Sahar et Isaac, ont quelques problèmes de communication. » Déplora ton paternel, l'air clairement désabusé. « On peut pas dire qu'elle y soit pour rien. » S'empressa spontanément de renchérir ton aîné, paré d'un sarcasme plus que jamais perceptible. « Une chance pour ta nana, que toi tu sois parfait, dans ce cas. » Vins-tu riposter à ton tour, sur un ton identique. Mais forcée de constater que ton géniteur ne comptait pas laisser l'animosité s'inviter davantage, il enchaîna à nouveau, afin de vous questionner Levi et toi, quant à cette éventualité pour que vous passiez le restant de la nuit ici. Resserrant fermement ton étreinte contre la jambe de ton favori, tu lui adressas un rapide coup d'oeil, tentant de réfuter à la proposition, sans vous faire particulièrement offensants. Levi il était de loin le mieux placé pour savoir pour quelle raison exactement, tu semblais si pressée à l'idée de recouvrer à votre propre bulle capitonnée. Sa main parfaitement située, tu te mordis brusquement la lèvre, tes doigts s'enroulant autour de son poignet. Tu mentiras si tu affirmais ne pas avoir été traversée d'un sentiment de frustration lorsque ton favori proposa de lui-même son aide aux hôtes de la soirée, à la fois soulagée, lorsque ces derniers refusèrent poliment, sous prétexte notamment, que ce n'était pas son rôle de se démener pour un repas, dont il restait un invité privilégié. « J'vais peut-être en profiter pour faire visiter l'endroit à Levi. Au pire, vous n'aurez qu'à commencer sans nous. » Lanças-tu étonnamment enthousiaste, encourageant au travers d'un bref échange de regards, le principal concerné à imiter ton geste, alors que tu t'empressais déjà de te lever de ton siège. Tu n'aspirais qu'à une chose, t'écarter du monde entier, pour mieux t'isoler avec ton complice. Ça ne serait certainement pas assez en comparaison à vos attentes, toutefois, ça restait l'occasion rêvée de vous retrouver, et de peut-être envisager une issue quelle qu'elle soit à la soirée, qui semblait selon-toi, s'éterniser. Preuve que tu restais systématiquement à l'écoute de Levi, à peine t'avait-il questionné quant à la possibilité de vous isoler, que tu t'étais pressée à dénicher une solution à ses attentes, et aux tiennes, par la même occasion.

__________________________


echoes of your name inside my mind.
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 27
MESSAGE : 22266
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : doom days (av), awona (sign), cheekeyfire, ethereal, vocivus (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) EmptyMer 27 Déc 2023 - 23:24

Il était évident que Sahar représentait désormais son tout, elle qui était devenue au fil du temps son unique repère, la raison même de son existence. Et Levi savait que cet aspect ne changerait jamais, lui qui ne jurait plus que par elle, incapable d’entrevoir un quelconque avenir viable sans elle, convaincu qu’il serait même totalement inutile de l’envisager. Même dans le chaos le plus profond, ils parvenaient encore à s’octroyer toute l’attention du monde, Levi laissant sa main presser délicatement sa jambe, geste a priori innocent mais qui était pourtant totalement prémédité. Parce-qu’il savait reconnaître les stigmates d’un désir naissant chez sa moitié, pouvant aisément ressentir la tension émanant de leurs deux corps qui ne demandaient qu’à se rapprocher, quand bien même le lieu ne s’y prêtait clairement pas. Il sentait son myocarde redoubler de cadence aux douces attentions de sa partenaire au niveau de son échine, peinant à rester calme à ses mots aimants, regrettant simplement de ne pas pouvoir lui sauter dessus immédiatement alors qu’il en mourrait littéralement d’envie. Et tous ensemble, ils se dirigèrent vers la table familiale dressée pour l’occasion après y avoir été invités, Levi se laissant guider par Sahar, prenant place à ses côtés sans jamais rompre leur contact rapproché. Sans plus attendre, leurs mains retrouvèrent instinctivement leur place sur leurs corps respectifs, celle de Levi, presque baladeuse, déviant vers sa cuisse tandis que l’autre, exerçait quelques douces pressions sur celle de sa favorite. Questionné par le chef de famille, l’anglais en profita au passage pour tacler Isaac et son comportement franchement puéril, incapable de ne pas relever son manque de maturité ô combien flagrant. Et aussitôt sa remarque faite que le concerné, visiblement vexé, renchérit de son côté, rejetant une énième fois la faute sur sa cadette. Levi se contenta de rester silencieux à l’échange fébrile entre sa partenaire et son frère, décidant de ne pas renchérir pour ne pas envenimer davantage la situation et son équilibre déjà précaire. Recentrant toute son attention sur sa moitié, il profita de leur promiscuité pour laisser ses doigts vriller lentement vers l’intérieur de ses cuisses, jouant dangereusement avec la tension déjà palpable entre eux alors que son père leur avait proposé de rester pour la nuit, proposition qu’ils cherchèrent à tout prix à décliner, eux qui savaient parfaitement qu’ils ne parviendraient aucunement à contenir leur désir ce soir. Un discret sourire fendit ses lèvres lorsqu’il sentit les doigts de Sahar s’enrouler soudainement autour de son poignet, comme une preuve qu’elle ne restait pas indifférente à ses attentions. Et il était le premier à savoir qu’une fois le brasier allumé, il était quasiment impossible de le réfréner, eux qui se foutaient ouvertement du conventionnel et de ses limites. Sans qu’il ne s’y attende, Sahar se redressa, prétextant une visite des lieux au beau milieu du repas à peine débuté, Levi dissimulant son amusement en acquiesçant à l’idée de son âme-sœur. Il se redressa dans la foulée, suivant sa partenaire au travers des pièces de la maison, leurs mains toujours liées, attendant d’être suffisamment éloignés de la salle à manger pour inciter Sahar à se retourner, ses lèvres s’emparant fiévreusement des siennes. « J’sais pas si j’vais savoir tenir un repas entier bébé. » Murmura-t-il, le souffle saccadé, entrecoupé par leur échange enivré alors que ses mains prenaient possession de son corps, de part et d’autre de ses cuisses, se faufilant sous sa robe sans la moindre retenue. « Tu me rends fou, mon amour. » Lâcha-t-il, conscient qu’ils ne pourraient malheureusement pas s’éterniser dans leur coin, quand bien même ce n’était pas l’envie qui leur manquait, Levi profitant de chaque contact, même infime avec celle qu’il désirait jusqu’à la fin des temps.

__________________________

born to be
yours
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
Contenu sponsorisé
breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty
MessageSujet: Re: breathe me in, i'm yours to keep (sahar)   breathe me in, i'm yours to keep (sahar) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
breathe me in, i'm yours to keep (sahar)
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» breathe in, breathe out, move on and break down (chelsea)
» @sahar.esd (instagram)
» Breathe me. † Ted
» 'cause you and i, we were born to die. (sahar)
» i can't escape this now unless you show me how (sahar)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: playground :: stories have been told-
Sauter vers: